PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique. Les itinéraires thérapeutiques : la quête des soins. Mali. Juillet 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique. Les itinéraires thérapeutiques : la quête des soins. Mali. Juillet 2007"

Transcription

1 PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Les itinéraires thérapeutiques : la quête des soins Mali Juillet 2007 Félix Koné Le présent projet est financé par l Union européenne Programme d'aide aux politiques et aux actions relatives à la santé génésique et sexuelle et aux droits connexes dans les pays en développement Ligne budgétaire (ex.b7-6312)

2 Résumé Les femmes ont peur d aller dans les centres de santé Pour celui qui n a pas de moyens suffisants, les centres de santé se transforment en un calvaire ou la violence verbale dissuade les pauvres de venir. «Pour franchir le seuil d un centre de santé, il faut commencer par payer le ticket d entrée. Après on vous établira une ordonnance alors que les médicaments coûtent chers. On vous remettra des fiches d analyse. Les examens coûtent très chers aussi. Si vous n avez pas fait ces examens et analyses, si par malheur vous revenez, vous serez humiliée en public. Les agents vous diront par exemple, si vous savez que vous n avez pas d argent pour faire ces analyses, il ne fallait pas tomber enceinte. Sans ce résultat on ne peut rien pour vous. Voilà pourquoi nous fuyons les centres de santé. Le personnel ne tient pas compte de nos difficultés financières. C est pour cela que nous avons peur d aller dans les centres de santé, parce qu il n y a pas de place pour les pauvres. Alors que nous sommes pauvres.» Les consultations prénatales Relations avec le personnel Les femmes n ont pas confiance dans le personnel. Le nombre de stagiaires qui font seuls des soins ou des consultations dans les structures de soins est important. Et les femmes éprouvent des doutes sur leurs compétences. L accueil du personnel, les femmes subissent des violences verbales liées au fait qu elles n ont pas fait les examens prescrits, qu elles viennent trop tard, ou parce qu elles ne sont pas mariées Organisation des services Les femmes doivent souvent revenir plusieurs fois ou venir très tôt et attendre longtemps avant que ne commencent les consultations. Cela est dû aux problèmes d organisation des services : rupture de stock (notamment de vaccins), horaire des consultations (Pour avoir accès à la consultation de nombreuses femmes se présentent vers 6 heures. Les agents arrivent vers 8 heures, mais ne commencent la CPN qu à 10 heures...) qui interfèrent avec la continuité des soins et font que de nombreuses femmes se découragent et arrêtent leurs soins lorsqu elles sont renvoyées plusieurs fois pour des motifs de ce genre. Certaines salles d accouchement sont inappropriées car elles ne garantissent pas l intimité durant l accouchement Problèmes d information Les femmes, et pas seulement les primipares ne se rendent souvent pas compte qu elles sont enceintes, et elles ne savent pas à quel moment il convient de consulter en CPN Certaines pathologies, comme les maladies sexuellement transmissibles, sont considérées comme faisant partie d une «grossesse normale» Problèmes financiers Les dispositions actuelles liées au suivi de la grossesse reviennent trop chères au point de faire des grossesses médicalement assistées un luxe ; de nombreuses femmes ne viennent pas à la CPN, parce qu elle revient chère. Actuellement dans les centres de santé, on exige des analyses, des bilans, des échographies. Toutes choses font figure de caprices de riche selon elles. L information sur les prix réels fait défaut. «Les prix semblent être fixés selon la tête du client» disent-elles. De plus la gratuité de certains soins ou services n est pas toujours respectée. Toutes les femmes rencontrées ont du débourser entre 300 et 500 francs pour obtenir une moustiquaire sensée être donnée gratuitement. Les avortements Raisons

3 Ces avortements concernent les femmes mariées qui ont parfois honte des grossesses rapprochées «J ai tenté de faire avorter la dernière grossesse que j ai portée. Elle est arrivée à un moment où je ne m y attendais pas. C est au cours de la quarantaine qu elle est survenue et je n en voulais pas. J avais honte de moi-même, à cause des regards et des opinions des autres. Je n ai pas informé mon mari de mon état.» Les raisons peuvent aussi être financières, le manque de moyens a été évoqué comme facteur déterminant à la prise de décision d avorter. Un enfant a un coût, et lorsqu aucun des deux partenaires n a les moyens pour prendre en charge des frais de suivi de la grossesse et de l enfant attendu, les femmes peuvent préférer s orienter vers l avortement. Pour les filles ou femmes non mariées, les raisons sont différentes, elles ont honte d être enceintes sans être mariées car elles sont alors traitées de prostituées ou de femmes libres, et elles sont aussi coupables de faire honte à leurs parents qui sont considérés comme responsables d avoir mal éduqué leur fille. La colère du père risque également de provoquer la répudiation de la mère de la fille en plus de l exclusion de celle-ci de la famille Dans tous les cas, dans la crainte de faire de la peine aux parents et surtout de mettre la stabilité du ménage de sa mère en danger, certaines filles choisissent d avorter. La paternité d un enfant est loin d être évidente et encore moins dans un contexte d une union non consacrée socialement et de compétition. Pour peu qu un garçon soupçonne sa partenaire de quelque infidélité, il est près à se désengager en cas de problème de grossesse. Le multi partenariat peut conduire sur une quête infructueuse d un père et déboucher sur une décision d avorter. Méthodes abortives Il existe de nombreuses recettes traditionnelles, le miel le miel, le boula (bleu), coca cola + nescafé, nivaquine et tonic, les médicaments des tradithérapeutes, les recettes des marabouts. Lorsque l auto médication ne donne pas les résultats escomptés, les femmes ont recours aux praticiens privés qui font des curetages à leur domicile privé ou dans les centres de santé. Un curetage coûte cher, le prix varie de à F CFA et plus selon l âge de la grossesse. Les lieux où se pratiquent ces curetages sont bien connus, il suffit d avoir l argent. Solutions Pour remédier à ces problèmes il faudrait qu il y ait des séries de causeries pour que les gens soient bien informés sur les dangers de cette pratique. Etablir un système de communication (un numéro vert de téléphone par exemple), pour donner la bonne information avec ces personnes en détresse morale. Rompre leur isolement face à leur problème notamment en formant des conseillers psychosociaux auxquelles ces personnes pourront accéder afin de discuter de leurs problèmes. Planification familiale Les femmes ont exprimé un besoin évident de pouvoir contrôler leur fécondité. Les femmes qui viennent juste de commencer à avoir des enfants n éprouvent pas le besoin d espacer les naissances, mais à partir du deuxième ou troisième enfant, ce besoin commence à être ressenti. Toute la gamme de contraception n est pas disponible à Mopti. Pour les implants, par exemple, il faut se rendre à Bamako. Les condoms deviennent de plus en plus chers Gratuits il y a quelques années, ils sont devenus payants (3 pour 50 francs au départ) et sont actuellement vendus quatre pour 100 francs. De nombreuses personnes se plaignent aussi de la mauvaise résistance de plus en plus fréquente de ces condoms. Les gens demandent une bonne information sur l utilisation et les effets secondaires, notamment de la pilule et des injectables, un élargissement de la gamme de contraceptifs disponibles et des campagnes pour sensibiliser les hommes.

4 Les infections sexuellement transmissibles Devant le personnel de santé, les adolescents atteints d une infection sexuellement transmissible manquent de courage, ils culpabilisent du fait de leur «inconduite», leur «comportement déviant et suicidaire» en ces temps de Sida. «Qu on nous fasse un centre propre à nous où on peut se traiter sans qu on nous demande de l argent. Cela nous enlèvera une deuxième honte, car les gens ont honte de dire ça à quelqu un» (propos d un jeune homme). De nombreuses femmes mariées ignorent la nature de leur maladie, parfois ne s en soucient guère, ou l attribue à leur grossesse.

5 Résumé... 2 Les consultations prénatales... 2 Les avortements... 2 Planification familiale... 3 Les infections sexuellement transmissibles Introduction Les principes fondamentaux Epuiser les recours de proximité Recourir aux détenteurs de savoirs médicaux locaux Les facteurs déterminants L accessibilité financière Une classification populaire implicite des maladies La grossesse et son suivi La méconnaissance d un début d état de grossesse Les amalgames Les grossesses qui «fatiguent» Suivi régulier et gestion de la grossesse La multiplicité des intervenants Les stratégies de contournement Les attentes Des locaux appropriés L égalité devant le traitement La réduction des coûts La réduction du temps d attente Le respect de la gratuité Les avortements Les causes des avortements Les causes physiologiques : les avortements ordinaires Les avortements provoqués Acteurs et produits Planification familiale Le besoin de planification Les intentions Les méthodes connues Lieux d approvisionnement Les discisions intra couple L expérience de la PF L omniprésence du bakan : le contraceptif traditionnel Les contraceptifs modernes : usage sans précautions et sans mesures d accompagnement Les obstacles Les besoins Les infections sexuellement transmissibles Une classification populaire paralysante Le mutisme préjudiciable des adolescents Automédication ou traitements «clando» chez les adolescents Les jeunes hommes et la recherche de soins gratuits La méconnaissance chez de nombreuses femmes mariées Besoins et attentes Conclusion

6 Introduction La quête de soins emprunte des chemins multiples. Pour illustrer la multitude de chemins que peut parcourir un patient en quête de soins, nous avons choisi de rapporter l itinéraire d une malade, à propos d un mal pour lequel elle cherche toujours les soins appropriés. Une fois j ai constaté que du liquide blanc coulait de mon sexe. Ma mère était absente. Je suis allée en parler à ma voisine. Celle-ci m a donné un médicament traditionnel que j ai bu pendant longtemps. Mais ma santé ne s est pas améliorée. Lorsque ma mère est arrivée, elle m a amené des médicaments de Bamako. Il s agissait de médicaments jaunes qu on trouve avec les vendeurs ambulants. Depuis que j ai commencé à prendre ces comprimés, le liquide coule toujours, moins abondamment, mais plus concentré. Comme ça continue, je suis venue ici dans ce centre de santé. Nous constatons, la longueur du chemin parcouru par cette patiente, les étapes qu elle a vécues et son angoisse face à ce à un mal qui persiste. Elle est à la troisième étape et entre celle-ci et la première combien de temps s est écoulé? Quelles complications se sont-elles produites? Quel va être le coût final des soins? Combien aurait-elle gagné en temps et en argent, si elle avait commencé là où elle est actuellement? Voici un ensemble de questionnements qui resteront sans réponses. Cependant, les débats ont révélés que cet itinéraire n est pas le fait du hasard. Il obéit à une logique et à des principes fondamentaux. Il est déterminé par des facteurs majeurs Les principes fondamentaux Epuiser les recours de proximité. L automédication D une manière générale, le premier pas en quête de soins consiste en l automédication à base de plantes curatives ou de produits pharmaceutiques. Dans les milieux urbains, il s agit d un recours à l utilisation de plantes médicinales achetées. Ce recours peut se faire selon deux cas de figure. Premièrement : le malade (lorsque c est un adulte) connaît le mal et les médicaments appropriés. Les personnes qui pratiquent cette forme d automédication, se procurent des plantes curatives qui leur ont été recommandées par d autres suite à une expérience personnelle (ou rapportée). Elles peuvent se procurer ces plantes, à la faveur soit d un savoir établi qui leur a été transmis. Dans ce dernier cas, généralement les recettes leur ont été données par un parent (mère ou grand-mère) pour les femmes. Dans ce cas la personne se rend au marché pour acheter elle-même les plantes en question. Pour les cas de sumaya (paludisme) je cherche du médicament traditionnel qu on achète au marché (djala, N golobè, Djoun) qu on infuse pour boire. L interlocutrice suivante souligne qu elle tient cette recette de sa mère. Tout comme la première elle révèle le lieu d approvisionnement : le marché. En effet, dans tous les marchés urbains, une place est réservée aux vendeuses et vendeurs de plantes médicinales et autres produits curatifs. Ma toute dernière maladie c était des maux de ventre que j ai traité avec du Djoun. C est une plante que j utilise depuis à bas âge grâce à ma maman. Pour l avoir je vais l acheter au marché. L auteur d auto médication fait recours aux produits pharmaceutiques disponibles auprès des vendeurs de médicament ambulants ou dans les boutiques. Souvent quand j ai des petits maux de tête ou de ventre, j achète du paracétamol, de la nivaquine chez les vendeurs ambulants ou à la boutique que je prends et le plus souvent ça passe. Généralement, quand je tombe malade ou lorsqu un de mes enfants souffre, j achète des médicaments avec les vendeurs ambulants ou à la boutique.

7 Deuxièmement : la personne connaît le mal, mais pas le médicament. En pareil cas, elle demande au vendeur les produits indiqués. Le premier rapporté fait référence à des médicaments traditionnels. Pour la santé de mes enfants, je n ai jamais amène l un d entre eux à un quelconque centre de santé pour des soins. Ils tombent malades du sumaya, de la fièvre, des maux de ventre et de tête. Pour soigner le sumaya j ai une vieille femme qui vend des médicaments traditionnels au marché. C est elle qui les choisi pour moi. Ces médicaments sont lavables et buvables. Et grâce à Dieu, le plus souvent le mal est guéri. Le dernier né avait, tout récemment un problème à la fontanelle, je l ai amené chez une vieille près du marché de Sévaré. Cette dernière appliquait du médicament sur la tête de l enfant chaque matin. Ce recours a également donné de bons résultats. Les cas de luxation également c est la même vieille femme qui le fait (je l appelle musokoroba). Le second cas concerne le recours à des produits pharmaceutiques disponibles chez les vendeurs ambulants. Il n y a pas longtemps un de mes enfants avait des boutons sur le front. Pour les soigner, on a acheté des médicaments avec un vendeur ambulant. Ces médicaments ont coûté 150 f. je ne connais pas le nom de ce médicament. C est le vendeur qui me l a recommandé et quand je l ai appliqué, l infection Recourir aux détenteurs de savoirs médicaux locaux Dans ce cas, la personne ne connaît le mal et encore moins la recette. Alors, elle s en remet au savoir d un vendeur de plante. Celui-ci lui fournira les plantes appropriées. Quand mon enfant tombe malade je l amène chez une vieille qui est non loin d ici que ma mère m a indiquée. La dernière fois, mon enfant avait des problèmes à la fontanelle, avant cela il souffrait d une luxation au dos. La vieille le massage et ses actes ont porté fruit. Pour le moment dès que mon enfant ou moi tombons malades, on essaye d abord auprès de la vieille Kadia et ça toujours été efficace. Ces trois démarches s observent aussi bien pour le recours à l usage des plantes médicales aux produits pharmaceutiques vendus hors pharmacie. Cette quête peut se résumer de la manière suivante : soit le patient connaît le mal et la recette et demande le produit en question au vendeur (boutiquier ou vendeur ambulant) ; soit il connaît le mal mais pas la recette, alors il demande le médicament approprié au vendeur ; soit, il ne connaît pas la nature du mal dont il souffre, alors il explique au dépositaire la manière dont il ressent le mal et demande simplement le médicament. De ces trois démarches de quête de soins, seul le premier cas de figure fait partie de ce qu on peut appeler véritablement l automédication, dans la mesure où le patient connaît la recette et va simplement se la procurer. Le second cas peut être qualifié d automédication partielle. Le troisième cas de figure nécessite l intervention d une tierce personne. Celle-ci peut être aussi bien le tradipraticien que le vendeur ambulant. Pour l observateur extérieur, c'est-à-dire une personne qui est hors du système de santé local, les trois premières offres du service peuvent paraître s inscrire dans une logique de jeux de hasard. En effet, les chances de guérison sont très aléatoires (cf. infra). Toute fois, pour celui qui effectue ce choix, ces aléas ne s inscrivent pas dans une perception ou explication physiologique. Le tradipraticien aussi bien que le vendeur ambulant, lorsqu il vend le médicament, assure le malade d une guérison certaine, «s il plait à Dieu. Ce qui relève du hasard pour les uns s inscrit dans la certitude pour les autres. Comment faire douter des certitudes? Comment rendre les centres de santé modernes plus attractifs? Comment faire comprendre que la multiplication des niveaux de recours rend la guérison plus onéreuse?

8 1.2. Les facteurs déterminants Nous avons rencontré une patiente qui, faute d argent, commence là où les coûts semblent moindres, pour terminer là où ces soins coûtent chers. Toutes les maladies se soignent à l hôpital. Lorsqu on tombe malade et qu on n a pas les moyens, il faut essayer de les soigner à la maison d abord. Lorsqu on ne guérit pas, on va au centre de santé. Au centre de santé on commence à dépenser depuis la porte jusqu à la sortie (ticket, analyses, ordonnance» Pour quelqu un qui n a pas d argent, c est difficile pour lui de commencer par le centre de santé. De ces propos, il apparaît clairement que les services de santé moderne offre le plus de chances de guérir. Toute fois, le chemin qui y mène est le plus souvent très long. Une multitude de facteurs semblent déterminer, orienter les choix de l itinéraire L accessibilité financière Dans les centres de santé, la guérison coûte très chère nous a-t-on très souvent souligné. Le recouvrement des coûts a rendu tous les actes payants. Le récit qui suit montre les obstacles financiers qu il faut franchir pour avoir droit aux soins. Pour franchir le seuil d un centre de santé, il faut commencer par payer le ticket d entrée. Après on vous établira une ordonnance alors que les médicaments coûtent chers. On vous remettra des fiches d analyse. Les examens coûtent très chers aussi. Si vous n avez pas fait ces examens et analyses, si par malheur vous revenez, vous serez humiliée en public. Les agents vous diront par exemple, si vous savez que vous n avez pas d argent pour faire ces analyses, il ne fallait pas tomber enceinte. Sans ce résultat on ne peut rien pour vous. Voilà pourquoi nous fuyons les centres de santé. Le personnel ne tient pas compte de nos difficultés financières. C est pour cela que nous avons peur d aller dans les centres de santé, parce qu il n y a pas de place pour les pauvres. Alors que nous sommes pauvres. Pour celui qui n a pas de moyens suffisants, les centres de santé se transforment en un calvaire ou la violence verbale dissuade les pauvres de venir Une classification populaire implicite des maladies Les expériences des différents types de médecines, suite au traitement des diverses maladies on conduit à une classification des maladies. Les maladies devant lesquelles, beaucoup d usagers sont convaincus que la médecine moderne est impuissante, ou sa capacité curative est limitée. Parmi ces maladies on peut citer : les maux de la fontanelle chez les nouveaux nés, les fractures, les luxations, l hépatite «sayi» sumayaba, la folie etc. Par contre, il y a celles qui relèvent du domaine chirurgical, pour lesquelles elle est incontournable. Ce classement fait suite à l efficacité perçue des médicaments modernes : «la majorité des médicaments modernes soulagent plutôt qu ils ne guérissent, puisse qu on y revient toujours pour le même mal. Les médicaments traditionnels guérissent lentement mais sûrement» Une crise de confiance Les usagers n ont plus confiance aux prestataires auxquels ils ont facilement accès. Nos interlocuteurs ont partout évoqué l importance du rôle des stagiaires dans les formations sanitaires. Pour eux, un stagiaire doit suivre les ordres d un titulaire. Or, dans de nombreuses circonstances, les usagers ont en face d eux, pour des services bien précis, des stagiaires aux compétences limitées. Les usagers n ont aucune confiance à ces stagiaires. C est dans ce paysage de certitude subjective, de classification selon une nosologie populaire, d efficacité perçue, de crise de confiance et de difficile accès financier déclarées que s est déroulée cette étude sur es itinéraires thérapeutique en matière de santé génésique.

9 2. La grossesse et son suivi Les consultations prénatales 2.1. La méconnaissance d un début d état de grossesse Les femmes qui ne sont pas conscientes de leur état de grossesse en ses débuts sont nombreuses. Cette méconnaissance influe aussi sur la connaissance de la période de la première CPN. L ignorance de l état de grossesse Ce constat n est pas propre aux primipares. En effet, nous avons retrouvé parmi nos interlocutrices des multipares qui ont découverts qu elles étaient en grossesse, à l occasion d une consultation quelconque dans un centre de santé. Je suis à la troisième consultation aujourd hui. La première fois je ne me sentais pas bien et je suis venue me faire consulter et c est là qu on m a dit que je suis enceinte. C est après ça que j ai commencé la CPN (une femme qui attend son troisième enfant) L ignorance du début de la CPN La situation de grossesse une fois établie, de nombreuses femmes ne savent pas la période appropriée pour commencer la CPN. Je suis venue pour la CPN, c est ma deuxième fois. J ai une grossesse de sept mois. Je ne suis pas venue tôt pour la CPN. Personne ne m a conseillé de venir faire la consultation. Je suis une habituée de ce centre. J y ai accouchée de mes sept enfants ici. A vrais dire je n ai pas de problèmes lors de mes grossesses seulement au début de cette grossesse j avais de petits «farigan» (fièvre), du sumaya (paludisme). Je suis venue ici et on m a fait des injections. Ça c est avant que je ne commence la CPN. Si le retard de certaines s explique par leur ignorance, la période de CPN appropriée, il y a d autres qui ont le souci de se conformer mais qui accusent des retards revoyant à d autres niveaux de responsabilité des prestations de services, en termes de rupture de produits : Je suis enceinte de six mois. C est ma toute première fois de venir pour la CPN. C est mon mari qui a voulu que je vienne. J ai pris du retard qui n est pas dû à moi parce que je venais chaque jeudi mais on me disait que le nombre était atteint et je rentrais à maison sans être vaccinée. Je suis venue ici cinq fois sans bénéficier le service de vaccination. Aujourd hui, je suis venue tôt et j ai été vaccinée pour la première fois. J ai pris le carnet aujourd hui. Je suis tombé malade du (farigan) au début de la grossesse. Maintenant je ne sens rien. Actuellement, un liquide blanc sort de mes parties génitales et j ai aussi des petites douleurs au bas ventre, j ai souvent des vertiges aussi. J en ai parlé avec la sage femme. Celle-ci m a donné des fiches d analyses à faire. On peut penser que l accès de cette femme à une sage femme est lié à la vaccination et à l acquisition d un carnet de santé. Or, tel n est pas le cas, encore faut il le savoir. Cette femme traîne ses malaises depuis longtemps et elle a été privé de soins simplement parce qu il n y a pas de continuité dans le service de vaccination Les amalgames Nous voulons évoquer ici les maladies que certaines femmes imputent à leur état de grossesse et les inscrivent, à tort, dans le registre des pathologies normales en temps de grossesse. Ce sont généralement des IST diagnostiquées au cours des CPN. La première fois que je me suis présentée à la sage femme, c était le premier mois de ma grossesse, elle m a dit que j avais des vaginites. Je ne le savais pas. Mais, étant donné qu elle m avait informé que j étais en état de grossesse, pour moi ces maladies l accompagnaient. Parce que c est venu avec la grossesse. Une autre femme plus âgée teint un raisonnement similaire.

10 Avant que je ne vienne à la CPN j avais des problèmes urinaires (des brûlures au pisser) des démangeaisons au niveau de l organe génital. J ai pris du médicament traditionnel (c est une herbe). Pour moi c est la grossesse qui a fait ça car je n ai pas connu pareilles maladies au cours de mes grossesses ultérieures Les grossesses qui «fatiguent» Inévitablement, toute grossesse est accompagnée de malaises et toutes les femmes avisées trouvent cela normal : «la grossesse c est les problèmes, les maux de ventre, les fièvres, la fatigue sont normaux, à la mon avis et je fais passer en prenant des comprimés». Toute fois, les femmes qui ont une certaine expérience savent les malaises qui relèvent du normal et ceux qui relèvent du pathologique. Elles sont nombreuses à évoquer des grossesses qui leur ont posé plus de problèmes que d autres. Je viens ici parce que c est non loin de chez moi, en plus ici on s occupe beaucoup des patients. Je n ai jamais eu de problèmes avec les précédentes grossesses. C est lors de cette grossesse que j ai commencé à avoir des problèmes (paludisme, maux de ventre) que je n ai pas connu lors des deux premières grossesses. Nous avons rencontré à l hôpital de Mopti, cette femme en provenance de Youwarou. C est le 8 ème enfant qu elle attend. Elle ne connaît pas l âge de sa grossesse. Elle est inquiète car d après son mari qui l accompagne : «depuis l année dernière elle porte cette grossesse et à un certains moment, la grossesse n évoluait plus. Elle fait des saignements et comme je suis marabout (son mari), j ai fait ce que je pouvais en buvable magique et en feuilles. Nous avons utilisé des recettes que d autres tradithérapeutes m ont données, mais sans succès. C est sa toute première fois de venir à l hôpital mais les saignements sont arrêtés». Après tous ces recours sans succès, bien que les saignements se soient arrêtés, elle vient au centre de santé pour trouver une solution à cette grossesse dont l évolution semble s être arrêtée. Certaines sont référées pour anticiper sur une éventuelle situation qui s annonce difficile. «Je suis enceinte de six mois et je suis venue pour la CPN. Avant, j ai été dans un CSCOM de Sévaré qui m a référé ici à Mopti, parce que les soignants disent qu il y a un problème. Ils disent que j ai une tumeur dans le ventre. On m a référé ici à deux mois de ma grossesse et j ai déjà fait quatre mois ici. Mes deux premières grossesses se sont déroulées sans trop de problèmes. Seulement la deuxième grossesse m a fatigué lors de l accouchement.» Certaines d entre elles viennent au centre de santé pour non seulement suivre l évolution de la grossesse (CPN), mais aussi se soigner, d autres viennent pour se soigner au-delà de l état de grossesse. Leur présence au centre de santé n est pas liée à un suivi de grossesse mais plutôt à une quête de soins, quand bien même le malaise s est développé à la faveur de leur état actuel de femme enceinte. Cette patiente dont nous rapportons les propos ici porte une grossesse de six mois. Lorsqu elle a senti les premiers malaises elle dit : «nous (elle et son père) sommes allés au centre de santé de Douentza où on nous a donné des ordonnances. Ces médicaments n ont rien servit. Nous sommes venus ici de nous-mêmes parce qu on sait que c est les mêmes choses qu on va nous prescrire là bas. Or ici c est un hôpital où on pourra faire la radio, l échographie J ai un problème respiratoire et un problème de chaude pisse». Au moment de notre passage, le médecin venait de la consulter et de lui donner une fiche pour faire une échographie Suivi régulier et gestion de la grossesse La multiplicité des intervenants Le suivi et la gestion de la grossesse sont fait à plusieurs niveaux et par plusieurs personnes. Les agents de santé prodiguent des soins et des conseils. Les parents, en l occurrence le mari, la mère et/ou la tante ainsi que la grand-mère jouent un rôle important dans la gestion et le suivi de la grossesse. Ce sont ces dernières qui donnent les recettes traditionnelles complémentaires ou de base.

11 Quand je portais cette grossesse je faisais la CPN à l AM sur conseil du père de l enfant. Je n ai pas eu de problème sauf le moment du travail. Cela parce que le médecin m avait déconseillé certains aliments pendant la nuit mais que je trichais. Le travail aussi a duré de 5 heures à 16 heures. Je n ai rien reproché aux agents de là bas même si c était ma toute première grossesse. Ma tante surtout ne voulait pas que j accouche à la maison parce que comme c est première grossesse personne ne sait comment ça se passera. Au fait ma maman et ma tante ont beaucoup discuté. Il s agissait de décider si je devais aller à l AM ou à l hôpital. Finalement c est l hôpital qui a été retenu parce que à l AM on ne s occupe pas beaucoup des patients or le malade doit être assisté parce qu on ne sait pas ce qui peut lui arriver. Nous proposons ici, la gestion d une grossesse en fin du huitième mois. Nous constatons toute la mobilisation mise en œuvre par le personnel de santé et les parents. Toutefois, cette gestion parait quelque peu chaotique. Au huitième mois de grossesse, un jour j ai eu mal au ventre. Je me suis dit intérieurement que c est le début du travail. Je suis allée au centre de santé, la sage femme m a fait savoir que je n étais pas encore à terme. Elle a prescrit une ordonnance qui a coûté 2650 F CFA. Elle a fait une 1 ère injection et m a fait retourner à la maison en me disant si ça ne se calme pas de revenir le lendemain. Le lendemain matin je suis venu la voir, elle m a demandé si c est calmé, j ai dit oui. Mais la nuit suivante les maux de ventre ont recommencé. Je suis allée la voir et elle a fait une 2 ème injection, mon ventre a commencé à bouger plus, le bas ventre me fait mal. Je suis retournée la voir une troisième fois et elle m a fait une troisième injection et les douleurs se sont calmées. Avant-hier, je me suis sentie très mal. Mon mari m a dit d aller à l hôpital. Là aussi on m a prescrit des médicaments. Avant-hier nuit, je me suis sentie très mal. J ai informé mon mari en lui disant que cette foisci la douleur est plus vive que les autres fois. Mon mari m a dit d aller à l hôpital. Là aussi on m a prescrit des médicaments. Ma mère a dit à mon mari de ne pas acheter ces médicaments. Pour elle, ces douleurs relèvent du konoyèlèma (du travail), c est le mois au cours duquel je dois accoucher. Ces douleurs sont plutôt normales. En attendant ma grand-mère me conseille de consommer des aliments aigres, de boire de la décoction de «minzin», parce que tout cela facilite le travail. Nous observons que la parturiente est en quête insistante de soins (en quelques jours elle a consulté le personnel de santé quatre fois). Il y a cette persistance à faire des injections qui sont supposées calmer la douleur. Est-ce un accouchement sans douleur qui est recherché? Quoi qu il en soit la patiente ignore les raisons de cet apparent acharnement en injection. Face à la persistance de la souffrance, le mari suggère de changer de prestataire. Cette nouvelle consultation débouche sur la délivrance d une ordonnance. Ce faisant, la parturiente qui est une primipare est obligée de supporter ces douleurs et voici que la grandmère apparaît avec les recettes traditionnelles. Cette femme a commencé la gestion de sa grossesse avec les recettes traditionnelles et les terminera probablement par elles. Toutefois, entre temps elle aura utilisé les centres de santé avec persévérance. Par ailleurs son cas révèle deux logiques en présence. Une logique selon laquelle la douleur relève de la normalité et être femme c est aussi pouvoir la supporter et une autre pour laquelle, ces souffrances sont inhérentes à la grossesse, mais il est possible d atténuer les effets Les stratégies de contournement Nous avons constaté aussi que la plupart des femmes enceintes commencent leur CPN au plus tôt à partir du 6 ème mois. L information qu elles tiennent des voisines de par leur

12 expérience est que celles-ci commencent la CPN au 8 ème mois. Celles qui le font un peu plus tôt ont soit la bonne information soit à la suite de problèmes aigus de santé au cours de la grossesse. Ce retard est semble-t-il une stratégie de contournement que les femmes adoptent pour échapper aux violences verbales des sages femmes qui durent tout le temps de la grossesse pour les femmes qui n ont pas les moyens de faire face aux différents frais qu occasionne la CPN. Pendant la première grossesse, je suis venue au troisième mois, on m a remis les fiches d analyse. Je n avais pas d argent pour le faire. Lorsque je me suis présentée pour la seconde CPN, on m a réclamé les résultats des analyses. J ai répondu que je n ai pas pu les faire, alors j ai été copieusement insultée. Dès lors, sachant que je n ai pas les moyens, je viens au 8 ème mois de grossesse. Ainsi le deuxième rendez-vous coïncide avec l accouchement. Je me fais engueuler, je paie des pénalités pour CPN insuffisante. Tout cela c est pour réduire les humiliations publiques que je subis parce que je suis pauvre Les attentes Des locaux appropriés La qualité des soins est un ensemble complexe. Il y a la compétence technique, le comportement social du personnel mais aussi l environnement physique de l infrastructure. Pour certains centres de santé il a été évoqué la disponibilité du personnel mais il a aussi été déploré la disposition inappropriée de certaines salles en l occurrence la salle d accouchement. Cette interlocutrice dont nous rapportons les propos suivants évoque également la rupture de produits de vaccination et la très longue attente qu elle impute par ailleurs à l insuffisance de personnel. Ce qu il faut améliorer c est la sécurisation des lieux, surtout la salle d accouchement. Il y a une route derrière et les gens entendent les cris des femmes en travail, donc faire en sorte que les gens ne puissent rien entendre ni voir lors des accouchements. Souvent on fait des actes involontaires quand on va accoucher c est pourquoi on ne doit pas être vu par n importe qui. Si non le personnel est bon pour moi mais il est insuffisant. Il arrive souvent qu on libère les gens parce que le médicament est finit. Il faut recruter beaucoup de sages femmes pour minimiser les heures d attentes et éviter les ruptures de vaccins parce qu on peut faire 2 ou 3 fois sans être vaccinée L égalité devant le traitement Les jeunes filles ont honte même de se présenter au centre de santé avec une grossesse parce qu on leur demande toujours si elles sont mariées ou pas. Ainsi une femme mariée et une jeune fille n ont pas les mêmes considérations lors des consultations. «Nous avons souvent aussi des problèmes avec les sages femmes lors des accouchements. Celles-ci nous traitent de toutes les sortes quand tu n es pas mariée. C est la raison pour laquelle les jeunes filles n acceptent pas de venir à l hôpital. En outre, elles peuvent rencontrer des femmes mariées qui ont l âge de leur maman.» (Propos d une jeune fille d un centre pour filles mères.) La réduction des coûts Les dispositions actuelles liées au suivi de la grossesse reviennent trop chères au point de faire des grossesses médicalement assistées un luxe ; de nombreuses femmes ne viennent pas à la CPN, parce qu elle revient chère. Actuellement dans les centres de santé, on exige des analyses, des bilans, des échographies. Toutes choses font figure de caprices de riche selon elles. L information sur les prix réels fait défaut. «Les prix semblent être fixés selon la tête du client» disent-elles La réduction du temps d attente Pour avoir accès à la consultation de nombreuses femmes se présentent vers 6 heures. Les agents arrivent vers 8 heures, mais ne commencent la CPN qu à 10 heures.

13 La continuité du service renvoie aux ruptures de vaccins ou au nombre atteint de personnes à vacciner. «Les vaccins sont finis, revenez demain ; le nombre d enfant à vacciner est atteint.» Voici des refrains que nous avons entendus tout au long des entretiens portant sur les CPN et les CPON (Consultations Post Natales). De nombreuses femmes se découragent et arrêtent leurs soins lorsqu elles sont renvoyées plusieurs fois pour des motifs de ce genre Le respect de la gratuité. Nous n avons rencontré aucune femme ayant reçu gratuitement les moustiquaires auxquelles elles ont droit gratuitement. Elles ont toutes déboursé 300 ou 500 F CFA pour avoir accès aux moustiquaires. 3. Les avortements Si les avortements font l objet de discours, c est toujours à la forme impersonnelle. Nos interlocuteurs ont reconnu, sans toutefois nous fournir des statistiques, mais selon leurs impressions, que les avortements ont considérablement régressé pour deux facteurs : les cas d avortement ont beaucoup diminué maintenant à mon avis en raison de la peur que les nombreux cas de mort que cette pratique a causés et aussi au fait du recours à l usage des produits de planification qui ont partout à moindre coût.» Les avortements évoqués se présentent sous deux formes : les avortements ordinaires et les avortements provoqués. Parmi les personnes que nous avons rencontrées, celles qui ont vécu la douloureuse expérience d un avortement ordinaire, en parlent avec peine. En effet, c est un malheur qu on leur demande de raconter. Par contre, les personnes qui ont des expériences de grossesse provoquée n aiment pas en parler, car elles n en tirent pas profit et pire, elles se sentent coupables à plusieurs titres Les causes des avortements Les causes physiologiques : les avortements ordinaires Parmi les femmes qui souhaitent vivement avoir un enfant, un certain nombre d entre elles connaissent des avortements en série pour plusieurs raisons. Elles avortent sans le vouloir tel que le cas suivant que nous rapportons. Je suis victime d une interruption à répétition de grossesses répétées. Sur trois grossesses, j ai connu deux avortements. Le dernier est survenu il y a quatre mois. La première fois je portais une grossesse de jumeaux et j ai été opérée à la suite de cet avortement survenu à 5 mois de grossesse. Maintenant encore la grossesse était à 4 mois quand l avortement est survenu. Un jour alors que j étais allée prendre de l eau à la pompe, j ai senti des maux de ventre accompagnés de saignements. Je ma suis aussitôt rendre au centre de santé. Là l agent de santé m a informé que c était un avortement. Je n ai pas fait même un seul traitement traditionnel et tous les traitements que l agent de santé m a prescrits ne m ont pas donné satisfaction. Je me suis traitée pour avoir la deuxième grossesse qui a avorté. Je me suis mise au traitement pour avoir une troisième grossesse qui s est encore gâtée. Alors, l agent de santé m a conseillé de venir ici à l hôpital. Je suis là et j attends d être consultée Les avortements provoqués Les causes psychologiques La honte liée aux grossesses rapprochées Si les victimes des avortements ordinaires s enregistrent parmi les jeunes filles en particulier, les candidats à l avortement provoqué se recrutent aussi parmi les femmes mariées. Pour de multiples considérations (grossesses rapprochées, grossesses en l absence du mari etc.). Le récit qui suit illustre dans quelles conditions une femme mariée peut avorter ou tenter d avorter. J ai tenté de faire avorter la dernière grossesse que j ai portée. Elle est arrivée à un moment où je ne m y attendais pas. C est au cours de la quarantaine qu elle est survenue et je n en

14 voulais pas. J avais honte de moi-même, à cause des regards et des opinions des autres. Je n ai pas informé mon mari de mon état. Et j ai aussi pris toute seule la décision d avorter. Pour ce faire je me suis mise à avaler des produits pharmaceutiques et autres produits que j ai honte de vous dévoiler. Tous les efforts furent vains. N ayant pas pu détruire cette grossesse, je ne me suis même pas présentée à un centre de santé pour faire faire la CPN. Le jour où je me suis présentée dans un centre de santé, c est lorsque le travail avait commencé. A l agent j ai simplement dit que j avais mal au ventre. Sans autre consultation il m a fait une ordonnance. Il n a pas soupçonné un instant que j étais en état de grossesse. D ailleurs personne dans mon entourage n a soupçonné que j étais en grossesse. Pour les voisins, j étais malade simplement en effet, à force de vouloir avorter vaille que vaille et tous les soucis que les échecs de mes tentatives me causaient, je suis tombée malade. Le soir du jour où je suis allée au centre de santé, j ai accouché à domicile et l enfant était bien vivant. Mai il n a vécu que deux mois. Je ne faisais pas recours au contraceptif puisque l écart minimum entre mes enfants était deux ans. Entre le premier enfant et le second, il y a un écart de six ans, entre le second et le troisième il y a quatre ans et ce dernier et le suivant il y a deux ans. C est à la cinquième grossesse que j ai vécu ce gèrègèrè (mésaventure). La honte liée aux grossesses avant le mariage La honte est produite par le regard que les autres portent sur la fille en grossesse. Elle est traitée de sunguruba (femme libre, prostituée). Là aussi c est le résultat d une activité sexuelle socialement condamnée ici. Elle est coupable d avoir mené une activité sexuelle non autorisée. Elle fait aussi la honte des parents que la société condamne pour n avoir pas donné à leur fille une bonne éducation. Ils sont considérés comme des parents irresponsables. C est une faute morale qui contrarie les normes sociales en vigueur. La peur du «qu en dira-t-on» de moi et de mes parents poussent de nombreuses filles à se débarrasser des grossesses honteuses. Les causes socioculturelles a) la colère du père, le risque d exclusion (pour la fille) et de répudiation (pour la mère) Pour se donner bonne conscience, ou plutôt pour se déculpabiliser, certains pères chassent et la fille et sa mère. Ils tiennent cette dernière pour complice et/ou pour légèreté dans l éducation des enfants. Lorsque les filles migrantes viennent faire les aides ménagères dans les centres urbains, avant de quitter leur village elles reçoivent des recommandations parmi lesquelles on peut citer entre autres «tu vas en ville, pour travailler en vue de t équiper pour ton mariage, mais pas pour revenir avec un enfant.» De telles mises en garde font des migrantes des candidates potentielles aux avortements. Dans tous les cas, dans la crainte de faire de la peine aux parents et surtout de mettre la stabilité du ménage de sa mère en danger, certaines filles choisissent d avorter. b) la non reconnaissance de l enfant attendu par le partenaire de la fille La paternité d un enfant est loin d être évidente et encore moins dans un contexte d une union non consacrée socialement et de compétition. Pour peu qu un garçon soupçonne sa partenaire de quelque infidélité, il est près à se désengager en cas de problème de grossesse. Le multi partenariat peut conduire sur une quête infructueuse d un père et déboucher sur une décision d avorter. Les causes économiques : le manque de moyens Le manque de moyens a été évoqué comme facteur déterminant à la prise de décision d avorter. Un enfant a un coût. Lorsqu aucun des deux partenaires n a les moyens, surtout dans le milieu urbain, qu est-ce qui va assurer la prise en charge des frais de suivi de la

15 grossesse et de l enfant attendu? La réponse à cette question oriente les décideurs de l avortement Acteurs et produits a) les niveaux de prise de décision La décision d avorter peut être prise à plusieurs niveaux : le niveau individuel, lorsque la grossesse donne lieu à une disqualification sociale ; entre partenaires, quand la grossesse perturbe les projets de vie de l un et de l autre ; par la mère, si la grossesse de sa fille déstabilise son foyer. b) les produits et techniques d avortement L auto médication : Quoi qu il en soit, une fois que la décision d avorter est prise, nombreux sont les décideurs qui commencent avec les recettes populaires dont quelques unes ont été citées : le miel le boula (bleu) coca cola + nescafé, nivaquine et tonic les médicaments des tradithérapeutes, les recettes des marabouts. c) le curetage Lorsque l auto médication ne donne pas les résultats escomptés, les quêtes d avortement s orientent vers les méthodes de curetage privées. Ce curetage se passe dans des domiciles privés ou dans les centres de santé. Un curetage coûte cher. En effet, le prix varie de à F CFA et plus selon l âge de la grossesse. Pour le curetage, les lieux de pratiques sont bien connus, il suffit d avoir argent. Solutions Pour remédier à ces problèmes il faudrait qu il y ait des séries de causeries comme vous le faites maintenant pour que les gens soient bien informés sur les dangers de cette pratique. Etablir un système de communication (un numéro vert de téléphone par exemple), pour donner la bonne information avec ces personnes en détresse morale. Rompre leur isolement face à leur problème. Former des conseillers psychosociaux auxquelles ces personnes pourront accéder afin de discuter de leurs problèmes. 4. Planification familiale 4.1. Le besoin de planification Les femmes ont exprimé un besoin évident de pouvoir contrôler leur fécondité. Nos interlocutrices peuvent être classées en deux catégories dominantes. Une première catégorie est constituée de celles qui viennent juste de commencer à avoir des enfants et qui n en éprouvent pas le besoin. Une deuxième catégorie, plus importante, est composée de femmes qui commencent à éprouver le besoin de planification à partir du deuxième ou troisième enfant Les intentions Les raisons évoquées par les unes et les autres sont très diverses. Nous avons enregistré deux intentions manifestes qui émergent par rapport au besoin de PF : L arrêt total : Ce sont celles qui ont sept ou huit enfants et qui ont vécu une dernière grossesse très éprouvante. «Là où je suis aujourd hui je veux arrêter de faire des enfants. J en au huit déjà».

16 La suspension : prendre un temps de repos ou espacer davantage les grossesses Les femmes qui souhaitent cette option, déclarent, en général, être épuisée par les grossesses précédentes : «mon dernier accouchement m a beaucoup fatigué. Je veux me reposer maintenant. J ai l intention de faire d autres enfants mais pas maintenant. Plus précisément je veux faire au minimum cinq ans sans en faire.» Les méthodes connues A quelques exceptions près, toutes les personnes que nous avons rencontrées connaissent au moins une méthode contraceptive quelconque (moderne ou traditionnelle). Elles ont cité pèle mêle la pilule, les condoms, les injectables, les implants et le tafo ou bakan Lieux d approvisionnement Les pilules, les condoms sont disponibles dans les centres de santé, les pharmacies et les boutiques, les vendeurs ambulants. Les injectables sont disponibles uniquement dans les centres de santé. Allumètini : pour y avoir accès il faut aller à Bamako. Les bakan ou tafo (talisman) se trouvent avec les marabouts et des lonkèlaw (connaisseurs) hommes aussi bien que femmes. On peut s en procurer avec quelques vendeurs ambulants Les discisions intra couple Le recours aux contraceptifs fait rarement l objet de débats à l intérieur du couple. Selon la position du mari, les femmes ont été classées en trois catégories : Les utilisatrices clandestines. Il s agit de celles qui utilisent les contraceptifs en cachette, c'est-à-dire sans que le mari ne soit informé sont nombreuses. Elles sont convaincues d avance que le partenaire s opposera. «Je prenais des pilules avant et je suis allée seule sans l accord de mon mari parce que je sais qu il ne voudra pas.» Les utilisatrices tolérées : comprennent les femmes qui utilisent des contraceptifs sans consulter leurs maris, mais lorsque celui-ci le découvre, il n en interdit pas l usage : «je le fais moi-même mon mari l a remarqué et n a rien dit» Les utilisatrices autorisées : cette dernière catégorie est composée de femmes qui ont déjà plusieurs maternités à leur actif. Au regard du nombre d enfants qu elle a déjà fait, elle pressent que l époux est prédisposé à accepter une telle proposition : «je n en ai pas parlé à mon mari mais je sais qu il ne posera pas de problème surtout après huit maternités». Cette catégorie compte également des femmes qui ont vécu une dernière grossesse difficile après qu elle ait fait trois ou quatre maternités sans difficultés majeures. «J en ai déjà discuté avec mon mari, au moment de me planifier je vais lui en parler encore et c est seulement après que j irai au centre de santé.» Les époux opposés à l usage des contraceptifs évoquent toujours des arguments religieux. Certains craignent aussi de faire face aux effets secondaires des contraceptifs. En effet, la plupart des hommes sont informés des troubles (difficultés de conception, troubles divers) dont les contraceptifs sont la cause. Ils ont surtout l information (bonne ou mauvaise) du coût exorbitant du traitement des effets secondaires. Finalement, la majorité des hommes qui acceptent que leurs épouses recourent à la contraception, estiment avoir suffisamment d enfants et leur entretien commence à poser des difficultés. Parmi les hommes qui sont favorables à l usage des contraceptifs, figurent ceux qui ont vécu avec leur épouse une dernière grossesse difficile. Ils avalisent une proposition de recours dans l espoir que cela permettra à leur femme de prendre des forces pour la prochaine grossesse. 1 Une cordelette qu on porte à la taille sous forme de ceinture

17 4.3. L expérience de la PF L omniprésence du bakan : le contraceptif traditionnel Ils continuent à faire de nombreux adeptes, malgré les expériences plus ou moins malheureuses enregistrées ça et là. Sur l ensemble des femmes rencontrées certaines ont accepté de nous parler de leur expérience. Une première : «J ai déjà utilisé le furakisèni mais qui m a trahit et m a fait faire un enfant rapproché. Maintenant je porte un tafo que le père d une amie de Bankass m a fait.» La deuxième : «Il y a deux méthodes de planification moderne que j ai déjà utilisées (le furakisèni et le pikirini une fois). J ai également utilisé le bakan quand j étais jeune fille, c est ma mère qui me l avait donné. En tout cas je n ai pas eu d enfants avant mon mariage.» Une troisième : «Mon mari fait aussi des bakan pour que je n ai jamais une grossesse sans le vouloir.» Une quatrième : «Je connais seulement la pilule que je n ai jamais utilisée. Chez nous nos mamans nous donnent des tafo qu on porte si on ne veut pas avoir d enfants. Aussi, tant que l enfant tète, c est difficile d avoir un enfant.» Une cinquième : «Maintenant je porte un tafo que le père d une amie de bankass m a fait et le jour où je constaterai que je suis en état de grossesse avec le tafo je le détruirai.» Les contraceptifs modernes : usage sans précautions et sans mesures d accompagnement. Au-delà de ces cas, il y a celles, et elles sont nombreuses qui utilisent les contraceptifs modernes, surtout la pilule. La pilule a une mauvaise renommée, certaines interlocutrices affirment être tombées en grossesse bien qu étant sous pilule. Elles s interrogent sur la fiabilité de la pilule. Par ailleurs, non utilisatrices comme utilisatrices évoquent les méfaits de la pilule : «elle rend de nombreuses utilisatrices malades» nous a-t-on dit. Qu est ce qui bien expliquer la non fiabilité et les malaises liés à la pilule? Certaines citent, le non contrôle de l usage, les mauvaises conditions de conservation, d autres évoquent le non respect des règles d usage. Les injectables sont disponibles mais utilisateurs comme prestataires reconnaissent les problèmes liés à leur utilisation : «avec les injections certaines utilisatrices ne voient plus les règles pendant trois mois. Je crois que toutes celles qui pratiquent cette méthode ont des perturbations du cycle menstruel. Soient les règles disparaissent totalement ou elles les voient plusieurs fois au cours du même mois. D autres connaissent des saignements à répétition.» Les implants ne sont pas disponibles à Mopti. Il faut aller à Bamako pour y avoir accès Les obstacles Les conséquences évoquées par rapport aux bakan sont leur non fiabilité et les exemples sont nombreux. Des femmes tombent en état de grossesse avec le bakan à la ceinture. Mais celles qui tiennent ce discours se pressent d ajouter que ces personnes n ont pas eu le vrai bakan : Quant aux contraceptions modernes voici quelque uns des discours qui ont été tenus à l occasion des entretiens. Les implants : Ce contraceptif peut disparaître dans le corps. Les injectables sont connus pour perturber le cycle menstruel. Cette perturbation se traduit par une non observation anormalement longue des règles soit par des règles à n en plus

18 finir. Les difficultés de conception lorsqu on souhaite avoir un enfant. Les avortements à répétition. Pilule : peut trahir en cas d oubli, elle rend malade quand on l utilise pendant longtemps. Certaines abandonnent après une expérience malheureuse ou quand ça leur donne des nausées ou des maux de tête. Affaibli l utilisatrice : «je prenais la pilule. Lors de mon dernier accouchement j ai eu trop de problèmes et j ai même faillit en mourir. C est la raison pour laquelle je crois que c est vrai quand les gens disent que la pilule affaibli la femme.» Provoque des difficultés de conception comme le déclare la personne qui raconte sa propre expérience que voici : J ai déjà utilisé les pilules et j avoue que ça m a crée des problèmes. Comme effets secondaires elles ont provoqué des règles prolongées et des petits maux de ventre. J avais toujours des maux de ventre et quand je l ai dit à mon mari qui m a cherché du médicament traditionnel qui n a pas produit d effets souhaités. D abord je me suis rendu dans le centre de santé. Là on m a donné des ordonnances dont les médicaments ne m ont pas guéri. En suite nous (mon mari et moi) avons été voir un guérisseur qui m a donné une décoction à laquelle je me lavais et que je buvais pendant un mois. J ai fais cinq ans sans avoir d enfant et c était la pilule qui avait provoqué cela. L accès financier de plus en plus difficile aux condoms. Au départ les condoms étaient gratuits, puis il était vendu à trois pour 50 f CFA. Actuellement, ils sont à quatre pour 100 F CFA. La non résistance d un nombre de plus en plus important des condoms Les besoins L information : il y a de toute évidence la nécessité d une vraie information, autour de la pilule et des injectables. Impliquer les hommes : diriger des campagnes de sensibilisation vers les hommes, car ils ne sont pas encore acquis à la cause de la contraception. Elargir l éventail du choix possible des contraceptions modernes. 5. Les infections sexuellement transmissibles Les investigations, dans le domaine des IST, ont permis de dégager trois catégories de personnes ayant développé des IST et dont les attitudes face à ces infections sont déterminées par l âge (adolescents et jeunes) et par un état particulier (situation de grossesse) Une classification populaire paralysante Chaude pisse, pertes blanches, syphilis sont classées parmi les maladies honteuses, les maladies de la luxure. Elles dévoilent, dans le cas présent, une relation non socialement autorisée et non protégée d un point de vue de la santé. Elles sont révélatrices d un comportement déviant. Cette classification déclenche un blocage des adolescents face à leurs parents et face aux prestataires des services de santé. Ils ne veulent pas faire l objet des jugements d autrui et même ses parents. Ils ont honte pour ce qu ils ont fait et qui est un comportement socialement désapprouvé. Ils ont honte de reconnaître leur responsabilité et de s assumer. Les mauvaises interprétations, la stigmatisation des IST détermine également leur comportement : «quand tu dis à quelqu un que tu as des boutons sur ton pénis il se met directement en tête que c est le SIDA ou bien tu as une grave maladie. C est la raison pour laquelle je préfère ne rien dire à quelqu un.»

19 5.2. Le mutisme préjudiciable des adolescents Les principaux sentiments et états psychosociologiques de honte, du manque de courage et de culpabilisation déterminent, pour une grande partie, l attitude des adolescents face aux IST. La plupart d entre eux connaissent des blocages. En effet, rarement les adolescents parlent des IST qu ils développent à leurs parents, aux agents de services de santé. Les trois cas que nous citons illustrent le calvaire du mutisme que vivent les adolescents développant les IST. Le premier cas concerne un lycéen, sans ressources complément donc dépendant des parents. Il y a deux mois j ai connu une fille qui avait l infection de la chaude pisse. Elle-même ne le savait pas mais elle se plaignait des brûlures. La première fois que je suis sorti avec elle je ne me suis pas protégé. Deux jours après notre aventure, je sentais des douleurs au bas ventre. Là je me suis dit qu il y avait quelque chose parce que cela ne m avait jamais arrivé. Pour me traiter, je me suis rappelé qu un jour, quand on était au grin, un copain disait que si tu fais une aventure douteuse et que tu commence à avoir trop chaud au bas ventre au moment de pisser, il faut mélanger du «kunbileni 2» au tonic pour boire, toutes les germes sortaient avec les urines. Alors j ai essayé ça. Je me sentais mieux mais les douleurs persistaient. J ai repris encore le tonic et le «kunbiléni». Les urines devenaient plus jaunes quand je buvais ça. Je vais bien aujourd hui. En tout cas je ne sens rien pour le moment. Si ça recommence, je crois que je vais toujours essayer le tonic et le kunbiléni. Je ne suis pas allé au centre de santé parce que je n ai pas les moyens, je suis élève. Demander de l argent pour des maladies de ce genre vraiment je n ai pas ce courage là j ai honte ils sauront que je cours et vont me regarder avec de mauvais yeux. Mais quand j aurai le pouvoir de ma prendre en charge en cas de problème de ce genre j irai au centre de santé. Le deuxième cas est une adolescente Il y a quelques mois, j avais des pertes blanches. Je constatais des tâches blanchâtres sur mes bains et ça sentait mauvais. Je ne l ai dit à personne, vraiment je n ai pas eu le courage de le dire même à ma maman. J avais honte de le lui dire. Je ne savais pas aussi ce que c était. Bien que cela ne m était jamais arrivé, j ai gardé le silence C est quand je suis allée à Ouagadougou que j en ai parlé à ma tante qui m a dit que cela n était pas normal et m a amenée à l hôpital. Ils m ont fait prendre des médicaments (comprimés). Je devais les placer au coucher. Ça va maintenant mais chaque fois en me lavant je constate encore des traces. Je n ai pas encore eu le courage d aller au centre de santé. Un troisième adolescent a eu recours à un tradipraticien après avoir vécu un premier épisode dans le mutisme. En décembre dernier j avais des boutons autour de mon organe génital. Ils me démangeaient et à force de les gratter je me suis fais de petites plaies. J ai continué avec sans traitement adéquat ni auprès d un guérisseur, ni au près d un médecin parce que j ai honte. Après trois semaines, ces boutons ont disparu. Au bout de trois mois (janvier, février et mars), ils ont réapparu. 2 Il s agit de toute gélule à tête rouge

20 Devant le personnel de santé, les adolescents développant une IST manquent le courage. Ils culpabilisent du fait de leur inconduite, leur comportement déviant et suicidaire en ces temps de Sida. Il leur manque le courage d assumer leurs actes Automédication ou traitements «clando» chez les adolescents Pour soigner la chaude pisse, disent-ils, certains utilisent des arachides. «Pour préparer cette recette, on laisse tremper dans de l eau des graines d arachide pendant toute une nuit et le matin boit cette solution rougeâtre. La solution peut soigner souvent mais pas toujours. Leur seconde recette est faite de tonic associé à du kunbiléni, ou même une décoction de plante et mélangée à du beurre de karité qu on boit. Comme on a honte avec ces maladies, à peine on en parle à un ami et encore moins à un agent de santé, voilà comment nous essayons les différents médicaments en clando», disent ils. Pourquoi des adolescents qui n ont pas le courage d évoquer leurs IST avec leurs parents, en parlent volontiers et avec décontraction avec un inconnu? Là aussi, il y a certainement un problème de communication entre les adolescents et les adultes. Les adolescents éprouvent et expriment implicitement un besoin pressant d être écoutés Les jeunes hommes et la recherche de soins gratuits Bien que honteux lorsqu ils développent une IST, ils s assument tout de même en en parlant à d autres personnes. Ils font le pas qui les conduit au centre de santé. Quand j étais au village on se lavait au fleuve et j ai été atteint de la bilharziose, souvent j avais l impression de pisser du sang. Au départ je le cachais. Et comme je ne connaissais personne j avais honte de le dire à quelqu un. Mais j ai demandé à des gens qui m ont dit qu on peut l avoir dans l eau et dans des endroits sales. J ai une fois acheté du médicament traditionnel avec un vieux ici mais qui ne m a pas guérit. Je ne suis pas allé au centre de santé avant parce que je n avais pas d argent. En réalité comme ça ne m a pas empêché de marcher, pour moi ce n était pas la peine d aller à l hôpital. Finalement, lorsque j ai eu le courage et que je suis venu au centre que j ai été traité gratuitement. Troisième cas En 1997 j avais la chaude pisse, j ai commencé à sentir le mal 3 heures après l acte sexuel avec ma partenaire. Plus le temps s avançait et plus je sentais le mal. J avais chaud au pénis, je sentais des brûlures quand je pisse, des douleurs au bas ventre. Mes urines tendaient au jaune/rouge. Comme je fais la même chambre avec un militaire, je lui ai expliqué ce que je sentais et il m a conseillé d aller au centre de santé de l armée de terre où il m a tenu compagnie. Après la consultation le médecin m a demandé si je pouvais aller chercher la fille en question mais j ai dit qu elle avait voyagé parce que je pensais que c est moi qui allais acheter son médicament alors même que c est mon ami militaire qui avait acheté pour moi. Quand il m a donné l ordonnance j ai été acheter les médicaments. C était 3 comprimés que je devais prendre en trois prises. Dès que j ai pris le premier comprimé sa réaction n a tardée et j ai commencé à sentir petit à petit une amélioration jusqu à ma guérison totale. Ces jeunes ont utilisé leurs relations pour accéder à la consultation d une part et aux médicaments d autre part. Toutefois, ils ont abandonné leur partenaire à son sort. Celle-ci continuera certainement à contaminer d autres hommes sains La méconnaissance chez de nombreuses femmes mariées La majorité des femmes avec lesquelles nous nous sommes entretenus à ce propos, ont présenté certaines IST (en l occurrence les lemnepo) comme apparaissent avec la grossesse et disparaissant après l accouchement. «J ai toujours ça quand je tombe en état de grossesse même maintenant on m a donné le traitement contre ça», affirme une usagère

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Ce pamphlet contient des informations générales que vous devriez connaître avant de traiter une fausse couche avec du misoprostol. Quand

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances Pilplan-d est efficace à 99% pour la prévention des grossesses, quand il est pris quotidiennement. Chaque plaquette contient un cycle de 28 comprimés

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Rapport de formation du personnel sanitaire des formations ayant signé une convention avec la mutuelle de santé communautaire

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

L ndétectable. Sommaire. Edito Trouver la motivation pour avaler sa pilule. L ndétectable N 3 - septembre 2013 1

L ndétectable. Sommaire. Edito Trouver la motivation pour avaler sa pilule. L ndétectable N 3 - septembre 2013 1 L ndétectable Trimestriel du CHU Saint-Pierre - Pédiatrie Sommaire Edito : Trouver la motivation pour avaler sa pilule 1 À coeur ouvert : Cher Journal 2 Entre nous : Just toooooooooooo late 3 Dossier :

Plus en détail

La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes

La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes La spirale du harcèlement Un processus sournois aux conséquences lourdes Le mobbing n apparaît jamais subitement ni sans raison. Il s agit d un processus qui se développe lentement et n est souvent pas

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE Septembre 2011 Arnaud ZEGIERMAN Amandine MESSINA www.institut-viavoice.com Viavoice Tel : +33(0)1 40 54 13 71 Mieux comprendre l opinion pour agir 9 rue Huysmans 75006 Paris +33

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP)

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) Réponses à vos inquiétudes Pour vous, pour la vie Quel est le principe de l ACP? La technique d analgésie contrôlée par le patient (ACP) que vous propose votre

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART première partie Alessandra Guerra En France il y a des jugements sur la question psychothérapiepsychanalyse J ai entendu

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest Informations sur östradiolvalerat och dienogest Cette brochure concerne votre nouvelle pilule contraceptive Qlaira. Lisez attentivement son contenu avant de commencer votre première plaquette de pilules.

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

La douleur chronique : témoignage de patiente

La douleur chronique : témoignage de patiente La douleur chronique : témoignage de patiente A lire sur place Jocelyne PADERI Jocelyne PADERI La complexité de la douleur chronique 14èmes rencontres du Réseau Régional Douleur en Basse Normandie CAEN

Plus en détail

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA ID: «Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA Swiss children s objectively measured physical activity Questionnaire pour les parents sur

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

L'art d'établir un ordre du jour efficace

L'art d'établir un ordre du jour efficace L'art d'établir un ordre du jour efficace Par Denise Edwards Extrait de : http://www.omafra.gov.on.ca/french/rural/facts/05 038.htm Table des matières Introduction Sources des points à l ordre du jour

Plus en détail

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des "douleurs particulières", qui doivent donc être traitées en

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Rapport bourse Explora

Rapport bourse Explora 05/09/2011 Rapport bourse Explora Stage de 3 mois au Brésil Raphaël BONSANG raphael.bonsang@ecl2012.ec-lyon.fr Ecole Centrale Lyon 1 Vie pratique - Logement : Lors de ma demande de stage, j ai demandé

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care!

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! ARGUMENTAIRE DÉTAILLÉ Aujourd hui, tous les habitants et habitantes de notre pays sont assurés au sein de l assurance de base pour

Plus en détail

Rapport de fin de Séjour d un Stage Scientifique au Mexique d une durée de 3 mois. Bernard Chelli

Rapport de fin de Séjour d un Stage Scientifique au Mexique d une durée de 3 mois. Bernard Chelli Rapport de fin de Séjour d un Stage Scientifique au Mexique d une durée de 3 mois Bernard Chelli Stage à Mexico, Mexique du 9 Avril au 15 Juillet 2012 Dans le cadre du Master 1 de Physique fondamentale

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

La contraception. Les moyens de contraception pour les femmes 6. Et les hommes? 14

La contraception. Les moyens de contraception pour les femmes 6. Et les hommes? 14 La contraception La contraception SE PROTEGER D UNE GROSSESSE 5 Les moyens de contraception pour les femmes 6 La pilule 6 Le stérilet 8 L implant 9 L anneau vaginal 10 Le patch 11 L injection 12 Le préservatif

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Attention, lors de la rédaction, aux vices de forme et de fonds : n hésitez pas à demander conseil auprès de votre notaire, avant de vous lancer.

Attention, lors de la rédaction, aux vices de forme et de fonds : n hésitez pas à demander conseil auprès de votre notaire, avant de vous lancer. LUNDI Quelles sont les différentes formes de testament? Tout d abord, Le testament olographe Il doit être entièrement écrit de la main du testateur, daté et signé. Il ne peut être ni dactylographié, ni

Plus en détail

QUESTIONNAIRE MÈRE AYANT UN BÉBÉ MOINS DE 6 MOIS

QUESTIONNAIRE MÈRE AYANT UN BÉBÉ MOINS DE 6 MOIS QUESTIONNAIRE MÈRE AYANT UN BÉBÉ MOINS DE 6 MOIS Numéro questionnaire : Région : District : Commune /quartier : Nom de l enquêteur : Date de l enquête : Signature : I. INTRODUCTION: Je vais vous poser

Plus en détail

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer MODULE ÉVALUER SON PROJET COMPRENDRE UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer L ÉVALUATION DE L IMPACT SOCIAL L Impact Social

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial carte SIS mutuelle aide médicale d urgence handicap planning familial maison médicale hôpital pharmacie médecin de garde Santé Je vis en Belgique. Ai-je droit aux soins de santé? En Belgique, tout le monde

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale.

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. District Sanitaire de : Boboye Commune de : Falmey Département de : Falmey (nouveau département, se

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

La franchise médicale en pratique

La franchise médicale en pratique Information presse le 26 décembre 2007 La franchise médicale en pratique La franchise médicale s applique à partir du 1 er janvier 2008 sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux et les transports

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

41% LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE. Note de recherche

41% LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE. Note de recherche Note de recherche NOVEMBRE 2013 PAR KATE BELOHLAV ET MAHESH KARRA LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE Les besoins non satisfaits en planification familiale correspondent

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi,

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale Quebec Provincial Association of Teachers L Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (RQAP) et le Régime québécois d assurance parentale Mes droits Ce guide destiné au personnel

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail