UV GE20 : Économie Industrielle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UV GE20 : Économie Industrielle"

Transcription

1 UV GE20 : Économie Industrielle Poste 4597 UV GE Organisation de l UV Intervenants Objectifs du cours Objectifs des TDs Évaluation Supports de cours : UV GE20 2 Introduction : Sciences économiques et Economie industrielle Eléments introductifs (1) Problématiques centrales (2) Finalités (3) Sciences économiques Économie industrielle Économie de la firme UV GE20 3 1

2 1- Eléments introductifs Quelques définitions : Sciences Economiques : Ensemble des connaissances objectives se rapportant aux activités de l homme ayant pour finalité la satisfaction de ses besoins Economie Industrielle : Analyse théorique et empirique du fonctionnement des marchés (industrie) en mouvement Economie de la firme : Analyse et étude du comportement de l entreprise en tant qu agent économique UV GE Eléments introductifs Une prétention à l objectivité? «l analyse économique n a jamais été le produit d une curiosité intellectuelle détachée, relative au pourquoi des phénomènes, mais celui d un besoin pressant de reconstruire un monde» [Hayek] La première Loi de l Économie est : pour tout économiste, il existe un économiste d'avis contraire. Co-existence de théories, d hypothèses et de conclusions UV GE Eléments introductifs Economie et rareté Des besoins illimités dans un contexte de rareté : une tension au cœur des sciences économiques Ressources productives rares Valeur économique et sources de rareté : prix comme indicateur de rareté UV GE20 6 2

3 1- Eléments introductifs Economie industrielle et réalisme Critique des sciences économiques Projet de l économie industrielle : développer une conception réaliste des marchés (industries) Remise en cause des hypothèses CPP : - Vision trop «idéale» du marché - Bonne concurrence vs mauvais monopole - Entreprises «price takers» UV GE Eléments introductifs Economie industrielle et réalisme Caractérisation des marchés et de la concurrence Demandeurs Monopole Oligopole CPP Oligopsone Monopole bilatéral Monopsone Offreurs Rentrer dans la «boite noire» de l entreprise UV GE Eléments introductifs Une science prédictive? Une rhétorique de l incertitude : «les marchés s interrogent» «la bourse inquiète» «l embellie est-elle provisoire?» «Un rebond est sans doute à espérer» Pourquoi Dieu a-t-il créé Économie? Pour que les prévisions de la météorologie soient prises au sérieux. «L économiste est celui qui est toujours capable d expliquer magistralement le lendemain pourquoi il s est trompé la veille» UV GE20 9 3

4 2- Problématiques centrales 2-1 La mesure de la valeur La théorie de la valeur : valeur travail (Ricardo) et valeur utilité (Jevons) Création de valeur et valeur ajoutée Déplacement des sources de valeur ajoutée Stratégies de produit Valeur de l entreprise : de nouveaux actifs De la création de valeur au modèle économique Quel modèle de rémunération? Quelle stratégie de tarification? UV GE Problématiques centrales 2-2 Quels «choix efficaces»? Production à partir de ressources rares et répartition de richesses limitées Stratégies de croissance des entreprises : Diversification vs recentrage Internalisation vs. Externalisation Comment produire? Les compétences de la firme Arbitrage capital / travail Pouvoir de négociation et conflits d intérêt UV GE Problématiques centrales 2-3 Quelle analyse du système économique? Différents niveaux d analyse : «A la fin du 20ème siècle, les économistes étaient divisés entre les macro-économistes, qui observaient ce qui ne pouvait être expliqué, et les micro-économistes qui expliquaient ce qui ne pouvait être observé» Analyse macro-économique : Analyse globale du système socio-économique Analyse micro-économique : Analyse des comportements individuels des agents économiques Du micro au macro? UV GE

5 2- Problématiques centrales 2-3 Quelle analyse du système économique? EI : la méso-économie Articulation des niveaux micro et macro Découpage du système productif : secteur, branche, filière, réseau Analyse des stratégies d acteurs en fonction de la situation concurrentielle Niveau Macro Niveau Meso Niveau Micro UV GE Problématiques centrales 2-4 Quelle coordination économique efficace? Libéralisme vs interventionnisme Quelle mise en cohérence des différentes contributions des agents économiques? Efficacité et auto-régulation du marché? Déséquilibre et nécessaire intervention extérieure? Différents régimes de concurrence Des situations de concurrence imparfaite (structures de marché) Régulation et instauration de la concurrence UV GE Finalités poursuivies Au-delà de l opposition Pourquoi / Comment? Une caricature économie / gestion Cloisonnement explication / mise en œuvre très réducteur Une autre dimension : utilité privée vs. utilité sociale Enjeux académiques et dans le «monde des affaires» UV GE

6 3- Finalités poursuivies Aider et guider l action des décideurs publics Conduite des ensembles socio-politiques : orientation des politiques économiques (économie politique) Politiques industrielles et aide au tissu productif (dé)régulation des marchés : libéralisation, lois anticoncurrentielles Aider et guider l action des entreprises : Définir les frontières de l organisation Stratégies de produits et de différentiation Et l ingénieur??? UV GE Plan du cours 1- Introduction 2- Théorie de la firme et de la coopération 3- Séquence SCP et Analyse sectorielle 4- Les comportements stratégiques des firmes 5- Conclusion UV GE Quelques éléments d histoire industrielle Histoire industrielle peut être envisagée de manière cyclique [Schumpeter] Alternance de phase de croissance : - introduction d une innovation radicale - émergence de monopoles - croissance inflationniste Et de phases de déclin - Imitation/diffusion de l innovation - concurrence accrue - déflation et baisse de croissance UV GE

7 5-1 La première révolution industrielle Inventions à la base d un premier cycle ( ) - mécanique - machine à vapeur (Watt 1764) - métier à tisser (Cartwright 1785) Nouvelle grappe d innovations ( ) - Sidérurgie - Chemin de fer Emergence du machinisme et modification des industries de transformation Evolution du système de production : de l artisanat à l usine UV GE La deuxième révolution industrielle Inventions à la base d un troisième cycle ( ) - Électricité (dynamo, hydroélectricité ) - Moteur à explosion (automobile ) Nouvelle grappe d innovations ( ) - Pétrole - Chimie - Aéronautique Émergence d un secteur tertiaire Apparition de la grande entreprise capitaliste : société par action Développement de l économie industrielle UV GE Une nouvelle révolution industrielle De nouvelles innovations : - informatique (NTIC «tirent» la croissance - Biotechnologies Une société de services - Un secteur tertiaire dominant - Part croissante des activités de service dans l industrie - Déplacement de la création de valeur : interfaces avec le consommateur UV GE

8 5-3 Une nouvelle révolution industrielle De nouvelles formes d organisation de la production : - Pilotage par l aval : juste à temps, Efficient Consumer Response - Compétitivité basée sur réactivité et intégration dans des réseaux de firme - De nouvelles formes organisationnelles : alliances, coopération, firme réseau - Rôle central des NTIC dans la coordination Un nouveau système capitaliste : économie fondée sur la connaissance, économie de l immatériel, capitalisme cognitif UV GE

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Le modèle calcul économique en question? Conventions, stabilisation

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

LICENCE ECONOMIE GESTION

LICENCE ECONOMIE GESTION LICENCE ECONOMIE GESTION ECTS CM TD Volume horaire Semestre 1 30 161 109 288 UE1 Économie 9 48 32 80 Microéconomie 1 : Grands prinicipes 24 16 40 Macroéconomie 1 : Introduction 24 16 40 UE2 Droit et Gestion

Plus en détail

L'âge industriel (XIXème siècle).

L'âge industriel (XIXème siècle). L'âge industriel (XIXème siècle). Introduction : A partir de la fin du XVIIIème siècle, un certain nombre de pays ont connu la plus profonde mutation que les sociétés humaines ont expérimenté : la révolution

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

CONTENU du KIOSQUE COLLEGE Mars 2008

CONTENU du KIOSQUE COLLEGE Mars 2008 CONTENU du KIOSQUE COLLEGE Mars 2008 Les études au lycée Voies générale, technologique, professionnelle Dossier : Le dico de l orientation (2007) Diplômes : Bac pro Bac techno (2007) Diplômes : Les CAP

Plus en détail

OBJETS D ETUDE EN ECONOMIE-DROIT

OBJETS D ETUDE EN ECONOMIE-DROIT ACADEMIE DE CRETEIL OBJETS EN ECONOMIE-DROIT Liste de problématiques classées Enseignants en économie-gestion Tertiaire administratif 2012-2013 Ce document présente une liste de pistes de problématiques

Plus en détail

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013 Point de situation ti Libéralisation des marchés électricité et gaz Ecube -6 décembre 2013, Auberge communale de Puidoux Xavier Righetti responsable de l unité étude énergétiques SILCom - Direction des

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

Formation en alternance

Formation en alternance Formation en alternance EN CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION EN CONTRAT D APPRENTISSAGE En raison des couts et de l impact environnemental de l énergie, les secteurs utilisateurs d énergie (industrie, agriculture,

Plus en détail

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE Société Nationale Burkinabé d Hydrocarbures La SONABHY, une société de référence: Sécurité et qualité, aujourd hui et demain MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Selon la norme ISO 9001 (Version 2008) Siège social,

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 JEAN-LUC VIRUÉGA Traçabilité Outils, méthodes et pratiques, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 Sommaire Introduction générale... 11 Première partie L ÉVOLUTION DE LA TRAÇABILITÉ : DES ANNÉES 1960 À NOS JOURS 1

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

CREATION DE VALEUR PAR L EXPLOITATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

CREATION DE VALEUR PAR L EXPLOITATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES CREATION DE VALEUR PAR L EXPLOITATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES CONSEIL STRATEGIQUE & ACCOMPAGNEMENT OPERATIONNEL 2, Rue de la Claire - 69009 Lyon-France Tél. : +33 (0)4.78.83.40.40 - Fax : +33 (0)4.78.64.02.23

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

L entreprise et son environnement économique

L entreprise et son environnement économique CHAPITRE1 L entreprise et son environnement économique OBJECTIFS DU CHAPITRE Présenter les notions d entreprise et d environnement économique ; Présenter les structures fondamentales et les différentes

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

Les entreprises multinationales. Questions clefs et défis pour les travailleurs Jan Drahokoupil

Les entreprises multinationales. Questions clefs et défis pour les travailleurs Jan Drahokoupil Les entreprises multinationales Questions clefs et défis pour les travailleurs Jan Drahokoupil Sommaire 1. De quoi (et de qui) s agit-il? 2. Implications pour l emploi 3. Implications pour les relations

Plus en détail

QUARTIS OPTIMA WEB 2.0

QUARTIS OPTIMA WEB 2.0 QUARTIS OPTIMA WEB 2.0 PILOTAGE D ATELIER & DÉCISIONS INDUSTRIELLES Le MES / Suivi de production Notre gamme de terminaux Présent depuis 30 ans dans le pilotage d atelier, OSYS, précurseur du MES, se positionne

Plus en détail

Montréal, 1-5 juin 2011

Montréal, 1-5 juin 2011 Ministère de l écologie, du développement durable des transports et du logement (MEDDTL) Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l innovation (DRI) / Service de la

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6 Microéconomie 1 Table des matières 1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité................................ 4 1.1.1 La théorie cardinale de l utilité............................

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE

AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE STRUCTURE DES PROGRAMMES D ENSEIGNEMENT DE L IRIC Cycle : Stage Diplomatique Ce cycle est prioritairement destiné au recyclage des fonctionnaires, des cadres des Ministères

Plus en détail

Dossier 3 la coordination par le marché Chapitre 3 Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Dossier 3 la coordination par le marché Chapitre 3 Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? Dossier 3 la coordination par le marché Chapitre 3 Comment les marchés imparfaitement concurrentiels Introduction : Sur un marché concurrentiel, les forces du marché permettent d atteindre l équilibre

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

TRANSITIONS ENERGETIQUES : UN REGARD SUR UK (ET ALLEMAGNE) Marc BUSSIERAS Direction Innovation Stratégie et Programmation

TRANSITIONS ENERGETIQUES : UN REGARD SUR UK (ET ALLEMAGNE) Marc BUSSIERAS Direction Innovation Stratégie et Programmation TRANSITIONS ENERGETIQUES : UN REGARD SUR UK (ET ALLEMAGNE) Marc BUSSIERAS Direction Innovation Stratégie et Programmation 6 mai 2015 PERSPECTIVES 2050 Transitions énergétiques, Mai 2015 2 AMBITIONS 2050

Plus en détail

NC7 RELATIONS VERTICALES ENTRE FIRMES (2 ème partie) Intégration, externalités et contraintes verticales

NC7 RELATIONS VERTICALES ENTRE FIRMES (2 ème partie) Intégration, externalités et contraintes verticales NC7 RELATIONS VERTICALES ENTRE FIRMES (2 ème partie) Intégration, externalités et contraintes verticales PLAN 1. Introduction 2. Avec I.V. 3. Sans I.V. et avec concurrence parfaite entre les Bi 4. Sans

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Le stockage de l'énergie : des nouvelles perspectives de performance énergétique pour les industriels?

Le stockage de l'énergie : des nouvelles perspectives de performance énergétique pour les industriels? Le stockage de l'énergie : des nouvelles perspectives de performance énergétique pour les industriels? Usine + 13 et 14 Novembre 2014 Francois Borghese - Prosumer marketing director Francois2.borghese@schneider-electric.com

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

Délais de paiement : Le grand écart

Délais de paiement : Le grand écart Délais de paiement : Le grand écart Conférence de Presse, Paris, le 28 juin 2012 Ludovic Subran, Chef Economiste Arnaud Roger, Directeur des Indemnisations Maxime Lemerle, Responsable des Etudes Macroéconomiques

Plus en détail

EN SCIENCES ECONOMIQUES

EN SCIENCES ECONOMIQUES REPUBLIQUE TUNISIENNE **** Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie **** DIRECTION GENERALE DE LA RENOVATION UNIVERSITAIRE REFORME LMD SCIENCES ECONOMIQUES

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

TENS Corrigé Sciences économiques

TENS Corrigé Sciences économiques 1. Lequel des besoins suivants n est pas un besoin primaire? a) Se loger b) Se nourrir c) S instruire d) Se vêtir 2. Parmi les besoins suivants, lequel est un besoin tertiaire? a) Manger b) Se déplacer

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Vehicle-to-grid : la brique manquante au développement des smart grids?

Vehicle-to-grid : la brique manquante au développement des smart grids? Vehicle-to-grid : la brique manquante au développement des smart grids? La transition énergétique en marche est étroitement liée au développement des smart grids, ces réseaux électriques «intelligents»

Plus en détail

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles MàJ Février 2008 Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles 1. Obligation de négocier sur l égalité professionnelle (loi du 9 mai 2001 renforcée

Plus en détail

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Économie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http ://www.crest.fr/pageperso/lehmann/lehmann.htm

Plus en détail

Explication théorique du plan d action d un bilan carbone campus

Explication théorique du plan d action d un bilan carbone campus Explication théorique du plan d action d un bilan carbone campus Ce document explique ce qu est un bon plan d actions aux étudiants réalisant le bilan carbone de leur campus. Les explications sont transposables

Plus en détail

Questions les plus fréquentes que se posent les entreprises au sujet de la mobilité

Questions les plus fréquentes que se posent les entreprises au sujet de la mobilité Questions les plus fréquentes que se posent les entreprises au sujet de la mobilité Je souhaite accueillir un jeune européen dans l entreprise 1. Qu'est ce que c'est qu'un placement européen? C'est une

Plus en détail

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA Depuis 1936, le Groupe ECA produit des solutions technologiques pour la sécurité des hommes et des biens. Diffusées dans le monde entier, ces solutions sont destinées aux secteurs de la défense, de l industrie,

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

Chapitre 3 : Les comportements stratégiques

Chapitre 3 : Les comportements stratégiques Chapitre 3 : Les comportements stratégiques UV GE20 1 Introduction (1/3) Stratégie d entreprise : «ensemble de décisions prises par une entreprise par rapport à des objectifs hiérarchisés» Objectifs :

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Logique entrepreneuriale et logique managériale

Logique entrepreneuriale et logique managériale Management des entreprises BTS tertiaires Logique entrepreneuriale et logique managériale Jaunet Philippe 8 et 9 avril 2008 1 La définition de l entrepreneur par J. Schumpeter (1883-1950) -Extraits- «Nous

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Séance du 9 octobre 2014

Séance du 9 octobre 2014 AVIS DU HAUT CONSEIL DE LA FAMILLE SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS Séance du 9 octobre 2014 Cet avis a été adopté par consensus. La CGT, FO, la CGC, la CFTC et la CSF, tout en souscrivant

Plus en détail

LA MULTIPLICATION DES PLATEFORMES DANS L INDUSTRIE DU JEU VIDÉO

LA MULTIPLICATION DES PLATEFORMES DANS L INDUSTRIE DU JEU VIDÉO LA MULTIPLICATION DES PLATEFORMES DANS L INDUSTRIE DU JEU VIDÉO Thierry Rayna Novancia Business School Paris Imperial College London Conférence économie des plateformes 23 octobre 2013 MULTIPLICATION DES

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE BTS Première année

ECONOMIE GENERALE BTS Première année ECONOMIE GENERALE BTS Première année BIALES LEURIEN ET RIVAUD Editions Odile JACOB 1995 TABLE DE MATIERES CHAPITRE 1 L ECONOMIE ET SON DOMAINE...4 I. L OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE...4 II. LES GRANDS

Plus en détail

FLEXIPAC: Philippe ANDRE, ULg-BEMS Pour le consortium Flexipac

FLEXIPAC: Philippe ANDRE, ULg-BEMS Pour le consortium Flexipac FLEXIPAC: Optimisation d une production locale de sources d énergies renouvelables intermittentes par la flexibilisation des usages des pompes à chaleur résidentielles et tertiaires Philippe ANDRE, ULg-BEMS

Plus en détail

Bonjour! La crise : l origine une crise sans fin PLAN DU COURS PLAN DU COURS PLAN DU COURS. Innovation et socio-économie des médias

Bonjour! La crise : l origine une crise sans fin PLAN DU COURS PLAN DU COURS PLAN DU COURS. Innovation et socio-économie des médias Bonjour! Innovation, management et mutation des médias Innovation et socio-économie des médias Prof. Dr. Patrick-Yves Badillo PLAN DU COURS PARTIE 1 DEFINITIONS, ENJEUX, FONDAMENTAUX DES MEDIAS PARTIE

Plus en détail

La valorisation marketing de l événement sportif

La valorisation marketing de l événement sportif La valorisation marketing de l événement sportif Eléments d analyse du marketing des Jeux Olympiques Abderrahmane SAKER Centre de Recherches Orléanais en Sciences Sociales du Sport (CRO3S) Management du

Plus en détail

Christophe Guitton, Céreq. Colloque sur la prospective 7 èmes rencontre annuelle de la Fédération Bancaire Française Paris, 14 décembre 2011

Christophe Guitton, Céreq. Colloque sur la prospective 7 èmes rencontre annuelle de la Fédération Bancaire Française Paris, 14 décembre 2011 Établissement public sous tutelle du ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, du ministère du Travail de l Emploi et de la Santé. Christophe Guitton, Céreq Colloque

Plus en détail

Introduction à la «Théorie de la Transition»

Introduction à la «Théorie de la Transition» Introduction à la «Théorie de la Transition» Peut-on gouverner le changement? 1.La Théorie de la transition une théorie Intermédiaire 2.Stabilité et changement : irréversibilité 3.La transition comme processus

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Comment se préparer aux métiers de demain dans le secteur de l énergie? 23 AVRIL 2013

Comment se préparer aux métiers de demain dans le secteur de l énergie? 23 AVRIL 2013 Comment se préparer aux métiers de demain dans le secteur de l énergie? 23 AVRIL 2013 Sommaire 1 Introduction et problématique de l étude 2 Rappel des enjeux business et RH 3 Zoom sur les métiers à enjeux

Plus en détail

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 ADIA Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES ADIA 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz présents

Plus en détail

Formation en alternance

Formation en alternance Formation en alternance EN CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION EN CONTRAT D APPRENTISSAGE En raison des coûts et de l impact environnemental de l énergie, les secteurs utilisateurs d énergie (industrie, agriculture,

Plus en détail

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable La chaire de Finance et Développement Durable Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable 1 Vers des mécanismes de gestion collective du Développement Durable par une approche

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

La finance comportementale

La finance comportementale La Finance Comportementale va-t-elle détrôner l Homo Oeconomicus? Pascal Pineau Coach et formateur Introduction Jeté de pièces avec les résultats suivants (Pile/Face) PPPFFF PPFPFP Question : Quelle est

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

La première puissance économique

La première puissance économique Template : www.indezine.com La première puissance économique Template : www.indezine.com Le plus gros producteur de... dans le monde Pourquoi peut-on dire que les Etats-Unis sont la première puissance

Plus en détail

CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION

CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION Siège social : 23, rue du Départ / 75014 PARIS Tél. : +33 (0) 1 40 64 70 25 Fax : +33 (0) 1 40 64 74 63 contact@exid.fr

Plus en détail

Conduite de projet Méthodes et outils

Conduite de projet Méthodes et outils Conduite de projet Méthodes et outils 19/05/03 Conduite de projet: méthodes et outils 1 Plan de l intervention Le contexte : pourquoi? pour qui? A quoi sert la conduite de projet? Khéops, méthode testée

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet Pour un Futur [simple] Téléchargez le rapport complet Entreprise, collectivité : vous souhaitez en savoir plus et rentrer dans la dynamique du véhicule électrique? Retrouvez dans le rapport complet du

Plus en détail

LISTE DES DOMAINES DE FORMATION

LISTE DES DOMAINES DE FORMATION FDFP : Fonds de Développement de la Formation Professionnelle ~ 1 ~ LISTE DES DOMAINES DE FORMATION LIGNES LIBELLES 1 PLURIDISCIPLINE MATHEMATIQUES-SCIENCES 2 MATHEMATIQUES, STATISTIQUES 3 PHYSIQUE 4 CHIMIE

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES BOURGOGNE

TENDANCES RÉGIONALES BOURGOGNE TENDANCES RÉGIONALES BOURGOGNE JUIN 2006 BOURGOGNE Tendances régionales juin 2006 Page 1 sur 6 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : MAI 2006 INDUSTRIE 30,1% des effectifs par rapport

Plus en détail

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION CONVENTION Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION POUR LE PLACEMENT, LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET L ACCOMPAGNEMENT DES TRANSITIONS PROFESSIONNELLES DES DEMANDEURS D EMPLOI

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

Métiers d avenir Recueil Prospectif

Métiers d avenir Recueil Prospectif Métiers d avenir Recueil Prospectif La méthode Objectifs Effets Résultats Tendances Contribuer à la régulation offre/demande emploi et compétences sur le marché: informer et adapter l offre de services

Plus en détail

Quels mécanismes de financement pour la rénovation énergétique des bâtiments? Coalition France pour l'efficacité énergétique

Quels mécanismes de financement pour la rénovation énergétique des bâtiments? Coalition France pour l'efficacité énergétique Quels mécanismes de financement pour la rénovation énergétique des bâtiments? Coalition France pour l'efficacité énergétique 05/01/15 Qui sommes nous? Les contributeurs du present document sont des associations

Plus en détail

COMPATIBILITÉ ET COMPLÉMENTARITÉ DES INSTRUMENTS

COMPATIBILITÉ ET COMPLÉMENTARITÉ DES INSTRUMENTS POUVOIR DE MARCHÉ DES AGRICULTEURS COMPATIBILITÉ ET COMPLÉMENTARITÉ DES INSTRUMENTS Jean-François Sneessens Université Catholique Louvain I II. III. IV. POSITION FAIBLE APPROCHE ÉCONOMIQUE VARIÉTÉS D INSTRUMENTS

Plus en détail

Rencontres Estivales Form A Ouest août t 2001 - Limoges /CHEOPS Faire du Crédit Mutuel la banque de toutes les proximités s?

Rencontres Estivales Form A Ouest août t 2001 - Limoges /CHEOPS Faire du Crédit Mutuel la banque de toutes les proximités s? Rencontres Estivales Form A Ouest août t 2001 - Limoges /CHEOPS Faire du Crédit Mutuel la banque de toutes les proximités s? Une structure, un fonctionnement en réseau sont-ils des atouts pour le Crédit

Plus en détail

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012 Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 212 Sommaire Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. La rénovation du parc existant, élément clé des enjeux

Plus en détail

FICHE UNITE D'ENSEIGNEMENT

FICHE UNITE D'ENSEIGNEMENT Licence en Marketing Objectifs de la formation (compétences visées, connaissances acquises à l'issue de la formation) L'objectif de la licence «Marketing», diplôme en Sciences commerciales, consiste à

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

Convergence réglementaire dans le Partenariat transatlantique

Convergence réglementaire dans le Partenariat transatlantique Convergence réglementaire dans le Partenariat transatlantique Etat des négociations 2013 : détermination du champ des discussions et identification des difficultés. La convergence réglementaire concentrerait

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail