La réutilisation des eaux usées traitées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réutilisation des eaux usées traitées"

Transcription

1 La réutilisation des eaux usées traitées LUTTER CONTRE LE STRESS HYDRIQUE ET PRéSERVER L ENVIRONNEMENT

2 Crédits photographiques : Lionel Goujon, AFD Corentin Janot, AFD Laurent Marcheix, Dumez-Lagorsse Alain Rotbardt, AFD >2

3 La réutilisation des eaux usées traitées, une nouvelle ressource pour l environnement Avec le développement des activités humaines et l accroissement de la population mondiale, dans un contexte marqué par l urbanisation croissante, la tension sur les ressources en eau s accentue. Le recyclage des eaux usées pour de nouveaux usages, après traitement, peut s avérer une ressource en eau précieuse, dite «non conventionnelle», en complément de la mobilisation des eaux de surface et souterraines. De plus, le rejet des eaux usées, même traitées, dans les rivières ou les mers, n est pas toujours possible ou souhaitable. Or, aujourd hui, moins de 4 % des eaux dépolluées sont réutilisées. A la demande de l Agence Française de Développement (AFD), le bureau d études BRL Ingénierie a évalué en 2011 des expériences de réutilisation des eaux traitées (REUT), choisies pour leur caractère emblématique en Europe, en Méditerranée et en Afrique subsaharienne. Sur cette base, l AFD propose de déduire les éléments significatifs relatifs aux conditions de succès des projets devant permettre la réutilisation des eaux usées traitées pour de nouveaux usages. La valorisation des eaux usées traitées : un périmètre à préciser Les eaux usées, une fois traitées, peuvent être réutilisées selon deux processus principaux : > une «valorisation directe», par laquelle l eau usée traitée devient nouvelle ressource directement après avoir transité par des mécanismes d épuration. Elle prévoit des infrastructures spécifiques en sortie des stations d épuration (stockage, réseau d adduction, distribution) à des fins d irrigation agricole et forestière, d arrosage d espaces verts ou de valorisations industrielles par exemple ; > une «valorisation indirecte», qui comprend un retour des eaux usées traitées au milieu naturel (recharge de nappes souterraines, soutien d étiage des rivières ou préservation des zones humides) avant d envisager sa reprise pour de nouveaux usages. Dans les deux cas, le pourcentage d eaux épurées réutilisées, ainsi que la nature des traitements à mettre en place et permettant leur réutilisation, peuvent considérablement varier selon les projets. Prévisions de stress hydrique en 2025 Bilan hydrique de l activité humaine Pénurie physique : plus de 60 % de l eau des rivières est prélevée Pénurie économique : les ressources en eau sont suffisantes, mais nécessitent d accroître leur mobilisation de plus de 25 % d ici à 2025 Peu ou pas de pénurie Non estimé Pays qui importera plus de 10 % de sa consommation céréalière en 2025 Source: International Water Management Institute Les prélèvements en eau dus aux activités humaines sont estimés à environ milliards de m 3 par an. Environ 70 % sont utilisés pour l irrigation, 22 % pour l industrie et 8 % pour les usages domestiques. Moins du tiers des eaux usées industrielles et domestiques sont collectées, et un peu moins de la moitié des eaux collectées sont traitées, soit 160 milliards de m 3. 3 <

4 Protéger le milieu récepteur et proposer une ressource alternative La réutilisation des eaux usées traitées répond aux objectifs suivants : > Protéger le milieu récepteur en assurant un meilleur traitement des eaux usées, en particulier lorsqu il est fragile ou constitue un enjeu pour la biodiversité ; > Contribuer à répondre à des situations de stress hydrique. La réutilisation des eaux usées peut constituer une alternative à la règle souvent suivie du «rivière à rivière», qui tente de retourner l eau usée épurée au cours d eau dans lequel elle a été pompée initialement. A travers un usage alternatif, elle lui substitue l objectif du zéro rejet en milieu naturel. A l inverse, le rejet des eaux usées traitées dans le milieu naturel peut permettre de soutenir les étiages des cours d eau non pérennes ou de maintenir le niveau des nappes fragilisées par des prélèvements trop importants. Dans les contextes de stress hydrique, la réutilisation des eaux usées traitées est une alternative à la mobilisation excessive d eaux de surface ou souterraines pour les usages agricoles et industriels. Jordanie allier la préservation de l environnement à une agriculture avale intensive Durant les années 2000, la construction d une nouvelle station d épuration à Amman a été rendue nécessaire, compte tenu de la croissance rapide de la ville et de la saturation de l ancienne station. Elle répond aux objectifs de soutien d étiage de la rivière Zarka dans un contexte de stress hydrique important, et de préservation de l environnement en contrôlant le niveau d azote dans le réservoir du barrage King Talal. Ce projet permet en outre de remplacer les ouvrages de traitement dont les capacités sont saturées et de fournir de l eau épurée pour l irrigation. Le projet est subventionné par les autorités jordaniennes à hauteur de 60 %. L opérateur privé désinfecte l eau épurée par chloration et la rejette au milieu naturel par la rivière Zarka. L organisme en charge de la gestion de l eau en assure ensuite la commercialisation auprès des irrigants qui pratiquent une agriculture maraîchère intensive en aval. En définitive, l eau est réutilisée à 100 % dans un contexte de pénurie et les coûts d épuration tertiaire 1 sont pris en charge par les usagers de la ville d Amman, au travers de leur facture d eau. Aucun problème sanitaire n a été identifié à ce stade. L eau traitée est dilluée dans des volumes supérieurs à ceux des rejets de la station. Ce projet a été bien accepté par les irrigants. 1 Voir partie «Adapter les exigences de traitement à l usage final» page 6 >4

5 Tunisie combiner des intérêts économiques privés à la protection du littoral À Hammamet en Tunisie, un projet de REUT de la station d épuration de la ville permet l irrigation de terrains de golfs. Les objectifs sont prioritairement quantitatifs, en assurant une alimentation en eau d irrigation des deux golfs, mais aussi qualitatifs, au travers de la réduction des rejets en zone littorale qui constituaient une menace pour la baignade. Le projet est porté par deux sociétés privées gestionnaires des golfs, en partenariat avec l office en charge de la station d épuration et le ministère du tourisme, partie prenante à la défense du milieu balnéaire Cette opération est un bon exemple de succès de partenariat public-privé qui allie préservation de l environnement et développement touristique. L existence d un marché pour l eau recyclée et la participation du secteur privé ont permis de trouver une rentabilité économique au dispositif, en associant protection des plages contre la pollution et intérêts économiques privés. Maroc un exemple de réutilisation industrielle des eaux usées Au Maroc, l AFD finance à hauteur de 180 millions d euros un Programme Eau, qui doit permettre d accompagner le développement industriel d Office chérifien des phosphates (OCP) tout en préservant les ressources en eau du pays dans un contexte de pénurie importante. OCP a fait le choix d utiliser les eaux usées traitées des villes proches de ses sites miniers pour le lavage du phosphate et de limiter ainsi les prélèvements dans les nappes phréatiques, déjà fortement sollicitées. Dans le cadre de conventions quadripartites, signées avec l opérateur national (ONEP), les communes concernées et les agences des bassins hydrauliques, OCP s engage à construire trois stations d épuration de 5 Mm 3 par an à Khouribga, 2,2 Mm 3 par an à Youssoufia et 3,2 Mm 3 par an à Benguerir. Elles fonctionnent avec une filière de traitement classique de boues activées, à laquelle s ajoute un traitement tertiaire avec une microfiltration et une désinfection au chlore ou à l ultra-violet. Elles comprennent également une unité de traitement des boues avec une valorisation du méthane issu de la digestion. Complété de volets de dessalement d eau de mer et d adduction des eaux de barrages, ce programme devrait permettre l abandon, à l horizon 2020, du prélèvement de 9 millions de m 3 dans les nappes phréatiques pour les usages industriels. Il permet ainsi de substituer les eaux utilisées traitées et les eaux de surface aux captages souterrains et concourt à la préservation des ressources en eau. 5 <

6 étapes clés pour évaluer les projets de réutilisation Les conditions de succès des projets de réutilisation sont les suivantes: Une volonté politique doit s exprimer La volonté politique est nécessaire pour mettre en œuvre une politique publique de réutilisation qui réponde aux contraintes institutionnelles, sanitaires et financières inhérentes à ce type de projets. Elle doit permettre la mise en place d organisations adaptées. Une demande en eau usée traitée doit être effective L analyse du marché de la réutilisation ne doit pas se limiter à constater un besoin, mais doit aboutir à confirmer l existence d une demande pérenne et solvable pour cette ressource non conventionnelle. L analyse de la volonté de réutiliser doit, de plus, inclure l examen de l acceptabilité socioculturelle de ce type de projets. Adapter les exigences de traitement à l usage final Selon le type de valorisation des eaux usées traitées (golfs, espaces verts, irrigation agricole, utilisation industrielle, rejet dans le milieu récepteur, etc.), les exigences en matière de traitements tertiaires différeront. Les niveaux d épuration varieront en fonction de la qualité des effluents requise pour l usage final. Il est donc nécessaire : Israël une forte volonté politique dans un contexte de pénurie A Tel Aviv, une station d épuration a été construite afin d épurer les eaux usées du grand Tel Aviv, de protéger le milieu marin et les activités balnéaires, de faire face à une sévère pénurie d eau à l échelle du pays et de répondre à une forte demande pour l irrigation d une zone désertique. Le processus de valorisation de l eau est indirect et fonctionne grâce à un dispositif de recharge de nappe par filtration sur sable. Ce système permet d atteindre une eau de qualité, qui est ensuite pompée, puis transportée à 100 km vers le sud de la région du Néguev, où elle est stockée dans des réservoirs de grande capacité. Elle est ensuite distribuée à différents utilisateurs, majoritairement des maraîchers. Ce projet s intègre dans une politique nationale de production de ressources en eau non conventionnelles et bénéficie à ce titre d un appui important de l Etat. Pour la REUT, celuici a pris notamment en charge les coûts d investissement du stockage et du transfert du centre vers le sud du pays. Cette politique visant au zéro rejet est une réponse d adaptation au stress hydrique, dans un contexte par d enjeux politiques forts sur la ressource en eau. Elle permet de développer une agriculture d exportation dans le sud du pays, compte tenu de l appui de l Etat à la création des infrastructures de transfert et de stockage. >6

7 Les normes de l Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l élimination des agents pathogènes Dans le cas de réutilisation directe des eaux usées pour l irrigation, les normes OMS préconisent notamment de mettre en œuvre des mesures permettant de respecter un seuil de risque défini par personne et par an. Cela conduit à prévoir (i) pour les agents pathogènes, une concentration des œufs d helminthes inférieure à 1 œuf par litre en moyenne annuelle et (ii) pour les virus, bactéries et protozoaires, un abattement de 6 log, soit une division de la concentration de pathogènes par un million (10-6 ). > dans le cas de réutilisation à des fins agricoles ou d arrosage, d adapter la qualité de ces eaux selon les types de cultures (non alimentaires, aliments cuits) et les moyens d arrosage utilisés (aspersion, goutte à goutte) ; > dans le cas du soutien d étiage, de s assurer de l obtention d un niveau de traitement optimal adapté à la nature du cours d eau : débit, qualité des eaux, biodiversité, etc. Choisir un dispositif technique de traitement adapté Les polluants les plus souvent récoltés dans les réseaux d eaux usées sont les déchets solides, les sables et les matières minérales inertes, les matières en suspension ou dissoutes (dont les composés organiques), les polluants biologiques (coliformes fécaux, parasites, virus), les sels, les nitrates, les phosphates, les sulfates, quelques composés métalliques, les composés organiques rares comme les médicaments, et les polluants industriels comme les graisses, les produits chimiques et les rejets agroalimentaires. Les traitements classiques éliminent les déchets et les sables, les matières en suspension et réduisent les teneurs en matière organique et en germes pathogènes. Des traitements plus adaptés réduisent les 1 cf. Guidelines for the safe use of wastewater, excreta and grey water, polluants chimiques. Les méthodes d épuration de finition permettent d adapter la qualité des eaux usées traitées aux usages finaux. Un traitement complémentaire, dit «tertiaire», peut être intégré au dispositif de la station d épuration, ou faire l objet d un équipement séparé spécifique avec une maîtrise d ouvrage distincte. Plusieurs procédés existent. Les plus classiques sont le lagunage tertiaire, la chloration, l ozonation, les rayonnements par ultraviolets, l infiltration percolation et le traitement membranaire. Prévoir un suivi sanitaire Le suivi sanitaire des projets doit tenir compte de l environnement dans lequel ils sont mis en œuvre (présence de travailleurs ou d usagers) et du dispositif de réutilisation (modes d irrigation, valorisation directe ou indirecte, etc.). De manière générale, il est impératif de respecter les normes établies par l Organisation mondiale de la santé concernant l élimination des agents pathogènes dans l eau réutilisée 1. Il est nécessaire en complément : > de suivre la qualité physico-chimique et microbiologique de ces effluents après traitement et avant réutilisation ; France initiative privée de réutilisation des eaux de la station d épuration de Clermont-Ferrand Une association syndicale agricole constituée d une cinquantaine d agriculteurs réutilise une partie des eaux de la station d épuration de Clermont-Ferrand, après un lagunage de finition dans les bassins inutilisés d une sucrerie située aux abords de la station d épuration. Le projet, d initiative privée, se justifie par la nécessité de mettre en place une irrigation d appoint, afin de livrer à bonne date des maïs semence. Cette irrigation concerne 700 ha pour m 3 par an réutilisés. Ce projet a été impulsé par les agriculteurs et a été rendu possible grâce à des subventions publiques d investissement. 7 <

8 Île de la Réunion un suivi sanitaire rapproché A la Réunion, île française située dans l océan Indien, la mise en place du recyclage des eaux usées traitées pour l arrosage d un espace vert public s accompagne d un suivi épidémiologique réalisé par l Observatoire régional de santé, en accord avec les autorités sanitaires. Ce suivi sanitaire se focalise sur le déclenchement de gastroentérites aiguës (GEA) dans la population concernée et a pour objectifs : d identifier des phénomènes inhabituels (augmentation anormale du nombre cas de GEA) en lien avec la réutilisation des eaux usées traitées ; de décrire les cas suspects de GEA ; de suivre les évolutions spatio-temporelles et contribuer ainsi à l évaluation des mesures de contrôle pouvant être prises. Le suivi prévoit une mise en corrélation du signal donné par les médecins présents dans le périmètre concerné et préalablement informés, avec les données du réseau de médecins sentinelles de l ensemble de l île. Ces médecins sentinelles surveillent la grippe, les diarrhées aiguës, la dengue et le chikungunya en cas d épidémies. Il est ensuite mis en relation avec les analyses microbiologiques des prélèvements en sortie de station de traitement et du réseau de distribution. Avant la mise en service de la station d épuration, le réseau de surveillance est mis en place et l état épidémiologique initial est défini pendant 18 mois. Le suivi épidémiologique est ensuite opérationnel dans un premier temps pendant un an. Coûts de traitements d eaux usées destinées au recyclage Irrigation informelle Traitement secondaire / usage restreint de l'irrigation Traitements / usages Recharge de nappes / infiltration percolation Traitement tertiaire / loisirs, agriculture Traitement des boues activées (BA) Filtre bactérien / élevage BA et infiltration / espaces urbains et de loisirs Traitement tertiaire / industrie Disques biologiques / industrie, énergie Traitement tertiaire, désinfection / recharge de nappe Recyclage intégral («zéro rejet») / industrie Osmose inverse / puits injection Traitement eau potable 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 Euro / m 3 >8

9 > d accompagner ces projets par des actions d éducation sanitaire en direction des travailleurs (pour réduire les risques lors de leur activité professionnelle) et de la population (pour favoriser une meilleure hygiène alimentaire) : lavage vigoureux des aliments, désinfection au chlore ou pelage des fruits et légumes, qui réduisent chacun le niveau de pollution bactériologique de 1 ou 2 log ; > de compléter ces mesures par une surveillance épidémiologique des populations exposées, notamment lorsque le respect des normes sanitaires établies par l OMS ne pourra pas être garanti. Cela consiste à mesurer en continu la fréquence de survenue (incidence) d une ou plusieurs maladies hydriques le plus souvent les diarrhées afin d être alerté en cas d augmentation brutale (épidémie) ou de dégradation progressive de la situation sanitaire. Trouver les conditions de l équilibre économique et financier La redevance assainissement perçue auprès de populations urbaines productrices d eaux usées doit permettre de couvrir les coûts liés à la collecte et à l épuration des eaux usées qu elles génèrent. Elle peut participer au recouvrement des coûts d exploitation et d amortissement des investissements liés au traitement tertiaire nécessaire à la réutilisation. Les coûts liés à la construction et à l exploitation des infrastructures et dispositifs aval (stations de pompage en cas de valorisation indirecte, réseaux d irrigation, réseaux de transfert et de distribution vers les zones industrielles, télégestion, dispositif de surveillance sanitaire interne, etc.) sont à la charge des utilisateurs et bénéficiaires finaux. L équilibre financier d un projet de réutilisation des eaux usées traitées, tout comme d un projet de collecte et de traitement des eaux usées en général, est difficile à obtenir et un fort niveau de subventionnement pour la construction et l exploitation de l ensemble de ces infrastructures est constaté. Les bénéfices environnementaux induits par la réutilisation justifient une contribution financière publique, au titre des externalités positives du projet. Île de la Réunion étude économique et financière d organisation et de marché A la Réunion, la commune du Port envisage de réutiliser l eau traitée dans une nouvelle station d épuration en cours de construction. Elle a demandé à un bureau d études de concevoir le dispositif de traitement tertiaire adéquat pour cet usage, et de réaliser les dossiers d autorisation sanitaire. L AFD a proposé d ajouter une composante financière et d organisation à l étude de faisabilité technique et sanitaire. Elle a donc appuyé la commune pour l identification du marché (clients, volumes, tarifs), l optimisation des implications financières pour la commune et tarifaires pour les usagers, ainsi que le choix de l imputation budgétaire et du mode de gestion le plus performant. 9 <

10 Mettre en œuvre des projets de valorisation des eaux usées traitées Lors d un montage de projet de REUT, des éléments essentiels tels que la répartition des rôles et des obligations, les sources de financement ou les indicateurs du suivi-évaluation doivent être précisés. Répartir de manière claire les rôles et les obligations de chaque partie prenante La clé de répartition du plan de financement entre l autorité publique, au titre de la gestion de la ressource en eau, le pollueur au titre du principe pollueur-payeur et l utilisateur final de l eau recyclée, est définie en fonction de chaque contexte. Les projets de réutilisation impliquent une pluralité d acteurs, locaux et nationaux, issus des domaines de l eau et l assainissement, de l agriculture et de la santé. Le rôle dévolu à chaque intervenant doit être clair. L organisation retenue pour la réutilisation doit être efficace et fixer les relations financières et contractuelles entre chacune de ces parties prenantes. Outre les institutions publiques qui édictent les normes, mettent en place la régulation et le contrôle sanitaire, on distingue de l amont vers l aval du cycle de l eau usée : > les producteurs d eaux usées que sont les habitants des centres urbains et les industries ; > le propriétaire de la station d épuration, souvent une collectivité territoriale, qui autorise la fourniture d eau usée traitée à l entité responsable de la réutilisation ; > l exploitant de la station d épuration des eaux usées, en général différent du propriétaire de la station, qui garantit la fourniture et la qualité de l effluent traité en vue de sa réutilisation ; > le responsable de la mise à disposition de l eau recyclée auprès de l utilisateur final (ministère en charge des ressources en eau ou de l agriculture, autorité autonome ou agence spécifique) ; > l utilisateur et bénéficiaire final. Diversifier les sources de financement Le tableau ci-contre présente les différents types et sources de financements mobilisables pour la réutilisation des eaux usées traitées. Définir des indicateurs économiques et financiers De nombreux indicateurs permettent de guider l évaluation économique et financière des projets, les principaux étant : >10

11 > le volume d eau réutilisé par utilisateur ; > la consommation énergétique et l existence de politiques de maîtrise de l énergie visant à optimiser le bilan carbone de l opération ; > le coût d opportunité de l eau ; > le coût des dommages sociaux évités tels la perte d emplois ou la baisse de certaines activités économiques. Les indicateurs financiers habituels - ratios d investissement et de frais d exploitation par m 3 réutilisé ou par bénéficiaire - devraient également être complétés par deux indicateurs qualitatifs reflétant : > la qualité du montage financier et du recouvrement des coûts : niveau des subventions d investissement éventuelles et des redevances perçues pour la réutilisation ; > l existence de financements permettant le suivi technique, financier et sanitaire du dispositif de réutilisation. Type de financement Principale source de financement Finalité du financement Subvention Etat Externalités positives (préservation de l environnement, adaptation au changement climatique) Investissement Autofinancement Producteurs d eaux usées Revenus du projet pour le remboursement Application du principe du pollueur-payeur via le tarif de l assainissement Prêt concessionnel Bailleurs de fonds internationaux Etat Externalités positives (préservation de l environnement, adaptation au changement climatique) Prêt à taux de marché Secteur privé Diminution du coût de l eau (golfs, espaces verts résidentiels, création de valeur foncière, etc.) Fonctionnement Autofinancement Prêt à taux de marché Revenus du projet Equilibre financier de l activité (agriculture, maraîchage, golfs, etc.) Subvention Etat Maintenance/ Renouvellement Autofinancement Prêt concessionnel Producteurs d eaux usées Revenus du projet pour le remboursement Bailleurs de fonds internationaux Pérennité des infrastructures Prêt à taux de marché Secteur privé 11 <

12 >12 Agence Française de Développement (AFD) 5, rue Roland Barthes Paris cedex 12 Tél. : Fax. : Division Eau et Assainissement Tél. : Fax. : : Mars 2012

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Développer les compétences pour mieux gérer l eau Novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE LES JOURNEES DE L OIEau EN 2011 «Les Journées de l OIEau» visent à apporter un éclairage

Plus en détail

Les fi chessynteau. réutilisation DEs Eaux usées traitées : reuse. a Eaux usées n 5. intérêts. utilisations

Les fi chessynteau. réutilisation DEs Eaux usées traitées : reuse. a Eaux usées n 5. intérêts. utilisations Les fi chessynteau a Eaux usées n 5 NOVEMBRE 2012 réutilisation DEs Eaux usées traitées : reuse La réutilisation des eaux usées traitées (REUSE) a connu une croissance mondiale considérable lors des dix

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 SOMMAIRE Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 2 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET NETS A SEDHIOU Dans

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Lien vers la présentation PowerPoint Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Bertrand REYSSET Chargé de mission adaptation au changement climatique, Ministère de l'écologie,

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Expérience de l ONAS. Khalil ATTIA Président Directeur Général

Expérience de l ONAS. Khalil ATTIA Président Directeur Général Expérience de l ONAS Khalil ATTIA Président Directeur Général Tunis, 9 juillet 2009 Sommaire 1. Présentation de l ONAS 2. Financement des activités 3. Partenaires financiers 4. Participation du secteur

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2014 Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Relative au projet

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement Gouvernements organisateurs (1) Ministere de l'energie et de l'eau, Mali (2) Gouvernement de la Tunisie 1. Introduction

Plus en détail

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie Août 2011 FC 140/10 F COMITÉ FINANCIER Cent quarantième session Rome, 10-14 octobre 2011 Dotation en effectifs des services de trésorerie Pour toute question concernant le contenu de ce document, veuillez

Plus en détail

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décret n 2002-335 du 14 Février 2002, fixant le seuil duquel la consommation des eaux est soumise à un diagnostic technique, périodique et obligatoire des équipements,

Plus en détail

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Avec l aimable autorisation de la revue Environnement & Technique : www.pro-environnement.com

Plus en détail

Le dispositif «Classe d eau»

Le dispositif «Classe d eau» Le dispositif «Classe d eau» Ce dispositif a été créé en 1987 suite à plusieurs constats : Pollution de la terre et de l eau L eau, un bien précieux à protéger Besoin d éduquer les nouvelles générations

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

LE PROCESSUS DE MISE EN ROUTE DANS LE DOMAINE DU TRAITEMENT DEs EAUx

LE PROCESSUS DE MISE EN ROUTE DANS LE DOMAINE DU TRAITEMENT DEs EAUx LE PROCESSUS DE MISE EN ROUTE DANS LE DOMAINE DU TRAITEMENT DEs EAUx 1 re édition - juin 2012 n Les traiteurs d eau et les sociétés d ingénierie constatent, à l appui d expériences passées, que les textes

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

Les marchés émergents et le secteur minier

Les marchés émergents et le secteur minier Les marchés émergents et le secteur minier Principales tendances pour l avenir Nochane Rousseau Leader, secteur minier, Québec Affaires sans frontières Le 15 novembre 2012 Ville de Québec De nombreux

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives La présente fiche résulte du groupe de travail mis en place à l Afssaps

Plus en détail

Cogestion de la peche crevettiere et protection de la biodiversite a madagascar

Cogestion de la peche crevettiere et protection de la biodiversite a madagascar Cogestion de la peche crevettiere et protection de la biodiversite a madagascar Dominique ROJAT Agence Française de Développement 5, rue Roland Barthes - 75598 PARIS Cedex 12 - France Tél ~ 33 1 53 44

Plus en détail

Le territoire des îles Wallis et Futuna

Le territoire des îles Wallis et Futuna Le territoire des îles Wallis et Futuna présente le Colloque UNE AGRICULTURE DURABLE AU SERVICE DE LA POPULATION À Wallis et Futuna Le colloque Une agriculture durable au service de la population (ADSP)

Plus en détail

Abattement TFPB en ZUS

Abattement TFPB en ZUS Abattement Septembre 2015 TFPB en QPV USH - Service Politiques urbaines et sociales Abattement TFPB en ZUS cadre réglementaire : article 62 de la loi de finances 2015 Application d un abattement de 0 %

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement A la demande des commissions locales de l eau (CLE) concernées, l Etablissement devrait assurer en 2015 le rôle de structure

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS Le savoir pour nourrir le monde 1 0 0 1, r u e S h e r b

Plus en détail

MÉMOIRE. présenté par. la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions. concernant

MÉMOIRE. présenté par. la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions. concernant MÉMOIRE au Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord de la Chambre des communes présenté par la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions concernant

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions à l intention des jeunes exposés à la délinquance Action de remobilisation pour prévenir le basculement dans la délinquance PARCOURS CITOYEN Nature du porteur

Plus en détail

Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes?

Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes? Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes? Jeudi 28 octobre de 9h30 à 10h30 Réunion en webconférence. Type de réseau faisant l objet de plus en plus d expérimentations, le microgrid se

Plus en détail

Animateur/Coordinateur de réseaux

Animateur/Coordinateur de réseaux CAHIER DES CHARGES Animateur/Coordinateur de réseaux Dossier suivi par : Annabelle Antal Adresses de retour de la proposition avant le vendredi 8 mars 2013 à 16 heures - Envoi par courrier : Centre INRA

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l assainissement

Plus en détail

L Observatoire national du tourisme Fluvial : 10 ans de collecte de données

L Observatoire national du tourisme Fluvial : 10 ans de collecte de données L Observatoire national du tourisme Fluvial : 10 ans de collecte de données Document de synthèse L Observatoire national du tourisme fluvial a pour objectifs de fournir des données quantitatives et plus

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

La base de loisirs BL de l UCPA

La base de loisirs BL de l UCPA Étude de cas n 1 La base de loisirs BL de l UCPA 1. Présenter le schéma de gestion du pôle LSP et de la base de loisir BL. En quoi vous paraît-il cohérent avec le plan stratégique de l UCPA? La structure

Plus en détail

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle G.T. 1 : le Monde selon les Femmes Document issu de 3 sources : 1. Recommandations du groupe GESA de la CFD sur " l'accès et le contrôle des

Plus en détail

FSP Codéveloppement Mali. Ministère malien de l Economie et des Finances et Ministère français des Affaires Etrangères AFD 29 mars 2006

FSP Codéveloppement Mali. Ministère malien de l Economie et des Finances et Ministère français des Affaires Etrangères AFD 29 mars 2006 FSP Mali Ministère malien de l Economie et des Finances et Ministère français des Affaires Etrangères AFD 29 mars 2006 L immigration malienne en France Quelques ordres de grandeur 4 millions de maliens

Plus en détail

World café / Les co-bénéfices des PCET

World café / Les co-bénéfices des PCET World café / Les co-bénéfices des PCET Comment une collectivité peut-elle faire de son Plan climat-énergie territorial (PCET) un projet fédérateur sur le climat et l énergie mais également un outil permettant

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS Laurie VAYSON Chargée des affaires juridiques et foncières 1 LA GESTION DES EAUX PLUVIALES - Les eaux pluviales et le droit privé. - Les eaux pluviales et

Plus en détail

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée FCPI Dividendes Plus n 2 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Souscription limitée 50 % de réduction ISF ou 18 % de réduction d impôt sur le revenu en contrepartie d un risque de perte en capital

Plus en détail

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche Comité de suivi des programmes européens de la période 2007-2013 Dossier de Presse FSE FEDER FEADER FEP Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire La démarche «industrielle» Une contribution à la compétitivité économique des territoires ÉVOLUTION DU CONTEXTE D INTERVENTION Rôle croissant joué par le changement climatique comme révélateur des vulnérabilités

Plus en détail

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS (2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS Dans les 10 premières années de son activité, M&D a concentré toutes ses forces sur les infrastructures villageoises. A la fin des années 90, la question des activités

Plus en détail

4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire

4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire Titre et référence de l opération 4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire Type d opération 4.1 Investissements dans les exploitations agricoles

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant.

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant. Liste de points à vérifier lors de l élaboration d une stratégie de gestion des approvisionnements dans le cadre d une proposition au Fonds mondial May 2008 Veuillez analyser les besoins suivants et envisager

Plus en détail

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) 1. MANAGEMENT Animer et gérer les ressources

Plus en détail

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire?

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Octobre - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de

Plus en détail

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT D UNE COOPÉRATIVE DE SERVICES À LA PERSONNE SPÉCIALISÉE DANS L INFORMATIQUE. Initiative

Plus en détail

Note technique. Du Certiphyto territorial réglementaire aux pratiques «zéro pesticide» dans l espace public.

Note technique. Du Certiphyto territorial réglementaire aux pratiques «zéro pesticide» dans l espace public. Note technique Du Certiphyto territorial réglementaire aux pratiques «zéro pesticide» dans l espace public. Table des matières Le Certiphyto territorial, une obligation réglementaire p 2 La priorité du

Plus en détail

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER

Plus en détail

Instruction du Gouvernement du 4 juin 2015 relative au financement par les agences de l eau des retenues de substitution NOR : DEVL1508139J

Instruction du Gouvernement du 4 juin 2015 relative au financement par les agences de l eau des retenues de substitution NOR : DEVL1508139J RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l eau et de la biodiversité Sous-direction

Plus en détail

Association France Alzheimer

Association France Alzheimer Association France Alzheimer Maladie d Alzheimer et Maladies Apparentées Appel à projets «Sciences Médicales» (AAP SM 2016) Subventions allant jusqu à 100.000 Euros Il est recommandé aux candidats de lire

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 9.11.2015 C(2015) 7674 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 9.11.2015 relative au programme d action annuel 2015 en faveur de la Tanzanie, à financer sur les ressources

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

Le Fond Local d Initiatives Jeunes Règlement 2014

Le Fond Local d Initiatives Jeunes Règlement 2014 Le Fond Local d Initiatives Jeunes Règlement 2014 Le F.L.I.J. est un dispositif d aide aux jeunes porté par l association Cambrésis Ressources en partenariat avec la Direction territoriale de Cambrai pour

Plus en détail

LA GESTION DE VOTRE BIEN en toute confiance GESTION LOCATIVE LOCATION COPROPRIÉTÉ. plaquette_pis_2016.indd 1 24/03/2016 17:16

LA GESTION DE VOTRE BIEN en toute confiance GESTION LOCATIVE LOCATION COPROPRIÉTÉ. plaquette_pis_2016.indd 1 24/03/2016 17:16 LA GESTION DE VOTRE BIEN en toute confiance GESTION LOCATIVE LOCATION COPROPRIÉTÉ plaquette_pis_2016.indd 1 24/03/2016 17:16 www.pichet-adb.fr Filiale du Groupe Pichet Groupe Immobilier Intégré 25 années

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME

AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME ARTICLE 1 er : FINALITES Règlement d Application La finalité de ce dispositif

Plus en détail

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 CP 10-981 ANNEXE 1 A LA DELIBERATION 07/10/10 10:10:00 4 Université Paris 8 Extension de l IUT de Montreuil Convention de cofinancement n 10 ES 03 La Région Ile-de-France,

Plus en détail

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de l observatoire SURVOL L Agence Régionale de Santé d Île de France (ARS IdF) a confié à Airparif l élaboration

Plus en détail

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES PPB-2007-7-CPB-1 2 Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers Table des matières 0. Base légale et énumération des principes TABLE DES MATIÈRES 1. Responsabilité

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/025. Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal

EVALUATION FINALE SEN/025. Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal EVALUATION FINALE SEN/025 Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Sénégal Programme de Santé de Base dans

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires :

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : Dossier de presse Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : la Caisse de Dépôts et Consignations la Caisse d Épargne de Bretagne, l association «Parcours Confiance

Plus en détail

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT L Ecole belge de Bujumbura (EBB) est une école (Asbl) privée située au centre de Bujumbura. Elle dispense un enseignement

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

1. Description du type d opération

1. Description du type d opération HERBE_08 - Entretien des prairies remarquables par fauche à pied Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération L objectif de

Plus en détail

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 L Observatoire des Achats Responsables Vague 3 Novembre 2011 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie et structure de l échantillon page 2 Méthodologie de l

Plus en détail

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE)

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) RÈGLEMENT I Nature des projets Le fonds départemental pour l environnement (FDE) concerne les projets d équipements relatifs à l amélioration des services

Plus en détail

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Fiches de bonnes pratiques des entreprises ayant obtenu le Label égalité femmes / hommes La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Il est généralement considéré que

Plus en détail

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC Résolution PC/7/2010/1 Proposition de mesures pour l état de préparation

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école Dossier Projet Electrification de l école d Issaogo La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école d Issaogo au Burkina Fasso, projet porté par les élèves et professeurs du

Plus en détail

SYSTEME INFORMATISE DE SUIVI-ÉVALUATION DE PROJETS ET PROGRAMMES CO-FINANCÉS

SYSTEME INFORMATISE DE SUIVI-ÉVALUATION DE PROJETS ET PROGRAMMES CO-FINANCÉS SYSTEME INFORMATISE DE SUIVI-ÉVALUATION DE PROJETS ET PROGRAMMES CO-FINANCÉS Avenue du Dollar Résidence Sidi Mansour III Bloc A - 1053 Les Berges du Lac, Tunis, Tunisie Tél : (216) 71 195 300- Fax: (216)

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'IDENTIFICATION DES ACTEURS DE LA COOPERATION ET DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE REGION LIMOUSIN

QUESTIONNAIRE D'IDENTIFICATION DES ACTEURS DE LA COOPERATION ET DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE REGION LIMOUSIN QUESTIONNAIRE D'IDENTIFICATION DES ACTEURS DE LA COOPERATION ET DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE REGION LIMOUSIN 1. IDENTIFICATION ET COORDONNEES DE VOTRE ORGANISME LOCAL 1.1. Sigle de votre organisme :

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)] Nations Unies A/RES/67/192 Assemblée générale Distr. générale 3 avril 2013 Soixante-septième session Point 103 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique DIRECTION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L EMPLOI 8, rue de Cîteaux 75012 PARIS Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par

Plus en détail

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales.

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales. DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANCEAGRIMER MEP/SMEF/ Délégation nationale de VOLX. BP 8 25 Rue Maréchal Foch 04130 VOLX Dossier suivi par : Denis Cartier-Millon Tel. : 04.92.79. 34.55 E-mail : denis.cartier-millon@franceagrimer.fr

Plus en détail

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 5 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS...

Plus en détail

Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise

Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise Virtualisation du stockage IBM Une grande valeur pour votre entreprise Pag e 2 Le contrôleur de volume SAN (SVC) Sommaire 1. Le SVC

Plus en détail

L agriculture familiale :

L agriculture familiale : MADAGASCAR Année Internationale de l Agriculture Familiale (AIAF) 2014 et Journée Mondiale de l Alimentation (JMA) 2014 L agriculture familiale : une chance pour la planète et pour Madagascar Sécurité

Plus en détail

Journées Alésiennes de l air

Journées Alésiennes de l air Dossier de presse Mars 2015 De la métrologie au traitement Contact presse Lucile Lallié 06 01 20 83 93 lucile.lallie@pole-risques.com twitter.com/polerisques Sommaire Communiqué de presse p. 3 A propos

Plus en détail

Pourquoi un contrat territorial :

Pourquoi un contrat territorial : 1 Pourquoi un contrat territorial : Pour répondre aux dispositions réglementaires de la Loi Grenelle 1 classant les 3 captages du Val (Theuriet, Bouchet, le Gouffre) parmi les 507 captages prioritaires

Plus en détail