«Annonce d un dommage associé aux soins» 2 ème colloque Qualité Risques Evaluation 26 octobre 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Annonce d un dommage associé aux soins» 2 ème colloque Qualité Risques Evaluation 26 octobre 2012"

Transcription

1 «Annonce d un dommage associé aux soins» 2 ème colloque Qualité Risques Evaluation 26 octobre 2012

2 Un témoignage 2

3 De quoi parle-t-on? L annonce d un dommage associé aux soins ne concerne pas seulement les erreurs médicales, c est aussi : Les complications liées à la pathologie du patient Les aléas thérapeutiques! La gravité du dommage subi doit toujours être considérée selon le point de vue du patient et non pas celui du soignant qui pourrait avoir tendance à en minimiser les conséquences 3

4 Pourquoi? 1. La prévalence des EIG 1 EIG tous les 5 jours dans un service de 30 lits 2. Une attente forte des patients 3. La poursuite d un réflexion sur l information des patient Suite du guide «annonce d un mauvaise nouvelle» Une obligation réglementaire et déontologique Code de Santé publique ; code déontologie médicale 5. Un critère qui témoigne de certaines difficultés (11c) Critère 11c «information du patient en cas de dommage lié aux soins» : 3ème critère le plus impactée par des décisions 4

5 Avec quels objectifs? Répondre aux attentes légitimes des patients victimes d un dommage Apaiser la relation soignant-patient Rassurer et accompagner TOUS les professionnels de santé (médicaux et paramédicaux, en ville et en établissement de santé) pour dire «le difficile à dire» Développer une culture de sécurité : Ne pas envisager la gestion des risques uniquement sous l angle de la prévention mais aussi de la récupération Culture de la transparence Culture de l apprentissage par l erreur 5

6 Elaboration du guide HAS Initiative de la HAS 40 experts ont participé à l élaboration du guide (représentants de patients et usagers, de professionnels de santé, de fédérations d établissements, de CME, de directeurs d établissements, d institutions, de gestionnaires de risques et d experts invités à titre intuitu personae) 4 réunions plénières se déroulant entre juin 2010 et janvier publications scientifiques identifiées, 380 publications analysées dont 66 finalement retenues et citées 6

7 Pourquoi est-ce important? 1. Les conséquences du dommage sur le patient accroissent sa vulnérabilité L amélioration attendue de son état de santé n est pas effective Les conséquences survenues peuvent être de nature physique mais aussi psychologique, sociale ou matérielle Le patient va exprimer des émotions complexes et diverses : perte de confiance, anxiété, colère, frustration 2. Le patient manifeste des attentes Obtenir une reconnaissance du dommage subi Comprendre ce qui s est passé et quelles en sont les conséquences Comprendre pourquoi l événement est survenu Avoir la garantie que des actions sont mises en œuvre pour que l événement ne se renouvelle pas Placer le patient en situation de se reconstruire 3 mots clés : transparence, empathie, écoute 7

8 Pourquoi est-ce difficile? 1. Les professionnels de santé ne sont pas formés à l information du patient suite à un dommage 2. Particulièrement suite à une erreur, les professionnels de santé vont manifester des émotions ± inhibitrices Culpabilité, honte, frustration, sentiment d échec, peur du «regard» d autrui 3. Les professionnels de santé craignent la judiciarisation de l événement 8

9 Et pourtant Informer le patient du dommage : Apaise la relation soignant-patient : les besoins des patients sont pris en compte et les professionnels peuvent également ressentir un soulagement Renvoie une image positive : les professionnels inscrivent leurs pratiques dans un processus d amélioration Limite la judiciarisation de l événement : par exemple, l expérience de l University of Michigan Health System (Source: Rodham Clinton I, Obama O. Making patient safety the centerpiece of medical liability reform. N Engl J Med 2006; 354(21): ) 9

10 Comment initier la démarche? Se former (formation initiale et continue) Mettre en place une politique d annonce d un dommage : Formalisée et diffusée en concertation avec l ensemble des acteurs Adossée à la politique existante d amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins Indique aux professionnels les objectifs et les étapes clés d une annonce Recense les moyens disponibles Transparence et climat de confiance pour favoriser le signalement des événements indésirables, leur analyse et la mise en œuvre d actions correctives Organiser le soutien aux professionnels 10

11 Atelier de mise en pratique Séance Buzz

12 Objectifs pédagogiques A partir d un support vidéo : Partager des pratiques Prendre conscience des «à ne pas faire» lors d une annonce Faire des propositions d amélioration de l annonce Observer et lister les critères d une annonce satisfaisante 12

13 Déroulement de l atelier pratique Durée Contenu 4 min Présentation d une situation clinique sous format vidéo «chapitre 1» 10 min Partage des pratiques «Mon expérience» 3 min Présentation d une annonce «manquée» «chapitre 2» 10 min Buzz group - restitution 5 min Présentation d une annonce «satisfaisante» «chapitre 3» 5 min Recueil des réactions au visionnage 10 min Présentation de la recommandation : les 3 temps 10 min Échanges/Questions 13

14 Après la survenue d un dommage Les 3 temps de l annonce : AVANT PENDANT APRES 14

15 AVANT Prendre en charge cliniquement le patient pour atténuer les conséquences de l événement Préparer le rendez-vous avec le patient : Quels sont les faits dont on est sûr? Qui assistera au RDV? Quand et où se tiendra le RDV? Quels sont les besoins prévisibles du patient? Informer le patient que l on souhaite s entretenir avec lui au sujet de sa prise en charge mais sans dévoiler le contenu du propos. (! le patient devra être informé avant le rendezvous des personnes pressenties pour assister à l entretien et donner son accord) 15

16 PENDANT (1/3) Qui? Tout dépend du type d événement indésirable (erreur médicale ou complication liée à la pathologie du patient), de la politique locale de l institution, du degré de bouleversement du professionnel impliqué, de la gravité du dommage, etc. Dans la situation habituelle, c est le médecin chargé du patient qui est le plus apte à effectuer l annonce et à mener l entretien Ce principe est à moduler en fonction du professionnel impliqué et des choix établis dans la procédure d annonce d un dommage de l établissement. Ainsi peuvent participer à l entretien : Infirmier ou autre professionnel paramédical Interne ou étudiant concerné Membre de la Direction, médiateur médical ou non médical, coordonnateur de la gestion des risques, représentant de la CRUQPC, etc. => Dans tous les cas, l entretien demeure sous l égide d un médecin 2 à 3 personnes + le patient + éventuellement ses proches 16

17 PENDANT (2/3) Quand? Le plus rapidement possible, de préférence dans les 24 heures après la détection de l événement indésirable Au plus tard 15 jours après conformément à l article L du Code de la santé publique Dès que l état physique et psychologique du patient le permet Prévoir suffisamment de temps Où? Lieu tranquille, confortable, propice à la confidentialité et si possible dédié Pièce exempte de téléphone 17

18 PENDANT (3/3) Quoi, Comment? Savoir être : empathie, écoute, langage compréhensible ( jargon médical) Déroulé du rendez-vous : Présentation des professionnels en présence Reconnaissance du dommage Description des faits Expression de regrets / présentation d excuses Continuité des soins Proposition d offres de soutien Finalisation de l entretien Immédiatement après le rendez-vous : Traçabilité dans le dossier médical Débriefing en équipe 18

19 APRÈS Le référent désigné prend en charge le suivi du dossier Informer en continu le patient sur les faits à mesure qu ils deviennent connus Le cas échéant, décrire les actions correctives mises en œuvre Exprimer de nouveau des regrets voire des excuses en cas d erreur avérée Organiser avec le patient les soins d aval Tracer les RDV de suivi dans le dossier médical 19

20 Périodiquement L établissement de santé : Organise le retour d information aux professionnels : évaluation et impact de la politique d annonce Évalue les offres de soutien proposées aux professionnels 20

21 Les documents mis à disposition Guide Poster 4 pages Film 21

22 Les 3 temps de l annonce AVANT PENDANT APRES Prendre en charge cliniquement le patient pour atténuer les conséquences de l événement Préparer le rendez-vous avec le patient : - Quels sont les faits dont on est sûr? - Qui assistera au RDV? - Quand et où se tiendra le RDV? - Quels sont les besoins prévisibles du patient? Reconnaître le dommage Expliquer ce qui s est passé à partir de faits avérés (analyse des causes) Expliquer les actions correctives à mettre en place (le cas échéant) Exprimer des regrets voire des excuses Décider du plan de soins en concertation avec le patient Répondre aux besoins du patient Proposer un référent Tracer l annonce dans le dossier médical Débriefer en équipe Tant qu il existe des éléments à communiquer au patient et tant que le patient en exprime le besoin, prévoir des rendezvous de suivi : - Le contenu et l organisation des rendez-vous de suivi sont similaires à ceux du rendezvous d annonce - Nécessite l implication du référent Organiser la liaison avec les soins d aval En établissement de santé : - Organiser le retour d information aux professionnels sur l évaluation et l impact de la démarche - Évaluer les offres de soutien proposées aux professionnels Formation à l annonce d un dommage associé aux soins 22

Le guide "Annonce d un dommage associé aux soins" : une aide pour tous les professionnels de santé

Le guide Annonce d un dommage associé aux soins : une aide pour tous les professionnels de santé Le guide "Annonce d un dommage associé aux soins" : une aide pour tous les professionnels de santé Rencontre des métiers de la santé 27 mai 2011 Céline SCHNEBELEN Service EValuation et AMélioration des

Plus en détail

Communiquer suite à un dommage associé

Communiquer suite à un dommage associé Communiquer suite à un dommage associé aux soins: le guide de la HAS Journée régionale du 22 juin 2012 Marc FUMEY et Céline SCHNEBELEN Service EValuation et AMélioration des pratiques 01 Illustration Témoignage

Plus en détail

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Pr Hubert Lardy Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Violences, Incivilités, agressions. Incompréhensions, tensions, conflits. Traumatismes, dommages psychologiques Prévalence

Plus en détail

V2014 et «gestion du risque infectieux»

V2014 et «gestion du risque infectieux» Coopération pour l Amélioration des Pratiques Professionnelles en Santé en Bretagne «Annonce d un dommage associé aux soins» V2014 et «gestion du risque infectieux» Journée régionale C CLIN Ouest 3 Avril

Plus en détail

Guide. Information du patient en cas de dommage associé aux soins GROUPE HOSPITALIER DE L EST FRANCILIEN

Guide. Information du patient en cas de dommage associé aux soins GROUPE HOSPITALIER DE L EST FRANCILIEN Guide Information du patient en cas de dommage associé aux soins GROUPE HOSPITALIER DE L EST FRANCILIEN AVRIL 2016 Sommaire Avant propos...3 Pourquoi un guide?...4 Principes fondateurs de la démarche d

Plus en détail

Développement Professionnel Continu et Simulation

Développement Professionnel Continu et Simulation C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Développement Professionnel Continu et Simulation Exemple : Formation d annonce d un dommage lié aux soins Dr Marie Christine

Plus en détail

Déroulement et organisation du dispositif d annonce

Déroulement et organisation du dispositif d annonce Page 1 sur 5 1. Objet 2. Domaine d application 3. Références 4. Responsabilités 5. Procédure 6. Documents associés 7. Archivage Rédaction Vérification Approbation Nom prénom Fonction LEFEVRE Mélanie (Assistante

Plus en détail

L annonce d un dommage : l avis de l avocat

L annonce d un dommage : l avis de l avocat CABINET GALPERINE Avocat au Barreau de Paris 10 avenue d Eylau 75016 PARIS Tel 01 45 48 24 14- Fax 01 45 48 73 69 maroussia.galperine@club-internet.fr Suis-je vraiment obligé d annoncer au patient les

Plus en détail

LABEL Libellé du projet : Transparence et confiance au service de l amélioration de la prise en charge.

LABEL Libellé du projet : Transparence et confiance au service de l amélioration de la prise en charge. LABEL 2015 DROITS DES USAGERS DE LA SANTE PRESENTATION DU RETOUR D EXPERIENCE DU LE CENTRE HOSPITALIER DE BRIVE Région : LIMOUSIN Libellé du projet : Transparence et confiance au service de l amélioration

Plus en détail

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en Phase 1 La formation à l annonce Docteur Thevenin-Lemoine Les réclamations à l ARS Île-de-France 1 (sommaire automatique) Sommaire Introduction...

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD

DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD 1998 : 1 er états généraux de la ligue contre le cancer Les malades et leurs proches prennent la parole. Ils s expriment

Plus en détail

Responsabilité Médicale, ExperGse, InformaGon du pagent Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire?

Responsabilité Médicale, ExperGse, InformaGon du pagent Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire? Responsabilité Médicale, ExperGse, InformaGon du pagent Comment éviter le risque de mise en cause judiciaire? Bernard LIVAREK Expert près la Cour d Appel de Versailles Le 9 juin 2017 APPAC Biarritz Liens

Plus en détail

Prévention et gestion des évènements indésirables en réanimation

Prévention et gestion des évènements indésirables en réanimation REANIMATION 2016 Prévention et gestion des évènements indésirables en réanimation Résultats de l enquête de la Commission du Congrès Infirmier de la SRLF Déclaration de liens mon intervention ne présente

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH FORMATION DE LA S.F.L.S. Françoise SIOCHE (Maladies Infectieuses CHU site sud) Les formations Formation de base (démarche pédagogique) Acquérir et développer des connaissances

Plus en détail

Analyse a posteriori du risque infectieux RMM et CREX. Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Analyse a posteriori du risque infectieux RMM et CREX. Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Analyse a posteriori du risque infectieux RMM et CREX Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Rappels Définition d un risque «Situation non souhaitée ayant des conséquences négatives résultant

Plus en détail

Gestion des EIG associés aux soins. au CHU de Rennes. Journée régionale 14 Juin 2017

Gestion des EIG associés aux soins. au CHU de Rennes. Journée régionale 14 Juin 2017 Gestion des EIG associés aux soins au CHU de Rennes Journée régionale 14 Juin 2017 Brigitte ALGRAIN, directrice qualité, gestion des risques et relations avec les usagers Dr David VEILLARD, coordonnateur

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE 2 ÈME PROCÉDURE Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental 6 bis rue du pavé- BP 03 03360 AINAY Le CHATEAU Novembre 2008 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Matrice de maturité en soins primaires

Matrice de maturité en soins primaires Matrice de maturité en soins primaires Référentiel d analyse et de progression des regroupements pluriprofessionnels de soins primaires Travail en équipe pluriprofessionnelle Réunion de concertation pluriprofessionnelle

Plus en détail

Annonce d un dommage associé aux soins

Annonce d un dommage associé aux soins AMÉLIORATION DES PRATIQUES ET SÉCURITÉ DES PATIENTS Annonce d un dommage associé aux soins Guide destiné aux professionnels de santé exerçant en établissement de santé ou en ville Mars 2011 Ce guide et

Plus en détail

Ref. Création le : 13/12/2011 MAJ : le 02/05/2013 Rédacteur : Validation par le service : Validation par la cellule qualité : Version n 05

Ref. Création le : 13/12/2011 MAJ : le 02/05/2013 Rédacteur : Validation par le service : Validation par la cellule qualité : Version n 05 CH FICHE de POSTE Coordonnateur de gestion des risques associés aux soins Ref. Création le : 13/12/2011 MAJ : le 02/05/2013 Rédacteur : Validation par le service : Validation par la cellule qualité : Version

Plus en détail

Consultation diététique réalisée par un diététicien

Consultation diététique réalisée par un diététicien ASSOCIATION DES DIÉTÉTICIENS DE LANGUE FRANÇAISE Evaluation des pratiques professionnelles Consultation diététique réalisée par un diététicien Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques

Plus en détail

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles Università degli Studi di Torino SOINS INFERMIERS Fiche d évaluation de la formation clinique Maternité et maladies infantiles Accidents/polytraumatismes Maladies cardio-vasculaires Maladies cérébro-vasculaires

Plus en détail

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles Università degli Studi di Torino SOINS INFERMIERS Fiche d évaluation de la formation clinique Maternité et maladies infantiles Accidents/polytraumatismes Maladies cardio-vasculaires Maladies cérébro-vasculaires

Plus en détail

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles aux urgences? Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone SOMMAIRE I. Quelles mauvaises nouvelles aux urgences? II. Difficultés de l équipe

Plus en détail

Comment fixer ses limites au travail

Comment fixer ses limites au travail Comment fixer ses limites au travail Affirmation de Soi Dr Serge Gozlan, CHU Brugmann, Clinique du Stress ; Université Libre de Bruxelles Définition Comportement qui permet à une personne d agir au mieux

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

Communication entre médecin et patient ¹

Communication entre médecin et patient ¹ Communication entre médecin et patient ¹ en cas d incident médical ¹ Les termes désignant des personnes s appliquent également aux femmes et aux hommes. 2 Introduction Une communication ouverte avant,

Plus en détail

Partie 4. Les supports à la gestion des risques par les équipes pharmaceutiques

Partie 4. Les supports à la gestion des risques par les équipes pharmaceutiques Partie 4. Les supports à la gestion des risques par les équipes pharmaceutiques Les processus supports vont faciliter la mise en place de la gestion des risques associés aux soins. Celle-ci est étroitement

Plus en détail

Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques Centre Hospitalier de Dieppe. «Rencontre des métiers de la Santé» Mai 2011 Strasbourg

Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques Centre Hospitalier de Dieppe. «Rencontre des métiers de la Santé» Mai 2011 Strasbourg Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins, missionné auprès du président de la CME, un an avant le décret. «C est possible et ça fonctionne!» Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques

Plus en détail

Education du patient et Maladie chronique

Education du patient et Maladie chronique Education du patient et Maladie chronique Enjeux et concepts de l éducation du patient La maladie chronique 15 millions de personnes atteintes de maladies chroniques en France - +/- évolution par poussées

Plus en détail

Revue de morbidité mortalité et gestion des risques

Revue de morbidité mortalité et gestion des risques L EPP : la mise en place de la RMM dans un Centre Régional de Lutte Contre le Cancer (CRLCC). Son articulation avec la certification dans sa version 2010 et avec la gestion des évènements indésirables

Plus en détail

PROCEDURE SUR LE CIRCUIT DES PLAINTES ET DES RECLAMATIONS

PROCEDURE SUR LE CIRCUIT DES PLAINTES ET DES RECLAMATIONS Centre Hospitalier PROCEDURE SUR LE CIRCUIT DES PLAINTES ET DES RECLAMATIONS Référence : Loi du 4 mars 2002 sur les droits des malades Type de document : Procédure Version n 1 Date : 21/04/2014 Pages :

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance de l offre de soins Bureau de la qualité et de la sécurité des soins SANTÉ

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

2015 GRCI Francilien, Tous droits réservés - Toute reproduction même partielle est interdite.

2015 GRCI Francilien, Tous droits réservés - Toute reproduction même partielle est interdite. s réserv u même Informa@on du pa@ent avant et après une procédure à risque: Pourquoi et comment l améliorer? 2ous droits r même partielle est partielle est interdite. Bernard LIVAREK Expert près la Cour

Plus en détail

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Stéphanie Granges Cordonier Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP Sion, janvier 2017 Les deux activités principales

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

Projet Simulation en santé et gestion des risques

Projet Simulation en santé et gestion des risques Projet Simulation en santé et gestion des risques Commission plénière des Pratiques et des Parcours 27 septembre 2016 Zineb MESSARAT-HADDOUCHE Chef de projet MSP La simulation en santé est une méthode

Plus en détail

Formation CREX et RMM

Formation CREX et RMM Formation CREX et RMM Formation DPC : Orientation n 3 : contribuer à l'implication des professionnels de santé dans la qualité et la sécurité des soins ainsi que dans la gestion des risques Le Contexte

Plus en détail

Visite de risques : analyse des risques a priori

Visite de risques : analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Visite de risques : analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en

Plus en détail

V9 9 sept h30. Intervention d Agnès BUZYN. Ministre des Solidarités et de la Santé. Ouverture du Colloque ANACT-DGOS-HAS

V9 9 sept h30. Intervention d Agnès BUZYN. Ministre des Solidarités et de la Santé. Ouverture du Colloque ANACT-DGOS-HAS V9 9 sept 2017 12h30 Intervention d Agnès BUZYN Ministre des Solidarités et de la Santé Ouverture du Colloque ANACT-DGOS-HAS La qualité de vie au travail au service de la qualité des soins «Expérimenter,

Plus en détail

L analyse de scénarios cliniques. Méthode d analyse de risques a priori

L analyse de scénarios cliniques. Méthode d analyse de risques a priori L analyse de scénarios cliniques Méthode d analyse de risques a priori gravité Pourquoi analyser les risques? Evènements indésirables associés aux soins (EIAS) fréquents soit 1 EIG tous les 5 jours dans

Plus en détail

ZERO accident lié aux événements «qui ne devraient jamais arriver»

ZERO accident lié aux événements «qui ne devraient jamais arriver» Service émetteur : Direction de l offre de soins et de l accompagnement Affaire suivie par : Dr Patrick ZAMPARUTTI Pharmacien Inspecteur de Santé Publique Courriel : patrick.zamparutti@ars-sante.fr Téléphone

Plus en détail

Vivre avec une maladie chronique

Vivre avec une maladie chronique Vivre avec une maladie chronique «L éducation thérapeutique des patients» A. LACROIX, JPH ASSAI En France 15 millions de personnes soit 20 % de la population souffre de maladies chroniques. Maladie chronique

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 01 INTRODUCTION Introduction Thème des recommandations Ces recommandations

Plus en détail

EPP : Définitions et méthodes. Dr Jean-Michel ORIOL Séminaire «Pied diabétique» Domaine de Rajat 27 mars 2014

EPP : Définitions et méthodes. Dr Jean-Michel ORIOL Séminaire «Pied diabétique» Domaine de Rajat 27 mars 2014 EPP : Définitions et méthodes Dr Jean-Michel ORIOL Séminaire «Pied diabétique» Domaine de Rajat 27 mars 2014 Définitions La démarche de l évaluation des Pratiques Professionnelles consiste en l analyse

Plus en détail

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement Contexte des réformes Hôpital 2007 DHOS La qualité des soins (OMS) «Que chaque patient reçoive la combinaison d actes diagnostiques

Plus en détail

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens Place prépondérante de l infirmière du dispositif d annonce en cancérologie dans la prise en compte de la santé sexuelle du patient Par Camille Labille Som IDE 6éme Congrès national des réseaux de cancérologie

Plus en détail

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS Françoise BARD, infirmière hygiéniste, Dr Agnès LASHERAS-BAUDUIN Praticien Hospitalier Service Hygiène hospitalière UG

Plus en détail

CARNET DE STAGE EVALUATION DU STAGIAIRE PAR L ORGANISME D ACCUEIL M1 M2

CARNET DE STAGE EVALUATION DU STAGIAIRE PAR L ORGANISME D ACCUEIL M1 M2 Mention Psychologie - MASTER NEUROPSYCHOLOGIE UE STAGE 2015-2016 CARNET DE STAGE EVALUATION DU STAGIAIRE PAR L ORGANISME D ACCUEIL M1 M2 Cette fiche d évaluation du stagiaire est un support d échange avec

Plus en détail

Quelle place pour l interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de tortures?

Quelle place pour l interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de tortures? COLLOQUE LA ROCHELLE 25 JUIN 2012 Quelle place pour l interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de tortures? «L INTERPRETE, CO-INTERVENANT DANS LE DISPOSITIF DE SOIN» I. Introduction

Plus en détail

CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS

CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS Ce document est établi entre les structures d accueil et l Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Il formalise les engagements des deux parties à l égard de

Plus en détail

Conférence Serious Game et pédagogie

Conférence Serious Game et pédagogie Expérimentation de 3D Virtual Operating Room : un jeu multijoueur dans un bloc opératoire virtuel à l école des infirmiers anesthésistes de Toulouse Conférence Serious Game et pédagogie Catherine.lelardeux@univ-jfc.fr

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION

ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION Les services de réanimation sont un espace de crise où se projette avec violence tout l irrationnel des familles dont l exigence idéalisée est à la mesure de leur

Plus en détail

Programme destiné aux salariés, aux chefs d entreprises et aux travailleurs indépendants

Programme destiné aux salariés, aux chefs d entreprises et aux travailleurs indépendants Programme destiné aux salariés, aux chefs d entreprises et aux travailleurs indépendants Ce programme innovant proposé par le GEFLUC s inscrit dans le cadre du Plan Cancer 2014-2019 dont l un des axes

Plus en détail

EPP /DPC. Vincent PIRIOU Université Claude Bernard Lyon 1 Centre Hospitalier lyon Sud Hospices Civils de lyon

EPP /DPC. Vincent PIRIOU Université Claude Bernard Lyon 1 Centre Hospitalier lyon Sud Hospices Civils de lyon EPP /DPC Vincent PIRIOU Université Claude Bernard Lyon 1 Centre Hospitalier lyon Sud Hospices Civils de lyon Le développement professionnel continu a pour objectifs l évaluation des pratiques professionnelles,

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Ensemble, améliorons la qualité en santé

Ensemble, améliorons la qualité en santé Ensemble, améliorons la qualité en santé Plénière 2 Sécurité du patient, des enjeux à partager Président de séance Jacques Saury, Président, CISS Aquitaine Modérateur Jean-François Thébaut, Membre du Collège,

Plus en détail

4 ème Journée des soignants en cancérologie Jeudi 8 Octobre 2015 Amélioration de la prise en charge des patients en cancérologie

4 ème Journée des soignants en cancérologie Jeudi 8 Octobre 2015 Amélioration de la prise en charge des patients en cancérologie 1 4 ème Journée des soignants en cancérologie Jeudi 8 Octobre 2015 Amélioration de la prise en charge des patients en cancérologie 2 Le chemin clinique dans le cadre de l EPP : véritable outil de management

Plus en détail

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines :

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines : Enquête Famille Le contexte : Le Centre Ressource Handicap Psychique des Pays de la Loire participe à développer une réflexion collective régionale sur l évolution de la place des familles dans le soin

Plus en détail

Pratiquer l Education Thérapeutique du Patient

Pratiquer l Education Thérapeutique du Patient 2014 Pratiquer l Education Thérapeutique du Patient Formation de 42 heures en éducation thérapeutique du patient pour les praticiens de l ETP En externe En interne PARTENAIRES DE LA FORMATION Partenaires

Plus en détail

Monter un programme de Développement Professionnel Continu (DPC) en simulation

Monter un programme de Développement Professionnel Continu (DPC) en simulation C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Diplôme Universitaire de Simulation en Santé Janvier 2014 Monter un programme de Développement Professionnel Continu (DPC) en

Plus en détail

COREVIH Ile de France Centre

COREVIH Ile de France Centre A. Simon, S. Consoli, M. Laprevotte, A.M. Ané, A. Afroun N. Edeb, M. Saulnier, S. Dionou, S. Herson Médecine Interne Pr S. Herson COREVIH Ile de France Centre Pôle Immuno-Infectieux-Inflammatoire Médecine

Plus en détail

Gestion des risques associés aux soins : une priorité pour la sécurité des patients

Gestion des risques associés aux soins : une priorité pour la sécurité des patients Gestion des risques associés aux soins : une priorité pour la sécurité des patients Dr Valerie Salomon, chef du bureau PF2 qualité et sécurité des soins Direction générale de l offre de soins La loi HPST

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

Les outils de simulation

Les outils de simulation Les outils de simulation Elisabeth Laprugne-Garcia Riphh Nord Lyon 9/12/2016 HISTORIQUE Existe sous l impulsion des militaires, de l aviation, de la médecine Initiation en Anesthésie-Réanimation- Urgences

Plus en détail

Un guide pour la mise en œuvre de la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé

Un guide pour la mise en œuvre de la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé Un guide pour la mise en œuvre de la gestion des risques associés aux soins Dr P.Roussel (SEVAM) 3ème rencontre des métiers de la santé 27 mai 2011 Un guide pour la mise en œuvre de la gestion des risques

Plus en détail

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

Justification du choix. Cadre de travail. Contexte. La survenue d un EIGAS : ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM!

Justification du choix. Cadre de travail. Contexte. La survenue d un EIGAS : ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM! Justification du choix ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM! Analyse d un EIGAS aux urgences gynécologiques La survenue d un EIGAS : Le RSI du SAU signale à l EOHH et à la GDR le cas d une patiente

Plus en détail

Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée

Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée Accueil du résident par l infirmier à l entrée dans l institution Nîmes,27/09/2012 Intervenants: Me Callejon M. Infirmière CHU Nîmes M. Largo Torres,

Plus en détail

Monter un programme de DPC en simulation

Monter un programme de DPC en simulation Attestation / DIU de Simulation en Santé 2016/2017 Monter un programme de DPC en simulation Un exemple : annonce du dommage lié aux soins Dr Marie Christine Moll Gestionnaire de risques Coordonnateur SRAE

Plus en détail

Dr M.C. Pocquet - Dr S. Drouard CH Pithiviers - Loiret - France

Dr M.C. Pocquet - Dr S. Drouard CH Pithiviers - Loiret - France Evaluation des pratiques professionnelles : Iatrogénie médicamenteuse en EHPAD / USLD : un outil pragmatique de réévaluation médicamenteuse des traitements des patients/résidents Dr M.C. Pocquet - Dr S.

Plus en détail

Formation à l entretien prénatal précoce

Formation à l entretien prénatal précoce Formation à l entretien prénatal précoce Session 2013 Vannes L ENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE: POUR QUI, POURQUOI, COMMENT? LES TEXTES FONDATEURS Le plan Périnatalité 2005-2007 La circulaire DGOS juillet 2005

Plus en détail

Se réunir pour mieux comprendre et prévenir

Se réunir pour mieux comprendre et prévenir La RMM en psychiatrie : Se réunir pour mieux comprendre et prévenir Cécile Yemenjan, Responsable Qualité Gestion des Risques Centre Psychothérapique Nord Dauphiné, Bourgoin-Jallieu 1 Introduction: de quoi

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN CREX MEDICAMENTS AU CESAME

MISE EN PLACE D UN CREX MEDICAMENTS AU CESAME MISE EN PLACE D UN CREX MEDICAMENTS AU CESAME Brigitte MARONGIO, cadre supérieur de santé Virginie MORIN, ingénieur qualité et coordonnateur des risques Béatrice ROUSSET, pharmacien Version du 14 mai 2013

Plus en détail

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Organisation et mise en place de l éducation thérapeutique au sein d une structure Dans

Plus en détail

PARCOURS de SOINS. Cours de septembre 2013 par F. Tardy

PARCOURS de SOINS. Cours de septembre 2013 par F. Tardy PARCOURS de SOINS Cours de septembre 2013 par F. Tardy Parcours de soins (rappels) Vision globale de la prise en charge d un groupe de patients présentant le même type de prise en charge Il fait apparaître

Plus en détail

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE.

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Le travail de liaison, nos missions Détection des patients à risque de déclin fonctionnel.

Plus en détail

16/03/2015 Catherine Béthencourt - Cadre Infirmier - Intersecteur de Psychiatrie Infanto-Juvénile - USSAP - ASM 1

16/03/2015 Catherine Béthencourt - Cadre Infirmier - Intersecteur de Psychiatrie Infanto-Juvénile - USSAP - ASM 1 16/03/2015 Catherine Béthencourt - Cadre Infirmier - Intersecteur de Psychiatrie Infanto-Juvénile - USSAP - ASM 1 16/03/2015 Catherine Béthencourt - Cadre Infirmier Intersecteur de Psychiatrie Infanto-Juvénile

Plus en détail

CONCEPT DE SOIN. Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie

CONCEPT DE SOIN. Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie CONCEPT DE SOIN Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie 1 Objectifs du cours Identifier le concept de soin Expliquer

Plus en détail

Médiation et droits du patient

Médiation et droits du patient Médiation et droits du patient 6 ème journée de formation du Département de Médecine Critique du CHU Brugmann 22 novembre 2011 T. Jendrejac et E. Born Fonction Qualité et Médiation M Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

L infirmier de recherche clinique

L infirmier de recherche clinique L infirmier de recherche clinique DIU FARC Séminaire 4 I.BROUSSOLES-GOUDIN 29 Janvier 2015 Les missions de l hôpital public Le soin L enseignement et la formation La recherche = Mission de l infirmier

Plus en détail

Les porteurs de voix. Les voies d écoute

Les porteurs de voix. Les voies d écoute Les voix et les voies de l usager : «Figures de la démocratie sanitaire et médico-sociale» Les droits des malades et les lois de 2002 L'accès aux soins et le respect du patient L'information et le consentement

Plus en détail

Atelier 1 : Mise en place d'un continuum intégré en cancérologie

Atelier 1 : Mise en place d'un continuum intégré en cancérologie Atelier 1 : Mise en place d'un continuum intégré en cancérologie Pierre Paul Milette DGA Santé physique et DSM CIUSSS Centre-Sud- de l Île-de-Montréal Suzanne Leroux inf Bsc chef d unité de soins hémato

Plus en détail

Définition. Les grands principes

Définition. Les grands principes Le Patient traceur Les grands principes Définition diagnostic global de la qualité et de la sécurité de la prise en charge dans un temps limité, en identifiant des points positifs et des points à améliorer

Plus en détail

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE FICHE DE POSTE : INFIRMIER EN EQUIPE D'APPUI DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS Famille : SOINS Métier : INFIRMIER EN SOINS GENERAUX Quotité du poste : Temps complet Rédacteur(s) : A.FEUILLATRE- MORNAY

Plus en détail

Retour d expérience. Note de recherche et travail de fin d études

Retour d expérience. Note de recherche et travail de fin d études Retour d expérience Note de recherche et travail de fin d études UE 3.4.S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6.S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

Plus en détail

RISQUE PSYCHO-SOCIAL DANS LES ETABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX

RISQUE PSYCHO-SOCIAL DANS LES ETABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX RISQUE PSYCHO-SOCIAL DANS LES ETABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX Témoignage d une Association gestionnaire sur les actions de prévention entreprises au sein de ses dispositifs Institutionnels 1 Tous les Etablissements

Plus en détail

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX Formation d Aide Soignant La rentrée a lieu la première semaine du mois de septembre. La durée de la formation est de 41 semaines soit 1435 heures d enseignement théorique et clinique en institut de formation

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques d implication des patients dans les CHU de Nantes et Rennes: Enquête auprès des professionnels de santé

Etat des lieux des pratiques d implication des patients dans les CHU de Nantes et Rennes: Enquête auprès des professionnels de santé Etat des lieux des pratiques d implication des patients dans les CHU de Nantes et Rennes: Enquête auprès des professionnels de santé Pr Leïla Moret Lucie Malloggi (ISP) Dr Pascal Jarno Yoann Mallet (ISP)

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE

CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE DR YVES AKAPO médecin urgentiste référent en traumatologie Laetitia AUDOUX IDE référente douleur (DU douleur) Marras Jean-Michel Cadre de Santé (DU douleur

Plus en détail

Participation des usagers à la gestion des risques infectieux. René Amalberti

Participation des usagers à la gestion des risques infectieux. René Amalberti Participation des usagers à la gestion des risques infectieux René Amalberti Un regard sur le vocabulaire Une grande polysémie des mots, Malade, Patient, Entourage, Famille, Parents, Proches, Personne

Plus en détail

PROFIL DE POSTE COORDONNATEUR DE LA GESTION DES RISQUES ASSOCIES AUX SOINS

PROFIL DE POSTE COORDONNATEUR DE LA GESTION DES RISQUES ASSOCIES AUX SOINS Intitulé du poste : COORDONNATEUR DE LA GESTION DES RISQUES ASSOCIES AUX SOINS Date de création du profil : 08/11/2012 Date de la dernière mise à jour : 15/12/2016 SERVICE DE RATTACHEMENT Nom du service

Plus en détail

L ERREUR EST UN TRÉSOR À EXPLOITER

L ERREUR EST UN TRÉSOR À EXPLOITER L ERREUR EST UN TRÉSOR À EXPLOITER...Il faut déculpabiliser les professionnels Adopter la culture positive de la gestion des risques INTRODUCTION Les établissements de santé sont,de fait, confrontés à

Plus en détail

LE RECUEIL DE DONNEES. 18/10/2011 Stéphanie JORAND

LE RECUEIL DE DONNEES. 18/10/2011 Stéphanie JORAND LE RECUEIL DE DONNEES OBJECTIFS L étudiant en soins infirmiers sera capable de/d : Identifier les objectifs du recueil de données Repérer les différents types de données à recueillir Identifier les critères

Plus en détail

CHARTE DE L ENCADREMENT. UE 3.5 S4 C10 : «Encadrement des professionnels de soins»

CHARTE DE L ENCADREMENT. UE 3.5 S4 C10 : «Encadrement des professionnels de soins» CHARTE DE L ENCADREMENT UE 3.5 S4 C10 : «Encadrement des professionnels de soins» OBJET Elaboration d un projet institutionnel Référence commune à l ensemble des professionnels qui encadrent Etablissements

Plus en détail

Application de la loi HPST. et psychoéducation

Application de la loi HPST. et psychoéducation Application de la loi HPST et psychoéducation Isabelle De Beauchamp Pharmacien UTET Centre Hospitalier Alpes Isère 1 Quelques dates : Définition de l ETP par l OMS en 1998 2001 : «plan national d éducation

Plus en détail

Fiche de consentement éclairé à destination des patients

Fiche de consentement éclairé à destination des patients Fiche de consentement éclairé à destination des patients Le consentement éclairé du patient Pour le praticien responsable de la prise en charge, le principe du consentement éclairéimplique la mise en œuvre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI147

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI147 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI147 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Appui à l élaboration d un plan d expansion et de transition en matière

Plus en détail