10 eme journée de Mascara 17 mars Université Mustapha Stambouli. Ce que vous devez savoir sur la vaccination

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10 eme journée de Mascara 17 mars Université Mustapha Stambouli. Ce que vous devez savoir sur la vaccination"

Transcription

1 10 eme journée de Mascara 17 mars 2017 Université Mustapha Stambouli Ce que vous devez savoir sur la vaccination Dr R. TERKI HASSAÏNE

2 Vaccination en Algérie Chaque année, 1 million d enfants de moins de 1 an et plus de 2 millions d enfants en milieu scolaire sont vaccinés. De 1993 à 2014, dans le cadre du programme national d éradication de la poliomyélite : 38,5 millions d enfants de moins de 5 ans ont été vaccinés par le vaccin Polio au cours de campagnes de masse (soit 77 millions de doses de vaccin administrées) en plus des doses du vaccin VPO reçues dans le calendrier de routine

3 Coût L effort financier pour l acquisition des vaccins du PEV seulement est passé à titre d illustration de DA en 1997 à DA en 2015.

4

5 Résultats du PEV Zéro cas de diphtérie depuis 2007, Eradication de la poliomyélite : 0 cas depuis 1997 : le processus de certification de l éradication est en cours de mise en œuvre Elimination du tétanos néonatal depuis 1984 : le processus de certification de l élimination du tétanos néonatal dans notre pays est en cours de validation par l OMS Baisse de 99% de l incidence de la rougeole : passant de 65,5 cas pour habitants en 1996 à 0,31 cas en 2009 et à 0,07 cas pour habitants en 2012.

6 Mortalité pour 1000 naissances ,8 pour ,8 pour pour 1000 (3,5 pour 1000 France)

7 DIPHTERIE taux d incidence était de 4/ puis après un net recul dans les années 1980, elle a connu une résurgence sous forme d une flambée épidémique, en 1994, mais, depuis 1997, de rares cas ont (nomades) Depuis 2007 aucun cas n a été enregistré.

8

9

10

11 Rougeole OMS : en 2013, décès par rougeole ont été recensés dans le monde sachant que grâce à la vaccination, les décès par rougeole dans le monde ont chuté de 75% entre 2000 et 2013 Entre 2000 et 2013, la vaccination antirougeoleuse a évité 15,6 millions de décès, faisant de ce vaccin le meilleur investissement dans la santé publique.

12 En Algérie Le nombre de cas de rougeole est passé de plus en 1996 a un peu plus de en 2003 pour baisser ensuite de façon significative avec moins de 100 cas par an ces dernières années (incidence de (0,07/ habitants)

13 Entre janvier 2008 et fin 2015, plus de cas ont été déclarés en France cas déclarés pour la seule année Durant ces années, la maladie a entraîné plus de 900 pneumopathies graves, 26 encéphalites et 10 décès.

14

15

16

17 Coqueluche OMS : Bordetella pertussis entraine, chaque année, 16 millions de cas de coqueluche dans le monde avec décès en 2008, la vaccination contre la coqueluche a permis d éviter environ décès dans le monde.

18

19

20

21

22

23 Entre pneumonies et diarrhées 5500 décès par jour (dans le monde)

24 VACCINATION ANTIPNEUMOCOCCIQUE

25 Estimated pneumococcal meningitis cases (all serotypes) Effectiveness of PREVENAR * Pneumococcal Meningitis (France) Relationship Between Number of Meningitis Cases (Children <18 Years of Age) and Distributed Vaccine Doses Vaccine doses sold Year Estimated cases of pneumococcal meningitis As PREVENAR vaccine use increased, pneumococcal meningitis cases decreased Adapted from Dubos F, et al. Arch Dis Child. 2007;92: *Trademark

26 Hospitalization rate/100,000 Mortality rate/100,000 Effectiveness of PREVENAR * Pneumococcal Meningitis (U.S.) Trends in Hospitalizations for Pneumococcal Meningitis (All Ages) and Mortality Rates in the U.S., 1994 to ,2 Hospitalizations PREVENAR introduced 0,6 In-hospital deaths PREVENAR introduced 1,0 0,8 33% decrease 0,4 0,6 0,4 0,2 0,2 33% decrease 0,0 Bars represent 95% CIs Year After the introduction of PREVENAR, annual rates for pneumococcal meningitis hospitalizations and mortality decreased and then remained relatively stable during following years Adapted from Tsai CJ, et al. Clin Infect Dis. 2008;46: *Trademark 0, Year

27 Hospitalizations/1,000 person-years Effectiveness of PREVENAR * Pneumococcal Pneumonia-related Health Care Utilization Hospitalizations (Cases per 1,000 Person-years) for Pneumococcal Pneumonia (Children <2 Years of Age) 1,0 PREVENAR introduced into routine vaccination schedules in the U.S. 0,5 Hospitalizations 57.6% (p<0.001) 0, p-values for 2004 vs 1997 Year Hospitalization rates for pneumococcal pneumonia declined 57.6% Zhou F, et al. Arch Pediatr Adolesc Med. 2007;161: *Trademark

28

29

30 VACCINATION ANTIRUBÉOLE

31 Rubéole USA millions de cas de rubéoles > 2000 cas d encéphalites avortements > cas de syndrome de rubéole congénitale > 8000 cas de surdité 3580 enfants sourds et aveugles 1800 arriérations mentales

32 Lancée dès 1969 aux Etats-Unis, la vaccination généralisée des jeunes enfants contre la rubéole a été mise en place en France en 1983 En l'absence de programme de vaccination la rubéole se présente comme une infection fréquente, atteignant essentiellement les enfants de 3 à 14 ans, mais laissant à découvert, d'après les enquêtes de séroprévalence, 10 à 20 % des adultes, dont les femmes en âge de procréer

33 La diminution du nombre de cas, en rapport avec la couverture vaccinale, entraîne une réduction correspondante de la source de contagion et du risque de contamination des femmes enceintes réceptives. En France, en 1992, 9 ans après la mise en route de la vaccination généralisée, trois cas seulement de rubéole congénitale ont été enregistrés, issus de mères non vaccinées

34 La rubéole est elle une maladie à déclaration obligatoire en Algérie?

35 ARRÊTÉ N 133 DU 30/12/2013, MODIFIANT ET COMPLÉTANT LA LISTE DES MDO

36 MDO SOUS SURVEILLANCE NATIONALE + Bilharziose + Botulisme + Brucellose + Charbon + Coqueluche + Diphtérie + Dysenterie amibienne et bacillaire + Fièvre typhoïde et paratyphoïde + Hépatites virales : A, B, C + Infection à VIH/SIDA symptomatique et asymptomatique + Kyste hydatique + Légionellose + Leishmaniose cutanée + Leishmaniose viscérale + Lèpre + Leptospirose + Méningites : à méningocoque, à pneumocoque, à hémophiles influenzae + Autres méningites à préciser + Paludisme + PFA + Peste + Rage + Rickettsiose( fièvre boutonneuse méditerranéenne) + Rougeole + Rubéole + Syphilis + Tétanos néonatal, tétanos non néonatal + TIAC + Trachome + Tuberculose pulmonaire et extra-pulmonaire + Typhus exanthématiques + Urétrites gonococciques et non gonococciques

37 MDO SOUS SURVEILLANCE INTERNATIONALE * Chikungunya *Cholera *Dengue *Fièvres hémorragiques *Fièvre de la vallée du Rift *Fièvre du West Nile *Grippe humaine causée par un nouveau sous type *Poliomyélite due à un poliovirus sauvage *Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) *Variole

38

39

40

41

42

43

44 Couverture vaccinale France DTP Hi 91 % Coqueluche 89 % Hépatite B 78 % Pneumocoque 89 % ROR 1 dose 90 % 2 doses 72 % Meningo C 57.6 % Papillomavirus Grippe 20 % à 15 ans 52 % des sujets âgés de plus de 65 ans 38 % des sujets âgés de moins de 65 ans

45

46

47

48

49 «Vie naturelle»: On a une vie saine, on mange bio, l air n est pas pollué, on pratique une activité physique régulière, pas de stress au boulot, pas d antibiotiques, pas de vaccins Et pourtant notre espérance de vie ne dépasse pas 30 ans 49

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO ARRÊTÉ N 133 DU 30/12/2013, MODIFIANT ET COMPLÉTANT LA LISTE DES MDO Deux catégories selon le

Plus en détail

I.2.1. Les maladies à déclaration obligatoire et maladies surveillées

I.2.1. Les maladies à déclaration obligatoire et maladies surveillées I.2.1. Les maladies à déclaration obligatoire et maladies surveillées La réglementation: La délibération du Congrès du Territoire N 100/CP du 13 mars 1991, modifiée par la délibération n 491 du 11 août

Plus en détail

PREPARATION DU CONCOURS DE MAJORAT MALADIES TRANSMISSIBLES A DECLARATION OBLIGATOIRE

PREPARATION DU CONCOURS DE MAJORAT MALADIES TRANSMISSIBLES A DECLARATION OBLIGATOIRE PREPARATION DU CONCOURS DE MAJORAT MALADIES TRANSMISSIBLES A DECLARATION OBLIGATOIRE Dr Mohamed Hechmi BESBES Vice Président de la Société des Médecins Généralistes de Tunisie MARS 2016 Page2 LES MALADIES

Plus en détail

La place de l observation de la santé à Mayotte

La place de l observation de la santé à Mayotte La place de l observation de la santé à Mayotte Journée de la prévention à Mayotte 9 octobre 2013 Jean-Louis SOLET - Cire océan indien (Institut de veille sanitaire) 1 La Cire océan indien Relais local

Plus en détail

NUMERO 11. Nombre de services ayant déclaré des cas 11

NUMERO 11. Nombre de services ayant déclaré des cas 11 LETTRE D INFORMATION DU SEMEP/ EHUO NUMERO 11 2013 I. - I N TR ODUC TI ON S O M M A I R E Nous sommes à notre onzième numéro de la «lettre d information», vous y retrouverez le bilan Janvier-Décembre 2013

Plus en détail

MALADIES A DÉCLARATION OBLIGATOIRE

MALADIES A DÉCLARATION OBLIGATOIRE MALADIES A DÉCLARATION OBLIGATOIRE Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Plan Définition Objectifs Les acteurs Critères de MDO Procédures de signalement

Plus en détail

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait

Plus en détail

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Centre Hospitalier Universitaire d Oran Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive Université d'oran 1 Ahmed

Plus en détail

Sentinelle Volume 10, numéro 4 Juin 2004 ISSN #

Sentinelle Volume 10, numéro 4 Juin 2004 ISSN # Sentinelle Volume 10, numéro 4 Juin 2004 ISSN # 2-89342-027-7 RAPPORT ANNUEL 2003 DES MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE. MALADIES ÉVITABLES PAR L'IMMUNISATION DE BASE INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Les Journées de Mars. Le Programme Elargi de Vaccination en Haiti. Dr François Lacapere OPS/OMS Mars 2007

Les Journées de Mars. Le Programme Elargi de Vaccination en Haiti. Dr François Lacapere OPS/OMS Mars 2007 Les Journées de Mars Le Programme Elargi de Vaccination en Haiti Dr François Lacapere OPS/OMS Mars 2007 Qu est ce que le PEV? = programme mondial qui vise a immuniser 90 % des enfants avant leur premier

Plus en détail

Introduction 7. Partie I. Objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé 9

Introduction 7. Partie I. Objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé 9 Table des matières Introduction 7 Partie I. Objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé 9 Résumé de la situation et tendances 10 Diagrammes par région et par pays 1. Enfants de moins

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

Maladies transmissibles

Maladies transmissibles Maladies transmissibles Plusieurs textes réglementaires, autours des quels s articulent tous les efforts déployés et les progrès réalisés par rapport aux programmes de santé,permettent la surveillance

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

Polio Awareness Day. Claude Schummer

Polio Awareness Day. Claude Schummer Polio Awareness Day La poliomyélite Causée par un poliovirus, 3 sérotypes (1,2 et 3) Transmission féco-orale, par eau et aliments contaminés Atteinte système nerveux: Méninges (méningite lymphocytaire)

Plus en détail

La Surveillance Epidémiologique Plan Objectifs du cours 1. Définition :

La Surveillance Epidémiologique Plan Objectifs du cours 1. Définition : La Surveillance Epidémiologique Dr Arézki TIBICHE, Maître Assistant en Epidémiologie, Faculté de Médecine, Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU

Plus en détail

Epidémiologie des maladies transmissibles

Epidémiologie des maladies transmissibles Epidémiologie des maladies transmissibles Pr François Dabis Pr Anne-Marie Rogues Janvier 2013 Epidémiologie des maladies transmissibles Objectif ECN n 75 - Epidémiologie et prévention des maladies transmissibles

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1 er août 2016 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1 er août 2016 Ce document a valeur officielle. 1 8 Éditeur officiel du Québec Ce document a valeur officielle. chapitre S-2.2, r. 2 Règlement ministériel d application de la Loi sur la santé publique S Loi sur la santé publique (chapitre S-2.2, a.

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité - Santé Publique Chapitre 2 : Santé et prévention Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Répertoire ( / /6)

Répertoire ( / /6) Santé ; Direction générale de la santé ; Sous-direction de la veille sanitaire ; Bureau maladies transmissibles, vaccinations, santé DOM -TOM, populations migrantes (1945-1982) Répertoire (19830518/1-19830518/6)

Plus en détail

Surveillance et Vigilance en Santé Publique. Dr L. Gambotti Département de Santé Publique GHPS

Surveillance et Vigilance en Santé Publique. Dr L. Gambotti Département de Santé Publique GHPS Surveillance et Vigilance en Santé Publique Dr L. Gambotti Département de Santé Publique GHPS 1 1. La surveillance épidémiologique 1.1. Définition : La surveillance des maladies, c est l observation continue

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 Plan I. Evolution du calendrier de vaccination au Maroc II. III. Acquis du

Plus en détail

Epidémiologie des maladies transmissibles

Epidémiologie des maladies transmissibles Epidémiologie des maladies transmissibles Pr François Dabis Pr Anne-Marie Rogues Janvier 2015 ECN UE n 6 : Maladies transmissibles - Risque sanitaire Santé au travail Objectif ECN n 142 - Surveillance

Plus en détail

MALADIES INFECTIEUSES ET

MALADIES INFECTIEUSES ET MISE À JOUR DES DONNÉES SOCIOSANITAIRES DE LA RÉGION DES LAURENTIDES ET DES TERRITOIRES DE CLSC 6 MALADIES INFECTIEUSES ET COUVERTURE VACCINALE Ce fascicule est le sixième d une série de six. Il met à

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Casablanca, 06 Janvier 2017 Plan I. Contexte et place de la vaccination dans la politique sanitaire II. Evolution Programme National d Immunisation

Plus en détail

Module 7 : 073 RISQUES SANITAIRES TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES

Module 7 : 073 RISQUES SANITAIRES TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES Module 7 : 073 RISQUES SANITAIRES TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES Validé par le Dr Elleboode Épidémiologie - 6-800 TIAC/an en France, dont 70 % proviennent d une alimentation collective - Augmentation de

Plus en détail

Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination

Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination Définitions Epidémie : Maladies infectieuses transmissibles qui se développent dans une région ou un pays et qui atteint un grand nombre d individu dans

Plus en détail

Situation sanitaire en Nouvelle Calédonie Maladies transmissibles ou infectieuses : maladies à déclaration obligatoire

Situation sanitaire en Nouvelle Calédonie Maladies transmissibles ou infectieuses : maladies à déclaration obligatoire Situation sanitaire en Nouvelle Calédonie 28 Maladies transmissibles ou infectieuses : maladies à déclaration obligatoire * Archipel des Belep C Centres hospitaliers publics Cliniques privées Belep Structures

Plus en détail

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte «Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte Pr Odile Launay Centre d investigation clinique de vaccinologie Cochin Pasteur GH Cochin-Hôtel Dieu, Université Paris

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

La veille sanitaire. Ce qu est la veille sanitaire? Quelques définitions. Définition d une épidémie. L investigation épidémiologique

La veille sanitaire. Ce qu est la veille sanitaire? Quelques définitions. Définition d une épidémie. L investigation épidémiologique La veille sanitaire Ce qu est la veille sanitaire? Détection de situations ou d événements inhabituels ou anormaux présentant un risque réel ou potentiel pour la santé humaine Evaluation de cette situation

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination

Semaine européenne de la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rapp pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : 01 49 09 26 20 inpes.presse@tbwa-corporate.com

Plus en détail

Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg.

Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg. Vaccination - Informations supplémentaires Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg. Le schéma vaccinal national est cependant fortement recommandé par les autorités de santé

Plus en détail

Programme National d Immunisation : évolution et perspectives. Dr M. BENAZZOUZ MD-MPH

Programme National d Immunisation : évolution et perspectives. Dr M. BENAZZOUZ MD-MPH Programme National d Immunisation : évolution et perspectives Dr M. BENAZZOUZ MD-MPH ACPP-Octobre 2016 Plan Introduction Historique Evolution du calendrier National de vaccination Impact du Programme National

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION CARNET DE VACCINATION La vaccination, la meilleure protection Le présent carnet de vaccination est précieux. C est le seul document où sont consignés tous les vaccins reçus. Il est important de le conserver

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Décryptage hebdomadaire des informations de santé publique: Le paradoxe de la politique nationale de vaccination infantile

Décryptage hebdomadaire des informations de santé publique: Le paradoxe de la politique nationale de vaccination infantile Décryptage hebdomadaire des informations de santé publique: Le paradoxe de la politique nationale de vaccination infantile Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a récemment fait part

Plus en détail

Quelles vaccinations pour quels voyageurs? Olivier Bouchaud

Quelles vaccinations pour quels voyageurs? Olivier Bouchaud Quelles vaccinations pour quels voyageurs? Olivier Bouchaud Le dilemme du choix des vaccins du syndrome de Saint Sébastien à des indications raisonnées Risque maladie cible Temps d exposition Efficacité

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAILLEUR VOYAGEUR DANS DES PAYS AVEC DES INFECTIONS ENDÉMIQUES

LA GESTION DU TRAVAILLEUR VOYAGEUR DANS DES PAYS AVEC DES INFECTIONS ENDÉMIQUES LA GESTION DU TRAVAILLEUR VOYAGEUR DANS DES PAYS AVEC DES INFECTIONS ENDÉMIQUES Dr Sabine Guyon 7eme journée Basque Aquitaine de Médecine du Travail 9 juin 2017 GÉNÉRALITÉS Définition de l infection endémique:

Plus en détail

Principaux motifs de recours aux soins des populations migrantes de Calais et Grande-Synthe

Principaux motifs de recours aux soins des populations migrantes de Calais et Grande-Synthe Région Nord Pas-de-Calais-Picardie Principaux motifs de recours aux soins des populations migrantes de Calais et Grande-Synthe Point de situation au 22 juillet 2016 Données de la semaine 28-2016 I Alertes

Plus en détail

ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE UNICEF Information publique Communiqué de presse

ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE UNICEF Information publique Communiqué de presse ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE UNICEF Information publique Communiqué de presse La Région des Amériques élimine le tétanos maternel et néonatal Washington, DC,

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

Vaccinations, je suis à jour

Vaccinations, je suis à jour Vaccinations, je suis à jour Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie et le Comité Scientifique

Plus en détail

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011 Le calendrier vaccinal en pratique N Viget DUACAI 21/04/2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Rattrapage vaccinal BEH mars 2011 cocooning» Coqueluche Coqueluche Coqueluche Coqueluche

Plus en détail

CEMI 20. Définition et conditions d éradication d une maladie infectieuse. Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille Sanitaire

CEMI 20. Définition et conditions d éradication d une maladie infectieuse. Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille Sanitaire CEMI 20 20 ème Colloque sur le Contrôle Epidémiologique des Maladies Infectieuses 27 mars 2015 - Institut Pasteur Paris Définition et conditions d éradication d une maladie infectieuse Daniel Lévy-Bruhl

Plus en détail

Principaux motifs de recours de soins des populations migrantes des sites de Calais et Grande-Synthe

Principaux motifs de recours de soins des populations migrantes des sites de Calais et Grande-Synthe Région Nord Pas-de-Calais-Picardie Principaux motifs de recours de soins des populations migrantes des sites de Calais et Grande-Synthe Point de situation au 3 juin 2016 Données de la semaine 21-2016 I

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins Vaccins Exemples d Apport de la Vaccination aux USA Maladie Morbidité Morbidité % Réduction avant vaccination 2003 cas/an cas/an Variole 48164 0 100% Diphtérie 175885 1 99,99% Coqueluche 147271 8067 94,52%

Plus en détail

A.M., Le présent règlement entre en vigueur le 5 novembre. Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 5 novembre 2003, 135 e année, n o

A.M., Le présent règlement entre en vigueur le 5 novembre. Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 5 novembre 2003, 135 e année, n o Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 5 novembre 2003, 135 e année, n o 45 4909 MÉDICAMENTS D EXCEPTION CODE MARQUE DE COMMERCE FABRICANT FORMAT COÛT DU FORMAT PRIX UNITAIRE ESTRADIOL-17BE X Timbre cut.

Plus en détail

Pathologies infectieuses à risque d émergence dans l océan Indien. Laurent Filleul, Sophie Larrieu Cire océan Indien, Saint-Denis

Pathologies infectieuses à risque d émergence dans l océan Indien. Laurent Filleul, Sophie Larrieu Cire océan Indien, Saint-Denis Pathologies infectieuses à risque d émergence dans l océan Indien Laurent Filleul, Sophie Larrieu Cire océan Indien, Saint-Denis 3éme JRI, Souris Chaude, Réunion, 19 Nov 2011 Les maladies infectieuses

Plus en détail

Epidémiologie des méningites aiguës en France. Isabelle Parent SFM, Paris, 11 avril 2012

Epidémiologie des méningites aiguës en France. Isabelle Parent SFM, Paris, 11 avril 2012 Epidémiologie des méningites aiguës en France Isabelle Parent SFM, Paris, 11 avril 2012 Les méningites aiguës communautaires Méningite = inflammation, d'origine généralement infectieuse, des enveloppes

Plus en détail

Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque. Synflorix /Prevenar 13

Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque. Synflorix /Prevenar 13 Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque Synflorix /Prevenar 13 Préalables Bonne nouvelle : 2 fabricants de vaccin pneumococcique conjugué AMM Pas d étude d efficacité Etude d immunogénicité

Plus en détail

Passeport: en cours de validité d'au moins 6 mois à la date de demande de visa.

Passeport: en cours de validité d'au moins 6 mois à la date de demande de visa. Népal -Formalités Passeport: en cours de validité d'au moins 6 mois à la date de demande de visa. Visa: obligatoire (sauf pour les séjours inférieurs à 3 jours). - Tourisme / Affaires : le visa est valable

Plus en détail

LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE

LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE Cours International Francophone de Vaccinologie Diplôme Universitaire de vaccinologie 2011-2012 LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE Blandine Esquerre Plan de l EXPOSE INTRODUCTION ENJEUX POPULATION DEFINITIONS

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

UN VOYAGE SOUS LES TROPIQUES. Quels conseils? Quels vaccins? Dr. Julien Mergen 11/03/2017

UN VOYAGE SOUS LES TROPIQUES. Quels conseils? Quels vaccins? Dr. Julien Mergen 11/03/2017 UN VOYAGE SOUS LES TROPIQUES Quels conseils? Quels vaccins? Dr. Julien Mergen 11/03/2017 INTRODUCTION La «consultation du voyageur» a pour objectif de limiter au maximum le risque de maladie ou d accident

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : Coordonnées des professionnels en charge des maladies à déclaration obligatoire (5.2.5)

Résumé des modifications intervenues : Coordonnées des professionnels en charge des maladies à déclaration obligatoire (5.2.5) Référence : PR/HYG/004-B Page :Page 1 sur 7 Objet : Définir les règles de signalement et de gestion des infections nosocomiales et des maladies à déclaration obligatoire. Alerter sur les phénomènes épidémiologiques.

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination Avril Package de communication

Semaine européenne de la vaccination Avril Package de communication Semaine européenne de la vaccination 24 30 Avril 2017 Package de communication Table des matières Vision et objectif 3 Thème : Les vaccins, ça marche! 4 Messages clés 5 Messages clés n 1 : la vaccination

Plus en détail

«Maladies infectieuses»

«Maladies infectieuses» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Maladies infectieuses» 1. Informations de base - Matière d enseignement: maladies infectieuses - Public cible : 3 ème année médecine -

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS

Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS Semaine européenne de la vaccination Prévention. Protection. Vaccination. Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS Grâce à la diminution

Plus en détail

SYLLABUS promotion S 3 UE : 2.5 Processus inflammatoires et infectieux

SYLLABUS promotion S 3 UE : 2.5 Processus inflammatoires et infectieux SYLLABUS promotion 2015-2018 S 3 UE : 2.5 Processus inflammatoires et infectieux INTRODUCTION Les maladies infectieuses sont inhérentes à l humanité comme en témoignent les traces retrouvées dès le paléolithique

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

FAITS CHIFFRES. Novembre 2012

FAITS CHIFFRES. Novembre 2012 & FAITS CHIFFRES Novembre 212 1 2 Résultats 1 Les preuves sont éclatantes : les vaccins représentent l un des investissements les plus rentables de l histoire en matière de santé et de développement. GAVI

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN I/ Présentation ECN II/ Introduction III/les vaccins, les adjuvants,

Plus en détail

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination Joël Gaudelus Robert Cohen Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination 1 Quelles sont les maladies à prévention vaccinales plus fréquentes ou plus graves chez les ex- prématurés? / Diphtérie

Plus en détail

Vaccinations. Données générales & Vaccinations en Asie du Sud Est. Module-MB1-IFMT--MS

Vaccinations. Données générales & Vaccinations en Asie du Sud Est. Module-MB1-IFMT--MS Vaccinations Données générales & Vaccinations en Asie du Sud Est Module-MB1-IFMT--MS.2004 1 Histoire des vaccinations premiers succès Module-MB1-IFMT--MS.2004 2 Histoire : de la variole (1835) à la polio

Plus en détail

Vigie et surveillance des maladies à déclarationobligatoire d origine infectieuse

Vigie et surveillance des maladies à déclarationobligatoire d origine infectieuse SURVEILLANCE DES MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE AU QUÉBEC MALADIES D'ORIGINE INFECTIEUSE Vigie et surveillance des maladies à déclarationobligatoire d origine infectieuse LISTÉRIOSE ROUGEOLE VIRUS

Plus en détail

Les grands problèmes de santé en France : SIDA et IST

Les grands problèmes de santé en France : SIDA et IST Master 1 et 2 Sciences et Technologies Santé Mention Biologie Santé Spécialité Génie physiologique, Biotechnologies et informatique, Développement du médicament UE EPIDEMIOLOGIE Les grands problèmes de

Plus en détail

Mongolie - Informations générales

Mongolie - Informations générales Mongolie - Informations générales Capitale: Oulan-Bator Langue: monglo, dialecte kazakh, russe, chinois. Régime politique: République Unitaire à Régime Démocratique Parlementaire. Habitants: 2 801 000

Plus en détail

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Impact de la grippe sur les résidents dans institutions= études

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

Utilisation des données de surveillance épidémiologique pour l'élaboration de la politique vaccinale en France

Utilisation des données de surveillance épidémiologique pour l'élaboration de la politique vaccinale en France Utilisation des données de surveillance épidémiologique pour l'élaboration de la politique vaccinale en France Isabelle Parent du Châtelet Académie nationale de pharmacie, Paris, 17 octobre 2012 Principaux

Plus en détail

VOYAGES MALADIES EMERGENTES REALITE OU IMAGINATION

VOYAGES MALADIES EMERGENTES REALITE OU IMAGINATION VOYAGES ET MALADIES EMERGENTES REALITE OU IMAGINATION PLACE DU MEDECIN DE VILLE DANS LA SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE ET LA LUTTE CONTRE CES INFECTIONS QU EST CE QU UNE UNE MALADIE EMERGENTE Une maladie

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation rattrapage et mise à jour Introduction Quelques remarques Vaccinations recommandées de base Vaccinations recommandées complémentaires Vaccinations recommandées des groupes à risque

Plus en détail

Santé publique. Sources d information et indicateurs de santé

Santé publique. Sources d information et indicateurs de santé Santé publique Sources d information et indicateurs de santé Les indicateurs de santé = Variables statistiques mesurables qui décrivent, de manière synthétique, l état de santé d une population Surveillance

Plus en détail

TABLEAU Indicateurs d entrées de santé. Source : Mesa-Lago 1997 et ministère de la Santé publique. TABLEAU Taux de vaccination,

TABLEAU Indicateurs d entrées de santé. Source : Mesa-Lago 1997 et ministère de la Santé publique. TABLEAU Taux de vaccination, TABLEAU 13.1. Indicateurs d entrées de santé Habitants par médecin Habitants par dentiste Lits d hôpital par habitant Enfants nés dans des établissements de santé (%) 1958 1.076 27,052 4.3 63 1965 1,252

Plus en détail

L évolution du Programme Élargi de Vaccination (PEV) depuis son origine

L évolution du Programme Élargi de Vaccination (PEV) depuis son origine L évolution du Programme Élargi de Vaccination (PEV) depuis son origine Pierre Saliou Membre de l Académie des sciences d Outre-mer Professeur agrégé du Val de Grâce La vaccination: le plus beau succès

Plus en détail

5 e année médecine Rotation /2017 ISM Copy Module de Pédiatrie. Vaccination

5 e année médecine Rotation /2017 ISM Copy Module de Pédiatrie. Vaccination 5 e année médecine Rotation 3 2016/2017 ISM Copy Module de Pédiatrie Vaccination Définition C est une préparation antigénique, qui, introduite dans l organisme d un sujet, réceptif à une maladie donnée,

Plus en détail

Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG

Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG Sujets Structure générale d un virus Comment les virus se multiplient-ils? Comment un virus peut-il

Plus en détail

SÉJOURS POUR PNEUMOPATHIE À STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE ENTRE 2004 ET 2008 EN RÉGION CENTRE

SÉJOURS POUR PNEUMOPATHIE À STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE ENTRE 2004 ET 2008 EN RÉGION CENTRE SÉJOURS POUR PNEUMOPATHIE À STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE ENTRE 2004 ET 2008 EN RÉGION CENTRE Leslie Grammatico-Guillon Réunion de Santé Publique Tours, 5 novembre 2009 1 Introduction INTRODUCTION S. pneumoniae

Plus en détail

La prévention par la vaccination

La prévention par la vaccination La prévention par la vaccination Présentation aux partenaires sociaux. ARS Basse Normandie- Caen -24 octobre 2012- A. Bourges (interne Médecine générale) Dr SALAÜN Marie-Anne (chef de service CPMI- Caen)

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les déclarations de médecin et de laboratoire 1

Ordonnance du DFI sur les déclarations de médecin et de laboratoire 1 Ordonnance du DFI sur les déclarations de médecin et de laboratoire 1 du 13 janvier 1999 (Etat le 30 décembre 2003) Le Département fédéral de l intérieur, vu l art. 3, al. 3, de l ordonnance du 13 janvier

Plus en détail

Guinée - Informations générales

Guinée - Informations générales Guinée - Informations générales Capitale: Conakry Langue: français, malinké, peul, soussou. Régime politique: république unitaire à régime présidentiel. Habitants: 10 205 000 Monnaie: Franc guinéen Décalage

Plus en détail

ÉPIDÉMIES ENREGISTRÉES DANS LE PAYS

ÉPIDÉMIES ENREGISTRÉES DANS LE PAYS Bureau de la Représentation du Cameroun Relevé Épidémiologique Mensuel REM N 6, Novembre 2016 Sommaire Faits saillants Epidémies confirmées dans le pays Situation épidémiologique 1-3 Alertes et autres

Plus en détail

Des filles en bonne santé pour des femmes en bonne santé CHIFFRES 1FAITS

Des filles en bonne santé pour des femmes en bonne santé CHIFFRES 1FAITS Des filles en bonne santé pour des femmes en bonne santé CHIFFRES & 1FAITS Mission de GAVI Alliance : Sauver des vies d enfants et protéger la santé des populations en élargissant l accès à la vaccination

Plus en détail

Chapitre 7: SANTE SOMMAIRE

Chapitre 7: SANTE SOMMAIRE Chapitre 7: SANTE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES...120 II. III. IV. LISTE DES TABLEAUX...120 PRESENTATION...121 METHODOLOGIE...122 V. SOURCES DE DOCUMENTATION...122 Chapitre 7: Santé Page 119 I. LISTE

Plus en détail

Les Maladies à Déclaration Obligatoire dans la région Rhône-Alpes et ses départements en 2008

Les Maladies à Déclaration Obligatoire dans la région Rhône-Alpes et ses départements en 2008 CIRE - CELLULE DE L InVS EN REGION RHÔNE-ALPES Bulletin de veille sanitaire Numéro spécial / MDO info région Rhône-Alpes 2008 Les Maladies à Déclaration Obligatoire dans la région Rhône-Alpes et ses départements

Plus en détail

Protection vaccinale du personnel en maternité

Protection vaccinale du personnel en maternité Protection vaccinale du personnel en maternité Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée du Réseau Mater- Lyon 29 Septembre 2016 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations

Plus en détail

INTITULE DU COURS : LA SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE. Nom de l enseignant : Dr R. KIRATI, Maitre assistant Epidémiologie 1.

INTITULE DU COURS : LA SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE. Nom de l enseignant : Dr R. KIRATI, Maitre assistant Epidémiologie 1. INTITULE DU COURS : LA SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE Nom de l enseignant : Dr R. KIRATI, Maitre assistant Epidémiologie 1. INTRODUCTION D'après le dictionnaire Larousse, surveiller signifie "veiller avec

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail