Cités, Territoires, Environnement et Sociétés CNRS-Université de Tours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cités, Territoires, Environnement et Sociétés CNRS-Université de Tours"

Transcription

1 Cités, Territoires, Environnement et Sociétés CNRS-Université de Tours Ministère de l Ecologie, du Développement durable, et de l Energie Ministère de l Egalité des Territoires et du Logement Direction Générale de l Aménagement, du Logement et de la Nature Plan Urbanisme Construction Architecture Programme «LOCALISATION DES ACTIVITES ECONOMIQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE DES TERRITOIRES» «Viabilité de l économie productive des régions urbaines : investigation à partir de la planification stratégique. Une comparaison entre la France et l Angleterre» (projet FRANG) Rapport final 10 décembre 2012 Laboratoires de recherche et chercheurs impliqués : CITERES, Université de Tours-CNRS : Christophe DEMAZIÈRE (responsable scientifique), Noémie HINFRAY, Fabien NADOU, José SERRANO, Sylvie SERVAIN CITIES, University of the West of England, Bristol : Stuart FARTHING, Stephen HALL, Ian SMITH LERAP, EA 2108 Université de Tours : Nicole LEROUSSEAU, Corinne MANSON CRIA, Université Paris 7, UMR 8504 Géographie-Cités : Nicolas DOUAY CRIEF, EA 2249 Université de Poitiers : Olivier BOUBA-OLGA, Marie FERRU, Benjamin GUIMOND N de convention du 16 décembre 2010

2

3 Cités, Territoires, Environnement et Sociétés CNRS-Université de Tours Ministère de l Ecologie, du Développement durable, et de l Energie Ministère de l Egalité des Territoires et du Logement Direction Générale de l Aménagement, du Logement et de la Nature Plan Urbanisme Construction Architecture Programme «LOCALISATION DES ACTIVITES ECONOMIQUES ET DEVELOPPEMENT DURABLE DES TERRITOIRES» «Viabilité de l économie productive des régions urbaines : investigation à partir de la planification stratégique. Une comparaison entre la France et l Angleterre» (projet FRANG) Rapport final 15 décembre 2012 Laboratoires de recherche et chercheurs impliqués : CITERES, Université de Tours-CNRS : Christophe DEMAZIÈRE (responsable scientifique), Noémie HINFRAY, Fabien NADOU, José SERRANO, Sylvie SERVAIN CITIES, University of the West of England, Bristol : Stuart FARTHING, Stephen HALL, Ian SMITH LERAP, EA 2108 Université de Tours : Nicole LEROUSSEAU, Corinne MANSON CRIA, Université Paris 7, UMR 8504 Géographie-Cités : Nicolas DOUAY CRIEF, EA 2249 Université de Poitiers : Olivier BOUBA-OLGA, Marie FERRU, Benjamin GUIMOND N de convention du 16 décembre 2010

4

5 Sommaire Introduction générale p.7 Christophe Demazière Chapitre 1 Problématique de la recherche : de l «étalement économique au potentiel de la planification stratégique spatialisée pour la viabilité des régions urbaines p.18 Christophe Demazière, en collaboration avec Olivier Bouba-Olga et Nicolas Douay Chapitre 2 Le système français de planification et son évolution du fait de l introduction du développement durable p.71 Nicole Lerousseau, Corinne Manson Chapitre 3 Développement durable et changement : comparaison des systèmes de planification français et anglais p.94 Stuart Farthing, en collaboration avec Nicole Lerousseau et Corinne Manson Chapitre 4 Identification des études de cas et méthodes d enquête en Angleterre et en France p.129 Christophe Demazière, Ian Smith Chapitre 5 Planification, projets d aménagement à vocation économique et gestion environnementale : résultats des études de cas en Angleterre p.155 Stephen Hall, Ian Smith Chapitre 6 Actions de développement économique et démarches de planification stratégique spatialisée : résultats d enquête dans les régions urbaines de Marseille-Aix, Nantes-Saint-Nazaire, Rennes et Tours p.188 Christophe Demazière, Fabien Nadou, José Serrano, Sylvie Servain, en collaboration avec Nicolas Douay, Marie Ferru et Benjamin Guimond Conclusion générale p.279 Christophe Demazière Annexes p.297 Table des tableaux, figures, encadrés p.408 Table des matières (détaillée) p.413

6 Introduction générale Christophe Demazière «Si le développement durable est menacé de quelque façon, c'est sans doute d'abord d'un trop-plein d'exigences et d'attentes» Olivier Godard (1997, p.34) 1

7 Parmi toutes les dimensions du développement durable des territoires, cette recherche porte sur la viabilité écologique du développement économique. A partir d une entrée spécifique les relations entre la localisation des activités économiques et les caractéristiques environnementales du grand territoire des grandes agglomérations, il s agit d analyser les contradictions ou les points d articulation entre les politiques, donc entre les acteurs publics, qui contribuent à l aménagement des territoires. Cette recherche s inscrit, de façon privilégiée, dans l axe 2 de la consultation, intitulé «La localisation des activités économiques, ses impacts et les adaptations au nom du développement durable». Plus précisément, nous retenons le questionnement général proposé par cet axe : «En quoi les enjeux de développement durable contribuent-ils, ou non, à élargir la perception et la reconnaissance des impacts liés à la présence d activités, à amplifier les tensions entre les stratégies de différents acteurs, à revoir les processus décisionnels, à en construire de nouveaux, à élaborer de nouvelles stratégies d adaptation, de rétroaction, tant de la part des acteurs publics que des entreprises elles-mêmes?» (PUCA, 2010, p.5). La consultation désigne de façon égale les acteurs privés et les acteurs publics comme pouvant faire l objet de recherches. De notre côté, une observation liée à la pluralité des disciplines représentées au sein de notre équipe (aménagement-urbanisme, droit, économie, géographie) a guidé nos choix initiaux en matière d objets de recherche au sein de ce programme. Nous considérons qu il s agira d analyser la localisation d une entreprise ou d un établissement, au sens non seulement économique aspect pour lequel l acteur privé concerné exerce un (des) choix en rapport avec des ressources, un marché, mais aussi d examiner la localisation des activités au sens de leur insertion dans un territoire. Ceci signifie qu il faut ajouter, aux dimensions économiques d un espace, des caractéristiques géographiques et environnementales. Celles-ci se révèleront très prégnantes dès lors qu il s agira de qualifier, sur un territoire donné, la viabilité écologique du développement économique local. Ces dimensions géographiques et environnementales s expriment, par exemple, par la localisation du site d activité considéré vis-à-vis de pôles urbains (insertion ou éloignement), par les effets visuels de sa présence dans un paysage (urbain, rural, industriel ), par la desserte ou non du site par les transports en commun, etc. Autrement dit, il s agira pour nous de coupler, à l espace économique de localisation d une activité, l espace concret, saisi au niveau de la parcelle, mais aussi en relation avec le territoire plus large de fonctionnement quotidien de cette activité (la région urbaine). Dans cette vision enrichie de la localisation, nous pensons que la relation entre une activité économique, localisée dans un espace donné, et certaines caractéristiques locales de l environnement, telles que la biodiversité ou les risques naturels, ne découle pas seulement de calculs, choix ou comportements d acteurs économiques (responsable d entreprise, salariés, fournisseurs, clients...), examinés isolément ou de manière agrégée. La plupart du temps, ce lien fait intervenir, de façon importante, des acteurs publics. Nous entendons ici désigner l autorité locale qui a compétence pour l aménagement de l espace. Dans le cadre de cette compétence, qui s exerce sur un territoire (au sens d un espace couplé à une institution élue), le pouvoir public circonscrit des portions d espaces urbanisables, tandis que d autres sont à protéger en raison de leurs caractéristiques environnementales, ou de fonctions assurées. Au sein des premières, il programme, autorise ou réalise l aménagement du site qui accueillera finalement l entreprise. Il peut s agir d organiser un projet recyclant du foncier urbain et comprenant pour partie une vocation économique, ou d une zone d activités dédiée exclusivement à l activité, et s appuyant sur des terres auparavant dédiées à une activité agricole. Au total, c est par rapport à ces possibilités concrètes de localisation, ménageant plus ou moins les espaces naturels, promouvant plus ou moins la densité ou des 2

8 transports alternatifs à la voiture et au camion que s exercent les choix de localisation des acteurs économiques. En particulier, si l établissement considéré est locataire des locaux qu il occupe (ce qui est le trait dominant), son choix de localisation a dépendu d une offre immobilière ou foncière approuvée, parfois même abondé financièrement, par une puissance publique locale. Naturellement, la motivation économique de certaines entreprises à s installer sur un territoire (en rapport avec un marché, des relations avec d autres activités ) peut aussi déclencher un acte d aménagement, que les acteurs privés conduiront éventuellement eux-mêmes. Mais la puissance publique locale qui a compétence en matière de droit des sols aura toujours à valider (ou faire modifier) la démarche. Elle exerce donc une responsabilité considérable dans l équilibre pratiqué entre le développement économique d un territoire et le ménagement des services qu il rend à l écosystème. Nous pensons que la forme et l ampleur que vont adopter les externalités environnementales dues à la présence de l activité économique découlent en grande partie des décisions prises préalablement en matière d aménagement. Certes, l entreprise (dans un sens générique) peut être motrice en matière de développement durable, mais c est surtout dans son fonctionnement interne (Godard, 2002 ; Kaisergruber, 2006), ou en rapport avec le bâtiment qu elle occupe, comme le montrent notamment les travaux actuellement menés pour le PUCA par Halbert, ou Nappi-Choulet. Le rapport de l activité économique à un espace plus large renvoie, si l on veut privilégier une lecture économique, à un système de marchés (foncier, du travail, de ressources, de desserte des clients ) dans lequel la minimisation des coûts pèse lourdement. Sur le plan géographique, la dépendance de l activité économique à l automobile et au camion semble compter fortement, même si, à l évidence, le couple localisation/ accessibilité routière ne concerne pas tous les types d activités. Ceci étant, même si ces marchés comptent dans la localisation des activités, on peut constater que dans les pays européens et leurs grandes agglomérations, en particulier, les transports font l objet de politiques locales, elles-mêmes orientées par des cadres nationaux. De même, le marché foncier peut être marqué par des interventions publiques. Enfin, comme nous l avons déjà fait remarquer, une autorisation de construction de locaux à usage économique est toujours délivrée par une puissance publique locale (dès que ces locaux ont une certaine taille), dans le cadre de compétences attribuées par le niveau national de décision publique. On peut donc considérer qu il existe un ensemble de liens entre le fonctionnement économique général, la localisation des activités dans des espaces concrets, les effets sur l environnement qui en découlent et, enfin, des interventions publiques locales, encadrées ou permises par le niveau national. Dans cette longue chaîne, c est plutôt la sphère publique qui sera l objet de nos travaux. Nous verrons que celle-ci se compose de différents maillons (de la stratégie à l aménagement opérationnel) et engage une pluralité d acteurs et de secteurs agissant sur des espaces proches, voire en intersection. Considérée en elle-même, elle est donc fort complexe. Si la question de la minimisation des impacts environnementaux de la croissance localisée d activités engage beaucoup les systèmes d action publique, il s agira, dans cette recherche, d analyser comment ceux-ci se recomposent ou non, face à l objectif d une plus grande viabilité écologique de la croissance économique locale. Quelles sont, parmi les externalités environnementales liées à la présence d activités économiques, celles pouvant faire l objet d une régulation par la puissance publique locale? Quelles formes locales prennent les interventions publiques? Quels acteurs publics locaux y sont engagés? Adoptent-ils, les uns vis-à-vis des autres, des comportements coopératifs, ou se considèrent-ils comme autonomes, voire comme rivaux? Les résultats obtenus, en matière d atteinte de la viabilité écologique du développement économique, sont-ils significativement différents d un territoire à l autre, d un pays à l autre? Comment l expliquer? Voici quelques-unes des questions auxquelles cette recherche devra répondre. Elles sont larges, aussi c est autour d objets de recherches plus resserrés, mais considérés comme significatifs, que s organisera notre travail. 3

9 Parmi tous les dispositifs pilotés par les pouvoirs publics locaux, notre entrée analytique principale concernera la planification stratégique spatialisée (PSS). Un processus de conception d une PSS dure plusieurs années et l horizon temporel visé est au minimum la décennie. Il s agit d une phase de réflexion des acteurs locaux (publics et privés) sur l évolution passée de l espace considéré et sur les moyens de favoriser son futur développement. Menée dans une perspective de projet de territoire, cette réflexion devrait, en principe, avoir un impact sur la localisation des activités économiques et les actions d aménagement en rapport, donc sur le devenir des espaces. Dans les faits, les acteurs impliqués cherchent-ils à coupler leur réflexion sur la localisation des activités avec la recherche d une réduction des impacts environnementaux du fonctionnement économique? Au niveau national, le système institutionnel agençant les relations entre normes, entre documents, entre démarches, y pousse-t-il? Comment sont intégrées les questions de déplacement des salariés, la qualité agronomique des terres agricoles, ou encore la présence de zones de protection de la biodiversité, dans la désignation de sites qui, une fois aménagés, auront pour vocation d attirer des entreprises? Quelles sont les conditions à réunir pour que les orientations stratégiques d une planification spatiale informent les acteurs visant le développement économique dans les choix qu ils opèrent lors d opérations d aménagement (comme les zones d activités)? Si des éléments de durabilité se concrétisent à l échelle du bâtiment, de la parcelle, du parc d activités lui-même, comme certains opérateurs tendent à l affirmer, cette lente mutation de l aménagement opérationnel est-elle en lien avec la planification stratégique? Ou bien, se fait-elle pour d autres raisons (marketing territorial, démarche des financeurs adressées au maître d ouvrage ), sans connexion avec la planification stratégique spatialisée? De même que les questions liées au développement durable amènent à intégrer le long terme, elles invitent également les acteurs engagés ici, les publics locaux à repenser et à dépasser leur espace légitime d action : municipalité, comté, district (PUCA-SRP, ). Pourtant, il semble que l articulation entre développement économique et gestion de l environnement ne soit pas plus facile à l échelle d une région urbaine fonctionnelle qu à une autre, plus resserrée (commune) ou plus large (région), où il peut exister des institutions ad hoc, dotées de compétences d aménagement de l espace. Territoire élargi des grandes agglomérations, la région urbaine est, quelle que soit les pays considérés, sans «gouvernement» ni gouvernance locale affirmés (Lefèvre, 2004 ; Bertrand et Kreibich, 2006). De plus, les notions mises en avant de city-region (au Royaume-Uni), de Metropolregion (en Allemagne) ou de «métropole» (en France, dans la loi de réforme des collectivités territoriales) dérivent des débats sur la compétitivité des nations, donc sont marquées par une attention quasi-exclusive à la croissance économique (Demazière et Farthing, 2010). Dans le même temps, parce que la région urbaine est une échelle floue, non fossilisée, y poser la question de l articulation entre localisation des activités et développement durable du territoire peut être un exercice fécond. Comme l ont observé certains chercheurs observant des processus de PSS, tels que Albrechts (2004) ou Healey (2007), la gouvernance peut naître de l organisation de la communication entre des acteurs qui s ignoraient au plan sectoriel ou spatial. Le cadre de ce dialogue, déconnecté du temps de l action de localisation et de transformation des territoires par l action publique, est celui de la définition d une stratégie spatialisée. Dans l absolu, on peut donc imaginer que, sur certains territoires, et sous certaines conditions, la question environnementale interroge fortement les activités économiques et leur localisation, débouchant alors sur des politiques spatialisées «durables» intégrant les logiques et contraintes des acteurs économiques et les faisant évoluer vers des modes de production plus économes en ressources naturelles localisées. D ores et déjà, certains travaux ont montré que des grands territoires urbanisés ont mené un exercice de planification stratégique mobilisant largement les «parties prenantes», débouchant sur un référentiel partagé, et optant parfois pour une stratégie de modernisation écologique (Motte, 2006, 2009). 4

10 Considérant que le contexte local compte, cette recherche analysera les exercices de spatialisation de stratégies conçus dans plusieurs régions urbaines (huit au total). Il s agira de détailler les acteurs moteurs et ceux engagés, les processus de négociation entre les différentes institutions locales. Les résultats de la planification seront examinés au regard de l évolution des référentiels et des actions menées localement, s inscrivant ou non dans l exigence dont est porteuse la viabilité écologique du développement économique. A travers les orientations définies et les processus pour y parvenir, que peut-on dire de la capacité des acteurs publics locaux et des acteurs économiques localisés à penser conjointement gestion environnementale et «compétitivité territoriale»? Dans quelle mesure les exercices réalisés sont-ils à même d affecter la chaîne de l aménagement à des fins de développement économique (marchés fonciers, immobiliers...)? Les espaces denses en enjeux économiques, saisis par la métropolisation, sont-ils plus (ou moins?) vertueux que les espaces à forts enjeux environnementaux (risque d inondation )? Mais le contexte national compte également, dans cette recherche. En effet, les compétences légales données aux institutions, ainsi que les normes, dessinent le cadre à l intérieur duquel les acteurs locaux vont faire des choix, prendre des orientations. Un des intérêts et une difficulté de cette recherche est que ce cadre est évolutif. Depuis une vingtaine d années, dans différents pays européens, les gouvernements ont réformé en profondeur le système de planification, avec comme objectifs le renforcement de la cohérence des politiques publiques, et même la contribution des territoires à l atteinte d objectifs nationaux en matière de durabilité (et de lutte contre le changement climatique, en particulier). Les réformes de la planification ont prôné une concertation locale beaucoup plus large des acteurs. Elles ont aussi incité à élargir l échelle spatiale de réflexion, associant aux espaces densément peuplés et riches en fonctions économiques et sociales, les milieux agricoles et naturels alentour, certains d entre eux connaissant une transformation rapide du fait de l urbanisation et du desserrement de certaines activités économiques. On a ainsi remis en valeur les liens entre villes et «campagnes» dans les démarches de planification. L Angleterre et la France permettent d illustrer en détail les évolutions de la planification spatiale, par ailleurs dépendantes des réformes portant la création de nouvelles échelles de décision en matière d action publique, et sur l autonomie locale. Ces deux nations, dont les systèmes institutionnels présentent des différences importantes, ont emprunté des voies distinctes pour réformer la planification (Booth et alii, 2007). Une première recherche, à laquelle ont participé trois des cinq laboratoires ici impliqués, a comparé l Angleterre et la France, sur le plan des échelles d action et des compétences et capacités à agir (CITERES- LERAD-CITIES, 2010) Depuis trente ans, la France a connu un processus de décentralisation et de renforcement du pouvoir local, notamment à travers la répartition des compétences en matière d'urbanisme, d'environnement, d interventions économiques, puis par la stimulation de la coopération intercommunale. De son côté, l Angleterre a d abord vu l Etat rogner l autonomie locale au nom d une recherche d efficacité, puis chercher à impliquer des acteurs privés dans l aménagement, etc. Les gouvernements New Labour ont entamé une réforme (restée inaboutie) de régionalisation. Plus récemment, le gouvernement de coalition a aboli les institutions régionales et affiché son intention de stimuler l émergence de coalitions public-privé au niveau local (Local Enterprise Partnerships). Au sein de l urbanisme et de la planification, les objectifs de densification ou de respect des ressources environnementales sont apparus dans les deux pays. Mais en France, les choix faits en matière de planification restent d essence locale, tandis qu en Angleterre, il s agit de transcrire dans l espace des objectifs (de construction de logements, par exemple) définis à un niveau supérieur (Bertrand, 2009). Tributaires de volontés gouvernementales, les évolutions du cadre de la planification ont pu connaître des aléas, au gré des changements de gouvernements et de majorité électorale. Les territoires étant hétérogènes du point de vue de leur capital économique, environnemental et institutionnel, on peut penser que les intentions du législateur se traduisent localement de façon relativement diverse, c est-à-dire que le contexte local 5

11 compte en matière de stratégie de durabilité territoriale. Parfois, le processus et les objectifs de la planification réalisée restent en deçà de la norme posée et du sens donné par le niveau national. Parfois, ils les anticipent et les dépassent. Il n est pas certain que le référentiel dont est porteur le cadre national de la planification soit totalement adapté à la résolution des conflits et des dilemmes que suppose une recherche effective de durabilité territoriale. Les réformes nationales de la planification spatiale sont-elles porteuses d une régulation locale efficace des effets environnementaux des activités économiques? Cette question se pose dans la mesure où la plupart des grandes villes anglaises et françaises expriment une forte appétence pour le développement économique, synonyme d emplois, de dynamisme, voire (en France, du moins) de ressources fiscales accrues. De ce fait, comment la planification spatiale peut-elle rechercher un équilibre entre cet objectif de présence et de développement des entreprises et un autre, objectivement impérieux, de limitation des consommations d espaces agricoles et naturels? Cette recherche a mobilisé, durant deux ans (de fin 2010 à fin 2012), une quinzaine de chercheurs anglais et français, issus de quatre disciplines : aménagement de l espace et urbanisme, droit public, économie régionale, géographie. Les différentes compétences rassemblées ont été mobilisées dans la construction, puis l application à des situations locales, d un cadre d analyse pluridisciplinaire et transnational. Le travail a compris la constitution de différents états de l art, ainsi qu une analyse comparée des systèmes nationaux de planification. Ces analyses ont été complétées par des études de cas approfondies dans huit grands territoires urbanisés : Birmingham, Bristol, Newcastle et Sheffield en Angleterre, Marseille-Aix-en-Provence, Nantes-Saint-Nazaire, Rennes et Tours, côté français. L analyse s est voulue comparative à trois niveaux : celui de systèmes institutionnels en évolution en Angleterre et en France, mettant plus ou moins à l agenda des démarches d urbanisme stratégique la question de la viabilité écologique du développement économique ; celui de régions urbaines fonctionnelles, grands territoires où l articulation des objectifs de croissance économique et de qualité écologique est objectivement un enjeu émergent, mais qui sont fragmentés institutionnellement ; celui d exercices de spatialisation de stratégies de développement les schémas de cohérence territoriale (SCoT) en France, les Regional Spatial Strategies et les Local Development Frameworks en Angleterre, variés dans leurs objectifs, leurs modes d élaboration, leur opposabilité, les acteurs (économiques, notamment) associés Côté français, cette recherche a débuté au moment où la loi Grenelle 2 venait d être adoptée. Ceci a certainement facilité l échange avec les acteurs de la planification spatiale rencontrés sur les territoires, puisque ceux-ci pressentaient souvent une mutation des pratiques. Côté anglais, cette recherche s est déroulée dans un moment de grande réforme institutionnelle, décidée par le gouvernement de coalition Tory-Liberal Democrat qui a accédé au pouvoir en mai Ainsi, le niveau régional d administration (Government offices, Regional Development Agencies, Regional Assemblies) a été aboli. Or, les Regional Assemblies, qui regroupaient précédemment des collectivités locales, avaient été chargées, à partir de 2004, d élaborer des Regional Spatial Strategies (RSS). Les chercheurs ont dû réviser le protocole de recherche prévu, en combinant une analyse des RSS avec celle des Local Development Frameworks (voir chapitre 5). Par ailleurs, les techniciens anglais rencontrés se situaient dans un entre-deux, entre documents stratégiques et références issus de la période New Labour, mais désormais sujets à caution, et des dispositifs en construction (comme les Local Enterprise Partnerships), le tout dans un contexte économique morose, tant au niveau local que national. Le rendu de cette recherche est organisé de la façon suivante. Tout d abord, nous poserons la problématique multifacettes de cette recherche, à travers une revue de différentes littératures (chapitre 1). Il s agit d élaborer des questions de recherche en s appuyant sur certains travaux en économie régionale, géographie économique mais aussi en 6

12 aménagement de l espace et urbanisme. L attention se porte sur des références théoriques, mais aussi sur des analyses qui ont une dimension empirique (sur la localisation des entreprises), ou qui réfléchissent aux modifications des pratiques d aménagement suite à l introduction d objectifs de durabilité territoriale. Quelles sont les évolutions de la localisation des activités économiques dans les grandes agglomérations des pays développés? Quel est le potentiel, mais aussi les limites, de la planification stratégique spatialisée lorsqu elle aborde la question du développement durable des territoires? Voici quelques-unes des questions abordées. Du côté des résultats, nous proposerons la notion d «étalement économique», qui n est pas le strict équivalent de l étalement urbain résidentiel étudié par certaines recherches. En effet, nous verrons que cet «étalement économique» est stimulé par l action publique locale, à travers la réalisation d aménagements anticipant la demande d implantation des entreprises. Nous verrons également que la planification stratégique spatialisée est, au plan théorique, un levier pour modifier les comportements, tant des acteurs publics que privés. Une des questions qui se posent est de savoir comment la planification stratégique se décline aujourd hui, en Angleterre, en France, et sur les territoires. Cette question nous conduira à initier une analyse comparée des systèmes de planification en Angleterre et en France. L évolution française sera tout d abord retracée (chapitre 2). Nous verrons que la construction intercommunale, d un côté, les lois SRU et Grenelle, de l autre, constituent des éléments importants à considérer. Mais, selon les auteurs, la régulation des dimensions spatiales du développement économique reste timide, dans des documents tels que les schémas de cohérence territoriale. Le chapitre 3 montrera que l Angleterre a également connu des réformes importantes, qui ont modifié le statut de la planification spatiale, mais dans une logique top-down, alors qu en France beaucoup repose sur la volonté des élus locaux. Des deux côtés de la Manche, sous l impulsion des gouvernements, les documents de planification ont tous adopté une teinte de développement durable, à partir des années Mais les plans sont réalisés différemment dans les deux pays et la valeur du plan, au regard de projets de développement économique, n est pas la même. Face au nombre et à l ampleur des réformes impulsées par les gouvernements, nous pourrons nous demander si les acteurs publics des territoires font réellement de la planification stratégique un élément intégrateur des politiques publiques locales. Si chaque pays emprunte peut-être un chemin spécifique, des investigations de terrain s avèrent nécessaire. En effet, dans une démarche de recherche, procéder à des études de cas se révèle utile pour collecter des informations précises sur des questions complexes. Il nous semble que la territorialisation du développement durable à travers les politiques publiques locales illustre le cas d'une telle question complexe, articulant normes nationales et pouvoirs locaux. De plus, cette question est traitée dans un contexte géographique lui-même complexe et composite : les régions urbaines et leurs caractéristiques économiques, environnementales, institutionnelles. Pour réaliser de façon comparable des études de cas dans les deux pays, les chercheurs ont opéré des choix communs, en matière de méthodes et d objets d enquête. Le chapitre 4 identifie tout d abord les principales unités territoriales à analyser : régions urbaines, autorités locales engagées dans la planification spatiale, projets économiques localisés. Ensuite, il présente la structure d analyse mise en œuvre pour chaque étude de cas. En Angleterre, les plans locaux sont réalisés de façon standardisée et les chercheurs, dans l analyse des documents, peuvent utiliser une grille commune et tester l homogénéité des plans. En France, les processus d élaboration des plans méritent d être décryptés tout autant que les résultats. Enfin, nous présenterons les critères qui ont guidé le choix des terrains en Angleterre et en France, en ce qui concerne les régions urbaines et les projets d aménagement à vocation économique. Les chapitres 5 et 6 rendent compte, respectivement, des études de cas menées en Angleterre et en France, dans un format resserré par rapport aux monographies et analyses transversales produites à l occasion de la recherche. Le chapitre 5, traduit en français, 7

13 présente et compare les résultats des études de cas anglaises 1. Consacré aux études de cas françaises, le chapitre 6 est plus détaillé, notamment dans la mesure où les différences entre les démarches de planification spatiale pratiquées localement ressortent beaucoup plus qu en Angleterre. Parmi les résultats transversaux, on pourra retenir, qu en Angleterre, le desserrement spatial des activités est limité par la priorité nationale accordée au recyclage du foncier (correspondant notamment à d anciennes friches industrielles), qui s impose au niveau local. De façon complémentaire, l existence de green belts constitue une autre limite à la périurbanisation des emplois, mais les chercheurs constatent qu en cas de forte demande de la part de promoteurs ou d entreprises, des sites économiques peuvent y être développés. En France, le caractère récent de la construction intercommunale et son lien étroit avec la fiscalité locale acquittée par les entreprises aboutit à l aménagement de multiples sites d activités dans un même grand territoire. Par ailleurs, dans les deux pays, la planification spatiale ressort comme un processus fortement régulé, qui engage des collectivités locales tout en étant ouvert à la consultation, qui doit se conformer à une législation nationale ou des normes européennes toujours plus nombreuses, et parfois jugées opaques. Par contraste, les stratégies économiques locales ne font pas toujours l objet d une énonciation et, dans tous les cas, les documents produits n ont pas de valeur légale. Se voulant fortement évolutives, les stratégies économiques locales n abordent pas explicitement les éventuels problèmes posés par le développement spatial des activités et des sites d activités alors que, dans les faits, les projets circonscrits à vocation économique sont un point de rencontre entre développement économique et gestion environnementale. Ainsi, comme nous le verrons, l appropriation locale du développement durable chemine au sein de la planification spatiale, mais la possibilité d aborder les questions économiques sous l angle de la viabilité écologique ne va pour l instant? pas de soi. Le contexte économique actuel semble accroître ce «pragmatisme». Au total, il existe donc un écart entre les volontés nationales que les territoires contribuent désormais à la préservation de l environnement (biodiversité, consommation foncière ) et les pratiques locales, y compris au niveau des réflexions stratégiques. 1 Le lecteur intéressé trouvera les monographies de Birmingham, Bristol, Newcastle et Sheffield, en langue anglaise, en annexes de ce rapport. 8

14 Références bibliographiques citées Albrechts, L. (2004), Strategic (spatial) planning re-examined, Environment and Planning B, Vol.31, n 5, pp Bertrand, N., Kreibich, V. (eds.) (2006), Europe s city-regions competitiveness: growth regulation and peri-urban land management, Assen, van Gorcum. Booth, P., Breuillard, M., Fraser, C., Paris, D. (eds) (2007), Spatial Planning Systems of Britain and France, Londres, Routledge. CITERES-LERAD-CITIES (2010), Metropolitan governance in England and France: international lesson learning, rapport de recherche pour la Maison des Sciences de l Homme de Tours, Tours et Bristol, Université de Tours et University of the West of England. Demazière, C., Farthing, S. (2010), City-regions governance in England and France: towards international lesson learning, International Conference of the European Urban Research Association Understanding City Dynamics, septembre 2010, Darmstadt. Godard, O. (1997), La démarche de développement durable à l échelle des régions urbaines, Pouvoirs locaux, n 34, pp Godard, O. (2002), Le développement durable et les entreprises, Revue des Deux Mondes, octobre-novembre, reproduit dans Problèmes économiques, n 2800, pp Healey, P. (2007), Urban Complexity and Spatial Strategies: Towards a Relational Planning for our Times, Londres, Routledge. Kaisergruber, D. (2006), Pratiques des entreprises en matière de développement durable, in Heurgon, E. (dir.), Le développement durable, c est enfin du bonheur!, La Tour d Aigues, Editions de l Aube. Lefèvre, C. (2004), Paris et les grandes agglomérations occidentales : comparaison des modèles de gouvernance, Paris, Institut Français d Urbanisme. Motte, A. (2006), La notion de planification stratégique spatialisée en Europe (Strategic Spatial Planning) ( ), Paris, PUCA. Motte, A. (2009), Les politiques métropolitaines durables : quelques réflexions exploratoires, in Les vertus de l interdisciplinarité - Mélanges en l honneur de Marcel Bazin, Les cahiers de l IATEUR, Université de Reims. PUCA (2010), Consultation de recherche «Localisation des activités économiques et développement durable des territoires», Paris, PUCA, mai consulté en septembre PUCA-SRP ( ), Politiques territoriales et développement durable, programme de recherche du PUCA- METTM et du SRP-MEDD, Paris. 9

15 10

16 Chapitre 1 Problématique de la recherche : de l «étalement économique» au potentiel de la planification stratégique spatialisée pour la viabilité des régions urbaines Christophe Demazière, en collaboration avec Olivier Bouba-Olga et Nicolas Douay 18

17 19

18 Introduction Pour poser les jalons d une analyse à la fois institutionnelle et empirique, qui composera l essentiel de ce rapport, ce premier chapitre propose un triple état de l art. Tout d abord, il resitue la question de la localisation des activités économiques au sein de débats scientifiques plus larges sur l évolution de l urbanisation : alors qu on parle couramment d étalement urbain, existe-t-il un «étalement économique»? (section 1). Ensuite, on passera en revue les différents modèles de planification stratégique spatialisée, mis en avant et pratiqués. A quel(s) modèle(s) de planification correspond l évolution du cadre institutionnel, actuellement à l œuvre, dans un sens de durabilité (section 2)? Enfin, ce chapitre examine la place accordée par les chercheurs à la planification spatiale, dans la recherche d une territorialisation du développement durable (section 3). Il débouche sur la formulation de quatre hypothèses, qui sont testées dans la suite de la recherche. 1. Activités économiques et développement durable des territoires : regards croisés d économistes et de chercheurs des dynamiques urbaines L objectif de cette section est d expliquer pourquoi, au sein des débats sur le développement urbain durable, il semble pertinent de prendre comme point d entrée la question de la viabilité écologique du développement économique. Dans la mesure où le développement durable est un concept holiste, pourquoi s attacher spécifiquement à l intersection entre les objectifs d efficacité économique et de préservation des ressources de l environnement? La réponse développée est double. Premièrement, nous rappellerons brièvement que la dynamique des territoires européens est étroitement liée, depuis plusieurs siècles, aux évolutions de l économie, qui a des dimensions spatiales fortes. La croissance économique étant largement assise sur l exploitation de ressources naturelles non renouvelables et produisant des externalités environnementales, on peut penser que l épuisement de ce modèle impactera fortement les formes d urbanisation (section 1.1). Compte tenu de la forte autonomie de l économie vis-à-vis du territoire (hier, et encore plus aujourd hui), il ne faut pas surestimer la capacité des pouvoirs publics locaux à (ré)orienter spatialement le développement économique. Les outils de l aménagement, qu ils soient cognitifs ou opérationnels (zonages, cartographies, projections temporelles, réalisation d espaces d activités ) existent depuis longtemps (Claude, 2006), mais rencontrent des limites fortes (Novarina, 2003 ; Hebbert, 2006). Deuxièmement, la contribution des activités économiques aux transformations des paysages, de l usage des sols, ou à la croissance des déplacements motorisés (dus aux flux de marchandises ou aux déplacements domicile-travail) est relativement peu étudiée par les chercheurs, en regard de la masse de travaux consacrés aux phénomènes résultant de la localisation résidentielle. Il s agira donc pour nous, au sein des débats sur l étalement urbain, d isoler des tendances reflétant un «étalement économique» (section 1.2) Développement économique, espace urbain et schémas de localisation : d hier à aujourd hui Dans un premier temps, nous insisterons sur les liens étroits entre croissance économique et croissance urbaine, dans le monde développé (section 1.1.1). Puis nous verrons comment les approches de la localisation des activités économiques rendent compte des économies et déséconomies d agglomération (section 1.1.2). Enfin, nous donnerons un aperçu de l évolution de la localisation des activités dans quelques grandes agglomérations françaises (section 1.1.3) Croissance économique et action publique dans les villes : d hier à aujourd hui Petite ou grande, la ville occidentale a largement partie liée à la croissance économique. En 20

19 effet, depuis plusieurs siècles, des processus irrésistibles d industrialisation et de tertiarisation ont structuré les économies et les sociétés occidentales, y compris dans leur organisation spatiale. En Europe occidentale, au XIXe siècle, la naissance de l usine et l éclosion de la société salariale ont provoqué la construction de quartiers ouvriers et de faubourgs, tantôt autour de centres urbains historiques, tantôt à l écart (Hohenberg et Lees, 1985 ; Pinol, 1991). Au XXe siècle, l accès du plus grand nombre à l automobile a permis la mise à distance des lieux de résidence, de travail, de consommation et de divertissement (Scott, 1982). De nos jours, l affirmation d une économie mondialisée et basée sur l information semble susceptible de redéfinir une nouvelle fois le fait territorial, tant au niveau de la production que de la consommation (Ascher, 1995 ; Graham, 2001). Insérées dans les formes successives prises par le mode de production capitaliste, les relations entre entreprises et espaces urbains ont fait l objet de très nombreux travaux de chercheurs de différentes disciplines : historiens, géographes, économistes Il serait ici vain de vouloir en faire une revue exhaustive, mais quelques faits stylisés peuvent être mis en avant 1. Les travaux convergent pour montrer que, depuis le Moyen-âge, la croissance de certaines villes ou de certaines agglomérations européennes (parfois leur naissance), la forme urbaine et le marché du travail sont liés à l implantation, au développement ou à l entrée en crise sectorielle de telles ou telles activités s agglomérant (Hohenberg et Lees, 1985 ; Bergeron et Roncayolo, 1974). Au cours des XIXe et XXe siècles, dans un régime de capitalisme industriel en expansion, la production de la ville par l entreprise s est accentuée, appelant une régulation de ses incidences sociales et spatiales par la puissance publique. En effet, au XIXe siècle, le capitalisme industriel a dans une large mesure produit de l espace urbain sans qualité, en même temps qu il produisait des biens et des services (Pinol, 1991). Les désordres sociaux, politiques ou sanitaires qui en ont résulté dans les grandes villes ont progressivement (et diversement, selon les pays) légitimé l idée d interventions publiques directes dans le fonctionnement urbain (assainissement, voirie, santé, habitat ). Au début du XXe siècle, l aménagement des villes s est développé et a été guidé par des mesures législatives. L Angleterre et la France sont deux nations où les pouvoirs publics ont développé des actions pour favoriser, mais aussi accommoder spatialement la croissance économique. Les premières générations de politiques nationales d aménagement du territoire s inscrivent dans ce cadre. A partir des années 1950 et 60, dans une période de forte croissance économique, certaines activités économiques sont devenues des groupes-cibles de politiques publiques nouvelles : constitution de grandes entreprises ou filières, création de pôles d industrie lourde, décentralisation d activités (Colletis et Pecqueur, 1993 ; Demazière, 2006). Durant cette période des Trente Glorieuses, qui correspond à la phase principale d urbanisation en France (l Angleterre étant ici beaucoup plus précoce), la planification de l usage des sols à l échelle des grands territoires est devenue une pratique importante. En France, s est instauré un partage des tâches entre un Etat central régulant l économie (rapport salarial, formes de la concurrence, politique industrielle ) et des collectivités territoriales (ou l Etat déconcentré, avant la décentralisation) accommodant spatialement les activités économiques en échange de création d emploi et de recettes fiscales (Coing, 1982 ; Minguet, 1985 ; Linossier, 2006). Anticipant les besoins fonciers et d équipement des entreprises, les politiques locales ont pris le plus souvent deux formes articulées : la planification de l usage des sols, la création de zones d activités économiques (ZAE) dénommées aussi zones industrielles, puis technopôles, parcs d activités ou parc tertiaires 2. Depuis le ralentissement économique initié dans les années 1970, les évolutions 1 Il est difficile d avoir un propos général, en raison de la variété des secteurs d activité à considérer, de la diversité de leur organisation interne et spatiale, et enfin de la variété des périodes historiques (Scott, 1982 ; Mérenne-Schoumaker, 2002). Par ailleurs, les possibilités de configurations spatiales des entreprises ne prennent leur pleine expression que lorsqu'elles sont insérées dans des systèmes technologiques et institutionnels particuliers (Scott et Storper, 1987). 2 Une zone d activités économique (ZAE) est un espace, aménagé ou non, affecté dans un plan d aménagement à des activités économiques, et qui a vocation à recevoir des entreprises industrielles, commerciales, artisanales, logistiques, de services. Il est important de noter que cette opération est inscrite dans un plan (local ou de plus grande échelle). 21

20 économiques (multilocalisation des plus grandes entreprises, tertiairisation, diminution de la taille des entreprises, croissance de l auto entrepreneuriat ) et leurs manifestations spatiales (désindustrialisation, travail à domicile, économie présentielle ) rendent beaucoup plus difficiles les réflexions et actions locales de spatialisation du développement économique, au moment où s exprime, au niveau international et national, une volonté de réduction des externalités environnementales induites par le fonctionnement économique local. Encore aujourd hui, la création de zones d activités économiques constitue en France, l outil le plus employé par les communes et leurs groupements à fiscalité propre, en matière d action en direction de l économie. En 2004, 36% des dépenses intercommunales pour l action économique (soit 349 millions d euros) étaient consacrées à des dépenses d équipement (aménagement de zones d activités, aménagement foncier et hydraulique, infrastructures de production d énergie ). La part était de 25% pour les communes, soit 260 millions d euros (DGCP, 2005; cité par Crépin, 2010). L engouement pour ce type d action en direction des entreprises soulève des interrogations et réticences de la part de certains chercheurs : la forte concurrence entre acteurs publics locaux entraîne un excès d offre de terrains viabilisés, le portage foncier qui en résulte génère un probable gaspillage de fonds publics (Mérenne-Schoumaker, 2002 ; Pecqueur, 2000). Une mauvaise connaissance des besoins fonciers et techniques des entreprises et des marchés porteurs potentiels, peut amener à proposer aux entreprises des ZAE inadaptées. Par ailleurs, la création et le développement des ZAE en périphérie urbaine engendrent parfois de lourdes conséquences sociales et environnementales : l accentuation de la périurbanisation et, par conséquent l allongement des déplacements des actifs, la multiplication des sources de pollution et le déclin de certains quartiers urbains, l accroissement des ségrégations spatiales (Petitet et Caubel, 2010). Au contraire de la période des Trente Glorieuses, de nos jours, des actions précises de localisation de la place de l économie dans la ville paraissent complexes à énoncer. D un côté, l espace entourant la ville dense, qui accueillait sans discussion possible des infrastructures de transport et des zones d activités, s est peuplé et a construit un équilibre fragile entre fonctions résidentielle, récréative et productive. En espace périurbain, tout nouveau projet d infrastructure ou d implantation d entreprise fait débat et ne peut être réalisé qu au prix de la préservation apparente du cadre de vie des périurbains (Roux et Vanier, 2008). De l autre, l économie a considérablement évolué, entraînant du même coup de nouveaux rapports à l espace. En effet, tout au long du XXe siècle, les pays aux plus hauts niveaux de développement (dont la France et l Angleterre) ont connu des glissements sectoriels de l emploi, qui ont culminé ces dernières décennies avec des formes localisées de désindustrialisation. Le territoire des établissements industriels n est désormais ni local, ni stabilisé (Demazière, 2003). Ce constat ne se limite pas aux grands groupes mais vaut aussi pour les PME industrielles. Ainsi, dans le cas de petites et moyennes entreprises manufacturières de faible et moyenne valeur ajoutée, au Québec, Carrier et alii (2012) ont pu corréler la croissance du chiffre d affaires et la conduite d innovations avec une forte évolution spatio-temporelle des réseaux d affaires. Les entreprises enquêtées passent d un ancrage local dans la ville moyenne à une ouverture spatiale de plus en plus affirmée au fil du temps. Clairement, le district industriel marshallien, modèle dans lequel les relations productives privilégiaient la proximité géographique et sociale, n est qu un type d organisation industrielle repérable localement 3. Pour le dire autrement, la localisation des activités industrielles s inscrit dans des divisions spatiales du travail d entreprises (Massey, 1984) et des formes de relation qui ne valorisent pas forcément la proximité spatiale (Rallet et Torre, 1995). De son côté, B. Mérenne-Schoumaker (2002) identifie différentes dimensions de la localisation des entreprises industrielles. Parmi les distinctions qu elle opère, trois peuvent ici être mises en 3 Du reste, à l issue de son étude de l industrialisation au Brésil, en Corée du Sud, au Japon et aux Etats-Unis, A. Markusen (1996) y ajoute les «plates-formes satellites», les «districts industriels publics» et les «districts moyeux et rayons». 22

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

Texte préparatoire. Conférence téléphonique sur un sujet de fond : «Urbanisme rural durable?» le 23 novembre 2010

Texte préparatoire. Conférence téléphonique sur un sujet de fond : «Urbanisme rural durable?» le 23 novembre 2010 Paysage rural : vers un urbanisme durable Réseau de Territoires www.mairieconseilspaysage.net Texte préparatoire Conférence téléphonique sur un sujet de fond : «Urbanisme rural durable?» le 23 novembre

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Pour citer cet article : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- THÈSES (RÉSUMÉS) Armand Colin Revue d'économie Régionale & Urbaine 2006/4 - octobre pages 661 à 664 ISSN 0180-7307 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-4-page-661.htm

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

L économie de la fonctionnalité, pour un développement plus durable

L économie de la fonctionnalité, pour un développement plus durable Christian du Tertre, Professeur de sciences économiques à l Université Paris-Diderot, LADYSS- CNRS ; directeur scientifique d ATEMIS Spécialiste de l économie du travail et des services L économie de la

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS?

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? Organisateur CENTRE D ÉTUDES SUR LES RÉSEAUX, LES TRANSPORTS, L URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU) Coordinateur Thierry GOUIN, Chargé

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 Le Master 2 Paysage et Aménagement est une spécialité du Master Urbanisme et Aménagement. Celui-ci est

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Réussir ensemble l Éco-Vallée : le PROJET STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL

Réussir ensemble l Éco-Vallée : le PROJET STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL Réussir ensemble l Éco-Vallée : le PROJET STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL LIVRET DE LA CONCERTATION L EPA PLAINE DU VAR ENGAGE UNE NOUVELLE CONCERTATION SUR L AVENIR DE L ÉCO-VALLÉE, DE JUIN À DÉCEMBRE 2014.

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive

JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive INVITATION Mardi 7 juillet 2015 JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive «Dimensionner une planification ambitieuse

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 Mission Chanvre pour le Cluster Beaujolais Numéro de la communication : IES-2010-28

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Frédéric Léonhardt Les travaux du Grand Paris Express s annoncent coûteux et décalés par rapport aux problèmes réels. Pour Frédéric Léonhardt,

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

ET DEMAIN? Proposition et retombées du comité interministériel à l'égalité des territoires. Laurent COUSSEDIERE

ET DEMAIN? Proposition et retombées du comité interministériel à l'égalité des territoires. Laurent COUSSEDIERE ET DEMAIN? Proposition et retombées du comité interministériel à l'égalité des territoires Laurent COUSSEDIERE Une démarche en 5 points pour diffuser les modèles et en assurer une amélioration consolidée

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 1. La ville centre de Colmar 2. Les villes couronnes 3. Les pôles pluri-communaux 4. Les pôles secondaires 5. Les villages 6. En zone

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif La qualité des Parcs d activités ème du 21 siècle Contribution du Conseil de développement de Lille métropole Contribution adoptée en séance plénière le 14 décembre 2011 1 Lille Métropole élabore une Charte

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7 plu modification n 7 classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative NOTICE EXPLICATIVE Ouverture à l urbanisation d une partie de la zone 2AUe des Commandières (Classement en zone

Plus en détail

Présentation des prospectives en cours à l Unité Prospective de l Inra (Mars 2007)

Présentation des prospectives en cours à l Unité Prospective de l Inra (Mars 2007) Présentation des prospectives en cours à l Unité Prospective de l Inra (Mars 2007) Eléments de méthodologies des prospectives, enseignements et manières de faire Prospective Agriculture 2013 Prospective

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère CLÉMENT ARNAL Cette thèse s inscrit dans un contexte

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre»

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» 458 100 habitants (2007) - Située au Nord-Ouest de l'angleterre. La stratégie de planification urbaine conduite à Manchester

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail