Ouest Provence à l'école. Dossier pages 10 à 14. Schéma de cohérence Territoriale. Entreprendre. Culture. Décembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ouest Provence à l'école. Dossier pages 10 à 14. Schéma de cohérence Territoriale. Entreprendre. Culture. Décembre 2010"

Transcription

1 33 Décembre 2010 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône Schéma de cohérence Territoriale La société civile consultée Le SCoT Ouest Étang de Berre s'est doté d'un comité de consultation. L'avis de la société civile sur les grands équipements et les projets structurants guidera le choix des élus. page 6 et 7 Entreprendre 2005 Grandir en pépinière Depuis 1988, 221 entreprises ont vu le jour et grandi dans les trois pépinières de Ouest Provence. Les entrepreneurs témoignent. page 8 et 9 Culture Ouest Provence à l'école En bonne compagnie Huit compagnies de danse et de théâtre sont accueillies en résidence cette saison dans les structures intercommunales. Rencontre avec le chorégraphe «invité» Miguel Nosibor. page 18 et 19 Dossier pages 10 à 14 À travers la médiation artistique et culturelle, la pédagogie à l environnement, l aide à l intégration des enfants handicapés ou encore l accompagnement dans les transports scolaires, Ouest Provence participe au bien-être des jeunes de son territoire.

2 ACTUALITÉS Développement économique édito Dans le contexte de la crise économique et de ses enjeux, les élus territoriaux revendiquent un avenir industriel pour l ouest de l étang de Berre. Près de cinquante ans après le creusement des bassins et la création de la zone de Fos-sur- Mer, l industrie est toujours assez méconnue parmi nos élites et la population de la région. Lavéra, Fos-sur-Mer, Berre l Étang et Port-Saint-Louis-du- Rhône paraissent loin du centre névralgique de Marseille, et on a très longtemps ignoré ce qui s y passait, en limitant la perception de ces territoires d industrie au montant de taxe professionnelle encaissée. Dans une période récente, certains élus marseillais ont même pu occulter ce bassin de vie, en imaginant que les usines étaient implantées au milieu de nulle part, très loin des zones d habitations. Aujourd hui, la taxe professionnelle n existe plus, même si nos caisses supposées déborder agitent toujours quelques fantasmes. Au même moment, dans notre pays, la crise mondiale a accentué encore davantage une désindustrialisation inquiétante. Parallèlement et paradoxalement, les terrains encore disponibles sur la zone de Fos-sur-Mer n ont jamais eu autant d investisseurs, dans une situation sociale difficile, où l emploi reste rare et précaire. Que faire de cette réalité où les collectivités vont manquer de moyens financiers nécessaires aux logements, aux équipements et aux services correspondant aux nouvelles implantations annoncées? L industrie dans ce département n est pas considérée à sa juste valeur. Comment expliquer en effet qu une des plus grandes zones industrielles de France ne soit pas desservie par voie autoroutière, alors que son coût estimé entre 250 et 300 M E ne représente que 3% des investissements considérables d ores et déjà programmés sur la zone de Fos au cours des prochaines années. Il serait proprement irresponsable de ne pas prendre la mesure de cet enjeu. Il s agit de savoir si nous souhaitons établir les conditions nécessaires pour que notre développement local se réalise en cohérence avec le développement d un mieux industriel qui doit rester une alternative crédible au développement résidentiel. C est une question de survie pour notre dynamique territoriale. Bernard Granié Président de Ouest Provence PAGE 2 L avenir industriel du territoire en question Àl invitation conjointe de la communauté d agglomération du Pays de Martigues et de Ouest Provence, tout ce que les Bouches-du-Rhône compte de responsables économiques, institutionnels, d organisations professionnelles, de branches ou de filières, d universitaires ont été conviés à Martigues, le 15 novembre, à une journée d échanges sur l avenir industriel du territoire de l ouest de l Étang de Berre. Deux cents décideurs locaux ont participé aux débats et ateliers portant sur les secteurs de la sidérurgie, pétrochimie et aéronautique. À partir d un diagnostic partagé, ces échanges ont mis à jour la nécessité cruciale de pérenniser la vocation industrielle de l ouest de l Étang de Berre. «Son dynamisme économique dépasse largement les frontières du territoire en participant notamment à la richesse et l attractivité de la région Paca, a assuré Christophe Castaner, vice-président du conseil régional en charge de l emploi et du développement économique. À ce titre, ce territoire peut compter sur notre soutien». L'industrie a été particulièrement ébranlée par la crise de 2008, notamment en France où la désindustrialisation s'accentue depuis plusieurs années. Malgré cette situation économique, et paradoxalement, plusieurs milliards d euros d investissements sont prévus sur la zone industrielle de Fos qui n a pas connu un tel sursaut depuis 25 ans. Dans cette perspective, les collectivités territoriales vont être appelées à accompagner ces implantations par des logements, équipements et services correspondant aux nouveaux besoins. Or la suppression de la taxe professionnelle risque, à très court terme, d empêcher ces collectivités de pouvoir financer ce développement. Des problématiques spécifiques Chaque secteur industriel est concerné par une problématique différente. Pour la filière avionique, «le territoire concentre à lui seul 60 à 70% du personnel d essai français autour d Eurocopter-Dassault-CEV- Thalès, a rapporté Jean-François Boisson, responsable du développement et de l international au sein du Pôle Pégase. Mais il manque une «Il faut développer une vision commune de l avenir du territoire afin de mieux communiquer entre acteurs locaux et donner une visibilité de notre stratégie de développement à l extérieur». Marc Bayard, délégué général de l UIC. dynamique autour de la recherche et du développement». Quant au secteur de la sidérurgie, «il doit être valorisé par une véritable politique de formation autour des métiers industriels, a souligné Serge Bornarel, délégué général de l Union des industries et des métiers de la métallurgie. Une action qui doit s appuyer sur une gestion prévisionnelle des métiers et des compétences au niveau des entreprises de moins de dix salariés». Pour Marc Bayard, ancien directeur de Naphtachimie et délégué général de l Union des industries chimiques, «il faut développer une vision commune de l avenir du territoire afin de mieux communiquer entre acteurs locaux et donner une visibilité de notre stratégie de développement à l extérieur». Malgré cette diversité des besoins, tous les décideurs s accordent sur l attractivité de l ouest de l Étang de Berre en terme de développement industriel. Un territoire qui mérite que l on se batte avec détermination pour son avenir. De fait, Bernard Granié et Gaby Charroux interpellent l État. Avec le soutien de leurs partenaires institutionnels (conseils général et régional) et économiques (chambres de commerce et d industrie de Marseille Provence et du pays d Arles), les présidents réclament d urgence la desserte autoroutière à la hauteur de l activité économique de cette zone. Il s agit aussi de demander à l État de revoir certaines clauses de la réforme fiscale afin de prendre en compte les problématiques spécifiques des territoires industriels qui rencontrent au demeurant d importants problèmes sociaux liés à la paupérisation de leur population. Le sénateur Martial Bourquin, président de la mission d information sur la désindustrialisation des territoires, a été invité à constater par lui-même les difficultés rencontrées par l ouest de l Étang de Berre afin de les relayer au niveau national. Parallèlement la question de l avenir industriel devra être inscrite comme une priorité départementale et régionale. J

3 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône Exploit Le 13 octobre, en Namibie, le kitesurfeur saint-louisien Alexandre Caizergues pulvérisait le record du monde de vitesse sur l'eau sous les couleurs de Ouest Provence en franchissant la barre des 100 km/h (54,10 nœuds). Quinze jours plus tard, l'américain Rob Douglas établissait une vitesse de 55,65 nœuds. Alexandre Caizergues n'est plus recordman, mais entre dans l'histoire. Interview à tout allure avec un pionnier. Le premier homme à franchir les 100 km/h En bref > Fiscalité Bernard Granié à la convention nationale de l'intercommunalité L ambiance n était pas vraiment à l euphorie à la convention nationale de l intercommunalité qui a réuni, les 14 et 15 octobre à Dijon, un millier de présidents et d élus des communautés de communes et d agglomérations. Bernard Granié, le président de Ouest Provence, est intervenu plusieurs fois pour défendre les territoires industriels : «Le territoire que je représente est dédié pour 90% de sa superficie à des zones d activités économiques concentrant quatorze sites Seveso et nous sommes actuellement sollicités par l État pour accueillir cinq nouvelles implantations Seveso. Comment pourrionsnous les accepter alors que tous les seuils de pollutions sont déjà dépassés dans notre zone? Si nous voulons demain que le développement industriel se poursuive en France, alors que très peu de sites sont en capacité de l accueillir, nous avons intérêt à trouver d autres modes de répartition, sinon cela ne pourra pas fonctionner». Kolesky/Nikon/Lexar. Vous êtes le premier homme à avoir franchi la barre des 100 km/h. Vos impressions? C'est sûr, c'est un rêve qui devient réalité. Mais ce qui est le plus important, je pense, c'est de réaliser que ce rêve n'aura été possible qu'au prix d'un travail de cinq ans. Et ce n'est pas le travail d'une personne, mais de toute une équipe. Que cela soit la marque montpelliéraine F One, qui fabrique et avec qui je développe mon matériel, mon coach Franck Martini avec qui j'avais beaucoup travaillé l'année passée pour concevoir une technique de préparation physique adéquate, ma famille et mes proches qui me soutiennent depuis mes débuts et enfin mes sponsors (Ouest Provence, F One, Volkswagen Utilitaires, Alp'Energie et Placide) et fournisseurs (ION, Hoalen, et Starboard) sans qui il me serait difficile de vivre de ma passion et de performer. C'est donc aussi le sentiment d'un "travail bien fait". Pour finir, c'est vrai que c'est génial d'être le premier à avoir franchir cette barrière des 100 km/h, mais de toutes façons, les records sont fait pour être battus, donc je ne peux pas m'endormir sur mes lauriers, il faut continuer de foncer. Avant votre départ pour la Namibie, vous étiez extrêmement confiant, sûr de vos capacités et de votre matériel, à quoi devez-vous cette assurance? Vous savez, la confiance, on l'a quand on sait que l'on pourra donner le maximum, aussi bien au niveau physique que matériel. J'ai travaillé depuis l'année dernière pour être prêt pour cet évènement, le plus important de toute la saison pour moi. Je savais que ma préparation physique était excellente et que mes nouvelles ailes et planches me permettraient de m'exprimer parfaitement sur le run. Mais il y a toujours une part d'inconnu, surtout sur ce que font mes adversaires dans leur préparation. Quel challenge souhaitez vous relever maintenant? Les 100 km/h ne sont qu'une étape! C'est la loi de la vitesse, aller toujours plus vite. C'est dans la nature humaine de toujours vouloir repousser les limites du possible nous kitesurfeurs devons perpétuer cette "tradition". Je ne compte bien évidemment pas m'arrêter là, c'est l'avantage de notre discipline la course n'est jamais terminée. Ensuite, j'ai des challenges que je compte bien relever ces prochaines années, comme effectuer des traversées ou encore ramener le record sur le territoire de Ouest Provence. Vous êtes soutenu par des sponsors privés, mais aussi par Ouest Provence, quelle est la part de ce soutien dans vos performances? Chacun de mes partenaires, qu'il soit sponsor ou fournisseur, participe à des degrés différents à la réalisation de mes performances. Sans eux, impossible d'atteindre les objectifs que l'on se fixe. L'intercommunalité Ouest Provence est, après F One, mon plus fidèle partenaire et aujourd'hui mon soutien le plus important. J > Emploi L Europe s engage pour Ouest Provence Le comité de pilotage du plan local pour l insertion et l emploi de Ouest Provence (PLIE), qui s est tenu le 27 octobre, a validé les orientations et finalités de la programmation Cette validation par l instance de pilotage du PLIE permet à la Maison de l emploi Ouest Provence de lancer l appel à projets Cette démarche permettra de recueillir et sélectionner les opérations qui seront inscrites dans la programmation et seront soutenues par l Union européenne au travers du programme compétitivité régionale et emploi du Fonds social européen. Le montant total prévisionnel du soutien de l Union européenne pour 2011, sollicité auprès des services de l État, est de euros. Le dossier de présentation d appel à projet 2011 est téléchargeable sur le site de la Maison de l emploi. > Transport En bus pour le TGV Depuis le 20 septembre, Ouest Provence propose aux usagers de la gare TGV de Miramas un service de transport à la demande. Ce bus dessert la gare aux horaires de départ et d'arrivée du TGV. Il fonctionne toute la semaine sauf les jours fériés. Pour bénéficier de ce transport une réservation téléphonique au , trois jours avant est nécessaire. Plus de renseignement sur (rubrique transport) PAGE 3

4 ACTUALITÉS DOSSIER En bref Fos-sur-Mer : la plage du Cavaou rendue aux Fosséens > Ouest Provence en chantiers Miramas Entamée il y a deux ans, la réfection de l'ensemble des réseaux d'eau potable et d'eaux usées du quartier de la Maille II sera achevée en janvier prochain. Trois kilomètres de réseau d'adduction d'eau potable et deux kilomètres de canalisations pour les eaux usées ont été installés, pour un montant total de 2,7 million E, investis par Ouest Provence. Cent cinquante pavillons et vingt-quatre immeubles ont été raccordés. La rénovation du niveau inférieur du cinéma le Comœdia, entamée le 10 novembre, sera achevée fin décembre. Ce chantier de vise à réhabiliter les menuiseries et le carrelage de la cafétéria, des loges et de l'atelier. Ouest Provence a également achevé en novembre l'extension et l'aménagement paysager du cimetière de la commune. Le montant de ces travaux s élèvent à E ( financés par l'intercommunalité, par le conseil général). Port-Saint-Louis-du-Rhône C Au terme d un accord de principes passé le 31 août 2010 avec le Grand Port Maritime de Marseille, la société du terminal méthanier Fos Cavaou et la société Elengy, la commune de Fos-sur-Mer et Ouest Provence bénéfi cient d une nouvelle concession de douze ans pour l usage de la plage du Cavaou. Les déplacements industriels se feront à partir du pont bleu qui enjambe le canal d'arles à Bouc, une fois qu'elengy aura effectué les aménagements des accés. Le pont Saint Gervais sera réservé aux seuls usagers de la plage. Des aménagements paysagers seront entrepris par la commune afi n de valoriser le site. Sport communautaire Les enfants de la balle L espace culturel Gérard Philipe fait peau neuve. Une première tranche de travaux concernant la salle de cinéma et de spectacles, financée à hauteur de ,75 euros par Ouest Provence, a été inaugurée le 15 novembre : des fauteuils neufs, une meilleure isolation phonique, une rampe d accès pour personne handicapée. Se rajoutent le numérique et dès mi-décembre seront programmés des films d animation en 3D. Est déjà annoncée une seconde tranche, programmée en juillet et août 2011, qui concernera la rénovation du hall d accueil, la partie administrative, les loges et la façade extérieure. Au final, Ouest Provence investira euros pour la réhabilitation de l'espace Gérard Philipe. Depuis trois saisons, Le FC. Istres Ouest Provence et le service des sports de l'intercommunalité conduisent l'opération Foot2Respect. Les footballeurs professionnels et l'encadrement sportif sillonnent les pelouses des clubs du territoire et les terrains des collèges et lycées pour y rencontrer les jeunes et évoquer avec eux les valeurs sportives. Depuis le mois d'octobre, le Fos Ouest Provence Basket, qui évolue dans le championnat de Pro B, conduit une opération identique baptisée, Basket2Respect. «Le FOPB mène déjà depuis plusieurs années des opérations de sensibilisation, rappelle Jean-Pierre Barnes, président du club fosséen. Elles vont prendre une nouvelle dimension avec Ouest Provence. Des manifestations comme Basket2Respect, à l échelle du territoire intercommunal, nous permettront, d une part, de démocratiser la pratique du basket de rue et d autre part, de fédérer au sein de notre club quelques gosses qui aiment jouer en playground». Cette opération de sensibilisation s intègre dans la logique de la nouvelle délibération sur le sport communautaire adoptée par le comité syndical le 7 octobre dernier. «Le sport de haut niveau doit être utile à l intérêt des habitants du territoire, soutient Gérard Géron, vice-président de Ouest Provence délégué au sport communautaire. Dans ce cadre politique, l'intercommunalité et les quatre clubs du territoire vont régulièrement mettre en place des opérations telles que Basket 2 Respect». À chaque club d apporter à ces manifestations des spécificités propres à sa pratique. «Rapprocher ainsi les sportifs de haut niveau des jeunes permet de construire l image positive d un référent, poursuit Gérard Géron. Celle d une personne qui fait des efforts, persévère, s engage. En outre, en se rendant accessible et en revenant au contact de la base, le professionnel retrouve une certaine humilité qui lui permet de garder les pieds sur terre».j PAGE 4

5 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône Emploi En bref Coup de pouce solidaire O Port-Saint-Louis-du-Rhône L'aménagement de la friche du Faubourg Hardon financé par la mairie, comprend des travaux d'assainissement et d'adduction d'eau financés à hauteur de E par l'intercommunalité. Grans Ouest Provence s est engagé dans une démarche volontaire et solidaire en faveur de l emploi, en recrutant cinquante bénéficiaires de contrats d accès à l emploi (CAE). Pour une durée de six mois à compter du 1 e novembre 2010, ces contractuels poursuivront le parcours de retour à l emploi, qu ils mènent au sein de Pôle emploi, de la Mission locale ou encore du PLIE, tout en ayant une activité professionnelle d une durée de vingt heures hebdomadaires dans différents services de Ouest Provence. «Notre démarche est importante, a rappelé Bernard Granié en s adressant aux nouvelles recrues. Elle repose sur une mise en commun de moyens financiers des collectivités (État, Conseil général et Ouest Provence), afin de vous accompagner dans votre objectif d accéder à un emploi durable». Outre les moyens financiers, Ouest Provence prenant à sa charge 330 euros mensuels par contrat auxquels il faut ajouter les charges patronales, l intercommunalité met des moyens humains à la disposition de ces nouveaux contractuels. «J ai demandé aux chefs de service auprès de qui vous travaillerez de vous aider afin que le C Les cinquante bénéficiaires du CAE. temps que vous passerez à Ouest Provence soit pour vous une expérience enrichissante, a poursuivi le président de l'intercommunalité. J espère en effet que cette période soit un marche pied et un déclic nécessaires vous permettant de trouver votre voie. Vous avez une chance à saisir, un rendez-vous à ne pas rater». J Les travaux de construction du nouveau réservoir d eau potable et la réhabilitation de l ancien ont débuté au mois de novembre. Le montant des travaux s'élève à E dont investis par Ouest Provence, le reste est supporté par le conseil général des Bouches du Rhône. Le chantier du renouvellement du réseau d'eau de la rue Camille Pelletan, d'un montant de E à la charge de l'intercommunalité, devrait être achevé fin janvier. Logement Le Pass foncier : 137 ménages bénéficiaires Lors de la réunion du comité syndical de Ouest Provence le 7 octobre dernier, 26 nouveaux Pass foncier ont été octroyés à des ménages du territoire, pour un montant total de euros. Quarante-trois autres Pass devraient être signés d ici la fin En juin 2009, Ouest Provence a décidé de consacrer euros en faveur de l aide à l accession sociale à la propriété dans le cadre du Pass foncier. Pour rappel, ce dispositif permet aux futurs propriétaires d obtenir une subvention de 3000 ou 4000 euros, une diminution de TVA à 5,5% ainsi qu une garantie de rachat en cas de non paiement ou d incident de la vie. 68 dossiers ont obtenu une suite favorable au cours du premier semestre Le côut total de l'aide s'est élevé à euros, dont euros à la charge de Ouest Provence et euros à celle de l'état. Au total, pour l année 2010, la participation de Ouest Provence s élèvera à euros pour l accompagnement de 137 ménages. Ces derniers libéreront cent logements locatifs sociaux. Le dispositif national ayant été modifié, diminution du prêt Pass foncier de à euros, Ouest Provence a sollicité la Société Anonyme Coopérative d Intérêt Collectif pour l Accession à la Propriété, laquelle va consacrer une enveloppe de euros pour favoriser la continuité de l'accession à la propriété des ménages aux revenus modestes sur notre territoire. Le Pass foncier est une action du Programme local de l habitat de Ouest Provence. J Fos-sur-Mer Les travaux de voirie engagés par Ouest Provence pour le chemin de Robert sont terminés depuis le mois d'octobre. L'intercommunalité a investi près de E dans cette opération. La réfection intégrale du système du chauffage du stade nautique a été achevée début novembre. Le montant de ces travaux s'élève à E. OUEST PROVENCE Bimestriel n 33, décembre 2010 Le Rouquier Istres Tél Directeur de la publication : Bernard Granié Rédaction : Mission promotion et communication de Ouest Provence. Conception, réalisation : Mission promotion et communication. Crédits photos : Gérard Fraissenet, Vincent Biron (MPC Ouest Provence) Lætitia Viau (Service communication de la ville d'istres). Dépôt légal : 17 mars 2010 Numéro ISSN : ISSN Impression : Imprimeries IPS Diffusion : exemplaires dans les six communes de Ouest Provence. Ce journal est imprimé sur papier recyclé. Nous écrire, donner votre avis : Mission promotion et communication SAN Ouest Provence Chemin du Rouquier B.P ISTRES cedex Tél PAGE 5

6 ACTUALITÉS Citoyenneté Le syndicat mixte du schéma de cohérence territoriale (SCoT) de l Ouest Étang de Berre a désormais son comité de consultation. Une assemblée de 65 membres, l émanation de la société civile du bassin de vie regroupant le Pays de Martigues et Ouest Provence, chargée de faire des propositions en matière d aménagement et de développement. La société civile consultée Bernard Granié, président de Ouest Provence, et Gaby Charroux, son homologue du Pays de Martigues, ont procédé, en octobre à l installation officielle du comité de consultation du syndicat mixte du SCoT Ouest Étang de Berre, une assemblée de 65 membres répartis en quatre collèges et issus du monde professionnel, associatif, éducatif, syndical et social. Cet organe indépendant, émanation de la société civile, sera consulté sur les orientations des deux intercommunalités en matière d aménagement et de développement du territoire. «Nos deux intercommunalités ont une culture du dialogue, de la consultation et de la concertation avec les habitants, les organisations syndicales ou le monde des entreprises. Désormais, cette pratique revêt un caractère plus formel et le comité de consultation aura toute latitude pour faire des propositions», assure Bernard Granié. Les deux intercommunalités réunies au sein d un même schéma de cohérence territorial (voir page 7) partagent une même vision, une même ambition pour un bassin de vie de près de habitants qui s étend sur 452 kilomètres carrés de Martigues à Port-Saint-Louisdu-Rhône, de Fos à Cornillon- Confoux. En juin 2003, un arrêté préfectoral définissait le périmètre des territoires du Pays de Martigues et de Ouest Provence pour élaborer un schéma de cohérence territoriale. Étape de ce schéma, le projet d aménagement et de développement durable (PADD) présenté en février dernier a jeté les bases du document d orientations générales (DOG), dont les prescriptions s imposeront en matière de développement économique, social, d environnement et d urbanisme à l horizon de dix à vingt ans. Ces prescriptions élaborées par les élus nécessitent l adhésion des populations et de la société civile. Celle-ci sera désormais consultée sur cinq grands thèmes. «L existence de ce comité démontre que sur nos territoires la démocratie de proximité est une réalité. Les membres du comité ont été choisis par leurs pairs pour leur expertise, leurs compétences, leur engagement dans la vie de la cité, précise Gaby Charroux, l exercice qui leur est demandé, est un exercice de réflexion, d échanges, de propositions, dont le seul et unique objectif est de définir un développement humain et harmonieux pour les populations qui habitent notre territoire». Être utiles Pour Bernard Granié, «en confiant à la réflexion du comité, la nouvelle dimension territoriale du SCoT, nous avons les uns et les autres conscience de faire un pas dans l avenir. Au moment où les réformes gouvernementales quant à la fiscalité et à l organisation territoriale posent question et ont la prétention d engager les prochaines années, s impose la nécessité d une relation organisée et responsable entre les élus et les citoyens, que représente le comité». À l instar des conseils économiques et sociaux ou des conseils de développement, dont l avis éclaire les orientations des collectivités territoriales et du gouvernement, le comité de consultation est destiné à favoriser la collaboration des différentes catégories professionnelles entre elles et à assurer leur participation à la politique d aménagement d un bassin de vie réunissant deux intercommunalités. À ce titre, le comité met autour de la même table les dirigeants des grands donneurs d ordre du territoire, (Grand Port Maritime, raffinerie Esso, Fédération du BTP...) et les organisations syndicales. Présidé à tour de rôle par Gaby Charroux et Bernard Granié, le comité a deux vice-présidents : Régis Franz et Pierre Caste. «Nous avons à cœur d être utiles et la volonté d apporter notre pierre à l édifice. Nous rendrons nos premiers travaux d ici la fin du second trimestre 2011», annonce Régis Franz. Les groupes de travail du comité ont du pain sur la planche et une série de réunions programmées. Ils auront à formuler des propositions sur cinq grands thèmes : habiter sur le territoire, travailler et étudier sur le territoire, se déplacer, respecter et valoriser le patrimoine naturel, contribuer au rayonnement du territoire. «La société civile est la clé de voûte de la vie de la cité et nous serons sources de propositions pour les élus», assure Pierre Caste. Les 65 membres des quatre collèges sont désormais à l œuvre. J PAGE 6 DÉCEMBRE OCTOBRE

7 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres - Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône TROIS QUESTIONS À RÉGIS FRANz vice-président du comité de consultation Régis Franz, ancien trésorier principal d Istres et du SAN Ouest Provence, est aujourd hui âgé de 63 ans. Il a accompli sa carrière professionnelle au sein du Trésor public et du ministère des Finances en France métropolitaine, outre-mer et à l étranger. Vice-président du comité, sa candidature a été proposée par Bernard Granié. Un SCoT, qu'est-ce que c'est? Les schémas de cohérence territoriale (SCoT) sont composés de trois documents réglementaires : un diagnostic, un projet d aménagement et de développement durable (PADD) et un document d orientations générales (DOG). En 2005, les intercommunalités du Pays de Martigues et de Ouest Provence se sont associées au sein d un syndicat mixte pour l élaboration du SCoT de l Ouest Étang de Berre. De quel poids peut peser la société civile sur des décisions qui au final appartiennent aux élus? La société civile est le pendant des élus, elle est composée de citoyens qui, dans leur représentativité professionnelle et associative, expriment des préoccupations sectorielles. La mission du comité de consultation est de faire en sorte que ces préoccupations soient prises en compte dans une perspective qui n est pas liée à un contexte électoral. Seuls les élus ont le pouvoir de prendre des décisions, ils le font sous le regard de la société civile. Aujourd hui, elle a la chance d être consultée, elle pourrait ne pas l être, sur la cohérence et sur les orientations qui seront retenues dans l adoption du document d orientations générales (DOG), (voir ci-contre), dont il faut souligner le caractère contraignant pour les collectivités du territoire». Le syndicat mixte du SCoT Ouest Étang de Berre a adopté et présenté son plan d aménagement et de développement durable (PADD). À ce stade de l élaboration du SCoT que peut apporter le comité de consultation? Les grandes orientations du SCoT sont d ores et déjà déterminées. Elles ne seront pas contestées par le comité, tant elles ont un caractère d intérêt général. Mais elles ne reflètent pas de manière précise les opérations à mettre en œuvre en matière d intermodalité des transports, de densification de l habitat, de développement économique, de patrimoine naturel et de rayonnement du territoire. Le comité a été saisi sur tous ces sujets et il devra émettre des avis reposant sur l examen du diagnostic existant. Il proposera des solutions pratiques caractérisées par une faisabilité technique et financière. Il ne s agit pas de refaire le monde ni de se substituer aux techniciens, mais de formuler des avis qui traduisent les préoccupations des citoyens dans leur vie de tous les jours. À ce titre, nous espérons bien avoir des idées originales, réalistes et constructives. Le comité de consultation met autour de la même table, grands patrons et délégués syndicaux. N y a-t-il pas un risque? Chacun a sa sensibilité, mais le comité n est pas un lieu de confrontation. Il constitue au contraire un creuset où se retrouvent des femmes et des hommes venus de tous les horizons et qui n ont pas toujours les mêmes objectifs. Le comité permettra à chacun de s exprimer et de considérer les autres points de vue afin de formuler des avis et des propositions acceptables pour la majeure partie des habitants du territoire. J Le syndicat mixte est composé de seize délégués, issus de la CAPM et de Ouest Provence, qui prennent les décisions en comité syndical. Le syndicat mixte est présidé en alternance, tous les deux ans, par l un ou l autre des présidents des intercommunalités. Le Pays de Martigues et Ouest Provence ont estimé que le bassin de vie de leurs deux territoires était l échelon pertinent pour mettre en œuvre des politiques d aménagement. Les décisions adoptées par le syndicat mixte s imposent aux communes des deux intercommunalités et les programmes locaux de l habitat (PLH), les plans de déplacements urbains (PDU), les schémas de développement commercial, les plans locaux d urbanisme (PLU), les plans de sauvegarde et de mise en valeur, les cartes communales, les opérations foncières et d aménagement définies par décret en Conseil d État doivent être compatibles avec les schémas de cohérence territoriale. En clair, le SCoT inscrit dans le marbre les objectifs des politiques publiques d urbanisme en matière d habitat, de développement économique, de loisirs, de déplacements des personnes et des marchandises, de stationnement des véhicules et de régulation du trafic automobile. À l été 2011, le SCoT sera rendu exécutoire après une enquête publique. J Comité de consultation comment ça marche? TROIS QUESTIONS À PIERRE CASTE, vice-président du comité de consultation Âgé de 55 ans, Pierre Caste a été instituteur, puis gérant d une maison de la presse à Istres et agent d assurance. Très impliqué dans la vie associative, il préside le Cercle de voile de Martigues. Sa candidature de vice-président du comité a été proposée par Gaby Charroux. Les 65 membres du comité ont intégré cinq commissions, dont les thèmes sont les suivants : Habiter sur le territoire, Travailler, étudier sur le territoire, Se déplacer dans le territoire et au-delà, Respecter, valoriser le patrimoine naturel et Contribuer au rayonnement du territoire. Le comité a pris connaissance des travaux réalisés dans le cadre du SCoT, les deux vice-présidents ont rencontré les maires des neuf communes de Ouest Provence et du Pays de Martigues. Les commissions se réunissent régulièrement. Une fois par trimestre, elles établissent un compte rendu de leurs travaux. Les avis sur les cinq thèmes seront présentés aux élus du syndicat mixte en juin prochain. Le comité peut également s autosaisir d un dossier ou d une thématique. J Que peut apporter la société civile à la réflexion des élus? On nous offre la possibilité d émettre des avis, de proposer des idées nouvelles, de nous exprimer. La société civile peut apporter sa réflexion. Nous rencontrons les maires des communes membres de Ouest Provence et du Pays de Martigues pour connaître leurs projets. Nous allons donner notre avis et faire des propositions et nous espérons bien que ceux-ci seront pris en compte par nos élus, sinon ce comité n a pas de raison d être. Dans les agglomérations, l avis des conseils de développement est pris en compte. Les présidents, Gaby Charroux et Bernard Granié, sont dans cette optique. Ils attendent que l on apporte notre pierre à l édifice. On donnera nos avis en notre âme et conscience, nous ne sommes pas là pour dire amen. Le territoire du SCoT regroupe deux intercommunalités. Est-ce, selon vous, la bonne échelle pour réfléchir en termes d équipements et de développement? En matière d équipements, c est à l échelle du territoire que l on doit penser. Par exemple, est-il nécessaire d avoir trois stades plutôt qu un? Parce qu'au bout du compte, ce sont les administrés qui paient. On nous demande de réfléchir et de faire des propositions à l horizon des quinze prochaines années, cela peut paraître ambitieux. Mais imaginez que l on ait prévu, il y a quinze ans, la mise en service d un tramway électrique entre Martigues et Istres... En terme de transport, de commerce, de logement, les deux intercommunalités et les villes qui les composent doivent mettre en œuvre des projets communs et complémentaires. Istres et Martigues vont bientôt partager le même parc urbain. Quand on habite Fos, on vient naturellement à Martigues ou à Istres. L échelle du territoire du SCoT est pertinente. Vous parlez d idées nouvelles. Quelles propositions pourriez-vous faire qui n aient été déjà évoquées par les élus? Nos territoires possèdent 37 kilomètres de côte. Nous pourrions travailler à faire en sorte que cette façade littorale soit l avenir. Il ne s agit pas de faire des marinas, mais de développer des pratiques touristiques qui pourraient aussi changer la mauvaise image de l étang de Berre. Pourquoi ne développe-t-on pas le transport maritime entre Istres et Martigues, pourquoi ne pas imaginer aller prendre l avion à Marignane en prenant un bateau à Istres. Ce territoire a toutes les potentialités de son autonomie. J PAGE 7

8 ÉCONOMIE Entreprendre Depuis 1988, 221 entreprises ont vu le jour dans les trois pépinières de Ouest Provence. Ce succès a participé à l'émergence d'une économie résidentielle. Aujourd'hui, ces structures d'accompagnement des créateurs d'entreprise entament leur mutation. Témoignages. Grandir en pépinière La pépinière d'entreprise installée à Fos-sur-Mer, zone d'activité de Lavalduc. I l nous arrive encore de recevoir des coups de fil pour savoir quel type de plantes nous vendons», s'amuse Alain Lamory. En pépinière, c'est l'ambition et les projets qui poussent. La première pépinière de Ouest Provence a été créée en 1988 à Istres, celle de la zone de Lavalduc à Fos-sur-Mer en 1994 et celle des Molières à Miramas en Aujourd'hui, les bureaux et les ateliers accueillent trente-trois entreprises et 220 personnes. La fonction des pépinières ne s'arrête pas à la seule location de surfaces. «Il s'agit d'un outil de développement économique, une structure pour l'accompagnement des créateurs, R e p è r e s Cité d'entreprises Ouest Provence, Istres Créée en bureaux sur une surface de 300 m locaux-ateliers d'une surface totale de 150 m 2. Lot 20, parc d'activité du Tubé Istres. Tél : Fax : Directeur : Alain Lamory Courriel : PAGE 8 précise Alain Lamory, le directeur des pépinières.en amont nous travaillons sur la pertinence et la viabilité du projet. Nous aidons également le futur entrepreneur dans sa recherche de financements. Nous évaluons son projet avant que la direction du développement économique de Ouest Provence valide l'accueil en pépinière». Experts à disposition Pépinière d'entreprises Ouest Provence, Fos-sur-Mer Créée en bureaux sur une surface totale de 150 m 2. 8 locaux-ateliers d'une surface totale de 150 m 2. 20, allée Marie Curie, zone d activité de Lavalduc Fos-sur-Mer. Tél : Fax : Chargée de mission : Sophie Calvino Courriel : Experts comptables, banquiers, avocats, techniciens sont au service de l'entrepreneur. Le projet validé, des bureaux et ateliers sont proposés aux bénéficiaires qui s'engagent pour un bail de quatre ans. Durant les deux premières années, le loyer est inférieur de 15 à 20% au prix du marché. «Nos experts sont à la disposition des créateurs d'entreprise. Deux fois par an au minimum, nous faisons un point sur leur développement. Nous tachons de connaître leurs éventuelles difficultés et nous voyons ce que nous pouvons mettre en œuvre pour les aider. Nous les assistons pour répondre à un appel d'offre ou pour monter un dossier de prêt au développement. On ne les lâche pas pendant quatre ans. Tout au long de l'année, nous organisons également des réunions d'information sur la vie des entreprises, sur les aides à l'embauche, les nouvelles dispositions fiscales. La pépinière, c'est un groupe, c'est rassurant. Les personnes installées s'y côtoient, échangent, créent des synergies. La dernière année, nous travaillons à leur sortie et notre priorité est de les fixer sur le territoire», indique Alain Lamory. Les 221 entreprises accueillies depuis 1988 ont généré 1050 emplois. En 2010, crise oblige, le taux d'occupation des locaux est de 70%. C'est le plus faible depuis vingt ans, le taux moyen s'établissant entre 90 et 95%. Les entreprises installées en pépinière comptent en moyenne un à deux salariés. Cet effectif double au terme des quatre années de bail. Pendant longtemps, la maintenance industrielle, les bureaux d'études et le génie climatique étaient les secteurs dominant dans les pépinières où l'activité était essentiellement liée à la pétrochimie, au bâtiment et à l'avionique. Depuis 2008, les grands donneurs d'ordre du territoire se sont séparés d'une partie de leurs sous-traitants. On assiste également à un recul des entreprises de services aux industries au profit d'entreprises de services à la personne. 75% des entreprises passées en pépinières sont toujours en activité au bout de cinq années d'existence. À l'échelle nationale, ce ratio est de 50%. Pépinière d'entreprises Ouest Provence, Miramas Créée en bureaux sur une surface de 600 m 2. La pépinière de Miramas propose uniquement des bureaux et de l'hôtellerie d'entreprise. 29, Avenue du Royaume Uni, ZAC des Molières Miramas. Tél : Chargée de mission : Danielle Farlin Courriel :

9 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres - Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône Témoignages Michel Hermitte Je regrette de ne pas m'être lancé plus tôt. À la tête d'une entreprise d'électricité industrielle qui emploie douze salariés et treize intérimaires, Michel Hermitte est «sorti» de la pépinière de la zone de Lavalduc à Fos-sur-Mer en Depuis, il s'est installé à quelques mètres des locaux où il a fait ses débuts d'entrepreneur. «Je suis resté seize ans dans la même boîte. J'étais chef de chantier. Puis à la suite de divergences, j'ai démissionné pour créer ma société. L'idée me trottait dans la tête depuis des années et puis ça s'est déclenché. Au bout de quinze jours, j'ai engagé cinquante salariés sur un gros chantier». Aujourd'hui, la société de Michel Hermitte, est présente sur cinq chantiers relevant des grands donneurs d'ordre du territoire : GDF, Lyondell, ArcelorMittal... «Lors de mon installation j'avais un bon carnet d'adresses et grâce à la pépinière j'ai pu bénéficier d'un local. C'est à partir de là que j'ai pu développer mon activité». En 2008, son entreprise a été frappée de plein fouet par la crise. «Je me suis tourné vers les marchés publics et nous avons réalisé une clôture de cinq kilomètres. Ce chantier m'a permis de ne pas licencier tous les salariés». Ce Fosséen de 50 ans regrette de ne pas s'être lancé plus tôt dans l'aventure. «J'aurais dû monter ma boîte il y a des années. Dans les pépinières, les techniciens sont compétents et savent vous épauler. Aujourd'hui, je travaille davantage et gagne moins que quand j'étais salarié, mais je fais ce que je veux.». J Frédéric Moura Être en pépinière, c'est être entouré. En novembre 2009, la société qui salarie Frédéric Moura, met la clef sous la porte. «J'avais la niaque et depuis un moment je voulais monter ma boîte, mais je manquais de courage, mon licenciement a tout déclenché», raconte le charpentier istréen de 42 ans. «Mais il y a un monde entre être chef de chantier et devenir gérant de société. Seul, je ne pense pas que j'aurais eu les cartes en main pour monter mon entreprise. J'ai trois enfants à charge, je n'ai pas le droit à l'erreur et grâce aux responsables de la pépinière, j'ai pu monter un projet béton». Frédéric Moura s'est installé en avril dernier dans un des ateliers de la cité d'entreprises d'istres. Six mois après, il affiche un chiffre d'affaires de euros et ses quatre salariés travaillent sur autant de chantier. «Je vais développer mon activité de charpente traditionnelle, poursuivre la charpente industrielle et la pose d'isolation écologique. À court terme, je vais également répondre aux marchés publics. Ici, je suis soutenu, conseillé et confiant. Être en pépinière c'est avant tout être entouré». J Les autres bons tuyaux J Ouest Provence Initiative Accompagnement et attribution de prêts d'honneur pour la création ou la reprise d'entreprise. La Pyramide, 1 rue de l'équerre, Istres Tél : J Maison de l'emploi Ouest Provence Un numéro dédié aux créateurs d'entreprise : Ce numéro vert renseigne et oriente vers les bons interlocuteurs et les démarches pour mener à bien les projets de création ou de reprise d'entreprise. Il fonctionne du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h. J Direction du développement économique de Ouest Provence Renseignements sur les financements 1, allée de la Passe Pierre, Trigance 1, Istres Tél J Chambre de métiers et de l'artisanat ARTEA Une nouvelle aide pour réussir sa reprise d'entreprise Service développement économique Tél TROIS QUESTIONS À GÉRALD GUILLEMONT vice-président de Ouest Provence, délégué aux aides à l'entreprise et à l'enseignement supérieur Qu'est-ce qui a présidé à la création des pépinières d'entreprises? La décision de créer à Istres la cité d'entreprises nouvelles a été prise en 1986, et la pépinière a vu le jour deux ans plus tard. Les politiques de soutien à la création d'entreprise ont été lancées dans les années 80. Elles correspondaient à la prise de conscience que tout un pan de nos industries allait disparaître et qu'il fallait inciter les porteurs de projets à devenir entrepreneurs. Il était évident, et c'est encore vrai aujourd'hui, que beaucoup de personnes ne naissent pas dans un milieu de chefs d'entreprise et pour autant, ils ont des projets et des ambitions. Les pouvoirs publics ont considéré qu'il était utile à la société de les soutenir. Cette politique a toujours eu deux volets : le conseil et la mise à disposition de locaux. La création de la ville nouvelle s'est traduite par un déséquilibre entre la demande et l'offre de locaux. Il convenait de pallier cette situation. Il s'agissait également de répondre à une forte demande. Quel bilan peut-on tirer? En termes d'appui à la création d'activités cette politique a réussi. Elle a favorisé l'émergence d'une économie résidentielle grâce à l'implantation d'artisans et de commerces de proximité liée au développement démographique de l'opération «ville nouvelle». Elle a également permis d'accueillir des entreprises de services liées au développement des grands groupes industriels implantés sur notre territoire. C'est aussi une politique qui n'a aucun coût pour la collectivité, car elle génère plus de ressources que de charges. Quel est l'avenir des pépinières? Aujourd'hui, l'ambition des pépinières est d'accompagner la nécessaire diversification économique de notre territoire. Aux côtés des pépinières généralistes, Ouest Provence entend développer des pépinières spécialisées, en phase avec les pôles de compétitivité, comme le secteur de l'avionique, par exemple. Les pôles de compétitivité sont de bonnes portes d'entrée avec les réseaux d'entreprises. Nous devons poursuivre notre soutien et continuer à mettre sur le marché des terrains adaptés aux besoins des entreprises. J PAGE 9

10 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres - Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône «La décision en 2004 de créer un service assistant insertion handicap illustre à juste titre cette volonté politique, souligne Coralie Chaumel, la responsable du Pôle handicap de Ouest Provence. En allant plus loin que les obligations portées par la loi Handicap du 11 février 2005, l'intercommunalité marque son engagement et son soutien auprès de ses administrés». L'idée de ce service de proximité, les accompagnatrices des bus scolaires le portent aussi dans leur mission. «Nous prenons en charge les enfants à leur montée dans le bus, évitant aux parents des trajets jusqu'à l'école, explique Brigitte Guérin, l'une des Les collectivités territoriales (...) peuvent concrétiser de grandes ambitions pour les populations de leurs territoires. Mokhtar Benaouda. 38 accompagnatrices employées par Ouest Provence. Nous veillons sur leur sécurité lors du trajet. À leur retour, nous nous assurons qu'ils sont pris en charge par un responsable légal». Si ces services sont très appréciés par les familles, l'essentiel de l'implication de Ouest Provence au sein de l'école relève de la mise en place d actions culturelles et de pédagogie à l'environnement. Toutes les structures de l'intercommunalité * présentent en effet un catalogue d'offres pédagogiques, adaptées aux programmes de l Éducation nationale et menées en partenariat avec les enseignants. Pour les écoles élémentaires, ces projets doivent être au préalable validés par l'inspecteur de secteur, tandis que les collèges et les lycées ont une totale liberté pour décider de la pertinence et de l'opportunité des propositions de l'intercommunalité. «Les projets pédagogiques participent à l'éducation artistique et culturelle indispensable à la démocratisation culturelle et à l'égalité des chances, affirme Mokhtar Benaouda, le directeur de la régie culturelle Scènes et Cinés. Sur cette question, les collectivités territoriales, alors même qu'elles sont menacées par une réforme, ont tout à faire. Elles peuvent concrétiser de grandes ambitions pour les populations de leurs territoires. L'intercommunalité est peut-être la seule intelligence qui nous reste pour réaliser la démocratisation culturelle». Une démocratisation culturelle que les élus de Ouest Provence ont à coeur de véhiculer dans les six communes du territoire. J (*) Le Conservatoire de musique et de danse à rayonnement intercommunal, le Pôle intercommunal du patrimoine culturel, le Centre d'art contemporain intercommunal, le Pôle arts visuels, la régie culturelle Scènes et Cinés, le service pédagogie à l'environnement, la Médiathèque. La médiation scolaire * actions et projets artistiques, culturels et de pédagogie à l environnement ont été menés en milieu scolaire. scolaires des six communes du territoire Ouest Provence ont été sensibilisés lors de ces actions. agents sont affectés aux interventions et sont chargés du suivi administratif. Sans oublier les bibliothécaires qui agissent dans le cadre de leurs missions. tel est le budget de la masse salariale affectée à la médiation culturelle en milieu scolaire, auquel il faut ajouter pour les intervenants extérieurs. * Pour l année scolaire 2009/2010 TROIS QUESTIONS À Nicole Joulia VICE-PRÉSIDENTE DÉLÉGUÉE AU PATRIMOINE Ouest Provence n a pas compétence institutionnelle en matière pédagogique. La collectivité est pourtant un partenaire privilégié de l Éducation nationale. Quel est l'intérêt pour l institution de développer une telle collaboration? À travers de nombreux services intercommunaux et sur des thématiques aussi diverses que la culture, l environnement ou encore le patrimoine, avec le soutien de médiateurs, Ouest Provence intervient dans les établissements scolaires du territoire. Faire intervenir des médiateurs de nos structures ( le conservatoire de danse et de musique, la régie culturelle Scènes et Cinés ou encore le Pôle intercommunal du patrimoine culturel ) permet d apprendre aux enfants à fréquenter ces structures en dehors du temps scolaire. Ils se familiarisent avec les lieux, les apprécient, les démystifient et - pourquoi pas - les fréquentent ensuite en compagnie de leurs parents. Cela contribue au dynamisme culturel du territoire. Dans le registre de l environnement, c est directement la formation du citoyen de demain qui est en question. Apprendre à un enfant à trier, à respecter son environnement, à défendre la biodiversité participe de son éducation civique et prépare l adulte de demain. La collaboration est à double sens : les établissements scolaires ont aussi besoin des équipements professionnels des collectivités En effet, et c est en ce sens que l aller-retour est une notion importante dans le partenariat Éducation nationale / collectivité. Dans le cadre de l éducation artistique qu apporte par exemple Scènes et Cinés, il est important que l artiste entre dans l école. Au contact direct des enfants, dans leur classe, il donne une autre idée de la culture. Les élèves possèdent ensuite les clés pour aller voir son spectacle dans un lieu réservé à cette pratique. Voici le cadre idéal du partenariat. Même pour l enseignant, la présence d un intervenant extérieur est un bol d air. Il porte en lui des représentations d un autre monde que celui de l école. L artiste apporte de l émotion là où l école convoque le savoir et le rationnel. En s invitant ainsi dans l école, la collectivité ne risque-t-elle pas d être accusée d ingérence en matière éducative? Afin de ne pas être taxé d interventionnisme il faut trouver un équilibre dans les rapports entre l Éducation nationale et la collectivité. Se reconnaître est une nécessité et l enjeu de l ouverture de l école aux structures mises à disposition par les collectivités. Les élus doivent respecter le projet pédagogique des enseignants, se conformer à son contenu et apporter une complémentarité dans les savoirs. En contrepartie, l Éducation nationale doit donner aux établissements de l intercommunalité la possibilité de remplir leurs missions. Tout l enjeu est d élaborer, par une discussion qui dépasse parfois le simple niveau local, une bonne définition de ce partenariat. J PAGE 11

11 DOSSIER Rencontre Référent médiation au théâtre La Colonne de Miramas, Géraldine Blanchet assure l interface entre la régie culturelle Scènes et Cinés et l Éducation nationale. Le spectacle est un rendez-vous Pas de deux entre le conservatoire et l école Dans le cadre des projets musique agréés par l Éducation nationale, quatre enseignants musiciens, titulaires du diplôme universitaire de musicien intervenant (DUMI), interviennent dans les écoles maternelles et primaires du territoire. Le rôle de ces dumistes du Conservatoire de musique à rayonnement intercommunal est de faire découvrir la musique aux enfants. Cela peut être du chant choral ou du travail instrumental. Au cours de l année scolaire , vingt projets musique ont été développés avec 1309 élèves ayant été concernés. Parmi ceux-ci, la chorale des enfants de l école La clé des champs d Entressen dirigée par le dumiste Pierre-Yves Scotto, s est produite dans la pinède du CEC lors de la Fête de la musique organisée en juin par le conservatoire. Quant à la section danse du conservatoire, elle propose une sensibilisation à la danse contemporaine à travers son projet Danse à l école. Deux professeurs de danse du conservatoire enseignent les notions fondamentales de la création chorégraphique d aujourd hui. L intérêt de ces cycles est de créer un lien entre ce que les élèves apprennent à l école et la façon, dont ils peuvent le restituer à travers la danse. P as d inquiétude les enfants, lorsque la lumière va s éteindre, cela signifie que le spectacle va commencer», recommande Géraldine Blanchet. En ouverture de saison, cinq classes de primaire sont venues assister à la représentation scolaire de Première neige au théâtre La Colonne à Miramas. La majorité entre dans le théâtre pour la première fois. «Six spectacles jeune public de différentes formes qui s'inscrivent dans l'ensemble de la programmation jeune public de Scènes et Cinés Ouest Provence, sont programmés au théâtre de la Colonne pour la saison , commente la médiatrice en action culturelle. Ils composent la matière, sur laquelle je travaille en partenariat avec les enseignants de la ville, dans le cadre de leurs projets pédagogiques». En septembre, au cours d une réunion de rentrée regroupant tous les partenaires de l Éducation nationale, Géraldine a présenté la programmation jeune public de Scènes et Cinés. «Je fais alors en sorte de m informer sur leur projet de classe afin d ajuster ma proposition et produire à terme un travail de fond avec les enfants». Au moins un spectacle est proposé aux classes intéressées. «Je fournis à l enseignant un dossier pédagogique, dans lequel il trouve une documentation particulière sur le spectacle et la compagnie, des photographies, une affiche. Il peut ainsi réinvestir le contenu artistique dans son enseignement quotidien. Je l encourage aussi à échanger avec les artistes avant même la représentation». L objectif recherché par Géraldine est clair : «En cultivant la curiosité des enfants, en éveillant leur intérêt artistique, je souhaite transformer le temps de la représentation en un vrai rendez-vous, en une rencontre qui comble une attente profonde». En fonction de l intérêt manifesté par les classes, la médiatrice peut proposer une visite du théâtre, des rencontres avec les compagnies à l issue des représentations. «Il m arrive aussi de revenir dans les classes une fois le spectacle passé pour partager à nouveau les émotions ressenties pendant la représentation». Si une classe mène un projet vraiment spécifique autour du spectacle vivant, elle a la possibilité de choisir une seconde pièce dans la programmation jeune public. Cette médiation artistique se fait en lien avec les autres structures culturelles de l'intercommunlaité présentes sur la ville. «Pour la saison , nous nous rapprochons de la médiathèque intercommunale. Des ateliers et des lectures publiques s y dérouleront en lien avec notre programmation». Les actions conjuguées des services intercommunaux contribuent ainsi au développement des publics tout en créant des liens avec et entre les habitants du territoire. Un guide au service des enseignants Pour promouvoir l ensemble des actions de médiation en milieu scolaire, Ouest Provence édite le guide Educ Art Culture Environnement. Ce document exhaustif regroupe les offres des structures, services et partenaires du territoire à destination des élèves de la maternelle au lycée pour l année scolaire Il décline les objectifs, les thématiques et les contenus des projets proposés par les services de l intercommunalité tout en fournissant les coordonnées des référents médiation. Ce guide est téléchargeable sur le site de Ouest Provence : PAGE 12

12 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône Jardiner pour retrouver le goût d'apprendre. Depuis 2006, les élèves de la 4 e découverte professionnelle anticipée du collège Alain Savary d Istres, placés sous la responsabilité de leur professeur de français, Jean-Claude Deville, bénéficient d une pédagogie différenciée avec remise à niveau, dédoublement de certains cours et enseignement technologique renforcé. Les services techniques de Ouest Provence ont délégué une jardinière paysagiste, Nadine Roche, pour initier ces collégiens à son métier. À tour de rôle, par demi-journée, les élèves s occupent du jardin potager et entretiennent certains espaces verts du CEC. J Pour découvrir le jardin : Portrait Sensibiliser et former le citoyen de demain est la mission du service pédagogie à l environnement de Ouest Provence. L éco-citoyenneté, ça s apprend Au sein du service pédagogie à l environnement de Ouest Provence, les médiateurs gardent l œil sur les questions liées à l écologie et la biodiversité. Depuis la terrasse de la Maison de la mer de Fos-sur-Mer où est installé le service rien n est plus facile : la plage de Saint-Gervais s étend à leurs pieds tandis que les tankers croisent dans le golfe de Fos et que fument au loin les usines du Grand Port Maritime de Marseille. «Tous les éléments sont présents dans la lecture du paysage pour aborder les thématiques traitées par les projets pédagogiques mis en œuvre par le service», souligne sa responsable, Sabine Payet. En , les quatre agents de médiation du service ont effectué des interventions dans 89 classes maternelles et primaires à travers l ensemble du territoire de Ouest Provence. «Nous travaillons autour de cinq thématiques essentielles, rappelle Sabine Payet. Les déchets, l air et la pollution atmosphérique, les risques majeurs, l eau et les milieux naturels du territoire de Ouest Provence». Afin d adapter au plus juste les notions développées dans les projets de pédagogie à l environnement et être en adéquation avec le programme et le niveau des élèves, les médiateurs tiennent compte des directives de l Éducation nationale. «En s inscrivant ainsi dans la logique de son projet pédagogique, l enseignant peut travailler en transversalité avec les matières qu il enseigne tout en nous aidant à construire le parcours citoyen de l élève». Car telle est l ambition de cette éducation à l environnement : former et sensibiliser le citoyen de demain qui comprendra et respectera le milieu dans lequel il vit et travaille. Les moyens les plus adaptés au projet sont mis en œuvre par les médiateurs. «Nous ne sommes pas des professeurs des écoles, rappelle Sabine Payet. Pour faire passer notre message, nous mélangeons le scientifique et le ludique, nous alternons les approches, théoriques ou sur le terrain. Et surtout nous laissons une part importante et fondamentale à l expérimentation». Ce service jouit en effet de locaux adaptés à ce type d enseignement. Deux salles pédagogiques sont mises à disposition pour l accueil des enfants. Elles sont équipées du matériel d expérimentation adéquat, d équipements informatiques et vidéo. «Nous sommes aussi un lieu ressource pour les enseignants qui le souhaitent, ajoute Sabine Payet, grâce à l important fond documentaire, que nous avons développé sur les questions écologiques et environnementales». Le service est toujours à la recherche d une dynamique dans son partenariat avec les enseignants. Un gage de réussite dans la formation à l éco-citoyenneté des élèves du territoire. J Encadrer et assurer la sécurité des écoliers dans les bus scolaires Telle est la mission quotidienne de Brigitte Guérin. Comme ses 37 collègues du service des transports scolaires de Ouest Provence, cette accompagnatrice veille sur les jeunes écoliers au cours de leurs déplacements depuis l arrêt de bus jusqu à leur établissement. Une soixantaine de circuits à travers les communes de Fos-sur-Mer, Istres et Miramas sont ainsi encadrés. L intercommunalité consacre un budget de euros par an à ce service public. J OCTOBRE DÉCEMBRE PAGE 13

13 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône Jardiner pour retrouver le goût d'apprendre. Depuis 2006, les élèves de la 4 e découverte professionnelle anticipée du collège Alain Savary d Istres, placés sous la responsabilité de leur professeur de français, Jean-Claude Deville, bénéficient d une pédagogie différenciée avec remise à niveau, dédoublement de certains cours et enseignement technologique renforcé. Les services techniques de Ouest Provence ont délégué une jardinière paysagiste, Nadine Roche, pour initier ces collégiens à son métier. À tour de rôle, par demi-journée, les élèves s occupent du jardin potager et entretiennent certains espaces verts du CEC. Pour découvrir le jardin : Portrait Sensibiliser et former le citoyen de demain est la mission du service pédagogie à l environnement de Ouest Provence. L éco-citoyenneté, ça s apprend Au sein du service pédagogie à l environnement de Ouest Provence, les médiateurs gardent l œil sur les questions liées à l écologie et la biodiversité. Depuis la terrasse de la Maison de la mer de Fos-sur-Mer où est installé le service rien n est plus facile : la plage de Saint-Gervais s étend à leurs pieds tandis que les tankers croisent dans le golfe de Fos et que fument au loin les usines du Grand Port Maritime de Marseille. «Tous les éléments sont présents dans la lecture du paysage pour aborder les thématiques traitées par les projets pédagogiques mis en œuvre par le service», souligne sa responsable, Sabine Payet. En , les quatre agents de médiation du service ont effectué des interventions dans 89 classes maternelles et primaires à travers l ensemble du territoire de Ouest Provence. «Nous travaillons autour de cinq thématiques essentielles, rappelle Sabine Payet. Les déchets, l air et la pollution atmosphérique, les risques majeurs, l eau et les milieux naturels du territoire de Ouest Provence». Afin d adapter au plus juste les notions développées dans les projets de pédagogie à l environnement et être en adéquation avec le programme et le niveau des élèves, les médiateurs tiennent compte des directives de l Éducation nationale. «En s inscrivant ainsi dans la logique de son projet pédagogique, l enseignant peut travailler en transversalité avec les matières qu il enseigne tout en nous aidant à construire le parcours citoyen de l élève». Car telle est l ambition de cette éducation à l environnement : former et sensibiliser le citoyen de demain qui comprendra et respectera le milieu dans lequel il vit et travaille. Les moyens les plus adaptés au projet sont mis en œuvre par les médiateurs. «Nous ne sommes pas des professeurs des écoles, rappelle Sabine Payet. Pour faire passer notre message, nous mélangeons le scientifique et le ludique, nous alternons les approches, théoriques ou sur le terrain. Et surtout nous laissons une part importante et fondamentale à l expérimentation». Ce service jouit en effet de locaux adaptés à ce type d enseignement. Deux salles pédagogiques sont mises à disposition pour l accueil des enfants. Elles sont équipées du matériel d expérimentation adéquat, d équipements informatiques et vidéo. «Nous sommes aussi un lieu ressource pour les enseignants qui le souhaitent, ajoute Sabine Payet, grâce à l important fond documentaire, que nous avons développé sur les questions écologiques et environnementales». Le service est toujours à la recherche d une dynamique dans son partenariat avec les enseignants. Un gage de réussite dans la formation à l éco-citoyenneté des élèves du territoire. Encadrer et assurer la sécurité des écoliers dans les bus scolaires Telle est la mission quotidienne de Brigitte Guérin. Comme ses 37 collègues du service des transports scolaires de Ouest Provence, cette accompagnatrice veille sur les jeunes écoliers au cours de leurs déplacements depuis l arrêt de bus jusqu à leur établissement. Une soixantaine de circuits à travers les communes de Fos-sur-Mer, Istres et Miramas sont ainsi encadrés. L intercommunalité consacre un budget de euros par an à ce service public. OCTOBRE DÉCEMBRE PAGE 13

14 DOSSIER Témoignage Depuis 2004, Ouest Provence met à disposition dans les écoles primaires, dix-sept assistantes insertion handicap. Rencontre avec l'une d'entre elles Nathalie Martinez. Accompagner et soutenir E tre au service de l autre, donner et recevoir, accompagner des enfants handicapés dans leur processus d intégration à la crèche ou l école élémentaire». De toute évidence, telle est la voie de Nathalie Martinez. Cette jeune femme à la quarantaine pétillante appartient au contingent des dix-sept assistantes insertion handicap (AIH) du pôle handicap de Ouest Provence. «Depuis 22 ans, je chemine auprès d enfants souffrant de déficiences physiques ou intellectuelles. Je les épaule, les aide dans leur processus de socialisation. Je mets tout en œuvre pour qu au sein de l école ils développent au maximum leurs facultés». Les jours de classe Nathalie arrive à l école Mendès France d Istres un quart d heure avant le début des cours. Le temps de discuter avec le professeur de Sébastien *, de prendre connaissance du contenu pédagogique de la matinée afin d anticiper l aide à apporter au jeune garçon malvoyant. Lorsque la sonnerie retentit, comme les autres élèves de cette classe de CE1, Nathalie prend place à son bureau. «Ma tâche ne consiste pas à faire à la place de Sébastien, explique Nathalie, mais à le rendre autonome. Si nécessaire je reformule les consignes, je l aide à refaire certains exercices. Je me considère comme un maillon du système éducatif». Une très forte implication Nathalie joue aussi un rôle de médiateur dans les relations sociales de Sébastien avec ses camarades de classe. «Je suis un intermédiaire. Mon action ne peut pas se limiter seulement à Sébastien, poursuit-elle. Mon implication très forte auprès de tous les enfants nivelle les relations de Sébastien avec les autres et lui permet de s intégrer facilement. Les enfants de la classe me considèrent comme une des leurs, de fait Sébastien ne se distingue plus comme enfant handicapé». Au-delà de cette action pédagogique, il entre dans les fonctions de l assistante d être un membre actif de l équipe éducative mise en place autour de l enfant. «Un plateau technique composé de l orthophoniste, du psycho-motricien, du psychologue scolaire, du médecin scolaire et de la maîtresse assure le suivi de l enfant, poursuit Nathalie. Je les rencontre régulièrement afin d échanger sur le travail fait avec Sébastien, je leur apporte des observations quant à son évolution». Grâce à cette continuité du suivi et de l encadrement, une relation de confiance s établit avec l enfant qui peut ainsi évoluer vers le maximum de ses capacités. * Le prénom a été modifié Pôle arts visuels Éveiller à l art contemporain Le pôle arts visuels, qui regroupe le Centre d art contemporain intercommunal, l artothèque et l Association intercommunale pour le développement des arts plastiques et du patrimoine (Adapp Ouest Provence), propose des activités qui contribuent à la promotion des arts visuels. Une cellule pédagogique élabore des projets autour des artistes invités au Centre d art contemporain. Au cours de l année scolaire , PAGE classes du territoire ont participé à des projets portés par le pôle arts visuels. En , la collaboration entre le pôle et l Éducation nationale se traduira par une résidence de Laurent Perbos, plasticien marseillais exposé au CAC du 9 juillet au 23 novembre, au lycée de Fontlongue à Miramas. En partenariat avec les lycéens, l artiste a créé une œuvre qui restera dans l'enceinte de l établissement jusqu à la fin de l année scolaire. Rimbaud monte sur les planches Depuis plusieurs années, dans le cadre de l éducation artistique et culturelle, la direction des affaires culturelles de Ouest Provence a mis en place un atelier de découverte théâtrale en direction des lycéens de Rimbaud, en partenariat avec le foyer socioéducatif de l établissement istréen. Grâce à cet atelier hebdomadaire, les élèves intéressés et volontaires appréhendent l exercice d être comédien, d être dirigé et mis scène. L atelier, animé par Danièle Gaied, permet de découvrir les diverses composantes du langage dramatique, de se confronter au processus de création. Il se solde en fin d année scolaire par deux représentations publiques à l Espace 233 à Istres. En mai 2010, la troupe de comédiens amateurs avait interprété une adaptation d une pièce de Steve Gooch, Transport de femmes.

15 PAGE 15

16 ENVIRONNEMENT Suivez la benne quand le jour se lève Sept heures dans une journée ordinaire avec les agents de la régie intercommunale de collecte et de valorisation des déchets. Il est cinq heures, Istres s'éveille. Les agents de la régie intercommunale de collecte et de valorisation des déchets quittent le parking de la ZAC du Tubé, direction le centre ville où ils débutent leur tournée. La benne s'arrête tous les dix mètres sur l'allée Jean Jaurès. Les deux éboueurs ramassent les sacs déposés sur le trottoir. Une partie du travail se fait à la main. La benne est équipée d'un lève-conteneur. Dans la matinée, le contenu d'une soixantaine de conteneurs d'une capacité de 1100 litres est englouti dans la benne. L'équipage d'une benne à ordures ménagères est composé de trois personnes. Deux éboueurs et un chauffeur. «Conduire la benne c'est aussi avoir la responsabilité de deux personnes, veiller à leur sécurité, avoir toujours un œil dans le rétroviseur ou sur le moniteur de la caméra placée à l'arrière du camion. C'est aussi descendre du camion pour donner un coup de main», raconte Roger Raoux. À huit heures, la benne revient au siège de la régie. Les agents s'installent dans une salle de repos. Au menu de ces vingt minutes de pause, café, croissants et plaisanteries entre collègues. Puis, ils reprennent la route, pour poursuivre une tournée qui s'achève à 11h30. «On prend une douche et on rentre à la maison. Certains dorment, le rythme de vie est un peu bouleversé. Moi, je n'ai besoin que de quelques heures de sommeil. Après le travail, je me repose et puis je m'occupe...», confie Roger Raoux. PAGE 16

17 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône INTERVIEW FABIENNE GRUNINGER vice-présidente de Ouest Provence, déléguée à la collecte et au traitement des déchets Deux aller retour entre Istres et le centre de transfert de Miramas pour vidanger neuf tonnes d'ordures ménagères collectées lors de la tournée, c'est le lot de l'équipage de la benne de Roger Raoux tonnes de déchets ont été ramassées par les agents de Ouest Provence en Créée en 2010, la régie compte dans ses rangs cinquante chauffeurs-éboueurs, dix-sept agents affectés au ramassage des «encombrants» et huit agents d'encadrement. Cela fait dix ans que Jean-Bernard Mas est éboueur. «Nous avons la satisfaction de servir à quelque chose, mais l'on est souvent confronté au manque de civisme de nos concitoyens. Ils savent que l'on va passer et que l'on va ramasser quoiqu'ils jettent», regrette-t-il. Pour les déchets encombrants la régie assure un service sur rendez-vous. Le territoire compte six déchetteries et 192 points d'apport volontaire. En 2009, 7% des déchets des ménages ont fait l'objet d'une collecte sélective. Ahmed Mabrouk a quarante ans et une licence d'histoire géographie. Depuis cinq mois, il est contractuel à la régie. Il travaille aux monstres, au ramassage des déchets volumineux et lorsqu'un éboueur manque à l'appel, il est à la benne. «Le plus difficile c'est le froid et la pluie», confie-t-il. La régie compte treize bennes et intervient à Istres, Fos-sur- Mer et Port-St-Louis. Les autres communes de Ouest Provence assurent la gestion des déchets en délégation de service public. Les agents de la régie, travaillent au moins un dimanche par mois. Chaque benne a son chauffeur, son équipe, sa tournée et sa fréquence de ramassage. Celle que nous avons suivi est en service le lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi. Elle effectue aussi la tournée dominicale. «Nous travaillons aussi à Noël et le Jour de l'an. Si vous n'avez pas le sens du service public, ce n'est pas la peine de faire ce métier» assure Roger Raoux. Les gestes du tri devraient être des réflexes Où en est-on du tri sélectif sur le territoire de Ouest Provence? Progressivement les habitants de Ouest Provence intègrent les bons gestes du tri sélectif. Ils sont de plus en plus nombreux à utiliser les services et les installations de l intercommunalité, les points d apport volontaire et les déchetteries. Reste que la collecte sélective représente sur notre territoire 33,7 kilogrammes par habitant en 2009, alors que ce ratio est de 44,5 kilogrammes à l échelle nationale. Il y a donc des progrès à réaliser. Les gens ont pris l habitude d éteindre la lumière lorsqu ils ne sont pas dans une pièce. C est devenu un réflexe. Il faudrait qu il en soit de même avec le tri. Car au moins on trie au plus la facture est élevée. Aujourd hui, le coût de la collecte et du traitement des déchets est de 167 E par an et par habitant alors que les recettes de la taxe (TEOM) est de 38,6 E par habitant. C est donc la collectivité qui paye la différence. À terme, pour des raisons légales, les recettes devront équilibrer les dépenses, comme c est le cas pour le service de l eau et de l assainissement. Au plus on trie, au moins le traitement est coûteux, plus on trie, plus on contribue à la préservation de notre environnement. C est cette logique que nous devons intégrer. Et le rôle des ambassadeurs du tri de Ouest Provence est de véhiculer ce message. Nous avons encore un long travail de pédagogie à réaliser pour encore affiner le tri sélectif. Parfois des lots sont refusés car le tri n est pas bien effectué. Parfois, les gens pensent que le verre souillé n est pas recyclable alors qu il l est et inversement, ils pensent que le carton souillé l est alors qu il ne l est pas. Ouest Provence va lancer prochainement une campagne pour le recyclage du verre. Pour quelles raisons? Sur ce point nos résultats ne sont pas satisfaisants. Un habitant de Ouest Provence trie en moyenne 13 kilogrammes de verre chaque année, alors qu à l échelle nationale, les Français en trient 35 kilogrammes. Au début de l année 2011, nous allons installer cinquante points d apport volontaire supplémentaires et cinquante bornes destinées au seul verre. Multiplier les équipements et les rapprocher des usagers permettra de faciliter le tri et la collecte du verre. Nous avons constaté que dans les ordures ménagères beaucoup de verre est jeté alors que c est une filière très rentable. Là encore, le geste du tri est simple et doit devenir un réflexe J PAGE 17

18 CULTURE La régie intercommunale Scènes et Cinés accompagne cette saison huit compagnies dans l élaboration de leur spectacle. Rencontre avec Miguel Nosibor, chorégraphe en résidence à Fos-sur-Mer. Ce matin de septembre, le plateau du Théâtre de Fos-sur-Mer n a pas sorti ses habits de soirée. Noire et blanche, les pendrillons des coulisses sagement tirés, la scène est plongée dans la lumière. Aucun décor, seulement des bouteilles d eau à moitié pleines, des téléphones prêts à sonner jetés à même le plateau Le bruit de la ventilation couvre les murmures des artistes. Assis en tailleur sur l avant-scène, Fabienne et Miguel Nosibor discutent à voix basse. «Si je tourne vers la gauche en arrivant près de toi, me verra-t-on encore? Comment dois-je prolonger mon mouvement pour que les spectateurs perçoivent mes intentions?». En plein processus de création, les artistes questionnent leur pièce, mettent en scène le propos artistique, peaufinent les derniers arrangements chorégraphiques. Miguel Nosibor, chorégraphe de la compagnie En Phase, est en résidence au Théâtre de Fos. Il prépare sa nouvelle création, Aller-Retour, dont la première programmée le samedi 6 novembre dans ce même lieu. «Le propos de ce duo, qui traite de la complexité des relations entre hommes et femmes, de la rencontre et de la recherche de l harmonie, germe en moi depuis plusieurs mois, confie le danseur. En juin, puis en août dernier, nous avons déjà travaillé quelques matières dans des studios aubagnais». Mais c était à peine une ébauche. «En studio, nous disposons seulement de deux ou trois heures de travail par ci par là. L espace est réduit, le travail des lumières n est pas possible. Pour permettre à la pièce de se construire vraiment, à la créativité d émerger, il faut nécessairement une résidence». «Lorsque le projet d un artiste nous semble cohérent avec la dynamique de notre programmation, avec ce que nous voulons proposer à notre public, nous l invitons à résider et travailler dans notre structure, explique Françoise Marion, directrice artistique de Scènes et Cinés. Dans cette logique, nous avons accueilli Miguel Nosibor au Théâtre de Fos-sur-Mer du 20 septembre au 1er octobre, ainsi que du 28 octobre au 4 novembre». La résidence consiste à mettre à disposition des lieux de répétitions (un plateau et un studio dans le cas de Fos), de mobiliser l équipe technique et administrative dans l accompagnement de l artiste, d offrir à ce dernier le gîte et le couvert. Puiser la liberté de créer «L artiste peut se poser, s installer dans le temps, poursuit Françoise Marion. Nous créons toutes les conditions pour qu il se sente bien, pour qu il laisse libre cours à son inspiration et sa créativité. Convivialité, complicité et écoute sont nos mots d ordre». «À la maison, voilà comment je me sens lorsque je viens travailler à Fos, s exclame Miguel Nosibor. Je tombe les baskets et je me sens à l aise. Tout le monde œuvre à créer l espace dans lequel je vais composer au mieux. Tout est négociable, tout est toujours possible. Soutenu, je connais ici une rare liberté de créer». Le chorégraphe provençal insiste sur la qualité de l accueil et la pertinence de l accompagnement. «Le regard que le personnel du théâtre porte sur mon travail, et dont j ai vraiment besoin, est toujours constructif. Et de fait positif. Il m aide à aller au plus juste de ce que je veux faire. Il existe de vrais échanges, une collaboration qui fait que le lieu devient partie prenante de la création». Ces intenses relations humaines tissées pendant le temps de la résidence nourrissent ainsi la pièce. «La compagnie arrive, elle pose les premières pierres. Les techniciens du théâtre nous apportent PAGE 18

19 Cornillon-Confoux Fos-sur-Mer Grans Istres - Miramas Port-Saint-Louis-du-Rhône Création assignée à résidence Soutenir des conseils, des solutions à nos requêtes de créateur. Françoise (Marion, ndlr) nous éclaire de ses conseils avisés. Pendant la résidence nous passons tous beaucoup de temps ensemble. Nous parlons de nos vies. Nous partageons beaucoup». Ces relations humaines sont indispensables à Miguel Nosibor pour créer. «Ce cheminement de vie avec les autres est intéressant. C est ce faire-ensemble qui est beau et donne corps et âme à mes créations». Etape décisive dans le processus de création, un filage en petit comité marque la fin des deux premières semaines de résidence de Miguel Nosibor. Selon un cérémonial bien huilé, le personnel du théâtre et quelques autres invités s installent dans la salle pour assister à cette première interprétation quelque peu imparfaite. «Il manque encore quelques extraits que nous devons travailler, s excuse Miguel Nosibor. Et nous n avons pas encore décidé comment sera la fin de la pièce. En fait, c est un chantier très fragile que vous êtes venus voir!» Première esquisse qui annonce néanmoins la forme définitive de la création de la pièce Aller-retour, «née d un vrai compagnonnage entre le théâtre et la compagnie». J la création Pour Mokhtar Benaouda, directeur de la régie culturelle Scènes et Cinés, «une structure de spectacle vivant n est pas seulement un lieu de diffusion. Il entre dans ses missions fondamentales de proposer un accompagnement et un soutien au processus de création». À partir de ce précepte, Scènes et Cinés développe un axe particulier. «Nous multiplions les actions culturelles autour de la résidence et la création qui suit généralement, afin de mettre en contact l artiste et le public à travers une relation de qualité. Ainsi l artiste assimile plus facilement l environnement dans lequel il se produit et partage sa représentation du monde avec le plus grand nombre». Sont ainsi proposées des rencontres, des restitutions publiques. Sans oublier les pérégrinations de l artiste hors les murs, que ce soit dans des classes, des centres sociaux, des ateliers Moktar Benaouda ajoute en conclusion : «Ce soutien à la création artistique relève d une volonté politique ambitieuse des élus de Ouest Provence. La forme la plus aboutie de cette démarche se concrétise dans la résidence du chorégraphe Emanuel Gat, installé dans les studios de la Maison de la danse depuis 2007». J Huit compagnies de théâtre et de danse sont accueillies sur le territoire pour la saison : Cie Piccola Velocita Le Théâtre - Fos, en septembre 2010 Cie O Ultimo Momento Théâtre de la Colonne - Miramas, en septembre Cie En Phase Le Théâtre - Fos, en octobre et novembre Cie Madona Bouglione Théâtre de l Olivier - Istres, en septembre et octobre Cie Emanuel Gat Théâtre de l Olivier - Istres, en octobre Cie Barolosolo Théâtre de l Olivier - Istres, en octobre et novembre Cie La Locomotive Théâtre de l Olivier, en novembre Cie Le chat perplexe Le Théâtre - Fos, en janvier 2011 Renseignements sur les compagnies en résidence sur PAGE 19

20 Reboiser : Quand? Mercredi 27 octobre à Fossur-Mer, jeudi 18 novembre à Istres, jeudi 25 novembre à Grans, mardi 30 novembre à Cornillon-Confoux,mercredi 1er décembre à Miramas. Pourquoi? À Fos, pour compléter l'arboretum victime d'un incendie cet été. À Istres, Cornillon et dans la forêt des Schtroumpfs de Miramas, pour contribuer à la biodiversité des sites. À Grans et sur le domaine de Cabasse de Miramas, pour reboiser d'anciennes terres agricoles. Qui? Comment? Le service de l'environnement détermine avec les élus de chaque ville les sites et les espèces à reboiser. Le service «pédagogie à l'environnement» dispense des sessions de sensibilisation à l'environnement et des informations sur la forêt méditerranéenne auprès des enfants avant l'opération. Les services de Ouest Provence accompagnent et encadrent les enfants le jour de l'opération. Chaque enfant, ou groupe d'enfants, plante son arbre. Et Port-St-Louis? L'opération a été effectuée l'an dernier. Cinquante saules blancs, aulnes et peupliers ont été plantés au Bois François au bord du Rhône. Il s'agissait d'un reboisement à caractère paysager sur un parcours pédestre. Où? Les agents du service de l'environnement de Ouest Provence, du service pédagogie à l'environnement, les enfants du centre aéré de Fos, les élèves de l'école Calamand d'istres, les écoliers de trois classes de Grans, les enfants du centre aéré de Miramas et les élèves de l'école de Cornillon-Confoux. Sur le terrain de l'arboretum de Fos-sur-Mer, dans la pinède Quoi? de la Prédina à Istres, aux Costes Des plants de quarante centi(sud) de Cornillon, sur le verger de mètres d'espèces méditerranéennes, la Jasse du Pape à Grans, sur le essentiellement des feuillus adaptés domaine de Cabasse et dans au milieu et plus résistants aux feux de la forêt des Schtroumpfs forêt. Cinquante chênes blancs, autant de Miramas. d'arbousiers et de sorbiers à Fos. Cinquante chênes verts, autant de chênes blancs, d'arbres de Judée et de micocouliers à Istres. Cent cinquante chênes blancs à Cornillon-Confoux. Cent oliviers et autant d'amandiers à Grans. Cent amandiers et cent chênes blancs à Miramas.

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche 1 Défi nir «votre» localisation géographique idéale Choisir un emplacement adapté, c est tout d abord définir le barycentre de votre future

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE LES WAPITIS DEVENEZ AMBASSADEURS POUR WAX www.wax-science.fr wapitis@wax-science.org POURQUOI DES WAPITIS? FORMER LA FUTURE GÉNÉRATION COMBATTRE LES STÉRÉOTYPES FAIRE PASSER

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

école nationale d administration

école nationale d administration école nationale d administration une école de service public et d application Créée par le Général de Gaulle en octobre 1945, l École nationale d administration a pour principes fondateurs de démocratiser

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 Département Génie Civil Point presse 06/02/2014 La 5e édition du challenge national Construction Durable accueillie à Belfort Les 24 départements

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance

ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance Cette cinquième séance de travail de l atelier «la Chapelle» a été organisée dans le cadre de la co-élaboration du projet d aménagement du

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Dossier de presse. mercredi 19 septembre 2012 SEMAINE EUROPÉENNE DE LA MOBILITÉ 16-22 SEPTEMBRE 2012

Dossier de presse. mercredi 19 septembre 2012 SEMAINE EUROPÉENNE DE LA MOBILITÉ 16-22 SEPTEMBRE 2012 Dossier de presse mercredi 19 septembre 2012 SEMAINE EUROPÉENNE DE LA MOBILITÉ 16-22 SEPTEMBRE 2012 BUS + VÉLO + TRAIN une autre façon de se déplacer www.ouestprovence.fr www.paysdemartigues.fr www.lepilote.com

Plus en détail

Ul lec hienn Internet evit ar C humuniezhioù-kumunioù

Ul lec hienn Internet evit ar C humuniezhioù-kumunioù territoire économie formation éducation transport environnement culture & sport tourisme & patrimoine europe Un site Internet pour les Communautés de communes Ul lec hienn Internet evit ar C humuniezhioù-kumunioù

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGRÉE PAR L ge Le guide du parraina F.L. - M. Dufour - EPAHN nseiller co t e r e g ra u co n e r, e Partag rs les mini-entrepreneu www.epa-hautenormandie.fr Créer ensemble La Mini Entreprise-EPA est une

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS CHARTE DES CONSEILS CITOYENS La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine prévoit la création de Conseils Citoyens sur les territoires de la géographie prioritaire dans le cadre des nouveaux

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : La Ville de Bordeaux, représentée par Monsieur Alain Juppé, maire, Ci-après désignée: «la Ville» ET : La Communauté urbaine de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Vendredi 26 avril 2013 ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Sommaire ERDF accompagne l insertion sociale 3 La convention partenariale qui unit la Direction

Plus en détail

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION La mutualisation Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION Contexte Agglo Région : 3 249 815 Hab Département : 601 027 Hab Communauté d Agglomération de St-Brieuc :

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100»)

CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100») 2013 CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100») [1- PRESENTATION GENERALE] [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] 29 mars 2013 1- Présentation LOIRE HABITAT

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014 Mission Apprentissage Service Emploi - Concours Rapport annuel 2014 Mission Apprentissage P a g e 1 PREAMBULE En 2013, 31 contrats d apprentissage ont été signés, contre

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Constituant un des axes privilégiés de l'université Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail

FICHE ACTION n 16. Merceron Environnement. Effectif. ACTIONS GLOBALES Modification du Business Model Manager vers la performance globale

FICHE ACTION n 16. Merceron Environnement. Effectif. ACTIONS GLOBALES Modification du Business Model Manager vers la performance globale FICHE ACTION n 16 Merceron Environnement Adresse Zi Pierre Brune, rue de l industrie 85110 Chantonnay Téléphone 02.51.94.80.38 Site internet www.merceron-environnement.fr Date de création : 13/01/2011

Plus en détail

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub.

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub. FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT www.concertations.lacub.fr 1 Les ateliers thématiques : contexte et déroulement 1# Les

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

La mise en place de projets pilotes doit également être favorisées (démarches exemplaires et reproductibles sur d autres communes du Parc).

La mise en place de projets pilotes doit également être favorisées (démarches exemplaires et reproductibles sur d autres communes du Parc). En 2013, le Parc des Monts d'ardèche accompagne les communes et communautés de communes, associations pour concrétiser des projets novateurs et expérimentaux. 13 thèmes, sur lesquels le Parc s engage à

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

QUESTIONNAIRE AUPRES DES COMMUNAUTES DE

QUESTIONNAIRE AUPRES DES COMMUNAUTES DE QUESTIONNAIRE AUPRES DES COMMUNAUTES DE COMMUNES / D'AGGLOMERATION NOM DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES / D'AGGLOMERATION : ADRESSE : TELEPHONE : FAX : COURRIEL : QUESTIONNAIRE REMPLI PAR : FONCTION :. POURQUOI

Plus en détail

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour 47 Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour SOMMAIRE INTRODUCTION L Enfant, le Sport et le Handicap 1 HANDISPORT et USEP : Qui sommes-nous? PRESENTATION 2 HISTORIQUE 3 HANDISPORT

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin»

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» CAHIER DES CHARGES Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» Initiative Doubs Territoire de Belfort Juin 2015 Philippe VOGNE Directeur

Plus en détail

Dossier de presse. 18 février 2014 Beauvais

Dossier de presse. 18 février 2014 Beauvais Dossier de presse Pose de la Première Pierre de l immeuble de bureaux de la Direction Régionale Picardie de Quille Construction 18 février 2014 Beauvais 1 Communiqué de presse Pose de la Première Pierre

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Modernisation et mise en accessibilité de la gare de Vergèze Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon.

Modernisation et mise en accessibilité de la gare de Vergèze Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon. Modernisation et mise en accessibilité de la gare de Vergèze Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon.fr Dans le cadre du Pacte régional, la Région a mis en place

Plus en détail