Traitement de la douleur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement de la douleur"

Transcription

1 Traitement de la douleur La douleur n est pas une fatalité, elle se prévient et elle se traite. Céline Moch Interne en pharmacie Cours infirmier 17 octobre 2012

2 Quelques données épidémio La France : Mauvaise élève pendant longtemps Une certaine résistance Des progrès cependant Prise en charge Douleur devenue thème prioritaire de santé publique plan d amélioration de la prise en charge de la douleur , programme national de lutte contre la douleur , plan d action triennal de lutte contre la douleur dans les établissements de santé publics et privés

3 LE RENFORCEMENT DU ROLE DE L'INFIRMIER Le décret du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à l exercice de la profession d infirmier intègre la prévention, l'évaluation et le soulagement de la douleur dans la définition des soins infirmiers (article 2). Il indique que l'évaluation de la douleur constitue désormais un acte de soin relevant de l'initiative et des compétences de l'infirmier (article 5). Enfin, ce décret précise que l'infirmier est habilité à mettre en œuvre et adapter un traitement antalgique dans des conditions définies par protocoles (article 8).

4 I. Physiopathologie de la douleur PLAN II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

5 I. Physiopathologie de la douleur Quelle est, pour vous, la définition de la douleur? Définition de la douleur D après l International Association for the study of pain : «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à des lésions tissulaires réelles ou potentielles ou décrites en termes de telles lésions.» Douleur aiguë / Douleur chronique Douleur aiguë = «signal d alarme», aide au diagnostic, parfois prévisible (post-opératoire) Douleur chronique = évolue et dure depuis au moins 3 mois

6 I. Physiopathologie de la douleur Génèse de la douleur (Nociception) Stimuli Voies ascendantes médullaires Voies supra-médullaires Transmission au cerveau

7 I. Physiopathologie de la douleur Classement des différents types de douleurs Les douleurs peuvent être : - Nociceptive : les + fréquentes * de type mécanique Ex : coupure, piqûre, post-opératoire * de type inflammatoire Ex : cancer, crise de goutte, rhumatisme - Neurogène = neuropathique : consécutive à une lésion du système nerveux Ex : zona, amputation, algie de la face - Psychogène : manifestation somatique d un trouble émotionnel (anxiété, dépression) au niveau d un membre ou d un organe Ex : céphalées, maux d estomac

8 I. Physiopathologie de la douleur

9 I. Physiopathologie de la douleur Douleur aiguë = symptôme Utile et protectrice Installation récente Unifactorielle Anxiogène Traitement médical curatif Douleur chronique = syndrome Inutile et destructrice > 3 à 6 mois Plurifactorielle Dépression Traitement multidimensionnel (social, spirituel, physique, psychologique) réadaptatif

10 I. Physiopathologie de la douleur Échelle thérapeutique antalgique de l OMS Palier I : Douleurs faibles à modérées Stratégie : Antalgiques périphériques non opioïdes Palier II : Douleurs modérées à intenses Stratégie : Antalgiques centraux opioïdes faibles +/- associés aux antalgiques de palier I Palier III : Douleurs intenses à très intenses Stratégie : Antalgiques centraux opioïdes forts +/- AINS Des antidépresseurs, des antiépileptiques ainsi que des corticoïdes peuvent être associés!!

11 I. Physiopathologie de la douleur Définition des antalgiques Antalgique ou analgésique = Substances capables de diminuer ou abolir la perception douloureuse N agit pas sur la cause, n entraîne pas de perte de conscience, n abolit pas les autres sensibilités (thermique )

12 I. Physiopathologie de la douleur 1) Combien de paliers comporte l échelle de la douleur de l OMS? 3 paliers : du palier I au palier III 2) Citer un exemple de douleur aiguë et de douleur chronique Douleur aiguë : post-opératoire, chute Douleur chronique : cancéreuse, dépression

13 PLAN I. Physiopathologie de la douleur II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

14 II. Évaluation de la douleur Auto évaluation si patient communiquant Hétéro évaluation si patient non communiquant Auto évaluation - Échelle verbale simple (EVS) : auto-appréciation (faible, modérée ) - Échelle numérique (EN) : note de 0 à 10 - Échelle visuelle analogique (EVA) : règle avec curseur Hétéro évaluation : Patient non expert de sa douleur Besoin de 2 observateurs. Plusieurs échelles : Doloplus, Algoplus. Score obtenu en fonction des expressions du visage, des «plaintes», du comportement, du tonus musculaire des membres

15 Douleur aiguë : II. Évaluation de la douleur - Évaluation ponctuelle - Échelles classiques Douleur chronique : Évaluation prenant en compte tous les paramètres - Douleur - Fonctionnel, invalidation - Psychique - Contextes et environnement Nécessité d un outil plus complet L évaluation d un malade douloureux chronique est nécessairement MULTIDIMENSIONNELLE et prend du temps!

16 I. Physiopathologie de la douleur PLAN II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

17 III. Antalgiques de palier I 1- Molécules et spécialités Paracétamol : Doliprane, Dafalgan, Efferalgan, Perfalgan Acide acétylsalicylique : Aspégic, Aspirine AINS (cf cours sur les anti-inflammatoires) Floctafénine : Idarac Néfopam : Acupan Palier I mais puissance antalgique d un palier II

18 III. Antalgiques de palier I 2- Modalités d administration Per os Intraréctale Injectable Paracétamol : Maximum 4 g/jour et max 3g/jour chez PA Acide acétylsalicylique : Maximum 3 g/jour AINS (traitement de courte durée) Floctafénine Paracétamol Certains AINS Néfopam : IM profonde ou IV lente (maximum 120 mg/jour) Paracétamol, acide acétylsalicylique et certains AINS!! Respecter un délai de 4h minimum entre 2 prises!! Néfopam par voie orale sur un sucre = pratique hors AMM

19 III. Antalgiques de palier I 3- Indications et mécanisme d action Douleur de faible intensité EVA de 1 à 3 Action périphérique Action à la naissance de l influx nociceptif Inhibition de la synthèse des prostaglandines (=médiateur facilitant la transmission des stimuli douloureux au niveau des terminaisons nerveuses) III. Antalgiques de palier I 4- Surveillance Pas de surveillance particulière

20 III. Antalgiques de palier I 5- Effets indésirables, complications Paracétamol : Rares cas d hypersensibilité, insuffisance hépatique Acide acétylsalicylique : Symptômes hémorragiques (épistaxis, gingivorragies ), douleurs abdominales. Néfopam : Injection IM douloureuse, sueurs, nausées, effets atropiniques (sécheresse buccale, palpitations, rétention urinaire). AINS : Ulcère gastrique, gastrite, duodénite voire perforation digestive (même par voie injectable!!) Insuffisance rénale Foetopathie (premier trimestre) CI si grossesse et allaitement

21 III. Antalgiques de palier I 6- Surdosage Paracétamol : Pour des doses supérieures à 10g en intoxication aiguë, mais surdosage possible avec des doses moindres au long cours Peut aller jusqu à l hépatite avec nécrose Antidote : N-acétyl-cystéine en per os ou IV le plus rapidement possible (avant la 10 ème heure qui suit l ingestion)

22 III. Antalgiques de palier I Le bon usage du médicament au bon moment Spécialités Voie d adm Prise méd 15min 30min 45min 1h 1h15 1h30 1h45 2h 2h15 Palier I Dafalgan, Efferalgan Perfalgan Per os IV

23 III. Antalgiques de palier I 1) Quelle est la voie d administration recommandée pour le nefopam (Acupan )? Injectable (IM profonde ou perfusion IV) 2) Quelle est la dose maximale quotidienne recommandée de paracétamol? 4g/jour et 3g/jour chez la personne âgée!! Attention aux associations!! 3) Quelle type de toxicité est observée en cas de surdosage au paracétamol? Toxicité hépatique

24 PLAN I. Physiopathologie de la douleur II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

25 IV. Antalgiques de palier II 1- Molécules et spécialités Tramadol : Contramal, Topalgic, Zamudol, Monocrixo + paracétamol : Ixprim, Zaldiar Codéine : Codenfan + paracétamol : Codoliprane, Efferalgan codéine, Dafalgan codéine

26 IV. Antalgiques de palier II 2- Modalités d administration Per os Injectable Tramadol sous forme LI ou LP ± Paracétamol Codéine ± Paracétamol Tramadol : perfusion ou PSE Tramadol : Maximum 400 mg/jour Paracétamol : Maximum 4g/jour Attention aux médicaments associés contenant du paracétamol

27 IV. Antalgiques de palier II 3- Indications Douleur modérée à intense Effet sur douleurs nociceptives et neuropathiques EVA de 4 à 6 IV. Antalgiques de palier II 4- Surveillance L administration IV de tramadol nécessite une surveillance médicale étroite et un matériel de réanimation adapté en raison du risque de défaillance respiratoire, de convulsions Traitement à adapter chez IR, IH et personne âgée.

28 IV. Antalgiques de palier II 5- Effets indésirables, complications Tramadol : Ceux des opiaceś : nause es, vomissements, somnolence, ceṕhale es, vertiges, hypersudation, sećheresse buccale Constipation en cas de prise prolongeé Reáctions allergiques Troubles neuropsychiques (confusion, hallucinations, de lires ou convulsion si des doses eĺeve es de tramadol sont administre es conjointement avec des me dicaments baissant le seuil eṕileptogeǹe Risque de de pendance (si utilisation prolongeé sur plusieurs mois) Codéine: Constipation, nausées, vomissement, bronchospasme. Risque de dépendance (si utilisation prolongée)

29 IV. Antalgiques de palier II 6- Surdosage Signes de surdosage : - Bradypneé, myosis, sommeil profond, vomissement - Collapsus cardio-vasculaire, de pression respiratoire - Coma et convulsions Antidotes : - Naloxone (NARCAN ) si deṕression respiratoire sur prescription me dicale - Diazepam (VALIUM ) en cas de convulsion sur prescription me dicale

30 IV. Antalgiques de palier II Le bon usage du médicament au bon moment Spécialités Voie d adm Prise méd 15min 30min 45min 1h 1h15 1h30 1h45 2h 2h15 Palier II Efferalgan codéiné Contramal Contramal Per os Per os IV Durée d action du Tramadol : Forme LI : 6h et Forme LP : 12h

31 IV. Antalgiques de palier II 1) En cas de surdosage, quel antidote peut être administré? Naloxone (Narcan ) 2) Citer les molécules utilisées comme antalgique de palier 2 Tramadol Codéine Le dextropropoxyphène a été retiré du marché

32 PLAN I. Physiopathologie de la douleur II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

33 Agonistes V. Antalgiques de palier III 1- Molécules et spécialités Sulfate de Morphine : Skénan, Actiskénan, Sevredol, Moscontin Chlorhydrate de Morphine Fentanyl : Durogésic (patch), Matrifen (patch), Actiq (transmuqueux), Effentora (gingival), Abstral (sublingual), Instanyl Pecfent (nasal), Oxycodone : Oxynorm, Oxycontin, Oxynormoro Hydromorphone : Sophidone Agonistes partiels ou agonistes-antagonistes Buprénorphine : Temgesic, Suboxone (buprénorphine + naloxone) Nalbuphine : Nubain Antagoniste Naloxone : Narcan

34 V. Antalgiques de palier III 2- Modalités d administration Morphine : IV, SC (inj / perf), péri-médullaire (rachidien ou IT), per os, intracérébral ventriculaire, Fentanyl : transdermique, transmuqueux (gencive, nasal, joue), sublingual Oxycodone : per os, injectable Buprénorphine : sublingual et injectable Nalbuphine : injectable Ne pas associer agoniste et agoniste-antagoniste Ne pas associer palier 2 et palier 3, dans la mesure du possible pour une épargne morphinique

35 V. Antalgiques de palier III 2- Modalités d administration Il n existe pas de dose standard de morphinique pour un patient - variabilité intra et inter-individuelle titration nécessaire Notion d interdose : Doses de morphiniques destinées à neutraliser les pics algiques (imprévisibles ou prévisibles) entre 2 administrations prévues. Uniquement des antalgiques à libération immédiate.

36 V. Antalgiques de palier III 3- Indications Douleur intense à très intense EVA de 7 à 10 Stimulation de récepteurs opioïdes endogènes (= récepteurs μ, δ et κ) V. Antalgiques de palier III 4- Surveillance L administration d opioïdes forts nécessite une surveillance médicale étroite et un matériel de réanimation adapté en raison du risque de défaillance respiratoire

37 Intensité d action Effets secondaires Efficacité thérapeutique Douleur Evolution de l analgésie morphinique en fonction des doses administrées doses

38 V. Antalgiques de palier III 5- Effets indésirables, complications Constipation : Administration obligatoire d un laxatif léger concomitamment aux antalgiques morphiniques Nausées, vomissements : Surtout en début de traitement Somnolence : Surtout en début de traitement La somnolence en début de ttt n est pas un effet direct mais résulte souvent d une dette en sommeil (le patient est soulagé -> il peut enfin dormir), là ce n est pas un EI, mais la somnolence est le premier signe de surdosage avant la dépression respi -> à surveiller +++

39 V. Antalgiques de palier III 5- Effets indésirables, complications Rétention urinaire, myosis, vertiges Détresse respiratoire : Toujours précédée d une sédation et d une diminution de la fréquence respiratoire Respiration «morphinique» = grand volume mais faible fréquence CAT : Arrêt morphinique, oxygénothérapie, administration de Narcan L action du Narcan étant très brève, ne pas oublier de reprendre l antalgie à dose adaptée

40 V. Antalgiques de palier III 6- Surdosage Signes de surdosage : -Bradypneé, sommeil profond, vomissement - Collapsus cardio-vasculaire, de pression respiratoire - Coma et convulsions Le myosis n est pas un signe de surdosage mais un signe d imprégnation morphinique Antidotes : -Naloxone (NARCAN ) si de pression respiratoire sur prescription me dicale -Diazepam (VALIUM ) en cas de convulsion sur prescription me dicale

41 V. Antalgiques de palier III Le bon usage du médicament au bon moment Spécialités Voie d adm Prise méd 15min 30min 45min 1h 1h15 1h30 1h45 2h 2h15 Palier III Morphine SC Actiskénan Per os

42 V. Antalgiques de palier III Equianalgésie Raport de dose équianalgésique Equivalence de la dose de morphine orale Codéine 1/6 60 mg de codéine 10 mg de morphine Tramadol 1/5 50 mg de tramadol 10 mg de morphine Morphine orale 1 Référence Morphine IV 3 3,33 mg de morphine IV 10 mg de morphine orale Morphine SC 2 5 mg de morphine SC 10 mg de morphine Oxycodone 1,5-2 5 mg d oxycodone 7,5-10 mg de morphine Hydromorphone 7,5 4 mg d hydromorphone 30 mg de morphine

43 V. Antalgiques de palier III 7- Tolérance et dépendance Tolérance : Nećessite d augmenter les doses de morphine pour obtenir le me me effet antalgique. Lie a la progression des sympto mes douloureux. Dépendance : Bien différencier la dépendance psychologique (toxicomanie) et la dépendance physique (syndrome de sevrage à l arrêt du traitement). Arrêt progressif avec diminution des doses petit à petit.

44 V. Antalgiques de palier III 8- Règles de prescription Médicament Durée max de prescription Fractionnement de la dispensation cf. mention contraire du médecin Fentanyl transdermique 28 jours 14 jours Fentanyl transmuqueux 28 jours 7 jours Hydromorphone 28 jours Non Morphine (voie orale LI et LP et voie parentale par système actif de perfusion «pompes») Morphine (voie parentérale, voie discontinue) Oxycodone (voie orale LI ou LP) 28 jours Non 7 jours Non 28 jours Non

45 V. Antalgiques de palier III 8- Règles de prescription Prescription sécurisée, écrite en toutes lettres, par un médecin En milieu hospitalier, dispensation des stupéfiants se fait directement à un infirmier ou un cadre (pas de dispensation à un AS ou un ASH)

46 V. Antalgiques de palier III 1) Quelles sont les voies d administration possibles pour les antalgiques de palier III? injectable (IV/SC) péri-médullaire (rachidien ou IT) per os intracérébral ventriculaire transdermique transmuqueux (gencive, nasal, joue) sublingual 2) Quelle est le signe de surdosage le plus redouté lors de traitement par antalgique morphinique? dépression respiratoire

47 PLAN I. Physiopathologie de la douleur II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

48 VI. Autres antalgiques Fluide médical : Oxynox, Kalinox, Meopa (protoxyde d azote oxygène) Utilisé en inhalation pour une courte durée Acte douloureux de courte durée +++ Effet rapide (3 min) et retour à l état initial rapide à l arrêt de l inhalation Anesthésiques locaux : Xylocaïne, Emla, Versatis (lidocaïne) Existe sous forme de spray, de gel, de pommade, de patch, d emplâtre, de crème ou d infiltration Utilisé pour interventions diagnostiques, thérapeutiques douloureuses Kétamine Classiquement utilisé comme anesthésique, mais, à faible dose utilisé comme analgésique Utilisé lors de douleurs non soulagées par une prise en charge analgésique multimodale Attention aux différents dosages!!

49 VI. Autres antalgiques Anti-épileptiques : Ex : Rivotril (clonazepam), Epitomax (topiramate), Tégretol (carbamazeṕine), Neurontin (gabapentine), Lyrica (Preǵabaline), Indiqués dans les douleurs neuropathiques périphériques, les névralgies du trijumeau, douleurs centrales et post-avc, migraines, douleurs postzostériennes. Antide presseurs : Ex : Tofranil (imipramine), Anafranil (clomipramine), Laroxyl (amitriptyline) Actif même chez les patients non déprimés Analgésie obtenue à des doses plus faible que l effet antidépresseur Indiqués dans les douleurs neuropathiques (zona, diabète ), les douleurs rhumatologiques, les douleurs cancéreuses et les migraines, algies de la face

50 VI. Autres antalgiques Anti-migraineux (famille des triptans) : Ex : Imigrane (sumatriptan), Zomig (zolmitriptan), Naramig (naratriptan) Indiqués dans crise migraineuse et crise d algie vasculaire de la face Prialt (ziconotide) : Médicament orphelin, réservé à l adulte Utilisé uniquement en IT pour douleurs chroniques intenses Effets secondaires +++ (rhabdomyolyse, pnp d inhalation, méningite )

51 VI. Autres antalgiques Qutenza (capsaïcine) : Principe actif fortement dosée Utilisé en patch cutané Douleurs neuropathiques périphériques, chez l adulte non diabétique Précautions particulières lors de la manipulation par les équipes soignantes (gants particuliers )

52 VI. Autres antalgiques 1) Quels co-analgésiques peuvent être utilisés pour effectuer un soin ou une exploration invasive de courte durée (ex : PL )? Lidocaïne (spray, gel, patch) Fluide médical composé de protoxyde d azote et d oxygène 2) Citer quelques familles thérapeutiques utilisées en adjuvant antalgique Anti-épileptiques, anti-migraineux, antidépresseurs

53 PLAN I. Physiopathologie de la douleur II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

54 VII. Prise en charge non médicamenteuse Hypnose - Agit sur les zones de perception de la douleur (par le biais des neuromédiateurs) et augmente ainsi le seuil de tolérance -Influe également sur la transmission de la douleur (action sur les fibres medullaires). Thérapie cognitive et comportementale s attaque aux difficultés du patient dans «l ici et maintenant» par des exercices pratiques centrés sur les symptômes observables au travers du comportement et par l accompagnement par le thérapeute qui vise à intervenir sur les processus mentaux ou cognitifs, considérés comme à l origine des émotions et de leurs désordres.

55 VII. Prise en charge non médicamenteuse Chirurgie neurologique Utilisée uniquement pour des douleurs chroniques d origine neurologique Implanter un neurostimulateur intracérébrale ou médullaire Faible stimulation électrique qui va interrompre le signal causant la douleur Diminution de la perception de la douleur TENS Délivre des impulsions électriques indolores et de faible intensité sur une zone douloureuse ou sur le trajet d un nerf, par l intermédiaire d une ou deux paires d électrodes collées sur la peau. Il est alimenté par une batterie de faible voltage.

56 VII. Prise en charge non médicamenteuse Médecine homéopathique Acupuncture Kinésithérapie Ostéopathie Relaxation Etc

57 PLAN I. Physiopathologie de la douleur II. Évaluation de la douleur III. Antalgiques de palier I IV. Antalgiques de palier II V. Antalgiques de palier III VI. Autres antalgiques VII. Prise en charge non médicamenteuse VIII. Populations particulières

58 VIII. Populations particulières Principes généraux du traitement de la douleur chez la personne âgée : - Gravir les échelons par paliers sans tarder, ni se hâter - Privilégier la voie orale lorsqu elle est possible - Privilégier la prise régulière de traitement en journée - Des interdoses peuvent être administrées jour et nuit à la demande selon la prescription médicale Principes généraux du traitement de la douleur chez l enfant : - Privilégier la voie orale dès que possible. Éviter les suppositoires (absorption incertaine) - Protoxyde d azote réservé aux enfants de plus de 3 ans - Privilégier les associations d antalgiques des palier 1 et 2 afin d épargner ceux de palier 3

59 VIII. Populations particulières Principes généraux du traitement de la douleur chez l insuffisant rénal : - Les morphiniques sont métabolisés par le foie et sont éliminés essentiellement par voie urinaire. La morphine est métabolisé en métabolite actif qui est plus actif que la morphine et qui risque de s accumuler chez les insuffisants rénaux. - Surveillance identique que chez le sujet sans IR mais de manière plus rapprochée. - Il faut adapter la dose des antalgiques. - Ne pas utiliser de tramadol chez l IR sévère et terminal. - Éviter les AINS et aspirine comme antalgique chez l IR.

60 Bilan Le bon usage du médicament au bon moment Spécialités Voie d adm Prise méd 15min 30min 45min 1h 1h15 1h30 1h45 2h 2h15 Palier I Dafalgan, Efferalgan Perfalgan Per os IV Palier II Efferalgan codéiné Contramal Contramal Per os Per os IV Palier III Morphine SC Actiskénan Per os

61 Stratégies antalgiques DOULEUR AIGUË Stratégie antalgique classique Médicaments +++ Moyens adjuvants Traitement de l anxiété DOULEUR CHRONIQUE Stratégies plurimodales: Médicaments du long cours Médicaments de la crise Traitement de la dépression Réactivation physique Traitement cognitif et comportemental Réadaptation professionnelle Réinsertion sociale

62 Stratégies antalgiques - Analyser le processus douloureux et traiter la cause en 1er lieu, si on peut! - Évaluer et réévaluer régulièrement avec outil (Échelle, questionnaire ) adapté au patient - Respecter hiérarchie dans l utilisation des classes de médicaments disponibles (du puissant au + puissant) - Associations utiles et inutiles palier = utile (épargne morphinique) palier = inutile palier = utile (pour les inter-doses) - Passage d un palier 2 à un palier 3 par conversion d équianalgésie - Augmentation progressive des doses - Penser à changer de molécule : rotation des opioïdes

63 Conclusions - Élargir consultations spécialisées de la douleur (centres anti-douleur) - Douleur chez l enfant trop longtemps ignorée - Problème de prescription Mais rôle majeur du corps infirmier : Dans l évaluation de la douleur et de son intensité Dans la surveillance des EI Dans la surveillance de l administration (notamment pour systèmes à demeure)

64 Conclusions

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Antalgiques / Généralités (I)

Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques = Analgésiques Schéma : physiologie de la douleur 1 2 3 4 5 6 Antalgiques / Généralités (II) Types de douleurs : Douleurs non spécifiques >> Antalgiques classiques

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables Service d accompagnement

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

Docteur Nathalie ATTARD

Docteur Nathalie ATTARD Les Antalgiques Docteur Nathalie ATTARD Antalgiques de niveau 2 Placés entre le paracétamol et les opioïdes forts jugés d efficacité intermédiaire représentés par des médicaments associant du paracétamol

Plus en détail

La prise en charge de la douleur

La prise en charge de la douleur 39 ème Forum Médical Lyonnais La prise en charge de la douleur Réseau de coordination de soins palliatifs à domicile Dr Jacky SAUSSAC Samedi SEPR 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. La législation La douleur Les

Plus en détail

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur Douleurs aigues Cas clinique n 1 Madame B âgée de 45 ans vient aux urgences pour une douleur abdominale aigue flanc droit évoluant depuis 2H avec un épisode de vomissement. Pas de troubles urinaires. Antécédents:

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens Dr BOUGOUIN-KUHN Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens AINS, AAS) Classification des Médicaments Analgésiques

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12 Soirée FMC GRASSE Dr Casini Isabelle Responsable TERDASP 06 Dr Fignon Laurent Praticien Hospitalier Alpes Maritimes Ouest BASSIN DE POPULATION: Total (62 communes) 556 000 habitants Plus de 75 ans 11.48%

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et fonction hépatique Prise en charge de la douleur chez le malade

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË Ce fascicule tient à mettre à la disposition des médecins du CHV (ainsi que du personnel paramédical) une mise à jour D un rappel pharmacologique

Plus en détail

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition Définition LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR Trois dimensions : - Une dimension affective et émotionnelle. - Une dimension sensorielle. - Une dimension cognitive. PHYSIOLOGIE DE LA

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés Les antalgiques I. Définitions Antalgique = diminue la perception des sensations douloureuses -> Antalgique périphérique : action symptomatique au niveau de la lésion -> Antalgique central : action sur

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III)

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) UE Neurosensoriel-Pharmacologie Michel ANDREJAK 19/09/2013 L3 Antalgiques/Analgésiques Médicaments capables diminuer ou d abolir la perception des sensations

Plus en détail

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques Cas clinique BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques CAS CLINIQUE Monsieur X, 60 ans, 60 kg Néoplasie ORL Traitée par chirurgie il y a 10 mois Métastases

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP Présidente CLUD-SP Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

une maladie handicapante

une maladie handicapante Qualité de vie une maladie handicapante Altération de la qualité de vie Pendant la crise et en inter-crise+++ A prendre en compte pour l instauration du traitement de fond Evaluer le handicap du migraineux

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

Date de création : 05/10/1999 Version validée le : 10/12/2009

Date de création : 05/10/1999 Version validée le : 10/12/2009 BPA-PEC-0912DOULEUR PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUE CANCEREUSE AU SEIN DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET INSTITUTIONS MEDICO-SOCIALES, EN APPLICATION DE LA CIRCULAIRE N DGS/DH/SQ2/99-84 du 11 FEVRIER

Plus en détail

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS LA DOULEUR PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS Principes : Conserver le plus possible l autonomie du patient privilégier la voie orale Ne pas attendre la plainte prévenir : administration à horaires

Plus en détail

Soins palliatifs. M.T Makhloufi

Soins palliatifs. M.T Makhloufi Cours GOLF-SAPP Alger 2008 Soins palliatifs La prise en charge de la douleur dans le cancer bronchique primitif M.T Makhloufi Clinique des Maladies Respiratoires CHU Mustapha Alger 1 Introduction. Cancer

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux. Journée APHNEP 13 mars 2008

Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux. Journée APHNEP 13 mars 2008 Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux Journée APHNEP 13 mars 2008 La douleur neuropathique Appartient aux douleurs neurogènes avec la névralgie Ensemble des douleurs

Plus en détail

DOULEURS NEUROPATHIQUES

DOULEURS NEUROPATHIQUES DOULEURS NEUROPATHIQUES Dr Colette PEYRARD UF Douleur / EMDSP BP 127 38209 Vienne @ FORGENI 2010 Document sous licence Creative Commons GENERALITES Pas de consensus Souvent réfractaires aux analgésiques

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Pharmacothérapie de la douleur

Pharmacothérapie de la douleur Pharmacothérapie de la douleur Comment utiliser les différentes formes de médicaments? Conseils pratiques à l officine 1 Paracétamol en forme mono Toxicité gastrique peu probable Hépatotoxicité: intoxication

Plus en détail

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE Dr Claire Vulser-Cristofini UETD SAR HEGP DU Douleurs crânio-faciales 15-01-2007 Douleur postopératoire Obligatoire Prévisible La douleur postopératoire est : Très

Plus en détail

Douleur de la personne âgée: Evaluation prise en charge Journée IRD et psychologues des Pays de la Loire Bretagne vendredi 6 février 2015

Douleur de la personne âgée: Evaluation prise en charge Journée IRD et psychologues des Pays de la Loire Bretagne vendredi 6 février 2015 Douleur de la personne âgée: Evaluation prise en charge Journée IRD et psychologues des Pays de la Loire Bretagne vendredi 6 février 2015 Dr Drake del Castillo Adeline Algologue gériatre - CH de Saint-Nazaire

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

INTRODUCTION. Docteur G. LAMBERT de CURSAY, Président du C.L.U.D. Page 63. Page 1

INTRODUCTION. Docteur G. LAMBERT de CURSAY, Président du C.L.U.D. Page 63. Page 1 6) Gaz analgésique : SPÉCIALITÉ : ENTONOX : Mélange Equi-moléculaire O2 et Protoxyde d Azote ( MEOPA) INDICATIONS : Diminution de la composante anxieuse de la douleur chez l enfant ou l adulte ("décontractant")

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX Groupe de travail du RRDBN Y.Perier, A.S.Sergent, E.Touchard, V.Lepelletier, S.Sladek FMC 2009 1 PLAN Migraine sans aura Epidémiologie Critères

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie Docteur Muriel BLERY-KRISSAT Unité Evaluation et traitement de la douleur. HEGP. Paris TRAITEMENT

Plus en détail

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE COLORDSPA LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE Jf villard chr metz-thionville Définition de la douleur (IASP) La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une atteinte tissulaire

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP Que faire quand la morphine est mal tolérée? Journée de la filière gériatrique nord 92 Février 2016 Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu

Plus en détail

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Douleur d intensité intermédiaire C. Douleur d intensité forte. C. Les anesthésiques locaux D.

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Douleur d intensité intermédiaire C. Douleur d intensité forte. C. Les anesthésiques locaux D. TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR A. Définitions des paliers I, II et III A. Douleur d intensité ité modérée é B. Douleur d intensité intermédiaire C. Douleur d intensité forte B. Autres traitements

Plus en détail

DENOMINATION DU MEDICAMENT

DENOMINATION DU MEDICAMENT DENOMINATION DU MEDICAMENT Matrifen 12 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 50 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE SEPTEMBRE 2009 A. AUTRET, TOURS au moins 5 crises : de MIGRAINE SANS AURA 4 72 heures, 2 des caractères : 1 signe d accompagnement : modérée ou sévère, pulsatile,

Plus en détail

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE Eléments majeurs du traitement de la douleur DUSP:14 mars 2013 CEM FLM LILLE Dr Jacques DEBRIL Législation en rapport avec la douleur Chartre du malade hospitalisé (relative aux droits des personnes hospitalisées

Plus en détail

Douleurs induites par les soins

Douleurs induites par les soins Douleurs induites par les soins Mademoiselle Lydie BRIANDET (infirmière) Madame Laurence GAULTIER (aide-soignante) Docteur Hervé MIGNOT Formation EHPAD CODESPA 36 Douleur : définition (IASP) «Expérience

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE Dr Cécile BESSET Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHRU Besançon 23/01/2015 DÉFINITION, GÉNÉRALITÉS «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail