apporte des arguments objectifs pour diagnostiquer une maladie allergique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "apporte des arguments objectifs pour diagnostiquer une maladie allergique"

Transcription

1 Dr.DJ.MAHCENE IMMUNOLOGIE CLINIQUE CHU Constantine

2 Introduction 1 La prévalence des maladies allergiques a doublé au cours des 15 dernières années OMS :quatrième rang (1 Psur 4 allergique) Véritable problème de sante publique Responsables d un cout socioéconomique élevé ANAP 06/05/09 2

3 Introduction 2 Définitions Allergie : Ensemble des Ensemble des manifestations cliniques liées à une réponse immunologique, dépendante des anticorps IgE, dirigés i contre des allergènes Sensibilisation : Aptitude à produire des IgE lors d exposition à des quantités suffisantes d allergènes, sans histoire i clinique. i 10% à 20 % des sujets sensibilisés n ont pas de manifestations cliniques. ANAP 06/05/09 3

4 La biologie i Introduction 3 apporte des arguments objectifs pour diagnostiquer une sensibilisation, mais, ne fait en rien la preuve de la maladie allergique Les résultats de ces examens devront être étroitement liés à l interrogatoire et à l examen clinique du patient pour établir éab une relation eato de cause à effet et entre e l exposition à l allergène et le déclenchement des signes cliniques. ANAP 06/05/09 4

5 Allergie immédiate HSI Mécanisme immunopathologique Prédisposition génétique Environnement ANAP 06/05/09 5

6 Allergie ege immédiate édate HSI Mécanisme immunopathologique ANAP 06/05/09 6

7 Allergie immédiate HSI Mécanisme immunopathologique i Histamine, LTC,PG ANAP 06/05/09 7

8 Démarche diagnostique

9 Démarche diagnostique La démarche de prescription d examens biologiques en allergologie doit s effectuer en deux étapes successives une étape préliminaire de dépistage orientation du diagnostic généraliste, pédiatre, orl, dermatologue une étape d identification de l allergie qui est du domaine du médecin spécialiste compétent en immno-allergologie ANAP 06/05/09 9

10 Démarche diagnostique Interrogatoire rigoureux Anamnèse familiale (terrain atopique) mode de vie habituel et occasionnel Ordre chronologique d'apparition des symptômes Identification de ou des allergènes en cause Diagnostic 75% ANAP 06/05/09 10

11 Démarche diagnostique ANAP 06/05/09 11

12 Démarche diagnostique Exploration

13 Démarche diagnostique IgE Exploration CELLULES MEDIATEURS Histamine, LTC,PG ANAP 06/05/09 13

14 Exploration poato IgE Médiateurs chimiques ANAP 06/05/09 14

15 Immunoglobuline E IgE Totales sériques spécifiques cellulaires circulantes ANAP 06/05/09 15

16 IgE sériques techniques de dosage mise en évidence d IgE spécifiques contre un allergène donné préalablement fixé sur un support solide. (rast ) ANAP 06/05/09 16

17 Identification du terrain allergique Dosage des IgE sériques totales

18 Dosage des IgE totales sériques Test non spécifique ANAP 06/05/09 18

19 VALEURS DE REFERENCE DU DOSAGE DES IgE TOTALES SERIQUES EN FONCTION DE L AGE Tranches IgE totales Tranches IgE totales naissance < ans < mois < ans < 60 6 mois 1 an < ans < ans < 30 Adultes < 150 ANAP 06/05/09 19

20 Répartition des taux d IgE totales t % de patient s Adapté de : Johanson, S.G.O., Strandberg K., Uvans, B. : Molecular and biological Aspects of the Acute Allergic Reaction, New York, Plenum Press, 1976, p Non atopiques 20% Atopiques IgE Totales (kui /l) Zone de recouvrement des deux populations, dans laquelle le taux d IgE totales ne permet pas de les différencier ANAP 06/05/09 20

21 Dosage des IgE totales sériques IgE totales sériques Augmentent dans d autres pathologies: viroses (VRS) Parasitoses Synd. inflammatoires Déficits immunitaires Pathologies auto-immunes Affections hépatiques Tabagisme ANAP 06/05/09 21

22 Dosage des IgE totales sériques Dosage des IgE totales sériques Pas d indication pour le diagnostic d allergie UTILE SI: suspicion syndrome d hyper IgE Suspicion d aspergillose broncho-pulmonaire allergique traitement t par anti IgE ANAP 06/05/09 22

23 Dosage des IgE spécifiques Tests multi-allergéniques de dépistage

24 IgE spécifiques circulantes (sériques) Tests de dépistage détection d IgE spécifiques contre un mélange d allergènes courants qualitatifs Résultat ANAP 06/05/09 24

25 spécificité 93% sensibilité 91% corrélation avec un diagnostic clinique d allergie 92%. ANAP 06/05/09 25

26 TROPHATOP Enfant Tests d aide au dépistage de l allergie alimentaire chez l enfant blanc d œuf Lait Arachide Moutarde Crevette Bœuf Kiwii Sésame Poisson Soja Noisette Blé ANAP 06/05/09 Contiennent les aliments en cause les plus importants en termes de fréquence et leur gravité, selon les données du CICBAA 26

27 TROPHATOP Adulte Tests d aide au dépistage de l allergie alimentaire chez l adulte blanc d œuf Lait Arachide Blé Poisson Soja Céleri Ail Levure Sésame Crevette Noisette Kiwi Banane ANAP 06/05/09 27

28 Tests d orientation (trophallergènes) fx5 : lait, BO, poisson, arachide, soja, blé fx24 : noisette, crevette, kiwi, banane fx25 : graine de sésame, levure de bière, ail, céleri fx26 : lait, BO, arachide, moutarde fx27 :poisson, noisette, soja, blé fx28 : crevette, kiwi, bœuf, sésame ANAP 06/05/09 28

29 Identification de l allergène en cause

30 IgE spécifiques cellulaires (tests cutanés) ANAP 06/05/09 30

31 Identification de l allergène en cause IgE spécifiques :Tests unitaires

32 Les tests unitaires sont utiles : - en cas de discordance entre les manifestations cliniques et les résultats des tests cutanés ; -en complément des tests cutanés : immunothérapie spécifique - en cas d impossibilité à réaliser les tests cutanés (dermatose évolutive, traitement antihistaminique impossible à arrêter) ou en cas de tests ininterprétables (dermographisme, peau aréactive) ANAP 06/05/09 32

33 EXPRESSION DES RESULTATS DE RECHERCHE DES IgE SPECIFIQUES DANS LE SERUM Ul / ml Classe Interprétation < IgE spéc. indétectables Taux très faibles Taux faibles Taux modérés Taux élevés Taux très élevés > Taux maximaux ANAP 06/05/09 33

34 ANAP 06/05/09 34

35 CELLULES Médiateurs chimiques ANAP 06/05/09 35

36 EOSINOPHILIE ANAP 06/05/09 36

37 EOSINOPHILIE Quand parler d hypereosinophilie? Nombre = 500 éléments/ µl= valeur seuil 550 et 750= verification 15 jours plus tard Sensibilité du taux d eosinophiles au corticoides : nombre =300 sous corticoides est un taux elevé ANAP 06/05/09 37

38 EOSINOPHILIE Diminution du taux pas d exposition allergénique traitement adapté Asthme / rhinite Si persistance hypereosinophilie autre cause= parasitose +++ ANAP 06/05/09 38

39 basophile Découvert en 1879 par Paul Ehrlich Peu représenté dans le sang périphérique(1à3%) augmente dans l asthme 2 fois identifié au sein des foyers inflammatoires i Basophile infiltre le tissu pulmonaire en cas d asthme mortel (résultat d autopsie ) L.Kepley (Congrès de AAAA/I 2001) ANAP 06/05/09 39

40 Basophile Méthodes de détection de l activation du basophile TDBH: abandonné par manque de fiabilité cellules rares, le nombre de PNB comptés au microscope était souvent insuffisant. Le test de libération de l histamine. Cytometrie +++ ANAP 06/05/09 40

41 Basophile Cytometrie de flux ANAP 06/05/09 41

42 Démarche diagnostique MEDIATEURS Médiateurs chimiques ANAP 06/05/09 42

43 cytokines ANAP 06/05/09 43

44 En pratique ANAP 06/05/09 44

45 ANAP 06/05/09 45

46 Conférence d experts Asthme-AllergieAllergie ANAP 06/05/09 46

47 Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur «Asthme et Allergie» année 2007 L éventail des experts est large représentant la pneumologie (Société de pneumologie de langue française) le monde du travail (Société française de médecine du travail) la pathologie allergique (Société française d allergologie et d immunologie clinique) les malades avec l association «Asthme & Allergie» des médecins provenant de la médecine générale, des hôpitaux généraux, du privé et de CHU en France. ANAP 06/05/09 47

48 Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur «Asthme et Allergie» année recommandations En grades (ABC) BUT: aider les praticiens à discerner ce qui est démontré de ce qui reste à prouver et/ou évaluer, concernant les différentes modalités d exploration ou de traitement de l asthme allergique. ANAP 06/05/09 48

49 Conclusion Le diagnostic est avant tout clinique Place de l anamnese +++ La biologie complément important et incontournable (discordance) Recommandations Algériennes ANAP 06/05/09 49

CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE. Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre

CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE. Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre INTRODUCTION La prévalence des maladies allergiques a doublé au cours des 15 dernières

Plus en détail

CAS CLINIQUE: Allergies alimentaires aux crustacés chez l adulte

CAS CLINIQUE: Allergies alimentaires aux crustacés chez l adulte CAS CLINIQUE: Allergies alimentaires aux crustacés chez l adulte Réalisé par: - Anca M Chiriac - Farah Hannachi - Pascal DEMOLY Département de Pneumologie et Addictologie Hôpital Arnaud de Villeneuve -

Plus en détail

REGLES DE PRESCRIPTION DES TESTS BIOLOGIQUES CONCERNANT L ALLERGIE (Nomenclature de biologie médicale)

REGLES DE PRESCRIPTION DES TESTS BIOLOGIQUES CONCERNANT L ALLERGIE (Nomenclature de biologie médicale) REGLES DE PRESCRIPTION DES TESTS BIOLOGIQUES CONCERNANT L ALLERGIE (Nomenclature de biologie médicale) 1) Le dosage des IGE totales sériques n est pas un test de dépistage de l allergie et ne peut pas

Plus en détail

A LA PÊCHE AUX POLLENS

A LA PÊCHE AUX POLLENS CAS CLINIQUE A LA PÊCHE AUX POLLENS Commencer Réalisé par le Dr Fontaine Allergologue, Praticien attaché au CHU de Reims SITUATION Madame D. Valérie, 35 ans, originaire de l Aisne, consulte au mois d

Plus en détail

2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue. F Lemoigne

2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue. F Lemoigne 2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue F Lemoigne Définitions Atopie: aptitude génétiquement déterminée à fabriquer des IgE asthme, rhinite allergique, dermatose atopique,

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Hervé Lefebvre Service d Endocrinologie, INSERM U982, IRIB, CHU et Université de Rouen, France Situation du sujet Les

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

Allergies aux poissons et aux viandes

Allergies aux poissons et aux viandes Allergies aux poissons et aux viandes Synthèse n 2 Dr Emmanuelle Schneider- CHU Tivoli- La Louvière- Belgique - Démarche diagnostique pratique, - Diagnostics différentiels, - Place des tests cutanés, de

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

LES ALLERGIES. 26 /03/09 Dr Porri Pneumo

LES ALLERGIES. 26 /03/09 Dr Porri Pneumo A. LES ALLERGIES 26 /03/09 Dr Porri Pneumo I. Définitions II. Physiopathologie A. La phase de sensibilisation B. La phase d allergie III. Pneumoallergènes A. Les acariens B. Les phanères d animaux C. Les

Plus en détail

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE Réseau d élevage caprin Poitou-Charentes, Vendée, Maine et Loire et Bretagne La conduite en

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES Entre les Soussignés : LTP CARCADO-SAISSEVAL 121 Boulevard Raspail 75006 PARIS 01 45 48 43 46 Représenté par le Chef d Etablissement Monsieur

Plus en détail

Caroline Thumerelle, Allergo : Aspects cliniques CERM 2007

Caroline Thumerelle, Allergo : Aspects cliniques CERM 2007 L'avis du clinicien : place de la biologie dans la prise en charge de l'allergie de l'enfant Dr Caroline THUMERELLE Unité de Pneumologie-Allergologie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille ALLERGIE SENSIBILISATION

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE Pr ILHEM CHARFEDDINE GARGOURI SERVICE ORL CHU HABIB BOURGUIBA SFAX TUNISIE Ilhem.gargouri@rns.tn SAONORL-CCF- ANOL ALGER 22-24/ 11/ 2013 Mon patient est-il allergique?

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION SPECIALE D ENTRAINEMENT N 1 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L Durée de l'épreuve : 1h30 - Usage de la calculatrice autorisé CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE PARTIE 1 : REPRÉSENTATION

Plus en détail

Journées de pneumo-allergologie pédiatrique A.Juchet, A.Chabbert-Broué

Journées de pneumo-allergologie pédiatrique A.Juchet, A.Chabbert-Broué Journées de pneumo-allergologie pédiatrique A.Juchet, A.Chabbert-Broué Patient allergique ou suspect d allergie Anamnèse Interrogatoire Enquête alimentaire Examen clinique Tests cutanés prick-tests (HSI)

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

L Agence de la Biomédecine

L Agence de la Biomédecine L Agence de la Biomédecine Organisation, missions et AMP Françoise MERLET Agence de la biomédecine francoise.merlet@biomedecine.fr Loi de bioéthique du 06 août 2004 l Agence de la biomédecine Une nouvelle

Plus en détail

B) APPLICATIONS EN CLINIQUE

B) APPLICATIONS EN CLINIQUE B) APPLICATIONS EN CLINIQUE I) INTRODUCTION Micropathologies thyroïdiennes fréquentes et coûteuses -Hypothyroïdies «infra-cliniques» -Hyperthyroïdies «infra-cliniques» -Micronodules thyroïdiens Dosages

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française Ministère de la Santé Français publie le plan Asthme 2002 L ANAES ( Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé) Par le biais d une

Plus en détail

Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih

Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih Biomarqueurs : Intérêt dans les infections chroniques PrP-res GAPDH VIH CD4 CVp CVc etc. Infection par le VIH : 3 phases

Plus en détail

Principes diagnostiques et thérapeutiques de l HSI

Principes diagnostiques et thérapeutiques de l HSI Principes diagnostiques et thérapeutiques de l HSI Docteur Claude PONVERT Service de Pneumologie & Allergologie Pédiatriques Hopital Necker-Enfants Malades (Paris) Démarche diagnostique in vivo et in vitro

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

MANIFESTATIONS CLINIQUES ET CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DE L ALLERGIE ALIMENTAIRE

MANIFESTATIONS CLINIQUES ET CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DE L ALLERGIE ALIMENTAIRE MANIFESTATIONS CLINIQUES ET CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DE L ALLERGIE ALIMENTAIRE Martine Drouet Unité Allergologie CHU - ANGERS Société Française de Toxicologie 29-30 nov 2012 - Toulouse Epidémiologie de l

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN Mercredi 02/09/15 Thème 1a - TP 1 : Le déroulement de la division cellulaire (= mitose) Microscope optique, acquisition numérique d image, titres, légendes et intégration dans un autre logiciel / Racines

Plus en détail

DIU HOMÉOPATHIE. Présentation. Objectifs. Organisation. Page 1 / 6 27/06/2016

DIU HOMÉOPATHIE. Présentation. Objectifs. Organisation. Page 1 / 6 27/06/2016 DIU HOMÉOPATHIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Diplôme université générique Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : DIU Homéopathie Nature de la formation : Diplôme Composante : UFR

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL

PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL REPUBLIQUE FRANCAISE PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL n 2016-1085 Conseil du 21 mars 2016 commission principale : éducation, culture, patrimoine et sport objet : Partenariat avec l'association FC Lyon

Plus en détail

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information SPI réalise les opérations de conditionnement industriel et de différenciation retardée (ou Co-packing) pour le compte d industriels

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35 septembre 2011 - numéro 35 points de repere Aujourd hui, plus de 4 millions de personnes ont, au titre de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une protection complémentaire gratuite.

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination Conflits d intérêt : Invitation à un congrès, missions d expertise (GSK) AT & IBV Invitation à un congrès, réunion scientifique (SPMSD)

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

Sylvain Dubucquoi : Biologie de l allergie, CERM 2007

Sylvain Dubucquoi : Biologie de l allergie, CERM 2007 : Biologie de l allergie, CERM 2007 Allergie : Le poids des chiffres! Exploration des hypersensibilités à IgE 4% de la population générale ~ 10% des enfants de moins de 2 ans (USA) Les manifestations s'aggravent!

Plus en détail

Diagnostic précoce de l allergie

Diagnostic précoce de l allergie Diagnostic précoce de l allergie F. Rancé, allergologie-pneumologie, hôpital des Enfants, Toulouse La prévalence des maladies allergiques chez l enfant (dermatite atopique, asthme, rhinite et conjonctivite

Plus en détail

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies...

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies... DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil Quel bilan pour quelles allergies... Asthme et rhinite...de O à 77 ans Dr CYRIL BERGOIN (Tourcoing) FMC TOURCOING 13 NOVEMBRE 2008 Rhinite et asthme : des maladies

Plus en détail

STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES

STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES Association affiliée à la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) Approuvés par l assemblée générale du 14 novembre 2014 PREAMBULE Dans

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

Cinq ans, cinq millions d'emplois

Cinq ans, cinq millions d'emplois Charles-Édouard Ranchin Cinq ans, cinq millions d'emplois Par le made in France Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles

«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles «Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles Plan Définition Historique Technique Modalités pratiques Mise en perspective Conclusions Social freezing: Définition Congélation

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 505 CIDR Tous droits de reproduction réservés Conseil technico-commercial aux aviculteurs comme stratégie de promotion vente du

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE RÈGLEMENT N o 5 RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Modifié le 10 juin 2014 cegepdrummond.ca Adopté au conseil d administration : 87-04-28-04 Modifié : 22 septembre 1987 (CA-87-09-22-09)

Plus en détail

Table des matières VOLUME I. Introduction...7. PREMIERE PARTIE - Une politique fiscale d accompagnement à la création d un marché intérieur...

Table des matières VOLUME I. Introduction...7. PREMIERE PARTIE - Une politique fiscale d accompagnement à la création d un marché intérieur... Table des matières VOLUME I Introduction....................................................................................7 PREMIERE PARTIE - Une politique fiscale d accompagnement à la création d un

Plus en détail

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie CIRCULAIRE N 3982 DU 03/05/2012 Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie Réseaux: tous Niveaux et services: Primaire : Primaire / Secondaire Période: Année

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le 23 janvier 2012 ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le ministre de la défense, le ministre de l éducation

Plus en détail

24 : PROLACTINE, THYROIDE

24 : PROLACTINE, THYROIDE Chapitre 24 : PROLACTINE, THYROIDE Item 246 : Hyperthyroïdie, argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Item 248 : Hypothyroïdie, argumenter l'attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

Le contrôle de la qualité des analyses de biologie délocalisées : Une approche sérieuse, sans trop alourdir votre tâche de travail

Le contrôle de la qualité des analyses de biologie délocalisées : Une approche sérieuse, sans trop alourdir votre tâche de travail COLLOQUE DES SERVICES COURANTS CLSC UMF GMF PAVILLON ALPHONSE-DESJARDINS UNIVERSITÉ LAVAL LES 1er ET 2 OCTOBRE 2009 Le contrôle de la qualité des analyses de biologie délocalisées : Une approche sérieuse,

Plus en détail

La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie

La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie Conflits d intérêt en rapport avec la présenta?on Honoraires de conférence : Thermofischer Par?cipa?on à un

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 2 : Règlement sur le financement de la lutte à l itinérance PRÉSENTATION Présenté par Madame Maurane Cloutier, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés

Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés Module 9 Détection qualitative du maïs MON810, du maïs Bt- 176 et du soja Roundup Ready par PCR M. Querci, M. Maretti,

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Convention collective nationale des entreprises d architecture. PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité

Convention collective nationale des entreprises d architecture. PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité Notice d'information n 2945 SOMMAIRE Document à signer et à remettre à votre employeur..................................................

Plus en détail

Travail de Maturité spécialisée, orientation pédagogie : point de situation

Travail de Maturité spécialisée, orientation pédagogie : point de situation Travail de Maturité spécialisée, orientation pédagogie : point de situation Date :... Professeur :... Elève :... Titre du TM :... Bien Suffisant Insuffisant 1. Etat des contacts préalables 2. Délimitation

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

Section Epidémiologie. Enquête de consommation alimentaire Belge 1 2004. Enquête de consommation alimentaire Belge 1-2004: IPH/EPI REPORTS N 2006 014

Section Epidémiologie. Enquête de consommation alimentaire Belge 1 2004. Enquête de consommation alimentaire Belge 1-2004: IPH/EPI REPORTS N 2006 014 Section Epidémiologie Enquête de consommation alimentaire Belge 1 2004 Enquête de consommation alimentaire Belge 1-2004: IPH/EPI REPORTS N 2006 014 Stephanie Devriese, Inge Huybrechts, Michel Moreau,

Plus en détail

Gabon. Convention fiscale avec la France

Gabon. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 20 septembre 1995 Entrée en vigueur le 1 er mars 2008 Art.1.- Personnes concernées La présente Convention s applique : a) en ce qui concerne les impôts sur le

Plus en détail

Règlement jeu concours Photo de Street Art

Règlement jeu concours Photo de Street Art Règlement jeu concours Photo de Street Art Article 1 : Organisation REGLEMENT DU JEU-CONCOURS Concours photo de Street Art - Money Time Battle Contest 4 L association MEDIANIMATION ci-après désignée sous

Plus en détail

Les mousses d aluminium CTIF

Les mousses d aluminium CTIF Elaboration de structures alvéolaires en alliage d aluminium par voie fonderie Les mousses d aluminium CTIF Y. Gaillard, M. Fleuriot, P. Hairy, C. Macke, P. Priot, A. Chabod, M. De Sousa Y. Gaillard Octobre

Plus en détail

LOCATION DU FOYER RURAL DE LA COMMUNE DE JALLANS

LOCATION DU FOYER RURAL DE LA COMMUNE DE JALLANS LOCATION DU FOYER RURAL DE LA COMMUNE DE JALLANS Vous trouverez dans ce dossier : - Le règlement intérieur de la salle - Le contrat de location - La fiche d état des lieux - Consignes aux utilisateurs

Plus en détail

Règlement d'admission

Règlement d'admission Règlement d'admission concernant la formation d'éducateur spécialisé 1. Définition de la profession et du contexte de l intervention des éducateurs spécialisés Selon l arrêté du 20 Juin 2007 relatif au

Plus en détail

L origine du Cancer. Docteur Jean-Philippe SPANO

L origine du Cancer. Docteur Jean-Philippe SPANO L origine du Cancer Docteur Jean-Philippe SPANO La Cancérogénèse Un tissu sain est le résultat de la juxtaposition d un grand nombre de cellules identiques A chaque instant, le nombre de cellules qui naissent

Plus en détail

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable 1 2 Le crédit permet à l emprunteur d acquérir des biens et services ou de réaliser des investissements,

Plus en détail

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse.

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse. Page 1 sur 10 1. Définition. C est une méthode de séparation, non destructrice en son principe, basée sur le fait que le coefficient de partage d un soluté entre deux phases dépend de la nature du soluté,

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

10/04/2016 1 LE CONTEXTE LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER. LE CONTEXTE LES APPROCHES DU TRAVAIL à L ETRANGER

10/04/2016 1 LE CONTEXTE LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER. LE CONTEXTE LES APPROCHES DU TRAVAIL à L ETRANGER Dr. Philippe HAVETTE Médecin coordonnateur Groupe La Poste 2016 DIUST 1 1 LE CONTEXTE Les différents séjours à l étranger Les approches du travail à l étranger 2 SANTE AU TRAVAIL ET EXPATRIATION Les 3

Plus en détail

FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018

FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018 FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018 Siège Social : IFSP 15, rue des Tulipiers 38280 VILLETTE D ANTHON Tél. 06 25 45 92 85 ou 06 74 10 14 16 / Mail : contact@ifsp-lyon.fr

Plus en détail

Ronéo BRUN MI6 Groupe 5 (Elvira+Julie) Physiologie LA GLANDE THYROIDE. A- Présentation de la glande thyroïde

Ronéo BRUN MI6 Groupe 5 (Elvira+Julie) Physiologie LA GLANDE THYROIDE. A- Présentation de la glande thyroïde Ronéo BRUN MI6 Groupe 5 (Elvira+Julie) Physiologie LA GLANDE THYROIDE A- Présentation de la glande thyroïde Glande à forme générale de papillon, constituée de 2 lobes reliés par un isthme et d un prolongement

Plus en détail

INTRODUCTION. Mise en contexte

INTRODUCTION. Mise en contexte Étude des distributions de racines fines d arbres et de fourrage en fonction de la profondeur et de la distance aux arbres dans un système agroforestier de cultures intercalaires Léa BOUTTIER, étudiante

Plus en détail

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Recherche sociologique sur le groupe professionnel des médecins de

Plus en détail

Hyperthyroïdies. à l amiodarone CORSICA MEDICINA. Samedi 30 Octobre 2010 CALVI

Hyperthyroïdies. à l amiodarone CORSICA MEDICINA. Samedi 30 Octobre 2010 CALVI Hyperthyroïdies à l amiodarone CORSICA MEDICINA Samedi 30 Octobre 2010 CALVI Plan de la présentation Synthèse des hormones thyroïdiennes, structure, apports iodé moyens Adaptation de la fonction thyroïdienne

Plus en détail

Allergie ou intolérance alimentaire?

Allergie ou intolérance alimentaire? Allergie ou intolérance alimentaire? Problématique Le mot «allergie» est communément utilisé pour désigner une «réaction anormale» à la prise d un aliment, suspecté de cette réaction et entraînant divers

Plus en détail

DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE

DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE INDIVISION ET / OU DÉMEMBREMENT Compte Titres Livret La plus belle invention pour votre argent ÉTAPE 1 Remplir, dater et signer votre dossier d ouverture de compte ÉTAPE 2

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 188 (2004-2005) N 1 188 (2004-2005) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET modifiant le Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus en vue de favoriser l utilisation

Plus en détail

éduscol Biotechnologies

éduscol Biotechnologies éduscol Biotechnologies Classe de terminale «Les bio-industries» : les agro-carburants Domaine / Thème Les Bioindustries : Agro-carburants Ressources pour le lycée technologique Repère dans l année Pré-requis

Plus en détail

l audit énergétique l audit partagé sur mesure

l audit énergétique l audit partagé sur mesure l audit énergétique l audit partagé sur mesure Rénovation énergétique : les objectifs du Grenelle Consommation d'énergie en copropriété (kwh/m²/an) Et vous pour vous, quelle est votre consommation en kwh/m²/an?

Plus en détail

Atelier «Choisir la forme juridique adaptée à son projet» Mairie de Paris Carrefour des Associations Parisiennes

Atelier «Choisir la forme juridique adaptée à son projet» Mairie de Paris Carrefour des Associations Parisiennes Atelier «Choisir la forme juridique adaptée à son projet» Mairie de Paris Carrefour des Associations Parisiennes 1 Modalités de fonctionnement Le CAP vous invite AVANT votre formation à télécharger vos

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. S. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 6 Appel n o : GE-13-1616 ENTRE : M. S. M. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Le grafcet et les modes de marches

Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches... 1 Le gemma... 2 Exemple corrigé : Tri de caisse... 6 Exercice : Machine de conditionnement par lot de 3 paquets... 9 Les Modes de

Plus en détail

NOR: SANP0622070D Version consolidée au 22 décembre 2014

NOR: SANP0622070D Version consolidée au 22 décembre 2014 1 sur 6 22/12/2014 09:53 DECRET Décret n 2006-1660 du 22 décembre 2006 relatif au don de gamètes et à l'assistance médicale à la procréation et modifiant le code de la santé publique (dispositions réglementaires).

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE CONSIGNES AUX CANDIDATS SESSION 2016. Epreuves ponctuelles terminales Candidatures individuelles

CAP PETITE ENFANCE CONSIGNES AUX CANDIDATS SESSION 2016. Epreuves ponctuelles terminales Candidatures individuelles CAP PETITE ENFANCE CONSIGNES AUX CANDIDATS Epreuves ponctuelles terminales Candidatures individuelles SESSION 2016 Le titulaire du C.A.P Petite enfance est un professionnel qualifié compétent pour l accueil

Plus en détail

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic UE DE CULTURE GENERALE INITIATION A LA CONDUITE DE PROJET DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic fduclot@univ-montp2.fr ltelley@univ-montp2.fr PARTENARIAT Introduction - Qu est qu un partenariat? - Comment trouver

Plus en détail

Dr Mauger SAMU 27 CHI Eure seine

Dr Mauger SAMU 27 CHI Eure seine Dr Mauger SAMU 27 CHI Eure seine musculaires:classification Extrinsèque: contusion ( dilacération des fibres musculaires) Choc externe appliqué sur le muscle Entre joueurs, chute au sol, choc contre objet

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT V.A.E. D.S.B. VISANT LE DIPLÔME D ÉTAT ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ (DEES) Inscriptions ouvertes jusqu au 19 novembre 2009.

ACCOMPAGNEMENT V.A.E. D.S.B. VISANT LE DIPLÔME D ÉTAT ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ (DEES) Inscriptions ouvertes jusqu au 19 novembre 2009. IRTS Aquitaine PÔLE RESSOURCES AQUITAINE Ce.F ITS Fondation John Bost Pierre Bourdieu ETCHARRY Formation Ce.F Centre de Formation au Travail Sanitaire et Social - Fondation John Bost DOSSIER D INSCRIPTION

Plus en détail

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Culture Portes de Gascogne Avril 2016 Contexte de l appel à projet Le projet street-art de la commune de Tournecoupe

Plus en détail

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique STATUTS Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901, ayant pour dénomination : AIDUCE : Association Indépendante

Plus en détail