Notre plan d affaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notre plan d affaires"

Transcription

1 Projet d expérimentation d une Coopérative de solidarité en entretien, réparation et rénovation de maisons résidentielles Notre plan d affaires Préparé par : Le Comité provisoire de la Coopérative 240, Alexandre, St-Calixte (Québec) J0K 1Z0 Pour le Groupe d aménagement de logements populaires (GALOP) Juillet 2007

2 L expérimentation du projet de Coopérative en réparation, rénovation et entretien a été financée par la Conférence régionale des élus(es) Lanaudière dans le cade du Fonds de développement régional, volet entente spécifique et la Société d habitation du Québec dans le cadre de son programme d aide aux organismes communautaires en habitation (PAOC). Le plan d affaires a été réalisé par le comité provisoire de la Coopérative et encadré par la Coopérative de travail Tandem. La mise en page a été réalisée par la Table des partenaires du développement social de Lanaudière. Ce document est destiné au Groupe d Aménagement de logements populaires (GALOP) Pour informations, communiquez avec Chantal Béchard au (450)

3 TABLE DES MATIÈRES 1. L entreprise Résumé du projet : Mission de l'entreprise d'économie sociale Objectifs Calendrier des réalisations : Aspects juridiques: Forme juridique Répartition de la propriété Lois et règlements L équipe Le comité provisoire Les personnes ressources : Les collaborations L analyse du marché Description du secteur et potentiel : Marché cible : La taille du marché et ses tendances Clientèle cible : Ce qui motive la clientèle à faire affaires avec nous Notre Coopérative et la concurrence : Le plan marketing Service ou produit : Établissement des prix : Promotion : Localisation : Le plan d exploitation Processus et capacité de fabrication : Aménagement : Sous-traitance : Installations : Approvisionnement : Développements futurs Le plan de main-d oeuvre Le plan de financement Les états financiers Les hypothèses des prévisions Bilan prévisionnel État des résultats prévisionnels Mouvement de trésorie i

4 1. L entreprise 1.1 Résumé du projet : L'entreprise : notre projet consiste à démarrer une Coopérative de solidarité qui exploitera une entreprise spécialisée en entretien, rénovation, réparation et modification de bâtiments résidentiels principalement pour les propriétaires occupant des MRC Montcalm et Matawinie. Les responsables : le projet est porté par le Comité provisoire de la Coopérative formé de deux citoyens(ennes) et trois représentants(es) d organismes du milieu, soit le CLSC, Les Ailes de L espoir de St-Calixte et Services à la communauté du Rousseau. Les produits et services : la Coopérative offrira des services d entretien, de rénovation et de réparation de bâtiments résidentiels et des services-conseils comprenant des services d inspection, d accompagnement dans la planification de travaux, d aide à la recherche de financement et de professionnels, des conseils en exécution de travaux et de la surveillance de chantier. La Coopérative desservira également les organismes et institutions de son territoire. Le coût du projet : $ Localisation : l entreprise aura ses bureaux dans l une des premières municipalités ciblées, soit St-Esprit, St-Lin-Laurentides ou Ste-Julienne. Début des opérations : septembre Mission de l'entreprise d économie sociale La Coopérative en entretien, réparation, rénovation et modification a pour mission de contribuer au maintien et à l amélioration de la qualité des constructions résidentielles dans les MRC Montcalm et Matawinie et ainsi aider les ménages résidents à améliorer leur qualité de vie quelque soit leur niveau de revenus. 1.3 Objectifs : Court terme : AN I Tenir 20 rencontres d information dans les organismes du milieu ; conseiller 20 ménages dans leurs projets d amélioration de leur résidence ; réaliser des travaux d entretien, de réparation et de rénovation chez une centaine de ménages et chez au moins deux clients institutionnels de la MRC Montcalm. Moyen terme : AN II Conseiller 30 ménages dans leurs projets d amélioration de leur résidence ; réaliser des travaux d entretien, de réparation et de rénovation chez 185 ménages et chez 5 clients institutionnels de la MRC de Montcalm ; 2

5 Long terme : AN III Conseiller 40 ménages dans leurs projets d amélioration de leur résidence ; réaliser des travaux d entretien, de réparation et de rénovation chez 240 ménages et chez 10 clients institutionnels des MRC de Montcalm et Matawinie. 1.4 Calendrier des réalisations : Étapes Échéance Création de la Coopérative Septembre 2007 Embauche du ou de la coordonnateur(trice)-accompagnateur(trice) et de Octobre 2007 l estimateur(trice)-surveillant(e) de chantier Acquisition du local et des équipements Octobre 2007 Production des dépliants et des cartes d affaires et inscription dans les Octobre 2007 annuaires pages jaunes Tournée des organismes Octobre 2007 Réalisation des premiers contrats Octobre 2007 Embauche de l apprenti(e) Octobre Aspects juridiques: Forme juridique L entreprise sera une coopérative de solidarité. Elle comptera 3 catégories de membres : les membres travailleurs formés par ses propres employés(es), les membres utilisateurs qui seront recrutés parmi les clients de l entreprise et les membres de soutien qui seront les organismes du milieu qui désirent supporter sa mission Répartition de la propriété Chaque membre devra fournir une part sociale pour adhérer à la Coopérative. La structure de part sera la suivante : Catégorie de membre Parts de qualification Parts sociales Parts privilégiées Nombre de membres visés Travailleurs 10 parts de 10 $ = 100 $ 500 parts de 1 $ = 5 500$, par prélèvement sur le salaire de 10 $ par semaine Utilisateurs 2 parts de 10 $ = 20 $ Aucune Chaque client desservi De soutien 2 parts de 10 $ = 20 $ Aucune 30 De plus, des parts privilégiées seront émises afin de soutenir le financement de l entreprise. Pour soutenir la mise de fonds dans l achat de l immeuble, du premier camion et de quelques équipements au démarrage, une émission de parts 3

6 privilégiées de $ sera réalisée. Puis, une émission de $ sera lancée durant la première année d opération. Tous les membres pourront y souscrire selon leur capacité. Rappelons que le pouvoir décisionnel demeure le même dans une coopérative, soit un membre un vote, peu importe le niveau de participation financière du membre dans l entreprise Lois et règlements La Loi sur les coopératives : l entreprise est assujettie à la Loi sur les coopératives (L.R.Q. C. c-67.2) qui en encadre la constitution et le fonctionnement. La licence d entrepreneur(e) : la Loi sur le bâtiment fait partie du Code de la construction au Québec. C est la Régie du bâtiment du Québec qui est chargée d appliquer cette loi. La Régie administre aussi le Code de sécurité et le Code de construction. La loi, les règlements et les codes stipulent que les entrepreneurs(es) doivent détenir une licence pour offrir des services de construction. 1 Il existe deux grandes catégories de licences qui se divisent elles-mêmes en souscatégories : Entrepreneur(e) général(e) Entrepreneur(e) spécialisé(e) 23 sous-catégories 70 sous-catégories Ces licences d entrepreneur(e) général(e) limitent les types d habitations sur lesquelles les entrepreneurs(es) peuvent travailler. Les licences d entrepreneurs(es) spécialisés(es) s adressent plutôt à différentes qualifications qui vont du maçon(ne) en passant par le menuisier, le plombier ou la plombière, l électricité et autres genres de spécialités. Il faut aussi savoir que les travaux qui ont rapport à l électricité ou aux installations destinées à utiliser ou distribuer du gaz nécessitent obligatoirement un(e) entrepreneur(e) qui détient la licence appropriée. La catégorie de licence d entrepreneur(e) nécessaire à la Coopérative est celle d entrepreneur(e) en entretien, rénovation, réparation et modification de bâtiments résidentiels. De plus, la Coopérative aura la licence d entrepreneur(e) en entretien, 1 Association canadienne des constructeurs d habitations. «Par écrit S.V.P.» La loi où vous habitez. 4

7 rénovation, réparation et modification de bâtiments publics, commerciaux et industriels afin d élargir son marché à des clients institutionnels et associatifs. Une personne morale qui demande une licence doit nécessairement avoir un(e) dirigeant(e) ou un(e) répondant(e) qui demande la licence au nom de l entreprise. La vérification des connaissances se fait, notamment, au moyen d examens objectifs. Pour obtenir cette licence, l entreprise doit fournir une caution pour fraude, malversation ou détournement de fonds de $. L APCHQ offre cette caution à tous les membres qui y adhèrent. De plus, l entreprise doit fournir un ou des répondants pour un des trois domaines : technique, administration et sécurité. Les certificats de compétence 2 L industrie de la construction au Québec est assujettie à la «Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre dans l industrie de la construction» (Loi R-20). Cette loi stipule que les travailleurs(euses) de la construction doivent détenir un certificat de compétence. L émission de ces certificats de compétence relève de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Il existe trois catégories de certificat de compétence : Compagnon, (avoir démontré des compétences dans l un ou l autre des 26 métiers de la construction) ; apprenti, (comporte de une à cinq périodes d apprentissage d une durée de 2000 heures chacune) ; occupation, (pour une personne exerçant une activité de construction sur les chantiers à titre de manœuvre ou de manœuvre spécialisé). Cependant, la loi exclut certains travaux qui n exigent pas de certificats de compétence dont «Les travaux d entretien, de réparation, de rénovation ou de modification d un logement, lorsqu ils sont exécutés directement pour le compte d un propriétaire occupant». La Coopérative n aura donc pas l obligation d embaucher des travailleurs(euses) détenant des cartes de compétences pour des travaux de ce type exécutés chez des propriétaires occupants. 2 Commission de la construction du Québec. Certificat de compétence, Loi R-20, Champ d application, Exclusions. 5

8 Autres permis nécessaires L entreprise doit nécessairement posséder tous les permis qui sont généralement demandés aux employeurs(es) et aux entreprises. Il faut donc : Immatriculer l entreprise auprès du Registraire des entreprises du Québec ; s enregistrer comme employeur(e) auprès de Revenu Canada et de l Inspecteur des institutions financières du Québec ; enregistrer l entreprise auprès de la Commission de la construction du Québec ; s enregistrer auprès de la Commission des normes du travail, de la Régie des rentes du Québec, de l assurance emploi et de l assurance santé du Québec ; s enregistrer auprès de la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec. 2. L équipe 2.1 Le comité provisoire Le comité provisoire de la Coopérative est formé de cinq (5) personnes résidant ou travaillant dans la MRC Montcalm. Chantal Béchard, secrétaire provisoire, 240, Alexandre, St-Calixte (Québec) J0K 1Z0 Chantal Béchard assume le poste de secrétaire provisoire de la Coopérative. Elle coordonne, depuis 2004, Les Ailes de l Espoir, un organisme communautaire qui vient en aide aux personnes à faible revenu de St-Calixte. Après s être impliquée dans le monde syndical pendant quelques années, Madame Béchard a suivi une formation en gestion et s est orientée vers le travail communautaire. Julie Thériault, 110, rue St-Isidore, St-Esprit (Québec) J0K 2L0 Julie Thériault est organisatrice communautaire à la constituante du CLSC St-Esprit du CSSS du nord de Lanaudière depuis Elle possède une maîtrise en service social de l Université Laval. Elle a également été active en Afrique et dans diverses organisations ici : ACEF, un centre de femmes, des groupes de personnes assistées sociales, etc. Flavie Robitaille 4521 rue de Mont-Pontbriand Rawdon (Québec) J0K 1S0 6

9 Bachelière en Études internationales, Flavie Robitaille est également diplômée en gestion et dirige depuis 2006 les Services à la communauté du Rousseau, une entreprise d économie sociale en aide domestique qui dessert les MRC Montcalm et Matawinie. En 2007, l entreprise compte près de 50 employé(e)s à temps plein et à temps partiel et offre plus de heures de services par année à quelques 400 clients. Madame Robitaille a également œuvré au Service des loisirs, des parcs et des bâtiments de la ville de Mascouche pendant 2 ans. Gérard Cromp, 582, route 125 Sainte-Julienne (Québec) J0K 2T0 Gérard Cromp est un résidant de Ste-Julienne. Il a travaillé pendant plus de quarante ans chez Bombardier à titre d électricien et de chef de groupe dans le département électrique. Il est maintenant à sa retraite. René Ouellette 105, J. J. Collin St-Calixte (Québec) J0K 1Z0 René Ouellette est un résident de St-Calixte. Il est diplômé en production agricole et comme routier professionnel. Il a travaillé pendant plusieurs années comme camionneur, ouvrier en usine et portier. Il est depuis 2004 manœuvre spécialisé dans la construction et travaille à l installation de quais de déchargement. Il a été bénévole-accompagnateur pour des personnes handicapées, âgées et malades et responsable des visites supervisées et des bénévoles dans une maison père-enfant de Montréal. En , il a participé au projet Habitat-Santé, ce qui lui a permis d éliminer les problèmes d infiltration d eau et de moisissure dans sa résidence. Il a de plus apporté son aide aux autres participants dans leurs travaux de réparation. 2.2 Les personnes ressources : Armand Lajeunesse, directeur général, Coopérative de Développement Régional (CDR) de Lanaudière ; Emmanuelle Watters, conseillère en économie sociale, Centre local de développement (CLD) de Montcalm ; Agent(e) de projet, entrée en fonction le 1er août Les collaborations : Lors d une tournée de consultations effectuée auprès d organismes du milieu au printemps 2007, les 14 organisations suivantes ont annoncé leur intention de collaborer à la Coopérative, soit en faisant de la référence, en devenant membres de soutien ou en diffusant 7

10 de l information : Handami, groupe d entraide pour personnes handicapées ; le Centre de femmes de Montcalm ; Services à la communauté du Rousseau, entreprise d économie sociale en aide domestique ; Les Ailes de l Espoir ; Le Groupe d Entraide Amitié de Ste-Julienne pour personnes âgées en perte d autonomie ; L Association Carrefour Familles Montcalm, Maison de la famille ; Société St-Vincent de Paul ; Groupe d information et de défense des droits sociaux ; Association des personnes handicapées de Matawinie ; Coopérative de services multiples de Lanaudière ; La Rescousse Montcalm, groupe d entraide pour personnes vivant avec des problèmes de santé mentale ; Le Service d entraide St-Lin-Laurentides ; Regroupement Bénévoles de Montcalm ; CLSC St-Esprit. Le CLSC St-Esprit, Services à la communauté du Rousseau et Les Ailes de l Espoir apportent déjà une collaboration significative en déléguant des représentants(es) sur le comité provisoire et en s engageant à devenir membres de soutien de la future Coopérative. De plus, dès son démarrage, le CLSC prévoit référer des usagers à la Coopérative et offrir de la formation à ses travailleurs(euses) sur l adaptation de domicile. 3. L analyse du marché 3.1 Description du secteur et potentiel : Le secteur de la rénovation résidentielle : l industrie de la construction se distingue d abord par la grande mobilité de ses entreprises et de sa main-d œuvre : d un chantier à l autre, d une région à l autre et, pour la main-d œuvre, d une entreprise à l autre. Elle se caractérise également par son instabilité cyclique et saisonnière. C est la raison pour laquelle l industrie doit faire preuve d une grande souplesse et d une grande capacité d adaptation. Le secteur de la construction est très réglementé afin de protéger les entreprises, les droits des travailleurs(euses) et bien sûr, ceux des consommateurs(trices). La Régie du bâtiment du Québec (RBQ), la Commission de la construction du Québec (CCQ), l Association de la construction du Québec (ACQ), l'association provinciale des constructeurs d'habitations du Québec (APCHQ) et les syndicats, en sont les principaux acteurs et voient à faire respecter les diverses lois, règlements, codes et conventions collectives qui s appliquent. 8

11 D'après Statistique Canada, en 2003, le Québec comptait entreprises de construction. La moitié d'entre elles étaient de véritables employeurs(es), les autres étant plutôt considérées comme des entrepreneurs(es) autonomes, donc sans employés(es). 72,5 % des employeurs(es) de la construction sont en effet des «micro-entreprises», comptant de un à quatre employés(es), relativement à 63,1 % pour l'ensemble des industries québécoises. Ces statistiques viennent corroborer le fait que les entreprises de construction comptent relativement peu d'employés(es) comparativement aux autres secteurs. La construction est un secteur qui recourt souvent à la sous-traitance. Compte tenu de la petite taille des entreprises de construction, de nombreux employeurs(es) sont très spécialisés(es). D'après les données de la CCQ, les deux tiers des employeurs(es) recensés(es) en 2005 n'embauchent d'ailleurs que des travailleurs(euses) d'un seul métier ou occupation. En 2002, le secteur de la rénovation résidentielle représentait au Québec un marché de près de 4 milliards de $, dont un peu plus du tiers allait à du travail effectué par des entrepreneurs(es). La SCHL estime que les dépenses en rénovation demeureront soutenues dans les prochaines années. «La vitalité persistante du marché de la revente devrait aider à soutenir les dépenses de rénovation au Québec ( ). On s attend donc à ce que les dépenses franchissent le cap ( ) des 11 milliards en 2007.$ 3 Cette industrie est influencée par différents facteurs. Outre l état de santé général de l économie, la croissance de l emploi, le prix des matériaux, les taux d intérêt, le marché de la revente des maisons, la disponibilité de programmes d aide à la rénovation et les intentions de rénover des consommateurs(trices) sont les principaux facteurs d influence. Bien que continuant de croître, le rythme de progression des dépenses de rénovation pourrait diminuer à court terme. Soulignons néanmoins que la forte poussée des prix qu a connue le secteur ces dernières années a pris fin. Sur le plan de la conjoncture, les spécialistes s attendent donc à une croissance plus ferme à compter de 2008 (Perspectives 2007, CCQ, page 15). Études Économiques de Desjardins (mai 2007) affirme que, si la croissance économique a ralenti au cours des derniers trimestres, les perspectives indiquent plutôt une amélioration graduelle des conditions économiques. Selon l Enquête sur les réparations et les rénovations effectuées par les propriétaires occupants en 2002, 75.6 % des ménages ont déclaré avoir effectué des dépenses pour des réparations et des rénovations dont 48 % ont confié ces réparations à des entrepreneurs(es). 3 Perspectives du marché de l habitation, SCHL, 3 ème trimestre

12 Une enquête sur les intentions des consommateurs(trices) de rénover leur logement en 2006 faisait ressortir les caractéristiques suivantes : Ce sont chez les ans et les ans qu on retrouve les plus fortes proportions de personnes ayant l intention de rénover ; la majorité des ménages ayant l intention de rénover ont des revenus se situant entre $ et $ par année ; les travaux les plus populaires sont la rénovation de la cuisine et de la salle de bain, le recouvrement de la toiture et le changement des fenêtres ; les travaux d entretien et de remplacement ou d installation sont plus souvent confiés à un sous-traitant ; les travaux de réaménagement sont le plus souvent fait par la ou le propriétaire luimême ; la majorité des personnes comptent consacrer moins de $ aux travaux prévus, 32,7% comptent investir entre 3001$ et $ ; les personnes seules et les personnes âgées de plus de 55 ans auraient plus tendance à confier les travaux à des sous-traitants ; 67% utilisent leurs économies, paient comptant ou au fur et à mesure des travaux ; la plupart des couples avec enfants feront les travaux eux-mêmes. Différents programmes d aide viennent soutenir les ménages dans le financement de leur rénovation, particulièrement les ménages à faible revenu. La Société d habitation du Québec et les MRC gèrent les programmes RénoVillage, Réparations d urgence (PRU), Logement abordable pour aînées autonomes (LAAA) et le Programme d adaptation de domicile (PAD). L Agence d efficacité énergétique, en collaboration avec Ressources naturelles Canada et Hydro-Québec, supporte RénoClimat, un programme de rénovation résidentielle qui inclut une évaluation énergétique avant et après les travaux de rénovation, une cotation énergétique et un accès à de l'aide financière. L aide financière versée est en fonction de la révision à la hausse de la cote ÉnerGuide octroyée lors d une inspection après les travaux de rénovation. La subvention moyenne versée par Hydro-Québec est de $. 3.2 Marché cible : La taille du marché et ses tendances Entre 1998 et 2005, les dépenses en immobilisation dans Lanaudière affichent une croissance annuelle moyenne largement supérieure à celle de l ensemble du Québec. Le secteur résidentiel représente à lui seul 80,2 % de la valeur des permis de bâtir, enregistrant une forte hausse depuis Cependant, le territoire de la MRC Montcalm est contrasté en regard du secteur de l habitation. Le nombre et la valeur des résidences familiales n ont cessé de croître de 2002 à 2006 pour atteindre unités d une valeur moyenne de $. 10

13 La population du territoire a connu une croissance plus forte que la province, soit une variation de 9,9 % par rapport à 4,3 % pour le Québec pour Les perspectives démographiques réalisées par l Institut de la statistique du Québec prévoit que la population de la MRC s accroîtra de 25,2 % entre 2001 et 2026, un des taux de croissance les plus élevés au Québec. Ces perspectives démographiques laissent entrevoir une croissance du nombre de résidences familiales dans les prochaines années. En 2001, 78,2 % des ménages de Montcalm étaient propriétaires de leur résidence. Selon une étude de la SHQ, dans Lanaudière, les gens choisissent davantage la maison individuelle non attenante comme type de construction résidentielle. Près de 95% des propriétaires demeurent dans ce type de résidences. Dans la MRC Montcalm. (Société d habitation du Québec : L Habitation au Québec ; Profil statistique de Lanaudière, 2005). Cependant, une importante proportion de ces propriétaires-occupants révélait que leur logement avait besoin de réparations majeures, la deuxième plus forte proportion de Lanaudière après la MRC Matawinie. Cet état de fait découle principalement de la forte présence sur le territoire de modestes chalets transformés en résidences permanentes par leurs propriétaires peu fortunés, fuyant généralement les difficiles conditions de logement de Montréal. Différents(es) intervenants(es) du territoire sont témoins des difficultés qu ont les propriétaires occupants à trouver des entrepreneurs(es) pour faire effectuer leurs travaux de réparation, principalement dans le cadre des programmes d aide à la rénovation. La principale raison invoquée par les entrepreneurs(es) contactés(es) est leur manque de disponibilité. En effet, le marché de la construction étant très actif, les entrepreneurs(es) semblent se tourner vers des contrats de construction, négligeant les besoins de réparation et de rénovation. D autre part, plusieurs personnes âgées et personnes seules déplorent le manque de ressources fiables et à bon marché disponibles pour exécuter les travaux de réparation ou de rénovation que nécessite leur résidence. Leur situation d isolement ou de vulnérabilité les rend méfiantes face à des entrepreneurs(es) inconnus(es). Elles craignent d être abusées par des prix exorbitants, de se retrouver avec un travail mal effectué, etc. De plus, un sondage maison effectué auprès d une quarantaine de ménages sur le territoire, ainsi que des entretiens avec des urbanistes municipaux, révèlent le besoin d aide de nombreux ménages dans la planification et la réalisation de 11

14 l entretien de leur maison. En effet, en majorité, les ménages ne budgètent pas les travaux de réparation à leur maison et connaissent peu les différents programmes d aide disponibles. Plusieurs ménages se retrouvent démunis quand il s agit d entreprendre les différentes démarches nécessaires à la réalisation de ces travaux : identification des problèmes et des travaux à réaliser, estimation des coûts, recherche de professionnels et de financement, etc. Bref, si l industrie de la construction semble très bien desservir les besoins des consommateurs, et trouver dans Montcalm un territoire en plein développement, elle semble ne pas répondre aux besoins d une bonne partie de la population disposant de moins de ressources pour faire face aux nécessités de l entretien de leur maison vieillissante. Compte-tenu que la MRC Montcalm compte propriétaires-occupants, il est permis d estimer à le nombre de ménages faisant faire des travaux par des entrepreneurs(es) chaque année, représentant un marché de près de 20 millions $. Cela indique une moyenne de 77 clients par entrepreneur(e) licencié(e) du territoire pour un revenu annuel de $ par entreprise. Cependant, cette estimation ne tient pas compte du nombre d entrepreneurs(es) non licenciés(es) du territoire qui ne sont pas recensés(es) et de la percée des entreprises de l extérieur. En faisant le même calcul pour les trois (3) principales municipalités visées par notre projet, soit Ste-Julienne, St-Calixte et St-Lin-Laurentides, ce marché de propriétaires-occupants représente un potentiel de plus de clients pour une dépense totale de 12.9 millions $. Cependant, ces données sont probablement surestimées, étant donné le degré de défavorisation du territoire. Cette surestimation probable est compensée par la disponibilité des différents programmes d aide à la rénovation. Les programmes d aide de la SHQ représentent dans Montcalm un marché situé entre $ et $ par an, pour des contrats d une valeur se situant entre $ et $, selon le programme. Il faut ajouter à ces montants la contribution que la ou le bénéficiaire doit ajouter dans certains cas. Cependant, la tendance des dernières années est à la baisse pour l octroi de budget dans ces programmes. Les subventions dans le PAD sont les plus généreuses. Les subventions dans le LAAA peuvent être octroyées pour les matériaux seulement, donc les travaux ne sont pas nécessairement exécutés par des entrepreneurs(es). S ajoute l aide apportée par le programme RénoClimat. 12

15 3.3 Clientèle cible : La clientèle ciblée par la Coopérative est, dans un premier temps, les propriétaires-occupants de la MRC Montcalm, en particulier ceux des municipalités de Ste-Julienne, St-Lin- Laurentides et St-Calixte. 66 % des maisons de la MRC ont été construites avant Ces constructions, âgées de plus de 25 ans, sont en général celles qui demandent des rénovations importantes, bien que les constructions plus récentes puissent aussi nécessiter des travaux de réparations et d entretien. Comme le tableau suivant l indique, la clientèle ciblée des trois municipalités représente ménages, soit près de 65 % de l ensemble des propriétaires-occupants de la MRC. Les statistiques du recensement de 2006 font état d un accroissement des logements privés pour les trois municipalités, par conséquent, il y a eu une croissance du nombre de propriétaires-occupants. Tableau : nombre de propriétaires-occupants de la MRC Montcalm et des municipalités de St-Calixte, Ste-Julienne et St-Lin-Laurentides et pourcentage de la MRC (2001) Territoire Nombre de propriétaires-occupants Pourcentage de la MRC Logements privés 2001 Logements privés 2006 MRC Montcalm , St-Calixte , Ste-Julienne , St-Lin-Laurentides , Total des 3 municipalités , Parmi les propriétaires-occupants du territoire, la Coopérative souhaite desservir autant ceux à faible et modeste revenu que ceux à revenu plus élevé. Elle ciblera particulièrement les personnes âgées, les femmes et les familles à faible et modeste revenu. Elle se spécialisera aussi en matière de programmes d aide afin d apporter des solutions concrètes aux ménages plus démunis. La Coopérative développera aussi le marché secondaire des institutions et associations. Ainsi, elle offrira ses services aux municipalités, organismes communautaires, propriétaires d édifices à bureau, etc. Il y avait, au printemps 2004, 19 organismes communautaires propriétaires de leur immeuble dans Montcalm. Les 8 organismes propriétaires qui ont été rencontrés lors de la tournée ont tous affirmé qu ils seraient prêts à utiliser les services de la Coopérative pour leurs besoins. 13

16 Après avoir développé le marché de la MRC Montcalm les deux premières années, notre entreprise desservira la MRC Matawinie, plus particulièrement les municipalités de Rawdon et Chertsey où le type de bâti s apparente à celui de Montcalm Ce qui motive la clientèle à faire affaires avec nous Notre entreprise coopérative sera bien ancrée dans le milieu. Les organismes reconnus référeront les personnes en recherche de ressources professionnelles, ce qui assurera la notoriété de notre entreprise. De plus, la fiabilité de notre personnel apparaîtra comme un gage de sécurité pour les futurs(es) clients(es). Le service-conseil, offert gratuitement ou à peu de frais, permettra également aux personnes d accroître leur capacité d agir pour améliorer leur situation résidentielle. Aucun(e) entrepreneur(e) en construction n offre ce type de services. N oublions pas que notre projet d entreprise a une mission sociale qui se traduira par une adaptation des coûts pour les ménages à faible revenu, la récupération de matériaux, la collaboration avec la ou le client(e) et l aide à la recherche de solutions. 3.4 Notre Coopérative et la concurrence : Afin de mieux connaître la concurrence, nous avons interrogé six (6) entrepreneurs(es) représentant divers types d entreprise, soit un(e) entrepreneur(e) licencié(e) comptant plusieurs(es) employés(es), un(e) entrepreneur(e) licencié(e) ne comptant qu un(e) employé(e), un(e) entrepreneur(e) licencié(e) sous forme de coopérative de travail comptant cinq (5) employés(es), un(e) entrepreneur(e) licencié(e) à la retraite ayant eu une entreprise en copropriété avec quatre (4) partenaires, une ou un travailleur(euse) autonome déclaré(e) et une ou un travailleur(euse) au noir. Les entrepreneurs(es) licenciés(es) : le territoire de la MRC Montcalm compte 73 entrepreneurs(es) en construction dont la licence comporte la catégorie «entrepreneur(e) en entretien, rénovation, réparation et modification de bâtiments résidentiels». La majorité de ces entrepreneurs(es) compte plusieurs sous-catégories à leur licence leur permettant d exécuter d autres types de travaux pour d autres types de construction. Si le portrait du Québec s applique à la MRC, on peut déduire que la moitié de ces entrepreneurs(es), soit une trentaine, sont des employeurs(es) comptant de 1 à 4 employés(es) chacun. Leurs tarifs se situent entre 45 $ et 55 $ l heure. Les entrepreneurs(es) de l extérieur du territoire constituent également une concurrence indirecte, principalement ceux des MRC adjacentes (Matawinie, Joliette, Les Moulins). 14

17 Les principales forces des entrepreneurs(es) licenciés(es) du territoire sont la protection apportée par la licence détenue et la possibilité de prendre des références compte-tenu de leur présence sur le territoire, à proximité des clients(es). Les faiblesses de ces entreprises sont les coûts élevés demandés pour leurs services et leur mobilité, ne privilégiant pas nécessairement les clients(es) de la MRC dans leur offre de services. De plus, elles ne sont pas vouées exclusivement à la rénovation résidentielle, ce qui les rend moins disponibles en période de forte construction comme actuellement. Les travailleurs(euses) au noir : à ces chiffres s ajoutent les travailleurs(euses) au noir qui constituent, selon plusieurs sources, l essentiel de la concurrence dans la MRC. Les travailleurs(euses) au noir consultés(es) chargent 15 $ l heure pour leurs services. La principale force de la ou du travailleur(e) au noir est sa capacité de réduire au minimum le tarif exigé du client. Cependant, l illégalité dans laquelle il travaille ne donne aucun recours à la ou au consommateur(trice) en cas de travaux mal exécutés ou de dommages encourus. Le risque est donc grand, entre autres pour les consommateurs(trices) plus vulnérables, d être victimes d incompétence, voir même de malhonnêteté, car la prise de référence est peu possible. De plus, la ou le travailleur(e) au noir offre souvent ses services de façon sporadique, occasionnellement et n assure pas la régularité de l offre qu une entreprise permet. Comme elle ou il travaille seul(e), elle ou il ne peut exécuter des travaux trop lourds ou doit se faire aider par la ou le client(e) lui-même. Mais la plus grande faiblesse de la ou du travailleur(e) au noir ne se situe-t-elle pas au niveau social? En effet, ces travailleurs(es) ne disposent d aucune protection sociale liée à leur travail et ne contribuent pas à la richesse collective par leurs impôts. Les consommateurs(trices) qui les embauchent jouent en fait le rôle de l employeur(e) sans accomplir les obligations légales qui y sont liées. Les travailleurs(es) autonomes non licenciés(es) : s ajoutent également les travailleurs(es) autonomes non licenciés(es). En effet, les propriétaires-occupants qui entreprennent des travaux de construction sur leur propriété peuvent utiliser des travailleurs(es) autonomes non licenciés(es) quand les travaux planifiés se rapportent seulement à la rénovation, à la réparation ou à l entretien de leur maison et que leur coût estimatif est inférieur à $. Le tarif des travailleurs(es) autonomes est de 25 $ l heure. La principale force de la ou du travailleur(e) autonome est de pouvoir maintenir un tarif assez bas tout en assurant une visibilité de son offre de services qui permet à la ou au client(e) la prise de référence et l utilisation de recours légaux, s il y a lieu. Cependant, comme la ou le travailleur(e) au noir, elle ou il travaille seul(e) et ne peut exécuter des travaux trop lourds. 15

18 Les forces et faiblesses de notre Coopérative : Notre Coopérative sera une entreprise de rénovation détenant une licence de la RBQ. Elle se dédiera essentiellement à la réparation et la rénovation de maisons de propriétairesoccupants de la MRC Montcalm et, plus tard, de la MRC Matawinie. Elle assurera à ses clients(es) la protection d un(e) entrepreneur(e) licencié(e) et développera une relation de confiance avec le milieu en s associant aux organismes du territoire. Sa principale force sera la fiabilité. Ayant pignon sur rue et gérée par ses membres travailleurs, utilisateurs et de soutien, l entreprise aura le souci constant d établir une relation de confiance avec ses clients(es). La qualité dans l exécution des travaux, l honnêteté et la compétence de son personnel seront les moyens privilégiés pour établir cette confiance. En plus de ses compétences professionnelles, le personnel sera choisi pour ses qualités relationnelles : créativité dans la recherche de solutions de réparation et de rénovation pour assurer un coût moindre à la ou au client(e) et une réduction maximale du gaspillage de matériaux, propreté dans la tenue des chantiers, respect des lieux et de la vie privée des résidents(es) et respect des échéances. La principale faiblesse de notre entreprise demeure les coûts de ses services, principalement pour les ménages à faible et modeste revenu. Cependant, afin de pallier à cette difficulté, l entreprise exécutera les travaux financés par les programmes d aide et offrira à ces ménages des services-conseils leur permettant de trouver des solutions à leur besoin. De plus, un fonds d aide sera constitué afin d aider les ménages à faible revenu en venant supporter une partie des coûts des travaux exécutés. Ce fonds s inspirera de l expérience d Habitat-Santé qui a pu venir en aide à 45 ménages en combinant aide financière, réduction du coût des matériaux et dons de toute sorte. 4. Le plan marketing 4.1 Service ou produit : Notre entreprise offrira deux types de services : Les services de rénovation, d entretien et de réparation couvriront l ensemble des travaux, y compris la construction comme le permet la détention de la Licence 4043 : entrepreneur(e) en entretien, rénovation, réparation et modification de bâtiments résidentiels. Cette sous-catégorie comprend les travaux relatifs à l entretien, la rénovation, la réparation et la modification pour la remise à neuf, en tout ou en partie, de bâtiments résidentiels, y compris la construction d ajouts de petites dimensions par rapport à l ensemble du bâtiment ; les services-conseils comprendront des services d inspection, d accompagnement 16

19 dans la planification de travaux, d aide à la recherche de financement et de professionnels(elles), des conseils pour travaux autonomes et de la surveillance de chantier. Ces services s adresseront davantage aux ménages à faible et modeste revenu ; de plus, l entreprise offrira des services de rénovation, entretien et réparation comme le permet la licence 4053 : entrepreneur(e) en entretien, rénovation, réparation et modification de bâtiments publics, commerciaux et industriels afin d offrir ses services aux organismes communautaires et aux institutions. 4.2 Établissement des prix : Afin de permettre aux familles à revenu plus modeste d avoir accès à nos services, nous avons établi nos tarifs à 45 $ l heure pour les services de réparation, entretien et rénovation chez les propriétaires-occupants et à 55 $ chez les clients(es) institutionnels(elles) et associatifs(ives). Pour des travaux effectués dans le cadre de programmes d aide à la rénovation, le tarif est fixé à 50 $ l heure. Une cote de 10 % sera ajoutée sur les matériaux achetés pour les clients(es). Les services-conseils, qui seront destinés principalement aux ménages à faible revenu, seront gratuits. Ils seront supportés par des subventions provenant d organismes du milieu, prêts à aider les ménages à faible et modeste revenu dans leurs efforts pour améliorer leurs conditions de vie : la MRC, les municipalités, Centraide, la Fondation Béati, etc. Notons au passage que les instances municipales ont tout intérêt à contribuer à l amélioration des résidences de leur territoire car des résidences en bon état ont une influence sur l image globale de la municipalité et sur les revenus de taxes. Si des ménages ayant des revenus supérieurs veulent utiliser ces services, un tarif leur sera chargé selon la grille suivante : Services Inspection de la maison et rapport des travaux à effectuer Accompagnement dans la planification des travaux, l aide à la recherche de financement et de professionnels Conseils pour travaux autonomes et surveillance de chantier Tarifs 200 $ 200 $ 45 $ l heure 17

20 4.3 Promotion : La promotion des services se fera grâce à deux stratégies privilégiées : la promotion auprès des organismes du milieu et la visibilité auprès du grand public. La promotion auprès des organismes du milieu : les organismes rencontrés lors de la tournée regroupent différents types de population : familles, personnes âgées, personnes handicapées, personnes à faible revenu, etc. Tous ces organismes ont souligné la pertinence de disposer d une entreprise de rénovation issue du milieu et desservant les ménages en besoin du territoire. Ils se sont dits prêts à référer à la Coopérative, les personnes en recherche de ressources professionnelles pour leurs travaux. Le contact avec ces organismes et d autres non rencontrés est essentiel à l ancrage de notre entreprise dans le milieu. Une tournée d information aura donc lieu dès le démarrage de la Coopérative. Parmi les organismes ciblés, nommons la MRC, les municipalités, les Maisons de la famille, le Centre de femmes, le Centre d action bénévole, les groupes de l Age d Or, etc. Par la suite, des rencontres d information seront organisées par le service conseil afin de fournir différentes informations permettant aux personnes de trouver des solutions à leurs problèmes de bâti et de passer à l action. La visibilité auprès du grand public : afin de rejoindre le grand public de la MRC, nous produirons et distribuerons des dépliants et des cartes d affaires. Des dépliants seront déposés dans les différents endroits publics du territoire : les quincailleries, la MRC, les hôtels de ville, le CLSC, etc. Nous aurons également une inscription dans les annuaires pages jaunes couvrant le territoire, soit ceux de St-Jacques (01205) et de St-Jérôme (01304). De plus, de la publicité sera achetée dans les médias écrits du territoire. Le tableau suivant répartit le budget accordé aux différentes activités de promotion la première année d opération : Moyens choisis Tournée des organismes Dépliants Cartes d affaires Annuaires pages jaunes Sept Oct Nov Déc Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Total ($) 100 $ 100 $ 400 $ 400 $ 300 $ 300 $ 200 $ 200 $ 18

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise Nom du promoteur Terminé le : insérer DATE TABLE DES MATIÈRES NOTE AU LECTEUR...4 1. LE PROJET...5 1.1 RÉSUMÉ DU PROJET...5

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 LE SOMMAIRE EXÉCUTIF DE MON PROJET D AFFAIRES préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 Téléphone : 450 834-5222 Sans frais

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS Le présent document s adresse particulièrement aux entrepreneurs qui n embauchent pas de salariés ou qui embauchent un salarié occasionnellement,

Plus en détail

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité FONDS ÉMERGENCE FÉ Le Fonds émergence vise à soutenir la préparation de projets d entreprise ou les activités nécessaires à la concrétisation de projets afin de diversifier et développer l économie locale.

Plus en détail

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre satisfaction! Faut-il un permis municipal? Vérifiez auprès de

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date)

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) Ce plan d affaires contient des renseignements confidentiels et exclusifs et ne peut être copié ou diffusé sans l autorisation écrite de Monsieur

Plus en détail

Aide à l accès à la propriété et à l industrie du logement

Aide à l accès à la propriété et à l industrie du logement Aide à l accès à la propriété et à l industrie du logement JUIN 2009 Aide à l accès à la propriété et à l industrie du logement JUIN 2009 Gouvernement du Canada Government of Canada Sa Majesté la Reine

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

DEVENEZ ENTREPRENEUR GRÂCE AU PROGRAMME DE FORMATION DE L APCHQ

DEVENEZ ENTREPRENEUR GRÂCE AU PROGRAMME DE FORMATION DE L APCHQ FORMATION DEVENEZ ENTREPRENEUR GRÂCE AU PROGRAMME DE FORMATION DE L APCHQ HIVER-PRINTEMPS 2014 Exemption des examens de la RBQ Une attestation officielle de réussite vous permettra d être exempté des examens

Plus en détail

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I L étude de marché Le marché d une entreprise est composé de la clientèle, de la concurrence et de l environnement externe. Il est important de distinguer le marché potentiel (individus ou entreprises susceptibles

Plus en détail

MODELE PLAN D AFFAIRES

MODELE PLAN D AFFAIRES MODELE PLAN D AFFAIRES NOM DE L ENTREPRISE : MUNICIPALITÉ : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : COURRIER ELECTRONIQUE : TABLE DES MATIÈRES Module 1 : Projet d entreprise Module 2 : Promoteur(s) & gestion Module

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Commission de la construction du Québec 2012-11-08

Commission de la construction du Québec 2012-11-08 de la construction 1 Contenu de la session... L'industrie de la construction Rôles et mandats de la CCQ Les conventions collectives et la Loi R-20 Enregistrement d'entreprise Certificats de compétence

Plus en détail

1. Le projet d entreprise... 2 1.1 Identification... 2 1.2 Historique... 3 1.3 Sommaire... 4 1.4 Les ressources humaines... 4

1. Le projet d entreprise... 2 1.1 Identification... 2 1.2 Historique... 3 1.3 Sommaire... 4 1.4 Les ressources humaines... 4 Page 1. Le projet d entreprise... 2 1.1 Identification...... 2 1.2 Historique... 3 1.3 Sommaire... 4 1.4 Les ressources humaines... 4 2. Le contexte d affaires... 5 2.1 Les produits et le marché de l entreprise...

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

Plan d affaires. 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000

Plan d affaires. 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000 Plan d affaires 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000 info@cldavignon.com - www.cldavignon.com Ce document est disponible en version

Plus en détail

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Le programme municipal de rénovation majeure, qui vise la rénovation de l ensemble d un bâtiment résidentiel, offre une aide financière aux propriétaires

Plus en détail

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM)

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Préambule La politique d investissement du CLD de la Matawinie repose sur deux (2) bases fondamentales : La première base, celle

Plus en détail

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Plan de la séance d information Les constats sur le système de retraite québécois Les obstacles

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de PLAN D AFFAIRES Contenu Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de conviction pour les financiers, à condition qu il contienne six éléments essentiels

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort.

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort. Pour maintenir le cap vers l équilibre budgétaire : les particuliers toujours plus sollicités Bulletin fiscal Budget provincial, 17 mars 2011 Le ministre des Finances du Québec, M. Raymond Bachand, a prononcé

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 BILAN 31 MARS 2005 A C T I F Encaisse (note 4) 74 459 864 $ 82 151 251 $ Débiteurs et montants

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects

Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects a) La définition des coûts indirects de la recherche à l UQAC Selon la Politique relative aux subventions de

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

08. RESSOURCES FINANCIÈRES DISPONIBLES

08. RESSOURCES FINANCIÈRES DISPONIBLES 08. RESSOURCES FINANCIÈRES DISPONIBLES La présente section du coffre à outils répertorie diverses formes d aide financière pouvant être offertes aux propriétaires de biens patrimoniaux (programmes d aide,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable 1 Finance socialement responsable Marguerite Mendell Université Concordia CRISES-HEC

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE : LA RECHERCHE POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS ET COMMANDITES PAGE: 1 Adoptée: CAD-5355 (15 06 93) Modifiée: CAD-5869 (27 02 96) CAD-5971 (18 06 96) CAD-6138

Plus en détail

SAINTE-JUSTINE POUR LA VIE!

SAINTE-JUSTINE POUR LA VIE! SAINTE-JUSTINE POUR LA VIE! PROGRAMME DE REVITALISATION DOMICILIAIRE UNE AIDE FINANCIÈRE POUVANT ATTEINDRE 9 500$ EST OFFERTE POUR LA CONSTRUCTION DE VOTRE RÉSIDENCE EN QUOI CONSISTE CE NOUVEAU PROGRAMME?

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

L'habitation, une multitude de possibilités Dernière modification : novembre 2013

L'habitation, une multitude de possibilités Dernière modification : novembre 2013 M 1 / 17 2 / 17 Table des matières et introduction 1. Programmes d'aide au logement... 4 Allocation-logement... 4 Habitation à loyer modique (HLM)... 5 Crédit d'impôt pour maintien à domicile (70 ans et

Plus en détail

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER RAPPOR T TRIMESTRIEL 30 SEPTEMBRE 1998 Message aux détenteurs de parts Au nom des Fiduciaires, des officiers et employés du Fonds de placement immobilier Cominar (le

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

Du personnel d encadrement des commissions scolaires

Du personnel d encadrement des commissions scolaires DE S C R I P T IO N D E S E M P L O I S G É NÉ R I Q U E S Du personnel d encadrement des commissions scolaires Direction générale des relations du travail Ministère de l Éducation Juillet 2002 TABLE DES

Plus en détail

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE HÉLÈNE JOLIN 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE Expérience acquise dans l intervention et le développement

Plus en détail

BUDGET 2013. Contenu

BUDGET 2013. Contenu Budget 2013 Contenu Pages Budget 2013 Faits saillants 3 Sommaire par activité 4 Revenus 5 Dépenses par fonction 6 Dépenses par objet 7 Nouveau rôle d évaluation 2013-2014-2015 Définition 8 Augmentation

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Mars 2012 Ce document a été réalisé par le ministère des Affaires municipales, des

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE ACTUALISATION DU CONCEPT DE PARC RÉCRÉOTOURISTIQUE À PERCÉ Rapport d étape préliminaire DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE Présenté à la Société de développement économique de Percé Février 2012 580,

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Généralités 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2015-01-05 Table des matières Page 2 sur 2 Table des matières Table des matières...2 CONCERTATION POUR L EMPLOI - Généralités...3

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Résumé du budget du Québec de 2011

Résumé du budget du Québec de 2011 Résumé du budget du Québec de 2011 Le 17 mars 2011 Table des matières RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC DE 2011 Page INTRODUCTION... 1 1. MESURES RELATIVES AUX IMPÔTS... 1 1.1 Instauration d un crédit d impôt

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014

ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014 ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014 Ce document a une valeur légale. Il prévaut sur les dépliants et les autres renseignements publiés sur le programme Roulez électrique. Entrée en vigueur

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

MISSION Boivin & Associés - Services juridiques de l APCHQ

MISSION Boivin & Associés - Services juridiques de l APCHQ NOTRE MISSION Boivin & Associés - Services juridiques de l APCHQ a comme mission d offrir une gamme complète de services juridiques de qualité, adaptés aux réalités de l industrie de la construction, à

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail