BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. 3 Financements structurés les banques de couverture dans les financements lbo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. 3 Financements structurés les banques de couverture dans les financements lbo"

Transcription

1 BANQUE n 138 Juillet-août 2011 ISSN Bimestriel 65 euros DROIT la pratique du droit bancaire français et européen articles 3 Financements structurés les banques de couverture dans les financements lbo Gauthier de Barmon, Société Générale 9 Surendettement les cas problématiques de réaménagement ou de rééchelonnement de dettes et le caractère intuitu personae de la qualité de victime nicolas malherbe, Banque de France, autorité de contrôle prudentiel chroniques 13 DROIT BancaIRe Thierry BonneaU 19 DROIT financier et BOuRsIeR hubert de VaUPlane, Jean-Jacques DaIGre, Bertrand de SaInT mars et Jean-Pierre BorneT 26 GesTIOn collective Fabrice BUSSIÈre 29 BancassuRance Pierre-Grégoire marly et Sylvestre GoSSoU 34 DROIT Des sûretés nicolas rontchevsky et François JaCoB 40 DROIT Des sociétés Isabelle riassetto, michel STorCK et Quentin UrBan 45 DROIT fiscal Carine SaBoT et aude mary 53 nominations

2 SÉMINAIRES Atelier POINTS D ACTUALITÉ SUR LES CRÉDITS DOCUMENTAIRES QUELS BESOINS POUR LES BANQUES ET LES ENTREPRISES? > Vendredi 30 septembre 2011 de 9h00 à 12h00 > OSEO : 22/28 rue Joubert Paris 8h30 9h00 10h15 12h00 Accueil des participants petit déjeuner Introduction et animation de la séance Le contexte actuel du risque pays Les sanctions commerciales et leurs impacts sur le traitement des crédits documentaires Hubert MARTINI, consultant financements et risques, professeur agrégé d économie et gestion, enseignant au CPEI Inalco Centre Dauphine Paris Les risques pays et les sanctions commerciales : impacts sur le trade finance. Le Ducroire et la confirmation silencieuse des crédits documentaires La confirmation classique des crédits documentaires, le ducroire et la confirmation silencieuse (définitions, réponses aux besoins des entreprises, conséquences pour les banques) Hubert MARTINI, consultant financements et risques, professeur agrégé d économie et gestion, enseignant au CPEI Inalco Centre Dauphine Paris Judith AUTIÉ, ancien directeur du département des crédits documentaires à l UBAF, ancien membre de la commission bancaire de la CCI et ancien membre du comité des experts de Credimpex Pause Les modalités de réalisation des crédits documentaires et l escompte de crédits documentaires : comment refinancer son crédit documentaire? Le besoin des acheteurs et conséquences sur les modalités de réalisation des crédits documentaires (crédit à usances ou par négociation, conséquences pour les bénéficiaires) L escompte de crédit documentaire (les modalités d escompte, les précautions prises par les banques) Hubert MARTINI, consultant financements et risques, professeur agrégé d économie et gestion, enseignant au CPEI Inalco Centre Dauphine Paris Judith AUTIÉ, ancien directeur du département des crédits documentaires à l UBAF, ancien membre de la commission bancaire de la CCI et ancien membre du comité des experts de Credimpex Clôture de la séance Tarif 400 euros TTC La participation financière comprend l inscription au séminaire et l ouvrage «Crédits documentaires Lettres de crédit stand-by Cautions et garanties. Guide pratique» de Hubert martini, Dominique Deprée et Joanne klein-cornede. a DIF organisme de formation n Formation éligible Inscriptions Annabelle Bail Tél.: Carole Trambouze Tél.:

3 Financements structurés Les banques de couverture dans les financements LBO Gauthier de Barmon Responsable du Droit de l Ingénierie Financière Société Générale Les banques de couverture sont toujours présentes dans les opérations de financements LBO. Bénéficiant d un rang de paiement équivalent à celui des prêteurs seniors, elles connaissent malgré tout des restrictions à leurs droits qui rappellent celles que connaissent les créanciers plus subordonnés. Leur situation juridique, souvent méconnue, mérite ainsi d être clarifiée. À l instar de toutes les opérations de financements structurés, les opérations de financement d acquisition avec effet de levier (dites de leverage buy-out ou LBO) se caractérisent par la mise à la charge de l emprunteur de nombreux engagements. Qu il s agisse d engagements de faire ou de ne pas faire, la plupart d entre eux ont pour objectif de maintenir le profil de risque de la holding d acquisition et de sa cible sur la base duquel les prêteurs ont accepté d octroyer le crédit d acquisition. Plus spécifiquement, certains engagements visent à ce que soient respectées les anticipations strictes de flux de trésorerie, qui ont déterminé le niveau d endettement que peut supporter la holding d acquisition (tant en principal qu en intérêts) 1. À ce titre, les documentations de financement LBO imposent quasi systématiquement aux entités qui souscrivent une dette d acquisition de se prémunir contre le risque de variation du taux d intérêt applicable à cette dette. Il est en effet important que l entité qui emprunte ne se trouve pas exposée à une surcharge d intérêts liée à l augmentation du taux variable du financement. Une telle surcharge pourrait mettre cette entité dans l incapacité d assurer le service de sa dette et la conduire ainsi à une situation de défaut de paiement. Les banques de couverture interviennent dès lors à part 1. C est par exemple le cas des engagements de ne pas céder des actifs essentiels générateurs de revenus (tels des brevets) ou plus généralement des obligations de se conformer aux diverses réglementations fiscales, sociales ou encore environnementales de manière à ce que l emprunteur ou son groupe ne devienne pas redevable de passifs imprévus. entière dans le financement mis en place et sont, comme l ensemble des autres créanciers, parties aux accords intercréanciers ou conventions de subordination. La situation juridique des banques de couverture est cependant souvent mal connue car leur régime emprunte à la fois à celui des prêteurs seniors et à celui des créanciers plus subordonnés. Le présent article a ainsi pour objet de clarifier le rôle des banques de couverture et les stipulations contractuelles qui leur sont applicables en présentant brièvement les caractéristiques essentielles des contrats de couverture (I.), les droits dont bénéficient les banques de couverture (II.) et enfin les obligations et restrictions qui leur sont applicables (III.) 2. I. CaraCtérIstIques essentielles des Contrats de Couverture 1. Ainsi qu on l a dit, la documentation de financement impose à la holding qui emprunte pour financer l acquisition d une société-cible de couvrir le risque de variation du taux d intérêt applicable à la dette d acquisition 3. Cette obligation est imposée par les prêteurs qui ne souhaitent pas que l emprunteur reste exposé à un risque de variation de taux susceptible de menacer l équilibre du financement. Cette obligation de couverture figure soit parmi les engagements souscrits par l emprunteur dans le contrat de crédit soit dans un document séparé (lettre de couverture ou hedging letter). Elle peut être totale ou partielle ; dans le premier cas, elle porte sur l intégralité de la dette d acquisition pendant toute la durée du financement tandis que dans le second (qui prévaut généralement dans les opérations de financements LBO), elle ne porte que sur un pourcentage minimum de l encours de la dette d acquisition pendant une durée qui peut être inférieure à celle du financement Cet article expose plus spécifiquement la situation des banques de couverture dans les financements d acquisition relatifs à des cibles françaises et régis en conséquence par une documentation contractuelle de droit français. Les principes énoncés sont toutefois largement transposables aux opérations de LBO transfrontalières et plus généralement à tout type d opérations de financements structurés (notamment financements d actifs, financements immobiliers et financements de projet). 3. Les tranches capex, destinées à financer des investissements ultérieurs, et revolving, destinées à financer les besoins en fonds de roulement, ne font généralement pas l objet d une couverture du risque de taux d intérêt. 4. Classiquement, l obligation de couverture pourra ne porter que sur 70 % de la dette d acquisition pendant trois ans. Banque & Droit nº 138 juillet-août

4 les banques de Couverture dans les FInanCements lbo 2. La couverture est effectuée par la mise en place de produits dérivés de taux conclus avec des banques dites de couverture. Il s agit de produits dérivés non spéculatifs destinés uniquement à couvrir le risque de variation de taux d intérêt. Le produit de couverture le plus classiquement mis en place est un swap de taux d intérêt ; aux termes de ce produit, à chaque date de paiement d intérêts au titre du contrat de prêt, l emprunteur verse à une banque de couverture un montant fixe (calculé par référence à un taux d intérêt fixe déterminé avec cette banque de couverture et appliqué à l encours du financement faisant l objet de la couverture) et reçoit en échange un montant variable correspondant au montant d intérêts, déterminé par rapport au taux variable du financement, que l emprunteur doit verser aux prêteurs au titre dudit financement. Que le taux variable augmente ou baisse, l emprunteur paye ainsi toujours le même montant d intérêts fixes à la banque de couverture et reçoit de cette dernière le montant d intérêts variables dont il est redevable auprès des prêteurs ; il se trouve ainsi effectivement couvert contre le risque de variation du taux d intérêt variable applicable au financement 5. En pratique, les flux dus de manière réciproque par l emprunteur et la banque de couverture font l objet d une compensation (ou «netting de paiement») et seul le différentiel entre lesdits flux est effectivement versé. Ainsi, si le taux fixe est inférieur au taux variable, l emprunteur reçoit de la banque de couverture le différentiel qui lui permet de payer l intégralité des intérêts variables aux prêteurs, lui-même ne supportant financièrement que le montant d intérêts à hauteur du taux fixe. Inversement, si le taux variable est inférieur au taux fixe, l emprunteur verse l intégralité des intérêts à taux variable aux prêteurs et verse le différentiel à la banque de couverture. Le cas échéant, d autres types de produits de couverture de taux peuvent être envisagés tels des caps (par lesquels l emprunteur, moyennant le versement d une prime initiale à la banque de couverture, se prémunit contre la hausse du taux variable au-delà d un certain taux plafond en recevant, si le taux variable excède ce taux plafond, le différentiel de la banque de couverture) ou des tunnels de taux ou collars (par lesquels l emprunteur paye à la banque de couverture le différentiel entre un taux plancher et le taux variable si celui-ci est inférieur au taux plancher et reçoit de la banque de couverture le différentiel entre le taux variable et un taux plafond si le taux variable est supérieur au taux plafond ; ainsi l emprunteur ne supporte que les variations de taux comprises entre une limite haute et une limite basse 6 ) Plus précisément, les montants fixes versés par l emprunteur sont calculés par référence à un taux fixe de marché majoré de la marge du produit dérivé (ou spread) et les montants variables versés à l emprunteur sont calculés par référence au taux d intérêt variable du crédit (marge exclue). La charge d intérêts effectivement supportée par l emprunteur sur l encours faisant l objet d une couverture correspond donc à un taux d intérêt fixe de marché majoré de la marge du produit dérivé et de la marge du crédit. 6. De la même manière que s il avait souscrit un cap, l emprunteur se trouve donc protégé contre les augmentations du taux variable au-delà du taux plafond ; en revanche, il ne bénéficie pas des baisses du taux variable en deçà du taux plancher. Il en résulte que le coût de ce produit est inférieur à celui d un cap. 7. On peut également signaler que, en sus des produits de couverture de taux, l emprunteur peut parfois souscrire d autres produits de couverture destinés à couvrir certains risques de variation de ses cash-flows qui peuvent avoir un impact direct sur l équilibre du financement. C est notamment le cas pour les Sur un plan juridique, l ensemble des produits dérivés conclus avec une même banque de couverture sont régis globalement par un contrat-cadre (type ISDA ou FBF), composé d un contrat-cadre proprement dit et d une annexe qui amende et complète ledit contrat-cadre. Dans le cadre des financements LBO, le contrat-cadre mis en place est un contrat-cadre spécifique destiné à régir uniquement des opérations de couverture liées au financement. Chaque produit de couverture en tant que tel est conclu oralement lors d une conférence téléphonique puis fait l objet d une confirmation écrite qui reprend, et précise, les éléments sur lesquels les parties se sont mises d accord oralement. La confirmation indique également qu elle est soumise aux stipulations du contrat-cadre et de son annexe (sauf en cas de contradiction auquel cas la confirmation prévaut). 3. En raison de la conclusion des contrats de couverture, chaque banque de couverture devient un créancier dans le cadre du financement LBO concurremment aux autres créanciers que sont les prêteurs seniors et, le cas échéant, les créanciers mezzanine ou subordonnés. Les créances dues aux banques de couverture et celles dues aux autres créanciers sont cependant de nature distincte, étant par ailleurs précisé que les banques de couverture sont susceptibles, le cas échéant, de devenir redevables de ces mêmes créances envers leur contrepartie. Deux types de montants peuvent en effet être dus par les parties à un contrat de couverture, à savoir les montants dus au titre des échéances contractuellement prévues par le contrat de couverture et les montants dus en cas de résiliation anticipée du contrat de couverture. En ce qui concerne les montants dus au titre d échéances contractuellement prévues, il s agit typiquement, dans le cadre d un swap de taux d intérêts, du différentiel entre le montant fixe dû par l emprunteur et le montant variable dû par la banque de couverture ; ce différentiel peut être dû aussi bien par la banque de couverture que par l emprunteur en fonction du niveau du taux variable à la date de paiement. Par ailleurs, à l instar de tout produit dérivé, en cas de résiliation d un produit de couverture de taux, l une ou l autre partie sera redevable d une valeur de résiliation. Cette valeur de résiliation correspond essentiellement à la valeur de marché (mark-to-market) du produit de couverture à sa date de résiliation. À nouveau, en fonction des conditions de marché à la date de résiliation (et plus particulièrement s agissant de produits de couverture de taux, du niveau des taux d intérêt à cette date), cette valeur de résiliation 8 pourra être due par l emprunteur ou la banque de couverture. Il est à noter que ce montant sera d autant plus important que le niveau des taux d intérêts aura fortement évolué depuis la date de conclusion du produit de couverture. emprunteurs dont les revenus sont dépendants de l inflation, du cours d une devise ou du prix de certaines matières premières. La stratégie de couverture, déterminée lors de la mise en place du financement, peut identifier ces risques et imposer à l emprunteur de souscrire des instruments de couverture adéquats. 8. La somme due en cas de résiliation peut prendre des dénominations différentes telles soulte ou coût de rupture ou encore solde de résiliation. Cette notion de solde est liée au fait que si plusieurs opérations de dérivés conclues sous un même contrat-cadre sont résiliées, les valeurs de résiliation de chacune d entre elles, qu elles soient positives ou négatives, sont agrégées de manière à former un solde unique conformément au mécanisme de résiliation-compensation ou de close-out netting (article L du Code monétaire et financier). 4 Banque & Droit nº 138 juillet-août 2011

5 Nominations le carnet KRAMER LEVIN NAFTALIS & FRANKEL hubert de vauplane, 50 ans, rejoint comme associé le bureau parisien de Kramer Levin Naftalis & Frankel. Après un doctorat de droit (Paris II Assas), il débute sa carrière en France aux Banques Populaires. Il passe ensuite cinq années chez Oddo & Cie, d abord comme opérateur en salle de marchés sur produits dérivés, puis comme responsable juridique. En 1994, il intègre la direction juridique de Paribas dans les activités de marchés de capitaux, puis en fusion-acquisition. En 2002, il devient directeur juridique des activités de Corporate & Investment Bank de BNP Paribas. Il rejoint ensuite le Crédit Agricole comme directeur juridique de Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (2007) et, depuis janvier 2009, en tant que directeur juridique et conformité de Crédit Agricole SA. Il est professeur associé à Paris II Assas, président de l Association européenne pour le droit bancaire et financier (Europe) et expert auprès de la Commission européenne et de l AMF. Bersay & Associés Justine Cabau, 30 ans, intègre le cabinet Bersay & Associés pour exercer les fonctions de directrice de la communication. Après une maîtrise en droit des affaires de (Paris II) et un Master en management de l ESC Reims, elle travaille pendant plus de trois ans chez Avocom, où elle accompagne des structures françaises ou internationales, plus particulièrement les cabinets d avocats d affaires, à Paris ou en région, dans la détermination de leur stratégie de communication et marketing. Dans le cadre de ses fonctions, elle a participé à la campagne de bâtonnat des bâtonniers et vice-bâtonniers de Paris encore en exercice. Caisse des Dépôts Jean-marc morin, 60 ans, entre à la Caisse des Dépôts comme adjoint au directeur juridique et fiscal du groupe. Ancien élève de l École nationale de la magistrature, il exerce comme substitut du procureur de la République de Béthune, avant de devenir juge au tribunal de grande instance de Paris. En 1990, il rejoint le ministère du Budget puis, de l Économie et des Finances, pour y remplir des fonctions juridiques. Devenu, en 1998, agent judiciaire adjoint du Trésor, il était auparavant directeur des affaires juridiques de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et membre du comité de direction de l établissement depuis Banque & Droit n 138 juillet-août

6 Dechert Landwell & Associés précédemment chez Fasken Martineau où elle travaillait principalement en lien avec l Afrique. Norton Rose Dechert LLP poursuit son développement avec l arrivée à Pékin de Jingzhou tao, 52 ans, en qualité d associé et de Managing Partner en charge du développement de l Asie. Il interviendra sur les dossiers d arbitrage international ainsi qu en fusions et acquisitions. Titulaire d un LL.B de l Université de Pékin ainsi que d un DEA de l Université Paris I Panthéon- Sorbonne, membre du Barreau de Paris, il était jusqu à présent associé du cabinet Jones Day. Fromont Briens maud poncelet, 35 ans, rejoint le groupe Financial Services (FS) de Landwell & Associés, membre du réseau PwC, en qualité de directeur. Diplômée de l IEP Lyon, titulaire d un doctorat en droit privé et d un Dess de droit fiscal international (Paris II Panthéon-Assas), elle est avocate au Barreau des Hauts-de-Seine, puis de Paris depuis Elle intervient sur tous les aspects fiscaux liés aux opérations de financements transfrontaliers, de titrisation, de trésorerie ainsi que sur la fiscalité des marchés de capitaux et des produits dérivés. Elle a débuté sa carrière chez Ernst & Young Paris en 2001, avant de rejoindre le cabinet Gide Loyrette Nouel à Paris deux ans plus tard. Lazareff Le Bars Jon harry, 52 ans, spécialiste des fusions-acquisitions, des joint-ventures et du capital-investissement, intègre le bureau parisien de Norton Rose en tant qu associé. Entré chez Lovells (maintenant Hogan Lovells) comme trainee en 1988, il est Solicitor depuis 1990 et exerce à Paris depuis Il a été associé du cabinet pendant 11 ans et a dirigé le groupe corporate du bureau de Paris de 2006 à télex Réalisé par Christine Hauvette, anne le quinquis, 37 ans, est nommée en qualité d associée de Fromont Briens. Diplômée d une maîtrise de droit privé (Rennes II), titulaire d un DEA de droit privé général (Paris II Panthéon-Sorbonne), avocate au Barreau de Paris depuis 1998, elle a passé plus de 12 années dans de grands cabinets d affaires tels que Gide Loyrette Nouel, Freshfields Bruckhaus Deringer et dernièrement Bredin Prat. ghjuvana luigi, 29 ans, vient renforcer l activité de Lazareff Le Bars en droit de l Ohada (Organisation pour l harmonisation en Afrique du droit des affaires), en qualité de collaboratrice. Master II droit des affaires et DJCE (Université de Cergy-Pontoise), inscrite au Barreau de Paris depuis 2008, elle débute au sein du département corporate du cabinet Vivien & Associés et exerçait n bersay & associés nathalie Cerqueira et Cécile amphoux sont nommées Of Counsel, respectivement au sein des départements social et immobilier n ClIFFord ChanCe dessislava savova est cooptée associée du cabinet n eight advisory Christian berling et Florence Khayat accèdent au rang d associé n herbert smith Jeanmarc peyron est nommé Of Counsel au sein de l équipe immobilier n Jeantet & associés nicolas partouche est promu associé au sein du pôle corporate n mirabaud Camille vial devient associée et Yves mirabaud associé senior n norton rose sarah beau, hélène brajou et anne-laure bernard-bouissières deviennent associées du bureau de Paris n shearman & sterling promeut guillaume Isautier au rang d associé. 54 Banque & Droit n 138 juillet-août 2011

7 À paraître en août Face à la profusion des textes réglementaires et à l émergence concomitante de risques nouveaux ou nouvellement identifiés, la fonction juridique s affirme chaque jour davantage comme l un des éléments centraux de l entreprise, garante de son développement et de sa pérennité. Cet ouvrage dresse un état des lieux et propose une première réflexion indispensable à la compréhension de la fonction juridique et à son exercice : Quels sont les principaux risques juridiques, quels sont les enjeux en présence? Quelles sont les missions des fonctions juridique et conformité? Quelle est la ligne de partage? Quel est le cadre nécessaire pour rendre ces missions efficientes? Les réponses à ces questions resteraient théoriques si elles ne s appuyaient sur l expérience des auteurs et la mise en œuvre réussie de leurs préconisations. C est bien là que résident toute la légitimité et la valeur de cet ouvrage : le lecteur bénéficie d emblée d un savoir-faire opérationnel, que ce soit pour manager le risque juridique ou organiser le contrôle interne qui s y rapporte. Ce livre concis, accessible à tous, au style vif et clair, a vocation à devenir le vade-mecum des professionnels des directions juridiques et conformité. Il sera également très précieux à tous ceux qui, désireux de mieux la comprendre, ont affaire à la fonction juridique. C està-dire à chacun d entre nous. CONTRÔLE DES RISQUES MIEUX COMPRENDRE LES FONCTIONS JURIDIQUES ET DE CONFORMITÉ JEAN-MICHEL DAUNIZEAU et MARTINE LEIMBACH 204 pages, 28 euros Commander cet ouvrage sur Internet : revuebanquelibrairie.com

8 50 euros Septembre-octobre 2010 ISSN Bimestriel 65 euros Emmanuel Jouffin, Docteur en droit Arnaud LEfin et Vincent SouLignAc, groupe BPcE David MASSon et Houda DAMon, Ernst&Young, Société d Avocats Sabine MArcELLin, EPf - École d ingénieurs Bertrand de SAinT MArS et Jean-Pierre BornET Presse Séminaires Édition Librairie Internet 30 euros Banque & Droit ABONNEMENTS 2011 Je choisis l abonnement à BANQUE & DROIT coché ci-dessous : 1 AN : 6 n os + 2 hors séries + accès en ligne France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés 425,00 445, AN : 6 n os + accès en ligne France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés 365,00 385, DÉCOUVERTE : 1 n o + accès en ligne France (TTC) Étranger Quantité Total Nouveaux abonnés (offre réservée non renouvelable) 70,00 75, COUPLAGE REVUE BANQUE + BANQUE & DROIT 1 AN : 17 n os + 2 suppléments + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés (offre réservée aux non abonnés) 525,00 555, TOTAL (TVA : 2,10 % incluse sur le tarif France) ABONNEMENT 1 AN 6 n os + 2 hors séries + accès en ligne n 133 BANQUE DROIT la pratique du droit bancaire français et européen articles 3 Réglementation du travail le droit dévertébré de la lutte contre la discrimination 16 Lutte antiblanchiment Dans le labyrinthe des listes d États et territoires 25 Directive OPCVM IV Nouvelles règles, nouveaux défis pour la gestion d actifs 29 Pérennité et diffusion des données la dimension juridique de l archivage électronique chroniques 34 DROIT bancaire Thierry BonnEAu 41 DROIT financier et boursier Hubert de VAuPLAnE, Jean-Jacques DAigrE, 50 GesTION collective fabrice BuSSiÈrE 54 bancassurance Pierre-grégoire MArLY et Sylvestre gossou 59 DROIT Des sûretés nicolas rontchevsky et françois JAcoB 63 DROIT Des sociétés Michel STorcK, Quentin urban et isabelle riassetto 69 DROIT fiscal claire AcArD 71 NOmINaTIONs 73 bibliographie Alain cerles Société... Nom... Prénom... Fonction... Service... Adresse... Code postal/ville...pays... Code TVA (pour les pays de la CEE)... Téléphone...Télécopie... Décembre 2010 BANQUE DROIT la pratique du droit bancaire français et européen Décembre 2010 Commissions interbancaires Le modèle relationnel en danger? François Schwerer Docteur en Droit et Économie des entreprises Directeur juridique, La Banque postale Marie-Anne Frison-Roche Professeur des Universités, Sciences Po Jacques Bichot Économiste, professeur émérite Université Jean Moulin (Lyon 3) André Prüm BANQUE DROIT la pratique du droit bancaire français et européen Compte-rendu Rencontre Banque & Droit du 12 octobre 2010 LES GARANTIES SUR CRÉANCES À L ÉPREUVE DES PROCÉDURES COLLECTIVES l Introduction Doyen de la Faculté de droit, d économie et de finance, Université du Luxembourg Presse Séminaires Édition Librairie Internet Francis CREDOT, Senior of counsel, Salans Avocats Associés l Le nantissement de créances de droit commun : quelle efficacité? Augustin AYNES, Agrégé des facultés de droit, Professeur à l Université Paris XII l La cession Dailly et l affaire «Cœur Défense» Jean-Louis GUILLOT, Directeur juridique, BNP Paribas l Le transfert de créances en fiducie : une alternative, avec quelles limites? Augustin AYNES, Agrégé des facultés de droit, Professeur à l Université Paris XII l Gage espèces et nantissement de compte Thierry SAMIN, Responsable de la réglementation bancaire et financière, Société Générale l Délégation et stipulation pour autrui Lionel ANDREU, Maître de conférences à la faculté de droit de Nantes Presse Séminaires Édition Librairie Internet hors-série hors-série (indispensable)... En application de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-dessus sont indispensables au traitement de votre commande et sont communiquées aux destinataires aptes à les traiter. Elles peuvent donner lieu à l exercice du droit d accès et de rectification auprès de Revue Banque. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient cédés ultérieurement en le demandant par écrit au secrétariat général de Revue Banque. à retourner au SERVICE ABONNEMENTS REVUE BANQUE NPAI 39 rue Marcelin Berthelot DRANCY CEDEX Tél.: Fax : Règlement à l ordre de La Revue Banque par chèque par carte bancaire n (sauf American express et Diner s Club) Date limite de validité : Le règlement sur l étranger est à joindre impérativement à la commande et doit être effectué en euros, par chèque payable en France, net de frais. Pour les virements bancaires et CCP, nous consulter. SIGNATURE BD11 Vos abonnements se poursuivent en ligne sur Feuilletage, accès illimité aux archives de Banque & Droit

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Le meilleur de Revue Banque. Articles & chroniques juridiques en 2011

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Le meilleur de Revue Banque. Articles & chroniques juridiques en 2011 Mars 2012 60 euros Le meilleur de Revue Banque Articles & chroniques juridiques en 2011 Préface de Thierry Bonneau La protection accrue de l épargnant et de l investisseur Les marchés sous surveillance

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen BANQUE n 142 mars-avril 2012 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros DROIT la pratique du droit bancaire français et européen articles 3 Offre au public de parts sociales des banques mutualistes et coopératives

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Droit des entreprises en difficulté

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. Droit des entreprises en difficulté BANQUE Octobre 2013 ISSN 1777-5752 60 euros DROIT la pratique du droit bancaire français et européen Droit des entreprises en difficulté Des pistes pour une réforme La convergence européenne La procédure

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. La redéfinition de la notion de réception de fonds du public

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen. La redéfinition de la notion de réception de fonds du public n 156 juillet-août 2014 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros ARTICLES 3 Monopole bancaire La redéfinition de la notion de réception de fonds du public Thierry SAMIN, Société Générale 9 Droit des sûretés

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen BANQUE n 145 septembre-octobre 2012 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros DROIT la pratique du droit bancaire français et européen ARTICLES 3 Fraude Madoff Premières lumières françaises sur une pratique de

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire français et européen BANQUE n 149 mai-juin 2013 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros DROIT la pratique du droit bancaire français et européen ARTICLES 3 Moyens de paiement Quelques remarques concernant la monnaie électronique

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité BANQUE n 160 Mars-avril 2015 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros DROIT la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité 3 ÉDITORIAL Jean-Jacques DAIGRE ARTICLES 4 Inconstitutionnalité du transfert

Plus en détail

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité. Christian GAMALEU KAMENI, CREDIMI - Université de Bourgogne

BANQUE DROIT. la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité. Christian GAMALEU KAMENI, CREDIMI - Université de Bourgogne BANQUE n 162 Juillet-août 2015 ISSN 1777-5752 Bimestriel 70 euros DROIT la pratique du droit bancaire et financier et de la conformité 3 ÉDITORIAL Jean-Jacques DAIGRE ARTICLES 4 Mécanisme de surveillance

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Dillenschneider Favaro & Associés

Dillenschneider Favaro & Associés Dillenschneider Favaro & Associés cabinet d avocats paris luxembourg une histoire commune Des expériences professionnelles différentes et des expertises complémentaires ont fondé une histoire commune quand

Plus en détail

DOSSIER DOM-TOM DEFISCALISATION. Proposition d assistance pour la défense du collectif de victimes

DOSSIER DOM-TOM DEFISCALISATION. Proposition d assistance pour la défense du collectif de victimes DOSSIER DOM-TOM DEFISCALISATION Proposition d assistance pour la défense du collectif de victimes 1 Présentation du Cabinet 2 FIDAL : le plus grand cabinet d avocats français Fidal en un clin d oeil Date

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit Titrisation : un outil de financement de l économie? Jeudi 5 juin 2014 de 9 h à 12 h Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat avec En collaboration avec ASSOCIATION NATIONALE

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA

BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA SÉMINAIRES Rencontre Banque & Droit BANQUE, ASSURANCE ET BIG DATA Mardi 2 juin 2015 de 9 h 00 à 12 h 00 Auditorium de la FBF 18, rue La Fayette 75009 Paris En partenariat avec En collaboration avec ASSOCIATION

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Des envies d emménager plein la tête?

Des envies d emménager plein la tête? Solutions Acquisition MGEN Solutions Acquisition MGEN Pour en savoir plus contactez-nous au 36 76 Coût d un appel local depuis un poste fixe, hors coût opérateur, seulement pour la métropole. Consultez

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Conditions Spéciales eforex

Conditions Spéciales eforex Conditions Spéciales eforex 1. CONTRAT ET PLATEFORMES DE TRADING 1.1. Swissquote Europe Ltd (ci-après «Swissquote») propose des Plateformes de Trading pour le trading de devises, de métaux précieux et

Plus en détail

SEH LEGAL Le Droit de voir plus loin

SEH LEGAL Le Droit de voir plus loin SEH LEGAL Le Droit de voir plus loin Corporate finance, restructuration et contentieux SEH LEGAL : histoire et présentation du cabinet En octobre 2010, Sandra Esquiva-Hesse, inscrite aux Barreaux de New

Plus en détail

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Conditions Générales Applicables aux Accords de Prêt et de Garantie pour les Prêts à Spread Fixe En date du 1 er septembre 1999 Banque Internationale

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Banque et Finance. 6, Rue Duret - 75116 Paris T. : 33 (0)1. 53. 67. 50. 00 F : 33 (0)1. 53. 67. 50.01

Banque et Finance. 6, Rue Duret - 75116 Paris T. : 33 (0)1. 53. 67. 50. 00 F : 33 (0)1. 53. 67. 50.01 Banque et Finance PARIS LYON BORDEAUX LILLE LA REUNION BRUXELLES BARCELONE MILAN STUTTGART TUNIS BUENOS AIRES QUEBEC MONTREAL PEKIN SHANGHAI CANTON HANOI HO CHI MINH VILLE SINGAPOUR 6, Rue Duret - 75116

Plus en détail

Rencontre Banque & Droit

Rencontre Banque & Droit AMPHITHÉÂTRE THOMSON REUTERS TRANSACTIVE BANQUE EN LIGNE : QUID DES OBLIGATIONS JURIDIQUES? > Mardi 5 novembre 2013 de 9h00 à 12h00 > Amphithéâtre Thomson Reuters Transactive 6/8 Bd Haussmann 75009 Paris

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION AVANCE PROSPECTION. Guide d utilisation

ASSURANCE PROSPECTION AVANCE PROSPECTION. Guide d utilisation ASSURANCE PROSPECTION AVANCE PROSPECTION Guide d utilisation / 2 SOMMAIRE ASSURANCE PROSPECTION... page 4 Bénéficiaires... page 5 Pays couverts... page 5 Fonctionnement, principes généraux... page 5 Durée

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Réponse aux questions pratiques liées à l application du règlement CRC n 2002-09 relatif à la comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

La force d un réseau international.

La force d un réseau international. La force d un réseau international. Paris Linklaters est l un des plus importants cabinets d avocats internationaux. Nous intervenons dans l ensemble des domaines clés du droit des affaires. Nos clients,

Plus en détail

Master 2 Professionnel Droit des affaires Spécialité : INGENIERIE DES SOCIETES

Master 2 Professionnel Droit des affaires Spécialité : INGENIERIE DES SOCIETES Master 2 Professionnel Droit des affaires Spécialité : INGENIERIE DES SOCIETES Direction David Bosco et Bastien Brignon PRESENTATION GENERALE Descriptif - Objectifs Le Master professionnel Ingénierie des

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions RESUME Le régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d intentions, réformé

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT

OFFRE DE FINANCEMENT OFFRE DE FINANCEMENT ENTREPRISES EN DEVELOPPEMENT P.3 Financement de la Balance Clients (en TTC) P.3 Financement en Invoice Discounting (en TTC) P.4 Financement des Créances Commerciales (en TTC) P.5 Financement

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl. Le nouveau droit OHADA des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com Juin 2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

DROIT BANCAIRE ET FINANCIER

DROIT BANCAIRE ET FINANCIER DROIT BANCAIRE ET FINANCIER Mélanges AEDBF-France VI Sous la direction de Alain Gourio et Jean-Jacques Daigre Sommaire Avant-propos par Alain GOURIO et Jean-Jacques DAIGRE....15 Sena AGBAYISSAH Avocat

Plus en détail

Crédit Agricole SA adapte son organisation pour piloter les transformations et améliorer la performance collective

Crédit Agricole SA adapte son organisation pour piloter les transformations et améliorer la performance collective Paris, le 4 août 2015 Communiqué de presse Crédit Agricole SA adapte son organisation pour piloter les transformations et améliorer la performance collective Réuni lundi 3 août 2015 sous la présidence

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires.

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. ACCUEIL PRESENTATION NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. Le cabinet NORDEN assiste les entreprises, fonds d investissements et banques françaises

Plus en détail

Arbitrage et droit de l Union européenne

Arbitrage et droit de l Union européenne Le droit de l arbitrage se situe très largement en dehors de la sphère de la compétence de l Union européenne ; il demeure de source nationale ou internationale. Le principal texte européen qui mentionne

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Gérer la trésorerie et la relation bancaire

Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire finance/gestion comptabilité > Assurer la liquidité > Améliorer le résultat financier > Gérer les risques 6 e édition

Plus en détail

Assurance prospection Avance prospection

Assurance prospection Avance prospection Assurance prospection Avance prospection Guide d utilisation - 1 - - 2 - SOMMAIRE Assurance prospection... page 04 Bénéficiaires... page 05 Pays couverts... page 05 Fonctionnement, principes généraux...

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2002-03 DU CRC DU 12 DECEMBRE 2002 RELATIF AU TRAITEMENT COMPTABLE DU RISQUE DE CREDIT modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

Stratégie et management d un cabinet d avocats

Stratégie et management d un cabinet d avocats Stratégie et management d un cabinet d avocats > CE PROGRAMME EST COMPATIBLE AVEC LES OBLIGATIONS LÉGALES DE FORMATION DES AVOCATS CYCLE 6 modules de 14h à 19h 10 et 24 octobre, 7 et 21 novembre, 5 et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

PRIX DU MEILLEUR ETUDIANT JURISTE IMMOBILIER

PRIX DU MEILLEUR ETUDIANT JURISTE IMMOBILIER PRIX DU MEILLEUR ETUDIANT JURISTE IMMOBILIER Prix du Meilleur Etudiant Juriste Immobilier 2014 Le prix a vocation à récompenser le meilleur étudiant juriste immobilier en Master 2. Il est attribué sur

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Professionnels. Conditions générales de Banque

Professionnels. Conditions générales de Banque Conditions générales de Banque Professionnels Le présent document indique les principales commissions généralement appliquées à notre clientèle à compter du 11/01/2010. Celles-ci ne sont pas limitatives

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail

Débats et Prospectives

Débats et Prospectives Débats et Prospectives CONSOLIDATION DE LA TVA : UNE PREMIERE ETAPE VERS LE «GROUPE TVA» Très tôt dans le droit communautaire de la TVA est apparue la notion de «groupe», consistant à considérer comme

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Audit de la filière et pilotage des prestataires : les meilleurs dispositifs juridiques, techniques et organisationnels

Audit de la filière et pilotage des prestataires : les meilleurs dispositifs juridiques, techniques et organisationnels 16 ème Forum Annuel Chèque 2009 Audit de la filière et pilotage des prestataires : les meilleurs dispositifs juridiques, techniques et organisationnels Le 23 janvier 2009, Cercle National des Armées, Paris

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731. PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.338 2 SOMMAIRE 1. Qu est-ce qu un crédit hypothécaire? 2. Qui peut

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

MAA. DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Tél :

MAA. DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Tél : MAA DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Mutuelle de l Armée de l Air - Pôle Social - 48, rue Barbès - 92544 Montrouge Cedex Tél. : 0 970 809 721 (appel non surtaxé). Site internet : www.mutaa.fr

Plus en détail

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097559 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet Les Entrepreneuriales Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet SOMMAIRE Introduction L image du banquier, le rôle de la banque? Les différents moyens de financement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 26 DU 23 FEVRIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-2-10 INSTRUCTION DU 12 FEVRIER 2010 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). RACHAT DE

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE

CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE Les présentes conditions spéciales ont pour objet de définir les modalités d accès aux opérations en ligne qui sont disponibles sur le site sécurisé www.groupe-sma.fr

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

VOTRE PLAN DE FINANCEMENT

VOTRE PLAN DE FINANCEMENT PLAN DE FINANCEMENT VOTRE PLAN DE FINANCEMENT BESOINS (exprimés HT) RESSOURCES DROIT DE PRÉSENTATION (ou achat) CLIENTÈLE K APPORT K PARTS DE SOCIÉTÉ K PRÊTS FAMILIAUX K DROIT D ENREGISTREMENT* K AUTRES

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales COMPTE EPARGNE LOGEMENT Une épargne constructive Conditions Générales CONDITIONS GENERALES 1. Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique peut être titulaire d un compte d épargnelogement

Plus en détail

Master 2 professionnel Droit des Affaires et Fiscalité

Master 2 professionnel Droit des Affaires et Fiscalité Master 2 professionnel Droit des Affaires et Fiscalité Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne Master en partenariat avec HEC Mots des directeurs Le Master 2 professionnel de Droit des Affaires et Fiscalité

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques Diane Patrimoine NANTISSEMENT ET GARANTIE DE PASSIF : le contrat d assurance-vie ou de capitalisation, un outil au service du client, de l entrepreneur et de ses conseils. (Réunion du Pole Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF 1- Conditions d éligibilité aux avantages tarifaires bancaires Etre salarié sous contrat à durée indéterminée à la CEIDF, après validation de la période d essai.

Plus en détail

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL FACE AUX PROCÉDURES COLLECTIVES

LE BAIL COMMERCIAL FACE AUX PROCÉDURES COLLECTIVES Caroline de Puységur Présidente de la Commission Droit Immobilier Emmanuel Raskin et Nicolas Boullez coprésidents de la Commission Procédure Vous proposent un colloque sur le thème: LE BAIL COMMERCIAL

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Sauvegarde et Retournement des Entreprises

Sauvegarde et Retournement des Entreprises 6 e Conférence annuelle Sauvegarde et Retournement des Entreprises Cadre législatif - Restructuration financière et opérationnelle En partenariat avec : Mercredi 14 avril 2010 Salons Hoche Paris www.lesechos-conferences.fr

Plus en détail