Communauté de communes de la Montagne thiernoise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communauté de communes de la Montagne thiernoise"

Transcription

1 DPS Paris Bar-le-Duc Communauté de communes de la Montagne thiernoise STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE : DIAGNOSTIC 14 septembre 2009

2 Plan Introduction Synthèse en images Une économie modelée par la géographie et l histoire : l importance des facteurs «lourds» Une remise en cause récente des bases économiques créant de l incertitude. Annexes Bibliographie Liste des personnes rencontrées Page 2 sur 80

3 Introduction Ce rapport présenté à l automne 2009 à la Communauté de communes de la Montagne thiernoise n est que le premier élément du travail entrepris fin juin à la demande de la CCMT. Pour des raisons de lisibilité, nous avons choisi de l articuler différemment des diagnostics classiques : D une part, pour l alléger, nous ne reprendrons pas tout ce qui a été dit dans d autres rapports : nous invitons nos lecteurs à se reporter aux autres sources (voir bibliographie) D autre part, pour sa compréhension, nous l avons construit sur un plan qui pourra dérouter de prime abord, mais dont la fonction essentielle est de donner le recul nécessaire pour aborder la seconde partie de l étude et la réflexion prospective qui est au cœur du projet économique. Nous ne visons donc pas l exhaustivité : dans les différents chapitres thématiques, nous avons sélectionné les informations qui nous paraissaient faire sens avec la commande : réfléchir à l évolution en cours et, dans le diagnostic, préparer la stratégie. Nous avons à l esprit que les élus ont à portée de mains toutes les études détaillées conduites par la CCMT ou par les organisations voisines : PNR, Arebat, Département, Région Un cédérom documentaire réunit le maximum de fichiers pour faciliter l accès aux écrits, photos, cartes, schémas, chiffres. Les documents de notre production ont été ajoutés pour une lecture plus aisée à plus grande taille. Page 3 sur 80

4 A/ Synthèse en images Notre parti pris est que le constat porté sur l évolution et l économie de la Montagne thiernoise se matérialise dans le paysage : d où le recours à l image pour faire voir l effet de mutations économiques. Certes, tout ne se voit pas directement mais des indices peuvent aider à percevoir des choses très abstraites comme les difficultés ou les progrès des entreprises, l évolution des rapports sociaux. Comme la politique des collectivités locales s inscrit dans la gestion d un territoire, nous nous attacherons donc à cette perception spatiale, même si elle n épuise pas le sujet. Page 4 sur 80

5 Page 5 sur 80

6 Page 6 sur 80

7 Page 7 sur 80

8 Page 8 sur 80

9 Page 9 sur 80

10 B/ Diagnostic Plutôt que de revenir et de recommencer de façon très classique les énumérations traditionnelles (la démographie, les voies de communication, l agriculture, l artisanat ), nous avons choisi le mode de la synthèse autour d une idée qui n a rien de révolutionnaire : le temps long qui a fondé l économie locale rencontre (télescope, pourrait-on dire) le temps court, très rapide, qui bouscule les équilibres anciens, construits patiemment depuis le Moyen-Âge. Ce choc, dont il faudra rappeler les origines, n est pas sans conséquence sur les choix politiques : choix de périmètres, choix de stratégies, choix d alliances. Avec quelques questions centrales que nous développerons : L économie industrielle, si elle est malmenée, est-elle en crise temporaire ou en déclin structurel? Ce métal et ce plastique qui jouent un rôle important dans l économie locale peuvent-ils faire place à d autres atouts (agriculture, bois, tourisme, services )? N est-ce pas délaisser la proie pour l ombre? Les territoires du temps long (à la fois locaux par exemple, le couple Montagne-Thiers.]. Et globaux [Auvergne-Chine]) sont-ils encore pertinents pour affronter les nouveaux défis de l économie? Si, comme nous le pensons, un territoire est un acteur (et pas seulement un substrat) de l économie, à quelle condition, la Montagne thiernoise peut-elle agir, activement et positivement, pour la décennie à venir? Cette dernière question est finalement celle qui nous est posée dans l étude, car l échelle d intervention d une collectivité locale, territoriale, n est-elle pas justement celle du territoire? Page 10 sur 80

11 1/L émergence industriel d un territoire Ce qui paraît aller de soi aujourd hui n était pas du tout inscrit dans la nature : en d autres termes, l organisation industrielle dans cette partie de l Auvergne est le fruit d une histoire. On peut en trouver des similaires en France, mais toutes les montagnes, dotées des mêmes atouts, n ont pas débouché sur un schéma économique identique. Les conditions nécessaires (mais non suffisantes) sont : Le «différentiel» entre une montagne rude et une plaine plus aisée. Dans la montagne, la vie paysanne est marquée par la difficulté de produire un surplus agricole sur un sol peu fertile avec un climat difficile (il l a été encore plus à certaines périodes, notamment au petit âge glaciaire qui a marqué la fin du Moyen-Âge jusqu au XVIIIe siècle). Le rythme annuel est aussi caractérisé par un long hiver où les travaux des champs sont impossibles : ce qui permet de dégager du temps pour du travail à domicile. Une autre forme d adaptation sera l exode rural, définitif ou temporaire : ainsi les habitants d Arconsat deviennent colporteurs (on en signale un à La Nouvelle-Orléans en 1837 et un autre à Athènes en 1841) à la différence des paysans des villages voisins qui prennent du travail à façon. Dans la plaine, l agriculture n a pas de rapport direct avec notre histoire industrielle, sinon que la création de surplus dans une terre plus riche permet à la bourgeoisie d engranger des moyens financiers qui pourront être investis soit dans des propriétés, soit dans des charges nobiliaires dans l orbite du Parlement de Clermont-Ferrand, soit dans des activités économiques. L émergence d une technologie propre à la dispersion. À partir du Moyen-Âge, l énergie hydraulique devient commune, permettant de créer, dès qu il y a un peu de débit et une petite chute, une installation de production couplée à une roue, elle-même aisée à construire par n importe quel charpentier. Mieux, l éclatement de la production en opérations divises, segmentées, permet de trouver dans les villages les «spécialistes» qui travaillent avec peu de matériel, mais Page 11 sur 80

12 avec du temps et du savoir-faire : polisseur, monteur La coutellerie peut donc s organiser dans le territoire, car le produit et les techniques sont compatibles avec les réalités technologiques et les capacités de la main-d œuvre. Pas besoin de manufacture royale, ni de concentration industrielle! Pourtant, la coutellerie n est pas la première activité du secteur qui a commencé par la papeterie et la tannerie. Mais dans ces deux «industries», l organisation n est pas la même : on utilise une matière première locale (bois, peaux), une énergie (le moulin) pour travailler sur des sites concentrés. La force de la bourgeoisie de Thiers est d avoir créé une synergie avec la main-d œuvre de l arrière-pays, en complément de sa propre activité urbaine, lui donnant ainsi une ampleur qu elle n aurait jamais pu envisager sur ses propres sites. C est là que se tient la différence entre nécessaire et suffisant. Les conditions sont réunies, comme elles l étaient dans nombre d autres régions d Auvergne (et de France). Pourquoi ici? C est une autre question. Dans d autres régions, on a la même organisation industrielle : le Velay propose ainsi un lien (autour du tissage) entre la montagne d Yssingeaux et Saint-Etienne ; le Jura propose également des associations entre montagne (mécanique de précision, travail du peigne avant la plasturgie) et des villes organisatrices. D où vient le modèle? En y a-t-il eu un? Est-ce un développement dans l air du temps? Autant de questions à traiter ailleurs. Le système industriel élaboré au fil des siècles jusqu au XXe siècle est donc fondé sur des couples : montagne-plaine main d oeuvre-donneurs d ordre force de travail-moyens financiers ancrage local-mobilité commerciale campagne-ville Dans ce système, tout le monde y trouve son compte dans une division du travail assez stable. Mais, dans une analyse plus fine, on perçoit bien que la balance est néanmoins plus favorable à la ville qui capte la notoriété, la valeur ajoutée et se sert de la montagne comme «variable d ajustement». Page 12 sur 80

13 Au fil des décennies, les artisans de la montagne, comme leurs voisins de l Yssingelais ou du Jura, apprennent : les métiers complémentaires à leur propre spécialité de départ, la capacité managériale pour développer leur propre activité : ils grandissent, prennent de l autonomie et pour certains, peuvent se passer du donneur d ordre pour devenir chefs d entreprises à part entière. C est ce qui se passe au XXe siècle pour culminer dans les années soixante-dix ; cette émancipation est aidée par les évolutions technologiques : nouvelles machines, circulations des matières, des idées, des connaissances. Les ouvriers à domicile sont devenus des entrepreneurs. À partir de leurs savoir-faire initiaux (la coutellerie), ils se diversifient dans l outil, la mécanique, le moule Pendant ce temps, le rôle organisateur de la ville de Thiers se défait : son propre tissu industriel évolue et se réorganise aussi en entreprises couplant négoce et production : la fonction financière a changé totalement de nature (ce ne sont plus des familles qui investissent, mais des structures financières, seules capables de mobiliser les capitaux). Thiers, au bout du compte, apporte le nom, des services (formation, conseil, expertise plus ou moins bien utilisés), mais n est plus la plaque tournante de la filière coutelière. La région thiernoise reste une région industrielle de premier plan, mais n a plus sa structure initiale. Pourtant, bien des traits constitutifs venus de cette histoire sont encore présents et visibles, traits que l on retrouvera dans l étude, dans les problèmes du jour et peut-être dans les solutions. Dans les couples que nous avons listé pages précédentes, il est à remarquer qu ils se sont tous défaits. La montagne thiernoise, comme la coutellerie de Thiers, n a plus besoin de cette alliance entre le haut et le bas, le riche et le pauvre, «l ancré» et le mobile. La montagne a pris son autonomie dans les années d expansion ; elle est, du coup, désormais en première ligne dans les années de difficulté et ne peut espérer que d autres résolvent les défis qui lui sont posés. Page 13 sur 80

14 2/ Un territoire façonné par l industrie Dans cette histoire longue, émerge un territoire, la Montagne thiernoise, où l industrie a été autant le principal agent de transformation que l eau ou tout autre agent naturel. Que nous disent les indicateurs cartographiques ou statistiques? Les indicateurs dynamiques (à la date de 1999) nous décri vent un territoire qui évolue de façon problématique : Un solde démographique naturel à la baisse (lié au vieillissement de la population) ; Un solde démographique migratoire qui, à part le cas de Palladuc, est aussi à la baisse. Page 14 sur 80

15 De ce fait, la population n est pas en augmentation : la montagne et la ville de Thiers sont en recul, à la différence des communes de la plaine. La décennie n est pourtant pas encore la période de crise de l industrie. Mais les restructurations commencent à avoir des effets : les industries sont «moins à maind œuvre» et plus technologiques ; pendant ce temps, la mobilité des habitants permet de choisir des lieux de résidence, ce qui met en défaut les anciennes localités industrielles, (la Monnerie), les villes non réhabilitées centre de Thiers) au profit de communes «rurales» ou périurbaines paraissant plus accueillantes à un habitat familial (le pavillon proche de la ville et des voies de communication) comme Saint-Rémy ou Palladuc. C est déjà le mécanisme de la séparation sociale et géographique qui est à l œuvre. Page 15 sur 80

16 De tradition ouvrière, le territoire se caractérise par un niveau de formation très différent selon qu on est dans les hauteurs ou dans la vallée de la Durolle, dans la montagne ou dans la plaine. En témoignent ces cartes (d autres cartes sont visibles dans le document d annexe) : Part des plus de 15 ans sans diplôme en % Part du niveau des bacheliers : Page 16 sur 80

17 L aspect positif est la création d un territoire actif, avec des emplois : et une place importante de l emploi industriel qui forme une grappe accrochée à la ville de Thiers : Cette place de l industrie est prépondérante (sans parler de sa place dans les mentalités) : elle laisse une place modeste au commerce et aux services (en salariat), sauf en milieu urbain. Nous disposons de chiffres un peu plus récents (2007). Page 17 sur 80

18 Zone d emploi de Thiers : habitants Part de l industrie : 20 % Part de la construction : 11,6 % Part du commerce et des réparations : 19,9 % Part des services : 48,5 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 39,2 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 10,8 % Emploi total en 2006 : Part de l emploi salarié : 86,2 % Variation de l emploi au lieu de travail : -1,1 % par an Taux de chômage au 4 tr : 10,4 % (région : 6,7 %) Unité urbaine de la Monnerie : habitants (Unité urbaine : La Monnerie-le Montel + Celles-sur-Durolle) Part de l industrie : 27,9 % Part de la construction : 14,6 % Part du commerce et des réparations : 17,6 % Part des services : 39,9 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 233 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 40,3 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 13,7 % Emploi total en 2006 : Part de l emploi salarié : 87,8 % Variation de l emploi au lieu de travail : -3,7 % par an Commune d Arconsat : 667 habitants Part de l industrie : 41,7 % Part de la construction : 8,3 % Part du commerce et des réparations : 8,3 % Part des services : 41,7 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 36 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 36,1 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 0 % Emploi total en 2006 : 104 Part de l emploi salarié : 67,5 % Variation de l emploi au lieu de travail : -2,8 % par an Commune de Celles-sur-Durolle : habitants Part de l industrie : 25,6 % Part de la construction : 17,8 % Part du commerce et des réparations : 12,2 % Part des services : 44,4 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 90 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 33,3 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 10 % Page 18 sur 80

19 Emploi total en 2006 : 570 Part de l emploi salarié : 79,9 % Variation de l emploi au lieu de travail : -6,0 % par an Commune de Chabreloche : habitants Part de l industrie : 21,3 % Part de la construction : 13,5 % Part du commerce et des réparations : 21,3 % Part des services : 43,8 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 89 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 38,2 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 3,4 % Emploi total en 2006 : 316 Part de l emploi salarié : 79,2 % Variation de l emploi au lieu de travail : -6,8 % par an Commune de Châteldon : 750 habitants Part de l industrie : 7,5 % Part de la construction : 17,5 % Part du commerce et des réparations : 20,0 % Part des services : 55,0 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 40 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 32,5 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 5,0 % Emploi total en 2006 : 152 Part de l emploi salarié : 78,3 % Variation de l emploi au lieu de travail : 3,2 % par an Commune de Lachaux : 280 habitants Part de l industrie : 9,1 % Part de la construction : 9,1 % Part du commerce et des réparations : 9,1 % Part des services : 72,7 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 11 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 36,4 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 0,0 % Emploi total en 2006 : 35 Part de l emploi salarié : 43,2 % Variation de l emploi au lieu de travail : -4,1 % par an Commune de la Monnerie-le-Montel : habitants Part de l industrie : 29,4 % Part de la construction : 12,6 % Part du commerce et des réparations : 21,0 % Part des services : 37,1 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 143 Page 19 sur 80

20 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 44,8 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 16,1 % Emploi total en 2006 : Part de l emploi salarié : 91,5 % Variation de l emploi au lieu de travail : -2,5 % par an Commune de Palladuc : 465 habitants Part de l industrie : 37,8 % Part de la construction : 13,5 % Part du commerce et des réparations : 16,2 % Part des services : 32,4 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 37 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 35,1 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 27,0 % Emploi total en 2006 : 306 Part de l emploi salarié : 92,2 % Variation de l emploi au lieu de travail : 8,6 % par an Commune de Ris : 722 habitants Part de l industrie : 9,4 % Part de la construction : 18,8 % Part du commerce et des réparations : 18,8 % Part des services : 53,1 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 32 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 28,1 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 3,1 % Emploi total en 2006 : 71 Part de l emploi salarié : 58,6 % Variation de l emploi au lieu de travail : 0,9 % par an Commune de Sainte-Agathe : 196 habitants Part de l industrie : 57,1 % Part de la construction : 14,3 % Part du commerce et des réparations : 0,0 % Part des services : 28,6 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 7 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 28,6 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 0,0 % Emploi total en 2006 : 33 Part de l emploi salarié : 51,4 % Variation de l emploi au lieu de travail : 1,4 % par an Commune de Saint-Victor-Montvianeix : 280 habitants Part de l industrie : 15,0 % Part de la construction : 20,0 % Part du commerce et des réparations : 15,0 % Part des services : 50,0 % Page 20 sur 80

21 Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 20 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 30,0 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 0,0 % Emploi total en 2006 : 39 Part de l emploi salarié : 49,3 % Variation de l emploi au lieu de travail : 2,2 % par an Commune de Viscomtat : 640 habitants Part de l industrie : 34,0 % Part de la construction : 12,8 % Part du commerce et des réparations : 10,6 % Part des services : 42,6 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 47 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 42,6 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 2,1 % Emploi total en 2006 : 137 Part de l emploi salarié : 70,3 % Variation de l emploi au lieu de travail : -0,4 % par an Commune de Vollore-Montagne : 355 habitants Part de l industrie : 20,0 % Part de la construction : 12,0 % Part du commerce et des réparations : 12,0 % Part des services : 56 % Nombre d établissements actifs au 31 décembre 2006 : 25 Part des entreprises de 1 à 9 salariés : 44 % Part des entreprises de 10 salariés et plus : 0,0 % Emploi total en 2006 : 86 Part de l emploi salarié : 67,4 % Variation de l emploi au lieu de travail : -1,8 % par an Page 21 sur 80

22 Richesse vive : Les indicateurs de l INSEE fondés sur les données fiscales sont toujours éclairants : ils sont le mérite d être mis à jour ; nous nous sommes fondés sur la publication de l été 2009 qui remet à jour les anciennes fiches (voir cédérom documentaire) : À tous égards : revenu moyen imposable, pourcentage des foyers fiscaux imposés, médiane du revenu par unité de consommation, le territoire a une richesse vive bien inférieure aux territoires de comparaison : région et département. Les explications sont toujours identiques : - Part d un salariat relativement peu qualifié dans les structures d emploi - Présence de ménages dépendant de la solidarité - Ségrégation spatiale : les ménages aisés migrant vers des communes jugées plus accueillantes, les autres étant bloqués sur place faute de moyens matériels. La commune la plus aisée est Palladuc avec euros, les plus «pauvres» sont Sainte-Agathe, Chabreloche ( à euros) la moyenne tournant autour de euros par foyer fiscal. Cette répartition, fortement liée aux politiques d habitat, est autant un choix des habitants que le résultat d une politique locale via les règlements d urbanisme ou faisant une part au logement social. Zone d emploi de Thiers : habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre dans la région Auvergne % des foyers fiscaux imposés : 44,7 % contre 49,8 % Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros Unité urbaine de la Monnerie (la Monnerie + Celles-surDurolle) : habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (France) % des foyers fiscaux imposés : 43,3 % contre 54,3 % (France) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros en France Commune d Arconsat : 667 habitants : Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) ; % des foyers fiscaux imposés : 40,1 % contre 53,5 % (Dep. 63) Page 22 sur 80

23 Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Celles-sur-Durolle : habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 45,4 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Chabreloche : habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 39,3 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Châteldon : 750 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 45,8 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Lachaux : 280 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 38,3 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de La Monnerie-le-Montel : habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 41,4 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Palladuc : 465 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 50,2 % contre 53,5 % (Dep. 63) Page 23 sur 80

24 Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Ris : 722 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 38,6 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Sainte-Agathe : 196 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 42,0 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Saint-Victor-Montvianeix : 280 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 38,8 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Viscomtat : 640 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 39,1 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Commune de Vollore-Montagne : 355 habitants Revenu net moyen imposable par foyer fiscal : euros contre (Dep. 63) % des foyers fiscaux imposés : 39,6 % contre 53,5 % (Dep. 63) Médiane du revenu fiscal des ménages par UC : euros contre euros (Dep. 63) Page 24 sur 80

25 3/ Une économie en mutation rapide Si l'on fait un tour rapide (voir dans les annexes et la bibliographie comment approfondir sur ces sujets) pour rester synthétique, on perçoit que le modèle économique des années soixante est en mutation. Cette mutation n'est peut-être pas achevée mais la trajectoire n'en est peut-être pas linéaire : ainsi dans de nombreux secteurs, on assistait à des concentrations au détriment d'un tissu de petites entreprises, d'acteurs "secondaires" ; or, il semble que reviennent en force des valeurs de "small is beautifull", de proximité, de qualité, artisanale, écologique, esthétique Là où on avait tiré un trait rapide sur les "vieilleries", démodées, fanées, la société change son regard. Les activités (source CCI) : par activité et localisation 4% 4% 3% 3% Travail des métaux Commerce de détail, réparation articles domestiques 24% 5% Autres Hôtellerie, restauration 5% Cons truction Services aux entreprises 7% 20% 10% Commerce et réparations automobiles Travail du boisobjets en bois Sylviculture, exploitation forestière Industrie du caoutchouc et des plastiques 14% Commerce de gros et intermédiaires du commerce Viscomtat 5% Saint-VictorMontvianneix 2% Vollore-Montagne 5% Sainte-Agathe 1% La Monnerie-le-Montel 27% Arconsat 6% Palladuc 6% Chabreloche 12% Saint-Rémy-sur-Durolle 22% Celles-sur-Durolle 14% Page 25 sur 80

26 Plutôt que de faire un panorama exhaustif de l économie locale, nous nous attacherons à mettre en évidence les éléments clés utiles à la réflexion stratégique. Agriculture Dans une Auvergne très contrastée selon les reliefs, (l agriculture et les IAA pèsent 15 % de l emploi régional) l agriculture dans la montagne thiernoise n est pas une activité citée spontanément comme «pilier» de l économie. Pourtant elle est présente avec notamment un rôle de l élevage en plein air ou en élevage industriel (volailles, porcs ). Nombre d emplois dans l agriculture en 1999 Les principales problématiques sont : La compétition pour les terres qui freine l installation des jeunes agriculteurs, alors qu il y a une demande (15 jeunes installés depuis 2000). Cette compétition est accentuée par la tendance au boisement de certaines parcelles. Elle naît également des projets de lotissements où les espaces «plats» ou peu pentus sont convoités pour l habitat. Finalement l agriculture occupe les espaces résiduels. Les forêts étant hors compétence SAFER, il est difficile de mener une politique active ; la CCMT pourtant s intéresse au problème (dispositif boisement gênant). La difficulté pour l agriculture à se lancer dans des filières de qualité ou de haute valeur ajoutée : la montagne thiernoise n est pas caractérisée par des labels, des spécialités, des produits de terroir qui lui donneraient une valeur ajoutée et une visibilité. On pourrait à cet égard faire la comparaison avec les plateaux du Velay Page 26 sur 80

27 où, dans un climat difficile, dans une région industrielle assez similaire, l agriculture a investi dans des spécialités comme le veau de lait (Vedelou), les fruits rouges, des fromages Le tout tiré par un marché urbain à Saint-Etienne ou à Lyon. La montagne doit réapprendre à cultiver l herbe, mais la PAC avait misé sur des céréales à bas prix, donc des aliments pour le bétail compétitifs rendant quasiment inutile les herbages, de façon à favoriser les élevages industriels de l Ouest de la France. - Les contraintes techniques liées au relief : dispersion des terres, donc difficulté en matière de coûts d exploitation, pente qui ne facilite pas l épandage du lisier (contraintes réglementaires) ; les exploitations sont en moyenne 50 à 60 ha de SAU, ce qui est assez peu par rapport aux moyennes nationales : on en en quasi-agriculture de montagne. La moitié seulement est mécanisable. - Plus généralement, manque de considération pour l agriculture dans une région qui se préoccupe davantage de la production industrielle. Ce manque de considération pourrait venir également de la difficulté qu ont les agriculteurs à se faire valoir et à se projeter dans l avenir. «Un modèle de développement pluriel est à inventer pour augmenter la compétitivité des exploitations avec des produits classiques, des produits de plus haut de gamme, une recherche de plus value à travers la qualité, le bio, le tourisme, les circuits courts» Page 27 sur 80

28 Extrait de la fiche de la chambre d agriculture (le fichier est publié sur le cédérom documentaire) Dore Bois Noirs (43 communes). Page 28 sur 80

29 Forêt «Plan de développement des massifs La Montage Thiernoise est la première Communauté de Communes de la région Auvergne à avoir mis en place un tel outil depuis Il est vrai que son territoire, fortement marqué par la forêt, représente 59 % de la Communauté, allant jusqu à 85 % dans certaines communes. Le Plan de Développement du Massif de la Montagne Thiernoise vise à mieux gérer la forêt et est destiné aux propriétaires privés et aux acteurs du territoire (élus, professionnels, associations ). Il comprend plusieurs phases, depuis le diagnostic du territoire jusqu au plan d actions. Le Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) d Auvergne, en partenariat avec le Conseil Général du Puy-deDôme ainsi que la Communauté de Communes anime cette opération d animation. L objectif est de sensibiliser les propriétaires de bois (très nombreux, puisqu ils sont à se répartir ha de forêts privés, contre seulement ha de forêts publiques) à l entretien de leurs terrains boisés. La Montagne Thiernoise souffrait d un manque de gestion forestière. Cela engendre une fragilité du milieu, sensible aux aléas climatiques et parasitaires et une absence de végétation en sous-bois, d où une réduction de la biodiversité et une perte de récolte. En effet, la filière bois est une activité économique importante sur le territoire avec un maillage d industries (scieries, charpentiers ) et d entreprises (entrepreneurs, gestionnaires ) variées. La ressource «bois» est un réel potentiel sur le territoire : un pétrole vert! La forêt produit actuellement m³ de bois. Avec une meilleure gestion, elle pourrait facilement atteindre m³, soit pratiquement doublée. Ce chiffre est d autant plus intéressant, lorsque l on sait que m³ de bois coupés, représentent 1 emploi créé sur l ensemble de la filière. Le bois est un vrai potentiel pour notre région, un argument de poids dans un contexte économique difficile!» BILAN DES ACTIONS MENÉES DEPUIS PLUS DE QUATRE ANS (document 2009) ÉTUDES : Inventaire complet des ha de bois du territoire, Utilisation des photos aériennes, Étude de terrain précise, Diagnostic des atouts et contraintes du massif forestier, Connaissances des peuplements forestiers, Évaluation des volumes de bois mobilisables, Identification de la desserte forestière, État des lieux du morcellement de la propriété, Bilan des documents de gestion durable, Recensement des utilisateurs du massif forestier, Liste des acteurs économiques du territoire. Page 29 sur 80

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le Département Cantal : Votre nouveau bureau

DOSSIER DE PRESSE. Le Département Cantal : Votre nouveau bureau DOSSIER DE PRESSE Le Département Cantal : Votre nouveau bureau Sommaire Contexte de notre action : CyberCantal Télécentres p. 4 Qu'est ce qu'un télécentre? p. 7 Les objectifs pour le Département du Cantal

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1 Stratégie et priorités communales 1 Val-de-Charmey : Stratégie et priorités communales 1) Introduction: contexte communal 2) Diagnostic stratégique 3) Préoccupations et attentes de la Communauté 4) Vision

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny

Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny Phase 2 Perspectives de développement Proposition de stratégie de mise en

Plus en détail

Agence Régionale des Territoires d'auvergne. Gérard Lombardi Marketing Territorial Relations entreprises Emploi

Agence Régionale des Territoires d'auvergne. Gérard Lombardi Marketing Territorial Relations entreprises Emploi Agence Régionale des Territoires d'auvergne Gérard Lombardi Marketing Territorial Relations entreprises Emploi En quelques mots L'Auverg ne L'Agence des Territoires d'auvergne L'accueil de nouvelles populations

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu RÉUNION PUBLIQUE N 1 PRÉSENTATION DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL 8 Avril 2015 1 ORDRE DU JOUR 1. Qu est-ce que le Plan Local d Urbanisme 2. Présentation

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX AGRICULTEURS? ELEMENTS DE CONTEXTE L ENJEU DU RENOUVELLEMENT DE LA POPULATION ACTIVE AGRICOLE Les installations ne permettent pas aujourd hui de compenser les départs en

Plus en détail

Un Territoire de Projets

Un Territoire de Projets Un Territoire de Projets La Vallée de la Drôme, une base préservée entre RHÔNE et ALPES, à la transition du VERCORS et de la PROVENCE, avec comme élément naturel fédérateur la rivière DRÔME. Une vallée

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal FICHE SIGNALETIQUE Pays Cœur de Flandre Consultable sur www.sigale.nordpasdecalais.fr Le pays a été reconnu le 9 mars 2004 et le premier contrat a été signé le 15 décembre 2004. Il comporte 45 communes

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013

JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013 JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013 1 1. INTRODUCTION Pourquoi un Masterplan et pour quoi faire? Créée en 2011, la destination Jura

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

LES ESPACES PRODUCTIFS

LES ESPACES PRODUCTIFS LES ESPACES PRODUCTIFS fiche d objectifs/ Plan détaillé Quels sont les principaux espaces productifs français? Comment fonctionnent-ils et évoluent-ils face à la mondialisation? Respectent-ils le développement

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence professionnelle»

Rapport sur l offre de formation «licence professionnelle» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence professionnelle» de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES 2015 AGENCE DE FONTAINEBLEAU L OFFI CE NATIONAL DES FORÊTS PREMIER GESTIONNAIRE D ESPACES NATURELS EN FRANCE Établissement public à caractère industriel et commercial

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Effectifs : 3 personnes

Effectifs : 3 personnes DÉLÉGATION RÉGIONALE AU COMMERCE ET À L'ARTISANAT Déléguée : Mme Dominique DURAND (depuis janvier 2007) Madame Joselyne FORTEA SANZ (jusqu en décembre 2006) 39 boulevard de la Trémouille 21 000 DIJON Tél.

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Communiqué de Presse le 17 juin 2013 La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Du fait du compactage de ses activités, le site

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Être agriculteur aujourd'hui

Être agriculteur aujourd'hui Être agriculteur aujourd'hui Jacques ABADIE sociologue INP-ENSAT Action conduite avec le concours financier de : l'adar VIVEA l'union Européenne FEOGA Etre agriculteur aujourd hui Comprendre ce qu est

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT

MESURES D ACCOMPAGNEMENT LIVRET VI MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT ET SUIVI DE L ANALYSE DE LA SITUATION 127 Sommaire I DES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT page 126 HABITAT EQUIPEMENTS

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes de troisième Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Thème 2 : L évolution du système de production et ses

Plus en détail

RECONSTRUCTION DE LA LIGNE A 225 000 VOLTS ENTRE LE PUY-EN-VELAY, YSSINGELAIS ET SAINT-ETIENNE

RECONSTRUCTION DE LA LIGNE A 225 000 VOLTS ENTRE LE PUY-EN-VELAY, YSSINGELAIS ET SAINT-ETIENNE PROJET 2 LOIRES RECONSTRUCTION DE LA LIGNE A 225 000 VOLTS ENTRE LE PUY-EN-VELAY, YSSINGELAIS ET SAINT-ETIENNE DOSSIER DE PRESSE Première étape de concertation pour le projet 2 Loires Cette «dorsale» électrique,

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ATOUTS Une situation géographique centrale dans l Est parisien en plein essor Un taux d emploi relativement important FAIBLESSES Une inadéquation entre les emplois et la population

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE ça change notre quotidien! L Union européenne consacre plus d un tiers de son budget à l accompagnement des politiques nationales et régionales. L objectif est d harmoniser les niveaux de vie dans l ensemble

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE LES MUTATIONS INUSTRIELLES EN PICARIE Niveau concerné : troisième Place dans la programmation : quatrième partie du programme : la France Ce que disent les instructions officielles : Histoire La France

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES Septembre 2012 Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES 1 Qu elle vise à protéger nos biens ou à garantir notre santé, l assurance est aujourd hui une dépense contrainte pour la majorité des

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Centre d analyse régional des mutations de l économie et de l emploi Mission d assistance

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

ATELIER 1: Tourisme et territoires

ATELIER 1: Tourisme et territoires COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1: Tourisme et territoires Quels leviers d action pour développer, maintenir et ensuite maîtriser le développement touristique d un territoire? 16 octobre 2014 Animation

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère CLÉMENT ARNAL Cette thèse s inscrit dans un contexte

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 Mission Chanvre pour le Cluster Beaujolais Numéro de la communication : IES-2010-28

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

Communauté de Communes Pays de Massiac 1

Communauté de Communes Pays de Massiac 1 Présentation du territoire Communauté de Communes Pays de Massiac 1 Le Pays de Massiac, se situe entre Limagne et Monts du Cantal, au carrefour du Cantal, du Puy-De-Dôme et de la Haute-Loire. Le territoire

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Diagnostic Numérique du Territoire

Diagnostic Numérique du Territoire Diagnostic Numérique du Territoire 2014 Office de Tourisme Dieppe-Maritime Sommaire Introduction... 3 Contexte et état des lieux... 5 Pourquoi un diagnostic numérique du territoire... 9 Méthodologie...

Plus en détail

Appel à projets Télécentres et téléactivités

Appel à projets Télécentres et téléactivités Appel à projets Télécentres et téléactivités Ouvert en continu sur la période 2005-2007 1 janvier 2006 En croissance régulière, le télétravail concerne déjà 7% des salariés en France, contre 25 % dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. CCI Nice Côte d Azur LE COMMERCE : UN METIER PASSION, VERITABLE ATOUT POUR LES ALPES MARITIMES CONTACTS PRESSE

DOSSIER DE PRESSE. CCI Nice Côte d Azur LE COMMERCE : UN METIER PASSION, VERITABLE ATOUT POUR LES ALPES MARITIMES CONTACTS PRESSE CCI Nice Côte d Azur DOSSIER DE PRESSE LE COMMERCE : UN METIER PASSION, VERITABLE ATOUT POUR LES ALPES MARITIMES CONTACTS PRESSE Audrey SCOFFIÉ - 04 93 13 74 08 audrey.scoffie@cote-azur.cci.fr Catherine

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris Master Economie du Développement Durable, de l Environnement et de l Energie Trophée Innovation & Développement Durable Développement durable et restauration collective Opportunités et risques, Cas du

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail