Analyse de consultations médicales en présence d'un intermédiaire linguistique non professionnel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de consultations médicales en présence d'un intermédiaire linguistique non professionnel"

Transcription

1 Analyse de consultations médicales en présence d'un intermédiaire linguistique non professionnel par Véronique TRAVERSO Groupe de Recherche sur les Interactions Communicatives CNRS / Université Lumière Lyon 2 France Résumé Dans cette communication, nous présenterons une recherche en cours sur la communication interculturelle dans le cadre de la consultation médicale. La méthodologie utilisée est celle de l'analyse des interactions : enregistrement d'échanges réels en situation, transcription et description des faits saillants et récurrents. Nous nous concentrerons sur une situation particulière : celle où le médecin et le patient ne partagent pas la même langue et où la consultation se déroule donc en présence d'un intermédiaire linguistique. À cette situation peuvent correspondre différents cas de figure que nous détaillerons en fonction de différents facteurs (connaissances linguistiques, relation de l'intermédiaire linguistique au patient, fréquence des consultations, etc.). Les analyses porteront essentiellement sur les modes de gestion de l'interaction par les participants : - statut respectif des deux langues en présence (la langue officielle de la consultation et la langue du patient) - types de configuration du "trilogue" "médecin - patient - intermédiaire linguistique" selon les moments de l'interaction. Elles chercheront à mettre en évidence des moments critiques pour la communication et surtout la manière dont les partenaires y font face en adoptant des solutions qui permettent de "faire avancer la consultation".

2 Analyse de consultations médicales en présence d'un intermédiaire linguistique non professionnel Véronique Traverso Groupe de Recherche sur les Interactions Communicatives CNRS / Université Lumière Lyon 2 Cet article présente une recherche en cours sur la communication entre patients migrants et personnel soignant dans un service hospitalier 1 à Lyon. Après une présentation rapide de la problématique de cette recherche, il se concentre plus précisément sur les problèmes posés par la gestion de la consultation médicale en présence d'un intermédiaire linguistique. 1. Présentation de la recherche 1.1. Objectif L'objectif de la recherche est essentiellement descriptif : observer comment la communication fonctionne entre patients migrants et soignants, et plus précisément dans des situations où les disparités linguistiques / culturelles constituent une réalité qu'ils doivent nécessairement prendre en compte dans leurs échanges Cadres de l'analyse Méthodologie La méthodologie utilisée est celle du travail de terrain et de l'analyse des interactions. Elle vise à identifier les procédures utilisées par les acteurs pour effectuer les actions sociales. Sur le plan purement matériel, la démarche de recherche consiste à enregistrer les échanges en situation naturelle, à en effectuer une transcription méticuleuse, puis à les décrire à partir du repérage de faits saillants et récurrents dans les comportements communicatifs des participants Arrières-plans théoriques La question posée dans notre recherche se situe au croisement de deux champs de recherche bien délimités en analyse des interactions : celui qui s'est construit autour des interactions thérapeutiques, et celui qui concerne la rencontre interculturelle et la communication exolingue. La consultation médicale La consultation médicale a fait l'objet, dans des perspectives disciplinaires variées (sociologiques, psychologiques, ou linguistiques), de très nombreux travaux, dont un grand nombre trouvent leur inspiration initiale dans l'analyse de la relation de service proposée par Goffman (1969). Ces travaux abordent la consultation selon plusieurs perspectives qui permettent d'en mettre en évidence différents aspects, certains liés à la situation de face-à-face en tant que telle (le script des échanges, les normes des interactions de ce type, le travail de "figuration" et la relation de rôle qui s'y joue) 2, d'autres faisant intervenir des perspectives plus institutionnelles et organisationnelles 3. L'approche proposée ici est du premier type : elle se concentre sur l'interaction de face-à-face. Pour les analyse, j'ai pris comme point de départ de la réflexion plusieurs éléments que la description des situations de consultation médicale a permis de mettre en évidence. Le script La consultation médicale comporte un certain nombre de séquences qui s'enchaînent de façon relativement stéréotypée, constituant son script. Les étapes suivantes ont été détaillées dans les descriptions (voir sur ce point Cosnier 1993, ou ten Have 2001) : ouverture définition du problème interrogatoire examen diagnostic (discussion du diagnostic) prescription clôture. 1. Recherche qui s'est développée en relation avec le programme DO-RE "Communication entre soignants et patients migrants : quels moyens pour quelle efficacité? quelle responsabilité pour le personnel infirmier? quelle variation selon les services?", piloté par L. Gajo. 2. Voir, par exemple, Cosnier, Grosjean, Lacoste, Voir Grosjean et Lacoste 1999.

3 L'asymétrie La consultation médicale fonctionne sur une asymétrie des rôles, liée à la possession par le médecin d'un savoir spécialisé dont le patient est dépourvu, et qui est la raison même de la venue de ce dernier en consultation. Cette asymétrie est définitoire de la situation, mais n'empêche pas que se déroulent localement des négociations entre le médecin et le patient sur une décision, un traitement, l'importance d'un symptôme, etc. (voir par exemple Lacoste 1980, ou Cosnier, Grosjean, Lacoste, ibid.). En fait, les savoirs mis en jeu dans la consultation sont de différentes natures. Lacoste (1993 : 49) 4 les répartit en différentes catégories : les savoirs du patient (événements biographiques, rencontres avec d'autres médecins, symptômes et évolution passée de sa maladie) ; les savoirs du médecin (connaissances médicales spécialisées) ; les savoirs du médecin et du patient (ce qu'ils ont acquis en commun au cours de la consultation concernée ou avant) ; les savoirs de membre de la communauté (ce que savent les membres d'une communauté sociale parlant le même langage : ensemble illimité de connaissances vagues ou précises, de règles morales ou cognitives supposées communes, de "faits de bons sens"). La rencontre interculturelle et la communication exolingue Les consultations entre patients migrants et soignants peuvent d'autre part être étudiées dans le cadre des travaux sur les rencontres interculturelles et la communication exolingue (Porquier 1984). Ce sont en effet des situations qui se caractérisent par l'existence de disparités culturelles et/ou linguistiques entre les participants. Comme l'ont montré les très nombreux travaux sur ce type de situations, les participants y développent des stratégies spécifiques de facilitation de la communication et un très important travail de figuration 5 visant à réparer l'inégalité découlant de la compétence réduite ou défectueuse de l'un des partenaires dans la langue de communication utilisée. Dans nos situations, cette inégalité est accentuée par l'existence de l'asymétrie des savoirs entre le patient et le médecin. Dans cet article, je me concentrerai sur un cas particulier de communication exolingue, celui où la langue officielle de la situation, le français, n'étant pas maîtrisée par le patient, la présence d'un intermédiaire linguistique est nécessaire 6. Dans ces cas, non seulement les disparités linguistiques influencent la communication, mais elles formatent et structurent totalement la situation. 2. Le déroulement de la recherche 2.1. Le terrain Le travail de terrain a été effectué dans une clinique mutualiste de la banlieue lyonnaise, entre janvier 2000 et avril Il s'est déroulé en trois étapes : tout d'abord plusieurs rencontres avec une médecin du service de gynécologie obstétrique de la clinique et la surveillante chef du service de maternité, puis, durant un mois, plusieurs demi-journées de présence par semaine dans le service de maternité ou à la consultation en tant qu'observatrices, enfin, durant 3 mois, enregistrement de différentes situations de communication Les données collectées sont de différents types. 1) Des observations. L'accueil qui nous a été réservé et la possibilité que nous avons eue de passer du temps, tant dans le service de consultations que dans celui de maternité nous a permis de nous imprégner peu à peu de l'ambiance de travail et aussi de comprendre, dans une certaine mesure tout au moins, les modes de fonctionnement. 2) Des entretiens. Les entretiens réalisés sont de type (très) informel : ils ont été effectués parfois au cours d'un rendez-vous expressément pris, plus souvent au cours d'échanges à bâtons rompus durant notre présence sur le terrain, particulièrement au moment du repas. 3) Des enregistrements "audio" d'interaction qui ont été effectués : à la consultation de gynécologie : interactions "médecin / patiente" au secrétariat de gynécologie : interactions "secrétaires / patiente (/médecin)" 4. Elle les aborde à travers la notion de "territoire" (Goffman, 1974). 5. Goffman Sur ce type de situations, voir Müller 1989 et De Stefani et al., Par Lorette Rivière pour sa recherche de maîtrise "L'information dans l'interaction médicale et les problèmes liés à l'hétérogénéité culturelle des patients, mémoire de maîtrise de Sciences du Langage de l'université Lumière Lyon 2, 2001", et par moi-même.

4 au service de maternité - pendant la grande visite : interactions "équipe médicale / patientes" - pendant les visites du matin : interactions "infirmières / patientes" Le total des enregistrements représente environ 40 heures : 20 heures à la consultation de gynécologie ; 20 heures au service de maternité + secrétariat. Tous ne sont pas utilisables pour des raisons de qualité sonore. 3. Les disparités culturelles 3.1. La vision des disparités culturelles qui se dégage des entretiens Avant d'en venir à l'analyse du corpus, il est intéressant d'observer ce qui se dégage des entretiens sur ce point. Les (difficultés liées aux) disparités culturelles sont volontiers commentées dans les entretiens et illustrées d'exemples qui semblent venir immédiatement à l'esprit. Elles sont aussi l'objet fréquent de commentaires qui alimentent les discussions de couloir dont les thèmes sont récurrents : les différences dans la représentation du temps (problèmes posés : les retards voire les absences aux rendez-vous, le non-respect des horaires de visite) ; les différences dans la conception de la relation individu-groupe (problème posé : les chambres sont souvent envahies par des visiteurs trop nombreux) ; les différences religieuses se traduisant par des problèmes dans la conception des relations entre sexes et dans celle de la maternité (par exemple, maris refusant que leur femme soit examinée par un médecin homme, refus de contraception) ; - les différences alimentaires (la question des interdits alimentaires est gérée de façon non problématique, mais des problèmes se posent à propos de la nutrition des femmes pendant leur grossesse ou après leur accouchement, les familles considérant souvent que les conseils donnés par les médecins, comme "surveiller son poids pendant la grossesse", sont inadéquats, et surtout que les repas servis aux accouchées à la clinique sont inappropriés, et se chargeant d'apporter les mets "requis" 8 ) ; - les différences dans la conception de ce qui est dû aux patientes (problème, semble-t-il récurrent, du paiement du supplément pour les chambres individuelles - non remboursé par la sécurité sociale). Signalons que l'existence de ces différences est par ailleurs aussi présentée par les soignants comme enrichissante pour eux : ainsi, il nous est dit à plusieurs reprises que les femmes d'autres cultures ont un rapport plus simple à la maternité, moins médicalisé et plus naturel ("on en apprend"). Les (difficultés liées aux) disparités linguistiques, quant à elles, sont rarement évoquées spontanément dans les entretiens. Pour commencer, ces cas ne sont pas très fréquents (dans nos enregistrements, il apparaît effectivement que cette situation se produit une ou deux fois par demi-journée). Lorsque les soignants sont interrogés sur ce point, les évocations faites sont généralement plutôt à tonalité euphorique ; elles concernent les modes de faire qui se sont peu à peu mis en place et qui fonctionnent bien, comme le recours à des patientes parlant la même langue, le fait de téléphoner à une voisine qui peut épeler un nom par exemple. À la question de savoir s'il semblerait préférable que les consultations se déroulent en présence d'un intermédiaire linguistique professionnel, les médecins répondent négativement, en invoquant le fait d'avoir l'habitude et de savoir "se débrouiller" et surtout la nécessité pour la patiente d'avoir confiance en l'interprète, point particulièrement crucial dans le domaine de la gynécologie Une typologie des situations de disparité culturelle Pour le présent article, seules les consultations se déroulant en présence d'un intermédiaire linguistique sont étudiées. La question des disparités culturelles est néanmoins pertinente dans quasiment toutes les interactions, pour peu que l'on adopte une définition étendue du terme "culture". Sur ce point, les interactions peuvent se répartir en différentes catégories Absence de culture médicale chez la patiente Ce cas correspond à la consultation médicale ordinaire, caractérisée par l'asymétrie des savoirs inhérente à la situation. Elle est particulièrement frappante dans nos données, du fait que de très nombreux couples consultent pour des problèmes d'infertilité et se trouvent donc engagés dans des procédures d'analyses et de traitement extrêmement longues et complexes Disparités dans les références culturelles d'arrière-plan Ces cas sont ceux qui viennent immédiatement à l'esprit au cours des discussions (voir entretiens). 8. Voir sur cette question l'article de Khalid, 2001.

5 Différences dans les comportements interactionnels Les situations de cette catégorie sont celles où des différences entre le comportement interactionnel attendu par le médecin de la part de la patiente et celui qu'elle adopte effectivement (ou inversement) peuvent être la source d'inférences négatives susceptibles de créer des problèmes dans la communication 9. Ces différences peuvent relever de différents niveaux, des plus "microscopiques" (un ton de voix, une intonation) aux plus globaux, par exemple les formes discursives choisies. Elles peuvent être l'indice de représentations différentes de la situation et de la relation de rôle qu'elle implique. Voici un exemple de ce type de situations tiré du corpus : Une femme portugaise vient consulter parce qu'elle prend du poids. Elle se plaint de son traitement et demande au médecin de le lui changer, ce que cette dernière accepte de faire. À plusieurs reprises au cours de la consultation, la patiente essaie d'obtenir du médecin la certitude que ce nouveau traitement ne la fera pas grossir, ce qu'elle ne peut assurer. À la clôture de la consultation, alors qu'elles sont toutes deux debout et que le médecin se dirige vers la porte du cabinet, la patiente relance l'interaction de la manière suivante (P : patiente, M : médecin) P- bon\ si i'm'fait grossir je reviens encore M- ah oui (.) tout d'suite P- (EN RIANT) c'est la vérité (.) j'espère qu'i m'fait pas grossir s'i te plaît M- ben j'espère hein P- ben oui pa'c'que- ba c'est la vérité je mange pas beaucoup/ [ M- [ouais (elle soulève son pull) P- regardez [me] ventre (elles sont debout et elles rient toutes les deux) M- (en rentrant le ventre) i faut faire comme ça P- ah oui ma: regardez/ M- eh ouais P- alors c'est toi qui m'fais grossir (silence) P- moi je-je mange pas- je mange qu'les biscottes pas sel et pas d'sucre i' m'fait grossir quand même/ M- ah l'sel ça fait ouais (.) pas trop en manger quoi [...] P- bon je [va] voir si i m'fait grossir je viens ici [ma je paie plus M- [vous v'nez tout d'suite P- je paie rien du tout je paie plus que (inaud.) M- (RIRES) p- (RIRES) (ouverture de la porte, elles sortent) Dans ce cas de communication exolingue, la patiente est tout à fait capable de s'exprimer en français. Elle parle cependant avec un très fort accent, et alterne l'emploi du pronom "tu" et "vous". Mais ce sont surtout les représentations d'arrière plan qui se dégagent de son comportement dans la situation qui seraient susceptibles de poser problème : par exemple le fait qu'elle mette en cause directement le médecin ("c'est toi qui me fais grossir") ou qu'elle menace de ne plus payer, mettant ainsi au cœur de la discussion la partie "contractuelle" de la consultation médicale qui est généralement, comme le dit Goffman, pudiquement écourtée (1969 : 383), pour ne pas dire passée sous silence. Dans cet extrait, les rires l'emportent, mais des émotions autrement plus négatives et préjudiciables au bon déroulement des échanges peuvent naître dans ce genre de situations Maîtrise imparfaite du français par la patiente (ou cas où l'intermédiaire lui-même maîtrise imparfaitement le français) Cette situation, parfois observée, se caractérise essentiellement par des patientes qui parlent extrêmement peu. Pour être étudiées, elles exigeraient des observations longitudinales sur des périodes de temps longues et des entretiens systématiques qui permettraient de mesurer jusqu'à quel point les patientes comprennent ce qu'on leur dit. On peut faire l'hypothèse qu'en cas de problème ces patientes ne viennent plus seules Présence d'un intermédiaire linguistique Dans nos situations, les intermédiaires linguistiques sont non professionnels, ce sont des proches de la patiente. Dans les faits, ces situations de consultations "trilogales" sont assez différentes les unes des autres selon 10 : 9. Voir les analyses de ce type de problèmes par exemple dans Gumperz et al. 1979, Erikson et Schultz Voir Knapp K.-Potthoff A., Knapp K., 1987.

6 1) le niveau de la patiente en français. Il peut aller d'une ignorance quasiment totale (sauf "bonjour", "ça va", "merci"), à une connaissance suffisante pour suivre certains passages de l'interaction et pour comprendre des choses simples ("allez vous peser"), voire pour intervenir directement, au cas plus rare d'une connaissance de la langue (imparfaite sans doute), mais d'un refus de la parler ; 2) le niveau de l'intermédiaire en français, qui peut lui aussi être très variable ; 3) la relation entre l'intermédiaire et la patiente dont la nature influence nécessairement la communication. Dans les données enregistrées, les intermédiaires sont de trois "catégories" : les filles 11, le mari, ou les amies ou femmes adultes de la même famille. 4. Le cas de la consultation en présence d'un intermédiaire linguistique 4.1. Une représentation préliminaire de l'interaction Pour étudier cette situation, j'ai pris comme point de départ une représentation diachronique de la situation, qui me semble se justifier pour deux raisons. La première tient à la "fidélité" des patientes. Cette fidélité provient du type de consultations dont il s'agit (gynécologie obstétrique) où, pour les suivis de grossesse, une visite par mois a lieu pendant la durée de la grossesse. Dans bien des cas, par ailleurs, les différentes femmes d'une même famille, souvent de différentes générations, viennent consulter à la clinique, chez le même médecin. La seconde raison est que la représentation en diachronie permet de prendre en compte d'emblée l'importance du dossier médical des patientes. On peut signaler sur ce point que les soignants, lorsqu'ils sont interrogés sur les problèmes linguistiques avec les patientes migrantes, établissent une forte différence entre le premier rendez-vous (où justement il faut mettre en place le dossier médical) et les suivants (où cette base est déjà établie) ; tous insistent sur le fait que, dans ces situations, le dossier devient vraiment le centre de la consultation. Cette représentation diachronique peut être la suivante : axe du temps > dossier (t-1) => rencontre au temps t => dossier t La rencontre au temps t, quant à elle, peut se schématiser ainsi : I <-> M en français traduction et apport I P I <-> P interaction en langue étrangère (traduction et conversation) M P <-> M interaction en français Dossier L'écriture dans le dossier constitue toujours une forme de traduction Sur le plan des langues, la situation se caractérise par : une langue "officielle", le français : c'est la langue dans laquelle sont produites les paroles qui constituent à proprement parler la consultation, c'est-à-dire celle dans laquelle sont formulées les questions ("depuis combien de temps vous avez mal?") et les injonctions du médecin ("il faudrait vous peser"), dans laquelle est formulé le diagnostic, dans laquelle est rédigée l'ordonnance, enfin dans laquelle sont notées les informations du dossier ; une langue qui est "gommée" de l'interaction, la langue du patient (dans notre corpus le turc ou l'arabe) qui est partagée avec l'intermédiaire. Même si cette langue intervient au cours de la consultation, elle peut être considérée comme gommée, tant dans l'ici et maintenant de la consultation (au moment où est produite la "traduction" en français, seule qui sera traitée ; plus encore lorsque ce que dit la patiente n'est pas traduit et n'existe donc pas dans le circuit officiel de communication) que dans la mémoire de l'interaction et dans les traces qui en resteront (le dossier). la traduction, elle, est censée fonctionner dans les deux sens : traduction des propos du médecin tenus en français vers la langue de la patiente, traduction des propos de la patiente dans sa langue vers le français. Comme nous allons le voir, ce n'est pas toujours ce qui se passe dans les faits Analyse du corpus Dans les analyses qui suivent, j'ai choisi de relever un certain nombre d'éléments apparaissant dans le corpus et qui semblent être potentiellement problématiques. 11. Situation considérée comme gênante par les soignants.

7 La complexité des cadres de participation La consultation en présence d'un intermédiaire linguistique est une situation trilogale : médecin patient intermédiaire. Elle pose les problèmes habituels de distribution de la parole dans les trilogues : qui parle à qui? à qui est adressé la parole? C'est en particulier au niveau de la réception des propos du médecin que les choses sont délicates. En effet, toutes les paroles prononcées par le médecin ne sont pas traduites. On peut dès lors considérer qu'elles sont traitées comme destinées à l'intermédiaire, qui les arrête en quelque sorte. L'étude devrait prendre en compte la diachronie, non seulement du côté de l'institution hospitalière (i.e. le dossier), mais aussi du côté du patient, en observant ce qui se passe après la consultation. Dans le quotidien du service, on observe que la situation est souvent plus complexe encore qu'un trilogue, puisqu'il n'est pas rare que plusieurs femmes regroupent leurs rendez-vous, une seule d'entre elles parlant français. L'exemple suivant est tiré d'une consultation où trois femmes turques se trouvent simultanément dans le cabinet (accompagnées de deux enfants en bas âge), et consultent toutes les trois. Se pose alors un problème de sérialisation des interactions, les patientes ayant tendance à imbriquer les trois consultations. Trois femmes. 8/03/01. Troisième patiente M est en train d'ausculter Madame P, Madame IP revient sur sa propre consultation, qui a précédé (M : médecin, P : patiente, IP : intermédiaire linguistique parente) M- ça va/ l'épisio ça fait pas mal P- non M- (on vous a) bien coupée hein (.) ça va/ P- hm M- là ça fait pas mal (inaud.) j vais vous donner quelque chose (.) ça va passer ça normal ment hein (.) elle a encore une p tite douleur au niveau d la cicatrice mais ça va passer IP - euh:: o yarasi acirmis5 sonra gecermis [la blessure de coupure ça fait mal mais après ça va] P- humhum (silence. M se lave les mains) M- (inaud.) IP - voyez où vous m'avez touchée là maint nant j'ai des douleurs M- oui IP- et chaque fois c'est comme ça M- oui oui oui (l'enfant se met à pleurer, M revient au bureau) M- y a des maladies d vessie dans vot pays? (inaud. Les deux enfants se sont mis à pleurer) M- des bilarzhiozes des trucs comme ça (inaud. Elles parlent de sucettes. M dit "chu chu chut") M- Madame D. vous pesez combien? À la ligne 12, l'intermédiaire revient sur sa propre consultation qui a eu lieu juste avant : des lignes 12 à 19, le médecin est ainsi conduit à s'engager dans une autre interaction que celle qui est en cours, puis doit réinitier la consultation en cours avec Madame D à la ligne Les difficultés à effectuer le "travail du patient" J'emprunte cette notion à Lacoste (1993) qui, s'inspirant du travail de Strauss sur le patient hospitalisé (1992), l'applique à la consultation médicale. Elle définit ce travail du patient (ce qu'il est attendu qu'il fasse ou s'abstienne de faire) selon diverses composantes : un travail de remémoration biographique, essentiel lors des premières consultations, lorsque le médecin entreprend de reconstituer l'histoire du patient. un travail de remémoration de la maladie en cours et un travail descriptif qui portent sur la qualification des événements (nomination, description des symptômes), un travail de signalement qui concerne les faits supplémentaires que le patient pourrait avoir à signaler en plus de ce qui fait l'objet principal de la consultation. un travail de coopération corporelle. Chacune des composantes de ce travail est susceptible de poser problème lors de la consultation en présence d'un intermédiaire linguistique. Je développerai essentiellement ceux liés au travail descriptif et de remémoration de la maladie. Celui-ci, mettant en œuvre les types de savoirs présentés en 1.2, est l'occasion d'observer la complexité de nos situations. Il faut en effet intégrer une autre typologie des savoirs pour décrire ce qui se passe,

8 si l'on prend en compte l'intermédiaire dans la situation : les savoirs de la patiente partagés avec l'intermédiaire les savoirs absents, parmi lesquels se distinguent :. les savoirs dont ne dispose pas l'intermédiaire et qui sont traduits. les savoirs "tabous" dont on ne parle pas entre la patiente et l'intermédiaire. les savoirs dont ne disposent ni la patiente ni l'intermédiaire. L'exemple suivant permet d'observer la complexité de la situation sur ce point : Mère et fille turques. 22/02/01. (M : médecin, P : patiente, IF : intermédiaire linguistique fille) M- (VOIX BASSE. Elle écrit) alors:/ (.) vous avez quel âge/ (silence) IF- (A VOIX BASSE) 46 bientôt M- 46 (inaud.) (elles parlent entre elles, inaud.) très bien/ (.) allez\ (ferme le dossier) j vais vous examiner/ IF- (on/elle) voulait vous dire/ elle a:- elle a une genre de boule sous la- sous- sous- sous la poitrine (silence) M- ah ouais on va r garder IF- surtout quand elle a- elle a (inaud.) fin c'- elle a une boule/ M- une grosse/ IF- ben::: (j sais pas/j'crois)= M-=on va r garder (.) depuis quand/ IF- ne zamadan beri oldu? (.) boule [depuis quand?] P- ne bileyim [je ne sais pas] IF- je ne sais pas On peut observer ici : les savoirs partagés entre I et P : concernant l'âge, ligne 3, concernant la raison d'être de la visite formulée directement par l'intermédiaire, ligne 6 ; parmi les savoirs absents : ceux dont ne disposent ni la patiente ni l'intermédiaire, ligne 14-18, et sans doute ceux qui sont tabous (hésitations, bafouillements), ligne Les tâches du traducteur et leurs difficultés Pour finir, je distinguerai quelques-unes des tâches qui incombent à l'intermédiaire, et dont l'analyse du corpus montre qu'elles sont effectuées de façon potentiellement problématique Présenter le problème Outre la question des savoirs, se pose celle de la "clarté d'exposition" du problème de la patiente. Dans notre cas, cet exposé n'est pas toujours très clair, comme ici : Deux femmes turques. 12/04/01 IP - (inaud., en turc) P- (inaud., en turc) IP - (RIRE) elle est trop fatiguée pa ce que bon\ (.) elle a eu du r tard/ (.) [et elle M- [oui IP - a pas envie de prendre tout d suite une prise de sang pa ce que::: elle a peur de pas avoir un enfant pa ce que non non c'est pas un enfant\ non non c'est pas un enfant\ à la fin on a pr- pris une prise de sang/ [ mais avant d'chercher les résultats/ (.) elle sentait trop mal (.) elle arrivait M- [oui\ IP - pas à rester d bout comme si elle va s'é- s'é- s'effondrer ou alors euh: pe- perdre conscience (.) et: puis elle a ses règles/ (.) [et:: M- [d'accord\ et les bétahcg sont positifs IP - oui: et: à c qui paraît ils ont dit (inaud.) qu'elle soit enceinte M- oui\ (.) vous allez vous installer/ et puis on- j vais vous examiner\ K- (inaud.)

9 La description du problème exposé ici fera par la suite l'objet d'une élaboration coopérative (souvent entre les trois partenaires). Mais on voit que, dans cette première phase, le médecin passe très vite à l'auscultation. La confusion de l'exposé du problème peut provenir de la compétence parfois incertaine de l'intermédiaire en français ainsi que de possibles différences culturelles dans les modes d'exposition. Elle est peut-être aussi due au fait qu'il ne s'agit pas d'une traduction, mais d'un exposé effectué sur la base de savoirs de "deuxième main", provenant de la fréquentation personnelle de la patiente par l'intermédiaire et sans doute de la préparation de l'entretien Suivre ce qui se passe L'interprétation dans cette situation exige de l'intermédiaire bien d'autres compétences que linguistiques. L'une d'entre elles concerne sa vigilance à l'égard de ce qui se passe. On observe que des problèmes apparaissent surtout à l'étape de l'auscultation : l'intermédiaire n'a alors plus d'accès visuel à la situation de consultation, puisque le médecin et la patiente sont derrière un paravent, mais il doit rester attentif à ce qui se dit pour traduire, en cas de besoin. On observe que ce n'est pas toujours le cas, et que le médecin est parfois obligé d'appeler l'intermédiaire pour attirer son attention Sélectionner L'aspect sans doute le plus problématique de la situation tient au fait que l'intermédiaire ne traduit pas tous les propos tenus dans la situation (ni l'intégralité des échanges dans la langue étrangère qu'il a avec la patiente, ni l'intégralité des propos du médecin) 12. S'il traduit les questions auxquelles il ne peut répondre directement, il a tendance à opérer une importante sélection dans les propos du médecin. L'observation montre en particulier qu'il a tendance à ne pas traduire les paroles produites par ce dernier en accompagnement de l'action qu'il est en train d'effectuer, paroles visant à rassurer la patiente, à lui expliquer ce qui est fait et à la prévenir de ce qui va être fait. L'intermédiaire choisit souvent de ne traduire que ce qui est injonctif : Pose de stérilet. Couple maghrébin. 29/03/01. (M : médecin, P : patiente, IM : intermédiaire linguistique mari) M- vous allez tousser un p tit peu ça va piquer (.) allez-y (silence)im- s alï [tousse]p- (elle tousse)m- très biencette sélection est susceptible de poser problème à toutes sortes de niveaux : celui de la coopération corporelle de la patiente dans des actes médicaux délicats (l'énoncé du médecin peut, comme ci-dessus, avoir par exemple comme but de prévenir la patiente de ce qui va se passer afin qu'elle n'effectue pas un mouvement malencontreux), celui de l'application du traitement ou du respect des consignes pour l'après-consulation. Cette sélection effectuée par l'intermédiaire me conduit au dernier point que je souhaiterais souligner, qui concerne la gestion des émotions dans la consulation. Cette dimension de la situation n'est jamais vraiment thématisée. Dans les cas difficiles, le médecin exprime plutôt son empathie de façon indirecte, par exemple par le fait même d'apporter des explications, qui ont aussi un rôle au niveau de la relation interpersonnelle (comme on le voit ci-dessus, elles sont généralement non traduites). Il manisfeste surtout cette empathie par différents indices vocaux et non-verbaux (les intonations, le ton de voix, le regard, les mimiques). Mais, dans la communication avec des patientes migrantes qui ne comprennent pas la langue, même si ces éléments paraverbaux et non verbaux sont bien perçus, il est difficile de mesurer jusqu'à quel point ils sont décryptés, les marques prosodiques et les mimiques ne signifiant pas la même chose dans toutes les cultures. Conclusion Un relevé de pistes de réflexion ne se prête guère à la formulation de conclusions. Je me contenterai de quelques remarques. Tout d'abord, on observe que l'analyse de ces situations oblige à poser les problèmes à l'intersection des questions de la traduction et de la médiation, la partie traduction proprement dite dans ces interactions étant au total assez réduite. Par ailleurs, il apparaît clairement qu'une analyse à différents niveaux s'impose, puisqu'on mesure à quel point les questions d'information par exemple sont en réalité entremêlées avec les caractéristiques situationnelles (par exemple la configuration des lieux, le fait que l'intermédiaire voie ou pas ce qui se passe, etc.), ou les données interpersonnelles (la relation entre l'intermédiaire et la patiente, la gestion des émotions dans la situation). On observe enfin que la compréhension de ce qui se passe nécessite une vision longitudinale des choses : dans l'idéal, il faudrait avoir accès à ce qui se passe après la consultation entre la patiente et son intermédiaire, pour pouvoir mesurer ce qui lui parvient réellement de ce qui s'est dit dans la situation, et sous quelle forme. 12. On retrouve ici, sous une autre forme, la questions des activités discursives qui se tiennent au cours de la consultation (les échanges conversationnels, les plaisanteries, etc.).

10

11 Bibliographie Cosnier, Grosjean, Lacoste, dir. 1993, Soins et communication, Lyon : PUL. De Stefani E., Miecznikowki J., Mondada L., 2000, Les activités de traduction dans des réunions de travail plurilingues. Können sie vielleicht kurz übersetzen?", Revue française de linguistique appliquée, V-1 : Erickson F. et Schultz J., 1982, The counselor as gatekeeper. Social interaction in interview, London : Academic Press. Goffman E., Asiles, 1969, Paris : Minuit (chapitre 4, Les hôpitaux psychiatriques et le schéma médical-type (quelques remarques sur les vicissitudes des métiers de réparateurs). Goffman E., 1974, Les rites d'interaction, Paris : Minuit. Grojean M., Lacoste M., 1999, Communication et intelligence collective, Paris : PUF. Gumperz J., Jupp T., Roberts G., 1979, Cross-Talk. A study of cross-cultural communication. Background material ans notes to accompany B.B.C. film, southhall (Midlesex) : The National center for industrial Language Training. Have ten P., "Sequential structures in doctor-patient interaction: ethnomethodology and history", Paper read at the conference Structure and Emergence of professionalized Praxis, J. W. Goethe-Universität, Frankfurt, Germany, September 26 28, 2001, consultable sur < Khalid B., 2001, "La construction des soins dans la situation d'échanges interculturels : l'exemple de la maternité", dans Lahlou & Vinsonneau (eds). Knapp K.-Potthoff A., Knapp K., 1987, "The man (or woman) in the middle : Discoursal aspects of nonprofessional interpreting", in Knapp K., Enninger W., Knapp-Potthoff A. (eds), : Knapp K., Enninger W., Knapp-Potthoff A. (eds), Analysing Intercultural Communication, 1987, Berlin / New Yok / Amsterdam : Mouton de Gruyter. Lacoste M., 1980, "La vieille dame et le médecin : contribution à une étude des échanges linguistiques inégaux", Études de linguistique appliquée, 37, Lahlou M., Vinsonneau G. (eds), La Psychologie au regard des contacts de cultures, Limonest : L'interdisciplinaire. Müller F.H., 1989, "Traduction en conversation bilingue. Quelques aspects de son ordre séquentiel et interactif", in Py B., Jeanneret R., Minoration linguistique et interaction, Genève : Droz. Porquier R., 1984, "Communication exolingue et apprentissage des langues", Acquisition d une langue étrangère III, Paris, Presses de l Université de Vincennes, Neuchâtel :

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

Perfectionnement au coaching Gestalt-coaching

Perfectionnement au coaching Gestalt-coaching VoieX (prononcer «voi-yé») a le plaisir d annoncer la formation : Perfectionnement au coaching Gestalt-coaching Jean-Paul Sauzède, Anne Sauzède-Lagarde et Catherine Deshays 10 jours en 2013-2014, à Lyon

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7 TEXT MINING 10.6.2003 1 von 7 A LA RECHERCHE D'UNE AIGUILLE DANS UNE BOTTE DE FOIN Alors que le Data Mining recherche des modèles cachés dans de grandes quantités de données, le Text Mining se concentre

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE Introduction I. Les étapes de la recherche d'information II. Méthodologie spécifique 2.1 Bibliothèque 2.2 Internet Conclusion INTRODUCTION Lorsque on débute une réflexion sur

Plus en détail

STATUTS. European Law Students Association (ELSA) Suisse

STATUTS. European Law Students Association (ELSA) Suisse SWITZERLAND STATUTS European Law Students Association (ELSA) Suisse I. DISPOSITIONS GENERALES Article Premier - Nom, Appartenance, Siège 1. L' «European Law Students' Association Suisse» (ELSA Suisse)

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Pour un usage plus sûr du téléphone portable

Pour un usage plus sûr du téléphone portable Pour un usage plus sûr du téléphone portable On commence tout juste à en parler : l utilisation du portable comporte des risques pour la santé. Pour tenter de les réduire, le Criirem (Centre de recherche

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

Convention de transcription CIEL-F

Convention de transcription CIEL-F Convention de transcription CIEL-F Version 4.4. 1 décembre 2010 Ces conventions sont inspirées de celles des groupes I, Freiburg et VALIBEL Principes généraux et logiciels utilisés pour la transcription

Plus en détail

Sportifs et médicaments Questions et réponses

Sportifs et médicaments Questions et réponses Sportifs et médicaments Questions et réponses Que puis-je faire pour éviter d'être contrôlé positif suite à la prise d'un médicament? Il y a deux façons de se procurer des médicaments : soit sur ordonnance

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches.

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches. Oui, mais c'est l œuvre de quelqu'un d'autre 1 «On parle souvent des cinéastes qui, à Hollywood, déforment l œuvre originale. Mon intention est de ne jamais faire cela»¹ «la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation

Plus en détail

L ENTRETIEN de Recherche

L ENTRETIEN de Recherche L ENTRETIEN de Recherche I. UTILISATION DE L ENTRETIEN DE RECHERCHE I.1. L entretien Exploratoire I.1.A. Caractéristiques Techniques Des Entretiens Exploratoires I.1.B. Fonctions De L entretien Exploratoire

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

L exercice de l autorité parentale après le divorce ou la séparation des parents non mariés

L exercice de l autorité parentale après le divorce ou la séparation des parents non mariés Secrétariat général Direction de l Administration générale et de l Équipement Sous-direction de la Statistique, des Études et de la Documentation L exercice de l autorité parentale après le divorce ou

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE DU COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LE COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE DU COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 90) SECTION I COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE 1. Le Conseil d'administration nomme 11 médecins pour agir à titre de membres

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU REFERENCEMENT NATUREL

GUIDE PRATIQUE DU REFERENCEMENT NATUREL GUIDE PRATIQUE DU REFERENCEMENT NATUREL Auteur Walid Gabteni, Consultant SEO édition du 20 Juin 2015 Source officielle du guide pratique du référencement naturel : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f3/guide_pratique_du_référencem

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès 111 GUIDE PRATIQUE Droit d accès QU EST-CE QUE LE DROIT D ACCÈS? page 2 COMMENT EXERCER SON DROIT D ACCÈS? page 3 POUR ACCÉDER A QUOI? page 5 QUELLE RÉPONSE ATTENDRE? page 6 QUAND ET COMMENT SAISIR LA

Plus en détail

! " # $ % & '! % & & # # # # % & (

!  # $ % & '! % & & # # # # % & ( ! " # $ % & '! % & & # # # # % & ( ' # $ " # # ) * ( + %, ' " # # # $ " '. / # #! 0 " $ ' # " # # " 1 $ " 1 " 1 # " / " 2 3 # $ " 2 3 1 4 # Information des instances Communication auprès du personnel

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

Une proposition de séquence relative à l étude des sons /an/, /on/ et de leurs graphies. Cadre général

Une proposition de séquence relative à l étude des sons /an/, /on/ et de leurs graphies. Cadre général Une proposition de séquence relative à l étude des sons /an/, /on/ et de leurs graphies Cadre général Analyse des difficultés : Ces phonèmes présentent une double difficulté : - au niveau de leur discrimination

Plus en détail

Statuts de la Coopérative suisse des artistes interpretes SIG

Statuts de la Coopérative suisse des artistes interpretes SIG Coopérative suisse des artistes interpretes SIG avenue de la Gare 2, CH- 2000 Neuchâtel, Tél. +41 77 251 97 96 Schweizerische Interpretengenossenschaft SIG Kasernenstrasse 15, CH- 8004 Zürich Tel +41 43

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Le recyclage des médicaments en question

Le recyclage des médicaments en question Le recyclage des médicaments en question On n y pense pas toujours, or il s'agit d'un geste nécessaire pour notre environnement : rapporter nos médicaments inutilisés ou périmés en pharmacie. Avant le

Plus en détail

Comment rédiger r une bibliographie? BULCO-Méthodologie documentaire-bibliographie-2010

Comment rédiger r une bibliographie? BULCO-Méthodologie documentaire-bibliographie-2010 Comment rédiger r une bibliographie? 1 Qu est ce qu une bibliographie? C est une méthode de classement et de présentation des documents. Il ne faut pas confondre bibliographie, référence bibliographique,

Plus en détail

Responsabilités du transporteur scolaire et des conductrices et conducteurs. Transport -responsabilités. Politique

Responsabilités du transporteur scolaire et des conductrices et conducteurs. Transport -responsabilités. Politique Section Page M04 202 Responsabilités du transporteur scolaire et des conductrices et conducteurs Transport -responsabilités Date 10 juin 2002 1 sur 5 Révision 13 avril 2015 Politique Les transporteurs

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

M a s t e r Mention «Information et communication dans les organisations»

M a s t e r Mention «Information et communication dans les organisations» Diplôme Bac + 5 Autres spécialités Communication des entreprises : Recherche : Professionnel Contacts UFR des sciences de la communication tél. : 01 49 40 32 72 master.comrhfi@sic.univ-paris13.fr master.comrhap@sic.univ-paris13.fr

Plus en détail

Structure et lignes de conduite

Structure et lignes de conduite Structure et lignes de conduite Comité provincial du site Web des AA du Québec Adopté le 29 mai 2004, à Trois-Rivières Modifié le : 26 février 2005, 18 juin 2005, 25 février 2006, 24 février 2007, 26 janvier

Plus en détail

Défaut de paiement : une obligation incomplète

Défaut de paiement : une obligation incomplète Défaut de paiement : une obligation incomplète La loi de 2003 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) organise l'enregistrement de tous les crédits à la consommation et crédits hypothécaires

Plus en détail

Conduite et Gestion de Projet - Cahier des charges

Conduite et Gestion de Projet - Cahier des charges Conduite et Gestion de Projet - Cahier des charges 1 Introduction Sophie Toulouse LIPN - Université Paris 13 +33.1.49.40.40.73 99 av. Jean-Baptiste Clément toulouse@lipn.univ-paris13.fr 93430 Villetaneuse

Plus en détail

Contenu disciplinaire (CK)

Contenu disciplinaire (CK) Compilation des suggestions apportées par les participants aux ateliers du Rendez-vous des conseillers pédagogiques Colloque de l AQPC 2013 Application technologique Trouver les causes, la biologie derrière

Plus en détail

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR Tous les produits achetés auprès d'apple, y compris les produits qui ne sont pas de la marque Apple, bénéficient de la garantie légale de conformité de 2 ans du vendeur, prévue

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT

UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT 23 UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT Comment aider votre enfant à vivre cette expérience Pour vous, pour la vie Une chirurgie d un jour pour votre enfant Votre enfant aura bientôt une opération

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent vinet-sixième session 126 EX/33 PARIS, le ler avril 1987 Original anglais/français Point 8.2 de l'ordre

Plus en détail

Bonifications pour tâches éducatives

Bonifications pour tâches éducatives 1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives Valables dès le 1 er janvier 2015 1 Aperçu Les dispositions actuelles de la loi AVS prévoient que lors du calcul de la rente, d'éventuelles bonifications

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

«Ceux qui ne partent pas» : document de synthèse

«Ceux qui ne partent pas» : document de synthèse «Ceux qui ne partent pas» : document de synthèse Introduction L'enquête «Volontariat international : à vous la parole» réalisée par JINOV international s'inscrit dans le cadre de la réflexion prospective

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

1. FONCTION STANBDARD 2. BOUTONS 3. ICONES ET DESCRIPTIONS 4. MISE EN MARCHE DU TELEAVERTISSEUR 5. ARRET ET DU TELE AVERTISSEUR 6.

1. FONCTION STANBDARD 2. BOUTONS 3. ICONES ET DESCRIPTIONS 4. MISE EN MARCHE DU TELEAVERTISSEUR 5. ARRET ET DU TELE AVERTISSEUR 6. 1. FONCTION STANBDARD 2. BOUTONS 3. ICONES ET DESCRIPTIONS 4. MISE EN MARCHE DU TELEAVERTISSEUR 5. ARRET ET DU TELE AVERTISSEUR 6. RECEPTION ET LECTURE DES MESSAGES 7. VERROUILLAGE ET DEVERROUILLAGE DES

Plus en détail

Recueil des réponses au questionnaire confié aux Professeurs de Ecoles Stagiaires (PES) lors de leur stage de janvier à l'iufm

Recueil des réponses au questionnaire confié aux Professeurs de Ecoles Stagiaires (PES) lors de leur stage de janvier à l'iufm Recueil des réponses au questionnaire confié aux Professeurs de Ecoles Stagiaires (PES) lors de leur stage de janvier à l'iufm - Contenu de la formation à l'iufm Quels contenus vous ont servi pendant ces

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

ENTRE LES MURS : L entrée en classe

ENTRE LES MURS : L entrée en classe ENTRE LES MURS : L entrée en classe Réalisation : Laurent Cantet Production : Haut et Court Genre : comédie dramatique Adaptation du livre «Entre les murs» de François Bégaudeau, éditions Gallimard 2006.

Plus en détail

L'art d'établir un ordre du jour efficace

L'art d'établir un ordre du jour efficace L'art d'établir un ordre du jour efficace Par Denise Edwards Extrait de : http://www.omafra.gov.on.ca/french/rural/facts/05 038.htm Table des matières Introduction Sources des points à l ordre du jour

Plus en détail

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency I PRÉAMBULE Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency Coach motive est déclaré sous le numéro de déclaration

Plus en détail

FAQ Conditions de candidature... 2 Procédure de candidature et remise de prix... 2 Le dossier de candidature... 3

FAQ Conditions de candidature... 2 Procédure de candidature et remise de prix... 2 Le dossier de candidature... 3 FAQ Conditions de candidature... 2 Peut-on poser sa candidature si on a achevé ses études entre le 01/09/2014 et le 31/08/2015 et si la remise du diplôme a lieu seulement après la clôture des dépôts de

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN 81 I) UNE ENTAME DE TYPE "SOCIAL" : LE BUREAU DE POSTE Le bureau de poste de St Herblain Preux est récent. La classe de CM de l'école proche ("Les Crépinais") pouvait y découvrir divers aspects de l'informatique

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

S initier aux probabilités simples «Question de chance!»

S initier aux probabilités simples «Question de chance!» «Question de chance!» 29-11 Niveau 1 Entraînement 1 Objectifs - S entraîner à activer la rapidité du balayage visuel. - Réactiver le comptage par addition jusqu à 20. - Développer le raisonnement relatif

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre A - Notion sur la tenue des livres : 1) Notions Générales : La tenue des livres consiste à inscrire sur des registres comptables les différentes

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes Électricité statique Introduction L'électricité statique peut apparaître comme peu importante de nos jours en regard de l'électrodynamique mais cette dernière a été précédée historiquement par l'observation

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La recherche d'une entreprise d'accueil

La recherche d'une entreprise d'accueil La recherche d'une entreprise d'accueil Comment faire ses démarches par téléphone! Ce document vous apporte quelques conseils ainsi que la démarche générale pour prendre contact avec les entreprises et

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

Hospit-All. L'assurance soins de santé qui règle tout ou presque

Hospit-All. L'assurance soins de santé qui règle tout ou presque L'assurance soins de santé qui règle tout ou presque L assurance hospitalisation : un avantage concret pour vos salariés. Chiffres à l appui. Depuis plusieurs années, le vieillissement de la population

Plus en détail

1 Gestionnaire de Données WORD A4 F - USB / 2014-04-05 / 6020 Alco-Connect

1 Gestionnaire de Données WORD A4 F - USB / 2014-04-05 / 6020 Alco-Connect 1 Gestionnaire de Données WORD A4 F - USB / 2014-04-05 / 6020 Alco-Connect Introduction... 4 Comment décrire le logiciel Cosmos?... 4 Quelles sont les fonctions de ce logiciel PC?... 4 Est-il possible

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET FINANCEMENTS DU PREDIT DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET FINANCEMENTS DU PREDIT DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET FINANCEMENTS DU PREDIT DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

Plus en détail

Entretien avec le Dr Michel HADJIMANOLIS, Consul de Grèce. Par Nicolas NICOLAÏDES (Président du MJN)

Entretien avec le Dr Michel HADJIMANOLIS, Consul de Grèce. Par Nicolas NICOLAÏDES (Président du MJN) 1. votre rôle et votre mission? Entretien avec le Dr Michel HADJIMANOLIS, Consul de Grèce. Par Nicolas NICOLAÏDES (Président du MJN) 1. Vous êtes Consul de Grèce. Pouvez vous nous expliquer en quoi consistent

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES article 1 Dispositions générales Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles L 6352-3 et L. 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du

Plus en détail

Éthique de la fin de vie

Éthique de la fin de vie Éthique de la fin de vie Marta SPRANZI Faire vivre ou laisser mourir? Deux enquêtes récentes se penchent sur les dilemmes moraux et médicaux qui se posent dans les services de réanimation néonatale et

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 C N F - Tunis Manuel du stagiaire Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 Formateur : Pr. Abdellah CHICHI Manuel du STAGIAIRE Page 1 sur

Plus en détail

La répartition du capital de Accor est détaillée dans la partie 6 de la présente note.

La répartition du capital de Accor est détaillée dans la partie 6 de la présente note. Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 596 680 254 Siège social : 2, rue de la Mare-Neuve 91000 Evry 602 036 444 RCS Evry Note d'information établie préalablement à l'assemblée

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

L'enquête complémentaire : Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit Observatoire de l'endettement des Ménages

L'enquête complémentaire : Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit Observatoire de l'endettement des Ménages L'enquête complémentaire : Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit. 1 INTRODUCTION Les moins de 30 ans, l argent et le recours au crédit.

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA

CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA Version en date du 31/08/2012 DEFINITIONS : - Compte OVH : Compte de facturation regroupant l ensemble des fonctionnalités et informations relatives à la facturation

Plus en détail

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU)

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) pour un cahier des charges des bases de données des produits de santé exigeant Rappelons pour mémoire que le législateur

Plus en détail