La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-"

Transcription

1 le parcours de soins UE.2.6 Compétence

2 Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de vie, d un service public de protection en santé mentale parcours de soins 5/11/2012 2

3 2 principes : 1 principe d intégration : La volonté est de maintenir le patient atteint de troubles psychiatriques dans son milieu de vie, social et familial. 1 principe de continuité des soins : C est une même équipe de soins qui prend en charge le patient durant tout le parcours de soins (ville et hôpital) parcours de soins 5/11/2012 3

4 Un peu d histoire : La loi de 1838, qui ne sera réformée qu'en 1990 est la première loi d'assistance et de sûreté générale et spécifique, inspirée des idées de Pinel, Esquirol, Ferrus et Falret sur l'isolement. L'asile d'aliénés devient en 1937 hôpital psychiatrique, dépendant du Conseil général, et plus tard Centre Hospitalier Spécialisé (C.H.S) parcours de soins 5/11/2012 4

5 La loi du 27 juin 1990 réformant la loi de 1838, vise à mieux protéger les droits et la liberté des malades, dont ceux de la prévention, des prises en charge ambulatoires et de l'hospitalisation libre comme règle. Loi N du 5 juillet 2011relative aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge. Elle vient en lieu et place de la précédente en date du 27 juin parcours de soins 5/11/2012 5

6 Quelques dates, circulaires et décrets : Circulaire du 15 mars 1960 : Elle est relative au programme d organisation et d équipement des départements en matières de lutte contre les maladies mentales. Cette circulaire est le texte originel jusqu en parcours de soins 5/11/2012 6

7 Les objectifs de la sectorisation : Traiter la maladie à un stade précoce Maintenir le plus possible le patient dans sa famille et son milieu de vie Assurer un suivi afin d éviter les hospitalisations multiples parcours de soins 5/11/2012 7

8 Les moyens mis en œuvre : L hospitalisation ne représente plus qu une modalité limitée de la prise en charge Des structures comme les Centres d Hygiène Mentale, des foyers et des ateliers protégés apparaissent Une seule équipe de soins en intra et extrahospitalier parcours de soins 5/11/2012 8

9 Circulaire du 24 janvier 1969 inscrit le traitement des patients hommes et femmes dans une prise en charge commune et par un même médecin chef de service. La circulaire du 16 mars 1972 définit des orientations spécifiques pour les enfants et adolescents en matière de lutte contre la déficience mentale (diagnostic et traitement précoce, l ambulatoire devient préférentiel ) parcours de soins 5/11/2012 9

10 La circulaire du 15 juin 1979 relative à l accueil et aux urgences en psychiatrie spécifie: Permanence de la réception des appels Un psychiatre doit intervenir sur le lieu de crise Le transport et l accueil des malades parcours de soins 5/11/

11 Les 3 réformes depuis 1985 : Loi du 25 juillet 1985 donne une base légale au secteur dans sa double dimension intra et extra hospitalier Loi du 31 décembre 1985 : Les secteurs sont rattachés aux hôpitaux psychiatriques. L hôpital organise le suivi en intra et extra hospitalier La loi de finance de 1986 rattache le soin psychiatrique intra et extra hospitalier à l assurance maladie parcours de soins 5/11/

12 Des décrets complétifs : Le décret du 14 mars 1986 : Il institue des secteurs répondant aux besoins d une population de plus de 16 ans Des secteurs infanto-juvénile Des secteurs de psychiatrie en milieu carcéral avec la création des Services Médicopsychologique Régional (SMPR), missions en alcoolisme et toxicologie parcours de soins 5/11/

13 L arrêté du 14 mars 1986 définit : Art. 1 Equipements sans hébergement (CMP, Centre accueil permanent, hôpital de jour, ateliers thérapeutiques, Centre accueil thérapeutiques à temps partiel, service hospitalisation à domicile) Art. 2 Equipements avec hébergement ( Unité hospitalisation temps complet, centre de crise, hôpital de nuit, appartement thérapeutique, centre post cure, service placement familial thérapeutique) parcours de soins 5/11/

14 La circulaire du 14 mars 1990 : Elle réaffirme les principes de la sectorisation et la coordination des soins avec le personnel soignant ne travaillant pas dans un milieu psychiatrique. La lutte contre les maladies mentales est une priorité de santé publique selon une conception positive et dynamique de la santé. Promotion de facteurs de santé (le patient doit être considéré comme un acteur dans sa prise en charge) parcours de soins 5/11/

15 Informer et éduquer, améliorer l accès aux soins, améliorer la qualité des soins (formation et évaluation), Développer le lien avec les populations (appartements thérapeutiques), conduire les patients vers l autonomie (insertion sociale et professionnelle) Développer une prévention ciblée (repérer les facteurs de vulnérabilité des patients par l expérience clinique) parcours de soins 5/11/

16 Transformations des Centres Hospitaliers spécialisés: Accueil, accessibilité des soins, réponse à l urgence Prestation ambulatoire et à temps partiel Les soins à temps complet La réadaptation CAT Coordination avec autres dispositifs Interventions dans les structures sociales et éducatives Participation à des programmes de santé particuliers (schizophrénie, autisme ) parcours de soins 5/11/

17 Formation et encadrement des personnels (accroissement des qualifications et des compétences ) Redéploiement de moyens en fonction de l activité (intra et extrahospitalier) parcours de soins 5/11/

18 Loi N du 5 juillet 2011relative aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge. Elle vient en lieu et place de la précédente en date du 27 juin Elle spécifie la possibilité de soigner les patients sans leur consentement en hôpital de jour. parcours de soins 5/11/

19 Le parcours de soins Ce qui change : Soins sans consentement sur décision du directeur d établissement (SSDE) Diversification des modes de soins ss consentement : ex soins ambulatoires sans consentement etc Suppression des sorties contre avis médical (nécessité de faire appel au Juge des libertés)

20 Le parcours de soins 1. Faciliter le diagnostic des pathologies mentales et leur prise en charge 2. Améliorer la fluidité des prises en charges 3. Améliorer l accès aux soins spécialisés en psychiatrie parcours de soins 5/11/

21 Le parcours de soins Actuellement l offre est encore cloisonnée Les médecins généralistes font peu appel aux psychiatres La loi n relative aux droits et protection des personnes faisant objet de soins psychiatriques impacte le dispositif de prise en charge en introduisant la notion de soins (sans hospitalisation) sans consentement parcours de soins 5/11/

22 Le parcours de soins 1. Faciliter le diagnostic Diffuser l offre de soins dans chaque bassin de vie en directions des acteurs sanitaires et sociaux pour une orientation précoce Les aidants familiaux doivent être soutenus écoutés, soutenus, informés et formés par les établissements de soins du secteur. parcours de soins 5/11/

23 Le parcours de soins Organisation de l offre ambulatoire à travers 2 modes d entrée dans le dispositif : professionnels psychiatriques libéraux et les CMP (VAD, continuité des soins, urgence ) Ne pas avoir recours en priorité au SAU et éviter ainsi l hospitalisation Tous les SAMU doivent avoir un accès à un psychiatre si nécessaire parcours de soins 5/11/

24 Le parcours de soins Organiser la PEC en aval des urgences psychiatriques Améliorer la PEC à domicile Optimiser l orientation des urgences vers une hospitalisation complète (lisibilité sur les places disponibles ) Améliorer la PEC des patients suicidaires par une plus grande coordination entre psychiatre et médecin traitant parcours de soins 5/11/

25 Le parcours de soins 2. Améliorer la fluidité des PEC Favoriser le maintien ou retour à domicile des patients en milieu ordinaire Améliorer la continuité des soins Education à la santé (prise des traitements ) Favoriser la réinsertion et réhabilitation des patients dans le champs social et professionnel (atelier protégé, appartements relais ) parcours de soins 5/11/

26 Le parcours de soins Renforcer les liens avec les structures médico-sociales (projet personnalisé, aide et soutien des professionnels ) Améliorer la continuité de la PEC psychiatrie infanto-juvénile et adulte (transition coordonnée entre les 2 PEC) Renforcer la coordination des liens entre soins psychiatriques et somatiques (services en CHU) parcours de soins 5/11/

27 Le parcours de soins 3. Améliorer l accès aux soins spécialisés Organiser l offre de soins (privilégier les PEC de proximité, CMP, CATTP, HAD, Hjour ) Affirmation du rôle des psychologues en lien avec la file active des patients Mise en œuvre du dispositif de soins sans consentement (loi du 5 juillet 2011, soins sans hospitalisation ) parcours de soins 5/11/

28 Le parcours de soins PEC de populations spécifiques (personnes âgées, personnes en situation de précarité, détenus avec troubles psychiatriques, patients avec troubles addictifs ) Améliorer la coordination entre psychiatrie et somatiques, entre structures hospitalières et médico-social (EHPAD, SSIAD, SAMU SOCIAL, Equipe mobile de santé mentale précarité ) parcours de soins 5/11/

29 Conclusion Axe prioritaire de la sectorisation et du parcours de soins est de permettre le maintien du patient dans son environnement familial, social, professionnel. Autonomie du patient en posant un diagnostic précoce, une meilleure coordination entre l intra et l extrahospitalier. parcours de soins 5/11/

30 Conclusion Garantir la sécurité du patient et de la collectivité en permettant des soins chaque fois que nécessaire (selon diverses modalités de PEC) L hospitalisation doit être le dernier recours et non le premier parcours de soins 5/11/

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 Article 69 I. Le code de la santé publique est ainsi modifié : 1 La première

Plus en détail

ART. 13 N 2217 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 mars 2015 SANTÉ - (N 2673) AMENDEMENT. présenté par le Gouvernement ARTICLE 13

ART. 13 N 2217 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 mars 2015 SANTÉ - (N 2673) AMENDEMENT. présenté par le Gouvernement ARTICLE 13 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 mars 2015 SANTÉ - (N 2673) Commission Gouvernement AMENDEMENT N o 2217 Rédiger ainsi cet article : «Le code de la santé publique est ainsi modifié : présenté par le Gouvernement

Plus en détail

Dispositifs de soins en psychiatrie

Dispositifs de soins en psychiatrie Dispositifs de soins en psychiatrie Journée du 28 Mai 2015 Resaccel Annick Perrin-Niquet PISR Où trouver des soins psychiatriques? 1. La médecine de ville 2. Le secteur libéral 3. Le secteur de l hospitalisation

Plus en détail

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes).

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). PRIORITE PRS : réduire les inégalités de santé XX/XX/XX SANTE MENTALE La santé mentale est un

Plus en détail

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique :

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : La structure d HAD du Centre Hospitalier Gérard Marchant (15

Plus en détail

PROJET DE LOI RELATIF AUX DROITS ET A LA PROTECTION DES PERSONNES FAISANT L OBJET DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET AUX MODALITES DE LEUR PRISE EN CHARGE

PROJET DE LOI RELATIF AUX DROITS ET A LA PROTECTION DES PERSONNES FAISANT L OBJET DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET AUX MODALITES DE LEUR PRISE EN CHARGE PROJET DE LOI RELATIF AUX DROITS ET A LA PROTECTION DES PERSONNES FAISANT L OBJET DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET AUX MODALITES DE LEUR PRISE EN CHARGE Adoptée par l Assemblée Nationale le 22 juin 2011 «Urgences

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD RESEAUX et FILIERES DE SOINS Promotion 2015.2018. UE 1.2.S2 DP /AVD 1 Organisation du système de soins Niveau national L Etat finance l offre de soins Réponse aux besoins de santé de la population Couverture

Plus en détail

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie en Haute-Normandie Oissel - 21/09/2012 Contexte : plan Alzheimer 2008-2012 Trois axes prioritaires, 44 mesures portant sur : l amélioration de la qualité de vie des malades et des aidants, la recherche,

Plus en détail

parcours EN SANTÉ MENTALE ATELIER SANTÉ VILLE NARBONNE POUR ADULTES

parcours EN SANTÉ MENTALE ATELIER SANTÉ VILLE NARBONNE POUR ADULTES parcours de soins EN SANTÉ MENTALE ATELIER SANTÉ VILLE NARBONNE POUR ADULTES AVANT PROPOS Selon l Organisation Mondiale de la Santé, la santé mentale est «un état de bien-être dans lequel une personne

Plus en détail

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition :

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition : R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION I. L'hôpital public : Définition : Établissement public de santé, investi d une mission de service public hospitalier reposant sur 3 grand principes : égalité

Plus en détail

Orientation vers les structures de soin

Orientation vers les structures de soin Orientation vers les structures de soin Anne CZEKAJEWSKI Médecin scolaire Michèle OCCELLI Médecin conseiller technique Inspection Académique Hautes-Pyrénées Mars 2010 Soins individuels*, ambulatoires.

Plus en détail

CATTP, état des Lieux. Introduction au débat

CATTP, état des Lieux. Introduction au débat CATTP, état des Lieux Introduction au débat Rappel réglementaire Décret du 14 mars 1986, en application de la loi n 85-1468 du 31 décembre 1985 relative à la sectorisation psychiatrique Arrêté du 14 mars

Plus en détail

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Sixième atelier Référentiel des missions MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire, Agé-Clic et l Orpadam Clic Rappel sur les trois outils du guichet

Plus en détail

Synthèse rapport Couty

Synthèse rapport Couty Synthèse rapport Couty Il faut savoir que les maladies mentales touchent 1 personne sur 5 chaque année. La prévalence est élevée en France et en augmentation constante. 2 plans successifs ont été mis en

Plus en détail

Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL

Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL Pôle de gériatrie. CHAL. colloque 24 novembre 2015 1 Evaluer cliniquement les patients dans les EHPAD : élaboration d un diagnostic grâce

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Carole PIERRE dans l Yonne Le PRS et les parcours : enjeux et mise

Plus en détail

PLAN. I. Présentation de l EPSM Morbihan et de son secteur médico-social

PLAN. I. Présentation de l EPSM Morbihan et de son secteur médico-social Pôle Médico-Social Ivan LECOURT Directeur du Pôle Médico-Social, EPSM Morbihan Maryse MORICE Cadre Supérieur de Santé Coordonnateur MAS-FAM, EPSM Morbihan PLAN I. Présentation de l EPSM Morbihan et de

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers Le Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers :

Plus en détail

Le parcours de vie et de soins de la personne en situation de handicap psychique

Le parcours de vie et de soins de la personne en situation de handicap psychique Le parcours de vie et de soins de la personne en situation de handicap psychique -Projet Régional de Santé de la région Bourgogne - L équipe de pilotage : Christine JOLY présidente nationale de l association

Plus en détail

2013/2017 EPSM DES FLANDRES

2013/2017 EPSM DES FLANDRES 2013/2017 EPSM DES FLANDRES L e projet d établissement est l acte politique majeur d un établissement de santé car il fixe ses axes de développement pour les 5 années à venir. Le nouveau projet d établissement

Plus en détail

Infirmière sur le dispositif de la Permanence Médico-sociale Itinérante : PMSI. Dr Anne AGNOLI L. CHEVALEYRE Cadre de Pôle V. VERGNEAUX IDE PMSI

Infirmière sur le dispositif de la Permanence Médico-sociale Itinérante : PMSI. Dr Anne AGNOLI L. CHEVALEYRE Cadre de Pôle V. VERGNEAUX IDE PMSI Infirmière sur le dispositif de la Permanence Médico-sociale Itinérante : PMSI Dr Anne AGNOLI L. CHEVALEYRE Cadre de Pôle V. VERGNEAUX IDE PMSI Sommaire Contexte des PASS : diapo 3 missions des PASS :

Plus en détail

Plan local de santé publique Martigues / Port-de-Bouc Plan validé suite au 6ème Comité de pilotage local de l Atelier Santé Ville

Plan local de santé publique Martigues / Port-de-Bouc Plan validé suite au 6ème Comité de pilotage local de l Atelier Santé Ville Plan local de santé publique Martigues / Port-de-Bouc Plan validé suite au 6ème Comité de pilotage local de l Atelier Santé Ville 1 PREFECTURE DES BDR Participation au diagnostic et à l élaboration du

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

Direction Version du 18 août 2016

Direction Version du 18 août 2016 ETABLISSEMENT PUBLIC de SANTE MENTALE ETIENNE GOURMELEN 1, rue Etienne Gourmelen CS 16003 29107 QUIMPER cedex Téléphone : 02-98-98-66-00 Télécopie : 02-98-98-66-30 courriel : direction@epsm-quimper.fr

Plus en détail

Infirmière en Unité Sanitaire

Infirmière en Unité Sanitaire Jeudi 13 Juin 2013 Murielle Prévost Infirmière en Unité Sanitaire Maison d Arrêt de Clermont Ferrand Capacité de 86 places, hommes exclusivement Située dans un vieil établissement Aucune cellule individuelle

Plus en détail

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire Le handicap psychique : complémentarité des approches médicale et médico-sociale Jean-Marie Danion Plan Définition de la notion de handicap psychique Contexte historique de l émergence de cette notion

Plus en détail

Jean-Pascal PAREJA chef du pôle de psychiatrie adulte de Lunéville

Jean-Pascal PAREJA chef du pôle de psychiatrie adulte de Lunéville Prévenir l hospitalisation sous contrainte? Exemple du Réseau d Alerte Pluri Professionnel R.A.P.P. CPN ----------------------------------------------------------- Jean-Pascal PAREJA chef du pôle de psychiatrie

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DES STAGIAIRES PÔLE PSYCHIATRIE

LIVRET D ACCUEIL DES STAGIAIRES PÔLE PSYCHIATRIE LIVRET D ACCUEIL DES STAGIAIRES PÔLE PSYCHIATRIE L équipe vous souhaite la bienvenue dans notre établissement. Ce livret a pour but de faciliter votre intégration dans notre service et au sein de l équipe

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

Institut. de Promotion de la Santé. Annuaire SANTÉ SANTÉ MENTALE

Institut. de Promotion de la Santé.  Annuaire SANTÉ SANTÉ MENTALE Institut de Promotion de la Santé Annuaire SANTÉ SANTÉ MENTALE Le territoire de SQY offre une grande diversité d accompagnement en terme de santé mentale : des structures institutionnelles et associatives

Plus en détail

RESEAU de PROMOTION pour la SANTE MENTALE dans les YVELINES SUD RAPPORT D ACTIVITE ANNEE 2013

RESEAU de PROMOTION pour la SANTE MENTALE dans les YVELINES SUD RAPPORT D ACTIVITE ANNEE 2013 Groupement de Coopération Sanitaire RESEAU de PROMOTION pour la SANTE MENTALE dans les YVELINES SUD RAPPORT D ACTIVITE ANNEE 2013 RPSM 78 : le partenariat pour la qualité des soins en santé mentale 1 PROJET

Plus en détail

Le conseil local de santé mentale. Qu est-ce que c est? Pour quoi faire? Avec qui? Comment?

Le conseil local de santé mentale. Qu est-ce que c est? Pour quoi faire? Avec qui? Comment? Le conseil local de santé mentale Qu est-ce que c est? Pour quoi faire? Avec qui? Comment? Définition Conseil local de santé mentale (CLSM) : plateforme de concertation et de coordination qui rassemble,

Plus en détail

Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY

Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY 1 Santé mentale en question? 1 personne sur 4 peut être confrontée un jour dans sa vie à des problèmes psychiques

Plus en détail

Jeudi 15 septembre Santé mentale : améliorer le parcours de l'adulte en souffrance psychique

Jeudi 15 septembre Santé mentale : améliorer le parcours de l'adulte en souffrance psychique Jeudi 15 septembre 2016 Santé mentale : améliorer le parcours de l'adulte en souffrance psychique BESOINS Comment accompagner le projet de vie d une personne souffrant de troubles psychiques, en concertation

Plus en détail

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés.

Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. Equipe mobile de réadaptation réinsertion : retour d expérience dans la prise en charge des cérébro-lésés. A Duruflé, C Le Meur, MP Reillon, N Clerc, H Angot, S Sabarots, B Nicolas Pôle Saint Hélier, Rennes

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE HOSPITALISATION A DOMICILE Journée du RFClin et CCLIN-Est : prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 MATHIEU Carine Directrice HAD39 Déléguée Régionale FNEHAD 1 Modalités d organisation

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

Service d Accueil d Urgence

Service d Accueil d Urgence Institut Départemental de l Enfance, de la Famille et du Handicap pour l Insertion SAUC Service d Accueil d Urgence de Canteleu Près de 900 jeunes dans le cadre de la Protection de l Enfance Près de 500

Plus en détail

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus Famille de métier : Soins Statut (métier/emploi type) : Si emploi type, fiche métier source : PSYCHOMOTRICIEN 1 Objectifs/Résultats attendus Viser à l harmonie des fonctions psychiques et motrices Etablir

Plus en détail

16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles?

16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles? 16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles? Stratégie et organisation du parcours de santé en ALPC François FRAYSSE (ARS ALPC) 16 ème journée

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital,

Plus en détail

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux CCECQA du 24 juin 2016 Pr Nathalie SALLES, Dr Marie-Neige VIDEAU Domicile EHPAD Dispositifs PAERPA Bordeaux Permanence téléphonique Télémédecine

Plus en détail

EMPG. Equipe Mobile de Psychogériatrie Colloque sur la dépression 26 mai 2016 Dr Dambre - Mme Fenez

EMPG. Equipe Mobile de Psychogériatrie Colloque sur la dépression 26 mai 2016 Dr Dambre - Mme Fenez EMPG Equipe Mobile de Psychogériatrie Colloque sur la dépression 26 mai 2016 Dr Dambre - Mme Fenez Qu est-ce que le PAERPA? Le parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie (Paerpa).

Plus en détail

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique PAERPA DAT Les nouvelles ressources Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique 1 PAERPA-DAT - PAERPA : Personnes Agées en Risque de Perte d Autonomie, le parcours de santé des aînés : des

Plus en détail

Fiche : La psychiatrie et la santé mentale

Fiche : La psychiatrie et la santé mentale Fiche : La psychiatrie et la santé mentale 1. Thématique : Exercices professionnels 2. Titre : La psychiatrie et la santé mentale dans la loi de modernisation de notre système de santé DE QUOI S AGIT-IL?

Plus en détail

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer La mise en œuvre du plan Alzheimer dans la région Le diagnostic

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS I CONSTAT Alors que ce sont encore trop souvent les aspects négatifs de l adolescence qui sont mis en avant, il est utile de rappeler que la grande majorité

Plus en détail

Le réseau Icare santé mentale, précarité,exclusion. Docteur Bernard Allemandou

Le réseau Icare santé mentale, précarité,exclusion. Docteur Bernard Allemandou Le réseau Icare santé mentale, précarité,exclusion Docteur Bernard Allemandou Plan n Santé et précarité - le Centre Médico Psychologique (CMP) - La résidence - Le réseau n Exclusion et lien social - Le

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) adresse : code postal et ville : Présidé par Représenté par Ci-après dénommé «SSIAD» d une part, ET L Hospitalisation à

Plus en détail

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero CTR maladie chronique 10/10/2011 Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero ARS PACA-10/10/2011 Ordre du Jour Point sur l éducation thérapeutique Point sur le Plan d action «personnes atteintes de maladie chronique»

Plus en détail

Générations Mutualistes

Générations Mutualistes Générations Mutualistes Accompagner les familles tout au long de la vie Un réseau de 750 établissements et services mutualistes dans toute la France Un engagement au service du mieux-vivre de la personne

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

Coordonnateur de services à la personne

Coordonnateur de services à la personne Coordonnateur de services à la personne D où peuvent-ils venir? Assistant de service social Conseiller en économie sociale familiale (CESF) Educateur de jeunes enfants Responsable de secteur (services

Plus en détail

POLE B. Docteur Christian NETILLARD Chef de Pôle. Jérôme PILLOT Cadre de Santé de Pôle. Dr C. NETILLARD. CMP J.Verne, Vivre en ville, Calypso, Éole

POLE B. Docteur Christian NETILLARD Chef de Pôle. Jérôme PILLOT Cadre de Santé de Pôle. Dr C. NETILLARD. CMP J.Verne, Vivre en ville, Calypso, Éole POLE B Docteur Christian NETILLARD Chef de Pôle Dr E. CHERAITIA Cyclades CMP J. Verne et Valdahon Dr M. ALEXANDRU Éole CMP Jules Verne Dr D. TARTARY Jérôme PILLOT Cadre de Santé de Pôle Dr C. NETILLARD

Plus en détail

Dossier de presse. Dispositif Famille Gouvernante. UDAF de Loire-Atlantique. Contact presse : Quentin ROBION Tél

Dossier de presse. Dispositif Famille Gouvernante. UDAF de Loire-Atlantique. Contact presse : Quentin ROBION Tél Dossier de presse Dispositif Famille Gouvernante UDAF de Loire-Atlantique Contact presse : Quentin ROBION Tél. 02.51.80.30.05 info@udaf44.asso.fr www.udaf44.fr L UDAF 44, en général L Union Départementale

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

Décret n du 20 mars 2009

Décret n du 20 mars 2009 Décret n 2009-322 du 20 mars 2009 relatif aux obligations des établissements et services accueillant ou accompagnant des personnes handicapées adultes n ayant pu acquérir un minimum d autonomie JO du 26

Plus en détail

STERENN, UNE DYNAMIQUE DE TÉLÉMÉDECINE EN BRETAGNE

STERENN, UNE DYNAMIQUE DE TÉLÉMÉDECINE EN BRETAGNE STERENN, UNE DYNAMIQUE DE TÉLÉMÉDECINE EN BRETAGNE QU EST-CE QUE LA TÉLÉMÉDECINE? L article 78 de la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HSPT) du 21 juillet 2009, a reconnu la télémédecine comme

Plus en détail

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A FICHE METIER PSYCHOLOGUE FONCTION MISSION Le(La) psychologue contribue à la définition et à la mise en œuvre des projets éducatifs et d orientation en articulation avec les autres professionnels de l équipe.

Plus en détail

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES 1 LE PROJET Création d une unité d accueil spécifique d EHPAD pour les personnes handicapées psychiques déficitaires

Plus en détail

La relocalisation des secteurs de psychiatrie des Hauts-de-Seine

La relocalisation des secteurs de psychiatrie des Hauts-de-Seine La relocalisation des secteurs de psychiatrie des Hauts-de-Seine réunion ARS/Elus santé 9 juillet 2014 Plan de l intervention L état de la sectorisation Identifier deux sous-projets nord et sud du département

Plus en détail

CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly ARPAJON fax FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA

CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly ARPAJON fax FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly 91290 ARPAJON 01 64 90 62 00 fax 01 60 83 47 70 csst@eps-etampes.fr FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA Localisation Equipe de liaison et de soins en Addistologie

Plus en détail

Pôle de Psychiatrie adulte

Pôle de Psychiatrie adulte Chef de Pôle : Pôle de Psychiatrie adulte Présentation Pôle de Psychiatrie adulte CH ORSAY Dr Teim GHANEM Directeur de pôle : Sandrine BEDNARSKI Cadre de Pôle : Monique GUERO Domaine du Grand Mesnil -

Plus en détail

Hospitalisation des patients placés en garde à vue (Salle Cusco- Hôtel Dieu) CME 9 Juillet 2013

Hospitalisation des patients placés en garde à vue (Salle Cusco- Hôtel Dieu) CME 9 Juillet 2013 Hospitalisation des patients placés en garde à vue (Salle Cusco- Hôtel Dieu) CME 9 Juillet 2013 Deux logiques Logique médicale: interrogation sur le maintien d un secteur d hospitalisation isolé Logique

Plus en détail

Unité d'evaluation Gériatrique (UEG) Unité Mobile de Gériatrie (UMG) CHD Vendée Site de La Roche-sur-Yon

Unité d'evaluation Gériatrique (UEG) Unité Mobile de Gériatrie (UMG) CHD Vendée Site de La Roche-sur-Yon Unité d'evaluation Gériatrique (UEG) Unité Mobile de Gériatrie (UMG) CHD Vendée Site de La Roche-sur-Yon CHD site LRY 618 lits et places MCO 372 médecine, 169 chir, 77 gynécoobstétrique Mission de recours

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE PROJET DE LOI adopté le 16 juin 2011 N 144 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l objet

Plus en détail

Le renforcement des liens entre prévention, ville, hôpital et secteur médicosocial parcours santé mentale sur le Sud 77

Le renforcement des liens entre prévention, ville, hôpital et secteur médicosocial parcours santé mentale sur le Sud 77 Le renforcement des liens entre prévention, ville, hôpital et secteur médicosocial parcours santé mentale sur le Sud 77 Diagnostic infra-territorial posé par les acteurs locaux Synthèse Mars 2016 Avant

Plus en détail

VIIème Journée rouennaise addictions. Schéma régional d addictologie Haute Normandie

VIIème Journée rouennaise addictions. Schéma régional d addictologie Haute Normandie VIIème Journée rouennaise addictions Schéma régional d addictologie Haute Normandie 2009 2013 1 Eléments de contexte Contexte réglementaire Dispositifs médico sociaux loi janvier 2002 rénovant l action

Plus en détail

PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE

PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE Hiérarchie : sous l autorité du chef d établissement. Poste : internat (logé par nécessité absolue), externat : en lycée, en collège

Plus en détail

EHPAD HORS LES MURS «Fil A Soi»

EHPAD HORS LES MURS «Fil A Soi» EHPAD HORS LES MURS «Fil A Soi» Une maison de retraite à domicile Une FILière gériatrique pour l Accompagnement A domicile, car il est plus agréable de vivre chez SOI. Coordination des différents acteurs

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Présentation. IMS Charles ISAUTIER

Présentation. IMS Charles ISAUTIER FONDATION PÈRE FAVRON IMS Charles ISAUTIER Présentation IMS Charles ISAUTIER Présentation IMS Charles ISAUTIER juin 2013 1 L institut Médico Social Charles ISAUTIER, regroupe plusieurs établissements pour

Plus en détail

L Académie Nationale de Médecine fait respecter les règles pour être tous bien soignés. L Académie Nationale de Médecine soutient la charte.

L Académie Nationale de Médecine fait respecter les règles pour être tous bien soignés. L Académie Nationale de Médecine soutient la charte. Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap CHARTE ROMAIN JACOB La Charte Romain Jacob pour l accès aux soins des personnes en situation de handicap en France, a fait l objet d

Plus en détail

ORTHOPHONISTE au SESSAD Autisme

ORTHOPHONISTE au SESSAD Autisme Famille : Soins Sous-famille : soins de rééducation Métier : cf. fiche métier- à renseigner obligatoirement Code Métier : 05I20 Code GESFORM GPMC : réservé DRH 1- Définition Etablir, dans le cadre de la

Plus en détail

AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS

AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS Hôpital de demain : quelles perspectives Venise, 3 décembre 2010 www.anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des

Plus en détail

Bilan Plan Alzheimer Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014

Bilan Plan Alzheimer Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014 Bilan Plan Alzheimer 2008-2012 Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014 Mesure 1a - Accueil de jour Offre de répit pour l aidant, à visée thérapeutique pour le malade, l accueil de jour à vocation à

Plus en détail

Santé Mentale et Exclusion Sociale 15 ans après

Santé Mentale et Exclusion Sociale 15 ans après Santé Mentale et Exclusion Sociale 15 ans après 10ème Conférence européenne SMES Rome, 23-25 25 janvier 2008 Dr Alain MERCUEL, Service d appui SMES, CH Sainte Anne, Paris 1 15 ans avant Au début des années

Plus en détail

Yvelines. Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien

Yvelines. Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien Yvelines Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien Une offre de soins spécifique en Ile de France depuis plus que 30 ans une hospitalisation en moyen séjour (SSR) pour les femmes enceintes

Plus en détail

Présentation RIS-E. RIS-E: Le relevé des actes pour un patient. FORMATION PMSI Psy - Janv Ministère de l'emploi et de la solidarité - RIS-E 1

Présentation RIS-E. RIS-E: Le relevé des actes pour un patient. FORMATION PMSI Psy - Janv Ministère de l'emploi et de la solidarité - RIS-E 1 Présentation RIS-E RIS-E: Le relevé des actes pour un patient FORMATION PMSI Psy - Janv 2002- Ministère de l'emploi et de la solidarité - RIS-E 1 QUAND PRODUIRE UN RIS-E? Activité externe : Elle concerne

Plus en détail

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR Plan Cancer Circulaire d organisation des soins en cancérologie Place du réseau ONCOLOR Les principes d une d prise en charge de qualité! Un accès rapide au diagnostic! L information du patient et son

Plus en détail

Le travail de re-socialisation. un exemple : la Visite à Domicile

Le travail de re-socialisation. un exemple : la Visite à Domicile Le travail de re-socialisation un exemple : la Visite à Domicile Remarques à propos de la psychopathologie... la psychopathologie - particulièrement lorsqu il s agit du domaine des psychoses, génère chez

Plus en détail

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I.1- Descriptif du service Le SSIAD a ouvert ses portes en 1992. La création du service découle d un projet gérontologique

Plus en détail

VIEILLISSEMENT, CHRONICITÉ ET VIRAGE AMBULATOIRE: IMPACT SUR LES SOINS À DOMICILE. Christophe Debout Inf, PhD

VIEILLISSEMENT, CHRONICITÉ ET VIRAGE AMBULATOIRE: IMPACT SUR LES SOINS À DOMICILE. Christophe Debout Inf, PhD VIEILLISSEMENT, CHRONICITÉ ET VIRAGE AMBULATOIRE: IMPACT SUR LES SOINS À DOMICILE Christophe Debout Inf, PhD Plan Quelques données, quelques constats Adapter l offre de soins: décisions et implémentation

Plus en détail

Prise en charge des personnes âgées

Prise en charge des personnes âgées Prise en charge des personnes âgées Dr Michel Varroud-Vial Novembre 2016 Les hôpitaux de proximité contribuent à l amélioration du parcours du patient, notamment des personnes âgées Ils coopèrent pour

Plus en détail

La prise en charge en Addictologie

La prise en charge en Addictologie La prise en charge en Addictologie L organisation des soins Dr Sarah Coscas CERTA Centre d Etudes de Recherche et de Traitement des Addictions Femmes et Addictions Formation DPC 22 Novembre 2013 Plan gouvernemental

Plus en détail

Vieillissement de la population et réponse aux besoins en aide et soins des personnes âgées : les réflexions du canton de Vaud

Vieillissement de la population et réponse aux besoins en aide et soins des personnes âgées : les réflexions du canton de Vaud Vieillissement de la population et réponse aux besoins en aide et soins des personnes âgées : les réflexions du canton de Vaud Langzeitpflege wohin? Journée de réflexion 2 septembre 2016 Stéfanie MONOD,

Plus en détail

Pôle de Psychiatrie adulte

Pôle de Psychiatrie adulte Chef de Pôle : Pôle de Psychiatrie adulte Présentation Pôle de Psychiatrie adulte CH ORSAY Dr Teim GHANEM Directeur référent : Sandrine BEDNARSKI Cadre de Pôle : Monique GUERO Domaine du Grand Mesnil -

Plus en détail

Les Constats. Une Maison des adolescents à Strasbourg: Quel projet? Cahier des Charges. MdA. MdA. MdA. MdA. Cahier des Charges : missions des M d A

Les Constats. Une Maison des adolescents à Strasbourg: Quel projet? Cahier des Charges. MdA. MdA. MdA. MdA. Cahier des Charges : missions des M d A Une Maison des adolescents à Strasbourg: Quel projet? Pr C.Bursztejn Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Les Constats Multiplication de signes de vulnérabilité et/ou de souffrance psychique dans la population

Plus en détail

Livret d accueil de l usager

Livret d accueil de l usager Livret d accueil de l usager Service de Soins Infirmiers A Domicile E.H.P.A.D La Sofiéta 2424, Bd Edouard VII 06230 Villefranche-sur-Mer Téléphone : 04.93.01.66.24 ssiad@ehpadvillef.com Livret d accueil

Plus en détail