Pseudomonas aeruginosa

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pseudomonas aeruginosa"

Transcription

1 Pseudomonas aeruginosa

2 Pseudomonas aeruginosa Bacilles à Gram négatif Mobiles (ciliature polaire) Aérobies stricts

3 Pseudomonas aeruginosa Aérobies stricts

4 Pseudomonas aeruginosa Pigmentation bleu-vert des colonies

5 Pseudomonas aeruginosa Antigène O 16 sérotypes

6 Pseudomonas aeruginosa 1 - Habitat eau et milieux humides homme colonisation

7 Pseudomonas aeruginosa 2 - Transmission Sources environnementales directe indirecte (matériel lavé à l eau du réseau) Interhumaine (sujet colonisé) Pression de sélection des antibiotiques augmente risque de colonisation

8 Pseudomonas aeruginosa 3 Pouvoir pathogène Absence chez sujet normal Sujet immunodéprimé infections urinaires bronchiques (mucoviscidose)

9 Mucoviscidose P. aeruginosa

10 Mucoviscidose P. aeruginosa

11

12 Mucoviscidose P. aeruginosa

13 Pseudomonas aeruginosa 3 Pouvoir pathogène Absence chez sujet normal Sujet immunodéprimé infections pulmonaires malades ventilés

14 Pseudomonas aeruginosa 3 Pouvoir pathogène Absence chez sujet normal Sujet immunodéprimé infections oculaires (kératite ou endophtalmie)

15 Pseudomonas aeruginosa 3 Pouvoir pathogène complications surinfection lésions cutanées (brûlures) plaies traumatiques ou post opératoires otites externes (sujets âgés et diabétiques) septicémies (neutropéniques) endocardites (toxicomanes)

16 Otites

17

18 Pseudomonas aeruginosa 4 Facteurs de pathogénicité Fimbriae adhésion aux muqueuses Mucoviscidose pseudocapsule polysaccharidique augmente adhésion action antiphagocytaire Toxines (hémolysine, exotoxine A)

19

20 Pseudomonas aeruginosa 5 Diagnostic biologique Isolement de la bactérie au site d infection Contexte clinique distinguer infection de simple colonisation

21 Pseudomonas aeruginosa 6 Traitement 6-1 Curatif Résistance naturelle à nombreuses β- lactamines

22

23 P. aeruginosa E. coli

24 Pseudomonas aeruginosa 6 Traitement 6-1 Curatif Sensibilité souches sauvages uréido-pénicillines +/- C3G (cefsulodine, ceftazidime, céfépime) imipénème aminosides fluoroquinolones

25 Pseudomonas aeruginosa 6 Traitement 6-1 Curatif Résistance aux antibiotiques en cours de traitement

26 Pseudomonas aeruginosa 6 Traitement 6-2 Préventif Infections presque toujours nosocomiales Enquête épidémiologique Typage des souches

27 Haemophilus bacilles à Gram négatif immobiles nécessitant facteurs de croissance apportés par le sang (hémine et/ou NAD) aéro-anaérobies facultatifs

28 Haemophilus influenzae hémine (facteur X) et NAD (facteur V) capsule polysaccharidique 6 types sérologiques (a à f)

29 Haemophilus influenzae

30 Haemophilus influenzae 1 Habitat homme rhinopharynx porteurs sains

31 Haemophilus influenzae 2 Transmission interhumaine voie aérienne

32 Haemophilus influenzae 3 Pouvoir pathogène 3 1 Infections des voies respiratoires otites sinusites épiglottite surinfections dans broncho-pneumopathies chroniques pneumonies enfant adule (terrain fragile)

33 Haemophilus influenzae 3 Pouvoir pathogène 3 2 Méningites avant vaccination principale cause de méningite chez jeune enfant 3 mois 3 ans mortalité 5 %

34 Haemophilus influenzae 3 Pouvoir pathogène 3 3 Autres localisations - infections des voies respiratoires bactériémies localisations secondaires (ostéoarticulaires) conjonctivites purulentes

35 Haemophilus influenzae 3 Pouvoir pathogène 3 3 Autres localisations - biotype Aegyptius : - conjonctivites - fièvre purpurique brésilienne

36 Haemophilus influenzae 3 Pouvoir pathogène 3 3 Autres localisations - biotype Aegyptius : - conjonctivites - fièvre purpurique brésilienne (1984) mortalité 50 %

37

38 Haemophilus influenzae 4 Facteurs de pathogénicité infections les plus graves (méningite, épiglottite) dues au sérotype b capsule effet antiphagocytaire

39 Haemophilus influenzae 6 Diagnostic biologique Isolement de la bactérie Culture (milieux adaptés avec X et V) Gélose au sang cuit

40 Haemophilus influenzae 6 Diagnostic biologique Site normalement stérile : LCR Bacille Gram négatif polymorphe Prélèvements d origine respiratoire : Bronchiques (contexte et quantité de bactéries)

41 Haemophilus influenzae 6 Diagnostic biologique Recherche d antigènes solubles Capsule du groupe b Peu sensible

42 Haemophilus influenzae 7 Traitement 7-1 Curatif sensible à nombreux antibiotiques mais β-lactamase méningites C3G (Rocéphine ) infections voies respiratoires Augmentin

43

44 Haemophilus influenzae 7 Traitement 7-2 Préventif antigène capsulaire b couplé à une protéine vaccination précoce à 2 mois puis 2 autres à un mois d intervalle (rappel à 1 an) couplé vaccins penta ou hexavalents du nourrisson

45 Haemophilus influenzae Vaccin monovalent Act-HIB (Aventis-Pasteur) HIBest PASTEUR (Aventis-Pasteur MSD) Vaccin associé Pentacoq (Aventis-Pasteur MSD) Pentahibest (Aventis-Pasteur MSD) Infanrix Tetra et Infanrix Quinta, Infanrix Hexa (Glaxo SmithKline) PENTAVAC, Hexavac (Aventis-Pasteur MSD)

46 Autres Haemophilus Espèces commensales H. parainfluenzae, H. aphrophilus, H. paraphrophilus endocardites infections ORL ostéo-articulaires quelquefois

47 Autres Haemophilus Haemophilus ducreyi chancre mou PVD

48 Autres Haemophilus Haemophilus ducreyi «chaînes de vélo» isolement de la bactérie (mais difficile) cotrimoxazole, macrolides, Augmentin

a- Caractères bactériologiques Bacille à Gram négatif Aéro-anaérobie Mobile ou immobile, Non sporulés, +/- Capsulés : Klebsiella, E.

a- Caractères bactériologiques Bacille à Gram négatif Aéro-anaérobie Mobile ou immobile, Non sporulés, +/- Capsulés : Klebsiella, E. TAXONOMIE BACTERIENNE Cours N 3 Bacilles à Gram négatif a- Caractères bactériologiques Bacille à Gram négatif Aéro-anaérobie Bâtonnet de 2 à 3 µm sur 0,6µm Mobile ou immobile, Non sporulés, IV- ENTÉROBACTÉRIES

Plus en détail

12- Haemophilus influenzae :

12- Haemophilus influenzae : LART 28-21 12- Haemophilus influenzae : H. influenzae est un bacille à Gram négatif polymorphe, fréquemment responsable d infections ORL, broncho- pulmonaires mais également d'infections invasives graves,

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

LES TECHNIQUES BACTERIOLOGIQUES COMPLEMENTAIRES LE POINT DE VUE DU BACTERIOLOGISTE.

LES TECHNIQUES BACTERIOLOGIQUES COMPLEMENTAIRES LE POINT DE VUE DU BACTERIOLOGISTE. LES TECHNIQUES BACTERIOLOGIQUES COMPLEMENTAIRES LE POINT DE VUE DU BACTERIOLOGISTE. Docteur A.SEDALLIAN Centre Hospitalier d'annecy Quand il reçoit un prélèvement en vue d'analyse, le bactériologiste sait

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme Mycoplasma Bactéries ubiquitaires, fragiles Classe des Mollicutes Généralités Dépourvues de paroi => Ne prennent pas la coloration de Gram => Résistance naturelle aux ß-lactamines Grande affinité pour

Plus en détail

Haemophilus influenzae

Haemophilus influenzae Haemophilus influenzae I- Caractères généraux - Taxonomie - Coccobacilles à Gram -, immobiles, polymorphes, aéro-anaérobies, exigeant des facteurs de croissance : le facteur X (inconnu) = hémine le facteur

Plus en détail

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque)

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Cocci à Gram négatif Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Neisseria meningitidis I Habitat Strictement humain Fragile Gorge «porteurs sains» 1000 cas/france/an 35 %

Plus en détail

les infections nosocomiales Les pathogènes opportunistes

les infections nosocomiales Les pathogènes opportunistes Principaux microorganismes impliqués dans les infections nosocomiales Les pathogènes opportunistes Micro-organisme pathogène Tout micro-organisme capable de provoquer une infection : Se multiplier chez

Plus en détail

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Service des maladies infectieuses et Tropicales Professeur Bruno MARCHOU CHU Toulouse Remerciements aux Dr Alexa Debard et Marion Grare 18/11/2015 BM, Bon usage FQ 1 Des

Plus en détail

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention Olivier LEROY Maladies Infectieuses Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur,

Plus en détail

Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire

Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire Amiens, 13 novembre 2013 UE Agents infectieux & hygiène (L3) Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire Dr Raphaël GUIHÉNEUF Assistant Hospitalier-Universitaire Laboratoire de Bactériologie Contexte

Plus en détail

Streptocoques. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

Streptocoques. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Streptocoques Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Impliquées en pathologie humaine et animale Infections aiguës chez l homme

Plus en détail

COMMENSALISME ET INFECTION

COMMENSALISME ET INFECTION COMMENSALISME ET INFECTION I -Les réservoirs bactériens L environnement Bactéries saprophytes L homme, les animaux Bactéries commensales 1 - Flore environnementale Réservoir de micro-organisme : Eau Surface

Plus en détail

UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE. Les Entérocoques

UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE. Les Entérocoques UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE Date: 22/02/2017 Promo: 2016/2017 Plage horaire: 8h30 10h30 Enseignant: Dr O. Belmonte Ronéistes: APPAVOUPOULLE Bharath SALAUN-PENQUER Manu Ce ronéo

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 93 Vaccination contre les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b Les infections à Haemophilus

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

VANCOMYCINE. Cocci à Gram (+): en particulier staphylocoques méti-r et pneumocoques péni-r

VANCOMYCINE. Cocci à Gram (+): en particulier staphylocoques méti-r et pneumocoques péni-r VANCOMYCINE REMARQUES PRELIMINAIRES Antibiotique presque toujours efficace contre les staphylocoques méti-r mais des résistances authentiques ont été décrites. Elle est 10 fois moins active que l oxacilline

Plus en détail

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires IFSI 21/10/2014 G. Bellaud PLAN Introduction Arthrite aigue Ostéomyélite aigue Spondylodiscite Infection sur prothèse ostéoarticulaire

Plus en détail

Prélèvements bactériologiques

Prélèvements bactériologiques Prélèvements bactériologiques Diagnostique direct : on recherche la bactérie responsable de l infection. Le prélèvement peut se faire soit au niveau du foyer infectieux soit à distance. Importance de :

Plus en détail

Généralités. Responsables d un très grand nombre d infections chez l homme (S. aureus ++) et l animal

Généralités. Responsables d un très grand nombre d infections chez l homme (S. aureus ++) et l animal Staphylocoques Généralités Cocci Gram + Responsables d un très grand nombre d infections chez l homme (S. aureus ++) et l animal Résistance aux conditions hostiles de l environnement bactéries survivent

Plus en détail

Céphalosporines. Principaux produits, spectre et pharmacologie. Meyohas Dr Jérôme Pacanowski Hôpital St Antoine

Céphalosporines. Principaux produits, spectre et pharmacologie. Meyohas Dr Jérôme Pacanowski Hôpital St Antoine Céphalosporines Principaux produits, spectre et pharmacologie Pr Marie-Caroline Meyohas Dr Jérôme Pacanowski Hôpital St Antoine Janvier 2007 Céphalosporines Céphalosporines de première génération (C1G)

Plus en détail

La vaccina(on contre l Haemophilus a-t-elle une place dans la préven(on des infec(ons respiratoires à Haemophilus Influenza?

La vaccina(on contre l Haemophilus a-t-elle une place dans la préven(on des infec(ons respiratoires à Haemophilus Influenza? La vaccina(on contre l Haemophilus a-t-elle une place dans la préven(on des infec(ons respiratoires à Haemophilus Influenza? Giovanna Melica Immunologie Clinique et Maladies Infec(euses Hôpital Henri Mondor-Créteil

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 janvier 2001 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois

Plus en détail

LES CEPHALOSPORINES : Brotzu isole la céphalosporine C1 dans des filtrats de culture de Cephalosporinum acremonium.

LES CEPHALOSPORINES : Brotzu isole la céphalosporine C1 dans des filtrats de culture de Cephalosporinum acremonium. MODOT Thomas MODULE 7 Mme Gueiffier RUBERT Alban 1 er février 16h-17h LES CEPHALOSPORINES Le diaporama n'étant pas encore sur internet, nous n'avons pas pu récupéré les structures de la prof donc la numérotation

Plus en détail

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007 PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE Pr Th. MAY 20 mars 2007 Diarrhées TIAC à Salmonella non typhique Cipro p.o 500 mg x 2 5 j Fièvre typhoïde Cipro p.o 500 mg x 2 7 j Diarrhée bactérienne (Yersinia,

Plus en détail

Staphylococcus aureus (staphylocoques)

Staphylococcus aureus (staphylocoques) Staphylococcus aureus (staphylocoques) Les staphylocoques sont des bactéries ubiquitaires qui peuvent se retrouver partout, dans l air, les sols, les eaux, ceux sont des bactéries commensales de la peau

Plus en détail

HARMONISATION EN PRATIQUE :

HARMONISATION EN PRATIQUE : HARMONISATION EN PRATIQUE : VERS UN CONSENSUS DU RÉSOINFECTIO PACA-EST Anie RAOULT-ZUMBO CH DRAGUIGNAN 10 ème Journée Thématique :«Ressources Biologiques en Infectiologie» Antibes 06 MAI 2015 CONTEXTE

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

Bactériologie générale

Bactériologie générale Bactériologie générale I- Qu est ce qu une bactérie? C est un micro-organisme (0,5 à 5 microm) unicellelulaire C est un procaryote puisqu elle n a pas de noyau, le matériel génétique est libre dans le

Plus en détail

Epidémie de prostatites à Achromobacter xylosoxidans et Ochrobactrum anthropi après ponction-biopsie transrectale écho-guidée

Epidémie de prostatites à Achromobacter xylosoxidans et Ochrobactrum anthropi après ponction-biopsie transrectale écho-guidée Epidémie de prostatites à Achromobacter xylosoxidans et Ochrobactrum anthropi après ponction-biopsie transrectale écho-guidée Skerdi Haviari 1,2, Thomas Bénet 1,2, Pierre Cassier 1,2,3, Cédric Dananché

Plus en détail

Escherichia coli. Pr Jean-Philippe Lavigne DFGMS2 Infectieux

Escherichia coli. Pr Jean-Philippe Lavigne DFGMS2 Infectieux + Escherichia coli Pr Jean-Philippe Lavigne DFGMS2 Infectieux + Présentation Escherichia coli q DESCRIPTION - TAXONOMIE: o Bacille à Gram négatif o Phylum: Protéobactéries o Classe: Gamma Proteobactérie

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment?

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment? À24 et 48h Faut il modifier l antibiothérapie et comment? 24H Antibiothérapie initiale empirique Conforme non conforme 48h Suivre les recos Documentation microbiologique? Terrain sévérité Certaine Probable

Plus en détail

Facteurs de virulence et marqueurs épidémiologiques de Streptococcus pyogenes

Facteurs de virulence et marqueurs épidémiologiques de Streptococcus pyogenes Facteurs de virulence et marqueurs épidémiologiques de Streptococcus pyogenes Julien Loubinoux, LilianaMihaila-Amrouche, Anne Bouvet Centre National de Référence des Streptocoques Hôtel Dieu, Assistance

Plus en détail

Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage

Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage Bacilles à Gram négatifs isolés en ville Bacilles à Gram négatifs

Plus en détail

Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance?

Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance? Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance? Hervé Dutronc Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin - Bordeaux Journée Infirmières -JNI- 12 juin 2014 Déclaration

Plus en détail

Staphylococcus aureus. Les staphylocoques

Staphylococcus aureus. Les staphylocoques Staphylococcus aureus Les staphylocoques Classification Micrococcaceae Staphylococcus Micrococcus Planococcus Et Stamatococcus Genre Staphylococcus Mais Planococcus dans le genre Bacillus, genre Micrococcus

Plus en détail

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter Animé par Le «Le groupe projet tient à remercier plus particulièrement le Docteur Didier Armaingaud, Directeur médical et qualité du Groupe Médica, ainsi que Madame Valérie Margueritte, Directrice de l'ehpad

Plus en détail

Mycoplasma. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

Mycoplasma. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Mycoplasma Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Bactéries ubiquitaires, dépourvues de paroi, difficiles à cultiver Certaines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 février 2006 AZACTAM 1 g, poudre pour usage parentéral Boîte de1 flacon en verre (CIP : 369 208-5) Laboratoire SANOFI - AVENTIS FRANCE aztréonam Liste

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

Faculté de médecine d Alger Cours de Microbiologie pour les étudiants de 3 eme année LES MYCOBACTERIES. Dr. N. BENAMROUCHE

Faculté de médecine d Alger Cours de Microbiologie pour les étudiants de 3 eme année LES MYCOBACTERIES. Dr. N. BENAMROUCHE Faculté de médecine d Alger Cours de Microbiologie pour les étudiants de 3 eme année LES MYCOBACTERIES Dr. N. BENAMROUCHE Objectifs Citer les espèces impliquées Décrire les principaux caractères morphologiques

Plus en détail

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Suppurations- Plaies Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Flore de la peau saine Flore résidente: - stable - 10 3 bact/cm 2 de peau (10 6-7

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE?

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? Journée régionale sur l infection du pied diabétique 1er juin 2007 Anne Vachée Fédération de biologie CH de Roubaix

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 PLAN Généralités Méningites Pneumopathies Infections urinaires Infections intra abdo Infections parties molles Endocardites Sepsis

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE STREPTOCOQUE 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 3 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 3 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E

Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E EPIDEMIOLOGIE Agent causal staphylocoque cocci gram positif

Plus en détail

Traitement des prélèvements en Bactériologie. Marie-Cécile Ploy Bactériologie-Virologie-Hygiène CHU Dupuytren, Limoges

Traitement des prélèvements en Bactériologie. Marie-Cécile Ploy Bactériologie-Virologie-Hygiène CHU Dupuytren, Limoges Traitement des prélèvements en Bactériologie Marie-Cécile Ploy Bactériologie-Virologie-Hygiène CHU Dupuytren, Limoges Services cliniques Prélèvements Acheminement en urgence Méningites, prélèvements profonds

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon =

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = HORAIRES, LIEU Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = Première journée (vendredi 22 septembre 2017 Besançon) Thème = principes généraux microbiologie 1h30 Rappels

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Dr Gérald Vallet Centre Hospitalier de VERDUN 16èmes Journées Régionales d'hygiène et de Lutte contre les Infections Nosocomiales 12 et 13

Plus en détail

Pneumonies nosocomiales

Pneumonies nosocomiales Pneumonies nosocomiales Revue bleue 2005 définitions Hospital-acquired pneumonia» (HAP) Débutant 48h ou plus après admission «Ventilator-associated pneumonia» (VAP) Débutant 48h ou plus après intubation

Plus en détail

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Pr Christian Chidiac La Croix Rousse 1 Le Dilemne Comportement individuel Comportement collectif 2 La Prescription Raisonnée Faut-il prescrire

Plus en détail

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Utilisation antibiotique = Résistance DANS et HORS Etablissements de soins BMR Innovation pharmaceutique Impasse thérapeutique

Plus en détail

BASES MICROBIOLOGIQUES DU CHOIX ET DU SUIVI DE L ANTIBIOTHERAPIE

BASES MICROBIOLOGIQUES DU CHOIX ET DU SUIVI DE L ANTIBIOTHERAPIE BASES MICROBIOLOGIQUES DU CHOIX ET DU SUIVI DE L ANTIBIOTHERAPIE Christine SEGONDS Praticien Hospitalier Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie, Purpan Critères de choix d

Plus en détail

BACTERIOLOGIE DE PSEUDOMONAS AERUGINOSA

BACTERIOLOGIE DE PSEUDOMONAS AERUGINOSA BACTERIOLOGIE DE PSEUDOMONAS AERUGINOSA Henri Leclerc Service de bactériologie. Centre hospitalier de Lille. Pseudomonas aeruginosa (PA), ou bacille pyocyanique, est un germe Gram négatif, très répandu

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD

Bon usage des antibiotiques en EHPAD Bon usage des antibiotiques en EHPAD Docteur Monique DUVIQUET Gériatre Hôpital Vaugirard Gabriel Pallez AP-HP 1ere Journée sur le Risque infectieux en EHPAD dans la région Île de France CCLIN Paris Nord

Plus en détail

LA CAPSULE

LA CAPSULE 1 LA CAPSULE ------------------------- Substances organiques à l extérieur de la paroi - bien limitée : capsule - diffuse : couche visqueuse ou slime Enveloppe facultative rôle dans pouvoir pathogène I.

Plus en détail

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse DUCIV 2016 Introduction Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse Pré-test* * Grade 5/5 (très difficile) Pre-test 1 Gertrude 68 ans, consulte pour dyspnée. L examen

Plus en détail

Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège. P. Damas, C.H.U.-Liège, 2 ème journée NSIH, 12/02/03

Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège. P. Damas, C.H.U.-Liège, 2 ème journée NSIH, 12/02/03 Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège Représente plus de 50 % des infections traitées aux soins intensifs Risque: altération du contrôle du carrefour aérodigestif manipulation

Plus en détail

Prophylaxie antibiotique

Prophylaxie antibiotique Prophylaxie antibiotique Définition: administration d un antibiotique pour prévenir une infection traitement - de courte durée - généralement à spectre étroit Indications d une prophylaxie - chirurgie

Plus en détail

Facteurs de risque de l implantation de P. aeruginosa sur un patient fragilisé

Facteurs de risque de l implantation de P. aeruginosa sur un patient fragilisé PATHOGÉNICITÉ DE PSEUDOMONAS AERUGINOSA EN DEHORS DE LA MUCOVISCIDOSE Raymond Ruimy Laboratoire de Bactériologie. Groupe Hospitalier Bichat - Claude-Bernard Pour que Pseudomonas aeruginosa devienne infectieux,

Plus en détail

ESCHERICHIA COLI (COLIBACILLE)

ESCHERICHIA COLI (COLIBACILLE) ESCHERICHIA COLI (COLIBACILLE) I) HABITAT (ENTEROBACTERIE) Ce sont des hôtes normaux des intestins. Ils représentent 80% de la flore intestinale aéro-anaérobie de l adulte. On peut les retrouver également

Plus en détail

Les antibiotiques. indispensables. aux pédiatres

Les antibiotiques. indispensables. aux pédiatres Les antibiotiques indispensables aux pédiatres Didier Tandé 1 Les méningites Didier Tandé 2 Proportion relative des bactéries responsables des méningites, 1991-2005 Epibac, France 79 % des admissions en

Plus en détail

«Bacilles à Gram négatif hautement résistants» BLSE. XVIIIe JRPI Lille 04 octobre 2011 C.Cattoen - Valenciennes

«Bacilles à Gram négatif hautement résistants» BLSE. XVIIIe JRPI Lille 04 octobre 2011 C.Cattoen - Valenciennes «Bacilles à Gram négatif hautement résistants» BLSE XVIIIe JRPI Lille 04 octobre 2011 C.Cattoen - Valenciennes Comment résumer la situation? Un recul de plus de 25 ans Une problématique évolutive Sur le

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

3. Les infections nosocomiales

3. Les infections nosocomiales 3. Les infections nosocomiales 3.1. Fréquence des infections nosocomiales Parmi les patients, 21 010 avaient une ou plusieurs infections nosocomiales le jour de l enquête soit un taux de prévalence de

Plus en détail

Des germes et des hommes...

Des germes et des hommes... Des germes et des hommes... Infection / Colonisation / Transmission INFECTION 1. Pénétration et développement dans un être vivant de microorganisme qui peuvent provoquer des lésions en se multipliant,

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail

Complications Bactériennes de la Grippe

Complications Bactériennes de la Grippe Complications Bactériennes de la Grippe François BRICAIRE Stéphane JAUREGUIBERRY Loïc EPELBOIN Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Pitié-Salpetrière Université Pierre et Marie

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER NOS PRESCRIPTIONS D ANTIBIOTIQUES, A PROPOS DES INFECTIONS DE L ARBRE RESPIRATOIRE?

COMMENT OPTIMISER NOS PRESCRIPTIONS D ANTIBIOTIQUES, A PROPOS DES INFECTIONS DE L ARBRE RESPIRATOIRE? EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Escherichia coli. Pr Jean-Philippe Lavigne DFGMS2 Infectieux

Escherichia coli. Pr Jean-Philippe Lavigne DFGMS2 Infectieux Escherichia coli Pr Jean-Philippe Lavigne DFGMS2 Infectieux Définition Protéobactéries, Famille des entérobactéries Groupe hétérogène: Pathogènes (Shigella, Yersinia pestis) Commensaux (Escherichia coli,

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Généralités. Impliquées en pathologie humaine et animale. Infections aiguës chez l homme (S. pneumoniae, S. pyogenes ++)

Généralités. Impliquées en pathologie humaine et animale. Infections aiguës chez l homme (S. pneumoniae, S. pyogenes ++) Streptocoques Généralités Impliquées en pathologie humaine et animale Infections aiguës chez l homme (S. pneumoniae, S. pyogenes ++) Espèces commensales «pathogènes opportunistes» dans certaines circonstances

Plus en détail

INFECTIONS À STREPTOCOQUE PNEUMONIAE (SP)

INFECTIONS À STREPTOCOQUE PNEUMONIAE (SP) INFECTIONS À STREPTOCOQUE PNEUMONIAE (SP) Dr. Amira BOURAOUI BOUAZIZ Service de néonatologie de Sfax INTRODUCTION Le SP : Problème de santé publique mondiale Responsable d infections redoutables surtout

Plus en détail

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème?

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Geneviève Christiaens Médecin coordinateur de l équipe d hygiène hospitalière Présidente du Comité d Hygiène Hospitalière Direction

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis MAI 2014

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis MAI 2014 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 102 06 MAI 2014 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation : ZANOCIN OD, Ofloxacine 400

Plus en détail

Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales. Flore bactérienne

Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales. Flore bactérienne Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales abdominales Olivia Peuchant Laboratoire de Bactériologie CHU de Bordeaux Flore bactérienne Bacilles Gram - Cocci Gram + Anaérobies Estomac 10 1-10

Plus en détail

Cours N 2 Bactériologie

Cours N 2 Bactériologie Cours N 2 Bactériologie 2010 1 Cours N 2 Bactériologie 2010 2 Cours N 2 Bactériologie 2010 3 Cours N 2 Bactériologie 2010 4 La capsule est un facteur majeur de pathogénicité et de virulence : elle empêche

Plus en détail

L ANTIBIORÉSISTANCE EN TUNISIE

L ANTIBIORÉSISTANCE EN TUNISIE L ANTIBIORÉSISTANCE EN TUNISIE (LART) Pr. Boutiba- Ben Boubaker I. Directrice du Laboratoire de Recherche Résistance aux Antimicrobiens LR99ES09 Faculté de Médecine de Tunis Université Tunis El Manar Laboratoire

Plus en détail

de prévalence des infections nosocomiales et des traitements

de prévalence des infections nosocomiales et des traitements Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissement de santé France, mai - juin 2012 Les principaux chiffres clés En 2012, l enquête nationale

Plus en détail

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Mohammed BOUSKRAOUI CHU Mohammed VI Marrakech bouskraoui@yahoo.fr A. 6 mois Fièvre à 38.5 C, tousse Pas de détresse respiratoire, bruits

Plus en détail

Introduction. Notion d infection : l hôte. Notion d infection : l hôte

Introduction. Notion d infection : l hôte. Notion d infection : l hôte Maladies infectieuses : Avantages des diagnostics précoces pour le malade, son entourage et l environnement à partir de cas concrets Pr Aïssatou Gaye-Diallo Bactériologie-Virologie Hôpital A. le Dantec

Plus en détail

Les bactéries multi résistantes (BMR) CHATELAIN Rémi Laboratoire Bouvier 20/01/2010

Les bactéries multi résistantes (BMR) CHATELAIN Rémi Laboratoire Bouvier 20/01/2010 Les bactéries multi résistantes (BM) CHATELAIN émi Laboratoire Bouvier 20/01/2010 Les différentes BM Entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu (EBLSE) : épidémies tendance à la diffusion

Plus en détail

4- Pseudomonas aeruginosa : P. aeruginosa, bactérie ubiquitaire de l environnement humide, est fréquemment responsable d infections

4- Pseudomonas aeruginosa : P. aeruginosa, bactérie ubiquitaire de l environnement humide, est fréquemment responsable d infections LART - Tableau 14. Répartition des Salmonella spp selon le type de prélèvement Services (50) (63) (92) Hémocultures 13 26 19 30,2 18 19,4 Coprocultures 21 42 30 47,6 50 53,8 ECBU 8 16 7 11,1 10 10,8 Ponctions

Plus en détail

Généralités. Positionnement taxonomique. - famille des Streptococcaceae - 22 genres bactériens - genre Enterococcus et Streptococcus

Généralités. Positionnement taxonomique. - famille des Streptococcaceae - 22 genres bactériens - genre Enterococcus et Streptococcus LES STREPTOCOQUES Généralités Positionnement taxonomique - famille des Streptococcaceae - 22 genres bactériens - genre Enterococcus et Streptococcus Caractères généraux - cocci à Gram + - diplocoques ou

Plus en détail

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE Dr.HENNICHE HCA INTRODUCTION Les principaux critères de choix d un antibiotique sont: -le premier critère est son activité propre par rapport

Plus en détail

Epidémiologie du pneumocoque en France

Epidémiologie du pneumocoque en France Epidémiologie du pneumocoque en France Jacques Croizé MCU-PH Unités de microbiovigilance et de bactériologie Département des Agents Infectieux DU Thérapeutiques anti-infectieuses 1 er mars 2007 Définition

Plus en détail

Etat des lieux de la résistance. Emmanuelle Varon AP-HP, HEGP, Paris

Etat des lieux de la résistance. Emmanuelle Varon AP-HP, HEGP, Paris Etat des lieux de la résistance Emmanuelle Varon AP-HP, HEGP, Paris BACTÉRIES À GRAM POSITIF E. VARON Séminaire BUA 19/10/2017 2 SARM : évolution du % au sein de l espèce et de l incidence Réseau APHP

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail