Nutrition et cancer colorectal. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nutrition et cancer colorectal. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003"

Transcription

1 Nutrition et cancer colorectal Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003

2 Nutrition et cancer colo rectal Le cancer colorectal continue à être un problème majeur de santé publique à travers le monde. Aux Etats unis, environ nouveaux cas sont diagnostiqués annuellement et personnes en meurent chaque année. Il reste la seconde cause de décès par cancer dans les pays occidentaux.

3 Nutrition et cancer colo rectal rôle protecteur sur la survenue du cancer colorectal: régime riche en fruits et légumes, riche en fibres, et pauvre en calories et en graisses d origine animales. calcium, de la vitamine D, des folates, de la vitamine E, des fibres, de sélénium et de l ail

4 Nutrition et cancer colo rectal Facteurs de risque du cancer colorectal: données épidémiologiques: la consommation de viandes rouges (bœuf, porc, mouton) et de graisses animales augment le risque de cancer colique. Un régime contenant moins de 40 grammes de graisses animales par jour est associé à une risqué deux fois moindre de cancer colique qu un régime contenant plus de 65 grammes par jour

5 Les fibres: leur heure de gloire ArizonaPolypTrial: est-elle passée? 1300 sujets, deux groupes (18 et 28 g de fibres/j): même récurrence des adénomes à 3 ans National Polyp Trial: 1900 sujets, alim riches en fibres vs contrôles: même récurrence des adénomes à 3 ans Alberts D, et al. Lack of effect of a high-fiber cereal supplement on the recurrence of colorectal adenomas. New Engl J Med 2000;342: Schatzkin A, et al. Lack of effect of a low-fat, high-fiber diet on the recurrence of colorectal adenomas. New Engl J Med 2000;342:

6 Rôle du calcium et de la vitamine D quelques données épidémiologiques étude d intervention:randomisée, prospective et contrôlée, 1200 mg de calcium vs placebo pendantplusieurs années. Après 5 ans: 15% de polypes en moins dans le groupe recevant du calcium par rapport au groupe placebo Baron J, et al. Calcium supplements for the prevention of colorectal adenomas. New Engl J Med 1999;340;:

7 L acide folique et prévention du cancer colorectal 18 études épidémiologiques: un déclin de l ordre de 50 à 60% d adénomes et de cancers colorectalchez des patients dont le régime était enrichi enfolates comparés à des contrôles dont le régime était pauvre en folates. 4 études d intervention randomisées sont en cours avec comme variable d intérêt la récurrence de polype et/ou des marqueurs moléculaires de prolifération

8 Antioxydants:données controversées rôle préventif demicronutriments comme la vitamine C ou les caroténoïdes serait explicable principalement à la consommation de régime riche en végétaux. vitamine E les données sont aussi mitigées. C est un exemple où les données observationnelles ont apporté des hypothèses intéressantes mais qui, une fois testées dans des études d intervention ne sont pas confirmées

9 Antioxydants:données controversées Il n y a actuellement pas de données validées qui justifient la consommation de hautes doses d antioxydants dans la prévention du cancer colorectal.

10 Le sélénium prometteur? grosse étude prospective et randomisée chez l homme a apporté 200 µg de sélénium en supplément quotidien versus placebo pendant plusieurs années: un déclin de 25% d incidence du cancer a été observé dans le groupe recevant le sélénium devrait être confirmée par d autres études Clark L, et al. Effects of selenium supplementation for cancer prevention in patients with carcinoma of the skin. J Am Med Assoc 1996;276:

11 Ail? Une large étudeobservationnelle(the Iowa Women's Health Study)(6) avait montré que la consommation d ail pouvait avoir un effet protecteur sur le cancer colorectal. Des études animales supportent cette hypothèse en mettant en évidence le rôle d un composé actif dérivé de l ail alliumisothiocyanate. Steinmetz K, et al. Vegetables, fruit and colon cancer in the Iowa Women's Health Study. Am J Epidemiol 1994;139: 1-15

12 Alcoolet Caféïne pas assez de données pour prouver que l alcool est un facteur de risque indépendant l excès chronique d alcool peut inhiber de manière spécifique le métabolisme de l acide folique au niveau du colon café et le thé, les données disponibles actuellement sont de type observationnelles et ne sont pas suffisamment convaincantes que pour en tirer des recommandations particulières dans le cadre de la prévention du cancer colorectal

13 : THOM favoriser une consommation riche en fruits et légumes (au moins 5 prises par jour, en favorisant les aliments frais plutôt que cuits), augmenter la consommation de fibres de blé et diminuer la consommation de viandes rouges et de graisses animales. Des suppléments de poly vitamines comprenant 400µg de folateset de la vitamine D peuvent également être prescrits. Enfin, il est raisonnable de conseiller une prise de 1200 mg de calcium élément par jour et de 200 µg de sélénium

C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg, N. Druesne Pecollo, P. Latino Martel, et M. Touvier

C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg, N. Druesne Pecollo, P. Latino Martel, et M. Touvier Étude prospective des liens entre consommation de viande rouge et de charcuterie et risque de cancer du sein Modulation par une supplémentation en antioxydants C. Pouchieu, M. Deschasaux, S. Hercberg,

Plus en détail

Nutrition et pression artérielle. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003

Nutrition et pression artérielle. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Nutrition et pression artérielle Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Framingham Study Blood pressure and age BP (mmhg) 160 150 Systolic BP 140 130

Plus en détail

La chimioprévention du cancer colorectal

La chimioprévention du cancer colorectal La chimioprévention du cancer colorectal Le cancer colorectal demeure une des causes les plus importantes de mortalité et de morbidité au Canada. En fait, seul le cancer du poumon est actuellement une

Plus en détail

David Faeh Fred Paccaud

David Faeh Fred Paccaud Habitudes alimentaires et maladies cardiovasculaires en Suisse David Faeh Fred Paccaud Berne, le 9 juin 2006 1 1400 m o r t a l i t é p o u r 1 0 0' 0 0 0 h a b i t a n t s 1200 1000 800 600 400 200 0

Plus en détail

Facteurs de risque et prévention

Facteurs de risque et prévention Facteurs de risque et prévention Congrès s sur le cancer de la prostate Montréal, 18 novembre 2005 François Meyer Taux d incidence d et de mortalité pour le cancer de la prostate au Canada 2005 180 160

Plus en détail

Chimioprévention du cancer colorectal

Chimioprévention du cancer colorectal Chimioprévention du cancer colorectal De l aspirine pour exemple Robert Benamouzig Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne Bobigny, France FMC HGE 18/03/2012 Comment éviter de développer un cancer

Plus en détail

Compléments alimentaires : bénéfiques ou délétères?

Compléments alimentaires : bénéfiques ou délétères? Compléments alimentaires : bénéfiques ou délétères? Dr Mathilde Touvier, PhD, HDR Camille Pouchieu, Philippine Fassier, Ludivine Ursule, Manon Egnell Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON

EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON Séminaire de DES du 08/02/2008 Anne BOURRIER CC DANS LE MONDE Elevé Moyen Bas Données Insuffisantes FIGURE 7 Age-standardized Incidence Rates for

Plus en détail

L'alimentation des seniors

L'alimentation des seniors L'alimentation des seniors Et le bien vieillir Mercredi 27 novembre 2013 Relation à long-terme entre l alimentation globale et les performances cognitives : Résultats de l étude SU.VI.MAX Dr Monique Ferry

Plus en détail

Performance de la coloscopie

Performance de la coloscopie Performance de la coloscopie Le temps de retrait est il un bon marqueur? Jean François Bretagne Rennes Coloscopie : gold standard de l examen du côlon Oui, mais 1. Environ 5% des patients avec CCR ont

Plus en détail

Les bénéfices santé. Cancer colo-rectal

Les bénéfices santé. Cancer colo-rectal Les bénéfices santé Cancer colo-rectal De plus en plus de données suggèrent que le lait et les produits laitiers ont un rôle protecteur vis à vis du cancer colo-rectal. En ce qui concerne en particulier

Plus en détail

RCH comment prévenir le cancer colorectal? Philippe Seksik Service de Gastro-entérologie Hôpital Saint-Antoine Paris

RCH comment prévenir le cancer colorectal? Philippe Seksik Service de Gastro-entérologie Hôpital Saint-Antoine Paris RCH comment prévenir le cancer colorectal? Philippe Seksik Service de Gastro-entérologie Hôpital Saint-Antoine Paris Risque de colorectal cancer les MICI Familial 10-30% Sporadic 65-85% 1 1 Hereditary

Plus en détail

Nutrition et Ostéoporose

Nutrition et Ostéoporose Objectifs Nutrition et Ostéoporose Que faut-il savoir? Savoir conseiller une alimentation adéquate pour prévenir l ostéoporose Identifier les patients à risque Intégrer à une consultation au cabinet une

Plus en détail

Alimentation 2 4 Ans. Dr Decline

Alimentation 2 4 Ans. Dr Decline Alimentation 2 4 Ans Dr Decline 14/12/2016 Répartition des repas chez l'enfant de 1 à 3 ans Répartition de la Valeur Energétique 30% 15% 408 Kcal 204 Kcal 340 Kcal 408 Kcal 25% 30% Petit Déjeuner Déjeuner

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

Consommation de viande et risque de cancer?

Consommation de viande et risque de cancer? Consommation de viande et risque de cancer? Etat des lieux et décryptage des éléments mis en avant en santé publique ALIMENTATION ET CANCER Les principaux rapports 2 Les rapports du Fonds Mondial contre

Plus en détail

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM)

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) Brighton T, Eikelboom J, Mann K et al. Low-dose aspirin

Plus en détail

Dr François PEIN. Département de Recherche Thérapeutique, CLCC Nantes-Atlantique, René Gauducheau 3 février 2009

Dr François PEIN. Département de Recherche Thérapeutique, CLCC Nantes-Atlantique, René Gauducheau 3 février 2009 Dr François PEIN Département de Recherche Thérapeutique, CLCC Nantes-Atlantique, René Gauducheau 3 février 2009 L incidence du Cancer n a cessé d augmenter de 1968 à 2002 Oui! De 50 à 60% Mais les maladies

Plus en détail

Alimentation et risque de cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis 15 octobre 2007

Alimentation et risque de cancer du sein. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis 15 octobre 2007 Alimentation et risque de cancer du sein M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis 15 octobre 2007 Épidémiologie: définitions Incidence d un cancer: nombre de nouveaux cas de cancer survenant

Plus en détail

NUTRITION EN RESTAURATION SCOLAIRE EXIGENCES REGLEMENTAIRES. Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation

NUTRITION EN RESTAURATION SCOLAIRE EXIGENCES REGLEMENTAIRES. Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation NUTRITION EN RESTAURATION SCOLAIRE EXIGENCES REGLEMENTAIRES Nicole MINATCHY - Frédérique STEIN DAAF de la Réunion / Service Alimentation EXIGENCES REGLEMENTAIRES EN RESTAURATION SCOLAIRE Décret n 2011-1227

Plus en détail

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque?

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? Avez-vous été opéré(e) d un cancer ou d un gros polype du côlon ou du rectum? OUI NON Avez-vous un ou des parents proches (frères,

Plus en détail

Guide nutrition pour concilier plaisir & équilibre

Guide nutrition pour concilier plaisir & équilibre Guide nutrition pour concilier plaisir & équilibre Votre alimentation, c est votre santé! L évolution des comportements alimentaires en France fait de la nutrition un enjeu national et une priorité de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 ACIDE FOLIQUE CCD 0,4 mg, comprimé (boîte de 30) Laboratoire CCD acide folique Date de l AMM : 8 janvier 2002 Motif

Plus en détail

Viande rouge : toujours d actualité!

Viande rouge : toujours d actualité! Viande rouge : toujours d actualité! Yves Beckers Unité Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège yves.beckers@ulg.ac.be Huy 14 décembre 2012 1 Viande rouge : toujours d actualité! Confronter

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 mai 2003 SPECIAFOLDINE 0,4 mg, comprimé (boîte de 28) THERAPLIX acide folique (vitamine B9) Date de l AMM : 24 février 2003 Motif

Plus en détail

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage PREVENTION Le côlon est la partie du tube digestif qui est comprise entre l anus et la dernière anse de l intestin grêle (appelé aussi iléon). Dans le langage courant, on désigne le côlon sous le terme

Plus en détail

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline Notions De Base En Nutrition Dr Decline 14/12/2016 Composition Du Repas Répartitions Lipides : 25 à 30 % Glucides : 50 à 55 % Protides : 25 a 30 % Répartition des principaux Nutriments Lipides Glucides

Plus en détail

Yves Beckers Unité Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège Thorambais-Les-Béguines 19 février 2013

Yves Beckers Unité Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège Thorambais-Les-Béguines 19 février 2013 Quelle place pour la viande rouge dans nos assiettes? Yves Beckers Unité Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège yves.beckers@ulg.ac.be Thorambais-Les-Béguines 19 février 2013 La place de

Plus en détail

Clostridium difficile Prévention et traitement des rechutes

Clostridium difficile Prévention et traitement des rechutes Journée Maurice Rapin 01 Octobre 2010 Clostridium difficile Prévention et traitement des rechutes JR Zahar Hygiène Hospitalière Necker Enfants Malades Plan de la présentation Epidémiologie des rechutes

Plus en détail

Consommation glucidique, conséquences métaboliques et diabète

Consommation glucidique, conséquences métaboliques et diabète Centre Hospitalier de Luxembourg 27 octobre 2016 Consommation glucidique, conséquences métaboliques et diabète PrNicolas PAQUOT Service de Diabétologie, Nutrition et Maladies métaboliques Département de

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand

Plus en détail

Thérapies non conventionnelles et SEP Régimes alimentaires

Thérapies non conventionnelles et SEP Régimes alimentaires Journée Rhônalpine d Information sur la SEP Lyon 27 septembre 2014 Thérapies non conventionnelles et SEP Régimes alimentaires Docteur Géraldine ANDRODIAS Médecin coordonnateur Réseau Rhône-Alpes SEP Traitements

Plus en détail

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec

LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN. Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec LA NUTRITION ET LE CANCER DU SEIN Élisabeth-Anne Hébert Dt.P Cancer du sein Mise à jour 2010 Vendredi 1 er octobre 2010 Centre des Congrès de Québec Aucun conflit d intérêt déclaré. BUTS Informer sur les

Plus en détail

EUROPAC-2. Prise en charge des douleurs pancréatiques chroniques ou récidivantes au cours des pancréatites génétiques ou sans cause connue

EUROPAC-2. Prise en charge des douleurs pancréatiques chroniques ou récidivantes au cours des pancréatites génétiques ou sans cause connue EUROPAC-2 Prise en charge des douleurs pancréatiques chroniques ou récidivantes au cours des pancréatites génétiques ou sans cause connue Dr Vinciane Rebours, Pr Philippe Ruszniewski Hôpital BEAUJON Service

Plus en détail

Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route.

Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route. Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route. Claire DUFOUR Unité Sécurité et Qualité des Produits d Origine Végétale INRA PACA Avignon 9 octobre 2015 FRUITS & LÉGUMES (F&L):

Plus en détail

Politique sectorielle à l égard de problèmes de santé : exemple de la nutrition.

Politique sectorielle à l égard de problèmes de santé : exemple de la nutrition. Politique sectorielle à l égard de problèmes de santé : exemple de la nutrition Ldauchet@yahoo.fr Politique Sectorielle en matière Diagnostic: de santé publique Définition et mesure du problème (épidémiologie,

Plus en détail

MUCOMYST PRÉ-CORONARO ET NÉPHROPATHIE

MUCOMYST PRÉ-CORONARO ET NÉPHROPATHIE MUCOMYST PRÉ-CORONARO ET NÉPHROPATHIE QUESTION : Est-ce que l administration de Mucomyst avant une coronarographie chez des patients à risque peut prévenir la néphropathie induite par le contraste? AUTEUR

Plus en détail

L alimentation après un cancer Reprendre goût à la vie

L alimentation après un cancer Reprendre goût à la vie A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

L alimentation après un cancer

L alimentation après un cancer A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres infos? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir comment

Plus en détail

Les IPP au long cours sont ils associés à une augmentation. colon) Dr D. Lamarque Unité de gastroentérologie Hôpital Hôtel Dieu Paris

Les IPP au long cours sont ils associés à une augmentation. colon) Dr D. Lamarque Unité de gastroentérologie Hôpital Hôtel Dieu Paris Les IPP au long cours sont ils associés à une augmentation du risque des cancers digestifs (estomac, colon) Dr D. Lamarque Unité de gastroentérologie Hôpital Hôtel Dieu Paris Interaction IPP au long cours

Plus en détail

NUTRITION ET VIELISSEMENT

NUTRITION ET VIELISSEMENT NUTRITION ET VIELISSEMENT Agathe Raynaud-Simon Service de Gériatrie, Hôpital Bichat APHP, Paris Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris 7 Laboratoire de Biologie de la Nutrition, Faculté de Pharmacie,

Plus en détail

FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS

FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS 1 FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS Energétique alimentaire : Le corps humain a besoin d énergie pour accomplir toutes ses fonctions physiologiques, y compris le travail et autres activités, le maintien de

Plus en détail

Avis 9 janvier Laboratoire SANOFI-AVENTIS France. B03BB01 (acide folique et dérivés) Acide folique. Code ATC (2012)

Avis 9 janvier Laboratoire SANOFI-AVENTIS France. B03BB01 (acide folique et dérivés) Acide folique. Code ATC (2012) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 SPECIAFOLDINE 0,4 mg, comprimé plaquette de 28 comprimés (CIP : 34009 361 557 0 1) SPECIAFOLDINE 5 mg, comprimé plaquette de 20 comprimés (CIP : 34009

Plus en détail

Il ne faut pas être un acrobate pour équilibrer son cholestérol

Il ne faut pas être un acrobate pour équilibrer son cholestérol Il ne faut pas être un acrobate pour équilibrer son cholestérol MorEPA cholestérol Maintien d un taux de cholestérol sain* * La monacoline K du riz rouge fermenté contribue au maintien d un taux sanguin

Plus en détail

L'équilibre alimentaire

L'équilibre alimentaire L'équilibre alimentaire entrées sorties POIDS Equilibre alimentaire équilibre alimentaire = couverture des besoins pas de carence pas d'excès équilibre sur la semaine Besoins nutritionnels Sujet sain varie

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMA) est une maladie grave sans traitement qui est l une des principales causes de la cécité acquise chez les Américains âgés. La gravité et l irréversibilité

Plus en détail

Cycle de Conférences : Alimentation et Cancer

Cycle de Conférences : Alimentation et Cancer Cycle de Conférences : Alimentation et Cancer Dr Dorothée CHOCTEAU-BOUJU Oncologie médicale Centre Catherine de Sienne Mardi 4 Avril 2017 04/04/2017 1 1. Recommandations nationales de prévention 2. Nutrition

Plus en détail

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile!

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Notre corps a besoin: de lipides qui apportent de l énergie et permettent la croissance des cellules, de glucides qui donnent de l'énergie,

Plus en détail

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers Bisphosphonates et cancers Erick Legrand CHU et Université, Angers Les traitements de l ostéoporose Activité physique régulière 3 heures par semaine Correction des carences alimentaires en calcium Eviction

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

Table des matières 1. INTRODUCTION Le vieillissement cutané 15

Table des matières 1. INTRODUCTION Le vieillissement cutané 15 141 Table des matières 1. INTRODUCTION 11 2. Le vieillissement cutané 15 1. Sécheresse cutanée 15 Bourrache et hydratation de la peau 17 Ce qu il faut retenir 18 Avoine et hydratation de la peau 18 Remède

Plus en détail

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Changer Ses Choix; Changer Sa Vie Cette présentation est destinée à aider à prendre de meilleures décisions en matière de nutrition afin d'améliorer sa santé.

Plus en détail

Louis BUSCAIL. Facteurs de risque du cancer du pancréas

Louis BUSCAIL. Facteurs de risque du cancer du pancréas Louis BUSCAIL Facteurs de risque du cancer du pancréas Connaître les facteurs de risque environnementaux. Connaître les facteurs de risque familiaux. Connaître les lésions pré-cancéreuses. Savoir qui surveiller

Plus en détail

COMMENT PREVENIR LE DIABETE SUCRE DE TYPE 2?

COMMENT PREVENIR LE DIABETE SUCRE DE TYPE 2? COMMENT PREVENIR LE DIABETE SUCRE DE TYPE 2? Séminaire PointSanté - Balmoral Prof. Jean-Paul THISSEN Service d Endocrinologie et Nutrition, Cliniques universitaires St-Luc - UCL PRÉVALENCE DU DIABÈTE SUCRÉ

Plus en détail

Nutrition et Cancer du sein

Nutrition et Cancer du sein Nutrition et Cancer du sein Anne-Sophie KEMPF Diététicienne - Centre Léon Bérard Lyon Département cancer et environnement Interventions au sein du Centre Léon Bérard : Mise en place d un programme de prise

Plus en détail

BULLETIN NUTRITIONNEL

BULLETIN NUTRITIONNEL ETE 2017 BULLETIN NUTRITIONNEL UNE ALIMENTATION SAINE PENDANT L ETE GRACE AU REGIME MEDITERRANEEN La saison estivale est une excellente occasion pour les diététiciens et les nutritionnistes de recommander

Plus en détail

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour.

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour. I OUI! Riz, pâtes, pommes de terre, pain, légumes secs, les féculents sont la base de notre alimentation et sont nécessaires à chaque repas, en quantités adaptées à l âge et de l appétit de chacun des

Plus en détail

F CTE T U E RS S D E E R IS I Q S U Q E

F CTE T U E RS S D E E R IS I Q S U Q E FACTEURS DE RISQUE ET PREVENTION DU CANCER COLORECTAL FX CAROLI-BOSC CHU ANGERS FACTEURS DE RISQUE INCONTOURNABLES GROUPES A RISQUE TROIS NIVEAUX DE RISQUE Risque moyen Age > 50 ans Risque élevé - Parents

Plus en détail

Viande rouge : toujours d actualité!

Viande rouge : toujours d actualité! Viande rouge : toujours d actualité! Yves Beckers Unité Zootechnie Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège yves.beckers@ulg.ac.be Bièvre 9 novembre 2012 A emporter Alimentation de l homme Aucun aliment

Plus en détail

Sclérose en plaques, alimentation et environnement. Guillaume Mathey CHRU Nancy

Sclérose en plaques, alimentation et environnement. Guillaume Mathey CHRU Nancy Sclérose en plaques, alimentation et environnement Guillaume Mathey CHRU Nancy Femmes Hommes Kotzmani et al, Neurology 2012 Incidence annuelle (/100 000) Femmes Hommes Kotzmani et al, Neurology 2012 Incidence

Plus en détail

Adapter l alimentation

Adapter l alimentation Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - LE CANCER DU SEIN Comment puis-je mieux vivre après? Adapter l alimentation Marie-Paule Vasson, PU-PH Marilyn

Plus en détail

Alimentation saine pour vous et votre famille : Mythes et pistes de solution!

Alimentation saine pour vous et votre famille : Mythes et pistes de solution! Projet: Santé communautaire globale région Saint-John s, TNL Alimentation saine pour vous et votre famille : Mythes et pistes de solution! Natasha McLaughlin, BSc. (Nutr.) Dt. P. Le 20 janvier 2011 ~AU

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2008 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du 8 décembre

Plus en détail

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour!

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! et n a pas de conflits d intérêt Pr Thierry CONROY Chimiothérapie adjuvante des cancers du rectum : le point de la situation Cancers du

Plus en détail

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS.

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. Ò LE RISQUE DEVIENT APPRÉCIABLE VERS 45 ANS ET AUGMENTE AVEC LES DÉCENNIES.

Plus en détail

Alimentation, le petit déjeuner

Alimentation, le petit déjeuner Alimentation, le petit déjeuner Action d éducation et de prévention Séance avec les Secondes SEN Groupe EIE et ASI Généralités sur l alimentation I-LES NUTRIMENTS Les Protéines ==> Nutriments qui composent

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 12 septembre 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «l'évaluation des compléments d

Plus en détail

Alimentation du jeune enfant

Alimentation du jeune enfant Alimentation du jeune enfant I. Alimentation des nourrissons 1. Les besoins alimentaires Besoins nutritionnels moyens : Nouveau-né : 80 cal / Kg 1 er : 120 cal / Kg 3 ème mois : 120 cal / Kg 6 ième : 100

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Informer et accompagner les professionnels de l éducation CYCLES 2 3 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Mettre en œuvre son enseignement dans la classe L équilibre alimentaire et le microbiote Validation

Plus en détail

Une vision moderne de l épidémiologie de la BPCO

Une vision moderne de l épidémiologie de la BPCO C. H. U Hôpitaux de Bordeaux Une vision moderne de l épidémiologie de la BPCO Pr Chantal Raherison Service des Maladies Respiratoires, Bordeaux EA 3672 -ISPED La BPCO : une affection fréquente 3 millions

Plus en détail

Bénéfices antioxydants et anti-inflammatoires de ressources végétales réunionnaises dans le contexte obésité/diabète

Bénéfices antioxydants et anti-inflammatoires de ressources végétales réunionnaises dans le contexte obésité/diabète QualiREG 2016, La Réunion, 30 novembre 2016 Bénéfices antioxydants et anti-inflammatoires de ressources végétales réunionnaises dans le contexte obésité/diabète Pr. Marie-Paule GNTHIER UMR 1188 DéTRI 1

Plus en détail

Colon adjuvant Validé PRODIGE janvier 2014

Colon adjuvant Validé PRODIGE janvier 2014 Colon adjuvant Validé PRODIGE janvier 2014 Etude randomisée aspirine contre placebo dans le cancer du colon avec mutation PI3K de stade III ou II a haut risque (ASPIK French) Titre Investigateur principal

Plus en détail

La nutrition. Jean-Daniel Lalau. Service d Endocrinologie-Nutrition, CHU d Amiens

La nutrition. Jean-Daniel Lalau. Service d Endocrinologie-Nutrition, CHU d Amiens La nutrition Jean-Daniel Lalau Service d Endocrinologie-Nutrition, CHU d Amiens La nutrition dans tous ses états L obésité Les TCA L équilibre nutritionnel Anthropologie de la maladie/nutrition L obésité

Plus en détail

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Etude WHI (Women s Health Initiative) Columbus, Ohio New England Journal of Medecine, Fev 06 Introduction L ostéoporose est responsable de 300000

Plus en détail

Nutrition et cancer : de la prévention aux soins de confort

Nutrition et cancer : de la prévention aux soins de confort Nutrition et cancer : de la prévention aux soins de confort Carole Aubert, Dt.P. Diététiste/nutritionniste CSSS des Sommets, volet centre hospitalier à Ste-Agathe-des-monts Plan de la présentation Formation,

Plus en détail

VITAMINE D ET PERSONNE AGEE ATTEINTE DE CANCER

VITAMINE D ET PERSONNE AGEE ATTEINTE DE CANCER VITAMINE D ET PERSONNE AGEE ATTEINTE DE CANCER Cédric Annweiler, MD, PhD Service de Gériatrie Centre Hospitalier Universitaire d Angers L auteur ne déclare aucun conflit d intérêt avec cette communication.

Plus en détail

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Stanislas Chaussade Université Paris Descartes Département médico chirurgical

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments. Module principal

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments. Module principal L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Module principal L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Qu est-ce qu il y a de nouveau? Qu est-ce que cela signifie au

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Brigitte Coudray diététicienne nutritionniste, Les groupes d aliments Groupes d aliments Produits

Plus en détail

Diversification de l alimentation

Diversification de l alimentation Diversification de l alimentation P. Tounian Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Armand-Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institut de Cardiométabolisme et Nutrition

Plus en détail

Conférence #2. Nutrition du nageur. Prendre soin de son système immunitaire

Conférence #2. Nutrition du nageur. Prendre soin de son système immunitaire Conférence #2 Nutrition du nageur Prendre soin de son système immunitaire Décembre 2014 Stéphanie Ménard, Dt.P Nutritionniste COMMENT RENFORCER SON SYSTÈME IMMUNITAIRE Le système immunitaire est un ensemble

Plus en détail

Centre Inter Services de Santé au Travail GIE regroupant les 5 services de Santé au Travail de la Métropole Lilloise

Centre Inter Services de Santé au Travail GIE regroupant les 5 services de Santé au Travail de la Métropole Lilloise nutrijeu Centre Inter Services de Santé au Travail GIE regroupant les 5 services de Santé au Travail de la Métropole Lilloise Selon le temps dont vous disposez et des consignes qui vous seront proposées,

Plus en détail

)1111, ige. Etude SU,VI.MAX. Etude SU.VI.MAX. Baccalauréat des nutriments. Les admis... Réduire les Graisses Saturées Animales (acide Stéarique)

)1111, ige. Etude SU,VI.MAX. Etude SU.VI.MAX. Baccalauréat des nutriments. Les admis... Réduire les Graisses Saturées Animales (acide Stéarique) , Synthèse Garder un poids idéal en rapport avec son âge et sa taille Eviter les graisses saturées d'origine animale Privilégier la consommation de poissons gras Modérer sa consommation de lait et dérivés

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Pharmanager Development - 46 rue Jean Bodin Angers

Pharmanager Development - 46 rue Jean Bodin Angers 49 ème JAND janvier 2009 Antioxydants et compléments alimentaires Jean-Louis Berta Pharmanager Development - 46 rue Jean Bodin - 49000 Angers Résumé Les antioxydants font l objet de nombreux travaux expérimentaux

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 9. Chapitre 1 LIPIDES Les graisses dans notre alimentation 15

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 9. Chapitre 1 LIPIDES Les graisses dans notre alimentation 15 001-320-BienManger-DER 23/10/07 13:42 Page 311 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 9 Chapitre 1 LIPIDES Les graisses dans notre alimentation 15 INTRODUCTION 17 COMPRENDRE LE CONCEPT DE LIPIDE (GRAISSE/ACIDE

Plus en détail

Quelle chimioprévention du cancer colorectal prescrire en 2012?

Quelle chimioprévention du cancer colorectal prescrire en 2012? Post U (2012) 1-6 Quelle chimioprévention du cancer colorectal prescrire en 2012? Objectifs pédagogiques Connaître la place de l Aspirine et/ ou des anti-inflammatoires (AINS) dans la prévention des polypes

Plus en détail

Bande annonce ARTE Donc, 5 visiteurs sur 6 n ont visionné que la version négationniste Discours habituel du Dr De Lorgeril Le lundi 29 mars 2010 à 01:29, par Mario Desaulniers Bonjour M. de Lorgeril,

Plus en détail

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine,

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques vers l adénocarcinome. Identifier

Plus en détail

Utilisez l étiquetage nutritionnel pour faire des choix alimentaires éclairés

Utilisez l étiquetage nutritionnel pour faire des choix alimentaires éclairés Utilisez l étiquetage nutritionnel pour faire des choix alimentaires éclairés L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments La valeur nutritive La liste des ingrédients Ingrédients: Blé

Plus en détail

Plans de santé : utiles pour la promotion d une d alimentation de qualité? Luc Berghmans le 6 mars 2010

Plans de santé : utiles pour la promotion d une d alimentation de qualité? Luc Berghmans le 6 mars 2010 Plans de santé : utiles pour la promotion d une d alimentation de qualité? Luc Berghmans le 6 mars 2010 1 Les bons plans - Bonne perception du but à atteindre - Stratégies d interventions efficaces - Objectifs

Plus en détail

L ALIMENTATION DU FOOTBALLEUR. Docteur Stéphane CASCUA Médecine et Nutrition du sport

L ALIMENTATION DU FOOTBALLEUR. Docteur Stéphane CASCUA Médecine et Nutrition du sport L ALIMENTATION DU FOOTBALLEUR Docteur Stéphane CASCUA Médecine et Nutrition du sport LA PYRAMIDE ALIMENTAIRE LES FECULENTS Pour courir plus vite, mangez des «vrais sucres lents» Pourquoi «lents»? Pourquoi

Plus en détail

L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE LES HALLES SOLANID - LODÈVE

L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE LES HALLES SOLANID - LODÈVE L ALIMENTATION SANTÉ JEUDI 23 OCTOBRE 2014 - LES HALLES SOLANID - LODÈVE LA CHARTE DES HALLES SOLANID Une origine des produits : frais, de saison, à maturité, prioritairement locaux, de bonnes filières

Plus en détail

Prévenir... par une alimentation équilibrée

Prévenir... par une alimentation équilibrée Prévenir... par une alimentation équilibrée 12 L alimentation, la meilleure alliée pour notre santé Notre alimentation joue un rôle essentiel pour construire notre santé. En revanche, une «alimentation

Plus en détail