National report Algeria September Prepared by

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "National report Algeria September 2012. Prepared by"

Transcription

1 Assessment of Risk and Uncertainty Related to Coastal Aquifer Management in Algeria National report Algeria September 2012 Prepared by A. HAOUCHINE Laboratory of Geo-Environment and Water Resources -Faculty of Earth Sciences - University of Sciences and Technology Houari Boumediene USTHB Alger / Algérie

2 Table des matières 1 ère Partie: Description Présentation générale Identification et caractérisation des aquifères côtiers Utilisation des eaux souterraines côtières: Pressions, Sollicitations et vulnérabilité des aquifères Population Agriculture Tourisme et industrie Changement climatique ème partie: Evaluation des risques Surexploitation, intrusion marine Confrontations besoins-ressources, tendances Stratégie nationale Dessalement de l'eau de mer Réutilisation des eaux usées ème partie: Recommandations scientifiques: de gestion: De politique: ème partie: cas étudiés La plaine de la Mitidja La plaine d Annaba La plaine alluviale de l oued Kebir et le massif du Guerbes Le plateau de Mostaganem La plaine de l oued Nador Exemple de modélisation d'une intrusion marine: la plaine de la mitidja - est Références bibliographiques... 30

3 Table des figures Figure 1 Carte des bassins versants côtiers de l'algérie du Nord (extrait du MNT Algérie, Source : 1 Figure 2 Principaux domaines structuraux de l Algérie du Nord (in 2 Figure 3 Carte bioclimatique de l Algérie du Nord (ANAT, 2004)... 3 Figure 4 Extrait de la carte des précipitations moyennes annuelles de l'algérie (ANRH, 2008)... 3 Figure 5 Carte de localisation et dénomination des aquifères côtiers en Algérie (Source: ANRH, 2010)... 5 Figure 6 Carte de répartition de la densité de population en Algérie du Nord. (Etablie d'après le RGPH 2008, source: ONS)... 9 Figure 7 Carte d'occupation du sol de l'algérie (INSID, 2011) Figure 8 Carte de répartition des unités industrielles en Algérie (Kacemi, 2008) Figure 9 Evolution de la température moyenne annuelle station d'oran Figure 10 Evolution de la pluviométrie moyenne annuelle station d'oran Figure 11 Evolution de la profondeur de la nappe de la Mitidja PZn 1 Hamiz/21 (Moustiri, 2011) Figure 12 localisation des différentes études de l'intrusion marine en Algérie Figure 13 Carte de répartition des stations de dessalement Figure 14 La Station d'épuration d'oran en cours de réalisation Figure 15 Carte géologique simplifiée de la plaine de la Mitidja (PNE, 2010) Figure 16 Carte géologique simplifiée des différentes nappes de la région de Annaba (PNE, 2010) Figure 17 Extrait de la carte hydrogéologique de la région de Mostaganem (Source: ANRH, 1978) Figure 18 Carte géologique simplifiée de la plaine de Oued Nador (PNE, 2010) Figure 19 Calage piézométrie Figure 20 Piézométrie mesurée Figure 21 Calcul de la piézométrie et de la concentration en sels actuelles Figure 22 résultats de la simulation scénario 1 - Toit de l'aquifère Figure 23 résultats de la simulation scénario 1 - Mur de l'aquifère Figure 24 Résultats de la simulation scénario 2 - Toit de l'aquifère Figure 25 Résultats de la simulation scénario 2 - Mur de l'aquifère Figure 26 Résultats de la simulation scénario 3 - Toit de l'aquifère Figure 27 résultats de la simulation scénario 3 - Mur de l'aquifère... 29

4 Table des tableaux Table 1 Bassins versants et Principaux cours d'eau de l'algérie du nord... 2 Table 2 Quelques caractéristiques des nappes côtières... 6 Table 3 Caractéristiques de certains aquifères côtiers (Djabri & al, 2003)... 8 Table 4 Les unités de dessalement d'eau de mer de grandes capacités (PNE, 2010) Table 5 Les petites unités de dessalement d'eau de mer de type monobloc (PNE, 2010)... 16

5 1 ÈRE PARTIE: DESCRIPTION 1.1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE Avec une superficie de plus de Km², l'algérie du Nord se situe entre et en latitude et et en longitude. Elle est limitée au Nord par la Mer Méditerranée, à l'est par la Tunisie, à l'ouest par le Maroc et au Sud par l'atlas saharien algérien (fig.1). Au-delà de l'atlas saharien, l'algérie s'enfonce sur plus de 2400km dans le continent africain, au cœur du Sahara. Sur le plan hydrographique, cette zone se décompose en dix-sept (17) grands bassins versants hydrologiques dont quinze présentent un exutoire vers la Mer Méditerranée et déterminent ainsi un linéaire côtier de 1622 Km. Figure 1 Carte des bassins versants côtiers de l'algérie du Nord (extrait du MNT Algérie, Source : D'une manière générale, le réseau hydrographique est assez dense, conséquence d'une lithologie à forte fraction argileuse des terrains constituants les bassins versants (ANRH, 1993). Les cours d eau naissent sur les sommets des montagnes du Tell. Tout en étant parallèles, ces cours d eau descendent des flancs nord pour se jeter dans la mer en traversant les plaines alluviales. Ces plaines côtières (sièges des principaux aquifères alluvionnaires) se succèdent d Ouest en Est, en unités isolées les unes des autres par les massifs maritimes. Elles sont dues, principalement, à des affaissements et remplies d importants dépôts alluviaux, arrosées à la fois par les précipitations et par les rivières qui les traversent. Elles correspondent aux débouchés de ces cours d eau qui présentent un apport moyen annuel de 10.6 x10 9 m 3 /an. (MRE, 2010). 1

6 Le tableau qui suit récapitule les principales caractéristiques des bassins versants côtiers de l'algérie. Table 1 Bassins versants et Principaux cours d'eau de l'algérie du nord N Bassins versants Surface Km² Apport(Hm 3 /an) Période moyenne Principaux oueds Côtiers Oranais Ouest Oued El Malah 04 Côtiers Oranais Centre la grande Sebkha d'oran Côtiers Oranais Est 16 Tafna Oued Tafna 11 Macta Oueds El Hammam et Mekerra 01 Chéliff Oued Chlef 02 Côtiers Algérois Ouest Oueds El Hachem, Nador, Mazafran, et El Harrach Côtiers Algérois Est Oued Sebaou 09 Isser Oued Isser 15 Soummam Oued Soummam Côtiers Constantinois Ouest Oueds Agrioun, Djendjen et Nil 03 Côtiers Constantinois Centre Oueds Guebli et Safsaf Côtiers Constantinois Est Oueds Mafragh et Bounamoussa 10 Kébir Rhumel Oued El Kebir 14 Seybouse OuedSeybouse Total apports (Hm 3 /an) Sur le plan géomorphologique et climatique, trois ensembles fortement contrastés se distinguent sur l'ensemble de l'algérie (figs. 2, 3): (a). Le Tell au Nord représente 4% uniquement de la surface totale du territoire. Il jouit d un climat méditerranéen avec des précipitations qui présentent une irrégularité interannuelle et une répartition spatiale inégale de l ouest à l est. (b). Les hauts plateaux et l Atlas saharien qui occupent 9% de la surface totale sont caractérisés par un climat semi- aride à aride (c). Le Sahara au sud, domaine désertique aride, couvre 87% du territoire. Figure 2 Principaux domaines structuraux de l Algérie du Nord (in 2

7 Figure 3 Carte bioclimatique de l Algérie du Nord (ANAT, 2004) Le climat de l Algérie, connu pour sa grande diversité spatiale et sa grande variabilité interannuelle, se distingue par (fig.4): Figure 4 Extrait de la carte des précipitations moyennes annuelles de l'algérie (ANRH, 2008) (a). une variabilité spatiale et temporelle marquée: S il pleut uniquement 400 mm en moyenne dans la région Ouest, cette moyenne peut dépasser les 1200 mm à l Est et atteindre, certaines années, les 2000 mm sur les reliefs élevés. (b). une pluviométrie qui décroît rapidement vers le Sud: A la lisière du Sahara, la moyenne devient inférieure à 100 mm (c). une concentration des précipitations en un nombre réduit de mois durant l année (de décembre à avril). Cette variété physiographique et climatique explique, en partie, la fragilité de la ressource hydrique sur l ensemble du territoire. 3

8 1.2. IDENTIFICATION ET CARACTÉRISATION DES AQUIFÈRES CÔTIERS L Agence Nationale des Ressources Hydriques (ANRH) a procédé durant l'année 2009 à l établissement de la carte des ressources en eau souterraine du Nord de l Algérie, cette carte constitue le document le plus récent en matière d évaluation des ressources en eau. A cet effet, un inventaire systématique de toutes les nappes aquifères a été effectué. Ainsi, 177 aquifères ont été cartographiés avec des ressources exploitables globales de 2724 Hm 3 /an en année moyenne et de 762 Hm 3 /an en année sèche. Les valeurs qui correspondent à une probabilité d occurrence de 50% sont définies comme les valeurs «d une année moyenne», tandis que les valeurs qui correspondent à une probabilité d occurrence de 90% sont définies comme les valeurs «d une année sèche» et celles qui correspondent à une probabilité d occurrence de 10% comme les valeurs «d une année pluvieuse». Au sens strictement théorique, les vraies années sèches sont celles pendant lesquelles les valeurs, sont inférieures à celles dont la probabilité d occurrence est de 90%. Concernant les aquifères littoraux, l exploitation de cette carte nous a permis de recenser 59 aquifères sur le littoral (fig.5), permettant une ressource exploitable globale de Hm 3 /an en année moyenne. Leur importance et disposition sont très variables. Cette importance reste conditionnée par la nature lithologique des formations qui les constituent. Ce sont en général des nappes alluviales de type 3 et type 5 selon la classification adoptée par l ANRH ; à dominante sableuse, argilo sableuse et argilo graveleuse. Dans la plupart des cas, elles sont en relation avec un cours d eau qui les traverse ; la fonction alimentation ou drainage est très variable d un aquifère à l autre. Les nappes de type 3 correspondent aux nappes alluviales étroites situées le long des cours d eau importants, et en liaison hydraulique avec eux. Les débits des ouvrages sont élevés, et les réserves régulatrices faibles. (Isser, Sebaou, Cheliff). Les nappes de type 5 sont celles situées dans les remplissages alluviaux des grandes plaines de subsidence (exemple : la plaine de la Mitidja, la plaine d Annaba, la plaine de l Oued El Kebir). Ce sont les aquifères les plus importants, constitués par un remplissage sableux et graveleux, avec des épaisseurs de plus de 200 m. Ils sont localisés dans les zones telliennes à forte précipitation, et sont en relation hydraulique avec les oueds. Le pouvoir régulateur de ces aquifères est très élevé et les réserves importantes. L'Ouest algérien, représenté par les bassins versants des côtiers oranais (BV n 4), comprend 17 aquifères avec un potentiel de Hm 3 /an. La partie Centrale de l'algérie, délimitée par les bassins versants des côtiers algérois (BV n 2) est composée de 26 aquifères et un potentiel exploitable de Hm 3 /an. Enfin, la partie Est, circonscrite dans les bassins versants des côtiers constantinois, est formée de 16 aquifères et présente un potentiel exploitable de Hm 3 /an. 4

9 PLAINE COTIERE ORANAISE M E R PLATEAU DES HASSIS PLAINE ALLUVIALE DE LA MITIDJA PLAINE DE COLLO PLAINE DE L'OUED KEBIR BOUTELDJA MASSIF DUNAIRE OUED ZHOR PLAINE D AZZABA OUED MAZAFRAN OUED DJENJEN PLAINE D'ANNABA PLAINE D EL KALA OUED NADOR VALLEE DU BAS SEBAOU CALCAIRES DE BEJAIA OUED NIL SKIKDA ANNABA CALCAIRES DE TOUDJA OUED HACHEM OUED AGRIOUN JIJEL OUED BELLAH ALGER BEJAIA OUED DAMOUS BASSE SOUMMAM OUED TENES OUED RAS OUED HARBIL TIPAZA TIZI OUZOU OUED EL KEBIR OUEST PLAINE D'EL TARF TENES OUED DJEMAA OUED KRAMIS VALLEE DU HAUT SEBAOU PLAINE DE L OUED SAF SAF OUED CHELLIF AVAL BLIDA CALCAIRES DES BABORS OUED SEYBOUSE AVAL PLATEAU DE MOSTAGANEM CONSTANTINE SOUK-AHRAS HAUTE ET MOYENNE SOUMMAM SETIF MONTS D ARZEW PLATEAU DE ACHAACHA ORAN M E D I T E R R A N E E MOSTAGANEM CHLEF MASSIF DUNAIRE DE TERGA REGION DE OULHACA PLATEAU D ORAN PLATEAU DE SIDI SAFI PLAINE DE HABRA SIG TIARET BATNA TEBESSA TLEMCEN VALLEE DE LA TAFNA VALLEE DE L OUED GHAZOUANAH MONTS DES TRARAS VALLEE DE L OUED KISS Kilomètres SAIDA AQUIFERES_COTIERS ALLUVIONS DE L OUED EL KEBIR CALCAIRES DE BEJAIA CALCAIRES DE TOUDJA CALCAIRES DES BABORS DUNAIRE DE TICHY ET CAP AOKAS DUNES DU SAHEL FLANC SUD DU MURDJADJO MASSIF DUNAIRE DE BOUTELDJA MONTS DES TRARAS MONTS D ARZEW OUED DJENJEN OUED HACHEM OUED NIL OUED AGRIOUN OUED ARARA OUED BELLAH OUED BOUDOUAOU OUED CHELLIF AVAL OUED CORSO OUED DAMOUS OUED DJEMAA OUED ESEBT OUED GUEBLI OUED HARBIL OUED KRAMIS OUED MAZAFRAN OUED MENCHA OUED MESSELMOUN OUED NADOR OUED RAS DJELFA OUED SEYBOUSE AVAL OUED TENES OUED ZHOR OUED ZITOUN PLAINE ALLUVIALE DE LA BASSE SOUMMAM PLAINE ALLUVIALE DE LA HAUTE ET MOYENNE SOUMMAM PLAINE ALLUVIALE DE LA MITIDJA PLAINE COTIERE ORANAISE PLAINE D'ANNABA PLAINE D'EL TARF BISKRA PLAINE DE COLLO PLAINE DE HABRA SIG PLAINE DE L'OUED KEBIR PLAINE DE L OUED SAF SAF PLAINE D AZZABA PLAINE D EL KALA ET MASSIF DUNAIRE PLATEAU DE ACHAACHA PLATEAU DE MOSTAGANEM PLATEAU DE SIDI SAFI PLATEAU DES HASSIS PLATEAU D ORAN MASSIF DUNAIRE DE TERGA REGION DE OULHACA SYSTÈME AQUIFERE DE BOUTELDJA VALLEE DE LA TAFNA VALLEE DE L OUED GHAZOUANAH VALLEE DE L OUED KISS VALLEE DU BAS ISSER VALLEE DU BAS SEBAOU VALLEE DU HAUT SEBAOU Figure 5 Carte de localisation et dénomination des aquifères côtiers en Algérie (Source: ANRH, 2010) 5

10 Table 2 Quelques caractéristiques des nappes côtières Nom de l'unité hydrogéologique Superficie (km²) PLAINE ALLUVIALE DE LA MITIDJA 1492 Sédimentaire / Alluvial Type Fonctionnement Partie Est Libre / Partie Ouest captive Potentiel (Année Moyenne) Hm 3 /an PLAINE ALLUVIALE HAUTE ET MOYENNE SOUMMAM 206 Alluvial Libre PLAINE D'ANNABA 757 Alluvial / Sédimentaire Aquifère multi-couches PLATEAU DE MOSTAGANEM 700 Sédimentaire Libre et semi captive MASSIF DUNAIRE DE BOUTELDJA 255 Alluvial Libre PLAINE ALLUVIALE DE LA BASSE SOUMMAM 92 Alluvial Aquifère bi-couches PLAINE DE L'OUED EL KEBIR 61 Alluvial / Fissuré Aquifère multi-couches VALLEE DU BAS SEBAOU 73 Terrasses Alluviales Libre VALLEE DU HAUT SEBAOU 65 Alluvial Libre OUED NIL 23 Alluvial Captive à semi captive PLAINE ALLUVIALE DU BAS CHELLIF 824 Alluvial Libre DUNAIRE DE TICHY ET CAP AOKAS 7 Alluvial Libre VALLEE DU BAS ISSER 74 Terrasses Alluviales Aquifère bi-couches FLANC SUD DU MURDJADJO 302 Karstique/Alluvial Libre MONTS DES TRARAS 545 Fissuré / Alluvions Aquifères multi-couches DUNES DU SAHEL 157 Alluvial Libre VALLEE DU KEBIR /GUERBES 321 Alluvial Libre OUED DJENJEN 49 Alluvial Libre OUED AGRIOUN 20 Alluvial Libre PLAINE D'EL TARF 110 Alluvial Aquifère bi-couches PLAINE D'EL KALA ET MASSIF DUNAIRE 52 Alluvial Libre et semi captive 8.86 PLAINE DE L'OUED SAF SAF 100 Alluvial Libre 8.52 OUED SEYBOUSE AVAL 74 Alluvial Libre et semi captive 5.53 PLATEAU DE AIN TEMOUCHENT 245 Karstique/ volcano-sédimentaire Aquifère bi-couches 4.25 PLATEAU DES HASSIS 546 Alluvial / Fissuré Aquifère bi-couches 3.87 OUED DJEMAA 5 Alluvial Libre 3.30 PLAINE DE COLLO 37 Alluvial Libre 3.00 REGION DE OULHACA 75 Alluvial et fissuré Aquifère multi-couches

11 (Suite) Nom de l'unité hydrogéologique Superficie Potentiel (Année Moyenne) Type Fonctionnement (km²) Hm 3 /an PLATEAU DE ACHAACHA 277 Sédimentaire semi captive 2.76 MASIF DUNAIRE DE TERGA 185 Alluvial Libre 2.62 OUED ZITOUN 3 Alluvial Libre 2.40 OUED HACHEM 23 Alluvial Libre 1.85 OUED GUEBLI Altérites Libre 1.85 PLATEAU DE SIDI SAFI 146 Karstique et fissuré Libre 1.78 VALLEE DE LA TAFNA 78 Terrasses Alluviales Semi captive 1.71 CALCAIRES DE TOUDJA 13 Karstique Libre 1.45 OUED BOUDOUAOU 12 Alluvial Libre 1.43 OUED RAS 2 Alluvial Libre 1.43 OUED TENES 38 Alluvial Libre 1.27 VALLEE DE L'OUED GHAZOUANAH 51 Alluvial Libre 1.23 OUED MENCHA 131 Alluvial Captive 1.20 OUED ZHOR 160 Alluvial Libre 1.10 VALLEE DE L'OUED KISS 156 Alluvial Libre 1.05 CALCAIRES DE BEJAIA 13 Fissuré / Karstique Libre 0.92 OUED NADOR 10 Alluvial Captive 0.76 OUED CORSO 4 Alluvial Libre 0.42 OUED ARARA 5 Alluvial Libre 0.37 OUED DAMOUS 6 Alluvial Libre 0.35 OUED MAZAFRAN 6 Alluvions Mitidja Libre 0.28 PLAINE COTIERE ORANAISE 22 Alluvial / Eboulis de pente Aquifère bi-couches 0.27 OUED MESSELMOUN 5 Alluvial Libre 0.26 OUED HARBIL 3 Alluvial Libre 0.23 OUED ESEBT 3 Alluvial Libre 0.17 MONTS D'ARZEW 51 Fissuré / Altérites Libre 0.15 OUED BELLAH 2 Alluvial Libre 0.14 OUED KRAMIS 13 Alluvial Libre

12 En complément du tableau précédant, Le tableau suivant récapitule quelques caractéristiques de certains aquifères côtiers de l Algérie. Table 3 Caractéristiques de certains aquifères côtiers (Djabri & al, 2003) Aquifères Oran Mostaganem Tipaza Alger Béjaïa Jijel Skikda Annaba Bouteldja Types de nappe NL+NC* NL* NL+NC NL+NC NL+NC NL+NC NL+NC NL+NC NL Perméabilités moyennes (m/s) Profondeurs (m) 5 à à 65 5 à à à à à Epaisseurs moyennes. (m) Nombre d'ouvraqes Débit global extrait (L/s) Partie Ouest Partie Est *NL= nappe libre, *NC= nappe captive Les chiffres portés sur ce tableau ne donnent qu un aperçu très exhaustif de l état des sollicitations des nappes. Nous notons néanmoins que ces formations alluviales sont plus importantes à l Est qu à l Ouest. Nous remarquons aussi que les débits extraits dans la zone Est sont nettement supérieurs à ceux de la zone Ouest. Cette situation est encore exacerbée par la variation des précipitations entre les deux zones. Par conséquent, les contraintes se feront sentir plus à l Ouest qu à l Est UTILISATION DES EAUX SOUTERRAINES CÔTIERES: Nous ne disposons pas d'un quantitatif très précis concernant l'utilisation des eaux par secteur; néanmoins, les besoins actuels de la zone côtière s'expriment comme suit: Type de besoins Besoins Besoins (Hm 3 /an) en % Agriculture GPI 310 PMH Industrie A.E.P Total besoins 1571 GPI: Grands périmètres irriguées PMH: Petite et moyenne hydraulique Ainsi, avec un volume régularisable des eaux superficielles de 445 Hm 3 /an (MRE, 2008) et une ressource souterraine de 914 Hm 3 /an (en année moyenne), la ressource mobilisable totale serait de1359hm 3 /an; soit un déficit de -212 Hm 3 /an. 8

13 1.4. PRESSIONS, SOLLICITATIONS ET VULNERABILITE DES AQUIFERES La zone littorale est un milieu très sensible. Elle est soumise à diverses pressions anthropiques (croissance urbaine, agriculture intensive, développement industriel et tourisme) et à divers phénomènes naturels (changement climatique) provoquant de fortes dégradations. La fragilité naturelle du milieu défavorise les zones littorales qui restent très vulnérables devant les risques naturels (inondations, érosion), et les actions anthropiques (eaux usées, extraction de sable, engrais, pesticides, etc ). Dans l'ensemble, les aquifères côtiers sont fortement sollicités par des usages concurrentiels: POPULATION Avec une population de 34,1 millions d habitants (RGPH 2008), 63 % des Algériens vivent dans le Nord, soit 4 % du territoire national ; 28 % sur les Hauts-Plateaux soit sur 9 % du territoire ; alors que le Sud, c'est-à-dire 87 % du territoire n accueillent que 9 % de la population (fig.6). Densite_Population (RGPH,2008) Figure 6 Carte de répartition de la densité de population en Algérie du Nord. (Etablie d'après le RGPH 2008, source: ONS) Sur le littoral, la densité est donc de 281 Hab/km 2 contre 12 Hab/km 2 au niveau national. Cette concentration de la population et des activités sur la frange littorale conduit donc à de fortes tensions dans l usage de la ressource hydrique. En outre, La population rejette plus de tonnes de déchets solides urbains, évacués vers 380 décharges sauvages implantées sur la bande littorale AGRICULTURE Même si elle ne représente que 3.54% de la surface totale du territoire national, la majeure partie de la surface agricole utile se concentre essentiellement sur le littoral où les conditions climatiques y sont plus favorables et le sol de bonne qualité (fig.7). L augmentation démographique généralisée en zone littorale s accompagne du développement des activités agricoles intensives, ce qui entraîne à coup sûr une surexploitation des nappes côtières. 9

14 Figure 7 Carte d'occupation du sol de l'algérie (INSID, 2011) De plus, l urbanisation anarchique sur les terres à vocation agricole participe fortement à l imperméabilisation des sols ce qui entraine une réduction drastique de la recharge des nappes par infiltration des précipitations qui constituent dans la plupart des cas le mode d alimentation essentiel TOURISME ET INDUSTRIE Outre la forte concentration de la population permanente, le littoral algérien constitue la destination privilégiée d une population supplémentaire d estivants. Nous ne disposons pas actuellement de chiffres précis pour toute la côte, mais, pour la wilaya côtière de Tipaza, ce nombre a été estimé à 17 millions pour l'année 2011, et la corniche oranaise a affiché à elle seule le nombre 9 millions en 2005 (Kacemi, 2008). Le littoral en Algérie est par ailleurs, caractérisé par une concentration des activités industrielles (fig.8). Ainsi pas moins de unités industrielles y sont implantées soit 51% du parc national (MATE, 2000 ; in Kacemi, 2008). Figure 8 Carte de répartition des unités industrielles en Algérie (Kacemi, 2008) 10

15 CHANGEMENT CLIMATIQUE Dans une communication présentée lors du séminaire régional sur les changements climatiques en méditerranée (oct.2008), O. Bessaoud montre que, dans le cas de l ouest algérien : Les températures ont augmenté de 1 à 2 C sur la période allant de 1926 à 2006 (fig.9), soit le double de la hausse moyenne planétaire (0.74 C) et que pour la même période, la quantité moyenne annuelle des précipitations a chuté de 15% (fig.10). En outre, il est fait mention que dans les zones côtières une élévation du niveau de la mer est constatée. Ceci entrainera à coup sûr une forte pression sur la ressource en eau et un grand risque de contamination des nappes côtières. Figure 9 Evolution de la température moyenne annuelle station d'oran Figure 10 Evolution de la pluviométrie moyenne annuelle station d'oran L Algérie a connu durant les 25 dernières années, une période de sécheresse intense et persistante, caractérisée par un déficit pluviométrique important, évalué à près de 30%, sur l ensemble du pays (MRE, 2006) 11

16 2 EME PARTIE: EVALUATION DES RISQUES 2.1. SUREXPLOITATION, INTRUSION MARINE L'inégale répartition de la ressource en eau autour de la Méditerranée, sa rareté relative ainsi que sa fragilité créent un risque majeur de pénurie qui augmente continuellement face à l'accroissement démographique et aux besoins sans cesse croissants du développement socio-économique. Ce constat général prend toute son importance en Algérie, pays considéré en situation de "pénurie hydrique" avec un ratio de 530 m 3 /hab/an (situation de 2010), bien inférieur au seuil de rareté de 1000m 3 /hab/an fixé par la Banque mondiale. Les ressources souterraines sont le plus souvent exploitées au-delà de leur disponibilité entraînant alors des rabattements considérables. En outre, leur taux de renouvellement étant tributaire des conditions climatiques, elles sont par conséquent très sensibles aux changements climatiques. En effet, la diminution drastique des précipitations suite à la sécheresse qui sévit depuis le début des années 70 conjuguée à une utilisation intensive, a entraîné une nette diminution des réserves d eau souterraine des principales nappes aquifères du nord du pays. Dans beaucoup de plaines, le niveau des nappes a déjà chuté dans des proportions alarmantes (> 20 m dans la plaine de la Mitidja. (Fig.11)) Figure 11 Evolution de la profondeur de la nappe de la Mitidja PZn 1 Hamiz/21 (Moustiri, 2011) Aux risques d épuisement et de dégradation qualitative de la ressource, se superpose le risque d intrusion marine. Les aquifères côtiers algériens avec leur système exoréique et leur différentes caractéristiques hydrogéologiques (faible épaisseur des nappes, conductivités hydrauliques relativement élevées, nappes libres majoritairement, faibles distances par rapport à la côte, etc.), constituent des aquifères très vulnérables au phénomène d'invasion des eaux marines. Les pompages excessifs au cours de ces dernières années ont provoqué un abaissement significatif des niveaux des nappes, en induisant dans certains secteurs une invasion des eaux salées à l intérieur des terres et en inversant, dans certains cas extrêmes, le gradient d écoulement souterrain. Il en est ainsi des plus importantes nappes côtières de la Mitidja, d Oran, de Terga et d Annaba. Une fois envahis par l'eau salée, les aquifères sont alors très difficiles à dépolluer, et deviennent impropres pour toute utilisation; l'exemple de l'aquifère de la plaine de Oued Nador est édifiant à plus d'un titre. Hormis quelques études réalisées dans un cadre universitaire (fig.12), très peu de travaux ont été entrepris sur le problème de l intrusion marine en Algérie. Ces différentes études ont permis de mettre en évidence l importance de l extension de l intrusion marine dans ces aquifères et de proposer, dans certains cas, des scénarios d évolution. 12

17 Figure 12 localisation des différentes études de l'intrusion marine en Algérie 13

18 2.2. CONFRONTATIONS BESOINS-RESSOURCES, TENDANCES Les tableaux qui suivent (MRE, 2006) montrent, pour les zones côtières, un scénario élaboré en fonction d une persistance ou d une périodicité importante de la sécheresse des trois dernières années, avec réduction de 50% des apports superficiels et prise en compte des potentialités en eau souterraine pour les années sèches. Ressources Type de ressources Situation 2006 Horizon 2020 Capacité de stockage (hm 3 ) Volume régularisable (hm 3 /an) Ressources souterraines (hm 3 /an) Total ressources (hm 3 /an) Besoins Type de besoins Besoins 2006 (hm 3 /an) Besoins 2020 (hm 3 /an) Agriculture G.P.I. 310/ ( ha) 1 055/ ( ha) P.M.H. 500/ ( ha) 500/ ( ha) A.E.P Industrie Total besoins Confrontation besoins-ressources Horizons Ressources (hm 3 /an) Besoins (hm 3 /an) Bilan Observations. Situation Déficit Horizon Déficit D'après cette analyse, nous constatons que les déficits importants observés sur la zone côtière vont se creuser davantage à l'horizon 2020, malgré l'effort de construction de barrages programmés (46 barrages en projet). D'où la nécessité de: Recourir aux ressources non conventionnelles; Privilégier l'aep en zone côtière, notamment à l'ouest, par le dessalement d'eau de mer; Veiller à réutiliser systématiquement les eaux usées épurées; Imposer des plans de culture et des procédés d'irrigation basés sur l'économie de l'eau. 14

19 2.3. STRATEGIE NATIONALE Le Ministère des Ressources en Eau (MRE) qui représente l'institution compétente pour l'ensemble des activités liées à "la recherche, l'exploitation, la production, le stockage, la distribution de l'eau potable et industrielle, à l assainissement et l épuration des eaux usées pour tous les usagers domestiques, agricoles et industriels" a opté pour une stratégie de l'eau qui consiste en des programmes quinquennaux visant à réaliser les objectifs de la politique nationale de l eau. Cette politique de développement vise quatre objectifs stratégiques: Accroître et sécuriser la mobilisation des ressources en eau conventionnelles et non conventionnelle; Garantir l'accès à l'eau et améliorer la qualité des services; Assurer l'accès à l'assainissement et protéger les écosystèmes hydriques Soutenir la stratégie de sécurité alimentaire avec l'extension des zones irriguées. En effet, il est clairement noté que le plan d'action contenu dans le Schéma Directeur des Ressources en Eau vise pour les vingt ans à venir : La couverture des besoins en eau potable, industrielle et agricole dans le scénario d'une année hydrologique moyenne. La couverture des besoins en eau potable et industrielle ainsi que 60% des besoins en irrigation dans le cas d une année sèche. Dans le cas d'un scénario saison humide, il y aura une amélioration de la dotation journalière par habitant qui atteindra 180 l/j/hab. Ces priorités nationales sont encadrées essentiellement par les loi et textes règlementaires suivants: Loi n du 4 août 2005 relative à l eau. Loi n du 29 juin 2010 portant approbation du Schéma National d'aménagement du Territoire. Loi n du 16 juillet 1983 portant code des eaux. Ordonnance n du 15 juin 1996 modifiant et complétant la loi n du 16 juillet 1983 portant code des eaux. Loi n du 05 février 1983 relative à la protection de l environnement Décret exécutif n du 26 septembre 2005 portant création de l'agence nationale des changements climatiques, fixant ses missions et définissant les modalités de son organisation et de son fonctionnement. Décret exécutif n du 10 Juillet 1993 réglementant les rejets d'effluents liquides industriels (J.O n 46/93) Décret exécutif n du 10 Juillet 1993 portant institution d'un inventaire du degré de pollution des eaux superficielles (J.O n 46/93) Décret exécutif n du 8 juillet 1997 relatif à la concession des services publics d alimentation en eau potable et d assainissement; Décret n du 2 septembre 1986 relatif à la concession des travaux de recherche et de captage d eau; Les documents de planification sont principalement: Le PNE ( ) Plan National de l eau ; Les PDARE ( ) Plans directeurs d aménagement des ressources en eau; Le projet GIRE (depuis novembre 2004) Gestion Intégrée des Ressources en Eau; Le Plan National de communication. Enfin, même si à moyen terme, la demande en eau est satisfaite, la mise en place d'une politique rigoureuse de gestion de la demande est nécessaire. 15

20 DESSALEMENT DE L'EAU DE MER La stratégie nationale consiste en un programme ambitieux d installation d usines de dessalement de petite et de grande taille. Plusieurs projets sont déjà réalisés, d autres en cours de réalisation (fig.13), ce qui permet de réduire la pression sur les ressources souterraines. 17 stations de dessalement sont fonctionnelles actuellement avec une capacité totale de m 3 /j, en attendant la finalisation très proche de 08 autres de grande capacité, variant entre et m 3 /J. Ce qui permettrait de produire un total de m 3 /j à l'horizon 2030 (PNE, 2010) WILAYA Commune Sites Capacité Nominale m 3 /j Dates de mises en exploitation Tlemcen Honaine Honaine Août 2010 Ain Temouchent Beni saf Chatt el Hillal Mai 2009 Tlemcen Tlemcen Souk Tleta Janvier 2010 Oran Mersa El Hadjadj Mactaa Prévision 1er trimestre 2011 Oran Arzew Kahrama Février 2005 Mostaganem Mostaganem février 2010 Ténès Ténès Mainis Novembre 2010 Tipaza Gouraya Oued Sebt Novembre 2010 Tipaza Tipaza Fouka Avril 2010 Alger Alger Hamma Février 2008 Boumerdes Boumerdes Cap Djinet Juillet 2010 Skikda Skikda Plage Oued Kikha Octobre 2003 Taref El Taref Echatt NC Table 4 Les unités de dessalement d'eau de mer de grandes capacités (PNE, 2010) Wilaya Nom Capacité nominale en m 3 / jour Dates de mise en exploitation Skikda Skikda 2 (2unites) 2500*2 Jul Skikda 1 (2 unites) 1000x2 Jul Tizi Ouzou Tighzirt Zeralda Fév-2005 Zeralda Fév Alger Ain Benian Mars Ain Benian Mars -20 Staoueli Palm Beach 2500 Jul Tipaza Bou Ismail 5000 Jun Chlef Tenes 5000 Jul Bousfer Oran Bousfer Les dunes Ain Turk 5000 Jun Bouzedjar 2500 Aout Aïn Témouchent Tlemcen Bouzedjar 2500 Aout Chatt El Ward Jul Chatt El ward Jul Ghazaouet ct Ghazaouet Fév Table 5 Les petites unités de dessalement d'eau de mer de type monobloc (PNE, 2010) 16

Présenté par Mr. Djeddi Mohamed

Présenté par Mr. Djeddi Mohamed Quarantième anniversaire de la création de l Université des Sciences et des Technologies Houari Boumediene Forum Université Entreprises Du 04 au 05 Mai 2014 Présenté par Mr. Djeddi Mohamed Sommaire Le

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION 1. PRESENTATION Les bassins côtiers méditerranéens s'étendent du bassin de l'oued Rhiss-Nekor à l est au bassin de l'oued Fnidek à l ouest et occupent une superficie de près 6.910 Km 2, leur altitude moyenne

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

National Program Of Water Desalination in Algeria

National Program Of Water Desalination in Algeria National Program Of Water Desalination in Algeria Mr Reda Faycal LARABA Chief Executive Officer, AEC MOR12-023. All rights reserved. Reproduction or redistribution in any form without the prior written

Plus en détail

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS Exposé établi par Mr MANSER Amor

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90)

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90) SOCIETE TRAITEMENT-RECUPERATION-TRANSFORMATION ZONE INDUSTRIELLE - UNGERSHEIM - 68 190 ENSISHEIM TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins Marrakech : 23-26 Mai 2005 1 SOMMAIRE -Introduction - Le potenteil hydrique:

Plus en détail

Assainissement rural au Maroc Situation actuelle et perspectives

Assainissement rural au Maroc Situation actuelle et perspectives OFFICE NATIONAL DE L EAU POTABLE DIRECTION ASSAINISSEMENT ET ENVIRONNEMENT Atelier sur "l'assainissement, l'épuration et la réutilisation des eaux usées Assainissement rural au Maroc Situation actuelle

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS CAPOFILA DI PROGETTO Regione Lombardia, Agenzia Regionale per la Protezione dell Ambiente PARTNER DELL ATTIVITA 3 GESTIONE SORGENTI DI MONTAGNA Regione Valle d Aosta, Dipartimento Difesa del Suolo e Risorse

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR Avis hydrogéologique sur des dossiers de demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle liée à une remontée de nappe phréatique - Communes de Marcoussis et du Val-Sain t-germain (Essonne)

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE ENTREPRISE CHAPELLE S.A. ROUTE DE RIOTTER - LIMAS 69400 - VILLEFRANCHE SUR SAONE /DOCUMENT NON PUBLIC/ PROJET D'IfPLAmTION D'UE GRAVIERE A CRECHES SUR SAOE (71) EXA^EN DE L INCIDENCE SUR DES OUVRAGES DE

Plus en détail

VERS UNE GESTION OPTIMALE DES RESSOURCES EN EAU. EXEMPLE DE LA TUNISIE.

VERS UNE GESTION OPTIMALE DES RESSOURCES EN EAU. EXEMPLE DE LA TUNISIE. VERS UNE GESTION OPTIMALE DES RESSOURCES EN EAU. EXEMPLE DE LA TUNISIE. Habaieb H*., Albergel J.** * Institut National Agronomique de Tunisie ** Mission IRD de Tunis RESUME La Tunisie reçoit en moyenne

Plus en détail

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales Jean-Claude Chazelon Les eaux pluviales Ce cahier technique a été réalisé avec le concours de : l'agence de l'eau Adour-Garonne l'agence de l'eau Loire-Bretagne Et avec le soutien de Limoges Métropole

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Dans le cadre de la convention signée entre l Ambassade de l Eau et l ensemble des Agences de Bassin françaises,

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes de la Vallée de la Gorre Service Public d Assainissement Non Collectif 2, Place de l'église 87310 Saint-Laurent-sur-Gorre 05 55 48 19 20 / spanc.vallee.gorre@orange.fr DEMANDE D

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT NOMENCLTURE ES OPERTIONS SOUMISES UTORISTION OU ECLRTION EN PPLICTION ES RTICLES L. 214-1 L. 214-3 U COE E L ENVIRONNEMENT TBLEU E L RTICLE R. 214-1 U COE E L ENVIRONNEMENT (PRTIE REGLEMENTIRE) Consolidée

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC)

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Par Bruxelles-Environnement (IBGE) Département Eau Les grandes lignes de la présentation - Particularités de la RBC face au cycle naturel de

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d assainissement Non Collectif

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source

Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source Régionale Orléans Tours Visualiser cette sortie dans Google Earth Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source Position géographique

Plus en détail

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires -

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 209-214 Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Laboratoire dévaluation du Potentiel Energétique, Centre de Développement des Energies Renouvelables

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

La région du grand Tunis est actuellement desservie par quatre stations d épuration importantes :

La région du grand Tunis est actuellement desservie par quatre stations d épuration importantes : ! "# $ %& ' ( Suite à l évolution urbaine qu a connue la région du Grand Tunis, les infrastructures actuelles d assainissement ne couvrent désormais plus les besoins, d où la nécessité de poser de nouvelles

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION Service Pubic d Assaiisseet Cectif Cuaut de Cues des Prtes du aie rad Le Bourg 72610 CHERISAY Tél : 02.33.32.86.82 EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DONT

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Date d arrivée : N de dossier: Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Elaboré par le Groupe Projet : ONEMA/BRGM / AE Adour Garonne / AE Rhône Méditerranée& Corse Office International de l Eau / Sandre.

Elaboré par le Groupe Projet : ONEMA/BRGM / AE Adour Garonne / AE Rhône Méditerranée& Corse Office International de l Eau / Sandre. Ce document provient du site http://sandre.eaufrance.fr, site la toile Eaufrance rassemblant les informations sur l eau et les milieux aquatiques. Note d utilisation du simplifié pour l acquisition s données

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toute installation d un dispositif d assainissement non collectif doit faire l objet

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6009-45018 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.00.12 VILLE DE WOIPPY (57) S.I.V.O.M. DE L'AGGLOMERATION MESSINE (57) CURAGE ET APPROFONDISSEMENT

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES. Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES. Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01 MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE CEOLOCIQUE NATIONAL Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01 A.S.A. DES PRODUCTEURS DE SEMENCES DE MAIS

Plus en détail

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde»

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Commission Planification Séance du 24 mai 2012 Délibération n DL/CB/12-XX Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Le comité de bassin délibérant

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

Les toitures-terrasses

Les toitures-terrasses Les toitures-terrasses Le principe consiste à retenir grâce à un parapet en pourtour de toiture, une certaine hauteur d eau puis à la relâcher à faible débit. Le stockage se fait sur toits le plus souvent

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE Département Calvados Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE RT DSD 10015EZ phase1-017

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

Présenté par Monsieur Alain Buisson

Présenté par Monsieur Alain Buisson Conférence du jeudi 12 février 2015 à l Institut Polytechnique LaSalle Beauvais : Un état des lieux sur les ressources en hydrocarbures du bassin de Paris. Présenté par Monsieur Alain Buisson Monsieur

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail