BILAN D ACTIVITE DU CENTRE ANTIDOULEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN D ACTIVITE DU CENTRE ANTIDOULEUR"

Transcription

1 BILAN D ACTIVITE DU CENTRE ANTIDOULEUR Dr Hennaoui H-Dr Hamouda H- Dr Khokhi K- Dr Rachi -Pr Chouicha B Service anesthésie réanimation B CHU Oran. 10 ème CONGRES SAETD 8-9 Oct.2015 ALGER

2 INTRODUCTION Nous accusons un grand retard dans la prise en charge de la douleur par rapport aux pays développés En effet ces pays ont pris conscience il y a 30 ans et ont organisé des centres d évaluation et de traitement de la douleur.ils se sont tellement développés qu il existe même des cliniques de la lombalgie, de la migraine. Pour nous tout est à faire. Une société qui tient compte de ses individus tient compte de leurs douleurs.

3 Quelques définitions: Définition de l IASP. Définition de la douleur aigue. Définition douleur chronique. Douleur nociceptive. Douleur neuropathique. Dysfonctionnements centraux.

4 PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR Transmission du message nociceptif Schéma 1 Schéma 2 Schéma 3 Trois (3) neurones: De la lésion vers la corne postérieure de moelle épinière ( fibres A delta et C) via faisceaux spinothalamiques (voies ascendantes excitatrices) via thalamus via cortex (décode intensité et type douleur) Voies descendantes inhibitrices par libération des opioïdes endogènes (enképhalines et endorphines) Modulation du message nociceptif (amplification- défaut d inhibition).

5 Libération de médiateurs chimiques de la douleur: Bradykinines, Leucotriènes, Prostaglandines, H+, K+,Glutamate, substance P, CGRP Récepteurs aux Opioides: Delta (1,2,3), µ (1,2,3) et Kappa (1,2,3)

6 Toutes les douleurs chroniques s accompagnent de pertes (sommeil-appetit-dépressionautonomie) déstructurant le patient ainsi que son entourage. Des douleurs très complexes dont les conséquences vont s enchevétrer donnant un aspect multidimensionnel à la douleur. Elles nécessitent pour leur PEC des structures spécialisées.

7 Parmi les objectifs d un centre antidouleur (CAD): -Pour qui s adresse un CAD et pour quels types de malades? -Pourquoi créer un CAD? -Types de CAD.

8 POURQUOI? La douleur chronique est une entité à part qui nécessite pour sa prise en charge des moyens spécifiques. POUR QUELS TYPES DE MALADES S ADRESSE UN CENTRE ANTI DOULEUR? Il faut savoir que dans un ordre croissant nous avons: 25% cas concerne l extrémité céphalique(migraine-céphalée). 35% cas atteinte de l appareil locomoteur. 40% des patients cancéreux. POURQUOI DES CENTRES ANTI DOULEUR? Motivation médicale (soigner et soulager 2 fondements de la médecine). Motivation médicale de plusieurs spécialistes et intérêt de multidisciplinarité et mise en commun de leurs compétences avec au centre le malade. Motivation économique: diminution du coût de la prise en charge de la douleur par diminution de séjour d hospitalisation.

9 TYPE DE CENTRE ANTI DOULEUR Centre Antidouleur Régional 1-Unité Consultation Evaluation Et traitement de la douleur 2-Unité Hospitalisation 3-Unité Formation Recherche

10 UNITÉ DE CONSULTATION: Elle a pour vocation le recrutement de nouveaux malades Mais aussi surveillance de patients connus Dans cette unité la prise en charge se fait en ambulatoire UNITÉ D HOSPITALISATION: elle a plusieurs aspects: Hospitalisation de jour. Hospitalisation de semaine. Hospitalisation dans différents services(ou équipe mobile se déplace vers le malade) Hospitalisation à domicile (HAD: les soignants se déplacent vers le malade). Dans l unité d hospitalisation : un bloc opératoire doit être mis en place pour: La réalisation de blocs nerveux Pour la mise en place de voies centrales Mais aussi des chambres implantables Pour l administration de certains anesthésiques en toute sécurité pour le malade.

11 UNITÉ DE FORMATION ET DE RECHERCHE: Elle a pour vocation la formation de personnel médical et paramédical dans la prise en charge et le traitement de la douleur. Initiation de projets de recherche sur la douleur. Toutes ces unités nécessitent une infrastructure et des moyens humains et matériels.

12 CRITERES D IDENTIFICATION CAD - Médecin spécialiste de la douleur(coordinateur)+3médecins(1somaticie n+psychiatre+neurologue) - Personnel non médical(infirmiers +psychologue): 0,5 temps imparti. - Temps de consultation:+18 heures malades/ an

13 PRESENTATION DU CENTRE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR. Le centre d évaluation et de traitement de la douleur existe depuis le mois de juin Il est situé au rez-de-chaussée du pavillon 5 CHU d Oran. IL s agit d un service à vocation régionale qui assure des soins et le contrôle de la douleur chronique à la population de l ouest du pays.

14 Cette structure comprend : -une unité de consultation. -une unité d hospitalisation. -une unité formation et recherche.

15 La consultation. Les patients concernés nous sont adressés par différents médecins toutes spécialités confondues. IL s agit de patients douloureux chroniques par : -Atteinte de l extrémité céphalique(migraine et céphalée) -Atteinte du rachis (cervicalgie-dorsalgielombalgie) -Cancéreux toutes localisations. -Autres On dispose de 2 bureaux de consultation.

16 Hospitalisation. A cet effet nous disposons de 5 lits d hospitalisation. IL faut savoir que l hospitalisation revêt plusieurs aspects: -Hospitalisation ambulatoire pour contrôler la douleur. -Hospitalisation dans les services du CHUO (Oncologie-Rhumatologie-Dermatologie -Hématologie) Dans ce cas c est une équipe mobile (Réanimateur et un généraliste ) se déplace vers le patient douloureux et le contrôle de la douleur est assuré sur place. On dispose de 3 chambres ( 2lits +2lits +1lit)

17 -Hospitalisation de semaine sera envisagée dans le futur. -Hospitalisation à domicile est également à envisager dans le futur car celle-ci suppose une réflexion et une organisation avec formation de personnel soignant et des moyens. IL faut savoir que la HAD est une perspective très intéressante et un accompagnement pour les patients grabataires et en fin de vie.

18 La formation et la recherche. La formation douleur est assurée pour les médecins généralistes en continu au sein même de notre service. Une formation spécifique est également assurée au personnel paramédical. La formation est sous forme de conférences de 2heures. Le programme:- Généralités sur la douleur. -Prise en charge de la douleur cancéreuse. -Céphalées et migraines. -Douleurs provoquées. -Douleurs chez l enfant. Initiation de projets de recherche.

19 Organisation et activité dans le service. Tous les matins: rapport d activité et présentation de patients hospitalisés mais aussi tous les patients ayant posé problème à l équipe. 1- Personnel: Il s agit d une équipe pluridisciplinaire : 2 médecins réanimateurs dont un coordinateur;3 médecins généralistes ;2 psychologues vers qui sont orientés tous nos malades pour évaluation psychologique,écoute et entretien.

20 Personnel non médical: -4 infirmiers -1 préparatrice en pharmacie. -1 surveillante médicale. -1 secrétaire. Toutes nos activités sont répertoriées sur des registres: -1 pour la consultation -1 pour l hospitalisation -1 pour l équipe mobile. Ligne téléphonique interne :1441

21 Tous les patients sont adressés par des généralistes, oncologistes, hématologues, rhumatologues, dermatologues pour syndrome algique récurrent. -L évaluation à l aide: -- EVA DN4 HAD Schéma corporel.

22 Règle à E.V.A

23

24 RESULTATS Au total nous avons recensé en consultation. -cancer :158 patients. -Cervicalgies: 46 patients. -Lombalgies : 124 patients. -Migraines et céphalées : 66 patients. -Autres : 364 patients. Soit un total de 758.

25 Hospitalisation : 206 patients. Equipe mobile : 48 patients. Soit un total de 1012 patients.

26 Caractères démographiques: Moyenne d'âge: 55ans(20-90ans). Sexe: --2 fois + de femmes que d hommes pour les moins de 60 Ans. -- à égalité pour les plus de 60ans.

27 Activité au CAD Consultation Hospitalisation EM

28 Pathologies Cancers Cervicalgies lombalgies Cephalée + Migraine Autres

29 Traitements Palier 1 Palier 2 Palier 3 Prégabaline Coantalgique

30 Les topiques locaux ( anti inflammatoires_ capsaicine) ont été prescrits largement et essentiellement chez les patients polyarthralgiques. Effets indésirables: -Hallucinations : 2 patients de 80 ans sous morphine à 10mg LP. tramadol 1 patiente de 60 ans sous

31 Intolérance aux prégabalines : 2 patients âgés de 75 ans et 80 ans.

32 Nos points faibles: -Absence totale de plateau technique et d un bloc opératoire. -Absence de molécules opiacées à libération immédiates (per os et parentérale). -Absence de molécules intermédiaires pour la rotation en cas d intolérance et d effets indésirables.

33 Il existe une inadéquation entre l offre proposée aux patients douloureux chroniques par la structure d évaluation et de traitement de la douleur et les besoins du patient. Il existe un mur et une lenteur administrative.

34 Points forts: La satisfaction des patients qui ont une structure vers laquelle ils peuvent se rapprocher. Perspectives: --organiser un bloc pour intervenir en toute sécurité pour le patient. --développer HAD( hospitalisation à domicile).

35 CONCLUSION L intérêt d avoir un centre antidouleur dans un centre hospitalo-universitaire indiscutable. Parmi nos objectifs c est la sensibilisation d un maximum d intervenants dans la gestion de la douleur chronique. Intérêt de travailler en équipe pluridisciplinaire avec au centre le patient douloureux. Travail en réseaux avec les unités de proximité.

36 Œuvrer et Organiser un centre antidouleur en prenant exemple sur des modèles qui existent déjà et qui fonctionnent bien. Respecter les critères d identification de structures d évaluation et de traitement de la douleur. Axer nos efforts sur la formation.

37 Bibliographie: P.Ginies CAD Montpellier (organier et créer CAD) HAS 2009.

11 ème Congrès national de lutte contre la douleur

11 ème Congrès national de lutte contre la douleur 11 ème Congrès national de lutte contre la douleur Alger 21-22 Dr Hennaoui H-Dr Hammouda H- Dr Khokhi K-Dr Rachi H Pr Chouicha B Centre Antidouleur CHUOran La prise en charge des douleurs chroniques postopératoires

Plus en détail

Physiopathologie de la douleur

Physiopathologie de la douleur Physiopathologie de la douleur Dr Z. ARKOUN Service de réanimation médicale du Pr. M BENALI ABDELLAH CHU de Bab-El-Oued PLAN I/- Introduction II/- Rappel anatomique III/- Physiopathologie 1/- De la périphérie

Plus en détail

CHAPITRE 10 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES ENDOGÈNES : ENKÉPHALINES ET RÉCEPTEURS OPIOÏDES

CHAPITRE 10 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES ENDOGÈNES : ENKÉPHALINES ET RÉCEPTEURS OPIOÏDES CHAPITRE 10 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES ENDOGÈNES : ENKÉPHALINES ET RÉCEPTEURS OPIOÏDES La douleur constitue une sensation désagréable chez l Homme et peut être d origine physique (lésion,

Plus en détail

GENESE DE LA DOULEUR

GENESE DE LA DOULEUR GENESE DE LA DOULEUR RACHIS CERVICAL La douleur est une expérience sensorielle émotionnelle désagréable... MULTIFACTORIELLE INDIVIDUELLE La même cause ne reproduit pas les mêmes effets d une personne à

Plus en détail

Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux

Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux Dr Florentin CLÈRE - Praticien hospitalier Consultation pluridisciplinaire de la douleur Unité Risques et Qualité Atelier n 2 29 novembre 2010

Plus en détail

LA DOULEUR. Dr E. Germé-Spillner (algologue) Mme J. Nuissier (psychologue) Mme MT. Nomel (infirmière)

LA DOULEUR. Dr E. Germé-Spillner (algologue) Mme J. Nuissier (psychologue) Mme MT. Nomel (infirmière) LA DOULEUR Dr E. Germé-Spillner (algologue) Mme J. Nuissier (psychologue) Mme MT. Nomel (infirmière) Centre d'evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) CHU Martinique OBJECTIFS : Connaître : l'organisation

Plus en détail

Bases neurophysiologiques et évaluation d une douleur aiguë et chronique

Bases neurophysiologiques et évaluation d une douleur aiguë et chronique 9 Item 65 Bases neurophysiologiques et évaluation d une douleur aiguë et chronique Objectifs pédagogiques ENC Reconnaître et évaluer une douleur aiguë et une douleur chronique. COFER Connaître la définition

Plus en détail

LES DOULEURS NEUROPATHIQUES

LES DOULEURS NEUROPATHIQUES LES DOULEURS NEUROPATHIQUES Docteur Florentin CLERE Consultation Pluridisciplinaire de la Douleur et EMSP Centre Hospitalier de Châteauroux Les voies de la douleur Cortex cérébral (analyse du message)

Plus en détail

LE CLUD de L institut Arnault Tzanck St laurent du var (06) Dr Jean-Pierre Ciebiera

LE CLUD de L institut Arnault Tzanck St laurent du var (06) Dr Jean-Pierre Ciebiera LE CLUD de L institut Arnault Tzanck St laurent du var (06) Dr Jean-Pierre Ciebiera I) La structure : L Institut Arnault Tzanck est une clinique médico-chirurgicale privée à but non lucratif, gérée par

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

LES DOULEURS AIGUËS ET CHRONIQUES, LES TRAITEMENTS ET LES DIFFÉRENTES ÉCHELLES D'ÉVALUATION DE LA DOULEUR SUITE

LES DOULEURS AIGUËS ET CHRONIQUES, LES TRAITEMENTS ET LES DIFFÉRENTES ÉCHELLES D'ÉVALUATION DE LA DOULEUR SUITE 25.03.09 Mme Neu Orthopédie - Rhumatologie Traumatologie LES DOULEURS AIGUËS ET CHRONIQUES, LES TRAITEMENTS ET LES DIFFÉRENTES ÉCHELLES D'ÉVALUATION DE LA DOULEUR SUITE I)La physiopathologie A)Généralités

Plus en détail

2 e Cycle MID Soins Palliatifs - ITEM 65 Année Universitaire

2 e Cycle MID Soins Palliatifs - ITEM 65 Année Universitaire Prise en charge de la douleur aiguë PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR Physiologie de la sensation douloureuse Psychisme et langage de la douleur Représentation physique de la douleur SN végétatif Organes des sens

Plus en détail

Prise en charge de la douleur post opératoire chez le sujet âgé en chirurgie carcinologique

Prise en charge de la douleur post opératoire chez le sujet âgé en chirurgie carcinologique Prise en charge de la douleur post opératoire chez le sujet âgé en chirurgie carcinologique D.Ourrad, D Benmoussa,B.Griene Anesthésie réanimation CPMC Introduction Onco-gériatrie: discipline née Etats-Unis

Plus en détail

PSYCHOPHARMACOLOGIE: La douleur et son traitement. Nadine Bertoni Trognon - IRR Nancy Rouffach le 26 novembre 2015

PSYCHOPHARMACOLOGIE: La douleur et son traitement. Nadine Bertoni Trognon - IRR Nancy Rouffach le 26 novembre 2015 PSYCHOPHARMACOLOGIE: La douleur et son traitement Nadine Bertoni Trognon - IRR Nancy Rouffach le 26 novembre 2015 Douleurs chroniques: Douleur aigue périphérique: continue altère les mécanismes centraux

Plus en détail

Neurochimie de la Douleur

Neurochimie de la Douleur Neurochimie de la Douleur Plan 1- Introduction 2- Les voies de la douleur 3- Les messagers et les récepteurs périphériques de la douleur 4- La sensibilisation périphérique 5- Les neurotransmetteurs au

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur 7 ème Congrès National de lutte contre la douleur Oran le 17-18 Mars 2011 Dr Malika AMELLOU Gynécologue obstétricienne Mairie de PARIS Eléments

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Dr. T.H. NGUYEN EPSM Sarthe. Château Gontier 15/10/2015

Dr. T.H. NGUYEN EPSM Sarthe. Château Gontier 15/10/2015 DOULEUR et SANTE MENTALE Rappel physiologique Dr. T.H. NGUYEN EPSM Sarthe Château Gontier 15/10/2015 PLAN Rappel Les voies de la nociception Mécanismes de contrôle Classification DEFINITION selon l Association

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

dégénérescence du disque lombaire disque = rôle mécanique principal de l unité fonctionnelle rachidienne

dégénérescence du disque lombaire disque = rôle mécanique principal de l unité fonctionnelle rachidienne GREMAPE 2000. Dr. NAEL J.F. dégénérescence du disque lombaire disque = rôle mécanique principal de l unité fonctionnelle rachidienne sa qualité mécanique dépend de : composition macromoléculaire cartilage

Plus en détail

Item 65 : Bases neurophysiologiques et évaluation d une douleur aiguë et chronique

Item 65 : Bases neurophysiologiques et évaluation d une douleur aiguë et chronique Item 65 : Bases neurophysiologiques et évaluation d une douleur aiguë et chronique COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

Les nouveaux défis de la fonction IADE

Les nouveaux défis de la fonction IADE Les nouveaux défis de la fonction IADE Congrès ICAR Lyon Novembre 2014 Introduction La douleur a longtemps été considérée, uniquement, comme un symptôme. Un signe clinique qui n intéressait les médecins

Plus en détail

Les VOIES DE LA DOULEUR

Les VOIES DE LA DOULEUR Les VOIES DE LA DOULEUR D. CAILLOCE D. CAILLOCE 2013 1 / 28 DEFINITION Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque

Plus en détail

Physiologie de la douleur

Physiologie de la douleur Physiologie de la douleur Martine Gavaret Service de Neurophysiologie Clinique Hôpital de la Timone, Marseille Marc Rey Service de Neurophysiologie Clinique Hôpital de la Timone, Marseille Plan: Physiologie

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable en lien avec un dommage tissulaire réel ou potentiel ou décrit en termes d un tel

Plus en détail

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine e la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine Docteur André LESPINE Hôpital E.Herriot LYON Les jeudis de l Europel 11 mars 2006 e Oui? Non? utilisez vous la morphine? mesurez vous la douleur

Plus en détail

Douleurs oro-faciales Facteurs de passage à la chronicité. S. Donnadieu UETD HGGP 11/2005

Douleurs oro-faciales Facteurs de passage à la chronicité. S. Donnadieu UETD HGGP 11/2005 Douleurs oro-faciales Facteurs de passage à la chronicité S. Donnadieu UETD HGGP 11/2005 Nociception trigéminale Présence de fibres nociceptives dans le V Sensibles à stimulus physique, thermique, chimique.

Plus en détail

Effet antalgique de l effort musculaire et de l activité physique chez le patient douloureux chronique.

Effet antalgique de l effort musculaire et de l activité physique chez le patient douloureux chronique. Effet antalgique de l effort musculaire et de l activité physique chez le patient douloureux chronique. Journée de l hôpital Sud Grenoble le 29 novembre 2011 M.GUINOT UM Sports &Pathologies Clinique Physiologie,

Plus en détail

La prise en charge de la douleur et du patient dialysé douloureux

La prise en charge de la douleur et du patient dialysé douloureux Formation La prise en charge de la douleur et du patient dialysé douloureux Durée : 17,5 Heures Contexte : En 2010 un audit interne révélait que seulement 8% des dossiers patients mentionnaient la traçabilité

Plus en détail

Douleur et métastases. N Cantagrel CETD Toulouse 2010

Douleur et métastases. N Cantagrel CETD Toulouse 2010 Douleur et métastases osseuses N Cantagrel CETD Toulouse 2010 Epidemiologie Tumeur Incidence 1 Incidence 2 Après un cancer primitif, 20% présentent une localisation secondaire osseuse Coleman 1997 (1)

Plus en détail

Evaluation de la douleur Rotation des opioïdes

Evaluation de la douleur Rotation des opioïdes Evaluation de la douleur Rotation des opioïdes APRHOC 1er Octobre 2007 Dr François CHRISTIANN Centre Hospitalier - Châteauroux francois.christiann@ch-chateauroux.fr Evaluation de la douleur EVALUATION

Plus en détail

Tramadol Codéïne 2 +/- paracétamol

Tramadol Codéïne 2 +/- paracétamol Une nouvelle classification d'antalgiques pour une meilleure efficacité. Les paliers de l'oms (1986) Tramadol Codéïne 2 +/- paracétamol Morphine Oxycodone Hydromorphone Fentanyl 3 Paracétamol AINS 1 Co

Plus en détail

La douleur chronique en Europe et en France. Une situation préoccupante pour des millions de malades

La douleur chronique en Europe et en France. Une situation préoccupante pour des millions de malades La douleur chronique en Europe et en France Une situation préoccupante pour des millions de malades Une première à l échelle européenne La première enquête européenne sur la douleur chronique Plus de 46

Plus en détail

Rapport d activités du CLUD 2010

Rapport d activités du CLUD 2010 Rapport d activités du CLUD 2010 Cadre général : Finalisation des fiches projets et présentation de celle-ci à la CQREC pour validation. Toutes ont été validées mais un veto a été positionné sur le financement

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

XXIIe congrès AFICV Paris 2012

XXIIe congrès AFICV Paris 2012 XXIIe congrès AFICV Paris 2012 PROJET D ACCUEIL ET DE SORTIE DU PATIENT EN CHIRURGIE VASCULAIRE : une démarche qualité DUDORET ELISE infirmière CAQUELARD MARC aide soignant CHU DE ROUEN - PR PLISSONNIER

Plus en détail

DOULEUR(S) CMD CAVALE BLANCHE HIA CLERMONT-TONNERRE

DOULEUR(S) CMD CAVALE BLANCHE HIA CLERMONT-TONNERRE DOULEUR(S) CMD CAVALE BLANCHE HIA CLERMONT-TONNERRE 1 système pas trop compliqué UN PEU D ANATOMIE LE TRAITEMENT DE L INFORMATION DOULOUREUSE Comme toute information DEFINITION DE LA DOULEUR Expérience

Plus en détail

PARTIE I ANESTHÉSIE - ANALGÉSIE

PARTIE I ANESTHÉSIE - ANALGÉSIE PARTIE I ANESTHÉSIE - ANALGÉSIE N 131. Bases neurophysiologiques, mécanismes physiopathologiques d une douleur aiguë et d une douleur chronique Reconnaître et évaluer une douleur aiguë et une douleur chronique

Plus en détail

Anesthésie intra- et extra-durale. Dr Dubois Philippe Anesthésiologie et Acute Pain Service 25 oct2011

Anesthésie intra- et extra-durale. Dr Dubois Philippe Anesthésiologie et Acute Pain Service 25 oct2011 Dr Dubois Philippe Anesthésiologie et Acute Pain Service 25 oct2011 Pourquoi? Perception nociceptive périphérique : inflammation neurogénique NGF Mastocyte Plaquettes HISTAMINE SEROTONINE K+ Fibre C SP

Plus en détail

Formation-Action-Cancer-Education (FACE)

Formation-Action-Cancer-Education (FACE) Appel à projet INCa Education Thérapeutique du Patient et chimiothérapies per os Formation-Action-Cancer-Education (FACE) V. Noirez - Pharmacien CHR Mercy N. Fabié Pharmacien RRC Oncolor AAP - ETP (juin

Plus en détail

Accès douloureux paroxystiques

Accès douloureux paroxystiques Accès douloureux paroxystiques Grainat N. et Coll. Faculté de médecine CHU DE Batna Centre anti douleur 9 ème Congrès de la SAETD - 2013 La douleur «expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée

Plus en détail

Du bon usage de la kétamine en soins palliatifs. Docteur Frédéric GUIRIMAND Pôle Recherche

Du bon usage de la kétamine en soins palliatifs. Docteur Frédéric GUIRIMAND Pôle Recherche Du bon usage de la kétamine en soins palliatifs Docteur Frédéric GUIRIMAND Pôle Recherche frederic@guirimand.fr 1 Cancer : soulagement de la douleur dans 90 % des cas avec les recommandations de l OMS

Plus en détail

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA DOULEUR C est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle

Plus en détail

ECHECS EN CHIRURGIE AMBULATOIRE

ECHECS EN CHIRURGIE AMBULATOIRE ECHECS EN CHIRURGIE AMBULATOIRE EXPERIENCE AU C.H. DE CHATELLERAULT IADE : GUYOT CAROLE RIVAULT ANNE TECHER ELINA DEFINITION DE L AMBULATOIRE: «Concept organisationnel qui permet au patient opéré, le retour

Plus en détail

Pharmacologie des anti épileptiques

Pharmacologie des anti épileptiques Pharmacologie des anti épileptiques DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti Février 2017 Dr Marie-Thérèse de Kergariou anesthésiste réanimateur DSF En préambule Les mécanismes précis

Plus en détail

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE, RÉPARATRICE ET TRAUMATOLOGIQUE UNITÉ DE TRAUMATOLOGIE LIVRET D ACCUEIL Madame, Monsieur, Ce livret contient des informations destinées

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL. Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité

MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL. Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité Hôpital Local de Sartène 1 Qui sommes nous? Hôpital Local de Sartène Créé en

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 Parcours de soins - Coordination Les enjeux des immunothérapies innovantes en cancérologie Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 mario.dipalma@gustaveroussy.fr Séminaire

Plus en détail

DU DOULEUR BESANCON - ANNEE

DU DOULEUR BESANCON - ANNEE JEUDI 12 OCTOBRE 2017 CHU J. MINJOZ Bât Vert 4 ème Etage MODULE I : Les mécanismes de la douleur Responsable du module : Dr Laurent BALP 10h00 10h30 Introduction : Dr Piccand OK - Évaluation des besoins

Plus en détail

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Douleur du cancer - Le 08 Octobre 2013 - Jean-Michel PELLAT Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Clinique d Alembert, Clinique des Eaux Claires,

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014 L HOSPITALISATION A DOMICILE 4 décembre 2014 ZONE D INTERVENTION MONTASTRUC LA CONSEILLERE LEGUEVIN TOULOUSE prochainement VILLEFRANCHE QU EST-CE QUE L HAD? Une HOSPITALISATION alternative, polyvalente

Plus en détail

Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant

Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant 10 eme congrès de la Sociéte Algérienne d Etude et de Traitement de la Douleur (SAETD) Alger 8-9 octobre 2015 Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant S.Abassini-

Plus en détail

Prise en charge de la douleur provoquée Evaluation de la douleur au cours de la toilette Chez un patient adulte, algique et communicant

Prise en charge de la douleur provoquée Evaluation de la douleur au cours de la toilette Chez un patient adulte, algique et communicant Prise en charge de la douleur provoquée Evaluation de la douleur au cours de la toilette Chez un patient adulte, algique et communicant Michèle Garbacz* Evelyne Roy* Dr Claudine Cornet** Dr Jean Paul Didelot**

Plus en détail

Consortium Régional de Gestion de la Douleur Chronique du Saguenay Lac- St-Jean (Site Jonquière) Colloque des sciences infirmières, UQAC

Consortium Régional de Gestion de la Douleur Chronique du Saguenay Lac- St-Jean (Site Jonquière) Colloque des sciences infirmières, UQAC Consortium Régional de Gestion de la Douleur Chronique du Saguenay Lac- St-Jean (Site Jonquière) Colloque des sciences infirmières, UQAC 1 er mai 2014 Conférenciers Présenté par : Madame Diane Duchesne,

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

La douleur somatique chez la personne sous TSO : idées reçues, idées fausses, solutions pratiques

La douleur somatique chez la personne sous TSO : idées reçues, idées fausses, solutions pratiques La douleur somatique chez la personne sous TSO : idées reçues, idées fausses, solutions pratiques A 14 TDO et rapport au corps pascal courtypsychiatre des Hôpitaux, Docteur ès sciences de l éducation satis,

Plus en détail

DOULEUR ET SANTE MENTALE. Moyens d évaluation de la douleur

DOULEUR ET SANTE MENTALE. Moyens d évaluation de la douleur DOULEUR ET SANTE MENTALE Moyens d évaluation de la douleur en santé mentale 11ème rencontre REMALDO Jeudi 15 Octobre 2015 Docteur Périne BROUSSAUD-BLAMOUTIER CETD Clinique La Sagesse Rennes CH Guillaume

Plus en détail

PEC de la douleur Physiopathologie

PEC de la douleur Physiopathologie PEC de la douleur Physiopathologie APHAL Juin 2014 Dr Cyrille JEANNOEL CH RAVENEL 1 Définition «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle

Plus en détail

Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités

Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités Dr F Pinguet CRLC Val d Aurelle Montpellier Le cancer en France 332 000 nouveaux cancers en 2008 contre 160 000 en 1980 145 000 personnes meurent chaque

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

APPROCHE CHIRURGICALE DE LA DOULEUR CANCEREUSE REBELLE EN SITUATION PALLIATIVE PLACE DE LA CORDOTOMIE DANS L ARSENAL THERAPEUTIQUE

APPROCHE CHIRURGICALE DE LA DOULEUR CANCEREUSE REBELLE EN SITUATION PALLIATIVE PLACE DE LA CORDOTOMIE DANS L ARSENAL THERAPEUTIQUE APPROCHE CHIRURGICALE DE LA DOULEUR CANCEREUSE REBELLE EN SITUATION PALLIATIVE PLACE DE LA CORDOTOMIE DANS L ARSENAL THERAPEUTIQUE DR JL BARAT L EVOLUTION du CONCEPT résulte de :. PRISE en CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE..

Plus en détail

HAD 35. PRESENTATION Infirmiers en cancérologie Territoire Sanitaire 5 CHU RENNES. 12 mai 2016

HAD 35. PRESENTATION Infirmiers en cancérologie Territoire Sanitaire 5 CHU RENNES. 12 mai 2016 HAD 35 PRESENTATION Infirmiers en cancérologie Territoire Sanitaire 5 CHU RENNES 12 mai 2016 SOMMAIRE GENERALITES Définition de l HAD et Objectifs La tarification HOPITAL A DOMICILE 35 Présentation de

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

États. Généraux de la Douleur en Picardie. Amiens, le jeudi 24 juin 2004

États. Généraux de la Douleur en Picardie. Amiens, le jeudi 24 juin 2004 États Généraux de la Douleur en Picardie Amiens, le jeudi 24 juin 2004 1 États Généraux de la Douleur en Picardie Programme du jeudi 24 juin 2004 15-16h : Présentation du problème sanitaire de la douleur

Plus en détail

Douleurs chroniques après césarienne: Mécanismes et prise en charge

Douleurs chroniques après césarienne: Mécanismes et prise en charge Douleurs chroniques après césarienne: Mécanismes et prise en charge N. BENMOUHOUB Service d Anesthésie Réanimation. Hôpital de Kouba 10 ème Congres SAETD, 8 &9 octobre 2015 Introduction - Césarienne :

Plus en détail

Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier

Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier 15è«Rendez-vous de l Urgence» Strasbourg 27 mai 2010 Dr Jean-Bernard Havé Assistant Spécialiste SAU/SMUR CH Haguenau Expériences

Plus en détail

CHAPITRE 12 LES PRINCIPES D ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE D UN PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE LES STRUCTURES DE SOINS

CHAPITRE 12 LES PRINCIPES D ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE D UN PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE LES STRUCTURES DE SOINS CHAPITRE 12 LES PRINCIPES D ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE D UN PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE LES STRUCTURES DE SOINS Yves Lazorthes Plan du Chapitre 1. Le concept pluridisciplinaire

Plus en détail

LES CIRCUITS DE LA DOULEUR

LES CIRCUITS DE LA DOULEUR LES CIRCUITS DE LA DOULEUR PREMIERE CONSULTATION Anamnèse clinique - apparition du problème - durée / intensité / localisation / irradiation - description clinique - antécédents médicaux / chirurgicaux

Plus en détail

Docteur Patrick MOUCHET

Docteur Patrick MOUCHET UE Médecine - Physiologie - Neurophysiologie Chapitre 3 : Bases physiologiques de la sensibilité douloureuse Docteur Patrick MOUCHET Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique.

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Dr N. SAFFON Equipe Résonance CHU Toulouse Soins Oncologiques de Support DHOS, juin 2004 : «l ensemble des soins et soutiens nécessaires

Plus en détail

L Hospitalisation A Domicile

L Hospitalisation A Domicile L Hospitalisation A Domicile Outils de sécurisation du circuit du médicament lors de l administration d une chimiothérapie à domicile (AZACITIDINE) 11 février 2015 Mme Véronique VITTU (infirmière chef)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Retour d expérience sur la mise en place d un circuit court aux Urgences SAU Timone 2 Dr Véronique Péquignot Mr Alain Arnaud, cadre de santé

Retour d expérience sur la mise en place d un circuit court aux Urgences SAU Timone 2 Dr Véronique Péquignot Mr Alain Arnaud, cadre de santé Retour d expérience sur la mise en place d un circuit court aux Urgences SAU Timone 2 Dr Véronique Péquignot Mr Alain Arnaud, cadre de santé Plan Introduction Ø Principe du circuit court Ø But du circuit

Plus en détail

Société Algérienne d évaluation et de traitement de la douleur. 9 ème congrès de lutte contre la douleur

Société Algérienne d évaluation et de traitement de la douleur. 9 ème congrès de lutte contre la douleur Société Algérienne d évaluation et de traitement de la douleur 9 ème congrès de lutte contre la douleur CHU Oran Quelle prise en charge de la douleur cancéreuse au niveau du CHU. Oran? S. Benbernou K.

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de développement gérontologie F. Buisson, infirmière coordinatrice

C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de développement gérontologie F. Buisson, infirmière coordinatrice Démarche d amélioration de la prise en charge de la douleur chez les personnes âgées à domicile ROLE DES AIDES SOIGNANTES DANS L EVALUATION DE LA DOULEUR C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de

Plus en détail

Acupuncture: mode d action

Acupuncture: mode d action Acupuncture: mode d action Dr Marc Petitpierre, Genève Premiers travaux occidentaux débutent dans les années 1950 Concernent exclusivement les effets antalgiques de cette thérapie Elaboration d un modèle

Plus en détail

Pharmacologie des Antidépresseurs

Pharmacologie des Antidépresseurs Pharmacologie des Antidépresseurs DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti février 2017 Dr Marie-Thérèse de Kergariou anesthésiste réanimateur DSF Le Plan Introduction 1/Classification

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE

CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE DR YVES AKAPO médecin urgentiste référent en traumatologie Laetitia AUDOUX IDE référente douleur (DU douleur) Marras Jean-Michel Cadre de Santé (DU douleur

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES

ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES PLAN DE L EXPOSÉ Présentation et intérêts du travail de recherche Rappels du cadre théorique Réalisation de l enquête Résultats obtenus et

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Physiopathologie des douleurs

Physiopathologie des douleurs Physiopathologie des douleurs DU Soins Palliatifs Catho 12 mars 2015 Dr Jean-Pierre CORBINAU Maison Jean XXIII Lomme Définition de la douleur «La douleur est une expérience sensorielle, émotionnelle, désagréable,

Plus en détail

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques Cas clinique BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques CAS CLINIQUE Monsieur X, 60 ans, 60 kg Néoplasie ORL Traitée par chirurgie il y a 10 mois Métastases

Plus en détail

Diaporama élaboré par :

Diaporama élaboré par : Novembre 2016 / janvier 2017 Diaporama élaboré par : Dr Marco A. Gambirasio Unité de Médecine Palliative CHU de Rouen (76) Dr Anne Le Prieur Unité de Soins Palliatifs M. Abiven et Équipe Mobile Territoriale

Plus en détail

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Douleur : définition «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

ANTALGIQUES DE PALIER III :

ANTALGIQUES DE PALIER III : ANTALGIQUES DE PALIER III : OXYCODONE, HYDROMORPHONE SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 Recommandations de l EAPC (European Association Paliative Care) : 1 «La Morphine

Plus en détail

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE La Clinique Mutualiste de l Estuaire est reconnue comme acteur majeur en cancérologie pour le territoire de

Plus en détail

REVALIDATION PLURIDISCIPLINAIR E DU RACHIS. Dr N. Massart G. Lefebvre

REVALIDATION PLURIDISCIPLINAIR E DU RACHIS. Dr N. Massart G. Lefebvre REVALIDATION PLURIDISCIPLINAIR E DU RACHIS Dr N. Massart G. Lefebvre LOMBALGIE EN QUELQUES CHIFFRES 80 % 2,3 1/1 0 N 2 TRAITEMENT DE LA LOMBALGIE COMMUNE CHRONIQUE Traitement Qualité de l évidence Repos

Plus en détail

Analgésie chez le patient dépendant aux opiacés. Vincent Bounes, CAMU, Pessac, 3 février 2016

Analgésie chez le patient dépendant aux opiacés. Vincent Bounes, CAMU, Pessac, 3 février 2016 Analgésie chez le patient dépendant aux opiacés Vincent Bounes, CAMU, Pessac, 3 février 2016 Cas clinique réel : Patient 38 ans, pas d ATCD. Suspicion fracture poignet droit (hyperalgique). Prise en charge

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION STIMULATION MÉDULLAIRE ET DOULEUR NEUROPATHIQUE BROCHURE D INFORMATION

GUIDE D UTILISATION STIMULATION MÉDULLAIRE ET DOULEUR NEUROPATHIQUE BROCHURE D INFORMATION GUIDE D UTILISATION STIMULATION MÉDULLAIRE ET DOULEUR NEUROPATHIQUE BROCHURE D INFORMATION Cette brochure vous a été remise par votre médecin : La douleur neuropathique et ses conséquences : Vous souffrez

Plus en détail

Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT. Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur

Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT. Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur Centre hospitalier territorial de Nouméa Etat des lieux : Prise en charge de la douleur au CHT Laurence Gracia, infirmière Ressource Douleur 1/ Présentation de l'établissement Le CHT de Nouvelle-Calédonie

Plus en détail