RAPPORT D ACT IV RELAT VITÉET DE T IONS 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACT IV RELAT VITÉET DE T IONS 2014"

Transcription

1 RAPPORT D ACTIVITÉ RELATIONS 2014 ET DE

2 Le message du Président Le rapport du Directeur Général La Gouvernance Sham Le Groupe Sham résultats du Groupe Sham 22Les 27 Les résultats de Sham Les résultats de Sofaxis 2

3 LE MESSAGE DU PRÉSIDENT Les résultats 2014 confirment notre stratégie au service des acteurs de la santé, du social et des collectivités territoriales. Anticipant les évolutions à venir dans l environnement de ses sociétaires, dans leur organisation et leurs besoins, Sham a fait le choix de l ouverture à tous les acteurs de la santé, du secteur social et médico-social, en lien avec leurs territoires, et au service des usagers. La réforme territoriale, la future loi de santé, les regroupements et les synergies locales font émerger un nouveau cadre pour les établissements et les professionnels de santé, auquel ils se préparent activement, dans un contexte contraint s agissant des moyens budgétaires et des ressources humaines disponibles. Au regard de leurs enjeux que sont l efficacité des organisations, et la qualité du service à apporter aux usagers, Sham a fait le choix stratégique de rassembler les compétences et les expertises pour accompagner tous les acteurs dans la maîtrise des risques liés à leur activité. Pour être ce partenaire indispensable, Sham a mis en œuvre une stratégie de diversification de ses activités, de renforcement de ses moyens et de ses métiers, avec la complémentarité de Sofaxis qu elle a acquis en 2013, et dont les résultats s expriment aujourd hui au sein du Groupe Sham. Nous sommes convaincus que cette réussite, qui n existerait pas sans l innovation, le travail et la compétence de toutes les équipes du Groupe que je tiens à saluer, puise sa source dans le modèle mutualiste de Sham qui s affirme sur le plan économique au sein de l économie sociale et solidaire, en cohérence avec les normes réglementaires européennes issues de la Directive Solvabilité 2. Les bons résultats de l exercice 2014 renforcent la solidité et la pérennité de Sham à la tête du Groupe Sham, et je souhaite saluer l implication forte du Conseil d Administration, émanation des Sociétaires, dans notre gouvernance mutualiste. Très cordialement, Jean-Luc Chassaniol Président du Conseil d Administration de Sham 3

4 LE RAPPORT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Une croissance et des résultats portés par la dynamique de Sham et de Sofaxis. L exercice 2014 constitue le premier exercice en année pleine du Groupe Sham, constitué par Sham et par Sofaxis. La stratégie de Sham d accélérer son développement, de diversifier son portefeuille d activités très concentré sur la responsabilité médicale, de prendre en compte les évolutions de l environnement de la santé, du social et médico-social et des interactions avec les territoires pour répondre aux besoins des usagers, a conduit en 2013 à la constitution d un groupe unissant les forces des deux acteurs. Le Groupe Sham, partenaire global de référence des acteurs de la santé, du social et du monde territorial réalise un chiffre d affaires de 372,5 M en 2014 en progression de 17 % par rapport à 2013, pour un montant de primes collectées s élevant à 725 M (en hausse de 4 % par rapport à 2013). Illustration concrète de la diversification des activités, les assurances de personnes représentent désormais le premier poste de primes collectées (64 %) tandis que l assurance responsabilité civile représente 31 % des primes. La répartition des primes inclut également les assurances dommages aux biens (3 %), automobile (1,2 %) et construction (0,5 %). Le résultat net du groupe s établit à 16,7 M. Ces résultats positifs reflètent toute la complémentarité des expertises de Sham et Sofaxis en matière d assurance, de conseil et de services. Ils traduisent concrètement notre engagement d accompagner nos clients de l univers de la santé, du social et du monde territorial dans la maîtrise des risques liés à leurs activités, et de contribuer ainsi à la performance de leurs organisations dans le cadre de leurs missions d intérêt général. Sham et Sofaxis profitent chacune dans leurs métiers et sur leurs marchés respectifs des synergies créées par le Groupe, pour développer leurs activités. > En 2014, l activité de Sham, société d assurance mutuelle, partenaire global de référence des acteurs de la santé et de l action sociale, 1 er assureur français de responsabilité civile médicale, enregistre des résultats positifs issus de la diversification de ses activités depuis Sham, avec Sham Vie, réalise un chiffre d affaires de 311,4 M, en croissance de 2,4 %. Si la responsabilité civile médicale est marquée par un recul de 3,1 % par rapport à l année précédente dans un contexte de forte concurrence et de cycle tarifaire bas, Sham renforce ses parts de marché. Les assurances de personnes progressent de façon significative (+30 %), tandis que l automobile et la construction affichent des hausses, respectivement de 14 % et de 86 %. Sham développe parallèlement à l assurance des services de gestion des risques pour accompagner les établissements dans leurs démarches de prévention des risques et de management de la qualité au bénéfice des patients. Cette diversification se matérialise également dans la répartition par type de sociétaire : si les établissements publics de santé représentent 59 % du chiffre d affaires et les établissements de santé privés 16 %, la part des établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) atteint 19 %, soit une croissance de plus de 20 % par an depuis trois ans. La dynamique commerciale est soutenue malgré un contexte difficile : aux fortes contraintes budgétaires auxquelles sont confrontés les établissements qui les répercutent sur les critères d attribution de leurs appels d offres, s ajoute une concurrence accrue par les prix avec de nouveaux entrants. Dans les établissements privés, les mouvements de regroupement des cliniques ont justifié l adaptation des programmes d assurance, à l issue desquels Sham a développé ses parts de marché. La présence de Sham auprès des professionnels de santé s accentue avec une progression du chiffre d affaires de 10 %, alors que les pratiques de certains assureurs étrangers exerçant en libre prestation de services nourrissent l inquiétude des spécialistes du plateau technique lourd. Les établissements sociaux et médico-sociaux contribuent fortement à la diversification de Sham, qui développe en direction de ces structures une offre spécifique adaptée à leurs différentes activités tournées vers le grand âge, le handicap et l aide à l enfance. La croissance est soutenue en IARD, en assurance des risques du personnel et en assurance construction, où Sham gagne beaucoup de nouveaux sociétaires. En ce qui concerne les charges de sinistres, il convient de relever la hausse continue de la sinistralité en responsabilité civile médicale : la charge totale de sinistres atteint 291,2 M en 2014, en hausse de 11 % par rapport à Elle s explique notamment par la progression continue du nombre de réclamations des malades et par celle des indemnités versées, avec pour conséquence l augmentation du coût du risque. Cette tendance appelle à la plus grande attention concernant les réflexions menées autour de la responsabilité médicale, qu il s agisse de l action de groupe en santé ou du projet de décret établissant une nomenclature des chefs de préjudices résultant d un dommage corporel. Au total, le résultat 2014 vient renforcer les fonds propres de la mutuelle qui atteignent désormais 250,4 M en hausse de 8 % par rapport à l année dernière (231,4 M ) avec une marge de solvabilité de 426 % (398 % en 2013) en progression continue depuis 5 ans. > Sofaxis, partenaire global de référence des acteurs territoriaux, est l un des principaux courtiers en assurances de personnes auprès des collectivités territoriales et hospitalières. Le chiffre d affaires s établit à 64,5 M (59,2 M en 2013) pour 446 M de primes collectées (415 M en 2013). Courtier de plein exercice, Sofaxis choisit librement ses partenaires assureurs pour répondre aux besoins de ses clients. Sur fond de réforme territoriale, pour Sofaxis l année 2014 a été principalement marquée par : - l affirmation de ses axes stratégiques de diversification tant sur le plan de la couverture santé et prévoyance des agents de la fonction publique territoriale (plus de clients) que sur celui de son activité de conseil en performance des organisations et santé au travail dégageant un chiffre d affaires de plus de 4 M ; - la confirmation de son positionnement de leader sur l assurance statutaire des collectivités locales : l ensemble des contrats groupes des centres de gestion à terme au 31/12/2014 ont été renouvelés ; - la diffusion des produits et prestations de services participant à l amélioration de la santé et de la qualité de vie au travail et à une prise en compte des risques psychosociaux mis à disposition de ses clients. 4

5 Ouverture progressive à l international Le Groupe Sham poursuit sa stratégie de diversification en France et s ouvre désormais à l international, avec un premier bureau en Espagne et en Italie où il propose une offre d assurance en responsabilité civile médicale aux établissements et aux professionnels de santé, affichant ainsi sa volonté de s affirmer progressivement comme un groupe diversifié, porteur de valeurs mutualistes, à vocation européenne. Dominique Godet Directeur Général du Groupe Sham ALLIÉ CONFIANCE IÉS 5

6 LA GOUVERNANCE Sham Conseil d Administration Président M. Jean-Luc CHASSANIOL Centre Hospitalier Sainte-Anne de Paris Direction générale M. Dominique GODET Vice-Présidente Mme Dominique MONTÉGU Centre Hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc de Lyon Administrateurs CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D ANGERS, représenté par M. Yann BUBIEN CENTRE HOSPITALIER D AVIGNON, représenté par M. Francis DECOUCUT CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BORDEAUX, représenté par M. Philippe VIGOUROUX CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE CLERMONT-FERRAND, représenté par M. Alain MEUNIER CENTRE HOSPITALIER DE GONESSE, représenté par Mme Catherine VAUCONSANT CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE GRENOBLE, représenté par M. Marc PENAUD CENTRE HOSPITALIER DE LA CIOTAT, représenté par M. José LAPINA HOSPICES CIVILS DE LYON, représentés par M. Dominique DEROUBAIX ASSISTANCE PUBLIQUE HÔPITAUX DE MARSEILLE FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE À PARIS, représentée par M. Gérard VINCENT GROUPEMENT HOSPITALIER DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE À PARIS, représenté par M. Michel COUHERT CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE DE QUIMPER, représenté par M. Jean-Roger PAUTONNIER GROUPE 3H DE LA ROCHE-SUR-YON, représenté par M. Alain FOLTZER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE SAINT-ETIENNE, représenté par M. Frédéric BOIRON MAISON DE RETRAITE DÉPARTEMENTALE DE LA LOIRE À SAINT-JUST - SAINT-RAMBERT, représentée par Mme Myriam CAUCASE-LAMARRE HÔPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG, représentés par M. Jean-François LANOT M. LE DOCTEUR Jean-Claude DUCREUX M. Bruno CURTIS, administrateur élu par les salariés 6

7 Comités spécialisés du Conseil d Administration Comité financier M. DECOUCUT (Président) M. LAPINA M. PAUTONNIER M. PENAUD M. BLONDEAU* M. BOSSARD* Bureau M. CHASSANIOL (Président) M. DECOUCOUT M. LANOT MME MONTÉGU M. VINCENT Comité d audit M. LANOT (Président) M. BOIRON M. BUBIEN M. COUHERT M. DEYMIER* Comité technique MME MONTÉGU (Présidente) MME CAUCASE-LAMARRE M. CURTIS M. FOLTZER M. MEUNIER M. VIGOUROUX 1 REPRÉSENTANT D HANNOVER RE* 1 REPRÉSENTANT DE MUNICH RE* * En tant que personne qualifiée 7

8 ENGO MANAGEME OUEME 8

9 NT NT 9

10 LE GROUPE Sham MARCHÉS Santé - Social France Territoires France International SEGMENTS ET IMPLANTATIONS Établissements publics Établissements privés Professionnels de santé Établissements sociaux, médico-sociaux Collectivités locales Entreprises publiques et parapubliques locales Autres acteurs territoriaux Espagne Italie MÉTIERS ASSURANCE COURTAGE SERVICES ENTREPRISES Sham Sofaxis Sham España Sham Italia Ravinale & Partners 10

11 NOTRE VISION DU MARCHÉ SANTÉ-SOCIAL L offre de soin dans les secteurs de la santé et du social connaît, en France, de profondes mutations. Accroissement de la demande, patient averti, rationalisation des dépenses, évolution des techniques médicales Les établissements font face à des enjeux considérables qui requièrent une adaptation constante : structuration et mutualisation des ressources, mise en place d outils et de méthodes, échanges, coopérations et partage d expériences. Ces changements sont indispensables pour assurer la permanence et la qualité des soins apportés aux patients tout en conservant de bonnes conditions de travail pour les professionnels de santé. Sham a bien compris les nouvelles attentes sur ces marchés et accompagne, dans le cadre de leurs évolutions, les établissements de santé, sociaux et médico-sociaux dans leur approche globale de management des risques. Société d Assurance Mutuelle, elle s appuie sur sa connaissance des établissements, du fait même de sa proximité avec ses sociétaires siégeant au Conseil d Administration, mais aussi de son expérience du terrain. Assureur spécialiste dont la vocation est de réduire les risques d accidents et de maîtriser les sinistres sur le long terme, Sham possède également de solides bases statistiques sur la sinistralité et une forte expertise médico-légale. Nous sommes engagés au quotidien aux côtés des acteurs de la santé et du social pour améliorer, in fine, la prise en charge des patients et des résidents. C est inscrit dans nos gènes. Nous avons été créés par des hospitaliers pour les acteurs de la santé afin d assurer une mission de sécurisation de leur activité. Et nous avons conscience aujourd hui de porter une responsabilité particulière vis-à-vis de la société. C est ce qui donne en tout cas tout le sens à nos actions. DOMINIQUE GODET Directeur Général de Sham Chiffres clés CLIENTS PERSONNES MORALES 1/2 1 ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ SUR 2 ASSURÉ EN RCM* 2 ACCOUCHEMENTS SUR STRUCTURES SOCIALES & MÉDICO-SOCIALES 1/ PERSONNES PHYSIQUES + DE DÉCLARATIONS DE SINISTRES / AN 1 ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ SUR 3 ASSURÉ EN RDP** *Responsabilité Civile Médicale - **Risque du Personnel 11

12 Chiffres clés COLLECTIVITÉS 2 SERVICES DÉPARTEMENTAUX D INCENDIE ET DE SECOURS (SDIS) SUR 3 2 CENTRES DÉPARTEMENTAUX DE GESTION SUR AGENTS ASSURÉS 1 COLLECTIVITÉ TERRITORIALE SUR ACTES DE SINISTRALITÉ TRAITÉS AU TITRE DE L ASSURANCE STATUTAIRE NOTRE VISION DU MARCHÉ TERRITORIAL De par les réformes successives et les évolutions de leurs périmètres de compétence survenues ces dernières années, les collectivités territoriales se trouvent confrontées aujourd hui à trois enjeux interdépendants : l évolution du financement de leurs missions de service public, l évolution de l organisation de l action publique territoriale de manière générale et la gestion de l impact de ces changements sur l emploi public et sur les conditions de travail de leurs agents. Dans un contexte de baisse des dotations de l État et de diminution de leurs marges de manœuvre budgétaires, la capacité des collectivités à maintenir la qualité du service public constitue le premier défi à relever. Tous les acteurs territoriaux se trouvent engagés dans des dynamiques de recherche d efficacité de leurs services, impliquant notamment de nouvelles voies de coopérations et de mutualisations. La gestion des risques opérationnels et la gestion des Ressources Humaines sont des enjeux cruciaux. Les réformes et projets en cours sur l organisation territoriale, touchant tant les intercommunalités que les métropoles, régions et départements, devraient naturellement amplifier ce mouvement en impliquant de nouvelles répartitions et transferts de compétences. Au carrefour de ces grandes mutations et grâce à sa connaissance spécifique de l environnement territorial, Sofaxis est idéalement placée pour aider les collectivités à répondre à ces grands défis. Avec une approche globale en gestion des risques, Sofaxis apporte à ses clients son savoir-faire, leur permettant de renforcer la qualité et la pertinence de leurs missions de service public. MARC JEANNIN Directeur Général de Sofaxis 12

13 NOTRE VISION DU MARCHÉ INTERNATIONAL La plupart des modèles de santé et de soins européens ont connu au cours des dernières années des difficultés, à différents degrés, du fait de l augmentation de la fréquence des réclamations des patients. S il n existe pas de solution unique du fait des cadres propres à chaque pays, il est intéressant de noter qu il existe un dénominateur commun, à savoir les initiatives publiques et privées menées dans la plupart des pays, ayant pour objectif de réduire les risques dans le secteur médical. Forte de ce constat, et consciente que les bonnes pratiques médicales ne se limitent pas aux frontières nationales, Sham, qui a fait de la gestion des risques un axe central de sa mission, a tout naturellement développé une expertise de haut niveau et une offre assez singulière en Europe. Fière de sa dimension mutualiste, Sham entend sa mission de sécurisation des activités des établissements et des professionnels de santé au-delà du territoire national, autour de quelques idées forces : anticiper les risques de demain, capitaliser sur l expérience du terrain, former le plus grand nombre de personnes pour développer, finalement, une culture commune de la prévention des risques au sein des établissements européens. Dans cette démarche d ouverture à l international, Sham propose depuis 2015 une offre assurantielle auprès des établissements publics, privés et des professionnels de santé espagnols et italiens. PIERRE-YVES ANTIER Directeur International du Groupe Sham Parce que les sujets de la prévention et de la couverture des risques médicaux existent dans tous les pays, nous nous intéressons aux autres systèmes de santé européens sur notre cœur d activité qu est la Responsabilité Civile. Nous observons la capacité des acteurs du soin à mesurer les risques pour les individus et à mettre en place des actions pour s en prémunir. Certains pays sont très avancés en la matière, d autres commencent à s y intéresser, et une mutuelle comme Sham peut contribuer à l amélioration de la qualité de l offre de soins. Chiffres clés 9 % DE PARTS DE MARCHÉ EN RCM* EN EUROPE NOS IMPLANTATIONS À L INTERNATIONAL MADRID TURIN ROME *Responsabilité Civile Médicale 13

14 14 ACTIO VALEURS FIONS

15 AU-DELÀ DU MÉTIER, UN ACTEUR ENGAGÉ DANS SON ENVIRONNEMENT Acteur engagé au sein de son environnement, le Groupe Sham conduit une politique d investissements et de partenariats porteuse de sens, visant à favoriser l innovation et le développement d une culture commune de la prévention des risques. Très impliqués sur le plan de l accompagnement à la formation et aux nouvelles pratiques des professionnels, les sociétés du Groupe apportent leur concours financier à des projets innovants, participent à des cursus de formation par l intervention de leurs experts ou de modules de formation e-learning, valorisent des travaux de spécialités majeures ou encore délivrent du contenu d experts dans des revues spécialisées. Enfin, le Groupe est sensible aux enjeux environnementaux et sociétaux auxquels sont confrontés les établissements. Il encourage ainsi leurs démarches citoyennes, qui contribuent à améliorer la qualité de l offre auprès des usagers et des tiers, et la performance des établissements. Sham et Sofaxis s inscrivent elles aussi dans cette logique et développent, au-delà des certifications et labels, des initiatives visant à réduire les impacts environnementaux de leurs activités (échanges dématérialisés, recyclage des déchets, investissements immobiliers HQS). Sham et Sofaxis, engagés vis-à-vis de leurs clients et parties prenantes Engagement reconnu par leurs certifications et salué par leurs clients* : - 98 % des sociétaires Sham sont satisfaits de la relation et des prestations proposées - 84 % des clients sont prêt à recommander Sofaxis à un autre établissement ISO 9001 (QUALITÉ) ISO (ENVIRONNEMENT) OHSAS (SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL) Sham, mécène de la première heure du fonds FHF Recherche & Innovation Pleinement engagée au quotidien dans la sécurisation de l activité de ses sociétaires, Sham a conclu un mécénat avec le Fonds FHF Recherche & Innovation. Ce fonds de dotation soutient des projets innovants favorisant le progrès à l Hôpital au bénéfice des patients et la promotion de l excellence médicale française. Une politique d investissement porteuse de sens Dans le cadre de sa politique d investissement, Sham développe une activité de capital investisseur auprès d entreprises innovantes du secteur de la santé pour les accompagner à leurs débuts ou soutenir leurs projets de croissance. Sham, en ligne avec ses valeurs mutualistes, veut tenir un rôle, notamment dans son écosystème, en soutenant la création de valeur, l économie, la création d emplois, tout en gérant ses fonds de manière professionnelle, responsable et performante. Sham et Sofaxis, partenaires du dispositif Santé Durable Depuis 2014, Sham et Sofaxis soutiennent le dispositif Santé Durable aux côtés des Ministères et des fédérations, FHF, FEHAP, FHP et Unicancer. Il s articule autour de trois thèmes : - Le baromètre annuel qui permet de mesurer la prise en compte du développement durable au sein des établissements - Les trophées qui récompensent les meilleures initiatives des établissements en faveur du développement durable, des projets innovants et facilement reproductibles - Les Rencontres, l occasion de partager des initiatives et retours d expériences entre professionnels. Sham et Sofaxis, partenaires de l EHESP Le Groupe Sham s est engagé aux côtés de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) pour trois ans. Au sein de formations dispensées à l EHESP, les cadres supérieurs de la santé publique bénéficient ainsi de l expertise et des connaissances de Sham et Sofaxis en matière d assurance, de prévention et de gestion des risques. Sham a également contribué à la chaire de management des technologies de la santé. *Enquêtes réalisées auprès des clients - sociétaires de Sham et Sofaxis en

16 LES COLLABORATEURS DU GROUPE : UNE RICHESSE DE COMPÉTENCES ET D EXPERTISES Données sociales Au-delà des initiatives menées auprès de son environnement, le Groupe Sham s engage également auprès de ses collaborateurs, à travers une politique RH dynamique, visant l épanouissement et le développement des compétences. Parce que favoriser l humain et accompagner l évolution des hommes et femmes de l entreprise, c est aussi faire avancer les entreprises du Groupe, cette dynamique se construit autour de trois axes clés : la qualité de vie au travail, l égalité à l emploi et le développement des compétences COLLABORATEURS ÂGE MOYEN Offrir un environnement sûr et confortable aux collaborateurs, c est œuvrer pour que leur quotidien soit fait d échanges, de convivialité et d esprit d équipe. Cela passe par un dialogue ouvert et réciproque, comme le permet le baromètre interne, réalisé chaque année auprès des collaborateurs. Précieux outil d analyse et d évaluation, cette enquête permet de «prendre le pouls» des entreprises du Groupe, de suivre les évolutions et d identifier les nouvelles attentes des collaborateurs, toujours en vue d assurer un cadre de travail motivant et durable. Savoir gérer et promouvoir la diversité des talents est un enjeu fort dans l entreprise, qui contribue à la performance collective et s inscrit pleinement dans les valeurs du Groupe Sham. C est dans cette optique qu il s est engagé en faveur de la reconnaissance du statut de travailleur handicapé. 32 % HOMMES 68 % FEMMES 9 ANS = ANCIENNETÉ MOYENNE h NOMBRE D HEURES CONSACRÉES À LA FORMATION DES COLLABORATEURS Accompagner et donner les moyens aux collaborateurs de progresser, c est l engagement RH du Groupe. Le développement managérial est un axe de travail prioritaire, concrétisé par un référentiel de compétences managériales que chaque responsable s engage à incarner, ainsi que par des ateliers de co-développement qui leurs sont proposés, moments d échanges et de partage d expérience entre managers. Le Groupe attache également une importance particulière à la formation tout au long du parcours professionnel de chacun. La politique handicap de Sofaxis Sofaxis s est engagée dans une politique RH en faveur de la reconnaissance du statut de travailleur handicapé, car au-delà des moyens traditionnels d aménagement ergonomique du poste de travail, cette reconnaissance permet de prendre en compte le handicap dans l organisation et l environnement de travail et de mettre en place, lorsque cela est nécessaire, un accompagnement dans la durée. Pour concrétiser cette démarche, Sofaxis a signé un accord avec les organisations syndicales permettant aux collaborateurs dont le handicap est reconnu, ainsi qu aux parents d un enfant handicapé, de bénéficier de mesures particulières pouvant les aider dans leur quotidien. L objectif étant de favoriser l emploi des personnes handicapées, de suivre et accompagner le développement de leurs compétences et leur évolution de carrière faite de diversité des missions, de responsabilités et de promotion. Le télétravail chez Sham Mis en oeuvre dès 2007 au sein de Sham, le télétravail permanent a déjà démontré tout l intérêt que présente ce mode d organisation. Cette démarche volontariste permet en effet d offrir à certains collaborateurs un environnement de travail qui tient compte des contraintes de leur fonction, tout en favorisant un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. La mise en place de ce dispositif a été accompagnée de l édition d une charte de télétravail, dont l objectif est d encadrer la pratique, sécuriser l entreprise et les télétravailleurs. Dans le cadre de l amélioration continue des conditions de travail, cette charte du télétravail a été actualisée en Deux objectifs : - Pérenniser et compléter le dispositif existant, dont bénéficient déjà 30 collaborateurs Sham, en portant une attention particulière aux conditions d exécution, notamment en matière de sécurité du télétravailleur. - Proposer un dispositif complémentaire aux personnes n ayant pas accès au télétravail permanent et permettant de répondre aux aspirations actuelles de la société et de ses collaborateurs : le travail à domicile occasionnel. Cette dernière modalité est notamment mise en œuvre, sur la base du volontariat, pour faciliter la transition entre l activité et le congé maternité, permettant ainsi de limiter les déplacements travail-domicile des femmes enceintes et donc de diminuer la fatigue et les risques associés. A ce jour, 45 collaborateurs profitent de cette organisation. 16

17 Ce que les collaborateurs apprécient au sein du Groupe Sham * «Environnement de travail, outils à disposition, opportunités de carrière Une société où il fait bon travailler!» «Le respect, la courtoisie et l ambiance agréable favorisant la production d un travail de qualité» Référentiels de compétences managériales et transversales Le développement d une culture Groupe Sham commune est un enjeu phare pour les entreprises. C est dans cet objectif qu ont été créés des référentiels de compétences transversales et managériales, détaillant les grandes missions, compétences et comportements professionnels attendus des managers et collaborateurs, en lien avec les valeurs que souhaite incarner le Groupe Sham. *Citations des collaborateurs du Groupe Sham, issues du baromètre interne 2014 «L écoute et la volonté d innover dans les outils et les process» «La grande diversité des services, des métiers. On s enrichit aussi bien professionnellement que personnellement» 17

18 18

19 AFFI VISIONNAIRES FINITÉS 19

20 LES RÉSULTATS DU GROUPE Sham EXERCICE COMPTES CONSOLIDÉS* Chiffre d affaires Évolution en millions d euros Le chiffre d affaires consolidé du Groupe Sham atteint 372,5 M en Il est constitué de 311,4 M de primes d assurances et de 61,1 M de commissions après élimination des opérations intra-groupe. Le montant total des primes collectées par le Groupe est de 725 M. Il s agit d une croissance de 4 % à périmètre égal. L année 2014 est la première consolidation des comptes en année pleine après l acquisition de Sofaxis par Sham au 1 er octobre ,3 298,4 303,4 317,7 372, Répartition du chiffre d affaires - par branche d assurance En pourcentage ,6 % 6,8 % 1,7% 0,5% 1,7% 6,5 % 2,3% 81,7 % 59,1% 30,6 % 0,9% 0,6 % Les activités de Sofaxis s intègrent dans la stratégie de diversification initiée par Sham depuis plusieurs années. Elles ont pour effet une hausse de la part des assurances de personnes qui atteint désormais près d un tiers de nos activités (30,6 %). La responsabilité civile reste notre cœur de métier et représente 59,1 % du chiffre d affaires du Groupe en responsabilité civile dommages aux biens automobile assurances de personnes construction acceptations 20 *À compter de 2013

21 Produits financiers Évolution en millions d euros ,5 32,3 36,5 18,5 20,4 Le Groupe Sham affiche un résultat financier consolidé 2014 de 32,3 M, en baisse de 4,2 M. La majeure partie de ces produits est réalisée par Sham. Une nouvelle filiale, Sham Innovation Santé, spécialisée dans la gestion des titres non-cotés, a été créée en Résultat net Évolution en millions d euros Capitaux propres Évolution en millions d euros 13,2 19,8 18,6 14,3 16, ,3 211,2 191,4 171,8 L année 2014 est excédentaire de 16,7 M pour le Groupe Sham. Le résultat net représente 4,5 % du chiffre d affaires et permet de renforcer les capitaux propres. Ces derniers atteignent 255 M en fin d année 2014, en hausse de 7 % par rapport à l année précédente. 21

22 LES RÉSULTATS DE Sham* EXERCICE COMPTES SOCIAUX Compte de résultat Évolution en millions d euros Cotisations acquises brutes 311,4 304,1 Cessions -136,8-121,2 Cotisations nettes 174,6 182,9 Charge des sinistres brute -271,3-244,3 Frais de règlements des sinistres -19,8-18,2 Part des réassureurs 113,7 76,2 Charge des sinistres nette -177,4-186,3 Frais d'acquisition et d'administration des contrats -20,9-19,6 Commissions reçues des réassureurs 17,4 14,4 Autres produits et charges techniques -4,9-2,8 Marge nette comptable -11,1-11,4 Revenus du portefeuille 34,2 40,8 Autres produits non techniques 0 0,7 Résultat exceptionnel 2,8-0,5 Participation des salariés -0,3-0,6 Résultat avant impôt 25,6 29 Impôt sur les sociétés -6,5-9,2 Résultat net 19,1 19,8 En 2014, le résultat net de Sham et de sa filiale Sham Vie atteint 19,1 M, en baisse de 3,8 % par rapport à 2013 (-0,7 M ). Le résultat technique de Sham est en baisse de 24 % (-5,7 M ) par rapport à Cela s explique par une dégradation de la charge sinistres brute qui s élève à 291,1 M, soit une hausse de 28,6 M et +10,9 %. Cependant, le résultat de réassurance est en nette amélioration puisqu il représente une charge de 5,7 M en 2014 contre 30,7 M en Le résultat financier atteint 34 M cette année, en baisse de 6,6 M. Le résultat avant impôt de Sham atteint de ce fait 25,6 M, en baisse de 2,7 M (-11,9 %). Chiffre d affaires Évolution en millions d euros En 2014, le chiffre d affaires de Sham et de sa filiale Sham Vie est en croissance de 7,3 M et +2,4 % pour atteindre 311,4 M. La hausse du chiffre d affaires provient essentiellement de la branche assurances de personnes qui progresse de 28 % (+10,2 M ). 291,3 298,4 303,4 304,1 311, *Addition des périmètres Sham et Sham Vie

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS pour la protection sociale et la performance publique Assurances et services des collectivités locales Groupe Sofaxis Groupe Sofaxis Partenaire

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19.

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19. Chiffres-clés 2008 Evolution membres-assures (societaires) 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 0 2002 11.873 2003 13.309 2004 14.030 2005 15.712 2006 19.727 2007 21.486 2008 24.407 2009 26.979 DEPUIS

Plus en détail

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9 RAPPORT ANNUEL SOMMAIRE Le mot du président page 5 Le conseil d administration page 6 Le rapport d activité page 6-8 Chiffres clés page 9 Comptes annuels page 10-11 Bilan actif/passif page 12-13 3 LA DIRECTION

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Management des risques

Management des risques ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES Management des risques acteurs de la santé, du social et du médico-social «Enfin un assureur qui m accompagne dans la gestion des risques» Édito La mission de Sham

Plus en détail

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social Dossier de presse Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social c o n f é r e n c e d e p r e s s e d u m a r d i 7 j u i l l e t 2015 pershing hall 49 rue pierre

Plus en détail

Management des risques

Management des risques ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES Management des risques acteurs de la santé, du social et du médico-social «Enfin un assureur qui m accompagne dans la gestion des risques» L information à disposition

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Présentation de la société La société Sham Fondée en 1928 par des Directeurs d hôpitaux SHAM est une Société d Assurance

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance 2012 CAISSE D EPARGNE : UNE BANQUE ENGAGÉE DANS SA RÉGION LA BANQUE. NOUVELLE DÉFINITION. LE MESSAGE DES PRÉSIDENTS Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance Jean-Marc Carcelès

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Rapport semestriel sur les comptes consolidés

Rapport semestriel sur les comptes consolidés Rapport semestriel sur les comptes consolidés www.concoursmania.com 1 Référentiel comptable, modalités de consolidation, méthode et règles d évaluation 1.1. Principes comptables En vue d apporter une information

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Les assurances de personnes Données clés 28 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

Rapport Annuel d'activités 2005

Rapport Annuel d'activités 2005 Rapport Annuel d'activités 2005 SOMMAIRE Conseil d'administration et Membres de la Direction 2 Assemblée Générale de Bâloise Assurances Luxembourg S.A. 3-5 Rapport de gestion du Conseil d'administration

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ SOMMAIRE LE RAPPROCHEMENT 5 L union fait la force 6 Les grandes étapes 7 UN NOUVEL ENSEMBLE COMPLET 9 Un Groupe équilibré en retraite complémentaire

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Rapport annuel 2 0 0 8

Rapport annuel 2 0 0 8 Rapport annuel 2 0 0 8 Sommaire 3 Avant-propos 4 Les chiffres clés 5 La relation clientèle 7 Les équipes 8 L organisation et l informatique 9 L activité en bref Suravenir Assurances a choisi d illustrer

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE CNIA SAADA Assurance est née de l union de deux grandes forces de l assurance, CNIA Assurance et Assurances Es Saada, qui ont mis en commun leurs compétences humaines

Plus en détail

LEADER PANAFRICAIN DE L

LEADER PANAFRICAIN DE L LEADER PANAFRICAIN DE L assurance sommaire Mot du directeur général...5 indicateurs clés 2014...7 pays de présence...8 nos pôles d activités...9 indicateurs financiers...13 SAHAM Finances a confirmé

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

rapport2014 La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé

rapport2014 La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé rapport2014 La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Plan de communication Politique d établissement émis le : Avril 2007 Par Direction de la communication Table des matières 1 Etat des lieux 3 1.1 Le cadre et les définitions 3 1.2 Le contexte extérieur

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Dexia, le partenaire du développement

Dexia, le partenaire du développement Dexia, le partenaire du développement ensemble, à essentiel Dexia joue un rôle majeur dans le financement des équipements collectifs et des infrastructures, Dexia des secteurs de la santé et logement social,

Plus en détail

Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale

Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale Paris, le 5 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE COMMUN Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale SOMMAIRE Communiqué

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Protéger. Ce qui tient à cœur. humanis.com. Protéger c est s engager. Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance

Protéger. Ce qui tient à cœur. humanis.com. Protéger c est s engager. Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance Protéger Ce qui tient à cœur Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance Protéger c est s engager humanis.com Protéger et accompagner chaque personne, Chaque jour Un groupe paritaire et mutualiste

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

Communication Financière. 12 Mai 2014

Communication Financière. 12 Mai 2014 Communication Financière 12 Mai 2014 1 Introduction: Les Faits marquants de l année 2013 Les Performances 2013 Les Perspectives 2014 et la Stratégie de développement sur le restant du plan 2014-2016. Augmentation

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Jeudi 26 mars 2015. Dossier de presse Résultats 2014 du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres. www.ca-cmds.fr www.ca-c-nous.

Jeudi 26 mars 2015. Dossier de presse Résultats 2014 du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres. www.ca-cmds.fr www.ca-c-nous. Jeudi 26 mars 2015 Dossier de presse Résultats 2014 du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres www.ca-cmds.fr www.ca-c-nous.fr Sommaire Communiqué de synthèse Louis Tercinier, nouveau président de

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR RAPPORT AUX MEMBRES 2005 EXERCICE 2005 ACTIF DU BILAN Continuité a été le maître mot de 2005 pour la CPP, aussi bien pour son fonctionnement interne que pour son environnement:

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1 Contribution de la Mutuelle Générale de l Education Nationale - MGEN (France) et de la Mutualité Socialiste - MS (Belgique) au livre vert sur «Le cadre de gouvernance d entreprise dans l UE» Juillet 2011

Plus en détail

Communication de progrès 2013

Communication de progrès 2013 Communication de progrès 2013 La GMF (Garantie Mutuelle des Fonctionnaires) est un acteur important de l assurance des particuliers en France. Avec ses filiales, elle emploie 6787 salariés et a plus de

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

ING Canada continue d afficher de solides résultats

ING Canada continue d afficher de solides résultats Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 ING Canada continue d afficher de solides résultats ING Canada Inc. (TSX: IIC.LV) a déclaré aujourd hui un bénéfice net de 202,8

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés É V A L U A T I O N C E R T I F I C A T I O N Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés Systèmes de Management de la Qualité selon la norme ISO 9001 Obtenir la reconnaissance de

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Résultats au 30 juin 2013

Résultats au 30 juin 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2013 Résultats au 30 juin 2013 Activité commerciale en croissance Résultats financiers * Produit net bancaire 2 298 M + 3 % Résultat brut d exploitation 760 M

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Actionnaires. Lettre d information. 32,6 Md. 1 Md 78,90. Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général. Chiffres clés au 31/12/2009

Actionnaires. Lettre d information. 32,6 Md. 1 Md 78,90. Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général. Chiffres clés au 31/12/2009 Numéro 42 Avril 2010 Lettre d information Actionnaires Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général Grâce à l ensemble de nos partenaires, nous avons développé l activité sur toutes les zones où nous

Plus en détail