Les régimes d assurance collective sont-ils en péril?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les régimes d assurance collective sont-ils en péril?"

Transcription

1 Les régimes d assurance collective sont-ils en péril? L avenir ne s annonce pas très rose pour les promoteurs de régimes. Des décisions pour le moins cruciales devront être prises quant à l avenir de leur régime d assurance collective. Ils devront rapidement trouver des solutions novatrices afin de mieux contrôler les coûts et ainsi continuer à offrir de telles garanties à leurs employés. Dans la grande majorité des cas, la capacité de payer des organisations a pratiquement atteint un point de non-retour. Devant une telle situation, que faudra-t-il faire pour assurer la pérennité des régimes? Les 20 dernières années ont été plutôt calmes en matière d innovations et de changements dans le design des régimes, mais selon la vingtaine d experts consultés pour cet article, il faut s attendre à une révision en profondeur des régimes sous peu. Et ce n est pas les pistes de solution qui manquent. Contrôler ses coûts Le contrôle des coûts continuera d être le nerf de la guerre pour les promoteurs de régimes. «Pour certaines entreprises, les assurances collectives représentent 8 % de leur masse salariale, ce qui est énorme», affirme d entrée de jeu Michèle Boisvert, chef de la pratique assurance collective et gestion des soins de santé, Est du Canada, pour Watson Wyatt. «Les régimes devront revenir à l essentiel, c est-à-dire aux risques d assurance pure, comme l assurance-vie, l assurance-invalidité de longue durée et l assurancemaladie, incluant les médicaments.» Les autres éléments, comme les soins paramédicaux notamment, devraient être placés dans une enveloppe liée à la rémunération. «Avec des hausses pouvant aller jusqu à 15 % par année, certaines entreprises remettront en question leur offre en assurance collective», lance Claude Fréchette, vice-président chez Avalon Actuaires. C est pourquoi plusieurs experts suggèrent d offrir certains éléments au sein d un régime flexible ou à l intérieur d un compte de gestion santé, afin de personnaliser les couvertures en fonction des besoins spécifiques de chaque employé. «On pourrait y retrouver des crédits en épargne-retraite ou en gestion de la santé», explique Marie-Josée Le Blanc, conseillère en santé et avantages sociaux et membre du partenariat national chez Mercer. «L employeur deviendrait un facilitateur pour ses employés en négociant pour eux les tarifs et en identifiant les fournisseurs potentiels. Les employés n auraient qu à effectuer leurs choix en fonction de leurs valeurs et leurs besoins.» «La formule One size fits all ne fonctionne pas», mentionne Jacques Parent, vice-président principal, Assurance collective, à l Industrielle Alliance. «Pour certains aspects, il faudra offrir des couvertures facultatives, comme c est le cas aux États-Unis, pour l assurance contre les maladies graves, par exemple.» Josée Dixon, vice-présidente régionale, Développement des affaires, Est du Canada, garanties collectives pour la Financière Sun Life, ajoute : «Puisque les employés risquent de changer régulièrement d employeur au cours de leur carrière, les crédits 10 décembre 2009 AVANTAGES

2 par Alexandre Daudelin contenus dans les comptes de gestion santé devront inévitablement suivre les participants, peu importe leur employeur. Ils pourront ainsi utiliser leurs crédits lorsqu ils en auront réellement besoin.» «Il s agit essentiellement d un régime CD santé où les participants pourraient payer davantage pour certaines couvertures auxquelles ils tiennent», résume-t-elle. Jean Guay, premier vice-président, Assurances collectives, à la Standard Life, continue dans le même ordre d idées : «Présentement au Québec, les crédits qui se retrouvent dans les comptes de gestion santé doivent être pris avant une période de deux ans, sinon ils sont perdus. Le gouvernement devra donc afficher une certaine ouverture à cet égard.» Christiane Bourassa, conseillère principale chez Towers Perrin, soutient que tant que les employeurs verront les hausses en assurance comme un facteur de coût, on n avancera pas. «Il faut plutôt voir la valeur que procurent les assurances collectives pour les employés, dit-elle. Leur mieux-être doit faire partie de la culture d entreprise puisque des employés en santé auront des répercussions positives sur la productivité et la rentabilité d une entreprise.» «Le développement durable en assurance collective prendra de l importance avec les années», indique Pierre Marion, directeur principal, Ventes et Relations avec la clientèle Croix Bleue Medavie. «Les employeurs voudront continuer à offrir des régimes d assurance collective de qualité à leurs employés, mais pour cela il faudra assurer une pérennité de ces régimes. Par conséquent, il faudra possiblement revoir le design et le financement de certains régimes ainsi que questionner certaines couvertures offertes.» Le contrôle de coûts pourrait se faire naturellement au fil des ans puisque la grande majorité des baby-boomers seront à la retraite dans une vingtaine d années, selon Jacques Hébert, vice-président chez Aon Conseil. «Le retrait des baby-boomers du marché du travail devrait aider à réduire les coûts globaux, d autant plus que de moins en moins d entreprises risquent d offrir des avantages postretraite à leurs retraités à ce moment», évalue-t-il. Plusieurs pensent que devant le poids des retraités à l intérieur de leur régime, certains promoteurs pourraient cesser d offrir des bénéfices à ce groupe de participants. «Plusieurs promoteurs pourraient être tentés de remplacer les avantages accordés à leurs retraités par des produits individuels», évoque Jean Guay de la Standard Life. Cela dégagerait les promoteurs de régimes d un certain niveau de risque.» Mieux gérer les médicaments Les médicaments représentent les trois quarts des dépenses en assurances collectives. Jean-Pierre Beaudet, directeur général régional, Garanties collectives, à la Great-West, mentionne qu il ne faut pas regarder les coûts associés aux médicaments en silo, mais bien d évaluer les bénéfices de façon globale. «Les employeurs offrant des séances de dépistage peuvent identifier les employés à risque pour l hypertension ou le cholestérol. Ces employés consommeront probablement davantage de médicaments, mais cela pourrait réduire les coûts en invalidité, par exemple», précise-t-il. Pour Christiane Bourassa de Towers Perrin, les promoteurs de régimes et les assureurs devront être plus rigoureux dans la gestion AVANTAGES décembre

3 des médicaments, comme c est déjà le cas pour le régime public. «Il faudra une meilleure analyse de la liste de médicaments pour déterminer lesquels devraient être couverts ou non, en fonction du ratio coût-bénéfice», explique-t-elle. Comme solution, Michèle Boisvert de Watson Wyatt, suggère que les régimes privés en assurances collectives se regroupent pour se doter d un meilleur pouvoir d achat pour les médicaments. «Présentement, les employeurs agissent chacun pour soi, ce qui ne les avantage pas», souligne-t-elle. Johanne Brosseau, conseillère principale, chez Aon Conseil, soutient que le formulaire du Québec est le plus généreux au pays. Cela peut s expliquer par le fait qu il est plus facile d adopter une politique d encouragement à l industrie pharmaceutique lorsque 50 % des coûts des médicaments sont payés par les régimes privés, selon elle. «Un traitement récurrent de Remodulin coûtant $ par année est réclamé par un conjoint et qu on ne peut espérer une réduction des coûts d invalidité. Tôt ou tard, l introduction de médicaments très coûteux et l augmentation de la prime de mutualisation forcera les employeurs à se pencher sur la mission et les objectifs de leur régime ainsi que sur les règles de décision qui devront tenir compte de leur capacité financière mais, également de questions morales et éthiques.» «Il faut espérer que le ministre choisira de faire financer ces médicaments par les établissements et non par le régime général. Le gouvernement doit prendre en charge ces cas rares, mais très lourds, d autant que certains médicaments lui font économiser des coûts ailleurs dans le système», continue Mme Brosseau. Éric Montminy, associé chez Normandin Beaudry, croit qu à l image de ce que l on peut anticiper avec le Régime général d assurance médicaments du Québec, on pourrait voir un pourcentage de remboursement pouvant aller jusqu à 60 % ou 50 % pour les premiers $ par exemple, après quoi le régime rembourserait 100 %. «Plutôt que de hausser le niveau des franchises, ce qui serait logique, on pourrait penser à une indexation graduelle de la coassurance. Les participants devront éventuellement accepter une participation financière plus grande et partiellement colée sur leur niveau d utilisation des régimes tout en protégeant ceux dont la santé nécessite une dépense de médicaments plus élevée. Il en va de la pérennité des régimes», expose-t-il. 12 décembre 2009 AVANTAGES

4 De son côté, Martin Papillon, associé chez Morneau Sobeco, est persuadé que les coûts des médicaments se stabiliseront. «Plusieurs brevets arriveront à échéance sous peu et aucune nouveauté n est prévue prochainement. Il reste à voir l ampleur de la consommation, qui devrait augmenter avec le vieillissement de la population.» Selon lui, la gestion à paliers des médicaments, qui consiste à privilégier le traitement d usage généralement reconnu pour voir si les conditions du patient s améliorent, pourrait s avérer la solution. Si ce n est pas le cas, le patient est dirigé vers un autre traitement. «Pour que cela fonctionne, il faut accompagner cette solution d une stratégie de communication efficace afin de mieux informer les employés des médicaments disponibles. Cela ne signifie pas nécessairement l utilisation des génériques», déclare M. Papillon. On a remarqué peu de changements dans les régimes au cours des 20 dernières années. Les franchises sont demeurées sensiblement au même niveau qu à la fin des années C est pourquoi certains proposent des changements sur le plan fiscal pour faire bouger les choses. Carl Laflamme, vice-président, Ventes et marketing, de SSQ Groupe financier, est l un de ceux-là. Il est d avis que le contrôle des coûts sera influencé par l économie et la communauté médicale, notamment en ce qui a trait aux médicaments prescrits. «Contrairement au reste du pays, on ne voit pas les honoraires professionnels des pharmaciens sur notre état de compte des médicaments au Québec. Les gens ne posent pas de questions par ailleurs sur les médicaments prescrits par leur médecin afin de voir s il s agit du médicament approprié ou du plus abordable», dit-il. L utilisation accrue des médicaments biologiques pourrait élever la facture des médicaments. «Il faut espérer que le mouvement de société en faveur d une population en santé s accentue afin de réduire les sommes présentement investies pour traiter des maladies reliées aux habitudes de vie, comme le diabète, l hypertension et le cholestérol, afin de financer les médicaments biologiques», dit Johanne Brosseau d Aon Conseil. Pour sa part, Jacques Parent d Industrielle Alliance, s interroge : «Jusqu où les promoteurs seront prêts à aller pour inclure les médicaments biologiques dans leur régime? Leur impact sera énorme sur le coût des régimes. La question se pose», lance-t-il. 14 décembre 2009 AVANTAGES

5 Séparer les soins paramédicaux Une plus saine gestion s impose aussi du côté des soins paramédicaux pense Pierre Marion, de Croix Bleue Medavie. Il se questionne entre autres sur le besoin pour les employeurs de débourser pour les soins paramédicaux des personnes à charge. «Cela est peut-être important pour l employeur si les soins paramédicaux empêchent l employé de s absenter du travail, mais est-ce que le même raisonnement s applique pour les personnes à charge?» Marc Filion, chef de l exploitation et directeur général, Telus Solutions en santé, pense pour sa part que le privé prendra possiblement plus de place et que cela se répercutera dans les régimes d assurance collective. «On risque de voir une implication accrue du privé, non pas dans la prestation des soins cela est un enjeu de société, mais bien dans le financement et la mise en place de programmes visant à mieux gérer la santé des gens de façon globale.» Éric Montminy, de Normandin Beaudry, va un peu plus loin : «Certains employeurs pourraient éventuellement réduire certaines 16 décembre 2009 AVANTAGES

6 couvertures associées aux soins paramédicaux pour transférer des sommes destinées à payer des chirurgies ou des soins dans des cliniques privées, de manière à assurer un retour plus rapide des employés en invalidité», prévoit-il. Daniel Bougie, directeur du bureau de Montréal, chez Conseillers Buck, avance que l on pourrait voir des ententes entre les employeurs et leur assureur pour que ce dernier offre un réseau de spécialistes avec lequel les employés pourraient profiter de rabais substantiels, comme c est le cas aux États-Unis avec les HMO (Health Maintenance Organization) ou les PPO (Preferred Provider Organization). «Ce réseau de soins serait composé essentiellement de médecins généralistes, de certains spécialistes ainsi que de thérapeutes, réunis dans un même cabinet de groupe. Le généraliste agirait en qualité de médecin de première ligne et dirigerait le patient vers le bon professionnel de la santé dans le cabinet HMO ou à l extérieur, s il n y en avait pas», explique M. Bougie. Il ajoute : «Grâce à ce système, le coût des primes des employeurs serait réduit puisque l assureur profiterait de réductions de volume en ayant un réseau établi de spécialistes. De plus, les employés malades seraient traités plus rapidement, favorisant un retour au travail plus hâtif.» 18 décembre 2009 AVANTAGES

7 Miser davantage sur la prévention Comme plusieurs experts, Cyril Bendahan, vice-président régional à la Financière Manuvie, estime que les entreprises miseront plus que jamais sur la prévention. Cela sera probablement la norme pour l ensemble des entreprises, peu importe leur taille. «D ici quelques années, les programmes de promotion de la santé risquent d être plus abordables. Les PME pourront donc également mettre en place des programmes de prévention et de promotion de la santé», prévoit-il. Un avis que partage Emmanuelle Gaudette, directrice, Marketing, commercialisation et partenariat, chez Acti-Menu. «Déjà, on perçoit plus d initiatives même au sein des entreprises de taille moyenne, ce qui provoque un effet d entraînement pour l ensemble des entreprises. En travaillant en amont, on réduira le taux d absentéisme et les cas d invalidité», insiste-t-elle. «Il faudra beaucoup de communication pour continuer la promotion de la santé auprès des participants», indique Claude Fréchette d Avalon Actuaires. «Le combat contre le tabac s est amorcé il y a de nombreuses années et l on commence 20 décembre 2009 AVANTAGES

8 à peine à en percevoir les effets. C est toute la société qui devra changer ses habitudes de vie pour devenir plus active.» «L employeur est une belle plateforme pour travailler sur les habitudes de vie néfastes pour la santé», affirme Julie Cousineau, conseillère principale en assurance collective, chez Normandin Beaudry. «Des sessions pour sensibiliser et éduquer les employés pourront être mises en place pour atteindre ces objectifs. Avec la population vieillissante, nous aurons aussi des enjeux au niveau des maladies cardiovasculaires, le diabète, etc.» Jean-Pierre Beaudet de la Great-West, ajoute qu avec la pénurie de la main-d œuvre, les employeurs compteront sur des employés plus âgés qui travailleront au-delà de l âge habituel de la retraite. «Le coût des régimes privés est largement supérieur au coût des soins offerts par le gouvernement. Les employeurs ont donc tout à gagner à investir davantage en prévention et en promotion de la santé», renchérit Marc Filion de Telus Solutions en santé. «On sait qu en coupant dans les programmes de santé, l observance aux traitements risque de ne pas être respectée par les individus, ce qui aura assurément un impact sur le coût des assurances collectives.» «Il faudra ajouter un incitatif financier de manière à favoriser l engagement des participants», propose Jacques Hébert d Aon Conseil. «Le coût des primes en assurance collective pourrait être moindre si un employé participe à un programme de santé. On 22 décembre 2009 AVANTAGES

9 pourrait aller plus loin, en forçant les employés à atteindre certains objectifs de santé pour qu ils profitent de rabais, mais cela demeure toutefois une question délicate.» La prévention passe inévitablement par des programmes de santé et mieux-être, mais aussi par l amélioration des pratiques organisationnelles et de l environnement de travail. Cela exige toutefois beaucoup de volonté de la part de la haute direction des entreprises. Carl Laflamme, de la SSQ, mise sur la création de programmes de gestion de la présence au travail, qui comprend aussi de la formation spécifique aux gestionnaires qui doivent superviser la main-d œuvre. «Lorsqu il deviendra difficile de remplacer les employés absents, les entreprises devront établir des programmes de reconnaissance et miser sur des pratiques optimales», dit-il. Garder un œil sur la santé mentale Les problèmes de santé mentale continueront d être une grande préoccupation pour les employeurs. Pour Alain Brunet, président d Assurances Banque Nationale, le phénomène se poursuivra, puisque le rythme de vie des employés ne ralentira pas. «Pour les ans, les finances personnelles ainsi que l éducation et la santé des enfants constituent des sources de stress majeures, qui s ajoutent aux tâches professionnelles. À mesure que les travailleurs AVANTAGES décembre

10 vieillissent, les causes de problèmes de santé psychologique changent par rapport à un groupe de travailleurs plus jeunes. C est pourquoi les programmes d aide aux employés (PAE) évolueront au fil des ans en fonction de ces nouvelles réalités.» Michèle Boisvert de Watson Wyatt, espère quant à elle que les PAE intègrent des services de santé pour aider les participants à lutter contre les maladies chroniques notamment. «On perçoit déjà certains efforts à cet égard, ce qui aidera à identifier les individus à risque pour qu ils soient pris en charge rapidement.» Selon Daniel Bougie de Conseillers Buck, les cas d invalidité seront pris en charge plus tôt par l assureur et l employeur, jusqu à la réinsertion du participant à son poste. «Il ne suffit pas de traiter uniquement la personne en invalidité, mais aussi d étudier son environnement de travail», dit-il. «Cette gestion complète se veut plus efficace et le retour sur investissement est nettement plus élevé que le coût initial.» «Les assureurs devront ajuster leurs services en fonction d une approche participative plus globale qui va au-delà du côté médical», soutient Jean Guay de la Standard Life. «Il faut identifier les causes des problèmes à la base pour éviter que d autres situations similaires ne se reproduisent par la suite. Cela concerne souvent l environnement de travail ou les relations avec les autres». Optimiser l expertise de chacun Selon les experts consultés, les employeurs voudront de plus en plus se concentrer essentiellement sur leurs compétences de base, laissant du même coup aux fournisseurs de services le soin de fournir l expertise nécessaire pour mieux administrer les régimes d assurance collective. «Il faudra privilégier la formation envers les employés pour qu ils comprennent le mécanisme des assurances collectives et leur impact comme consommateur sur le coût de la prime, souligne Carl Laflamme de la SSQ. Tant que les employés ne voient pas les coûts réels des régimes, soit la portion payée par l employeur et celle qu ils paient comme participant au régime, nos efforts risquent de ne pas porter fruit.» André Simard, vice-président, Ventes assurance pour les groupes et les entreprises pour Desjardins Sécurité financière, estime que le transfert électronique des données entre les systèmes des fournisseurs et les systèmes de gestion des ressources humaines des entreprises optimisera la gestion des réclamations et des prestations ainsi que la gestion des cas en invalidité. «Les employeurs chercheront plus de transparence chez leurs fournisseurs de manière à favoriser le paiement efficace des prestations dans les délais prescrits pour un maximum de satisfaction des participants. Au-delà de la prime payée, les employeurs voudront un contrôle de qualité optimal contre les abus et les fraudes.» «Les assureurs devront identifier les tendances chez les employeurs pour que ces derniers puissent apporter les changements organisationnels qui s imposent», mentionne Jacques Tardif, directeur du secteur de l assurance collective à La Capitale assurances et gestion du patrimoine. «Cela réduira ensuite l absentéisme et l invalidité, tout en favorisant la productivité», termine M. Tardif. 24 décembre 2009 AVANTAGES

19 e CONFÉRENCE RÉGIONALE DU QUÉBEC INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX

19 e CONFÉRENCE RÉGIONALE DU QUÉBEC INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX 19 e CONFÉRENCE RÉGIONALE DU QUÉBEC INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX La mutualisation, la solution miracle? Séance présentée par Jacques Hébert Ordre du jour La mutualisation des

Plus en détail

Jonathan Bohm, FSA, FICA

Jonathan Bohm, FSA, FICA Jonathan Bohm, FSA, FICA 3 avril 2014 _ Au programme Qui est Normandin Beaudry? Notions de base Contexte Un remède aux régimes privés d assurance médicaments Nouvelle assurance médicament onéreux 2 3 QUI

Plus en détail

Le régime d assurances collectives prosanté

Le régime d assurances collectives prosanté signature privilège distinction prestige Le régime d assurances collectives prosanté LES AVANTAGES SIGNATURE Un régime, trois séries d avantages L une des préoccupations majeures des entreprises québécoises

Plus en détail

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments Présenté par Pierre Marion AGENDA Évolution des régimes d assurance médicaments La tendance actuelle Statistiques sur l utilisation des

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

assurance collective à l intention des L Assurance collective sans compromis www.vigilis.ca/cpa

assurance collective à l intention des L Assurance collective sans compromis www.vigilis.ca/cpa assurance collective à l intention des cabinets de CPA L Assurance collective sans compromis www.vigilis.ca/cpa Un Pro mérite des conseils de Pro. C est pourquoi Vigilis assure la paix d esprit des membres

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Inclure les assurances collectives dans sa stratégie d affaires

Inclure les assurances collectives dans sa stratégie d affaires Claude Fréchette Claudine Ducharme Sylvain Pelletier Maurice poitras Pierre marion nathalie leblanc par Alexandre Daudelin La culture d entreprise reflète l ensemble des règles d une organisation, de valeurs

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ. Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. 3 avril 2014

ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ. Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. 3 avril 2014 ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. Président Comité de gestion assurances collectives Régime des professeures et professeurs de l Université Laval

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Le fruit d importantes luttes syndicales. But : protéger les travailleurs et les travailleuses contre des évènements imprévus

Le fruit d importantes luttes syndicales. But : protéger les travailleurs et les travailleuses contre des évènements imprévus Colin L Ériger, stagiaire au service de l éducation de la FTQ Le fruit d importantes luttes syndicales But : protéger les travailleurs et les travailleuses contre des évènements imprévus À cause de l augmentation

Plus en détail

Nous vous présentons...

Nous vous présentons... Nous vous présentons... les services de gestion de régimes d assurance médicaments et la pharmacie d Express Scripts Canada. SM Un moyen pratique et sûr d optimiser votre régime d assurance médicaments

Plus en détail

Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe

Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe ALLEGROUPE Le système expert de gestion Le système expert de gestion d avantages sociaux et d assurance groupe De concert avec un besoin d efficience... en crescendo Parce que le temps c o m p t e... L

Plus en détail

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat?

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Garanties collectives Nouveaux coûts Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Le marché des médicaments de spécialité, en rapide

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Firme fondée en 1992

Firme fondée en 1992 noir sur blanc 1 En un coup d œil Firme fondée en 1992 Entièrement détenue par 24 de ses professionnels Plus importante firme d actuariat conseil à propriété québécoise Près de 110 employés, dont plus

Plus en détail

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer.

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer. Sun Life Programme d aide aux employés Des services professionnels et confidentiels pour aider à résoudre les problèmes susceptibles de nuire à la performance au travail. Pour aider votre entreprise à

Plus en détail

Groupe TVA inc. Renouvellement du régime d assurance collective au 1 er octobre 2013. 12 septembre 2013

Groupe TVA inc. Renouvellement du régime d assurance collective au 1 er octobre 2013. 12 septembre 2013 Groupe TVA inc. Renouvellement du régime d assurance collective au 1 er octobre 2013 12 septembre 2013 Ordre du jour Contexte du renouvellement Caractéristiques du groupe d employé Arrangements financiers

Plus en détail

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES G UI D E EMPL YÉ POUR DES RAISONS FINANCIÈRES Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite Dans certaines grandes entreprises, des milliers de Québécois participent déjà à un régime d épargneretraite

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

Le 10 novembre 2015. Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite»

Le 10 novembre 2015. Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite» Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite» Récemment, les équipes de la division de consultation en régimes d avantages sociaux et de retraite de Cowan ont présenté

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Comment gérer les retours au travail Les clauses d'assurance

Comment gérer les retours au travail Les clauses d'assurance Comment gérer les retours au travail Les clauses d'assurance Denis Gobeille, M. Sc. R.I. Conseiller en ressources humaines agréé Conseiller en régimes d assurance collective Agir face à l'invalidité en

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

Projet de loi n o 102. Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite

Projet de loi n o 102. Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite FÉDÉRATION DE L ÂGE D OR DU QUÉBEC AVIS PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES Projet de loi n o 102 Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de Mai 2000 Introduction Fondée en 1970,

Plus en détail

«Entreprise en santé»

«Entreprise en santé» «Entreprise en santé» Une stratégie gagnante pour tous Roger Bertrand Président du conseil, GP2S Paris, le 2 avril 2009 Vers des «Entreprises en santé» Au menu : Santé / enjeux et opportunités GP 2 S /

Plus en détail

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Plan de la séance d information Les constats sur le système de retraite québécois Les obstacles

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES

PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES DIRECTEURS ET DIRECTRICES D ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT RETRAITÉS PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES ASSURANCE-MALADIE-MÉDICAMENTS et VOYAGE (obligatoire) 1 er janvier 2006 au 31

Plus en détail

CADA. Contrôler les coûts de son régime d assurance collective. Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux

CADA. Contrôler les coûts de son régime d assurance collective. Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux CADA & Contrôler les coûts de son régime d assurance collective Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux Thèmes abordés CADA Qui et pourquoi? Avantages de CADA La gestion des régimes

Plus en détail

Régimes flexibles et comptes de gestion santé : est-ce pour nous?

Régimes flexibles et comptes de gestion santé : est-ce pour nous? Régimes flexibles et comptes de gestion santé : est-ce pour nous? Par Marc-André Laliberté, ASA Vice-président principal Sommet Avantages & Retraite 4 avril 2012 Marque de commerce de Groupe Optimum inc.

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé Santé et Mieux-être Pourquoi investir dans le mieux-être? Un employé canadien sur deux souffre d au

Plus en détail

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. *

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * ? Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * À quel point vous inquiétez-vous que votre état de santé actuel ait une incidence sur votre capacité

Plus en détail

Selon un récent sondage effectué pour l Association

Selon un récent sondage effectué pour l Association Réaction mitigée envers la création d un régime de pension agréé collectif 7 experts de la retraite commentent et proposent leur solution Veuillez noter que les entrevues ont été réalisées juste avant

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

Le mieux-être en milieu de travail :

Le mieux-être en milieu de travail : Le mieux-être en milieu de travail : Recherche actuelle sur la santé des Canadiens Erin Dick, gestionnaire, Projets stratégiques, Santé et Mieux-être Sun Life du Canada, compagnie d assurance-vie Institut

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC CONTACTEZ-NOUS : 1 800 361-5303 information@sogemec.qc.ca RÉSUMÉ DU RÉGIME D ASSURANCE Une offre de services couvrant tous vos besoins UNE GAMME DE PROTECTIONS QUI

Plus en détail

PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE

PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le 21 mai 2013 PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi n 39 Loi sur les régimes volontaires d épargne-retraite (le «projet

Plus en détail

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en santé Québec 1980 à 2012 50 000,0 45 000,0 40 000,0 35 000,0 30 000,0 Pourquoi les dépenses

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Personnalisez votre. régime d assurance collective. avec le Compte de dépenses de frais de santé de Desjardins Sécurité financière

Personnalisez votre. régime d assurance collective. avec le Compte de dépenses de frais de santé de Desjardins Sécurité financière Personnalisez votre régime d assurance collective avec le Compte de dépenses de frais de santé de Desjardins Sécurité financière Quels sont les frais admissibles? Les CDFS comportent une foule de frais

Plus en détail

Étude de cas. Protection du patrimoine. Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada

Étude de cas. Protection du patrimoine. Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada Étude de cas Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada grâce à l assurance maladies graves assortie d une garantie de remboursement des primes à la résiliation ou à l expiration Août 2012 La

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

La solution intelligente pour votre régime flexible

La solution intelligente pour votre régime flexible Assurance collective La solution intelligente pour votre régime flexible La solution intelligente pour votre régime flexible Vous souhaitez exercer un certain contrôle sur vos coûts tout en offrant à vos

Plus en détail

Résumé du budget du Québec de 2011

Résumé du budget du Québec de 2011 Résumé du budget du Québec de 2011 Le 17 mars 2011 Table des matières RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC DE 2011 Page INTRODUCTION... 1 1. MESURES RELATIVES AUX IMPÔTS... 1 1.1 Instauration d un crédit d impôt

Plus en détail

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 1. Qu'est-ce que le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick? Le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick est une assurance

Plus en détail

Justifier les investissements dans la santé et le mieux-être au travail

Justifier les investissements dans la santé et le mieux-être au travail Justifier les investissements dans la santé et le mieux-être au travail Karla Thorpe Directrice, Recherche sur le leadership et les ressources humaines Le Conference Board du Canada conferenceboard.ca

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Pour un régime d assurance médicaments entièrement public Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Qu est-ce que notre régime d assurance médicaments? Au Québec, 43% de la population est couverte par le régime

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE. Desjardins & Cie

ASSURANCE COLLECTIVE. Desjardins & Cie ASSURANCE COLLECTIVE Desjardins & Cie Voici Contact 360 MC, une approche globale en gestion des invalidités qui forme un tout à valeur ajoutée pour un régime d assurance collective. Dans la vie, la santé

Plus en détail

Résumé. Le filet social face à la globalisation. Présenté par Monsieur Richard Bell, Président-directeur général de SSQ, Groupe financier

Résumé. Le filet social face à la globalisation. Présenté par Monsieur Richard Bell, Président-directeur général de SSQ, Groupe financier Résumé Le filet social face à la globalisation Présenté par Monsieur Richard Bell, Président-directeur général de SSQ, Groupe financier Le 21 novembre 2003 Ce qui est le plus à craindre pour l avenir de

Plus en détail

Le système de retraite québécois : constats et grands enjeux

Le système de retraite québécois : constats et grands enjeux Le système de retraite québécois : constats et grands enjeux Colloque sur la retraite au Québec Cercle finance du Québec Roland Villeneuve Vice-président aux politiques et aux programmes Le 31 octobre

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable Atelier : Les employeurs et la diversité ethnoculturelle 11 ième Conférence Internationale Métropolis 4 octobre 2006 Lisbonne, Portugal

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Attirez les meilleurs employés et consolidez votre entreprise

Attirez les meilleurs employés et consolidez votre entreprise Attirez les meilleurs employés et consolidez votre entreprise Grâce à leur régime d assurance collective, les employés sont toujours gagnants Augmentation salariale ou régime d assurance collective? Il

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Le Regroupement des compagnies d assurances à charte du Québec (RACQ) est membre à part entière depuis juillet 2001.

Le Regroupement des compagnies d assurances à charte du Québec (RACQ) est membre à part entière depuis juillet 2001. Survol du cadre réglementaire en assurance médicaments Claude Di Stasio, Vice-présidente, Affaires québécoises, ACCAP ACCAP L'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP), organisme

Plus en détail

Par ici, les réformes au Québec

Par ici, les réformes au Québec Le Québec à l heure des choix pour sa population vieillissante Par ici, les réformes au Québec Conférence d ouverture Congrès 2012 de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec Nicole F. Bernier,

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Remboursement des vaccins par les assureurs privés

Remboursement des vaccins par les assureurs privés Remboursement des vaccins par les assureurs privés PRÉSENTÉ À : Québec International Par : Marquis Nadeau Directeur Affaires publiques et gouvernementales Le 29 novembre 2011 Aperçu Enquête sur les assureurs

Plus en détail

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie À l usage exclusif des conseillers Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie FINANCIÈRE SUN LIFE Temporaire Sun Life Vie primes limitées Sun Life Universelle Sun Life et Universelle Sun Life Max Vie

Plus en détail

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle Assurance soins de longue durée Protection Temporelle Protection Temporelle Pour rester maître de la situation si vous devenez en état de dépendance La Protection Temporelle est une assurance soins de

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultezle pour

Plus en détail

COMPTES MAJEURS. Créer un régime d assurance collective sur mesure

COMPTES MAJEURS. Créer un régime d assurance collective sur mesure COMPTES MAJEURS Créer un régime d assurance collective sur mesure L équipe des comptes majeurs est composée de professionnels expérimentés et qualifiés ayant des connaissances approfondies en assurances

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Les employés. de HP font des choses. exceptionnelles. HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels.

Les employés. de HP font des choses. exceptionnelles. HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels. Les employés de HP font des choses exceptionnelles HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels. Chaque jour, des employés de HP des quatre coins du globe font des choses exceptionnelles pour nos

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être 75 % 20 % 12 semaines 1 an Plus longtemps un employé s absente du travail, moins il a de chances d y retourner. Après 12 semaines d absence, 75 % des

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance contre la maladie ou les accidents DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance contre la maladie ou les accidents DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions CURRICULUM PQAP MODULE : DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions Compétence : Recommander des produits individuels et collectifs d assurance contre la maladie ou les accidents

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail