PERSPECTIVES SECTORIELLES NOUVEAU-BRUNSWICK

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PERSPECTIVES SECTORIELLES 2013-2015 NOUVEAU-BRUNSWICK"

Transcription

1 PERSPECTIVES SECTORIELLES NOUVEAU-BRUNSWICK Hiver 2014

2 P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 2 LISTE DES ILLUSTRATIONS... 2 LISTE DES TABLEAUX... 2 À PROPOS DE PERSPECTIVES SECTORIELLES... 3 SOMMAIRE... 4 NOTES MÉTHODOLOGIQUES... 5 PARTIE 1 : APERÇU DE L ÉCONOMIE ET DU MARCHÉ DU TRAVAIL... 6 PARTIE 2 : PERSPECTIVES SECTORIELLES CONCLUSION ANNEXE

3 P a g e 2 Acronymes É.-U....États-Unis ENM....Enquête nationale auprès des ménages, Statistique Canada EPA...Enquête sur la population active, Statistique Canada Î.-P.-É..Île-du-Prince-Édouard N.-É..Nouvelle-Écosse PIB...Produit intérieur brut PPRC...Perspectives professionnelles régionales au Canada SCIAN...Système de classification des industries de l Amérique du Nord SPPC...Système de projection des professions au Canada T.-N.-L...Terre-Neuve-et-Labrador TVH...Taxe de vente harmonisée UE....Union européenne LISTE DES ILLUSTRATIONS Figure 1 : Comparaisons sur la croissance de l emploi, Canada et Canada atlantique.8 Figure 2 : Estimation des migrants interprovinciaux, Nouveau-Brunswick Figure 3 : Répartition de la croissance de l emploi, Nouveau-Brunswick Figure 4 : Services de santé, Nouveau-Brunswick Figure 5 : Hébergement et restauration, Nouveau-Brunswick Figure 6 : Éducation, Nouveau-Brunswick Figure 7 : Commerce, Nouveau-Brunswick Figure 8 : Industrie manufacturière (produits du bois), Nouveau-Brunswick Figure 9 : Finances, assurance et immobilier, Nouveau-Brunswick Figure 10 : Secteur minier, pétrolier et gazier, Nouveau-Brunswick Figure 11 : Services publics, Nouveau-Brunswick, Figure 12 : Services professionnels scientifiques et techniques, Nouveau-Brunswick Figure 13 : Autres services, Nouveau-Brunswick Figure 14 : Construction, Nouveau-Brunswick Figure 15 : Administration publique, Nouveau-Brunswick LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Indicateurs du marché du travail, Canada atlantique, Tableau 2 : Indicateurs du marché du travail, Nouveau-Brunswick, Tableau 3 : Perspectives industrielles, Nouveau-Brunswick....19

4 P a g e 3 À propos de Perspectives sectorielles Tous les ans, Service Canada effectue des prévisions triennales de l emploi selon les industries et les professions pour l ensemble du Nouveau-Brunswick. Les résultats de ces analyses sont publiés sous forme d un rapport qui donne un aperçu global de l évolution récente et des perspectives du marché du travail au Nouveau-Brunswick. Cette série de documents intéressera, nous l espérons, les personnes cherchant leur voie sur le marché du travail ainsi que celles qui les appuient dans cette démarche, que ce soit les parents, le personnel du milieu de l éducation ou les intervenants des services d aide à l emploi. Elle devrait également intéresser les entreprises et les associations d employeurs désireuses de cerner certains enjeux relatifs à la gestion des ressources humaines dans leur industrie. Ce document comprend deux parties. La première partie dresse un portrait d ensemble du marché du travail de la région : y sont présentés un aperçu de l évolution économique et les principaux indicateurs du marché du travail. La deuxième partie traite des perspectives sectorielles sur la base de regroupements industriels définis dans le Système de classification des industries de l Amérique du Nord (SCIAN). En dernier lieu, nous tenons à souligner l apport de l équipe de l IMT établie à l administration centrale qui a fourni l outil prévisionnel et son aide continue tout au long de ce projet ainsi que celui de l équipe du Système de projection des professions au Canada (SPPC) qui nous a donné accès à plusieurs outils d analyse et de prévisions à la base de la présente étude, Nous désirons aussi souligner la participation de collègues provinciaux au niveau de la validation des estimations de l emploi.

5 P a g e 4 Sommaire Après une année de faible rendement en 2012, l économie du Nouveau-Brunswick a continué de se heurter à des difficultés en Par conséquent, la croissance du PIB est demeurée faible. Entre autres défis majeurs, la province est aux prises avec une lente croissance démographique et un taux de population qui diminue depuis une décennie. Ce vieillissement de la population provinciale a été exacerbé par le récent exode des jeunes travailleurs vers l Ouest canadien. Le ralentissement des dépenses en immobilisations et les constantes restrictions budgétaires ont aussi miné la croissance. Par contre, on s attend à une amélioration de la situation en 2014 et en 2015 à mesure que l économie canadienne reprend des forces en raison des gains au niveau des activités d investissement dans les secteurs de ressources et de la croissance des exportations liée au renforcement de l économie américaine et à l affaiblissement du dollar canadien. Le marché du travail de la province s est heurté à des difficultés depuis quelques années, mais un revirement de situation et une lente reprise sont prévus en Malgré une chute soutenue de l emploi après la récession de 2009, une lente remontée est prévue pour la période de prévision. La croissance de la population active dans la province s est également affaiblie après la récession et commence tout juste à se renforcer. Le déclin de la main-d œuvre jumelé à une faible croissance de l emploi a engendré des niveaux relativement élevés de chômage dans la province. En 2012, le taux de chômage moyen s élevait à 10,2 %, soit 2,7 points de pourcentage de plus que le creux historique de 7,5 % en À l heure actuelle, l économie du Nouveau-Brunswick est surtout axée sur l emploi dans le secteur des services et cette tendance devrait persister au fil de la période de prévision. Les changements démographiques ont propulsé les services de santé et orienté la croissance actuelle et future de l emploi. Ensemble, l amélioration générale de l économie, la faible tension inflationniste et une tendance vers la modération des prix devraient favoriser la demande de consommation et l emploi dans le secteur du commerce. Une tendance semblable est prévue au niveau des emplois dans les secteurs de l hébergement et de la restauration. Par contre, la hausse de l impôt des particuliers et de l impôt des sociétés pourrait ralentir la croissance à mesure que les revenus disponibles diminuent. Le lancement du projet Oléoduc Énergie Est de Trans Canada Pipelines évalué à 2,2 milliards de dollars devrait donner un sérieux élan à l économie et au marché du travail du Nouveau- Brunswick. Même si plus de emplois seront créés pendant la phase de construction, les travaux ne commenceront qu en 2016, au plus tôt. À part quelques activités de planification initiale et de conceptualisation, la plupart des activités auront lieu après la période de prévision. Sur une note moins optimiste, une baisse d emploi est prévue dans le secteur de la construction en raison de l absence de grands projets et de la faiblesse du marché du logement. Les

6 P a g e 5 compressions financières à tous les niveaux de gouvernement vont nuire à la croissance de l emploi à tous les niveaux de l administration publique de la province. Notes méthodologiques Le modèle de perspectives d emploi triennales produit des projections à moyen terme sur l industrie et l emploi professionnel à l échelle provinciale et sous-provinciale. Le modèle de projection se fonde sur une analyse du contexte économique pour établir un cadre analytique commun et cohérent comme base en vue de produire des prévisions d emploi détaillées. Ce cadre repose notamment sur le modèle macro-économique du Système de Projections des Professions au Canada (SPPC) et sur les prévisions du Conference Board du Canada. Ce scénario du marché du travail permet de caractériser les conditions d ensemble du marché du travail qui prévaudront au cours de la période examinée. Une fois que le scénario macroéconomique a été établi, les estimations prévisionnelles de l emploi selon l industrie sont générées grâce au partenariat du Système de projection des professions au Canada» (SPPC) et avec l appui du Conference Board du Canada. Ces estimations prévisionnelles sont ensuite validées par des économistes régionaux. Le processus de validation repose sur une approche en deux volets, à savoir une validation analytique à l aide de variables supplémentaires ainsi qu un processus consultatif avec des partenaires et des intervenants clés. Dans la région de l Atlantique, les projections d emploi triennales sont produites en tenant compte des analyses susmentionnées pour la période de trois ans, soit de 2013 à Les résultats sont présentés à un niveau agrégé large en se fondant sur le Système de classification des industries de l Amérique du Nord (SCIAN) à deux chiffres pour garantir une plus grand fiabilité des prévisions. Une définition précise des industries est disponible dans le SCIAN publié par Statistique Canada. Ce degré de regroupement est fondé sur les tableaux industriels de l Enquête sur la population active (16 industries) produits chaque mois par Statistique Canada pour les provinces atlantiques. La seule variante tient à la séparation du secteur minier et pétrolier et gazier du secteur forestier, de la pêche et de la chasse en raison de son importance relative dans la région. On a considéré que les industries avec un taux de croissance de l emploi positif ou négatif de 150 ou plus par rapport aux projections faisaient montre d une importante croissance et elles ont été analysées plus à fond. Les autres secteurs ont été jugés relativement stables ou trop petits pour justifier une discussion fiable des changements. Les taux de croissance annuelle moyens dans les tableaux sont calculés d après des taux de croissance composés. Les taux de croissance font spécifiquement référence aux changements survenus entre et en utilisant 2013 comme année de référence.

7 P a g e 6 Partie 1 : Aperçu de l économie et du marché du travail La première partie fait état du contexte des projections de l emploi en présentant un sommaire du contexte économique mondial, des nouvelles tendances de l économie canadienne et de la situation de l économie et du marché du travail au Canada atlantique et au Nouveau-Brunswick. Contexte économique mondial Pour la deuxième année consécutive, l économie mondiale a ralenti en 2012, faisant les frais d une faible croissance persistante dans les pays développés, y compris les États-Unis (É.-U). À l arrivée de 2013, on manifestait un optimisme général en prévoyant une amélioration de la situation au cours de la seconde moitié de l année, mais on prévoit maintenant que ce redressement se produira ultérieurement au cours de En octobre 2013, le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé à 2,9 % sa cible d expansion économique mondiale pour 2013, marquant ainsi une troisième année consécutive de ralentissement de la croissance mondiale. Les États-Unis constituent la plus importante économie mondiale, enregistrant plus de 18 % du PIB mondial en Par contre, la Chine, pourrait ravir cette place aux É.-U. dès 2016, selon les dernières prévisions du FMI. On ne s en étonnera pas, ces deux économies sont étroitement liées, et la Chine ressent les effets de la faible croissance sur nombre de ses grands marchés d exportation, y compris celui à destination des É.-U. En fait, l expansion de la Chine a ralenti pour s établir à 7,5 % par année. Ce taux de croissance peut sembler énorme selon des normes occidentales, mais il représente la pire performance de la Chine en 23 ans. Le maintien d un bon rythme de croissance pose un défi à l économie américaine. Après deux ans de croissance relativement lente, l économie a enregistré une expansion de 2,2 % en 2012, et c était là le taux plus élevé parmi les pays du G7. La croissance des É.-U. a ralenti au cours de la première moitié de 2013 et le FMI prévoit maintenant une croissance totale annuelle de 1,6 %. Cela dit, il souffle un fort vent d optimisme qui fait dire que les É.-U. alimenteront le gros de la croissance mondiale en Selon les prévisions économiques des États-Unis d octobre 2013, la croissance commencera à enregistrer une accélération au milieu de 2014, laquelle se poursuivra en 2015 et Cet optimisme est partagé par le FMI, qui prévoit maintenant une croissance de 2,6 % du PIB des É.-U. en Pendant ce temps, l Allemagne, la France, l Italie, l Espagne et d autres états membres de l Union européenne (UE) continuent de lutter pour sortir de la récession. Après s être effritée de 0,4 % en 2012, l économie de l UE devrait encore céder 0,4 % de plus en 2013, selon les prévisions du FMI. Les effets de la crise de la dette souveraine se font sentir à divers degrés dans les pays de l UE, et la plupart des états membres en difficulté de l UE continuent de payer le prix de mesures d austérité continues. Cela dit, les indices de confiance des entreprises

8 P a g e 7 (inflation, taux d intérêt, investissement étranger, etc.) donnent à penser que la stabilisation de l activité économique est proche pour certains membres de l UE. Contexte canadien En 2012, l économie du Canada a surpassé celle de la plupart des autres pays développés, affichant une croissance réelle du PIB de 1,8 % cette année-là. Si le pays a pu faire état de bons résultats par rapport à d autres pays développés, et ce, grâce à des facteurs qui lui sont propres, il demeure que sa performance économique en 2012 doit être jugée médiocre. À long terme, le Canada a besoin d une croissance du PIB de l ordre de 2,0 à 2,5 % pour que les Canadiens puissent maintenir leur niveau de vie. À l instar de l économie mondiale, l activité économique canadienne était censée, de l avis général, enregistrer une reprise au cours de la seconde moitié de La Banque du Canada a, depuis, abaissé ses prévisions canadiennes à la suite d une réduction de la contribution des exportations nettes et des investissements d entreprises. En date de fin octobre 2013, la Banque du Canada prédisait une croissance de 1,6 % de l économie en 2013, de 2,3 % en 2014 et de 2,6 % en Les provinces riches en matières premières, l Alberta, la Saskatchewan et T.-N.-L., devraient occuper le peloton de tête de la croissance économique du pays. La banque centrale avait anticipé une augmentation des exportations au cours du troisième trimestre de 2013, mais une demande mondiale plus faible et les difficultés financières observées dans le marché américain ont retardé la réalisation de cette prévision. Par contre, on s attend, l an prochain, à ce qu une croissance économique plus solide des É.-U. et un dollar canadien plus faible se traduisent par des gains dans nos exportations. Dans le contexte d une croissance économique lente et d une faible inflation, on s attend à ce que la Banque du Canada maintienne ses taux d intérêt autour de 1 % tout au long de Cette mesure pourrait raviver le marché du logement, accroître l emprunt et accélérer la croissance, en particulier dans le secteur critique des exportations. Le commerce international représente une grande partie de l économie canadienne, soit plus de 45 % du PIB. En 2012, les É-U., l UE et la Chine étaient les trois premières destinations des exportations canadiennes, recevant collectivement près de 90 % de tous les biens et produits canadiens expédiés. Les É.-U., de loin le plus gros partenaire commercial du Canada, sont habituellement la destination des trois quarts des biens canadiens. En 2012, l UE a reçu 8,5 % des expéditions canadiennes, et la Chine, environ la moitié de cela. Entre 2008 et 2012, la Chine a devancé le Japon pour devenir le troisième plus important marché d exportation pour le Canada. Compte tenu des perspectives de plus en plus incertaines du plus gros partenaire commercial du Canada, on peut, semble-t-il, raisonnablement s attendre à une modeste croissance des

9 P a g e 8 exportations en 2013 et en Si les entreprises canadiennes ont généralement fait bon accueil à l accord commercial provisoire entre le Canada et l UE conclu en 2013, il s écoulera au moins deux ans avant que cet accord ne soit conclu et qu il commence à influer sur les volumes d exportations. Au cours des huit premiers mois de 2013, les principales exportations du Canada se sont composées de ce qui suit : pour les É.-U. : produits énergétiques, dont pétrole, gaz et électricité; véhicules à moteur et pièces détachées; produits du bois, bois-d œuvre et produits de pâtes et papier; pour l UE : pierres et métaux précieux, dont de l or et des diamants; avions et pièces d aéronef; pétrole brut et huiles de pétrole; pour la Chine : produits du bois, bois-d œuvre et produits de pâtes et papier; graines et semences, huiles alimentaires, céréales et légumineuses; minerais de fer et de cuivre. Situation économique du Canada atlantique Depuis les années 1950, la croissance démographique a été plus lente dans le Canada atlantique que dans le reste du pays. Selon les données de l Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de Statistique Canada, en 2011, le Canada atlantique comptait habitants, soit 2 % de plus que lors du recensement de À titre de comparaison, la population du Canada a augmenté à un rythme plus rapide de 6 % durant la même période. La composition selon le sexe de la population du Canada atlantique était semblable à celle du reste du pays, avec une répartition hommes-femmes relativement égale. Le Canada atlantique a une population plus âgée, avec un âge médian variant de 42,8 ans à l î.-p.-é. à 44 ans à T.-N.-L., que celle de l ensemble du Canada (40,6 ans). Au cours des années 1970 et 1980, la main-d œuvre et l emploi du Canada atlantique ont augmenté à un rythme semblable à celui du reste du pays. Par contre, pendant la récession des années 1990, un écart significatif est apparu entre les tendances nationale et régionale. Entre 1998 et 2008, la croissance de l emploi a surpassé celle de la main-d œuvre dans l Atlantique. Il en a résulté une diminution des taux de chômage dans la région, lesquels ont atteint leur plus

10 P a g e 9 bas niveau de 9,1 % en 2007, ce qui a comblé l écart avec le Canada. Durant cette période, plusieurs grands projets énergétiques, dont des projets d exploitation extracôtière des ressources pétrolières et gazières, ont agi comme un catalyseur pour la croissance dans nombre d autres secteurs de l économie de la région de l Atlantique. Depuis la récession mondiale de 2009, l emploi a reculé dans tous les principaux groupes d âge dans la région, sauf chez les travailleurs âgés (55 ans et plus). La part de l emploi de ce groupe d âge s est appréciée et a maintenant dépassé la part de l emploi des jeunes (15-24 ans) dans la région de l Atlantique. Les travailleurs âgés représentent maintenant 21 % de la maind œuvre totale, soit la proportion la plus élevée à ce jour. Quant aux jeunes travailleurs (15 à 24 ans), ils ne représentaient que 13 % de l effectif, soit leur plus faible part de l emploi depuis À ce jour, le groupe d âge d activité maximale (25 à 54 ans) représente 65 % de l emploi total. La part de l emploi de cette cohorte a sensiblement reculé depuis, après avoir atteint son plus haut niveau de 76 % en Comme on peut le constater à la Figure 2, au 30 juin 2013, le solde migratoire interprovincial net était négatif dans toutes les provinces de l Atlantique et avait atteint son plus bas niveau en six ans. Selon les estimations démographiques annuelles de Statistique Canada, quelque personnes ont quitté la région de l Atlantique pour s établir dans d autres régions du pays entre juillet 2012 et juin 2013, et seules personnes se sont installées dans la région de l Atlantique en provenance d autres provinces et territoires du pays au cours de la même période. Selon les estimations démographiques annuelles de Statistique Canada, quelque personnes ont quitté la région de l Atlantique pour s établir dans d autres régions du pays entre juillet 2012 et juin 2013, et seules personnes se sont installées dans la région de l Atlantique en provenance d autres provinces et territoires du pays au cours de la même période. Il en a résulté un déficit migratoire (sortie nette) de personnes pour la région de l Atlantique par rapport à l année précédente. C est la Nouvelle-Écosse qui a enregistré le solde migratoire interprovincial le plus négatif (-5 658) par rapport aux autres parties du pays, cette province ayant représenté environ 52 % des personnes ayant quitté la région de l Atlantique. Ce sont l Ontario et l Alberta qui demeurent au premier rang des provinces de destination de la grande majorité des Canadiens de l Atlantique. Entre 2000 et 2013, environ 77 % des

11 P a g e 10 personnes qui ont migré hors de la région de l Atlantique ont choisi l une de ces deux provinces comme leur destination de choix. Les données indiquent toutefois qu un nombre grandissant de Canadiens de l Atlantique choisissent de s établir au Manitoba et en Saskatchewan, avec une augmentation de 26 % des migrants depuis Ce sont les jeunes âgés de 20 à 34 ans qui sont le plus susceptibles de migrer hors de la région de l Atlantique. En , un peu plus de jeunes ont quitté la région pour s établir dans d autres parties du pays. L un des principaux incitatifs à la migration interprovinciale est d ordre économique, alors que les marchés du travail connaissant une situation solide augmentent les chances d une personne de se trouver un emploi. Les gens plus instruits sont généralement plus enclins à quitter la région de l Atlantique pour s établir dans des provinces plus prospères. Au Canada atlantique, la taille de la population active et de l emploi ont tous deux augmenté entre 2011 et 2012, mais la croissance de la population active a été supérieure à celle de l emploi. Par conséquent, le taux de chômage a augmenté légèrement pour atteindre 10,3 %. À l échelle nationale, le taux de chômage a été ramené à 7,2 % durant la même période. Le fort taux de chômage du Canada atlantique est principalement imputable à un chômage plus marqué dans les régions rurales. En 2012, le taux de chômage dans les centres urbains de la région s établissait à 7,8 %, comparativement à 14,6 % pour les zones rurales. Le taux de chômage élevé du Canada atlantique rural s explique par le caractère grandement saisonnier des économies rurales de la région, ce qui se traduit par d importantes variations saisonnières dans l emploi.

12 P a g e 11 Tableau 1 : Indicateurs du marché du travail, Canada atlantique, Variation Variation Nombre % Nombre % Population 15 ans et plus (en milliers) Population active (en milliers) 1 938, , ,9 7,6 0,4 2,4 0, , ,1-2,1-0,2 12,1 1.0 Emploi (en milliers) 1 098, , ,2 3,6 0, ,7 Temps plein (en milliers) Temps partiel (en milliers) 912,2 914,3 921,6 2,1 0,2 7,3 0,8 186, ,8 1,6 0,9 0,8 0,4 Chômage (en milliers) 128,5 122, ,7-4,4 4,2 3,4 Taux de chômage (%) 10, ,3-0,4-0,2 - Taux d activité (%) 63,3 62,9 63,5-0,4-0,5 - Taux d emploi (%) 56,7 56, ,3 - Source : Enquête sur la population active, Statistique Canada Le secteur des services a continué d alimenter la croissance de l emploi dans la région de l Atlantique, représentant 79 % de l emploi total depuis Toutefois, depuis la récession économique de 2009, la croissance cumulée à ce jour (de janvier à septembre) de l emploi a ralenti, pour ne s établir qu à 0,7 %, comparativement à une moyenne de 1,0 % entre 2003 et L industrie du commerce, qui constitue une composant très importante du secteur des services au Canada atlantique en matière d emploi commence à se remettre de certaines pertes d emploi enregistrées en Des gains notables ont été enregistrés dans les services aux entreprises, les soins de santé et les industries de l information et de la culture. Ces gains n ont toutefois pas été suffisants pour compenser complètement les pertes d emplois dans les autres industries, notamment les pertes significatives dans les secteurs des services financiers, de l éducation et des autres services. Ces dernières années, le secteur de la production de biens a vu ses effectifs diminuer dans la région de l Atlantique. L emploi a reculé de (ou 1,6 %) dans le secteur des biens en 2012, par rapport à l année précédente. Cela tient aux pertes d emploi dans les secteurs de la fabrication, de la construction et des ressources (à l exception du secteur de l exploitation

13 P a g e 12 minière, pétrolière et gazière). Toutefois, des restructurations industrielles, en particulier dans les régions rurales, ont récemment entraîné la fermeture de plusieurs usines, ce qui s est traduit par d importantes pertes d emploi. Cette tendance continue de miner la croissance de l emploi dans le secteur de la fabrication et dans d autres industries primaires connexes. Situation économique du Nouveau-Brunswick Après un faible rendement en 2012, l économie du Nouveau-Brunswick a continué de se heurter à des défis économiques et la croissance du PIB est demeurée faible. Par contre, on s attend à une amélioration de la situation en 2014 et en 2015 à mesure que l économie canadienne reprend des forces en raison des gains au niveau des activités d investissement dans les secteurs de ressources et de la croissance des exportations liée au renforcement de l économie américaine et à l affaiblissement du dollar canadien. Le PIB réel de la province subi une baisse de 1,1 % en 2012, mais a repris de l essor en 2013 avec une croissance prévue de 0,1 %. Selon le ministère des Finances du Nouveau-Brunswick, le taux de croissance consensuel du PIB pour 2014 est de 1,1 %. Cette croissance devrait se poursuivre en Même si certaines catégories d exportations ont eu des difficultés au cours des dernières années, on a quand même observé une hausse générale des exportations à mesure que l économie américaine reprenait des forces. Malgré tout, les activités d exportation ont ralenti de 2,4 % en 2013 en lien avec le déclin des secteurs de l énergie, de la potasse et du métal. Les conditions ont tout de même été plus profitables pour certaines industries, y compris l agriculture, la pêche, les produits alimentaires intermédiaires et les produits forestiers. Le redressement prévu des exportations vers la fin de la période de prévision résultera surtout de l intensification de la production liée au projet d expansion minière de PotashCorp à Picadilly près de Sussex (tenant pour acquis un retour à la stabilité du marché mondial de la potasse) et de la production accrue de zinc aux mines de Caribou et de Half Mile Lake. Ce redressement tiendra aussi au renforcement soutenu de l économie américaine et à l affaiblissement général du dollar canadien par rapport au dollar américain au cours de la période de prévision. La faiblesse soutenue dans le domaine de la construction continuera de nuire grandement à l économie provinciale. Au Nouveau-Brunswick, le nombre de mises en chantier en 2012 et 2013 a diminué de 13,8 % pour s établir à Le nombre de mises en chantier est en baisse depuis 2010, année où on atteignait un sommet de En ce qui a trait à la construction non résidentielle, l inventaire des grands projets du CEPA indique que la valeur des dépenses actuelles en 2013 a diminué de 22 % pour s établir à 1,6 milliard à mesure de l achèvement de divers grands projets. On s attend maintenant à ce que les dépenses associées à de grands projets comme l expansion minière de PotashCorp à Picadilly diminuent de 12 % en 2014 à mesure qu ils prennent fin. Par contre, la situation pourrait s améliorer au cours de la période de prévision et après au niveau de l investissement dans la construction non résidentielle, si jamais des projets comme celui de la mine de tungstène de Sission Brook se concrétisent en La province du Nouveau-Brunswick annonçait récemment qu elle comptait investir 500 millions de dollars en immobilisations dans l industrie forestière au cours

14 P a g e 13 des prochaines années. Le CEPA a noté une hausse de 6 % dans la valeur de son inventaire de gros projets à compter de 2014 et fait mention de 75 projets d une valeur de 18,9 milliards de dollars associés au proposé projet Oléoduc Énergie Est au Nouveau-Brunswick et à d éventuels projets d Énergie NB. Les obstacles financiers continueront de ralentir l économie provinciale à court terme. Selon Services économiques TD, le Nouveau-Brunswick est aux prises avec l un des plus lourds fardeaux financiers au pays proportionnellement à la taille de son économie. En , le gouvernement provincial prévoit un déficit de 564 millions de dollars et ne pense pas être en mesure d équilibrer son budget avant Ces contraintes financières, jumelées aux défis démographiques et à des impôts sur le revenu plus élevés, auront probablement pour effet de ralentir la demande des consommateurs et, par conséquent, les ventes au détail dans la province. Le Conference Board du Canada prévoit une augmentation des ventes au détail d à peine 1,8 % au cours des deux prochaines années. La baisse du taux de change et le regain de l économie américaine devraient favoriser le tourisme dans la province au cours de la période de prévision de 2013 à L Association de l industrie touristique du Nouveau-Brunswick (AITNB) estime qu en 2010, l industrie touristique a contribué quelque 1,1 milliard de dollars en dépenses liées à l hébergement, à la restauration, au magasinage, aux voyages et aux activités associées aux voyages. L impact total des dépenses touristiques sur le PIB provincial pour 2010 a été estimé à 738 millions de dollars, soit 3,5 % du PIB de la province. Le marché du travail du Nouveau-Brunswick a eu du mal à surmonter les effets du ralentissement économique de Même si les effectifs dans la population active ont remonté de 0,6 % pour s établir à en 2012 ( personnes) suivant trois années de déclin continuel, il est demeuré bien en-deçà du niveau le plus élevé de tous les temps ( personnes) atteint en 2009.

15 P a g e 14 Tableau 2 : Indicateurs du marché du travail, Nouveau-Brunswick, Variation Variation Nombre % Nombre % Population 15 ans et plus (en milliers) 616,8 619,4 620,4 2,6 0, ,2 Population active (en milliers) 392,5 389,2 391,4-3,3-0,8 2,2 0,6 Emploi (en milliers) 356, ,4-4,1-1,2-0,6-0,2 Temps plein (en milliers) 301,7 294,7 296, ,3 1,5 0,5 Temps partiel (en milliers) 54,4 57,4 55, ,5-2,1-3,7 Chômage (en milliers) 36,4 37,1 40 0,7 1,9 2,9 7,8 Taux de chômage (%) 9,3 9,5 10,2 0,2-0,7 Taux d activité (%) 63,6 62,8 63,1-0,8-0,3 Taux d emploi (%) 57,7 56,8 56,6-0,9-0,2 Source : Enquête sur la population active, Statistique Canada L emploi a baissé de 0,2 % (- 600 emplois) en 2012, poursuivant le déclin amorcé en La plupart des emplois perdus en 2012 étaient des emplois à temps partiel contrairement à l année précédente, où les emplois perdus étaient surtout à temps plein. Depuis 2009, le Nouveau- Brunswick a perdu, en tout, emplois qui n ont pas été récupérés. Le nombre de chômeurs du Nouveau-Brunswick a augmenté de 7,8 % en 2012 ( personnes) suivant une hausse de 1,9 % en Ceci a fait grimper le taux de chômage à 10,2 % à mesure que plus de gens intégraient le marché du travail en quête d emploi. Le taux de chômage grimpe continuellement depuis l atteinte d un creux historique de 7,5 % en Le taux d activité du Nouveau-Brunswick est demeuré relativement stable autour de 63,5 % au fil des 10 dernières années. Le taux d activité a été légèrement inférieur à cette moyenne au cours de la période de 2011 à En mai 2013, pour mieux relever les défis liés à la démographie, à l économie et, en particulier, à la main-d œuvre, le gouvernement provincial adoptait la Stratégie de perfectionnement des compétences de la main-d œuvre du Nouveau-Brunswick. Cette stratégie vise à maximiser les compétences et à garantir une pleine participation au marché du travail. Les investissements de

16 P a g e 15 la province dans le marché du travail visent à appuyer son plan d action en développement économique, surtout dans les secteurs stratégiques prioritaires (décrits à la Partie 2) qui semblent voués à une solide croissance.

17 P a g e 16 Partie 2 : Perspectives sectorielles Cette partie donne un aperçu de la structure industrielle du Nouveau-Brunswick et décrit brièvement les changements prévus à la base industrielle au cours de la période de prévision. La dernière section de la Partie 2 présente une analyse plus détaillée des industries qui sont censées croître, décliner ou demeurer relativement stables au cours des trois prochaines années. Structure des industries Les statistiques de l Enquête sur la population active révèlent qu au Nouveau-Brunswick, les emplois dans le secteur des services affichent une tendance à la hausse depuis 40 ans. Il s agit d une tendance à long terme toutefois, puisque l évolution de l emploi au fil de ces quatre décennies a fluctué. Malgré quelques déclins périodiques, le taux d emploi dans le secteur des services a augmenté de plus de 78 % pendant cette période. De nos jours, le secteur réunit près de 79 % de la population active du Nouveau-Brunswick, une proportion qui était inférieure à 68 % en Même si tous les sous-secteurs des services ont contribué à la croissance du secteur, certaines industries se sont avérées plus dynamiques et ont pris plus d importance au cours de la période, soit les suivantes : services professionnels, scientifiques et techniques services de soutien à l entreprise, services aux bâtiments et autres services de soutien soins de santé et aide sociale autres services Au cours de la même période, le secteur de production de biens a été assujetti à une dynamique fort différente. Quasiment tous les sous-secteurs ont perdu des parts de l emploi total. C est l industrie manufacturière qui a été la plus touchée, plus de la moitié du déclin lui étant attribuable. Chacune des quatre récessions qui ont secoué le Nouveau-Brunswick entre 1976 et 2013 a ralenti la croissance du secteur de l industrie manufacturière. Le secteur a été particulièrement miné par les récessions du début de 1980 et de Le marché du travail a mis presqu une décennie à retrouver les niveaux pré-récession. En 2012, le gouvernement provincial adoptait un plan d action économique axé sur l intensification de secteurs stratégiques prioritaires voués à une importante croissance, y compris les suivants : aliments à valeur ajoutée bois à valeur ajoutée

18 P a g e 17 technologies de l information et des communications (TIC) fabrication industrielle biosciences Aérospatial et défense La foresterie, la pêche, l aquaculture, le secteur minier, le tourisme, l agriculture et le secteur pétrolier et gazier sont encore considérés comme les industries traditionnelles du Nouveau- Brunswick. La province entend continuer d appuyer ces secteurs et de capitaliser sur les industries de base traditionnelles pour favoriser l épanouissement des industries nouvelles et émergentes susmentionnées. À titre d exemple, les percées dans le domaine bioscientifique ont des applications en aquaculture et en agriculture; les fabricants industriels vendent leurs produits au secteur minier, pétrolier et gazier; et les applications des TIC améliorent la productivité et l efficience des industries touristique et forestière. La province est d avis qu une meilleure intégration de l économie permettra aux industries traditionnelles de mieux soutenir la croissance au fil des années à venir. Aperçu des perspectives d emploi Le scénario utilisé pour produire les perspectives sectorielles pour le Nouveau- Brunswick a été mis au point au troisième trimestre de La discussion suivante porte sur les secteurs particuliers où des tendances importantes et des activités notoires sont prévues. Le Nouveau-Brunswick vit des moments difficiles depuis 2009 en raison de la baisse des dépenses d investissement privées et publiques, de la diminution des exportations, des contraintes financières et des défis démographiques. Par contre, tous les prévisionnistes sont d avis que le taux de croissance de l emploi provincial subira une hausse modeste, mais réelle, au cours des prochaines années. Le renforcement soutenu de l économie américaine et la chute du dollar canadien devraient stimuler l exportation et alimenter la relance, tout comme le regain d activités au sein des industries de ressources et la demande croissante de services de santé de la part d une population vieillissante. Cet élan se heurtera toutefois aux mesures Figure 3 : Répartition de la croissance de l'emploi selon l'industrie, Nouveau-Brunswick Finances, assurance et immobilier Éducation 11,6 % Commerce 40,9 % restrictives engagées par le gouvernement provincial pour réduire les dépenses publiques et résoudre ses problèmes financiers. 7,5 % 9,7 % Secteur minier 8,3 % 5,7 % Hébergement et 16,3 % Santé Autre

19 P a g e 18 Ce sont les industries de services qui continueront d offrir le plus de possibilités d emploi au cours de la période de prévision. Ceci tient, dans une large mesure, à la forte demande en faveur des services de santé. L amélioration générale de l économie jumelée à l allégement des pressions inflationnistes et à une tendance à la modération des prix devrait intensifier la demande des consommateurs et l emploi dans le domaine du commerce. Une tendance semblable est prévue dans les secteurs de l hébergement et de la restauration Cela dit, les hausses de l impôt des particuliers et de l impôt des sociétés pourraient avoir pour effet de ralentir cette croissance à mesure que les revenus personnels disponibles diminuent. Les autres services associés au traitement et aux technologies de l information devraient également prendre des forces. Par contre, les perspectives ne sont pas entièrement positives. Le lent déclin de certains secteurs clés de la province est prévu au cours des trois prochaines années. Le ralentissement des activités dans le domaine de la construction associé au déclin des grands projets au fil de la période de prévision et au ralentissement d une construction routière davantage axée sur l entretien réduiront l emploi dans ce secteur. On prévoit un regain des activités après En outre, l affaiblissement du financement public continuera de miner la création d emplois dans administration publique.

20 P a g e 19 Tableau 3 : Perspectives industrielles, Nouveau-Brunswick 2012 Part de l emploi Taux de croissance annuel moyen Taux de croissance annuel moyen Total de tous les secteurs ,7 0,6 Production de biens ,3-3,2-0,1 Agriculture ,2-15,9 0,2 Secteur de la foresterie, de la pêche et de la chasse ,9 8,6 0,1 Secteur minier, pétrolier et gazier ,5 4,0 4,8 Services publics ,1-3,6 2.0 Construction ,1-6,4-1,8 Industrie manufacturière ,5-1,8 0,1 Production de services ,8 0,1 0,8 Commerce ,5-1,5 0,6 Transport et entreposage ,9-4,3 0,1 Finances, assurance, immobilier et location ,9 4,6 1,1 Services professionnels, scientifiques et techniques ,4-1,0 0,6 Gestion et services administratifs ,6-3,2 0,0 Éducation ,7 1,3 1,0 Soins de santé et assistance sociale , ,0 Information, culture et loisirs ,7 1,2 0,0 Hébergement et restauration ,4 3,8 0,7 Autres services , ,2 Administration publique ,0-1,8-0,3 Source : Enquête sur la population active, Statistique Canada; Emploi et Développement social Canada, Système de projections professionnelles régionales au Canada (SPPRC)

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Jeunes âgés de 15 à 29 ans

Jeunes âgés de 15 à 29 ans P a g e 1 PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE Jeunes âgés de 15 à 29 ans Ontario Avril 2014 P a g e 2 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 3 LISTE DES ILLUSTRATIONS... 3 LISTE DES TABLEAUX... 3 À PROPOS DU PROFIL

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE au Canada Projections jusqu en 2025 JUIN 2015 LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE au Canada Projections jusqu en 2025 Préparé par : MESSAGE DU CHEF DE LA DIRECTION Chers collègues,

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA PUBLICATION DES DONNÉES SUR LES PIB PROVINCIAUX ENREGISTRÉS EN 2012 CONFIRME L AVANTAGE DE L OUEST

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA PUBLICATION DES DONNÉES SUR LES PIB PROVINCIAUX ENREGISTRÉS EN 2012 CONFIRME L AVANTAGE DE L OUEST COMMENTAIRE Services économiques TD LA PUBLICATION DES DONNÉES SUR LES PIB PROVINCIAUX ENREGISTRÉS EN 2012 CONFIRME L AVANTAGE DE L OUEST Faits saillants Un premier aperçu des résultats sur la croissance

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE COLOMBIE-BRITANNIQUE. Mars 2013

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE COLOMBIE-BRITANNIQUE. Mars 2013 ANALYSE ENVIRONNEMENTALE COLOMBIE-BRITANNIQUE Mars 2013 Page 1 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 2 LISTE DES DIAGRAMMES ET ILLUSTRATIONS... 2 LISTE DES TABLEAUX... 2 À PROPOS DE L ANALYSE ENVIRONNEMENTALE...

Plus en détail

Mise à jour économique et financière

Mise à jour économique et financière 2010-2011 Mise à jour économique et financière L hon. Blaine Higgs Ministre des Finances Le 26 novembre 2010 Mise à jour économique et financière 2010-2011 Publié par : Ministère des Finances Province

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. sur les finances sur publiques le marché provinciales

Point de vue VERSION 1. sur les finances sur publiques le marché provinciales VERSION 1 sur les finances sur publiques le marché provinciales du pétrole Mai 2015 Finances publiques provinciales : peut-on faire mieux dans les circonstances? Le paysage budgétaire provincial s est

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Séminaire sur les perspectives démographiques, économiques et financières du Québec, 2009-2030 27 novembre 2009 Hôtel Plaza, Québec Marie-Christine

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Après avoir légèrement diminuées en

Après avoir légèrement diminuées en INDUSTRIE CANADA Le marché des maisons préfabriquées Volume 5 / 2e Édition Été 1999 Les diminuent Les aux États-Unis continuent sur leur lancée Les au Japon et vers l Asie-Pacifique baissent de plus en

Plus en détail

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences.

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. Pour mener un char quelque part, on a trois décisions à prendre: 1. La destination.. 2. La route qu on va suivre.. 3. La vitesse à laquelle on

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Mai L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active pour

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Tourisme en bref Les marchés cibles de la CCT et de ses partenaires

Tourisme en bref Les marchés cibles de la CCT et de ses partenaires Tourisme en bref Les marchés cibles de la CCT et de ses partenaires Terre-Neuve et Labrador www.canada.travel/entreprise Octobre 2011 Volume 7, numéro 10 Points saillants En octobre 2011, le nombre de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

TDDC a contribué à refondre le secteur des technologies propres au Canada

TDDC a contribué à refondre le secteur des technologies propres au Canada Améliorer l avantage concurrentiel du Canada dans les secteurs des énergies propres et des ressources naturelles Résumé Le Canada a le privilège de posséder des ressources naturelles en abondance. La demande

Plus en détail

du tourisme au Canada:

du tourisme au Canada: MARS 2012 À L INTÉRIEUR: Le présent rapport contient la dernière mise à jour du projet portant sur l offre et la demande de main-d œuvre en tourisme. des tendances démographiques et économiques à long

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Centrale des caisses de crédit du Canada Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires Le 12 août 2011 Ottawa, Ontario TABLE DES MATIÈRES Résumé

Plus en détail

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à :

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Institut de la statistique du Québec 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 Téléphone : (418)

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête du printemps 2015 Vol. 12.1 6 avril 2015 L enquête menée ce printemps fait ressortir que la baisse des prix du pétrole continue d assombrir

Plus en détail

COMMENTAIRE LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA FERONT DU SURPLACE EN 2012. Services économiques TD

COMMENTAIRE LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA FERONT DU SURPLACE EN 2012. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA FERONT DU SURPLACE EN 2012 Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont connu des hauts et des bas en 2011, mais ont tout

Plus en détail

Perspectives sectorielles 2012-2014. Région du Québec

Perspectives sectorielles 2012-2014. Région du Québec Perspectives sectorielles 2012-2014 Région du Québec servicecanada.gc.ca 1 800 O-Canada Auteur Sylvain Laurendeau, économiste régional principal Service Canada Région du Québec Téléphone : 514-982-2384,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Explication de la valeur des terres agricoles

Explication de la valeur des terres agricoles FAC économie agroalimentaire: Explication de la valeur des terres agricoles L été 2015 de la valeur des terres agricoles 1 Introduction L agriculture et un secteur diversifié et complexe. Comme tout dirigeant

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

PROGRESSION DES REVENUS MOYENS* DU 1 % LE PLUS RICHE ET DES 99 % RESTANTS, QUÉBEC, 1985-2008 (INDICE 100 = 1985)

PROGRESSION DES REVENUS MOYENS* DU 1 % LE PLUS RICHE ET DES 99 % RESTANTS, QUÉBEC, 1985-2008 (INDICE 100 = 1985) PROGRESSION DES REVENUS MOYENS* DU 1 % LE PLUS RICHE ET DES 99 % RESTANTS, QUÉBEC, 1985-2008 (INDICE 100 = 1985) 1 % 99 % 200 150 -INDICE 100-100 50 1985 1990 1995 2000 2005 2008 -ANNÉES- *avant impôts

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012 Région métropolitaine de Trois-Rivières Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Quatrième hausse trimestrielle consécutive des ventes résidentielles Taux d intérêt et marché de l emploi

Plus en détail

PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE. Jeunes. Canada atlantique

PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE. Jeunes. Canada atlantique PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE Jeunes Canada atlantique Février 2014 P a g e 2 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 3 LISTE DES FIGURES... 3 LISTE DES TABLEAUX... 3 À PROPOS DU PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE...

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

L'habitation au Québec Hors série, N o 1 - Juin 2000

L'habitation au Québec Hors série, N o 1 - Juin 2000 L'habitation au Québec Hors série, N o 1 - Juin 2 Le marché de l'habitation durant les deux dernières décennies Note Au tournant d une nouvelle décennie, il peut être intéressant de sortir de la perspective

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande N o 11 626 X au catalogue N o 018 ISSN 1927-5048 ISBN 978-1-100-99873-2 Document analytique Aperçus économiques La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande par Komal Bobal, Lydia Couture

Plus en détail

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très FICHE PAYS JAPON : CROISSANCE EN SURSIS Département analyse et prévision Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très forte reprise de la croissance, notamment au premier trimestre (+1,3

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Étude comparative de l'industrie touristique canadienne :

Étude comparative de l'industrie touristique canadienne : Étude comparative de l'industrie touristique canadienne : Quel rang le tourisme occupe-t-il dans l économie canadienne? réalisée par : le Conference Board du Canada pour : la Commission canadienne du tourisme

Plus en détail

marché du travail nvestissements LA SITUATION ÉCONOMIQUE économie tourisme transport démographie ise en chantier résidentielles logement

marché du travail nvestissements LA SITUATION ÉCONOMIQUE économie tourisme transport démographie ise en chantier résidentielles logement LA SITUATION ÉCONOMIQUE 2013 DANS L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL nvestissements logement démographie ise en chantier résidentielles permis de construction tourisme transport économie marché du travail de

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

PERSPECTIVES SECTORIELLES 2013-2015 RÉGION DU QUÉBEC

PERSPECTIVES SECTORIELLES 2013-2015 RÉGION DU QUÉBEC PERSPECTIVES SECTORIELLES 2013-2015 RÉGION DU QUÉBEC Automne 2013 Auteur Sylvain Laurendeau, gestionnaire, Territoire ouest, Direction de l analyse du marché du travail Service Canada Région du Québec

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

Province, régions et tendances d avenir

Province, régions et tendances d avenir Province, régions et tendances d avenir Kevin Hughes Économiste régional Marché de l habitation : notre savoir à votre service PLAN Marché de l habitation : notre savoir à votre service I Facteurs qui

Plus en détail