Parc éolien «Lou Paou II»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parc éolien «Lou Paou II»"

Transcription

1 DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Mai 2012 Réf G13X9/12/028 Parc éolien «Lou Paou II» EDF EN France Centre d affaires Wilson Quai Ouest 35 bd de Verdun BEZIERS Agence SOCOTEC Industries Midi Pyrénées 3 rue Jean Rodier TOULOUSE Cedex Tél. : Fax :

2 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU PROJET ANALYSE DE L ETAT INITIAL DEFINITION DES AIRES D ETUDES... 4 MILIEU PHYSIQUE MILIEU NATUREL MILIEU HUMAIN PATRIMOINE ET PAYSAGE SYNTHESE DES ENJEUX ANALYSE DES EFFETS DIRECTS ET INDIRECTS, TEMPORAIRES ET PERMANENTS DU PROJET SUR L ENVIRONNEMENT ET MESURE DE SURPRESSION D ATTENUATION OU DE COMPENSASIONS DES IMPACTS DU PROJET RAISONS DU CHOIX DU PROJET CADRE DU PROJET RAISONS DU CHOIX DU SITE PRESENTATION DU PROJET RETENU DEMANTELEMENT DES PARCS EOLIENS COMPATIBILITE AVEC LES TEXTES REGLEMENTAIRES EN VIGUEUR COMPATIBILITE AVEC LE SDAGE ADOUR-GARONNE COMPATIBILITE AVEC LE SAGE LOT AMONT COMPATIBILITE AVEC LE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE COMPATIBILITE AVEC LES DOCUMENTS D URBANISMES RISQUES PRESENTES PAR L INSTALLATION ET MOYENS DE PREVENTION ET PROTECTION IDENTIFICATION DES POTENTIELS DE DANGERS INDUITS PAR L ACTIVITE DES INSTALLATIONS DANGERS D AGRESSION D ORIGINES NATURELLES DANGERS LIES AUX EQUIPEMENTS DANGERS LIES AUX PRODUITS DANGERS LIES AUX PHASES TRANSITOIRES ET AUX TRAVAUX MESURES DE PREVENTION ET DE PROTECTION PREVENTION DU RISQUE FOUDRE DETECTION INCENDIE DETECTION DU GIVRE DETECTION DES SURVITESSES ET DES VENTS FORTS PREVENTION DES POLLUTIONS LIEES AUX PRODUITS AUTRES SYSTEMES DE SECURITE MOYENS ORGANISATIONNELS MOYENS D INTERVENTIONS ANALYSE DES RISQUES D ACCIDENT IDENTIFICATION DES SCENARIOS D ACCIDENT DETERMINATION DES ENJEUX CONCLUSION SUR L ANALYSE DES RISQUES Page 2 sur 15

3 1. PRESENTATION DU PROJET Le projet concerne l implantation de sept nouveaux aérogénérateurs, dans le massif de la Boulaine. Le projet du «parc éolien de Lou Paou 2» compte 7 éoliennes d une puissance unitaire de 3 MW, elles sont équipées d un mât de 85 m de haut, de couleur blanc-gris cassé, et de trois pales de 41 m (diamètre du rotor 82 m) montées sur un axe horizontal. Ce projet est l'extension des 7 aérogénérateurs du «parc éolien de Lou Paou 1, dit LP1» construit en 2006 sur les communes de Chastel-Nouvel, Rieutort-de-Randon et Servières. Le site est soumis à autorisation pour la Rubrique n , soumettant les installations terrestres de production d'électricité à partir de l'énergie mécanique du vent, regroupant un ou plusieurs aérogénérateurs ; comprenant au moins un aérogénérateur dont le mât a une hauteur supérieure ou égale à 50 m, à autorisation, avec un rayon d affichage de 6 km. Les nouvelles éoliennes devraient posséder les caractéristiques suivantes : Hauteur de mât Diamètre Longueur de pale Poids de la pale Centre de gravité (% longueur / bride de fixation) Vitesse survitesse (vitesse nominale x 1,5) Vitesse de rotation maximale Vitesse de rotation nominale 85 m 82 m 41 m 8500 kg 30 % 27 tr/min 23 tr/min 18 tr / min Type de machines : mât tubulaires, tripales Dimensions : diamètre de 82 m, hauteur de mât de 85 m, longueur des pales de 41 m Hauteur totale maximum : environ 125 m Puissance nominale totale : 21 MW Production annuelle estimée : 44 GW.h (pour équivalent pleine charge de heures/an) La carte 1 indique l implantation du parc éolien Lou Paou II. CARTE 1 POSITIONNEMENT DU PROJET PAR RAPPORT AU RESEAU ROUTIER LOCAL Zone du projet Réseau routier local Départementales D50 Voiries rurales peu fréquentées Page 3 sur 15

4 2. ANALYSE DE L ETAT INITIAL 2.1 Définition des aires d études Trois aires d études de superficie croissante ont été définies autour du nouveau projet en fonction de l échelle des impacts sur l environnement et en fonction des thématiques abordées (milieux naturels, étude paysagère, perception visuelle du projet, ). 2.2 Milieu physique Le projet s insère en altitude élevée au Sud-Est de la montagne de la Margeride, caractérisé par un climat montagnard et un relief relativement chahuté. Les sites d implantation des nouvelles éoliennes présentent des plateaux bosselés. Plusieurs sources captées se trouvent dans le périmètre de l aire d étude immédiate, la profondeur des drains de ces captages et donc de la nappe est estimée à 2 ou 3 m sur les communes de Rieutort-de-Randon et de Barjac. La zone d étude est occupée par une mosaïque de milieu, où prédomine des milieux «naturels» alliant boisements naturels et plantations de conifères et dans une moindre mesure des milieux semi-naturels de systèmes culturaux. 2.3 Milieu naturel La zone projet (aire immédiate) intercepte la ZNIEFF de type II Causses de Marvejols et de Mende sur son pourtour ouest (la surface totale comprise dans l aire immédiate est de 1.28 km²). Aucun autre périmètre de protection du milieu naturel ne sont présent dans la zone projet, ni à proximité. L analyse fine du milieu naturel a été faite par l ALEPE sur l année , suivi d une actualisation par ARTELIA en 2010, dans le périmètre immédiat du projet (aire immédiate comprenant l emprise du projet, ainsi que tous les espaces susceptibles d être influencés par ce dernier). Cette aire concerne 335,3 ha sur les communes de Servières et Rieutort-de-Randon. Les relevés de terrain ont permis d identifier 8 habitats naturels, semi-naturels ou anthropiques dans l aire d étude immédiate selon la typologie CORINE Biotopes. Les boisements naturels de Pins sylvestres forment l habitat dominant, suivis par les plantations d Epicéas et enfin dans une moindre mesure les prairies artificielles et les prairies naturelles sèches et humides. Les zones ouvertes résultent essentiellement de l activité agricole. La représentativité assez importante des prairies artificielles, et celle très limitée des landes secondaires (à Genêts à balais par exemple) témoignent d une pression agricole assez importante. Dans le même sens, les pineraies sylvestres qui occupent les secteurs les plus abrupts ou les moins intéressants du point de vue agronomique font souvent l objet d une exploitation sylvo-pastorale. Concernant la faune les enjeux sont plus importants pour l avifaune et les chiroptères. Les enjeux vis-à-vis de l avifaune migratrice sont considérés comme très faibles tant vis-à-vis des migrations printanières qu automnales. D une manière générale, l activité des oiseaux migrateurs sur l ensemble de la zone étudiée est mineure. Par ailleurs, les axes préférentiels de passage empruntent les axes des vallées qui contournent le site d implantation du projet. Concernant les oiseaux nicheurs, les expertisent menées identifient des enjeux ciblés sur des risques modérés de fréquentation du site par des espèces nichant en dehors de la zone d implantation immédiate du projet, lors de survols ou de gagnages : ces risques concernent les espèces patrimoniales suivantes ;le Milan noir, le Milan royal, le Busard Saint-Martin, Busard cendré, la Bondrée apivore ou le Circaète Jean-le-Blanc. Les enjeux vis-à-vis de la petite avifaune nicheuse concernent en outre, l Alouette des champs, l Alouette lulu, le Pic noir, la Pie grièche écorcheure et le Pic vert. Dans l aire éloignée, le peuplement chiroptérologique présente une diversité spécifique élevée (62% des espèces de France continentale) avec un nombre élevé d espèce à forte valeur patrimoniale. Tandis que dans l aire rapprochée la diversité est moindre et la fréquentation par les espèces patrimoniales est anecdotique. Page 4 sur 15

5 2.4 Milieu humain Les communes d implantation des éoliennes sont Servières et Rieutort-de-Randon et comptent 175 et 744 habitants. La population est nettement plus importante à Mende, préfecture de la Lozère. La commune de Rieutort-de-Randon présente la superficie la plus grande, et pourtant, avec Servières, elles ont la densité de population la plus faible. L aire d étude appartient à la communauté de commune de la terre de Randon qui propose sur son territoire communal 4 secteurs éligibles comme ZDE. Le projet de Lou Paou II est compris dans le périmètre de ZDE dont le dossier est en cours de finalisation et devrait être déposé courant l été Le secteur d activité prépondérant sur les communes d implantation des éoliennes, Servières et Rieutort de Randon est l agriculture. Servières compte 14 exploitations agricoles, pour une surface agricole utile de 1649 ha, et Rieutort-de-Randon compte 37 exploitations agricoles pour une surface utile de 4532 ha. L aire d étude est coupée en deux par la D50, permettant de relier entre eux les hameaux de la Brugère et de Chauvets par exemple. Cette départementale mène directement à Mende. Dans le département et dans notre zone d étude éloignée, le réseau routier est assez développé, surtout en termes de routes communales et pistes forestières. Servières ne possède pas de document d urbanisme (régime du Règlement National d Urbanisme) et Rieutort-de-Randon possède une carte communale. L aire d étude immédiate est concernée par 2 risques naturels, l aléa feux de forêts et mouvement de terrain. Concernant l environnement sonore, les niveaux de bruit ambiant maximums calculés sur chaque périmètre de mesure de bruit respectent les limites imposées par la réglementation aussi bien en période diurne (inférieur à 70 db(a)) qu en période nocturne (inférieur à 60 db(a)). Le respect de ces limites dans les cas les plus critiques (points les plus exposés, bruits induits par les éoliennes et bruit résiduels maximum) implique la conformité dans les autres cas étudiés. De plus, au-delà de 8 m/s les puissances acoustiques des éoliennes restent stables ou sont inférieures, donc une éventuelle augmentation du niveau de bruit ambiant ne pourrait provenir que de l accroissement du bruit résiduel avec la vitesse du vent. 2.5 Patrimoine et paysage Le secteur d étude se caractérise par une morphologie vallonnée et une utilisation des sols où alternent terres agricoles et parcelles boisées. Les massifs forestiers, compacts et denses, empêchent la plupart du temps la vue possible sur le site de projet. Celui-ci se découvre par des fenêtres visuelles, données par le passage sur les points hauts du relief ou les espaces ouverts intermittents. On peut distinguer trois unités paysagères, correspondant à trois formations géologiques différenciées : vallée du Lot (1), la zone de causses avec la présence de calcaire, située principalement de part et d'autre de la vallée du Lot, L Aubrac (2), la zone de gneiss et micaschistes correspondant principalement à la Montagne de la Boulaine, la Margeride (3), la zone granitique correspondant aux contreforts de la Margeride à laquelle appartient la zone d étude. Concernant les co-visibilités, la zone d influence à 5 km est la plus sensible. Page 5 sur 15

6 2.6 Synthèse des enjeux Page 6 sur 15

7 Page 7 sur 15

8 3. ANALYSE DES EFFETS DIRECTS ET INDIRECTS, TEMPORAIRES ET PERMANENTS DU PROJET SUR L ENVIRONNEMENT ET MESURE DE SURPRESSION D ATTENUATION OU DE COMPENSASIONS DES IMPACTS DU PROJET Page 8 sur 15

9 Page 9 sur 15

10 NATURE DE L IMPACT T : TEMPORAIRE ; P : PERMANENT NATURE DE LA MESURE : E : EVITEMENT ; R : REDUCTION ; A : ACCOMPAGNEMENT : C : COMPENSATOIRE L estimation du coût total forfaitaire des mesures est de Page 10 sur 15

11 4. RAISONS DU CHOIX DU PROJET 4.1 Cadre du projet En 2007, le Grenelle de l Environnement a amorcé une réflexion sans précédent, particulièrement développée dans le domaine de l énergie et du climat. De nouvelles mesures destinées à atteindre des objectifs ambitieux à échéance 2020 et 2050 ont été regroupées sous le terme de «paquet énergie climat». Ainsi, en 2020, la France devra assurer 23% de sa consommation énergétique par des énergies renouvelables (à comparer avec 10,3% à ce jour). A ce titre, l'objectif de développement de l'éolien terrestre proposé par le gouvernement est fixé à MW. Sur le département de la Lozère, la production énergétique annuelle du parc éolien de Lou Paou est d environ 33GWh. Le projet d extension «Lou Paou II», du parc éolien existant, s inscrit dans un contexte régional de développement de l énergie éolienne et des énergies renouvelables. 4.2 Raisons du choix du site D un point de vue technique et économique, le site possède des caractéristiques de faisabilité essentielles : un bon gisement en vent La présence des parcs existants de Lou Paou aucune contrainte rédhibitoire une situation à l écart des zones habitées une bonne accessibilité des possibilités de raccordement électrique Ce projet viendra s insérer dans le prolongement des parcs éoliens existants, dans le cadre d une composition paysagère cohérente et harmonieuse. 4.3 Présentation du projet retenu Le projet du «parc éolien de Lou Paou 2» compte 7 éoliennes d une puissance unitaire de 3 MW. Les éoliennes sont équipées d un mât de 85 m de haut, de couleur blanc-gris cassé, et de trois pales de 41m (diamètre du rotor 82 m) montées sur un axe horizontal. La puissance nominale installée sur le site est de 21 Méga Watts électriques (21000 kw), produite par 7 générateurs de 3 MW. La production électrique attendue du "parc éolie n de Lou Paou 2" est est imée à environ 44,5 GWh/an, soit la consommation électrique d environ habitants. Cette estimation prend en compte toutes les pertes de production: disponibilité du parc, arrêt et bridage acoustique, cut-out, variabilité interannuelle du vent... Le projet éolien sera composé des éléments suivants : 4.4 Démantèlement des parcs éoliens Comme toute installation de production énergétique, la présente installation n a pas un caractère permanent et définitif. D une part, une éolienne est certifiée pour une durée de vie minimale de 20 ans. Toutefois, des opérations de remplacement ou de remise en état des composants, même majeurs, peuvent être envisagées pour augmenter la durée de vie des éoliennes. D autre part, les constructeurs ont prévu toute la documentation et la méthodologie nécessaires pour procéder à un démantèlement sûr et respectueux de l environnement. L arrêté du 26 août 2011 précise les modalités de démantèlement et de remise en état des installations éoliennes via 5 articles. 7 éoliennes tripales à axe horizontal, des transformateurs électriques (un par éolienne) situé dans le mât des éoliennes un poste de livraison, des lignes de raccordement enterrées. Page 11 sur 15

12 5. COMPATIBILITE AVEC LES TEXTES REGLEMENTAIRES EN VIGUEUR 5.1 Compatibilité avec le SDAGE Adour-Garonne Le projet d extension du parc éolien Lou Paou 2 est conforme avec ces orientations. Ainsi le projet est compatible avec le SDAGE Adour Garonne. 5.2 Compatibilité avec le SAGE Lot Amont Dans la mesure ou les orientations ne sont pas définies et ou le projet n a pas d impact sur les eaux superficielles et souterraines, le projet sera compatible avec le SAGE. 5.3 Compatibilité avec le Schéma de cohérence territoriale Les communes de Rieutort-de-Randon et de Servières en dépendent d'aucun schéma de cohérence territoriale. 5.4 Compatibilité avec les documents d urbanismes La commune de Servières est sous le régime du Règlement National d Urbanisme et Rieutort-de-Randon possède une carte communale. L'implantation d éoliennes aux sites prévus est compatible. Page 12 sur 15

13 6. RISQUES PRESENTES PAR L INSTALLATION ET MOYENS DE PREVENTION ET PROTECTION 6.1 Identification des potentiels de dangers induits par l activité des installations Dangers d agression d origines naturelles Les dangers d origines naturelles sont les suivants : Foudre et incendie (perte d intégrité de la machine) ; Basses températures (chute et projection de glace) ; Séismes et mouvements de terrains (effondrement de l éolienne) ; Précipitations extrêmes et inondations ; Vents extrêmes (dégâts sur le multiplicateur et la génératrice, efforts sur l éolienne) ; Dangers liés aux équipements Les dangers des équipements sont principalement dus au caractère mobile de ceux-ci (pièces en rotation) et à leur situation (à plusieurs dizaines de mètres au dessus du sol). Ceci peut entrainer des chutes ou projection de pièces au sol Dangers liés aux produits Les produits susceptibles d être présents en phase d exploitation sont les huiles, graisses et l hexafluorure de soufre (SF). Ces produits présentent des dangers par rapport au risque incendie et au risque de pollution des eaux ou des sols en cas de déversement. Cependant ils ne présentent pas de caractère dangereux marqué et les quantités mises en œuvre sont adaptées aux volumes des équipements Dangers liés aux phases transitoires et aux travaux Les dangers potentiels durant les phases de construction et de travaux sont liés aux opérations de manutention avec des risques de chutes de charges ou de basculement d engins de manutention, des risques d écrasement ou de choc liés aux masses manipulées et des risques de chute de personnel liées au travail en hauteur. Cependant les dangers liés à ces phases conduisent essentiellement à des risques pour les personnels d intervention, et non à des risques pour l environnement 6.2 Mesures de prévention et de protection Prévention du risque foudre Le système est mis à la terre afin de protéger les éléments de l aérogénérateur. Le système de protection contre la foudre est conçu pour répondre à la classe de protection I de la norme internationale IEC En cas de coup de foudre sur une pale, le courant de foudre est évacué vers la terre Détection incendie Des capteurs de températures sont présents au sein de la nacelle afin de permettre, en cas de dépassement des seuils, la mise à l arrêt de la machine. La machine est mise à l arrêt, une télésurveillance est activée et, si besoin, les pompiers peuvent être amenés à se rendre sur site Détection des survitesses et des vents forts Les régimes de survitesses sont susceptibles de porter atteinte à l intégrité de la machine. Les éoliennes sont équipées de système de détection des régimes de survitesse et de vent fort. Des systèmes de coupure s enclenchent en cas de dépassement des seuils de vitesse prédéfinis et permettent de mettre en drapeau les pales de la machine (freins aérodynamiques) Prévention des pollutions liées aux produits En règle générale, les aérogénérateurs nécessitent très peu de substances liquides dangereuses pour leur fonctionnement, seules des huiles hydrauliques sont parfois nécessaires. Lorsque c est le cas, la nacelle est équipée de rétention sur les zones accueillant les circuits d huiles (multiplicateur, groupe hydraulique) Autres systèmes de sécurité Les systèmes de sécurité sont multiples. En plus des moyens de détection, les dispositifs de sécurité principaux sont les suivants : Les dispositifs de freinage de l éolienne. Le frein principal de l éolienne est un frein aérodynamique. Il stoppe le rotor par action sur l orientation des pâles (orientation de 85 à 90 par rapport à la direction du vent). Les dispositifs d arrêt d urgence. Différents arrêts d urgence sont disposés au sein de la machine (tour et nacelle). Ils sont actionnables à distance mais également sur site, par le personnel amené à intervenir sur les machines. Surveillance des dysfonctionnements électriques. Des détecteurs d arcs sont mis en place en plus des protections traditionnelles contre les surintensités et les surtensions. Balisage aviation. Afin que les éoliennes soient repérables par les aéronefs, un système de balisage lumineux clignotant bicolore est mis en place, conformément à la réglementation. Autres. Selon les machines, des équipements optionnels peuvent être mis en place. Ces équipements peuvent être destinés à la surveillance des vibrations et des turbulences, la surveillance des échauffements et température, la surveillance de pression et de niveau hydraulique, Moyens organisationnels Essais et maintenance Avant la mise en service industrielle des aérogénérateurs, l exploitant réalisera des essais permettant de s assurer du fonctionnement correct de l ensemble des équipements de sécurité. Ces essais en situation réelle comprendront notamment : un arrêt, un arrêt d urgence, un arrêt depuis un régime de survitesse ou une simulation de ce régime. A minima, une première campagne de maintenance aura lieu dans les 3 mois qui suivent la mise en service du site. Celle-ci vise à vérifier notamment l état des équipements de sécurité, l état de la bride de fixation du mat, les niveaux d huile, l état global des installations (pales, dispositif de prévention du risque foudre ). D autres contrôles et opérations de manutention ont lieu de façon annuelle. C est le cas pour l état général de l éolienne et du transformateur mais aussi pour l ensemble des dispositifs concourant à la sécurité de l installation et à sa bonne production. Formation du personnel L ensemble du personnel est formé aux risques inhérents à leur activité (risques électriques, travail en hauteur, ) et détient un niveau de compétence propre à la réalisation des tâches qui lui incombent Détection du givre Afin de prévenir le risque de projection de glace, il est possible d équiper les éoliennes de pales chauffante.. De plus, un système de détection de givre sera prévu sur les machines. En cas de détection, la mise en route de la machine sera stoppée. Une procédure adéquate de démarrage sera mise en place. Selon les possibilités offertes par les machines retenues, le redémarrage pourra se faire automatiquement (à distance) ou suite à une visite des équipes de maintenance de la machine. Page 13 sur 15

14 Consignes de sécurité par le personnel de maintenance Les consignes de sécurité à observer par le personnel intervenant sur les machines sont regroupées dans des manuels qui regroupent l ensemble des consignes destinées à préserver la santé et la sécurité au travail. Des consignes de sécurité comportent notamment les éléments suivants : les procédures d arrêt d urgence et de mise en sécurité de l installation ; les limites de sécurité de fonctionnement et d arrêt ; les précautions à prendre avec l emploi et le stockage de produits incompatibles ; les procédures d alertes avec les numéros de téléphone du responsable d intervention de l établissement, des services d incendie et de secours. Gestion de la sécurité Un dispositif assure la transmission des alertes en temps réel au centre d exploitation et de maintenance de Colombiers (34). Si besoin est, les dispositifs d arrêts d urgence sont actionnés dans un délai très court (largement inférieur au délai de 60 min demandé dans l article 24 de l'arrêté du 26 août 2011). Selon la nature du dysfonctionnement, les éoliennes sont susceptibles d être relancées à distance si les paramètres requis sont validés. Certaines alertes nécessitent néanmoins l intervention de personnel (alarme incendie, pression d huile ) sur site afin d effectuer des vérifications. Suite à celles-ci, la machine est remise en route, éventuellement à la suite d opérations de maintenance. Malveillance et intrusion et autres prescriptions à observer par les tiers L accès au poste de transformation et à l éolienne est verrouillé. L interdiction d accès pour toute personne non autorisée est stipulée par affichage sur les portes de ces installations. D autre part, les prescriptions à observer par les tiers seront affichées en caractères lisibles, sur un panneau sur le chemin d accès de chaque aérogénérateur, sur le poste de livraison : les consignes de sécurité à suivre en cas de situation anormale ; la mise en garde face aux risques d électrocution ; la mise en garde, face au risque de chute de glace. 6.3 Analyse des risques d accident Identification des scénarios d accident L analyse des risques fait apparaître 3 catégories de scénarios d accident : Projection de tout ou une partie de pale ; Effondrement de l éolienne ; Chute de glace et projection de glace. La modélisation effectuée permet d obtenir la distance d effet de ces différents scénarios. Les hypothèses retenues pour la modélisation sont les plus défavorables (trajectoire en javelot, angle de départ à 45, ). Le tableau suivant reprend les différents scénarios et indique les distances d effets associées. ERC Distance d effet (en m) Ejection 50 % de pale - survitesse 537 Ejection 5 % de pale vitesse max 525 Ejection 50 % de pale - vitesse max 436 Ejection 100 % de pale - survitesse 188 Ejection 100 % de pale - vitesse max 151 Effondrement 125 Tel que préconisé dans le guide de l INERIS, une distance d effet forfaitaire de 500 m est retenue pour le scénario de projection de glace. La carte suivante indique quelles sont les distances maximales atteintes par le scénario le plus impactant (éjection 50 % de pale en survitesse). La cartographie des effets tient compte des dénivelés négatifs à proximité des machines Moyens d interventions Moyens de lutte interne Au moins deux extincteurs seront situés à l intérieur de l aérogénérateur : au sommet et au pied de celui-ci. Ils seront positionnés de façon bien visible et facilement accessibles. Les agents d extinction sont appropriés aux risques à combattre. Ces extincteurs seront contrôlés annuellement par un organisme vérificateur. Moyens de lutte externe Les Centre de secours intervenant en cas de sinistre sont ceux des communes de Mende et de Rieutort-de-Randon. Selon la localisation de l intervention, les membres du SDIS pourront être sur place en 15 à 20 minutes. Les accès sont aménagés et entretenus pour permettre aux engins des services d incendie et de secours d évoluer sans difficulté en toute circonstance. Page 14 sur 15

15 6.3.2 Détermination des enjeux Les constatations suite à l étude des scénarios d accident sont les suivantes : aucune zone habitée, aucun hameau isolé n est impacté par le projet ; la départementale D50 et certaines sections des dessertes routières secondaires sont concernées par le risque de projection de pale. Cependant la probabilité d atteinte de la cible est faible, de l ordre de 2,72 x Soit une probabilité classée comme «événement très improbable» selon l arrêté du 29 septembre 2005 ; les terrains non aménagés et peu fréquentés constitués par les forêts et terrains agricoles accueillant le projet ou localisés à proximité immédiate sont de fait concernés par le risque de projection de pale ou de fragment de pale. La probabilité d atteinte de la cible est faible, de l ordre de 4,10 x 10-4 (classée comme «événement improbable») Conclusion sur l analyse des risques La démarche d analyse des risques a permis de mettre en évidence la nécessité d analyser en détail les scénarios suivants : effondrement de machine, projection de pale (ou de morceau de pale), et projection de glace. L analyse des risques, en caractérisant les accidents potentiels en fonction de leur gravité et de leur probabilité, a permis de déterminer que l ensemble des accidents majeurs identifiés ne conduisait pas à des risques inacceptables ; et ce malgré une approche probabiliste très conservatrice. Ainsi, nous pouvons conclure que, compte tenu du niveau de vulnérabilité modéré de la zone d implantation du parc de Lou Paou II et des mesures de maîtrise des risques existantes sur les machines et mises en place par l exploitant, les risques en lien avec l exploitation du futur parc de Lou Paou II sont maîtrisés. CARTE 1 : CARTOGRAPHIE DES ENJEUX Page 15 sur 15

Résumé Non Technique de l Etude de Dangers

Résumé Non Technique de l Etude de Dangers de l Etude de Dangers DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER G13X9/13/009 V1 Novembre 2013 Projet Eolien de Salvaque SAS Parc éolien de SALVAQUE Commune de Polminhac et Velzic (15) Rédacteur SOCOTEC

Plus en détail

Etude de dangers du parc éolien «Le Souffle des Pellicornes» Résumé non technique. Version définitive Juillet 2012

Etude de dangers du parc éolien «Le Souffle des Pellicornes» Résumé non technique. Version définitive Juillet 2012 Version définitive Table des matières Avant propos... 4 I. Le parc éolien «le Souffle des Pellicornes»... 5 I.1. Définition d un parc éolien... 5 I.2. Description générale du parc éolien «Le Souffle des

Plus en détail

Lettre d information sur le projet de parc éolien «Les Closeaux»

Lettre d information sur le projet de parc éolien «Les Closeaux» Lettre d information sur le projet de parc éolien «Les Closeaux» N 2 - Octobre 2015 Introduction Dans notre premier bulletin d information, nous vous avons présenté le contexte réglementaire dans lequel

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE

RESUME NON TECHNIQUE Etude d impact sur l Environnement RESUME NON TECHNIQUE Mai 2013 Volkswind France SAS SAS au capital de 250 000 R.C.S Nanterre 439 906 934 Centre Régional de Tours Les Granges Galand 32, rue de la Tuilerie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 23 juillet 2013 modifiant l arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement des infrastructures

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD Commune de Alix Révision du PLU Réunion Publique du 22 Septembre 2011 Diagnostic et PADD Le cadre juridique pour élaborer un PLU - La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000 -

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ASA/LF/BOURGOIS/GUILLAC/EDD/2013.372 Déchetterie de GUILLAC (56) Résumé page 1 PRESENTATION DU SITE La déchetterie de Guillac est localisée sur le territoire

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/05/AV.1552. Liège, le 28 novembre 2005

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/05/AV.1552. Liège, le 28 novembre 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.1552 Liège, le 28 novembre 2005 Objet : Demande de permis unique relative à la construction et à l exploitation d un parc de 10 éoliennes de puissance unitaire de maximum 3 MW sur

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORET DES PYRENEES ORIENTALES NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DECEMBRE 2006 Préambule Le risque feux de

Plus en détail

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION Opérations de superficie supérieure ou égale à 1 ha et opérations de superficie inférieure à 1 ha mais comprenant au moins 3 lots Dossiers

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CARACTERISTIQUES GENERALES La zone N est une zone de protection stricte, motivée par la qualité des sites, espaces ou milieux naturels et les paysages. Toute

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS Service Hygiène et sécurité VOIRIE Fiche 1 CHANTIERS Janvier 2009 LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE De nombreux travaux ou interventions réalisés au sein de la collectivité (élagage des arbres, réseaux d

Plus en détail

Zone d aménagement concerté du Parc d Activité Economique Haute Lande

Zone d aménagement concerté du Parc d Activité Economique Haute Lande DEPARTEMENT DES LANDES Commune de LABOUHEYRE COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA HAUTE LANDE Zone d aménagement concerté du Parc d Activité Economique Haute Lande REGLEMENT D AMENAGEMENT DE ZONE 75 Rue du Tuc

Plus en détail

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles COMMUNE DE LOUISFERT Règlement du PLU PLAN LOCAL D URBANISME approuvé le 1 er juillet 2008 et modifié le 15 juin 2010 Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles La zone N est une zone naturelle

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND CARACTÈRE ET VOCATION DE LA ZONE La zone ND : Il s agit d une zone équipée, constituant un espace naturel qu il convient de protéger en raison du caractère des éléments

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE»

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» STEP d Abdelmoumen Synthèse non technique Demande de services n MA/2007/02

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS D URBANISME L objet de cette fiche est d apporter des éléments méthodologiques afin d aider à la prise en compte du thème considéré dans la planification

Plus en détail

Les bâtiments doivent pouvoir être atteints par les engins de secours afin de réaliser des sauvetages et lutter contre les incendies.

Les bâtiments doivent pouvoir être atteints par les engins de secours afin de réaliser des sauvetages et lutter contre les incendies. REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT NOTE D INFORMATION 002 SDIS 34 SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS Relative à l accessibilité NI - 002 des bâtiments aux véhicules de secours 14/05/2014

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Conclusions du commissaire enquêteur

Conclusions du commissaire enquêteur Bernard DORVAL 12, route d Istournet 12850 SAINTE RADEGONDE Commissaire Enquêteur Tél : 05 65 42 37 37 Mèl : bernard.dorval@wanadoo.fr Commune de BERTHOLENE DEPARTEMENT DE L AVEYRON ENQUETE PUBLIQUE Du

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

ENERCON Etude De Dangers PARC EOLIEN DU ROCHER BRETON

ENERCON Etude De Dangers PARC EOLIEN DU ROCHER BRETON Expéditeur : Yann GUILLYGOMARC H BUREAU VERITAS Service Risques Industriels Immeuble «Le Guillaumet» 60, Avenue du Général de Gaulle 92046 Paris La-Défense Tel : +33 (0)1 47 14 42 76 Mob : +33 (0)6 82

Plus en détail

Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013

Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013 Projet éolien Lampiris à Engis Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013 Vous connaissez Lampiris en tant que fournisseur d électricité verte et de gaz naturel. Non content d avoir relevé le

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44 Pour les hivernants, l objectif a été de localiser les sites d hivernage majeurs. Ils concernent principalement les oiseaux d eau, mais aussi les rapaces diurnes et nocturnes sensibles au risque de collision.

Plus en détail

Permis unique pour un parc éolien à Steinbach (GOUVY) - Catégorie : n 4 Processus industriels relatif à l énergie

Permis unique pour un parc éolien à Steinbach (GOUVY) - Catégorie : n 4 Processus industriels relatif à l énergie AVIS Réf. : CWEDD/11/AV.802 Date : Permis unique pour un parc éolien à Steinbach (GOUVY) 1. DONNEES DE BASE Demande : - Permis unique - Rubrique : 40.10.01.04.03 Projet : - Implanter et exploiter un parc

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU?

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU? QU EST CE QUE LE PLU? Le Plan local d urbanisme (PLU) porte et accompagne un véritable «projet de ville» et encadre les interventions publiques et privées en matière d urbanisme. Il oriente ainsi la fabrique

Plus en détail

Le Photovoltaïque en Guadeloupe

Le Photovoltaïque en Guadeloupe Le Photovoltaïque en Guadeloupe Quelles opportunités? Recommandations pour une bonne mise en oeuvre? Coûts et démarches? CAUE Cynthia CAROUPANAPOULLÉ, Responsable Environnement Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie

S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie Public : Homme du rang des sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, des pompiers militaires de l armée de terre, des pompiers militaires

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 Service Assainissement CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 - DEFINITION L assainissement non collectif ou autonome ou individuel est un système de collecte, de prétraitement

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF AU DIAGNOSTIC ET AU SCHEMA DIRECTEUR POUR LA MISE EN SECURITE DU PATRIMOINE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Vue aérienne de l environnement du dépôt

Vue aérienne de l environnement du dépôt Risques liés au voisinage Les ERP suivants se trouvent dans un rayon de 500m principalement à l Ouest : - le cinéma en plein air, ouvert en période estivale à 320m (environ 100 personnes) ; - l hôtel des

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société TOUPRET Il ressort de l inventaire des accidents technologiques et industriels

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

RÉSUME NON TECHNIQUE. Risque acceptable. Chute de glace. Projection de glace. Risque acceptable. Risque acceptable

RÉSUME NON TECHNIQUE. Risque acceptable. Chute de glace. Projection de glace. Risque acceptable. Risque acceptable RÉSUME NON TECHNIQUE I.3.8.4. CARTOGRAPHIE DES RISQUES POUR L EOLIENNE N 4 Carte 13 : Éolienne n 4 s liés à la chute et à la projection de glace (Source : BE Jacquel et Chatillon) Carte 12 : Éolienne n

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis unique relative à l aménagement d un complexe sportif sur le domaine du Bois-Saint-Jean au Sart Tilman à LIEGE

AVIS. Objet : Demande de permis unique relative à l aménagement d un complexe sportif sur le domaine du Bois-Saint-Jean au Sart Tilman à LIEGE AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.392 Liège, le 11 avril 2005 Objet : Demande de permis unique relative à l aménagement d un complexe sportif sur le domaine du Bois-Saint-Jean au Sart Tilman à LIEGE Avis du CWEDD

Plus en détail

Parc éolien de Fauvillers

Parc éolien de Fauvillers Complément à l étude d incidences sur l environnement Parc éolien de Fauvillers Addendum au Résumé Non Technique Demandeur : N Projet : 09.00.54 rue de la Place, 41 Juin 2010 5031 Grand-Leez TABLE DES

Plus en détail

Volet paysager du schéma éolien de la Drôme 03. CHAMBARAN. Fiche Chambaran 1

Volet paysager du schéma éolien de la Drôme 03. CHAMBARAN. Fiche Chambaran 1 03. CHAMBARAN Fiche Chambaran 1 Fiche Chambaran 2 Fiche Chambaran 3 Description de l entité Paysage rural-patrimonial. Situé dans le prolongement nord-est de la Drôme des collines (Herbasse-Galaure), le

Plus en détail

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue Circulation des engins motorisés dans les espaces naturels Synthèse règlementation Sommaire

Plus en détail

Directive Inondations

Directive Inondations DREAL Bourgogne DDT Côte-d'Or Service de l'eau et des Risques Bureau Prévention des Risques Naturels et Hydrauliques 31/03/2014 Directive Inondations Bassin Rhône-Méditerranée Territoire à Risque Important

Plus en détail

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Renaud Marcelpoix Fabrice Rognon www.csd.ch Février 2014 Sommaire Nouveaux standards de construction : l intérêt de la géothermie de moyenne

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente Mise à jour : Septembre 201 2 I Etablissements recevant du public (ERP) Références réglementaires : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles.

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UJ CARACTERE DE LA ZONE. La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. Les constructions à usage d habitation ne sont autorisées que

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT GRETZ-ARMAINVILLIERS Commune du Département de Seine et Marne P.L.U Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT 23 novembre 2015 ZONE UE En application de l article R.123-10-1 du code de l urbanisme, il est précisé

Plus en détail

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière L état d avancement des travaux au 20 juin 2011 Le véhicule électrique, une des priorités de la politique de

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage 1. Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage Bordeaux, le 8 juin 2010 OBJET La réalisation d une ligne nouvelle entraine l interception ou le voisinage avec des réseaux

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES PIECE N 4

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES PIECE N 4 06/10/2015 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES PIECE N 4 PRESTATIONS D INSTALLATION ET DE MAINTENANCE DE SECURITE ET DE PROTECTION INCENDIE AU MEDIPOLE DE KOUTIO : LOT 3 SYSTEMES D EXTINCTION AUTOMATIQUES

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2 MODIFICATION DU PLAN LOCAL D URBANISME GENTILLY [DÉPARTEMENT DU VAL DE MARNE] REGLEMENT Dossier de modification Pièce n 2 Pour approbation par délibération du Conseil Municipal TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

TOME 0 «RESUMES NON TECHNIQUES» DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS. Dossier de demande de renouvellement et. rubriques 2510 et 2515 des ICPE

TOME 0 «RESUMES NON TECHNIQUES» DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS. Dossier de demande de renouvellement et. rubriques 2510 et 2515 des ICPE Dossier de demande de renouvellement et rubriques 2510 et 2515 des ICPE TOME 0 «RESUMES NON TECHNIQUES» DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS Carrière de granite du Thym Commune de Moutier-Rozeille

Plus en détail

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin Strasbourg Communauté Urbaine Communauté Urbaine de Strasbourg Commune d ECKBOLSHEIM Département du Bas-Rhin PLAN LOCAL D URBANISME 6.2. Annexe sanitaire Eau potable Dossier approuvé Décembre 2007 Communauté

Plus en détail

La desserte des bâtiments

La desserte des bâtiments F I C H E T E C H N I Q U E N 1 2 / 1 La Service PréveNTiON edition janvier 2012 Nota : cette fiche annule et remplace la fiche technique n 05/1 Outre les mesures fixées par les règlements relatifs à chaque

Plus en détail

Ville d Illzach. Implantation du lycée Bugatti dans la zone NA nord du ban communal : réflexions sur l accessibilité multimodale du site

Ville d Illzach. Implantation du lycée Bugatti dans la zone NA nord du ban communal : réflexions sur l accessibilité multimodale du site Ville d Illzach Implantation du lycée Bugatti dans la zone NA nord du ban communal : réflexions sur l accessibilité multimodale du site Objet accessibilité du Lycée Bugatti et organisation des déplacements

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT 1 INTRODUCTION 3 DESCRIPTION DES INSTALLATIONS L'étude d'impact suivante est relative à la construction d un parc éolien de Demange-aux-eaux, constitué de 9 aérogénérateurs,

Plus en détail

n 1 CLIMAT Les centrales photovoltaïques au sol : clefs de lecture

n 1 CLIMAT Les centrales photovoltaïques au sol : clefs de lecture n 1 dequestions CLIMAT Les centrales photovoltaïques au sol : clefs de lecture Octobre 2009 Les centrales photovoltaïques au sol : Les centrales photovoltaïques au sol : clefs de lecture Un marché en plein

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail