Les infections urinaires en EHPAD:

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les infections urinaires en EHPAD:"

Transcription

1 Les infections urinaires en EHPAD: Règles de bon usage des ATB Dernières recommandations Cas cliniques Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes INSERM U835, Université Rennes I

2 Les antibiotiques (ATB): des médicaments pas comme les autres La cible est un autre organisme, vivant, et qui s adapte => Dégats collatéraux Autres bactéries de la flore (même les bonnes ) L entourage Les générations futures

3 La fin des antibiotiques?? Dr Margaret Chan (OMS, 2012) La médecine moderne menacée dans son ensemble (cancéro, greffes, prothèses, etc.) Il faut sauver les antibiotiques 3

4

5 La rechute Des consommations à nouveau à la hausse depuis 2008 Objectif plan national ATB: - 25% en 5 ans Concept de la juste utilisation des ATB Cachaty et al. AAC 1992 Source ANSM / Réseau ATB RAISIN

6 La France, un mauvais élève Goossens et al., Lancet, 2005

7 La France, un mauvais élève Goossens et al., Lancet, 2005

8 Peut-on compter sur les nouveaux antibiotiques, face aux résistances? Recherche et développement: perspectives des firmes pharmaceutiques 1. combien coûte un nouvel ATB? => plus de 10 ans, plus d 1 milliard US$ 2. quels retours sur investissement? * ATB = traitements courts (maladies aigues) * longévité pas assurée (cf. résistances) * politiques de restrictions Les retours sur investissements sont faibles, pour de nouveaux ATB

9 Tenir bon face aux résistances Bon usage Spectres étroits Durées courtes Abstention Antibiothérapies Récurrentes Polypathologies Immunodéprimés Recommandations Inadaptées Manque de temps Dérive médico-légale Société de consommation

10 CAT? Cas clinique (1) Une femme de 83 ans, en EHPAD ATCD - PAR sous méthotrexate 7,5 mg/semaine - Cholécystectomie - Dyslipidémie L aide-soignante vous signale des urines malodorantes

11 CAT? Cas clinique (2) Une femme de 83 ans, en EHPAD ATCD - PAR sous méthotrexate 7,5 mg/semaine - Cholécystectomie - Dyslipidémie L IDE vous signale des urines malodorantes et une T à 38,5 C, bien tolérée La BU retrouve leucocytes et nitrites

12 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes pour améliorer le bon usage des ATB 1. Limiter les durées d antibiothérapie Infections respiratoires = 7 jours maximum Infections urinaires fébriles = 7-14 jours maximum Même si prostatite Même si bactéries multi-résistantes Même si co-morbidités Infections cutanées (érysipèle, cellulites) 10 à 14 jours Stop si 48 h d apyrexie + disparition inflammation locale

13 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 2. Eviter les associations Cumul des effets indésirables Synergie hypothétique le plus souvent Aucune combinaison n est magique! Exemple type: C3G + quinolones

14 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 3. Mentionner clairement, par écrit, l indication et la durée prévisibles de l ATB Dossier médical et/ou prescription Sans hésiter à corriger le tir (48-72 h) Stop Désescalade (réception ECBU)

15 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 4. Privilégier les béta-lactamines Index thérapeutique large Pouvoir sélectionnant faible Coût Préserve les options ultérieures

16 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 5. Eviter les fluoroquinolones Plein d atouts, mais Pouvoir sélectionnant Index thérapeutique étroit Tolérance (neurologique, tendineuse) Les réserver à des indications sélectionnées

17 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 6. Dans le doute, s abstenir! Décompensation BPCO Infection urinaire asymptomatique ECBU Hydratation et surveillance Ulcère veineux ou escarre sale Complications de fin de vie -> antipyrétiques/antalgiques

18 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 7. Eviter les prélèvements d interprétation douteuse ECBU sur sonde c/o asymptomatiques Escarres, ulcères de jambe, cicatrice opératoire ECBC Coproculture pour diarrhée non fébrile

19 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 8. Respecter les non-indications Infection urinaire asymptomatique Colonisation/infection plaies superficielles Bronchite aiguë Coproculture positive (Candida sp., S. aureus)

20 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 9. Privilégier la prévention Vaccinations grippe, pneumocoque (réduction franche de la consommation ATB) Kinésithérapie respiratoire c/o BPCO Soins locaux (ulcères, escarres) Limitation des indications/durées de sondage urinaire

21 Bonnes pratiques d antibiothérapie Quelques pistes 10. Evaluer régulièrement (réunions multidisciplinaires annuelles, avec l ensemble des prescripteurs) Consommations antibiotiques -> pharmacien Ecologie microbienne -> laboratoire de recours Protocoles -> recommandations nationales Réunion morbi-mortalité

22 Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Comité des référentiels de la SPILF à partir, Juin 2014

23 Modification de la terminologie Recommandations 2008 Recommandations 2014 IU simple IU compliquée Prostatite IU simple IU à risque de complication IU masculine Prise en compte des éléments de gravité : - sepsis grave ou choc septique* - indication à un drainage chirurgical ou instrumental des voies urinaires (hors sondage vésical simple) * Prise en charge initiale des états septiques graves de l adulte et de l enfant. Réanimation 2007, 16: S1-21

24 Facteurs de risque de complications Homme Grossesse Anomalie de l arbre urinaire Insuffisance rénale sévère (clairance créatinine < 30 ml/mn) Immunodépression sévère sujets âgés > 65 ans «fragile» : > 3 critères de la classification de Fried : perte de poids involontaire au cours de la dernière année vitesse de marche lente faible endurance faiblesse/fatigue activité physique réduite > 75 ans Le diabète n est plus considéré comme un facteur de risque

25 Bandelettes urinaires Chez la femme, bonne valeur prédictive négative Si BU négative (leucocytes et nitrites ), rechercher un autre diagnostic Chez l homme, bonne valeur prédictive positive Si BU positive (leucocytes et nitrites ), très probable IU à confirmer par ECBU Une BU négative n exclut pas le diagnostic

26 Rationnel du choix antibiotique Taux de résistance acceptable en probabiliste : 20 % pour les cystites simples 10 % pour les PNA et IU masculines Tolérance Impact écologique Fosfomycine Nitrofurantoine Pivmecillinam Amoxicilline-Ac Clavulanique ++ Cotrimoxazole ++ Impact sur le microbiote Faible Faible Faible FQ +++ C3G +++

27 Rationnel du choix antibiotique Taux de résistance acceptable en probabiliste : 20 % pour les cystites simples 10 % pour les PNA et IU masculines Tolérance Impact écologique Fosfomycine Nitrofurantoine Pivmecillinam Amoxicilline-Ac Clavulanique ++ Cotrimoxazole ++ Impact sur le microbiote Faible Faible Faible FQ +++ C3G +++

28 Les SARM diminuent, les entérobactéries multirésistantes augmentent

29 Données concordantes des observatoires/études D après ECDC, EARSS.net France (2012) E. Coli FQ-I+R : 20,8 %

30 Antibio-R d E.coli urinaire selon le nombre d expositions ATB Vellinga et al JAC 2012 ;67:

31 , 30 médecins généralistes Haut-Normands Inclusion : femmes ans, cystites aigües simples Cystites aigües simples E. Coli (n= 157) ATB Taux de S ATB Taux de S amox 63 % amox/clav 91 % pipéra-tazo 99 % ceftazidime 99 % cefotaxime 99 % imipénème 100 % pivmecillinam 87 % amikacine 100 % TMP-STX 87 % furantoïne 100 % ac. nal 97 % ofloxacine 98 % fosfomycine 100 % Etienne (2014) BMC Infect Dis, 14, 137

32 FQ-R : PNA simples (6%) / compliquées (20%) Corrélation entre le nombre de FDR et le taux de résistance aux FQ! Etienne (2014). Med Mal Inf 44(5),

33 Taux de résistance d Escherichia coli en France dans la communauté en 2014 < 5 % pour aminosides, fosfomycine-trométamol, nitrofurantoïne 5 % pour C3G et aztréonam 10 % pour fluoroquinolones : 5 % des IU simples > 10 % des IU à risque de complication ou si exposition aux FQ dans les six mois < 15 % pour pivmécillinam > 20 % pour cotrimoxazole

34 Taux de résistance d Escherichia coli en France dans la communauté en 2014 < 5 % pour aminosides, fosfomycine-trométamol, nitrofurantoïne 5 % pour C3G et aztréonam 10 % pour fluoroquinolones : 5 % des IU simples > 10 % des IU à risque de complication ou si exposition aux FQ dans les six mois < 15 % pour pivmécillinam > 20 % pour cotrimoxazole

35 Taux de résistance d Escherichia coli en France dans la communauté en 2014 < 5 % pour aminosides, fosfomycine-trométamol, nitrofurantoïne 5 % pour C3G et aztréonam 10 % pour fluoroquinolones : 5 % des IU simples > 10 % des IU à risque de complication ou si exposition aux FQ dans les six mois < 15 % pour pivmécillinam > 20 % pour cotrimoxazole

36 Taux de résistance d Escherichia coli en France dans la communauté en 2014 < 5 % pour aminosides, fosfomycine-trométamol, nitrofurantoïne 5 % pour C3G et aztréonam 10 % pour fluoroquinolones : 5 % des IU simples > 10 % des IU à risque de complication ou si exposition aux FQ dans les six mois < 15 % pour pivmécillinam > 20 % pour cotrimoxazole

37 Cystite simple BU positive Traitement de 1 ère intention : fosfomycine-trométamol en dose unique Traitement de 2 ème intention : pivmécillinam 400 mg x 2/j, pendant 5 jours Traitement de 3 ème intention (en dernier recours) - fluoroquinolone : à dose unique (ciprofloxacine ou ofloxacine) - nitrofurantoïne : pendant 5 jours

38 Cystite à risque de complication: plus compliqué (peu de données ) BU positive ECBU* Traitement pouvant être différé Traitement ne pouvant être différé Antibiotique** selon l antibiogramme (5 à 7 jours, sauf fosfomycine-trométamol) 1 er amoxicilline 2 ème pivmécillinam 3 ème nitrofurantoïne 4 ème cotrimoxazole ou amoxicilline-acide clavulanique ou fluoroquinolone (ciprofloxacine, ofloxacine) ou céfixime 5 ème fosfomycine-trométamol sur avis d expert 1 dose ou 3 doses (J1/J3/J5) Traitement de 1 ère intention -nitrofurantoïne Traitement de 2 ème intention si contre-indication à la nitrofurantoïne - céfixime - ou fluoroquinolone Adaptation à l antibiogramme systématique Durée totale : 5 à 7 jours * Autant que possible, différer le traitement jusqu à obtention de l antibiogramme ** Par ordre de préférence

39 Cystite à risque de complication: plus compliqué (peu de données ) BU positive ECBU* Traitement pouvant être différé Traitement ne pouvant être différé Antibiotique** selon l antibiogramme (5 à 7 jours, sauf fosfomycine-trométamol) 1 er amoxicilline 2 ème pivmécillinam 3 ème nitrofurantoïne 4 ème cotrimoxazole ou amoxicilline-acide clavulanique ou fluoroquinolone (ciprofloxacine, ofloxacine) ou céfixime 5 ème fosfomycine-trométamol sur avis d expert 1 dose ou 3 doses (J1/J3/J5) Traitement de 1 ère intention -nitrofurantoïne Traitement de 2 ème intention si contre-indication à la nitrofurantoïne - céfixime - ou fluoroquinolone Adaptation à l antibiogramme systématique Durée totale : 5 à 7 jours * Autant que possible, différer le traitement jusqu à obtention de l antibiogramme ** Par ordre de préférence

40 Cystites récidivantes Cystites récidivantes Traitement au cas par cas Idem cystites simples Si au moins un épisode / mois antibioprophylaxie Cystite post-coïtale Une prise antibiotique 2 heures avant à 2 heures après les rapports sexuels, sans dépasser le rythme d administration de la prophylaxie continue, soit : cotrimoxazole 400 mg/80 mg un cp par jour ou fosfomycine-trométamol 3 g tous les 7-10 jours Autres situations cotrimoxazole 400 mg/80 mg un cp le soir au coucher ou fosfomycine-trométamol 3 g/7-10 jours Patiente informée des effets indésirables

41 Pyélonéphrite aiguë stratégie générale Pyélonéphrite aiguë (PNA) homme? oui cf IU masculine non grossesse? oui cf PNA gravidique non signe de gravité? sepsis grave choc septique, indication à un drainage oui cf PNA grave non cf PNA sans signe de gravité

42 PNA sans signe de gravité non Facteur de risque de complication? toute uropathie immunodépression sévère insuffisance rénale sévère sujet âgé «fragile» (cf définitions) oui Antibiothérapie probabiliste FQ (sauf traitement par FQ < 6 mois) C3G parentérale (céfotaxime, ceftriaxone) à privilégier si hospitalisation ou ou C3G parentérale (céfotaxime, ceftriaxone) FQ (sauf traitement par FQ < 6 mois) si contre-indication : aminoside (amikacine, gentamicine ou tobramycine) ou aztréonam (hospitalisation) Relai par voie orale adapté aux résultats de l antibiogramme (hors BLSE ; si BLSE : cf tableau correspondant) : amoxicilline amoxicilline acide clavulanique fluoroquinolone (ciprofloxacine ou ofloxacine ou lévofloxacine) céfixime Cotrimoxazole Durée totale du traitement 7 jours si FQ ou β-lactamine parentérale 10 à 14 jours le plus souvent 10 à 14 jours dans les autres cas cas particulier : 5 à 7 jours si aminoside durant tout le traitement

43 PNA sans signe de gravité non Facteur de risque de complication? toute uropathie immunodépression sévère insuffisance rénale sévère sujet âgé «fragile» (cf définitions) oui Antibiothérapie probabiliste FQ (sauf traitement par FQ < 6 mois) C3G parentérale (céfotaxime, ceftriaxone) à privilégier si hospitalisation ou ou C3G parentérale (céfotaxime, ceftriaxone) FQ (sauf traitement par FQ < 6 mois) si contre-indication : aminoside (amikacine, gentamicine ou tobramycine) ou aztréonam (hospitalisation) Relai par voie orale adapté aux résultats de l antibiogramme (hors BLSE ; si BLSE : cf tableau correspondant) : amoxicilline amoxicilline acide clavulanique fluoroquinolone (ciprofloxacine ou ofloxacine ou lévofloxacine) céfixime Cotrimoxazole Durée totale du traitement 7 jours si FQ ou β-lactamine parentérale 10 à 14 jours le plus souvent 10 à 14 jours dans les autres cas cas particulier : 5 à 7 jours si aminoside durant tout le traitement

44 Recommandations durée de traitement des pyélonéphrites ( ) Résistance R apparition aujourd hui Sulfamides % 42 j Acide Nalidixique % Cotrimoxazole % Amoxicilline % 42 j 1 ère Durée de traitement A-AC % Ceftriaxone <2% Fluoroquinolones % 7 j j

45 Contexte Suède, 21 centres ( ) Femmes non enceintes En externe ou hospitalisées Exclusion ECBU négatif Résistance aux quinolones Intervention Ciprofloxacine 500 mg x 2/j J1-J7 J8-J15, ciprofloxacine ou placebo Critère principal = guérison clinique + bactério, j post cipro Sandberg T et al. Lancet 2011

46 Sandberg T et al. Lancet 2011

47 Sandberg T et al. Lancet 2011

48 PNA grave Traitement probabiliste C3G IV (céfotaxime ou ceftriaxone) + amikacine si allergie : aztréonam + amikacine - si [sepsis grave ou geste urologique] ET [antécédent d IU ou colonisation urinaire à EBLSE dans les 6 mois] carbapénème (imipénème, méropénème) + amikacine en cas d allergie aux carbapénèmes : aztréonam + amikacine - Si choc septique ET [IU ou colonisation urinaire à EBLSE dans les 6 mois, ou antibiothérapie par péni + inhibiteur, C2G, C3G ou fluoroquinolones dans les 6 mois, ou voyage récent en zone d endémie d EBLSE, ou hospitalisation < 3 mois, ou vie en long séjour ] carbapénème (imipénème, méropénème) + amikacine en cas d allergie aux carbapénèmes : aztréonam + amikacine Relai adapté aux résultats de l antibiogramme Arrêt carbapénème dès que possible Poursuite en parentéral si critère de sévérité persistant Puis relai oral : idem PNA sans signe de gravité Durée totale de traitement : 10 à 14 jours

49 IU masculine IU masculine sepsis grave / choc septique rétention d urine ou immunodépression profonde fièvre ou mauvaise tolérance des SFU autres cas hospitalisation hospitalisation ambulatoire ambulatoire antibiothérapie probabiliste : idem PNA grave antibiothérapie probabiliste : idem PNA à FDR de complication antibiothérapie probabiliste : idem PNA à FDR de complication différer le traitement jusqu à l antibiogramme En relais : fluoroquinolones (ciprofloxacine, lévofloxacine, ofloxacine) et cotrimoxazole à privilégier 14 jours 21 jours à discuter si : -uropathie sous jacente ou ne régressant pas sous traitement antibiotique -lithiase urinaire, immunodépression -molécule autre que fluoroquinolone ou cotrimoxazole.

50 L abandon du traitement des IU asymptomatiques (colonisations?) 2 exceptions: Femme enceinte à partir du 4 ème mois Geste urologique (invasif, au contact des urines) L abandon des ECBU de contrôle systématiques (tous!) Le maintien de l échographie des voies urinaires si IU fébrile SAUF : 1 er épisode, non hyperalgique, sans FDR de complication, d évolution favorable <48h

51 Cas clinique 1 Mme X, 75 ans, résidente en EHPAD ATCD : Démence sénile Diabète de type 2 Réalisation d une BU suite à l observation d urines malodorantes. Résultat : Nitrites ++ / Leucocytes + Traitez-vous la patiente? Oui / Non

52 Cas clinique 1 Mme X, 75 ans, résidente en EHPAD ATCD : Démence sénile Diabète de type 2 Réalisation d une BU suite à l observation d urines malodorantes. Résultat : Nitrites ++ / Leucocytes + Traitez-vous la patiente? Oui / Non => NON!

53 L aspect macroscopique des urines de même que leurs odeurs ne signent pas forcément la présence de bactéries. On est probablement en présence d un cas de colonisation urinaire. La colonisation urinaire (ou bactériurie asymptomatique) est la présence de micro-organisme dans les urines sans manifestation clinique associée. La prévalence de la colonisation urinaire varie avec le sexe, l âge et l existence d anomalie(s) urologique(s). Les colonisations urinaires sont à dépister et à traiter uniquement dans deux situations : En pré-opératoire d une intervention urologique au contact des urines Grossesse à partir du 4ème mois

54 Cas clinique 2 Mme Y, 88 ans, hospitalisée en long séjour pour démence et insuffisance cardiaque. Un ECBU est réalisé suite à la réalisation d une bandelette urinaire positive devant une fièvre et des douleurs mictionnelles. Le résultat est le suivant : Examen direct Leucocytes : entre 10 5 et 10 6 cellules/ml Hématies : entre 10 4 et 10 5 cellules /ml Gram : Rares Bacilles à Gram négatif Culture, identification et antibiogramme en cours

55 Le médecin peut traiter l infection comme une PNA simple, car c est le premier épisode de la dame et qu elle n a pas de signe de gravité : Vrai ou Faux?

56 Le médecin peut traiter l infection comme une PNA simple, car c est le premier épisode de la dame et qu elle n a pas de signe de gravité : Vrai ou Faux? Faux La patiente a plus de 75 ans, il faut donc traiter son infection comme une PNA «à risque de complication»

57 Le médecin peut traiter l infection comme une PNA simple, car c est le premier épisode de la dame et qu elle n a pas de signe de gravité : Vrai ou Faux? Faux La patiente a plus de 75 ans, il faut donc traiter son infection comme une PNA «à risque de complication» La patiente tolérant mal sa fièvre, le médecin prescrit un traitement probabiliste, sans attendre le résultat de l antibiogramme. Le traitement de 1 ère intention dans ce cas est : Ceftriaxone SC, 1 g/j Amoxicilline Ac Clavulanique 1 g x 3/j Nitrofurantoïne, 300 mg/j Fosfomycine-trométamol 1 sachet en prise unique

58 Le médecin peut traiter l infection comme une PNA simple, car c est le premier épisode de la dame et qu elle n a pas de signe de gravité : Vrai ou Faux? Faux La patiente a plus de 75 ans, il faut donc traiter son infection comme une PNA «à risque de complication» La patiente tolérant mal sa fièvre, le médecin prescrit un traitement probabiliste, sans attendre le résultat de l antibiogramme. Le traitement de 1 ère intention dans ce cas est : Ceftriaxone SC, 1 g/j Amoxicilline Ac Clavulanique 1 g x 3/j Nitrofurantoïne, 300 mg/j Fosfomycine-trométamol 1 sachet en prise unique

59 PNA sans signe de gravité non Facteur de risque de complication? toute uropathie immunodépression sévère insuffisance rénale sévère sujet âgé «fragile» (cf définitions) oui Antibiothérapie probabiliste FQ (sauf traitement par FQ < 6 mois) C3G parentérale (céfotaxime, ceftriaxone) à privilégier si hospitalisation ou ou C3G parentérale (céfotaxime, ceftriaxone) FQ (sauf traitement par FQ < 6 mois) si contre-indication : aminoside (amikacine, gentamicine ou tobramycine) ou aztréonam (hospitalisation) Relai par voie orale adapté aux résultats de l antibiogramme (hors BLSE ; si BLSE : cf tableau correspondant) : amoxicilline amoxicilline acide clavulanique fluoroquinolone (ciprofloxacine ou ofloxacine ou lévofloxacine) céfixime cotrimoxazole Durée totale du traitement 7 jours si FQ ou β-lactamine parentérale 10 à 14 jours le plus souvent 10 à 14 jours dans les autres cas cas particulier : 5 à 7 jours si aminoside durant tout le traitement

60 Résultats définitifs ECBU : Escherichia coli entre 10 5 et 10 6 UFC/ml Antibiogramme : AMOXICILLINE/ AC CLAVULAINIQUE AMOXICILLINE TICARCILLINE PIPERACILLINE + TAZOBACTAM CEFALOTINE CEFOXITINE CEFTRIAXONE CEFIXIME ERTAPENEM IMIPENEME AMIKACINE GENTAMICINE ACIDE NALIDIXIQUE CIPROFLOXACINE NORFLOXACINE OFLOXACINE TRIMETHOPRIME/SULFAMETHOXAZOLE NITROFURANTOÏNE S S S S S S S S S S S S R R R R S R

61 Résultats définitifs ECBU : Escherichia coli entre 10 5 et 10 6 UFC/ml Antibiogramme : AMOXICILLINE/ AC CLAVULAINIQUE AMOXICILLINE TICARCILLINE PIPERACILLINE + TAZOBACTAM CEFALOTINE CEFOXITINE CEFTRIAXONE CEFIXIME ERTAPENEM IMIPENEME AMIKACINE GENTAMICINE ACIDE NALIDIXIQUE CIPROFLOXACINE NORFLOXACINE OFLOXACINE TRIMETHOPRIME/SULFAMETHOXAZOLE NITROFURANTOÏNE S S S S S S S S S S S S R R R R S R Au vu de cet antibiogramme, quelle est l attitude thérapeutique à adopter? On continue la ceftriaxone On prescrit de l amoxicilline. On passe au cotrimoxazole, pendant 5 jours On met la patiente sous gentamicine, en surveillant la fonction rénale.

62 Résultats définitifs ECBU : Escherichia coli entre 10 5 et 10 6 UFC/ml Antibiogramme : AMOXICILLINE/ AC CLAVULAINIQUE AMOXICILLINE TICARCILLINE PIPERACILLINE + TAZOBACTAM CEFALOTINE CEFOXITINE CEFTRIAXONE CEFIXIME ERTAPENEM IMIPENEME AMIKACINE GENTAMICINE ACIDE NALIDIXIQUE CIPROFLOXACINE NORFLOXACINE OFLOXACINE TRIMETHOPRIME/SULFAMETHOXAZOLE NITROFURANTOÏNE S S S S S S S S S S S S R R R R S R Au vu de cet antibiogramme, quelle est l attitude thérapeutique à adopter? On continue la ceftriaxone On prescrit de l amoxicilline. On passe au cotrimoxazole, pendant 5 jours On met la patiente sous gentamicine, en surveillant la fonction rénale.

63 Cas clinique 2-bis Mme Y, 88 ans, hospitalisée en long séjour pour démence et insuffisance cardiaque. Un ECBU est réalisé suite à la réalisation d une bandelette urinaire positive devant des douleurs mictionnelles. Le résultat est le suivant : Examen direct Leucocytes : entre 10 5 et 10 6 cellules/ml Hématies : entre 10 4 et 10 5 cellules /ml Gram : Rares Bacilles à Gram négatif Culture, identification et antibiogramme en cours CAT?

64 Cas clinique 2-bis Mme Y, 88 ans, hospitalisée en long séjour pour démence et insuffisance cardiaque. Un ECBU est réalisé suite à la réalisation d une bandelette urinaire positive devant des douleurs mictionnelles. Le résultat est le suivant : Examen direct Leucocytes : entre 10 5 et 10 6 cellules/ml Hématies : entre 10 4 et 10 5 cellules /ml Gram : Rares Bacilles à Gram négatif Culture, identification et antibiogramme en cours CAT? => on attend si possible!

65 Cystite à risque de complication BU positive ECBU* Traitement pouvant être différé Traitement ne pouvant être différé Antibiotique** selon l antibiogramme (5 à 7 jours, sauf fosfomycine-trométamol) 1 er amoxicilline 2 ème pivmécillinam 3 ème nitrofurantoïne 4 ème cotrimoxazole ou amoxicilline-acide clavulanique ou fluoroquinolone (ciprofloxacine, ofloxacine) ou céfixime 5 ème fosfomycine-trométamol sur avis d expert 1 dose ou 3 doses (J1/J3/J5) Traitement de 1 ère intention -nitrofurantoïne Traitement de 2 ème intention si contre-indication à la nitrofurantoïne - céfixime - ou fluoroquinolone Adaptation à l antibiogramme systématique Durée totale : 5 à 7 jours * Autant que possible, différer le traitement jusqu à obtention de l antibiogramme ** Par ordre de préférence

66 Cystite à risque de complication BU positive ECBU* Traitement pouvant être différé Traitement ne pouvant être différé Antibiotique** selon l antibiogramme (5 à 7 jours, sauf fosfomycine-trométamol) 1 er amoxicilline Une cystite non 2 ème pivmécillinam 3ème nitrofurantoïne 4 ème cotrimoxazole ou amoxicilline-acide clavulanique ou fluoroquinolone (ciprofloxacine, ofloxacine) ou céfixime 5 ème fosfomycine-trométamol sur avis d expert 1 dose ou 3 doses (J1/J3/J5) traitée est à très faible risque d évoluer vers une pyélonéphrite Traitement de 1 ère intention -nitrofurantoïne Traitement de 2 ème intention si contre-indication à la nitrofurantoïne - céfixime - ou fluoroquinolone Adaptation à l antibiogramme systématique Durée totale : 5 à 7 jours * Autant que possible, différer le traitement jusqu à obtention de l antibiogramme ** Par ordre de préférence

67 Cas clinique 3 Mr Z, 70 ans, excellent état général Pas d antécédent Hospitalisation pour : Brûlures mictionnelles Fièvre élevée, mal supportée Frissons La bandelette urinaire est négative. Quelle est votre hypothèse diagnostique? Le patient n a pas d infection urinaire Le patient présente une pyélonéphrite Le patient présente une infection urinaire masculine.

68 Cas clinique 3 Mr Z, 70 ans, excellent état général Pas d antécédent Hospitalisation pour : Brûlures mictionnelles Fièvre élevée, mal supportée Frissons La bandelette urinaire est négative. Quelle est votre hypothèse diagnostique? Le patient n a pas d infection urinaire Le patient présente une pyélonéphrite Le patient présente une infection urinaire masculine.

69 Bandelettes urinaires Chez la femme, bonne valeur prédictive négative Si BU négative (leucocytes et nitrites ), rechercher un autre diagnostic Chez l homme, bonne valeur prédictive positive Si BU positive (leucocytes et nitrites ), très probable IU à confirmer par ECBU Une BU négative n exclut pas le diagnostic

70 Un ECBU est réalisé. Dans l attente des résultats, le patient est mis sous Oroken (Céfixime) 200 mg matin et soir pour une durée de 2 semaines. Est-ce un bon choix antibiotique? Oui / Non et pourquoi?

71 Un ECBU est réalisé. Dans l attente des résultats, le patient est mis sous Oroken (Céfixime) 200 mg matin et soir pour une durée de 2 semaines. Est-ce un bon choix antibiotique? Oui / Non et pourquoi? Non, car: - en traitement probabiliste de l IU masculine, les C3G orales ne sont pas conseillées (faible absorption, concentrations plasmatiques et urinaires peu élevées) - jamais en première intention d une IU fébrile

72 L évolution n est pas favorable. Résultats de l ECBU : Cytologie : Hématies 17/mm 3 Leucocytes 170/mm 3 Bactériologie : Examen direct : rares bacilles gram négatif Culture: Escherichia coli 10 3 /ml Antibiogramme : Ampicilline R Amoxicilline + ac clavulanique I Ticarcilline R Ticarcilline + ac clavulanique S Pipéracilline + tazobactam S Pivmécillinam S Cefixime S Cefepime S Imipénème S Aztreonam S Amikacine S Gentamicine S Acide nalidixique R Ciprofloxacine S Cotrimoxazole R Nitrofurantoïne S

73 L évolution n est pas favorable. Résultats de l ECBU : Cytologie : Hématies 17/mm 3 Leucocytes 170/mm 3 Bactériologie : Examen direct : rares bacilles gram négatif Culture: Escherichia coli 10 3 /ml Que peut-on proposer comme traitement antibiotique? Nitrofurantoïne pendant 4 semaines Ceftriaxone pendant 14 jours Pivmécillinam pendant 14 jours Ciprofloxacine pendant 4 semaines Antibiogramme : Ampicilline R Amoxicilline + ac clavulanique I Ticarcilline R Ticarcilline + ac clavulanique S Pipéracilline + tazobactam S Pivmécillinam S Cefixime S Cefepime S Imipénème S Aztreonam S Amikacine S Gentamicine S Acide nalidixique R Ciprofloxacine S Cotrimoxazole R Nitrofurantoïne S

74 En l absence de fièvre ou de rétention urinaire, le traitement antibiotique d une IU masculine est à différer jusqu au résultat de l ECBU. Si cela n est pas possible, l antibiothérapie probabiliste recommandée est similaire à celle des pyélonéphrites aiguës (PNA): Dans la majorité des cas, identique aux PNA à risque de complication En cas de sepsis grave, choc septique ou rétention urinaire, identique aux PNA graves Lors d un traitement documenté, les fluoroquinolones sont le traitement de 1 ère intention des IU masculines à souche sensible. L alternative est le cotrimoxazole ou les C3G injectables. La durée est de 14 jours (21 max). Céfixime, amoxicilline acide clavulanique, fosfomycine-trométamol, norfloxacine et nitrofurantoïne n ont pas de place dans le traitement des IU masculines, en raison d une mauvaise diffusion prostatique.

75 IU masculine IU masculine sepsis grave / choc septique rétention d urine ou immunodépression profonde fièvre ou mauvaise tolérance des SFU autres cas hospitalisation hospitalisation ambulatoire ambulatoire antibiothérapie probabiliste : idem PNA grave antibiothérapie probabiliste : idem PNA à FDR de complication antibiothérapie probabiliste : idem PNA à FDR de complication différer le traitement jusqu à l antibiogramme En relais : fluoroquinolones (ciprofloxacine, lévofloxacine, ofloxacine) et cotrimoxazole à privilégier 14 jours 21 jours à discuter si : -uropathie sous jacente ou ne régressant pas sous traitement antibiotique -lithiase urinaire, immunodépression -molécule autre que fluoroquinolone ou cotrimoxazole.

76 Cas clinique 4 Mme C, 73 ans, en maison de retraite depuis 3 ans. Elle présente une fièvre à 39 C, des douleurs lombaires ainsi que des vomissements. Sa TA est à 125/70 mmhg. On réalise une bandelette urinaire : leucocytes +, nitrites + Quelle est votre hypothèse diagnostique? La patiente présente une cystite La patiente présente une pyélonéphrite aiguë simple La patiente présente une pyélonéphrite aiguë grave

77 Cas clinique 4 Mme C, 73 ans, en maison de retraite depuis 3 ans. Elle présente une fièvre à 39 C, des douleurs lombaires ainsi que des vomissements. Sa TA est à 125/70 mmhg. On réalise une bandelette urinaire : leucocytes +, nitrites + Quelle est votre hypothèse diagnostique? La patiente présente une cystite La patiente présente une pyélonéphrite aiguë simple La patiente présente une pyélonéphrite aiguë grave NB. Les signes de gravités d une PNA sont : Sepsis grave Choc septique Nécessité de drainage chirurgical

78 Quel traitement proposez-vous, en traitement probabiliste? Ceftriaxone : 1 g/j Ofloxacine : 200 mg X 2/j Ciprofloxacine : 500 mg x 2/j Bactrim fort : 1 cp x 2/j

79 Quel traitement proposez-vous, en traitement probabiliste? Ceftriaxone : 1 g/j Ofloxacine : 200 mg X 2/j Ciprofloxacine : 500 mg x 2/j Bactrim fort : 1 cp x 2/j En effet, l antibiothérapie probabiliste des PNA simples repose sur les fluoroquinolones ou les C3G parentérales.

80 Quel traitement proposez-vous, en traitement probabiliste? Ceftriaxone : 1 g/j Ofloxacine : 200 mg X 2/j Ciprofloxacine : 500 mg x 2/j Bactrim fort : 1 cp x 2/j En effet, l antibiothérapie probabiliste des PNA simples repose sur les fluoroquinolones ou les C3G parentérales. S il y avait eu des signes de gravités, est-ce que votre attitude thérapeutique aurait été la même? Oui / Non et pourquoi?

81 Quel traitement proposez-vous, en traitement probabiliste? Ceftriaxone : 1 g/j Ofloxacine : 200 mg X 2/j Ciprofloxacine : 500 mg x 2/j Bactrim fort : 1 cp x 2/j En effet, l antibiothérapie probabiliste des PNA simples repose sur les fluoroquinolones ou les C3G parentérales. S il y avait eu des signes de gravités, est-ce que votre attitude thérapeutique aurait été la même? Oui / Non et pourquoi? Non, car en cas de PNA grave, les fluoro-quinolones ne font pas partie des traitements probabilistes recommandés. - Le traitement probabiliste des PNA graves repose sur l association C3G parentérale + amikacine.

82 PNA grave Traitement probabiliste C3G IV (céfotaxime ou ceftriaxone) + amikacine si allergie : aztréonam + amikacine - si [sepsis grave ou geste urologique] ET [antécédent d IU ou colonisation urinaire à EBLSE dans les 6 mois] carbapénème (imipénème, méropénème) + amikacine en cas d allergie aux carbapénèmes : aztréonam + amikacine - Si choc septique ET [IU ou colonisation urinaire à EBLSE dans les 6 mois, ou antibiothérapie par péni + inhibiteur, C2G, C3G ou fluoroquinolones dans les 6 mois, ou voyage récent en zone d endémie d EBLSE, ou hospitalisation < 3 mois, ou vie en long séjour ] carbapénème (imipénème, méropénème) + amikacine en cas d allergie aux carbapénèmes : aztréonam + amikacine Relai adapté aux résultats de l antibiogramme Arrêt carbapénème dès que possible Poursuite en parentéral si critère de sévérité persistant Puis relai oral : idem PNA sans signe de gravité Durée totale de traitement : 10 à 14 jours

83 Antibiogramme Amoxicilline R Amoxicilline + ac clav R Voici les résultats de l ECBU : Ticarcilline R Leucocytes 10 5 /ml E. coli 10 5 UFC/ml Ticarcilline + ac clav Pipéracilline Pipéracilline + tazobactam R R R Imipénème S Céfotaxime S Gentamicine S Tobramycine S Amikacine S Cotrimoxazole S Acide nalidixique R Norfloxacine R Quel traitement proposez-vous en relais? Ceftriaxone s/c 1 g/j Bactrim fort 1 cp x2/j Amoxicilline+ acide clavulanique : 1 g x 3/j Ciprofloxacine : 500 mg x 2/j

84 Antibiogramme Amoxicilline R Amoxicilline + ac clav R Voici les résultats de l ECBU : Ticarcilline R Leucocytes 10 5 /ml E. coli 10 5 UFC/ml Ticarcilline + ac clav Pipéracilline Pipéracilline + tazobactam R R R Imipénème S Céfotaxime S Gentamicine S Tobramycine S Amikacine S Cotrimoxazole S Acide nalidixique R Norfloxacine R Quel traitement proposez-vous en relais? Ceftriaxone s/c 1 g/j Bactrim fort 1 cp x2/j Amoxicilline+ acide clavulanique : 1 g x 3/j Ciprofloxacine : 500 mg x 2/j

85 Cas clinique 5 Mme C, 77 ans, en EHPAD, sonde urinaire à demeure Elle présente une fièvre à 39 C et des douleurs lombaires, en l absence de signe fonctionnel urinaire Quelle(s) information(s) vous apporte l absence de SF urinaire?

86 Cas clinique 5 Mme C, 77 ans, en EHPAD, sonde urinaire à demeure Elle présente une fièvre à 39 C et des douleurs lombaires, en l absence de signe fonctionnel urinaire Quelle(s) information(s) vous apporte l absence de SF urinaire? Aucune, car les SF urinaire n ont pas de valeur diagnostique chez les patients sondés

87 Cas clinique 5 Mme C, 77 ans, en EHPAD, sonde urinaire à demeure Elle présente une fièvre à 39 C et des douleurs lombaires, en l absence de signe fonctionnel urinaire Quelle(s) information(s) vous apporte l absence de SF urinaire? Aucune, car les SF urinaire n ont pas de valeur diagnostique chez les patients sondés Qu attendez-vous de la bandelette urinaire?

88 Cas clinique 5 Mme C, 77 ans, en EHPAD, sonde urinaire à demeure Elle présente une fièvre à 39 C et des douleurs lombaires, en l absence de signe fonctionnel urinaire Quelle(s) information(s) vous apporte l absence de SF urinaire? Aucune, car les SF urinaire n ont pas de valeur diagnostique chez les patients sondés Qu attendez-vous de la bandelette urinaire? Rien, car la BU n a pas d intérêt chez les patients sondés

89 Cas clinique 5 Mme C, 77 ans, en EHPAD, sonde urinaire à demeure Elle présente une fièvre à 39 C et des douleurs lombaires, en l absence de signe fonctionnel urinaire Quelle(s) information(s) vous apporte l absence de SF urinaire? Aucune, car les SF urinaire n ont pas de valeur diagnostique chez les patients sondés Qu attendez-vous de la bandelette urinaire? Rien, car la BU n a pas d intérêt chez les patients sondés Quelle est votre prescription chez cette patiente?

90 Cas clinique 5 Mme C, 77 ans, en EHPAD, sonde urinaire à demeure Fièvre à 39 C + douleurs lombaires ECBU sur sonde +/- hémocultures, puis ceftriaxone, 1 g/j NB. Seuil significatif sur sonde = 10 5 bactéries/ml Changement sonde urinaire à H24 si indispensable (revoir l indication ) Ré-évaluation à h - réponse clinique - résultats ECBU Adaptation ATB selon ECBU, durée totale traitement j

91 Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues par le groupe recommandation le 8 Avril 2015

92 Signes cliniques En présence d un dispositif endo-urinaire une IUAS peut être évoquée (A-III), en l absence d autre cause identifiée, devant: fièvre, hypothermie (<36 ), hypotension, altération de l état mental, malaise général ou léthargie

93 Sujets âgés Diagnostic souvent par excès Grande fréquence des colonisations bactériennes Contamination fréquente des prélèvements. Il est fortement recommandé d éliminer d autres sites d infection devant des signes évocateurs d IUAS même en présence d une bactériurie chez le sujet âgé (A-III) Il est fortement recommandé d évoquer une IUAS devant: aggravation des troubles cognitifs ou de la dépendance, apparition et/ou aggravation d une incontinence urinaire, associés ou non à des signes fonctionnels mictionnels ou à une fièvre (A-II)

94 Diagnostic microbiologique Il n est pas recommandé d utiliser la bandelette urinaire pour le diagnostic des IUAS (D-III) Il est fortement recommandé de prélever l urine en milieu de jet chez le malade non sondé (A-II) Il est fortement recommandé de prélever l urine par ponction directe de l opercule des sondes chez le malade sondé (A-II) Il est recommandé de ne pas changer une sonde vésicale pour réaliser un ECBU (D-III)

95 Diagnostic microbiologique En présence d un dispositif endo-urinaire: la leucocyturie n est pas prédictive de la présence ou non d une infection urinaire et n entre pas dans les critères définissant l infection urinaire sur sonde. Il est fortement recommandé d utiliser le seuil de 10 5 ufc/ml pour la bactériurie (A-III)

96 Modalités de l antibiothérapie Il est fortement recommandé de mettre en route une antibiothérapie probabiliste dans l heure qui suit le diagnostic de sepsis grave (A-I) Il est fortement recommandé de mettre en route une antibiothérapie probabiliste dans les 12 heures qui suivent le diagnostic d infection parenchymateuse (pyélonéphrite, prostatite, orchi-épididymite) (A-III) Dans les autres situations, en l absence de comorbidité favorisant les infections graves, il est fortement recommandé de différer l antibiothérapie afin de l adapter aux résultats de l ECBU (A-III)

97 Antibiothérapie probabiliste Cystite postopératoire (par ordre de préférence) Si le traitement ne peut être différé : fosfomycine trométamol (une dose en attendant l antibiogramme), nitrofurantoïne, fluoroquinolone Pyélonéphrite en contexte nosocomial (par ordre de préférence) pipéracilline + tazobactam (intérêt du spectre sur P. aeruginosa et entérocoque), ceftriaxone, cefotaxime. Si allergie aux bêta-lactamines : aminosides EBLSE (facteurs de risque notamment colonisation connue, voyageur en contact avec le milieu de soin, antibiothérapie large spectre récente) : ajout de l amikacine. En cas de sepsis grave ajouter l amikacine.

98 Durée de traitement - Suivi Il est recommandé de traiter 5 à 7 jours les cystites associées aux soins (B-III) Un traitement de 3 jours peut être proposé chez la femme de moins de 75 ans en cas d amélioration des signes après ablation de la sonde vésicale (B-III) Il est recommandé de traiter 10 jours les pyélonéphrites ou orchi-épididymites associées aux soins (B-III) Il est recommandé de traiter 14 jours les prostatites associées aux soins (B-III) Il est recommandé de ne pas réaliser d ECBU de contrôle sauf en cas de non réponse clinique au traitement ou en cas d aggravation clinique (D-III)

99 Gestion des dispositifs endo-urinaires En cas d IUAS sur sonde urinaire, il est fortement recommandé de retirer la sonde urinaire, ou de la changer lorsque le drainage est indispensable (A-III) Il est recommandé d effectuer ce changement de la sonde urinaire 24h après le début de l antibiothérapie (B-III) Chez un futur opéré urologique dont la sonde à demeure est colonisée, il est recommandé: de changer la sonde après 24 heures d antibiothérapie à visée curative d opérer après au moins 48 heures d antibiothérapie de maintenir les antibiotiques uniquement jusqu à l ablation de la sonde vésicale ou 7 jours maximum si le retrait de la sonde n est pas possible (B- III) Il est fortement recommandé de traiter une IUAS avant changement de sonde endo-urétérale (A-II)

100 Conclusions: Le grand chamboulement des nouvelles recommandations Evolution vers l Evidence-based Préoccupation n 1 = émergence résistances / pas de nouveaux ATB Fluoroquinolones, céphalosporines à éviter +++ Privilégier fosfomycine, nitrofurantoine, cotrimoxazole Simplification des recommandations et des suivis Durées de traitement plus courtes, sans fenêtre Pas de traitement des IU asymptomatiques (sauf grossesse, chir urologique) Balayage de vieux concepts IU masculine = forcément prostatite?? ECBU de contrôle après traitement, avant prothèse de hanche, etc.

101 Merci de votre attention!

102 Résistance des E. coli producteurs de BLSE dans la communauté en France en 2014

103 Situations cliniques justifiant ou non la prise en compte du risque d infection à E. coli producteurs de BLSE FDR BLSE IU sans signe de gravité (simple ou à FDR de complication) Situations cliniques Geste urologique IU grave Sepsis grave Choc septique - ATCD colonisation / IU à EBLSE < 6 mois non oui oui oui - Amox-clav ou C2G ou C3G ou FQ < 6 mois - voyage récent en zone d endémie - Hospitalisation < 3 mois - Vie en long séjour non non non non non non non non non non non non oui oui oui oui

104 PNA documentées à E. coli producteurs de BLSE Antibiogramme Choix préférentiel a (en l absence d'allergie ou d'autre contre-indication) FQ-S b FQ-R & Cotrimoxazole-S FQ-R & Cotrimoxazole-R 1 er choix : Durée du traitement : à décompter à partir de l administration d au moins une molécule active in vitro FQ Cotrimoxazole ou ou ou ou ou amox-clav pipéra-tazo céfotaxime ceftriaxone ceftazidime céfépime si S et CMI <8 c/d si S et CMI <8 d si S et CMI <1 d si S et CMI <1 d si S et CMI <1 d si S et CMI <1 d 2 ème choix : ou céfoxitine aminoside si S et E. coli e si S f 3 ème choix : (en l absence d alternative) ertapénème si S a en cas d'évolution non favorable au moment de la documentation : si possible ajout d'un aminoside jusqu'à contrôle b usage prudent des FQ pour les souches Nal-R FQ-S, en particulier si abcès, lithiase ou corps étranger c situation rare ; utiliser d'abord IV ; à éviter pour les IU masculines d mesure de CMI (par bandelette et non automate) indispensable e céfoxitine mal validé sur les autres espèces d'entérobactéries (risque d'acquisition de résistance sous traitement) f gentamicine, tobramycine ou amikacine selon sensibilité ; surveillance étroite de la toxicité

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations publiées en

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE T. GALPERINE, F. CARON, M. ETIENNE, A. MERENS, C. FLATEAU Groupe de travail 1 Texte court, Argumentaire et

Plus en détail

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++)

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++) OBJECTIFS Connaître la nouvelle terminologie et les nouvelles stratégies thérapeutiques. Modifier sa pratique dans la gestion des infections urinaires. CONTEXTE 1. La recommandation SPILF de juin 2008

Plus en détail

La concertation au cas par cas : Quel dialogue clinico-microbiologique avant de décider?

La concertation au cas par cas : Quel dialogue clinico-microbiologique avant de décider? Réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Normandie La concertation au cas par cas : Quel dialogue clinico-microbiologique avant de décider? à propos d'un dossier

Plus en détail

Antibiothérapie de la cystite simple :

Antibiothérapie de la cystite simple : Antibiothérapie de la cystite simple : Traitement de 1ère intention = fosfomycine-trométamol en dose unique (très peu de résistance, bons coefficients d'éradication clinique et microbiologique, bonne tolérance,

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

Traitements des infections urinaires

Traitements des infections urinaires Pierre Renaudin Laboratoire de Pharmacie Clinique Année 2016-2017 Traitements des infections urinaires Généralités Recommandations Critères de choix thérapeutiques Optimisation thérapeutique Définition

Plus en détail

Infections urinaires

Infections urinaires Infections urinaires Journée régionale d échanges des référents en antibiothérapie des établissements de santé David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Actualisation 2014 des recommandations

Plus en détail

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest Messages clés dans les infections urinaires SPILF 2014 Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest LES PROBLEMES D AUJOURD HUI LES BLSE! BEH, INVS LES PROBLEMES D AUJOURD HUI: BEH,

Plus en détail

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes QCM 1 : L interprétation du résultat d un ECBU doit prendre en compte : 1. La

Plus en détail

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes Au menu Généralités sur les bonnes pratiques d antibiothérapie

Plus en détail

Infections urinaires. Pr André Cabié

Infections urinaires. Pr André Cabié Infections urinaires Pr André Cabié Infections urinaires Agents causals Espèces bactériennes en cause Espèces Cystite simple Autres formes Escherichia coli 70-85% 85-90% Staphylococcus saprophyticus 5-10%

Plus en détail

Nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte

Nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Comité de pilotage des recommandations SPILF/AFU 2014 Patrick Coloby Membre du

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques dans le traitement des infections bactériennes de la personne âgée en institution» Les enjeux

Le bon usage des antibiotiques dans le traitement des infections bactériennes de la personne âgée en institution» Les enjeux Le bon usage des antibiotiques dans le traitement des infections bactériennes de la personne âgée en institution» Les enjeux Bien soigner les personnes âgées!! Donc AB efficace Dans un contexte général

Plus en détail

Actualisation infections urinaires

Actualisation infections urinaires Actualisation infections urinaires Dr Blandine Cattier, biologiste, référent ATB, CHIC Amboise & Château-Renault 21/10/2014 1 34 pages 21/10/2014 2 21/10/2014 3 21/10/2014 4 Ce qui est nouveau : Terminologie

Plus en détail

Infections urinaires associées aux soins

Infections urinaires associées aux soins Infections urinaires associées aux soins XIVe journée régionale de prévention des infections associées aux soins 21 avril 2016 Docteur Elise Fiaux NormAntibio Service des Maladies Infectieuses, CHU Rouen

Plus en détail

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF G Martin-Blondel, P Delobel, B Marchou, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Toulouse

Plus en détail

Infections urinaires. Jean-Pierre Bru Maladies Infectieuses Centre Hospitalier Annecy Genevois

Infections urinaires. Jean-Pierre Bru Maladies Infectieuses Centre Hospitalier Annecy Genevois Infections urinaires Jean-Pierre Bru Maladies Infectieuses Centre Hospitalier Annecy Genevois Communautaires Femme enceinte Associées aux soins Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte à l ère de la multi-résistance

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte à l ère de la multi-résistance Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte à l ère de la multi-résistance 43ème Colloque national des Biologistes des Hôpitaux 5 au 7 novembre 2014 Marseille

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2016 Infections urinaires (IU) communautaires chez l adulte Auteurs : MJ Butel, A. Doléans-Jordheim, A. Le Monnier et M. Pestel Caron Circonstances diagnostiques (sémiologie) Arbre

Plus en détail

Validé par le CAI-CLIN du CH Saint Affrique le30/04/2015. Fosfomycine trométamol (Monuril ) Pivmécillinam (Sélexid ) Nitrofurantoïne*(Furadantine )

Validé par le CAI-CLIN du CH Saint Affrique le30/04/2015. Fosfomycine trométamol (Monuril ) Pivmécillinam (Sélexid ) Nitrofurantoïne*(Furadantine ) MOLECULES RECOMMANDEES POUR LE TRAITEMENT DES INFECTIONS URINAIRES DE L' ADULTE (normo-rénal et normo-hépatique, en dehors de la femme enceinte) SPILF 2014 En fond grisé les molécules du livret thérapeutique

Plus en détail

Recommandations sur les infections urinaires parrainées par la SPILF: quelles spécificités gériatriques?

Recommandations sur les infections urinaires parrainées par la SPILF: quelles spécificités gériatriques? Recommandations sur les infections urinaires parrainées par la SPILF: quelles spécificités gériatriques? Pr Vincent Le Moing Maladies infec3euses et tropicales CHU de Montpellier INFECTIONS COMMUNAUTAIRES

Plus en détail

Soirée infectiologie Infection urinaire 10 mars Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses

Soirée infectiologie Infection urinaire 10 mars Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses oirée infectiologie Infection urinaire 10 mars 2016 Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses Cas clinique Mme P, 64 ans, diabétique consulte car elle doit être opérée pour pose d'une PTH. Elle est apyrétique

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE Référentiels/Arbres décisionnels DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE 1. Diagnostic de cystite ASSOCIATION DE 3 SIGNES Brûlures et

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 E Coli «ville» Bruyère F 2013, infections urinaires fébriles «ville» E Coli «ville» Bruyère F 2013, infections

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE RBP IU adulte JRI Nancy 18 octobre 2008 Choix antibiotiques : principes généraux Critères de choix des schémas

Plus en détail

Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations. Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique

Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations. Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique Infections urinaires en EHPAD - Fréquentes : 24% PRIAM (2005) 29% HALT (2010)

Plus en détail

Infections urinaires communautaires.

Infections urinaires communautaires. EPU- Infectiologie. 2014 Infections urinaires communautaires. Recommandations SPILF 2014 Dr Th Levent. Référent antibiotique-centre hospitalier de Sambre Avesnois. Ce qui est nouveau Ce qui est nouveau

Plus en détail

Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte

Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte Dr Elisabeth ASLANGUL MCU Thérapeutique Université Diderot Paris VII Proportion d' E. coli résistant aux Aminopenicillines

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêts : Tatiana Galpérine

Déclaration de conflits d intérêts : Tatiana Galpérine Mise en perspective : Recommandations AFSSAPS pour le Traitement des Infections Urinaires Communautaires et données des réseaux de l Onerba Dr Tatiana GALPERINE Hôpital Tenon Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Actualités en infectiologie Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Plan Consommation d antibiotiques Résistance bactérienne Infections urinaires Mise

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Infections en urologie : des recommandations actualisées

Infections en urologie : des recommandations actualisées Infections en urologie : des recommandations actualisées La prise en charge des patients atteints d infection urinaire bactérienne, bien que fréquente, n en reste pas moins délicate. Les deux sociétés

Plus en détail

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES?

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES? QUE FAIRE DEVANT DES URINES TROUBLES? JL Schmit octobre 2014 DÉMARCHE Est-ce une infection urinaire? Si oui dois-je traiter? Si oui comment? EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? Autre cause d urines troubles:

Plus en détail

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011

Une histoire d infection urinaire. Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 Une histoire d infection urinaire Docteur Nathalie BRONET ARMEDA 15/02/2011 -Femme 20 ans -Consulte aux Urgences pour AEG -Antécédents : 0 -Traitement en cours : Paracétamol / CO -HDM : elle a fait 3 semaines

Plus en détail

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre Conférence de consensus sur les infections urinaires nosocomiales SPILF AFU, novembre 2002 Définition des IN, mai 2007 Surveiller et prévenir les infections associées aux soins, SFHH, septembre 2010, références

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Marc Paccalin Gériatrie, Poitiers

INFECTIONS URINAIRES. Marc Paccalin Gériatrie, Poitiers INFECTIONS URINAIRES Marc Paccalin Gériatrie, Poitiers CC #1 Vous êtes appelé(e) auprès de Mme B. 81 ans en raison d une chute. Elle est résidente de l EHPAD depuis son veuvage, 3 ans auparavant. Elle

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES RÉFÉRENTIEL : Page 1/12 INFECTIONS URINAIRES SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE 2014 DE LA SOCIÉTÉ DE PATHOLOGIE INFECTIEUSE DE LANGUE FRANÇAISE (SPILF) ET DU CNGOF (DÉCEMBRE 2015). (TEXTE COMPLET TÉLÉCHARGEABLE

Plus en détail

PLACE DES QUINOLONES DANS LES IU BASSES

PLACE DES QUINOLONES DANS LES IU BASSES PLACE DES QUINOLONES DANS LES IU BASSES JL GRAVERON OMEDIT CENTRE 22 SEPTEMBRE 2016 Antibiothérapie cystite aiguë simple (SPILF 2014) Traitement probabiliste avec SFU + BU 1ᵉ intention: FOSFOMYCINE trométanol

Plus en détail

Fosfomycine : intérêt dans les cystites à risque de complication

Fosfomycine : intérêt dans les cystites à risque de complication Fosfomycine : intérêt dans les cystites à risque de complication Évaluation au CDS et de réadaptation les Tilleroyes Yann MECKERT, Hélène CHOSSONNERY, Karine CHALUMEAUX, Annick HENON, Aurélie LAPPRAND,

Plus en détail

Dossier clinique n 3n. Pr M. Dupon

Dossier clinique n 3n. Pr M. Dupon Dossier clinique n 3n Un homme de 67 ans se présente aux urgences un samedi après-midi car il a une aggravation de difficultés urinaires (dysurie et nycturie) avec des mictions fréquentes toutes les 2

Plus en détail

Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014

Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014 Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014 Pr Didier Neau Hôpital Pellegrin Arrêt de commercialisation de 31 molécules, 10 nouvelles molécules Recommandations

Plus en détail

Infections urinaires : relecture des nouvelles recommandations. Dr Pierre Bigot Service d Urologie 19 janvier 2017

Infections urinaires : relecture des nouvelles recommandations. Dr Pierre Bigot Service d Urologie 19 janvier 2017 Infections urinaires : relecture des nouvelles recommandations Dr Pierre Bigot Service d Urologie 19 janvier 2017 Terminologie Infections urinaires simples Infections urinaires à risque de complication

Plus en détail

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995 Historique des recommandations Infections urinaires communautaires Nouvelles recommandations Vers moins de fluoroquinolones? Karine Faure Unité des Maladies Infectieuses Service de Gestion du Risque Infectieux

Plus en détail

La lettre d. Prise en charge des infections urinaires chez le sujet âgé

La lettre d. Prise en charge des infections urinaires chez le sujet âgé La lettre d L information biomédicale des laboratoires Oriade Noviale Mars 2017 Prise en charge des infections urinaires chez le sujet âgé L infection urinaire est l une des pathologies la plus souvent

Plus en détail

Infections urinaires de l adulte

Infections urinaires de l adulte Infections urinaires de l adulte Pr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes UE6-Boutoille-2016 1 Actualisation 2014 des recommandations sur les infections urinaires communautaires

Plus en détail

Séminaire sur les infections urinaires en médecine générale

Séminaire sur les infections urinaires en médecine générale Séminaire sur les infections urinaires en médecine générale Traitement des infections urinaires des femmes de 18 à 65 ans. Dr Marc Fabre pour FORGENI 28 29 avril 2010 Document sous licence Creative Commons

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Infection urinaire chez l enfant. Sylvie Nathanson Service de Pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles

Infection urinaire chez l enfant. Sylvie Nathanson Service de Pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles Infection urinaire chez l enfant Sylvie Nathanson Service de Pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles XXème journée de Microbiologie Clinique du COL.BVH 19 juin 2015 ACNBH XX ème Journée du COL.BVH Les

Plus en détail

L EXAMEN CYTOBACTERIOLOGIQUE DES URINES EN MEDECINE DE VILLE CHEZ L ADULTE.

L EXAMEN CYTOBACTERIOLOGIQUE DES URINES EN MEDECINE DE VILLE CHEZ L ADULTE. InVitro L EXAMEN CYTOBACTERIOLOGIQUE DES URINES EN MEDECINE DE VILLE CHEZ L ADULTE. Les infections urinaires communautaires représentent le second site d'infection bactérienne après l'arbre bronchique.

Plus en détail

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016 Infections urinaires actualités Jeudi 17 novembre 2016 Le Havre Introduction Diagnostic souvent difficile et porté à tord Buts de la prise en charge : Identifier, traiter l infection éviter la récidive

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé 30 juin 2015 DES UE Pharmacie Clinique Cécile LEBAUDY Présentation du patient (1) Mr B, 88 ans, 1m70, 85 kg Vit seul à domicile Autonome Pas de troubles

Plus en détail

FOURNIER ANNA INTERNE 5ÉME SEMESTRE DES MÉDECINE INTERNE DESC INFECTIOLOGIE

FOURNIER ANNA INTERNE 5ÉME SEMESTRE DES MÉDECINE INTERNE DESC INFECTIOLOGIE FOURNIER ANNA INTERNE 5ÉME SEMESTRE DES MÉDECINE INTERNE DESC INFECTIOLOGIE OBJECTIFS Considérer l augmentation des résistances et limiter le risque écologique : E.coli FQ-R 10% E.coli C3G-R 5% Limiter

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte D après les diapositives réalisées par le groupe de travail

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH XX ème Journée du COL.BVH Les infections urinaires Paris 19 juin 2015 ODPC N 1495 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Tatiana GALPERINE Exerçant

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

Focus Infections urinaires communautaires.

Focus Infections urinaires communautaires. EPU- Infectiologie. 14/06/2016 Focus Infections urinaires communautaires. (Hors Infection chez l enfant, la femme enceinte et les IAS) http://www.infectiologie.com/userfiles/file/spilf/recos/infections-urinaires-spilf.pdf

Plus en détail

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes Au menu Généralités sur les bonnes pratiques d antibiothérapie

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE DES PYELONEPHRITES. L ADULTE Recommandations Tunisiennes. M. CHAKROUN Sfax, 17 Octobre 2008

ANTIBIOTHERAPIE DES PYELONEPHRITES. L ADULTE Recommandations Tunisiennes. M. CHAKROUN Sfax, 17 Octobre 2008 ANTIBIOTHERAPIE DES PYELONEPHRITES AIGUES D ORIGINE D COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE Recommandations Tunisiennes M. CHAKROUN Sfax, 17 Octobre 2008 INTRODUCTION La pyélonéphrite aigue (PNA) est une infection

Plus en détail

Tableau 1. Distribution des souches d E. coli Prélèvements 2005 (5631)

Tableau 1. Distribution des souches d E. coli Prélèvements 2005 (5631) Les BMR qui cumulent de nombreuses résistances acquises posant des problèmes particuliers par leur fréquence ou leurs conséquences thérapeutiques, tant à l hôpital (S. aureus résistants à la méticilline,

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Infections Urinaires de l Enfant

Infections Urinaires de l Enfant Elaboration de Bonne Pratique Clinique Infections Urinaires de l Enfant Robert Cohen Coordonateur du Groupe d Expert sur les Infections urinaires de l enfant Particularités des IU de l enfant Fréquence

Plus en détail

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies «comment couper les fourchettes?»

Plus en détail

INFECTION URINAIRE DESC

INFECTION URINAIRE DESC INFECTION URINAIRE DESC 2015 Introduction une des infections bactériennes les plus fréquentes en pédiatrie 2 situations selon le siège de l infection cystite (infection urinaire basse) pyélonéphrite aiguë

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES Définition : C est une infection acquise à l'hôpital (ou tout autre établissement de soins), et qui n'était ni en incubation, ni présente à l'admission du malade. En cas de doute,

Plus en détail

Recommandations de bonne pratique DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE :

Recommandations de bonne pratique DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : Recommandations de bonne pratique DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : - cystite aiguë simple - cystite compliquée - cystite récidivante -

Plus en détail

L'antibiogramme "ciblé" selon les nouvelles recommandations du CA-SFM : un masque pour ouvrir les yeux des cliniciens

L'antibiogramme ciblé selon les nouvelles recommandations du CA-SFM : un masque pour ouvrir les yeux des cliniciens L'antibiogramme "ciblé" selon les nouvelles recommandations du CA-SFM : un masque pour ouvrir les yeux des cliniciens Journée régionale des référents en antibiothérapie de Normandie 6 juillet 2017 Dr Marie

Plus en détail

Les pyélonéphrites aiguës communautaires : Nouvelles recommandations

Les pyélonéphrites aiguës communautaires : Nouvelles recommandations Les pyélonéphrites aiguës communautaires : Nouvelles recommandations Patrick Coloby Membre du Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie (CIAFU) Service Urologie - CHRD- Pontoise Déclaration

Plus en détail

Actualités en antibiothérapie

Actualités en antibiothérapie Actualités en antibiothérapie 17 décembre 2015 Anissa Bouaziz Infectiologie Service de Médecine A CH Lucien Hussel, VIENNE Programme Problématiques actuelles : Alerte sur l antibiorésistance Les antibiotiques

Plus en détail

Actualités sur les recommandations de bonne pratique: Infections urinaires associées aux soins

Actualités sur les recommandations de bonne pratique: Infections urinaires associées aux soins Actualités sur les recommandations de bonne pratique: Infections urinaires associées aux soins XXIII ème JRPI Delphine Poitrenaud - CH Béthune RECOMMANDATIONS nnn Réactualisation Conférence de consensus

Plus en détail

Infections urinaires

Infections urinaires Infections urinaires Virginie Vitrat Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Annecy Genevois DU de thérapeutiques anti-infectieuses 22 mars 2017 Adapté d un diaporama de Jean Pierre Bru Plan IU communautaires

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Dr Myrta VESANES, CH du MARIN RÉSEAU DES HYGIÉNISTES, PRÉSIDENTS DE CLIN ET CGRAS 17 MARS 2016 ARLIN MARTINIQUE

Plus en détail

Tableau 2. Traitement initial des infections urinaires de l enfant. Pyélonéphrites et. infections urinaires fébriles du nourrisson et jeune enfant

Tableau 2. Traitement initial des infections urinaires de l enfant. Pyélonéphrites et. infections urinaires fébriles du nourrisson et jeune enfant Tableau 2. Traitement initial des infections urinaires de l enfant. Pyélonéphrites et infections urinaires fébriles du nourrisson et jeune enfant (jusqu au résultat de l antibiogramme, 2 à 3 jours en moyenne,

Plus en détail

Infections urinaires. JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne

Infections urinaires. JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne Infections urinaires JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne Melle M 24 ans, aucun antécédent ou traitement vous consulte pour des brûlures mictionnelles, pollakiurie et hématurie macroscopique

Plus en détail

prostatite aiguë, infections urinaires de la femme enceinte

prostatite aiguë, infections urinaires de la femme enceinte Principaux messages La place de chaque antibiotique repose non seulement sur les critères d efficacité et de toxicité mais aussi sur l analyse du risque écologique, afin de limiter l émergence de résistances

Plus en détail

Docteurs Elise FIAUX / Emmanuel PIEDNOIR / Pascal THIBON Journée régionale EHPAD -sécurisation du circuit du médicament

Docteurs Elise FIAUX / Emmanuel PIEDNOIR / Pascal THIBON Journée régionale EHPAD -sécurisation du circuit du médicament Docteurs Elise FIAUX / Emmanuel PIEDNOIR / Pascal THIBON Journée régionale EHPAD -sécurisation du circuit du médicament Plan NormAntibio : présentation Pourquoi un CRCA? Situation actuelle concernant l

Plus en détail

Vignette 6. Encore une histoire d infection urinaire

Vignette 6. Encore une histoire d infection urinaire Vignette 6 François Dubos Loïc de Pontual Encore une histoire d infection urinaire 1 Devant un petit garçon de 11 mois en bon état général sans antécédent chez qui vous venez de faire le diagnostic de

Plus en détail

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Introduction Amélioration des résultats de la transplantation Extension des indications,

Plus en détail

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud MCU-PH UMR Inserm 1092 Faculté de Médecine Université de Limoges Laboratoire de Bactériologie-Virologie-Hygiène

Plus en détail

Quoi de neuf docteur?

Quoi de neuf docteur? Infection urinaire SPILF 2014 Quoi de neuf docteur? Contexte (1,2) prévalence des résistances R coli 10 % FQ (< 3 % cystites) 5 % céphalosporines (BLSE majoritaire) W ANSM ATB critiques - Impact sur le

Plus en détail

Infections urinaires. DU antibiothérapie UJF Grenoble Claire Wintenberger CCA service de Maladies Infectieuses

Infections urinaires. DU antibiothérapie UJF Grenoble Claire Wintenberger CCA service de Maladies Infectieuses Infections urinaires DU antibiothérapie UJF Grenoble Claire Wintenberger CCA service de Maladies Infectieuses Infections urinaires Définitions terminologie Diagnostic Epidémiologie microbienne Antibiothérapie

Plus en détail

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin EPP REGIONALE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin 2016 - 2 PLAN 1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS 3. METHODOLOGIE 4. RESULTATS

Plus en détail

Signes cliniques des infections urinaires

Signes cliniques des infections urinaires Signes cliniques des infections urinaires Renaud DEFEBVRE Aucun conflit d intérêt Signes cliniques classiques Dans les livres et chez les patients jeunes. : Signes de cystite : dysurie, brulures mictionnelles,

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Elodie Couvé-Deacon Assistant Hospitalo-Universitaire Unité d Hygiène, CHU Dupuytren

Elodie Couvé-Deacon Assistant Hospitalo-Universitaire Unité d Hygiène, CHU Dupuytren Elodie Couvé-Deacon Assistant Hospitalo-Universitaire Unité d Hygiène, CHU Dupuytren Sociétés savantes Co- promotion SPILF, AFU, SF2H Sociétés partenaires : Société Française de Microbiologie Société de

Plus en détail

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015 Cas Clinique Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale Martin Clermont 09/01/2015 Présentation du cas Patiente de 79 ans. Suivie depuis 50 ans pour une polykystose rénale autosomique dominante.

Plus en détail

Antibiothérapie des infections urinaires [de l adulte]

Antibiothérapie des infections urinaires [de l adulte] Antibiothérapie des infections urinaires [de l adulte] IU communautaires IU liées aux soins Candiduries François CARON DU Lille vendredi 13 janvier 2017 1 2 IU : terminologie Avant Après IU simple = IU

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 janvier 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée 5 ans à compter du 21/11/2005 (JO du 31 janvier 2008) LOGIFLOX 400 mg, comprimé pelliculé sécable

Plus en détail

MARDI 17 OCTOBRE 2015 H MARINI FORMATION COCLINNOR PRÉVENTION DES INFECTIONS URINAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

MARDI 17 OCTOBRE 2015 H MARINI FORMATION COCLINNOR PRÉVENTION DES INFECTIONS URINAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS Révision des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte MARDI 17 OCTOBRE 2015 H MARINI FORMATION COCLINNOR

Plus en détail

Quand réaliser un ECBU pour une personne âgée : les résultats de l enquête. Pertinence de la réalisation des ECBU

Quand réaliser un ECBU pour une personne âgée : les résultats de l enquête. Pertinence de la réalisation des ECBU Quand réaliser un ECBU pour une personne âgée : les résultats de l enquête. Pertinence de la réalisation des ECBU Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes Un ECBU Pourquoi? Comment? Pour qui? Où? Quand?

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Les infections urinaires Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Epidémiologie Très fréquentes : second site dinfections communautaires. Plus fréquent chez la femme avec deux pics : au début de l activité

Plus en détail

3.78. Famille pharmacologique Dérivé de l' acide fosfonique

3.78. Famille pharmacologique Dérivé de l' acide fosfonique MOLECULES RECOMMANDEES POUR LE DES INFECTIONS URINAIRES DE L' ADULTE (normo-rénal et normo-hépatique, en dehors de la femme enceinte) AFSSAPS 2008 En fond grisé les molécules du livret thérapeutique CH

Plus en détail

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie 6 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie Docteur Elise Fiaux Service des Maladies Infectieuses CHU de Rouen Laboratoire GRAM EA2656 Mr

Plus en détail

Le Laboratoire de Recherche «Résistance aux Antibiotiques» & La Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse

Le Laboratoire de Recherche «Résistance aux Antibiotiques» & La Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Le Laboratoire de Recherche «Résistance aux Antibiotiques» & La Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse PRISE EN CHARGE DE LA PYELONEPHRITE AIGUE DE L'ADULTE Recommandations thérapeutiques Coordinateurs

Plus en détail

Consommation ATB en 2010

Consommation ATB en 2010 Recommandations de bonnes pratiques en antibiothérapie en EHPAD S. Alfandari CH Tourcoing Mai 2013 Consommation ATB en 2010 Source: ANSM 11/12 Surconsommation des > 65 ans Source: CPAM NPC Des grosses

Plus en détail