Faut-il arrêter les médicaments avant une opération planifiée?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faut-il arrêter les médicaments avant une opération planifiée?"

Transcription

1 La CMPS informe sur l adaptation pré-opératoire du traitement médicamenteux 5 Faut-il arrêter les médicaments avant une opération planifiée? Irene Vogel Kahmann Différentes questions se posent chez les patients recevant un traitement médicamenteux et devant subir une intervention chirurgicale planifiée: est-ce que les médicaments prescrits doivent ou peuvent être pris jusqu au jour de? Certains doivent-ils être arrêtés? Si oui, quand? Par mesure d économies, les hôpitaux ont tendance à convoquer les patients le jour-même de l opération. La question du traitement médicamenteux pré-opératoire concerne donc de plus en plus souvent le pharmacien d officine. Les problèmes éventuels et les mesures envisageables sont abordés ci-après. Toutes les interventions chirurgicales constituent un traumatisme. Le corps réagit à ce stress par des modifications hormonales comme une augmentation du cortisol, des catécholamines et du glucagon. Ces réactions peuvent également concerner l ACTH (hormone adrénocorticotrophique), la vasopressine, la prolactine, l aldostérone, l angiotensine et les cytokines. L ampleur de, le type d anesthésie, la durée de la carence alimentaire, les affections antérieures, les infections et l angoisse influencent l importance des réactions d adaptation. Il est évident qu un traitement ininterrompu peut entraîner des effets indésirables pendant ou après, que ce soit par exemple un déséquilibre métabolique, des interactions avec les médicaments anesthésiques, une tendance accrue aux saignements ou à l infection. Cependant, il peut être dangereux d arrêter tous les médicaments pendant la période pré-opératoire. Une exacerbation de la maladie de base peut être ainsi déclenchée, engendrant éventuellement un risque opératoire accru, des complications immédiates après ou un moins bon pronostic. [1] Cette situation peut être aggravée si le patient ne peut prendre aucun médicament par voie orale en post-opératoire et si des médicaments nécessaires à son état ne sont pas disponibles dans une version parentérale. [2,3] Conduite à tenir pour la prise en charge Au manque d études cliniques satisfaisantes, s ajoute l absence de directives basées sur la preuve dans la prise en charge pré-opératoire d un patient observant un traitement médicamenteux. Bien que le premier travail sur le sujet ait été publié dès 1988, [4] la bibliographie disponible comporte principalement des rapports de cas, sans aucune revue systématique. Il n existe aucune étude randomisée contrôlée de qualité satisfaisante ou de revue systématique. Les différents hôpitaux travaillent donc d après des directives internes qui peuvent être très différentes les unes des autres. De même, aucune directive valable sur le plan général ne peut être formulée pour le conseil en pharmacie. Il faut si besoin prendre contact avec le médecin traitant. L examen de la littérature met en avant la nécessité de favoriser un accord entre le médecin de famille, le spécialiste, le chirurgien, l anesthésiste, le pharmacien et le patient. [5] Lors de la prise en charge pré-opératoire du traitement médicamenteux, on doit évaluer très soigneusement l équilibre bénéfice/risque chez chaque patient. Comme déjà souligné, l arrêt d un médicament peut entraîner une exacerbation de la maladie de base pouvant s accompagner d un risque opératoire accru. Par ailleurs, certains médicaments ne doivent en aucun cas être arrêtés; des effets positifs ont en effet pu être mis en évidence sur l évolution pré- et post-opératoire du patient. Chez les patients à risque cardiaque, les bêtabloquants ont ainsi un effet cardioprotecteur dans les interventions non cardiologiques car ils réduisent l incidence de l ischémie myocardique. Les groupes de médicaments qui ne doivent, par principe, pas être arrêtés figurent au tableau 1. Ces substances seront prises sans modification de leur posologie, y compris le matin de. Tableau 1: Médicaments ne nécessitant aucune modification du traitement Poursuivre le traitement sans rien changer, y compris le matin de Antagonistes 5-HT3 Anti-arythmiques Anti-hypertenseurs Anticonvulsivants Antiparkinsoniens Antirétroviraux (VIH) Bronchodilatateurs sauf théophylline: arrêter 12 heures avant Digitaliques Nitrés Statines

2 6 Pour d autres groupes de substances, le médicament sera généralement arrêté ou sa dose fera l objet d une adaptation. Il s agit surtout des médicaments qui ont un effet sur le métabolisme, les électrolytes et la coagulation sanguine ou les substances pouvant interagir avec les médicaments instaurés pendant ou après. Les catégories importantes sont regroupées au tableau 2 et discutées dans les sections suivantes de cet article. Tableau 2: Médicaments dont l adaptation est généralement nécessaire Arrêter le traitement, l adapter ou observer les effets indésirables éventuels Antidiabétiques Hormonothérapie thyroïdienne Corticothérapie Diurétiques Psychotropes Traitement de fond de la polyarthrite rhumatoïde Inhibiteur du TNF-α Méthotrexate Substances ayant un effet sur la coagulation sanguine Anticoagulants Inhibiteurs de l agrégation plaquettaire AINS Inhibiteurs de l ovulation, hormonothérapie de substitution Phytothérapie Antibiotiques Antidiabétiques: modification du métabolisme par Chez le patient diabétique opéré, l excrétion des hormones anti-régulatrices comme le cortisol, les catécholamines, le glucagon et les hormones de croissance augmente la gluconéogenèse, la glycogénolyse, la protéolyse, la lipolyse et la cétogenèse. Il en résulte un risque accru de catabolisme métabolique avec hyperglycémie, déshydratation (diurèse osmotique) et cétose. Cette situation peut s aggraver par les carences alimentaires préopératoires. [6] La prise en charge pré-opératoire du diabétique est fonction du type de diabète, des traitements en cours et de l importance de prévue. Chez les patients diabétiques non insulinodépendants, les antidiabétiques oraux devraient être arrêtés le jour de. La metformine doit être arrêtée 48 heures avant afin d éviter la survenue d une acidose lactique. (L acidose lactique est une complication métabolique grave d un traitement par la metformine qui se traduit par une dyspnée acidosique, des douleurs abdominales, une hypothermie puis un coma. Depuis 1990, plus de 30 cas de ce type ont été décrits en Allemagne, dont la moitié a eu une évolution mortelle! [7]). Lors d interventions importantes, on devra plutôt administrer une perfusion d insuline au lieu des antidiabétiques oraux. Chez les patients déjà sous insulinothérapie, l insuline d action prolongée doit être remplacée au plus tard la veille de par une insuline à durée d action moyenne ou courte. Le jour de, le patient recevra en traitement une perfusion d insuline. [8] En règle générale, on utilise une perfusion de glucose à 5 10% contenant de l Actrapid ; la posologie dépend d une part des besoins habituels en insuline et d autre part de la glycémie mesurée à jeun. Hormones thyroïdiennes: hypo- ou hyperthyroïdie? Un médicament non arrêté peut entraîner des effets indésirables pendant ou après une intervention chirurgicale Lors de l opération d un patient présentant une hypothyroïdie, la survenue d un taux accru de complications est possible, notamment une occlusion intestinale ou un état confusionnel, voire un délire. [9] Plusieurs systèmes organiques peuvent être atteints comme la fonction cardiovasculaire et pulmonaire, la motilité gastro-intestinale, l équilibre hydroélectrolytique ou l hémostase. C est la raison pour laquelle il faut normaliser l état métabolique du patient avant une intervention prévue. Si chirurgicale est urgente, le patient présentant une hypothyroïdie grave se voit administrer de la thyroxine et des glucocorticoïdes en pré-opératoire. Dans ce cas, on doit prendre garde à une hypersensibilité accrue à certains médicaments instaurés en prémédication dont la dose devra être réduite. Il s agit notamment des anxiolytiques et des sédatifs. Les hormones thyroïdiennes ont un effet direct à la fois inotrope et chronotrope. Le risque périopératoire dans l hyperthyroïdie est donc surtout caractérisé par des problèmes cardiovasculaires. Le risque de fibrillation auriculaire est p. ex. évalué entre 10 et 20%. [10] On redoute surtout une crise thyréotoxique post-opératoire pouvant s accompagner de fièvre, de tachycardie, de confusion mentale, de défaillance cardiovasculaire et éventuellement du décès du patient. En cas d hyperthyroïdie grave, il faudrait donc déplacer une intervention élective jusqu à normalisation de l état métabolique. En cas d hyperthyroïdie légère, pourra être effectuée et le patient sera traité par bêtabloquants (p. ex. 10 à 40 mg de propranolol par jour). Les médicaments thyréostatiques doivent être pris jusqu à la veille de. [11] Corticostéroïdes: attention à l insuffisance surrénalienne Au cours d une intervention chirurgicale, on observe initialement une réaction à la situation de stress qui

3 se traduit par une augmentation de l ACTH (hormone adrénocorticotrophique) et du cortisol avec perte du rythme circadien. Tandis qu en post-opératoire, l ACTH redescend rapidement à des valeurs subnormales, le taux de cortisol reste élevé pendant plusieurs jours et ne baisse que lentement. Cette libération accrue de cortisol est importante afin de permettre des processus adaptatifs après, comme par exemple la mise à disposition de glucose, la vasoconstriction et des réactions immunitaires de défense accrues. Dans le cadre d une corticothérapie chronique (> 1 semaine par équivalent de dose de prednisolone > 5 10 mg par jour), l excrétion du cortisol est diminuée par la dépression de l axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Ceci peut entraîner une adaptation insuffisante au stress en cas d intervention chirurgicale pouvant aller jusqu à une crise surrénalienne. Le tableau 3 présente les situations dans lesquelles une prévention périopératoire du stress doit être réalisée avec du cortisol ainsi qu un schéma posologique possible. Tableau 3: Conduite à tenir pour prévenir le stress par le cortisol [12,13] Intervention chirurgicale importante ET corticothérapie > 1 semaine par un équivalent de dose de prednisolone > 5 10 mg/jour corticothérapie topique sur de grandes surfaces en post surrénalectomie, en post hypophysectomie insuffisance surrénalienne Interventions moyennes et légères Corticothérapie normale le matin de + 25 mg d hydrocortisone en induction anesthésique + hydrocortisone mg/jour pendant 48 à 72 heures Toujours corticothérapie habituelle le matin de + éventuellement une administration supplémentaire d hydrocortisone en prévention du stress Diurétiques: troubles électrolytiques Dans le cadre de l anesthésie, les diurétiques peuvent entraîner des modifications volumiques et électrolytiques (troubles hydro-électrolytiques), notamment du potassium. Des baisses de pression artérielle et des troubles du rythme cardiaque peuvent être la conséquence de ces modifications. C est la raison pour laquelle les diurétiques seront généralement pris jusqu à la veille de et arrêtés le jour de l opération chirurgicale. [14] Psychotropes: prendre garde aux interactions possibles En cas de poursuite du traitement, on devra évaluer chez chaque patient le risque d interaction (p. ex. avec les médicaments anesthésiques) par rapport au risque d une aggravation de la maladie de base, voire la survenue de symptômes de sevrage en cas d arrêt du traitement. On peut entreprendre une démarche telle que celle présentée au tableau 4. Certains experts recommandent toutefois l administration inin- Tableau 4: Conduite à tenir avec les psychotropes [15,16] Médicament Conduite à tenir emarques Lithium Antidépresseurs tricycliques Arrêter 72 heures avant (demi-vie du lithium: environ 24 heures) Diminuer 2 semaines avant (en cas d arrêt brutal, risque de syndrome de sevrage) IMAO de 1 re et 2 e géné- Arrêter 2 semaines ration: p. ex. tranylcypromine, clorgyline (non avant commercialisés en CH) IMAO de 3 e génération: moclobémide ISS (inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine) Neuroleptiques Arrêter 24 heures avant Arrêter 24 heures avant Données bibliographiques inconsistantes; recommandation générale: arrêter 24 heures avant isque accru d intoxication par le lithium par troubles hydro-électrolytiques pendant, surtout chez les patients hémo- dynamiquement instables par interaction avec les AINS, diurétiques Effet direct sur le système cardiovasculaire Interactions: anesthésiques potentialisation de l effet des catécholamines Interactions: péthidine, tramadol réaction d excitation grave, dépression respiratoire, coma IMAO sélectifs et réversibles risque d interaction faible Interactions: péthidine, tramadol, dextrométhorphane, métoclopramide syndrome sérotoninergique (hyperthermie, instabilité végétative, coma) Interactions: réduction de l effet des anesthésiques par inhalation augmentation de l effet des anesthésiques intraveineux allongement de la durée du blocage neuromusculaire des myorelaxants non dépolarisants risque de survenue d un syndrome malin des neuroleptiques (hyperthermie, aki nésie, rigidité musculaire, dysfonction végétative, troubles de conscience, augmentation du taux sérique de CPK) 7

4 8 terrompue du traitement en supposant que le danger d interaction était surévalué. Traitement de fond de la polyarthrite rhumatoïde: prendre garde à l immunosuppression Une attention spéciale doit être accordée au traitement de fond de la polyarthrite rhumatoïde. Les corticoïdes (cf. chapitre sur les corticoïdes) et le méthotrexate peuvent être maintenus en période périopératoire. Pour le méthotrexate, il faut prendre en compte le danger d une colonisation par un staphylocoque doré au niveau de la peau et du nez. Avant une intervention de chirurgie orthopédique (p. ex. mise en place d une prothèse), il peut être utile d effectuer une désinfection du nez (p. ex. avec une pommade nasale à base de mupirocine) afin d exclure ces sources possibles d infection. Les inhibiteurs du TNF-α doivent absolument être interrompus, car ils peuvent s accompagner d un Tableau 5: Conduite à tenir avec l inhibiteur du TNF-α Médicaments Etanercept Enbrel Infliximab emicade Adalimumab Humira Conduite à tenir Arrêter environ 1 à 2 semaines avant Arrêter environ 6 semaines avant Arrêter environ 4 semaines avant Tableau 6: Anticoagulants oraux relais avec une HBPM Médicament Phenprocoumone Marcoumar Acénocoumarole Sintrom Conduite à tenir Arrêter 1 semaine avant prévue, commencer l HBPM dès que l IN est en dehors de la zone thérapeutique Arrêter 3 jours avant prévue, commencer l HBPM dès que l IN est en dehors de la zone thérapeutique Tableau 7: Conduite à tenir avec un inhibiteur de l agrégation plaquettaire selon l optique du chirurgien/de l anesthésiste (pour l optique du cardiologue, voir texte) Médicaments Arrêt avant une intervention planifiée Dipyridamole + aspirine 7 jours 48 heures Asasantin Aspirine Aspirin cardio Clopidogrel Plavix 7 jours 48 heures 7 jours 7 jours Arrêt avant une anesthésie/ ponction à proximité de la moelle épinière risque infectieux nettement plus élevé pouvant aller jusqu à un sepsis fulminant potentiellement mortel. En raison de la pharmacocinétique très différente des substances actuellement utilisées, on doit se rapporter aux recommandations figurant au tableau 5. [17] Anticoagulants oraux: relayer avec une héparine à bas poids moléculaire Si les anticoagulants oraux étaient arrêtés en période pré-opératoire en raison d un risque hémorragique accru sans qu un traitement de remplacement soit mis en place, on provoquerait une lacune anticoagulante à l origine d un risque aggravé de complications thrombo-emboliques. Pour réduire ce risque, il est nécessaire d instaurer un traitement de relais par héparine à bas poids moléculaire (HBPM). L héparine choisie devra avoir une demi-vie plus courte et permettre un meilleur contrôle de l hémostase (cf. tableau 6). La recommandation posologique préconisée est celle d une héparinothérapie complète conforme à celle proposée dans le traitement aigu d une thrombose veineuse de jambe ou d une embolie pulmonaire. [18] Dans beaucoup de petites interventions, l anticoagulation orale ne doit pas être interrompue, ou que de façon limitée. C est le cas, par exemple, d un grand nombre d interventions dermatologiques ou dentaires. Une adaptation de la dose devra être réalisée après évaluation du risque hémorragique individuel du patient. Outre le type d intervention, il faut également tenir compte de la procédure anesthésique choisie. Selon le risque individuel, l héparine à bas poids moléculaire sera administrée jusqu à la veille de ou jusqu au jour-même de celle-ci. Inhibiteurs de l agrégation plaquettaire: procédures spécifiques au patient Pour les substances instaurées dans le cadre d une inhibition de l agrégation plaquettaire, il n est possible de fournir aucune règle universelle avant une intervention planifiée. Une procédure appropriée et individuelle doit être définie en fonction de prévue (risque hémorragique), de la procédure anesthésique choisie (augmentation du risque hémorragique, notamment dans les anesthésies régionales réalisées à proximité de la moelle épinière) et du risque de chaque patient. [19] Les règles figurant au tableau 7 ont été établies selon l optique du chirurgien/de l anesthésiste. Selon l optique des cardiologues, un traitement par l aspirine déjà instauré devrait être poursuivi malgré une tendance hémorragique accrue. Une revue systématique basée sur 10 études randomisées et 38 études d observation (comportant plus de patients examinés) a démontré que l arrêt pré-opéra-

5 Tableau 8: Délai d arrêt avant intervention Médicaments Acémétacine 2 Dexibuprofène 2 Dexkétoprofène 2 Diclofénac Inhibition transitoire de l agrégation plaquettaire possible à doses élevées 2 (200 mg) Etodolac 2 Flurbiprofène 2 Ibuprofène 2 Indométacine 2 Ketorolac 2 Lornoxicam 2 Méfenamique (acide) 2 Méloxicam (inhibe uniquement et de préférence la COX-2) 7 Nabumétone 7 Naproxène 2 Nimésulid 7 Phénylbutazone 7 Piroxicam 7 Dérivés de l acide salicylique (aspirine, bénorilate, extrait de Salicis)* 7 Ténoxicam 7 Arrêt avant [en jours] * pour les exceptions, voir chapitre sur les inhibiteurs de l agrégation plaquettaire toire de l aspirine était associé à un syndrome cardiovasculaire aigu chez 10% des patients. Dans le cas où le traitement par l aspirine était maintenu, les complications hémorragiques étaient multipliées par 1.5, sans que leur gravité augmente pour autant (à l exception des interventions intracrâniennes et des prostatectomies transuréthrales). [20] Les patients traités par un stent coronarien recevaient un double traitement antiagrégant plaquettaire, comportant de l aspirine et du clopidogrel, pendant au moins quatre semaines s ils avaient reçu un stent nu et pendant six à douze mois dans le cas où il s agissait d un stent couvert. Le clopidogrel ne devait pas être arrêté pendant cette période en raison d un risque d occlusion thrombotique des vaisseaux coronariens cibles, potentiellement mortelle. Étant donné que le risque hémorragique est fortement augmenté sous clopidogrel, celui-ci devrait être arrêté sept jours avant une intervention élective. Après l implantation d un stent, les interventions chirurgicales doivent donc, à chaque fois que possible, être effectuées en dehors du traitement anti-plaquettaire obligatoire mentionné. [21] Conduite à tenir vis-à-vis des médicaments pris avant : l évaluation individuelle bénéfice/risque est importante pour chaque patient Analgésiques ayant une influence sur l hémostase: respecter autant que possible le délai d arrêt selon la demi-vie de la substance Les analgésiques qui ont une influence sur la coagulation sanguine devraient être arrêtés avant une intervention planifiée en fonction de leur demi-vie. Ils peuvent aussi être remplacés par des substances alternatives comme les inhibiteurs de la COX-2 (célécoxib), le paracétamol ou un analgésique opiacé (cf. tableau 8). Contraception hormonale/traitement hormonal de substitution (THS): risque accru de thrombo-embolie Le traitement par des hormones féminines constitue un facteur de risque de thrombo-embolie veineuse en plus de celui lié à chirurgicale. C est la raison pour laquelle on recommande d arrêter la prise de contraceptifs oraux ou de THS quatre à six semaines avant une intervention planifiée. [22,23] Cet intervalle relativement long est nécessaire pour la normalisation des modifications des paramètres de coagulation et de fibrinolyse induites par les hormones. En effet, les demi-vies des facteurs de coagulation oscillent entre cinq heures (facteur VII) et cinq à sept jours (fibrinogène, facteur XIII). Un taux d antithrombine abaissé recommence à monter environ neuf jours après l arrêt d un inhibiteur de l ovulation et atteint son taux initial au bout de 18 jours environ. La formation de la thrombine commence aussi à se normaliser après cette période. Un intervalle de temps plus court entre la fin de la prise des hormones et chirurgicale pourrait avoir des effets délétères. En effet, la restauration des paramètres individuels à leurs valeurs initiales évolue de façon variable sur le plan chronologique, ce qui fait que l équilibre de l hémostase ne peut être atteint avant. La reprise des inhibiteurs de l ovulation et du THS devra s effectuer, au plus tôt, deux semaines après la mobilisation complète. Certains experts recommandent de poursuivre, sans interruption, la prise des hormones avant et après chirurgicale, cette longue pause d administration pouvant engendrer des problèmes éventuels. Phytothérapie: interroger les patients Différentes substances utilisées en phytothérapie peuvent avoir une influence sur la coagulation sanguine, hormis l interaction qu elles peuvent déclencher avec les produits utilisés au cours de l anesthésie. Il n existe aucune étude de grande envergure évaluant la fréquence et la gravité de cet effet indési- 9

6 10 rable hémorragique. De nombreuses études de cas font néanmoins mention d hémorragies, de mauvaises guérisons de la plaie et d arythmies pouvant conduire au décès. Il est donc généralement recommandé d arrêter les médicaments phytothérapeutiques dix jours avant prévue (cf. tableau 9). Antibiotiques: attention aux résistances et à la sélection de germes Les antibiotiques ne doivent jamais être arrêtés avant une intervention planifiée. Le chirurgien doit toutefois se faire une idée des germes résistants et sélectionnés possibles afin de pouvoir choisir correctement l antibioprophylaxie périopératoire ainsi que le traitement nécessaire à une infection post-opératoire. Des staphylocoques résistants sur la peau ont p. ex. pu être sélectionnés suite à la prise de quinolones. Ces germes ont pu être mis en évidence jusqu à six semaines après la fin de la prise de l antibiotique. [26] Une infection associée à la présence d un corps étranger (comme une prothèse de hanche) et comportant ce type de germe cutané (résistant!) entraînerait probablement une antibiothérapie parentérale prolongée, pénible et chère avec une combinaison de vancomycine. Il a également pu être démontré que la flore du côlon était modifiée de façon significative après quatre jours d antibiothérapie, favorisant p. ex. la sélection de Pseudomonas. Conclusion Les patients sous traitement ont besoin de conseils précoces avant de subir une intervention chirurgicale. En dehors de certains cas (inhibiteur du TNF-α, traitement hormonal œstrogénique ou progestatif), il suffit d analyser les médicaments pris par le patient 14 jours avant son hospitalisation. Le pharmacien peut déterminer si des mesures thérapeutiques anticipées sont nécessaires et faire éventuellement des suggestions au médecin traitant. Si le patient prend des médicaments soumis à ordonnance, le pharmacien ne doit faire des recommandations qu après avoir consulté le médecin traitant ou le chirurgien/ anesthésiste responsable. La prise d aspirine avec ou sans Plavix doit en outre faire l objet d une discussion avec le cardiologue responsable. Le pharmacien doit attirer l attention du patient sur le risque engendré par l automédication (AINS, médicaments phytothérapeutiques) et recommander les mesures mentionnées dans cet article. z Cet article a été rédigé sur mandat de la CMPS par Irene Vogel Kahmann, pharmacienne d hôpital FPH, Schaffhouse, membre de la CMPS. Nous remercions le Prof. Daniel Scheidegger, médecin-chef du département d anesthésiologie à l hôpital universitaire de Bâle, pour la relecture du manuscrit. Adresse de correspondance Commission des médicaments des pharmaciens suisses (CMPS) Case postale Berne Tél Fax Littérature: voir texte allemand Tableau 9: Conduite à tenir vis-à-vis des médicaments phytothérapeutiques [25] Substance Arrêt avant Effets Ginkgo, Ginseng, aïl Au moins 10 jours Tendance hémorragique accrue, notamment en association avec de l aspirine ou des anticoagulants oraux Hypericum Au moins 10 jours Inducteurs enzymatiques du CYP 3A4 Prolongation possible de la narcose Jus de pamplemousse Au moins 1 jour Inhibiteur puissant du CYP 3A4 intestinal Augmentation du taux sanguin de différents médicaments, p. ex. doublement du taux du midazolam per os

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi

Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi Dans le cadre de la préparation de la réunion du 12 avril 28, la Société d Anesthésie de Charleroi

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Mesures d urgence lors de cétonémie

Mesures d urgence lors de cétonémie Mesures d urgence lors de cétonémie Que sont les «cétones» - Qu est-ce que la cétoacidose? En cas de carence en insuline dans l organisme, les hydrates de carbone ou les sucres ne peuvent pas entrer dans

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE

CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE PALIG KEVORKIAN, IADE DEPARTEMENT D ANESTHESIE HOPITAL HOTEL-DIEU PARIS 1) INTRODUCTION 2) CONSEQUENCES DES PERTURBATIONS NEURO-ENDOCRINIENNES

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE Dr Claire Vulser-Cristofini UETD SAR HEGP DU Douleurs crânio-faciales 15-01-2007 Douleur postopératoire Obligatoire Prévisible La douleur postopératoire est : Très

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule Elusanes Millepertuis RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 - DENOMINATION DU MEDICAMENT ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule 2 - COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE MILLEPERTUIS (extrait hydroalcoolique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

charge de la douleur

charge de la douleur Les Antiinflammatoires nonsétoïdiens dans la prise en charge de la douleur Prof. P.M. Tulkens Phien A. Spinewine (M. Clin. Pharm.) Unité de pharmacologie cellulaire et moléculaire Université catholique

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES EN ANESTHÉSIE: pourquoi arrêter, poursuivre ou substituer certains médicaments?

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES EN ANESTHÉSIE: pourquoi arrêter, poursuivre ou substituer certains médicaments? INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES EN ANESTHÉSIE: pourquoi arrêter, poursuivre ou substituer certains médicaments? Pr Pierre Beaulieu Service d anesthésie réanimation CHU Dupuytren Université de Limoges Mercredi

Plus en détail

Vous allez avoir une saccoradiculographie

Vous allez avoir une saccoradiculographie Vous allez avoir une saccoradiculographie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter ou

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Table des matières Introduction Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Sous-partie 1-1 La pharmacologie générale (Chapitres 1 à 5) Chapitre 1 Introduction à la pharmacologie

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 Anesthésie et alcoolisme INTRODUCTION RETENTISSEMENT PHYSIOLOGIQUE

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux.

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. Programme P H A R M A C O pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. AG Caffin 1, Y Chabi 1, C Sévin 2, B Leclere 3, C Debelmas 4, G Camus 1, X Bohand 1 1 Hôpital d Instruction des

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

Notice: information de l utilisateur. Ursochol 300 mg comprimés Acide ursodésoxycholique

Notice: information de l utilisateur. Ursochol 300 mg comprimés Acide ursodésoxycholique Notice: information de l utilisateur Ursochol 300 mg comprimés Acide ursodésoxycholique Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser Ursochol 300 mg comprimés car elle contient

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD

Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD 21 ème Forum de Rangueil Jeudi 15 octobre 2009 Médicaments de la Migraine Pr G.GERAUD L étude des comportements thérapeutiques des patients migraineux montre une surconsommation d antalgiques non-spécifiques,

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

9 LE CAS DES SITUATIONS PARTICULIERES

9 LE CAS DES SITUATIONS PARTICULIERES LES STRATEGIES THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ET NON MEDICAMENTEUSES alimentation variée comprenant des végétaux et des fruits, exercice physique régulier, diminuer les excès de graisse et d'alcool. Il

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

Conseil péri opératoire : Greffe osseuse

Conseil péri opératoire : Greffe osseuse Conseil péri opératoire : Greffe osseuse AVANT L INTERVENTION CHIRURGICALE DE GREFFE OSSEUSE Afin de vous préparer à votre intervention chirurgicale de greffe osseuse, d assurer votre confort et d obtenir

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites. Formulaire d information Biopsie osseuse Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR ORDONNANCE COLLECTIVE Nº 02 TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR en vigueur à la clinique Priva Santé La révision du contenu de la présente ordonnance est sous la responsabilité de : Dominique Landry

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Aspirine 500 Effervescent, 500 mg, comprimé effervescent. Acide acétylsalicylique

Aspirine 500 Effervescent, 500 mg, comprimé effervescent. Acide acétylsalicylique NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Aspirine 500 Effervescent, 500 mg, comprimé effervescent Acide acétylsalicylique Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12 Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle

Plus en détail