Traumatismes pelviens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traumatismes pelviens"

Transcription

1 Traumatismes pelviens Baptiste Vallé Desc Mu Nov 2012

2 GENERALITES Traumatismes fréquents, graves, violents et générés à haute énergie: Polytraumatisme: AVP, chute de grande hauteur Pronostic vital en jeu : état de choc hémorragique, principale cause d hématome rétropéritonéal (HRP) Gravité et fréquence des complications : vasculaires, urinaire, nerveuse, viscérale, osseuse

3

4 GENERALITES Stratégie de PEC pluridisciplinaire chez un patient réanimé et stabilisé Place du MAR primordiale: TTT des défaillances multiviscérales Hiérarchisation des examens complémentaires Problème de stratégie thérapeutique Mortalité 8 à 20 % trauma fermés 15 à 50 % trauma ouverts

5 GENERALITES fréquence des lésions associées aux traumatismes du bassin,d après la série de la SOFCOT 1996 (675 cas) Lésions associées fréquence Lésions neurologiques périphériques 14 % Trauma crânien 21 % Lésions urologiques 16 % Lésions abdominales 20 % Fractures des membres inférieurs 65 % Fractures du rachis 13 % polytraumatisme 67 %

6 MECANISMES LESIONNELS Compression antéro-postérieure : ouverture de l anneau pelvien, open book Choc frontal entre deux véhicules Impaction symphyse pubienne/réservoir moto Compression latérale : fermeture de l anneau Choc latéraux Impaction latérale et au max «roll over lésion» Piétons, deux roues, écrasement par des roues d un camion Cisaillement : instabilité horizontale et verticale Chute d un lieu élevé, réception talons/fesses Blessé éjecté avec décélération rapide

7 CLASSIFICATION ANATOMIQUE de Young et Burgess I II III APC AntéroPostérieur Compression Fracture en livre ouvert LC Latéral Compression Rotation interne VS = Vertical Shear = lésions de cisaillement Hémipelvis instable Fracture verticale des branches du pubis ou disjonction pubienne < 2,5 cm Fracture compression du sacrum Fracture horizontale des branches pubiennes Disjonction pubienne > 2,5 cm, lésions des ligaments antérieurs, respect des ligmts postérieurs Fracture I + fracture de l aile iliaque Idem + disjonction des sacroiliaques ou lésions des ligaments postérieurs Fracture I ou II +lésions controlatérales Fracture verticale des branches ilio et ischiopubiennes ou disjonction pubienne avec déplacement postérieur ou vertical ou lésions de tous les ligaments

8 MECANISMES LESIONNELS Compression antéropostérieure: APC I Ouverture de l anneau pelvien

9

10 MECANISMES LESIONNELS Compression antéropostérieure : APC II Disjonction pubienne ou fracture du cadre obturateur en AV Persistance d un moyen d union postérieur

11 MECANISMES LESIONNELS Face a face L open book est une fracture verticale, souvent bilatérale, en général symétrique des branches ilio et ischiopubiennes

12 MECANISMES LESIONNELS Compression antéropostérieure : APC III Désunion complète, instabilité rotatoire totale sans déplacement vertical Rupture du ligament sacroiliaque en AR

13 MECANISMES LESIONNELS Compression latérale: LC I Fermeture de l anneau pelvien : en av rupture du cadre obturateur ou simple impaction sacrée homolatérale

14 MECANISMES LESIONNELS Compression latérale: LC II fracture de l aile iliaque ou disjonct sacro-iliaque ou fracture d un aileron sacré

15 MECANISMES LESIONNELS Compression latérale: LC III Impact important : lésions controlatérales associées «roll over» mechanism

16 MECANISMES LESIONNELS Lésions par cisaillement vertical l anneau pelvien se rompt en av/en arr l hémibassin détaché est ascensionné Impact inféro-supérieur

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26 FRACTURE STABLE

27 FRACTURES INSTABLES

28

29 Vascularisation du bassin Lésions vasculaires Lésions artérielles Gros vaisseaux : rares mais graves, embrochage par un fragment osseux de l artère iliaque primitive, iliaque interne (hypogastrique) ou fémorale Petites artères issues de l artère hypogastrique et de ses branches: lacération mais plus souvent arrachement ou rupture d une structure anatomiquement fixée: artère fessière, artère honteuse interne

30 Vascularisation du bassin Lésions veineuses Les plus fréquentes Plexus veineux abondants, arrachés par le déplacement d un hémibassin Non visualisées sur l artériographie Stoppées par la constitution de l HRP : effet de tamponnement saignement = cause principale de mortalité à la phase initiale important si mécanisme antéro-postérieur ou cisaillement Corrélé au caractère instable (déplacement >0,5 cm = facteur pronostic++)

31 Prise en charge pré-hospitalière Diagnostic difficile Tout polytraumatisé inconscient, surtout si instabilité HDM Détresse HDM = facteur pronostic majeur Concept de réanimation différée Risque de l expansion volémique excessive avant hémostase Objectif du remplissage par HEA = PAS à 90 mmhg SAUF si Sujet âgé Polytrauma avec lésions cérébrales suspectées ou thoraco-abdo associées OBJECTIF PAS = 120 mmhg

32 Prise en charge pré-hospitalière Lutte contre l hypothermie ++++ Support inotrope par catécholamines (nor adrénaline) Utilisation du pantalon anti-choc Double intérêt hémodynamique et hémostatique Impose intubation et ventilation mécanique CI si trauma thoracique Risque d ischémie des MI puis de syndrome de loge Retrait au bloc ou en salle d artériographie

33 Le pantalon anti choc

34 INTERET DE LA CEINTURE PELVIENNE

35 Prise en charge initiale : stratégie diagnostique Traumatisme bénin et/ou isolé : Hémodynamique stable Traumatisme violent : Hémodynamique instable

36 Prise en charge initiale : stratégie diagnostique TRAUMATISME ISOLE, HDM STABLE Bilan clinique Palpation contours ceinture pelvienne, mobilité anormale antéro-postérieure ou latérale, disjonction symphyse pubienne Contusions, ecchymoses des flancs, du périnée ou des OGE (apparition retardée +++) Pouls périphériques Rétention urinaire, globe vésical, hématurie Toucher pelviens systématiques : recherche de sang Déficit neurologique : atteinte sciatique et plexus lombosacré

37

38 PRISE EN CHARGE INITIALE: STRATEGIE DIAGNOSTIQUE Bilan radiologique Bassin de face + thorax, rachis, échographie abdo recherche des lésions associées + intra-abdominales TDM bassin Indication ttt de fixation différée du bassin Recherche d un saignement «embolisable» Lésions associées Importance et localisation des HRP Recherche lésions parenchymateuses associées intrapéritonéales (foie, rate) et rétro (rein)

39

40 PRISE EN CHARGE INITIALE: STRATEGIE DIAGNOSTIQUE TRAUMATISME VIOLENT, HDM INSTABLE Bilan clinique Patient polytraumatisé, état de choc hémorragique Bilan complet Bilan paraclinique Biologique: NFS plq Coag, Groupe sg Rh RAI, Ionogramme sg, enzymes musculaires, GDS Radiologique: RP, Bassin face, Echographie abdo, Rx Rachis localisation de l hémorragie Puis bilan TDM du polytrauma : crâne, thorax abdomen

41 PRISE EN CHARGE INITIALE: STRATEGIE DIAGNOSTIQUE TRAUMATISME VIOLENT, HDM INSTABLE TDM bassin Indication ttt de fixation différée du bassin Recherche d un saignement «embolisable» Lésions associées Importance et localisation des HRP

42 PRISE EN CHARGE INITIALE: STRATEGIE DIAGNOSTIQUE Traitements symptomatiques I/V/S Voies d abord veineuses périphériques de bon calibre Drainage thoracique d un pneumothorax et/ou hémothorax + antibioprophylaxie, VAT, lutte contre hypothermie

43 PRISE EN CHARGE INITIALE: STRATEGIE DIAGNOSTIQUE Traitement de l état de choc hémorragique Remplissage massif agressif Recours rapide aux produits sanguins homologues Fréquence des troubles majeurs de la coagulation (fibrinolyse ou CIVD) Bilans répétés, correction scrupuleuse +++ Recours possible aux amines pressives

44

45

46 Traumatisme du bassin et instabilité hémodynamique ELIMINER Hémothorax Hémomédiastin ECHOGRAPHIE ABDOMINALE Et/ou TDM ABDOMINO-PELVIEN ( C +) HEMOPERITOINE HEMATOME RETROPERITONEAL LAPAROTOMIE Lésions des gros vx ANGIOGRAPHIE EMBOLISATION Lésions des petits vx surveillance

47 Hématomes rétro péritonéaux Principale complication vitale des traumatismes du bassin 11 à 17 % des fractures du bassin 30 à 50 % de mortalité Saignement secondaire aux plaies veineuses du pelvis et aux foyers de fractures de l anneau pelvien 20 % plaies artérielles (branches collatérales de l hypogastrique) Importance de la fonction tampon du pelvis Pelvis instable perte de l effet tampon saignement

48 HEMATOMES RETROPERITONEAUX EXPLORATIONS COMPLEMENTAIRES Echographie abdominale Élimine un saignement d origine intrapéritonéal (rate ++) seule indication de laparotomie première Diagnostic d HRP plus aléatoire Diffusion de l HRP en intrapéritonéal par contigüité

49 HEMATOMES RETROPERITONEAUX EXPLORATIONS COMPLEMENTAIRES Tdm abdomino-pelvien c+ Diagnostic fiable, précoce de l HRP Abondance de l HRP, atteintes rénales éventuelles Visualisation d un saignement actif = extravasation du produit contraste Associé au bilan TDM crâne, thorax du polytraumatisé

50

51 Hématomes rétro péritonéaux Artériographie pelvienne Diagnostic et thérapeutique Bilan lésionnel : extravasation de produit de contraste = flaque, sténose, fistule A-V Technique de radiologie vasculaire interventionnelle Plateau médico-technique 24h/24h Collaboration multidisciplinaire

52 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Pantalon anti-choc Préhospitalier Retrait au bloc ou en salle d artériographie, transfusion massive possible stabilise les fractures (réduction du saignement des foyers) tamponnement direct des vaisseaux lésés ( volume espace rétropéritonéal) CI si trauma thoracique

53 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Artériographie embolisation des artères pelviennes : Outil fondamental dans la PEC des HRP traumatiques Moyen sûr efficace d arrêter un saignement pelvien Efficace sur saignement artériel et veineux Taux d efficacité proche de 95 % Fréquence de l atteinte de l artère hypogastrique (branche glutéale sup = artère fessière)

54 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Arteriographie embolisation des artères pelviennes Technique: Méthode seldinger, abord fémoral controlatéral par désilet Repérage des lésions artérielles hémorragiques Embolisation la plus sélective possible par particules de matériel résorbable Embolisation plus proximale si saignement diffus ou instabilité HDM => acte rapide =l occlusion la P de perfusion avec préservation de la collatéralité

55 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Artériographie embolisation des artères pelviennes Avantages Bilan des lésions hémorragiques ou susceptibles de saigner secondairement Hémostase sans ouverture du péritoine ou du rétropéritoine Complications rares Nécrose vésicale, utérine, neuropathie ischémique Dissection de l artère cathétérisée Hématome, infection locale Apport iodé

56 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Artériographie embolisation des artères pelviennes Restauration de l HDM et arrêt des transfusions pendant la procédure MAIS Désilet en place pdt 24 à 48h (spasme artériel initial) MAIS PLATEAU MEDICO-TECHNIQUE 24h/24 COLLABORATION MULTIDISCIPLINAIRE

57 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Artériographie embolisation des artères pelviennes Causes d échecs Territoire artériels non cathétérisable Saignement diffus d origine veineuse Trouble de l hémostase irréversibles +++ Pas de données prospectives affirmant une réduction de la mortalité des traumatismes du bassin sévère par embolisation Mais une PEC rapide dans les 1ères heures permet une diminution des besoins transfusionnels

58

59

60

61 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Fixateur externe Si fracture déplacée du bassin En urgence, contribue à l hémostase du bassin Stabilisation des foyers de fractures Réduction du saignement osseux Réduction du volume rétropéritonéal Restauration de l effet tampon par fermeture de l anneau pelvien Geste prioritaire si importante instabilité pelvienne A plus de 6h, avantage pour l analgésie, le nursing, les soins

62

63

64

65

66

67 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Choix thérapeutique Place respective de l artériographie-embolisation et du fixateur externe encore controversée Pas de données prospectives État de choc hémorragique malgré remplissage agressif Mise en place immédiate d un fixateur externe OU =>Artériographie-embolisation hypogastrique en 1ère intention

68 Stratégie thérapeutique des traumatismes graves du bassin Choix thérapeutique En pratique, Fixateur externe si fracture du bassin avec atteinte antérieure embolisation II si persistance de signes hémorragiques Artériographie d emblée si atteinte postérieure Fonction disponibilité des équipes Techniques non mutuellement exclusives Seule compte la rapidité de la PEC

69 Notion de DAMAGE CONTROL

70 Autres complications Complications urinaires 10 % des fractures du bassin A rechercher systématiquement Absence de miction spontanée, globe vésical, urétrorragie, hématurie => DRAINAGE PAR KT SUS-PUBIEN SYSTEMATIQUE Diagnostic: échographie, uroscanner, opacification rétrograde Traumatismes de la vessie Rupture intrapéritonéale (chir)/sous péritonéal (urohématome) Traumatismes de l urètre postérieur : en urgence drainage, à distance urétrographie rétrograde

71 Autres complications Complications abdominales et périnéales Hémopéritoine par lésions d organes pleins (Rate, Foie) Plaies d organes creux (diagnostic TDM) => Laparotomie en urgence : hémostase, sutures intestinales, dérivations Lésions périnéales Décollement périnée, plaie anus, rectum (rectorragie ++), vagin Touchers pelviens systématiques, rectographie Communication avec foyers fracture = RISQUE SEPTIQUE ++ =>chirurgie = drainage, colostomie de décharge obligatoire

72 Autres complications Complications neurologiques Examen neuro difficile dans le contexte Anesthésie en selles, incontinence anale Atteinte du plexus lombo-sacré et de ses branches A suspecter si FRACTURE DU SACRUM

73 Autres complications Bassin ouvert Peu fréquent (2 à 4%) mais mortalité importante (>50 %) Hémorragie massive, complications septiques Ouverture cutanée périnéale Ouverture interne par dilacération du rectum EXPLORATION CHIRURGICALE Parage, fermeture cutanée Fixation interne précoce Hémorragie majeure: «packing» des lésions, artério-embolisation RISQUE SEPTIQUE MAJEUR Colostomie de dérivation systématique pelvectomie possible

74 Autres complications Complications évolutives Emboliques Cruoriques Graisseuses Infectieuses Insuffisance rénale II à l état de choc Rhabdomyolyse Utilisation de produit de contraste iodé Compression des voies excrétrices par HRP

75 Conclusion Traumatismes fréquents chez le polytraumatisés Choc hémorragique souvent au premier plan PEC stratégie diagnostique rapide +++ localisant le saignement Fixateur externe/artériographie embolisation Plateau technique Collaboration pluridisciplinaire

76

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX M. El Hajjam, P. Lacombe, C. Beigelman-Aubry Aubry, J. Desperramons,, S. Chagnon, S. Binsse Hôpital Ambroise Paré (APHP) Université de Versailles-St

Plus en détail

LES CONTUSIONS DU REIN

LES CONTUSIONS DU REIN LES CONTUSIONS DU REIN Table des matières Table des matières 3 I - Épidémiologie 9 II - Mécanismes lésionnels 11 A. 1. Choc direct...11 B. 2. Lésions indirectes...11 C. 3. Plaies pénétrantes...11 D. 4.

Plus en détail

Traumatisme abdominale fermé

Traumatisme abdominale fermé Traumatisme abdominale fermé TAF généralité Rate = N 1 contusion, hématome, fracture, avulsion hémorragie Foie = N 2 contusion, hématome, fracture, avulsion hémorragie, fuite biliaire, IHC Rein contusion,

Plus en détail

Pathologie du rein - UG5. Traumatisme de l appareil urinaire. Professeur Rémi Besson 23 septembre 2009

Pathologie du rein - UG5. Traumatisme de l appareil urinaire. Professeur Rémi Besson 23 septembre 2009 Pathologie du rein - UG5 Traumatisme de l appareil urinaire Professeur Rémi Besson 23 septembre 2009 Traumatismes du rein de l enfant R. Besson Département de chirurgie et orthopédie de l enfant Hôpital

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Prise en charge hospitalière du traumatiségrave

Prise en charge hospitalière du traumatiségrave Prise en charge hospitalière du traumatiségrave B.Douay, SAMU 80,service de médecine d urgence CHU Amiens S.Petiot, service d anesthésie-réanimation CHU Amiens 1 50% de décès sur les lieux de l accident

Plus en détail

RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT

RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT PRISE EN CHARGE SOINS D URGENCE EVACUATIONS SANITAIRES Dr EGBOHOU SAR CHU SO Lomé QUELQUES CHIFFRES URGENCES DU CHU SO de Lomé: 12 mois: 10/2014 10/ 2015: 6874 traumatisés

Plus en détail

Trauma Damage Control. Congrès de la SACOT Oran, déc 2013

Trauma Damage Control. Congrès de la SACOT Oran, déc 2013 Trauma Damage Control Congrès de la SACOT Oran, déc 2013 Trauma Damage Control Transfert de technologie? Glissement de concept ++ - Cadre de pensée - Règles d action Trauma Damage Control: US Navy (1939-1945)

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon Introduction : Le TVT ou le TOT (Tension Free Vaginal Tape) sont des techniques récentes dans le traitement de l incontinence urinaire

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE 1.INTRODUCTION : Les traumatismes maxillo-faciaux (TMF) sont fréquents dans le cadre de la traumatologie actuelle. Chez 9 543 patients (Autrichiens)

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Réunion DESC-SCVO Tours P. de Wailly CHU POITIERS Professeur Carretier Généralités 20 % des hémorragies digestives Au-delà de l angle de Treitz 90%

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur. Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France

Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur. Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France Les moyens d union cranio rachidienne Condyles, atlas, axis Les moyens

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Cathéters centraux. Dr S.VERDY

Cathéters centraux. Dr S.VERDY Cathéters centraux Dr S.VERDY Définition de la VVC Un cathéter est dit central quand son extrémité est - dans la veine cave supérieure si sa pose se fait par la veine sous-clavière DT ou G, ou par la veine

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques AFU 2008 CUROPF Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques Jean Jacques LABAT et Jérôme RIGAUD Clinique Urologique CHU de Nantes 3 Analyser les différents types de

Plus en détail

TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE. Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge. Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre

TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE. Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge. Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre TRAUMATISMES DU RACHIS THORACO- LOMBAIRE Analyse Radiologique, description des lésions et prise en charge Pr C.Court CHU Kremlin Bicêtre Rappels anatomiques Rachis dorsal Charnière cervico-dorsale C7-T1

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIO- ENCÉPHALIQUES OUVERTS : Plaies crânio-cérébrales Plaies pénétrantes par arme à feu

TRAUMATISMES CRÂNIO- ENCÉPHALIQUES OUVERTS : Plaies crânio-cérébrales Plaies pénétrantes par arme à feu TRAUMATISMES CRÂNIO- ENCÉPHALIQUES OUVERTS : Plaies crânio-cérébrales Plaies pénétrantes par arme à feu DES Neurochirurgie Cap HORNU 24, 25 Mars 2011 Pierre HANNEQUIN PLAIES CRÂNIO-CÉRÉBRALES : DÉFINITION

Plus en détail

MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998

MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998 Collège Hospitalo-Universitaire de Chirurgie Pédiatrique MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998 TRAUMATISMES DE L ABDOMEN. J.M. GUYS INTRODUCTION I - LE MECANISME DES LESIONS

Plus en détail

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique S Novellas,F Dausse,, P Chevallier,, M Fournol,, T Piche,, JN Bruneton Service d imagerie médicale Hopital de l archet

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Objectifs des stages obligatoires à l externat

Objectifs des stages obligatoires à l externat Faculté de médecine Vice-décanat aux études médicales de premier cycle Objectifs des stages obligatoires à l externat Utiliser la navigation par signets de votre lecteur Adobe pour repérer le stage désiré.

Plus en détail

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Cerclage par voie abdominale M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Introduction Le cerclage prophylactique par voie transvaginale a fait la preuve de son efficacité chez les patientes ayant

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Les hématomes extra-duraux (HED)

Les hématomes extra-duraux (HED) Les hématomes extra-duraux (HED) L hématome extra-dural Entre la face externe de la dure-mère et la table interne de la voûte crânienne Le plus souvent temporo-pariétal, frontal ou occipital Souvent secondaires

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier?

Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier? Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier? EM Danse, BE Van Beers, P Goffette Université Catholique de Louvain UCL Cliniques Universitaires St-Luc

Plus en détail

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Club d Echanges en Pelvi-Périnéologie Samedi 4 octobre 2014 Institut Portman Dr philippe FARBOS Service de Radiologie (drs DESCAT, FARBOS, LEVANTAL,

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU BSU Bandelette Synthétique Non résorbable Intervention chirurgicale Par voie vaginale Faible morbidité Hospitalisation maximum 48h BSU - Principes Intervention

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications M Pouquet (1), M Mathonnet (1), H Caly (1), K Lacheheub (1), P Bouillet (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1)Limoges

Plus en détail

Prise en charge des traumatismes sévères du rein de l adulte. Mise au point pratique

Prise en charge des traumatismes sévères du rein de l adulte. Mise au point pratique Le point sur Prise en charge des traumatismes sévères du rein de l adulte. Mise au point pratique Jean-Luc Descotes Clinique d urologie et de transplantation rénale, CHU de Grenoble, BP 217, 38043 Grenoble.

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

FLORIAN 7 ans mars 2010 DES Clermont Ferrand

FLORIAN 7 ans mars 2010 DES Clermont Ferrand FLORIAN 7 ans Amené par sa maman pour : - douleur du MI droit évoluant depuis un peu plus d un mois, - perte de 800g en une semaine, - AEG MODE DE VIE : enfant scolarisée 1 sœur de 12 ans ANTECEDENTS :

Plus en détail

Homme de 67 ans, conducteur d une voiture qui a percuté un arbre. Fracture de l avant bras gauche. Tension à 10 / 7, Pouls à 130/mn, Fréquence

Homme de 67 ans, conducteur d une voiture qui a percuté un arbre. Fracture de l avant bras gauche. Tension à 10 / 7, Pouls à 130/mn, Fréquence Homme de 67 ans, conducteur d une voiture qui a percuté un arbre. Fracture de l avant bras gauche. Tension à 10 / 7, Pouls à 130/mn, Fréquence ventilatoire à 24 mn. On vous le met dans quel box? CINEMATIQUE

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE NECROSE AVASCULAIRE de la hanche NAV circulation capillaire (tête fémorale) => ischémie => nécrose des ostéocytes => réparation cellulaire => perte de l intégrité structurale

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

4 février 2013. Dr Pierre BIEHLER Praticien Hospitalier Anesthésie Réanimation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

4 février 2013. Dr Pierre BIEHLER Praticien Hospitalier Anesthésie Réanimation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 4 février 2013 Dr Pierre BIEHLER Praticien Hospitalier Anesthésie Réanimation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 4 février 2013 Les victimes apparemment indemnes lors d accidents à haute énergie Dr

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC.

IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC. IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC. SUPPORT DE CE TRAVAIL. ETUDE PROSPECTIVE PROTOCOLÉE: RX, US, TDM, IRM. 2IEME SEMESTRE 2011 : 48 PATIENTS. ETUDE PROSPECTIVE NON

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE H. de Labareyre Définition physiopathologique Etat dans lequel une augmentation de pression dans un espace limité,, compromet la circulation et la fonction des tissus situés

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO- ENCEPHALIQUES Que faire aux Urgences?

LES TRAUMATISMES CRANIO- ENCEPHALIQUES Que faire aux Urgences? LES TRAUMATISMES CRANIO- ENCEPHALIQUES Que faire aux Urgences? 1 M. LADIB - H. KRIFA Neurochirurgie CHU Sahloul Sousse - Tunisie JMUC Journée de Médecine d Urgence du Centre e Formation en médecine d urgence

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Fractures du Rachis Dorso Lombaire

Fractures du Rachis Dorso Lombaire Fractures du Rachis Dorso Lombaire Ph.. Rosset, J Laulan DES Chirurgie TOURS 26 janvier 06 1 Notion Théorique Cicatrisation Ligamentaire = 6 semaines MAIS la cicatrisation d une rupture ligamentaire complète

Plus en détail

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES = HEMORRAGIES MENINGEES Généralités - 2,8 / 100 000 hts - Age < 60 ans - Femmes : 60-70 % - Formes familiales : 10 % - Facteurs de risque : tabac, HTA, dyslipidémies -

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Enfant polytraumatisé Paediatric polytrauma

Enfant polytraumatisé Paediatric polytrauma EMC-Médecine 1 (2004) 210 228 www.elsevier.com/locate/emcmed Enfant polytraumatisé Paediatric polytrauma F. Trabold (Chef de clinique des Universités, assistant hospitalier) a, *, G. Orliaguet (Praticien

Plus en détail

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne Ostéosynthèse percutanée sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne N.Amoretti(1), V.Lesbats-Jacquot(1), E. Hovorka (1), PY. Marcy (1), T. El Hayek (1), P. Eude (2), J. Sedat (1), A.

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant Introduction Les fractures du massif trochantérien posent toujours un problème de santé publique : Leurs fréquence restent toujours élevée. Par les facteurs de risque qui concourent a provoquer cette fracture:

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES F TOULGOAT Neuroradiologie diagnostique et interventionnelle CHU NANTES DES NEUROLOGIE 29 MARS 2013 MENINGES Même agencement qu à l étage encéphalique

Plus en détail

Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres

Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres Dr. C. LAZERGES, Dr. B. COULET, Pr. M. CHAMMAS Service de Chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Lapeyronie Montpellier

Plus en détail

Anévrysme aortique abdominal fissuré ou rompu

Anévrysme aortique abdominal fissuré ou rompu Chapitre23 Anévrysme aortique abdominal fissuré ou rompu E. ROSSET, S. BEN AHMED, S. POUGET, J. AVOUAC, M. HERMIER La rupture d un anévrysme de l aorte abdominale (AAA) reste en l urgence vasculaire dont

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>>

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>> Département chirurgie service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE Reconstruction mammaire De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues médicaux, oncologues radiothérapeutes, médecins

Plus en détail

Comment je fais un drainage d abcès intra abdominal?

Comment je fais un drainage d abcès intra abdominal? Comment je fais un drainage d abcès intra abdominal? Julien Cazejust, N. Colignon, A. Ruiz, B. Bessoud, M. Raynal, Y. Menu Hôpital saint Antoine JFR 2011 Objectifs Connaître l anatomie de l abdomen Connaître

Plus en détail

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Les fractures du coude de l enfant Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Épidémiologie des fractures du coude Les fractures : 10 à 25% des traumatismes de l enfant Fractures du coude : 16% de l ensemble des

Plus en détail

LES MOYENS D'HEMOSTASE A L'AVANT EN TRAUMATOLOGIE DE GUERRE

LES MOYENS D'HEMOSTASE A L'AVANT EN TRAUMATOLOGIE DE GUERRE LES MOYENS D'HEMOSTASE A L'AVANT EN TRAUMATOLOGIE DE GUERRE M Untereiner, A Puidupin, A Renard, PO Vidal, Y Asencio Service d accueil des urgences, Hôpital d instruction des armées Laveran. Pas de conflit

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

FICHE PATIENT KINESITHERAPIE N 2 Les différentes douleurs pelvi-périnéales Comment les classer?

FICHE PATIENT KINESITHERAPIE N 2 Les différentes douleurs pelvi-périnéales Comment les classer? COMITE MEDICO-SCIENTIFIQUE FICHE PATIENT KINESITHERAPIE N 2 Les différentes douleurs pelvi-périnéales Comment les classer? Les fiches thématiques élaborées sous l égide du comité médico scientifique ont

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Traumatologie de l appareil urinaire

Traumatologie de l appareil urinaire Chapitre 45 Traumatologie de l appareil urinaire C. LAPLACE 1, Y. HAMMOUDI 2, J. DURANTEAU 1 Points essentiels Les lésions urologiques surviennent habituellement dans les traumatismes sévères et doivent

Plus en détail

PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL SUTURES

PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL SUTURES PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL SUTURES «La suture n est pas le traitement d une plaie. Elle n est qu un temps de la prise en charge d un traumatisme ouvert» STEINMETZ J.P. LA PRISE CHARGE D UNE

Plus en détail

Urgences gynécologiques et obstétricales extra hospitalières

Urgences gynécologiques et obstétricales extra hospitalières Urgences gynécologiques et obstétricales extra hospitalières Olivier Morel Emilie Gauchotte Mathias Rossignol 21 mars 2013 PLAN Les différentes phases du travail et de l accouchement Arguments pour définir

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

CAT devant un traumatisme du pied

CAT devant un traumatisme du pied CAT devant un traumatisme du pied Entorse de la cheville du ligament latéral externe (LLE) : Important : Il vaut mieux faire une radio pour rien, que passer à côté d une fracture. Traitement chirurgical

Plus en détail

Soins Inrmiers aux brûlés

Soins Inrmiers aux brûlés Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/2009 1 Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT. Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune

BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT. Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune PLAN 1. Introduction 2. Diagnostic clinique Interrogatoire Examen clinique 3. Examens paracliniques Echographie Radiographies

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail