La cataracte est l opacification de tout ou partie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La cataracte est l opacification de tout ou partie"

Transcription

1 cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au patient : - le mécanisme de la baisse d acuité visuelle, - l évolution de l affection non traitée, - les grandes lignes du traitement chirurgical, - de quoi dépend la récupération d une bonne vision, - les suites et le suivi postopératoires. La cataracte est l opacification de tout ou partie du cristallin ; c est une pathologie très fréquente (plus de interventions chirurgicales de cataracte sont pratiquées chaque année en France : c est l acte chirurgical le plus fréquemment réalisé en France toutes spécialités chirurgicales confondues); sa fréquence est en augmentation constante dans les pays industrialisés du fait de l allongement de l espérance de vie. C est une réussite de la chirurgie oculaire, pouvant restituer une fonction visuelle quasi-normale. I.DIAGNOSTIC 1 DIAGNOSTIC POSITIF a) il se pose devant divers signes subjectifs : la baisse d acuité visuelle est le signe essentiel. Elle est progressive et prédomine souvent en vision de loin, avec une acuité visuelle de près conservée, notamment dans les cataractes nucléaires. les autres signes fonctionnels sont la photophobie, la survenue d une myopie (liée à l augmentation de l indice de réfraction du cristallin qui provoque une myopie dite myopie d indice), et la sensation de halos. Un signe plus rare est la diplopie monoculaire : diplopie par dédoublement de l image au niveau de l œil atteint, ne disparaissant pas à l occlusion de l autre œil, contrairement à la diplopie binoculaire des paralysies oculo-motrices. b) il repose sur : la mesure de l acuité visuelle: on observe une diminution de l acuité visuelle plus ou moins importante, aux dépens de la vision de loin et/ou de la vision de près. l examen après dilatation pupillaire est l examen essentiel : il retrouve l opacification cristallinienne et la localise. Les quatre principaux types de cataracte ainsi identifiables sont : la cataracte nucléaire, où l opacification intéresse le noyau du cristallin ; c est dans cette forme que l on retrouve une baisse d acuité visuelle prédominant en vision de loin et une myopie d indice. la cataracte sous-capsulaire postérieure, où l opacification est située en avant de la capsule postérieure. La baisse de vision de loin s accompagne plus volontiers d une baisse de vision de près. la cataracte corticale, où l opacification siège au niveau du cortex cristallinien, habituellement à l équateur, réalisant les classiques cavaliers à cheval sur l équateur du cristallin. la cataracte totale : cette forme très évoluée est objectivable à l œil nu, à l éclairage direct de la pupille, le cristallin modifiant la lueur pupillaire qui prend un coloration blanchâtre ou grisâtre

2 Catarate nucléaire ( ). Cataracte sous-capsulaire postérieure. Cataracte sous-capsulaire postérieure. Cataracte corticale Cataracte corticale : opacités cristalliniennes en «cavaliers» (flèches)

3 cataracte 2 DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL Il ne se pose guère après un examen correct. Le problème majeur est, rappelons le, d apprécier le pronostic visuel postopératoire en recherchant une atteinte oculaire associée. Le seul diagnostic différentiel qui peut se poser est celui, devant une leucocorie (pupille blanche) chez l enfant, d un rétinoblastome. Cataracte totale c) il impose : Le diagnostic de cataracte impose un bilan préopératoire dont le but est de faire la part de ce qui revient à la cataracte dans la baisse d acuité visuelle. Il est capital de prendre le tonus oculaire pour rechercher un éventuel glaucome associé et d effectuer un examen du fond d œil pour apprécier l état de la rétine, en particulier au niveau maculaire. Il faut noter que l opacification du cristallin crée une gêne à l examen du segment postérieur ; dans certaines cataractes très évoluées, le fond d œil est même invisible: il faut alors s aider d examens complémentaires tels que l échographie (à la recherche d un décollement de rétine méconnu) et l électrorétinogramme (ERG) qui enregistre l activité électrique de la rétine. Au terme de cet examen, il doit être de possible de répondre à plusieurs questions : 1. l opacification du cristallin estelle compatible avec la baisse d acuité visuelle? 2. la gêne ressentie par le patient faitelle poser une indication chirurgicale? 3. en dehors de la cataracte, le patient présente-t-il des pathologies oculaires qui risquent de compromettre le résultat chirurgical? 3 DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE a) cataracte sénile : C est de loin la cause la plus fréquente. Liée à des troubles métaboliques encore inconnus, elle survient habituellement chez le sujet de plus de 65 ans, mais peut toucher également des individus plus jeunes (on parle alors de cataracte «présénile»). La cataracte sénile est en général bilatérale, mais volontiers asymétrique. L évolution est en général lente, sur plusieurs mois ou années, responsable d une baisse d acuité visuelle lentement progressive ; cette aggravation lente amène à envisager une intervention chirurgicale lorsque la baisse d acuité visuelle devient invalidante en vision de loin et/ou en vision de près. b) cataractes traumatiques : Assez fréquentes, survenant chez le sujet jeune et chez l enfant, le plus souvent unilatérales, elles peuvent être: - soit contusives (classiquement sous-capsulaires postérieures), - soit liées à un traumatisme perforant (secondaires à l imbibition du cortex cristallinien par l humeur aqueuse après ouverture de la capsule cristallinienne). Si leur diagnostic est le plus souvent évident lors de traumatismes, elles peuvent également passer initialement inaperçues. Il est donc très important, devant une cataracte unilatérale du sujet jeune, de suspecter cette cause et de la rechercher par l interrogatoire, la présence d autres stigmates traumatiques oculaires et de faire pratiquer une radiographie de l orbite à la recherche d un corps étranger intraoculaire passé inaperçu (+++). c) cataractes «pathologiques» : Ce terme impropre regroupe des cataractes consécutives à une pathologie oculaire ou à une pathologie générale métabolique

4 cataractes consécutives à une pathologie oculaire, comme une uvéite chronique. cataractes liées à une pathologie générale : cataractes métaboliques et endocriniennes : Si certaines affections endocriniennes, comme l hypoparathyroïdie ou l avitaminose C, sont classiquement reconnues comme cause de cataracte, la seule réellement rencontrée est la cataracte diabétique. Elle est classiquement sous-capsulaire postérieure et complique souvent un diabète insulinodépendant ; chez le sujet âgé, le diabète non insulinodépendant est une cause favorisante de cataracte sénile. L indication opératoire de la cataracte diabétique, qui dépend bien sûr avant tout de la gêne fonctionnelle, peut parfois cependant être élargie pour des raisons optiques afin de permettre la surveillance et le traitement par photocoagulation au laser d une pour tumeur de l orbite ou pour mélanome de la choroïde). d) cataractes congénitales : Il existe deux grandes causes de cataractes congénitales : cataractes par embryopathie : Le plus souvent bilatérales, elles sont dominées par la cataracte de la rubéole congénitale qui, de nos jours, tend à disparaître. La cataracte de la rubéole est le plus fréquemment associée à d autres atteintes oculaires (microphtalmie, rétinopathie, glaucome) et/ou générales (cérébrales et cardiaques). Ces cataractes génétiques, assez fréquentes, sont le plus souvent de transmission autosomale dominante. Une cataracte totale uni- ou bilatérale, révélée par une leucocorie, doit faire éliminer le principal diagnostic différentiel chez l enfant : le rétinoblastome. II. TRAITEMENT Cataracte congénitale, héréditaire. rétinopathie diabétique associée. autres causes : Certaines cataractes, beaucoup plus rares, peuvent être associées à d autres pathologies, comme la trisomie 21, la maladie de Steinert et certaines affections cutanées («cataractes syndermatotiques»): sclérodermie, eczéma atopique. cataractes iatrogènes : la principale est la cataracte secondaire à une corticothérapie générale au long cours (corticothérapie supérieure ou égale à un an) ; elle peut nécessiter un traitement chirurgical, qui est de très bon pronostic. plus rare est la cataracte secondaire à une radiothérapie orbitaire (exemples : radiothérapie Il n y a pas de traitement médical de la cataracte, les nombreuses recherches dans ce sens n ayant pas à l heure actuelle abouti. Le traitement est donc uniquement chirurgical. Il est actuellement réalisé le plus souvent sous anesthésie loco-régionale ou même sous simple anesthésie topique (anesthésie de contact par collyre), permettant ainsi une hospitalisation de courte durée (de plus en plus souvent chirurgie ambulatoire). 1 BILAN PRÉOPÉRATOIRE : C est le bilan préopératoire habituel (consultation de pré-anesthésie). Il comporte en outre en cas de correction par un implant intraoculaire, cas de très loin le plus fréquent (voir plus loin), une biométrie : mesure de la longueur du globe oculaire par échographie et des mensurations cornéennes, permettant de calculer la puissance en dioptries de l implant intraoculaire. Un temps essentiel de l examen préopératoire est l information au patient (+++), qui doit être prévenu des modalités du traitement chirurgical, des résultats fonctionnels qu il peut en attendre, et des complications potentielles

5 cataracte 2 MOYENS a) ablation du cristallin cataracté : L ablation du cristallin en totalité, ou extraction intracapsulaire (EIC), qui est la technique la plus ancienne, est de nos jours de plus en plus abandonnée au profit de l extraction extracapsulaire (EEC) qui consiste à ouvrir le cristallin et à le vider (noyau et cortex) tout en conservant la capsule postérieure, gardant ainsi une frontière entre la chambre antérieure et le segment postérieur. L EEC, qui était réalisée il y a quelques années de façon manuelle, est de nos jours pratiquée par phakoémulsification par ultra-sons. La pakoémulsification a l énorme avantage de diminuer considérablement la taille de l incision (3 mm environ) et ainsi d augmenter la rapidité de la récupération visuelle, avec une acuité visuelle satisfaisante dès les premiers jours postopératoires. Elle est réalisée le plus souvent sous anesthésie loco-régionale ou sous anesthésie topique (anesthésie de contact par collyre) et de plus en plus souvent en ambulatoire. Comme nous le verrons au chapitre suivant, l ablation du cristallin est le plus souvent associée, dans le même temps opératoire, à la mise en place d un cristallin artificiel (implant intraoculaire). b) correction optique : Le cristallin étant une lentille convergente de 20 dioptries, il est nécessaire d associer à l extraction du cristallin cataracté une correction optique. la correction par lunettes, qui est la plus ancienne, est à l heure actuelle abandonnée, sauf cas particulier. Ne pouvant être utilisée qu en cas de chirurgie bilatérale, du fait de l agrandissement considérable de la taille des images provoquant une diplopie en cas de cataracte unilatérale, elle entraîne en outre des perturbations importantes de l espace visuel, avec notamment une modification de l appréciation des distances et des altérations de la périphérie du champ visuel. la correction par lentille de contact est le deuxième mode de correction possible. Elle restitue des fonctions visuelles correctes mais a ses inconvénients propres, comme la manipulation et l intolérance à long terme, et n est pas dénuée de risque de complications : ulcère cornéen traumatique, abcès cornéen infectieux. la mise en place d un cristallin artificiel (implant intraoculaire) est le mode de correction utilisé de nos jours dans la quasi-totalité des cas. Posé à la fin de l intervention chirurgicale après l extraction du cristallin, il est placé le plus souvent à l intérieur du sac cristallinien dans la chambre postérieure (implant de chambre postérieure). Avec l essor de la phakoémulsification, les implant souples se sont substitués aux implants classiques rigides ; ces implant souples sont pliés avant l implantation, introduits à travers la petite incision réalisée lors de la phakoémulsification, puis se déplient une fois dans l œil. 3 INDICATIONS L indication opératoire qui, comme nous l avons vu, ne doit être posée qu après un examen ophtalmologique complet, dépend de la gêne fonctionnelle. Il n y a pas de chiffre d acuité visuelle seuil, la gêne fonctionnelle étant très variable d un sujet à l autre. Ainsi, par exemple, on peut être amené à ne pas opérer une personne âgée dont l acuité visuelle de a b Traitement chirurgical : - a : mise en place d un implant souple par une incision de petite taille. - b : implant de chambre postérieure en place

6 loin est aux alentours de 4/10 èmes, et à l opposé opérer un sujet jeune, actif, tolérant mal une baisse d acuité visuelle à 6/10 èmes. L indication opératoire chez l enfant pose des problèmes bien différents. Si l indication opératoire est bien codifiée en cas de cataracte bilatérale, les modalités de l intervention en cas de cataracte unilatérale, souvent compliquée d amblyopie, restent très discutées. 4 RÉSULTATS Le traitement chirurgical permet dans plus de 90% des cas une récupération fonctionnelle excellente et rapide, dès le lendemain de l intervention ou en quelques jours. Le patient peut reprendre très rapidement une activité normale, sous couvert d un traitement antiinflammatoire local (collyre corticoïde ou collyre AINS) poursuivi pendant quelques semaines. Les résultats fonctionnels peuvent cependant être compromis dans certains cas : - a : soit du fait d une pathologie oculaire préexistante associée, notamment dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) ou glaucome. Une pathologie pré-existante doit être recherchée chaque fois que l importance de la cataracte explique mal à elle seule la baisse d acuité visuelle. - b : soit du fait de la survenue d une complication, devenue néamoins de plus en plus rare avec les progrès de la microchirurgie oculaire ; les principales complications sont : 1) l infection intraoculaire («endophtalmie»), exceptionnelle (environ 1 cas sur 1000) mais de pronostic redoutable, pouvant aboutir dans les cas les plus sévères à la perte fonctionnelle ou même anatomique de l œil. 2) l œdème maculaire : dans environ 1% des cas survient un œdème maculaire chronique laissant une baisse d acuité visuelle définitive. 3) le décollement de la rétine, survenant dans environ 2% des cas, nécessitant une réintervention permettant le plus souvent d obtenir une réapplication rétinienne, mais pouvant compromettre le résultat fonctionnel si la macula a été décollée. 4) la cataracte secondaire par opacification de la capsule postérieure, volontairement laissée en place lors d extraction extracapsulaire, n est pas considérée comme une vraie complication : elle est aisément traitée par ouverture centrale de la capsule postérieure par photosection au laser YAG sans réouverture chirurgicale de l œil. CATARACTES : ÉTIOLOGIE a) cataracte sénile b) cataractes traumatiques : cataracte contusive cataracte secondaire à un traumatisme perforant avec ou sans corps étranger intraoculaire (+++) c) cataractes «pathologiques» : cataractes consécutives à une pathologie oculaire (uvéite chronique). cataractes liées à une pathologie générale : cataractes métaboliques et endocriniennes : diabète +++ autres causes (maladie de Steinert, trisomie 21, ) cataractes iatrogènes : corticothérapie générale au long cours +++ radiothérapie d) cataractes congénitales : cataractes par embryopathie (rubéole congénitale) cataractes héréditaires - 6 -

7 cataracte LES POINTS FORTS La cataracte, opacification du cristallin, s observe le plus souvent chez le sujet âgé (cataracte sénile). Elle se manifeste par une baisse d acuité visuelle en général bilatérale, à peu près symétrique, d évolution lente. L examen après dilatation pupillaire permet d observer l opacification du cristallin et d en préciser le type (cataracte nucléaire, ) L évolution non traitée est lente, entraînant une baisse lentement progressive de la vision ; la baisse d acuité visuelle devient petit à petit invalidante en vision de loin et/ou en vision de près, amenant à envisager un traitement chirugical. Le traitement est uniquement chirurgical, par extraction extracapsulaire du cristallin, le plus souvent par phakoémulsification, et mise en place d un implant intra-oculaire. Il est pratiqué le plus souvent sous anesthésie loco-régionale ou anesthésie topique et de plus en plus en plus souvent en ambulatoire. La récupération fonctionnelle est le plus souvent excellente et rapide, sauf en cas de pathologie oculaire associée ou en cas de survenue de complications (endophtalmie, œdème maculaire, décollement de la rétine)

8 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques de la DMLA. 3. Reconnaître les situations d urgence. 4. Connaître les différentes modalités thérapeutiques. I. INTRODUCTION La dégénerescence maculaire liée à l âge (DMLA) est une «maladie dégénérative rétinienne chronique, évolutive et invalidante, qui débute après l âge de 50 ans. Elle atteint de manière sélective la macula en provoquant une dégénérescence des cellules visuelles rétiniennes» (définition de l ANAES, 2001). On décrit trois formes de DMLA, une forme précoce et deux formes évolutives : forme précoce (environ 40% des cas), caractérisée par la présence de drusen; on parle maintenant plutôt de maculopathie liée à l âge (MLA), pour éviter à ce stade de début le terme péjoratif de dégénérescence. forme atrophique (environ 40% des cas), caractérisée par des altérations de l épithélium pigmentaire et un amincissement de la macula consécutif à l évolution des drusen ; son évolution est lente sur des années. forme exsudative (environ 20% des cas), caractérisée par le développement de néovaisseaux choroïdiens sous la macula ; l évolution de cette forme peut être très rapide, faisant perdre la vision centrale (AV < 1/10) en quelques semaines ou mois. Aux stades de formes atrophiques et exsudative, on parle de DMLA (ou encore DMLA évoluée ou DMLA symptomatique) II. PRÉVALENCE La DMLA est la première cause de malvoyance après 50 ans dans les pays industrialisés. La prévalence globale de la maladie est de 8% après 50 ans, soit environ 1,5 million de personnes en France : MLA, DMLA. Cette prévalence globale augmente progressivement avec l âge : - 1% entre 50 et 55 ans, - 25% après 75 ans. La DMLA (formes atrophiques et exsudatives symptomatiques) passerait : - de moins de 1% de la population entre 5O et 55ans - à environ 15 % de la population après 85 ans. III. FACTEURS DE RISQUE Hormis l âge, certains facteurs de risque ont été incriminés. Parmi eux, deux jouent un rôle important : 1. hérédité : - on a isolé plusieurs facteurs de prédisposition génétique. - un antécédent héréditaire multiplie le risque par tabagisme +++ : il augmente également le risque de DMLA par 3. D autres facteurs autrefois évoqués comme la coloration de l iris, l exposition à la lumière, les facteurs de risque cardiovasculaires ne semblent pas jouer de rôle. 8

9 dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) IV. DIAGNOSTIC 1. Circonstances de découverte - Baisse de l acuité visuelle progressive de loin et de près, correspondant à l aggravation lente des lésions (drusens, forme atrophique), - Baisse de l acuité visuelle brutale, liée le plus souvent à l apparition de néovaisseaux choroïdiens, - Métamorphopsies (+++) = sensation de déformation des objets (le patient décrit souvent la vision ondulée des lignes droites), elles sont également le témoin de néovaisseaux choroïdiens, - Scotome central, correspondant aux stades très évolués. 2. Examen clinique a) mesure de l acuité visuelle : elle est mesurée séparément à chaque œil, avec correction optique si nécessaire, de loin et de près ; il existe souvent de façon précoce une baisse de l acuité visuelle de près associée à la baisse de vision de loin, ce qui oriente vers une affection maculaire. b) recherche d un scotome central ou de métamorphopsies qui peuvent être objectivés en présentant au patient une grille d Amsler, constituée d un quadrillage régulier. c) examen du fond d œil : pratiqué après dilatation pupillaire, il recherche (voir plus loin formes cliniques) : 1. la présence de drusen (MLA), 2. des zones d atrophie de l épithélium pigmentaire (forme atrophique), 3. des hémorragies, des exsudats profonds («exsudats secs»), un œdème maculaire et/ou un décollement exsudatif de la macula, témoins d une forme exsudative. 3. Angiographie du fond d œil C est la prise de clichés du fond d œil après injection intraveineuse d un colorant fluorescent qui est le plus souvent la fluorescéine ; l angiographie fluorescéinique est souvent complétée par une angiographie au vert d indocyanine (cf. chapitre «Rappel anatomique, méthodes d examen»). l angiographie fluorescéinique est l examen pratiqué en premier intention. Elle explore la vascularisation rétinienne, mais ne visualise pas correctement la choroïde ; elle permet de mettre en évidence et de localiser par rapport à la fovéola les néovaisseaux choroïdiens peu profonds, qui apparaissent bien définis.elle est pratiquée après une préparation anti-allergique de trois jours en cas d antécédents allergiques. l angiographie en infrarouge au vert d indocyanine permet par sa pénétration plus profonde une exploration de la choroïde : elle est pratiquée chaque fois qu existent des néovaisseaux profonds, moins bien définis sur l angiographie fluorescéinique. 4. Tomographie à cohérence optique: (Optical Coherence Tomography ou OCT ; voir le chapitre Rappel anatomique, méthodes d examen). L OCT permet de visualiser les néovaisseaux choroïdiens mais surtout les signes associés, notamment œdème maculaire ou décollement de rétine maculaire et d en apprécier l évolution. V. FORMES CLINIQUES Forme précoce (MLA) = drusen (40%) Le premier signe clinique est l apparition de précurseurs, les drusen ; les drusen sont dus à l accumulation de résidus de la phagocytose des photorécepteurs par les cellules de l épithélium pigmentaire. Au fond d œil ils apparaissent comme de petites lésions profondes, blanchâtres ou jaunâtres, de forme et de taille variables. Forme atrophique (40%) La forme atrophique (souvent dénommée dans le langage courant, notamment par les patients, «forme sèche»), est caractérisée histologiquement par la disparition progressive des cellules de l épithélium pigmentaire. Cette perte s accompagne d une disparition progressive des photorécepteurs sus-jacents et de la choriocapillaire sous-jacente. Elle se traduit à l examen du fond d œil par des plages d atrophie de l épithélium pigmentaire au sein desquelles les gros vaisseaux choroïdiens deviennent anormalement visibles ; cet aspet est retrouvé à l angiographie du fond d œil. Elle évolue inexorablement, mais de façon très progressive, vers une extension des lésions qui vont englober la fovéola et entraîner une baisse d acuité visuelle sévère avec scotome central. Forme exsudative (20%) La forme exsudative (souvent dénommée dans le langage courant, notamment par les patients, «forme humide»), est liée à l apparition de néovaisseaux de 9

10 Fig. 1 - Grille d Amsler (à gauche, sujet normal, à droite, métamorphopsies) Fig. 2- Angiographie fluorescéinique de néovaisseaux choroïdiens bien définis. siège sous-rétinien ; il s agit de néovaisseaux issus de la choroïde (on parle de néovaisseaux choroïdiens) qui se développent sous l épithélium pigmentaire et/ou franchissent l épithélium pigmentaire et se développent directement sous la rétine maculaire. Cette néovascularisation choroïdienne entraîne un œdème intrarétinien, des hémorragies et un décollement maculaire exsudatif, responsable de la baisse d acuité visuelle et des métamorphopsies d apparition brutale. La forme exsudative de la DMLA est nettement moins fréquente que la forme atrophique mais entraîne les complications fonctionnelles les plus sévères : en absence de traitement, l exsudation à travers les néovaisseaux choroïdiens entraîne rapidement une destruction des photorécepteurs, responsable d une baisse d acuité visuelle sévère et d un scotome central définitifs. La survenue brutale de métamorphosies et/ou d une baisse d acuité visuelle justifient ainsi un examen ophtalmologique en urgence (moins de 48 heures) afin de dépister d éventuels néovaisseaux choroïdiens et de pouvoir les traiter le plus précocément possible. 10

11 dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) Fig. 3- Néovaisseaux choroïdiens profonds, mal définis sur l angiographie fluorescéinique (a), formant une plaque hyperfluorescente au temps tardif de l angiographie au vert d indocyanine (c). a : angiographie fluorescéinique b : temps précoce de l angiographie au vert d indocyanine (c). c : temps tardif de l angiographie au vert d indocyanine (c). a néovaisseau choroïdien c b Fig. 4- Néovaisseaux choroïdiens et OCT : - a : macula normale (voir chapitre «Rappel anatomique, méthodes d examen»). a - b : néovaisseau choroïdien de siège rétrofovéolaire. - c : névaisseau choroïdien rétrofovéolaire étendu. c b 11

12 Figure 4. Forme précoce (MLA) : drusens maculaires bilatéraux Fig. 5 - Forme atrophique (angiographie fluorescéinique) : acuité visuelle encore bien conservée, cas les lésions respectent la fovéola. Fig. 6 - Forme atrophique englobant la fovéola (flèche) ; acuité visuelle < 1/20 ème, < P 14 Figure 7. Aspects du fond d œil de néovaisseaux choroïdiens 12

13 dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) Figure 8. Angiographie fluorescéinique de néovaisseaux extrafovéolaires ( = fovéola) Figure 9. Angiographie fluorescéinique de néovaisseaux rétrofovéolaires étendues (à gauche, cliché avant injection, à droite cliché après injection) Figure 10. Aspect du fond d œil immédiatement après une photocoagulation au laser pour néovaisseaux choroïdiens Figure 11. Autre cas, un mois après la photocoagulation 13

14 Figure 12. Angiographie fluorescéinique de néovaisseaux extra-fovéolaires (à gauche, cliché sans préparation, à droite cliché après injection) = fovéola Figure 13. Même patient après photocoagulation au laser Figure 14. Néovaisseaux choroïdiens étendus empiétant sur la macula ; angiographie fluorescéinique avant (à gauche) et après (à droite) thérapie photodynamique (Visudyne ) 14

15 dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) VI. TRAITEMENT Forme précoce Aux stades précoces (drusen), une étude randomisée menée sur un grand nombre de patients, l étude AREDS (Age Related Eye Disease Study) a montré l effet bénéfique sur l évolution d un traitement associant anti-oxydants et supplémentation vitaminique (association de vitamine E, vitamine C, zinc et bêta-carotène), commercialisé en France sous différentes préparations. Le bêta-carotène a par la suite été supprimé du fait du risque de cancer chez les fumeurs et anciens fumeurs. De nombreuses spécialités reproduisent ce schéma et incluent également d autres agents protecteur dont l effet est attesté par les résultats de plusieurs études épidémiologiques ; il s agit principalement :` - des Omega 3, - des pigments maculaires. Forme atrophique : Il n existe actuellement aucun traitement médical ayant démontré son efficacité dans la forme atrophique de la DMLA, dont l évolution se fait inexorablement vers la constitution d un scotome central. Lorsque la baisse de l acuité visuelle est sévère, doit être proposé au patient une rééducation orthoptique et des aides visuelles (voir plus loin). Forme exsudative Le traitement de la forme exsudative de la DMLA a pour but la destruction de la membrane néovasculaire choroïdienne. Les possibilités thérapeutiques dépendent de la localisation des néovaisseaux choroïdiens: 1. destruction des néovaisseaux par photocoagulation au laser : elle ne peut être réalisable qu en cas de néovaisseaux maculaires mais restant extrafovéolaires (la photocoagulation entraînant sinon une destruction des cônes fovéolaires et un scotome central immédiat et définitif avec baisse d acuité visuelle sévère) : dans ces cas favorables, le traitement, tout en respectant la fovéola, permet la réapplication du décollement de rétine maculaire, une disparition des métamorphopsies et une préservation de l acuité visuelle. Les néovaisseaux extra-fovéolaires, accessibles à ce traitement, ne représentent malheureusement qu une minorité de cas. 2. dans le cas de néovaisseaux rétro-fovéolaires, inaccessibles à une destruction directe par photocoagulation au laser, différents traitements peuvent être proposés, notamment : - thérapie photodynamique (PhotoDynamic Therapy = PDT) : son principe est l injection d une subsance photosensibilisante, la vertéporfine (Visudyne ) qui se fixe électivement sur la paroi des néovaisseaux, suivie d une photo-irradiation par un laser de faible intensité ; son but est d obtenir l oblitération des néovaisseaux sans altérer les structures rétiniennes sus-jacentes. Plusieurs séances à trois mois d intervalle sont souvent nécessaires. L étude de patients suivis plusieurs années a démontré une stabilisation de l acuité visuelle. - injection intraoculaires d anti-vegf Dans la famille du VEGF, le VEGF-A est un facteur majeur du développement de néovaisseaux choroïdiens. Ceci a amené à développer récemment différentes molécules anti-vegf-a ; on dispose actuellement de deux anti-vegf ayant obtenu l A. M.M. dans le traitement de la DMLA exsudative : - le Macugen, - le Lucentis. Pour agir de façon efficace sur les néovaisseaux choroïdiens, ces deux anti-vegf doivent être administrés par voie intraoculaire («injections intravitréennes»). Il s agit d un geste minime, réalisé en ambulatoire sous simple anesthésie topique, mais dans des conditions strictes d aseptie ; il comporte un risque de complications minime (<1%). Le traitement comporte avec l un comme avec l autre des deux anti-vegf des injections intravitréennes répétées à plusieurs reprises à des intervalles d environ un mois. - traitement chirurgical, : différentes techniques chirurgicales ont été développées ces quinze dernières années : - l exérèse chirurgicale des néovaisseaux choroïdiens donne des résultats décevants, ce qui a conduit à l abandonner, notamment depuis l introduction de la PDT et des injections intravitréennes d anti- VEGF. - les techniques de rotation maculaire que l on pourrait comparer aux lambeaux de rotation en chirurgie réparatrice, donnent de meilleurs résultats mais restent réservés à des indications particulières. Rééducation orthoptique et aides visuelles Quand les autres traitements n ont pas permis la conservation d une acuité visuelle satisfaisante, notamment de près, il faut proposer aux patients une rééducation et des aides visuelles : 15

16 - la rééducation orthoptique à pour objectif d appendre au patient à utiliser la rétine située en dehors de la lésion (névaisseaux choroïdiens étendus ou DMLA atrophique). - les aides visuelles, systèmes grossissants optiques ou électroniques peuvent améliorer les résultats obtenus par la rééducation orthoptique. Rééducation orthoptique et aides visuelles ont cependant des limites, et idéalement de nombreux patients devraient être prise en charge par des équipes pluridisciplinaires associant ophtalmologiste, orthoptiste, opticien, ergothérapeute, psychologue et personne chargée des activités de la vie quotidienne, mais il n existe en France que très peu de tels centres. LES POINTS FORTS La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) est la première cause en France de malvoyance : elle voit sa fréquence augmenter régulièrement du fait de l augmentation de l espérance de vie. On distingue une forme précoce, la Maculopathie Liée à l Âge (MLA), correspondant aux stades de début à l apparition au fond d œil de «précurseurs», les drusen, et une forme évolué (DMLA), regroupant deux formes cliniques : forme atrophique et forme exsudative. La forme exsudative correspond à l apparition de néovaisseaux choroïdiens, responsables d une baisse d acuité visuelle et de métamorphopsies d apparition brutale ; elle nécessite une consultation en urgence avec examen et angiographie du fond d œil permettant de poser les indications thérapeutiques. La photocoagulation au laser et l apparition de modalités thérapeutiques nouvelles, notamment la photothérapie dynamique ou PDT (Visudyne ) et les injections intravitréennes d anti-vegf, ont permis de diminuer la fréquence de la baisse d acuité visuelle sévère. Dans les cas d évolution sévère malgré le traitement, doit être proposé au patient une rééducation orthoptique associée à des aides visuelles. 16

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou par

La cataracte est l opacification de tout ou par cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou partie

La cataracte est l opacification de tout ou partie cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Prévalence... 1 2 Facteurs de risque... 2 3 Diagnostic...3 4 Formes

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Prévalence... 3 2. Facteurs

Plus en détail

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA)

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) I. INTRODUCTION II. PRÉVALENCE III. FACTEURS DE RISQUE IV. DIAGNOSTIC A. Circonstances de découverte B. Examen clinique 1. mesure de l acuité

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) CHAPITRE 5 Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) I. Introduction 55 II. Prévalence 56 III. Facteurs de risque 56 IV. Diagnostic 56 V. Formes cliniques 58 VI. Traitement 60 Nouveau programme Item

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique Juin 2012 QUELS SIGNES FONCTIONNELS DOIVENT FAIRE ÉVOQUER UNE DMLA? La baisse d acuité

Plus en détail

JMV. Affections cécitantes curables

JMV. Affections cécitantes curables JMV Affections cécitantes curables AMBLYOPIE L Amblyopie C est une insuffisance de la vision, parfois congénitale ou acquise dans les premiers mois de la vie. La forme la plus courante unilatérale - résulte

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle Pr Ridings E. Granget CHU Timone Glaucome chronique GLAUCOME Le terme de glaucome représente un ensemble d affections oculaires

Plus en détail

Dossier. Question 1 Quel est le diagnostic le plus probable? Question 2 Quel bilan clinique effectuez-vous?

Dossier. Question 1 Quel est le diagnostic le plus probable? Question 2 Quel bilan clinique effectuez-vous? Dossier 1 Monsieur P, 40 ans, consulte pour une baisse d acuité visuelle bilatérale, prédominant à gauche. Dans les antécédents médicochirurgicaux du patient, on note une greffe bipulmonaire il y a 2 ans,

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge La Dégénérescence Maculaire liée à l âge Laure Van Bol Florence Rasquin Service d ophtalmologie Hôpital Erasme Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence: Néant Participation

Plus en détail

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA?

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age (DMLA) est la principale

Plus en détail

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA UE : Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7.S4 Bénédicte DUPAS Service d ophtalmologie Hôpital Lariboisière Introduction Vieillissement

Plus en détail

OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE

OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE CATARACTE : DEFINITION Opacifica'on totale ou par'elle du cristallin Mécanisme de vieillissement du cristallin Évolution du cristallin avec l

Plus en détail

DMLA. (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008. Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC

DMLA. (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008. Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008 Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC 1 / Rappel 1 re cause de malvoyance dans les pays industrialisés

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI ALS Lumière, source de vie Séance exceptionnelle du 10 avril 2005 à l Hôtel de Ville de Nancy Laser, source de vue par Jean-Claude LEPORI LASER, SOURCE DE VUE par Jean-Claude LEPORI ALS (Nancy, 10 avril

Plus en détail

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Association Regards et Contrastes Conférence du 15 décembre 2006 à l Athénée Municipale de Bordeaux Présentation proposée par le Docteur Arnaud Bernard Ophtalmologue Rétinologue LA DMLA Mise au point sur

Plus en détail

La Catarate. Définition. Epidémiologie

La Catarate. Définition. Epidémiologie La Catarate La Catarate Définition La cataracte est une affection se traduisant par une opacification du cristallin de l œil, qui est normalement transparent. Elle peut toucher la totalité du cristallin

Plus en détail

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla.

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla. CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DMLA DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE LIVRET D INFORMATION www.association-dmla.com SIÈGE SOCIAL : Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

Plus en détail

Information générale de la Société Française d'ophtalmologie

Information générale de la Société Française d'ophtalmologie 1 Information générale de la Société Française d'ophtalmologie La chirurgie réfractive a pour but de corriger les anomalies de vision optique, de façon à améliorer l acuité visuelle sans correction et

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS OEIL ET DIABÈTE S POMMIER Sve Pr RIDINGS Ref: Pr Philippe Gain, Dr Gilles Thuret RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1- Généralités dans les pays à haut niveau de vie, d une des principales causes de cécité légale

Plus en détail

Énoncés ophtalmologie

Énoncés ophtalmologie Énoncés ophtalmologie Item 44 9 Item 44 SUIVI D UN NOURRISSON 1. Quelles sont les acquisitions visuelles normales d un enfant de 3 mois? a. réflexe de fixation b. réflexe de convergence c. réflexe de poursuite

Plus en détail

CRISTALLIN. Nucleus. Cortex. Capsule

CRISTALLIN. Nucleus. Cortex. Capsule CATARACTE Introduction La cataracte représente dans tous les pays en voie de développement, la première cause de cécité, ceci malgré la présence dans certaines régions d'endémies cécitantes comme le trachome,

Plus en détail

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire Le système visuel Le système visuel Les récepteurs L organe périphérique Anatomie de l oeil Les bâtonnets: vision en noir et blanc. Les cônes: vision précise, vision diurne et vision des couleurs. Le système

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 58 : Cataracte. Date de création du document 2010-2011. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 58 : Cataracte. Date de création du document 2010-2011. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 58 : Cataracte Date de création du document 2010-2011 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostic...1 1. 1 Circonstances de découvertes et signes fonctionnels...1 1. 2 Examen clinique... 1

Plus en détail

Tristan BOURCIER PUPH, Service d Ophtalmologie, Pôle SMOH, Nouvel Hôpital Civil, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Université de Strasbourg

Tristan BOURCIER PUPH, Service d Ophtalmologie, Pôle SMOH, Nouvel Hôpital Civil, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Université de Strasbourg Cataracte Tristan BOURCIER PUPH, Service d Ophtalmologie, Pôle SMOH, Nouvel Hôpital Civil, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Université de Strasbourg Définition La cataracte se définit comme l'opacification

Plus en détail

CATARACTE et CHIRURGIE REFRACTIVE

CATARACTE et CHIRURGIE REFRACTIVE CATARACTE et CHIRURGIE REFRACTIVE LA FIN DES LUNETTES? MF.DALMAS CATARACTE =opacification progressive du cristallin Concerne 20% des patients de plus de 65 ans et 50% des plus de 75 ans 600 000 interventions

Plus en détail

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Enseignement de sémiologie 2 ème année Pharmacie Pr. Jean-Pierre DUBOIS Département de médecine générale Université Claude Bernard LYON I SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Mars 2008 Les troubles

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE Nombre de questions : 40 Durée de l épreuve : 1 Heure Nombre de feuilles : 15 Vous avez

Plus en détail

Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant

Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant Item 333 : Orientation diagnostique devant un strabisme de l'enfant Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Phénomène moteur...4 II Phénomène sensoriel...4 III Dépistage du

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique Juin 2012 Diagnostic de la DMLA Définitions Classification Démarche diagnostique Méthodes thérapeutiques disponibles

Plus en détail

Les problèmes de vue liés à l âge

Les problèmes de vue liés à l âge Les problèmes de vue liés à l âge Certaines maladies oculaires deviennent plus fréquentes avec l'âge et peuvent conduire dans certains cas à des problèmes de vue importants. Il s agit de la dégénérescence

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge DMLA DR JEGUIRIM H FONDATION ADOLPHE DE ROTHSCHILD La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) est la principale cause de cécité au-delà de 50 ans dans les pays

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

La cataracte chez le patient âgé. Texte mis en ligne en accès libre

La cataracte chez le patient âgé. Texte mis en ligne en accès libre Collège National des Enseignants en Gériatre en Gériatre Item 58 La cataracte chez le patient âgé h l i â é Texte mis en ligne en accès libre g avec l autorisation du CNEG et de Masson Chapitre extrait

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD) rétinopathie diabétique 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD) Ce qu il faut savoir 1. Connaître la prévalence de la rétinopathie diabétique en fonction du type et de l ancienneté du diabète. 2. Comprendre

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)- rétinopathie diabétique 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-2010 Ce qu il faut savoir 1. Connaître la prévalence de la rétinopathie diabétique en fonction du type et de l ancienneté du diabète. 2. Comprendre

Plus en détail

DEFICIENCES VISUELLES. Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France

DEFICIENCES VISUELLES. Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France DEFICIENCES VISUELLES Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France INTRODUCTION: GENERALITES La déficience visuelle constitue un problème d importance croissante dans l ensemble des

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD) rétinopathie diabétique 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD) Ce qu il faut savoir 1. Connaître l incidence et la prévalence de la rétinopathie diabétique en fonction du type et de l ancienneté du diabète.

Plus en détail

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne Chapitre 2 LES FORMES DE DMLA La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne présente pas de dégénérescence proprement dite de la macula. On parle alors de DMLA précoce ou

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD) 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD) CE QU IL FAUT SAVOIR 1. Connaître l incidence et la prévalence de la RD en fonction du type et de l ancienneté du diabète. 2. Comprendre la physiopathologie succincte

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants DEFINITION La DMLA est liée à la senescence ou vieillissement qui entraine des modifications atrophiques

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge LUC-09-02/10-6087 - 1 - Dégénérescence maculaire liée à l âge Sommaire 1. Introduction 2. Qu est-ce que la dégénérescence maculaire liée à l âge? 3. Forme sèche et

Plus en détail

Qu'est ce que la cataracte? Quels sont les premiers symptômes?

Qu'est ce que la cataracte? Quels sont les premiers symptômes? Qu'est ce que la cataracte? La cataracte correspond à une baisse significative d acuité visuelle en rapport avec l'opacification du cristallin, lentille transparente située à l'intérieur de l'œil et permettant

Plus en détail

A partir de 50 ans La macula & la DMLA

A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans, il est primordial d effectuer régulièrement un dépistage de la macula auprès d un médecin spécialiste des yeux. En effet, en Belgique, 30 000

Plus en détail

Item 79 (item 293) : Altération de la fonction visuelle Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 79 (item 293) : Altération de la fonction visuelle Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 79 (item 293) : Altération de la fonction visuelle Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Examen... 3 2. Baisse d'acuité visuelle

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

Item 127 (item 58) : Cataracte Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 127 (item 58) : Cataracte Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 127 (item 58) : Cataracte Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 20013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Diagnostic... 3 1.1. Circonstances de découvertes et signes fonctionnels...3

Plus en détail

Dr Marguerite de MEDEIROS QUENUM SEMEIOLOGIE DE LA RETINE

Dr Marguerite de MEDEIROS QUENUM SEMEIOLOGIE DE LA RETINE Dr Marguerite de MEDEIROS QUENUM SEMEIOLOGIE DE LA RETINE I - INTRODUCTION Définition Membrane neuro-sensorielle formée de plusieurs couches. Responsable influx nerveux I - INTRODUCTION Intérêts Fenêtre

Plus en détail

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE DU de prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Dr Guillaume LEROUX LES JARDINS Service d Ophtalmologie de Hôtel-Dieu, Paris Cabinet d ophtalmologie,

Plus en détail

Les occlusions veineuses rétiniennes sont une

Les occlusions veineuses rétiniennes sont une occlusions veineuses rétiniennes 130-4 - OCCLUSIONS VEINEUSES RÉTINIENNES Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes cliniques cardinaux au fond d œil, 2. Connaître les facteurs de risque généraux et

Plus en détail

187 - ANOMALIES DE LA VISION D APPARITION BRUTALE. Ce qu il faut savoir

187 - ANOMALIES DE LA VISION D APPARITION BRUTALE. Ce qu il faut savoir anomalies de la vision d apparition brutale 187 - ANOMALIES DE LA VISION D APPARITION BRUTALE Ce qu il faut savoir 1. Savoir énumérer les étiologies des baisses brutales de la vision : - en cas d œil blanc

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Louis.hoffart@mail.ap-hm.fr Macula

Plus en détail

Sémiologie des yeux. Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL

Sémiologie des yeux. Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Cliniques universitaires U.C.L.. de Mont-Godinne Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL ou comment aider le médecinm de famille à mieux orienter un diagnostic sans moyen technique

Plus en détail

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Qu est ce que la Cataracte? On trouve à l intérieur de l œil de tous les animaux une lentille appelée cristallin. Il s agit d une structure volumineuse, disposée au

Plus en détail

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge La DMLA Dégénérescence maculaire liée à l âge Définition Maladie dégénérative de la rétine, qui débute après 55 ans. Elle est due à l accumulation de déchets au niveau de la rétine qui ne sont plus évacués.

Plus en détail

Physiopathologie oculaire Dr C. Tabatabay, PD. La Cataracte. Dr H. Roux Clinique d ophthalmologie Hopitaux Universitaires de Genève.

Physiopathologie oculaire Dr C. Tabatabay, PD. La Cataracte. Dr H. Roux Clinique d ophthalmologie Hopitaux Universitaires de Genève. Physiopathologie oculaire Dr C. Tabatabay, PD La Cataracte UOM octobre 2008 Dr H. Roux Clinique d ophthalmologie Hopitaux Universitaires de Genève La Cataracte - Définition & rappel anatomique - Etiologies

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE ITEM 60 LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Docteur J. Szwarcberg, Professeur J. Flament Clinique Ophtalmologique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA)

Plus en détail

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1 INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Qu est-ce que la rétinopathie diabétique? On appelle rétinopathie diabétique les lésions du fond d œil causées par le diabète. En effet, l excès de sucre dans

Plus en détail

Améliorez votre vision!

Améliorez votre vision! Information pour les patients Améliorez votre vision! Une orientation sur les implants de lentilles asphériques et à filtre de lumière bleue en cas de cataracte we care for you La cataracte qu est-ce que

Plus en détail

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011)

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011) LES PATHOLOGIES (Document mis à jour le 26 septembre 2011) Page 1 sur 3 Table des matières Les pathologies... 3 Agnosie visuelle :... 3 Albinisme :... 3 Aniridie :... 3 Astigmatisme :... 3 Atrophie optique

Plus en détail

Qu est ce qu un implant?

Qu est ce qu un implant? Qu est ce qu un implant? L implant fait partie à part entière de l opération de la cataracte : il est indispensable de remplacer le cristallin naturel par un implant de façon à retrouver une vision nette,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale

Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale SITUATION PROFESSIONNELLE ACTUELLE MEDECIN OPHTALMOLOGISTE, exercice libéral en cabinet privé Spécialiste en rétine médicale,

Plus en détail

Référentiel métier / Compétences du chirurgien en chirurgie ophtalmologique

Référentiel métier / Compétences du chirurgien en chirurgie ophtalmologique e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (4) : 04-09 4 Référentiel métier / Compétences du chirurgien en chirurgie ophtalmologique Pr Catherine Creuzot-Garcher, CHU Dijon, présidente du

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Leila TRITAR - EL MATRI

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Leila TRITAR - EL MATRI LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Leila TRITAR - EL MATRI INTRODUCTION La dégénérescence maculaire liée à l âge ou DMLA est une affection extrêmement fréquente, devenue la première cause de cécité

Plus en détail

Vous allez être opéré(e) de la cataracte

Vous allez être opéré(e) de la cataracte Information Cataracte Janv 2011 Vous allez être opéré(e) de la cataracte Vous présentez une cataracte qui est responsable de vos troubles visuels et vous avez pris la décision de vous faire opérer. La

Plus en détail

Les injections intravitréennes

Les injections intravitréennes Les injections intravitréennes Laurent Levecq UCL Mont-Godinne 10/11/2007 Le vitré matrice extra-cellulaire qui remplit cavité oculaire en arrière re du cristallin et qui adhère à la rétiner acide hyaluronique,,

Plus en détail

Diagnostic et. Traitement. de la DMLA. Dr Guy GUYONNET Mai 2012. jeudi 10 mai 12

Diagnostic et. Traitement. de la DMLA. Dr Guy GUYONNET Mai 2012. jeudi 10 mai 12 Diagnostic et Traitement de la DMLA Dr Guy GUYONNET Mai 2012 Fonctionnement de la rétine Comparaison avec la pellicule d un appareil photo La rétine reçoit la lumière et la transforme en un signal nerveux

Plus en détail

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin CAS CLINIQUE OPH 1 Une femme de 62 ans vient consulter pour troubles visuels au niveau de l œil droit. La padente raconte avoir déjà eu une baisse

Plus en détail

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie»

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Sylvia NGHIEM-BUFFET Centre d Imagerie et de Laser, Paris Hôpital Avicenne, Bobigny Sud Rétine, Monaco,14 juin 2013 INTRODUCTION

Plus en détail

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Généralités... 1 2 Signes oculaires...2 ENC : OBJECTIFS Décrire les manifestations

Plus en détail

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M TROUBLES DE LA REFRACTION Dr.BENLARIBI.M Introduction - Définition La réfraction oculaire : _ l ensemble des déviations que subit un rayon lumineux lors de sa traversée du système dioptrique oculaire,

Plus en détail

Les maladies de l oeil. Le glaucome La cataracte

Les maladies de l oeil. Le glaucome La cataracte 6 Les maladies de l oeil Le glaucome La cataracte Une vision claire 0203 Une vision claire Reconnaître les symptômes La plupart des personnes ont déjà entendu parler du glaucome et de la cataracte. Quelles

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

L œil est divisé par le cristallin en deux parties distinctes : une partie antérieure et postérieure.

L œil est divisé par le cristallin en deux parties distinctes : une partie antérieure et postérieure. Introduction L œil est divisé par le cristallin en deux parties distinctes : une partie antérieure et postérieure. Nous allons dans ce cours étudier une partie de la sémiologie postérieure de l œil c'est-à-dire

Plus en détail

DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE. Commercialisé au Canada par

DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE. Commercialisé au Canada par DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE Commercialisé au Canada par LA TECHNOLOGIE La technologie a toujours joué un rôle important

Plus en détail

Item 80 (item 187) : Anomalies de la vision d'apparition brutale Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 80 (item 187) : Anomalies de la vision d'apparition brutale Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 80 (item 187) : Anomalies de la vision d'apparition brutale Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Diagnostic... 3 2. Etiologie...

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR

LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR L ophtalmologie est une discipline médico-chirugicale de pointe au sein du réseau Domus Cliniques. Avec des plateaux techniques à la pointe du progrès,

Plus en détail

DMLA Dégénérescence Maculaire Liée à l Âge

DMLA Dégénérescence Maculaire Liée à l Âge Le Droit de savoir afin d être mieux soigné DMLA Dégénérescence Maculaire Liée à l Âge Un problème majeur de santé publique. Cette maladie est devenue la première cause de baisse sévère de la vision Fréquente

Plus en détail

Module 5 : 058 CATARACTE

Module 5 : 058 CATARACTE Module 5 : 058 CATARACTE Validé par le Dr Guyomard Clinique : fait le diagnostic - Baisse progressive de l acuité visuelle +++ : - prédominant sur la vision de loin le plus souvent = myopie d indice -

Plus en détail

OPHTALMOLOGIE ET SPORT M. MAILLE

OPHTALMOLOGIE ET SPORT M. MAILLE OPHTALMOLOGIE ET SPORT. M. MAILLE R A P P E L A N A T O M IQ U E S E G M E N T P O S T E R IE U R c o r p s v itr Ž uvž e r Ž tin e m a c u la p a p ille o p tiq u e S E G M E N T A N T E R IE U R cornž

Plus en détail

293 - ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE ALTÉRATION DE LA FONCTION VISUELLE. Ce qu il faut savoir

293 - ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE ALTÉRATION DE LA FONCTION VISUELLE. Ce qu il faut savoir altération de la fonction visuelle 293 - ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE ALTÉRATION DE LA FONCTION VISUELLE Ce qu il faut savoir 1. Connaitre l anatomie de l œil et des voies visuelles, 2. Connaître

Plus en détail

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA»

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» «Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» Place du médecin traitant dans la prise en charge de la Dégénérescence Maculaire liée à l Âge (DMLA). Dr Sarah PERIGNON Toutes formes confondues, la DMLA

Plus en détail

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel Congrès de Médecine M Générale G 9/1/10 Charleroi Traitement actuel de la Dégénérescence Maculaire Liée e l Agel Laurent Levecq UCL Mont-Godinne Conflits d intd intérêts : aucun. DMLA : définition d et

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique.

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. glaucome chronique 240 - GLAUCOME CHRONIQUE Ce qu il faut savoir 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome

Plus en détail

Faire de la santé oculaire une priorité. Guide de l intervenant

Faire de la santé oculaire une priorité. Guide de l intervenant Faire de la santé oculaire une priorité Guide de l intervenant DIAPO 1 Présentation de l intervenant. Le but de cette présentation est de fournir des informations concernant les modifications de la vue

Plus en détail