Stents (tuteurs) biorésorbables

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stents (tuteurs) biorésorbables"

Transcription

1 synthèse Stents (tuteurs) biorésorbables rêve ou révolution? Rev Med Suisse 2015 ; 11 : J. Alibegovic Zaza S. Zaza rs Jasmina Alibegovic Zaza et Stéphane Zaza Service de cardiologie invasive (NI) Hôpital de La Tour, 1217 Meyrin Klinik für Kardiologie Universitäres Herzzentrum Universitätsspital, 8091 Zürich ioresorbable scaffolds nobody is perfect (yet) The new generation drug eluting stents have improved the results of coronary angioplasty by reducing the rate of instent restenosis and stent thrombosis compared to earlier devices, due to the thinner stent struts and improved or bioresorbable polymers. ut permanent metallic stent struts may have some long term harmful effects such as inducing late thrombosis, neoatherosclerosis, restenosis and also impairing vasomotion and endothelial function. This was the rationale for introducing bioresorbable stents which offer radial support to the artery during the period needed (scaffolding) and then disappear, «liberating the vessel» and restoring its physiological vasomotion. New randomized studies have shown their non-inferiority compared to new generation metallic drug eluting stents, but there are still some challenges to be overcome. La nouvelle génération de stents à élution a amélioré les résultats de l intervention coronarienne percutanée en réduisant la resténose intrastent et la thrombose de stent, principalement en réduisant la taille des mailles du stent et en développant des polymères biorésorbables. Les mailles métalliques permanentes du stent favorisent la thrombose, la néo-athérosclérose, la resténose et altèrent la vasomotricité ainsi que la fonction endothéliale. Pour ces raisons, les stents biorésorbables ont été développés afin d offrir un soutien à l artère (tuteur), puis en disparaissant progressivement, de permettre aux vaisseaux de retrouver leurs pulsatilité et vasomotricité physiologiques. Les récentes études randomisées sont encourageantes mais il reste de nombreux défis à surmonter. introduction La révolution dans les interventions coronariennes a commencé en 1977, avec Andreas Grünzig qui, pour la première fois, réalise une angioplastie coronarienne percutanée en utilisant un simple ballon et un système d inflation très complexe. 1 urant les dix années suivantes, le succès de cette technique innovante a été remis en question par un taux élevé de réocclusions aiguës liées à une dissection de l artère après l angioplastie et par la survenue de resténoses liées au recul élastique du segment dilaté, à la prolifération néo-intimale cicatricielle, au remodelage constrictif ainsi qu à la néo-athérosclérose. En 1986, Puel et Sigwart utilisent pour la première fois un implant métallique dans une artère coronaire et initient l ère du stent métallique, considéré comme la deuxième révolution dans les interventions coronariennes. 2 La structure métallique de ces stents a résolu le problème de la réocclusion aiguë des vaisseaux, mais la question de la resténose persistait. Une troisième étape a été franchie en 2002, lorsque les stents à élution de médicaments (ES - drug eluting stents) ont vu la lumière du jour. es stents sont couverts d un médicament antiprolifératif (sirolimus ou paclitaxel) fixé sur un polymère et permettant une élution continue du médicament au sein de la paroi vasculaire. e fut une étape importante pour lutter contre la prolifération néo-intimale et la resténose, 3 mais il devint apparent que ces ES de première génération étaient associés à un risque accru de thrombose tardive. Une nouvelle génération a ensuite été mise au point et a permis de réduire le risque de thrombose de stent, principalement par la diminution de la taille des mailles du stent et l amélioration des polymères, en particulier en développant des formes biorésorbables. 4-6 ans ce monde presque parfait, une question reste toutefois en suspens, à savoir la persistance de la structure métallique du stent qui empêche l expansion de la lumière du vaisseau (remodelage positif), interfère avec la motricité vasculaire ainsi que la fonction endothéliale et agit potentiellement comme un déclencheur local pour la néoathérosclérose. ela a ouvert le champ au développement des stents biorésorbables nommés tuteurs vasculaires (RS, io Resorbable Scaffolds) plutôt que stents car ils fournissent un soutien initial au vaisseau similaire à celui des stents métalliques mais, par la suite, disparaissent lorsque ce soutien n est plus nécessaire «they do their job and disappear». 7 es RS sont considérés par beaucoup 546 Revue Médicale Suisse 4 mars 2015

2 comme la quatrième révolution dans les interventions coronariennes (figure 1). Alors que de nombreux RS sont actuellement en développement et en cours d évaluation clinique, seuls deux sont disponibles en Suisse pour la pratique clinique de routine. e sont l Absorb (Abbott Vascular, A, Etats-Unis) ioresorbable Vascular Scaffold (Absorb VS) avec évérolimus et le ESolve (Elixir Medical, A, Etats-Unis) avec novolimus comme médicament antiprolifératif. niveau de preuves Absorb VS L Absorb VS a été implanté chez un nombre significatif de patients lors de plusieurs essais randomisés et quelques registres avec un suivi maximal à cinq ans. eux versions d Absorb VS ont été étudiées. La première génération a été étudiée dans ASOR ohorte A et a montré une expansion tardive de la lumière du vaisseau (remodelage positif), l absence d artefact lors d imagerie par T coronaire et un retour de la motricité vasculaire ainsi que de la fonction endothéliale à deux ans. 8,9 ette étude a donc permis de prouver le concept et de documenter des résultats acceptables. L étude ASOR ohorte a prouvé l efficacité et la sécurité des Absorb VS de nouvelle génération (amélioration technique de la structure du tuteur) chez un petit nombre de patients atteints de lésions simples. L étude a démontré un taux d événements indésirables cardiaques majeurs (MAE mort cardiaque, infarctus du myocarde lié au vaisseau traité et resténose de la lésion traitée nécessitant une nouvelle angioplastie) satisfaisant à deux ans. Mais cette Figure 1. Evolution d un stent Absorb VS A A. Sténose significative de l artère coronaire droite.. et. Implantation d un Absorb VS avec un bon résultat final et. Seuls deux points en platine sont visibles au scanner coronarien douze mois après l intervention (flèche). Avec la courtoisie du r G. Ashrafpoor-Fassa. étude a surtout mis en évidence, par imagerie intravasculaire, une récupération de la motricité vasculaire ainsi que de la fonction endothéliale après 12 à 36 mois. 8,10 Elle a également démontré la dégradation progressive du tuteur en utilisant des techniques d imagerie intracoronaire, mais aussi documenté que certaines mailles du tuteur étaient encore identifiables 36 mois après l implantation ans l étude randomisée multicentrique ASOR II, comparant l Absorb VS au stent Xience (ES à évérolimus, Abott Vascular, A, Etats-Unis) ayant inclus 501 patients, le taux de MAE était de 5% à un an dans le groupe Absorb VS par rapport à 3% dans le groupe ES. L incidence de thrombose documentée ou probable était de 0,9% dans le groupe Absorb VS par rapport à 0% dans le groupe Xience ES. ien que ce critère d évaluation secondaire soit statistiquement non significatif, il existe une différence numérique qui laisse la question ouverte. En revanche, les épisodes d angor à un an étaient moins fréquents dans le groupe Absorb VS que dans le groupe ES (22% vs 30%). ette amélioration de l angine de poitrine dans le groupe Absorb VS reste difficile à expliquer, mais est potentiellement liée au retour de la motricité vasculaire ou peut-être à la bonne conformabilité de l Absorb VS aux contours du vaisseau stenté, deux caractéristiques importantes rapportées dans des études précédentes. 13,14 En tant que première étude randomisée utilisant des Absorb VS, elle a inclus des patients à faible risque et présentant des lésions coronariennes non compliquées. En outre, l étude a été conçue principalement pour évaluer la motricité vasculaire et les variations du diamètre vasculaire minimal (ML) à trois ans, et sa puissance statistique était insuffisante pour évaluer des critères cliniques de manière fiable. L étude ASOR III (1502 patients) est actuellement en cours afin de répondre à ces questions. Pour l instant, il est raisonnable de considérer que l Absorb VS a montré à moyen terme des résultats similaires au Xience pour des lésions coronariennes simples chez des patients stables sans comorbidité excessive. 13 Les données cliniques sur les performances des Absorb VS restent donc relativement limitées. ans cette optique, le registre GHOST-EU apparaît comme le premier essai multicentrique englobant 1189 patients dans dix centres européens avec une évaluation précoce (30 jours de suivi) et à moyen terme (6 mois de suivi). Globalement, l Absorb VS a été associé à des taux acceptables d échecs liés à la lésion cible (combinaison de décès d origine cardiaque, infarctus du myocarde et resténose de la lésion traitée nécessitant une nouvelle angioplastie) soit 2,2% à 30 jours et 4,4% à six mois, avec un taux annualisé de 10,1%, qui semble comparable à celui observé pour les ES de deuxième génération. 15,16 ependant, le taux de thromboses des Absorb VS de 1,5% à 30 jours et de 2,1% à six mois dépasse l incidence de thrombose de stent rapportée dans les registres récents et des études utilisant des ES de deuxième génération. 6,17 A l heure actuelle, les conclusions de ce registre suggèrent que les résultats dans un «monde réel» avec des patients relativement peu sélectionnés sont acceptables et assez comparables à ceux rapportés dans la littérature concernant les ES de deuxième génération. Le taux de thromboses des Absorb VS, qui semble être plus élevé, reste un problème potentiellement lié à l épaisseur actuelle ( Revue Médicale Suisse 4 mars 2015

3 microns) des Absorb VS et restera certainement le centre de toutes les attentions dans les grandes études en cours. ESolve RS ESolve est un RS testé pour la première fois dans l étude ESolve FIM qui a montré une diminution significative de l hyperplasie intimale et, au lieu d un rétrécissement (remodelage négatif), une expansion de la lumière (remodelage positif) du RS. 18 Près de 99% des mailles du RS étaient endothélialisées à six mois. Le taux de MAE de 3,25% à six mois était relativement faible. Le RS esolve libère rapidement le médicament antiprolifératif et certains ont exprimé leurs préoccupations concernant l efficacité à long terme de ce RS. Autres RS non encore utilisés dans la pratique clinique 1. Les RS à base de magnésium ont d abord été décevants en raison de la perte rapide de la fonction de support du tuteur, d une hyperplasie néo-intimale incontrôlée avec resténose fréquente. 19 Plus récemment, une version utilisant du paclitaxel, appelée REAMS, a montré des résultats encourageants en termes de sécurité et d efficacité. A douze mois, le taux de revascularisations de la lésion cible (TLR) était de 6,5% et le taux de MAE de 6,5% Le RS ReZolve (REVA medical, A Etat-Unis) est constitué de polycarbonate désaminotyrosine et d un polymère radio-opaque. Il a montré un taux très élevé de resténoses, raison pour laquelle une version utilisant du sirolimus a été évaluée dans l étude RESTORE, là aussi avec des résultats encourageants. A six mois, le nombre de TLR était de 2 et le nombre de MAE de 2 chez les douze patients contrôlés. 21 autres améliorations ont été apportées concernant le profil de ce RS et cette dernière version (épaisseur des mailles de microns) est en cours d évaluation dans l étude RESTORE II. 3. Le RS ART (thérapies artérielles résorbables, Paris, France) est constitué d un polymère semi-cristallin (PLLA), qui a la particularité de se résorber assez rapidement. 22 Il n existe actuellement pas de médicament antiprolifératif sur les mailles de ce RS et l hypothèse est que la résorption plus rapide augmentera la restauration de la fonction endothéliale. 4. L Amaranth FORTITUE (Amaranth medical A, Etats- Unis) est un autre RS constitué de PLLA et sa version avec le médicament antiprolifératif, sirolimus, est en cours d investigation. 5. L IEAL RS (Xenogenics orporation, MA, Etats-Unis), un dispositif utilisant du sirolimus, est actuellement dans sa phase initiale d étude. 23 e nombreux autres dispositifs sont en train d être testés et développés, ce qui prouve l intérêt majeur de ce concept nouveau et attrayant. avantages potentiels des stents biorésorbables Un tuteur pour l artère? Le principal avantage structurel du stent métallique est d empêcher l occlusion aiguë du vaisseau après dilatation par ballonnet en s opposant au recul élastique du segment dilaté et en stabilisant les éventuelles dissections pariétales. Les RS sont également capables d assurer ce support mécanique et de maintenir des forces radiales suffisantes pendant plusieurs mois, le temps du remodelage vasculaire. En effet, l étude ASOR II, comparant l Absorb VS et le ES Xience, n a montré qu une différence statistiquement non significative en termes de résultat angiographique immédiat. 24 iodégradation La dégradation des divers composants de l Absorb VS (partie semi-cristalline et partie amorphe) se fait par hydrolyse. Les produits de dégradation étant métabolisés en acide lactique puis, finalement, en dioxyde de carbone et eau. e processus prend environ deux à trois ans. Les études par ultrasons intravasculaires ont montré une réduction de volume des mailles du tuteur de 30% à six mois. 9 Les tuteurs à base de magnésium ESolve sont biodégradés par corrosion dans les douze mois. Le produit final est de l hydroxyapatite qui est finalement digérée par les macrophages dans la paroi du vaisseau. Restauration de l anatomie et de la physiologie vasculaires Il semble que les RS (données disponibles uniquement pour l Absorb VS) s adaptent davantage et se conforment mieux à la géométrie du vaisseau, en préservant ses courbures et la rhéologie. 14 eci est en fait l un des inconvénients de tous les stents métalliques qui modifient définitivement l anatomie des vaisseaux et donc leurs propriétés biomécaniques. Avec les RS, la physiologie vasculaire est mieux respectée et permet à terme la restauration de la vasomotricité dynamique, la pulsatilité et l expansion vasculaires. ette évolution permettant à son tour la traduction des forces mécaniques en signaux chimiques (par exemple: oxyde nitrique et prostacycline). 23,25 Stabilisation des plaques vulnérables Les RS semblent favoriser la formation d une solide capsule fibreuse ou d une couche de néo-intima recouverte d un endothélium fonctionnel. eci, ajouté à l élargissement tardif de la lumière vasculaire et à des forces de contrainte de cisaillement modérées, semble amener une stabilisation de la plaque d athérosclérose. 12,23 En fait, il semble que la couche de néo-intima engendre une stabilité de la plaque agissant comme une solide capsule fibreuse. question en suspens Thrombose des stents biorésorbables L une des idées de base était que l absence d un corps étranger dans le vaisseau diminuerait l inflammation chronique, la réaction d hypersensibilité locale et l endothélialisation tardive, tous ces facteurs qui contribuent à la thrombose tardive de stent (ST). et événement dramatique engendre le plus souvent une occlusion aiguë du vaisseau dans le stent résultant en un infarctus aigu du myocarde et à une issue mortelle dans 40% des cas. Le taux de ST à douze mois lors de l utilisation d un des ES de deuxième génération les Revue Médicale Suisse 4 mars

4 Tableau 1. Indications pour l implantation des stents biorésorbables (RS) (Adapté de réf. 27 ). Indications consensuelles et appropriées 1. Sujet jeune (âge l 50 ans) 2. Lésions dans des segments qui pourraient être le siège d une anastomose lors d un futur pontage aorto-coronarien, particulièrement l artère interventriculaire antérieure 3. Vaisseaux avec lésions longues et/ou maladie diffuse Indications moins consensuelles mais possibles 1. Petites branches de bifurcation 2. Infarctus de myocarde sans élévation du segment ST (NSTEMI) 3. Infarctus de myocarde avec élévation du segment ST (STEMI) Indications inappropriées 1. Maladie du tronc commun 2. Tortuosités modérées ou sévères 3. alcifications sévères plus sûrs (Xience V, évérolimus) était de 0,29% dans l étude SPIRIT IV. 5,6 ependant, l étude ASOR II montre une tendance préoccupante vers un taux plus élevé de ST avec A l Absorb VS que le Xience ES (0,9% vs 0%). es résultats préliminaires suggèrent donc un effet potentiellement opposé à celui attendu. Il semble que les techniques d implantation et une sélection soigneuse des patients jouent un rôle crucial en raison de l épaisseur des mailles et des caractéristiques mécaniques des RS actuels. En outre, l utilisation de l imagerie intravasculaire est très importante étant donné qu elle permet d analyser l apposition des mailles du RS à la paroi du vaisseau. ans les registres où une telle imagerie a été largement utilisée, l incidence des ST était plus faible. 26 ans le registre GHOST EU, le taux de ST était de 0,7% chez les 50 premiers cas où l imagerie intravasculaire (échographie intravasculaire, IVUS ou tomographie à cohérence optique OT) et une postdilatation au ballon ont été plus fréquemment effectuées contre 2% chez les 50 cas suivants pour lesquels ces deux techniques ont été moins systématiquement utilisées. 15 ompte tenu de ces données, il semblerait que la durée du double traitement antiplaquettaire (APT) devrait être au moins équivalente à celle utilisée pour les ES actuels. 23 Sélection de patients et des lésions La Société portugaise de cardiologie a publié un document de position sur les RS avec des indications claires concernant leur utilisation. 27 La sélection du patient est présentée dans le tableau 1. ien que les indications proposées soient basées sur un raisonnement solide, il convient de souligner que bon nombre d entre elles ne sont fondées sur aucune preuve. En effet, l un des arguments les plus forts pour l utilisation des RS chez les jeunes patients est de préserver la possibilité d un éventuel pontage aorto-coronarien plusieurs années plus tard, une fois le RS résorbé et la géométrie du vaisseau restaurée. Toutefois, A E F Figure 2. Implantations multiples de stents Absorb VS sur une lésion coronarienne longue A. issection spontanée de l artère interventriculaire.. et. Implantation de plusieurs Absorb VS (,) avec un bon résultat angiographique (). E. Tomographie à cohérence optique démontrant le chevauchement des Absorb VS avec une double couche de mailles apposée à la paroi (flèche) et F. La fausse lumière est visible derrière les mailles des Absorb VS (flèche). Figure 3. Implantation d un stent biorésorbable dans le cadre d un syndrome coronarien aigu A. Plaque rompue dans un pontage aorto-coronarien veineux sur une branche marginale et une branche postéro-latérale.. et. Implantation d un Absorb VS avec un bon résultat angiographique et. onne apposition des mailles avec thrombus résiduel visible (flèche). 550 Revue Médicale Suisse 4 mars 2015

5 A vaisseaux. En effet, du fait de leur épaisseur, cet éventuel chevauchement entre deux RS peut réduire de manière significative la lumière du vaisseau 29 (figure 2). Après l implantation d un RS, une postdilatation est souvent nécessaire, de préférence guidée par une imagerie intravasculaire (IVUS ou OT). Figure 4. Préparation de la lésion avant l implantation d un stent biorésorbable A. Sténose significative dans l artère coronaire droite (flèche).. Implantation d un Absorb VS précédée d une prédilatation avec un ballon.. on résultat angiographique et. Tomographie à cohérence optique démontrant une bonne apposition des mailles de l Absorb VS contre la paroi du vaisseau. conclusions La technologie des RS est un concept très attractif et les dispositifs actuellement disponibles montrent des résultats satisfaisants. Elle sera certainement la technologie d angioplastie de l avenir, même si d autres avancées techniques et des améliorations des dispositifs sont nécessai res. Il existe encore des contraintes liées aux patients et aux types de lésions coronariennes qui limitent l utilisation généralisée des RS. ertaines exigences de procédure et d implantation qui doivent être respectées afin d obtenir des résultats optimaux n en font, pour l instant, un rival aux ES de deuxième génération que pour une minorité de patients. Le taux de thromboses des RS dans certaines études et registres est un problème potentiel et devra encore être évalué. l implantation de plusieurs RS au sein de lésions coronariennes longues et diffuses n a pas encore été évaluée de manière prospective dans un essai clinique randomisé (figure 2). Les RS ont chacun une limite claire à leur potentiel d expansion radiale et une dilatation excessive peut provoquer une fracture de RS et la perte des forces radiales. 28,29 Leur utilisation, lors de lésions fortement calcifiées et de lésions de bifurcation, reste encore une question ouverte. ertaines études ont montré un taux supérieur de fermetures de branche latérale avec l Absorb VS, ce qui devrait être également gardé à l esprit. 23 L utilisation de RS dans les syndromes coronariens aigus est également encore en suspens, bien que certains petits registres suggèrent que leur utilisation dans ce cadre est probablement à la fois sûre et efficace (figure 3). Plusieurs registres et études en cours traiteront de ces diverses questions. Exigences techniques ertaines considérations procédurales ont une importance capitale dans l utilisation des RS afin d obtenir des résultats optimaux à court et à long termes. es RS sont beaucoup plus épais que les ES actuels, de sorte que leur mise en place dans des lésions complexes et des vaisseaux tortueux peut être difficile. A cet égard, une prédilatation au ballonnet seul dans le but d une préparation optimale de la lésion avant l implantation du RS est cruciale (figure 4). L utilisation de l imagerie intravasculaire afin de déterminer la taille du RS nécessaire puis, une fois implanté, de sa pleine expansion et bonne apposition à la paroi du vaisseau est souvent très importante. La zone de chevauchement entre deux RS doit être minimale et évitée dans les petits Les auteurs n ont déclaré aucun conflit d intérêts en relation avec cet article. Implications pratiques Les tuteurs biorésorbables sont en plein développement et seront certainement la technologie d angioplastie coronarienne de l avenir Les études effectuées à ce jour démontrent une non-infériorité des tuteurs biorésorbables par rapport aux stents métalliques actifs (ES) de dernière génération La question de la thrombose tardive des tuteurs biorésorbables reste toujours ouverte et la stratégie de double antiagrégation après implantation reste identique à celle suivie pour les ES La stratégie d implantation (prédilatation et postdilatation) des tuteurs biorésorbables doit être respectée afin d assurer une bonne apposition des mailles du tuteur à la paroi du vaisseau Les indications à l implantation des tuteurs biorésorbables sont de plus en plus nombreuses, mais les lésions très calcifiées ainsi que les vaisseaux tortueux ou de petite taille restent toujours un défi Revue Médicale Suisse 4 mars

6 ibliographie 1 Gruntzig AR, Senning A, Siegenthaler WE. Non-operative dilatation of coronary artery stenosis : Percutaneous transluminal angioplasty. N Engl J Med 1979;301: Sigwart U, Puel J, Mirkovitch V, et al. Intravascular stents to prevent occlusion and restenosis after transluminal angioplasty. N Engl J Med 1987;316: Morice M, Serruys PW, Sousa JE, et al. A randomised comparison of a sirolimus-eluting stent with a standard stent for coronary revascularisation. N Engl J Med 2002;346: McFadden EP, Stabile E, Regar E, et al. Late thrombosis in drug eluting coronary stents after discontinuation of antiplatelet therapy. Lancet 2004;364: Stone GW, Rizvi A, Newman W, et al. Everolimus eluting stent versus paclitaxel-eluting stent in coronary artery disease. N Engl J Med 2010;362: ** Windecker S, Stortecky S, Stefanini GG, et al. Revascularisation versus medical treatment in patients with stable coronary artery disease : Network metaanalysis. MJ 2014;348:g * Waxman R. iodegradable stents : They do their job and disappear. J Invasive ardiol 2006;18: * Serruys PW, Ormiston JA, Onuma Y, et al. A bioresorbable everolimus eluting coronary stent system (ASOR) : 2-year outcomes and results from multiple imaging methods. Lancet 2009;373: ruining N, Tanimoto S, Otsuka M, et al. Quantitative multi-modality imaging analysis of a bioabsorbable poly-l-lactic acid stent design in the acute phase : A comparison between 2- and 3-QA, QU and QMST-A. Eurointervention 2008;4: Gogas, Serruys PW, iletti R, et al. Vascular response of the segments adjacent to the proximal and distal edges of the ASOR everolimus-eluting bioresorbable vascular scaffold : 6-months and 1-year follow up assessment : A virtual histology intravascular ultrasound study from the first-in-man ASOR cohort trial. JA ardiovasc Interv 2012;5: ** Serruys PW, Onuma Y, udek, et al. Evaluation of the second generation of bioresorbable everolimus-eluting vascular scaffold for the treatment of de novo coronary artery stenosis : 12-month clinical and imaging outcomes. J Am oll ardiol 2011;58: rugaletta S, Gogas, Garcia-Garcia HM, et al. Vascular compliance changes of the coronary vessel wall after bioresorbable vascular scaffold implantation in the treated and adjacent segments. irc J 2012;76: Serruys PW, hevalier, udek, et al. A bioresorbable everolimus-eluting scaffold versus metallic everolimus-eluting stent for ischaemic heart disease caused by de-novo native coronary aretry lesions (A- SOR II) : An interim 1-year analysis of clinical and procedural secondary outcomes from a randomised controlled trial. Lancet 2015;385: Gomes-Lara J, Garcia-Garcia HM, Onuma Y, et al. A comparison of the comfortability of everolimus-eluting bioresorbable vascular scaffold to metal platform coronary stents. JA ardiovasc Interv 2010;3: ** apodanno, Gori T, Holger N, et al. Percutaneous coronary interventions with everolimus eluting bioresorbable vascular scaffolds in routine clinical practice : Early and midterm outcomes from the European multicentre GHOST-EU registry. Eurointervention 2014 ; epub ahead of print. 16 Von irgelen, asalus MW, Tandjung K, et al. A randomized controlled trial in second generation zotarolimus-eluting Resolute stents versus everolimus-eluting Xience V stents in real world patients : The TWENTE trial. J Am oll ardiol 2012;59: Palmerini T, iondi-zoccai G, ella Riva, et al. Stent thrombosis with drug eluting stents : Evidence from a comprehensive network meta-analysis. Lancet 2012;379: e Ribamar osta J, Verheye S, Webster M, et al. Six-month intravascular ultrasound analysis of the E- Solve FIM trail with a novel PLLA-based fully biodegradable drug eluting scaffold. J Am oll ardiol 2013; 61(Suppl. 10):E Waksman R, Erbel R, i Mario, et al. Early and long-term intravascular ultrasound and angiographic findings after bioresorbable magnesium stent implantation in human coronary arteries. JA ardiovasc Interv 2009;2: Haude M, Erbel R, Erne P, et al. Safety and performance of the drug eluting absorbable metal scaffold (REAMS) in patients with de-novo coronary lesions : 12 months results of the prospective, multicenter, firstin-man IOSOLVE I-trial. Lancet 2013;381: osta RA. REVA ReZolve clinical programme update. In : Transcatheter ardiovascular Therapeutics, Miami each FL, Lafont A, urand E. A.R.T. concept of a bioresorbable stent without drug elution. Eurointervention 2009; 5(Suppl. F):F * Iqbal J, Onuma Y, Ormiston J, et al. ioresorba ble scaffolds : Rationale, current status, challenges and future. Eur Heart J 2014;35: Tanimoto S, Serruys PW, Thuesen L, et al. omparison in vivo acute recoil between the bioresorbable everolimus-eluting stent coronary stent and the everolimus-eluting cobalt-chromium coronary stent : Insights from the ASOR and SPIRIT trials. atheter ardiovasc Interv 2007;70: Serruys PW, Garcia-Garcia HM, Onuma Y. From metallic cages to transient bioresorbable scaffolds : hange in paradigm of coronary revascularisation in the upcoming decade? Eur Heart J 2012;33:16-25b. 26 i Mario, aiazzo G. iodegradable stents : The golden future of angioplasty? Lancet 2015;385: Teles R, Pereira H, de arvalho H, et al. Position statement on bioresorbable vascular scaffolds in Portugal. Rev Port ardiol 2013;32: Ormiston JA, e Vroey F, Serruys PW, et al. ioresorbable polymeric vascular scaffolds : A cautionary tale. irc ardiovasc Interv 2011;4: * Latib A, ostopoulos, Naganuma T, et al. Which patient could benefit the most from bioresorbable vascular scaffold implant : From clinical trials to clinical practice. Minerva ardioangiol 2013;61: * à lire ** à lire absolument 552 Revue Médicale Suisse 4 mars 2015

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT CORONAROGRAPHIE & ANGIOPLASTIE ANGIOPLASTIE + STENT = TRAITEMENT DE BASE DE LA MALADIE CORONAIRE OBSTRUCTIVE

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

C est en 1986 que Jacques Puel

C est en 1986 que Jacques Puel Évolution technologique des stents coronaires : où en est-on? DOSSIER D. Carrié Service de cardiologie, Centre hospitalier universitaire de Rangueil, Toulouse didier.carrie@chu-toulouse.fr Obtenir un équilibre

Plus en détail

«I had a dream» Martin Luther King

«I had a dream» Martin Luther King «I had a dream» Martin Luther King Etienne Grandmaire Directeur Développement Thérapies Abbott Vascular Bioresorbable Bare-metal Drug-eluting Après angioplastie scaffold POBA stent metallic stent therapy

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE APHAL 9 Juin 2015 Guillaume Becker, Interne en pharmacie Service pharmacie-stérilisation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 09/06/2015 2 Introduction 1 er stent coronarien

Plus en détail

News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle

News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle This material is not intended for use in the United States Une Plateforme unique et innovante 7 années de recherche

Plus en détail

Biomatériaux et technologies vasculaires

Biomatériaux et technologies vasculaires Biomatériaux et technologies vasculaires Pr Nabil CHAKFE Service de Chirurgie Vasculaire - GEPROVAS Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg Société Française d Angéiologie 2012 Paris, 28 janvier 2012 Quoi de

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS 20 novembre 2012 La société PME française crée en 2003, basée

Plus en détail

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN Bioresorbable Vascular Scaffold (BVS): Ideal of Leaving Nothing Behind Short Term Long Term PWS: The Third RevoluKon! Data and images

Plus en détail

Efficacité des stents actifs

Efficacité des stents actifs D O S S I E R Stents actifs : mise au point T. CUISSET, B. DE BRUYNE Cardiovascular Center Aalst, OLV Clinic, AALST (Belgique). Efficacité des stents actifs L arrivée des endoprothèses coronaires actives

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être.

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être. COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 255 février 2014 CONCLUSIONS ORSIRO, endoprothèse coronaire (stent) enrobée de sirolimuss (produitt

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Dilatations / Stents : du nouveau?

Dilatations / Stents : du nouveau? Dilatations / Stents : du nouveau? Les indications 1 ) Les abords prothétiques : sténose et re-sténose de l anastomose veineuse.. Vascular access surveillance: case study of a false paradigm Paulson W

Plus en détail

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences Professeur François Schiele CHU BESANCON En 1991, la thrombose de stent dans les 2 premières semaines est trouvée chez 26%

Plus en détail

La revascularisation myocardique est assurée depuis

La revascularisation myocardique est assurée depuis Sténose tritronculaire et plus : faut-il opérer? Multi-coronary vessels disease: should we operate? P. Leprince*, S. Aubert*, A. Pavie*, I. Gandjbakhch* POINTS FORTS MAIN POINTS Chez les patients comparables

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS La recherche clinique à l ICPS Hopital Privé Jacques Cartier (Massy) Hopital Privé Claude Galien (Quincy-sous-Sénart) Etat de l art Recherche clinique présente à l ICPS depuis ses débuts en 1995 Participation

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 Tout DES or not tout Des Historique & Illustration Arguments (1), (2) et (3) Statistiques et illustrations Un peu d Histoire...

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes)

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Sténose initiale Modifications hémodynamiques Resténose après angioplastie Destruction cellulaire Augmentation du débit

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient.

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Ce document a pour seul objectif d informer, il ne s agit pas Ce d un document outil de diagnostic. a pour seul Pour objectif toute d informer, question,

Plus en détail

Benjamin BONNET 16 octobre 2014

Benjamin BONNET 16 octobre 2014 Impact pronostique précoce de la protrusion tissulaire observée après stenting chez les patients présentant un SCA sans sus décalage du ST : étude prospective de tomographie par cohérence optique Benjamin

Plus en détail

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Le traitement des sténoses par radiologie interventionnelle: quoi de neuf?

Le traitement des sténoses par radiologie interventionnelle: quoi de neuf? Le traitement des sténoses par radiologie interventionnelle: quoi de neuf? Pr Hélène Kovacsik Radiologie Hopital A de Villeneuve CHU Montpellier Aucun conflit d intérêt Avec l industrie Àdéclarer SFAV

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

APPAC 2013 ABSORB. BVS POLY-L-Lactic Acid Everolimus Stent. JP Monassier Fondation du Diaconat Mulhouse Hopital Albert Schweitzer - Colmar

APPAC 2013 ABSORB. BVS POLY-L-Lactic Acid Everolimus Stent. JP Monassier Fondation du Diaconat Mulhouse Hopital Albert Schweitzer - Colmar APPAC 2013 ABSORB BVS POLY-L-Lactic Acid Everolimus Stent JP Monassier Fondation du Diaconat Mulhouse Hopital Albert Schweitzer - Colmar CONCEPT Prothèse non métallique (2 marqueurs) Biologique Pansement

Plus en détail

rapport BéNéFICE/RISQUE DES

rapport BéNéFICE/RISQUE DES rapport BéNéFICE/RISQUE DES ENDOPROTHèSES CORONAIRES PHARMACO-ACTIVES 1 ère partie : analyse dans la population générale A. Nyssen (1), V. Legrand (2), A.J. Scheen (3) RÉSUMÉ : Les endoprothèses coronaires,

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

De l usage des endoprothèses coronaires

De l usage des endoprothèses coronaires GROUPE ATHÉROME CORONAIRE ET CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE De l usage des endoprothèses coronaires B. Chevalier, H. Eltchaninoff, D. Blanchard, G. Finet, M. Bedossa, T. Corcos, J.-L. Fourrier, M. Hanssen,

Plus en détail

Stents résorbables : l'avenir pour l'aps? NON

Stents résorbables : l'avenir pour l'aps? NON Stents résorbables : l'avenir pour l'aps? NON Edouard Gerbaud Soins Intensifs Cardiologiques Plateau de Cardiologie Interventionnelle CHU de Bordeaux Centre de Recherche Cardio-thoracique Inserm U1045

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

2014 21 ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est interdi

2014 21 ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est interdi oute repr Stents biorésorbables dans les bifurcations : imagerie et bancs d essais MOTREFF Pascal, DARREMONT Olivier, LEYMARIE Jean-Louis, LEFEVRE Thierry, SOUTEYRAND Géraud, COMBARET Nicolas, LAMER Maxime,

Plus en détail

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat La Cardiologie interventionnelle occupe une place de plus en plus grande dans la prise en

Plus en détail

Dubuisson Florian. Résumé de thèse. Soutenue le 13 Novembre 2012. 1. Introduction

Dubuisson Florian. Résumé de thèse. Soutenue le 13 Novembre 2012. 1. Introduction Dubuisson Florian Quantification et recalage d examens endovasculaires par OCT : Application au suivi longitudinal de la couverture néointimale et de la malapposition des stents coronaires Résumé de thèse

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Stents Coronaires et Sports DR PASSARD F Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Mise à jour le 11 /07/2010 B P 65 ans Cyclosport FDRCV : dyslipidémie et HTA négligées Angor typique au démarrage

Plus en détail

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu RÉSUMÉ Mots clés : athérosclérose coronaire, angioplastie, pontage

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005 Aspects médicoéconomiques des prothèses actives Jacques Machecourt Cardiologie & Urgences Cardiologiques - CHU de Grenoble Qu est-ce

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Maryline KAUSS 1, Denis TRYSTRAM 2, Olivier NAGGARA 2, Nolween ROYER 1, Emmanuel TOUZE 3, Emmanuelle ADVENIER-IAKOVLEV

Plus en détail

Statines et angioplastie coronaire

Statines et angioplastie coronaire Statines et angioplastie coronaire RÉSUMÉ : Trois études, ARMYDA-ACS, NAPLES II et ARMYDA-RECAPTURE, démontrent l efficacité de l administration d atorvastatine 8 mg avant une angioplastie coronaire, avec

Plus en détail

Scanner coronaire Interprétation des images (revue de la littérature)

Scanner coronaire Interprétation des images (revue de la littérature) Scanner coronaire Interprétation des images (revue de la littérature) JL Sablayrolles 1. Apport du scanner dans les sténoses coronaires comparé à la coronarographie. Il est clair que la coronarographie

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

COMMUNICATION. L auteur déclare ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cet article. Jean-Philippe METZGER * INTRODUCTION

COMMUNICATION. L auteur déclare ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cet article. Jean-Philippe METZGER * INTRODUCTION COMMUNICATION Le progrès médical à la lumière de l amélioration de la sécurité de l angioplastie coronaire Mots-clés : Angioplastie coronaire par ballonnet. Recherche biomédicale Medical progress exemplified

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

La description de l athérosclérose fait intervenir plusieurs stades évolutifs successifs :

La description de l athérosclérose fait intervenir plusieurs stades évolutifs successifs : PHYSIOPATHOLOGIE DE L ATHEROSCLEROSE Christophe Bauters Hôpital Cardiologique, Lille 1. GENESE DE LA PLAQUE La description de l athérosclérose fait intervenir plusieurs stades évolutifs successifs : la

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Risques et bénéfices des stents coronariens actifs

Risques et bénéfices des stents coronariens actifs Kardiovaskuläre Medizin 2007;10:000 000 Stéphane Cook, Stephan Windecker, Christoph Kaiser, Jean-Christophe Stauffer, Marco Roffi, Giovanni Pedrazzini, Hans Rickli, Thomas F. Lüscher, François Mach, Bernhard

Plus en détail

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE Pierre Albaladejo (1), Patrick Staat (2), Emmanuel Marret (3), Vincent Piriou (4) (1) Service d Anesthésie Réanimation, SAMU-SMUR 94, CHU Henri Mondor, Assistance-Publique

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD)

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) Phuong Thao NGHIEM, Ramiro MORENO, Marylou PARA, Minh Hoang TRAN, Hervé ROUSSEAU Institut des Maladies Métaboliques

Plus en détail

Antiproliferative drug eluting stents (DES)

Antiproliferative drug eluting stents (DES) 1 Endoprothèses coronaires à élution médicamenteuse (stents pharmaco-actifs) Antiproliferative drug eluting stents (DES) Pr L CHRISTIAENS Cardiologie CHU Poitiers l.christiaens@chu-poitiers.fr pas de conflit

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)?

LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? LE FICHIER MED-ÉCHO DU QUÉBEC EST-IL LA SOURCE DE DONNÉES APPROPRIÉE POUR DÉNOMBRER LES INTERVENTIONS CORONARIENNES PERCUTANÉES (ICP)? Préparé à l intention du ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne 1 DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne Enseignant responsable : P Feugier Enseignants : Ph Amabile, JN Albertini,

Plus en détail

Thromboses de stents : facteurs favorisants

Thromboses de stents : facteurs favorisants REVUES GENERALES Cardiologie interventionnelle J.P. MONASSIER Service de Cardiologie, Hôpital Emile Muller, MULHOUSE. Thromboses de stents : facteurs favorisants Les thromboses de stents restent le talon

Plus en détail