Modélisation de la dépendance entre les garanties applicables en assurance automobile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modélisation de la dépendance entre les garanties applicables en assurance automobile"

Transcription

1 RICHARD VERMETTE Modélisation de la dépendance entre les garanties applicables en assurance automobile Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l Université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en statistique pour l obtention du grade de Maître ès sciences (M.Sc.) FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC 2011 c Richard Vermette, 2011

2 Résumé Dans un portefeuille d assurance automobile, différents types de réclamations peuvent survenir pour chaque police en vigueur. En cas de collision entre deux véhicules, l assuré peut déposer une réclamation pour dommages corporels et matériels à luimême et à autrui. Traditionnellement, ces types de risques ont été considérés comme indépendants afin d en faciliter la modélisation stochastique. Dans la pratique, on observe toutefois une dépendance entre les montants de ces réclamations dont il importe de tenir compte pour mieux quantifier le risque global du portefeuille. Frees et Valdez (2008) ont proposé un modèle permettant de considérer certaines dépendances entre les fréquences et les sévérités des garanties impliquées dans les réclamations d une même police d assurance. Dans ce mémoire, deux structures de modèles inspirées de celle de Frees et Valdez (2008) sont proposées pour modéliser les sinistres d un portefeuille d assurance automobile de l Ontario. L ajustement des modèles est réalisé par la méthode de vraisemblance maximale ainsi que par une approche bayésienne.

3 Avant-propos Je tiens tout d abord à remercier mon directeur de recherche, M. Thierry Duchesne, professeur au Département de mathématiques et de statistique de l Université Laval, ainsi que mon co-directeur, M. Christian Genest, professeur au Département de mathématiques et de statistique de l Université McGill, pour leur disponibilité, mais aussi pour toute l aide et le soutien qui ont été nécessaires à la réalisation de ce projet. Je tiens spécialement à remercier M. Duchesne pour la qualité de ses conseils dans ce projet et dans la rédaction de ce mémoire, mais aussi pour avoir partagé tant d enrichissantes discussions au cours de la dernière année. J aimerais aussi remercier mes superviseurs de la compagnie d assurance, M. Étienne Plante-Dubé et M. Danaïl Davidov, qui m ont permis d apprendre énormément dans le domaine de l assurance et qui m ont aussi très bien guidé lors de la réalisation de ce projet. Je tiens d ailleurs à remercier Danaïl pour toutes les heures où nous avons échangé des courriels afin de discuter du projet. Un merci spécial à M. Mathieu Francœur qui a contribué au projet en apportant des informations et des suggestions qui furent très utiles dans sa conception et sa réalisation. Mes remerciements vont aussi au Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (FQRNT), au fonds de subvention MITACS Accélération, ainsi qu à l Université Laval pour les fonds octroyés à la réalisation de ce projet. Finalement, je suis reconnaissant envers ma fiancée Lucie et toute ma famille pour leur soutien et leur amour qui ont été une motivation supplémentaire à la réussite de ce projet et de mes études.

4 Table des matières Résumé Avant-Propos Table des matières Liste des tableaux Liste des figures ii iii vi ix xi 1 Introduction Problématique Objectifs du projet Revue de la littérature Structure des données Modèle Composante 1 : Fréquence des demandes d indemnisation Composante 2 : Type de réclamations effectuées lors des demandes d indemnisation Composante 3 : Sévérité des montants pour chaque type de réclamation Analyses préliminaires Provenance des données Covariables préliminaires Variables dépendantes d intérêt Utilisation de la fréquence des demandes d indemnisation Autres détails sur le jeu de données Logiciel utilisé pour le projet Analyses préliminaires de la dépendance Modélisation de la dépendance entre les sévérités Modélisation de la dépendance entre les fréquences

5 v Modélisation de la fréquence étant donné la sévérité Modélisation de la sévérité étant donné la fréquence Imputation de données Résumé des analyses préliminaires Structure des modèles Structure hybride Choix de la loi pour les modèles de sévérité Loi multinomiale Sélection des covariables Utilisation du modèle hybride dans la pratique actuarielle Structure hiérarchique Régression logistique Utilisation du modèle hiérarchique dans la pratique actuarielle Résultats des analyses Structure hybride Modèle de tarification Modèle d indemnisation Structure hiérarchique Analyses bayésiennes Modèle Résultats de l ajustement Reproduction d un portefeuille Conclusion 73 Bibliographie 75 A Autres résultats des analyses préliminaires 78 A.1 Résultats de la régression logistique A.2 Résultats complémentaires de l analyse de la variance A.3 Résultats complémentaires sur la dépendance des montants de sévérité 80 A.4 Histogrammes des montants de sévérité B Théorie : Imputation multiple 87 C Résultats de l ajustement des modèles 89 C.1 Résultats du choix des modèles de sévérité C.2 Résultats pour les modèles logistiques D Résultats des analyses 92

6 vi D.1 Structure hybride D.1.1 Modèle de tarification D.1.2 Modèle d indemnisation D.2 Structure hiérarchique E Échantillonneur de Gibbs 107 F Résultats de l analyse bayésienne 109

7 Liste des tableaux 2.1 Covariables utilisées lors de l ajustement des modèles pour la composante de la fréquence Combinaison possible de chaque type de réclamation Définition de chaque type de réclamation Covariables préliminaires à considérer dans le projet Explication des garanties considérées Mesures de dépendance entre les sévérités des garanties Tests sur les rapports de cotes Moyenne des montants de chaque garantie selon le type de garanties réclamées lors d un même accident Estimation des paramètres de la régression logistique de la fréquence de la garantie AB en fonction du montant de dommages matériels DOMM Effets significatifs de la fréquence des garanties sur le montant de dommages AB par une analyse de la variance Combinaisons possibles des types de réclamation pour les analyses de ce projet Moyenne des montants de chaque garantie selon le type de garanties réclamées lors d un même accident : Retrait de la garantie TPL-PD Distributions considérés pour l ajustement des modèles de sévérité Coefficients estimés pour le modèle de sévérité des dommages matériels pour la covariable relative à l âge du conducteur principal assuré Variation des coefficients du modèle multinomial en considérant la probabilité de deux modalités fixées Covariables utilisées lors de l ajustement du modèle bayésien Comparaison des valeurs prédites de la valeur totale des indemnités versées selon la première approche avec les valeurs observées des 1000 portefeuilles Comparaison des valeurs prédites de la valeur totale des indemnités versées selon la deuxième approche avec les valeurs observées des 1000 portefeuilles

8 viii A.1 Estimation des paramètres de la régression logistique de la fréquence de la garantie TPL-BI en fonction du montant de dommages matériels DOMM 78 A.2 Estimation des paramètres de la régression logistique de la fréquence de la garantie TPL-PD en fonction du montant de dommages matériels DOMM A.3 Effets de la fréquence des garanties sur le montant de dommages DOMM par une analyse de la variance A.4 Effets de la fréquence des garanties sur le montant de dommages BI par une analyse de la variance C.1 Résultats de l ajustement des distributions considérées pour le modèle de sévérité des dommages matériels C.2 Résultats de l ajustement des distributions considérées pour le modèle de sévérité des blessures corporelles D.1 Explication des covariables utilisées dans les modèles présentés D.2 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle de sévérité de dommages matériels du véhicule assuré (garantie DOMM) pour la structure hybride de tarification selon la méthode du maximum de vraisemblance D.3 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle multinomial pour la structure hybride de tarification selon la méthode du maximum de vraisemblance D.4 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle de sévérité des blessures corporelles subies par l assuré (garantie AB) pour la structure hybride de tarification selon la méthode du maximum de vraisemblance 96 D.5 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle de sévérité des dommages matériels du véhicule assuré (garantie DOMM) pour la structure hybride d indemnisation selon la méthode du maximum de vraisemblance D.6 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle multinomial pour la structure hybride d indemnisation selon la méthode du maximum de vraisemblance D.7 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle de sévérité pour les blessures corporelles subies par l assuré (garantie AB) pour la structure hybride d indemnisation selon la méthode du maximum de vraisemblance D.8 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle logistique expliquant la présence d une réclamation pour les blessures corporelles subies par l assuré (garantie AB) pour la structure hiérarchique d indemnisation selon la méthode du maximum de vraisemblance

9 ix D.9 Résultats partiels de l estimation des paramètres du modèle de sévérité pour les blessures corporelles subies par l assuré (garantie AB) pour la structure hiérarchique d indemnisation selon la méthode du maximum de vraisemblance F.1 Estimation des paramètres par la méthode bayésienne et par la méthode du maximum de vraisemblance pour le modèle de sévérité des dommages matériels du véhicule assuré F.2 Estimation des paramètres par la méthode bayésienne et par la méthode du maximum de vraisemblance pour la loi multinomiale

10 Liste des figures 4.1 Structure du modèle hybride Structure du modèle hiérarchique A.1 Graphique des rangs pour les sévérités des garanties AB et DOMM.. 80 A.2 Graphique des rangs pour les sévérités des garanties TPL-PD et DOMM 81 A.3 Graphique des rangs pour les sévérités des garanties TPL-BI et AB.. 82 A.4 Histogramme des montants de sévérité des dommages matériels A.5 Histogramme des montants de sévérité des blessures à la personne assurée sachant qu il n y a pas de réclamation pour des blessures à une tierce personne A.6 Histogramme des montants de sévérité des blessures à la personne assurée sachant qu il y a aussi une réclamation pour des blessures à une tierce personne A.7 Histogramme des montants de sévérité des blessures à une tierce personne sachant qu il n y a pas de réclamation pour des blessures à la personne assurée A.8 Histogramme des montants de sévérité des blessures à une tierce personne sachant qu il y a aussi une réclamation pour des blessures à la personne assurée A.9 Histogramme des montants de sévérité des dommages matériels avec la densité estimée de la loi gamma C.1 Courbe ROC obtenue pour le modèle logistique concernant la présence d une réclamation pour les blessures corporelles à l assuré D.1 Valeurs observées et prédites du montant de sévérité des dommages matériels par le modèle hybride de tarification pour la population classée selon l âge D.2 Différentiels du montant de sévérité des dommages matériels par le modèle hybride de tarification pour la population classée selon l âge D.3 Valeurs observées et prédites de la probabilité de la présence d une réclamation pour la garantie AB et d une réclamation pour la garantie BI par le modèle hybride de tarification pour la population classée selon l âge. 98

11 D.4 Différentiels de la probabilité de la présence d une réclamation pour la garantie AB et d une réclamation pour la garantie BI par le modèle hybride de tarification pour la population classée selon l âge D.5 Valeurs observées et prédites du montant de sévérité des dommages matériels par le modèle hybride d indemnisation selon le pourcentage de responsabilité D.6 Différentiels du montant de sévérité des dommages matériels par le modèle hybride d indemnisation selon le pourcentage de responsabilité D.7 Valeurs observées et prédites de la probabilité de la présence d une réclamation pour la garantie AB et d une réclamation pour la garantie BI par le modèle hybride d indemnisation selon le pourcentage de responsabilité. 103 D.8 Différentiels de la probabilité de la présence d une réclamation pour la garantie AB et d une réclamation pour la garantie BI par le modèle hybride d indemnisation selon le pourcentage de responsabilité D.9 Valeurs observées et prédites de la probabilité de la présence d une réclamation pour la garantie AB par le modèle hiérarchique d indemnisation selon le pourcentage de dommages matériels réclamés par rapport à la valeur actuelle du véhicule D.10 Différentiels de la probabilité de la présence d une réclamation pour la garantie AB par le modèle hiérarchique d indemnisation selon le pourcentage de dommages matériels réclamés par rapport à la valeur actuelle du véhicule xi

12 Chapitre 1 Introduction Le domaine de l assurance en est un où la recherche de nouvelles méthodes est omniprésente afin d améliorer et de peaufiner les pratiques actuelles dans le but d attirer de nouveaux clients, mais aussi de convaincre les anciens clients de renouveler leurs assurances au sein de la même compagnie. En général, ce qui va attirer les clients à demander une soumission d une compagnie d assurances, c est sa renommée. Les clients potentiels sont aussi attirés par les stratégies de marketing des compagnies, notamment par le truchement de la télévision, de la radio ou d Internet. Il y a aussi toutes les nouvelles applications en ligne qui permettent de soumettre rapidement une demande d assurances, et depuis peu, les compagnies commencent à offrir ces applications sur les cellulaires intelligents comme le iphone et les BlackBerry afin de rejoindre une plus vaste clientèle. Toutefois, on oublie souvent que derrière toutes ces nouvelles publicités et applications, c est la recherche actuarielle qui permet aux compagnies d assurances d être à la fois compétitives avec des tarifs concurrentiels et à l abri de la faillite. Ces efforts constants permettent à chaque compagnie d assurances d améliorer sa compétitivité dans un marché où il est difficile de faire sa place. La recherche permet aussi à la compagnie d assurances de s assurer qu elle prend les dispositions nécessaires pour faire face aux imprévus et qu elle dispose des réserves monétaires suffisantes pour pallier aux différents problèmes qui peuvent se présenter. Dans le cadre de ce projet, notre intérêt s est porté vers l assurance automobile. Chaque compagnie connaît l importance de bien cibler les personnes qui sont susceptibles d avoir un accident et de déposer une réclamation auprès de l assureur. De plus, lorsqu un accident se produit, il est important pour l assureur de bien évaluer les coûts qui seront associés à l indemnisation de l assuré. En ciblant les différents groupes à

13 Chapitre 1. Introduction 2 risque, la compagnie peut alors offrir des tarifs avantageux aux groupes de personnes présentant un risque moins élevé. Aux personnes jugées plus à risque, l assureur pourra offrir un tarif plus élevé que la moyenne ou tout simplement refuser de les assurer. L objectif de ce projet est de cibler ces différents groupes de personnes afin que l assureur puisse prendre connaissance des risques qui leur sont liés et instaurer les mesures appropriées. 1.1 Problématique Au Québec, l assurance automobile est en partie gérée par les assureurs privés et par le gouvernement via la Société d assurance automobile du Québec (SAAQ). La SAAQ s occupe de l indemnisation des blessures corporelles subies lors d un accident, alors que les compagnies d assurances s occupent de l indemnisation des dommages matériels aux véhicules assurés. Toutefois, dans le reste du Canada, la situation est différente. Par exemple, en Ontario, il n y a aucune indemnisation offerte par une société d état pour les blessures corporelles subies dans un accident de la route. Ce sont donc les compagnies d assurances qui ont le mandat de régler le total de la facture pour les dommages matériels et corporels. Pour ces derniers, on inclut les différents dédommagements relatifs aux blessures subies, soit le remplacement de salaire de l assuré, une indemnisation pour vices corporels (cicatrice ou toute marque apparente), le remboursement de frais afférents à la blessure (location de béquilles ou d un fauteuil roulant, etc.), ainsi que toute autre réclamation relative aux blessures subies lors de l accident. Pour les compagnies d assurances, il est donc primordial d élaborer des modèles de prévision fiables pour les différents types de réclamations qui peuvent se produire. Les compagnies possèdent généralement des informations très détaillées pour les réclamations de dommages matériels, car on connaît les caractéristiques de l assuré et de son véhicule. L indemnité ne peut d ailleurs jamais dépasser un certain seuil qui est généralement la valeur actuelle du véhicule assuré. Pour ce qui est des dommages corporels, les montants de réclamation sont plus difficiles à prédire. L indemnité peut dépendre d une multitude de facteurs, surtout pour les cas où une personne est blessée grièvement lors de l accident. Par exemple, si l assuré ne peut retourner travailler suite à l accident, il y aura notamment une indemnité de remplacement de salaire qui dépendra de la durée de l absence, du salaire de l assuré, etc.

14 Chapitre 1. Introduction Objectifs du projet Ce mémoire résume les analyses effectuées dans le cadre d un projet de recherche subventionné par l organisme MITACS et réalisé en collaboration avec une compagnie d assurances canadienne. Dans ce projet, plusieurs modèles ont été envisagés afin de bien répondre à la problématique exposée. Ces modèles ont été construits à partir d une structure hiérarchique proposée par Frees et Valdez (2008) dont un résumé sera présenté au chapitre 2. Ce modèle permet d incorporer la corrélation qui peut exister entre les sévérités et les fréquences des réclamations pour différentes garanties présentes dans une police d assurances. Le premier objectif de ce mémoire est d ajuster cette structure à la banque de données d assurance automobile de la compagnie en Ontario. Si la structure proposée par Frees et Valdez s avère inadéquate, quelques modifications y seront apportées afin qu elle soit la plus représentative possible. Afin de valider l utilisation de la structure de Frees et Valdez, certaines analyses préliminaires seront présentées au chapitre 3. À partir de celles-ci, il sera alors plus facile de proposer des structures de modèles qui sont appropriées à notre problématique. Les différentes structures utilisées dans le projet sont décrites au chapitre 4, où la théorie sous-jacente aux différents modèles proposés sera exposée. De plus, une liste des différentes applications actuarielles de ces modèles sera présentée. Les résultats concrets obtenus à partir des modèles seront présentés au chapitre 5. Le deuxième objectif du mémoire consiste à appliquer une approche bayésienne appropriée pour l une des structures utilisées dans ce projet. Le but est de développer un algorithme de simulation par chaîne de Markov afin d obtenir les lois a posteriori et prédictives applicables à la base de données de l Ontario. Cette approche bayésienne, ainsi que la théorie s y rattachant, est expliquée au chapitre 6.

15 Chapitre 2 Revue de la littérature Il existe une multitude de modèles actuariels permettant d obtenir des prévisions fiables des montants de futures réclamations à partir de différentes observations faites sur un assuré. Parmi les informations utiles aux modèles actuariels, on retrouve notamment les caractéristiques de l assuré (âge, sexe, etc.), les caractéristiques du véhicule assuré (marque et modèle du véhicule, cylindrée du moteur, etc.), le type d assurance, ainsi que les réclamations effectuées dans le passé. Ces différentes observations sont souvent connues pour chaque année de validité du contrat d assurance. Le modèle qui sert de base à l élaboration de ce projet est celui proposé par Frees et Valdez (2008). Ces auteurs se sont intéressés aux trois types de réclamations qui peuvent être effectuées dans le cadre d une demande d indemnisation, soient : les blessures à une tierce partie ; les dommages subis par l assuré, ce qui inclut les blessures de l assuré, les dommages subis par le véhicule de l assuré, l incendie du véhicule, le vol du véhicule ; les dommages causés à une propriété (véhicule, etc.) appartenant à une tierce partie. Leur objectif était d établir un modèle qui permette de prédire un montant pour chaque type de garantie impliquée. Par comparaison, les modèles traditionnels visent seulement à fournir une prévision du montant global de la réclamation, c est-à-dire la somme des garanties impliquées. Pour atteindre leur but, Frees et Valdez ont proposé de travailler avec un modèle hiérarchique à trois composantes qui correspondent respectivement à la fréquence, au type et à la sévérité des réclamations.

16 Chapitre 2. Revue de la littérature 5 Les données utilisées par Frees et Valdez proviennent du Bureau de l Assurance Générale (GIA) de Singapour. Il s agit d une organisation regroupant la majorité des compagnies d assurances générales de cette région. Les observations utilisées proviennent de chaque police d assurance qui était valide entre les mois de janvier 1993 et décembre 2001, soit une période de neuf ans. Les observations proviennent de trois bases de données : les polices d assurance, les dossiers de réclamations et les dossiers d indemnisation. Les dossiers des polices d assurance permettent de connaître les différentes caractéristiques du véhicule et de l assuré, ainsi que la période où l assurance a été valide. Les dossiers de réclamations permettent d obtenir le nombre d accidents pour lesquels l assuré a effectué une réclamation. Finalement, les dossiers d indemnisation permettent de connaître les montants payés pour chaque type de réclamation. Frees et Valdez n ont considéré que les polices d assurance où seul un véhicule était assuré. Ceci représente environ 90% des polices d assurance de l ensemble des compagnies étudiées. Donc, l unité d observation pour leurs analyses était un véhicule assuré par l une des neuf compagnies d assurances pendant une année comprise entre 1993 et Afin de s assurer que chaque type de réclamation était possible pour chaque demande d indemnisation, seules les polices d assurance comprenant une couverture complète ont été considérées ; une couverture complète comprend une assurance pour chaque type de réclamation, tandis qu une couverture partielle peut ne couvrir que les dommages commis à une tierce partie. 2.1 Structure des données Pour faciliter la compréhension des données, nous employons la même notation que Frees et Valdez (2008). Tout d abord, chaque véhicule admissible assuré par la compagnie d assurances est dénoté par i et chaque année entre 1993 et 2001 par t. Pour chaque unité d observation it, les différentes variables réponses observées sont les suivantes : N it, le nombre de demandes d indemnisation effectuées durant l année t pour le véhicule i ; M it,j, le type de réclamation pour chaque demande d indemnisation, j = 1,...,N it ; C it,jk, le montant de chaque type de réclamation, k = 1,2,3 et pour chaque demande d indemnisation, j = 1,...,N it. Lorsqu une demande d indemnisation est déposée, elle peut être constituée d une seule réclamation ou d une combinaison de plusieurs types de réclamations. Comme il

17 Chapitre 2. Revue de la littérature 6 y a trois types de réclamations dans les données considérées par Frees et Valdez, il y a sept possibilités différentes de combinaisons de ces types, à savoir : les trois types de réclamations individuelles, trois combinaisons formées par deux types de réclamations, et la combinaison regroupant les trois types de réclamations. Un autre aspect important que Frees et Valdez ont relevé dans leur base de données est la présence d une franchise pour la réclamation des dommages subis par l assuré. En effet, lors d une demande d indemnisation, le montant réclamé pour les pertes subies par l assuré peut être inférieur à la valeur de la franchise. Frees et Valdez ont donc défini C it,2k comme étant le montant excédant la franchise d it, et celui-ci est posé égal à zéro si le montant de la réclamation est inférieur à la valeur de la franchise. Par conséquent, le montant de la réclamation pour les pertes subies par l assuré est une variable censurée par la valeur 0. De plus, toutes les caractéristiques du véhicule assuré, ainsi que celles de la personne assurée, sont contenues dans le vecteur x it où x it = (x it1,..., x itp ). Une autre variable importante du jeu de données est la durée d exposition du véhicule à risque pendant une année donnée. Cette variable, dénotée e it, est mesurée en fraction d année. L ensemble des informations contenues dans le jeu de données peut donc être résumé comme suit : {d it, e it, N it, M it, C it, x it ; t = 1,..., T i ; i = 1,..., n}, où M it est un vecteur de N it valeurs identifiant le type de garanties impliquées et C it est la matrice de dimensions 3 N it des montants de chaque type de réclamation de la police i lors de l année t. Si aucune réclamation n a été faite pour la police i lors de l année t, on impute la valeur 0 à M it et C it. La base de données comprend n = véhicules assurés où le i ème véhicule a été observé T i années entre 1993 et 2001 ; un véhicule peut donc avoir été observé pendant un maximum de neuf années. Le jeu de données totalise observations, pour une moyenne de 2.08 observations par véhicule assuré. À l examen du facteur d exposition e it, Frees et Valdez ont conclu que les véhicules étaient observés sur une moyenne de 1.29 années.

18 Chapitre 2. Revue de la littérature Modèle Le modèle utilisé par Frees et Valdez comporte trois composantes. La première sert à établir la fréquence des demandes d indemnisation qui seront effectuées par l assuré dans une année donnée. La deuxième vise à modéliser les types de réclamations qui seront incluses dans la demande d indemnisation effectuée par l assuré. Finalement, la troisième modélise le montant qui sera versé pour chaque type de réclamation de chaque demande d indemnisation déposée par l assuré. On peut donc exprimer la distribution conjointe de ces trois composantes de la façon suivante : f(n, M, C) = f(n) f(m N) f(c M, N), Conjointe = (Fréquence) (Type de réclamations sachant la fréquence) (Sévérité des réclamations sachant leur type et leur fréquence). Frees et Valdez ont analysé chaque composante indépendamment des deux autres. Il peut exister une corrélation entre le nombre de demandes d indemnisation effectuées dans une année, le type de réclamation, ainsi que le montant accordé pour chaque réclamation. Toutefois, cette corrélation n a pas été mesurée et n a pas été prise en compte dans leur analyse. De plus, Frees et Valdez avaient choisi préalablement des covariables, toutes présentes dans le vecteur x, qui étaient communes à la fréquence, aux types et à la sévérité des réclamations. Ceci avait pour but de faciliter la présentation de leur modèle. Toutefois, ils ont décidé de n utiliser, dans chaque composante du modèle, que les covariables qui avaient un effet significatif Composante 1 : Fréquence des demandes d indemnisation Les modèles de prévision de la fréquence des demandes d indemnisation ont fait l objet de multiples analyses dans la littérature actuarielle. Pour leurs analyses des données de Singapour, Frees et Valdez ont décidé d utiliser des modèles standards de dénombrement avec effets aléatoires (Frees, 2004). Parmi les modèles considérés pour cette étude, on retrouve notamment un modèle de Poisson et un modèle binomial négatif, avec ou sans la présence d effets aléatoires.

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

L ASSURANCE AUTOMOBILE DE TOUS LES QUÉBÉCOIS. Adapter son véhicule, c est possible

L ASSURANCE AUTOMOBILE DE TOUS LES QUÉBÉCOIS. Adapter son véhicule, c est possible L ASSURANCE AUTOMOBILE DE TOUS LES QUÉBÉCOIS Adapter son véhicule, c est possible Vous avez été victime d un accident de la route et vous êtes resté avec une incapacité physique qui vous empêche d accéde

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Actuariat I ACT2121. septième séance. Arthur Charpentier. Automne 2012. charpentier.arthur@uqam.ca. http ://freakonometrics.blog.free.

Actuariat I ACT2121. septième séance. Arthur Charpentier. Automne 2012. charpentier.arthur@uqam.ca. http ://freakonometrics.blog.free. Actuariat I ACT2121 septième séance Arthur Charpentier charpentier.arthur@uqam.ca http ://freakonometrics.blog.free.fr/ Automne 2012 1 Exercice 1 En analysant le temps d attente X avant un certain événement

Plus en détail

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES La présente note vise à aider les candidats à bien se préparer au Cours orienté vers la pratique (COP) en leur fournissant des détails

Plus en détail

sur votre crédit Tout connaître et les assurances

sur votre crédit Tout connaître et les assurances sur votre crédit Tout connaître et les assurances Introduction Le principe d équité en assurance de dommages veut que la prime reflète le risque à assurer. Un des critères utilisés par les assureurs de

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

Modalités du programme de remises de la carte Cartomobile MD CIBC à l intention des titulaires de la carte Cartomobile CIBC World MasterCard MC

Modalités du programme de remises de la carte Cartomobile MD CIBC à l intention des titulaires de la carte Cartomobile CIBC World MasterCard MC Modalités du programme de remises de la carte Cartomobile MD CIBC à l intention des titulaires de la carte Cartomobile CIBC World MasterCard MC 1. COMMENT PEUT ON OBTENIR DES REMISES DE LA CARTE CARTOMOBILE?

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Bourses olympiques pour entraîneurs

Bourses olympiques pour entraîneurs Objectifs L objectif de ce programme est de permettre aux entraîneurs officiellement reconnus et actifs dans leur sport, de bénéficier d une formation continue de haut niveau, une expérience et un savoir

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Défi Desjardins Mars 2015

Défi Desjardins Mars 2015 Centre d Expertise en Modélisation et Recherche Défi Desjardins Mars 2015 Table des matières Qui nous sommes Desjardins Groupe d assurances générales (DGAG) Problématique : contexte Objectif Évaluation

Plus en détail

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 1 Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 Le chargé de cours à forfait bénéficie d une protection salariale en cas de maladie ou d accident, entièrement

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

Un outil pour les entreprises en réseau

Un outil pour les entreprises en réseau STRATEGIE COMMERCIALE : LA «MONTGOLFIERE», UN OUTIL D ANALYSE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DES ENTREPRISES EN RESEAU Executive summary La stratégie commerciale mise en place par les points de vente des

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. L assurance auto Allianz

Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. L assurance auto Allianz Pour de plus amples renseignements, votre interlocuteur Allianz est à votre disposition. Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. Allianz I.A.R.D. Entreprise régie par le Code des assurances.

Plus en détail

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. *

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * ? Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * À quel point vous inquiétez-vous que votre état de santé actuel ait une incidence sur votre capacité

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance des véhicules

Ordonnance sur l assurance des véhicules Ordonnance sur l assurance des véhicules (OAV) Modification du 9 décembre 2002 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 20 novembre 1959 sur l assurance des véhicules 1 est modifiée comme suit:

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE VTT Comment choisir les protections d assurance pour votre véhicule tout-terrain

GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE VTT Comment choisir les protections d assurance pour votre véhicule tout-terrain Comment choisir les protections d assurance pour votre véhicule tout-terrain Chasse, pêche ou simple randonnée, le véhicule tout-terrain est utilisé par des milliers d adeptes au Québec. Si l utilisation

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE Table des matières page 1. ÉCHELLE DE BONUS-MALUS 2 1.1. Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 1.2. Responsabilité civile Entrée dans le système bonus-malus

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer?

Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer? Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer? Le présent document a pour but de vous faire connaître le Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec (RRCCUQ)

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Séminaire de Statistique

Séminaire de Statistique Master 1 - Economie & Management Séminaire de Statistique Support (2) Variables aléatoires & Lois de probabilité R. Abdesselam - 2013/2014 Faculté de Sciences Economiques et de Gestion Université Lumière

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

Protection juridique pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit!

Protection juridique pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit! pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit!, oui. Mais seulement dans la mesure où vous en avez vraiment besoin. Parce que votre entreprise est unique, Protekta vous offre

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

franchises Tout sur les Foire aux questions Sinistres Pourquoi les franchises

franchises Tout sur les Foire aux questions Sinistres Pourquoi les franchises Sinistres Tout sur les franchises Foire aux questions Pourquoi les franchises Incidences de la responsabilité sur la franchise Quand il faut payer la franchise Franchises Qu est-ce qu une franchise? Au

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016 Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études Guide 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Éducation, de l

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation.

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation. Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4 Lois limites ; estimation. Exercice 1. Trois machines, A, B, C fournissent respectivement 50%, 30%, 20% de la production d une usine. Les pourcentages

Plus en détail

TELECON, TELECON Design et Agir Consultants

TELECON, TELECON Design et Agir Consultants TELECON, TELECON Design et Agir Consultants GUIDE D ADHÉSION EMPLOYÉS ACCUEIL Bienvenue dans le programme d assurance collective de TELECON. Vous trouverez dans ce guide tout ce dont vous avez besoin pour

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

COMMENT ET POURQUOI Y CONTRIBUER? Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec

COMMENT ET POURQUOI Y CONTRIBUER? Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec COMMENT ET POURQUOI Y CONTRIBUER? Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec Édition 2015-2016 Le présent document a pour but de vous faire connaître le Régime de retraite des chargés

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS LE MEDECIN ET LES Depuis la loi du 4 mars 2002 dite «loi KOUCHNER» relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, tout professionnel de santé doit obligatoirement souscrire une responsabilité

Plus en détail

Processus aléatoires avec application en finance

Processus aléatoires avec application en finance Genève, le 16 juin 2007. Processus aléatoires avec application en finance La durée de l examen est de deux heures. N oubliez pas d indiquer votre nom et prénom sur chaque feuille. Toute documentation et

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

ASSURMAXMC. GUIDE DU PRODUIT Assurance vie permanente avec participation Planifier votre avenir RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

ASSURMAXMC. GUIDE DU PRODUIT Assurance vie permanente avec participation Planifier votre avenir RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS ASSURMAXMC GUIDE DU PRODUIT Assurance vie permanente avec participation Planifier votre avenir RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS FAITS SAILLANTS Options de primes AssurMax 100 AssurMax 20 primes Options de protection

Plus en détail

Vers une indemnisation ADÉQUATE des victimes mineures d un accident de la route

Vers une indemnisation ADÉQUATE des victimes mineures d un accident de la route Vers une indemnisation ADÉQUATE des victimes mineures d un accident de la route Introduction Confronté quotidiennement aux multiples conséquences d une lésion subie par les victimes d accident de la route,

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

De nouveaux régimes et de nouvelles prestations que vous aimerez.

De nouveaux régimes et de nouvelles prestations que vous aimerez. Assur ance vie simplifiée et SANS exigence médicale Aide-mémoire pour les conseillers seulement De nouveaux régimes et de nouvelles prestations que vous aimerez. Vous aimerez nos nouveaux régimes plus

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR Le programme ordinateur consiste à utiliser l ordinateur comme outil d apprentissage lors des interventions en soutien scolaire réalisées

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA LOI SUR L EXAMEN PUBLIC DES ACTIVITÉS DES CORPORATIONS DE LA COURONNE ET L OBLIGATION

Plus en détail

Assurance protection juridique

Assurance protection juridique Assurance protection juridique Assurance protection juridique Depuis plus de 20 ans, nous aidons nos clients à protéger et à défendre ce qui est essentiel grâce à ce produit unique dans le marché! Offerte

Plus en détail

L occasion d innover. L innovation

L occasion d innover. L innovation Le site nool.ca Un soutien à l égard des aptitudes à écrire et en mathématiques offert par l intermédiaire d Internet aux étudiantes et étudiants de première année de l Institut universitaire de technologie

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Régime d accession à la propriété (RAP)

Régime d accession à la propriété (RAP) Régime d accession à la propriété (RAP) Introduction Les fonds retirés d un REER sont habituellement imposables l année du retrait. Toutefois, dans le cadre de certains programmes, le retrait n entraîne

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Université Paris IX DAUPHINE DATE : 24/04/06

Université Paris IX DAUPHINE DATE : 24/04/06 Master Informatique Décisionnelle Application des outils de l'informatique Décisionnelle en entreprise ETUDE SUR LES MARQUES ET LES CONTRUCTEUR DES VÉHICULES APPARTENANT AUX CLIENTS D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE

Plus en détail

ASSURANCE AUTO : POINT IMPORTANTS

ASSURANCE AUTO : POINT IMPORTANTS La convention RDR et d expertise ASSURANCE AUTO : POINT IMPORTANTS Le but de la convention est d accélérer les règlements de sinistre. Ainsi les frais de gestion sont diminués et les assurés sont contents.

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

RÉCLAMATION DE BAGAGES PERDUS / ENDOMMAGÉS

RÉCLAMATION DE BAGAGES PERDUS / ENDOMMAGÉS RÉCLAMATION DE BAGAGES PERDUS / ENDOMMAGÉS VOUS DEVEZ SOUMETTRE VOTRE RÉCLAMATION DANS LES 90 JOURS SUIVANT L INCIDENT. Étape 1 : Étape 2 : Remplir et signer le formulaire joint. Veuillez fournir les documents

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail