La biologie médicale délocalisée selon la norme ISO 22870

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La biologie médicale délocalisée selon la norme ISO 22870"

Transcription

1 La biologie médicale délocalisée selon la norme ISO Alain Suiro Page 1

2 Définitions ISO : (ADBD) analyse réalisée à proximité du patient ou à l endroit où il se trouve, dont le résultat peut entraîner une éventuelle modification des soins prodigués au patient. Réglementation : analyses réalisées auprès du patient mais ne relevant pas : Art. L Ne constituent pas un examen de biologie médicale un test, un recueil et un traitement de signaux biologiques, à visée de dépistage, orientation diagnostique ou d adaptation thérapeutique immédiate. (Arrêté du 01/08/16 TROD) De l autotest (tests réalisés par le patient lui-même comme par exemple les βhcg) Page 2

3 La réglementation Article L du Code de la Santé Publique : I. La phase analytique d'un examen de biologie médicale ne peut être réalisée en dehors d'un laboratoire de biologie médicale qu'au cas où elle est rendue nécessaire par une décision thérapeutique urgente. Dans ce cas, la phase analytique est réalisée : 1 Soit dans un établissement de santé ; 2 Soit, pour des motifs liés à l'urgence, dans des lieux déterminés par arrêté du ministre chargé de la santé. La lecture du résultat nécessaire à la décision thérapeutique est alors assurée par le médecin. Le biologiste médical conserve toutefois la responsabilité de la validation des résultats obtenus. Les catégories de professionnels de santé habilités à réaliser la phase analytique en dehors d'un laboratoire de biologie médicale sont fixées par arrêté du ministre chargé de la santé. II. Les lieux de réalisation de l'examen et les procédures applicables, lorsque le laboratoire de biologie médicale relève de l'établissement de santé, sont déterminés par le biologiste-responsable. Le directeur de l'établissement veille à leur application. Lorsque le laboratoire de biologie médicale ne relève pas de l'établissement de santé, une convention déterminant les lieux de réalisation de l'examen et fixant les procédures applicables est signée entre le représentant légal du laboratoire de biologie médicale, le représentant légal de l'établissement de santé et, le cas échéant, pour les établissements de santé privés, les médecins qui réalisent la phase analytique de l'examen de biologie médicale. Page 3

4 NF EN ISO et NF EN ISO Chapitre 4 : Exigences relatives au management Responsabilités et objectifs spécifiques aux activités de Biologie Médicale Délocalisée Chapitre 5 : Exigences techniques Gestion du personnel, maîtrise du matériel, procédures métier et compte-rendu de résultats à adapter aux activités de Biologie Médicale Délocalisée Page 4

5 NF EN ISO et NF EN ISO SH REF 02 Rév 05 Page 5

6 NF EN ISO Organisation et management Le directeur du laboratoire ou une personne désignée doit charger un groupe multidisciplinaire d encadrement des ADBD incluant des représentants du laboratoire, de l administration et des équipes cliniques, y compris le personnel infirmier, afin de recommander des dispositions propres aux ADBD Le groupe d encadrement doit s assurer que les responsabilités et les mandats sont bien définis et communiqués au sein de l organisme. Page 6

7 NF EN ISO Organisation et management Le groupe d encadrement doit aider à évaluer et à choisir les dispositifs et systèmes d ADBD. Dans les critères de performance des dispositifs d ADBD, il convient de prendre en compte la justesse, la fidélité, les limites de détection, les limites d utilisation et les interférences. Il convient d examiner également la praticabilité Le groupe d encadrement doit examiner toutes les propositions d introduction d un produit. Page 7

8 NF EN ISO Système management de la qualité La direction du laboratoire doit établir, documenter, mettre en œuvre et tenir à jour un système de management de la qualité et améliorer constamment son efficacité. identifier les processus, déterminer la succession et l interaction de ces processus, garantir la disponibilité des ressources et des informations nécessaires, surveiller, mesurer et analyser ces processus, elle doit nommer une personne ayant la formation et l expérience requises en tant que responsable qualité pour les ADBD, ce qui comporte la revue des exigences liées aux ADBD. Page 8

9 NF EN ISO Système management de la qualité Le directeur du laboratoire ou une personne déléguée et qualifiée doit s assurer que : Objectifs qualité établis et mesurables Indicateurs Surveillance des activités EBMD Mesure des activités EBMD Analyse des activités EBMD Page 9

10 Documents à prévoir Prouver que le système qualité est en adéquation avec la norme NF EN ISO : un manuel qualité et/ou un plan qualité présentant les principes de management mis en place pour l'identification et la maîtrise des processus nécessaires pour les EBMD ; un document identifiant l'ensemble des processus et sousprocessus nécessaires pour les EBMD et les moyens mis en œuvre pour les maîtriser. Page 10

11 Déployer la Biologie Médicale Délocalisée Page 11

12 La diversité des acteurs Peuvent être impliqués : Biologistes Techniciens Cliniciens Infirmiers Sages-femmes Représentants des services administratifs Représentants des services techniques Représentants des services économiques Page 12

13 La diversité des acteurs Prélèvements possibles par : Médecins Chirurgiens-dentistes Sages-femmes Infirmiers Techniciens labo Manipulateurs d électroradiologie médicale Arrêté du 13 août 2014 Phase analytique (hors labo) possible par : Médecins Sages-femmes Infirmiers Techniciens labo Page 13

14 Le groupe pluridisciplinaire d encadrement Le groupe devrait être composé de : Un biologiste coordonnateur (président du groupe) Un ou plusieurs biologistes Un ou plusieurs cliniciens Un représentant des soins infirmiers Un représentant de la direction de l établissement Et si possible : Un ingénieur biomédical Un représentant de la direction informatique Page 14

15 Le rôle du groupe d encadrement Le groupe a pour missions de : Définir les besoins en EBMD Statuer sur les demandes émanant des services cliniques Participer au choix des solutions EBMD Déployer les EBMD Suivre l utilisation des EBMD dans les services de soins Coordonner les acteurs des différents services Page 15

16 Les besoins dans les services de soins Page 16

17 La maîtrise et la revue du matériel Maîtriser les activités impliquent : Formation du personnel Documentation des phases pré-analytique, analytique et post-analytique Procédure adaptée et simple (valeurs critiques, interprétation des messages d erreur, panne, calibration, contrôle, maintenance, stockage, déchets, ) CQI, EEQ, CNQ o Validation par le personnel du laboratoire o Blocage automatique et/ou à distance en cas de dysfonctionnement Maintenances Evaluation périodique Page 17

18 PERSONNEL : Exigences spécifiques Disposer de ressources humaines dédiées : SMQ Formation du personnel «Biologie Médicale Délocalisée» Accroître la satisfaction des exigences des clients Formation et évaluation des compétences : Programme théorique et pratique adapté à l ensemble du personnel concerné par les EBMD (documenté) Evaluation des connaissances / qualification (documenté) Recyclage et ré-attestation via un programme de formation continue Définition des intervalles de recyclage Surveillance des performances des opérateurs Page 18

19 PERSONNEL : Connaissances / Qualification Compréhension de l usage approprié du dispositif Théorie du système de mesure Appréciation des aspects pré-analytiques Collecte des échantillons Utilité clinique et limites Expertise lors de la procédure analytique Stockage des réactifs Contrôle qualité et assurance qualité Limites techniques du dispositif Réaction face aux résultats se situant en dehors des limites prédéfinies Pratiques de maîtrise des infections Documentation et mise à jour correcte des résultats Page 19

20 PRE-ANALYTIQUE : Exigences spécifiques Identitovigilance 5.4 Traçabilité des échantillons Conservation des échantillons Echantillons non conformes : Avertir la personne responsable Conserver des enregistrements Page 20

21 ANALYTIQUE : Exigences spécifiques Procédures disponibles aux utilisateurs Recommandations du fabricant acceptées après revue documentée Utilisation du CQ généré par l instrument si : Accepté par les autorités réglementaires Acceptable Relation entre valeurs obtenues au laboratoire et EBMD établie et publiée et/ou disponible sur demande (SH REF 02) Participation EEQ / CIL obligatoire, Revue des EEQ / CIL par le groupe d encadrement et enregistrement des actions d amélioration Page 21

22 ANALYTIQUE : Assurer un service correct Vérification de la justesse et de la linéarité Vérification de l ensemble des sites concernés par les EBMD Définition de la stratégie des CQ pour chaque dispositif Revue régulière des résultats des CQ Gestion des résultats non-conformes Si auto-tests utilisant des EBMD : Valider l exactitude Valider la comparabilité avec le laboratoire central 5.6 Page 22

23 POSTANALYTIQUE : Exigences spécifiques Gestion et élimination des échantillons, réactifs et trousses conformément à la réglementation en vigueur Si ré-analyse : utilisation de l échantillon primaire (sinon demande de nouveau prélèvement) 5.7 Page 23

24 Validation des EBMD Vérification de l application des procédures réalisées dans l unité de soins par un opérateur habilité Lecture avec interprétation immédiate des résultats par le médecin prescripteur de l examen suivie d une utilisation dans un cadre de décision thérapeutique urgente Vérification analytique du laboratoire réalisée à posteriori par un personnel habilité Validation réalisée à posteriori par le biologiste médical Page 24

25 Compte-rendu des résultats Compte-rendu suffisamment détaillé Résultats consignés dans le dossier médical du patient Enregistrer le nom de la personne réalisant l analyse Distinction entre résultats des EBMD et résultats du(es) laboratoire(s) 5.8 Page 25

26 Les bases du SMQ Non-conformités : Actions curatives et/ou autorisation d utilisation Communication et acceptation et/ou action pour interdire l utilisation ou l application prévue au départ 4.9 RDD : Etude du rapport coûts bénéfices ainsi qu une évaluation des besoins cliniques Efficacité clinique et rapport investissement / rendement des activités EBMD Identification des possibilités d amélioration 4.15 Page 26

27 Les éléments de traçabilité Enregistrements relatifs au personnel : Formation Qualification Recyclage Réévaluation 4.13 Enregistrements relatifs au matériel et leur utilisation : Inventaire (n série, identification unique, nom du fabricant / fournisseur, date d achat) Maintenances périodiques et épisodiques Mises hors service Enregistrements relatifs aux matériaux et réactifs (traçabilité pour une analyse donnée) Enregistrements relatifs aux dysfonctionnements lors des phases pré-analytique, analytique et post-analytique Page 27

28 Les freins à la démarche Difficulté pour trouver un responsable de groupe d encadrement des EBMD Difficulté des personnels soignants à intégrer cette nouvelle activité Limite des systèmes de connectiques actuels entre services cliniques et laboratoire Pas de facturation possible (LBM privés) Page 28

29 Les freins à la démarche Pas adapté aux gros débits Coûteux par rapport à la biologie médicale : Coût unitaire des analyses Coût lié aux repasses (manque de compétence des opérateurs) Pas de possibilité de disposer d un appareil unique pour tous les paramètres utiles Matériels pas toujours adaptés aux conditions de travail en SAMU, SMUR et autres unités mobiles Page 29

30 Retour d expérience : les principales erreurs Le personnel n est pas bien formé Les instructions du fabricant ne sont pas suivies Les patients ne sont pas identifiés Le manipulateur n est pas identifié Les résultats ne sont pas reportés dans le dossier du patient Le contrôle de qualité n est pas systématiquement passé Les analyses sont réalisées malgré un mauvais contrôle de qualité Les réactifs utilisés peuvent être périmés ou mal conservés L échantillon biologique n est pas conforme Page 30

31 Retour d expérience : les clefs du succès Technologie analytique robuste Instructions d utilisation claires et faciles à comprendre Conseils d entreposage des réactifs jetables clairement formulés Mises à jour régulières des programmes de formation interactifs «Accréditation» de toutes les personnes qui exécutent les tests Politique bien définie sur la transmission et l archivage des résultats Conseils clairs sur l élimination des déchets Vérifications (audits) régulières des procédés et de l exécution Contrôle régulier de la qualité et participation aux processus d assurance externes de la qualité Page 31

32 JE VOUS REMERCIE DE VOTRE ATTENTION Page 32

LA BIOLOGIE DELOCALISEE A L AP-HM Expérience d Accréditation NF EN ISO (HbA1c en consultation de diabétologie)

LA BIOLOGIE DELOCALISEE A L AP-HM Expérience d Accréditation NF EN ISO (HbA1c en consultation de diabétologie) LA BIOLOGIE DELOCALISEE A L AP-HM Expérience d Accréditation NF EN ISO 22870 (HbA1c en consultation de diabétologie) 100 Véronique CHAPOY & Henri PORTUGAL 50 0 1er trim. LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie

Plus en détail

Une expérience d accréditation des gaz du sang

Une expérience d accréditation des gaz du sang Une expérience d accréditation 22870 des gaz du sang Michel Vaubourdolle, B. Bénéteau Burnat, N. Mario, F. Gerrier, P. Pernet Pôle de Biologie Médicale et Pathologie Site Saint Antoine Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

RETOURS - Réunions d harmonisation des évaluateurs de la section Santé Humaine

RETOURS - Réunions d harmonisation des évaluateurs de la section Santé Humaine RETOURS - Réunions d harmonisation des évaluateurs de la section Santé Humaine - 2015 Objectifs Renforcer la maîtrise du référentiel d accréditation des évaluateurs techniques, notamment dans le cadre

Plus en détail

médicale et certification

médicale et certification Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé Mars 2011 SOMMAIRE Contexte L examen de biologie médicale... 3 La procédure de certification des établissements de santé... 3

Plus en détail

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Colloque biologie médicale - ARS Pays de la Loire Pays de la Loire Le 9 septembre 2011 D. JACQ PhISP DQE

Plus en détail

Analyses de biologie délocalisées (ADBD) Exigences concernant la qualité et la compétence NF ISO (2006) + NF ISO (2003)

Analyses de biologie délocalisées (ADBD) Exigences concernant la qualité et la compétence NF ISO (2006) + NF ISO (2003) Analyses de biologie délocalisées (ADBD) Exigences concernant la qualité et la compétence NF ISO 22870 (2006) + NF ISO 15189 (2003) Sommaire Introduction 1 Domaine d'application 2 Références normatives

Plus en détail

Management multi-sites de la biologie délocalisée Retour d'expériences du CHU de Poitiers

Management multi-sites de la biologie délocalisée Retour d'expériences du CHU de Poitiers Siemens Academy Day Bruxelles 21 avril 2016 Management multi-sites de la biologie délocalisée Retour d'expériences du CHU de Poitiers Florent RIBARDIERE 25/04/2016 1 La biologie délocalisée : pourquoi?

Plus en détail

Convention laboratoire- Préleveur externe

Convention laboratoire- Préleveur externe Entre les soussignés : Le laboratoire de biologie médicale (LBM) BIOMED62... Adresse :... Représenté par, Nom :... Qualité : D une part, Et le professionnel de santé Nom :... Adresse :...... D autre part,

Plus en détail

Programme d accréditation des établissements d analyse des émissions de véhicules lourds

Programme d accréditation des établissements d analyse des émissions de véhicules lourds Programme d accréditation des établissements d analyse des émissions de véhicules lourds Mireille Blouin Printemps 2006 Présentation Centre d expertise en analyse environnementale du Québec (CEAEQ) Agence

Plus en détail

CONVENTION D EXERCICE PRIVILEGIE

CONVENTION D EXERCICE PRIVILEGIE CONVENTION D EXERCICE PRIVILEGIE Entre Madame nom prénom, infirmier(e), ayant son cabinet au Adresse, inscrite à l Ordre des infirmières, Ci après désignée : «l Infirmier(e)» D une part, Et NOVABIO Diagnostics,

Plus en détail

Accréditation : par où commencer? Méthode, exemples et pièges à éviter

Accréditation : par où commencer? Méthode, exemples et pièges à éviter 39 e Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4-8 octobre 2010 Accréditation : par où commencer? Méthode, exemples et pièges à éviter Alain DAUNIZEAU, Service de Biochimie, C.H. «Dr Schaffner»,

Plus en détail

RETOURS - Réunions d harmonisation des évaluateurs de la section Santé Humaine NF EN ISO 15189

RETOURS - Réunions d harmonisation des évaluateurs de la section Santé Humaine NF EN ISO 15189 RETOURS - Réunions d harmonisation des évaluateurs de la section Santé Humaine 2014 - NF EN ISO 15189 Objectifs Renforcer la maîtrise du référentiel d accréditation des évaluateurs, notamment dans le cadre

Plus en détail

Mireille Boisson INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES ET HABILITATION DU PERSONNEL EN BIOLOGIE DELOCALISEE

Mireille Boisson INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES ET HABILITATION DU PERSONNEL EN BIOLOGIE DELOCALISEE INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES ET HABILITATION DU PERSONNEL EN BIOLOGIE DELOCALISEE Mireille Boisson Praticien Hospitalier Service de Biologie Clinque Hôpital FOCH, Suresnes, France Biologie d urgence et Gaz

Plus en détail

CONVENTION IDE SELARL BIO D OC

CONVENTION IDE SELARL BIO D OC CONVENTION IDE SELARL BIO D OC Entre les soussignés : La Société d'exercice libéral à responsabilité limitée de directeurs de laboratoires d'analyses de biologie médicale BIO D OC, au capital de 160 000

Plus en détail

Expression et évaluation des portées d'accréditation en Biologie Médicale

Expression et évaluation des portées d'accréditation en Biologie Médicale Expression et évaluation des portées d'accréditation en Biologie Médicale Portées flexibles Documents Cofrac LAB/SH REF 08 et LAB (SH) INF 50 (portées-types en Biologie médicale) 1 Pourquoi la portée flexible

Plus en détail

L Accréditation : qui fait quoi? Installation et fonctionnement d une Cellule Qualité

L Accréditation : qui fait quoi? Installation et fonctionnement d une Cellule Qualité 38e Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Montpellier - 29 septembre 2009 L Accréditation : qui fait quoi? Installation et fonctionnement d une Cellule Qualité A. Daunizeau Lens Lens et son hôpital

Plus en détail

LES RENCONTRES DU CT2M. Le Recueil d Exigences Spécifiques SH REF 02 du COFRAC : Qu apporte-t-il par rapport à l ISO 15189?

LES RENCONTRES DU CT2M. Le Recueil d Exigences Spécifiques SH REF 02 du COFRAC : Qu apporte-t-il par rapport à l ISO 15189? LES RENCONTRES DU CT2M Le Recueil d Exigences Spécifiques SH REF 02 du COFRAC : Qu apporte-t-il par rapport à l ISO 15189? CT M CT M LesRecontresDuCT2M_v1 1 Tour de table Qu est-ce que le SH REF 02? Chapitre

Plus en détail

METROLOGIE DANS UN LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE MEDICALE. J. Marc REIFENBERG

METROLOGIE DANS UN LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE MEDICALE. J. Marc REIFENBERG METROLOGIE DANS UN LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE MEDICALE J. Marc REIFENBERG Le processus 1 2 3 1 La demande / revue de contrat Equipement critique Grandeur mesurable Spécifications Périodicité de raccordement

Plus en détail

FICHES PRATIQUES Règles Pratiques

FICHES PRATIQUES Règles Pratiques FICHES PRATIQUES Règles Pratiques Version 2015 QE 0126/1 ISO 9001 ISO 14001 Référentiel v 2015 V 2015 Tous Tous Problème posé Les exigences documentaires sont-elles allégées dans les versions 2015 d ISO

Plus en détail

L amélioration continue en assurance qualité en radiothérapie. 30/05/2013 Séminaire régional de radiothérapie externe

L amélioration continue en assurance qualité en radiothérapie. 30/05/2013 Séminaire régional de radiothérapie externe L amélioration continue en assurance qualité en radiothérapie 1 Sommaire L amélioration continue - Origine de l exigence - Quelques pistes de réflexion Les éléments de l amélioration continue - Les sources

Plus en détail

Exigences qualité applicables aux fournisseurs d ALISAERO

Exigences qualité applicables aux fournisseurs d ALISAERO d ALISAERO TABLEAU D EVOLUTION INDICE PARAGRAPHE MODIFIE SYNTHESE DE LA MODIFICATION DATE AUTEUR 0 - Création 03/03/03 E.BRAZZALOTTO 1 - Rajout Sous traitance Second Rang 22/02/05 E.BRAZZALOTTO 2 3-3 -

Plus en détail

Contrat d exercice privilégié CONTRAT D EXERCICE PRIVILEGIE

Contrat d exercice privilégié CONTRAT D EXERCICE PRIVILEGIE CONTRAT D EXERCICE PRIVILEGIE Page 1 sur 7 Les soussignés : Mr ou Mme, Infirmier(ère), ayant son cabinet à, inscrite à l Ordre des infirmières, ci-après désignée l infirmière, De première part, Mr ou Mme..,

Plus en détail

MANUEL QUALITE. Tableau des évolutions. Déc Modification de la liste de diffusion et des paragraphes et 16

MANUEL QUALITE. Tableau des évolutions. Déc Modification de la liste de diffusion et des paragraphes et 16 SOMMAIRE Pages LISTE DE DIFFUSION... 2 1 PRESENTATION... 2 2 DOMAINE D APPLICATION... 3 3 TERMINOLOGIE... 3 4 CARTOGRAPHIE DES PROCESSUS... 4 5 ARCHITECTURE DOCUMENTAIRE... 5 6 DOCUMENTATION DU SYSTEME

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION PRÉPARATION DE L EVALUATION SUR SITE SELON LA NORME NF EN ISO : 2012

QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION PRÉPARATION DE L EVALUATION SUR SITE SELON LA NORME NF EN ISO : 2012 QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION PRÉPARATION DE L EVALUATION SUR SITE SELON LA NORME NF EN ISO 15189 : 2012 SH FORM 03 Révision 02 Section Santé Humaine Préambule ϑ QUESTIONNAIRE D'AUTO-EVALUATION Ce questionnaire,

Plus en détail

Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale

Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Elisabeth Rouveix Réunion AES corevih idf ouest et nord décembre 2013 Introduction TROD : Test Rapide d Orientation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 18 novembre 2013 fixant le contrat type de bon usage des médicaments et des produits et prestations

Plus en détail

CONVENTION. Représenté par (Nom)... Et le professionnel de santé (Nom)... (Adresse)

CONVENTION. Représenté par (Nom)... Et le professionnel de santé (Nom)... (Adresse) CONVENTION Entre les soussignés : LE GROUPEMENT DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE Société d exercice libéral à forme anonyme au capital de 192 819 euros Siège social : 3 et 5 petite rue des Tanneries

Plus en détail

ASSURANCE QUALITE PHARMACEUTIQUE

ASSURANCE QUALITE PHARMACEUTIQUE CONSTANTINE LABORATOIRE DE PHARMACIE GALENIQUE DÉPARTEMENT DE PHARMACIE DE ASSURANCE QUALITE PHARMACEUTIQUE 1 OBJECTIFS: Maitriser le vocabulaire et les termes qualité, Définir l assurance de la qualité

Plus en détail

Centre Gratuit d Information de Dépistage et de Diagnostic

Centre Gratuit d Information de Dépistage et de Diagnostic Centre Gratuit d Information de Dépistage et de Diagnostic Missions et enjeux Sandrine Heckmann Coordinatrice Planning Familial 64 - CeGIDD de Pau Les modalités d accueil Une ouverture minimale de 4 demi

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE

GUIDE METHODOLOGIQUE GUIDE METHODOLOGIQUE pour l application de l arrêté du 6 décembre 2010 fixant le niveau de certification de la procédure de contrôle des meublés de tourisme par les organismes réputés détenir l accréditation

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Accréditation. Combien ça coûte? Qui veut gagner des millions? F. Larger

Accréditation. Combien ça coûte? Qui veut gagner des millions? F. Larger Accréditation Combien ça coûte? Qui veut gagner des millions? F. Larger 1 Sommaire Le COFRAC Certification versus accréditation Les initiatives Le calendrier Le coût Les essais interlaboratoires Les agréments

Plus en détail

CQP ANIMATEUR D EQUIPE

CQP ANIMATEUR D EQUIPE Cadre réservé au secrétariat N candidat : CQP ANIMATEUR D EQUIPE Livret d évaluation VAE Candidat Nom :... Prénom :... Signature : Evaluateur habilité Nom :... Fonction :... Entreprise ou organisme :....

Plus en détail

L évaluation est un lieu d échange : Le comportement des évaluateurs doit s inscrire dans une démarche de progrès pour

L évaluation est un lieu d échange : Le comportement des évaluateurs doit s inscrire dans une démarche de progrès pour RETOURS - Réunions d harmonisation des évaluateurs de la section Santé Humaine - 2012 1 Rappels sur la mission de l évaluateur L évaluation est un lieu d échange : Le comportement des évaluateurs doit

Plus en détail

Catalogue des formations professionnelles

Catalogue des formations professionnelles Siège social : 966 route de Marboz 01440 VIRIAT Contact Cedric TESORIELLI Ingénieur Sécurité & Environnement Gérant Tél : 06 22 42 52 40 c.tesorielli@ct-conseils.fr www.ct-conseils.fr Catalogue des formations

Plus en détail

CONFERENCE ARRETS D EAU DANS LES OUVRAGES SOUTERRAINS, RECOMMANDATIONS DE L AFTES ET PRESENTATIONS DE LA PROFESSION

CONFERENCE ARRETS D EAU DANS LES OUVRAGES SOUTERRAINS, RECOMMANDATIONS DE L AFTES ET PRESENTATIONS DE LA PROFESSION CONFERENCE ARRETS D EAU DANS LES OUVRAGES SOUTERRAINS, RECOMMANDATIONS DE L AFTES ET PRESENTATIONS DE LA PROFESSION Les Certifications Françaises en Etanchéité Laurent SAUGER (CEREMA) et Pierre LEBON (ASQUAL)

Plus en détail

DUT GENIE BIOLOGIQUE OBJECTIFS

DUT GENIE BIOLOGIQUE OBJECTIFS DUT GENIE BIOLOGIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : DUT Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Spécialité : DUT Génie Biologique - Montpellier OBJECTIFS Le DUT Génie Biologique prépare

Plus en détail

Comment se préparer pour un audit de l activité de stérilisation hospitalière

Comment se préparer pour un audit de l activité de stérilisation hospitalière Comment se préparer pour un audit de l activité de stérilisation hospitalière Dr sc. nat. Nicola Franscini, division Dispositifs médicaux, Swissmedic Swissmedic Institut suisse des produits thérapeutiques

Plus en détail

Organisation des soins

Organisation des soins p.1 Médico-Social Schéma régional Organisation des soins - ambulatoire - hospitalier Prévention 18 juillet 2011 Biologie médicale p.2 Introduction du volet biologie médicale p.3 60% environ des diagnostics

Plus en détail

Ordonnance sur les instruments de mesure

Ordonnance sur les instruments de mesure Ordonnance sur les instruments de mesure (OIMes) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 15 février 2006sur les instruments de mesure 1 est modifiée comme suit: Art. 4, let.

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI ACCREDITATION DES ORGANISMES PROCEDANT A LA VERIFICATION D INSTRUMENTS DE MESURE REGLEMENTES Document INS ML REF 01 Révision 01 Section INSPECTION Sommaire 1. OBJET DU DOCUMENT... 2 2. DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

PROFIL DE POSTE RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER DU CRA RAF

PROFIL DE POSTE RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER DU CRA RAF 1. GRADE, METIER, EMPLOI Grade Attaché d administration hospitalière (ou équivalent) Emploi Responsable de gestion administrative et financière du CRA Métier Responsable Administratif et Financier () %

Plus en détail

CONTRAT D EXERCICE PRIVILEGIE

CONTRAT D EXERCICE PRIVILEGIE CONTRAT D EXERCICE PRIVILEGIE Les soussignés : Madame, Monsieur (nom, prénom), infirmier(e), inscrit(e) à l Ordre des infirmières. Coordonnées : Téléphone fixe : Téléphone portable :.. Adresse email :.

Plus en détail

Recueil des politiques de gestion

Recueil des politiques de gestion 1 2006-05-01 Pour information : Ministère des Services gouvernementaux C.T. 203560 du 11 avril 2006 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (Loi sur l administration publique, L.R.Q.,

Plus en détail

JORF n 130 du 6 juin Texte n 23

JORF n 130 du 6 juin Texte n 23 Le 12 mai 2011 JORF n 130 du 6 juin 2000 Texte n 23 ARRETE Arrêté du 31 mai 2000 désignant le coordonnateur pour l attribution des créneaux horaires sur les aéroports de Paris-Orly, Paris - Charles-de-Gaulle

Plus en détail

Aspect pratique de l accréditation en immuno-hématologie

Aspect pratique de l accréditation en immuno-hématologie Aspect pratique de l accréditation en immuno-hématologie Dr Pierre LAUROUA Laboratoire Immuno-hématologie clinique Etablissement Français du Sang Bordeaux L accréditation: qu est-ce que c est? Reconnaissance

Plus en détail

DPC: une mise en place progressive. Journée de l Ordre 21 novembre 2013

DPC: une mise en place progressive. Journée de l Ordre 21 novembre 2013 DPC: une mise en place progressive Journée de l Ordre 21 novembre 2013 Des enjeux forts pour la profession Développement Professionnel Continu: une véritable opportunité que tous les pharmaciens doivent

Plus en détail

COM BC 02/2007. Procédure POCT Glucose Objet de la procédure

COM BC 02/2007. Procédure POCT Glucose Objet de la procédure Procédure POCT Glucose Objet de la procédure COM BC 02/2007 Cette procédure a pour but de décrire l organisation et la maintenance des POCT, des glucomètres en particulier. Le laboratoire doit jouer un

Plus en détail

Marquage CE Nouvelle directive CEM 2014/30/UE

Marquage CE Nouvelle directive CEM 2014/30/UE Laboratoires d'essais Conseils & Ingénierie Formation Conception de bancs Maintenance Étalonnage Marquage CE Nouvelle directive CEM 2014/30/UE Sécurité électrique Radiofréquence CEM Climatique & mécanique

Plus en détail

Convention d adhésion au service d archivage électronique du Département de l Aisne

Convention d adhésion au service d archivage électronique du Département de l Aisne ANNEXE Convention d adhésion au service d archivage électronique du Département de l Aisne Entre les soussignés Le Département de l Aisne Représenté par Monsieur Nicolas FRICOTEAUX, Président du Conseil

Plus en détail

L impact de la réglementation en milieu hospitalier. Ph.MENECHAL Hôpital Necker- Enfants Malades AP- HP

L impact de la réglementation en milieu hospitalier. Ph.MENECHAL Hôpital Necker- Enfants Malades AP- HP L impact de la réglementation en milieu hospitalier Ph.MENECHAL Hôpital Necker- Enfants Malades AP- HP Un nombre important de textes publiés ou sur le point de l être Décret «patients» et certains arrêtés

Plus en détail

* Il est à noter que le masculin n est utilisé que pour faciliter la tâche. Charte de vérification interne

* Il est à noter que le masculin n est utilisé que pour faciliter la tâche. Charte de vérification interne * Il est à noter que le masculin n est utilisé que pour faciliter la tâche. 1.0 Introduction Charte de vérification interne 1.1 La présente charte vise à définir et à établir : la mission officielle de

Plus en détail

Responsable des affaires juridiques

Responsable des affaires juridiques Responsable des affaires juridiques J1B23 Affaires juridiques - IR Le responsable des affaires juridiques conseille et assiste la direction de l établissement et l ensemble de ses structures sur tous les

Plus en détail

PREAMBULE. Le Comité d Audit dans sa séance du 25 avril 2016 a adopté la présente charte d audit interne du groupe TF1.

PREAMBULE. Le Comité d Audit dans sa séance du 25 avril 2016 a adopté la présente charte d audit interne du groupe TF1. AVRIL 2016 PREAMBULE Le Comité d Audit dans sa séance du 25 avril 2016 a adopté la présente charte d audit interne du groupe TF1. L audit interne a pour mission d évaluer de façon indépendante et objective

Plus en détail

Présentation du Cofrac. Processus d accréditation des Laboratoires d essais et d analyses de Biologie Médicale

Présentation du Cofrac. Processus d accréditation des Laboratoires d essais et d analyses de Biologie Médicale Présentation du Cofrac Processus d accréditation des Laboratoires d essais et d analyses de Biologie Médicale COFRAC 37 rue de Lyon 75012 PARIS Page 1 L historique de l accréditation Le besoin de confiance

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES SPECIFIQUES POUR LA CERTIFICATION DE CONFORMITE DE PRODUITS (CCP) Document CPS REF 17 Révision 01 Décembre 2007 Section «Certification de Produits et de Services» SOMMAIRE 1 OBJET DU DOCUMENT...

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Vu le code de la santé publique, notamment son article L ;

ARRÊTÉ du. Vu le code de la santé publique, notamment son article L ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la santé et des sports NOR : ARRÊTÉ du relatif à la convention conclue entre un établissement mentionné au 6 du I de l article L. 312-1 du code de l action sociale et

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES SPECIFIQUES POUR L ACCREDITATION DES ORGANISMES PROCEDANT A LA CERTIFICATION DES ORGANISMES DE FORMATION A LA PREVENTION DES RISQUES LIES A L AMIANTE CERT CPS REF 24 Révision 05 Section «Certifications»

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France)

HSBC Global Asset Management (France) HSBC Global Asset Management (France) POLITIQUE DE REMUNERATION EXERCICE 2015 Mars 2016 Mars 2016- Sommaire. Préambule Principes généraux Personnel identifié comme entrant dans le périmètre des personnes

Plus en détail

CQP Papier Carton Technico-commercial(e)

CQP Papier Carton Technico-commercial(e) Commission Paritaire Nationale Emploi Formation Intersecteur Papier Carton Certificat de Qualification Professionnelle CQP Papier Carton Technico-commercial(e) Description de la qualification CQP Papier

Plus en détail

La position d AFOCERT sur la certification volontaire et le marquage CE des produits de construction

La position d AFOCERT sur la certification volontaire et le marquage CE des produits de construction La position d AFOCERT sur la certification volontaire et le marquage CE des produits de construction Avec le soutien de l AIMCC et d Eurocerbuilding Le marquage CE et la certification volontaire sont parfois

Plus en détail

CQP Opérateur (trice) de fabrication des industries chimiques : Niveau V* Guide d évaluation VAE

CQP Opérateur (trice) de fabrication des industries chimiques : Niveau V* Guide d évaluation VAE CQP Opérateur (trice) de fabrication des industries chimiques : Niveau V* Guide d évaluation VAE *LE NIVEAU AUQUEL IL EST FAIT REFERENCE EST CELUI DE LA NOMENCLATURE DES NIVEAUX DE FORMATION DE 1967 Vous

Plus en détail

Directives pour la collaboration interdisciplinaire dans le domaine de la téléradiologie

Directives pour la collaboration interdisciplinaire dans le domaine de la téléradiologie Directives pour la collaboration interdisciplinaire dans le domaine de la téléradiologie ASTRM Octobre 2015 Auteurs : Jaermann Yves, comité central SVMTRA / ASTRM Mordasini Michela, comité central SVMTRA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale NOR : SASX0927179R Le Président de la République,

Plus en détail

Laboratoire BIOLAM 80 MANUEL QUALITE

Laboratoire BIOLAM 80 MANUEL QUALITE Manuel Qualité v8 - Ref A3-MAQ - Tout document imprimé n'est valide que le jour d... Page 1 of 18 Laboratoire BIOLAM 80 Laboratoire Lamarck 7 rue Lamarck 80000 AMIENS Tel : 03 22 91 44 15 Fax : 03 22 91

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES SPECIFIQUES POUR L ACCREDITATION DES ORGANISMES PROCEDANT A LA CERTIFICATION DES ENTREPRISES POUR L INFORMATION PROMOTIONNELLE SUR LES MEDICAMENTS CERT CEPE REF 27 Révision 03 Section Certifications

Plus en détail

LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET ET DES FINANCES ATTRIBUTIONS

LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET ET DES FINANCES ATTRIBUTIONS LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET ET DES FINANCES ATTRIBUTIONS ARTICLE 71 : La Direction Générale du Budget et des Finances est chargée des deux fonctions principales suivantes : La fonction budget de l

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1386 Substituer aux alinéas 90 à 127 les trente-huit alinéas suivants : «5 Le

Plus en détail

Devenir formateur en prévention des risques liés à l amiante. Sous-section 3

Devenir formateur en prévention des risques liés à l amiante. Sous-section 3 Devenir formateur en prévention des risques liés à l amiante. Sous-section 3 CATEGORIE : A Vue d'ensemble Domaine(s) d'activité professionnel dans lequel(s) est utilisé la certification : Spécifique :

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) référent en service de santé au travail

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) référent en service de santé au travail DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) référent en service de santé au travail 1 INTITULE Unité : EDF SA ERDF Sous-unité d affectation : Famille professionnelle : Médico-social Métier : Infirmier Intitulé de

Plus en détail

ISO 9001 : 2008, quelles évolutions?

ISO 9001 : 2008, quelles évolutions? ISO 9001 : 2008, quelles évolutions? 1 Agenda ISO 9001, pourquoi une nouvelle version? ISO 9001, les évolutions Transition et perspectives 2 ISO 9001, pourquoi une nouvelle version? Amélioration de chaque

Plus en détail

Jeudi 30 Septembre 2010

Jeudi 30 Septembre 2010 Jeudi 30 Septembre 2010 Réunion Infirmières Qualité et Sécurité 3 laboratoires en Centre Ville 3 laboratoires au Nord de Limoges Laboratoire Carnot Centre Laboratoire de Bellac 2 laboratoires de Cliniques

Plus en détail

Ordonnance sur les produits de construction

Ordonnance sur les produits de construction Ordonnance sur les produits de construction (OPCo) du 27 novembre 2000 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 17 de la loi fédérale du 8 octobre 1999 sur les produits de construction (LPCo) 1, en application

Plus en détail

Vérification interne du Bureau du Conseil privé CHARTE

Vérification interne du Bureau du Conseil privé CHARTE Vérification interne du Bureau du Conseil privé CHARTE Présentation Cette Charte de la vérification interne (charte de la VI) détermine formellement l objectif, les pouvoirs et les responsabilités de la

Plus en détail

Pre sentation de l entreprise

Pre sentation de l entreprise Indice : b Fiche d identité MIRA MECA Z.A. de la Brisse 47800 MIRAMONT DE GUYENNE Date de création : 2001 Forme juridique : S.A.R.L. au capital de 60 000 Siret : 434 720 785 00014 Pre sentation de l entreprise

Plus en détail

DRAFT. Référentiel SALAMA Exigences essentielles pour un système de maîtrise des risques liés à la santé et à la sécurité au travail.

DRAFT. Référentiel SALAMA Exigences essentielles pour un système de maîtrise des risques liés à la santé et à la sécurité au travail. Exigences essentielles pour un système de maîtrise des risques liés à la santé et à la sécurité au travail Décembre 2015 IMANOR 2015- Tous droits réservés Sommaire 1-Domaine d'application.. 3 2- Références.....3

Plus en détail

Fiche de poste. Chef de Division des Ressources Humaines Secrétariat Général. Structure de rattachement

Fiche de poste. Chef de Division des Ressources Humaines Secrétariat Général. Structure de rattachement Fiche de poste Intitulé du poste Structure de rattachement Missions principales Activités principales Chef de Division des Ressources Humaines Secrétariat Général Assurer la gestion des ressources humaines

Plus en détail

L information financière, opérationnelle et de gestion est autorisée, exhaustive, exacte, fiable et produite en temps opportun;

L information financière, opérationnelle et de gestion est autorisée, exhaustive, exacte, fiable et produite en temps opportun; Charte de la fonction vérification interne Page 1 Introduction La charte de la fonction vérification interne précise la mission, l étendue des activités, les responsabilités et les autres obligations de

Plus en détail

La maîtrise de l analyse: Application de la méthode HACCP. Christophe Dufour Nicole Maurice Juin 2013

La maîtrise de l analyse: Application de la méthode HACCP. Christophe Dufour Nicole Maurice Juin 2013 La maîtrise de l analyse: Application de la méthode HACCP Christophe Dufour Nicole Maurice Juin 2013 Pourquoi des analyses? Quels risques en matière de fiabilité de résultat? Y a-t-il des CCP dans le processus

Plus en détail

Profil d enseignement Catégorie paramédicale Bachelier en Biologie Médicale (Option : chimie clinique) Technologue de laboratoire médical

Profil d enseignement Catégorie paramédicale Bachelier en Biologie Médicale (Option : chimie clinique) Technologue de laboratoire médical Profil d enseignement Catégorie paramédicale Bachelier en Biologie Médicale (Option : chimie clinique) Technologue de laboratoire médical Secteur/Domaine 14 : biomédicales et pharmaceutiques Niveau CFC

Plus en détail

Manuel Assurance Qualité

Manuel Assurance Qualité Cayrou.Gorse.Bourjeili Manuel Assurance Qualité Siège social et plateau Technique de RODEZ 5 Boulevard Gambetta - 12 000 RODEZ 05 65 68 61 90 05 65 68 98 27 CPA BARAQUEVILLE 29 Avenue Marengo 12160 BARAQUEVILLE

Plus en détail

MODULE DE SOUTIEN ISO N 5 Les informations documentées de l ISO 22000

MODULE DE SOUTIEN ISO N 5 Les informations documentées de l ISO 22000 MODULE DE SOUTIEN ISO 22000 N 5 Les informations documentées de l ISO 22000 Guide sur les informations documentées en ISO 22000 1 1. Qu est-ce qu une «information documentée»? Définitions et références

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 56 Convention collective nationale IDCC : 9. ACTIVITÉS DU DÉCHET AVENANT N O 0 DU MAI 007 RELATIF À

Plus en détail

N doc : FOS Manuel de Management Qualité. Sig-aL

N doc : FOS Manuel de Management Qualité. Sig-aL N doc : FOS3-04 01 Manuel de Management Qualité Sig-aL 1 Politique Qualité La mise en place de notre démarche qualité est pour nous le moyen de nous organiser en interne mais aussi de mieux répondre aux

Plus en détail

Les méthodes de DPC pour la biologie médicale. Sylvia Benzaken, CHU Nice Laurence Chazalette, HAS

Les méthodes de DPC pour la biologie médicale. Sylvia Benzaken, CHU Nice Laurence Chazalette, HAS Les méthodes de DPC pour la biologie médicale Sylvia Benzaken, CHU Nice Laurence Chazalette, HAS 1 Historique 1. Avant 1996 : FMC et EPP = un devoir déontologique (art.11) 2. Ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. établissements de santé privés

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. établissements de santé privés ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL établissements de santé privés Partageons plus que l assurance Le secteur des établissements de santé privés connaît de fortes évolutions

Plus en détail

CQP Technico-commercial(e) des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technico-commercial(e) des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technico-commercial(e) des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Février 2016 Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Veille Ethique et Réglementaire Mai-Juin 2016

Veille Ethique et Réglementaire Mai-Juin 2016 Veille Ethique et Réglementaire Mai-Juin 2016 Conseil d'etat français Arrêt du Conseil d Etat du 8 juin 2016 enjoignant au Premier Ministre de prendre les mesures nécessaires à l application de la loi

Plus en détail

FICHE INDIVIDUELLE D EXPOSITION AUX RAYONNEMENTS IONISANTS Mode d emploi

FICHE INDIVIDUELLE D EXPOSITION AUX RAYONNEMENTS IONISANTS Mode d emploi Pourquoi? Qui est concerné? Pour répondre aux obligations réglementaires de l employeur en matière de prévention des risques dus aux rayonnements ionisants en application du code du travail. Cette fiche

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l'inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l'inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2016-021579 Nantes, le 10 juin 2016 Monsieur le Directeur Centre hospitalier intercommunal de Cornouaille 14 avenue Yves Thépot BP 1757 29107

Plus en détail

BT-12. Exécution des audits internes. Ver BT-07 v0.2

BT-12. Exécution des audits internes. Ver BT-07 v0.2 BT-12 Ver 0.5 Exécution des audits internes 1 BT-07 v0.2 HISTORIQUE DU DOCUMENT Version et date d approbation 0.0 03/07/2008 0.1 23/12/2010 0.2 19/12/2012 0.3 02/05/2013 Motifs de la révision Démarrage

Plus en détail

Catalogue de prestations

Catalogue de prestations Catalogue de prestations Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement Institut Pasteur de Madagascar Audit Formation Conseils Les Bonnes Pratiques d Hygiène Le Contrôle des Eaux Le Contrôle

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien(ne) de service après-vente de matériels et d engins de travaux publics

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien(ne) de service après-vente de matériels et d engins de travaux publics COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 07/05/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien(ne) de service après-vente de

Plus en détail

L Union nationale des caisses d assurance maladie, représentée par son directeur général, Vu l article L du code de la sécurité sociale,

L Union nationale des caisses d assurance maladie, représentée par son directeur général, Vu l article L du code de la sécurité sociale, Décision du 10 mars 2016 de l Union nationale des caisses d assurance maladie relative à la création d un contrat d amélioration des pratiques en matière de dépistage organisé du cancer colorectal à destination

Plus en détail

Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, Echanges d auditeurs internes PROGRAMME

Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, Echanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n du Club de Laboratoires Accrédités Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, Echanges d auditeurs internes Vendredi 13 avril PROGRAMME

Plus en détail

Instruction du 28 juillet 2011 relative aux examens du brevet de pilote de planeur NOR : DEVA J. (Texte non paru au journal officiel)

Instruction du 28 juillet 2011 relative aux examens du brevet de pilote de planeur NOR : DEVA J. (Texte non paru au journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Direction générale de l aviation civile Direction de la sécurité de l aviation civile Direction coopération

Plus en détail

LES BASES DE L ASSURANCE QUALITÉ

LES BASES DE L ASSURANCE QUALITÉ LES BASES DE L ASSURANCE QUALITÉ 1- Définitions Comprendre le concept de la qualité et de l assurance qualité Définitions de la qualité La qualité pourquoi 2- Besoins Savoir traduire ce concept en besoins

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES POUR L'ACCREDITATION SELON LA NORME NF EN ISO 15189 SH REF 02 Révision 05 Section Santé humaine SOMMAIRE 1. OBJET DU DOCUMENT... 3 2. DOMAINE D'APPLICATION... 4 3. MODALITES D'APPLICATION...

Plus en détail

Responsable assurance produit

Responsable assurance produit Responsable assurance produit C1A21 Qualité - IR Le responsable assurance produit définit, organise et met en œuvre, en collaboration avec le chef de projet, les différents processus garantissant la qualité

Plus en détail

06/11/2013. Le cadre réglementaire dans la recherche clinique. Aspects Réglementaires

06/11/2013. Le cadre réglementaire dans la recherche clinique. Aspects Réglementaires Aspects Réglementaires Fabien Chaillot Chargé des Affaires Réglementaires Cellule Promotion de la Recherche Clinique C.P.R.C du CHU de Caen Historique du cadre réglementaire encadrant la Recherche Clinique

Plus en détail