Analyse de cas Risques Supply Chain. Exploitation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de cas Risques Supply Chain. Exploitation"

Transcription

1 Analyse de cas Risques Supply Chain Exploitation Rappel du contexte : Au sein du Club Génération Responsable, les membres du groupe «Risque chaînes d approvisionnement» ont émis le souhait de disposer d un outil ou d une méthodologie leur permettant de gérer leurs risques RSE sur l ensemble de leur chaîne d approvisionnement. Du fait de la diversité des profils des participants, BuyYourWay et SGS leur ont proposé, plutôt qu un outil sur étagère, de développer une méthode leur permettant de créer eux même leur démarche de gestion des risques RSE sur la chaîne d approvisionnement. Afin de pouvoir rédiger une méthode pragmatique et opérationnelle, en lien avec les besoins des participants, il leur a été demandé de fournir des cas concrets d identification de risques RSE sur leurs chaînes d approvisionnement. L objectif de cette étape est d identifier les bonnes pratiques et les difficultés rencontrées par les entreprises dans la détection de leurs risques RSE. La transmission de ces cas d étude s est faite grâce à un document ad hoc, développé par BuyYourWay et SGS, permettant la formalisation des réponses et favorisant la transmission des informations nécessaires. Participations : Les enseignes suivantes ont transmis des cas à analyser : - Les Mousquetaires - Sephora - Maison du monde - Picard Ces cas ont été analysés par BuyYourWay et SGS. Exploitation : L exploitation des cas transmis est faite sous la forme d une synthèse des éléments de réponse apportés par les enseignes participantes pour chacune des rubriques du document ad hoc. Cette synthèse met en exergue les points communs, les divergences, et les pistes de réflexion identifiées dans chacun des cas.

2 I. Identification Cette rubrique permet l identification et la contextualisation du cas d étude. A. Identification du fournisseur concerné L ensemble des cas transmis par les participants concernent des produits commercialisés par eux (produits promotionnels, produits transformés, mobilier) et visent des risques identifiés en 2012 (1), 2014 (1) et 2015 (3). Concernant le fournisseur chez qui le risque a été identifié, des différences apparaissent. - Selon les cas, il s agit d un fournisseur de rang 1, rang 2 et même de rang 4 pour l un d entre eux, voire d un trader. Si l importance stratégique de cet acteur reste majoritairement modérée, un cas de dépendance économique du fournisseur a été identifié chez un fournisseur dont 90% de la production était destinée à l entreprise intéressée. - Ces fournisseurs s inscrivent dans des chaînes d approvisionnement dont la complexité est souvent méconnue. Ils se situent majoritairement en Asie (Chine, Inde, Thaïlande), ainsi qu en France avec un site de production au Maroc. - L ancienneté de la relation commerciale varie également (de 2 à 20 ans). B. Processus achat en œuvre Concernant le processus achat en œuvre, de nombreux points communs sont identifiés : - Dans la plupart des cas, la relation avec le fournisseur se faisait sur une base contractuelle annuelle ou pluriannuelle, sauf un cas dans lequel elle fonctionnait au bon de commande. D autre part, dans le cas du le fournisseur de rang 4, il n existait pas de lien contractuel direct entre l entreprise concernée et lui. - Dans tous les cas, un processus achat formalisé était à l œuvre permettait la validation de l achat en interne. Dans le cas du fournisseur de rang 4, ce processus achat ne s appliquait qu aux relations avec les fournisseurs de rang 1. - Dans tous les cas, le processus achat normalement applicable en l espèce avait été respecté. Il est toutefois nécessaire de préciser que certains de ces processus n intégraient pas de critères sociaux ni environnementaux. Remarques : Les informations retranscrites ci-dessus illustrent les limites des processus Achats «classiques» dans la détection des risques RSE qui leur sont liés. La complexité des chaînes d approvisionnement et l absence d intégration de critères sociaux et environnementaux en leur sein constituent deux freins importants. Le fait que ces processus sont en place et sont respectés constituent néanmoins un important levier dans l intégration des aspects RSE, pour le choix des fournisseurs et la mise en œuvre de diligences raisonnables, visant à prévenir, identifier et réparer les conséquences de non conformités identifiées sur la chaîne d approvisionnement.

3 C. Autre parties prenantes impliquées Il ressort des informations transmises que dans chacun des cas étudiés, les acheteurs étaient en lien avec au moins un prescripteur participant activement au processus achat via une validation en amont de sa réalisation. De même, la détection de la non-conformité et sa résolution ont systématiquement nécessité l intervention d autres parties prenantes, tant internes (service RSE ou environnement) qu externes (ONG, cabinets d audits, médias). Remarques : l intervention de nombreuses parties prenantes démontre bien le rôle d interface joué par les acheteurs, entre les sphères internes et externes à l entreprise. Ce rôle d interface en fait des éléments clefs de la démarche de détection, de caractérisation et de traitement des risques. II. Risque La plupart des cas transmis traitent de risques sociaux, en particulier des conditions de travail (santé et sécurité) et à l atteinte aux droits fondamentaux (travail forcé) des employés d installations industrielles ou agricoles. Un cas traite de risques environnementaux liés au traitement de déchets dangereux sur un site industriel. 20% Social 80% Environnemental Les caractéristiques de ces risques sont extrêmement diverses. En voici une liste non exhaustive : - Non traçabilité de la gestion des déchets - Non-respect de la législation sociale locale (heures de travail et rémunération, harcèlement) - Non-respect des conventions fondamentales de l OIT - Environnement de travail dangereux (risques chimiques, mécaniques et électriques) Il nous parait important de souligner que dans l ensemble de cas, la législation locale, les normes internationales et la règlementation internationale encadraient tout ou partie des risques identifiés. Dans la plupart des cas, le fournisseur avait pris des engagements relatifs à ces risques sous la forme de chartes / codes ou de dispositions contractuelles. Cependant,, un dispositif de contrôle du respect de cet engagement n avait été mis en place que dans la moitié des cas, uniquement sous la forme d audits.

4 Remarques : afin de maîtriser au mieux les risques d une chaîne d approvisionnement donnée, il est important d identifier et de prioriser en amont les risques liés aux activités des acteurs de la chaîne d approvisionnement. Ce travail permet de mener une démarche d engagement des acteurs de la chaîne d approvisionnement adaptée et de ne pas parasiter le travail d identification des risques chez ces acteurs. De plus, l existence de législation locale ou d un engagement du fournisseur peuvent ne pas suffire à garantir qu il agit de manière responsable. Il importe donc de mettre en place des mécanismes de vérification du suivi de ces engagements et de la législation locale, quitte à imposer des standards plus élevés si ceux-ci n accordent pas de protection satisfaisante aux individus, à la société ou à l environnement. Ce positionnement des entreprises en cas de défaillance des Etats est plébiscité par l ONU pour les sujets ayant trait aux droits de l homme, au travers de la mise en place de procédures de due diligence visant à s assurer du respect de ces droits sur l ensemble de la chaîne de valeur.

5 III. Solution A. Détection Les risques liés à la non-conformité sont divers : image, business ou compliance. Dans les cas ou des procédures de vérification du respect des engagements des fournisseurs étaient en place, celles-ci ont permis l identification du risque. Dans les autres cas, le risque a été identifié soit à l initiative de l entreprise, qui a mené une action ad hoc d audit, soit grâce à un tiers (ONG, médias) qui a mis en lumière une non-conformité. Pour l ensemble des cas, il semblerait cependant qu aucune étude de risque incluant la non-conformité n avait été menée. Afin d améliorer la détection des non conformités, les participants ont proposé plusieurs idées : - Réalisation d études de risque en amont, sur une typologie de produit ou de fournisseurs - Mise en œuvre d un réseau d ONG (veille sur les risques sociaux et environnementaux) - Développement de chartes Achats Responsables avec inclusion de critères environnementaux et sociaux dans le choix des fournisseurs - Equipes locales de contrôle de la chaîne d approvisionnement - Utilisation de données externes relatives à certains risques (ex : ONG) La contrainte des ressources à allouer à cette détection des non-conformités a été évoquée dans l un des cas. B. Mécanisme de règlement Afin de traiter les risques identifiés, plusieurs méthodes ont été utilisées : - Mises en place de plan d action à la suite de l audit avec contrôle de leur respect grâce à des dispositifs de suivi documentaires voire des ré-audits. - Déploiement de programmes de sensibilisation à la problématique rencontrée, avec mise en place d un plan d action et de conduite du changement à mettre en œuvre sur chaîne d approvisionnement, visant à modifier les pratiques chez les fournisseurs et acteurs concernés. - Intégration de critères sociaux dans les appels d offres - Arrêt du produit Dans l un des cas toutefois, la non-conformité n a pas fait l objet de mesures de règlement et le risque persiste chez le fournisseur. C. Solution Les participants identifient la mise en place de ces solutions comme des sources de coûts, notamment liés au temps de création, de déploiement de suivi des mécanismes de règlements.

6 Solution Risque Identification IV. Tableau récapitulatif Cas N 1 Cas N 2 Cas N 3 Cas N 4 Cas N 5 Type de produit Objet promotionnel Produit transformé Mobilier Mobilier Matière première agroalimentaire Rang du fournisseur 2 1 Trader 1 4 Lieu de la nonconformité Chine Maroc Chine Inde Thaïlande Relation fournisseur Contrat cadre Contrat Contrat Bon de commande Contrat (rang 1) Processus achat Existant, respecté Existant, respecté Existant, respecté Existant, respecté Existant, respecté Validation tierce Oui Oui Oui Oui Oui Type de risque Environnement / rejet de Social / Santé et sécurité des Social / Santé et sécurité des Social / conditions de travail déchets travailleurs travailleurs Social / Travail forcé Norme applicable Droit local Droit local Droit local Normes internationales (OIT) Standards internationaux Normes internationale (OIT) Normes internationale (OIT) + Standards internationaux Normes internationales (OIT) Engagement frs Oui - Charte Non Oui - dispositions contractuelles Oui - Charte Non Contrôle engagement Oui - Audits environnement Non Oui - Audit Détection Service interne + auditeur externe ONG Auditeur externe ONG Médias Etude de risque amont Non Non Non Non Non Charte Achats Responsables, intégration critères RSE dans Mise en place d'un processus Axes amélioration Veille sur les sujets RSE par Etude de risque RSE amont Etude de risque RSE amont le choix des fournisseurs, d'audit documentaire détection un réseau d'ong basée sur les données d'ong contrôle de la chaîne d'appro fournisseurs par les équipes locales Mécanisme de règlement Axes amélioration solution Aucun Sensibilisation, enquête traçabilité produits, rédaction d'engagements, mise en commun d'actions de contrôles, intégration de critères sociaux dans les AO Sensibilisation des acteurs du secteur, travail avec les pouvoirs publics, contrôle tierce partie Plan d'action + suivi documentaire et réaudit Identification des risques en amont et accompagnement des frs par les équipes locales Plan d'action + suivi documentaire et réaudit Mise en place d'un suivi continu des frs porté par l'acheteur avec possibilité Arrêt du produit Mise en place d'un mécanisme de prévention

7 d'encouragements ou de sanctions

8 V. Conclusion A la lumière des cas soumis par les participants au groupe de travail, il est possible d identifier plusieurs axes de réflexion. 1. Intégration nécessaire des enjeux RSE dans les processus Achats existant L existence de processus achats formalisés et suivis est un préalable nécessaire à la mise en place d une démarche efficace de maîtrise des risques RSE sur la chaîne d approvisionnement. Il est néanmoins nécessaire d y intégrer la prise en compte de ces enjeux, souvent étrangers aux acheteurs, afin de pouvoir les adresser. L existence multiples niveaux de validation et l intervention de plusieurs parties prenantes dans l acte d achat n ont en effet pas permis d éviter la survenance et la réalisation des nonconformités qui ont été remontées. Il convient dès lors de définir une démarche Achats responsables intégrant des engagements, des critères d évaluation des produits et des fournisseurs et des moyens de contrôle, afin d assurer le respect des attentes de l entreprise en matière de RSE par les acteurs de sa chaîne d approvisionnement. 2. L engagement des fournisseurs Deux situations sont à distinguer : celle dans lasquelle le fournisseur s est engagé à respecter certaines exigences, et celle dans lasquelle un tel engagement n existe pas. Si cette dernière ouvre nécessairement la porte à des pratiques ne correspondant pas aux attentes de l entreprise, celles-ci n étant peut-être pas connues du fournisseur, la première situation pose la question du respect des engagements pris. Pour ce qui est de l engagement par signature d une charte, il constitue un bon moyen de porter à la connaissance des fournisseurs les attentes de l entreprise. Il est toutefois insuffisant pour garantir l absence de risque et nécessite une cartographie et la mise en place d actions complémentaires, pour vérifier l application de ces engagements quand cela s avère nécessaire. Pour ce qui est des dispositions contractuelles, elles constituent un signal fort de la part de l entreprise et constituent un levier d action puissant, pour amener les fournisseurs à adopter des pratiques responsables. Elles nécessitent néanmoins un suivi et un contrôle de la part de l entreprise. 3. La détection et la résolution Notons que dans l ensemble des cas, le risque n avait pas été évalué en amont et n a été découvert qu après sa réalisation grâce aux parties prenantes internes et externes de l entreprise. Ceci met en exergue la nécessité d identifier les risques existant sur la chaîne d approvisionnement, en fonction des catégories d achats et des fournisseurs, en amont de leur survenance, afin d adopter des actions adaptées. L alerte lancée par des parties prenantes externes rappelle également leur rôle dans la démarche RSE des enseignes. Certaines ont mentionné la possibilité de nouer des partenariats avec des ONG locales afin de détecter des risques dans des zones éloignées. L entreprise étant tout à la fois en marché et en société, elle peut s appuyer sur ce type d acteurs pour l aider à adresser ses enjeux RSE.

ATELIER ACHATS RESPONSABLES RISQUES SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN. 13 septembre 2016

ATELIER ACHATS RESPONSABLES RISQUES SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN. 13 septembre 2016 ATELIER ACHATS RESPONSABLES RISQUES SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN 13 septembre 2016 SOMMAIRE Contexte Périmètre de l analyse Principaux enseignements Prochaines étapes Questions 2 CONTEXTE

Plus en détail

L ETHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ

L ETHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ L ETHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ Françoise GUICHARD, Directrice Ethique & Compliance, Groupe GDF SUEZ Plateforme RSE - 3 mars 2014 L ÉTHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ 1. La démarche du Groupe 2. Evaluer

Plus en détail

Devenir un modèle de la chimie durable

Devenir un modèle de la chimie durable Devenir un modèle de la chimie durable Jacques Kheliff Group General Manager Sustainable Development Notre réponse aux enjeux globaux : le Des enjeux globaux Changement climatique, croissance de la population

Plus en détail

Enquête sur les pratiques Achats Durables des PME et attentes en matière de support de l ADEME

Enquête sur les pratiques Achats Durables des PME et attentes en matière de support de l ADEME Enquête sur les pratiques Achats Durables des PME et attentes en matière de support de l ADEME Résumé Etude réalisée en Novembre et Décembre 2009 auprès de 2000 responsables achat d entreprises françaises

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Correspondant Prévention Santé-Sécurité au Travail et Environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Correspondant Prévention Santé-Sécurité au Travail et Environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Correspondant Prévention Santé-Sécurité

Plus en détail

La Charte de responsabilité sociale de la CGEM et la norme ISO Analyse comparée. Mai 2012

La Charte de responsabilité sociale de la CGEM et la norme ISO Analyse comparée. Mai 2012 La Charte de responsabilité sociale de la CGEM et la norme ISO 26000 Analyse comparée Mai 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 06 89 0296 Catégorie : B Dernière modification : 07/01/2013 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Correspondant prévention

Plus en détail

Charte d achats responsables

Charte d achats responsables Charte d achats responsables 1/10 SOMMAIRE PREAMBULE... 3 PRINCIPES... 4 Santé et sécurité... 4 Diversité et conditions de travail... 4 Ethique des affaires et transparence... 5 Environnement... 5 DEPLOIEMENT

Plus en détail

Le contexte du Kit RSE

Le contexte du Kit RSE MARS 2015 Le contexte du Kit RSE Un constat La norme ISO 26 000, référence en matière de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), est complexe à mettre en œuvre Les entreprises agro-alimentaires

Plus en détail

Audit chez les fournisseurs : les limites

Audit chez les fournisseurs : les limites Audit chez les fournisseurs : les limites Martine Combemale Directrice de Ressources Humaines Sans Frontières (RHSF) - Martinecombemale@orange.fr - 06 31 05 31 41 RHSF est une ONG de terrain pour promouvoir

Plus en détail

INTRO. «Il est clé pour le futur de Sequana d avoir une politique RSE transparente, ambitieuse et pleinement intégrée au modèle économique du groupe.

INTRO. «Il est clé pour le futur de Sequana d avoir une politique RSE transparente, ambitieuse et pleinement intégrée au modèle économique du groupe. OADMAP RSE INTRO Depuis 2012, le groupe Sequana a mis en place une politique de Responsabilité Sociale et Environnementale commune à toutes ses activités de production (Arjowiggins) et de distribution

Plus en détail

Gouvernance et antiblanchiment : quels impacts pour le contrôle interne? Conférence ARGUS Blanchiment-Fraude Fiscale du 4 février 2010

Gouvernance et antiblanchiment : quels impacts pour le contrôle interne? Conférence ARGUS Blanchiment-Fraude Fiscale du 4 février 2010 Gouvernance et antiblanchiment : quels impacts pour le contrôle interne? Conférence ARGUS Blanchiment-Fraude Fiscale du 4 février 2010 1 Sommaire Evolution de la réglementation en matière de contrôle interne

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour Octobre 2016 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP Page 1 sur 9 FORMATION SYSTEME

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Analyser et définir les écarts par rapport aux référentiels du développement durable ;

REFERENTIEL DU CQPM. Analyser et définir les écarts par rapport aux référentiels du développement durable ; COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/06/2010 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur du développement durable

Plus en détail

La stratégie achat comme enjeu économique, social et partenarial. Panorama des achats responsables dans le secteur Hlm

La stratégie achat comme enjeu économique, social et partenarial. Panorama des achats responsables dans le secteur Hlm La stratégie achat comme enjeu économique, social et partenarial Panorama des achats responsables dans le secteur Hlm 19 novembre 2014 Hlm et achats responsables : les grandes lignes 2 L ancrage territorial

Plus en détail

suivre la mise en oeuvre

suivre la mise en oeuvre Fiche méthodologique suivre la mise en oeuvre sommaire 1. Identifiez les acteurs concernés 2. Ciblez les éléments de contrôle et de suivi pertinents 3. Assurez-vous au préalable d avoir inscrit au cahier

Plus en détail

Gestion des non-conformités et amélioration continue

Gestion des non-conformités et amélioration continue Page 1 sur 6 1. Objet et domaine d application La procédure décrit la mise en œuvre des actions correctives et des actions d amélioration nécessaires suite à des non-conformités (dysfonctionnements/anomalies

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. 4) Conduire un groupe de travail en appliquant une démarche de résolution de problème

REFERENTIEL DU CQPM. 4) Conduire un groupe de travail en appliquant une démarche de résolution de problème COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 14/02/2006 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien de la qualité I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

CQP ANIMATEUR D EQUIPE

CQP ANIMATEUR D EQUIPE Cadre réservé au secrétariat N candidat : CQP ANIMATEUR D EQUIPE Livret d évaluation VAE Candidat Nom :... Prénom :... Signature : Evaluateur habilité Nom :... Fonction :... Entreprise ou organisme :....

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION 2013 Cabinet agrée par le FDFP et l APEX-CI EDITORIAL L évolution du contexte économique et les mutations qui s opèrent aujourd hui sur les marchés commerciaux imposent aux entreprises,

Plus en détail

Référentiel IAS:2006 de l audit social

Référentiel IAS:2006 de l audit social Institut International de l'audit social INSTITUT INTERNATIONAL DE L'AUDIT SOCIAL DES RESSOURCES HUMAINES ET DES ORGANISATIONS Référentiel IAS:2006 de l audit social Référentiel IAS v 2006 Page 1 sur 12

Plus en détail

LES DIFFERENTES PHASES DE CONSTRUCTION D UN «PROJET EDUCATIF GLOBAL» DANS UN CFA DU BTP

LES DIFFERENTES PHASES DE CONSTRUCTION D UN «PROJET EDUCATIF GLOBAL» DANS UN CFA DU BTP Réf. document : GLO.PEG.23 LES DIFFERENTES PHASES DE CONSTRUCTION D UN «PROJET EDUCATIF GLOBAL» DANS UN CFA DU BTP INTRODUCTION Pour élaborer le Projet éducatif global d un CFA du BTP il est nécessaire

Plus en détail

Comité 21 McDonald s et la concertation

Comité 21 McDonald s et la concertation Comité 21 McDonald s et la concertation Mars 2012 Quelques mots sur Synergence Trois grandes caractéristiques fondent notre spécificité Participer à la conception des mutations écologiques de l économie

Plus en détail

Pêche. Secteur de développement rural : Les objectifs. La demarche méthodologique EVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE

Pêche. Secteur de développement rural : Les objectifs. La demarche méthodologique EVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE EVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE Secteur de développement rural : Pêche Les objectifs L Evaluation Environnementale Stratégique (EES) du sous- secteur de la pêche a pour objectif de contribuer à

Plus en détail

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE)

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) ALTERACTIVE Sébastien COQUARD Tél : 06 42 63 71 21 sebastien.coquard@alteractive.org SARL SCOP à capital variable www.alteractive.org Faisons connaissance!

Plus en détail

Observatoire régional de la commande publique

Observatoire régional de la commande publique Observatoire régional de la commande publique GT «Place de l innovation dans la commande publique» 20/01/2017 06/01/2017 Déroulé de présentation Présentation de la politique d achat d innovation Présentation

Plus en détail

1 ère entreprise certifiée RSPO en Côte d Ivoire L AGRO-INDUSTRIE DURABLE SOUS TOUTES SES FORMES

1 ère entreprise certifiée RSPO en Côte d Ivoire L AGRO-INDUSTRIE DURABLE SOUS TOUTES SES FORMES 1 ère entreprise certifiée RSPO en Côte d Ivoire L AGRO-INDUSTRIE DURABLE SOUS TOUTES SES FORMES SOMMAIRE L ENTREPRISE L ENGAGEMENT RSPO LES ACQUIS DE LA CERTIFICATION RSPO L ACCOMPAGNEMENT DES COOPÉRATIVES

Plus en détail

Commission Développement Durable

Commission Développement Durable Commission Développement Durable Intégration de la politique RSE dans les actes d achats «Processus par lequel les organisations se procurent les biens, prestations, installations et services [ ] d'une

Plus en détail

Diagnostic et proposition de stratégies pour développer, au départ des collectivités, une filière d alimentation durable sur le territoire de Namur.

Diagnostic et proposition de stratégies pour développer, au départ des collectivités, une filière d alimentation durable sur le territoire de Namur. Diagnostic et proposition de stratégies pour développer, au départ des collectivités, une filière d alimentation durable sur le territoire de Namur. 28 février 2012 ETUDE Diagnostic Stratégies et actions

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE dans le cadre de la Directive «MIF»

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE dans le cadre de la Directive «MIF» POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE dans le cadre de la Directive «MIF» 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit Agricole comprend différentes entités qui fournissent

Plus en détail

Pre sentation de l entreprise

Pre sentation de l entreprise Indice : b Fiche d identité MIRA MECA Z.A. de la Brisse 47800 MIRAMONT DE GUYENNE Date de création : 2001 Forme juridique : S.A.R.L. au capital de 60 000 Siret : 434 720 785 00014 Pre sentation de l entreprise

Plus en détail

FIDH/ Carrefour: Bilan d'une coopération ONG/ Entreprise Mars 2006

FIDH/ Carrefour: Bilan d'une coopération ONG/ Entreprise Mars 2006 FIDH/ Carrefour: Bilan d'une coopération ONG/ Entreprise Mars 2006 POURQUOI? La garantie des droits de l Homme incombe aux Etats, premiers sujets de droit international. Cependant, la mondialisation a

Plus en détail

LES AUTEURS PFCE. Fair World Project. FairNESS France and UK

LES AUTEURS PFCE. Fair World Project. FairNESS France and UK LES AUTEURS PFCE Fair World Project FairNESS France and UK LES LABELS DE COMMERCE EQUITABLE A LA LOUPE POURQUOI UN NOUVEAU GUIDE? Des évolutions significatives au sein du secteur Emergence de nouveaux

Plus en détail

Accompagnement de la démarche qualité et de l évaluation interne en continu dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux

Accompagnement de la démarche qualité et de l évaluation interne en continu dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux Accompagnement de la démarche qualité et de l évaluation interne en continu dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux www.cabinetprin.fr Conseil en management depuis 1989 Pour la reconnaissance

Plus en détail

RESPONSABLES. Chez Entremont, fromage rime aujourd hui plus que jamais avec développement durable.

RESPONSABLES. Chez Entremont, fromage rime aujourd hui plus que jamais avec développement durable. pour des fromages RESPONSABLES Chez Entremont, fromage rime aujourd hui plus que jamais avec développement durable. Imprégnés par notre démarche RSE «pour des fromages responsables», nos produits, nos

Plus en détail

Ville de Montréal Processus budgétaire 2011

Ville de Montréal Processus budgétaire 2011 Direction de l approvisionnement 11 mai 2010 Ville de Montréal Processus budgétaire 2011 Présentation à l intention des membres des commissions sur les finances municipales et d agglomération Direction

Plus en détail

Charte Fournisseurs Une relation client-fournisseur responsable

Charte Fournisseurs Une relation client-fournisseur responsable Charte Fournisseurs Une relation client-fournisseur responsable Édition 2015 Cette charte présente la fonction Achats chez Veolia et définit les responsabilités et engagements que le Groupe souhaite partager

Plus en détail

- LABEL - RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES FILIERE AGROALIMENTAIRE

- LABEL - RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES FILIERE AGROALIMENTAIRE - LABEL - RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES FILIERE AGROALIMENTAIRE CHAMP D APPLICATION Le présent label s applique aux actes d achat des entreprises de la chaîne agroalimentaire candidates à son obtention

Plus en détail

Appui à la planification participative

Appui à la planification participative Appui à la planification participative Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser la planification d une stratégie, d un programme ou d une coopération. Dans certains cas, planifier une stratégie

Plus en détail

CO-CONSTRUIRE DES RELATIONS VILLES-CAMPAGNES La coopération territoriale en action

CO-CONSTRUIRE DES RELATIONS VILLES-CAMPAGNES La coopération territoriale en action DES RELATIONS La coopération territoriale en action Résultats de l enquête relative à la constitution d un groupe de travail dédié dans le cadre du réseau rural régional Septembre 2011 1 Lancement de la

Plus en détail

Référentiels de formation sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Référentiels de formation sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2014 Référentiels de formation sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D AMUNDI ALTERNATIVE INVESTMENTS, SAS

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D AMUNDI ALTERNATIVE INVESTMENTS, SAS POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D AMUNDI ALTERNATIVE INVESTMENTS, SAS La Directive européenne concernant les marchés d instruments financiers «Directive MIF» conduit les entreprises

Plus en détail

Bernard Bousaada, Président.

Bernard Bousaada, Président. «Votre FQP Bourgogne a décidé que 2014 serait l'année de l' Innovation et de la Compétitivité pour atteindre un objectif ambitieux "La Qualité et la Performance Durable" pour vos Entreprises et Organisations.

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2014

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2014 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des Document créé le [date de publication] 1/13 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures

Plus en détail

La Revue Qualité Produit : Un outil partagé pour l amélioration continue des produits

La Revue Qualité Produit : Un outil partagé pour l amélioration continue des produits 44 ème Congrès International SFSTP 6 et 7 juin 2012 LA CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DE LA QUALITE PRODUIT Apports du «Quality by Design» et retours d expd expériences La Revue Qualité Produit :

Plus en détail

CHARTE D ACCOMPAGNEMENT DE LA DEMARCHE QUALITE

CHARTE D ACCOMPAGNEMENT DE LA DEMARCHE QUALITE CHARTE D ACCOMPAGNEMENT DE LA DEMARCHE QUALITE fixant les engagements de la Fédération Régionale des Offices de Tourisme de Normandie et de ses adhérents Présentation générale 1. Qu est-ce que la Démarche

Plus en détail

1. Description de l objet à évaluer :

1. Description de l objet à évaluer : Termes de Référence Evaluation externe de la CONVENTION MAE - AFD - Groupe URD 1. Description de l objet à évaluer : L objet à évaluer est la mise en œuvre d une convention entre le Ministère des Affaires

Plus en détail

Parler normes couramment. L essentiel

Parler normes couramment. L essentiel Parler normes couramment. L essentiel 1 - Qu est-ce qu une norme? 2 - A quoi sert une norme? 3 - Que peut-on normaliser? 4 - Quelle est la différence entre normes et réglementation? 5 - Pourquoi intégrer

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la routière Les modules communs Activité 1 Activité 2 ; CCP1 CCP2 Nom du module Items du module Profils des Module Pédagogique

Plus en détail

Les attentes sur l appétence aux risques

Les attentes sur l appétence aux risques Les attentes sur l appétence aux risques Plénière des comités des risques des Caisses d Epargne Paris, le 18 mai 2016 Frédéric VISNOVSKY Secrétaire général adjoint 1 L appétence aux risques : c est quoi?

Plus en détail

Document de référence 2016 Compléments d information relatif à la GRI G4

Document de référence 2016 Compléments d information relatif à la GRI G4 Document de référence 2016 Compléments d information relatif à la GRI G4 Matrice de matérialité d Altarea Cogedim (G418)... 2 Méthodologie d élaboration de la matrice... 3 Enjeux prioritaires... 4 Relation

Plus en détail

Habitat Qualité Services. Mode d emploi. Préparation, déroulement et suivi des diagnostics conseil Hlm

Habitat Qualité Services. Mode d emploi. Préparation, déroulement et suivi des diagnostics conseil Hlm Ce premier document de cadrage DC 01 permet à l organisme et à l auditeur de se préparer à toutes les étapes d un diagnostic conseil qualité, dans le respect de la méthodologie élaborée par le mouvement

Plus en détail

Démarche d approvisionnement responsable

Démarche d approvisionnement responsable Démarche d approvisionnement responsable Écodéveloppement des institutions d'enseignement 01-06-2012 Marie-Michèle Couture Plan de la présentation 1. Responsabilité sociétale 1. Approvisionnement responsable

Plus en détail

EXPERTS-COMPTABLES STAGIAIRES DE 2EME ANNEE. AXE 3 Formations Techniques 2 journées libres EC et 1 journée technique CAC

EXPERTS-COMPTABLES STAGIAIRES DE 2EME ANNEE. AXE 3 Formations Techniques 2 journées libres EC et 1 journée technique CAC EXPERTS-COMPTABLES STAGIAIRES DE 2EME ANNEE AXE 3 Formations Techniques 2 journées libres EC et 1 journée technique CAC L'ISFEC, organisme de formation de l'ordre des Experts-Comptables de Bretagne vous

Plus en détail

Intitulé de l évaluation : la participation française au programme cadre de recherche et développement technologique Date de la fiche : 25 février 2015 Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique

Plus en détail

PREAMBULE. Le Comité d Audit dans sa séance du 25 avril 2016 a adopté la présente charte d audit interne du groupe TF1.

PREAMBULE. Le Comité d Audit dans sa séance du 25 avril 2016 a adopté la présente charte d audit interne du groupe TF1. AVRIL 2016 PREAMBULE Le Comité d Audit dans sa séance du 25 avril 2016 a adopté la présente charte d audit interne du groupe TF1. L audit interne a pour mission d évaluer de façon indépendante et objective

Plus en détail

L évolution des systèmes de management ISO 9001 et ISO

L évolution des systèmes de management ISO 9001 et ISO L évolution des systèmes de management ISO 9001 et ISO 14 001 9 Décembre 2014 AGENDA 1. Pourquoi réviser ces normes? Contexte, enjeux et calendrier 2. Les principales évolutions 2.1 Nouvelle structure

Plus en détail

THEME 1 CADRE JURIDIQUE DE LA LOI 1901, ADMINISTRATION ET FONCTIONNEMENT DES. ASSOCIATIONS Intervenante : Laure BILLOT / B.A.BALEX.

THEME 1 CADRE JURIDIQUE DE LA LOI 1901, ADMINISTRATION ET FONCTIONNEMENT DES. ASSOCIATIONS Intervenante : Laure BILLOT / B.A.BALEX. THEME 1 CADRE JURIDIQUE DE LA LOI 1901, ADMINISTRATION ET FONCTIONNEMENT DES Objectifs : ASSOCIATIONS Intervenante : Laure BILLOT / B.A.BALEX Identifier le cadre juridique de la loi 1901 et des réglementations

Plus en détail

Développement Durable et RSE

Développement Durable et RSE BELGIQUE Développement Durable et RSE C. Chaduteau / A. Marques 3/04/2014 Développement Durable et RSE/RSO: qu est-ce? Les enjeux du Développement Durable et de la RSE Régulations et position des pouvoirs

Plus en détail

Certification ISO des prestations d'audit de sécurité des SI

Certification ISO des prestations d'audit de sécurité des SI 20 septembre 2012 Certification ISO 27001 des prestations d'audit de sécurité des SI Retour d'expérience - Extension du périmètre du SMSI Un SMSI certifié depuis 4 ans Le 18 septembre 2008 : Solucom annonçait

Plus en détail

Samir Oufrid Regional Compliance Officer -Maroc- Siemens SA All rights reserved.

Samir Oufrid Regional Compliance Officer -Maroc- Siemens SA All rights reserved. Samir Oufrid Regional Compliance Officer -Maroc- Siemens SA 2013. All rights reserved. la durabilité est la clé du succès plus de 160 d existence I won't sell the future for short-term profit. Werner von

Plus en détail

ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS)

ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS) ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS) 4 Contexte de l organisme. 4 Contexte de l organisme 4 Contexte de l'organisation 4.1 Compréhension de l organisme et de son contexte 4.1 Compréhension

Plus en détail

Recommandations du Service de Sécurité et d Interopérabilité des Chemins de Fer (SSICF)

Recommandations du Service de Sécurité et d Interopérabilité des Chemins de Fer (SSICF) Recommandations du Service de Sécurité et d Interopérabilité des Chemins de Fer (SSICF) aux entreprises ferroviaires et au gestionnaire de l infrastructure opérant en Belgique, en vue d'adopter des bonnes

Plus en détail

La politique générale d égalité des chances

La politique générale d égalité des chances La politique générale d égalité des chances 1. Introduction Une politique de l égalité des chances se réfère à un ensemble de pratiques conscientes visant à reconnaître, gérer et valoriser la différence.

Plus en détail

Synthèse N 12. Les plans d approvisionnement en bois énergie

Synthèse N 12. Les plans d approvisionnement en bois énergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 12 Synthèse bibliographique Les plans d approvisionnement en bois énergie Octobre 2013 2 Plan d approvisionnement en bois énergie Objectifs : Mieux mobiliser

Plus en détail

L achat durable au service de la performance

L achat durable au service de la performance IT L achat durable au service de la performance Conférence du 11 avril 2016 Patrick Badard Les acteurs des achats de l État La DAE (la Direction des achats «Groupe» de l État) Définit, sous l autorité

Plus en détail

Le Label RSE : levier pour la promotion de la responsabilité sociétale de l entrepriose Rachid Nafti, Expert ONUDI

Le Label RSE : levier pour la promotion de la responsabilité sociétale de l entrepriose Rachid Nafti, Expert ONUDI Journée mondiale de la qualité Le Label RSE : levier pour la promotion de la responsabilité sociétale de l entrepriose Rachid Nafti, Expert ONUDI Tunis, 13 Novembre 2014 SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE TUNISIEN

Plus en détail

Norme ISO VERSION 2015

Norme ISO VERSION 2015 Norme ISO 14001 VERSION 2015 SYSTÈMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Exigences et lignes directrices pour son utilisation ENVIRONMENTAL MANAGEMENT SYSTEMS 1 Master 2 ICMS - Christian Virmaux LE SOMMAIRE

Plus en détail

«Comment les entreprises communiquent sur leurs parties prenantes?» Intervention GT 2 plateforme nationale sur la RSE le 12 mai 2015

«Comment les entreprises communiquent sur leurs parties prenantes?» Intervention GT 2 plateforme nationale sur la RSE le 12 mai 2015 «Comment les entreprises communiquent sur leurs parties prenantes?» Intervention GT 2 plateforme nationale sur la RSE le 12 mai 2015 1 L étude se base sur les différents rapports publiés par les grandes

Plus en détail

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTROLE DE GESTION. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Evolution des modèles d organisation (15 heures)

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTROLE DE GESTION. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Evolution des modèles d organisation (15 heures) UE 3 - MANAGEMENT ET CONTROLE DE GESTION Niveau M : 180 heures 20 ECTS NB : les deux sous-parties de ce programme sont présentées séparément mais la compétence à acquérir doit permettre de réaliser une

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Café

Politique Internationale d Achat de Café Politique Internationale d Achat de Café Version: juillet 2016 Notre vision Nos valeurs de commerce traditionnel nous distinguent depuis plus de 100 ans et constituent le fondement de notre succès économique.

Plus en détail

Rapport standard «analyse des risques / stratégie d audit» Sommaire

Rapport standard «analyse des risques / stratégie d audit» Sommaire Circ.-CFB 0-/ Audit Annexe 1: Les sociétés d audit appliquent ce formulaire lors de l élaboration du rapport sur l analyse des risques / stratégie d audit selon la Circ.-CFB Audit, chiffre 3.2. Sommaire

Plus en détail

La gestion différenciée des espaces et ses objectifs Pierre-Yves BOCANDÉ, Animateur Zéro Phyto Charte de l eau et du contrat de bassin

La gestion différenciée des espaces et ses objectifs Pierre-Yves BOCANDÉ, Animateur Zéro Phyto Charte de l eau et du contrat de bassin Jeudi 10 décembre 2015 La gestion différenciée des espaces et ses objectifs Pierre-Yves BOCANDÉ, Animateur Zéro Phyto Charte de l eau et du contrat de bassin LE DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT Ils vous accompagnent

Plus en détail

Mise à jour : janvier Chapitre 12 La suite donnée aux résultats d audit communiqués à la direction

Mise à jour : janvier Chapitre 12 La suite donnée aux résultats d audit communiqués à la direction Mise à jour : janvier 2016 Chapitre 12 La suite donnée aux résultats d audit communiqués à la direction Table des matières 1. Les objectifs de la surveillance et les types d intervention... 1 2. La surveillance

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE S2G

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE S2G POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DE S2G En synthèse : La Directive européenne concernant les marchés d instruments financiers Directive MIF conduit les entreprises d investissement,

Plus en détail

Bourses de Fret et OEA

Bourses de Fret et OEA Bourses de Fret et OEA Dispositions des bourses de fret pour répondre aux exigences du statut d'oea Ce document présente les dispositions prisent par les bourses de fret en matière de sureté et de sécurité

Plus en détail

Le système réglementaire de l Union Européenne et le rôle de la Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé (DEQM)

Le système réglementaire de l Union Européenne et le rôle de la Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé (DEQM) Le système réglementaire de l Union Européenne et le rôle de la Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé (DEQM) Séance dédiée 20 Avril 2011 Dr Susanne Keitel DEQM, Conseil de l

Plus en détail

ISO 45001: vers une gestion intégrée Qualité, Environnement et Santé et sécurité

ISO 45001: vers une gestion intégrée Qualité, Environnement et Santé et sécurité ISO 45001: vers une gestion intégrée Qualité, Environnement et Santé et sécurité René Hould rhould@integriso.com Association québécoise pour l hygiène, la santé et la sécurité du travail 19 mai 2016 Plan

Plus en détail

Usage Officiel. Jbel-Sendouq Khalladi Projets de parc éolien et de ligne électrique de 225 kv. Plan d Action Environnemental et Social, Tanger, Maroc

Usage Officiel. Jbel-Sendouq Khalladi Projets de parc éolien et de ligne électrique de 225 kv. Plan d Action Environnemental et Social, Tanger, Maroc Usage Officiel Jbel-Sendouq Khalladi Projets de parc éolien et de ligne électrique de 225 kv Plan d Environnemental et Social, Tanger, Maroc Aout 2015 PLAN D ACTION ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL (PAES) KHALLADI

Plus en détail

MÉCANISME DE CAPACITÉ FRANÇAIS CONTEXTE ET ENJEUX DU GÉRALD VIGNAL. nce.com. MÉCANISME DE CAPACITÉ FRANÇAIS

MÉCANISME DE CAPACITÉ FRANÇAIS CONTEXTE ET ENJEUX DU GÉRALD VIGNAL. nce.com. MÉCANISME DE CAPACITÉ FRANÇAIS 1 LE MÉC CANISME DE CAPACITÉ FRANÇAIS CONTEXTE ET ENJEUX DU GÉRALD VIGNAL MÉCANISME gerald.vignal@rte-fran DE CAPACITÉ nce.com Contexte et enjeux du mécanisme de capacité MÉCANISME DE CAPACITÉFRANÇAIS

Plus en détail

Politique Internationale d'achat pour le Bien-être Animal

Politique Internationale d'achat pour le Bien-être Animal Politique Internationale d'achat pour le Bien-être Animal Version : Avril 2016 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs traditionnelles

Plus en détail

INTRODUCTION. En quelques pages, ce document reprend le chemin qui a mené à ces conclusions. Deux points sont à mettre en avant :

INTRODUCTION. En quelques pages, ce document reprend le chemin qui a mené à ces conclusions. Deux points sont à mettre en avant : RESTITUTION DES 2 EMES ATELIERS DE CONCERTATION DU PLAN CLIMAT TERRITORIAL INTEGRE (PCTI) DAKAR, 10 ET 11 DECEMBRE 2013 INTRODUCTION Les 2 èmes ateliers de concertation du Plan Climat Territorial Intégré

Plus en détail

Référentiel de compétences en éducation pour la santé

Référentiel de compétences en éducation pour la santé Référentiel de compétences en éducation pour la santé Version synthétique septembre 2012 Comité consultatif pour l élaboration des programmes de formation en éducation pour la santé (Décret n 2006-57 du

Plus en détail

MANUEL QUALITE ENVIRONNEMENT

MANUEL QUALITE ENVIRONNEMENT MANUEL QUALITE ENVIRONNEMENT Créé : le 04 Avril 2011 Date de mise à jour : le 21 mars 2016 Version : 23 Vérifié par : Appasaheb Pacharne Responsable Qualité Système sur le site de Pune (Inde) & Muriel

Plus en détail

Plan d action pour prévenir et traiter les situations complexes et conflictuelles concernant le personnel médical. CME 10 mai 2016

Plan d action pour prévenir et traiter les situations complexes et conflictuelles concernant le personnel médical. CME 10 mai 2016 Plan d action pour prévenir et traiter les situations complexes et conflictuelles concernant le personnel médical CME 10 mai 2016 Le contexte Plan d action du directoire du 4 janvier 2016 Un groupe de

Plus en détail

Mise en œuvre des systèmes de management de la santéet sécuritéau travail: outils d évaluation dans trois entreprises Algériennes

Mise en œuvre des systèmes de management de la santéet sécuritéau travail: outils d évaluation dans trois entreprises Algériennes Mise en œuvre des systèmes de management de la santéet sécuritéau travail: outils d évaluation dans trois entreprises Algériennes Ouaaz. M, Haddar.M Service de médecine du travail, EPH de Rouiba, Alger

Plus en détail

DRAFT. Référentiel SALAMA Exigences essentielles pour un système de maîtrise des risques liés à la santé et à la sécurité au travail.

DRAFT. Référentiel SALAMA Exigences essentielles pour un système de maîtrise des risques liés à la santé et à la sécurité au travail. Exigences essentielles pour un système de maîtrise des risques liés à la santé et à la sécurité au travail Décembre 2015 IMANOR 2015- Tous droits réservés Sommaire 1-Domaine d'application.. 3 2- Références.....3

Plus en détail

Présentation synthétique du dispositif «Jeunes décrochés et politique d achat»

Présentation synthétique du dispositif «Jeunes décrochés et politique d achat» Présentation synthétique du dispositif «Jeunes décrochés et politique d achat» Version du 29 octobre 2015. Avant propos : Les acheteurs ont l obligation de favoriser l insertion des publics en difficulté

Plus en détail

Responsable assurance produit

Responsable assurance produit Responsable assurance produit C1A21 Qualité - IR Le responsable assurance produit définit, organise et met en œuvre, en collaboration avec le chef de projet, les différents processus garantissant la qualité

Plus en détail

Réaliser un diagnostic des déchets de la collectivité

Réaliser un diagnostic des déchets de la collectivité Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R1 Réaliser un diagnostic des déchets de la collectivité DESCRIPTION DE L ACTION À l image du diagnostic de territoire que toute collectivité

Plus en détail

Association Départementale des Amis et Parents de Personnes Handicapées Mentales d Indre et Loire

Association Départementale des Amis et Parents de Personnes Handicapées Mentales d Indre et Loire Association Départementale des Amis et Parents de Personnes Handicapées Mentales d Indre et Loire Validé Direction Générale 9 novembre 2009 Modifié par la Direction Générale le 21/11/2011 PROFIL DE FONCTION

Plus en détail

Charte de fonctionnement de l instance de concertation GRTgaz - TIGF

Charte de fonctionnement de l instance de concertation GRTgaz - TIGF Charte de fonctionnement de l instance de concertation GRTgaz - TIGF Règles d accès aux réseaux de transport de gaz naturel - Objet - Organisation générale - Comité d orientation (Comité plénier) - Groupes

Plus en détail

Améliorer la performance de votre entreprise

Améliorer la performance de votre entreprise Sous la direction de Daniel Bacqueroët et Thierry Luthi Améliorer la performance de votre entreprise 70 recommandations concrètes, 2011 ISBN : 978-2-212-55200-3 SOMMAIRE Avant-propos Le financier d entreprise,

Plus en détail

Communication sur le progrès 2016

Communication sur le progrès 2016 Communication sur le progrès 2016 1 Communication sur le progrès 2016 DÉCLARATION DE SOUTIEN AU PACTE MONDIAL Monsieur le Secrétaire Général, Je suis heureux de confirmer l engagement de l imprimerie PDI

Plus en détail

Calendrier et plan de suivi des recommandations. Bachelier en Construction option Bâtiment Site de Verviers

Calendrier et plan de suivi des recommandations. Bachelier en Construction option Bâtiment Site de Verviers Calendrier et plan de suivi des recommandations Bachelier en Construction option Bâtiment Site de Verviers Septembre 2014 En 2011-2012, la procédure d évaluation pilotée par l AEQES débute pour la section

Plus en détail

Guide pour la prévention des risques psychosociaux d une branche professionnelle par Anthropie

Guide pour la prévention des risques psychosociaux d une branche professionnelle par Anthropie www.anthropie.net Guide pour la prévention des risques psychosociaux d une branche professionnelle par Anthropie Cet article fait état d une de nos récentes interventions. L objectif fixé était d accompagner

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1386 Substituer aux alinéas 90 à 127 les trente-huit alinéas suivants : «5 Le

Plus en détail

Perception du médiateur national de l énergie

Perception du médiateur national de l énergie Perception du médiateur national de l énergie Rapport rédigé par : Delphine Martelli-Banégas, Directrice du Département Corporate Isabelle Panhard, Directrice d études du Département Corporate Camille

Plus en détail

Formations Prévention des Risques Professionnels 2017

Formations Prévention des Risques Professionnels 2017 Formations Prévention des Risques Professionnels 2017 Depuis 2005 GERISK dans le cadre de son activité de Prévention et de Gestion des Risques Professionnels a développé plusieurs Formations pratiques

Plus en détail