BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-D OISE. Mars 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-D OISE. Mars 2012"

Transcription

1 BILAN DES ÉMISSIONS POUR LE DÉPARTEMENT DU VAL-D OISE Mars 2012

2 BILAN DES EMISSIONS POUR LE DEPARTEMENT DU VAL D OISE DONNEES DE BASE ANNEE 2008 Mars 2012 Bilan réalisé par : Airparif, association de surveillance de la qualité de l air en Pôle Etudes 7, rue Crillon PARIS Tél. : Fax : Pour : Conseil Général du val d Oise Le bon geste environnemental : n'imprimez ce document que si nécessaire et pensez au recto-verso!

3 Sommaire 1 - L INVENTAIRE DES EMISSIONS : DEFINITIONS ET UTILISATIONS SPECIFICITES DEPARTEMENTALES BILAN D EMISSIONS DES POLLUANTS ATMOSPHERIQUES OXYDES D AZOTE (NOX) PARTICULES (PM10) PARTICULES (PM2.5) COMPOSES ORGANIQUES VOLATILS NON METHANIQUES (COVNM) DIOXYDE DE SOUFRE (SO 2 ) GAZ A EFFET DE SERRE (GES : CO 2, CH 4, N 2 O) CONTRIBUTION DES EMISSIONS DU DEPARTEMENT AUX EMISSIONS FRANCILIENNES 9 5 CARTOGRAPHIES DES EMISSIONS EN ILE-DE-FRANCE POUR L ANNEE OXYDES D AZOTE (NOX) PARTICULES (PM10) PARTICULES (PM2.5) COMPOSES ORGANIQUES VOLATILS NON METHANIQUES (COVNM) GAZ A EFFET DE SERRE (GES) CONCLUSIONS 13 7 POUR EN SAVOIR PLUS 13 1

4 Glossaire Généralités : Emissions : rejets de polluants dans l atmosphère. Modélisation : calcul des niveaux de pollution à partir d outils informatiques. Polluants : NOx : Oxydes d azote PM10 : Particules de diamètre inférieur à 10 m PM2,5 : Particules de diamètre inférieur à 2,5 m COVNM : Composés organiques volatils non méthaniques SO 2 : Dioxyde de soufre GES : Gaz à effet de serre (inclut le dioxyde de carbone (CO 2 ), le méthane (CH 4 ), et le protoxyde d azote(n 2 O)). Dans le total GES, les émissions de CH 4 et de N 2 O sont ramenées en équivalent CO 2, en fonction de leur pouvoir de réchauffement global. 2

5 Bilan des émissions pour le département du Val d Oise Données de base année 2008 Le bilan des émissions à l échelle départementale pour l année 2008 est effectué à partir de l inventaire régional des émissions. Il repose sur des méthodologies de calcul des émissions actualisées en Les émissions relatives aux années précédentes, calculées par AIRPARIF, ne sont donc pas directement comparables avec celles présentées ici. Les principales évolutions méthodologiques mises en place en 2011 pour l inventaire 2008 sont les suivantes : - Amélioration des méthodologies de calcul des émissions du secteur avec notamment une meilleure prise en compte du chauffage au bois. - Amélioration des méthodologies de calcul des émissions du secteur industriel, notamment une répartition affinée des installations dans les secteurs d activités. 1 - L inventaire des émissions : définitions et utilisations L inventaire des émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre est réalisé à partir d un recensement le plus exhaustif possible de l ensemble des émissions, sur une période et un domaine géographique définis, ici l année 2008 et le département du Val d Oise. Cela nécessite l identification de toutes les sources de polluants atmosphériques. Les sources émettrices de polluants dans l'atmosphère sont nombreuses et concernent aussi bien les secteurs relatifs aux activités humaines (industrie, chauffage, agriculture, transports...) que les sources naturelles (végétation, forêts ). L inventaire des émissions est établi pour les besoins suivants : - Alimenter les outils de modélisation régionale ou urbaine. - Faire des bilans d émissions par activité et/ou secteur géographique et identifier les évolutions. - Servir de base à la construction de scénarii prospectifs. Les sources sont regroupées en 9 grandes catégories, pour lesquelles les émissions prises en compte sont précisées ci-dessous : - : émissions liées au trafic routier et aux stations services. Les émissions du trafic routier comprennent celles issues de la combustion des moteurs (émissions à chaud et démarrage à froid) ainsi que les émissions liées à l évaporation de carburant (dans le réservoir mais aussi dans le circuit de distribution du carburant), d une part, et à l usure des équipements (freins, pneus et routes), d autre part. Les émissions de particules liées à la remise en suspension des particules au sol lors du passage des véhicules ne sont pas prises en compte. - Plates-formes s : émissions des avions et des activités au sol (hors trafic routier induit en zone publique des plates-formes) pour les plates-formes de Roissy et Orly (les données relatives à l aéroport du Bourget ne sont pas disponibles). - : émissions du trafic ferroviaire (hors remise en suspension des poussières) et du trafic. - : émissions liées au chauffage des habitations et des locaux du secteur, ainsi que celles liées à la production d eau chaude et aux installations de chauffage urbain. Les habitations comprennent les maisons individuelles et les appartements pour le secteur résidentiel ; les établissements de santé, d enseignement, de sports et loisirs, les commerces, les cafés hôtels et restaurants, les bureaux, les habitats communautaires et les locaux liés aux activités de transport (logistique, gares,..) pour le secteur. Les émissions liées à l utilisation domestique de solvants sont également considérées : application de peinture, utilisation de produits cosmétiques, de nettoyants, 3

6 - : émissions liées aux procédés de production ainsi que celles liées au chauffage des locaux des entreprises. Les procédés industriels pris en compte sont principalement ceux mis en œuvre dans les aciéries, l industrie des métaux et l industrie chimique ; les émissions dues aux chantiers et travaux du BTP, aux carrières ainsi que celles liées aux utilisations industrielles de solvants (application de peinture, dégraissage, nettoyage à sec, imprimeries, application de colles ). - Production d énergie : émissions dues aux centrales thermiques de production d électricité, aux installations d extraction du pétrole et aux raffineries. - : émissions liées aux usines d incinération de ménagers et industriels, aux centres de stockage de ultimes et stabilisés de classe 2, et aux installations de traitement des eaux. - agricole : émissions des terres cultivées, des engins agricoles, ainsi que celles provenant des activités d élevage et des installations de chauffage de certains bâtiments (serres, ). Les émissions de particules lors des activités de labours et de moissons sont également prises en compte. - Emissions naturelles : émissions des végétaux et des sols des zones naturelles (hors zones cultivées). Les résultats concernent, pour l année 2008, les oxydes d azote, les particules PM10 et PM2.5, les COVNM, le dioxyde de soufre et les gaz à effet de serre. En, le dioxyde d'azote (lié aux émissions d oxydes d'azote), les PM10 et les PM2.5 sont les polluants atmosphériques les plus problématiques. Les émissions de gaz à effet de serre présentées ici sont uniquement les émissions directes, c est-à-dire celles directement produites sur le territoire départemental. Elles n intègrent pas les émissions générées à l extérieur par des activités du département, ni celles de combustibles fossiles utilisés hors du territoire pour produire de l énergie consommée à l intérieur du territoire. Les bilans concernent la ventilation départementale par secteur d activité et par polluant pour l échelle temporelle annuelle. La contribution du département aux émissions régionales annuelles est ensuite présentée. 2 - Spécificités départementales Le tableau ci-après présente quelques éléments statistiques territoriaux et démographiques du Val d Oise : Population Département 95 Source : INSEE Ile-de- France % Département / Population en % Densité de la population (nombre d'habitants au km²) en Superficie (en km²) % Logement Département Ile-de- France % Département / Nombre total de logements en % Établissements Nombre d'établissements actifs au 31 décembre 2009 Département Ile-de- France % Département / Part de l'agriculture, en % Part de l'industrie, en % Part de la construction, en % Part du commerce, transports et services divers, en % Part de l'administration publique, enseignement, santé et action sociale, en % VAL D'OISE

7 Le département du Val d Oise est le moins peuplé d Ile de France puisqu il concentre environ 10% de la population régionale. Sa superficie de 1245 km² représente 10% de la superficie régionale. Il est le plus petit des 4 départements de grande couronne, et bénéficie d une densité moyenne d habitants proche de la densité moyenne régionale (presque 1000 habitants par km²). Le Val d Oise concentre environ logements ce qui correspond à 9% des logements franciliens. La constitution du territoire est relativement contrastée : zones rurales à l est avec la zone de la plaine de France et à l ouest avec le Vexin français, et des zones plus urbaines au sud-est, intégrant l agglomération parisienne. La surface agricole utile correspond à environ 10% du département, surface utilisée notamment pour les cultures céréalières et l élevage. Les zones naturelles boisées sont également importantes puisqu elles représentent environ 20% du territoire départemental. Le tissu économique est composé d une large majorité de PME et PMI ainsi que de pôles de compétitivité orientés vers des domaines de haute technologie : électronique, multimédia, biotechnologies Concernant l infrastructure routière, elle est organisée autour de deux axes majeurs (autoroutes A1 et A15), ainsi que d importantes routes nationales reliées par la Francilienne. Le Val d'oise accueille une partie de l'aéroport international Paris Roissy Charles-de-Gaulle (réparti sur 3 départements franciliens, dont la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis), premier aéroport d Europe continentale pour le nombre de passagers accueillis. 3 - Bilan d émissions des polluants atmosphériques Les tableaux ci-dessous présentent le bilan des émissions 2008, en tonnes, par polluant et par secteur d activité, pour le département (en bleu) et pour l (en violet). Emissions NOx, PM10, PM2.5, COVNM, SO 2 en tonnes ; GES en kilotonnes Val d'oise (95) NOx (t) PM10 (t) PM2.5 (t) COVNM (t) SO2 (t) GES (kt) Emissions naturelles Total départemental Il n y a pas dans ce département de grandes installations liées au secteur de l extraction, et distribution de l énergie (centrale électrique, plate-forme de raffinage). Les émissions de ce secteur sont dues à un stockage souterrain de gaz naturel (Saint-Clair-sur-Epte). Emissions NOx, PM10, PM2.5, COVNM, SO 2 en tonnes ; GES en kilotonnes NOx (t) PM10 (t) PM2.5 (t) COVNM (t) SO2 (t) GES (kt) Emissions naturelles Total

8 Les graphiques ci-après représentent la répartition des émissions en 2008 par polluant et par secteur d activité, dans le département (à gauche), au regard de la répartition des émissions à l échelle de l (à droite). 3.1 Oxydes d azote (NOx) 2 Emissions de NOx en 2008 Département 95 49% 3% 19% 3% 8% 50% Emissions de NOx en % 5% 24% Les émissions de NOx du département sont majoritairement dues au trafic routier (49%), réparti en particulier sur plusieurs grands axes. Les activités de la plate-forme prennent une place importante dans les émissions de NOx de ce département (2). Le Val d Oise est le département francilien pour lequel la part de NOx liée aux activités s est la plus importante. Viennent ensuite les émissions du secteur (19%), tandis que les émissions des autres secteurs d activités sont relativement faibles (moins de 5%). Hormis les émissions naturelles dont seules les émissions de COVNM sont représentées, tous les secteurs d activités sont présents dans le département. A l échelle régionale, les émissions de NOx se répartissent comme suit pour les plus importants : trafic routier : 50% ; : 24% ; plate-forme : 8% ; industrie : 6%. Dans le département, on a donc, par rapport à la région, une moindre contribution du résidentiel-, de l industrie, du secteur de l énergie et de l agriculture ; une contribution sensiblement plus forte des activités s ; une contribution équivalente du trafic routier. 3.2 Particules (PM10) 6% 28% Emissions de PM10 en 2008 Département % 30% 0, 25% Emissions de PM10 en % 29% 0, 27% Les émissions de PM10 dans le département sont essentiellement dues aux secteurs du (30%), du trafic routier (28%), et de l industrie (23%). Dans ce dernier secteur d activité, 53% des émissions de 6

9 PM10 sont dues aux chantiers et BTP. Comme dans les quatre départements de grande couronne, la part d émissions due à l agriculture n est pas négligeable (1). Les activités s contribuent à hauteur de 6%. Les autres secteurs émettent relativement peu de PM10, moins de. A l échelle régionale, les émissions de PM10 se répartissent comme suit : trafic routier : 25% ; : 27% ; industrie : 29% ; agriculture : 14% ; plate-forme et secteur de l énergie : chacun. Dans le département, on a donc, par rapport à la région, une moindre contribution de l industrie ; une plus forte contribution des activités s ; une contribution à peu près équivalente des autres secteurs. 3.3 Particules (PM2.5) 5% 6% 29% Emissions de PM2.5 en 2008 Département 95 17% 0, 4 3% 26% Emissions de PM2.5 en % 2 40% 0, Les émissions de PM2.5 dans le département sont essentiellement dues aux secteurs du (4), puis du trafic routier (29%), et de l industrie (17%). Les activités s contribuent pour 6% aux émissions de PM2.5, l agriculture pour 5%. Les autres secteurs émettent relativement peu de PM2.5, moins de. Par rapport à l, la répartition des émissions de PM2.5 dans le département est assez peu différente. Une faible part régionale de liée au secteur de l énergie est inexistante dans le département. Tous les autres secteurs d activités sont représentés. A l échelle régionale, les émissions de PM2.5 se répartissent comme suit : trafic routier : 26% ; : 40% ; industrie : 2 ; agriculture : 6% ; plate-forme : 3%. Les autres secteurs émettent moins de 3%. Dans le département, on a donc, par rapport à la région, une moindre contribution de l industrie ; une plus forte contribution des activités s ; une contribution à peu près équivalente des autres secteurs. 3.4 Composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) 4% Emissions naturelles 13% 0,3% 0, Emissions de COVNM en 2008 Département 95 0,3% 34% Emissions naturelles 15% ferroviaire et 0, 0, Emissions de COVNM en % 24% résidentiel et 25% 2 25% 0, 7

10 On distingue 4 principaux secteurs contributeurs aux émissions départementales de COVNM : l industrie (34%), le (25%), le trafic routier (24%), et les émissions naturelles (13%). Ces dernières représentent un contributeur non négligeable, en effet, la végétation, présente notamment dans les nombreuses zones naturelles du département, est un émetteur de COVNM. On notera également la contribution de la plate-forme, pour 4%. Les autres secteurs d activités sont relativement peu émetteurs de COVNM. A l échelle régionale, les émissions de COVNM se répartissent essentiellement comme suit : trafic routier : 2 ; : 25% ; industrie : 35% ; émissions naturelles : 15%. Dans le département, on a donc, par rapport à la région, des contributions à peu près équivalentes des différents secteurs d activités aux émissions de PM2.5. On notera que les émissions des activités s, de en, se chiffrent à 4% à l échelle départementale. 3.5 Dioxyde de soufre (SO 2) 9% 0,4% Emissions de SO 2 en 2008 Département 95 75% 8% 5% 0,3% 39% Traitement des 4% Emissions de SO2 en Emissions naturelles 0% 4 Dans le département, le secteur, dont les émissions sont essentiellement dues au chauffage, est le plus fort contributeur aux émissions de dioxyde de soufre (75%). La part liée aux activités s est de 9%, celle de l industrie de 8%. Celle des autres secteurs d activités est inférieure à 5% pour chacun d eux. L absence sur le département de toute installation relative au secteur de l énergie (hormis un stockage souterrain de gaz naturel dont les émissions de SO 2 sont négligeables), induit une répartition très différente de celle des émissions régionales, dans lesquelles le secteur de l énergie émet 4 des émissions de dioxyde de soufre. Le secteur résidentiel- représente 39% des émissions de SO 2, celui de l industrie représente 1. A l échelle régionale, si l on ne considère que les secteurs représentés de façon significative dans le département (plus de ), les émissions de SO 2 se répartissent comme suit : résidentiel- : 66% ; industrie : 19% ; traitement des : 7% ; trafic routier et activités s : 3% chacun. Dans le département, on a donc, par rapport à la région, une moindre contribution de l industrie et du traitement des ; une plus forte contribution du résidentiel- et des activités s ; une contribution équivalente du trafic routier et de l agriculture. 3.6 Gaz à effet de serre (GES : CO 2, CH 4, N 2O) Les gaz à effet de serre (GES) ont la propriété de laisser passer la lumière du soleil vers la terre et de capter une partie du rayonnement infrarouge qui est émis à nouveau par la terre vers l espace, provoquant ainsi le réchauffement des basses couches de l atmosphère. En plus de l effet de serre naturel, l accroissement des émissions anthropiques de gaz à effet de serre des dernières décennies a créé un effet de serre anthropique (lié aux activités humaines), du changement climatique observé aujourd hui. Les gaz à effet de serre pris en compte dans l inventaire francilien d AIRPARIF sont le CO 2, le CH 4 et le N 2 O, qui correspondent à 98% des émissions franciliennes de GES recensées par le CITEPA. Les émissions de ces trois 8

11 polluants sont considérées en équivalent CO 2 (les émissions des différents gaz sont corrigées de leur pouvoir de réchauffement par rapport à celui du CO 2 ). Il est tenu compte uniquement des gaz et non des particules qui peuvent aussi contribuer à l effet de serre. 10% 0, 19% Emissions de GES en 2008 Département 95 5% 0, 3% 28% 35% 6% 4% 0,3% 2 Emissions de GES en % 10% 1 A l échelle du département, les principaux contributeurs aux émissions de GES sont les secteurs du traitement des (35%), du résidentiel- (28%) et du trafic routier (19%). La plate-forme participe pour une part non négligeable de 10%, l agriculture et l industrie respectivement pour 5% et 3%. Les autres secteurs contribuent pour moins de. La part de gaz à effet de serre due au traitement des sur le Val d Oise est la plus importante de tous les départements franciliens. Il existe en effet dans le Val d Oise plusieurs usines d incinération d ordures ménagères, plusieurs centres de stockage de ultimes (décharges), qui sont d importants émetteurs de CO 2 et de CH 4, ainsi qu une station d épuration, fortement émettrice de CO 2. A l échelle régionale, la répartition des émissions de GES est différente, mais prédomine également pour le secteur (4) et le trafic routier (2). Les autres secteurs contribuent relativement moins aux émissions de GES. A l échelle régionale, si l on ne considère que les secteurs représentés de façon significative dans le département (plus de ), les émissions de GES se répartissent comme suit : résidentiel- : 44% ; trafic routier : 23% ; industrie 1 : traitement des : 1. Dans le département, on a donc, par rapport à la région, une moindre contribution du résidentiel- et de l industrie ; une plus forte contribution du traitement des et des activités s ; une contribution équivalente du trafic routier et de l agriculture. 4 - Contribution des émissions du département aux émissions franciliennes Le tableau ci-après présente la contribution des émissions du département dans l, par secteur d activité et par polluant. Contribution des émissions du département à l'échelle régionale Val d'oise (95) NOx PM10 PM2.5 COVNM SO2 GES 4% 0.0% 0.0% 4% 0.0% 0.3% 5% 9% 9% 1 6% 5% 8% 8% 8% 13% 44% 10% % 9% 1 13% 13% % 36% 28% 29% 25% 30% 34% 10% 9% 10% % Emissions naturelles 7% - - 9% - 3% Contribution du département / 13% % 14% Par rapport à l ensemble des émissions régionales, les émissions du Val d Oise représentent : 9

12 - 13 % des émissions franciliennes de NOx - 11 % des émissions de PM10 et de COVNM - 12 % des émissions de PM2.5-9% des émissions de SO 2-14 % des émissions de Gaz à Effet de Serre A l échelle régionale, par rapport aux autres départements, le Val d Oise représente un contributeur moyen des émissions des différents polluants. 5 Cartographies des émissions en pour l année 2008 Les cartes suivantes représentent une répartition spatialisée des émissions sur la région, pour différents polluants, à la résolution de 1 km², en tonnes/km²/an. 5.1 Oxydes d azote (NOx) Cette cartographie permet d observer des émissions de NOx plus importantes : - à mesure qu on approche du centre de l agglomération - aux abords des grands axes de circulation dont le tracé apparaît clairement - aux abords des plates-formes s - dans les communes où sont implantées de grandes industries, apparaissant sous forme d émetteurs ponctuels. 10

13 5.2 Particules (PM10) Comme pour les NOx, on observe des émissions de PM10 plus importantes : - à mesure qu on approche du centre de l agglomération - aux abords des grands axes de circulation dont le tracé apparaît, bien que de façon moins nette que pour les NOx - dans les communes où sont implantées de grandes industries, sur une zone réduite 5.3 Particules (PM2.5) Le motif des émissions de PM2.5 est comparable à celui des PM10, avec une densité plus faible. 11

14 5.4 Composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) Cette cartographie permet d observer des émissions de COVNM plus importantes : - à mesure qu on approche du centre de l agglomération - aux abords des grands axes de circulation mais de façon moins nette que pour les NOx - dans les communes où sont implantées de grandes industries, apparaissant sous forme d émetteurs ponctuels - en densité plus modérée mais visible, dans les zones rurales et les zones naturelles, au niveau des massifs forestiers. 5.5 Gaz à effet de serre (GES) Les émissions de GES apparaissent comme plus importantes : - à mesure qu on approche du centre de l agglomération 12

15 - aux abords des grands axes de circulation et aux abords des plates-formes s, - dans les communes où sont implantées de grandes industries, apparaissant sous forme d émetteurs ponctuels. 6 - Conclusions Le département du Val d Oise fait partie de la grande couronne régionale. Sa superficie est la plus faible des quatre départements de grande couronne. Elle couvre une partie de l agglomération parisienne, mais également de larges espaces ruraux. Comme dans la majorité des départements franciliens, les secteurs d activités les plus émetteurs sont le trafic routier, le résidentiel- et l industrie. Cependant, deux secteurs d activités se distinguent sur ce département : - d une part, la présence d une partie de l aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, qui induit une part notable d émissions (2 de NOx, vraisemblablement liés aux phases de décollage roulage, poussée, montée- face aux vents dominants). C est sur ce département que la proportion d émissions dues aux activités s est la plus élevée. - d autre part plusieurs installations importantes de traitement des (station d épuration des eaux, usines d incinération, centres de stockage de ), qui contribuent pour une part notable aux émissions de GES. La contribution des émissions liées aux autres secteurs est relativement modérée par rapport à celles des autres départements, celle du secteur de l énergie est infime, voire nulle pour certains polluants. Ce département contribue pour une part moyenne aux émissions régionales de différents secteurs d activités. 7 Pour en savoir plus Airparif Surveillance de la qualité de l'air en : Inventaire des émissions en Résultats - Année 2008 : Emissions : air et climat : 13

Valeur limite. Le long du trafic. Loin du trafic

Valeur limite. Le long du trafic. Loin du trafic Mise à jour : juillet 2013 La qualité de l air Les polluants problématiques La qualité de l air quotidienne reste insatisfaisante en Île-de-France pour certains polluants. En 2011, on estime qu environ

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de l observatoire SURVOL L Agence Régionale de Santé d Île de France (ARS IdF) a confié à Airparif l élaboration

Plus en détail

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère 1 Fiche Qualité de l'air Axe 1 Lutter contre le changement climatique, Protéger l atmosphère et faciliter les déplacements Enjeux du développement durable Limiter les émissions de polluants et de gaz à

Plus en détail

Résultats 2009. Depuis la mise en place par la Métro, en 2005, du Plan Climat

Résultats 2009. Depuis la mise en place par la Métro, en 2005, du Plan Climat ENVIRONNEMENT GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Communauté d agglomération GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE OBSERVATOIRE janvier 2012 Suivi des Consommations d Energie, des émissions de GAZ À EFFET DE SERRE et de la production

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE À PARIS POUR L ANNÉE 2010 ET HISTORIQUE 2000/2005.

BILAN DES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE À PARIS POUR L ANNÉE 2010 ET HISTORIQUE 2000/2005. BILAN DES ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE À PARIS POUR L ANNÉE 2010 ET HISTORIQUE 2000/2005 Juillet 2013 BILAN DES EMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHERIQUES ET DE GAZ A EFFET

Plus en détail

G 2 AME GRAND GENÈVE AIR MODÈLE EMISSIONS. la qualité de l air en jeu

G 2 AME GRAND GENÈVE AIR MODÈLE EMISSIONS. la qualité de l air en jeu G 2 AME GRAND GENÈVE AIR MODÈLE EMISSIONS la qualité de l air en jeu Les voitures circulant au centre de l agglomération impactentelles l air des communes périphériques? Quels polluants trouve-t-on dans

Plus en détail

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE CO-181 QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE FAVE P. IGN, RAMONVILLE SAINT-AGNE, FRANCE 1. OBJECTIFS ET CONTEXTE 1.1. Contexte Le service IGN Espace, rattaché

Plus en détail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2014 Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Relative au projet

Plus en détail

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN?

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? pour quoi faire? Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) se définit par la diminution du trafic automobile, le développement des transports

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

L énergie et le climat en Côtes d Armor

L énergie et le climat en Côtes d Armor L énergie et le climat en Côtes d Armor - Panorama - DE LA COP 21 À LA COOP(ÉRATION) 22 : ENSEMBLE POUR L'ÉNERGIE ET LE CLIMAT EN CÔTES D'ARMOR Rencontre du réseau T3D 06/11/2015 - Yffiniac Panorama de

Plus en détail

Pôle n 6 : Centre-ville Saint-Amand-les-Eaux

Pôle n 6 : Centre-ville Saint-Amand-les-Eaux Pôle n 6 : Centre-ville Saint-Amand-les-Eaux Situé au centre de la commune de Saint-Amand-les-Eaux, ce pôle regroupe 4 200 emplois salariés au 31/12/2004, ce qui représente 65 % de l'ensemble de l'emploi

Plus en détail

14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE

14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE 14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE 1.Introduction La Région bruxelloise est située majoritairement dans le sous-bassin de la Senne. Ce cours d eau et ses affluents

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec À propos du Plan Nord Le Plan Nord va se déployer sur 25 ans. Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec Territoire concerné: 1,2 millions de km 2 soit 72% du Québec. Le territoire visé se situe au

Plus en détail

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par :

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par : Avant propos Depuis le milieu des années 198, la Tunisie s est engagée sur la voie de l amélioration de l efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Des mesures ambitieuses

Plus en détail

SELECTION D UN SITE DE PROXIMITE TRAFIC AU SEIN DE LA ZONE RURALE (ZR)

SELECTION D UN SITE DE PROXIMITE TRAFIC AU SEIN DE LA ZONE RURALE (ZR) SELECTION D UN SITE DE PROXIMITE TRAFIC AU SEIN DE LA ZONE RURALE (ZR) BILAN DES CAMPAGNES DE MESURES EFFECTUEES EN 2011 RAPPORT N 81 AVRIL 2012 ATMOSF air BOURGOGNE : Association Territoriale pour la

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l année 2011. Fédération ADMR de la Manche. Saint Lô (50)

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l année 2011. Fédération ADMR de la Manche. Saint Lô (50) Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l année 2011 Fédération ADMR de la Manche En application du décret du 11 juillet 2011 relatif au bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre. Format de restitution

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre - 5sur5 Décembre 2012 108, avenue Danton 94120 Fontenay sous bois Tél. : 09 54 31 51 54 Sommaire I PRÉSENTATION... 1 I.1 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE...

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

les résidences principales en côtes d armor

les résidences principales en côtes d armor 266.353 résidences principales en : + 92.450 par rapport à (+ 53 ) 579.277 personnes habitant dans les résidences principales : + 69.774 par rapport à (+ 14 ) Progressions les plus fortes dans l espace

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis?

Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis? Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis? L inventaire et le cadastre des émissions franciliennes, réalisés par AIRPARIF (et actualisés dans le cadre du Plan de protection de l

Plus en détail

Genève, 18-22 juin 2007 ****** de serre en Guinée

Genève, 18-22 juin 2007 ****** de serre en Guinée XIIè COLLOQUE DU SIFEE Genève, 18-22 juin 2007 ****** Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire l des gaz à effet de serre en Guinée Dr Mamadou Lamarana Diallo, Département D Énergie, Centre de Recherche

Plus en détail

Mettez de l air dans votre PCAET

Mettez de l air dans votre PCAET 10/06/2016 Mettez de l air dans votre PCAET Ex. de la Métropole grenobloise WEBINAIRE PCAET 10/06/2016 Accompagnement qualité de l air Le réseau fixe de mesures 7 stations de mesures Grenoble les frênes

Plus en détail

Le chauffage au mazout moderne

Le chauffage au mazout moderne Le chauffage au mazout moderne 1 2 Avant d assainir son chauffage au mazout, les questions suivantes se posent au propriétaire: Dois-je procéder à l isolation du bâtiment? Dois-je changer de source d énergie?

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN MOINS D ÉD ÉNERGIE ET PLUS D ÉD ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN Rencontres Suisses de l Electricité Beaulieu, 17 mars 2011 Massimiliano Capezzali, PhD Adjoint du Directeur Energy Center Ecole Polytechnique

Plus en détail

Fiche de développement durable

Fiche de développement durable Fiche de développement durable Continuons à mesurer notre performance. Chez Sappi Europe, nous avons choisi d être «ecoeffective» et d intégrer les principes du développement durable qui repose sur une

Plus en détail

Tableau de bord semestriel de la gestion et du recyclage de vos déchets de bureaux

Tableau de bord semestriel de la gestion et du recyclage de vos déchets de bureaux Tableau de bord semestriel de la gestion et du recyclage de vos déchets de bureaux Entreprise et site concernés : Imprimerie du Commerce Effectif moyen : 17 personnes Période concernée : Janvier Juin Afin

Plus en détail

Évolution des consommations en énergie électrique

Évolution des consommations en énergie électrique 1 Sécurisation de l alimentation l électrique en région r PACA Évolution des consommations en énergie électrique 2 Objectifs des prévisions de consommation : Identifier une cible réseau r permettant de

Plus en détail

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction Novembre 2015 de *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION Développement Durable Eiffage Construction Préliminaire R é f é r e n c e s Date du Bilan Carbone Logiciel utilisé Période de Référence Adresse de publication

Plus en détail

Bilan d émissions de GES

Bilan d émissions de GES Bilan d émissions de GES Institut Départemental Albert Calmette de Camiers Application du décret du 11 juillet 2011 relatif au bilan des émissions de GES. Format de restitution conforme à l Annexe 3 de

Plus en détail

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire Direction départementale des territoires de Saôneet-Loire Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire «Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service LE GUIDE DES BONNES PRATIQUES pour la rentabilité énergétique de votre site Notre exigence à votre service À l heure où les énergies et ressources deviennent de plus en plus rares et onéreuses, bien les

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var 1 Le dioxyde de carbone, gaz incolore, inerte et non toxique, est le principal gaz à effet de serre naturel avec la

Plus en détail

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE Paris - données 2012 Décembre 2015 Le bilan des e missions polluantes, mode d emploi La gestion de la qualité de l air à l échelle des territoires

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

Bilan Electrique 2012 de la région Ile-de-France

Bilan Electrique 2012 de la région Ile-de-France Bilan Electrique 2012 de la région Ile-de-France EDITO Ce bilan électrique Ile-de-France rend compte des évolutions de la consommation et de la production d'électricité dans la région ainsi que des investissements

Plus en détail

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Plan de la rencontre 1. Portrait sectoriel de la dépendance au pétrole 2. Atelier 1: Diagnostic sectoriel

Plus en détail

LE PDE DU COMMISSARIAT À L ENERGIE ATOMIQUE (CEA) DE GRENOBLE

LE PDE DU COMMISSARIAT À L ENERGIE ATOMIQUE (CEA) DE GRENOBLE LE PDE DU COMMISSARIAT À L ENERGIE ATOMIQUE (CEA) DE GRENOBLE A. LANCEMENT DE LA DEMARCHE A.1. Contexte Le CEA est situé en plein cœur du Polygone scientifique de Grenoble, à 15 minutes à pied du centre

Plus en détail

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 Avant de traiter de la mise en œuvre d une politique de stationnement, il s

Plus en détail

Visites bois - énergie

Visites bois - énergie Conférences et visites Visites bois - énergie Creil et Chantilly (60) Date 15/04/2013 Auteur MD Version 0 Résumé Visites sur site des chaufferies de Creil et Chantilly, le mercredi 10 avril 2013, organisées

Plus en détail

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 1.Centrale hydraulique. Compléter le schéma. Voir livre p : 133 2. Quelle forme

Plus en détail

La signature d un bois de chauffage de qualité

La signature d un bois de chauffage de qualité La signature d un bois de chauffage de qualité Un gage de qualité pour le consommateur La charte Alsace Bois Bûche a été réalisée afin: de promouvoir un bois en bûche de qualité en termes de rendement

Plus en détail

Le parc locatif social dans le Calvados au 1er janvier 2015

Le parc locatif social dans le Calvados au 1er janvier 2015 Dossier Avril thématique 2015 RPLS Mars 2016 Le parc locatif social dans le Calvados au 1er janvier 2015 Les chiffres clés 55 156 logements sociaux au 1er janvier 2015, soit + 1,5 % par rapport à 2014.

Plus en détail

Risques et pollutions

Risques et pollutions PRESERVER LA BIODIVERSITE ET LES RESSOURCES NATURELLES Le développement durable ne concerne pas seulement les risques que les pratiques des citoyens peuvent occasionner pour l environnement ; il intègre

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA 2010 OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA Enquête 2010 S i t u a t i o n a u 1er mars 2010 des promotions 2008 et 2009 - Filière INGENIEUR ESTIA Options OGI/CGP/MPA ESTIA ECOLE SUPERIEURE DES

Plus en détail

Diagnostic territorial

Diagnostic territorial Diagnostic territorial Quelles évolutions en Petite Camargue Héraultaise? Synthèse du tableau de bord Décembre 2008 Quelle méthodologie m pour l analyse l du territoire? Une grille pour l analyse des territoires

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Nouvelles réglementations sur l air l RAA et RDOCÉCA

Nouvelles réglementations sur l air l RAA et RDOCÉCA Nouvelles réglementations r sur l air l au Québec : RAA et RDOCÉCA CA Michel Goulet, directeur Direction des politiques de la qualité de l atmosphère Ministère du Développement durable, de l Environnement

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE SELON LE DECRET DU 11 JUILLET 2011 BARILLA FRANCE 103 RUE DE GRENELLE 75007 PARIS REVISION 0 1 DATE 18/12/2012 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 3 1.1. OBJET... 3 1.2.

Plus en détail

hydrosourcedavenir.com

hydrosourcedavenir.com hydrosourcedavenir.com L HYDROÉLECTRICITÉ AU QUÉBEC MY THES ET S 2011G1230F L HYDROÉLECTRICITÉ QUÉBÉCOISE, SOURCE D AVENIR L hydroélectricité est une importante source de gaz à effet de serre. Les émissions

Plus en détail

VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012

VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012 Observatoire VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012 ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L échelle des salaires est plus resserrée dans le secteur de l économie sociale Pour les 2,3 millions de salariés travaillant

Plus en détail

2016 DU 72 Secteur Chapelle International (18e) - Acquisition en VEFA auprès de SOGARIS d un volume abritant un data center. PROJET DE DELIBERATION

2016 DU 72 Secteur Chapelle International (18e) - Acquisition en VEFA auprès de SOGARIS d un volume abritant un data center. PROJET DE DELIBERATION Direction de l Urbanisme Service de l Action Foncière 2016 DU 72 Secteur Chapelle International (18e) - Acquisition en VEFA auprès de SOGARIS d un volume abritant un data center. PROJET DE DELIBERATION

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Territoires du Nord-Ouest, Nunavut et Yukon Juillet 2015 Ce bulletin sur le marché du travail présente une analyse des résultats de l Enquête sur la population active

Plus en détail

Le Piazza. Allée Maryse Condé 93380 Pierrefitte-sur-Seine

Le Piazza. Allée Maryse Condé 93380 Pierrefitte-sur-Seine Le Piazza Allée Maryse Condé 93380 Pierrefitte-sur-Seine Le Piazza À PIERREFITTE-SUR-SEINE REI 02 LE PIAZZA PIERREFITTE-SUR-SEINE Le Piazza Un village au cœur de l îlot Pasteur ˮ ARCHI5, architecte Le

Plus en détail

Chapitre 2 : La consommation d énergie

Chapitre 2 : La consommation d énergie Chapitre 2 : La consommation d énergie Évolution de l efficacité énergétique au Canada - de 1990 à 2005 5 Chapitre 2 : La consommation d énergie Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions

Plus en détail

Améliorer & préserver la qualité de l air?

Améliorer & préserver la qualité de l air? Qualité de l air PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR Améliorer & préserver la qualité de l air? Air PACA vous accompagne www.airpaca.org L amélioration de la qualité de l air et la lutte contre le changement climatique

Plus en détail

Evaluation stratégique environnementale du réseau de métro automatique du Grand Paris

Evaluation stratégique environnementale du réseau de métro automatique du Grand Paris Evaluation Stratégique environnementale du réseau primaire de transport d intérêt nationale du Grand Paris Document provisoire strictement confidentiel SOCIETE DU GRAND PARIS Evaluation stratégique environnementale

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.22/2006/7 16 février 2006 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

L essentiel de cette étude se fera à l aide du fichier pluridisciplinaire de la transat Jacques Vabre.

L essentiel de cette étude se fera à l aide du fichier pluridisciplinaire de la transat Jacques Vabre. Produire en France Quatre types d espaces d activités : une zone industrialoportuaire, un centre tertiaire, un espace agricole et une zone de tourisme. Dans le cadre de l approche du développement durable

Plus en détail

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 Diminuer les émissions de gaz à effet de serre de la région Centre de 40 % Depuis la fin du XVIII e siècle, notre modèle de civilisation est fondé sur une exploitation intensive

Plus en détail

Les enjeux énergétiques de la Polynésie française

Les enjeux énergétiques de la Polynésie française Service de l énergie et des mines Les enjeux énergétiques de la Polynésie française Introduction : L énergie en Polynésie française I Etat des lieux -l approvisionnement & dépendance énergétique -Le secteur

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa Perspective de la Banque mondiale Benoît Bosquet, Banque mondiale Aperçu 1. Le rôle des forêts dans le développement 2. Le besoin

Plus en détail

G / Bail forma diag perf

G / Bail forma diag perf G / Bail forma diag perf Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d habitation proposés à la location en France métropolitaine

Plus en détail

ADECCO GROUPE FRANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

ADECCO GROUPE FRANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 ADECCO GROUPE FRANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Adecco Groupe France 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres

Plus en détail

Campagne de mesure autour de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle

Campagne de mesure autour de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle Campagne de mesure autour de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle Campagne 2007/2008 Mars 2009 Surveillance de la Qualité de l'air en Ile-de-France ETUDE DE LA QUALITE DE L'AIR SUR L ENSEMBLE DU SECTEUR

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UN LEVIER POUR LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RURAUX Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L exemple de la Cuma Ecovaloris et de l association

Plus en détail

Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes?

Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes? Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes? Jeudi 28 octobre de 9h30 à 10h30 Réunion en webconférence. Type de réseau faisant l objet de plus en plus d expérimentations, le microgrid se

Plus en détail

COCKTAIL TRANSPORT TRANSPORT EN COMMUN ET AUTOPARTAGE

COCKTAIL TRANSPORT TRANSPORT EN COMMUN ET AUTOPARTAGE PRÉNOM ET NOM : GROUPE : COCKTAIL TRANSPORT TRANSPORT EN COMMUN ET AUTOPARTAGE Pour te permettre de faire un choix éclairé, le garagiste accepte de te parler également du cocktail transport, qui combine

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Quantification des impacts environnementaux associés au traitement biologique et à l'utilisation agricole des produits organiques bilan des connaissances P. Mallard,

Plus en détail

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements Consommation annuelle d'eau chaude de 7'000 appartements Nombre de consommateurs par tranche de consommation Total consommé par tranche de consommation 0..0 m3 % 3603 30..40 m3 0..30 m3 5% 85778.5 4% 7705.7

Plus en détail

AVIS. projet de transformation et de modernisation d une malterie à Ghlin (MONS) Réf. : CWEDD/09/AV.892. Liège, le 25 mai 2009.

AVIS. projet de transformation et de modernisation d une malterie à Ghlin (MONS) Réf. : CWEDD/09/AV.892. Liège, le 25 mai 2009. AVIS Réf. : CWEDD/09/AV.892 Liège, le 25 mai 2009 5BUObjetU : 6BDemande de permis unique relatif au projet de transformation et de modernisation d une malterie à Ghlin (MONS) 4BAvis du CWEDD portant sur

Plus en détail

Introduction au Méchanisme pour un Développement Propre (MDP)

Introduction au Méchanisme pour un Développement Propre (MDP) Introduction au Méchanisme pour un Développement Propre (MDP) Renforcement des compétences des cadres du MECV Ouagadougou, 30 Novembre 4 Décembre 2009 Locatelli, B. Analyses préliminaires au développement

Plus en détail

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux

Plus en détail

Les engagements environnementaux de Legrand

Les engagements environnementaux de Legrand 128 Av. du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny 87045 Limoges Cedex - France Tél. : 05 55 06 87 87 - Fax : 05 55 06 88 88 i Votre Agence Commerciale habituelle Site www.legrand.fr > Profil Environnemental Produit

Plus en détail

Les établissements et entreprises de transport routier en Nord-Pas-de-Calais en 2009

Les établissements et entreprises de transport routier en Nord-Pas-de-Calais en 2009 Service Connaissance et Évaluation Division Applications statistiques Mai 2 Les établissements et entreprises de transport routier en Nord-Pas-de-Calais en 29 En mars 29, le Nord-Pas-de-Calais compte 4

Plus en détail

Soutenabilité du Grand Paris et de la métropole Groupe de travail approvisionnement matériaux 5 juin 2014 La localisation des centrales de BPE 95 78 Confluence Seine-Oise Coeur Economique Roissy Val de

Plus en détail

NOTE RAPIDE. Le plan régional Santé Environnement 2 (PRSE 2) de la région Île-de-France (2011-2015) a fait de la

NOTE RAPIDE. Le plan régional Santé Environnement 2 (PRSE 2) de la région Île-de-France (2011-2015) a fait de la NOTE RAPIDE DE L INSTITUT D AMÉNAGEMENT ET D URBANISME - ÎLE-DE-FRANCE N 713 Flickr-CC by Christophe Alary RUBRIQUE ENVIRONNEMENT Mars 2016 www.iau-idf.fr SANTÉ-ENVIRONNEMENT : IDENTIFIER DES ZONES MULTI-EXPOSÉES

Plus en détail

Béziers. Zone d emploi de Béziers. Synthèse territoriale Emploi Formation. Une zone à vocation agricole, résidentielle et d échange

Béziers. Zone d emploi de Béziers. Synthèse territoriale Emploi Formation. Une zone à vocation agricole, résidentielle et d échange Synthèse territoriale Emploi Formation Méthodologie : ce portrait met en avant les traits saillants de la zone au regard de l ensemble régional et hiérarchise ainsi les zones les unes par rapport aux autres.

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004 Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique Rapport final Projet entrepris par le Recycling Council of Alberta en partenariat avec

Plus en détail

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise SYNTHÈSE Entre 2005 et 2014, les évolutions de chiffre d affaires des Très Petites Entreprises (TPE) constatées

Plus en détail

Date et signature 03/2011 SIRS

Date et signature 03/2011 SIRS Systèmes d Information à Référence Spatiale Mise en correspondance des données de consommation d espace pour en appréhender les évolutions Nom et Fonction Date et signature Diffusion Pour Action Préparé

Plus en détail

CETMO N º 50 DOSSIER / JUILLET

CETMO N º 50 DOSSIER / JUILLET CETMO Centre d Etudes des Transports pour la Méditerranée Occidentale DOSSIER LE COMMERCE EXTÉRIEUR ENTRE L'UNION EUROPÉENNE ET LES PAYS TIERS MEDITERRANÉENS L objectif de ce dossier est de présenter la

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains EPTB en Service Connaissance Division Stratégie des Etudes et Statistiques Le prix des terrains à bâtir en en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains En, un peu moins

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Assainissement définitif de la décharge industrielle de Bonfol

Assainissement définitif de la décharge industrielle de Bonfol Assainissement définitif de la décharge industrielle de Bonfol Leica, Yverdon, 16 mars 2010 Michael Fischer, directeur bci Betriebs-AG Folio: 1 Assainissement de la décharge industrielle de Bonfol Table

Plus en détail

Zoom ZONE D EMPLOI. sur la zone d emploi de Metz ZONE D EMPLOI DE METZ : CARTE D IDENTITÉ

Zoom ZONE D EMPLOI. sur la zone d emploi de Metz ZONE D EMPLOI DE METZ : CARTE D IDENTITÉ Zoom sur la zone d emploi de Metz Dynamisme démographique, poids important des grands établissements, croissance continue de l emploi, développement des services et des emplois métropolitains supérieurs

Plus en détail

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux ANNEXES COMMUNE DE LAUTREC Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux Paysagiste d.p.l.g - 39 Rue de la Négrouillère - 81000 ALBI Tél : 05 63 47 60 06 Fax : 05 63 47 60 19 Email : labarthepaysagiste@wanadoo.fr

Plus en détail

Le chauffage au bois Un générateur de polluants de l atmosphère?

Le chauffage au bois Un générateur de polluants de l atmosphère? Le chauffage au bois Un générateur de polluants de l atmosphère? Christian Schwab, ing. en génie chimique, SEVEN Un saut de génération dans les années 90 Polluants Lorsqu'on brûle du bois, une centaine

Plus en détail

Le papier, un support responsable et recyclable

Le papier, un support responsable et recyclable Le papier, un support responsable et recyclable Sommaire : 1/ Le papier et la gestion des forêts 2/ Sur l industrie papetière 3/ L enjeu du recyclage 4/ Liens utiles Le support papier est l objet d un

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 ANNEXE II c : DÉFINITION DES ÉPREUVES ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 À partir du dossier de définition d une installation de production d énergie utilisant une énergie renouvelable,

Plus en détail