Urbanisme commercial. Étude AdCF. Une implication croissante des communautés mais un cadre juridique à repenser. Juillet 2012.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Urbanisme commercial. Étude AdCF. Une implication croissante des communautés mais un cadre juridique à repenser. Juillet 2012."

Transcription

1 Urbanisme commercial Une implication croissante des communautés mais un cadre juridique à repenser Juillet 2012 AdCF Étude AdCF

2 2

3 Sommaire Éditoriaux 4 Le commerce et le territoire : dix considérations en guise d'introduction 7 Partie I - L urbanisme commercial dans les communautés : un engagement croissant à conforter I L urbanisme commercial, un sujet de préoccupation croissante 18 II L urbanisme commercial, un sujet «sensible» 21 III Une compétence communautaire en construction 23 IV L action des communautés en matière de commerce 26 Partie II - Le cadre légal de l urbanisme commercial : un débat d'actualité I L'échec de 40 ans de législation 34 II : les nouvelles tensions entre commerce et urbanisme 37 III : les outils de planification évoluent mais restent imprécis 46 Le cadre légal de l'urbanisme commercial : éléments de synthèse I L'inscription du commerce dans les documents de planification urbaine 54 II Les collectivités et l autorisation d implantation commerciale 57 Annexe : liste des communautés signataires de l'appel de l'adcf 59 Urbanisme commercial / Juillet

4 éditoriaux Daniel Delaveau, Président de l'assemblée des Communautés de France L AdCF a pris l initiative, à l été 2011, d appeler à la mobilisation en faveur de la poursuite de l examen parlementaire de la proposition de loi sur l urbanisme commercial. Cet appel a été entendu par de très nombreux présidents de communautés d agglomération et de communautés de communes qui ont manifesté leurs préoccupations à cet égard. Le diagnostic est plus qu alarmant. Dans les périphéries des agglomérations grandes et moyennes, la multiplication anarchique des implantations commerciales s est accompagnée d une consommation foncière excessive. Les déséquilibres spatiaux et les concurrences territoriales ravivées par l application de la loi de modernisation de l économie se renforcent, allant à l encontre de l Engagement national pour l environnement. Les centralités urbaines se fragilisent et le processus de banalisation des paysages d entrée de ville se poursuit. La surproduction manifeste de surfaces de vente au regard des potentiels locaux de consommation laisse craindre la formation d une bulle spéculative sur le marché de l immobilier commercial qui, si elle venait à éclater, se traduirait sur les territoires par la multiplication de friches commerciales. Nombre de communes et de communautés ont fait part de leur sentiment d impuissance et de leur besoin urgent de disposer d outils efficaces de planification de l urbanisme commercial, adaptés aux réalités mouvantes du commerce. Au regard des enjeux actuels, le système très singulier de double autorisation, qui régit l urbanisme commercial depuis la loi Royer de 1973, paraît obsolète. Nous souhaitons que le nouveau Gouvernement et le Parlement relancent dès que possible les débats interrompus et que soient réexaminées les perspectives de réforme du régime actuel, notamment sur la base des travaux engagés autour de la proposition de loi portée par Michel Piron à l Assemblée nationale et Dominique Braye au Sénat. En aucun cas ce sujet aujourd hui essentiel pour l aménagement et le développement durable des territoires ne doit être escamoté par les diverses pressions catégorielles. Si les outils dont disposent les communautés pour réguler l urbanisme commercial existent bien, le flou juridique et les imprécisions qui entourent leur mise en œuvre restreignent drastiquement nos marges d action effectives. J en veux pour preuve les différents recours intentés contre les volets commerces de plusieurs SCoT. Nous souffrons encore de la dualité du régime juridique de l urbanisme commercial, écartelé entre le code de l urbanisme et le code de commerce. J estime qu il est urgent de rétablir le dialogue qui existait historiquement entre le commerce et les villes, et de donner à l urbanisme commercial une place à part entière dans la pensée urbanistique. 4

5 Michel Piron, Député du Maine-et-Loire, Rapporteur de la proposition de loi relative à l urbanisme commercial à l Assemblée nationale, Président délégué de l AdCF À l occasion des débats sur la loi de modernisation de l économie en 2008, le Gouvernement s était engagé à réformer en profondeur le régime juridique de l urbanisme commercial. Cet engagement n a malheureusement pas été tenu. En l absence de tout projet de loi, nous avons pris l initiative, mon collègue Patrick Ollier et moi-même, de proposer un texte de loi à l Assemblée nationale. Cette proposition de loi a eu certes le mérite de servir de base aux débats parlementaires : elle a permis de faire émerger des enjeux saillants ainsi que des problématiques plus discrètes, mais non moins déterminantes, et je ne peux que regretter que ces débats n aient pu s achever. Nous sommes en France dans un urbanisme d exception ou, si je veux être plus juste, dans une «exception à l urbanisme». Les implantations commerciales se sont développées au gré des opportunités et des stratégies privées qui consistaient à optimiser le rapport entre coût foncier, localisation et accessibilité des équipements et qui se sont traduites par les paysages désolants des entrées de villes que l on connaît. Alors qu actuellement les questions urbanistiques se greffent tant bien que mal aux activités commerciales, nous soutenions, et je soutiens encore, qu il faut renverser la logique : c est l urbanisme qui doit commander le commerce, et non l inverse. Il est bien entendu que l intégration pleine et entière du commerce dans les documents de planification ne doit ni figer l évolution de ces activités ni entraver la liberté d établissement et la libre concurrence en créant des situations de rentes monopolistiques. Quoi qu il en soit, nous devons fonder notre réflexion sur des considérations d urbanisme et d aménagement, d articulation entre des problématiques de déplacement, de logement, d emploi, de développement durable. Et les craintes exprimées quant au gel des évolutions du commerce et aux atteintes à la concurrence ne doivent pas conduire à interdire les débats. À mes yeux, l idée principale aujourd hui reste de réintégrer l urbanisme commercial dans le droit de l urbanisme général. Il s'agit de mettre fin à la dichotomie entre des autorisations d'exploitation commerciale délivrées sur les fondements du code de commerce et des autorisations d'urbanisme plus classiques. Nous proposions de supprimer les «machines à dire oui» que sont devenues les CDAC pour les remplacer par un système d autorisation unique couplé à l élaboration d un document d aménagement commercial (DAC). En parallèle, nous souhaitions compléter la boîte à outils des collectivités pour sécuriser leurs leviers d action. Les élus doivent pouvoir les utiliser sur les territoires en bonne intelligence avec les acteurs du commerce. Toutes ces considérations restent pleinement d actualité et il est urgent que les débats reprennent. Dominique Braye, Ancien sénateur des Yvelines, Rapporteur de la proposition de loi relative à l urbanisme commercial, Secrétaire national de l AdCF À l automne 2010, j ai relayé au Sénat l heureuse initiative de l Assemblée nationale visant à réformer en profondeur le régime juridique de l urbanisme commercial. Le défi n était pas simple. Il s agissait, et il s agit toujours, de concilier l'inconciliable, à savoir le souci d'encourager le développement commercial dans notre pays et donc de protéger le pouvoir d'achat des Français et la volonté de mettre fin à notre incapacité collective à penser l insertion cohérente du commerce dans nos territoires. Cette incapacité, dont nous partageons la responsabilité, a conduit aux catastrophes que nous connaissons en matière d aménagement et d urbanisme. Il suffit de se tourner vers nos entrées de villes pour en déplorer la laideur et pour mesurer la désertification des centres-villes, vidés de leurs commerces et de leur animation au profit des zones périphériques. Nous ne pouvons que constater l organisation aberrante d'un tissu urbain fracturé en zones monofonctionnelles qui génèrent du gaspillage foncier et imposent des transports coûteux et polluants. Notre difficulté à penser conjointement commerce et organisation des territoires ne date pas d'hier. Pour autant, les éléments de réforme apportés par la loi de modernisation de l'économie de 2008 n'ont fait qu aggraver une situation déjà critique. L objectif était louable : intensifier la concurrence entre enseignes au bénéfice des consommateurs, d une part, en relevant le seuil de saisine des CDAC de 300 à m², et, d autre part, en supprimant les critères économiques de leurs décisions. L application de la LME s est en réalité accompagnée d une libéralisation des implantations et d une explosion de la production de surfaces de vente additionnelles avec des dommages collatéraux conséquents pour l organisation des territoires. À ce jour, l enjeu est donc de proposer de nouvelles bases afin de redéfinir un cadre pour les politiques de régulation des implantations commerciales. Nous devons concilier deux objectifs non moins légitimes, le renforcement de la concurrence et l'aménagement des territoires, et trouver le bon équilibre entre ces deux impératifs fondamentaux sans sacrifier une nouvelle fois le second au premier. Urbanisme commercial / Juillet

6

7 Le commerce et le territoire : dix considérations en guise d introduction

8 Le commerce et le territoire : dix considérations en guise d introduction Considération n 1 : l explosion des surfaces commerciales est synonyme de sur-production Ces dix dernières années, le rythme de création des implantations commerciales n a cessé de s accélérer. Depuis 2004, les commissions départementales d aménagement commercial (CDAC, ex-cdec) autorisent chaque année plus de 3 millions de m 2 de nouvelles surfaces de vente. Le seuil du million fut franchi en 1997 et régulièrement depuis, le record de l année précédente est battu. Même s il ne s agit que des surfaces autorisées et non des surfaces réellement construites, ces données attestent du développement exponentiel du commerce dans les territoires. Elles témoignent surtout de ses profondes évolutions, notamment dans son organisation (concentration capitalistique et juridique ) et dans son rapport aux consommateurs. 3,1 millions de m 2, dont 85% pour des créations et 15% pour des extensions, en majorité dans le domaine de l alimentaire, ont encore été autorisés en 2011, selon le bilan dressé en janvier 2012 par la fédération PROCOS. En 2011, cette fédération d enseignes identifiait 456 projets (dont 239 auraient à obtenir l accord de CDAC) portés par des promoteurs institutionnels de centres commerciaux ou de «retail park». Ces projets engendreraient la création de 6,7 millions de m 2 sur les cinq prochaines années. Évolution des autorisations de surfaces commerciales en CDUC, CDEC, CDAC depuis m 2 des surfaces de vente autorisées mètres carrés années Sources : René-Paul Desse «le nouveau commerce urbain 2001», Procos à partir de

9 Le parc commercial a crû ces dix dernières années à un rythme moyen de 4% par an, soit un niveau bien supérieur à celui de la 000consommation des ménages (2,5% en moyenne sur la période , et moins de 1% depuis 2008). La surproduction de surfaces au regard des capacités locales de consommation laisse craindre, dans certains territoires, un risque de «cannibalisation» des commerces, des fermetures et un développement des friches commerciales. évolution du parc de surfaces commerciales et de la dépense de consommation des ménages en volume base 100 en Consommation Surfaces années Sources : Enquête annuelle entreprise (EAE), Enquête points de vente, Extrapolation Procos Aujourd hui, le parc de l'immobilier de commerce en France affiche un dynamisme qui contraste avec le ralentissement de l'activité des grands centres commerciaux. Ainsi, la croissance rapide des surfaces commerciales autorisées et la faiblesse de la consommation des ménages rendent probable la formation d'une bulle immobilière dans le secteur du commerce. 13 % 25 % 62 % 62 % 13 % 25 % 33 % 33 % 33 % Urbanisme commercial / Juillet En France En Allemagne

10 base 100 en Considération n 2 : les implantations commerciales déséquilibrent les agglomérations A l origine de la naissance de la plupart des villes, le commerce est une fonction urbaine fortement structurante. Il est craint aujourd hui qu il ne «déstructure» les territoires, tant son déploiement semble s opérer en dépit de toute pensée urbaine. années Ce développement commercial impacte le fonctionnement des territoires. Il influe sur l organisation des déplacements, les équilibres urbains, les paysages, la dynamique et l image du territoire, les rythmes de l étalement urbain, l économie locale et l emploi, la répartition des fonctions urbaines, les poids réciproques de chaque pôle dans l armature urbaine Les déséquilibres urbains provoqués par les implantations commerciales sont fréquemment soulignés lors des diagnostics économiques et territoriaux réalisés par les collectivités. Ils pointent souvent (et souvent d ailleurs de manière trop exclusive) les déséquilibres entre le centre et la périphérie, entre le petit commerce et le grand commerce. Aujourd hui, en France, 62% du chiffre d affaires du commerce se réalisent en périphérie, contre 25% en 13 centre-ville % et 13% dans les quartiers. Si ce modèle se retrouve chez de nombreux voisins européens, le cas allemand peut être souligné : les élus locaux s y appuient davantage sur une stratégie nationale privilégiant le centre-ville et le développement du commerce semble s être effectué de façon plus harmonieuse : 33% en périphérie, 33% en centre-ville, 33% dans les quartiers. centre-ville 25 % Naturellement, la comparaison peut vite atteindre ses limites tant les deux nations se différencient par la périphérie configuration et 62 % l histoire de leurs villes (hiérarchie urbaine plus équilibrée et très nombreuses reconstructions quartiers après-guerre en Allemagne ) et par des rythmes de croissance démographique et de pression sur les territoires bien différents de part et d autre du Rhin Consommation Surfaces Répartition des parts de marché par lieu de vente 13 % 62 % 25 % 33 % 33 % centre-ville périphérie quartiers 33 % En France En Allemagne Quoi qu il en soit, le développement périphérique français reste, lui, largement dominant : il concerne 85% des autorisations accordées en moyenne ces dernières années par les CDEC / CDAC ; sur 8,6 millions de m 2 commerciaux de projets en stock en France, 7,5 millions sont situés, aujourd hui, en périphérie. Un poids qui, à terme, pourrait s affaiblir si l on en croit le CREDOC qui, à travers son enquête 2011, montre que 72% des acteurs du secteur estiment que la tendance serait désormais au renforcement du commerce de centre ville dans les villes petites et moyennes. Considération n 3 : l implantation commerciale exacerbe les enjeux fonciers et paysagers Par sa périurbanisation, le commerce est devenu un facteur de premier plan de l étalement urbain. Si le logement reste bien le premier occupant de l espace national (2,3 millions d'hectares et près de 50% des surfaces urbanisées), les activités industrielles et de services occupent 1,4 million d'hectares, soit légèrement plus de 30% des surfaces urbanisées. Le ministère de l Agriculture estime que hectares de terres agricoles sont urbanisés chaque année. Le développement résidentiel n en expliquerait que la moitié. Les infrastructures routières et les espaces dévolus à l activité, notamment commerciale, consommeraient plus de hectares par an. S il est incontestable, pour l ADEF (Association des Etudes Foncières), qu une part importante du développement périurbain est imputable à l immobilier commercial, ce réseau de chercheurs et praticiens des questions foncières regrette qu aucune mesure objective de cette réalité ne puisse être faite faute de données fiables et centralisées à l échelle nationale. Il n existe aucun outil objectif de mesure du niveau d occupation des sols par le commerce. 10

11 Les collectivités sont directement interpellées par cette consommation foncière, qui s accompagne d enjeux environnementaux, paysagers, agricoles et architecturaux particulièrement importants. Certains observateurs pointent du doigt les comportements paradoxaux de collectivités qui mettent à disposition des terrains à des prix «négociés» facilitant l activité des promoteurs et distributeurs, voire l engagement d opérations à «foncier zéro» avec une charge foncière nulle, contrepartie à l apport de financements privés. Ils observent aussi que, dans nombre de créations de zones d activités, l intention initiale de la collectivité réside souvent dans une ambitieuse recherche de développement diversifié du tissu économique qui mixerait notamment artisanat et commerce, mais qu elle se voit parfois contrainte d y renoncer pour assumer les équilibres financiers des opérations d aménagement. C est au commerce que le foncier finit par être cédé, plus rapidement et à meilleur prix. Le développement commercial est souvent critiqué pour son manque de prise en considération du paysage. Il «polluerait» le paysage ; son architecture serait standardisée, son aménagement paysager minimaliste, son intégration aux tissus existants souvent mal opérée, ses enseignes publicitaires omniprésentes sources de pollution visuelle de nuit comme de jour Rares sont les travaux de recherche qui portent aujourd hui sur l aménagement commercial. A titre d exemple, la densification des espaces commerciaux fait rarement l objet de publication d universitaires ou autres réseaux de chercheurs. Et pourtant, nombre d observateurs voient d énormes voies de progrès pour que la notion de «densité urbaine» pénètre le champ de réflexion de l aménagement commercial. Comparativement, le tissu résidentiel fait l objet d actives réflexions et réalisations pour que sa nouvelle forme, plus compacte, concourt à la maîtrise de l étalement urbain. Pas le commerce. Et pourtant on pointe du doigt l espace inutilement consommé entre deux bâtiments, les trop vastes parkings qui souffrent d un manque de rationalité, la construction de bâtiments sur un seul niveau Considération n 4 : le commerce est un enjeu économique local Le poids économique du commerce est considérable. Il représente à l échelle nationale, selon l Insee en 2010, 3 millions de salariés (20% des emplois privés) répartis dans entreprises de tailles diverses. Ce secteur représente 10% du PIB et a créé sur la période récente entre à emplois directs chaque année 1. Le poids du secteur commercial dans l économie locale est quant à lui difficile à appréhender dans une analyse nationale. Des données collectées par différentes Chambres de commerce et d'industrie indiquent que les établissements liés au commerce (gros et détail) représentent souvent entre 20 et 35% du nombre d entreprises dans un département et parfois jusqu à 40% de l emploi salarié. En outre, 72% des commerces en France étant des commerces de proximité indépendants, la part des non salariés et des conjoints collaborateurs augmente le nombre de personnes tirant leur revenu du commerce. On observe néanmoins une tendance de fond à la mécanisation et à la rationalisation des processus de distributions (par exemple, avec la généralisation des caisses automatiques) qui pèse sur la structure des emplois au niveau local. Cette évolution conduira probablement à reformuler à terme la question du rapport entre commerces, emplois, et territoires. Considération n 5 : le commerce structure fortement les territoires Dans certaines villes, la périphérie capte jusqu à 80% du marché. Cette évolution centre / périphérie affecte le fonctionnement des territoires : les déplacements de biens, de clients, d employés ont été modifiés et largement amplifiés ; la diversité fonctionnelle fait souvent défaut (l implantation périphérique s illustrant majoritairement par la création de pôles commerciaux exclusifs de toute activité de bureaux ou de production). Si de rares projets de requalification d espaces commerciaux affichent des ambitions de densification et de diversité fonctionnelle (utilisation du gisement foncier pour du logement et du bureau), le déploiement actuel s opère encore très largement dans le cadre d opérations monofonctionnelles. Ces enjeux d équilibres territoriaux concernent naturellement plusieurs échelles. Celle de l agglomération ou de la communauté de communes, organisée autour d un pôle urbain plus ou moins important ; celle des départements, voire des régions, tant les zones de chalandise de certaines enseignes sont étendues. C est donc aussi un enjeu majeur de hiérarchisation des territoires qui s impose et, par voie de conséquence, un enjeu de dialogue entre élus locaux, chaque pôle urbain (grande ville, ville moyenne, bourgs ruraux) assurant une fonction commerciale propre. 1 En 2011, le solde net de création d emplois serait de postes, selon les données avancées par la société Trendeo dans son Observatoire de l investissement. Urbanisme commercial / Juillet

12 Pour le territoire, le commerce est aussi une affaire de flux. Les enjeux de logistique urbaine se posent avec de plus en plus d acuité. Les lois Grenelle ont généralisé les plans de déplacements d entreprises (PDE) de zones d activités dans le cadre des plans de déplacements urbains (PDU) et invitent à limiter les émissions de gaz à effet de serre notamment et encouragent le développement de modes doux de transport. Ces mutations appellent à repenser la mobilité et les modes de déplacement au sein des zones commerciales. Longtemps dédiées à l usage exclusif de l automobile, les zones commerciales, en particulier celles situées en périphérie, doivent s adapter pour répondre à ces nouvelles exigences. Si parfois le commerce et les TCSP (transports en commun en site propre) sont pensés de manière concomitante dans un projet urbain, si la réflexion progresse lorsqu'il est question de restructuration des zones commerciales existantes, l'accessibilité d'un site par les transports en commun n'est pas décisive dans les choix de localisation du commerce. Pour le consommateur, la priorité est à la rationalisation et à la réduction de ses déplacements. Subissant déjà les déplacements domicile / étude, domicile / travail, domicile / loisirs, il souhaite que l acte d achat s organise facilement avec les impératifs de la vie quotidienne. En conséquence de l'optimisation du temps de déplacement, le temps consacré aux courses dans les hypermarchés est en forte diminution : une heure et demie dans les années 1980 contre 50 minutes au début des années La réduction du temps de travail, le développement du travail à temps partiel et du travail à distance ont contribué à une désynchronisation des temporalités et des pratiques d achat. Les courses peuvent s effectuer tout au long de la semaine et de la journée, les horaires d ouverture des commerces sont plus étendus. La grande distribution cherche à élargir ses circuits de distribution, et se structure sur les parcours des consommateurs. Les déplacements liés au commerce Parmi les 17,7 millions de déplacements d achats par jour, 55 à 60% sont effectués en voiture, 30 à 35% à pied et 5 à 10% en transport en commun, le solde en deux roues. 70% des déplacements pour achat se font en «navette» domicile-achat-domicile avec un trajet à vide et 30% dans une chaîne de déplacements. Source : EMD, Certu. Dans les années 1990, la part modale de la voiture particulière pour se rendre dans un centre commercial ou un hypermarché situé en périphérie de ville était de l ordre de 95% (celle des usagers des transports collectifs frôlant les 4%). Dans les années 2000, elle dépasse encore 80% (contre 35% pour les déplacements d achats dans les commerces du centre-ville). Sources : Drast et Predit ; EMD, Certu, Le commerce de proximité, grâce à la répartition modale des déplacements de sa clientèle, génère 2,6 fois moins d émissions de CO 2 par kilogramme d achats qu un hypermarché de périphérie. Sources : Inrets et Ademe. Considération n 6 : les nouvelles formes du commerce impactent les territoires Le commerce évolue rapidement. Il s adapte aux changements des consommateurs et les formats de distribution, en particulier dans le secteur alimentaire, sont en pleine évolution. L hypermarché perd de son pouvoir attractif et le commerce de proximité marque un retour manifeste. Les consommateurs donnent de plus en plus de valeur à leur temps et recherchent la proximité. En quête de nouvelles parts de marché, les grands groupes alimentaires sont amenés à se positionner sur de multiples canaux de vente (le multiformat) en élargissant l éventail des points de vente, de l hypermarché à la formule de proximité. Pour compenser en partie la baisse de leur chiffre d affaires dans les hypermarchés, les grands distributeurs ont développé les «drive» avec un concept simple : offrir la possibilité au consommateur de commander sur internet des courses qu il viendra chercher dans un entrepôt après un court laps de temps. Le territoire métropolitain devrait compter près d un millier de «drive» en 2015, les grands groupes de la distribution alimentaire pariant sur ce besoin (le groupe Leclerc prévoirait de doubler son parc pour atteindre à lui seul 400 unités d ici 2015). Les grands groupes sont d autant plus intéressés par leur déploiement que ces nouveaux espaces commerciaux échappent à la réglementation : considérés comme des entrepôts, ils ne sont pas soumis aux autorisations A. Gasnier, Les temps de mobilité, p.247.

13 La vente à distance s est considérablement accrue ces dix dernières années avec l essor d internet et de la téléphonie mobile. L émergence du e-commerce modifie également la fréquentation des centres commerciaux. En 2008, la vente à distance a franchi un nouveau cap avec plus de 20 milliards d euros de chiffre d affaires ; c est deux fois plus qu il y a cinq ans. Plus d un français sur trois pratique le «home shopping» aujourd hui. Il se crée actuellement plus d un site marchand sur le web toutes les heures en France. En 2010, le succès du e-commerce ne se dément pas avec 31,5 milliards d euros de chiffre d affaires. D après une étude Eurostat, en 2009, 13% du chiffre d affaires total des commerçants a été réalisé via le e-commerce. Ce canal de vente est aujourd hui considéré comme incontournable pour les marques ciblant les jeunes actifs. En 2010, on estime que 84% des internautes de 25 à 34 ans effectuent des achats sur le net. Ce secteur connaît une croissance exponentielle qui se chiffre à environ 25% par an. L autre forme d achat à distance qui apparaît dans le paysage de la vente dématérialisée est le m-commerce, achats à partir de son téléphone portable. D après la FEVAD (Fédération de l e-commerce et de la vente à distance), il y avait, en juin 2010, 12,6 millions de mobinautes, nombre en progression de 20% sur un an. Les marges de progression sont importantes et les actions des pouvoirs publics se multiplient pour réduire la fracture numérique et conforter la confiance des consommateurs. Le e-commerce et le m-commerce appellent à des adaptations des politiques publiques et à de nouveaux arbitrages sur la localisation des espaces logistiques urbains, voire à réfléchir sur la redéfinition de l ensemble de la chaîne de distribution. Considération n 7 : le déploiement sur le territoire compense une rentabilité au mètre carré en baisse Au fil du temps, les systèmes commerciaux se sont complexifiés. Le commerce indépendant, bien que rassemblant 91% des boutiques, ne représente plus que 16% du chiffre d affaires du commerce alors que les commerces associés 3 (39%) et intégrés 4 (45%) ont connu une forte augmentation au cours des vingt dernières années. La concentration du capital est un élément majeur de l évolution du commerce et elle n est pas sans incidence sur l inscription du commerce dans le territoire. En effet, la performance économique du commerce de chaîne (intégré ou franchisé) repose sur un principe d essaimage systématique sur tout le territoire. Les logiques comptable et financière de l implantation commerciale peuvent alors dépasser la simple recherche de rentabilité strictement locale et reposer sur des analyses consolidées par le groupe dans son cadre national ou international. Bien que la rentabilité au m 2 ait tendance à fortement baisser, les grandes entreprises recherchent par cette multiplication des points de vente une augmentation de leur chiffre d affaires global qui leur permet notamment de gagner en capacité de négociation avec leurs fournisseurs. Le directeur de l Institut pour la Ville et le Commerce 5 souligne que cette multiplication des points de vente peut aussi permettre à certains distributeurs d afficher une croissance de leur chiffre d affaires global, quand bien même celui de chacun de leur magasin stagne. Tous les ans, la surface commerciale augmente de plus de 3% alors que la consommation évolue à moins de 1%. Dans certains territoires, le décalage entre la capacité locale de consommation et le rythme d implantation des commerces laisse craindre un risque d apparition à terme de friches commerciales. La friche (définie par une vacance de plus de trois mois) s installe de plus en plus durablement dans certains espaces commerciaux tant dans l espace urbain que dans l espace périurbain. Le phénomène affecte avant tout les espaces conçus dans les décennies 1970 / 1980, qui ont concentré les premières grandes et moyennes surfaces. L effet d entraînement du phénomène risque d être rapidement tangible tant le consommateur n est plus attiré par ce qu incarnait la «boîte» commerciale. Le consommateur désertera rapidement les secteurs anciens déclinants mais son attente en matière d innovation (qui engendre la multiplication des drives ou des nouveaux concepts commerciaux «affichant» davantage d urbanité), contribue au phénomène d expansion urbaine. L enjeu de la requalification de ces espaces est très important. La friche peut, voire doit, être considérée comme une opportunité. 3 Le commerce associé (39% en chiffre d affaires) comprend des groupements de détaillants, comme Leclerc ou Super U, des chaînes volontaires, comme Spar ou Catena, des franchises et des concessions. 4 Forme de commerce (45% en chiffre d affaires) regroupant en une seule entreprise les fonctions de gros et de détail comme les entreprises H&M, Zara, Décathlon, Darty, Auchan, Carrefour, Fnac. 5 Pascal Madry «le commerce est entré dans sa bulle» Etudes Foncières n 151. Mai ADEF Urbanisme commercial / Juillet

14 Considération n 8 : l immobilier commercial, valeur refuge sur les marchés financiers, est proche de la bulle spéculative En plus d'être un bien physique, l'immobilier comercial est un actif financier. Le marché de l'immobilier commercial, bien distinct de celui de l'immobilier de bureaux, génère des rendements particulièrement élevés : depuis le début des années 2000, les actifs commerciaux procurent aux investisseurs des rendements globaux plus élevés que les autres produits d immobilier d entreprise. De fait, d après les chiffres de la société BNP Real Estate, sur les neuf premiers mois de l année 2009, les investissements en commerce ont représenté un total de 966 millions d euros, soit une progression de +26% par rapport à la même période de Contra-cyclique, voire acyclique, le marché de l'immobilier commercial est jugé sécure par les investisseurs : en période de crise sur d'autres marchés financiers, l'immobilier commercial est une valeur refuge, surtout depuis La rentabilité est élevée et le risque minime. Les bons rendements favorisent ainsi la financiarisation de ce secteur et encouragent le mécanisme de production de mètres carrés commerciaux. L Institut pour la ville et le commerce estime que la filière de l immobilier commercial est rentrée dans une bulle spéculative. Selon lui, l ensemble des acteurs de la filière de production de ces surfaces (distributeurs, investisseurs et collectivités) est dans une incapacité croissante à s autoréguler. Les prix, qu il s agisse des valeurs locatives, des valeurs d actifs ou des valeurs foncières, apparaissent de plus en plus déconnectés de leur fondement économique et ne jouent plus leur rôle d ajustement dans les rapports d échanges. Les collectivités sont exposées à un effondrement de la rente commerciale sur leur territoire et au développement d un phénomène de vacances structurelles, aussi bien dans le cœur urbain qu en périphérie. L Institut plaide pour un retour au premier plan des collectivités dans la régulation de la filière. Leur arme principale : la planification urbaine et le foncier, premier intrant de la filière de production de surfaces commerciales. Considération n 9 : l urbanisme commercial appelle un nouvel engagement des collectivités Peut-on alors parler de divorce entre le commerce et le territoire, tant son implantation apparaît s opérer dans une insuffisante pensée urbaine? Le commerce est un moteur essentiel des économies locales et demeure une composante structurante des territoires. Mais il apparaît que l absence de dialogue entre sphère privée et sphère publique (entre code de commerce et code de l urbanisme) est préjudiciable à l organisation et à la vitalité des territoires. Le risque est que le commerce ne déstructure les territoires. «Il est urgent que le politique reprenne en main les règles de l architecture commerciale. Nos entrées de ville sont littéralement défigurées par des zones commerciales en forme de boîte à chaussures empilées en plein champs sans aucun souci ni de l esthétisme, ni de la cohérence commerciale et encore moins de l aménagement du territoire», déclarait en 2009 le député Jean-Paul Charié 6, auteur du rapport au Premier ministre «Avec le commerce mieux vivre ensemble». L armature commerciale constituée ces trente dernières années et l étendue des zones de chalandise d un très grand nombre d enseignes amènent à considérer l échelle municipale largement insuffisante pour appréhender l ensemble des enjeux. L échelle de réflexion et de régulation doit être intercommunale (et même régionale au regard du rayonnement de certaines enseignes). Elle doit reposer sur les communautés, responsables également des programmes locaux de l habitat (PLH) et des plans de déplacements urbains (PDU), mais aussi sur «l intercommunautaire», notamment dans le cadre des schémas de cohérence territoriale (SCoT), afin de garantir la complémentarité entre les différents pôles des aires urbaines tout en pérennisant la trame commerciale du monde rural. La présente étude revient (partie I) sur les enjeux pour les communautés à se saisir de cette responsabilité. Considération n 10 : le cadre légal relatif à l urbanisme commercial doit être révisé Le cadre légal de l urbanisme commercial, et à travers lui, le droit à agir des collectivités dans leurs documents de planification urbaine, fait l objet d un débat qui reste ouvert. La capacité à intervenir des collectivités demeure limitée et surtout incertaine juridiquement. Cette étude précise (partie II) ces enjeux juridiques et techniques et les éléments majeurs du débat que l AdCF appelle à poursuivre Magasine Challenges, 5 janvier 2009.

15 Urbanisme commercial / Juillet

16

17 Partie 1 L urbanisme commercial dans les communautés : un engagement croissant à conforter Au travers d une enquête réalisée en 2010, l AdCF identifie les enjeux et les atouts des communautés en matière d urbanisme commercial et pointe leurs voies de progrès sur ce sujet aussi stratégique que délicat. Les éléments de réflexion proposés reposent d une part sur l exploitation des réponses fournies par 148 communautés répondantes (9 communautés urbaines, 50 communautés d agglomération, 67 communautés de communes à CETU et 22 communautés de communes à fiscalité additionnelle) et d autre part sur les dynamiques territoriales observées ou objets de débats à l occasion de temps d échanges organisés notamment par l AdCF (séminaires, rencontres en région ).

18 I. L urbanisme commercial, un sujet de préoccupation croissante 1.1. Un niveau d appropriation variable Beaucoup d élus locaux se sont, ces vingt dernières années, appropriés leur centre-ville en l aménageant et le modernisant, et en se souciant tant bien que mal de l évolution du tissu commercial de proximité. Nombre d entre eux se sentent pourtant «dépossédés» du devenir des pôles ou corridors commerciaux qui jalonnent les grandes pénétrantes de leur agglomération. A l échelle de la communauté, cette «réappropriation» politique est un des éléments majeurs de l implication intercommunale. L enquête souligne qu une part importante des communautés (62 %) se préoccupent depuis plusieurs années de l inscription des équipements commerciaux sur leur territoire 1. Pour 27 % d entre elles, cette implication serait plus récente. Les nombreuses et régulières remontées de terrain soulignent une appropriation politique en fort développement, alimentée notamment en écho aux débats initiés par le gouvernement et le Parlement. Elle devient même notable en de très nombreux territoires. Cette implication s explique bien sûr par les obligations nouvelles faites aux documents d urbanisme, en particulier par la généralisation du DAC dans le SCOT. Elle est surtout le fruit de l inquiétude de nombreux élus locaux face au diagnostic alarmant qu ils dressent sur leur territoire Des communautés dans l expectative Cette nouvelle mobilisation s explique sûrement par le regard désormais plus vif que les responsables locaux semblent porter aux effets du commerce sur leur territoire. Si le diagnostic qu ils opèrent est fréquemment consensuel, il est bien souvent amer : entrées de villes défigurées, espaces banalisés, pôles congestionnés où l automobile règne en maître absolu, architectures standardisées, paysages pollués, foncier agricole consommé sans rationalité ou souci d économie, agglomérations déséquilibrées, relations centres - périphéries fragilisées De plus en plus nombreux sont les élus inquiets du rythme de création de nouvelles surfaces, qui reste à des niveaux inégalés (cf graphique p. 8). Le diagnostic n a fait qu empirer et les experts s alarment des risques d apparition à moyen terme de friches commerciales. Ils pointent sur certains territoires des décrochages notables entre le rythme d implantation et la capacité locale de consommation. La dynamique d implantation commerciale sur le territoire communautaire est analysée comme : 51 % 10 % 9 % 30 % déclinante stagnante croissante exponentielle Bien que difficiles à appréhender, ces risques de surproduction de surfaces de vente au regard des capacités locales de consommation 8 % sont nettement avérés sur certains territoires urbains, même si 35 % des communautés interrogées estiment que leur équipement 34 % sous-dimensionné commercial est sous-dimensionné. Seules 8 % des communautés font état d un suréquipement manifeste sur leur territoire. Les risques de «cannibalisation» des commerces, contraints à des fermetures, sont d ores et adapté déjà pointés. à la capacité 34 % des locale communautés interrogées font mention de friches commerciales sur leur territoire de de la manière consommation ponctuelle et 5 % d entre elles s en inquiètent. sur-dimensionné 58 % 18 1 Il convient de prendre en considération le fait que l enquête AdCF a certainement interpelé et davantage mobilisé les communautés déjà sensibles aux enjeux liés à l implantation commerciale.

19 51 % 10 % 9 % 30 % déclinante stagnante croissante exponentielle Au regard des capacités locales de consommation, l équipement commercial de la communauté est perçu comme : 58 % 8 % 34 % sous-dimensionné adapté à la capacité locale de la consommation sur-dimensionné la banalisation des entrées de ville 39 % les déséquilibres entre centre et périphérie 10 % la standardisation de l architecture commerciale 28 % est consensuel entre élus 1.3. Des les préoccupations flux mal maîtrisés (congestion...) davantage économiques 28 % partage les élus qu urbanistiques la constitutions de blocs monofonctionnels mal articulés avec les autres espaces urbains oppose les élus 23 % 39 % 51 % Cette prise de conscience, récente ou plus ancienne, favorise la mobilisation communautaire. Bien que les principaux l altération inconvénients des paysages identifiés par la publicité par les communautés aient trait à l'aménagement 21 % des territoires (déséquilibre entre le gaspillage centre et du périphérie foncier disponible et banalisation des entrées de ville), leurs préoccupations demeurent 22 % encore prioritairement (manque économiques, de rationalité...) loin devant les dimensions environnementales et paysagères encouragées par les lois Grenelle. la saturation des parcs de stationnement existants 3 % 17 % 17 % d aucun débat Les préoccupations des communautés sont avant tout d ordre : d aucun débat spécifique mais d une information régulière 26 % Économique (emplois, diversification...) d un débat sur les dossiers les plus sensibles 40 % d un débat sur chaque dossier Social (services aux habitants, animation urbaine...) 39 % plus d moins Urbanistique (foncier, paysage, fonctions urbaines...) Politique (engagement de mandat...) 12 % Fiscal (CETU, TASCOM...) oui non 88 % Les inconvénients des implantations commerciales identifiés par les communautés la banalisation des entrées de ville les déséquilibres entre centre et périphérie 39 % 39 % un commerc une cha la standardisation de 62 l architecture % commerciale 38 % 28 % un les flux mal maîtrisés (congestion...) la constitutions de blocs monofonctionnels mal articulés de manière avec les isolée autres espaces de urbains manière transversale et sectorielle et intégrée l altération des paysages par la publicité le gaspillage du foncier disponible (manque de rationalité...) 50 la saturation des parcs de stationnement existants % 21 % 23 % 22 % 28 % Urbanisme commercial / Juillet 2012 plus de à 20 des pr 50 à 10 un vole 19 «logistiq 30 à 5 25 Économique 27 (emplois, diversification...)

20 la constitutions de blocs monofonctionnels mal articulés avec les autres espaces urbains 23 % l altération des paysages par la publicité le gaspillage du foncier disponible (manque de rationalité...) 21 % 22 % la saturation des parcs de stationnement existants 3 % Pour les communautés, les implantations commerciales doivent permettre avant tout une diversification de l offre commerciale (63 %) et renforcer l attractivité commerciale des territoires (58 % des communautés). Le commerce doit également contribuer à satisfaire en premier lieu les besoins des consommateurs (61 %). Les préconisations du Grenelle en matière de gestion économe de l espace ne semblent interpeller les communautés que dans une moindre mesure. La consommation foncière des commerces n est Économique (emplois, diversification...) une préoccupation que pour 35 % d entre elles et les coûts sociaux et environnementaux générés par l implantation commerciale ne guident Social prioritairement (services aux habitants, leurs actions animation que dans urbaine...) 5 % des cas Une appréciation sectorielle prédominante Urbanistique (foncier, paysage, fonctions urbaines...) Politique (engagement de mandat...) Quel que soit le niveau d appropriation dont il bénéficie localement, le commerce reste avant tout analysé dans une logique sectorielle. Cette dernière reste prédominante Fiscal (CETU, et TASCOM...) ce n est que très progressivement que l enjeu commercial est inscrit dans une approche décloisonnée et transversale. La pleine intégration du commerce dans l urbanisme reste une voie majeure de progrès. Au travers des politiques menées par la communauté, l urbanisme commercial est traité : 62 % 38 % de manière isolée et sectorielle de manière transversale et intégrée le président de la communauté le vice-président en charge du développement économique le vice-président en charge de l aménagement du territoire le vice-président dédié à l aménagement commercial un autre élu un administratif à défaut de responsable politique indéfini (absence de responsable) 56 % 37 % 7 % 20 prohibée car exclue explicitement des statuts délicate car mal affirmeé dans les statuts évidente et légitime car inscrite dans les statuts

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme Grand Angle Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme commercial touche aussi fortement les consommateurs, qu ils soient résidents ou de passage, et plus largement toute l économie de notre territoire,

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 1. La ville centre de Colmar 2. Les villes couronnes 3. Les pôles pluri-communaux 4. Les pôles secondaires 5. Les villages 6. En zone

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Le drive. Les concepts. V eille c ommerce Inter-Scot - décembre 2012. Agence d urbanisme pour le développement de l agglomération lyonnaise

Le drive. Les concepts. V eille c ommerce Inter-Scot - décembre 2012. Agence d urbanisme pour le développement de l agglomération lyonnaise Agglomération lyonnaise Beaujolais Boucle du Rhône en Dauphiné Bugey-Côtière-Plaine de l Ain La Dombes Loire Centre Monts du Lyonnais Nord-Isère Ouest lyonnais Rives du Rhône Roannais Sud Loire Val de

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7 plu modification n 7 classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative NOTICE EXPLICATIVE Ouverture à l urbanisation d une partie de la zone 2AUe des Commandières (Classement en zone

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS?

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? Organisateur CENTRE D ÉTUDES SUR LES RÉSEAUX, LES TRANSPORTS, L URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU) Coordinateur Thierry GOUIN, Chargé

Plus en détail

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels Présentation des projets de plans directeurs sectoriels 20.05.2014 Le plan sectoriel transports (PST) Sommaire Considérations générales Le PST, ses éléments réglementaires et mise en conformité des PAG

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Compte-rendu La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Présentation par Gérard LERAS Vice-président de la région Rhône-Alpes délégué à la politique foncière Ambilly, 18 janvier 2012

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT

MESURES D ACCOMPAGNEMENT LIVRET VI MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT ET SUIVI DE L ANALYSE DE LA SITUATION 127 Sommaire I DES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT page 126 HABITAT EQUIPEMENTS

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

Les défis urbains et la mobilité urbaine durable

Les défis urbains et la mobilité urbaine durable Les défis urbains et la mobilité urbaine durable Cécile Clément-Werny Montréal - 20 mai 2010 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer www.certu.gouv.fr SOMMAIRE Pages

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires Instruction du Gouvernement du 28 Mai 2014 relative au développement de la construction de logement par dérogation aux règles

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif La qualité des Parcs d activités ème du 21 siècle Contribution du Conseil de développement de Lille métropole Contribution adoptée en séance plénière le 14 décembre 2011 1 Lille Métropole élabore une Charte

Plus en détail

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales : Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire SCoT de la CUA 53 Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales: Quelles difficultés surmonter?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7 E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE MERCREDI 10 OCTOBRE 2007, A 11H00 SALLE LUMIERE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LYON CONTACTS PRESSE : Association

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 29 mars 2012 Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi www.adt-ato.be Qui sommes-nous? Partager

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce de proximité Carole Delaporte et Christine Tarquis

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REUNION PUBLIQUE DU 8 MARS 2012 Architecte/urbaniste Agence A. Garcia-Diaz Bureau d Etudes Techniques SERI SITUATION

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Dossier de presse. Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville

Dossier de presse. Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Dossier de presse Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Avril 2007 SOMMAIRE I. La problématique du Transport de Marchandises en Ville (TMV) II. Une démarche pionnière dès 1999 avec

Plus en détail

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers Direction Territoriale Normandie Centre Septembre 2014 Action Bimby 3.2 : Intégration de la démarche aux outils fonciers et procédures d aménagement Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Les priorités de l investissement public local pour le nouveau mandat

Les priorités de l investissement public local pour le nouveau mandat RENDEZ-VOUS de l AdCF et de la BPCE PROGRAMME Vendredi 31 JANVIER 2014 9 h 30-17 h AUDITORIUM MARCEAU 12, avenue Marceau 75008 Paris JOURNÉE FINANCES Les priorités de l investissement public local pour

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 Le Master 2 Paysage et Aménagement est une spécialité du Master Urbanisme et Aménagement. Celui-ci est

Plus en détail

IMPACT DU E-COMMERCE SUR LE COMMERCE TRADITIONNEL CALÉDONIEN

IMPACT DU E-COMMERCE SUR LE COMMERCE TRADITIONNEL CALÉDONIEN E-COMMERCE IMPACT DU E-COMMERCE SUR LE COMMERCE TRADITIONNEL CALÉDONIEN Avril 2011 CCI-NC Page 1 sur 11 SOMMAIRE Introduction... 3 1. Le e-commerce, une nouvelle forme de commerce en Nouvelle-Calédonie.

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

Etude sur les marchés d intérêt national et les marchés de gros en France

Etude sur les marchés d intérêt national et les marchés de gros en France Etude sur les marchés d intérêt national et les marchés de gros en France Diagnostic stratégique et perspectives Conclusion générale FranceAgriMer, Blézat consulting 1 1- Grossistes et commerces de gros

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

La logistique urbaine

La logistique urbaine Direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer La logistique urbaine Mars 2010 Définition La logistique urbaine est la façon d acheminer dans les meilleures conditions les flux de

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

COMMOCLES : Contribution du Management de la Mobilité dans le Choix de Localisation des Entreprises et des Salariés

COMMOCLES : Contribution du Management de la Mobilité dans le Choix de Localisation des Entreprises et des Salariés Programme de recherche et d innovation dans les transports terrestres G06 «Politiques de transport» COMMOCLES : Contribution du Management de la Mobilité dans le Choix de Localisation des Entreprises et

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

Territoires, compétences et gouvernance

Territoires, compétences et gouvernance Territoires, compétences et gouvernance État des connaissances sur la remise et les taxis Le 4 avril 2012 Agnès Parnaix Tél. : 01 77 49 76 94 agnes.parnaix@iau-idf.fr 1 Sommaire SDCI et périmètres intercommunaux

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu RÉUNION PUBLIQUE N 1 PRÉSENTATION DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL 8 Avril 2015 1 ORDRE DU JOUR 1. Qu est-ce que le Plan Local d Urbanisme 2. Présentation

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique

Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique Positif 1. Quel regard portez-vous sur l Acte pour le Marché Unique? «L acte pour le marché unique est une démarche

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les déplacements une préoccupation collective

Les déplacements une préoccupation collective Les déplacements une préoccupation collective En constante augmentation sur notre territoire, les déplacements ont un impact environnemental, économique et social grandissant et de plus en plus préoccupant.

Plus en détail

Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville

Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Dossier de presse Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Novembre 2006 Pour toute information complémentaire, veuillez contacter : Marion Cocherel (marion.cocherel@porternovelli.fr)

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION 3.2. APERÇU GENERAL DU DEROULEMENT DES TRAVAUX

3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION 3.2. APERÇU GENERAL DU DEROULEMENT DES TRAVAUX 41 3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION Le programme de travail 2010-2011 (cf. rapport octobre 2010) comprenait sept points : 1. Comment appliquer une charge d urbanisme

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Dynamiser son attractivité commerciale : Quelle stratégie et quels outils? Saint-Etienne 24 juin 2014

Dynamiser son attractivité commerciale : Quelle stratégie et quels outils? Saint-Etienne 24 juin 2014 Dynamiser son attractivité commerciale : Quelle stratégie et quels outils? Saint-Etienne 24 juin 2014 André MOUNIER Président CCI St Etienne/Montbrison Claude RISAC Président de la Fédération du Commerce

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail