Éducation du patient : quels progrès pour quelle santé?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éducation du patient : quels progrès pour quelle santé?"

Transcription

1 Éducation du patient : quels progrès pour quelle santé? Jean LAPERCHE Fédération des Maisons Médicales, Bruxelles. Centre Académique de Médecine Générale UCL, Belgique.

2 Deux dossiers de synthèse et une rechercheaction en Communauté Française de Belgique Examens de dépistage, pour de bonnes pratiques. Ministère de la Santé, Com. Franc. de Belgique Place de l éducation pour la santé dans les pratiques de médecine générale UCL RESO, Interviews d associations de promotion de la santé et de médecins généralistes, Recherche en cours. 2

3 3

4 Inventorier les partenariats des généralistes et des associations de promotion de la santé en Communauté Française de Belgique.. Recherche en cours par PromoSanté et Médecine Générale (Fédération des Maisons Médicales + Société Scientifique de Médecine Génarale) : Attentes et craintes des associations envers les généralistes Méconnaissance, intérêt ou craintes des généralistes pour les associations existantes Interviews d associations Interviews de généralistes Rencontre préliminaire de représentants de ces deux mondes : Revue de la Médecine Générale n

5 Avis des généralistes? Quelles associations? 5

6 Vouloir des démarches éducatives en promotion de la santé dans les soins de santé primaires? C est aussi vouloir une communication optimale avec le patient : écoute respect représentations différentes Droit du patient d accepter ou de refuser ce qui est proposé Donner au patient un plus grand contrôle sur sa propre santé Objectif du médecin d augmenter les compétences et l autonomie du patient Objectif du médecin de dépasser le niveau individuel pour aborder les dimensions collectives, communes à plusieurs patients, à l ensemble de sa patientèle, voire d un quartier? Apprendre ou développer des partenariats Prendre en compte les déterminants sociaux de la santé En s inscrivant dans le contexte de société des années 2000 : intolérance aux risques, accroissement de l importance de la santé individuelle, récupérations commerciales, prévenir les conséquences négatives des dépistages (Prévention quartenaire). «Examens de dépistages : pour de bonnes pratiques, Conseil Supérieur de Promotion de la Santé, Ministère de la Santé en Communauté Française de Belgique, 08/2007» 6

7 Pourqoi l E. d. Patient en médecine générale? Par souci d efficacité? = médecine vétérinaire Par souci d augmenter la santé globale, de développer les compétences du (des) patient(s)? A l occasion des rencontres individuelles, familiales en négociant l agenda du médecin et l agenda des patients : de la prescription à l éducation = une ouverture parmi d autres à la promotion de la santé 7

8 Comme monsieur Jourdain fait de la prose Les professionnels de santé sont «éducateurs» malgré eux : attitude d écoute présente ou non; respect ou non des priorités des patients; négociation des propositions de santé? Éducation, soins de santé primaires et promotion de la santé : Approche globale du patient, de ses proches, d un quartier Prise en compte des déterminants sociaux de la santé : emploi? Revenus? Ressources? Aujourd hui et demain : travail à long terme (Bourdillon, 2008; dossier RESO - UCL) 8

9 Nos démarches éducatives : Que des avantages pour la santé? Quelle information du patient sur les effets négatifs des démarches proposées? L utilité de ces propositions est-elle discutée? Au plus, au mieux? La médecine peut-elle conjurer la mort? Les limites de la médecine Le droit du patient d être informé, de donner son avis, d accepter ou de refuser 9

10 10

11 Nos propositions éducatives À négocier toujours Sont intégrées dans les contacts quotidens des soins curatifs = médecine générale de qualité; curatif et éducation sont intimement liés Ex. : jamais d examen préventif occulte à l insu du patient (tests HIV, CMV ) 11

12 Éducation et prévention : principes éthiques Viser un bénéfice pour la santé de ce patient = Patient informé du dépistage, du test et marque son accord Résultat partagé lors d un colloque singulier qui aborde aussi le suivi et les conseils Droit à l équité : priorité aux + faibles et aux exclus, Droit à la confidentialité = Info accessible, complète, nuancée : avantages ET inconvénients du test sont discutés Droit d accepter ou de refuser ce test de dépistage Droit du patient à l autonomie de la décision. 12

13 13

14 14

15 Pouvoir des patients de dire, d agir Nécessité d une cohérence des messages (campagnes grand public et conseils en consultation individuelle). Respect du droit des citoyens à une information de qualité avec les OUI et les NON. Respect du choix de chaque personne. Pouvoir du patient de dire, d agir et droit d accepter ou de refuser. Merci de votre attention! 15

Céline SEJOR STRALKA U.E.1.2-S3-Santé Publique et Economie de la Santé Promotion

Céline SEJOR STRALKA U.E.1.2-S3-Santé Publique et Economie de la Santé Promotion Céline SEJOR STRALKA U.E.1.2-S3-Santé Publique et Economie de la Santé Promotion 2012-2015 Différentes interventions en santé publique: Politique de santé publique Programme de santé publique Actions de

Plus en détail

Compétence 5. Plan. La démarche projet en Santé Publique UE 1.2 S3. Définition Afnor. Un projet pour éviter quoi?

Compétence 5. Plan. La démarche projet en Santé Publique UE 1.2 S3. Définition Afnor. Un projet pour éviter quoi? Compétence 5 Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs 1. Repérer les besoins et les demandes des personnes et des populations en lien avec les problématiques de santé publique 2. Accompagner

Plus en détail

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD)

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) FMC VAL DE CREUSE 18 NOVEMBRE 2009 Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SENSIBILISATION À LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE OBJECTIFS: Intégrer

Plus en détail

Déterminants des Intentions de Vaccination

Déterminants des Intentions de Vaccination Déterminants des Intentions de Vaccination Vaccination contre [la maladie] Docteur, Ce questionnaire est destiné à mieux comprendre les facteurs qui influencent votre attitude visà-vis de la contre [la

Plus en détail

Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines.

Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines. Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines. Prof. Marie-Christine Closon (UCL) et Prof. J.P. Bayens (KUL) Maintien

Plus en détail

PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE

PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE Hiérarchie : sous l autorité du chef d établissement. Poste : internat (logé par nécessité absolue), externat : en lycée, en collège

Plus en détail

Introduction

Introduction 6.7.2.1. Introduction La période de 0à 5 ans est considérée comme une période à risque, qui justifie un suivi actif des enfants. Les contacts seront particulièrement concentrés sur la première année de

Plus en détail

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME Le programme doit être présenté suivant le canevas de rédaction légal. Le non respect de cette présentation rend le projet non recevable, il ne sera

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D ÉDUCATION POUR LA SANTÉ

RÉFÉRENTIEL D ÉDUCATION POUR LA SANTÉ RÉFÉRENTIEL D ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Vie Affective et Sexuelle IREPS Haute-Normandie Projet porté par Rose Fonteneau Genèse du projet Constats repérés (en milieu scolaire) Actions le plus souvent ponctuelles

Plus en détail

Association SIS Délégation régionale Ouest Traitement Post-Exposition au VIH:

Association SIS Délégation régionale Ouest Traitement Post-Exposition au VIH: Traitement Post-Exposition au VIH: Synthèse des appels et échanges sur le forum de Sida Info Service en 2010. Association SIS - 1 - Sida Info Association Service (IS) SIS Délégation régionale Délégation

Plus en détail

Un projet de prévention primaire subsidié par la Communauté française et la Région Wallonne.

Un projet de prévention primaire subsidié par la Communauté française et la Région Wallonne. La prévention du Sida, des hépatites et des autres infections sexuellement transmissibles en milieu carcéral: un projet de prévention des pairs par les pairs Un projet de prévention primaire subsidié par

Plus en détail

Le Service Public de santé: une ambition pour la France Synthèse de la vision et des propositions de la FHF

Le Service Public de santé: une ambition pour la France Synthèse de la vision et des propositions de la FHF Le Service Public de santé: une ambition pour la France 2012 2017 Synthèse de la vision et des propositions de la FHF 5. «La politique, c est avoir une vision et agir pour qu elle se réalise.» Françoise

Plus en détail

Cadre éthique, pertinence et responsabilité d influence des politiques publiques

Cadre éthique, pertinence et responsabilité d influence des politiques publiques Cette présentation a été effectuée le 22 novembre 2016, au cours de la journée «Conférence de l ASPQ Influencer les grandes décisions pour une population en santé : devoirs et opportunités» dans le cadre

Plus en détail

Education relative à l Environnement Beckers François. Education relative à l Environnement (ErE) expérience s de réseau

Education relative à l Environnement Beckers François. Education relative à l Environnement (ErE) expérience s de réseau Education relative à l Environnement Beckers François Education relative à l Environnement (ErE) Présentation institutionnelle l ErE en quelques concepts L ErE à l écoles et dans le secteur social Malles

Plus en détail

Formation à l entretien prénatal précoce

Formation à l entretien prénatal précoce Formation à l entretien prénatal précoce Session 2013 Vannes L ENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE: POUR QUI, POURQUOI, COMMENT? LES TEXTES FONDATEURS Le plan Périnatalité 2005-2007 La circulaire DGOS juillet 2005

Plus en détail

FICHE DE POSTE. LOGO Inspection académique. Dr. par délégation I LA PRESENTATION DU POSTE. 1 Intitulé du poste : Médecin de l Education Nationale

FICHE DE POSTE. LOGO Inspection académique. Dr. par délégation I LA PRESENTATION DU POSTE. 1 Intitulé du poste : Médecin de l Education Nationale LOGO Inspection académique FICHE DE POSTE Service : _Médical Nom de l agent : Dr..Prénom :.. Nom de l autorité hiérarchique 1 : de l Inspectrice d Académie Dr. par délégation I LA PRESENTATION DU POSTE

Plus en détail

La Promotion à la Santé à l École: Informer pour faciliter la prise en charge de l enfant drépanocytaire en milieu scolaire.

La Promotion à la Santé à l École: Informer pour faciliter la prise en charge de l enfant drépanocytaire en milieu scolaire. La Promotion à la Santé à l École: Informer pour faciliter la prise en charge de l enfant drépanocytaire en milieu scolaire. Réseau des hémoglobinopathies 21 février 2013 Dr MF Dresse et A del Giudice

Plus en détail

Introduction

Introduction 6.7.2.1. Introduction La période de 0à 5 ans est considérée comme une période à risque, qui justifie un suivi actif des enfants. Les contacts seront particulièrement concentrés sur la première année de

Plus en détail

Dépistage communautaire du VIH. Marie SUZAN «La prévention et le dépistage : nouvelles approches, nouveaux enjeux» Marseille - 1 er décembre 2011

Dépistage communautaire du VIH. Marie SUZAN «La prévention et le dépistage : nouvelles approches, nouveaux enjeux» Marseille - 1 er décembre 2011 Dépistage communautaire du VIH Marie SUZAN «La prévention et le dépistage : nouvelles approches, nouveaux enjeux» Marseille - 1 er décembre 2011 Le dépistage du VIH en France avant novembre 2010 Disponible

Plus en détail

Témoignage: Description du vécu avant et après l'arrivée des nouvelles technologies dans la prise en charge du VIH

Témoignage: Description du vécu avant et après l'arrivée des nouvelles technologies dans la prise en charge du VIH Témoignage: Description du vécu avant et après l'arrivée des nouvelles technologies dans la prise en charge du VIH Pascale Bastiani Eric Improvisi SFLS 2015 Pascale BASTIANI Eric IMPROVISI VIH cuvée 85,

Plus en détail

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts Décembre 11 Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts Institut d enseignement technique commercial de promotion sociale Introduction Au cours de l année 2010 2011, l élaboration de l

Plus en détail

Nouvelles compétences des sages femmes: le suivi gynécologique. Quel impact Dans la profession Dans l exercice quotidien?

Nouvelles compétences des sages femmes: le suivi gynécologique. Quel impact Dans la profession Dans l exercice quotidien? Nouvelles compétences des sages femmes: le suivi gynécologique Quel impact Dans la profession Dans l exercice quotidien? Rappel des compétences générales code de la santé publique 2009 Art L4151-1 L exercice

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE F. Séguret Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier DFGSM 3 UE Méthodologie appliquée à la LCA 2012-2013

Plus en détail

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire À l agenda d une école promotrice de réussite, de santé et de bien-être : favoriser des relations harmonieuses et égalitaires Marie-Claude Roberge, INSPQ JASP : La violence dans les relations intimes à

Plus en détail

Mission Vision Valeurs Orientations stratégiques Axes d intervention

Mission Vision Valeurs Orientations stratégiques Axes d intervention Mission Vision Valeurs Orientations stratégiques Axes d intervention Notre mission Le CSSS de Vaudreuil-Soulanges connait, maintient et améliore la santé et le bien-être de la population de son territoire.

Plus en détail

De la médecine scolaire vers la santé scolaire

De la médecine scolaire vers la santé scolaire De la médecine scolaire vers la santé scolaire Projet de réforme Sommaire Introduction: pourquoi une réforme? Concertation en vue de l élaboration du projet de réforme Changements prévus: travaux réalisés

Plus en détail

EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE

EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE Comité régional aquitain d'éducation pour la santé A Q U I T A I N E - G I R O N D E 2008 EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE Catalogue Formations - Méthodologie de projet - Outils pédagogiques - Formations

Plus en détail

Les Français, la prévention et les outils numériques

Les Français, la prévention et les outils numériques Les Français, la prévention et les outils numériques Contact : OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Mai 2014 http://www.opinion-way.com 1 Méthodologie Echantillon de Français représentatif

Plus en détail

Témoignages de vos besoins et vos expériences positives

Témoignages de vos besoins et vos expériences positives Témoignages de vos besoins et vos expériences positives Vous êtes un certain nombre à vous être exprimés sur vos besoins et vos expériences positives, lors du Colloque «Elèves à besoins spécifiques, l

Plus en détail

I6 - Maisons de Santé pluridisciplinaires : expérience territorialisée de réduction des inégalités de santé

I6 - Maisons de Santé pluridisciplinaires : expérience territorialisée de réduction des inégalités de santé Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 I6 - Maisons de Santé pluridisciplinaires : expérience territorialisée de réduction

Plus en détail

Danielle CAPGRAS-BABERON Sage-femme (Responsable de la formation) Aude LEFEVRE Marie-Ange PERIE Psychologues Cliniciennes

Danielle CAPGRAS-BABERON Sage-femme (Responsable de la formation) Aude LEFEVRE Marie-Ange PERIE Psychologues Cliniciennes Danielle CAPGRAS-BABERON Sage-femme (Responsable de la formation) Aude LEFEVRE Marie-Ange PERIE Psychologues Cliniciennes D CAPGRAS BABERON - sage-femme Marie-Ange PERIE - psychologue clinicienne 1 Le

Plus en détail

L Accès aux Prestataires de soins au Maroc. Dr GREFFT ALAMI ABDEJLIL 17 Juin 2010

L Accès aux Prestataires de soins au Maroc. Dr GREFFT ALAMI ABDEJLIL 17 Juin 2010 L Accès aux Prestataires de soins au Maroc Dr GREFFT ALAMI ABDEJLIL 17 Juin 2010 SOMMAIRE I II Clarification sémantique et conceptuelle Qu entend-on par «Prestataires de soins». Influence de l organisation

Plus en détail

Questionnaire citoyen Nantes Nord Maison de santé pluri-professionnelle

Questionnaire citoyen Nantes Nord Maison de santé pluri-professionnelle Questionnaire citoyen Nantes Nord Maison de santé pluri-professionnelle NOM ENQUETEUR : Date, Lieu : Age et sexe de la personne interrogée : 16/25 ans 26/40 ans 41/60 ans 61/70 ans +70 ans Homme Femme

Plus en détail

Implanter un programme

Implanter un programme Implanter un programme Sensibiliser et construire le programme avec la communauté éducative Mettre en œuvre un programme de renforcement des compétences psychosociales conduit à s interroger sur leurs

Plus en détail

Création d un outil de prévention en milieu carcéral: Pochette préservatif et lubrifiant.

Création d un outil de prévention en milieu carcéral: Pochette préservatif et lubrifiant. Création d un outil de prévention en milieu carcéral: Pochette préservatif et lubrifiant. Sommaire Présentation du Service Éducation pour la Santé (SES) Projet de prévention Sida/hépatites virales et IST

Plus en détail

Pour une société Inclusive et solidaire

Pour une société Inclusive et solidaire Pour une société Inclusive et solidaire - 1 - Unapei mars 2017 Fort de l élan de solidarité qu a connu Mélanie Ségard en présentant la météo, le 14 mars 2017 sur France 2, le réseau Unapei entend poursuivre

Plus en détail

Politiques de prévention

Politiques de prévention Politiques de prévention L importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie P O L I T I Q U E S DE PRÉVENTION Colloque organisé par la Fondation PiLeJe 19 SEPTEMBRE 2012 Mercredi 19 septembre

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

Fiche d évaluation en fin de formation (FEFF)/ Rapport détaillé sur les compétences (RDC)

Fiche d évaluation en fin de formation (FEFF)/ Rapport détaillé sur les compétences (RDC) Fiche d évaluation en fin de formation (FEFF)/ Rapport détaillé sur compétences (RDC) Numéro de référence : Nom et numéro d identification : Fiche d évaluation couvrant la dernière année de résidence :

Plus en détail

Travail de fin d études en vue de l obtention du diplôme de Bachelier Technologue en Imagerie Médicale (Manipulateur) Juin 2012

Travail de fin d études en vue de l obtention du diplôme de Bachelier Technologue en Imagerie Médicale (Manipulateur) Juin 2012 Travail de fin d études en vue de l obtention du diplôme de Bachelier Technologue en Imagerie Médicale (Manipulateur) Juin 2012 Réalisation : Hauben Estelle, Année académique 2011-2012 Promoteur : Christine

Plus en détail

Territoire de santé numérique : retour du médecin généraliste. Sur les fondations du passé bâtissons l avenir

Territoire de santé numérique : retour du médecin généraliste. Sur les fondations du passé bâtissons l avenir Territoire de santé numérique : retour du médecin généraliste Sur les fondations du passé bâtissons l avenir Télémédecine, un coche à ne pas rater!! Avec une nécessaire vigilance Retour d expérience et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PARCOURS DU CŒUR SCOLAIRES

DOSSIER DE PRESSE PARCOURS DU CŒUR SCOLAIRES DOSSIER DE PRESSE PARCOURS DU CŒUR SCOLAIRES La Participation Académique Les Parcours du Cœur Scolaires dans l académie de Lille Organisés en partenariat avec la Cardiologie, les Parcours du Cœur Scolaires

Plus en détail

Pour que l Education Thérapeutique du Patient devienne pour le pharmacien une posture de travail

Pour que l Education Thérapeutique du Patient devienne pour le pharmacien une posture de travail «Parcours de soins du malade, adaptation des pratiques des professionnels de santé» Académie Nationale de Pharmacie Pour que l Education Thérapeutique du Patient devienne pour le pharmacien une posture

Plus en détail

DRJSCS ILE DE FRANCE - CAHIER DES CHARGES FORMATION SPORT SANTE. Cahier des charges. Formation sport santé

DRJSCS ILE DE FRANCE - CAHIER DES CHARGES FORMATION SPORT SANTE. Cahier des charges. Formation sport santé Cahier des charges Formation sport santé CONTEXTE Le développement de la pratique sportive dans une perspective de santé est une priorité ministérielle. De nombreux acteurs franciliens agissant dans les

Plus en détail

Bilan sur les activités de l étudiant contractuel alternant (M1 en alternance) Adopté en Conseil d'école du 21 novembre 2016

Bilan sur les activités de l étudiant contractuel alternant (M1 en alternance) Adopté en Conseil d'école du 21 novembre 2016 La formation par alternance s appuie sur une approche par compétences adossée au référentiel des métiers du professorat et de l éducation 1. Elle implique deux lieux de formation : l ÉSPÉ et l école ou

Plus en détail

Les actions développées en France. Genève, 8 avril 2008

Les actions développées en France. Genève, 8 avril 2008 Alliance Européenne contre la dépression Les actions développées en France Genève, 8 avril 2008 European Alliance Against Depression EAAD L origine du programme Réplication d une expérimentation Nuremberg

Plus en détail

Drogue, Alcool, Tabac les addictions au travail «Comment en parler?»

Drogue, Alcool, Tabac les addictions au travail «Comment en parler?» Drogue, Alcool, Tabac les addictions au travail «Comment en parler?» CHU Erasme Jacques Dumont Université Libre de Bruxelles Hôpital Erasme Coordinateur du réseau des Hôpitaux sans tabac et des Hôpitaux

Plus en détail

Observance aux Traitements. Le rôle du Pharmacien. Claire DESERICOURT Docteur en Pharmacie Pharmacie des Prêcheurs Aix en Provence

Observance aux Traitements. Le rôle du Pharmacien. Claire DESERICOURT Docteur en Pharmacie Pharmacie des Prêcheurs Aix en Provence Observance aux Traitements Le rôle du Pharmacien Claire DESERICOURT Docteur en Pharmacie Pharmacie des Prêcheurs Aix en Provence L observance est la façon dont un patient suit ou ne suit pas, les prescriptions

Plus en détail

Quelle place accorde-t-on à la sexualité lors de la consultation de l adolescent en médecine générale?

Quelle place accorde-t-on à la sexualité lors de la consultation de l adolescent en médecine générale? Journée «Recherche» de la S.F.T.G. Quelle place accorde-t-on à la sexualité lors de la consultation de l adolescent en médecine générale? A partir d un focus group de médecins généralistes. Maud POIRIER

Plus en détail

PRESENTATION OPALS Forum des associations de développement social IFG Jeudi 23 Juin 2016

PRESENTATION OPALS Forum des associations de développement social IFG Jeudi 23 Juin 2016 I PRESENTATION OPALS Forum des associations de développement social IFG Jeudi 23 Juin 2016 I Présentation Présentation de l OPALS Pour améliorer la santé de la mère et de l enfant L OPALS, pionnière de

Plus en détail

Les revendications Unapei pour une société inclusive et solidaire

Les revendications Unapei pour une société inclusive et solidaire Les revendications Unapei pour une société inclusive et solidaire - 1 - L Unapei Première fédération d associations française de représentation et de défense des intérêts des personnes handicapées intellectuelles

Plus en détail

INFIRMIERS DE PRATIQUE AVANCÉE EN FRANCE :

INFIRMIERS DE PRATIQUE AVANCÉE EN FRANCE : INFIRMIERS DE PRATIQUE AVANCÉE EN FRANCE : DE LA FORMATION À L'IMPLANTATION DANS LES MILIEUX CLINIQUES Sébastien COLSON, Infirmier puériculteur, ATER Ph.D en santé publique (Aix-Marseille Université) et

Plus en détail

Le passage primaire secondaire une transition de qualité!

Le passage primaire secondaire une transition de qualité! Le passage primaire secondaire une transition de qualité! Colloque de l approche orientante 28 mars 2014 Atelier VA-6, 8h30 à 10h Sandy Roy Conseillère pédagogique Domaine du développement professionnel

Plus en détail

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Haut Conseil de santé publique co-pilotes Hélène Grandjean Caroline Weill-Gies Saisine DGS Quel impact des plans en termes de réduction des inégalités

Plus en détail

Pour une plus grande transparence dans un système décentralisé : une perspective suédoise

Pour une plus grande transparence dans un système décentralisé : une perspective suédoise Pour une plus grande transparence dans un système décentralisé : une perspective suédoise Nina Rehnqvist Directrice générale adjointe Comité national de la santé et de la protection sociale, Suède Les

Plus en détail

Quelle place pour l éducation pour la. santé à l École?

Quelle place pour l éducation pour la. santé à l École? Déroulé de la journée 8h- 8h15 : Installation 8h15-9h00 : Accueil 9h00-9h20 : Intervention n 1 : Quelle place pour l éducation pour la santé à l école? 9h20-9h40 : Intervention n 2 : État de santé des

Plus en détail

La santé des enseignant-e-s dans les écoles promotrices de santé : expériences polonaises

La santé des enseignant-e-s dans les écoles promotrices de santé : expériences polonaises La santé des enseignant-e-s dans les écoles promotrices de santé : expériences polonaises Magdalena Woynarowska-Sołdan Institut de Santé Publique, Université de Médecine de Varsovie Coordinatrice nationale

Plus en détail

Réalité difficile qu est l intervention rigoureuse en éducation

Réalité difficile qu est l intervention rigoureuse en éducation Réalité difficile qu est l intervention rigoureuse en éducation Pierre Potvin Ph.D., ps.éd. Chercheur associé au département de psychoéducation Université du Québec à Trois-Rivières Consultant chercheur

Plus en détail

Quel médecin généraliste pour demain?

Quel médecin généraliste pour demain? Quel médecin généraliste pour demain? Forum wallon de la médecin générale Fédération Wallonie-Bruxelles Le 18 janvier 2014 Docteur Anne Gillet-Verhaegen Présidente du GBO 1 www.le-gbo.be La MG à la croisée

Plus en détail

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 Région Rhône Alpes Département du Rhône La maison des adolescents: Date d ouverture : Avril 2007 Nom : Maison des Adolescents du Rhône (Mutualité Française

Plus en détail

Points de vue de Françaises de 30 à 70 ans concernant le dépistage du cancer du sein

Points de vue de Françaises de 30 à 70 ans concernant le dépistage du cancer du sein Points de vue de Françaises de 30 à 70 ans concernant le dépistage du cancer du sein Marie Charpentier 1, Didier Duhot 1, Gilles Hebbrecht 1, Dan Wilde 2, Carlos Brotons 2 Les auteurs de cette étude déclarent

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE A. SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE 09/06/09 Mme Roustan Sté publique I. Définition de la santé II. Concepts et définitions A. Santé : une évolution dans les définitions 1. Une définition négative

Plus en détail

Troubles des apprentissages: Rôle du Médecin de l Education Nationale

Troubles des apprentissages: Rôle du Médecin de l Education Nationale Troubles des apprentissages: Rôle du Médecin de l Education Nationale Dr Danielle DEGREMONT Médecin Conseiller Technique Recteur Chargée de mission danielle.degremont@ac-aix-marseille.fr 29 avril 2016

Plus en détail

PrEP Aspects «Terrain» Expérience pilote du Maroc. Younes Yatine

PrEP Aspects «Terrain» Expérience pilote du Maroc. Younes Yatine PrEP Aspects «Terrain» Expérience pilote du Maroc Younes Yatine Importance d inclure la PrEP dans le package de prévention combinée au Maroc Les résultats des études bio-comportementales ont démontré une

Plus en détail

L opinion des Français sur les thérapies non médicamenteuses. Juin Sondage Viavoice pour Groupe Pasteur Mutualité

L opinion des Français sur les thérapies non médicamenteuses. Juin Sondage Viavoice pour Groupe Pasteur Mutualité L opinion des Français sur les thérapies non médicamenteuses Juin 2011 Sondage Viavoice pour Groupe Pasteur Mutualité Note technique de réalisation du sondage Sondage Viavoice réalisé pour Groupe Pasteur

Plus en détail

Matrice de maturité en soins primaires

Matrice de maturité en soins primaires Matrice de maturité en soins primaires Référentiel d analyse et de progression des regroupements pluriprofessionnels de soins primaires Travail en équipe pluriprofessionnelle Réunion de concertation pluriprofessionnelle

Plus en détail

Application de la loi HPST. et psychoéducation

Application de la loi HPST. et psychoéducation Application de la loi HPST et psychoéducation Isabelle De Beauchamp Pharmacien UTET Centre Hospitalier Alpes Isère 1 Quelques dates : Définition de l ETP par l OMS en 1998 2001 : «plan national d éducation

Plus en détail

RESEAU SANTE MENTALE LA ROCHELLE

RESEAU SANTE MENTALE LA ROCHELLE RESEAU SANTE MENTALE LA ROCHELLE Porteurs du projet: Le Service Santé Publique Hygiène Environnement de la Ville de La Rochelle La coordination territoriale Prévention Suicide et Promotion de la Santé

Plus en détail

Promotion de la santé et travail

Promotion de la santé et travail Promotion de la santé et travail Françoise Jabot, département SHS Laurent Madec, DSET Journées Santé Travail, 21 octobre 2014 1 Points abordés 1. Promotion de la santé - de quoi parle-t-on? 2. Promotion

Plus en détail

Destinataires de la circulaire

Destinataires de la circulaire 1 Circulaire 6207 du 01/06/2017 Appel aux candidatures pour un poste de Chargé de Mission auprès du Conseil de Coordination de l Enseignement de Promotion sociale, au sein du Service général de l Enseignement

Plus en détail

LA CONSOMMATION EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE APPROCHE PRÉVENTIVE. Élaborée par : Valérie Alix, inf. clinicienne

LA CONSOMMATION EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE APPROCHE PRÉVENTIVE. Élaborée par : Valérie Alix, inf. clinicienne LA CONSOMMATION EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE APPROCHE PRÉVENTIVE Élaborée par : Valérie Alix, inf. clinicienne Contenu de la présentation Première partie Qu est-ce que la consommation au travail? Culture

Plus en détail

Le système de santé belge et le rôle de l INAMI. Thomas Rousseau 14 novembre 2016

Le système de santé belge et le rôle de l INAMI. Thomas Rousseau 14 novembre 2016 Le système de santé belge et le rôle de l INAMI Thomas Rousseau 14 novembre 2016 1. INTRODUCTION Les principales caractéristiques du système de soins de santé en Belgique Une assurance universelle, solidaire

Plus en détail

La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public. Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes

La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public. Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public et des personnes atteintes Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes Introduction L importance de la prévention Le rôle de l Inpes

Plus en détail

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé et des sports. OUVERTURE des JOURNÉES de la PRÉVENTION de l INPES.

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé et des sports. OUVERTURE des JOURNÉES de la PRÉVENTION de l INPES. Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé et des sports OUVERTURE des JOURNÉES de la PRÉVENTION de l INPES (Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé) -Jeudi

Plus en détail

BA BE BI BO BU : UN BAIN À PRENDRE TRÈS TÔT!

BA BE BI BO BU : UN BAIN À PRENDRE TRÈS TÔT! DOSSIER DE PRESSE 20 novembre 2014 BA BE BI BO BU : UN BAIN À PRENDRE TRÈS TÔT! ONE.be ENJEU : LA LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS Le droit à l expression est un droit fondamental de l enfant et le langage

Plus en détail

Prévention et promotion de la santé en milieu scolaire. Les critères de qualité

Prévention et promotion de la santé en milieu scolaire. Les critères de qualité Prévention et promotion de la santé en milieu scolaire Les critères de qualité CRITERE DE QUALITE 1 DES FONDEMENTS SOLIDES ET UNE INSCRIPTION DANS LA REALITE DE LA VIE DE L ETABLISSEMENT, DE SA POPULATION

Plus en détail

Dossier de presse Lundi 8 mars 2010

Dossier de presse Lundi 8 mars 2010 Journée internationale de la femme : Mesures de prévention et de prise en charge des grossesses non désirées Dossier de presse Lundi 8 mars 2010 Contact Presse Ministère de la Santé et des Sports 01 40

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE du Conseil de la justice administrative

PLAN STRATÉGIQUE du Conseil de la justice administrative PLAN STRATÉGIQUE 2011-2016 du Conseil de la justice administrative SECTION I Le Conseil de la justice administrative en bref Le Conseil de la justice administrative a été institué par la Loi sur la justice

Plus en détail

Congrès SFT novembre Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours

Congrès SFT novembre Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours Congrès SFT 2016 3-4 novembre 2016 Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours Recommandation de bonne pratique Professeur Albert OUAZANA

Plus en détail

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl.2006 1 Éléments essentiels en santé publique. 1. Responsabilité collective. 2. Rôle primordial de l état : protection et promotion

Plus en détail

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé SOIXANTE-DEUXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE WHA62.14 Point 12.5 de l ordre du jour 22 mai 2009 Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé La

Plus en détail

Proposition d une démarche et d outils centrés sur les besoins de développement des enfants

Proposition d une démarche et d outils centrés sur les besoins de développement des enfants Proposition d une démarche et d outils centrés sur les besoins de développement des enfants Danielle Lessard Université de Montréal Carl Lacharité Université du Québec à Trois-Rivières 6 e Colloque québécois

Plus en détail

un outil d'amélioration de la gouvernance locale

un outil d'amélioration de la gouvernance locale ATELIER DE REFLEXION SUR LA BONNE GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE LOCALE: Communication locale, un outil d'amélioration de la gouvernance locale Asma Ben Ayed Tunis, du 18 au 19 Octobre 2012 Les objectifs de

Plus en détail

Précarité et parentalité difficile : une aide coordonnée au bénéfice de l enfant

Précarité et parentalité difficile : une aide coordonnée au bénéfice de l enfant Précarité et parentalité difficile : une aide coordonnée au bénéfice de l enfant «Seconde Peau», le projet de maisons médicales et d hôpitaux liégeois Marc Vanmeerbeek CLUB INTERNATIONAL DE PEDIATRIE SOCIALE

Plus en détail

LA SUPERVISION PÉDAGOGIQUE

LA SUPERVISION PÉDAGOGIQUE LA SUPERVISION PÉDAGOGIQUE Guide pratique à l intention des directions et des directions adjointes des établissements scolaires Yamina Bouchamma Marc Giguère Daniel April LA SUPERVISION PÉDAGOGIQUE Guide

Plus en détail

«Cahier de l étudiant»

«Cahier de l étudiant» ] «Cahier de l étudiant» Stage de médecine générale Cabinet de médecine générale Secteur libéral 6 ème année de médecine Année universitaire : 2013-2014 Cher étudiant, Il est important de rappeler que

Plus en détail

Code d éthique. Centre-Femmes du Grand-Portage

Code d éthique. Centre-Femmes du Grand-Portage Code d éthique Centre-Femmes du Grand-Portage 2012 Préambule Notre code d éthique vise à énoncer et promouvoir les valeurs et les principales responsabilités que les personnes impliquées au Centre-Femmes

Plus en détail

Apprendre à Porter Secours. 18 Novembre 2009 Dr N. Sybille GODDET

Apprendre à Porter Secours. 18 Novembre 2009 Dr N. Sybille GODDET Apprendre à Porter Secours 18 Novembre 2009 Dr N. Sybille GODDET Introduction Les constats (1) Succès de la prise en charge d une victime fonction de : Rapidité de l alerte Mise en route des gestes de

Plus en détail

Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix

Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix Jean-Charles DUTHE Le 11 décembre 2012 Contexte et Objectifs de l enquête France : 50000 30 000 personnes ignorent leur

Plus en détail

LES POLES DE SANTE LIBERAUX. Conseil Régional de l ordre des medecins d Aquitaine AG du 23 Janvier 2010

LES POLES DE SANTE LIBERAUX. Conseil Régional de l ordre des medecins d Aquitaine AG du 23 Janvier 2010 LES POLES DE SANTE LIBERAUX Conseil Régional de l ordre des medecins d Aquitaine AG du 23 Janvier 2010 Le concept Couvrir une aire de de santé ou un territoire Un projet de santé ou répondre aux besoins

Plus en détail

Médecine générale et médecine thermale : une approche holistique pluriprofessionnelle

Médecine générale et médecine thermale : une approche holistique pluriprofessionnelle Médecine générale et médecine thermale : une approche holistique pluriprofessionnelle Pr Paolo Di Patrizio PU-MG Université de Lorraine Aucun conflit d intérêt Rappel: médecine holistique? Le holisme (1920)

Plus en détail

La ministre de la Santé Maggie De Block menace les maisons médicales fonctionnant au forfait

La ministre de la Santé Maggie De Block menace les maisons médicales fonctionnant au forfait SANTÉ La ministre de la Santé Maggie De Block menace les maisons médicales fonctionnant au forfait Accueil ActuHP - Hier 07h00 - Caroline Desorbay Jacques Duchateau - L'Avenir La ministre de la Santé Maggie

Plus en détail

Règlement d ordre intérieur de la fonction de médiation droits du patient Mars 2016

Règlement d ordre intérieur de la fonction de médiation droits du patient Mars 2016 Règlement d ordre intérieur de la fonction de médiation droits du patient Mars 2016 La fonction de médiation est créée sur la base de l article 11 de la loi du 22 août 2002 relative aux droits du patient,

Plus en détail

«Les enfants et les écrans: une campagne de l ONE pour une utilisation réfléchie des écrans»

«Les enfants et les écrans: une campagne de l ONE pour une utilisation réfléchie des écrans» «Les enfants et les écrans: une campagne de l ONE pour une utilisation réfléchie des écrans» Geneviève Bazier (Directrice Recherches et Développement ONE ) Marie Mathen (Assistante & chercheuse en Information

Plus en détail

1. Un état chronique 2. Des usagers 3. Des traitements 4. Des soignants 5. L attente des consommateurs 6. Quelles solutions?

1. Un état chronique 2. Des usagers 3. Des traitements 4. Des soignants 5. L attente des consommateurs 6. Quelles solutions? 1. Un état chronique 2. Des usagers 3. Des traitements 4. Des soignants 5. L attente des consommateurs 6. Quelles solutions? La dépendance aux drogues est un problème de santé multifactoriel Qui est souvent

Plus en détail

L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants?

L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants? Promouvoir la santé de la mère et de l enfant Quel rôle pour les hôpitaux? L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants? Docteur

Plus en détail

Code d éthique CLSC. du Csss lucille-teasdale

Code d éthique CLSC. du Csss lucille-teasdale Code d éthique CLSC du Csss lucille-teasdale La mission du CSSS Lucille-Teasdale consiste à dispenser des soins, des services de santé et des services sociaux, soutenir le développement d un réseau local

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable L appui de la Régie au développement durable se traduit par des gestes concrets. Depuis la sanction de la Loi sur le développement durable en 2006, la Régie s est engagée formellement

Plus en détail

Travailler avec les Adolescents qui consomment

Travailler avec les Adolescents qui consomment Travailler avec les Adolescents qui consomment Françoise Narring, Unité Santé Jeunes Programme Adolescents et Jeunes Adultes Département de l'enfant et de l'adolescent & Département de Médecine Communautaire,

Plus en détail