INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE"

Transcription

1 INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE

2 DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL leucorrhée physiologique de la femme enceinte: Modifications vaginales PH plus acide Muqueuses violacées Augmentation la sécrétion vaginale et de la desquamation cellulaire : leuco blanchâtres, glaireuses n entrainant aucune irritation, aucune brulure, aucun trouble urinaire Pas de PV Pas de tt

3 Le dépistage et tt des vaginoses en début de grossesse : diminue le tx d accouchements prématurés et de RPM (Np 1) Le dépistage systématique du strepto B entre 34-38sa et tt antibiotique au cours de l accouchement diminue de ¾ le risque infectieux néonatal et le risque d endométrite chez la mère (Np 1)

4 VAGINITES À CANDIDA Fréquent +++ (acidité vaginale pendant la grossesse ) Diagnostic Prurit vulvaire Brulures mictionnelles Vulve, vagin / périnée/ anus : rouge++ Leuco blanchâtres caillebottée Rechercher autre localisation (bouche /ongles) Test a la potasse Antifungique local + tt partenaire Tt buccal qu en cas de localisation digestive Récidives fréquentes (ph ): tt successifs

5 VULVOVAGINITES À TRICHOMONAS Vulve, vagin rouge framboise Leuco abondante, spumeuse, verdâtre, nauséabonde Examen direct: protozoaire avec flagelle Traitement : savon acide Flagyl : 1 ovule pendant 10 j (1 T) Secnol 1 sachet dose unique Traitement du partenaire

6 LEUCORRHÉES À GONOCOQUE 2% femmes enceintes porteuses asymptomatiques Vulve rouge avec urétrite Vagin rouge framboise saignant au contact Leuco jaunes verdâtres PV au labo urètre et col Traitement: EXTENCILLINE U /j IM pendant 4 j ou ROVAMYCINE 4cp x500mg /j /4j Traitement du partenaire après prélèvement +++ Pv de contrôle après tt + sérologie syphilis Collyre érythromycine, tétracycline ou rifampicine à la naissance

7 LEUCORRHÉES À CHLAMYDIAE Chlamydiae trachomatis: mst 5-25 % femmes enceintes sont porteuses Responsable: Accouchements prématurés Rpm Conjonctivite/pneumonie 1 année de vie Vulvite non spécifique Diagnostic bactério sur Pv endocervical (amplification génique) Dépistage systématique non recommandé en France (+ au canada ) Traitement: Erythromycine per os : 2g/j/7j Azithromycine dose unique 1g Amoxicilline 500x3 /j/7jrs Traitement du partenaire Accouchement : collyre erythromycine

8 VAGINOSES BACTÉRIENNES 50 % des vaginites «malodeur vaginale» Garderella vaginalis +/-mobiluncus sp, Bacteroides sp, gram anaerobies, Mycoplasma hominis Hyper desquamation vaginale, parfois réactions allergiques locales Leuco abondantes blanches-grisâtre fluide bulleuse Diagnostic ( 3 critères +) Clinique Test potasse + PH vaginal>4,5 Clue cells Coloration gram Traitement +++ pour diminuer accts prématurés Flagyl per os 1gr/jr/7j ou 2g dose unique Récidives +++ :pv de contrôle tous les trimestres + tt si nécessaire

9 CERVICOVAGINITES A BACTÉRIES PATHOGÈNES OPPORTUNISTES Disparition de la flore +colonisation par certaines bactéries commensales digestives ou bucco-pharyngées Facteurs favorisants (grossesse,ectropion, MST tt ab ) Puis transmission sexuelle possible prurit,leucorrhée, vaginite inflammatoire,ph>5 Diagnostique biologique Gram: disparation flore nle remplacés par cocci gram+ et/ou bacille gram + Culture: strepto B,D,staphylocoque,entérobactérie, mycoplasmes Traitement: Si portage asymptomatique en l absence de risque d accouchement imminent : pas de tt Sinon adapté a l antibiogramme Dépistage systématique strepto B sa :diminue de 75 % infections néonatales et endométrites + tt ab pendant le travail

10 QUAND RÉALISER DES PV CHEZ LA FEMME ENCEINTE? Signes cliniques de vulvo-vaginite MAP RPM Signes IU ou leucocyturie à ECBU négatif Ist chez la femme ou son partenaire Systématiquement en début de grossesse si antécédent d accouchement prématuré (recherche de vaginose ) Systématiquement entre 34 et 38 sa pour rechercher le strepto B

Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes. digestive, oropharyngée et cutanée

Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes. digestive, oropharyngée et cutanée Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes Flore diverse provenant de la sphère digestive, oropharyngée et cutanée Écosystème très fragile

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne)

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Professeur Roland Quentin Département de Microbiologie Médicale et Moléculaire, EA 3854 «Bactéries et

Plus en détail

Infections gynécologiques basses

Infections gynécologiques basses Infections gynécologiques basses Prélèvements AFMC 17 février 2011 Géry COUROUBLE Laboratoire André Lescaroux 1 Pourquoi ce sujet? -«La réalisation correcte du prélèvement conditionne l exactitude du résultat»

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

1. DIAGNOSTIC POSITIF

1. DIAGNOSTIC POSITIF Module 7 - Edition 2004 - Item 95 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus : HPV Herpes simplex virus : HSV Virus de l hépatite B : VHB Virus de l immunodéficience

Plus en détail

Veille sanitaire N 56 - Vaginose. bacterienne

Veille sanitaire N 56 - Vaginose. bacterienne Veille sanitaire N 56 - Vaginose Page 1 / 6 bacterienne Date d application : GEN-COM1-ENR007-62 Version : 1.1 2017-09-12 Bonjour, C est la rentrée! Peu d activité épidémiologique encore, profitons du répit

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie LEUCORRHÉES D. Vexiau-Robert, R. Viraben, M. Janier,

Plus en détail

LES ENDOMETRITES EN MATERNITE

LES ENDOMETRITES EN MATERNITE LES ENDOMETRITES EN MATERNITE Dr AM DUMAS Centre Hospitalier Lyon Sud Endométrite du post-partum partum Complication la + fréquente Morbidité et même mortalité non négligeable, en France Nécessité d un

Plus en détail

Dr Saidani Mabrouka Laboratoire de Microbiologie-Hôpital Charles Nicolle STPI 2015

Dr Saidani Mabrouka Laboratoire de Microbiologie-Hôpital Charles Nicolle STPI 2015 PERTES VAGINALES «Algorithme problématique» Dr Saidani Mabrouka Laboratoire de Microbiologie-Hôpital Charles Nicolle STPI 2015 Introduction La prise en charge syndromique des IST: - algorithmes simples,

Plus en détail

Item 88 : Infections génitales de la femme : Leucorrhées (Évaluations)

Item 88 : Infections génitales de la femme : Leucorrhées (Évaluations) Item 88 : Infections génitales de la femme : Leucorrhées (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS QUESTION

Plus en détail

Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire

Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire Amiens, 13 novembre 2013 UE Agents infectieux & hygiène (L3) Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire Dr Raphaël GUIHÉNEUF Assistant Hospitalier-Universitaire Laboratoire de Bactériologie Contexte

Plus en détail

Infections génitales de la femme : Leucorrhées Item 88 - Module 7

Infections génitales de la femme : Leucorrhées Item 88 - Module 7 Objectifs : Infections génitales de la femme : Leucorrhées Item 88 - Module 7 Diagnostiquer une infection génitale de la femme. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi de la patiente.

Plus en détail

Infections utéro-annexielles

Infections utéro-annexielles Cours de DES 18/05/2007 Epidémiologie : En augmentation depuis 20 ans car augmentation de IST 100 000 cas par an en France Incidence : 10 à 13/1000 femmes de 15 à 39 ans Facteurs de risques Notions générales

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing 12 mai 2016 Gr IDIST de la SFD Taper

Plus en détail

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002)

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INTRODUCTION Incidence des sepsis 1 à 4 / naissances vivantes Incidence des infections probables 3 à 8 / naissances Mortalité 10% Séquelles

Plus en détail

Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher?

Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher? Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher? Pr Florence Doucet-Populaire Service de Bactériologie-Hygiène Hôpital Antoine Béclère AP-HP Streptocoque du groupe B (SGB) Streptococcus agalactiae

Plus en détail

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST (INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES) S. Decock IDE, S. Maesen IDE, Dr V. Baclet Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur (SUMIV)

Plus en détail

Item 95 : Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) : Gonococcies, chlamydiose, syphilis (Évaluations)

Item 95 : Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) : Gonococcies, chlamydiose, syphilis (Évaluations) Item 95 : Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) : Gonococcies, chlamydiose, syphilis (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS

Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS Cas cliniques IST adolescents JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS Qques chiffres! Nb de partenaires déclarés par les adolescentes de moins de 19 ans : 2.2! En 2010, 90 % des 15-24 ans déclarent avoir utilisé

Plus en détail

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Valérie 18 ans Vie sexuelle depuis 1 an et demi Pas de préservatif car «avait confiance» Son nouveau partenaire

Plus en détail

Les IST bactériennes

Les IST bactériennes Les IST bactériennes Pr Ag Med Selim ASLI Service de Microbiologie Hôpital militaire principal d instruction de Tunis Faculté de Pharmacie de Monastir Cas clinique N 1 Femme de 28 ans. Consulte pour leucorrhées

Plus en détail

CAT devant des leucorrhées

CAT devant des leucorrhées CAT devant des leucorrhées DR STÉPHANIE LEGRAND CCA GYNÉCOLOGIE MÉDICALE SERVICE DU PR HOCKÉ STEPHANIE.LEGRAND@CHU-BORDEAUX.FR leucorrhées Elles peuvent être le reflet : D une bonne imprégnation hormonale

Plus en détail

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Pourquoi dépister les IST? C est quoi les IST, quels sont leurs risques? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles Virus:

Plus en détail

Date d entrée en vigueur : 15 janvier L ensemble des secteurs d activité de la mission CLSC du CSSS Jeanne-Mance

Date d entrée en vigueur : 15 janvier L ensemble des secteurs d activité de la mission CLSC du CSSS Jeanne-Mance Ordonnance collective Référence à un protocole : Oui Initier un prélèvement vaginal en cas de pertes vaginales anormales en vue de détecter des infections vaginales à Candida albicans, à Trichomonas vaginalis

Plus en détail

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Actualités en infectiologie Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Plan Consommation d antibiotiques Résistance bactérienne Infections urinaires Mise

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

PRÉVENTION DES INFECTIONS MATERNO-FŒTALES À STREPTOCOQUES B ANTIBIOPROPHYLAXIE

PRÉVENTION DES INFECTIONS MATERNO-FŒTALES À STREPTOCOQUES B ANTIBIOPROPHYLAXIE RÉFÉRENTIEL : Prévention des infections materno-fœtales à streptocoques B antibioprophylaxie Page 1/5 RÉFÉRENTIELS D OBSTÉTRIQUE PRÉVENTION DES INFECTIONS MATERNO-FŒTALES À STREPTOCOQUES B ANTIBIOPROPHYLAXIE

Plus en détail

Prescrire, Interpréter, traiter! un ECBU! un Prélèvement Vaginal chez la Femme enceinte!

Prescrire, Interpréter, traiter! un ECBU! un Prélèvement Vaginal chez la Femme enceinte! Prescrire, Interpréter, traiter! un ECBU! un Prélèvement Vaginal chez la Femme enceinte! CNSF le 10 Juin 2014! Roland Quentin! Gynécologue et Microbiologiste! UFR Médecine - Université François Rabelais

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Elisabeth HODILLE Assistante Hospitalo-universitaire Laboratoire de Bactériologie Lyon Sud

INFECTIONS URINAIRES. Elisabeth HODILLE Assistante Hospitalo-universitaire Laboratoire de Bactériologie Lyon Sud INFECTIONS URINAIRES Elisabeth HODILLE Assistante Hospitalo-universitaire Laboratoire de Bactériologie Lyon Sud 14 septembre 2016 Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Objectifs du cours Connaître

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F59 F63 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie INFECTION A CHLAMYDIA TRACHOMATIS N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES

LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES MATERNITE - GYNECOLOGIE LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES I - LES INFECTIONS GENITALES A - INTRODUCTION Première cause de MST (maladie sexuellement transmissible) en France. Les infections à Chlamydia trachomatis

Plus en détail

Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016

Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016 Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016 Dr François Galodé Mathéis, 3 mois - Gêne respiratoire + toux productive depuis le 10 ème jour de vie - Vomissements alimentaires

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Recommandations de bonnes pratiques cliniques Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie Cliquez pour modifier le style

Plus en détail

Prévention des risques fœtaux : Infections bactériennes et grossesse Item 20 - Module 2

Prévention des risques fœtaux : Infections bactériennes et grossesse Item 20 - Module 2 Objectifs : Prévention des risques fœtaux : Infections bactériennes et grossesse Item 20 - Module 2 Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections à risque fœtal. Sommaire 1 - Infection

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

Mycoplasma. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

Mycoplasma. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Mycoplasma Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Bactéries ubiquitaires, dépourvues de paroi, difficiles à cultiver Certaines

Plus en détail

GYNECOLOGIE COURANTE ASPECTS PRATIQUES

GYNECOLOGIE COURANTE ASPECTS PRATIQUES GYNECOLOGIE COURANTE ASPECTS PRATIQUES ! MYCOSES! VAGINOSE! CONDYLOMES! FROTTIS CERVICAL! MENOPAUSE ! MYCOSES! VAGINOSE! CONDYLOMES! FROTTIS CERVICAL! MENOPAUSE Formes cliniques MYCOSES dyspareunie : brûlures

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

LES INFECTIONS URINAIRES Introduction Epidémiologie Diagnostic clinique Physiopathologie Diagnostic bactériologique LES INFECTIONS GENITALES

LES INFECTIONS URINAIRES Introduction Epidémiologie Diagnostic clinique Physiopathologie Diagnostic bactériologique LES INFECTIONS GENITALES Les infections urinaires de l adulte et l enfant (ECN, Module 7: N 93) Les infections génitales de la femme et l homme (Module 7: N 88, N 89, N 95, Module 13 :N 343) LES INFECTIONS URINAIRES Introduction

Plus en détail

Les cystites àrépétition

Les cystites àrépétition Les cystites àrépétition RAPPELS Au moins 4 épisodes par an Compte de Kass: 10.5 (20% n ont pas d infection àce taux et 20% ont une authentique infection pour un taux en dessous 10.3 et 10.4) Si frissons

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2015 Infections sexuellement transmissibles bactériennes Auteurs : Matthieu Eveillard, Anne Doléans-Jordheim, Alban Le Monnier, Nadège Bourgeois-Nicolaos Présentations cliniques et

Plus en détail

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme Mycoplasma Bactéries ubiquitaires, fragiles Classe des Mollicutes Généralités Dépourvues de paroi => Ne prennent pas la coloration de Gram => Résistance naturelle aux ß-lactamines Grande affinité pour

Plus en détail

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) PLAN Introduction I Etiologies et classification des IST II Mode de contamination III Facteurs favorisants IV Etude clinique : = > TDD : Gonococcie a) - Etiologie

Plus en détail

Pathologie de la Vulve. Dr Marion POINGT Service du Professeur Horovitz Maternité B

Pathologie de la Vulve. Dr Marion POINGT Service du Professeur Horovitz Maternité B Pathologie de la Vulve Dr Marion POINGT Service du Professeur Horovitz Maternité B PLAN Vulve normale Pathologie infectieuse Virale Parasitaire Mycosique Vulvite de contact Pathologie dégénérative Lichen

Plus en détail

A. SOTTO & JP. LAVIGNE (Mise ligne 07/04/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

A. SOTTO & JP. LAVIGNE (Mise ligne 07/04/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Physiopathologie des Infections urinaires Albert Sotto Jean Philippe Lavigne mars 2009 Terminologie Épidémiologie Écologie Physiopathologie Diagnostic Plan Principaux syndromes Terminologie Infection urinaire

Plus en détail

AIH Levuroses. Levuroses

AIH Levuroses. Levuroses 30/04/2014 DROUILLY Marie L2 AIH Pr Fenollar 6 pages AIH Levuroses Levuroses Plan A.Aspects cliniques I.Candidose cutanée II.Candidose unguéale III.Candidose muqueuse IV.Candidose cutanéo-muqueuse chronique

Plus en détail

Infections urinaires. JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne

Infections urinaires. JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne Infections urinaires JEDI 22 novembre 2014 Dr S DAVAL CH Saint-Jean-de-Maurienne Melle M 24 ans, aucun antécédent ou traitement vous consulte pour des brûlures mictionnelles, pollakiurie et hématurie macroscopique

Plus en détail

Actualités dans les IST

Actualités dans les IST Actualités dans les IST Nouvelles recommandations thérapeutiques - 22 juin 2017 - Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Bordeaux USC-EA 18 es JNI, 3671 Saint-Malo, Infections

Plus en détail

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro N 158.Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcies, chlamydioses - Diagnostiquer et traiter une gonococcie, une chlamydiose, - Connaître les principes

Plus en détail

Diagnostic de vaginose bactérienne

Diagnostic de vaginose bactérienne Vaginose bactérienne et pathologie obstétricale Par P. MENARD Hôpital Nord, Marseille Illustration/Figure 2. Vaginose bactérienne. La vaginose bactérienne (VB) est un déséquilibre de la flore vaginale.

Plus en détail

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB Le Strepto A n a napas disparu! Les précautions sont toujours d actualité Autour d un cas d endométrite sur AVB Journée Mater du 29 septembre 2016 M.A. Confesson CH Mâcon Introduction Streptocoque A ou

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

L infection bactérienne précoce du nouveau-né

L infection bactérienne précoce du nouveau-né L infection bactérienne précoce du nouveau-né Definition L infection bactérienne précoce du nouveau-né = - infection par une bactérie pathogène - transmission materno-fœtale - révélation au cours des 1

Plus en détail

Les leucorrhées physiologiques /les écoulements vaginaux /proviennent : - de la desquamation vaginale, responsable de leucorrhée laiteuse, peu

Les leucorrhées physiologiques /les écoulements vaginaux /proviennent : - de la desquamation vaginale, responsable de leucorrhée laiteuse, peu G.ROTTINI Les leucorrhées physiologiques /les écoulements vaginaux /proviennent : - de la desquamation vaginale, responsable de leucorrhée laiteuse, peu abondante, opalescente, augmentant en période prémenstruelle

Plus en détail

LES GERMES TRICHOMONAS VAGINALIS

LES GERMES TRICHOMONAS VAGINALIS LES GERMES TRICHOMONAS : 4-35 % CANDIDA ALBICANS : 17-39 % PATHOGÉNIE : RÉPONSE TROP AGRESSIVE DES PNN VAGINOSE BACTÉRIENNE : 22-50 % INFECTIONS GÉNITALES BASSES BANAL (7-72 %) : STAPHYLOCOQUE, COLIBACILLES,

Plus en détail

Bactériologie générale

Bactériologie générale Bactériologie générale I- Qu est ce qu une bactérie? C est un micro-organisme (0,5 à 5 microm) unicellelulaire C est un procaryote puisqu elle n a pas de noyau, le matériel génétique est libre dans le

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE RBP IU adulte JRI Nancy 18 octobre 2008 Choix antibiotiques : principes généraux Critères de choix des schémas

Plus en détail

LES INFECTIONS GENITALES BASSES

LES INFECTIONS GENITALES BASSES LES INFECTIONS GENITALES BASSES L'examen clinique. L'interrogatoire : La femme consulte pour des leucorrhées (physiologique, pathologique) ; demander la date d'apparition, la couleur, l'odeur, l'abondance.

Plus en détail

IST : un risque pour le nouveau-né?

IST : un risque pour le nouveau-né? Centre d appui pour la prévention des infections associées aux soins Auvergne Rhône Alpes IST : un risque pour le nouveau-né? 2 ème journée nouveau-né 19 octobre 2017 Dr Pascal FASCIA Introduction Données

Plus en détail

ACTIVITES D UNE SAGE- FEMME DE PMI EN CPEF. Cécile Wallart, PMI de la Vienne (86), CPEF de Châtellerault Journées de l ANSFT 9 et 10 juin 2016 ARRAS

ACTIVITES D UNE SAGE- FEMME DE PMI EN CPEF. Cécile Wallart, PMI de la Vienne (86), CPEF de Châtellerault Journées de l ANSFT 9 et 10 juin 2016 ARRAS ACTIVITES D UNE SAGE- FEMME DE PMI EN CPEF Cécile Wallart, PMI de la Vienne (86), CPEF de Châtellerault Journées de l ANSFT 9 et 10 juin 2016 ARRAS Un peu de géographie Nous sommes là La Vienne CPEF Châtellerault

Plus en détail

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Docteur Carlo Quarenghi Adresse du site : www.docvadis.fr/carlo-quarenghi Validé par le Comité Scientifique Infectiologie Ces maladies sont

Plus en détail

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe NGUYEN NL 06/12/16 IST En 2013 l OMS estimait à 500 millions de personnes infectées par les 4 IST curables (gono, chlam, syp, trich). Si on y ajoute les infection virales : 1,5 milliard personnes infectées

Plus en détail

STI réalités. Chlamydia. fsdfs

STI réalités. Chlamydia. fsdfs Chlamydia Par quoi c est causé? La chlamydia est une infection transmissible sexuellement (ITS); elle est causée par une bactérie : la chlamydia trachomatis. Cette ITS est très répandue parmi les adolescent(e)

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES. Dr. Kada TOUATI SEL des cordeliers

INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES. Dr. Kada TOUATI SEL des cordeliers INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES Dr. Kada TOUATI SEL des cordeliers PLAN TERMINOLOGIE DIAGNOSTIC Prélèvement BU ECBU TRAITEMENT TERMINOLOGIE Modification de la terminologie: Recommandations

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES 18/09/09 Mlle Daumas Infectieux I. Syphilis A. Syphilis primaire B. Syphilis secondaire 1. Manifestations générales C. Syphilis tertiaire 1. Examen direct : 2. Diagnostic

Plus en détail

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Introduction Amélioration des résultats de la transplantation Extension des indications,

Plus en détail

Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT 19 mars 2010

Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT 19 mars 2010 Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT raphonorat@hotmail.com 19 mars 2010 Plan 1. L infection néonatale à streptocoque B 2. Prophylaxie actuelle 3. Epidémiologie des infections materno-fœtales

Plus en détail

PRÉVENTION ANTÉNATALE DU RISQUE INFECTIEUX BACTÉRIEN NÉONATAL PRÉCOCE

PRÉVENTION ANTÉNATALE DU RISQUE INFECTIEUX BACTÉRIEN NÉONATAL PRÉCOCE PRÉVENTION ANTÉNATALE DU RISQUE INFECTIEUX BACTÉRIEN NÉONATAL PRÉCOCE SEPTEMBRE 2001 Recommandation pour la pratique clinique Service recommandations et références professionnelles COMITE D ORGANISATION

Plus en détail

LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES

LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES Épidémiologie pratique Diagnostic clinique et examens Déclaration Attitude partenaire Vaccins Information ÉPIDÉMIOLOGIE Nosologie : localisation

Plus en détail

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2

Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections uro-génitales ab10 Infections uro-génitales 08-12-16.doc Table de matières ANTIBIOTHERAPIE EMPIRIQUE DES INFECTIONS URO-GENITALES 2 Prostatite aiguë, épididymite

Plus en détail

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST)

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Dr Denis FERON CIDDIST (Centre d Information de Dépistage et de Diagnostic des IST) CH Eure-Seine (Vernon) MST-IST même combat La blennorragie gonococcique

Plus en détail

FORMATION EN PRISE EN CHARGE SYNDROMIQUE DES IST

FORMATION EN PRISE EN CHARGE SYNDROMIQUE DES IST REPUBLIQUE DU SENEGAL ---------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION ----------- DIVISION DE LUTTE CONTRE LE SIDA / IST ---------- FORMATION EN PRISE EN CHARGE SYNDROMIQUE DES IST MANUEL DE REFERENCE

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie ULCÉRATION GÉNITALE C. Derancourt, M. Janier, N. Dupin,

Plus en détail

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 octobre 2014 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles Le présent document décrit les principales modifications qui seront apportées

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles T Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing

Plus en détail

Manuel des Prélèvements. Prélèvements génitaux. Approbation : Jean BONFILS

Manuel des Prélèvements. Prélèvements génitaux. Approbation : Jean BONFILS CBM MA-G-C/015v02 Manuel des Prélèvements Prélèvements génitaux Approbation : Jean BONFILS Date d application Diffusion non contrôlée PRELEVEMENT VAGINAL RECHERCHE STANDARD RECHERCHE CHLAMYDIAE RECHERCHE

Plus en détail

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Le Point sur les IST C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Introduction Les Infections sexuellement transmissibles (IST) sont un enjeu de santé publique partout dans le monde,

Plus en détail

Devant un prurit vulvaire... Dr Sylvie Sotter Le Havre 1/12/2016

Devant un prurit vulvaire... Dr Sylvie Sotter Le Havre 1/12/2016 Devant un prurit vulvaire... Dr Sylvie Sotter Le Havre 1/12/2016 Prurit vulvaire Prurit : inconfort qui donne envie de gratter afin d obtenir un soulagement Fréquent Recrudescence nocturne ou vespérale

Plus en détail

Initier le traitement de l infection à chlamydia et/ou gonorrhée

Initier le traitement de l infection à chlamydia et/ou gonorrhée OC No. 2015-03 ORDONNANCE COLLECTIVE Initier le traitement de l infection à chlamydia et/ou gonorrhée Référence à un protocole : OUI Date de mise en vigueur : Septembre 2011 Date de révision : Octobre

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse Fièvre pendant la grossesse (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse Fièvre pendant la grossesse (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse Fièvre pendant la grossesse (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Les infections urinaires Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Epidémiologie Très fréquentes : second site dinfections communautaires. Plus fréquent chez la femme avec deux pics : au début de l activité

Plus en détail

Prévention, Diagnostic et suivi des infections génitales de la femme: Items ENC. Bon usage des examens microbiologiques

Prévention, Diagnostic et suivi des infections génitales de la femme: Items ENC. Bon usage des examens microbiologiques Prévention, Diagnostic et suivi des infections génitales de la femme: Bon usage des examens microbiologiques Infections génitales de la femme Items ENC 4. Evaluation des examens complémentaires dans la

Plus en détail

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8 Gonococcie Table des matières Introduction 3 - Le patient 4 - Exercice : le germe 5 - Prélèvements biologiques 6 - Exercice 7 - Analyses biologiques 8 - Exercice 9 - Analyses biologiques 10 - Exercice

Plus en détail