Synthèse des travaux du Groupe n 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synthèse des travaux du Groupe n 2"

Transcription

1 COMMISSION DEPARTEMENTALE DE L ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS DE L ISERE LES DIFFERENTS MODES D'ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE 6 ANS SCOLARISES Synthèse des travaux du Groupe n 2 Septembre 2004 Nicole CHATELAS Monique DETTER Hélène SIBUÉ

2 T ABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 1 page INTRODUCTION 2 A - ÉTAT DES LIEUX PAR TYPE DE STRUCTURE 3 A.1 Les garderies périscolaires 3 A.2 L'accueil pendant la restauration scolaire 4 A.3 Les centres de loisirs 5 A.4 Les assistantes maternelles 6 A.5 Les employé(e)s de maison 6 A.6 La solidarité familiale ou de voisinage 7 A.7 Les établissements d'accueil occasionnel des enfants de 3 à 6 ans 8 et les écoles maternelles A.8 Les clubs de sports, associations culturelles, comités d'entreprises 8 B PROPOSITIONS 10 B.1 PAR TYPE D ACCUEIL 10 B.2 PROPOSITIONS GENERALES 11 CONCLUSION 13 ANNEXE : Composition du groupe de travail 14

3 P RÉAMBULE L a Commission départementale de l'accueil des jeunes enfants créée par la loi du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale et précisée par le décret n du 3 mai 2002 s est mise en place en novembre 2003 dans l Isère. Elle est composée d'institutions, organismes, associations et autres partenaires ayant une compétence ou un intérêt spécifique dans le domaine de l'accueil des jeunes enfants. C'est une instance de décision, de conseil, de proposition, d'appui et de suivi. Pour alimenter la réflexion de cette Commission, 2 groupes de travail ont été mis en place en L un d eux concerne «Les différents modes d'accueil des enfants de moins de 6 ans scolarisés». Le travail de ce groupe s est déroulé autour de 3 axes définis par la Commission départementale : Effectuer un état des lieux qualitatif et quantitatif. Noter les questionnements. Proposer des pistes d action. Ce groupe de travail* a été animé par : Nicole CHATELAS : Conseiller technique d'action sociale (Caf de Grenoble) Monique DETTER : Médecin adjoint enfance famille (Conseil général de l'isère) Hélène SIBUÉ : Responsable adjoint de la Division gestion, prestations et conseillers techniques d'action sociale (Caf de Grenoble) * La composition du groupe est jointe en annexe. 1

4 I NTRODUCTION L es familles choisissent en général un seul mode d'accueil pour leurs enfants, malgré la diversité de ceux-ci et ce jusqu'à la rentrée en école maternelle. Avec la scolarisation, la journée de l'enfant est beaucoup plus fractionnée d autant que les familles n ont pas toujours la possibilité de solutions homogènes en terme de modes d accueil. Malgré la multiplicité des solutions existantes, il n existe pas un modèle unique de référence dans le domaine de l accueil de la petite enfance. Une grande hétérogénéité des réponses est par contre à noter en terme de mode de garde mais aussi en terme de territoires (urbain et rural). La qualité d'accueil offerte aux enfants, et la compatibilité entre l intérêt de ceux-ci et les besoins de leurs parents constituent un questionnement fondamental. Afin de penser «qualité de l'accueil», il faut en effet penser «intérêt de l'enfant» : respecter ses rythmes, favoriser son développement, prendre en compte ses besoins, ses désirs qui varient selon les âges. Quels sont par ailleurs les besoins des parents? Les familles n'ont pas toujours le choix du mode d accueil de leur enfant et elles doivent en outre concilier les besoins d une fratrie. Quelle cohérence alors trouver entre ces deux impératifs? Quelles sont précisément les réponses actuellement existantes? Comment articuler entre eux les différents modes d'accueil de l enfant et introduire de la souplesse dans l organisation des diverses réponses? La dimension éducative est une composante essentielle de la qualité de l'accueil du jeune enfant. Quelles sont les attentes des parents? Quels sont les interlocuteurs concernés et sont-ils prêts à tenir le rôle que l on attend d eux? Comment définir cette dimension éducative, les approches pouvant être différentes selon les interlocuteurs? Rappelons également que les besoins des familles évoluent : des populations nouvelles quittent la ville pour des territoires plus ruraux et leurs exigences demeurent identiques. Elles choisissent souvent de changer d'habitat mais non de mode de vie, et souhaitent conserver les même services. L organisation du travail évolue aussi. C est à partir de ces observations que nous nous sommes successivement interrogés, établissant des constats, des analyses, et des propositions. 2

5 A - ÉTAT DES LIEUX PAR TYPE DE STRUCTURE Nous envisagerons successivement les différents modes d accueil en termes de définitions de constats et d éléments d analyse : Les garderies périscolaires L accueil pendant la restauration scolaire Les centres de loisirs et les Maisons des Jeunes et de la Culture Les assistantes maternelles Les employé(e)s de maison La solidarité familiale et de voisinage Les établissements d accueil des enfants de 3 à 6 ans et les écoles maternelles Les clubs de sports, associations culturelles, comités d entreprises A.1. LES GARDERIES PÉRISCOLAIRES «C est un service de garde collective ayant pour vocation d accueillir les enfants âgés de moins de 6 ans scolarisés en école maternelle en dehors des horaires scolaires, le temps de restauration étant exclu de la durée de garde» 1. 1) Constats: C'est un mode de garde très utilisé, accessible, avec le plus souvent des places disponibles. Nous n'avons qu'une vue partielle de ces garderies périscolaires qui ne sont pas toutes répertoriées. Elles peuvent être déclarées comme centres de loisirs (elles doivent respecter les normes d encadrement des centres de loisirs). Elles ne sont pas toutes satisfaisantes sur le plan qualitatif : elles ne répondent pas toujours aux besoins des enfants en ce qui concerne les locaux, le bruit, les horaires, les taux d'encadrement : a) Les locaux : Ils sont souvent situés à l'intérieur des écoles maternelles. Quand les locaux sont à l'extérieur, ils ne sont pas toujours bien adaptés aux jeunes enfants : espace, bruit, sécurité Par ailleurs, tous les locaux accueillant des enfants de moins de 6 ans en dehors de leur famille doivent faire l objet d un avis ou d une autorisation du Président du Conseil général, ce qui n est pas systématiquement le cas. 1 Cette définition et les suivantes sont extraites des fiches techniques concernant les structures d accueil des enfants de moins de 6 ans (Doc. CGI-Caf 2004). 3

6 b) L'encadrement : Les personnels d encadrement ne sont pas toujours qualifiés. Ce sont souvent des ATSEM (Agent territorial spécialisé en écoles maternelles) qui encadrent les enfants. Ceux-ci sont parfois en nombre insuffisant et manquent de formation. c) Les horaires : Les amplitudes horaires peuvent ne pas être adaptées aux besoins des familles, surtout en milieu rural. Il faut aussi prendre en compte le temps de transports des parents, ce qui occasionne des journées trop longues pour les enfants. d) Les effectifs : Ils sont fréquemment importants, ce qui ne permet pas aux enfants de s'isoler en fonction de leurs besoins et de leurs souhaits, cela peut aussi constituer un obstacle à la mise en place d activités diversifiées. e) Les transports : Nous nous interrogeons sur la pertinence de transporter les enfants d'un lieu vers un autre, surtout quand ce sont les plus petits qui rejoignent les plus grands dans leurs locaux. La distance et le temps de transport sont des éléments supplémentaires de fatigue, et occasionnent des difficultés de repérage pour les enfants. f) Le matériel pédagogique : Il n existe pas partout et n est pas toujours adapté. Des expériences intéressantes sont cependant mises en place comme par exemple le centre d accueil de la petite enfance de Vienne. On note également de grandes disparités entre les secteurs urbains et ruraux, et entre les petites et les grandes structures (on observe souvent plus de rigidité dans les grandes structures en ville). 2) Eléments d analyse Les garderies périscolaires situées dans les écoles doivent pouvoir disposer des espaces nécessaires au respect du rythme des enfants. Les collectivités locales deviennent des partenaires éducatifs alors qu'elles n'y sont pas préparées. L'organisation du temps périscolaire nécessite que parents, élus, enseignants s'interrogent sur la nécessité d'un temps de rupture cohérente (école, temps périscolaire, maison ) qui ne doit pas être un temps vide mais un temps où l'enfant se ressource, voire se reconstruit sans être toujours en activité. A.2. L ACCUEIL PENDANT LA RESTAURATION SCOLAIRE 1) Constats La demande a fortement augmenté ces dernières années (dans certains quartiers de grandes villes, 2/3 des enfants de l'école maternelle fréquentent la cantine). Le nombre d'enfants accueillis est souvent important. Le coût est généralement intéressant pour les familles. Les locaux sont parfois mal adaptés : trop d'enfants dans un local sonore où petits et grands sont présents simultanément. 4

7 Il existe des expériences positives avec des horaires décalés ainsi que des locaux adaptés ou séparés pour les grands et les petits. Les normes d hygiène ne sont pas toujours parfaitement respectées. Le taux d'encadrement est fréquemment insuffisant (par ex. 3 adultes pour 40 enfants). Le personnel n'est pas toujours formé aux besoins de l enfant (diététique, rythmes, relaxation, pédagogie ). Certains restaurants scolaires ont un fonctionnement rigide en ce qui concerne les inscriptions des enfants qu il faut prévoir très à l avance. 2) Eléments d analyse Les amplitudes d accueil peuvent être trop longues, les besoins des parents prévalant alors sur l intérêt des enfants. La question de l accueil des plus jeunes renvoie sur le problème de la scolarisation précoce à plein temps : il est souhaitable, nous semble-t-il, de ne pas scolariser un jeune enfant toute la journée. A.3. LES CENTRES DE LOISIRS «Accueil collectif d au moins 8 mineurs, sans hébergement, en dehors d une famille, pendant 15 jours minimum au cours de la même année (déclaration obligatoire à la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports)». «Les centres de loisirs sont des équipements socioculturels qui peuvent fonctionner au sein des Maisons de l'enfance, des Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC), des centres socioculturels». 1) Constats Les centres de loisirs sont souvent utilisés comme des modes de garde des enfants scolarisés, les mercredi et les petites vacances. Les horaires ne sont pas toujours adaptés aux besoins des parents. Certaines structures s organisent pour aller chercher les enfants à la sortie de l école, les faire déjeuner et assurent leur accueil jusqu à 18 h 30. Dans certains quartiers, le même service peut être mis en place à la sortie de l école dès 16 h 30. De nombreux centres de loisirs (surtout en ville) offrent des accueils non seulement en temps extrascolaire mais aussi en périscolaire. Les parents ont tendance à demander beaucoup d activités pour leurs enfants. 2) Eléments d analyse Il est nécessaire de travailler le projet d établissement en associant les parents afin de réfléchir à une meilleure adéquation entre les besoins des enfants accueillis et les activités proposées. 5

8 L'intérêt de l'enfant nécessite que le projet lui propose : - un temps de «non activité», - un choix d aller d une activité à l autre, - une offre diversifiée, souple et personnalisée. A.4. LES ASSISTANTES MATERNELLES «Accueil organisé au domicile des assistantes maternelles, personnes agréées par le Conseil général, rémunérées par les parents, et (plus rarement pour les 3 à 6 ans), par des crèches familiales, des communes ou des associations». 1) Constats Les assistantes maternelles offrent une continuité d'accueil importante, de la naissance à 6 ans. Quand ils ont le choix, les parents préfèrent souvent ce type d'accueil familial à un accueil collectif périscolaire (souplesse, repos de l enfant ). Il existe une grande pénurie de places en périscolaire chez les assistantes maternelles notamment pour des raisons de rémunération. De plus, celles-ci peuvent avoir des difficultés à accueillir à la fois des enfants scolarisés et non scolarisés. En milieu rural l'enfant scolarisé est parfois pris en charge par un autobus scolaire afin d'éviter les voyages à l'assistante maternelle. Les Relais Assistantes Maternelles (RAM) et les professionnelles de la PMI accueillent les parents et les assistantes maternelles. Leur rôle d information et de soutien est important et plus particulièrement en milieu rural où il y a souvent moins de services qu en ville. 2) Eléments d analyse Ce mode d'accueil est souple et rassurant pour l'enfant : horaires, ambiance familiale. Il permet à l'enfant de «vider son énergie» par un temps de jeu libre et une attention personnalisée de son assistante maternelle. Le coût pour la famille est nettement plus élevé qu en accueil périscolaire collectif. A.5. LES EMPLOYÉ(E)S DE MAISON «Personnes salariées par les parents ou les associations mandataires pour s occuper d enfants au domicile de leurs parents». 6

9 1) Constats C'est un mode de garde des enfants (scolarisés ou non) qui peut répondre efficacement à l'attente des parents et aux besoins des enfants en terme de respect de leurs rythmes et de leurs habitudes. Les employé(e)s de maison sont souvent recruté(e)s par les parents (par le biais de l ANPE par exemple). Les associations mandataires apportent une certaine garantie quant au choix de la personne (mais le coût est plus élevé et les associations ne sont pas nombreuses). Des services commerciaux de mises en relation parents/employé(e)s de maison tendent à se développer. Se posent fréquemment des problèmes liés au manque de stabilité du personnel et au coût qui repose en grande partie sur les familles malgré les prestations familiales existantes : Prestation d'accueil du Jeune Enfant (PAJE) et Allocation de Garde d'enfant à Domicile (AGED). 2) Eléments d analyse Pour diminuer le coût, l'emploi à plusieurs familles peut être envisagé mais il faut une bonne entente entre celles-ci et une vision commune des besoins de l enfant sur le plan éducatif. L'employé(e) de maison s'occupe de tout ce qui concerne l'enfant au quotidien (linge, repas, ménage de sa chambre). Mais il faut veiller à ce que la famille ne se «décharge» pas complètement : l employé(e) n est ni une femme de ménage ni un substitut parental. Les freins principaux au développement de ce type de réponse sont : le recrutement, la recherche d information, les aspects administratifs et le coût. Cette solution est cependant bien adaptée quand il y a plusieurs enfants dans la famille. A.6. LA SOLIDARITÉ FAMILIALE OU DE VOISINAGE 1) Constats Elle ne semble plus beaucoup exister dans la régularité. Les enfants aînés assurent dans certaines familles la responsabilité des plus petits, ce qui n est pas toujours souhaitable. Les familles «rurbaines» sont à la fois isolées (absence de réseau) et demandeuses de services. Il existe sur certains lieux des organisations de sorties d école entre parents. 7

10 2) Eléments d analyse Certaines familles sont éloignées géographiquement de leurs proches qui ne peuvent donc les aider que ponctuellement ou pendant les vacances. Les solidarités de voisinage ont leurs limites (qualité? durée?) A.7. LES ÉTABLISSEMENTS D ACCUEIL OCCASIONNEL DES ENFANTS DE 3 A 6 ANS ET LES ÉCOLES MATERNELLES «Accueil occasionnel en établissement recevant des enfants de moins de 6 ans pour une durée d accueil inférieure ou égale à 5 demi-journées par semaine en halte garderie ou multi accueil». L école maternelle accueille les enfants de 2 ou 3 ans jusqu à 6 ans. 1) Constats La halte garderie peut être une solution complémentaire à l école maternelle pour des enfants de 3 à 4 ans ou plus longtemps pour des enfants handicapés. A 4 ou 5 ans, la halte garderie n'est plus adaptée et l'enfant "ne s'y retrouve pas" vraiment. L association école maternelle/structure d accueil occasionnel peut être proposée aux plus jeunes enfants scolarisés quelques semaines, pour que ce passage se fasse en souplesse (par exemple comme à St Martin d'hères). Les écoles privées offrent parfois des solutions souples avec des amplitudes d'ouverture très importantes (essentiellement pour répondre aux besoins des parents). 2) Eléments d analyse La souplesse est importante pour l accueil des enfants handicapés et l alternance école/structure de garde est un bon moyen pour permettre l intégration de ces enfants. Un enfant scolarisé peut apprécier de retourner en halte-garderie avec un frère ou une sœur plus jeune. A.8. LES CLUBS DE SPORTS, ASSOCIATIONS CULTURELLES, COMITÉS D ENTREPRISES 1) Constats Les différentes activités extrascolaires sont utilisées aussi comme modes de garde à temps partiel. 8

11 Certains comités d entreprises organisent des activités pour les enfants le mercredi. 2) Elément d analyse De nombreux enfants pratiquent une multiplicité d activités (sportives ou culturelles) qui se succèdent alors qu ils ont aussi besoin de rêver, d'imaginer, d'observer. De manière générale, on relève également que : Les enfants ont besoin de savoir qui les accueille à la sortie de l école. La notion de régularité est certes à respecter. Il faut aussi aider les enfants à se repérer dans le temps pour éviter qu'ils ne soient déstabilisés. La diversité et la bonne connaissance par les parents des différents types d accueil peuvent permettre un dépannage en cas de non fonctionnement de l accueil habituel. 9

12 B - PROPOSITIONS Nous les envisagerons en abordant successivement les différents types d accueil : l accueil collectif, l accueil familial puis la solidarité familiale et de réseau. Nous présenterons dans une seconde partie des propositions générales. B.1. PAR TYPE D ACCUEIL 1) L accueil collectif L accueil collectif envisagé ici comprend les centres de loisirs et les garderies périscolaires ainsi que l'accueil pendant la restauration scolaire. Il nous paraît nécessaire en ce domaine de : Etablir en partenariat un état des lieux exhaustif de l'existant dans le département. Clarifier les articulations entre les différentes réglementations et leur évolution. Développer l information (l obligation d agrément des locaux, les normes d encadrement, etc ). Renforcer le partenariat pour mieux mutualiser localement les moyens et rendre plus cohérente l offre sur les territoires. Disposer de locaux adaptés (taille, accès, lieux de repos, sonorisation, sécurité), et par exemple, développer l accueil des plus petits dans des locaux séparés et éviter les transports. Réfléchir aux relations entre les enfants quand il n'est pas possible de séparer petits et grands : par exemple envisager des "systèmes" de tutorat. Mettre en place pour l accueil pendant la restauration scolaire, des horaires décalés afin de mieux préserver les enfants les plus petits et les plus fragiles. Veiller à un encadrement en nombre suffisant et avec une formation adaptée (faire appel par exemple au Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT). Promouvoir la notion de «temps non contraint» pour l enfant. Développer des réponses innovantes très adaptées à des situations particulières (petit nombre d enfants à accueillir, distances). Prendre davantage en compte la place des parents (participation au projet d établissement pour les centres de loisirs, interrogation partagée des professionnels et des parents pour l accueil en restauration scolaire). Attirer l'attention des accueillants, des responsables et des parents sur les conséquences pour l enfant d amplitudes d'accueil trop longues. 10

13 2) L accueil familial a) Les assistantes maternelles Développer une information ciblée pour augmenter le nombre d assistantes maternelles agréées. Promouvoir des accueils familiaux pendant le repas de midi chez des assistantes maternelles agréées salariées par une commune ou une association. Inciter les crèches familiales à s ouvrir sur des accueils d enfants scolarisés de 3 à 6 ans. b) les employé(e)s de maison Développer l information et la formation. Réfléchir aux financements : aide aux familles. Réfléchir à la prise en charge du recrutement. Modif. Apportées le 25/05/07 3) La solidarité familiale ou le voisinage Il faudrait l encourager : en favorisant le développement de solidarités intergénérationnelles, en suscitant des rencontres entre les familles aux moments clés de la vie d'un enfant (recherche d'un moyen de garde, inscription à l'école ), en développant le partenariat à l'école maternelle à partir de laquelle des échanges entre parents peuvent assez simplement se créer, en expérimentant des structures parentales d accueil périscolaire, en impliquant tous les partenaires de proximité : enseignants, conseils d école, associations de parents d élèves. B.2. PROPOSITIONS GÉNÉRALES Les différentes propositions ci-dessous nous semblent particulièrement importantes à prendre en compte pour améliorer l accueil des enfants de moins de 6 ans scolarisés. Engager un travail de conviction, d argumentation, de sensibilisation auprès des élus, des enseignants, des autres professionnels, des parents sur l importance de cet accueil de l enfant scolarisé de moins de 6 ans. Insister auprès des acteurs concernés sur l'importance de proposer une offre variée, complémentaire et bien coordonnée. En cela, certains professionnels et/ou services ont un rôle essentiel à jouer (coordinateur petite enfance, RAM, services PMI ). Inviter les différents acteurs (élus, professionnels, parents) impliqués dans l accueil de l enfant scolarisé à s interroger sur le projet à mettre en œuvre dans les différentes structures, c est à dire sur le sens à donner à ces accueils. Développer l information, la formation, la qualification des personnels. 11

14 Développer le partenariat avec l Education Nationale pour ce qui concerne l accueil collectif et les solidarités familiales. Favoriser la collaboration entre les parents et les professionnels. Travailler sur les représentations que les familles ont des différents modes d accueil et sur les représentations que les professionnels ont des parents. Mettre aussi en place des temps de rencontres pour les parents afin de les impliquer pendant le temps d école comme ils l ont été en crèche. Inciter à une réflexion collective des partenaires territoriaux pour l élaboration du Projet Educatif Local. Permettre une meilleure lisibilité des missions de chaque partenaire impliqué (collectivités, Caisse d'allocations familiales, Conseil général, Direction départementale de la jeunesse et des sports). Veiller également aux conditions d accès pour tous aux différents modes d accueil existants (ressources, handicaps, etc ). 12

15 C ONCLUSION L accueil des enfants scolarisés de 3 à 6 ans s est révélé au fur et à mesure de la réflexion du groupe comme une question n ayant pas reçu à ce jour toute l attention qu elle nécessite : sa diversité, la disparité des réponses, la multiplicité des partenaires concernés expliquent peut-être en partie au moins cet état de fait. L état des lieux et les propositions élaborés par le groupe de travail n 2 de la Commission Départementale de l Accueil des Jeunes Enfants de l Isère doivent être d une part approfondis (données chiffrées sur l offre de service notamment) et d autre part validés techniquement et politiquement. Des moyens nouveaux pour la mise en œuvre des propositions d amélioration s avéreront notamment nécessaires. Les participants du groupe de travail ont trouvé beaucoup d intérêt à ce travail et plusieurs d entre eux pourraient le poursuivre si la Commission les mandatait pour ce faire. 13

16 ANNEXE COMMISSION DEPARTEMENTALE DE L ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS Membres du groupe de travail n 2 Les différents modes d'accueil d'enfants de moins de 6 ans scolarisés Identité Dr Monique DETTER Hélène SIBUÉ Nicole CHATELAS Gérard BARBIER Marjorie GANDON Françoise DURAND Anny LAFUENTE Robert PONVIANNE Marie-France MONERY Yannick NEUDER Geneviève MARTINEAU Françoise HAUWUY Christine BOURREL Mathieu WARIN Monique SORREL Marie-Claude DIOT Elise BRIANCON Laure LA ROCCA Laure GERMAIN PHION Annie PAULETTO Jean-Michel BEAUJARD Animatrices Titre Médecin adjoint enfance famille Conseil général de l Isère Responsable adjoint de la Division gestion, prestations et conseillers techniques d'action Sociale Caf de Grenoble Conseiller technique d Action Sociale Caf de Grenoble Membres Vice-président de la MSA Assistante sociale MSA Conseillère d'éducation populaire et de jeunesse Direction Départementale de Jeunesse et Sports Conseillère technique de service social Inspection Académique Conseiller pédagogique Inspection Académique Adjointe au Maire de Grenoble Maire de St Etienne de St Geoirs Conseillère municipale déléguée à la Petite Enfance à Vienne Responsable Service petite enfance Mairie de St Martin d Hères Coordinatrice Collectif Enfants Parents Professionnels de l'isère Directeur de Centre social Monestier de Clermont Coordinatrice petite enfance Mairie de Gières Animatrice du Relais assistantes maternelles CCAS de Fontaine Assistante maternelle Grenoble Association nationale des puéricultrices Union Départementale des Associations Familiales de l'isère Fédération nationale des parents employeurs (FEPEM) Syndicat CFDT 14

L'accueil des.... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales.

L'accueil des.... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales. L'accueil des tout-petits...... Infos pratiques sur les différents modes d'accueil pour les enfants de moins de 6 ans dans les Pyrénées-Orientales. Infos générales L'accueil des jeunes enfants est un domaine

Plus en détail

De la garde à l accueil...

De la garde à l accueil... De la garde à l accueil... Nous privilégions le terme d accueil à celui de garde qui correspond à l évolution de notre société et à la place faite à l enfant et à sa famille Choisir un mode d accueil pour

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans Mois AAAA En bref L objectif de cette fiche est de donner une vision chiffrée du nombre d établissements collectifs d accueil de jeunes enfants (les structures monoaccueil et multi-accueil) et de montrer

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR

RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RELAIS D'ASSISTANTES MATERNELLES DE L ALBIGEOIS REGLEMENT INTERIEUR RAM de l Albigeois-Règlement intérieur-version adoptée le 3 juillet 2012 Page 1 PREAMBULE Le territoire de la communauté d'agglomération

Plus en détail

PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT

PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT PARCOURS : FAIRE GARDER SON ENFANT Trouver un mode de garde pour son enfant relève parfois du parcours du combattant. Il existe pourtant un ensemble de dispositifs bon à connaître pour se faciliter la

Plus en détail

RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES

RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES COMMUNAUTE DU PAYS DE VENDOME Direction Enfance Jeunesse Service Petite Enfance REGLEMENT INTERIEUR RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PREAMBULE... 3 II. LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Un seul questionnaire par famille

Un seul questionnaire par famille Un seul questionnaire par famille Madame, Monsieur, Enquête de Besoins 0 11 ANS Communauté de communes de Saint Hippolyte Votre avis nous intéresse Les élus de la CCSH, en partenariat avec la Caisse d

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes 1 Rappel des objectifs du projet associatif : Le projet de la Maison des jeunes s inscrit dans le projet de l APEJ voté par les élus en 2010 : 1.1 Accompagner

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Etablissements d accueil d enfants de moins de 6 ans

Etablissements d accueil d enfants de moins de 6 ans 1 Etablissements d accueil d enfants de moins de 6 ans Etablissements d accueil collectif : Les multi accueils : régulier ou irrégulier (+ de 20h), occasionnel régulier ou occasionnels purs (- de 20h),

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

FICHE PRESSE. Contexte

FICHE PRESSE. Contexte FICHE PRESSE Visite d une délégation du Conseil d administration de la caisse d Allocations familiales de la Vienne au Château de Beauvoir vendredi 11 juillet 2014 à 10h30 Sont présents : Monsieur Joël

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe TROISIEME CONCOURS EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU MERCREDI 17 OCTOBRE 2012 de 9 H 00 à 11 H 00 IMPORTANT

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité FORUM N 5 Président de séance : Christine GENET, Adjointe au Maire de Metz, Vice-Présidente de l UNCCAS. Intervenants : Jean Louis HAURIE, Directeur

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

Guide de la réforme des rythmes scolaires.

Guide de la réforme des rythmes scolaires. Guide de la réforme des rythmes scolaires. Commission management Réseau Petites Villes JANVIER 2014 Page 1 SOMMAIRE PREAMBULE Références de la réforme : p.3 I CADRE DE LA REFORME p.4 1) Principes de la

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

tout savoir sur les MICRO-CRECHES

tout savoir sur les MICRO-CRECHES A tout savoir sur les JUIN 2013 Les micro-crèches constituent un mode d accueil collectif du jeune enfant en pleine expansion. Le Service de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil Général

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

uel accueil pour votre enfant qsur Tulle agglo?

uel accueil pour votre enfant qsur Tulle agglo? uel accueil pour votre enfant qsur Tulle agglo? des idées communes 1 édito Une politique solidaire Depuis le 1 er janvier 2012, Tulle agglo prend soin de vos enfants. Auparavant à la charge des communes,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ENTREPRISE

QUESTIONNAIRE ENTREPRISE ENQUETE CREATION CRECHE INTERENTREPRISES QUESTIONNAIRE ENTREPRISE 1. Votre entreprise Nom... Commune :... Nom, coordonnées et fonction de la personne répondant au questionnaire : Secteur d activité :...

Plus en détail

Département du Lot. Confier son enfant à une. assistante maternelle. Le Département du Lot, proche de vous.

Département du Lot. Confier son enfant à une. assistante maternelle. Le Département du Lot, proche de vous. Département du Lot Confier son enfant à une assistante maternelle Le Département du Lot, proche de vous. Édito La maternité et la petite enfance tiennent une place toute particulière au cœur des missions

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

FAIRE GARDER SES ENFANTS

FAIRE GARDER SES ENFANTS ACTUEL NORD-PAS DE CALAIS Centre Régional Information Jeunesse Nord-Pas de Calais 2 rue Nicolas Leblanc - 59000 LILLE Tél : 03.20.12.87.30 Fax : 03.20.12.87.31 http:// www.crij-npdc.fr FAIRE GARDER SES

Plus en détail

«SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU»

«SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU» «SOLIDARITE POU TI BOUT CHOU» Action collective sur les modes de garde Année 2012 au L.A.E.P. d un V.F.E Organisée et animée par : M. A, Assistant social stagiaire 2 ème année Partenaires concernés : Mme

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2 LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE Sommaire 1 - Les principes... 2 2 - Les objectifs... 3 A - Favoriser la conciliation Vie familiale Vie professionnelle...

Plus en détail

Missions Conditions d accueil Fonctionnement

Missions Conditions d accueil Fonctionnement Crèche collective : accueil régulier collectif : Accueille à temps complet ou à temps partiel et de façon régulière les enfants de moins de 4 ans. La crèche peut aussi répondre à un besoin ponctuel particulier

Plus en détail

Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse

Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse Les politiques éducatives locales enfance, jeunesse Les accueils de loisirs sans hébergement

Plus en détail

Charte de qualité pour l accueil individuel des jeunes enfants

Charte de qualité pour l accueil individuel des jeunes enfants Charte de qualité pour l accueil individuel des jeunes enfants INTRODUCTION Cette charte s inscrit dans le cadre du Schéma Départemental d Accueil du Jeune Enfant de la Corrèze, qui réunit le Conseil général,

Plus en détail

COPIL rythmes scolaires Mercredi 16 avril 2014

COPIL rythmes scolaires Mercredi 16 avril 2014 COPIL rythmes scolaires Mercredi 16 avril 2014 Ville de La Charité-sur-Loire Centre Social Municipal Une volonté politique éducative et sociale forte pour un projet éducatif de territoire de qualité La

Plus en détail

COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 *** Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs. Présents :

COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 *** Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs. Présents : COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs Présents : Anne-Marie Lemêtre, Maire adjointe aux sports Dominique Colombel, Maire adjointe à la vie scolaire

Plus en détail

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION Strasbourg, le 20 décembre 2013 REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci de

Plus en détail

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE Intitulé de l action : Fiche action 52 Accompagnement à la parentalité Formation Petite Enfance "Maladies hivernales et Prévention" (Réseau bronchiolite du Nord) 1) Quel est votre secteur d intervention?

Plus en détail

La petite enfance à Nogent LES MODES D ACCUEIL

La petite enfance à Nogent LES MODES D ACCUEIL La petite enfance à Nogent LES MODES D ACCUEIL Septembre 2015 Sommaire COMMENT S INFORMER? 3 COMMENT S INSCRIRE? 3 POINT ÉCOUTE 4 INFORMATIONS GÉNÉRALES Participations familiales 5 Réductions d impôts

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

L accueil d es jeunes enfants de 2 mois à 5 ans

L accueil d es jeunes enfants de 2 mois à 5 ans L accueil d es jeunes enfants de 2 mois à 5 ans Maison de la Petite Enfance 1 rue Annie Hure 02 40 80 86 28 petiteenfance@saintsebastien.fr www.saintsebastien.fr " Favorisons ensemble l épanouissement

Plus en détail

Programme. 2015 / 2016 Formation professionnelle continue. www.famillesrurales.org/maine_et_loire

Programme. 2015 / 2016 Formation professionnelle continue. www.famillesrurales.org/maine_et_loire Programme 2015 / 2016 Formation professionnelle continue www.famillesrurales.org/maine_et_loire > Les thématiques Fonctionnement général de l association Pédagogie et animation Gestion thématique «Se former

Plus en détail

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités?

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Organisation et encadrement des activités Modalités d encadrement Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Un

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

La garde des enfants au domicile des parents

La garde des enfants au domicile des parents La garde des enfants au domicile des parents La garde à domicile, Ce mode d accueil consiste à faire intervenir un salarié à votre domicile pour la garde de votre enfant. Vous pouvez avoir recours à ce

Plus en détail

LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION

LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION LE TEMPS PERISCOLAIRE ORGANISATION ET REGLEMENTATION QU'EST-CE QUE LE TEMPS PÉRISCOLAIRE? Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement

Plus en détail

Aménagement des Rythmes de Vie de l Enfant

Aménagement des Rythmes de Vie de l Enfant Aménagement des Rythmes de Vie de l Enfant Préparation de la Rentrée 2014 Conseil Participatif 10 Avril 2014 1 Sommaire Rappel des pistes de réflexion Résultat de l étude de faisabilité Rappel des valeurs

Plus en détail

TOTAL 11328 883. Augmentation des naissances sur la commune : 91-96 = 132 naissances par an ; 97-02 = 148 naissances par an.

TOTAL 11328 883. Augmentation des naissances sur la commune : 91-96 = 132 naissances par an ; 97-02 = 148 naissances par an. ESPACE PETITE ENFANCE DU CHATER Le projet social INTRODUCTION OBJECTIFS DU PROJET SOCIAL POUR UNE STRUCTURE PETITE ENFANCE Historiquement les structures de garde du jeune enfant ont été créées pour répondre

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Insertion professionnelle possible après le baccalauréat professionnel ASSP OPTION A DOMICILE

Insertion professionnelle possible après le baccalauréat professionnel ASSP OPTION A DOMICILE Insertion professionnelle possible après le baccalauréat professionnel ASSP OPTION A DOMICILE Académie de LILLE - Assistant de responsable de secteur (niveau III ou IV de l éducation nationale) Il assiste

Plus en détail

Charte de Qualité. Accueil du Jeun e En fan t

Charte de Qualité. Accueil du Jeun e En fan t Charte de Qualité Accueil du Jeun e En fan t 01/2006 PREAMBULE Les évolutions des besoins des familles et de leurs enfants concernant l accueil collectif ou individuel ont conduit les partenaires institutionnels

Plus en détail

le guide des 0-5 ans

le guide des 0-5 ans orvault le guide des 0-5 ans édito Sur la ville d Orvault, l ensemble de l accueil de la petite enfance représente 181 places d accueil collectif et 350 places d accueil chez les assistantes maternelles

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ENFANCE - FAMILLES

QUESTIONNAIRE ENFANCE - FAMILLES QUESTIONNAIRE ENFANCE - FAMILLES La nouvelle Communauté de communes du Sud Artois souhaite mieux connaître vos besoins et vos habitudes en matière d accueil et de loisirs pour vos enfants de 0 à 13 ans,

Plus en détail

- Permettre l'échange, la mixité sociale, la rencontre entre jeunes du même âge, mais aussi avec des adultes et des jeunes adultes.

- Permettre l'échange, la mixité sociale, la rencontre entre jeunes du même âge, mais aussi avec des adultes et des jeunes adultes. 1 2 1 Objectifs de l'action Accompagner des jeunes dans la construction d'un projet de vacances en groupe, pendant l'été, sur une période de 10 jours : 2,5 jours de préparation, 7 jours de séjour en camping,

Plus en détail

La la Mission Locale de l Espace Sud et ses partenaires. Sous-Préfecture du Marin,

La la Mission Locale de l Espace Sud et ses partenaires. Sous-Préfecture du Marin, La la Mission Locale de l Espace Sud et ses partenaires Sous-Préfecture du Marin, organisent Contacts presse : Maeva LARGEN : 06 96 98 84 42 Mylène VALIDE : 06 96 29 29 03 Chanael MARIE LUCE : 06 96 90

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA CONSULTATION SUR LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES QUESTIONNAIRE CONCERNANT LES ÉLEVES DES ÉCOLES PRIMAIRES

RÉSULTATS DE LA CONSULTATION SUR LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES QUESTIONNAIRE CONCERNANT LES ÉLEVES DES ÉCOLES PRIMAIRES RÉSULTATS DE LA CONSULTATION SUR LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES QUESTIONNAIRE CONCERNANT LES ÉLEVES DES ÉCOLES PRIMAIRES 980 QUESTIONNAIRES TRAITÉS 1404 ENFANTS CONCERNÉS SUR 2465 soit 56.96 % DES PRIMAIRES

Plus en détail

Pour Capucine, Iris, Prune, Clément, Clémentine, Narcisse, Olivier et tous les autres... la ville de Saint-Genis-Laval propose des modes de garde

Pour Capucine, Iris, Prune, Clément, Clémentine, Narcisse, Olivier et tous les autres... la ville de Saint-Genis-Laval propose des modes de garde Pour Capucine, Iris, Prune, Clément, Clémentine, Narcisse, Olivier et tous les autres... la ville de Saint-Genis-Laval propose des modes de garde adaptés au besoin de chacun... Vous recherchez un mode

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

LA LOZÈRE SOLIDAIRE PETITE ENFANCE. Modes de garde. lozere.fr

LA LOZÈRE SOLIDAIRE PETITE ENFANCE. Modes de garde. lozere.fr LA LOZÈRE SOLIDAIRE PETITE ENFANCE Modes de garde lozere.fr Pouvoir confier son enfant en toute sérénité quand on travaille facilite bien la vie. Pour répondre aux besoins des parents, le Conseil général

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG Strasbourg, le 22 novembre 2013 FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF 1.000 places de crèches supplémentaires pour les franciliens SOMMAIRE Page 1 : programme de la matinée du 7 octobre

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE 04/08/2014

CAP PETITE ENFANCE 04/08/2014 CAP PETITE ENFANCE 04/08/2014 CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNEL Le titulaire du CAP Petite Enfance est un professionnel qualifié, qui possède des compétences pour l'accueil, les soins d'hygiène corporelle,

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT-SULPICE LA POINTE LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES RENTREE 2014. Elaboré par la Direction des actions aux Publics Commune (24-05-2014)

COMMUNE DE SAINT-SULPICE LA POINTE LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES RENTREE 2014. Elaboré par la Direction des actions aux Publics Commune (24-05-2014) COMMUNE DE SAINT-SULPICE LA POINTE LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES RENTREE 2014 Elaboré par la Direction des actions aux Publics Commune (24-05-2014) 1 PRESENTATION La réforme relative à l organisation

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS Délibération du 18 février 2013 Service Petite Enfance Année 2013 1 SOMMAIRE 1 LES CONDITIONS D ACCUEIL 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR. OFFICE des RETRAITÉS. CCAS de LANNION

Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR. OFFICE des RETRAITÉS. CCAS de LANNION Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR OFFICE des RETRAITÉS CCAS de LANNION CCAS 11 Bd Louis Guilloux 22300 lannion tél 02 96 46 13 22 fax 02 96 46 13 23 L office des retraités

Plus en détail

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale "micro-crèches".

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale micro-crèches. Dossier pour la création à titre expérimental d une mini structure d accueil de jeunes enfants en Lot-et-Garonne Le cadre de référence Article R.2324-47 du Code de la Santé Publique Décret n 2010-613 du

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION Sujet national pour l ensemble des centres de gestion organisateurs ANIMATEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 1 ère CLASSE Examen professionnel d avancement de grade SESSION 2014 Rédaction d un rapport à partir

Plus en détail

Multi-accueil Blé en Herbe à Châteauneuf-sur-Sarthe

Multi-accueil Blé en Herbe à Châteauneuf-sur-Sarthe PETITE ENFANCE STRUCTURES D'ACCUEIL PETITE ENFANCE Multiaccueil Blé en Herbe à ChâteauneufsurSarthe Structure collective de 36 places Fonctionnement : 1/ Accueil Régulier : «Crèche» Accueil d enfants âgés

Plus en détail

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014 Dans une ville, de multiples intervenants apportent aux familles aide et soutien dans l éducation des enfants. Pour donner plus de cohérence à ces actions, pour les renforcer, nous avons choisi à Brest

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD 1 Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD FINALITES «Permettre d encadrer à titre professionnel, de façon occasionnelle, des enfants et des adolescents en centres de vacances

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Le dispositif de continuité éducative grenoblois

Le dispositif de continuité éducative grenoblois Le dispositif de continuité éducative grenoblois Créer les meilleures conditions d accueil et de prise en charge des enfants de moins de 3 ans dans les écoles maternelles en développant la continuité éducative

Plus en détail

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels R.A.M. Relais Assistants Maternels Un lieu d informations, de rencontres et d échanges au service des parents, des jeunes enfants, des professionnels de l accueil de la Petite Enfance outil technique à

Plus en détail