Comment je fais un drainage d abcès intra abdominal?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment je fais un drainage d abcès intra abdominal?"

Transcription

1 Comment je fais un drainage d abcès intra abdominal? Julien Cazejust, N. Colignon, A. Ruiz, B. Bessoud, M. Raynal, Y. Menu Hôpital saint Antoine JFR 2011

2 Objectifs Connaître l anatomie de l abdomen Connaître les indications des drainages Connaître le matériel de drainage Connaître la technique d un drainage Connaître les complications des drainages Savoir prendre en charge les complications Connaître les résultats des drainages

3 Introduction Sur les 2 diapos suivantes, vous allez voir 2 exemples de drainages En connaissant l anatomie vous pouvez dire pourquoi il faut être «attentif» lors du drainage pour ces 2 patients

4 ? Attention à l artère iliaque circonflexe

5 ? Attention au nerf sciatique

6 Anatomie Vaisseaux de petite taille mais à risque d hémorragie = à connaître et à éviter Nerf sciatique +++

7 Artère épigastrique inférieure Artère iliaque circonflexe

8 Artère épigastrique inférieure Artère iliaque circonflexe Artère glutéale supérieure Artère glutéale inférieure

9 Artère glutéale supérieure Artère glutéale inférieure 1- A. ilio-lombaire 2- A. sacrée latérale 3- A. glutéale supérieure 4- A. obturatrice 5- A. pudendale interne 6- A. glutéale inférieure 7- A. vésicale

10 Plaie de l artère épigastrique inférieure avec hématome du muscle grand droit gauche

11 Anatomie Espace péritonéal Diaphragme Cul de sac pleural

12 Message n 1 Connaître l anatomie Structures nobles Vaisseaux Nerfs Espaces péritonéaux Culs de sacs pleuraux Jonction thoraco-abdominale convexe!

13 Indications Collection > 3 ou 5 cm Symptomatiques : Fièvre Douleurs Syndrome inflammatoire Urgence qui ne peut être différée si état de choc septique non contrôlé

14 Contre-indications Troubles sévères de l hémostase : Plaq < /mL, TP < 50%, TCA > 1.5N Abord percutané dangereux : structure vasculaire, nerveuse ou digestive voire impossible (à travers un os du bassin) Non compliance du patient : position mal tolérée ou état d agitation

15 Précautions Position du patient : Voie d abord (structures nobles, espace péritonéal) Attention à ne pas mettre en contact le drain et l anneau du scanner S assurer de l absence de traitement anticoagulant, antiagrégant

16 Quels abcès? 39 abcès (85% après chirurgie colo-rectale) 56% mal limités 41% multiloculés 58% > 10 cm 35% multiples 35/39 patients (89.7%) guéris Résolution du sepsis 5.1 +/- 2.9 jours Brusciano. Management of colorectal emergencies: percutaneous abscess drainage. Ann Ital Chir Sep-Oct;75(5):593-7

17 Quels abcès? Post-opératoires = TOUS Abcès appendiculaire Abcès post-sigmoïdite Collections surinfectées Complication de pancréatite aigue (pseudokystes, coulées de nécrose) Abcès tubo-ovariens

18 Message n 2 Un drainage percutané doit être envisagé pour tout abcès intra-abdominal Ensuite, la discussion dépend de la taille de l abcès, de la symptomatologie, de l accessibilité, des habitudes locales

19 2 Techniques «Ponction directe» de l abcès (8 à 14 F) «Seldinger» : plus fastidieuse, abcès plus profond et plus complexe Durée d un drainage < 30 minutes Anesthésie locale

20 Technique Imagerie de guidage = scanner Information du patient : indispensable Position du patient : définie à l avance Matériel adapté (ponction directe?) Anesthésie locale (dans le drain?) Un aide formé

21 Matériel Drains de ponction directe Trous latéraux Forme queue de cochon pour enroulement et meilleur maintien

22 Ce qu il faut faire : avant le geste 1- Je localise l abcès 2- J identifie les structures à risque (TD, vx ) 3- Je définis le trajet (distance, inclinaison) 4- Je positionne le patient 5- Je choisis ma coupe de référence 6- Je place des aiguilles sur la peau *

23 Ce qu il faut faire : pendant le geste 1- Je fais une anesthésie locale 2- Je laisse l aiguille en place et je fais un contrôle 3- Je modifie l inclinaison si besoin

24 Ce qu il faut faire : pendant le geste 4- J introduis le drain 5- Je contrôle la position du drain et je modifie si besoin 6- Je fais un contrôle, drain en place *

25 Ce qu il faut faire : pendant le geste 7- Je raccorde le drain à une poche, via un robinet 3 voies 8- Je fais un prélèvement 9- Je vide l abcès 10- Je contrôle l abcès après évacuation

26 Ce qu il faut faire : après le geste 1- Fixer le drain 2- Faire un pansement 3- Expliquer au patient les consignes de repos 4- Remplir la feuille de bactériologie 5- Si possible voir le patient dans les 48 heures dans sa chambre

27 Message n 3 Connaître «par cœur» les étapes d un drainage avant de se lancer dans le geste

28 Ce qu il ne faut pas faire 1- Laisser un drain en mauvaise position

29 Mr D. Trous latéraux dans la paroi abdominale Efficacité moindre Douleur lors des rinçages

30 Ce qu il ne faut pas faire 1- Laisser un drain en mauvaise position 2- Mal positionner le drain

31 Mlle S Aller trop «loin» Le drain n est pas enroulé, il est coudé

32 Ce qu il ne faut pas faire 1- Laisser un drain en mauvaise position 2- Mal positionner le drain 3- Oublier de clamper le drain

33 Exemple Mme P 63 ans Pancréatectomie gauche Collection sur la tranche de section Drainage le 20/01

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44 Contrôle le 31/01 Disparition de la collection => retrait du drain

45 Le 7 février Réapparition de la collection

46 Ce qu il ne faut pas faire 1- Laisser un drain en mauvaise position 2- Mal positionner le drain 3- Oublier de clamper le drain 4- Refuser de drainer une collection aérique

47 Exemple Mme L 74 ans Sigmoïdectomie pour diverticulose pluri compliquée Fistule anastomotique

48

49 J0 J9 J9 J21 J21

50 Ce qu il ne faut pas faire 1- Laisser un drain en mauvaise position 2- Mal positionner le drain 3- Oublier de clamper le drain 4- Refuser de drainer une collection aérique 5- Choisir une mauvaise voie d abord

51 Mme Z 68 ans Colectomie G Fistule pancréatique Collection

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65 A Problème de la voie d abord B Quel choix pour la voie d abord? A ou B?

66 Pour répondre à la question Se poser une autre question : Où est l abcès? Si intra-péritonéal => drainage antérieur ou latéral (B), sans passer par l espace rétropéritonéal Si rétro-péritonéal => drainage par voie postérieure (A), sans franchir le péritoine

67 Alors? Le radiologue ne s est pas posé cette question Il s est dit : «quelle est la voie d abord la plus facile pour moi?» : voie postérieure, donc je passe par là (sic!) (Or la collection est intra-péritonéale )

68

69 Chute du drain à J15 Suite

70 * * Collection intra péritonéale persistante Densification de la graisse rétro-péritonéale : trajet ou infection surajoutée par le drainage?

71 Donc Choix d une voie d abord «intrapéritonéale» par exemple latérale le long du fascia rénal antérieur droit

72

73 Message n 4 Il faut éviter certaines erreurs graves : Ne jamais traverser un espace Si la collection est intra-péritonéale = drainage péritonéal Si la collection est rétro-péritonéale = ne pas traverser le péritoine Etudier toutes les structures sur le trajet du drain (vaisseaux, nerfs, tube digestif)

74 Ce qu il ne faut pas faire 1- Laisser un drain en mauvaise position 2- Mal positionner le drain 3- Oublier de clamper le drain 4- Refuser de drainer une collection aérique 5- Choisir une mauvaise voie d abord 6- Choisir la voie d abord la plus «facile»

75 Autre exemple de voie d abord Mr S 68 ans TIPMP de la queue du pancréas Pancréatectomie gauche, sans splénectomie Fistule pancréatique

76 Quelle voie d abord? 31 janvier

77 20 février Récidive fièvre, douleurs et syndrome inflammatoire Deux collections : Récidive sur la tranche de pancréatectomie Abcès sous phrénique

78 20 février Nouveau drainage Abcès sousphrénique

79 20 février Collection sur la tranche de pancréatectomie Le drain déjà posé est «limite» hors de la collection => nouveau drainage

80 20 février Collection sur la tranche de pancréatectomie : la «prendre» dans sa plus grande longueur si possible pour pousser le drain «au fond»

81 Mlle B 22 ans Appendicite non vue en écho Une semaine plus tard : TDM : abcès Drainage Piège : colon devant l abcès => voie trans hépatique

82

83

84

85

86

87

88

89

90

91

92

93

94

95

96

97

98 Foie Colon D

99

100

101

102

103

104

105

106

107

108 Donc Adage = «Mieux vaut faire un drainage trans-hépatique que de perforer le colon»

109 Au total: Ce qu il ne faut pas faire 1- Laisser un drain en mauvaise position 2- Mal positionner le drain 3- Oublier de clamper le drain 4- Refuser de drainer une collection aérique 5- Choisir une mauvaise voie d abord 6- Choisir la voie d abord la plus «facile»

110 Evaluation des pratiques USA 493 questionnaires / 167 réponses Ne drainent pas si : Abcès < 3 cm (53%) Pas de fièvre (23%) GB normaux (13%) Voie antérieure préférentielle KT de 8 à 12F (14F pour les CHU) Jaffe. Practice patterns in percutaneous image-guided intraabdominal abscess drainage: survey of academic and private practice centers. Radiology Dec;233(3):750-6

111 Résultats Taux de succès = 80% Bouali. J Belge Radiol : 82% Schechter. Dis Colon Rectum : 80% Brusciano. Ann Ital Chir : 89.7% Khurrum Baig. Tech Coloproctol : 65 à 85% Soyer. Ann Chir : 95% Fargeaudou. J. Chir : 70 à 100% Résolution du sepsis = 5.1 +/- 2.9 jours Brusciano. Management of colorectal emergencies: percutaneous abscess drainage. Ann Ital Chir Sep-Oct;75(5):593-7 Durée du drainage = 5-10 jours

112 Facteurs prédictifs d échec Abcès < 5 cm / Pas d ATB associée Benoist. Can failure of percutaneous drainage of postoperative abdominal abscesses be predicted? Am J Surg Aug;184(2): Abcès multiloculés et trajet fistuleux Bouali. Percutaneous catheter drainage of abdominal abscess after abdominal surgery. Results in 121 cases. J Belge Radiol Feb;76(1):11-4 Meilleurs si uni-loculés et < 5 cm Fargeaudou. Percutaneous drainage of abdomino-pelvic collections. Indications, techniques, and results. J. Chir Sep-Oct;143(5):294-7

113 Au total Technique de référence si pas de péritonite Longo. Pelvic abscess after colon and rectal surgery--what is optimal management? Dis Colon Rectum Oct;36(10): Khurrum Baig. Percutaneous postoperative intra-abdominal abscess drainage after elective colorectal surgery. Tech Coloproctol Dec;6(3): Alternative à la chirurgie, car : Fort taux de succès Faible taux de complications Durée d hospitalisation plus courte Comparativement au drainage chirurgical Galfieri. CT-guided percutaneous abscess drainage in coloproctology: review of the literature. Tech Coloproctol Sep;11(3):

114 Complications Per procédure : douleurs sur le trajet (1 à 20%) : associée à un trajet transpiriforme (p < 0.001) par lésion du nerf sciatique (moins de 3%) hématome (1/21) = 4.7% Soyer. Ann Chir hémorragies (jusqu à 2%) Harisinghani. Radiology Post-procédure : gêne occasionnée par le drain Malposition / Chute du drain

115 Suivi Rincer 3x/j 10 cc sérum physiologique Si débit < 30 cc / 24h, 2 jours de suite : Clamper le drain pdt 24 h? Contrôle imagerie avant ablation drain

116 Mr G 64 ans Pancréatite biliaire nécrosante céphalique

117

118

119 Mr A 58 ans Pancréatite aigue nécrosante d origine OH

120

121 Apport des guides Emplaz

122 Mme R 35 ans Péritonite pelvienne opérée en Guadeloupe Douleurs pelviennes fébriles Transférée en Métropole Scanner

123

124 Abcès pelvien Décision de drainage sous scanner

125

126 Apparition d un second abcès antérieur sur le scanner juste avant le drainage Décision de drainage de l abcès antérieur

127

128

129

130

131 Mme R 35 ans L abcès postérieur (tubo-ovarien D) n est pas drainé Décision de second drainage Echographie abdominale première : drainage sous échographie impossible : pédicule ovarien sur le trajet de la seule voie d'abord possible. Passage au scanner : pas de fenêtre d'accès à l'abcès hormis en passant à travers le trajet du drain déjà en place

132

133

134

135

136

137 Guide dans le drain Etape 1

138

139

140

141

142

143

144

145

146 Etape 2 Enlever le drain Laisser le guide

147

148

149

150

151

152

153

154

155

156

157 Mettre une gaine sur le guide Etape 3

158

159

160

161

162

163

164

165

166

167

168

169 Etape 4 Mettre une aiguille sur le guide, dans la gaine Redresser l aiguille dans l axe de l abcès

170

171

172

173

174

175

176

177

178

179 Etape 5 Redresser l aiguille Poser la pointe de l aiguille contre la paroi de l abcès Piquer l abcès

180

181

182

183

184

185 Etape 6 Retirer l aiguille Mettre un drain sur le guide dans la gaine

186

187

188

189

190

191

192

193

194

195

196

197

198

199

200

201

202 Etape 7 Retirer guide et gaine Laisser le drain Vider l abcès Faire un scanner de contrôle

203

204

205

206

207

208

209

210

211

212

213

214

215 Etape 8 Scanner de contrôle à J10 avant retrait du drain

216

217

218

219

220

221

222

223

224

225

226 Points clés 1- Connaître l anatomie 2- Un drainage percutané doit être envisagé pour tout abcès intra-abdominal 3- Connaître «par cœur» les étapes d un drainage avant de se lancer dans le geste 4- Ne jamais traverser deux espaces (plèvre vers abdomen, intra vers rétro-péritoine ) 5- Etudier toutes les structures sur le trajet du drain (vaisseaux, nerfs, tube digestif)

227 QCM 1 Avant un drainage, il faut : A- Vérifier la créatininémie B- Vérifier le bilan d hémostase C- Expliquer le geste au patient D- Positionner le patient E- Choisir une voie d abord, toujours antérieure

228 QCM 2 Pendant le drainage, il faut : A- Faire une anesthésie générale B- Utiliser des drain de 4 à 8 F C- Faire un prélèvement bactériologique D- Vider l abcès en totalité E- Fixer le drain à la peau

229 QCM 3 A- Une hémorragie peut survenir lors du drainage B- Rincer le drain n est pas nécessaire C- Quand le drain ne donne plus, un contrôle par imagerie n est pas nécessaire D- Le drainage percutané n est réservé qu aux cas ou le drainage chirurgical est impossible ou inefficace

230 Réponse aux QCM QCM 1 : B C D QCM 2 : C D E QCM 3 : A

231 Rein de tel que la pratique, alors A VOUS DE JOUER!

232

Drainage des sutures digestives

Drainage des sutures digestives Drainage des sutures digestives Pourquoi? Comment? Le risque: la fistule! Conséquences: abcès, péritonite, sepsis, décès En cas de réintervention: pas de sutures stomies - Sutures et anastomoses: cicatrisation

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES Chirurgie. Chimiothérapie. Techniques de destruction

Plus en détail

Le drainage percutané dans les collections de l abdomen

Le drainage percutané dans les collections de l abdomen Le drainage percutané dans les collections de l abdomen J.F. Delattre, D, Lubrano, N. Levy-Chazal, J.P. Palot et J.B. Flament. Correspondance : Professeur Jean François DELATTRE Service de Chirurgie Générale

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

Pourquoi draine t-on?

Pourquoi draine t-on? Les drainages simples Promotion 2010/2013 SG Pourquoi draine t-on?- Pour évacuer une collection de liquide qui peut être : Du liquide péritonp ritonéal en excès Du pus Du sang Des sérosits rosités, s,

Plus en détail

Le Drainage Pleural. Drainage thoracique. Biltereyst M., Ruiz Patino M., Service de Chirurgie Thoracique Hôpital Erasme. Rappel anatomique INDICATIONS

Le Drainage Pleural. Drainage thoracique. Biltereyst M., Ruiz Patino M., Service de Chirurgie Thoracique Hôpital Erasme. Rappel anatomique INDICATIONS Le Drainage Pleural Biltereyst M., Ruiz Patino M., Sokolow Y., Rondelet B., Cappello. M. Service de Chirurgie Thoracique Hôpital Erasme Drainage thoracique Introduction et rappel anatomique Indications

Plus en détail

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie.

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie. ABCES HEPATIQUES A PYOGENES Présentation DES gastro-entérologie. Samedi 13 avril 2013 Sophie Ribiere. Epidémiologie Rare : 1 cas pour 10000 hospitalisations. Incidence en augmentation. Terrain prédisposant

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

MIKULICZ. Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS. Mme GANDOSSI Yannick infirmière

MIKULICZ. Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS. Mme GANDOSSI Yannick infirmière MIKULICZ Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS Mme GANDOSSI Yannick infirmière Mikulicz Infirmière 1 Objectif : Le Mikulicz est un drainage par capillarité. Il permet de drainer les

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique CRO EN COELIOCHIRURGIE : PRINCIPES Chirurgie technologiquement dépendante

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

LE DRAINAGE THORACIQUE

LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 1 LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 2 DRAINAGE THORACIQUE RAPPELS CLINIQUES Anatomie

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

Diverticulite sigmoïdienne

Diverticulite sigmoïdienne Diverticulite sigmoïdienne Place de la chirurgie Frédéric BRETAGNOL Service de Chirurgie Colorectale Pôle des Maladies de l Appareil Digestif (PMAD) - Hôpital Beaujon Université Paris 7 - Clichy Diverticulite

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications M Pouquet (1), M Mathonnet (1), H Caly (1), K Lacheheub (1), P Bouillet (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1)Limoges

Plus en détail

Cathéters centraux. Dr S.VERDY

Cathéters centraux. Dr S.VERDY Cathéters centraux Dr S.VERDY Définition de la VVC Un cathéter est dit central quand son extrémité est - dans la veine cave supérieure si sa pose se fait par la veine sous-clavière DT ou G, ou par la veine

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Echographie interventionnelle D.I.U.E

Echographie interventionnelle D.I.U.E Echographie interventionnelle D.I.U.E 3 applications. Diagnostique Thérapeutique Per-opératoire Ponction écho guidée. Geste de base (diagnostique et thérapeutique) Exemple de réalisation pratique (pathologie

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

Préparation colique avant chirurgie colorectale: pour ou contre?

Préparation colique avant chirurgie colorectale: pour ou contre? Préparation colique avant chirurgie colorectale: pour ou contre? Charvin Marion DESC SCVO, TOURS juin 2009 Etre pour une préparation colique préopératoire ou plutôt ne pas être contre la Préparation Mécanique

Plus en détail

DESC HUGO Chirurgie viscérale 20 et 21 Juin 2013 Poitiers Joumond Aurélien

DESC HUGO Chirurgie viscérale 20 et 21 Juin 2013 Poitiers Joumond Aurélien DESC HUGO Chirurgie viscérale 20 et 21 Juin 2013 Poitiers Joumond Aurélien Péritonites post opératoires Généralités Complication grave : mortalité élevée ( 30%) Koperna T, et Al, WJS 2000 Mulier S, et

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine DEFINITION Inflammations aigues ou chroniques du péritoine PERITONITES AIGUES Nombreux tableaux cliniques Réactions particulières du péritoine aux agressions 18/01/07 2 PHYSIOPATHOLOGIE (1) PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 DRAINAGE THORACIQUE Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 Anatomie du pneumothorax Plèvre viscérale: accolée aux poumons Plèvre pariétale tapisse l intérieur de la cage thoracique et le diaphragme cavité

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 GENERALITES HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de

Plus en détail

4. Diverticulose colique et ses complications

4. Diverticulose colique et ses complications 4. Diverticulose colique et ses complications HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de diverticules.

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES Mme GANDOSSI Yannick Infirmière Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS Je travaille à l hôpital St Antoine en réanimation chirurgicale digestive

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi Service d Urolgie, d CHU Habib Bourguiba-Sfax Introduction PNA obstructive: Urgence médico-chirurgicale 31% des urgences chirurgicales

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE François BOUCULAT, Clermont-Ferrand Réunion d enseignement Inter Région Sud Ouest 19/10/06 Définitions Diverticule: hernie de la muqueuse et de

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

COMPRENDRE L IMAGERIE POST-OPÉRATOIRE D UNE CÉPHALIQUE

COMPRENDRE L IMAGERIE POST-OPÉRATOIRE D UNE CÉPHALIQUE COMPRENDRE L IMAGERIE POST-OPÉRATOIRE D UNE DUODÉNOPANCRÉATECTOMIE CÉPHALIQUE E. Neveu-Bruère, M. Besson, D. Alison (1) (1) Service de Radiologie, Hôpital Trousseau, C.H.R.U. de Tours Rappels (1) Il existe

Plus en détail

LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES PIÈGES DE LA CHIRURGIE VAGINALE Le nécessaire apprentissage Les mauvaises indications

Plus en détail

Prise en charge des Pancréatites aigues

Prise en charge des Pancréatites aigues Prise en charge des Pancréatites aigues Benjamin Bonnot Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Saint-Antoine Assistance Publique - Hôpitaux de Paris Université Pierre et Marie-Curie-Paris6 PANCREAS

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

LA DIVERTICULITE DU CÔLON DROIT étude clinique et scanographique d une large série de patients caucasiens

LA DIVERTICULITE DU CÔLON DROIT étude clinique et scanographique d une large série de patients caucasiens LA DIVERTICULITE DU CÔLON DROIT étude clinique et scanographique d une large série de patients caucasiens L. Valbousquet Schneider (1), E. Sibileau (2), I. Boulay Coletta (2), M-C Jullès (2), J. Loriau

Plus en détail

Alain Valverde. Clinique de chirurgie viscérale. Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil

Alain Valverde. Clinique de chirurgie viscérale. Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil Facteurs de risque de fistule et de mortalité de la chirurgie colique Alain Valverde Clinique de chirurgie viscérale Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil Quels sont les risques de la sigmoïdectomie

Plus en détail

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP)

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) Cette fiche d information a été conçue par les chirurgiens du service de Chirurgie, Plastique et Reconstructrice du CHU de TOURS comme un complément

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Les hernies de la bourse omentale

Les hernies de la bourse omentale Les hernies de la bourse omentale J-B. Meyer, F.Jausset, A.Oliver, C.Sellal, V.Laurent, M.Claudon, D.Régent CHU Nancy, Hôpital d adultes de Brabois, service de radiologie Plan I. Radio-anatomie Généralités

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon Introduction : Le TVT ou le TOT (Tension Free Vaginal Tape) sont des techniques récentes dans le traitement de l incontinence urinaire

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI BELMONT Claire NICOLLET Julie PISON Laure Service de cardiologie Hôpital St Joseph, MARSEILLE PLAN Historique Le pacemaker

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Introduction COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Les fractures du bassin sont potentiellement graves ; il s agit le plus souvent d un polytraumatisé avec de nombreuses complications viscérales,

Plus en détail

Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*)

Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*) Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*) Objectifs pédagogiques : - Diagnostiquer une appendicite aigue chez l enfant et chez l adulte - Identifier les situations d urgence et planifier

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

CRO TYPE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE L OVAIRE (hors CHIP)

CRO TYPE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE L OVAIRE (hors CHIP) CRO TYPE POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE L OVAIRE (hors CHIP) Laparotomie Cytologie péritonéale Carcinose péritonéale Médiane sous ombilicale / sus et sous ombilicale PCI de Sugarbacker (Annexes)

Plus en détail

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine :

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine : Le Péritoine 1 Introduction : Le péritoine est la séreuse qui enveloppe les organes digestifs. Les données embryologiques sont indispensables pour comprendre la topographie et les rapports du tube digestif.

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Exsufflation et drainage thoracique

Exsufflation et drainage thoracique Exsufflation et drainage thoracique Où, quand, comment? Dr Alain Meyer Service de réanimation chirurgicale Hôpital de Hautepierre A comprendre Le pneumothorax simple seul ne tue pas Le pneumothorax suffocant

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien

Accréditation (gestion des risques) un concept nouveau pour le chirurgien Session labellisée AFC / FCVD Gestion des risques associés à la création du pneumopéritoine. Recommandations de la Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive Les pré requis de la sécurité A. Deleuze

Plus en détail

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION XXVIIIemes Journées Nationales D Hépatolo-gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION K. Boukrouh, N.Baazizi, A,Chenibet,H.Boumahdi,N.Sididriss. D.Ouaret, K.Hail, A.Tertag,L.

Plus en détail

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Dampremy 9 janvier 2010 Prescription d imagerie par le médecin généraliste à 22% de ses patients;

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs?

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est une déchirure des tendons au niveau de leur insertion sur l humérus. Il s agit le plus souvent

Plus en détail

Pathologie du rein - UG5. Traumatisme de l appareil urinaire. Professeur Rémi Besson 23 septembre 2009

Pathologie du rein - UG5. Traumatisme de l appareil urinaire. Professeur Rémi Besson 23 septembre 2009 Pathologie du rein - UG5 Traumatisme de l appareil urinaire Professeur Rémi Besson 23 septembre 2009 Traumatismes du rein de l enfant R. Besson Département de chirurgie et orthopédie de l enfant Hôpital

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

Place de l imagerie O. ERNST. Lille

Place de l imagerie O. ERNST. Lille SESSION REANIMATION PANCREATITES Place de l imagerie Dr Olivier Ernst CHRU de Lille 1 Pancréatites : place de l'imagerie O. ERNST Lille 2 Rôles possibles de l IMAGERIE Affirmer le dg Orienter le dg étiologique

Plus en détail