Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire"

Transcription

1 Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire disponible sur divers supports

2 Ce document ainsi que les autres publications de l Office des transports du Canada sont disponibles sur notre site Web : Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec l Office : Office des transports du Canada Ottawa (Ontario) K1A 0N9 Téléphone : ATS : Télécopieur : Courriel : Site Web : N o de catalogue TT4-20/2011F-PDF ISBN Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Canada août 2011

3 Table des matières Remerciements... i Résumé de la méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire... ii 1.0 Introduction Principes du son Catégories de signaux sonores Descripteurs et mesures du niveau sonore pour des événements de bruit non impulsif Descripteurs et mesures du niveau sonore pour des événements de bruit impulsif Principales sources de bruit ferroviaire Méthodes recommandées pour la mesure et la présentation d un rapport sur le bruit Méthode A : Estimation simplifiée Méthode B : Évaluation basée sur des modèles prédictifs Méthode C : Évaluation basée sur des mesures sur le terrain et des modèles prédictifs Procédures de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit pour les méthodes B et C Pour plus d information Définitions Documents de référence Annexe A Méthode simplifiée d estimation Annexe B Suggestions pour la collecte des renseignements clés Annexe C Exemples de disposition des tableaux à présenter dans l analyse Annexe D Facteurs correctifs pour les caractéristiques du son... 80

4 Remerciements La présente Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire a été rédigée en collaboration avec le Comité consultatif technique sur le bruit et les vibrations de l Office des transports du Canada, dont les membres représentent l industrie, les citoyens, les municipalités et les organismes gouvernementaux qui ont des compétences dans le domaine du bruit et des vibrations. Les membres de ce comité ont fourni des commentaires précieux pendant toute la préparation et la révision de la méthodologie. Membres Grete Bridgewater Nick Coleman Patrick Charpentier Joanne Couture Irvin Graham Stephen Keith Mike Lowenger Tom Lowrey David Michaud Marc Prévost Adam Thompson John W. van den Bosch Bill Wiles Compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada Agence métropolitaine de transport Ville de Montréal Représentant des citoyens Santé Canada Association des chemins de fer du Canada Transports Canada Santé Canada Transports Canada Fédération canadienne des municipalités Représentant de matériel ferroviaire Ville de Markham Un remerciement particulier au groupe de travail, composé de Nick Coleman, Patrick Charpentier, Stephen Keith et John W. Van den Bosch, qui a collaboré étroitement avec le personnel de l Office pendant tout le projet. Le personnel de l Office remercie également John Bradley du Conseil national de la recherche pour ses commentaires à une version antérieure de ce document. i

5 Résumé de la méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire L Office des transports du Canada est habilité, en vertu de la Loi sur les transports au Canada (LTC), à régler les différends relatifs au bruit et aux vibrations liés à la construction ou à l exploitation des chemins de fer qui relèvent de sa compétence. En octobre 2008, l Office a publié ses Lignes directrices sur la résolution des plaintes relatives au bruit et aux vibrations ferroviaires. Ces lignes directrices énoncent les mesures de coopération auxquelles les parties doivent se conformer avant que l Office procède à une enquête sur une plainte. Elles établissent également les éléments dont tient compte l Office lorsqu il doit déterminer la conformité d une compagnie de chemin de fer aux dispositions de la LTC concernant le bruit et les vibrations, et la marche à suivre pour déposer une plainte, de même que les renseignements à soumettre. Ces lignes directrices sont accessibles sur le site Web de l Office à l adresse : Il existe différentes méthodes pour évaluer les différents types de bruit dans différents environnements. La présente Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire (méthodologie) a été rédigée en tant que complément aux lignes directrices pour guider les compagnies de chemin de fer, les citoyens et les municipalités dans l évaluation du bruit ferroviaire dans le cadre d une plainte relative au bruit devant l Office. La méthodologie définit la marche à suivre pour évaluer les niveaux de bruit que produisent des installations ferroviaires existantes ou des installations en construction. L Office pourra utiliser la méthodologie pour examiner les évaluations de bruit sur lesquelles il devra rendre une décision. La section 1 passe en revue les principes du son, présente les descripteurs appropriés pour différents types de son et décrit les différents types de bruit qui sont liés à la construction et à l exploitation de chemins de fer. La section 2 présente trois méthodes qui sont adaptées à la complexité du bruit ferroviaire à l origine du différend. La méthode A est une méthode de calcul rapide et facile qui est conçue pour des situations simples dans lesquelles les sources de bruit sont peu nombreuses. Les méthodes B et C sont recommandées pour les activités ferroviaires qui sont de nature complexe et qui comportent de multiples sources de bruit. La méthode B se concentre sur la prévision du bruit pour en évaluer les impacts tandis que la méthode C emploie simultanément des mesures sur le terrain et des modèles prédictifs pour évaluer les impacts du bruit. La Section 4 fournit la définition des termes employés pour l évaluation du bruit. Que l évaluation soit basée sur la méthode simplifiée ou l une des deux méthodes plus complètes, elle devra suivre la démarche générale que décrit l ordinogramme ci-dessous. ii

6 Ordinogramme des méthodes proposées pour la mesure et la présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire Introduction et contexte Identifier et décrire la source de bruit ferroviaire à l origine du différend. Décrire l environnement sonore (bruit ambiant non associé aux activités ferroviaires à l origine du différend. Mesurer et analyser l environnement sonore du bruit ambiant existant (dans la méthode A, une estimation du bruit ambiant est suffisante). Évaluation des activités ferroviaires Mesurer/prédire les niveaux sonores du bruit ferroviaire à l origine du différend, en utilisant la méthode A, B ou C de la section 2. Les méthodes comprennent généralement une évaluation absolue ou une évaluation des changements relatifs. Inclure les paramètres et les hypothèses du modèle, de même que des exemples de calcul, le cas échéant. Évaluation des impacts Pour une évaluation absolue, comparer le bruit à l environnement ambiant et à différents critères ou différentes lignes directrices. Pour une évaluation des changements relatifs, comparer le changement d un scénario à un autre et décrire le changement de niveau sonore. Analyser les mesures/prévisions. Discuter des résultats. Conclusions et recommandations Énoncer les conclusions et recommandations qui découlent de l évaluation des activités ferroviaires et de leur impact. Selon la nature des recommandations, décrire les moyens d atténuation proposés et les résultats attendus. Pour tout moyen d atténuation proposé, fournir une analyse de la faisabilité technique, financière et opérationnelle, en incluant les coûts d exploitation et d entretien. Le rapport sur le bruit doit décrire clairement le ou les récepteurs de bruit, le bruit ferroviaire qui est à l origine du différend, la zone environnante, le bruit de fond ou bruit ambiant, en spécifiant la méthode de prévision employée (le cas échéant) et tous les paramètres de départ. Si des mesures ont été prises sur le terrain, ces mesures doivent être présentées en annexe sous forme de tableaux. iii

7 1.0 Introduction En juin 2007, le Parlement a édicté des modifications à la Loi sur les transports au Canada (LTC) qui habilitent l Office, un tribunal administratif quasi judiciaire du gouvernement fédéral, à régler les plaintes relatives au bruit et aux vibrations liés à la construction ou à l exploitation des chemins de fer qui relèvent de sa compétence. En octobre 2008, l Office a publié ses Lignes directrices sur la résolution des plaintes relatives au bruit et aux vibrations ferroviaires (lignes directrices). Ce document a été conçu pour aider les personnes, les administrations municipales et les compagnies de chemin de fer à régler les plaintes relatives au bruit et aux vibrations. Les lignes directrices énoncent: les mesures de coopération auxquelles les parties doivent se conformer avant que l Office procède à une enquête ou à une audience sur une plainte; les éléments dont tient compte l Office lorsqu il doit déterminer la conformité d une compagnie de chemin de fer aux dispositions de la LTC concernant le bruit et les vibrations; la marche à suivre pour déposer une plainte de même que les renseignements à soumettre. Ces lignes directrices s appliquent aux compagnies de chemin de fer de compétence fédérale ainsi qu aux sociétés de transport publiques, y compris les administrations de transport de banlieue. Les lignes directrices s appliquent à toute forme de bruit ou de vibrations produits pendant la construction et l exploitation d un chemin de fer. Par exemple, il peut s agir du bruit occasionné par le passage de trains ou le fonctionnement au ralenti des locomotives, du bruit lié aux manœuvres, ou du bruit occasionné par la compression ou «l allongement» des trains. Les lignes directrices traitent des différends liés au bruit et aux vibrations produits par des activités ferroviaires existantes ou par des infrastructures en construction. Elles sont accessibles sur le site Web de l Office à l adresse : Avant d effectuer une évaluation du bruit produit par un chemin de fer de compétence fédérale, le lecteur est invité à consulter les lignes directrices. Entre autres aspects, les lignes directrices décrivent les mesures de coopération auxquelles les parties doivent se conformer pour satisfaire aux exigences de la LTC, la marche à suivre pour déposer auprès de l Office une plainte relative au bruit ferroviaire, et les éléments qui seront pris en compte pour régler les plaintes. Pour ce qui est des projets qui requièrent l approbation de l Office conformément au paragraphe 98(1) de la LTC, les compagnies de chemin de fer doivent évaluer les effets 1

8 environnementaux potentiels, y compris les questions concernant le bruit et les vibrations. Il existe de nombreuses méthodes pour évaluer le bruit provenant de différentes sources dans différents environnements. La présente Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire (méthodologie) a été rédigée pour guider les compagnies de chemin de fer, les citoyens et les municipalités qui désirent procéder à une évaluation du bruit dans le cadre d une enquête de l Office portant sur le bruit. Cette méthodologie a pour but de clarifier et d uniformiser l évaluation du bruit ferroviaire, en établissant la marche à suivre pour l évaluation du bruit. L Office pourra utiliser la méthodologie pour examiner les évaluations de bruit ferroviaire sur lesquelles il devra rendre une décision. De nombreuses normes et lignes directrices ont été élaborées concernant le bruit et les vibrations. Certaines municipalités et provinces ont élaboré des normes sur les niveaux de bruit acceptables qui ont été intégrées à des règlements, des politiques ou des lignes directrices. L Office peut tenir compte de ces normes et lignes directrices dans ses délibérations, mais n y est pas lié. L Office n a pas établi de norme sur les niveaux de bruit acceptables pour les chemins de fer mais il détermine ce qui est raisonnable dans chaque cas. Ce qui est raisonnable dans certaines circonstances peut ne pas l être dans d autres. Il est à noter que le sifflet des trains qui sert à des fins de sécurité pour avertir du passage d un train constitue une exigence législative du Règlement d exploitation ferroviaire du Canada (REF) administré par Transports Canada (TC) en vertu de la Loi sur la sécurité ferroviaire, L.R.C., 1985, ch. 32 (4 e suppl.) [LSF]. Cette exigence est décrite à la règle 14 du REF qu on peut consulter sur le site Web de TC à l adresse Principes du son Dans sa forme la plus simple, le son est une succession d ondes ou d oscillations de pression (énergie) qui se déplacent dans un milieu fluide comme l air. Ces ondes de pression font vibrer le tympan et créent ainsi la sensation du son. Le bruit se définit comme un son indésirable. Par exemple, un certain type de musique peut être considéré comme un son agréable par une personne et comme un bruit agaçant par une autre. Les acousticiens emploient généralement les termes de son et de bruit comme synonymes. Les ondes sonores se caractérisent par leurs propriétés générales, à savoir la fréquence, la longueur d onde, la période, l amplitude (intensité), la vitesse et le sens de transmission. Les vibrations de l air ou les sons dont les fréquences se situent dans la plage approximative de 20 à hertz sont généralement perceptibles par les êtres 2

9 humains. Le décibel (db) est un rapport logarithmique entre une valeur et le niveau de pression de référence de 20 µpa. 1 Toutefois, en pratique, le niveau de référence est généralement implicite. Le sonomètre est l instrument le plus répandu pour la mesure des niveaux sonores. Le sonomètre le plus simple se compose d un microphone, d un filtre de pondération de fréquence, d un convertisseur de niveau d énergie (moyenne quadratique ou détecteur rms) et d un indicateur logarithmique. Les sonomètres plus perfectionnés incorporent des filtres normalisés de bandes d octave ou de fractions de bande d octave, et fournissent des mesures additionnelles et des possibilités d analyse. Le contenu fréquentiel d un signal sonore peut être évalué par différents types d analyse de fréquence afin de déterminer les contributions relatives des différentes composantes fréquentielles à l ensemble du son. Il est également possible de reproduire approximativement par de simples pondérations fréquentielles les effets combinés de différentes fréquences qui peuvent être perçues comme du bruit. Pour représenter une telle pondération, le symbole du décibel est accompagné d un suffixe, par exemple dba ou dbc. Les lettres A ou C qui suivent l abréviation db (dba ou dbc) désignent la fonction de réponse fréquentielle qui filtre les sons captés par le microphone du sonomètre. Lorsque le son n est ni filtré ni pondéré, l unité de mesure employée est le db sans suffixe ou suivi de la lettre Z (dbz). La fonction de réponse fréquentielle ou caractéristique de pondération (ce qui signifie que certaines fréquences sont assignées plus de poids ou d importance que d autres) sert à accentuer ou désaccentuer les sons selon leur niveau par rapport à d autres. Les êtres humains sont généralement moins sensibles aux sons à basse fréquence. Le réseau de pondération A tient compte de cette caractéristique de la perception humaine en éliminant les sons à basse fréquence. La pondération C est parfois utilisée pour évaluer les impacts des bruits à basse fréquence et a une réponse fréquentielle quasi uniforme avec un minimum de filtrage. Le choix d une unité de mesure du niveau sonore et d un instrument de mesure dépend généralement de l application. 2 Le Tableau 1 ci-dessous donne quelques exemples des niveaux de bruit typiques que perçoit l oreille humaine. 1 Le niveau de pression acoustique de 20 micropascals est le niveau le plus bas que peut percevoir une personne moyenne. 2 L unité de mesure la plus répandue pour la plupart des bruits ferroviaires est le dba car cette unité correspond approximativement à la réaction de l oreille humaine au bruit ferroviaire. 3

10 Tableau 1 : Niveaux de bruit typiques* Source de bruit Niveau sonore (dba) Décollage d un avion à réaction à 60 mètres 120 Scie circulaire à main, à 1 mètre 115 Décollage d un avion à réaction à 600 mètres 100 Tondeuse à gazon électrique à 1 mètre Tailleuse de haie à 1 mètre 85 Moulin à café à 1 mètre Personne qui chante fort à 1 mètre 75 Machine à coudre à 1 mètre Train de voyageurs qui circule à 60 km/heure à 20 mètres 65 Séchoir à cheveux à 1 mètre Conversation typique à 1 mètre 55 Tondeuse à cheveux à 1 mètre 50 Chambre à coucher 35 * La plupart des niveaux sonores décrits ci-dessus proviennent du site Web du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail (CCHST), consulté en décembre 2010 (CCHST 2010), et de la Directive 38 de l Energy Utilities Board (EUB) de l Alberta, intitulée Noise Control, 2007 (EUB 2007). La grande majorité des normes relatives au bruit sont basées sur des niveaux sonores qui utilisent l équivalent d énergie de niveau d exposition au bruit, en décibels à pondération A (valeur L eq en dba), pendant une période de temps définie. La valeur L eq (24 h), par exemple exprime le niveau d exposition au bruit pendant une journée complète de 24 heures. Certaines normes emploient un descripteur d événement unique de bruit, basé sur un niveau de bruit maximum (L max ). Les concepts de niveau sonore L eq et L max sont illustrés dans la figure 1 ci-dessous. Le diagramme représente le passage d une seule locomotive et le passage d un poids lourd sur une période de 60 secondes. 4

11 Figure 1 : Exemple des concepts L eq et L max Au moment du passage d un train, le niveau sonore L eq (1 s) augmente jusqu à 85 dba et baisse jusqu à dba pendant les pauses du trafic. Le passage du poids lourd fait monter le niveau L eq (1 s) jusqu à 77 dba pendant une brève période, après quoi le niveau baisse à environ dba. Dans ce cas, le calcul de la valeur L eq (60 s) [valeur équivalente d énergie à un niveau d exposition sonore pendant une période de 60 secondes] est égal à 75 dba. La valeur L max pour le passage du train est égale à 85 dba. Cet exemple démontre que des événements uniques de bruit, comme le passage d un train, peuvent être prédominants pour le calcul de la valeur L eq. Pour tenir compte du fait que l inconfort provoqué par le bruit est plus élevé pendant la nuit, l Environmental Protection Agency des É.-U. (U.S. EPA) a mis au point une unité de mesure du niveau sonore jour-nuit, dont le symbole est L dn (EPA, 1974). Le niveau sonore L dn est semblable au niveau L eq (24 h), sauf pour une correction additionnelle de 10 db qui est ajouté au niveau L dn pour le bruit nocturne (de 22 h à 7 h). Il en résulte que la mesure de bruit L dn est généralement supérieure à la valeur L eq cumulative pour une même période de 24 heures (dans la mesure où les niveaux sonores horaires pendant la nuit sont similaires aux niveaux sonores pendant le jour, faute de quoi la correction n est pas significative). Comme les niveaux sonores sont basés sur une échelle logarithmique, il est impossible de les additionner ou de les soustraire directement. Par exemple, si une locomotive produit un niveau sonore de 80 dba et si une seconde locomotive identique est placée à côté de la première, le niveau sonore produit par les deux locomotives s élève à 5

12 83 dba et non à 160 dba. Le Tableau 2 ci-dessous présente une méthode simplifiée d addition de niveaux sonores, dont la précision est d environ 1 db. Tableau 2 : Méthode simplifiée d addition de décibels Différence numérique entre deux niveaux sonores (en db) Ajouter la valeur ci-dessous au niveau de bruit le plus élevé 0-1 db db db 1 10 db ou plus 0 Règle générale, lorsque la différence est de 10 db ou plus, aucune correction n est nécessaire car la contribution totale du niveau sonore le plus bas est négligeable par rapport au niveau sonore le plus élevé. Les deux principaux aspects du bruit ferroviaire sont les suivants : bruit à basse fréquence 3 produit par des locomotives diesel; bruit impulsif à haute intensité qui résulte de l accouplement de voitures ou d une manœuvre de trains dans laquelle plusieurs voitures s arrêtent et repartent. De tels sons à haute intensité peuvent avoir sur les structures un effet qui peut être perçu comme une vibration du bâtiment. La section 4 contient d autres définitions des termes techniques employés dans le présent document. 1.2 Catégories de signaux sonores Les signaux sonores sont généralement répartis entre les catégories suivantes : a. niveaux sonores stables (comme le bruit produit par l équipement de ventilation associé aux infrastructures ferroviaires); b. niveaux sonores stables mais intermittents (comme le bruit de trains qui fonctionnent au ralenti sur une voie principale); c. niveaux sonores qui varient dans le temps (comme un passage de train ou un certain nombre de passages pendant une période prédéfinie); 3 L abréviation LFN (Low Frequency Noise) est parfois employée pour désigner le bruit à basse fréquence. 6

13 d. signaux sonores impulsifs, composés d une ou de plusieurs impulsions (comme les bruits produits par la manœuvre, l accouplement, l arrêt et le départ de trains). La catégorie de sons influe sur le mode de mesure, les réglages du sonomètre à utiliser et la présentation éventuelle des descripteurs et autres données. Les figures 2 et 3 ci-dessous montrent le classement typique des différents événements sonores, à savoir bruit stable, intermittent, variable dans le temps et bruit impulsif. Figure 2 : Classement typique d événements sonores bruit stable, intermittent, variable dans le temps et bruit impulsif 7

14 Figure 3 : Diagramme temporel typique de signaux sonores impulsifs 1.3 Descripteurs et mesures du niveau sonore pour des événements de bruit non impulsif Voici la liste des principaux descripteurs de niveau sonore pour des événements de bruit non impulsif : niveau sonore à pondération A (instantané) qui sert à la mesure et à la prévision du bruit; niveau sonore maximum (L max ) qui sert à la mesure et à la prévision du bruit pendant un seul événement; niveau d exposition sonore (SEL), qui décrit le niveau sonore moyen d un seul événement à des fins de mesure et de prévision du bruit (équivalent de la valeur L eq mais normalisé sur une base temporelle d une seconde); niveau sonore équivalent (L eq ), qui est une mesure employée pour décrire l exposition cumulative d un récepteur (durée/nombre d événements) de tous les événements de bruit pendant une certaine période de temps, à des fins d évaluation de la conformité (p. ex. une heure, une journée de 16 heures, une nuit de 8 heures ou une journée de 24 heures). C est le descripteur le plus couramment utilisé à des fins d évaluation des impacts; 8

15 niveaux sonores statistiques (L n% ), qui décrivent le pourcentage de fois que le niveau sonore est dépassé, par exemple L 1%, L 10%, L 50%, L 90%, L 95%, etc.; niveau sonore jour-nuit (L dn ), qui équivaut à la moyenne du niveau sonore à pondération A pendant une journée de 24 heures, après ajout de 10 décibels aux niveaux sonores qui se produisent pendant la nuit, de 22 h à 7 h. 1.4 Descripteurs et mesures du niveau sonore pour des événements de bruit impulsif Il n existe pas de consensus quant aux critères de mesure et d évaluation des bruits impulsifs. Le bruit impulsif est un signal sonore de brève durée (généralement moins d une seconde), dont l intensité est particulièrement élevée, dont l attaque est brusque et la décroissance rapide et dont la composition spectrale a tendance à évoluer rapidement. Certaines activités ferroviaires produisent des bruits impulsifs. Mentionnons notamment l accouplement de voitures pour l assemblage d un train, la réaction longitudinale des voitures (compression et allongement) au moment du démarrage ou immédiatement avant l arrêt d un train, la manœuvre des voitures dans les cours de triage et sur les voies d évitement, de même que les travaux exécutés dans les ateliers de réparation. La figure 3 qui précède présente un diagramme temporel typique de bruits impulsifs. Pour évaluer l inconfort que peut causer le bruit impulsif, il peut être important de tenir compte des paramètres mesurables suivants : surpression de crête, temps de montée, durée, spectre et énergie du bruit impulsif. Diverses autorités se fient à différentes normes pour la mesure et l évaluation du bruit impulsif, notamment sur l usage du niveau de crête non pondéré maximum dbz pk (linéaire), du niveau dbc pk, de la réponse impulsionnelle non pondérée maximum dbz i (linéaire), de la réponse impulsionnelle à pondération A maximum dba i (les événements peuvent être considérés indépendamment ou groupés sur la base d une moyenne logarithmique). 4 Certaines administrations utilisent simplement l unité de mesure dba en réglant le sonomètre à la réponse rapide, ce qui correspond à l unité dbz f. L usage de l une quelconque de ces unités de mesure peut être considéré comme acceptable, dans la mesure où les résultats sont également exprimés en dba i. 4 En Ontario, après une recherche approfondie qui a été effectuée vers la fin des années 70, l unité de mesure dba i a été adoptée pour la mesure de signaux de bruit impulsif, avec la possibilité d utiliser le niveau dba i maximum (L max en dba i ) ou la moyenne logarithmique d un groupe spécifié d événements impulsifs (mesure appelée L LM en dba i ). 9

16 La norme CAN/CSA-ISO 1996 (CSA 2005) et la norme ANSI S12.7 (R2006) (ANSI 2006) fournissent un complément d information sur le bruit impulsif, de même que sur ses modes de mesure et de correction. 1.5 Principales sources de bruit ferroviaire Les paragraphes qui suivent décrivent les principales sources de bruits qui découlent des activités de construction et d exploitation des chemins de fer Activités de construction Équipement motorisé et véhicules, comprenant les signaux sonores de marche arrière. Activités manuelles, comprenant soudage, martelage, chute d objets métalliques, etc. Équipement de télécommunications et radios d avertissement qui entourent les aires ou les équipes de construction. Communications entre les employés de chemins de fer (ce qui comprend les cris). Projets de construction majeurs de longue durée, comprenant les sauts-demouton. Battage de pieux. Dynamitage Activités d exploitation Passage de trains sur des voies tangentielles. Déplacements de train sur des courbes de la voie ferrée qui peuvent faire crisser les roues. Fonctionnement au ralenti de locomotives pendant de longues périodes sur des lignes de chemins de fer, des voies d évitement ou dans des cours de triage Trains en attente à des endroits spécifiques ou désignés pour la traversée d une autre voie, ou en attente d un signal, d un inspecteur ou d un changement d équipe; bruits de sifflement qui précèdent les mouvements d un train. Passage de trains sur des discontinuités de la voie ferrée, comme des dispositifs d aiguillage, des cœurs, des travaux spéciaux sur la voie, des boîtes chaudes, des pièces traînantes, des détecteurs de défaut de roue, des joints de signalisation, des passages à niveau et autres infrastructures ferroviaires. 10

17 Équipement de déneigement pour les dispositifs d aiguillage dans les cours de triage et le long des corridors (en particulier sur les voies ferrées où le trafic est relativement élevé, à proximité de passages à niveau). Dispositifs d avertissement sonore de tous genres, qu ils soient montés sur un train ou placés à proximité de passages à niveau. Activités d exploitation dans les cours de triage, comprenant les arrêts et départs de trains, l assemblage de trains, la manœuvre de voitures (aiguillage), les freins de voie, l usage de dispositifs de signalisation, les travaux de réparation. Activités d exploitation d une gare intermodale, comprenant le transfert de conteneurs. Succession rapide de trains de banlieue, en particulier pendant les heures de pointe du matin et de l après-midi. Déplacements de train non planifiés, par suite de pannes des installations ou de l équipement nécessitant des changements dans les modes d exploitation, dont le réacheminement de trains. Les voies ferrées qui nécessitent des réparations (joints lâches, rails irréguliers, affaissement du sol) peuvent augmenter le bruit des activités décrites ci-dessus. Une augmentation du trafic ferroviaire peut également faire augmenter le bruit. 2.0 Méthodes recommandées pour la mesure et la présentation d un rapport sur le bruit 5 La présente section décrit les méthodes recommandées pour l évaluation, la mesure et la présentation d un rapport sur des niveaux sonores. Certaines des méthodes d évaluation présentées nécessitent l usage d équipement spécialisé et l application de procédures techniques relativement complexes. Dans les cas de différends qui nécessitent de l équipement spécialisé et des calculs du bruit, il est recommandé que l évaluation soit effectuée par un spécialiste de l acoustique reconnu. Les enquêtes sur le bruit ferroviaire peuvent être complexes et présenter de multiples facettes. Dans le but de mettre en place une méthode complète et cohérente 5 Les méthodes recommandées n ont pas été conçues pour la prévision de l impact du bruit ferroviaire sur des projets de développement résidentiel futurs qui seront adjacents à des installations ferroviaires existantes, ni pour l homologation des niveaux sonores de nouveaux véhicules ferroviaires. 11

18 d évaluation des bruits, le présent document décrit les principales méthodes pour déterminer les niveaux sonores que produisent les activités ferroviaires à l origine d un différend. L ordinogramme de la figure 4 résume les méthodes recommandées. La méthode A est une méthode de calcul rapide et facile qui est conçue pour des situations simples dans lesquelles les sources de bruit sont peu nombreuses. Les méthodes B et C sont recommandées pour les activités ferroviaires qui sont de nature complexe et qui comportent de multiples sources de bruit. La méthode B se concentre sur les prévisions du bruit pour en évaluer les impacts, tandis que la méthode C emploie simultanément des mesures sur le terrain et des modèles prédictifs pour évaluer les impacts du bruit. Lorsqu une enquête est entreprise pour régler un différend concernant le bruit produit par une certaine exploitation ferroviaire, la méthode privilégiée consiste à se fier aux résultats de mesures des niveaux sonores prises sur le terrain, complétées par des techniques analytiques, si cela est jugé nécessaire. Toutes les parties ont intérêt à ce que les mesures prises sur le terrain soient complétées par des prévisions des niveaux sonores. Figure 4 : Survol des méthodes de détermination des niveaux sonores Détermination des niveaux sonores Méthode A : Estimation simplifiée Méthode B : Évaluation basée sur des modèles prédictifs Méthode C : Évaluation basée sur des mesures sur le terrain et des modèles prédictifs 2.1 Méthode A : Estimation simplifiée La méthode d estimation simplifiée a pour but de fournir aux parties une méthode de calcul rapide et facile permettant de prédire les impacts potentiels du bruit. Cette méthode n est pas recommandée pour les activités ferroviaires qui sont de nature complexe et qui comportent de multiples sources de bruit. 12

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement 1/21 MESURES de BRUIT Installations d enrobage Plate-forme LABENNE (40) RAPPORT DE MESURAGE Bruit ambiant et émergences RAPPORT DE MESURAGE Mesures réalisées le 17/10/2013 2/21 SOMMAIRE Page Conclusions

Plus en détail

Descripteurs acoustiques des espaces paysagers. Quelques éléments

Descripteurs acoustiques des espaces paysagers. Quelques éléments Descripteurs acoustiques des espaces paysagers Quelques éléments Acoustique des espaces paysagers Le confort acoustique dans les espaces paysagers Éléments d appréciation Une ambiance sonore modérée mais

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le bruit

Ordonnance sur la protection contre le bruit Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB) Modification du 23 août 2006 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 15 décembre 1986 sur la protection contre le bruit 1 est modifiée comme

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 23 juillet 2013 modifiant l arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement des infrastructures

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

DEVIS SPÉCIAL (PARTIE TECHNIQUE)

DEVIS SPÉCIAL (PARTIE TECHNIQUE) N o contrat : DEVIS SPÉCIAL (PARTIE TECHNIQUE) N o document : 103 Unité administrative Direction de l Île-de-Montréal Plans et devis d'ingénierie Objet des travaux Gestion du bruit N o dossier N o projet

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE TABLE DES MATIÈRES 1. TITRE

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

Rapport de conformité

Rapport de conformité Rapport de conformité Bay Ferries Limited disponible sur divers supports Ce document ainsi que les autres publications de l Office des transports du Canada sont disponibles sur notre site Web : www.otc.gc.ca.

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Construction des lignes de chemin de fer Un outil d information

Construction des lignes de chemin de fer Un outil d information Construction des lignes de chemin de fer Un outil d information Disponible sur divers supports Ce document ainsi que les autres publications de l Office des transports du Canada sont disponibles sur notre

Plus en détail

Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999

Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999 Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Décision d'approbation de modèles n 99.00.861.002.2 du 9 septembre 1999 Direction de l'action régionale et de la

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Tests de rendement provinciaux de l Alberta. Mathématiques. année. Connaissances et employabilité. Points saillants sur l évaluation 2014-2015

Tests de rendement provinciaux de l Alberta. Mathématiques. année. Connaissances et employabilité. Points saillants sur l évaluation 2014-2015 Points saillants sur l évaluation 2014-2015 Connaissances et employabilité 9 e année Tests de rendement provinciaux de l Alberta Mathématiques Ce document est principalement destiné au(x) : Élèves Enseignants

Plus en détail

Projet Akasaba Ouest. Ateliers thématiques Mars-avril 2015

Projet Akasaba Ouest. Ateliers thématiques Mars-avril 2015 Projet Akasaba Ouest Ateliers thématiques Mars-avril 2015 Patrice Choquette, ing., M.Sc.A. - Chef d Équipe Ahmed Meknaci, M.Sc.A. Assistant de projet 2 Acousticiens Maîtrise en acoustique et vibrations

Plus en détail

Règlement sur l accessibilité du transport aérien résumé

Règlement sur l accessibilité du transport aérien résumé Règlement sur l accessibilité du transport aérien résumé Disponible sur divers supports L information contenue dans cette brochure est une description générale des dispositions du Règlement sur les transports

Plus en détail

Environnement sonore d'un parc éolien

Environnement sonore d'un parc éolien Développement durable de l énergie éolienne Environnement sonore d'un parc éolien Quelques éléments exerçant une influence sur l'intensité du bruit produit et perçu Le bruit généré par la production d'énergie

Plus en détail

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après.

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après. Ministère de l Environnement et des Gouvernements locaux Directive pour les carrières de sable et de gravier OBJECTIF L objectif du présent document est de fournir de l information et des directives aux

Plus en détail

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094 Note éducative Prise en compte d une provision pour frais d administration dans les états financiers des régimes publics d assurance pour préjudices corporels Commission d indemnisation des accidents du

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014

ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014 ROULEZ ÉLECTRIQUE Cadre normatif 14 janvier 2014 Ce document a une valeur légale. Il prévaut sur les dépliants et les autres renseignements publiés sur le programme Roulez électrique. Entrée en vigueur

Plus en détail

IV. CAPACITE ET VITESSE

IV. CAPACITE ET VITESSE IV. CAPACITE ET VITESSE EN FONCTION DE LA GEOMETRIE DES ROUTES ET DES TUNNELS ROUTIERS IV.1. Introduction Cette partie traite des différents mouvements de la circulation à l intérieur d un tunnel routier

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

M. Mario Ratté MULTI-CAISSES INC. 350, rue Fortin Québec (Québec) G1M 1B1

M. Mario Ratté MULTI-CAISSES INC. 350, rue Fortin Québec (Québec) G1M 1B1 Vérification d une cabine de traduction Dossier CRIQ 670-44255R1 Rapport technique M. Mario Ratté MULTI-CAISSES INC. 350, rue Fortin Québec (Québec) G1M 1B1 MARC ST-ARNAUD CONSEILLER INDUSTRIEL MONTRÉAL,

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE Décret n 2006-1099 du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage, modifiant le décret du 18/04/05. En application de la loi Bruit de 1992, le code

Plus en détail

Sécurité des machines Machines à laser. Partie 3:

Sécurité des machines Machines à laser. Partie 3: NORME INTERNATIONALE ISO 11553-3 Première édition 2013-03-15 Sécurité des machines Machines à laser Partie 3: Méthodes de mesure et de réduction du bruit des machines à laser, des dispositifs de traitement

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

IRIS International Railway Industry Standard

IRIS International Railway Industry Standard Français Addendum 19 Juin 2008 IRIS International Railway Industry Standard Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text

Plus en détail

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1 Fiche technique n 1 Pompes à Chaleur & environnement acoustique Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur Association Française pour les Pompes A Chaleur 1 1 Puissance et pression acoustique

Plus en détail

2. Généralité sur le Processus de l EIE

2. Généralité sur le Processus de l EIE 2 2. Généralité sur le Processus de l EIE 2.1 Quel est le but du processus de l eie? Le processus de l Etude d Impact Environnemental (EIE) est une procédure interdisciplinaire et en plusieurs étapes pour

Plus en détail

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 6 Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 Contrôle technique de la continuité de l assurance d une TOE certifiée Août 2005 ii Version

Plus en détail

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion française É VALUATION DE R EADING, DE LA LECTURE ET

Plus en détail

Exemples d application

Exemples d application Exemples d application Pour que vous puissiez tester les méthodes décrites ci-dessous, commencez par copier sur votre disque dur les exemples de bruits contenus dans le dossier Soundsamples qui se trouve

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7 POLITIQUE 309 Page 1 de 7 Objet : Programmes de français langue seconde En vigueur : Le 21 avril 1994 Révisions : Le 25 octobre 2001; juillet 2009 1.0 OBJET La présente politique établit les normes relatives

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

SRP-2.01-SP-11NNNN-008

SRP-2.01-SP-11NNNN-008 APPROUVÉ POUR UTILISATION INTERNE Rév. 000 Dossier n o 2.01 E-Docs n o 3407129 PROCÉDURES D EXAMEN POUR LE PERSONNEL : Demande de permis de préparation de l emplacement pour une nouvelle centrale nucléaire

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation

5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation 5 CARTOGRAPHIE 5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation Le Centre de traitement des demandes de localisation exploite un système d information utilisant des bases de données

Plus en détail

ETABLISSEMENTS DIFFUSANT DE LA MUSIQUE AMPLIFIEE GUIDE POUR LA REALISATION DES ETUDES D IMPACT DES NUISANCES SONORES

ETABLISSEMENTS DIFFUSANT DE LA MUSIQUE AMPLIFIEE GUIDE POUR LA REALISATION DES ETUDES D IMPACT DES NUISANCES SONORES ETABLISSEMENTS DIFFUSANT DE LA MUSIQUE AMPLIFIEE GUIDE POUR LA REALISATION DES ETUDES D IMPACT DES NUISANCES SONORES GUIDE Application du décret n 98-1143 du 15 décembre 1998 document élaboré par : Préfecture

Plus en détail

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Commune du Département de l'oise P.L.U Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Document Établi le 20 septembre 2013 Le

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 169-11 SUR LES USAGES CONDITIONNELS DE LA VILLE DE CAUSAPSCAL

RÈGLEMENT NUMÉRO 169-11 SUR LES USAGES CONDITIONNELS DE LA VILLE DE CAUSAPSCAL RÈGLEMENT NUMÉRO 169-11 SUR LES USAGES CONDITIONNELS DE LA VILLE DE CAUSAPSCAL MODIFIÉ PAR : Règlement numéro 192-13 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 LES DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.1

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

Gestion des lixiviats

Gestion des lixiviats Gestion des lixiviats OPTIONS DE GESTION DES LIXIVIATS MÉTHODOLOGIE En tenant compte de la gestion et du traitement des lixiviats qui se font actuellement dans d autres sites d enfouissement des déchets

Plus en détail

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage.

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. COLLECTES SELECTIVES FICHE D'INFORMATION GEDEC N 4 (août 2006) Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. L aménagement

Plus en détail

Exploitation technique des aéronefs

Exploitation technique des aéronefs Normes et pratiques recommandées internationales Extraits de l'annexe 6, Partie I concernant la gestion des risques lies à la fatigue Annexe 6 à la Convention relative à l aviation civile internationale

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE PROJET D AMÉNAGEMENT D UN CENTRE DE STOCKAGE DE SEDIMENTS Commune de Bessines-sur-Gartempe Maître d Ouvrage AREVA Etablissement de Bessines 1, Avenue du Brugeaud 87250 Bessines

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Communication dans un réseau informatique INF-2101-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Communication dans un réseau informatique INF-2101-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Communication dans un réseau informatique INF-2101-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition

Plus en détail

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie,

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie, Le 31 janvier 2013 Objet : Information concernant le choix de report de l impôt sur le revenu à l intention des actionnaires résidant au Canada détenteurs d actions d AbbVie Inc. suivant la scission de

Plus en détail

DONS ET PRÊTS D ŒUVRES D ART À LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET CRÉATION, COMPOSITION ET MANDAT DU COMITÉ DES ŒUVRES D ART

DONS ET PRÊTS D ŒUVRES D ART À LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET CRÉATION, COMPOSITION ET MANDAT DU COMITÉ DES ŒUVRES D ART Cour Pimale Internationale Le Greffe - International Criminal Court - The Registry Administrative Instruction Instruction administrative Réf. ICC/AI/2015/003 Date : 18 mai 2015 DONS ET PRÊTS D ŒUVRES D

Plus en détail

Cadastre du bruit routier - Notice explicative

Cadastre du bruit routier - Notice explicative Direction générale de l environnement (DGE) Direction de l environnement, Chemin des Boveresses 155 1066 Epalinges Cadastre du bruit routier - Notice explicative 1. Introduction Les nuisances sonores dues

Plus en détail

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 La présente Instruction contient des dispositions générales pour le processus

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Ligne Paris Granville

Ligne Paris Granville Ligne Paris Granville Travaux entre Dreux et Surdon 11/06/2015 Frédéric Davanture Ingénieur Consultant Table des matières 1. Introduction... 3 2. Travaux prévus en Dreux et Surdon... 3 2.1. Description

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans

Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans Recommandations ayant trait à la qualité acoustique des produits de construction utilisés dans les écrans Les recommandations relatives à la

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Annexe 6 : Etude acoustique BEAUDET

Annexe 6 : Etude acoustique BEAUDET Annexe 6 : Etude acoustique BEAUDET RAPPORT D ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT Projet de renouvellement urbain Commune du Cheylard (07) Chantier de démolition d immeubles d habitations Établi

Plus en détail

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Edms 335722 CERN CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE A 8 Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Table des matières 1 Base juridique 2 Objet 3

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS Service Hygiène et sécurité VOIRIE Fiche 1 CHANTIERS Janvier 2009 LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE De nombreux travaux ou interventions réalisés au sein de la collectivité (élagage des arbres, réseaux d

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

Vitesse et distance d arrêt

Vitesse et distance d arrêt Vitesse et distance d arrêt Mathématiques 3e Compétences du Répertoire des connaissances et des comportements des usagers de l espace routier Connaître les risques liés aux conditions météo (freinage,

Plus en détail

REGLEMENTATION DES FRAIS DE MISSION

REGLEMENTATION DES FRAIS DE MISSION REGLEMENTATION DES FRAIS DE MISSION Les conditions de remboursement et les pièces justificatives Délibération du 27/02/2009 L article 7 du décret n 2006-781 du 3 juillet 2006 fixant les conditions et les

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Objet SURVEILLANCE DE LA CONFORMITÉ POSTÉRIEURE AUX ALIÉNATIONS

Objet SURVEILLANCE DE LA CONFORMITÉ POSTÉRIEURE AUX ALIÉNATIONS Ontario Ministère des Richesses naturelles Objet SURVEILLANCE DE LA CONFORMITÉ POSTÉRIEURE AUX ALIÉNATIONS Directive TP 9.01.02 Rédigé par - Direction Terres et Eaux Section Gestion des terres Remplace

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2011

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2011 RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DU 30 SEPTEMBRE 2011 D'APPROBATION DU CVÉ : 26/02/2009 1. Réévaluer la Politique d intervention (PI) de manière à clarifier ses objectifs; à modifier des éléments pour

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS COGECO est une société de portefeuille diversifiée qui exerce des activités de câblodistribution, de télécommunication et de radiodiffusion

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef opérateur du son Version 1 «Chef opérateur du son» APPELLATION(S) DU METIER Ingénieur du son (en prise de son) DEFINITION DU METIER Le chef opérateur du son assure les prises de son sur les lieux

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail