TMS 12 = d w 2 = (1 p)u (w 1 ) (w 2 )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TMS 12 = d w 2 = (1 p)u (w 1 ) (w 2 )"

Transcription

1 Chapitre 7 La demande d assurance Sommaire 7. Introduction Élaboration d un contrat d assurance élémentaire Quelques relations La demande d assurance Contrat d assurance optimal L auto-assurance L auto-protection Introduction NOUS SAVONS QUE LES PERSPECTIVES RISQUÉES ont un indice d utilité égal à leur espérance d utilité. Considérons un individu ayant une aversion pour le risque. Il est confronté à une infinité de perspectives risquées définies de la façon suivante : il existe deux états du monde s et s 2 ; les probabilités sont ( p) et p ; les gains (revenus, richesses...) sont des grandeurs monétaires w et w 2 variant de zéro à l infini. Si la fonction d utilité du revenu certain de l individu est u, l utilité d une perspective risquée quelconque s écrit U ( w, w 2 ;( p), p ) = ( p) u(w ) p u(w 2 ), (w w 2 ) R 2, p [ ]. Si on admet que p est fixé, alors cette fonction ne dépend que du couple (w, w 2 ) et peut se représenter sous forme de courbes d indifférence. On montre facilement que les courbes d indifférence d un individu présentant une aversion pour le risque (u > et u < ) sont convexes. La première bissectrice s appelle la ligne de certitude. Elle décrit toutes les perspectives risquées qui ont la particularité d être certaines (sur la première bissectrice, on a en effet w = w 2 ). Le taux marginal de substitution entre richesse dans l état du monde et richesse dans l état du monde 2 s écrit, TMS 2 = d w 2 = ( p)u (w ) d w pu > (7.) (w 2 ) et il est classiquement défini comme l opposé de la pente en un point d une courbe d indifférence. Une des particularités du TMS est la valeur qu il prend sur la ligne de certitude. Sur cette dernière, on a par définition w = w 2. Par conséquent, le TMS s écrit, On a donc la proposition, TMS 2 = ( p)u (w ) pu (w ) = p p (7.2). Faites le!

2 2 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE w ligne de certitude w FIGURE 7. Courbes d indifférence et ligne de certitude Proposition. En tout point de la ligne de certitude, le taux marginal de substitution est égal au rapport des probabilités des deux états du monde w 2 TMS= p ligne de certitude p U = U FIGURE 7.2 TMS et ligne de certitude Supposons qu un individu soit confronté à la situation risquée suivante représentée par le point O dans le graphique 7.3 : dans l état du monde sa richesse vaut w = 6 alors que dans l état du monde 2 elle ne vaut que w 2 =,5. Une représentation sous forme de courbes d indifférence montre qu il existe une infinité de couples (w, w 2 ) R 2 qui lui procureraient plus de satisfaction. Certains de ces couples comme les pointsa, A 2,... sont certains. D autres comme les points B, B 2,... sont risqués. Considérons maintenant l ensemble des perspectives risquées qui ont la même espérance de gain que notre projet risqué original O = (w, w 2 ). L espérance de gain au point O qu on notera par commodité E[O] est, w E[O] = ( p)w pw 2. (7.3)

3 7.2. ÉLABORATION D UN CONTRAT D ASSURANCE ÉLÉMENTAIRE w 2 w 2 = p p w E[O] p A B 3 B 2 A 2 A 3 B ligne de certitude O U = U w FIGURE 7.3 Comparaison des perspectives risquées Appelons Ω l ensemble des perspectives risquées ayant la même espérance de gain que le projet O, Ω = { (w, w 2 ) R 2 } E[O] = ( p)w pw 2. (7.4) Un calcul élémentaire montre que l ensemble des couples de Ω définissent une droite, w 2 = p p w E[O] p = p p w ( p)w pw 2, (7.5) p de pente p p et passant par le point O. Le graphique 7.3 montre que : certaines perspectives risquées comme B, B 2, A 3 sont préférées par l individu tout en «rapportant plus en moyenne» que la perspective risquée originale ; certaines perspectives risquées comme B 3 sont plus appréciées bien qu elles «rapportent moins en moyenne» ; d autres comme A 2 sont plus appréciées tout en ayant la même espérance de gain ; enfin, il en existe une le point A dont l utilité est identique à celle de la perspective risquée originale mais qui est «certaine». Ce n est rien d autre que ce que nous avons déjà appelé le revenu équivalent certain de O. On pourrait généraliser ce graphique en traçant des courbes «d iso-espérance de gain». Je vous laisse tracer un tel graphique à titre d exercice. Ces préliminaires étant faits, nous allons commencer à nous intéresser aux assurances. Mais avant de nous y plonger tout à fait, j aimerais vous faire remarquer que dans le graphique précédent il existe plusieurs zones intéressantes. Dans le graphique 7.4, on constate qu il existe une zone où les projets risqués sont plus appréciés que O tout en «rapportant moins en moyenne» que O. C est la présence de cette zone 2 qui permet de comprendre l existence des entreprises d assurance. 7.2 Élaboration d un contrat d assurance élémentaire Considérons un individu possédant une certaine richesse composée d une partie certaine et d une partie risquée. Pour fixer les idées, on admettra que l individu possède de l argent (w ) et une maison qui vaut A. Cette maison est soumise à un risque (unique) d incendie. Pour simplifier (considérablement) les choses, on admettra que s il 2. Chez un individu qui présente une aversion pour le risque.

4 4 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE w 2 w 2 = p p w E[O] p O FIGURE 7.4 Une zone intéressante U = U n y a pas d incendie, elle vaut A alors que s il y a un incendie elle vaut zéro. La probabilité d un incendie pendant une période donnée est p. La valeur de la maison est donc une variable aléatoire qui suit une loi de Bernoulli. On a l habitude de travailler avec une variable aléatoire équivalente qui rend compte des dommages subis par la maison. Si on note D la valeur des dommages, on aura, ligne de certitude w Pr[D = ] = p (7.6) Pr[D = A] = p (7.7) En supposant que la partie certaine de la richesse vaut 3, que la maison vaut 2, la situation d un individu qui n est pas assuré se représente par le point O sur la figure 7.5. Supposons maintenant qu une entreprise d assurance propose à cet individu le contrat suivant : l individu paie une prime P =, disons en début d année ; L assurance lui rembourse sa maison si elle brûle. Le dédommagement qu on note q est égal à la valeur du dommage subi si le risque se réalise, c.-à-d. D = A. Le fait de payer une prime P = va réduire la richesse de l assuré dans les deux états du monde. En effet, la prime est versée en début d année de façon certaine. Que la maison brûle ou pas, l assuré sera moins riche du montant de la prime. Sur le graphique 7.5, l assuré est situé au point O = (4,2) une fois la prime payée. Si l affaire devait en rester là, il est clair que l assuré refuserait la proposition de l assureur : sa richesse étant inférieure à ce qu elle était dans les deux états du monde, son niveau d utilité est évidemment plus faible (U O < U ). Mais l affaire n en reste justement pas là : dans l état du monde où le risque d incendie se réalise, l assureur va verser un dédommagement égal à la valeur de la maison (d = 2). Par conséquent, la situation finale de l individu est en réalité représentée par le point O = (4,4). Or, on constate que le point O correspond ici à une situation certaine et, surtout, l indice d utilité de l individu a augmenté (U O > U ). On en déduit que dans le cas présent l individu acceptera volontiers la proposition de l assureur Nous venons de voir qu un contrat d assurance est constitué par la donnée d une prime et d un dédommagement, c.-à-d. d un couple (P, q). Il nous reste à affiner notre présentation Quelques relations Relation indemnité-dommage. On se doute qu il doit exister une relation entre le montant du dédommagement q et le dommage subi D. On ne voit pas pourquoi l assurance verserait une indemnité pour un dommage

5 7.2. ÉLABORATION D UN CONTRAT D ASSURANCE ÉLÉMENTAIRE 5 Richesse si incendie w 2 O Richesse si pas d incendie O FIGURE 7.5 Prime et dédommagement ligne de certitude O U = U qui n existe pas et inversement que l assuré paierait une prime pour être dédommagé de la même façon selon que sa maison est détruite ou qu elle subit un dommage mineur. Dans le cas général, on doit donc admettre qu une relation existe ; on la notera q = Q(D). (7.8) La fonction Q possède les propriétés suivantes : si D = alors q =. L absence de dommage entraîne l absence de dédommagement ; d q dd d q dd. L indemnité ne peut décroître lorsque le dommage devient plus important ;. L indemnité ne croît jamais plus vite que la valeur du dommage. Avec ces hypothèses, on montre facilement que q D. Exercice. Démontrer la proposition précédente. On notera que le dédommagement est une variable aléatoire 3 dont la densité de probabilité f (q) se déduit de f (D). Elle est bornée par le dédommagement minimum (q = ) et le dédommagement maximum (q max D). Nous venons d évoquer de façon «générique» le lien entre indemnité et dommage. Il n est sans doute pas inutile de préciser la forme que prend la fonction Q. Parmi l infinité diversité des fonctions Q possibles, on distingue traditionnellement deux fonctions élémentaires. Elles donnent naissance à ce qu on appelle : le contrat de coassurance ; le contrat avec franchise. On parlera de contrat de coassurance lorsque l indemnité est une proportion donnée du montant du dommage subi, q = ad, a. (7.9) Cela signifie que l assuré prend à sa charge une proportion du dommage Si a = l indemnité est nulle. On dit alors qu il y a conservation totale du risque par l assuré. En revanche, si a =, l indemnité est toujours égale au dommage et l assuré n a plus à subir les conséquences financières de la réalisation du risque. Ainsi, il y a coassurance si votre assureur vous dit qu il prendra en charge 9% de la valeur des réparations de votre voiture lorsque vous avez un accident. w 3. Allez vérifier dans votre cours de probabilité que cette proposition est vraie!

6 6 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE On parlera de contrat avec franchise lorsqu une partie donnée de la valeur des dommages reste à la charge de l assuré lorsque le risque se réalise, { q = si q F, (7.) q = D F si q > F. Il y a franchise lorsque votre assureur vous dit qu il prendra en charge l intégralité des frais de réparation de votre automobile, à l exception par exemple des premiers, qui restent à votre charge q assurance avec franchise coassurance franchise FIGURE 7.6 Relation dommage-indemnité : la coassurance et la franchise Il existe évidemment dans la réalité une infinité de possibilités pour la fonction Q. L une de celles qui vient immédiatement à l esprit est par exemple un mélange des deux systèmes précédents, c.-à-d. un système de coassurance avec franchise. Mais on trouve aussi ce que les anglo-saxons appellent «disappearing deductible», c.-à-d. une franchise suivie d un remboursement total ou encore un «plafonnement de l indemnité», c.-à-d. un remboursement couvrant l intégralité des dégâts jusqu à un certain montant à partir duquel l indemnité n augmente plus. La relation prime dédommagement L activité essentielle d une société d assurance est d offrir des contrats d assurance, c.-à-d. des engagements mutuels de l assuré et de l assurance de payer une prime (ou cotisation) contre le versement d une prestation si un risque se réalise (qu on appelle le «sinistre») au cours d une période donnée. Dès 776, Adam Smith évoque dans La richesse des nations le lien qui doit exister entre la prime versée par l assuré, le dédommagement et... d autres choses encore : Pour que l assurance, ou contre l incendie, ou contre les risques de mer, soit une industrie, il faut que la prime ordinaire soit suffisante pour compenser les pertes ordinaires, payer les frais de l établissement et fournir le profit qu aurait pu rapporter le même capital employé à tout autre commerce. (Smith, 99) À la fin du XIX e siècle, Alfred Marshall évoque dans une note de bas de page le calcul d une prime d assurance : But of course every insurance office, after calculating what is a theoretically fair premium, has to share in addition to it enough to pay profits on its own capital, and to cover its own expenses of working, among which are often to be reckoned very heavy items for advertising and for losses by fraud. (Marshall, 979, III,VI,6) Tout ce que nous avons dit jusqu à présent est assez sommaire parce que nous nous sommes focalisés sur des risques binaires. Ce n est évidemment qu une simplification grossière (mais pratique) de la réalité. Imaginons maintenant que l assuré verse une prime P mais que le risque auquel il est soumis conduise à un éventail de valeurs possibles de dommages et donc de dédommagements. Dans le cas d une automobile, par exemple, les dommages peuvent aller du simple rétroviseur cassé à une destruction totale du véhicule. La façon la plus simple de faire une synthèse des dédommagements possibles compte tenu du lien évoqué précédemment entre dommage et dédommagement (voir relation 7.8) est d en calculer l espérance. Notons E[q] l espérance de dédommagement. D

7 7.2. ÉLABORATION D UN CONTRAT D ASSURANCE ÉLÉMENTAIRE 7 Comme l avaient noté Smith et Marshall, le «travail d assurance» est une activité coûteuse. Plus près de nous, Artur Raviv précise en quoi consiste ces coûts : Provision of the insurance is costly, with the cost consisting of fixed and variable (depending of the size of the insurance payments) components. (Raviv, 979) Avec lui, on notera c(q) le coût d un dédommagement q, avec c() = a, c (.), c (.) (7.) La fonction de coût est croissante, elle incorpore éventuellement des frais fixes (lorsque a > ) et les coûts marginaux sont non décroissants. Il s ensuit que tout dédommagement d un montant q se traduit par une dépense q c(q) ou, si on préfère, tout dommage d un montant D se traduit pour l assureur par une dépense Q(D) c(q(d)). Les primes demandées aux assurés doivent globalement couvrir les dépenses (dont nous avons dit qu elles étaient aléatoires). Par conséquent, P doit vérifier 4 P E[Q(D) c(q(d))] (= E[q c(q)]) (7.2) Pour simplifier les choses, on suppose généralement que dans (7.), les coûts fixes sont nuls (a = ) et les coûts marginaux constants (c (q) = λ) 5. Si les coûts incluent la rémunération normale du capital, alors la prime demandée doit vérifier P = ( λ)e[q(d)] (= ( λ)e[q]) (7.3) On appelle alors λ le taux de chargement La demande d assurance Les modèles de demande d assurance consistent à étudier le comportement d un consommateur lorsqu on lui propose un contrat d assurance dont les caractéristiques (taux de chargement, existence ou non d une franchise, proportion de coassurance, etc.) sont fixées de façon exogène (Mossin, 968; Smith, 968). position du problème Nous nous plaçons dans le cas décrit à la section 7.2 d un individu possédant une richesse certaine et une maison soumise au risque d incendie. Si l individu ne s assure pas, sa richesse vaudra w A s il n y a pas d incendie et w en cas d incendie. L utilité de cette perspective risquée est ( p)u(w A) pu(w ). (7.4) S il s assure, sa richesse vaudra w A P s il n y a pas d incendie et w P q dans le cas contraire. Nous avons vu précédemment que P et q sont en réalité des fonctions et donc, de façon générale, on peut écrire l utilité une fois assuré sous la forme ( ) ( ) ( p) u w A ( λ)e[q(d)] p u w ( λ)e[q(d)] q(d). (7.5) } {{ } } {{ } } {{ } P L individu choisira de s assurer si compte tenu de λ et de q(d) l utilité une fois assuré est supérieure à celle lorsqu il ne l est pas, c.-à-d. si ( ) ( ) ( p) u w A ( λ)e[q(d)] p u w ( λ)e[q(d)] q(d) ( p)u(w A) pu(w ). (7.6) } {{ } } {{ } } {{ } P Comme on le constate, ce problème ne peut être traité que si on connaît le taux de chargement et la fonction d indemnité. Pour fixer les idées, servons-nous des deux formes élémentaires de contrats que nous avons déjà évoqués : la coassurance et la franchise. P q P q 4. En fait, ceci n est vrai que si l assureur est neutre par rapport au risque. 5. Dans ces conditions, la fonction de coût s écrit c (Q(D)) = λq(d).

8 8 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE la coassurance Dans le cas de la coassurance, les grandeurs qui nous manquent s écrivent :. q = q(d) = ad, or, comme D = A, il vient q = a A 2. P = ( λ) E[q(D)] = ( λ) E[aD] = ( λ) a E[D] = ( λ) a ( ( p) pd ) = ( λ) a p D. Comme D = A, il vient P = ( λ) a p D = ( λ) p q 3. λ = λ la franchise Dans le cas de la franchise, les grandeurs qui nous manquent s écrivent :. q = q(d) = D F si D > F. Comme D = A > F 6, il vient q = A F 2. P = (λ)e[q(d)] = (λ)e[d F ] = (λ) ( ( p)p(d F ) ) = (λ) p (D F ) et donc, puisque A = D, on a P = ( λ) p (A F ) = ( λ) p q 3. λ = λ Si vous examinez attentivement les deux points 2) ci-dessus, vous constaterez que la coassurance et la franchise conduisent toutes deux à une règle simple mettant en relation la prime versée et le montant du remboursement. En effet, dans les deux cas, on a P = ( λ) p q. (7.7) Puisque la probabilité p est connue et que λ est fixé par l assureur, on peut simplifier cette expression en P = γq avec γ = ( λ) p. (7.8) Proposition 2. Les deux contrats types conduisent dans le cas d un risque binaire 7 à une relation linéaire entre prime et dédommagement. Désormais, γ sera appelé le «coefficient de prime». Nous allons représenter le choix effectif de l assuré sous la forme d un problème de maximisation de l utilité sous contrainte. De façon générale, le choix d un assuré s exprime sous la forme du tableau 7.. On note (w, w 2 ) la TABLE 7. CHOIX D UN INDIVIDU ASSURABLE pas d incendie incendie pas d assurance w = w A w2 = w A D = w assurance w = w P w 2 = w2 P q richesse initiale de l individu dans les deux états du monde. On note (w, w 2 ) sa richesse finale dans les deux états du monde s il s assure. On suppose que l assureur propose un coefficient de prime γ et que l individu est libre de choisir le montant de la prime qu il souhaite verser ou, ce qui revient au même, le montant de l indemnité qu il entend recevoir si le risque se réalise. Dans le cas de la coassurance, choisir la prime P revient à choisir le coefficient a. Dans le cas de la franchise, cela revient à choisir la franchise F. On peut établir la contrainte budgétaire de l individu assurable. En effet, P = w w (7.9) puisque P = γq, w 2 = w 2 P( γ ) (7.2) = w 2 = w 2 ( γ )( w w ) (7.2) = w 2 = ( γ )w w 2 ( γ )w (7.22) Puisque γ, w et w 2 sont des paramètres connus, on reconnaît là l équation d une droite de pente γ < passant par le point caractérisant la situation originelle (w, w 2 ). Cette droite représente la contrainte budgétaire 6. Comme il s agit d un risque binaire, la maison est soit intacte soit détruite. En cas de destruction, le problème n a évidemment d intérêt que si la franchise est inférieure à la valeur de la maison. Si la franchise est égale à la valeur de la maison, cela revient à dire que l assureur ne doit jamais rien à l assuré et on ne voit pas qui serait assez fou pour payer une prime pour finalement... ne pas être assuré. 7. La précision est importante.

9 7.2. ÉLABORATION D UN CONTRAT D ASSURANCE ÉLÉMENTAIRE 9 d un individu assurable : elle décrit l ensemble de toutes les combinaisons de richesses qui lui sont accessibles du fait du contrat linéaire au taux γ proposé par l assurance. On vérifie facilement que, γ = = q P P = P q = q P P P < (7.23) q Puisque l individu peut choisir le montant de la prime (et donc du remboursement induit par le coefficient de prime γ), il est clair qu il va sélectionner la combinaison finale (w, w 2 ) qui maximise son espérance d utilité. P Richesse si incendie w 2 w 2 = ( γ )w w 2 ( γ )w (w, w 2 ) q P P q P (w, w 2 ) Richesse si pas d incendie FIGURE 7.7 Contrainte budgétaire de l individu assurable Dans le graphique 7.7, le système d axe correspond aux richesses possibles de l individu dans les deux états du monde. La richesse initiale est représentée au point (w, w 2 ). La contrainte budgétaire de l individu assurable est la droite de pente ( γ ) passant par le point de richesse initiale. Supposons qu un assureur propose un contrat avec un certain «coefficient de prime» γ à un individu dont la richesse initiale est (w, w 2 ). Compte tenu de ce coefficient de prime, admettons que l individu choisisse de payer une prime P pour un dédommagement «net» de q P. Dans ces conditions, sa richesse finale dans les deux états du monde est (w, w 2 ). Le «deuxième» système d axe dont l origine est située au point de richesse initiale montre le lien entre prime, remboursement net et richesse dans les deux états du monde 8. La prime optimale pour un γ donné L assureur propose un «coefficient de prime» γ et le libre choix du montant de la prime. Nous avons vu que nous pouvons en déduire la contrainte budgétaire Notre assuré se voit donc offrir un choix. Comme il a des préférences sur les couples (w, w 2 ), il va sélectionner le couple qui maximise son utilité, c.-à-d., il va résoudre le programme, w 8. Dans le deuxième système d axe, l axe des abscisses représente les primes qui réduisent w et l axe des ordonnées le remboursement obtenu en cas de sinistre déduction faite de la prime, c.-à-d. ce que perçoit réellement l assuré et qui augmente w 2.

10 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE max ( p)u(w ) pu(w 2 ) (7.24) w,w 2 sc : w 2 = ( γ )w w 2 ( γ )w (7.25) On remarque que les variables caractéristiques d un contrat d assurance (P, q) ont «disparu». Ce n est évidemment qu une illusion. Comme on le voit sur le graphique 7.7, il est clair que P = w w de même que q P = w 2 w2. Écrivons le lagrangien du programme, L (.) = ( p)u(w ) pu(w 2 ) λ ( w 2 ( γ )w w2 ( γ )w ) ligne de certitude (7.26) La solution optimale doit vérifier, L (.) w = ( p)u (w ) λ ( ) γ = L (.) w 2 = pu (w 2 ) λ = (7.27) L (.) λ = w 2 ( γ )w w2 ( γ )w = Ce qui conduit à la condition, ( p)u (w ) pu = γ (w 2 ) γ (7.28) On reconnaît évidemment dans le membre de gauche le taux marginal de substitution entre richesses dans les deux états du monde et dans le membre de droite l opposé de la pente de la contrainte budgétaire de l assuré. Il faut par ailleurs que la contrainte budgétaire soit saturée. Richesse si incendie w 2 γ γ q o P o (w, w 2 ) ( p)u (w ) pu (w 2 ) Richesse si pas d incendie P o FIGURE 7.8 Sélection d une prime optimale (w, w 2 ) Graphiquement (voir figure 7.8), le point optimal est situé au point de tangence entre le plus «haute» des courbes d indifférence et la contrainte budgétaire de l assuré. Compte tenu de ses préférences et notamment, son aversion pour le risque, sa richesse optimale est (w, w 2 ) dans les deux états du monde, ce qui signifie que w

11 7.2. ÉLABORATION D UN CONTRAT D ASSURANCE ÉLÉMENTAIRE l individu va verser une prime P o pour recevoir dans l état du monde défavorable un remboursement net de q o P o. On constate que dans notre illustration graphique, l individu n est pas assuré «parfaitement». En effet, en dépit de l assurance, il existe une variabilité résiduelle de ses ressources dans les deux états du monde puisque w reste supérieur à w 2. Il serait judicieux de se demander dans quelles circonstances l individu peut être parfaitement assuré. La réponse est étonnamment simple. Supposons que l individu choisisse de s assurer parfaitement. Cela veut dire deux choses :. puisque c est un choix, il est forcément optimal. Donc la relation (7.28) est vérifiée ; 2. puisque l assurance est parfaite, les revenus dans les deux états du monde sont égaux : w = w 2. Par conséquent, notre problème s écrit, ( p)u (w ) pu = γ (w 2 ) γ (7.29) w = w 2 (7.3) = ( p)u (w ) pu = γ (w ) γ = p p = γ γ Par conséquent, nous pouvons avancer la proposition suivante : (7.3) = γ = p (7.32) Proposition 3. lorsque le coefficient de prime γ pratiqué par l assureur est égal à la probabilité pour que le risque se réalise, l assuré choisira de s assurer parfaitement. Maintenant, nous pouvons pousser un peu plus loin notre investigation. Nous avons vu précédemment que le couple (w, w 2 ) choisi par l assuré dépend de la pente de la contrainte budgétaire, c.-à-d. in fine du coefficient de prime pratiqué par l assureur. On se doute que lorsque ce coefficient de prime varie (c.-à-d., lorsque la contrainte budgétaire pivote), le point optimal change. Même si les termes utilisés sont volontairement vagues, on voit qu on peut établir une relation entre la «quantité d assurance demandée» (exprimée par le montant de la prime versée) et le «prix» de l assurance (exprimé par le coefficient γ). Sous réserve d une analyse plus approfondie, on retrouve une relation similaire à une fonction de demande : le montant de la prime est une fonction décroissante du coefficient de prime, c.-à-d. la quantité d assurance demandée est d autant plus faible que le prix de l assurance est élevé. Il nous reste maintenant à revenir sur nos deux contrats types : coassurance et franchise. Nous avons vu page 8 que le contrat de coassurance se caractérise par le fait que P = ( λ) a p D = ( λ) p q. Dans notre approche générale, nous avons déterminé pour chaque valeur de γ = ( λ)p un couple (w, w 2 ) optimal et donc une prime P o optimale. Puisque p et D sont connus, on peut écrire P o (λ) = ( λ) a p D = a = P o (λ) ( λ) p D (7.33) Dans un contrat de coassurance, choisir une prime optimale revient pour l assuré à choisr le taux a de coassurance. Le taux choisi dépend du taux de chargement λ pratiqué par l assurance. On montre facilement que si le taux de chargement est nul, un individu s assurera totalement et, de plus, a =. En effet, nous avons vu avec la proposition 3 que l assurance est totale si p = γ. Comme γ = ( λ)p, on en déduit que λ est égal à zéro. Dans un contrat de coassurance, un taux de chargement nul conduit l assuré à s assurer totale- Proposition 4. ment. Si l assuré s assure totalement, alors w = w 2. On a donc, w P = w 2 P q, (7.34) = w A P = w A D P q, (7.35) = q = D. (7.36) Or, comme q = ad, il vient, ad = D = a =. (7.37)

12 2 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE Dans le cas de la franchise, on a P = ( λ) p (A F ) = ( λ) p q. On peut donc écrire P o (λ) = ( λ) a p (A F ) = F = A P o (λ) ( λ) p D. (7.38) Dans un contrat avec franchise, choisir une prime optimale est équivalent à choisir un montant de franchise optimal. Ce montant dépend du taux de chargement λ pratiqué par l assureur. Une fois encore, on montre aisément que si le taux de chargement est nul, l assuré s assurera totalement et le montant de la franchise sera nul. Proposition 5. Dans un contrat avec franchise, un taux de chargement nul se traduit par une assurance totale et par le choix d une franchise nulle. Exercice 2. Montrer la proposition précédente. 7.3 Contrat d assurance optimal Nous avons jusqu à présent décrit des contrats d assurance simples où la prime dépend de la valeur actuarielle du contrat et le montant de l indemnité varie «linéairement» avec le montant des dommages subis (contrat de coassurance ou contrat avec franchise). On sait cependant que la forme générale d un contrat est un couple (P, q) où q est une fonction Q du montant du préjudice subi. Cela signifie donc qu il existe une infinité de contrats concevables qui ne diffèrent que par la forme de la fonction Q. On est en droit de se demander s il n existe pas un contrat qui soit «le meilleur», c.-à-d. en d autres termes, un contrat optimal au sens de Pareto. On trouve une analyse très détaillée de ce problème dans Raviv (979). Dans l introduction de son article, il remarque qu il existe deux façons de traiter le problème de l assurance : Almost every phase of economic behavior is affected by uncertainty. The economic system has adapted to uncertainty by developing methods that facilitate the reallocation of risk among individuals and firms. The most apparent and familiar form for shifting risks is the ordinary insurance policy. Previous insurance decision analyses can be divided into those in which the insurance policy was exogenously specified (see John Gould, Jan Mossin, and Vernon Smith), and those in which it was not (see Karl Borch, 96, and Kenneth Arrow, 97, 973). La particularité de le deuxième approche est qu elle est plus ambitieuse : Borch (96) was the first to take the more general approach of deriving the optimal insurance policy form endogenously. He sought to characterize a Pareto optimal risk-sharing arrangement in a situation where several risk averters were to bear a stochastic loss. This framework was then used by Arrow (97) to obtain Pareto optimal policies in two distinct cases: ) if the insurance seller is risk averse, the insured prefers a policy that involves some element of coinsurance; (i.e., the coverage will be some fraction (less than ) of the loss); and 2) if the premium is based on the actuarial value of the policy plus a proportional loading (i.e., the insurer is risk neutral) and the insurance reimbursement is restricted to be nonnegative, the insurance policy will extend full coverage of losses above a deductible. Arrow (973) extended this result to the case of state dependent utility functions. In this case, the optimality of a deductible which depends upon the state was proved. Robert Wilson also dealt with the endogenous determination of optimal risk-sharing arrangements, focusing on the incentive problem and the existence of surrogate functions. Dans son article, Artur Raviv se place dans une configuration très générale qui lui permet au prix d une longue démonstration d obtenir des résultats eux-mêmes très généraux. Nous allons nous contenter de traiter un cas simple (celui de Arrow) en nous inspirant de la démonstration de Henriet et Rochet (99) 9 même si le cadre général du modèle est celui de Raviv. Comme vous le savez, un problème d optimum met en jeu deux acteurs poursuivant chacun leur propre objectif compte tenu d éventuelles contraintes. L assuré possède une richesse initiale w et il est confronté à un risque de perte D. On admet que cette perte est une variable aléatoire de densité de probabilité f (D). On suppose que f (D) > et D T avec T W. 9. Il existe plusieurs pistes mathématiques pour la démonstration : celle de Arrow (2) en termes de calcul des variations, celle de Eeckhoudt et Gollier (992) en termes de dominance stochastique et celle de Raviv (979) en termes de contrôle optimal.. Plus précisément, au minimum deux acteurs.

13 7.3. CONTRAT D ASSURANCE OPTIMAL 3 Comme nous le savons, le contrat d assurance est un couple (P, q(d)) sachant que pour tout dommage D, le remboursement vérifie g (D) D. Si on note u (u (w) >, u (w) < ) la fonction d utilité de l assuré, il est clair que celui-ci ne s assurera que si T u( w P D q(d))f (D)dD T u( w D)f (D)dD (7.39) Admettons qu il existe des couples (P, q(d)) satisfaisant cette condition. L objectif de l assuré sera évidemment de privilégier celui ou ceux qui maximisent son espérance d utilité. Examinons maintenant le cas de l assureur. L offre d assurance est une activité coûteuse. On suppose généralement qu il existe des coûts fixes et des coûts variables qui dépendent de l importance des indemnités versées. Si on note c(q) le coût du versement d un indemnité q, on admet que, c() = a, c (q), c (q) (7.4) L assureur peut présenter une aversion pour le risque ou tout simplement être neutre par rapport au risque. Appelons v(w ) sa fonction d utilité avec, pour tout niveau de richesse W, v (W ) > et v (W ). Si W désigne le niveau initial de richesse de l assureur, alors, il n acceptera d offrir le contrat (P, q(d)) que si T ( v(w P q(d) c(q(d))) ) f (D)dD v(w ). (7.4) De la même façon que pour l assuré, on peut dire s il existe des couples (P, q(d)) satisfaisant cette condition, l objectif de l assureur sera évidemment de privilégier celui ou ceux qui maximisent son espérance d utilité. Nous allons nous placer dans un cas particulier en supposant que l assureur est neutre par rapport au risque et que la fonction de coût est d une simplicité désarmante. En particulier nous admettrons que les coûts fixes sont nuls et que les coûts variables sont proportionnels aux dédommagements Théorème. c(q(d)) = (7.42) Si c(d) = λd et si l assureur est neutre au risque, le contrat optimal est { D D I (x) = D D D > D Il appartient à Arrow (voir Arrow (2), p. 8 et sq) d avoir montré la proposition suivante : Proposition 6. Si une entreprise d assurance neutre au risque est prête à offrir tout contrat d assurance que désire un assuré contre une prime qui ne dépend que de la valeur actuarielle du contrat, alors le contrat choisi par un assuré ayant une aversion pour le risque prend la forme d une couverture à % au-delà d une franchise donnée. DÉMONSTRATION. Soit R la richesse initiale de l agent, D le risque de perte, P la prime. On note Q(D) le montant du remboursement dû à l assuré si une perte d un montant D survient. Nous allons supposer que D est une variable aléatoire continue dont la densité de probabilité est notée f (D). La richesse finale de l individu est donc une variable aléatoire L individu qui cherche à s assurer maximise son espérance d utilité U (Q,P) = R(D) = R P D Q(D). (7.43) u( R P D Q(D))f (D)dD. (7.44) Nous allons poser que D, D Q(D) ce qui signifie que le remboursement de l assurance est nécessairement positif ou nul et qu il ne peut excéder le montant des dommages subis par l assuré.. J ai mis en italique le terme «objectif» pour l assureur et l assuré pour bien souligner le fait que chacun poursuit son propre objectif. L optimalité au sens de Pareto consiste à trouver un couple (p, q(d)) qui satisfait «de la meilleure façon qui soit» les deux objectifs simultanément.

14 4 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE Nous supposons que le profit de l assurance est la différence entre le montant de la prime P et de la valeur actuarielle du contrat (c.-à-d. l espérance de dédommagement) augmentée des frais de chargement λ > B(Q,P) = P ( λ) Q(D) f (D)dD. (7.45) On remarquera qu on recherche un contrat optimal au sens de Pareto. Par conséquent, il s obtient en maximisant Explicitons l expression W W = αp W = αb(q,p) ( α)u (Q,P), < α <, (7.46) sc : D Q(D). (7.47) ( ( α) u ( R P D Q(D) ) ) α ( λ) Q(D) f (D)dD. (7.48) On se souvient qu on ne connaît pas la fonction Q(D) et que c est elle qu on recherche. Pour que W soit maximal, il faut évidemment que l expression sous l intégrale soit maximale. Si on se souvient qu une intégrale est en certain sens une «somme» selon D, il faut que pour chaque D, l écart entre le terme contenant u ( R P D Q(D) ) et le terme contenant Q(D) soit le plus grand possible. Or, cet écart dépend de la valeur de Q pour un D donné. Pour maximiser W, nous sommes donc amené à résoudre ( max ( α) u ( R P D Q ) ) α ( λ) Q D, Q(D) réalise Q sous la contrainte Q D (7.49) où Q est ici considéré comme le nombre maximisant l expression (7.49) pour un D donné. Prenons le temps d examiner cette expression. D un côté, on a tout intérêt à prendre la valeur la plus grande possible pour Q (c.-à-d., Q = D) puisque u est une fonction croissante de Q. D un autre côté, en choisissant la plus grande valeur possible de Q on pousse au maximum l effet négatif de α ( λ) Q! On peut se douter en partant par exemple de Q =, que tant que l effet sur ( α) u(.) d un accroissement marginal de Q est supérieur à l effet négatif sur le terme α ( λ) Q, le maximum n aura pas été atteint et qu il le sera lorsque les deux effets marginaux se compenseront. Essayons de formaliser ceci. Pour chaque D, on cherche à résoudre le programme ( max ( α) u ( R P D Q ) ) α ( λ) Q sc : Q sc : D Q (7.5) Q De façon classique, la solution optimale Q est telle que Q vérifie ( α)u ( R P D Q ) = ( λ) α si Q ], D[ Q = si ( α)u ( R P D ) ( λ) α Q = D si ( α)u ( R P ) ( λ) α (7.5) Ce qui correspond à notre approche intuitive du problème. Si on part de Q = plusieurs configurations se présentent. (i) si le gain marginal qu on obtient( sur ( α)u(.) est plus faible que (ou égal à) la perte marginale ( λ) α, alors on ne peut pas augmenter ( α) u ( R P D Q ) ) α ( λ) Q et Q = est le maximum ; (ii) si le gain marginal ( qu on obtient sur ( α)u(.) est plus grand que la perte marginale ( λ) α, alors on peut augmenter ( α) u ( R P D Q ) ) α ( λ) Q en augmentant Q. Le maximum sera atteint pour la valeur Q telle que le gain marginal d une augmentation dq de Q est égal à la perte marginale qu elle induit ; (iii) si en augmentant progressivement Q, le gain marginal reste toujours supérieur à la perte marginale et ce, jusqu au plafond Q = D, alors le maximum est atteint en Q = D. On détermine ainsi pour chaque valeur de D une valeur optimale de Q.

15 7.4. L AUTO-ASSURANCE 5 N oublions pas toutefois que nous maximisons W. Il faut donc également que W P = (7.52) Nous sommes confrontés ici a une petite difficulté. En effet, nous venons de montrer qu à tout D, on peut associer une quantité optimale Q. Mais cette quantité optimale dépend évidemment du paramètre P. Toutefois, en appliquant le théorème de Wong-Viner ou théorème de l enveloppe, la condition d un maximum s écrit simplement W P = α = ( α)u (R P D Q(D))f (D) d D (7.53) Définissons maintenant un nombre F tel que { F = si ( α)u ( R P ) ( λ) α F vérifie ( α)u ( R P F ) = ( λ) α si ( α)u ( R P ) < ( λ) α (7.54) Cette façon de définir F paraît cohérente. En effet, u étant concave, sa dérivée u est décroissante. Par conséquent, si ( α)u ( R P ) < (λ) α, on peut en soustrayant une quantité F positive ou nulle à ( R P) faire croître ( α)u ( R P F ) jusqu à le rendre égal à ( λ) α. Dans le cas contraire, c est impossible et on pose F =. Vous noterez que F est un nombre qui ne dépend pas de D. Reportons-nous maintenant aux deux première équations de (7.5) On voit que pour tout D, il suffit de poser Ce qu on peut résumer en Q(D) = D F lorsque D > F Q(D) = lorsque D = F Q(D) = lorsque D < F { Q(D) = D F si D F Q(D) = si D < F (7.55) (7.56) Ce qui démontre la proposition. Le cas F = est impossible. En effet, cela signifierait que D, Q(D) = D. Dans ce cas, on aurait ce qui contredirait la condition (7.54). ( α)u ( R P D Q(D))f (D) d D = ( α)u ( R P) α( λ) > α (7.57) Le contrat d assurance optimal est une fonction qui, à tout dommage subi D, associe un remboursement égal à la perte subie, moins une franchise F. Si la perte est inférieure à la franchise, le remboursement dû est nul. Comme nous l avons remarqué plus haut, F est un nombre constant 2, qui vient en déduction de la valeur du sinistre : c est bien ce qu on appelle dans le langage des assurances une franchise. 7.4 L auto-assurance Le recours à un contrat d assurance offert par une entreprise d assurance n est pas la seule technique dont dispose un individu pour réduire le risque. Toute personne peut, en effet, prendre diverses mesures visant à : réduire l ampleur des dommages subis ; réduire la probabilité de l état du monde défavorable. On parle dans le premier cas «d auto-assurance» et dans le second «d auto-protection». 2. Qui reste à déterminer dans chaque cas concret.

16 6 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE Two alternatives to market insurance that have not been systematically analyzed in the literature on insurance are self-insurance a reduction in the size of a loss and self-protection a reduction in the probability of a loss. For example, sprinkler systems reduce the loss from fires; burglar alarms reduce the probability of illegal entry; cash balances reduce fluctuations in consumption; medicines, certain foods, and medical checkups reduce vulnerability to illness; and good lawyers reduce both the probability of conviction and the punishment for crime. As these examples indicate, it is somewhat artificial to distinguish behavior that reduces the probability of a loss from behavior that reduces the size of a loss, since many actions do both. Nevertheless, we do so for expository convenience and because self-insurance clearly illustrates the insurance principle of redistributing income toward less favorable states. (Ehrlich et Becker, 972) Nous allons dans un premier temps nous intéresser à l auto-assurance puis nous aborderons dans un second temps l auto-protection. Il y a quelques années, les constructeurs automobiles proposaient des airbags en option sur leurs véhicules. Ce système était évidemment coûteux (les options sont payantes). Les personnes achetant ce dispositif savaient que s il ne changeait pas la probabilité d un accident il réduisait considérablement l importance des dommages corporels subis par le conducteur lors d un choc violent. Dans un autre registre, l installation par un particulier d un paratonnerre (coûteux) sur sa maison réduit voire annule les dégâts occasionnés par la foudre. Ces différentes dépenses préventives ont un point commun : elles n agissent pas sur la probabilité que le sinistre arrive mais sur l ampleur des dommages subis. Nous allons donc supposer dans ce qui suit qu il existe une relation entre les dépenses engagées et les dommages subis D = D(c), c. (7.58) Il est naturel de penser que l importance du dommage est une fonction décroissante des dépenses engagées : plus je me protège et plus les dommages seront faibles. D(.) <. (7.59) c Ceci dit, il serait sans doute faux de penser que le montant des dommages décroît proportionnellement avec les dépenses (pensez par exemple à la diminution de l importance des traumatismes en fonction du nombre d airbags installés). On fera donc l hypothèse que le rendement des dépenses est de plus en plus faible 2 D(.) c 2 >. (7.6) Dans ces conditions, les individus s ils ne s assurent pas auprès d une entreprise d assurance sont confrontés à la situation décrite dans le tableau 7.2. TABLE 7.2 TABLEAU DES RISQUES le risque se réalise le risque ne se réalise pas conséquences R D(c) c R c probabilités p ( p) On voit immédiatement que plus un individu accepte de «perdre» dans l état du monde favorable (valeur importante de c), plus il réduira sa perte dans l état du monde défavorable (D(c) important). La question qui se pose est donc de savoir quelle est la valeur optimale de c. Le programme que cherche à résoudre l individu est donc max c pu(r D(c) c) ( p)u(r c) (7.6) sc : c (7.62)

17 7.4. L AUTO-ASSURANCE 7 La solution 3 optimale c vérifie Soit encore p(d (c) )u (R D(c) c) ( p)u (R c) = si c > (7.63) p(d () )u (R D()) ( p)u (R) si c = (7.64) D (c) = ( p)u (R c) pu (R D(c) c) D (c) ( p)u (R c) pu (R D(c) c) si c > (7.65) si c = (7.66) Le graphique ci-dessous illustre ce résultat pour c >. Les courbes d indifférence ont été tracées dans un système d axe y (richesse si le risque ne se réalise pas) y 2 (richesse si le risque se réalise). On suppose qu en l absence de toute mesure d auto-assurance, la richesse de l individu est (R,R D() ) = (,5) (point rouge sur la graphique). Intéressons nous maintenant à l évolution de la somme des dommages et du coût de protection,c.-à-d. l expression D(c) c, lorsque c varie. Dans la plupart des cas, cette fonction est décroissante puis croissante. En effet, sa dérivée s écrit D (c) et on sait que D (c) < et D (c) >. Par conséquent, si les premières dépenses d auto-assurance font rapidement baisser la valeur des dommages, c.-à-d. si D (c) est fortement négatif, on aura nécessairement D (c) <. En revanche, plus c augmente et moins les suppléments de dépenses sont efficaces ; passé un certain seuil, il y a de fortes chances pour que D (c) soit si faiblement négatif que D (c) devient positif. Représentons D(c)c dans le graphique précédent. Pour ce faire, on construit un système d axe inversé (c, D(c) c) au point (,). Vous vérifierez facilement que tout couple (c,d(c) c) dans ce système d axes, s exprime dans le système d axes (y, y 2 ) sous la forme d un couple ( c, D(c) c) 4. La valeur optimale de c (point bleu) correspond au point de tangence entre la fonction D(c)c et la plus «élevée» des courbes d indifférence de l individu 5. Or, en appliquant le théorème de dérivation des fonctions implicites, on montre facilement que la pente d une courbe d indifférence en un point est et que celle de la fonction D(c) c est d y 2 = ( p)u (R c) d y pu (R D(c) c) L optimum (intérieur) correspond donc bien à «l égalité des pentes» (7.67) D (c) (7.68) D (c) = ( p)u (R c) pu (R D(c) c) (7.69) 3. Il s agit d un maximum puisque la fonction objectif est concave. 4. Et inversement. 5. Qu on suppose exprimées en termes de c et D(c) c.

18 8 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE c y 2 D(c)c c optimal y D(c)c Nous allons maintenant introduire la possibilité pour l individu de s assurer. Nous allons supposer comme précédemment (voir relation 7.8) que la prime est proportionnelle à la couverture dont le montant, s il est librement choisi par l assuré, doit cependant rester inférieur à la valeur des dommages. P = γq Dans ces conditions, les possibilités offertes à l individu sont résumées dans le tableau 7.3. TABLE 7.3 TABLEAU DES RISQUES le risque se réalise D() D() le risque ne se réalise pas conséquences R D(c) c q γq R c γq probabilités p ( p) Désormais, l individu est amené à choisir le couple (c, q) qui maximise son utilité. Il résout donc le programme On écrit le lagrangien max c, q p u(r D(c) c ( γ)q) ( p) u(r c γq) (7.7) sc : c (7.7) sc : q (7.72) D(c) q (7.73) L (.) = p u(r D(c) c ( γ)q) ( p) u(r c γq) λ(d(c) q). (7.74) } {{ } } {{ } A Le couple optimal vérifie L (.) c = p (D (c) ) u (A) ( p)u (B) λd (c), c L (.) q = p ( γ) u (A) ( p)γu (B) λ, q D(c) q, λ, (avec cs). B (7.75)

19 7.5. L AUTO-PROTECTION 9 Si on admet que le montant de la couverture q n excède jamais le montant des dommages D(c) (c.-à-d. λ = ) et que c et q sont strictement positifs, la condition d un maximum est Considérons tout d abord l égalité ( D (c) ) = γ γ = ( p)u (B) p u. (7.76) (A) ( D (c) ) = γ γ = D (c) = γ. (7.77) On rappelle que γ indique la «cherté» de l assurance. Compte tenu de nos hypothèses, D (c) est une fonction positive et décroissante. Par conséquent, lorsque l assurance devient plus chère (c.-à-d., γ diminue), la dépense d auto-assurance d équilibre augmente. D (c) c γ c γ c d équilibre γ γ, γ > γ Supposons maintenant que γ =. Dans ce cas, la condition d équilibre (7.75) devient ( p)u (B) <, si < p <, u (.) >. (7.78) ce qui entraîne q =. L individu choisit donc de ne pas s assurer et nous retrouvons le cas précédent de l autoassurance simple, qui conduit l individu à choisir un certain montant optimal c de dépense. Compte tenu de la remarque précédente, si γ diminue, le montant d auto-assurance diminue également. On en déduit la proposition suivante : Proposition 7. La possibilité de s assurer auprès d une société d assurance diminue chez les individus l incitation à s auto-assurer. Ce résultat conforte notre vision intuitive des choses : puisque l assurance couvre les dommages que je subis, pourquoi devrais-je engager des dépenses coûteuses pour diminuer l ampleur des pertes? Cette remarque explique pourquoi dans de nombreux contrats d assurance, il existe des clauses annulant la couverture des dommages si un certain nombre de précautions (coûteuses) n ont pas été prises. 7.5 L auto-protection L auto-protection consiste à engager des dépenses d un montant c afin de faire baisser la probabilité que le risque se réalise. On note p(c) [ ] la relation entre la probabilité que le risque se réalise et le montant c des dépenses d auto-protection. Cette fonction est évidemment décroissante p(.) <, (7.79) c et on admet sans peine que l efficacité des dépenses successives pour faire baisser p est de plus en plus faible 2 p(.) c 2 >. (7.8)

20 2 CHAPITRE 7. LA DEMANDE D ASSURANCE TABLE 7.4 TABLEAU DES RISQUES le risque se réalise le risque ne se réalise pas conséquences R D c R c probabilités p(c) p(c) Dans ces conditions, les individus s ils ne s assurent pas auprès d une entreprise d assurance sont confrontés à la situation décrite dans le tableau 7.4. On remarque que la perte D subie si le risque se réalise est une constante. La dépense c est la seule variable et elle n affecte que les probabilités. Dans ces conditions, le programme que cherche à résoudre un individu soumis à ce risque est max c p(c) u(r D c) ( p(c) ) u(r c) (7.8) sc : R D c (7.82) Si on se place dans le cas d une solution intérieure 6, la condition du premier ordre d un maximum est p (c)u(r D c) p(c)u (R D c) p (c)u(r D) ( p(c) ) u (R c) =. (7.83) Cette condition n est pas très parlante et n a pas de représentation graphique évidente dans nos schémas canoniques. Considérons toutefois le graphique suivant y 2 y Nous procéderons en deux temps. On suppose que la richesse de l individu est si le risque ne se réalise pas et 5 si le risque se réalise (c.-à-d., D = 5). Supposons que ceteris paribus nous réduisions la probabilité que le risque se réalise : elle passe de 2 à 2. Cela se traduit par un déplacement des courbes d indifférence de l individu (courbes en pointillés) et on constate qu au point initial (point rouge) l individu voit son score d utilité augmenter. Après tout, cela semble logique : l importance relative du score d utilité u() a augmenté au détriment du «mauvais score» u(5). On en tire donc la conclusion suivante : Proposition 8. Toute baisse de la probabilité que le risque se réalise se traduit ceteris paribus par une augmentation du score d utilité d autant plus grande que la baisse de la probabilité est importante. 4 4,27 4,48 c 4,48 c 6. Vous établirez par vous-même les conditions lorsque les contraintes sont saturées.

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Choix de Portefeuille Christophe Boucher Chapitre 1. Théorie de la décision en avenir incertain Critère d espérance d utilité L attitude vis-à-vis du risque Chapitre 2. Rendements et critères

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

Recherche opérationnelle. Programmation linéaire et recherche opérationnelle. Programmation linéaire. Des problèmes de RO que vous savez résoudre

Recherche opérationnelle. Programmation linéaire et recherche opérationnelle. Programmation linéaire. Des problèmes de RO que vous savez résoudre Recherche opérationnelle Programmation linéaire et recherche opérationnelle Ioan Todinca Ioan.Todinca@univ-orleans.fr tél. 0 38 41 7 93 bureau : en bas à gauche Tentative de définition Ensemble de méthodes

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1 2/ LA DEMANDE Nous venons de voir dans le capitre précédent du cours, que le coix optimal du consommateur dépend de son revenu et du prix des biens. Nous allons maintenant nous intéresser aux fonctions

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Daniel Herlemont 1 Introduction L objectif de ce projet est d examiner la couverture delta-gamma neutre d un portefeuille d options digitales Asset-Or-Nothing

Plus en détail

La voiture électrique : un rêve écologique?

La voiture électrique : un rêve écologique? uestion 1 (4 points) La voiture électrique : un rêve écologique?.. Les conclusions de la dernière étude du cabinet Oliver Wyman sur les perspectives du marché de l'électromobilité en 2025 contrastent violemment

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

1 Préférences du consommateur

1 Préférences du consommateur Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Corrigé succint du TD n 5 Automne 04 Il y a deux manière complémentaires de caractériser les préférences d un consommateur. Soit on connait

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in isky Forest Management BUNETTE Marielle BETA-EGLES et LEF) : Marielle.Brunette@univ-nancy2.fr COUTUE Stéphane LEF) : couture@nancy-engref.inra.fr

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes CHAPITRE 5 Stratégies Mixtes Un des problèmes inhérents au concept d équilibre de Nash en stratégies pures est que pour certains jeux, de tels équilibres n existent pas. P.ex.le jeu de Pierre, Papier,

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2011-2012 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 3 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers dérivés Université de Picardie Jules Verne Amiens Par Jean-Paul FELIX Cours du vendredi 19 février 2010-1

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction Août 2005 F COMITE FINANCIER Cent dixième session Rome, 19-23 septembre 2005 Coûts des régimes d assurance maladie I. Introduction 1. À sa cent quatrième session, le Comité financier a examiné trois questions

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 10 novembre 2014 Marianne Tenand Monitorat ENS (2014-2015) marianne.tenand@ens.fr A rendre au plus tard dans mon casier du bâtiment B le mercredi

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008 21/09/2008 Existe-t-il un niveau de chiffre d'affaires à partir duquel il est intéressant de passer en société? Mise en garde : cette note a servi de support à la présentation d un exposé lors de la journée

Plus en détail

Exercice 1 Métropole juin 2014 5 points

Exercice 1 Métropole juin 2014 5 points Le sujet comporte 6 pages. Seule l annexe est à rendre avec la copie. BAC BLANC MATHÉMATIQUES TERMINALE STMG Durée de l épreuve : 3 heures Les calculs doivent être détaillés. Les calculatrices sont autorisées,

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine Fonction affine ) Définition et Propriété caractéristique a) Activité introductive Une agence de location de voiture propose la formule de location suivante : forfait de 50 et 0,80 le km. Quel est le prix

Plus en détail