L ESSENTIEL du groupe Crédit Mutuel 2014/2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ESSENTIEL du groupe Crédit Mutuel 2014/2015"

Transcription

1 L ESSENTIEL du groupe Crédit Mutuel 2014/2015 Rapport annuel 2014 CONFIANCE ET SOLIDITÉ C EST ÇA LE LIEN FÉDÉRATEUR DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL Photos : Crédit Mutuel - Thinkstock

2 PROFIL DU GROUPE Crédit Mutuel en 2014 Bancassureur de premier plan en France, le groupe Crédit Mutuel est composé du réseau du Crédit Mutuel et de l ensemble de ses filiales. Fort de plus de collaborateurs salariés et administrateurs, il met son expertise de tous les métiers de la finance à la disposition de plus de 30 millions de clients, dont près de 28 millions de particuliers. Banque de proximité, le groupe conjugue les forces du Crédit Mutuel, banque coopérative et mutualiste à fort ancrage régional et local, avec celles du CIC, banque commerciale. Les deux enseignes du groupe, Crédit Mutuel et CIC, complétées par celles de Targobank et Cofidis, constituent un réseau de près de points de vente. Les chiffres-clés 2014 PNB : millions Résultat net total : millions Résultat net part du groupe : millions Acteur majeur de la bancassurance de détail en France 17 % de part de marché en crédits bancaires 15 % de part de marché en dépôts Un émetteur de qualité (1) dont en France. (2) note attribuée à la BFCM. 2 Standard & Poor s Capitaux propres part du groupe : millions Ratio Common Equity Tier one : 15,3 % points de vente (1) salariés 30,1 millions de clients 708,8 milliards d épargne 364,8 milliards de crédits Poursuite de la progression en assurance 15,7 milliards de chiffre d affaires 34,7 millions de contrats 13,2 millions d assurés A avec une avec une A+ Aa3 perspective négative Fitch perspective stable (2) Moody s avec une perspective négative (2) 30 BâTIR NOTRE DYNAMIQUE D ENTREPRISE SUR NOS VALEURS POUR MéRITER LA confiance DE NOS CLIENTS, C EST ÇA LE LIEN FÉDÉRATEUR DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL. Une banque de détail de proximité Le groupe Crédit Mutuel propose l ensemble des services financiers à une clientèle de particuliers, de professionnels de proximité et d entreprises de toutes tailles. Il détient en France 15 % du marché des dépôts et 17 % de celui des crédits distribués par les banques. Bancassureur de premier plan, ses filiales d assurance gèrent 34,7 millions de contrats en épargne, automobile, habitation, santé, prévoyance et retraite, au bénéfice de plus de 13 millions d assurés. Acteur majeur du financement de l habitat, le groupe s inscrit dans le groupe de tête pour le crédit à la consommation en Europe. Banque partenaire des associations, il est aussi la 2 e banque de l agriculture et le banquier d un professionnel sur trois. +de millions de clients Une banque solide et bien notée En 2014, la qualité et la robustesse de ses actifs ont été confirmées par la Banque centrale européenne (BCE) et l Autorité bancaire européenne (ABE), qui l ont placé en tête des grandes banques françaises à la suite des tests de résistance. Le groupe a une nouvelle fois renforcé sa solidité financière : les capitaux propres part du groupe s inscrivent à 43,9 milliards d euros, une progression de 11,6 milliards en quatre ans. Gage de sécurité pour les sociétairesclients et d un développement pérenne, cette solidité financière trouve écho dans les notations attribuées au groupe. Noté A par Standard & Poor s avec une perspective négative, Aa3 chez Moody s avec une perspective négative (BFCM) et A+ chez Fitch avec une perspective stable (BFCM), il continue à figurer au meilleur niveau des banques françaises. La structure financière en millions d 14 % 41,2 40,3 43, ,3 % +1,3 pt 44,8 +8,6 % Capitaux propres (1) dont part du groupe (1) +9,1 % Ratio Common Equity T1 (CET1) (1) base comptable, la banque la plus solide en france Exercice sans précédent, le gigantesque «audit» mené en 2014 par la Banque centrale européenne (BCE) et l Autorité bancaire européenne (ABE) auprès de 130 établissements bancaires de la zone euro a attesté la qualité des actifs du groupe Crédit Mutuel et sa forte capacité de résistance en cas de crise. Ces deux instances l ont placé en tête des grandes banques françaises à la suite de la revue des actifs et des tests de résistance. Les conclusions de ce double exercice confortent une nouvelle fois, à l échelle nationale et européenne, la solidité financière du groupe Crédit Mutuel, son profil de risque limité et la pertinence de son modèle de développement. MEILLEUR GROUPE BANCAIRE FRANÇAIS pour la 3 e fois (World Finance) BANQUE DE L ANNÉE EN FRANCE pour la 3 e fois (The Banker) N 1 DU SECTEUR BANQUE AU PODIUM DE LA RELATION CLIENT pour la 8 e fois en janvier 2015 (BearingPoint TNS Sofres) 3

3 PROFIL DU GROUPE Crédit Mutuel en 2014 Principales implantations et partenariats Groupe Cofidis Participations Esprit de conquête et sens du service signent l identité d un groupe AUX fondamentaux solides. Une banque technologique En appui du réseau physique, le groupe met à la disposition de ses clients tous les canaux de la banque à distance, pour plus de proximité et d efficacité. En 2014, la banque à distance et mobile a enregistré plus d un milliard de contacts. L exercice a amplifié le formidable essor de l utilisation des applications pour smartphones et tablettes. La téléphonie mobile conforte son rôle de nouvel acteur de la bancassurance et des services. Le Crédit Mutuel est leader en France du marché de la télésurveillance résidentielle avec 33 % de part de marché. En monétique, le groupe confirme sa 2 e place en France avec 20 % du marché global. La poursuite du développement Banque de proximité, le groupe est présent sur l ensemble du territoire et il poursuit son implantation à l international. En Europe, il est désormais implanté dans treize pays. En Allemagne, Targobank compte plus de 4 millions de clients et 363 points de vente et au Portugal, Cofidis, déjà présent dans huit pays européens, a renforcé sa présence. En matière de gestion d actifs et patrimoniale, le Groupe La Française a étendu ses activités notamment au Royaume-Uni puis, début 2015, aux États-Unis. Enfin, le groupe Crédit Mutuel a conclu de nouveaux accords en Amérique du Nord parmi lesquels sa participation à l opération de rachat de State Farm, qui renforce son partenariat avec le groupe coopératif canadien Desjardins. Esprit de conquête et sens du service : porté par une solidité renforcée et une forte dynamique commerciale, le groupe Crédit Mutuel garde son cap et s adapte en permanence aux défis à venir. Fort de solides fondamentaux et de l implication de ses salariés et de ses élus, il porte la volonté de construire un groupe puissant et humain. TOUS LES CANAUX de la banque à distance Banque de toutes les proximités, le groupe propose à ses sociétaires et clients, en complément de son réseau physique, tous les canaux de la banque à distance. Avec plus d un milliard d utilisations, il confirme son adéquation aux besoins de la clientèle. Si le canal Internet représente toujours la moitié des contacts, il ralentit sa progression en raison de l essor de l utilisation des applications pour smartphones et tablettes qui concrétise une nouvelle forme de contact avec la clientèle. Points de vente, Internet, banque mobile, réseau sociaux : physique ou à distance, la proximité avec les sociétaires-clients se développe désormais dans une relation multi et omni canal (à la fois plusieurs moyens et tous canaux sans rupture de contact) où la qualité de la relation humaine, l écoute et le conseil sont renforcés. PNB BANQUE DE DÉTAIL ET ASSURANCE en millions d BANQUE DE DÉTAIL ,1 % ASSURANCE ,3 % 2014 LES PARTS DE MARCHÉ EN FRANCE 16,8 % 16,9 % 16,9 % 17,0 % 17,0 % 14,2 % 14,8 % 15 % 14,9 % 15 % Crédits Dépôts

4 La banque de détail, Principal métier du groupe Principal métier du groupe, la banque de détail regroupe l offre du réseau des 18 Fédérations régionales du Crédit Mutuel et celle des 5 banques régionales du CIC. Elle comprend également toutes les activités spécialisées dont les produits sont commercialisés par le réseau, notamment le crédit-bail, l affacturage, la gestion collective et l immobilier. innover constamment ET FAIre DE LA QUALITÉ DU SERVICE la PRIORITÉ, C EST ÇA LE FIL CONDUCTEUR DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL. PROXIMITÉ La banque présente partout en France, 24h/24 En 2014, le groupe a continué à accompagner ses sociétaires et clients au plus près de leurs besoins, de leurs attentes et de leurs projets. Avec près de 28 millions de clients particuliers, le groupe Crédit Mutuel innove en permanence et détient 15 % du marché des dépôts et 17 % de celui des crédits distribués par les banques. Plaçant le développement durable au cœur de sa pratique, il propose à sa clientèle un ensemble de solutions économiques et une offre de produits dédiée aux populations les plus fragiles. CLARTÉ La transparence, gage de la confiance La qualité et la performance des services technologiques proposés dans le cadre de la banque à distance, de la télésurveillance à domicile, de l offre monétique ou de la téléphonie mobile confortent sa longueur d avance au bénéfice de ses sociétaires-clients. Fidèle à sa stratégie de développement maîtrisé, le groupe s est renforcé en 2014 en s appuyant sur ses piliers fondamentaux : PROXIMITÉ, CLARTÉ, SÉCURITÉ. SÉCURITÉ Une banque solide, des produits simples offrant des rendements réguliers L assurance, 2 e métier du groupe L assurance constitue le 2 e métier du groupe, bancassureur majeur en assurance-dommages. Elle a dégagé millions de produit net bancaire (14 % du total) et 916 millions de résultat net part du groupe (31 % du total). Les filiales d assurance du groupe gèrent au total 34,7 millions de contrats (dont 29,7 en assurance de risques et 5 millions en vie) au bénéfice de 13,2 millions d assurés. Elles ont généré un chiffre d affaires total de 15,7 milliards, en progression de 8,5 % sur un an, grâce au dynamisme de l activité en assurance-vie. Le chiffre d affaires vie des compagnies du groupe, qui bénéficient notamment d un rendement plus attractif que les autres produits financiers (hors PEL), a progressé de 10,8 % à 11 milliards. En assurances de risques, l activité a poursuivi son développement : le chiffre d affaires est en hausse de 3,3 % à 4,7 milliards d euros. La branche auto progresse de 2,6 % et la branche IRD de 5,4 %. Le chiffre d affaires en assurances de personnes s inscrit en hausse de 3 %. L activité s exerce à travers le Groupe des Assurances du Crédit Mutuel (GACM), Suravenir et Suravenir Assurances (Groupe Arkéa) et les Assurances du Crédit Mutuel Nord Europe (ACMN). LA SÉRÉNITÉ, C EST AVOIR UNE BANQUE QUI ASSURE AVEC DES PRODUITS ADAPTÉS ET PERFORMANTS. C EST ÇA LA DIFFÉRENCE. 13,2 millions d assurés 34,7 millions de contrats Structure 2014 Chiffre d affaires par branche Automobile 6 % Personnes 18 % IRD 6 % Assurance-vie 70 % La Banque au quotidien de 28 millions de clients particuliers 6 Répartition du chiffre d affaires en milliards d 15,7 14,4 9,9 11,0 4,5 4,7 Assurance-vie Assurance de risques 7

5 LA RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE et ENVIRONNEMENTALE LE RÉSEAU CRÉDIT MUTUEL, LE COEUR COOPÉRATIF Cœur du groupe, le Crédit Mutuel est une banque coopérative régie par la loi du 10 septembre Il appartient à ses sociétaires qui détiennent son capital et orientent sa stratégie dans le cadre d un fonctionnement démocratique. Banque mutualiste, le Crédit Mutuel fait du sociétaire la référence de toutes ses actions. Il se développe dans une logique de fidélité à ses valeurs fondatrices : proximité, solidarité et responsabilité, en privilégiant la clarté. Ces valeurs partagées sont aussi stratégiques que la qualité de ses services. Constitutives de l identité du Crédit Mutuel, elles affirment sa différence et confortent la pertinence de son modèle de développement. Fin 2014, le Crédit Mutuel comptait 7,6 millions de sociétaires pour 11,6 millions de clients, au sein de plus de Caisses locales administrées par plus de représentants des sociétaires, élus par eux. ÊTRE UNE ENTREPRISE RESPONSABLE QUI TRADUIT SES VALEURS EN ACTIONS, C EST ÇA LE POINT D ANCRAGE DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL. Au service de sa clientèle et de la société, le Crédit Mutuel allie développement durable et solidarité. Il est, historiquement et authentiquement, la banque du lien social, notamment par ses actions en faveur du financement local et des publics les plus fragiles. Société de personnes, le Crédit Mutuel n est pas coté en Bourse. Acteur de l économie sociale, sa stratégie de développement durable est ainsi dégagée de la recherche de la seule rentabilité à court terme. La bonne gestion de l entreprise, indispensable à sa pérennité, ne vise pas l enrichissement d un groupe d actionnaires : elle permet d assurer le développement et de garantir un service de première qualité au meilleur coût. Inaliénable, la coopérative financière Crédit Mutuel ne peut ni être vendue, ni faire l objet d une OPA ; elle peut seulement être liquidée par décision des sociétaires. Une organisation non centralisée favorise à chaque niveau local, régional, national une plus grande implication des salariés pour plus de réactivité et un meilleur service ; elle autorise un circuit de décision court, permet une bonne répartition des risques et un contrôle de qualité. Chaque année, au sein de plus de Caisses locales, réunions de Conseils d administration et/ou de surveillance et Assemblées générales sont l expression d un véritable gouvernement d entreprise démocratique. Les Caisses locales sont regroupées en 18 Fédérations régionales, solidaires au sein de la Confédération nationale. Ancré localement, non délocalisable, indépendant, le Crédit Mutuel contribue au développement de l emploi et à la vitalité des territoires. Au service de tous les acteurs économiques, son modèle de développement illustre la puissance de l initiative individuelle et son visage collectif : la coopération. Une personne, une voix Instance de base de la démocratie interne du Crédit Mutuel, l Assemblée générale invite chaque année les sociétaires de la Caisse locale à se réunir autour de leurs administrateurs et salariés. Moment privilégié d écoute et d information, c est aussi une tribune d échanges et de suggestions pour améliorer la qualité des services offerts : un moment qui contribue à signer la différence du Crédit Mutuel. Une partie statutaire rend compte de l activité et de la gestion, témoigne des spécificités du groupe et de ses actions mutualistes. Elle est ponctuée par un vote des sociétaires sur les comptes et l élection de leurs représentants au Conseil de la Caisse selon le principe «une personne = une voix». Une partie informative traite de thèmes d actualité. C est ainsi, de février à mai, le rassemblement annuel de près de sociétairesclients à l échelon local et régional. 7,6 millions de sociétaires élus AU CRÉDIT MUTUEL, LA PROXIMITÉ N EST PAS UN CONCEPT, C EST UNE RÉALITÉ. NOTRE PORT D ATTACHE SE SITUE AU PLUS PRÈS DU TERRAIN ET DES BESOINS DES SOCIÉTAIRES-CLIENTS. Yes, we are! Le profil des administrateurs des conseils d administration et des conseils de surveillance Représentation des femmes parmi les administrateurs des Caisses 29 % % 44 % 40 % 21 % 31 % Catégorie socioprofessionnelle Agriculteurs 6 % Artisans 11 % Cadres 22 % Professions intermédiaires 11 % Employés 9 % Ouvriers 5 % Retraités 29 % Employés 8 % % de femmes parmi les administrateurs % de femmes parmi les nouveaux administrateurs % de femmes parmi les présidents 8 9

6 DES PRATIQUES SOLIDAIRES ET RESPONSABLES au sein du groupe À travers des actions responsables et des ambitions solidaires, au plus près du terrain, le groupe traduit chaque jour ses valeurs en actes. À la fois ancienne, actuelle et volonté pour l avenir, cette éthique de responsabilité sociale est au cœur de sa pratique : celle d un groupe solidaire et responsable qui se conforme aux obligations, mais pas seulement. Promouvoir l entraide et soutenir l insertion économique et sociale Élus et salariés animent les structures qui organisent la solidarité interne au sein du groupe. Une attention particulière est apportée aux situations personnelles ou professionnelles qui changent brutalement ou accidentellement. Bien que 98 % de la population française ait accès aux services bancaires de base, continuer à lutter contre la marginalisation financière et insérer dans le circuit économique des populations fragilisées relèvent des engagements du groupe Crédit Mutuel. Maintenir l emploi local, accompagner les acteursclés des territoires Créer et maintenir l emploi local, accompagner les acteurs-clés des territoires, développer le logement social et l accession sociale à la propriété, donner aux populations locales les moyens de prendre en main leur développement économique et social. C est ainsi que le groupe Crédit Mutuel conçoit son rôle d entreprise engagée, acteur économique majeur en France, au service de l intérêt collectif. Avoir une démarche de développement responsable et durable L offre du groupe s est structurée avec des produits à valeur ajoutée sociale et environnementale. L épargne solidaire et le financement des projets environnementaux de ses clients sont des axes de développement importants. Le groupe s attache aussi à réduire ses impacts environnementaux directs, même si ces derniers sont limités par son activité tertiaire. Depuis plusieurs années, il fait preuve de nombreuses initiatives en matière environnementale au niveau local et régional. Il soutient notamment le développement des énergies renouvelables et finance plusieurs investissements dans la méthanisation et la création de parcs éoliens. Être un banquier solidaire et engagé Placer l homme au cœur des préoccupations et promouvoir l entraide sont des principes fondateurs du Crédit Mutuel. L engagement du groupe dans les domaines de la recherche et de la santé publique est indissociable de sa responsabilité (maintien à domicile des personnes âgées, maisons de retraite, soutien financier aux hôpitaux, à la recherche, aux enfants malades...). Cet axe de solidarité est large et les engagements du groupe multiples. LA RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE ET ENVIRONNEMENTALE du groupe Crédit Mutuel ENSEMBLE contre le mélanome Le rôle sociétal du groupe Crédit Mutuel n est plus à démontrer et c est naturellement qu il s est engagé sur 5 ans tout en mobilisant des partenaires pour soutenir la recherche médicale contre le mélanome (cancer de la peau) de l Institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe. Le double objectif du collectif «Ensemble contre le mélanome» est de communiquer pour développer la prévention et la sensibilisation au dépistage et surtout, financer les activités de soins et de recherche contre le mélanome. Des avancées majeures dans le traitement de la maladie ont été réalisées en Elles concernent notamment l immunothérapie et les thérapies ciblées. Pour le Dr Caroline Robert, Chef de service d oncodermatologie à l Institut Gustave Roussy : «Aujourd hui, nous avons la preuve que cette approche peut vraiment aider les patients et faire changer la prise en charge de ce cancer». Continuer à donner. Organisé sous forme de collectif réunissant de nombreux partenaires, Ensemble contre le mélanome a pour objectif de collecter par an pendant 5 ans. Fin décembre 2014, ont été collectés. La collecte des fonds continue de s organiser à travers de nombreuses manifestations : fête de la musique, réunions publiques de prévention et sensibilisation, spectacles, concerts exceptionnels, actions diverses Pour plus d informations et faire des dons : ENSEMBLE CONTRE LE MELANOME lemelanome.fr LA FONDATION DU CRÉDIT MUTUEL, la solidarité par les actes Créée début 2009 et placée sous l égide de la Fondation de France, la Fondation du Crédit Mutuel regroupe différents axes du mécénat national du Crédit Mutuel : la création et la pérennisation de réseaux mutualistes d épargne et de crédit pour contribuer à l indépendance financière des populations dans les pays émergents qui lui en font la demande via le Centre International du Crédit Mutuel (CICM) ; la promotion de la lecture et de la langue française sous toutes les formes avec le pôle Lecture ; le soutien à la recherche et à la lutte contre l exclusion économique et sociale avec le pôle Recherche et Action solidaire. Depuis 2010, la Fondation du Crédit Mutuel soutient également le programme «Ensemble, reconstruisons Haïti». DÉVELOPPEMENT DE L ÉCONOMIE ET DES TERRITOIRES la banque partenaire de associations et comités d entreprise 2 e banque de l agriculture Le groupe Crédit Mutuel, présent sur le podium des banques françaises pour le microcrédit social et professionnel 2 e banque pour la monétique 3 e banque des PME 3 e financeur du logement en France Près de 30% d implantations dans des agglomérations de moins de habitants Plus d un milliard d euros sur des fonds «ISR» labellisés par Novethic GOUVERNANCE COOPÉRATIVE 1 personne = 1 voix 7,6 millions de sociétaires dont nouveaux administrateurs bénévoles 39,9 % de femmes nouvelles administratrices Assemblées générales rassemblant près de sociétaires au niveau local et régional. ENGAGEMENT SOCIAL salariés dans le groupe + de 1,96 million d heures consacrées à la formation + de 15,5 millions consacrés au mécénat et au sponsoring 240 millions de microcrédits professionnels en partenariat ENVIRONNEMENT 3 e financeur de l éco-prêt à taux zéro Près de éco PTZ accordés en 2014 Plus grand remettant «lettre verte» de La Poste 10 11

7 Zoom sur l organisation du groupe Crédit Mutuel Groupe crédit mutuel 2014 La banque de détail au service de toutes les clientèles et des territoires CRÉDIT MUTUEL, organisation de la banque coopérative Cœur du groupe, le Crédit Mutuel est une banque coopérative régie par la loi du 10 septembre Elle appartient à ses sociétaires qui détiennent son capital et orientent sa stratégie dans le cadre d un fonctionnement démocratique. NATIONAL GROUPE LE CŒUR DU DISPOSITIF LA BANQUE COOPÉRATIVE CAISSES LOCALES LE MOTEUR d implication et de réactivité du groupe CAISSES LOCALES Au Crédit Mutuel, les centres de décision se situent au plus près du terrain. La REPRÉSENTATION et la DÉFENSE des intérêts du groupe avec 2 organes nationaux, la Confédération nationale et la Caisse centrale du Crédit Mutuel GROUPES RÉGIONAUX L ORGANISATION de l activité 18 FÉDÉRATIONS RÉGIONALES Elles fédèrent l activité sur leur territoire. INTERNATIONAL MOTEUR ORGANISATION 1. LES CAISSES LOCALES Caisses locales couvrent le territoire national 7,6 millions de sociétaires administrateurs 2. LES FÉDÉRATIONS RÉGIONALES FÉDÉRATIONS RÉGIONALES (voir pages suivantes) FCMAR : Président : Jean-Louis Bazille Directrice générale : Marie-Christine Caffet 88-90, rue Cardinet Paris Cedex 17 Tél. : Les Caisses locales constituent le premier degré de la structure du Crédit Mutuel. Établissements de crédit selon la loi bancaire, elles sont le moteur d implication et de réactivité du groupe. Dix-huit Fédérations régionales couvrent l ensemble des régions françaises. A ces dix-huit Fédérations s ajoute la Fédération du Crédit Mutuel Agricole et Rural (FCMAR), à vocation nationale sur le marché de l agriculture. Ces dix-neuf Fédérations sont toutes affiliées à la Confédération nationale. Un groupe différent au service de l ensemble de ses clientèles, des entreprises et de l emploi. *au 31/12/2014. Filiales Banque & Finance Filiales Assurances points de vente* salariés* 30,1 millions de clients* Filiales Technologies Filiales Immobilier 2014 N 1 du secteur banque au podium DE LA RELATION CLIENT BearingPoint - TNS Sofres pour la 7 e fois MEILLEUR GROUPE BANCAIRE EN FRANCE (Best banking group France) pour la 3 e fois. World Finance. BANQUE DE L ANNÉE EN FRANCE (Bank of the year - France) pour la 3 e fois. The Banker. REPRÉSENTATION 3. LA CONFÉDÉRATION NATIONALE ET LA CAISSE CENTRALE CONFÉDÉRATION NATIONALE Président : Michel Lucas Directeur général : Alain Fradin Directeur général adjoint : Daniel Baal CAISSE CENTRALE Président : Bernard Flouriot Directeur général : Daniel Baal Secrétaire général : Gilles Le Noc rue Cardinet Paris Cedex 17 Tél. : Organe central du réseau, la Confédération nationale représente le Crédit Mutuel auprès des pouvoirs publics. Elle assure la défense et la promotion des intérêts de ses sociétaires et clients. La Caisse centrale, organisme financier national, gère la liquidité des Groupes régionaux et organise la solidarité financière du Crédit Mutuel. LES MÉTIERS ET FILIALES COMPLÉMENTAIRES à la banque de détail Dans une expertise élargie, le groupe a comme ambition de diversifier ses savoir-faire et d anticiper les besoins de tous ses clients, particuliers ou professionnels. Son expertise s étend à l affacturage, le crédit à la consommation, l immobilier, le crédit-bail et l assurance (2 e métier du groupe) et à tous les grands métiers corollaires de la finance (banque des grandes entreprises et d investissement, gestion d actifs, banque Pour rationaliser privée ) les coûts et et les moyens, ceux les Groupes régionaux ont constitué des basés sur les nouvelles Caisses technologies (inter)fédérales communes. (téléphonie, télésurveillance, Six Groupes régionaux organisent et fédèrent désormais l activité en région. Il s agit des Groupes de : CM Antilles Guyane, CM Arkéa, CM Maine-Anjou, Basse-Normandie, CM Nord Europe, CM Océan et CM11. informatique de pointe liée aux moyens de paiement ). Ainsi le groupe Crédit Mutuel met à la disposition de ses sociétaires-clients une offre et des services de qualité, innovants et sur-mesure, en tous points du territoire. POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES PRINCIPALES FILIALES DU GROUPE, SE REPORTER AUX SITES INTERNET CI-APRÈS : CRÉDIT MUTUEL ARKÉA (Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, Federal Finance, Financo, Fortuneo Banque, Suravenir, Suravenir Assurances ) CM 11 (GaCM, BECM, BfCM, CIC, CM-CIC, Cofidis, Euro Information, Fivory, Monetico, State Farm, Targobank ) CRÉDIT MUTUEL NORD EUROPE (ACMN, BCMNE, La Française, CMNE Belgium, Beobank, BKCP, NEA ) 12 13

8 Les 18 fédérations régionales du Crédit Mutuel (30 juin 2015) La Fédération régionale est l organe de stratégie et de contrôle qui représente le Crédit Mutuel dans sa région. Elle est administrée par des Conseils élus par les Caisses locales. Au total, dix-huit Fédérations régionales couvrent l ensemble du territoire français. à ces dix-huit Fédérations régionales s ajoute la Fédération du Crédit Mutuel Agricole et Rural (CMAR), à vocation nationale sur le marché de l agriculture. Ces dix-neuf Fédérations sont toutes affiliées à la Confédération nationale du Crédit Mutuel. ANJOU 49 Maine-et-Loire Président : Bernard Flouriot Directeur général : Isabelle Pitto 1, place Molière - B.P Angers Cedex 01 Tél. : ANTILLES-GUYANE 97-1 Guadeloupe, 97-2 Martinique, 97-3 Guyane, 97-4 Saint-Martin Président : Pierre Julius Directeur général : Alain Delserieys Rue du Prof. Raymond Garcin CS Fort-de-France - Martinique Tél. : BRETAGNE 22 Côtes-d Armor, 29 Finistère, 35 Ille-et-Vilaine, 56 Morbihan Président : Jean-Pierre Denis Directeur général : Jean-Pierre Le Tennier Brest Cedex 9 Tél. : CENTRE 18 Cher, 28 Eure-et-Loire et cantons limitrophes, 36 Indre, 37 Indre-et-Loire, 41 Loir-et-Cher, 45 Loiret Président : Damien Lievens Directeur général : Jean-Pierre Babel Place de l Europe 105, rue du Faubourg Madeleine Orléans Cedex 9 Tél. : CENTRE EST EUROPE 10 Aube, 21 Côte-d Or, 25 Doubs, 39 Jura, 54 Meurthe-et-Moselle, 55 Meuse, 57 Moselle, 58 Nièvre, 52 Haute-Marne, 67 Bas-Rhin, 68 Haut-Rhin, 70 Haute-Saône, 71 Saône-et-Loire nord, 88 Vosges, 89 Yonne, 90 Territoire-de-Belfort Président : Michel Lucas Directeur général : Alain Fradin 34, rue du Wacken Strasbourg Cedex 9 Tél. : DAUPHINÉ-VIVARAIS 07 Ardèche, 26 Drôme, 38 Isère arrondissement de Grenoble Président : Michel Vieux Directeur général : Didier Griot , av. Victor Hugo B.P Valence Cedex Tél. : Fax : ILE-DE-FRANCE 75 Paris, 77 Seine-et-Marne, 78 Yvelines, 91 Essonne, 92 Hauts-de-Seine, 93 Seine-Saint-Denis, 94 Val-de-Marne, 95 Val-d Oise Président : Jean-Louis Girodot Directeur général : Daniel Baal 18, rue de la Rochefoucauld Paris Cedex 09 Tél. : LOIRE-ATLANTIQUE ET CENTRE-OUEST 19 Corrèze, 23 Creuse, 44 Loire-Atlantique, 79 Deux-Sèvres nord, 86 Vienne, 87 Haute-Vienne Président : Alain Têtedoie Directrice générale : Christine Zanetti 46, rue du Port-Boyer - B.P Nantes Cedex 3 Tél. : MAINE-ANJOU, BASSE-NORMANDIE 49 Maine-et-Loire nord, 50 Manche, 53 Mayenne, 61 Orne, 72 Sarthe Président : Daniel Leroyer Directeur général : Pascal Durand 43, boulevard Volney Laval Cedex 9 Tél. : MASSIF CENTRAL 03 Allier, 12 Aveyron, 15 Cantal, 63 Puy-de-Dôme Président : Jean-François Devaux Directeur général : Didier Ardouin 61, rue Blatin B.P Clermont-Ferrand Cedex 1 Tél. : MÉDITERRANÉEN 04 Alpes-de-Haute-Provence, 05 Hautes-Alpes, 06 Alpes-Maritimes, 11 Aude,13 Bouches-du-Rhône, 2A Corse-du-Sud, 2B Haute-Corse, 30 Gard, 34 Hérault, 48 Lozère, 66 Pyrénées-Orientales, 83 Var, 84 Vaucluse, Principauté de Monaco Président : Lucien Miara Directeur général : Christian Marcot 494, avenue du Prado - B.P Marseille Cedex 08 Tél. : MIDI-ATLANTIQUE 09 Ariège, 31 Haute-Garonne, 32 Gers, 40 Landes, 46 Lot, 47 Lot-et-Garonne, 64 Pyrénées Atlantiques, 65 Hautes-Pyrénées, 81 Tarn, 82 Tarn-et-Garonne Président : Gérard Bontoux Directeur général : Sylvain Besançon 10, rue de la Tuilerie B.P Balma Cedex Tél. : Les Fédérations régionales du Crédit Mutuel NORD EUROPE 02 Aisne, 08 Ardennes, 51 Marne, 59 Nord, 60 Oise, 62 Pas-de-Calais, 80 Somme Président : Philippe Vasseur Directeur général : Éric Charpentier 4, place Richebé - B.P Lille Cedex Tél. : NORMANDIE 14 Calvados, 27 Eure, 76 Seine-Maritime Président : Hervé Brochard Directeur général : Luc Chambaud 17, rue du 11 Novembre Caen Cedex 4 Tél. : OCÉAN 17 Charente-Maritime, 79 Deux-Sèvres sud, 85 Vendée Président : André Lorieu Directeur général : Luc Cortot 34, rue Léandre-Merlet B.P La Roche-sur-Yon Cedex 27 Tél. : SAVOIE-MONT BLANC 73 Savoie, 74 Haute-Savoie Président : Albert Peccoux Directeur général : Eric Petitgand 99, avenue de Genève B.P Annecy Cedex Tél. : SUD-EST 01 Ain, 38 Isère nord, 42 Loire, 43 Haute-Loire, 69 Rhône, 71 Saône-et-Loire sud Président : Gérard Cormorèche Directeur général : Bernard Gay 8-10, rue Rhin-et-Danube C.P Lyon Cedex 09 Tél. : SUD-OUEST 16 Charente, 24 Dordogne, 33 Gironde Président : Christian Touzalin Directeur général : Jean-Marc Jay Rue Antoine Becquerel Pessac Tél. :

9 LES CAISSES FÉDÉRALES du Crédit Mutuel (État des regroupements au 1 er janvier chiffres au 31 décembre 2014.) Les Caisses fédérales (outils financiers des régions) se sont regroupées, ces dernières années, pour constituer des Caisses fédérales communes. Ces regroupements tendent à rationaliser les moyens et les coûts dans le cadre de partenariats techniques, informatiques et financiers. Crédit Mutuel ANTILLES-GUYANE Clients 29 Points de vente Crédits : M Épargne : M Produit net bancaire : 84 M Résultat net : 21 M Capitaux propres : 310 M Caisse interfédérale ARKÉA 3,6 millions de Clients 515 Points de vente Crédits : M Épargne : M Produit net bancaire : M Résultat net : 271 M Capitaux propres (Part du groupe) : M Caisse fédérale de CRÉDIT MUTUEL (CM11) 23,5 millions de Clients Points de vente Crédits : M Épargne : M Produit net bancaire : M Résultat net : M Capitaux propres (Part du groupe) : M Crédit Mutuel MAINE-ANJOU, BASSE-NORMANDIE Clients 173 Points de vente Crédits : M Épargne : M Produit net bancaire : 294 M Résultat net : 89 M Capitaux propres (Part du groupe) : M Crédit Mutuel NORD EUROPE 1,6 million de Clients 354 Points de vente Crédits : M Épargne : M Produit net bancaire : M Résultat net : 242 M Capitaux propres (Part du groupe) : M Crédit Mutuel OCÉAN Clients 180 Points de vente Crédits : M Épargne : M Produit net bancaire : 276 M Résultat net : 53 M Capitaux propres (Part du groupe) : M Les Groupes régionaux NOTRE DIFFÉRENCE? une organisation au plus près des besoins de nos sociétaires-clients. Crédit Mutuel Antilles-Guyane Caisse interfédérale Arkéa (Caisse commune pour les Groupes régionaux de Bretagne, Massif Central et Sud-Ouest) Caisse LOCALE Premier degré de la structure Crédit Mutuel. La Caisse locale est une société coopérative à capital variable dont le capital est détenu par les sociétaires-clients. Au 31 décembre 2014, elles étaient à couvrir le territoire national. Elles sont regroupées au sein de 18 Groupes régionaux (Fédérations et Caisses). Administrateur Sociétaire membre du Conseil d administration de sa Caisse locale. Sociétaire Client associé du Crédit Mutuel. Le sociétaire détient une part sociale qui fait de lui le copropriétaire de sa Caisse locale. À l échelle du groupe Crédit Mutuel, 7,6 millions de sociétaires exercent leur contrôle sur la gestion de leur Caisse et désignent leurs représentants à l occasion des Assemblées générales annuelles. Groupes RÉGIONAUX (deuxième degré) Fédération. Organe de stratégie et de contrôle qui représente le Crédit Mutuel dans sa région. Caisse (inter)fédérale. Organisme financier régional. Pour optimiser leurs forces, ces organismes se sont regroupés ces dernières années. Au 1 er janvier 2015, 2 Caisses communes intervenaient sur leur région : la Caisse interfédérale Arkéa (pour les Groupes de Bretagne, Massif Central et Sud-Ouest) et la Caisse fédérale de Crédit Mutuel également appelée CM11. CM11 est aujourd hui la Caisse commune la plus importante du groupe Crédit Mutuel puisque 11 Groupes régionaux y ont réuni et fédéré leurs forces (voir carte ci-contre). Organismes NATIONAUX (troisième degré) Confédération Nationale du Crédit Mutuel (CNCM). Association «Loi 1901» à laquelle adhèrent les Fédérations régionales du Crédit Mutuel. Elle rend des services non bancaires à ses adhérents, défend leurs intérêts et les représente auprès des pouvoirs publics. Caisse Centrale du Crédit Mutuel (CCCM). Organisme national qui gère la liquidité et organise la solidarité financière des Groupes. Caisse fédérale de Crédit Mutuel au 1 er janvier Cet ensemble regroupe 11 Groupes de Crédit Mutuel et est appelé CM11. Il fédère les Groupes régionaux de : Anjou, Centre, Centre Est Europe, Dauphiné-Vivarais, Ile-de-France, Loire-Atlantique et du Centre-Ouest, Méditerranéen, Midi-Atlantique, Normandie, Savoie-Mont Blanc et Sud-Est. Crédit Mutuel Maine-Anjou, Basse-Normandie Crédit Mutuel Nord Europe Crédit Mutuel Océan 16 17

10 CIC NORD OUEST CIC CIC EST CIC OUEST Filiale, le CIC constitue le 2 e Réseau Bancaire du groupe Crédit Mutuel. Mises à jour au 30 juin 2015 Chiffres au 31 décembre 2014 (millions ) CIC SUD OUEST CIC lyonnaise de banque En plus des fondations régionales, le groupe met en œuvre au plan national un mécénat qui traduit sur le terrain et au quotidien les ambitions solidaires du groupe. Au travers de sa fondation nationale, il intervient depuis 2009 dans différents domaines de l intérêt général et de la solidarité. LES BANQUES RÉGIONALES DU CIC CIC HOLDING ET BANQUE DE RÉSEAU SUR LA RÉGION PARISIENNE Chiffres du réseau bancaire Clients 309 Points de vente Crédits : M Dépôts : M Produit net bancaire* : 617 M Résultat net social : NS Capitaux propres : NS Président-directeur général : Nicolas Théry** Directeur général : Alain Fradin Directeurs généraux adjoints : Daniel Baal, Philippe Vidal 6, avenue de Provence Paris Tél. : CIC SUD OUEST Clients 276 Points de vente Crédits : M Dépôts : M Produit net bancaire* : 305 M Résultat net* : 38 M Capitaux propres (part du groupe) : 296 M Président-directeur général : Pascale Ribault Cité Mondiale - 20, quai des Chartrons Bordeaux Cedex Tél. : CIC EST Clients 352 Points de vente Crédits : M Dépôts : M Produit net bancaire* : 620 M Résultat net* : 103 M Capitaux propres (part du groupe) : 747 M Président-directeur général : Nicolas Théry 31, rue Jean Wenger-Valentin Strasbourg Tél. : CIC OUEST Clients 356 Points de vente Crédits : M Dépôts : M Produit net bancaire* : 455 M Résultat net* : 64 M Capitaux propres (part du groupe) : 598 M Président-directeur général : Laurent Métral 2, avenue Jean-Claude Bonduelle Nantes Tél. : CIC NORD OUEST Clients 305 Points de vente Crédits : M Dépôts : M Produit net bancaire* : 505 M Résultat net* : 116 M Capitaux propres (part du groupe) : 668 M Président-directeur général : Eric Cotte 33, avenue Le Corbusier Lille Tél. : CIC LYONNAISE DE BANQUE Clients 449 Points de vente Crédits : M Dépôts : M Produit net bancaire* : 644 M Résultat net* : 70 M Capitaux propres (part du groupe) : 770 M Président : Philippe Vidal Directrice générale : Isabelle Bourgade 8, rue de la République Lyon Tél. : *Social **Nicolas Théry a été nommé Président-directeur général du CIC le 11 décembre Il succède à Michel Lucas. LE CENTRE INTERNATIONAL DU CICM Contribuer à l indépendance financière des pays émergents LE PÔLE LECTURE Permettre l accès à la lecture au plus grand nombre LE PÔLE RECHERCHE ET ACTION SOLIDAIRE Soutenir les associations et les équipes de recherche Fondation du Crédit Mutuel Président : Étienne Pflimlin Contacts : Frédéric Monot, Délégué général de la FCM Marie-Lorraine Kerr, Déléguée pôle Lecture Christophe Brindel, Directeur CICM Frédéric Monot, pôle Recherche et Programme Haïti 88-90, rue Cardinet Paris Cedex 17 Tél. : Courriel : LE PROGRAMME «ENSEMBLE, RECONSTRUISONS HAÏTI» Reconstruire un hôpital et édifier une ville nouvelle 18 Tout savoir sur le cic : Tout savoir sur la Fondation du Crédit Mutuel : 19

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL

L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL BaNquE de L année En france Photos Crédit Mutuel - Thinkstock L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL www.creditmutuel.com PROFIL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL En BANCASSUREUR DE PREMIER PLAN EN FRANCE, le groupe

Plus en détail

C EST ÇA LA DIFFÉRENCE! L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL EN 2012

C EST ÇA LA DIFFÉRENCE! L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL EN 2012 C EST ÇA LA DIFFÉRENCE! L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL EN 2012 SERVICES ET ENGAGEMENT POUR NOS 30,1 MILLIONS DE SOCIÉTAIRES ET CLIENTS DANS UN MODÈLE DIFFÉRENT, PERFORMANT ET RIGOUREUX LE GROUPE À

Plus en détail

L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL EN 2011

L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL EN 2011 L ESSENTIEL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL EN 2011 PROXIMITÉ, SERVICES, ENGAGEMENT, LE GROUPE CRÉDIT MUTUEL MET SON EXPERTISE À LA DISPOSITION DE SES 28,8 MILLIONS DE SOCIÉTAIRES ET CLIENTS BANQUE DE L ANNÉE

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce?

Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Q1 À quel titre venez-vous sur le site de l'apce? Répondues : 6 351 Ignorées : 28 Enseignant(e) En phase de reprise d'entreprise Autre (veuillez préciser) En phase de création d'entreprise ou d'auto-entreprise

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Contenu du fichier «décès»

Contenu du fichier «décès» Contenu du fichier «décès» Liste des s Code Libellé Page ACTIV Code activité du décédé 2 ADEC Année de décès 2 ANAIS Année de naissance du décédé 2 DEPDEC Département de décès 2 DEPDOM Département de domicile

Plus en détail

Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014

Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014 Variables du fichier détail Décès de l'état Civil 1998-2014 Variable Libellé 1998 à 2014 ACTIV Code activité du décédé X ADEC Année du décès X ANAIS Année de naissance du décédé X DEPDEC Département du

Plus en détail

L ESSENTIEL DU GROUPE EN 2010

L ESSENTIEL DU GROUPE EN 2010 L ESSENTIEL DU GROUPE EN ACTEUR MAJEUR DE LA BANQUE DE DÉTAIL, LE GROUPE CRÉDIT MUTUEL MET SON EXPERTISE À LA DISPOSITION DE PRÈS DE 30 MILLIONS DE CLIENTS RÉCOMPENSES Élue banque française de l année

Plus en détail

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement

Fédérations Départementales de la Ligue de l enseignement Fédération Départementale de l Ain (01) Fédération Départementale de l Aisne (2) 03.23.54.53.20 fol02@hotmail.com Fédération Départementale de l Allier (03) 04.70.46.85.23 fal.allier@wanadoo.fr Fédération

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Dénombrement des entreprises 2014. Liste des variables

Dénombrement des entreprises 2014. Liste des variables Dénombrement des entreprises 2014 Liste des variables Index des variables : s de localisation : REGION DEP AU ZE UU COM s économiques : APE A64 A38 A21 A10 TAILLE s d identification : CHAMP CJ1 CJ2 ARTISAN

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 390 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 23 juillet 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les entreprises artisanales Mise à jour de juillet 2014 1 4 Millions d adresses email BtoB couvrant plus de 2 Millions d entreprises

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France En septembre, poursuite de la croissance Après un été ensoleillé, la croissance se confirme au mois de septembre. La clientèle d affaires est au rendez-vous. En province,

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France 2011 s achève sur un mois de décembre mitigé Le mois de décembre 2011 a été marqué par un ralentissement de la croissance dans l hôtellerie économique et 2 étoiles. Sur

Plus en détail

Performance des résultats et solidité renforcée

Performance des résultats et solidité renforcée 4 mars 2015 Le groupe Crédit Mutuel en 2014 1 Performance des résultats et solidité renforcée Un résultat net de 3 027 M (soit + 11,4 %) permettant de renforcer la structure financière du Crédit Mutuel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 18 avril 2013 pris pour l application de l article 233 du décret n o 2012-1246 du 7 novembre 2012

Plus en détail

Paris, le 15 juin 2004. Le Président de La Poste

Paris, le 15 juin 2004. Le Président de La Poste Paris, le 15 juin 2004 Le ministre de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les présidents des Conseils généraux à l attention des Mesdames et Messieurs les directrices et directeurs

Plus en détail

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS RETROUVEZ VOTRE POLE DE GESTION DES CONSIGNATIONS EN FONCTION DE VOTRE DEPARTEMENT VOTRE DEPARTEMENT VOTRE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 32 du 27 juin 2014 TEXTE SIGNALE ARRÊTÉ modifiant l arrêté du 18 avril 2013 pris pour l application de l article 233 du décret n 2012-1246 du 7 novembre

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton

Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton VOIRIE ENVIRONNEMENT Les bordures et caniveaux préfabriqués en béton : >> Afin de toujours mieux répondre aux exigences du marché, l Industrie du Béton est

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ

DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE SÉCURITÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE NATIONALE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DU MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE LA ZONE NORD DOSSIER DE CANDIDATURE À UN EMPLOI D ADJOINT DE

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France La tendance baissière s accentue Janvier avait donné le ton. La tendance baissière se confirme et s étend sur les catégories économique et super-économique. Dans les entreprises,

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007

L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SÉRIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL L offre d accueil collectif des enfants de moins de 6 ans en 2007 Enquête annuelle

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Rapport annuel 2014 CONFIANCE ET SOLIDITÉ C EST ÇA LE LIEN FÉDÉRATEUR DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL

Rapport annuel 2014 CONFIANCE ET SOLIDITÉ C EST ÇA LE LIEN FÉDÉRATEUR DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL CONFIANCE ET SOLIDITÉ C EST ÇA LE LIEN FÉDÉRATEUR DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL Rapport annuel 2014 SOMMAIRE 8 16 24 56 66 110 Le mot du Président 04 Le Conseil d administration de la CNCM 06 Profil du groupe

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers Appel à projets national 2014 Aide à l investissement en faveur des logements-foyers 1 Appel à projets national 2014 Logement-foyer Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales

Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales Petit panorama des interfaces des archives numérisées par les Archives départementales Denis Roegel 18 juin 2014 Table des matières 1 La diversité des interfaces 3 1.1 Étendue de la numérisation...................

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 2013 2014

Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 2013 2014 Supplément N 34 3 e trimestre 214 Tableaux de chasse ongulés sauvages saison 213 214 Le cerf continue sa progression régulière cette année, alors que le chevreuil stagne et que les prélèvements du sanglier

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

En savoir plus sur le Registre des Ostéopathes de France : www.osteopathie.org. Contact : 05 56 18 80 44 / 05 56 18 80 48

En savoir plus sur le Registre des Ostéopathes de France : www.osteopathie.org. Contact : 05 56 18 80 44 / 05 56 18 80 48 Enquête démographique Les chiffres de l'ostéopathie en janvier 2015 Ostéopathes exclusifs et praticiens autorisés à user du titre Les chiffres par département En savoir plus sur le Registre des Ostéopathes

Plus en détail

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015*

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015* Le 19 novembre 2015 (1) de France Métropolitaine* 591,3 434,1 45,3 100,1 30,0 10,2 232,9 21,2 264,9 1,6 1 731,6 Ile de France 234,1 128,0 2,8 19,9 4,9 4,1 41,9 1,5 121,2 0,3 558,7 75 Paris 140,0 48,5 0,5

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Bilan de l année 2012

Bilan de l année 2012 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale LA PREVOYANCE DU SPORT Pourquoi un régime de prévoyance dans le sport? Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale Une

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat Arrêté du [ ] fixant les conditions d achat de l électricité

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

Bilan de l année 2010

Bilan de l année 2010 Bilan de l année 2010 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION ROUTIERES - 2

Plus en détail

ANNUAIRE STATISTIQUE

ANNUAIRE STATISTIQUE ANNUAIRE STATISTIQUE 1 CHIFFRES CLÉS 3 2 POINTS TECHNIQUES 4 3 EFFECTIFS CMU-C 6 4 DÉPENSE POUR LA PART CMU-C 12 5 EFFECTIFS CMU DE BASE 20 6 EFFECTIFS AIDE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ 21 7 ASSIETTE DE LA CONTRIBUTION

Plus en détail

Projet de modification de

Projet de modification de RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Projet de modification de Arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d application de la troisième période du

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

un symbole qui garantit à tous accueil, accessibilité et confort. Label Tourisme & Handicap : www.dgcis.gouv.fr/marques-nationales-tourisme

un symbole qui garantit à tous accueil, accessibilité et confort. Label Tourisme & Handicap : www.dgcis.gouv.fr/marques-nationales-tourisme Label Tourisme & Handicap : un symbole qui garantit à tous accueil, accessibilité et confort. Les marques du tourisme Retrouvez l ensemble des sites labellisés Tourisme et Handicap sur www.dgcis.gouv.fr/marques-nationales-tourisme

Plus en détail

ATTESTATION DE PARUTION

ATTESTATION DE PARUTION LE PARISIEN PARIS Le 20/12/2013 LE PARISIEN SEINE ET MARNE Le 20/12/2013 LE PARISIEN YVELINES Le 20/12/2013 LE PARISIEN ESSONNE Le 20/12/2013 LE PARISIEN HAUTS DE SEINE Le 20/12/2013 LE PARISIEN SEINE

Plus en détail

TRANSVERSAL ET DEMOGRAPHIE

TRANSVERSAL ET DEMOGRAPHIE B.C.P TRANSVERSAL ET DEMOGRAPHIE Démographie INSEE et DEPP UNIVERS démographie INSEE et DEPP (démographie INSEE et DEPP) Années de 1981 à 2017 Editée le 30 mars 2015 UNIVERS BOb origine des données et

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Textes généraux MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Délégation à la sécurité et à la circulation routières Sous-direction de l éducation routière

Plus en détail

1,6 MILLION DE PARTICULIERS EMPLOYEURS FIN 2002

1,6 MILLION DE PARTICULIERS EMPLOYEURS FIN 2002 ACO S S STA T BILAN 1,6 MILLION DE PARTICULIERS EMPLOYEURS FIN 2002 N 06 - JUIN 2003 Le nombre de particuliers employeurs de personnel à domicile s est fortement accru depuis 1990, passant d environ 500

Plus en détail

Les professions de santé au 1 er janvier 2012

Les professions de santé au 1 er janvier 2012 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SÉRIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Les professions de santé au 1 er janvier 2012 Daniel SICART n 168 mars 2012 MINISTÈRE

Plus en détail

dossier de presse JUILLET 2012

dossier de presse JUILLET 2012 dossier de presse JUILLET 2012 GDF SUEZ s engage contre la Précarité Énergétique en france être utile aux hommes SOMMAIRE Précarité Énergétique 02 I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

R E G L E M E N T I N T E R I E U R FFGOLF. ARTICLE 1 er : objet. ARTICLE 2 : licence

R E G L E M E N T I N T E R I E U R FFGOLF. ARTICLE 1 er : objet. ARTICLE 2 : licence R E G L E M E N T I N T E R I E U R FFGOLF ARTICLE 1 er : objet Le présent règlement a pour objet de compléter et d'expliciter, sur quelques points, les statuts fédéraux. ARTICLE 2 : licence En application

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 1 Entre L Etat, représenté par le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Pierre MOSCOVICI, la Ministre de l Egalité des territoires et du logement,

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

la filière de l expertise comptable Audit Comptabilité Conseil Gestion Finance .COM FUTUR FUTUR expert .COM expert Futurexpert.com

la filière de l expertise comptable Audit Comptabilité Conseil Gestion Finance .COM FUTUR FUTUR expert .COM expert Futurexpert.com Choisissez la filière de l expertise comptable Une promesse d avenirs Audit Comptabilité Conseil Gestion Finance Futurexpert.com Futurexpert.com.COM FUTUR expert FUTUR expert.com MÉTIERS Votre parcours

Plus en détail

C EST ÇA LA DIFFÉRENCE!

C EST ÇA LA DIFFÉRENCE! C EST ÇA LA DIFFÉRENCE! GROUPE CRÉDIT MUTUEL 2012 GROUPE CRÉDIT MUTUEL RAPPORT ANNUEL 2012 SOMMAIRE Le mot du Président 05 Le Conseil d administration de la CNCM 06 24 PROFIL UN GROUPE DYNAMIQUE La carte

Plus en détail

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Année 2012. Les accidents corporels de la circulation. Recueil de données brutes "Document de travail" DE LA SECURITE ROUTIERE

Année 2012. Les accidents corporels de la circulation. Recueil de données brutes Document de travail DE LA SECURITE ROUTIERE OBSERVATOIRE NATIONAL INTERMINISTERIEL DE LA SECURITE ROUTIERE Les accidents corporels de la circulation Recueil de données brutes "Document de travail" 12 2 0 Année 2012 Mai 2013 SOMMAIRE Définitions

Plus en détail

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Statistiques 2014 2014 C Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche

Plus en détail

document de travail Les professions de santé SÉRIE STATISTIQUES N 189 JUIN 2014

document de travail Les professions de santé SÉRIE STATISTIQUES N 189 JUIN 2014 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES document de travail SÉRIE STATISTIQUES N 189 JUIN 2014 Les professions de santé AU 1 ER JANVIER 2014 Daniel SICART Direction

Plus en détail

Le pôle Lecture de la Fondation du Crédit Mutuel. La lecture, un passeport pour la. liberté

Le pôle Lecture de la Fondation du Crédit Mutuel. La lecture, un passeport pour la. liberté Le pôle Lecture de la Fondation du Crédit Mutuel La lecture, un passeport pour la liberté La lecture, un passeport pour la Lecture Passeport Liberté, trois mots pour comprendre un mécénat : Apprendre à

Plus en détail

La France face au coût de la dépendance des personnes âgées

La France face au coût de la dépendance des personnes âgées OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face au coût de la dépendance des personnes âgées Analyse à l échelle nationale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face au coût de la dépendance

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

document de travail Les professions de santé SÉRIE STATISTIQUES N 183 AOUT 2013

document de travail Les professions de santé SÉRIE STATISTIQUES N 183 AOUT 2013 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES document de travail SÉRIE STATISTIQUES N 183 AOUT 2013 Les professions de santé AU 1 ER JANVIER 2013 Daniel SICART Direction

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Propriétaire Mandat de vente d un hôtel-restaurant 3* de c. 40 ch., sous enseigne, entièrement rénové (murs fonds

Plus en détail

Malgré un repli, la création d entreprises reste toujours à un niveau élevé en 2011

Malgré un repli, la création d entreprises reste toujours à un niveau élevé en 2011 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE EN 2011 Malgré un repli, la création d entreprises reste toujours à un niveau élevé 549 805 créations d entreprises ont été recensées en France. Pour la première année

Plus en détail

Rappels sur les principes de la garantie jeunes

Rappels sur les principes de la garantie jeunes Rappels sur les principes de la garantie jeunes La «garantie jeunes» française est un dispositif inscrit au Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté adopté lors du Comité interministériel de lutte

Plus en détail

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance 2012 CAISSE D EPARGNE : UNE BANQUE ENGAGÉE DANS SA RÉGION LA BANQUE. NOUVELLE DÉFINITION. LE MESSAGE DES PRÉSIDENTS Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance Jean-Marc Carcelès

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité TCH Conseil, Evaluation et Transaction Références récentes Mandat de vente Hôtel restaurant 3* (> 70 ch.), bar, parking Vente murs et fonds Hautes-Pyrénées

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de

Plus en détail

Bilan statistique de l année 2009

Bilan statistique de l année 2009 Bilan statistique de l année 2009 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION ROUTIERES

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

2013-2014 Les chiffres clefs de l enseignement catholique

2013-2014 Les chiffres clefs de l enseignement catholique 2013-2014 Les chiffres clefs de l enseignement catholique 2 042 500 élèves l 134 500 enseignants l 9 000 établissements Les établissements D. R. En France métropolitaine et dans les DOM, on compte 8 970

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Conseil Régional Propriétaire Développeur Constructeur Assistance à la mise en œuvre de projets touristiques Evaluation

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Vous avez un projet d achat ou de vente d hôtel, de développement ou de repositionnement In Extenso Tourisme Hôtellerie

Plus en détail

www.interieur.gouv.fr

www.interieur.gouv.fr www.interieur.gouv.fr Sommaire PREAMBULE 2 LES CATEGORIES DE PERMIS PREMIERE PARTIE 3 LES CANDIDATS ENREGISTRES EN PREFECTURE DEUXIEME PARTIE 8 LES EPREUVES THEORIQUES GENERALES TROISIEME PARTIE 13 LES

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

Carnet pour jouer en voiture

Carnet pour jouer en voiture Carnet pour jouer en voiture Idées de jeux pour s occuper en voiture avec Petitestetes.com Dans la même collection Carnet de comptines Règles de jeux de cartes Mots croisés Retrouvez des idées de sorties

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

APOSTILLE DE LA HAYE

APOSTILLE DE LA HAYE APOSTILLE DE LA HAYE En France l apostille de la haye s obtient auprès de la cour d appel du lieu ou a été émis le document. Cour d appel de : PARIS Palais de Justice 2 et 4 Bd du Palais 75001 PARIS Tel

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail