CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans."

Transcription

1 CAS CLINIQUE 1 1) Mr Michel, 45 ans, magasinier, 86 kgs pour 1,76m, père de 2 enfants, vous consulte à la suite de la découverte d une glycosurie en médecine du travail. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans. La glycémie au laboratoire à jeun est à 1,48g/l. Est-il diabétique? De quel type? Sur quels facteurs proposez vous un dépistage précoce chez les personnes que vous rencontrez?

2 Définitions Glycémie à jeun normale < 1,10 g / l Diabète : Glycémie à jeun > ou = 1,26 g/l x 2 reprises ou glycémie > ou = à 2g/l à tout moment Hyperglycémie à jeun : Glycémie à jeun entre 1.10 et 1.25g/l => 50% évolution vers diabète HGPO (n est plus recommandée) Normale : < 1,40 g /l à 2 h Intolérance HDC : entre 1,40 et 2 g / l à 2 h Diabète : > 2 g / l à 2 h

3 Classification des diabètes Diabète de type 1 : destruction cellules béta - auto-immun - idiopathique parfois type 1 lent Diabète de type 2 : association - résistance à l insuline - insulinopénie relative

4 Physiopathologie du diabète de type 2 Troubles de l insulinosécrétion secondaires Insulinorésistance hépatique primitive Hyperproduction hépatique de glucose Hyperglycémie post-prandiale Alimentation Augmentation de la synthèse des triglycérides Hyperglycémie à jeûn Insulinorésistance périphérique primitive Augmentation de la lipolyse

5 Classifications des diabètes Diabètes d autres types - Défaut génétique de la cellule béta - Défaut génétique de l action de l insuline - Diabètes pancréatiques (hémochromatose, pancréatites, muco ) - Endocrinopathies - Médicaments (corticoïdes) - Autres syndromes génétiques (trisomie, Turner) - Diabètes gestationnels

6 Dépistage : pourquoi? Efficacité démontrée : - de la prévention du diabète chez les sujets à risque : => Réduction de 50 %!!! de la survenue de diabète par : - perte de poids modérée (- 5 à 7 % du Poids) - exercice physique régulier (au moins 30 min/j) - de la prise en charge précoce du diabète avéré pour : - retarder l apparition des complications - ralentir l évolution des complications

7 Dépistage : qui? Après 45 ans Tout le monde : tous les 3 ans Avant 45 ans et/ou plus souvent en cas de: - Apparentés au premier degré à des diabétiques. - ATCD diabète gestationnel et / ou PN > 4,5 Kg - IMC > 27 kg/m2 - Taille / hanche : > 0,90 (H), > 0,80 (F) - TA > mmhg - Cholestérol HDL < 0,35 g/l et/ou TG > 2,50 g/l - Intolérance au glucose connue - Glycosurie

8 Comment dépister? - Glycémie à jeûn - inférieure à 1,1 g/l : contrôle tous les 1 à 3 ans - supérieure à 1,1g/l : vérification sous 8-15 j - L Hba1c n est pas (encore) un outil de dépistage - L HGPO n est plus un outil de dépistage... - La glycémie capillaire doit devenir un outil de dépistage (cabinet médical, médecine du W)

9 Il est diabétique. Quelles sont pour vous les conditions de l acceptation de la maladie et de l acquisition de nouveaux comportements pour que le patient devienne acteur dans la prise en charge de sa maladie?

10 L annonce du diabète - Moment clé - Diabète = maladie chronique mais quasiment asymptomatique et d excellent pronostic à court terme - pronostic à long terme efficacité du traitement implication du malade - Angoisse et déni sont les réactions les plus fréquentes - Importance des premiers messages au patient

11 L annonce du diabète Eviter : 1. la dramatisation (faire peur) 2. la banalisation (" ce n'est rien ") 3. le discours " scientifique " trop compliqué Reformuler avec le patient, Répondre aux interrogations, aux questions Laisser s'exprimer les angoisses, les croyances

12 L annonce du diabète Les informations importantes : - maladie chronique, - silencieuse, - évolutive, potentiellement grave, - accessible à des traitements, - nécessite parfois un traitement par insuline. Ne pas tout vouloir expliquer en une consultation Adapter les objectifs

13 Croyances de santé et éducation 4 Questions : - Le patient est-il sûr d être diabétique? - Est-il sûr que les conséquences sont graves? - A t-il confiance dans son traitement? - Est-il persuadé que les avantages du traitement sont supérieurs aux contraintes?

14 Les moyens du changement de comportement - Associer le patient à chaque décision, vérifier la bonne compréhension et la reformulation, permettre l appropriation de cette décision Aboutir à un contrat thérapeutique et permettre au patient d être acteur. - Eviter les interdits et montrer ce qu il y a à gagner, à modifier son comportement. - Etre progressif et patient dans les objectifs à atteindre et les étapes pour y parvenir.

15 . Utiliser l auto surveillance comme «symptôme» pour aider à mentaliser la maladie (qui est asymptomatique) : «je fais du diabète je suis diabétique» Ne pas rester dans une stratégie de la peur, ni minimiser ou banaliser, mais utiliser l angoisse comme moteur de l action. Utiliser les moments clés de la maladie : L annonce du diagnostic, l apparition d une complication, l insulinothérapie, sans vouloir aller trop vite (véritable travail de deuil)

16 PRISE EN CHARGE INITIALE - Essayer de faire prendre conscience au patient Fixer des objectifs réalisables avec le patient et les expliquer - Planifier le suivi et l expliquer

17 Complications du diabète Yeux Cœur Reins Vaisseaux nerfs Sexualité pieds

18 Rétinopathie Diabétique 1 ère cause de cécité chez les jeunes Augmente avec l ancienneté du diabète 15 % au moment du diagnostic 35 % à 10 ans 50 % à 20 ans Pas de symptôme dépistage - FO après dilatation ou au rétinophotographe Dès le diagnostic 1 / an - Angiographie si anomalies du FO le justifiant 1 FO par an +++

19 Néphropathie diabétique 1 ère cause de dialyse en France 75 % type 2 Majore le risque vasculaire +++ Microalbuminurie + => risque CV X 4 Dépistage: Microalbuminurie/24h : 1 / an + si 30 à 300 mg/24 h Confirmer par 2 ème dosage (faux +) Créatininémie : 1 / an Clearance calculée +++

20 Neuropathie diabétique Fréquente et précoce ; 45 % après 20 ans d'évolution - Périphérique: troubles sensitifs risques ++ pieds Dépistage par examen clinique : - monofilament - déformations ou lésions des pieds - Autonome: troubles digestifs, urinaires, cardiaques risque de mort subite Dépistage par examen clinique et interrogatoire Recherche hypotension orthostatique Pas d'examen complémentaire Consultation de neurologie si symptomatologie focalisée localisations atypiques (membres supérieurs)

21 HbA1c et évènements microvasculaires p< Risque relatif 1 37% diminution pour 1% diminution HbA1c Moyenne HbA 1c UKPDS 35. BMJ 2000; 321:

22 TA et évènements microvasculaires 5 p= Risque relatif % diminution pour diminution de 10 mm Hg de TA PA systolique moyenne UKPDS 36. BMJ 2000; 321:

23 COMPLICATIONS CARDIO-VASCULAIRES Prévalence 20 % des diabétiques ont une cardiopathie ischémique 30% des IDM surviennent chez des diabétiques RISQUE RELATIF Homme Femme Insuffisance coronaire x 8,5 x 3,5 Artérite des MI x 4 x 6 Amputation x 10 à 20 AVC x 3 x 4 Mortalité CV x 1,5 à 2 x 2,5 à

24 Ischémie myocardique silencieuse - population générale : 12 % patients diabétiques : 30 à 40 % ECG 1 / an +++ tous les type 2 et tous les type 1 > 40 ans Avis cardio : épreuve d effort? - Artériopathie - Micro albuminurie + 2 FDR - > 10 ans de diabète + 2 FDR - > 60 ans + 2 FDR

25 Infarctus du myocarde Plus fréquent Plus grave : mortalité à 1 mois 43% vs 27% Arguments pour prise en charge glycémique efficace en post IDM immédiat ( DIGAMI)

26 Artériopathie périphérique Clinique Fréquence - Plus précoce, plus fréquente, plus grave, - Distale et diffuse, - Douleurs absentes dans 50 % des cas. - Au moment du diagnostic : 30 % des hommes 15 % des femmes - Après 20 ans : 45 % des diabétiques

27 Artériopathie périphérique : Explorations Examen clinique annuel de dépistage palpation des pouls et auscultation fémorales et carotides Doppler MI si signes cliniques : - Abolition d au moins 2 pouls périphériques du même côté - Souffle artériel - Claudication intermittente, douleur de décubitus - Stade 4, lésion podologique Doppler cervical si : - souffle cervical - artériopathie des MI - coronaropathie

28 Traiter le risque vasculaire global - Equilibre du diabète - Traitement de l HTA - Traitement de l hyperlipidémie - Arrêt du Tabac - Diététique - Activité physique

Prise en charge des patients diabétiques Epidémio, complications chroniques

Prise en charge des patients diabétiques Epidémio, complications chroniques Prise en charge des patients diabétiques Epidémio, complications chroniques Définitions Glycémie à jeun normale : 0,80 à 1,10 g/l 1,10 g/l < Glycémie 1,26 g/l = Intolérance au glucose = seuil d augmentation

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

Diabète de type 2 prise en charge initiale

Diabète de type 2 prise en charge initiale Diabète de type 2 prise en charge initiale D après : Recommandations et pratiques Vidal Diagnostic du diabète de type 2 Glycémie à jeun 1,26 g/l (7 mmol/l) - après 8 heures de jeûne - confirmée par un

Plus en détail

Néphropathie diabétique. Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux

Néphropathie diabétique. Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux Néphropathie diabétique Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux plan Epidémiologie Histoire naturelle Diagnostic Histologie Complications Traitement Epidémiologie La néphropathie

Plus en détail

Épidémiologie, Diagnostic du Diabète

Épidémiologie, Diagnostic du Diabète Épidémiologie, Diagnostic du Diabète «La maladie insidieuse» «l ennemi sournois» Dr Jean-Marie GIL, Service de cardiologie, HIA Laveran, Marseille Une Épidémie!!! 2000 : Prévalence 2.6 % 1.6 millions en

Plus en détail

INTRODUCTION. Le mode de vie moderne et alimentation ( rôle important) Les prévisions sont alarmantes (Lourd fardeau social et économique)

INTRODUCTION. Le mode de vie moderne et alimentation ( rôle important) Les prévisions sont alarmantes (Lourd fardeau social et économique) INTRODUCTION La prévalence du Diabète (D2) / Augmentation constante ( explosion épidémique mondiale ) Flambée des complications Les stratégies thérapeutiques actuelles (insuffisantes pour endiguer le fléau

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

À quelle fréquence surveiller sa glycémie? Les autres examens de suivi du diabète. L autosurveillance glycémique est prescrite par votre médecin.

À quelle fréquence surveiller sa glycémie? Les autres examens de suivi du diabète. L autosurveillance glycémique est prescrite par votre médecin. À quelle fréquence surveiller sa glycémie? L autosurveillance glycémique est prescrite par votre médecin. Résumez les règles dont vous avez convenues avec votre médecin, dans ce tableau : Date Nom du médecin

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

PR S khettabi,pr R Malek Service de Médecine Interne. CHU Sétif.

PR S khettabi,pr R Malek Service de Médecine Interne. CHU Sétif. PR S khettabi,pr R Malek Service de Médecine Interne. CHU Sétif. INTRODUCTION RETINOPATHIE DIABETIQUE NEPHROPATHIE DIABETIQUE NEUROPATHIE DIABETIQUE CONCLUSION Les complications chroniques engagent le

Plus en détail

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs () Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications

Plus en détail

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Augmentation du risque d AVC X 2.5 Première cause d insuffisance rénale terminale (42% des cas)

Plus en détail

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit.

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit. Alors qu il est en vacances en Auvergne, Mr B 58 ans, présente brutalement une fièvre à 40 C avec des frissons. A l arrivée aux Urgences de l Hôpital du Puy en Velay, on découvre à l examen clinique la

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

EPU95 Montmorency Diabète - Endocrinologie - Maladies Métaboliques Mise à jour du 11 Mai 2007* INSULINOTHERAPIE & DIABETE DE TYPE 2

EPU95 Montmorency Diabète - Endocrinologie - Maladies Métaboliques Mise à jour du 11 Mai 2007* INSULINOTHERAPIE & DIABETE DE TYPE 2 EPU95 Montmorency Diabète - Endocrinologie - Maladies Métaboliques Mise à jour du 11 Mai 2007* INSULINOTHERAPIE & DIABETE DE TYPE 2 1. EPIDEMIOLOGIE - DEFINITION Dr Séré-Bégué (Diabétologue - Hôpital de

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Comprendre comment gérer sa santé avec un diabète de type 2 Octobre 2006 Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André,

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André, Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux AOMI Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution,

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DU DIABÉTIQUE DE TYPE 2 EN VILLE. illustrée par le cas de Mme. E. le 30/05/11, Ferdi Kundul DCEM3

LA SURVEILLANCE DU DIABÉTIQUE DE TYPE 2 EN VILLE. illustrée par le cas de Mme. E. le 30/05/11, Ferdi Kundul DCEM3 LA SURVEILLANCE DU DIABÉTIQUE DE TYPE 2 EN VILLE illustrée par le cas de Mme. E le 30/05/11, Ferdi Kundul DCEM3 DÉFINITION Affection métabolique, caractérisée par une hyperglycémie chronique liée à une

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

11 mars Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire

11 mars Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire 11 mars 2010 Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire Pourquoi une Journée du Rein? Les maladies rénales touchent 500 millions

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

DOSSIER MÉDECIN. 1. Santé du patient. A propos de ces questions

DOSSIER MÉDECIN. 1. Santé du patient. A propos de ces questions ENTRED, Echantillon National Témoin REprésentatif des personnes Diabétiques Basé à l Institut de Veille Sanitaire 12, rue du Val d Osne - 94415 Saint-Maurice Cedex Tél. : 01.41.79.69.41 - Fax : 01.41.79.68.11

Plus en détail

Recommandation 1 : Recommandation 2 : Recommandation 3 : Recommandation 4 : Recommandation 5 : Recommandation 6 :

Recommandation 1 : Recommandation 2 : Recommandation 3 : Recommandation 4 : Recommandation 5 : Recommandation 6 : Recommandation 1 : L arrêt du tabac dans l AOMI : Tous les patients fumeurs doivent être fortement et de manière répétitive incités à stopper (B) Tout patient fumeur doit recevoir un programme d un médecin

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

1.1. Définition du diabète. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques.

1.1. Définition du diabète. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques. Définition du diabète Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques 1.1 FICHE soignants Définition «Le diabète sucré est une affection chronique due soit à une insuffisance génétique ou acquise

Plus en détail

Spécificités de diabète de l enfant. Dr. F. OULD BABA ALI MOSTAGANEM 12/05/17

Spécificités de diabète de l enfant. Dr. F. OULD BABA ALI MOSTAGANEM 12/05/17 Spécificités de diabète de l enfant Dr. F. OULD BABA ALI MOSTAGANEM 12/05/17 AMINA, 10 ans, vous est adressée par son médecin traitant pour suspicion de diabète devant syndrome cardinal typique (perte

Plus en détail

SUIVI DU DIABÉTIQUE ET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE. Jm Gil, HIA Laveran, Marseille

SUIVI DU DIABÉTIQUE ET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE. Jm Gil, HIA Laveran, Marseille SUIVI DU DIABÉTIQUE ET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE Jm Gil, HIA Laveran, Marseille Le suivi du diabétique : Objectifs Surveillance et Adaptation du Trt : en fonction de l HBA1C Tolérance et Observance du traitement

Plus en détail

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 M.Sakouhi (1), L.Bendaoud (2), A.Nadji (3), F.Z.Bengoreine (3). B.Boumesjed (4) (1) Service endocrinologie-diabétologie,

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

DIABETE ET SEXUALITE Est-ce incompatible? Journée Mondiale du Diabète Thionville 01/12/2007

DIABETE ET SEXUALITE Est-ce incompatible? Journée Mondiale du Diabète Thionville 01/12/2007 DIABETE ET SEXUALITE Est-ce incompatible? Journée Mondiale du Diabète Thionville 01/12/2007 Docteur Pierre CUNY Diabétologue-Endocrinologue 1 Qu est-ce que LA SANTE SEXUELLE? 2 La SANTE SEXUELLE c est

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

CONGRES MAGHREBIN D ENDOCRINOLOGIE FMED 2013 ETUDE MULTICENTRIQUE MAGHREBINE

CONGRES MAGHREBIN D ENDOCRINOLOGIE FMED 2013 ETUDE MULTICENTRIQUE MAGHREBINE CONGRES MAGHREBIN D ENDOCRINOLOGIE FMED 2013 Critères d inclusion : ETUDE MULTICENTRIQUE MAGHREBINE - Diabète de type 1 apparu avant l âge de 15 ans - Age au moment de l étude supérieur à 20 ans A. IDENTIFICATION

Plus en détail

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres?

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vous Votre patient Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vide Enfermement Feu Gravité Vulnérabilité Incertitudes Craintes Comment passer d une conception scientifique à une appropriation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 30 août 2000 par arrêté du 22 août 2000 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

PRISE EN CHARGE GLOBALE DU PATIENT DIABETIQUE

PRISE EN CHARGE GLOBALE DU PATIENT DIABETIQUE PRISE EN CHARGE GLOBALE DU PATIENT DIABETIQUE Physiopathologie des complications Prévention Dépistage Traitement Prise en compte des autres facteurs de risque Les complications Chroniques Microangiopathie:

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

Laboratoire de physiopathologie. 2 ème année pharmacie

Laboratoire de physiopathologie. 2 ème année pharmacie Laboratoire de physiopathologie 2 ème année pharmacie Année universitaire 2016-2017 Plan I. Définition II. Epidémiologie III. Classification IV. Rappel physiologique V. Physiopathologie du diabète VI.

Plus en détail

Thaslima MOUHAMADALY (D1) Service d Endocrinologie 1

Thaslima MOUHAMADALY (D1) Service d Endocrinologie 1 Thaslima MOUHAMADALY (D1) Service d Endocrinologie 1 Plan Cas clinique I./ Interrogatoire - Motif d hospitalisation - Antécédents - Mode de vie - Histoire de la maladie - Complications II./ Examen clinique

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

Prévenir... les complications du diabète

Prévenir... les complications du diabète Prévenir... les complications du diabète 25 Le diabète a une évolution sournoise Le diabète est une maladie due à un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie) En France, plus de deux millions de personnes

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

SURVEILLANCE ET COMPLICATIONS DU DIABETE DE TYPE II. Dr Tania Kharitonnoff Dr Jean-Pierre Haulot CHG Tulle

SURVEILLANCE ET COMPLICATIONS DU DIABETE DE TYPE II. Dr Tania Kharitonnoff Dr Jean-Pierre Haulot CHG Tulle SURVEILLANCE ET COMPLICATIONS DU DIABETE DE TYPE II Dr Tania Kharitonnoff Dr Jean-Pierre Haulot CHG Tulle Le diabète est une maladie chronique, insidieuse, qui évolue à bas bruit. Les complications s installent

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Table des matières 3. I - Introduction A. Diabète type B. Diabète type C. Autres types spécifiques de diabète...

Table des matières 3. I - Introduction A. Diabète type B. Diabète type C. Autres types spécifiques de diabète... DIABETE SUCRE Table des matières Table des matières 3 I - Introduction 7-9 - 11 A. Diabète type 1...11 B. Diabète type 2...11 C. Autres types spécifiques de diabète...11 1. Anomalies génétiques des cellules

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

4.1. Complications chroniques. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques

4.1. Complications chroniques. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques Complications chroniques Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques 4.1 FICHE soignants Un diabète détecté trop tardivement ou déséquilibré à long terme peut entraîner de sérieuses complications

Plus en détail

Comment atteindre l objectif glycémique? Les stratégies de prise en charge

Comment atteindre l objectif glycémique? Les stratégies de prise en charge Comment atteindre l objectif glycémique? Les stratégies de prise en charge Pourquoi essayer de normaliser la glycemie? Éviter les complications aigues céto-acidose diabétique ; coma hyperosmolaire Empêcher

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

Complications endocrinologiques. Magali Gueydan. de l hémochromatose

Complications endocrinologiques. Magali Gueydan. de l hémochromatose Complications endocrinologiques Magali Gueydan de l hémochromatose Introduction La présence de complications endocrines témoigne d une hémochromatose déjà évoluée Deux principales atteintes: LE DIABETE

Plus en détail

Sémiologie du diabète Définitions, classification

Sémiologie du diabète Définitions, classification Sémiologie du diabète Définitions, classification Pr Abdesselam YAHIA BERROUIGUET 3é année Le diabète, une maladie majeure du XXIe siècle o Grande catastrophe sanitaire o Cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

Le médecin du travail: un acteur dans la prévention du diabète de l'adulte.

Le médecin du travail: un acteur dans la prévention du diabète de l'adulte. Le médecin du travail: un acteur dans la prévention du diabète de l'adulte. Enquête rétrospective dans un service de santé au travail luxembourgeois Dr Philippe FAVROT Société Scientifique de Santé au

Plus en détail

Traitements du diabète

Traitements du diabète Traitements du diabète Madame Bernadette, 52 ans, revient vous voir 3 mois après la découverte de son diabète (glycémie initiale = 1,98 g/l, HbA1c = 9%). Elle a perdu 3 kg (poids actuel 68 kg pour 1,60

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Maladies rénales : les nouveaux enjeux

Maladies rénales : les nouveaux enjeux Maladies rénales : les nouveaux enjeux Pierre Ronco Unité INSERM UMR_S 702 Service de Néphrologie et Dialyses, Hôpital Tenon, Paris, France Société Médicale des Hôpitaux 16 mars 2012 Epidémiologie Entre

Plus en détail

Diabète? Le diabète de type 2 : Quels sont les facteurs de risque?

Diabète? Le diabète de type 2 : Quels sont les facteurs de risque? Diabète? Le diabète de type 2 : Quels sont les facteurs de risque? Le diabète de type 2 est une maladie de plus en plus fréquente et aux conséquences graves si elle n est pas correctement soignée. Environ

Plus en détail

Les FDRCV et la schizophrénie. Par Jonathan Bellaiche PARIS 13

Les FDRCV et la schizophrénie. Par Jonathan Bellaiche PARIS 13 Les FDRCV et la schizophrénie Par Jonathan Bellaiche PARIS 13 Cas clinique Motif d hospi: patient âgé de 35 ans hospitalisé pour déséquilibre chronique de son diabète Antécédents: fam=>diabète chez la

Plus en détail

Qu est-ce qu un diabète de type 2?

Qu est-ce qu un diabète de type 2? Qu est-ce qu un diabète de type 2? 1 L OMS a révisé en 2006 les critères diagnostiques du diabète ; le diagnostic de diabète peut être porté dans trois circonstances : Si la glycémie à jeun est égale ou

Plus en détail

LE DIABETE DU SUJET AGE. Congrès Maghrébin d Endocrinologie Diabétologie Alger 2012 Résultats de l étude tunisienne

LE DIABETE DU SUJET AGE. Congrès Maghrébin d Endocrinologie Diabétologie Alger 2012 Résultats de l étude tunisienne LE DIABETE DU SUJET AGE Congrès Maghrébin d Endocrinologie Diabétologie Alger 2012 Résultats de l étude tunisienne Introduction Étude multicentrique nationale portant sur 330 patients diabétique âgés de

Plus en détail

Pré-diabète et diabète de type 2 chez l enfant obèse: mythe ou réalité?

Pré-diabète et diabète de type 2 chez l enfant obèse: mythe ou réalité? Pré-diabète et diabète de type 2 chez l enfant obèse: mythe ou réalité? E. E L O W E E T T. B O U T H O R S D I V I S I O N D E N D O C R I N O L O G I E D I A B É T O L O G I E E T O B É S I T É P É D

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

Qu est-ce que. diabète?

Qu est-ce que. diabète? Association Française des Diabétiques 88, rue de la Roquette, 75544 Paris Cedex 11 Tél. : 01 40 09 24 25 - E-mail : afd@afd.asso.fr Qu est-ce que le? Qu est-ce que le? ➊ ➋ Le, c est quand on a trop de

Plus en détail

Diabète de type 2 Définition et épidémiologie

Diabète de type 2 Définition et épidémiologie Diabète de type 2 Définition et épidémiologie Christine ROBIDA Octobre 2006 http://www.fmc-tourcoing.org http://www.formunof.org http://www.rdo-lille.org Diabète de type 2 = DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Glycémie

Plus en détail

Caractéristiques du diabète du sujet âgé. Pierre CUNY Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition CHR Metz - Thionville

Caractéristiques du diabète du sujet âgé. Pierre CUNY Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition CHR Metz - Thionville Caractéristiques du diabète du sujet âgé Pierre CUNY Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition CHR Metz - Thionville 03 décembre 2009 1. Considérations générales 2. Notions épidémiologiques 3. Physiopathologie

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

flash point : diabete

flash point : diabete flash point : diabete Pr Jacques Philippe Genève Pr Roger Lehmann Zurich Vignette 1 : Diabète chutes et malaises Situation initiale du patient : Homme 73 ans, diabète depuis 18 ans, thérapie avec la metformine

Plus en détail

ACTUALISATION DES CONNAISSANCES EN DIABETOLOGIE

ACTUALISATION DES CONNAISSANCES EN DIABETOLOGIE ACTUALISATION DES CONNAISSANCES EN DIABETOLOGIE Docteur Pierre CUNY Pôle n 8 Coordinateur des Unités Médicales du Service d Endocrinologie-Diabétologie du CHR Metz-Thionville Unité Technique, Thérapeutique

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

DÉPISTAGE DE L AOMI DOCUMENT D INFORMATION POUR LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE MÉDECINE VASCULAIRE

DÉPISTAGE DE L AOMI DOCUMENT D INFORMATION POUR LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE MÉDECINE VASCULAIRE DOCUMENT D INFORMATION POUR LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES DÉPISTAGE DE L AOMI des pas pour la vie Campagne pour la prévention de l'artériopathie des membres inférieurs SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE MÉDECINE VASCULAIRE

Plus en détail

Parcours de soins dans la MRC

Parcours de soins dans la MRC Dr FINIELZ Paul 06/2013 Parcours de soins dans la MRC Février 2012 qu est ce que la maladie rénale? destruction progressive des reins sans aucun signe ressenti par le patient quel est le rôle du rein?

Plus en détail

Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne

Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne Colloque Cœur et Travail, Paris, 17 novembre 2011 1er poste de mortalité: infarctus, AVC, IVG 1er poste de morbidité: HTA, Angor, insuffisance cardiaque, arythmies

Plus en détail

DOULEURS et AMPUTATION DE MEMBRE. Amiens, 23 et 24 mai 2013

DOULEURS et AMPUTATION DE MEMBRE. Amiens, 23 et 24 mai 2013 DOULEURS et AMPUTATION DE MEMBRE Amiens, 23 et 24 mai 2013 Causes d amputation Ischémies non revascularisables Traumatismes graves Infections et lésions chroniques Déformations non appareillables Certaines

Plus en détail

Actualités sur la prise en charge du diabète. Docteur Fabienne MESSAOUDI Centre Hospitalier de Versailles

Actualités sur la prise en charge du diabète. Docteur Fabienne MESSAOUDI Centre Hospitalier de Versailles Actualités sur la prise en charge du diabète Docteur Fabienne MESSAOUDI Centre Hospitalier de Versailles Diabète gestationnel: nouvelles recommandations 2010 Définition Trouble de la tolérance aux glucides,

Plus en détail

ATELIER PIED DIABÉTIQUE : ASPECT DIABETOLOGIQUE

ATELIER PIED DIABÉTIQUE : ASPECT DIABETOLOGIQUE 1 ère journée régionale d infectiologie de Picardie 11 Décembre 2014 ATELIER PIED DIABÉTIQUE : ASPECT DIABETOLOGIQUE DR ETIENNE JUSTINIEN SERVICE DIABÉTOLOGIE CH COMPIÈGNE PIED DIABÉTIQUE PEC complexe

Plus en détail

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé 1. PROMOTEUR : UFCV 2. SOURCES Référentiel hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé : UFCV 2003 Référentiel

Plus en détail

MARQUEURS CARDIAQUES TROPONINE HYPERSENSIBLE PEPTIDES NATRIURETIQUES : BNP NT-PRO BNP

MARQUEURS CARDIAQUES TROPONINE HYPERSENSIBLE PEPTIDES NATRIURETIQUES : BNP NT-PRO BNP MARQUEURS CARDIAQUES TROPONINE HYPERSENSIBLE PEPTIDES NATRIURETIQUES : BNP NT-PRO BNP TROPONINE Exploration maladie coronarienne : ASAT, LDH, CK totale et CKMB ne sont plus indiqués (non spécifiques) Troponine

Plus en détail

Vignette 1 : Du risque au diagnostic, quelles suites à donner?

Vignette 1 : Du risque au diagnostic, quelles suites à donner? Vignette 1 : Du risque au diagnostic, quelles suites à donner? Patiente de 42 ans avec ATCD récent de syndrome coronarien aigu H.T.A traitée par inhibiteur de canaux calciques et -bloquant Hyperlipidémie

Plus en détail

L3 S6 Nutrition, Santé & APS. Modalités de la matière

L3 S6 Nutrition, Santé & APS. Modalités de la matière L3 S6 Nutrition, Santé & APS Modalités de la matière Volume horaire et répartition : 10h : 5 CM programmés 1 fois/semaine le lundi de 8h à 10h Contenu : Connaître les causes et le traitement du diabète

Plus en détail

RISQUE NUTRITIONNEL Maladies de Surcharge et Diabète Sucré dans les Pays en développement. JC Cuisinier-Raynal Gessnet Bordeaux

RISQUE NUTRITIONNEL Maladies de Surcharge et Diabète Sucré dans les Pays en développement. JC Cuisinier-Raynal Gessnet Bordeaux RISQUE NUTRITIONNEL Maladies de Surcharge et Diabète Sucré dans les Pays en développement 1 Épidémiologie 2 Surcharge pondérale (IMC) OMS : charge morbide attribuable : % AVCI perdues 3 Surcharge pondérale

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse)

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse) Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2007 ; 19, n 3 : 152-9 Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.205.197 le 11/08/2017. Traitement médicamenteux du diabète de

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

1. Suivi biologique réalisé en milieu libéral 1.1. Hémoglobine glyquée (HbA1c)

1. Suivi biologique réalisé en milieu libéral 1.1. Hémoglobine glyquée (HbA1c) Version 2/12/213 DIABÈTE EN DRÔME-ARDÈCHE Le suivi des patients diabétiques est approché dans ce chapitre par la proportion des patients diabétiques traités ayant bénéficié de remboursements relatifs aux

Plus en détail

Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger

Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger 6 ème congrès national de la SAMEV Hilton : 23-25 Avril 2015 Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger

Plus en détail

LE SYNDROME METABOLIQUE.

LE SYNDROME METABOLIQUE. LE SYNDROME METABOLIQUE. (D après Mme le Dr. Tostivint. FMC \ AFU \ CFC \ 1-2/12/2011) PLAN Définition Risques cardio-vasculaires Implications dans la survenue et la récidive lithiasique Chez qui le chercher?

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Bon Pied Bon Œil. Fabienne ELGRABLY Cochin-Port-Royal Paris.

Bon Pied Bon Œil. Fabienne ELGRABLY Cochin-Port-Royal Paris. Fabienne ELGRABLY Cochin-Port-Royal Paris. FAMP 21 JANVIER 2017 Le «Diabétique» Bon Pied Bon Œil Conflits d intérêts Je n ai aucun conflit d intérêt dans le cadre de cette présentation. Invitations congres

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail