IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA"

Transcription

1 IMMUNITE Leçon 1 : le SIDA Le système immunitaire est capable de distinguer les molécules et les cellules étrangères d'un organisme, ou qui le sont devenues, et de les éliminer. Comment peut-on expliquer que ce système soit inefficace face au VIH? 1.Le V.I.H. : virus de l immunodéficience humaine. Le nom du virus du sida, VIH, correspond à son effet pathologique : La maladie qu'il cause chez l'homme est le SIDA : Transmission du VIH Le virus est présent dans les sécrétions génitales, et dans le sang. Le VIH est donc transmis lors : - de non protégés - des échanges par l intermédiaire d une seringue - de la mère à l enfant pendant la ou 1.2.Particularité des virus Un virus est un.. ne pouvant se multiplier qu'à l'intérieur d'une cellule hôte et utilisant sa machinerie cellulaire. 1.3-Structure du VIH Le VIH appartient à la catégorie des.. ou virus à.. : il se compose : -d'un matériel génétique à -de quelques protéines notamment la.. -le tout contenu dans deux. -elles-mêmes entourées d'une.., portant des protéines virales spécifiques, les 1

2 2-LA PRIMO-INFECTION Sa durée est d environ 12 semaines Première partie de la primo-infection Constat : La charge virale. alors que le taux de lymphocytes T Les cellules cibles du VIH Les cellules cibles du VIH sont des cellules immunitaires : et Elles possèdent des protéines membranaires, les.. reconnues par la protéine. du virus, ce qui lui permet de pénétrer dans la cellule hôte. 2

3 Le cycle du VIH Une fois que le virus est entré à l intérieur d une cellule, une enzyme virale, la.. rétranscrit. En.. Cet ADN est ensuite. au génome de la cellule. Dès lors, c est la cellule-cible elle-même qui va transcrire et traduire les constituant viraux qui se réassemblent pour former de nouveaux.. qui.. et partent.. d autres cellules-cibles Conséquences Le VIH se développe activement dans les. : le virus se. alors que ces cellules cibles, les., sont détruites. 3

4 2.2- Deuxième partie de la primo-infection Constat : Quelques semaines après la contamination : - la charge virale.. -le taux de LT4.. -la présence dans le sang d.est décelée, le sujet est dit alors pour le VIH. -Des spécifiques du VIH apparaissent Les méthodes de détection de l infection virale Une méthode indirecte : le test ELISA Ce test met en évidence la présence d 4

5 Une méthode directe : le western blot Ce test met en évidence la présence de Le schéma ci-contre est proposé à titre d'illustration pour comprendre cette méthode de diagnostic. La bande PR correspond à une protéine-repère (non VIH) permettant d'aligner les profils La réponse immunitaire à l infection virale On en déduit que l apparition des.. et des.. spécifiques du VIH expliquent la diminution de la. :une intense réponse immunitaire acquise se développe contre le virus 3-LA PHASE ASYMPTOMATIQUE Sa durée est variable, de 1 à plus de 10 ans. 3.1-Constat : - la charge virale est.. mais elle progressivement -le taux de LT4.. -les taux d anticorps anti-vih et de LTc sont.. et.. -concernant les symptômes : 5

6 3.2- La poursuite de l infection les défenses immunitaires restent actives et visent à limiter la prolifération du virus mais la multiplication du VIH se poursuit dans les.. 4.LA PHASE SYMPTOMATIQUE : LE SIDA 4.1-Constat : - augmentation de la -.. du taux de LT4 en dessous de -effondrement du taux de - effondrement du taux d - concernant les symptômes : de nombreuses apparaissent jusqu à entrainer le décès du malade 4.2-Les maladies opportunistes Ces maladies sont dites opportunistes car leur développement est lié à l du système immunitaire 4.3-L immunodéficience On observe au stade de SIDA un des défenses immunitaires expliquant : -d une part que le VIH ne soit plus stoppé dans sa progression -d autre part que des germes habituellement peu agressifs soient capables de provoquer de graves complications 4.4. Le rôle des LT4 C est lorsque le taux de.. est descendu en dessous de 200/ml que les. et les ne sont plus produits Ceci montre le rôle.. des lymphocytes T4 dans la réponse immunitaire acquise Conclusion : L exemple du SIDA permet de mettre en évidence des aspects fondamentaux du fonctionnement du système immunitaire. Comment apparaissent ces anticorps ainsi que les LTc et quelles sont les modalités d action de ces effecteurs de l immunité acquise? 6

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. Restitutions organisées des connaissances. Merci à Tiphaine et Manon V. Merci à Jean, Colomban, Léa, Marine T, Marine D et Chloé

IMMUNOLOGIE. Restitutions organisées des connaissances. Merci à Tiphaine et Manon V. Merci à Jean, Colomban, Léa, Marine T, Marine D et Chloé IMMUNOLOGIE Restitutions organisées des connaissances ROC 1 : Exposez les caractéristiques de l action des LT4 qui font que ces cellules jouent un rôle fondamental au cours des réponses immunitaires acquises..

Plus en détail

«la rhinotrachéite infectieuse»

«la rhinotrachéite infectieuse» Fiche technique n 4 2 ème édition L herpèsvirose féline, «la rhinotrachéite infectieuse» L herpèsvirus félin (agent de la rhinotrachéite infectieuse féline) fait partie des agents impliqués dans le syndrome

Plus en détail

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus I.Généralités: Il existe 3 sous familles d herpès virus : Sous famille Espèce Alpha-herpesvirinae Herpès simplex type 1 HHV1 Herpès simplex type 2 Varicelle-Zona

Plus en détail

Chap. II Les processus immunitaires mis en jeu lors de l infection 2012

Chap. II Les processus immunitaires mis en jeu lors de l infection 2012 Introduction : à la suite de la contamination, l individu fabrique des anticorps anti-vih capables de se fixer sur des antigènes issus du VIH (gp120 par exemple). Cette synthèse d anticorps est la signature

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Soutenez notre projet pilote DIAVINA :

Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Survie des mères et nourrissons exposés au virus du sida Phase pilote en Guinée 2016-2018 Un projet soutenu par Le Saviez-vous? Aujourd hui en France, une femme enceinte

Plus en détail

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Types d immunodépression Innée Déficits immunitaires héréditaires (>150 décrits) Acquise Liée à une maladie

Plus en détail

La réaction immunitaire adaptative cellulaire.

La réaction immunitaire adaptative cellulaire. II. La réaction immunitaire adaptative cellulaire. A. Caractéristiques et rôle des LT CD8 Cellule infectée, CPA Lymphocyte TCD8 Noyau Antigène Récepteur T, spécifique du complexe DA/récepteur membranaire

Plus en détail

Les processus immunitaires mis en jeu par le VIH

Les processus immunitaires mis en jeu par le VIH Chapitre 10 Les processus immunitaires mis en jeu par le VIH Le SIDA est une maladie qui entraîne la mort de l individu en affaiblissant ses défenses immunitaires. Le système immunitaire d un individu

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009

Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009 Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009 La mesure du temps dans l histoire de la Terre et de la Vie. A partir de la coupe géologique synthétique de la carrière de Laize La

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 2 : La transduction I. Les vecteurs de la transduction : les bactériophages La transduction est un phénomène

Plus en détail

AFFECTIONS CUTANEO- MUQUEUSES AU COURS DE L INFECTION L VIH/SIDA. Dr LANDO Marie Jeannette, Dermato-Vénérologue, HDJ/HCY

AFFECTIONS CUTANEO- MUQUEUSES AU COURS DE L INFECTION L VIH/SIDA. Dr LANDO Marie Jeannette, Dermato-Vénérologue, HDJ/HCY AFFECTIONS CUTANEO- MUQUEUSES AU COURS DE L INFECTION L A VIH/SIDA 1 PROGRAMME DE FORMATION WAF/ECS/ESTHER/CNLS Formation du personnel paramédical et associatif en prise en charge globale des PVVS 2 INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie Sommaire L épidémie Une nouvelle maladie Repères chronologiques Le virus de l immunodéficience humaine Le sida L épidémie dans le monde Cas de sida déclarés Estimation du nombre de personnes atteintes

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Prophylaxie primaire et secondaire : Redéfinitions des termes

Prophylaxie primaire et secondaire : Redéfinitions des termes Prophylaxie primaire et secondaire : Redéfinitions des termes AES??? Administration Economique et Sociale? Aérothermie et Energie Solaire? Association d Etablissements Sportifs? AEV??? Aménagement d Espaces

Plus en détail

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives.

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives. Correction Bac 2009 Introduction : Les principes de la phylogénie : Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 La grippe n est pas une maladie mortelle mais il arrive parfois que le virus devienne extrêmement dangereux comme ce fut le cas lors de la pandémie de 1918 qui causa la mort de

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates.

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Vaccinations Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Diphtérie Tétanos Polio Fièvre jaune Hépatite A Fièvre

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

Ch. 5 : Les réactions lentes de l organisme à l infection

Ch. 5 : Les réactions lentes de l organisme à l infection 2 ème partie : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Ch. 5 : Les réactions lentes de l organisme à l infection SI : La phagocytose permet le plus souvent de stopper l infection très rapidement.

Plus en détail

L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE)

L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE) L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE) Définition Entérite : affection de l intestin Catarrhale : inflammation d une muqueuse Epizootique : mal épidémique spécifique aux animaux L ECE est une maladie

Plus en détail

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2?

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Pierre-Marie Roger Service d Infectiologie, Nice Journées Nationales d Infectiologie 2005 Le pronostic dépend du statut immunitaire

Plus en détail

Paule Tissot C.O.S.Beauséjour-hyères IFSI. 2 Année 2004-05. Les généralités

Paule Tissot C.O.S.Beauséjour-hyères IFSI. 2 Année 2004-05. Les généralités Les antiviraux Paule Tissot C.O.S.Beauséjour-hyères IFSI. 2 Année 2004-05 Objectifs fixés Généralités Classification multiplication Mode d action des médicaments Les effets indésirables Les précautions

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

Prévenir... l excès de cholestérol

Prévenir... l excès de cholestérol Prévenir... l excès de cholestérol 11 Apprenons à connaître cet ennemi : le cholestérol... Qu est-ce que c est? C est une graisse naturelle, indispensable à l organisme. En particulier, c est un constituant

Plus en détail

Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih

Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih Biomarqueurs : Intérêt dans les infections chroniques PrP-res GAPDH VIH CD4 CVp CVc etc. Infection par le VIH : 3 phases

Plus en détail

Un rétrovirus : le VIH

Un rétrovirus : le VIH CHAPITRE 6 IMMUNOLOGIE 1 Un rétrovirus : le VIH Les virus sont des agents pathogènes responsables de nombreuses maladies infectieuses. Parmi eux, le VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine) est l agent

Plus en détail

Imagerie du petit animal. ******** Un exemple d imagerie moléculaire

Imagerie du petit animal. ******** Un exemple d imagerie moléculaire Imagerie du petit animal ******** Un exemple d imagerie moléculaire Pr Pierre-Olivier Kotzki Certificat optionnel: Imagerie métabolique et moléculaire I- La transgénèse Addition d'un gène étranger, appelé

Plus en détail

Les virus et les bactéries

Les virus et les bactéries Les virus et les bactéries Les bactéries sont des procaryotes. Une cellule procaryote est plus petite et plus simple qu une cellule eucaryote. Les virus sont encore plus petits et plus rudimentaires. Les

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE UNIVERSITÉ CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/ 3 11 G 25 A 1 Durée : 2 heures OFFICE DU BACCALAUREAT Série: S1-Coef. 2 Téléfax (221) 8246581 Tél. : 8249592 8246581 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE I-MAITRISE

Plus en détail

Résultat de l enquête de satisfaction «communication de crise» Episode «pluie-inondation» du 3 au 6 novembre 2011

Résultat de l enquête de satisfaction «communication de crise» Episode «pluie-inondation» du 3 au 6 novembre 2011 Suivi par : Amandine Lenzeele, Stagiaire IRA. Résultat de l enquête de satisfaction «communication de crise» Episode «pluie-inondation» du 3 au 6 novembre 2011 Résultats enquête de satisfaction «communication

Plus en détail

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE Ref : cf infra Créé le : 30 / 05 / 2015 Version du : 12/06/15 Rédacteur : R. RONIN Vérificateurs : JL. VOLUMENIE F. NAJIOULLAH Approbateurs

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007

Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007 Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007 Durée de l épreuve : 2 heures Vous devez obligatoirement traiter les sujets I et II sur

Plus en détail

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés PLAN D ACTION en faveur de l emploi des salariés âgés prévu par l article 87 de la loi 2008-1330 de financement de la sécurité sociale pour 2009 Pour la Direction de l AMAMB, Pour les salariés de l EHPAD

Plus en détail

DiagEBV, projet d innovation thérapeutique labellisé par le pôle Alsace BioValley, crée des emplois et participe au progrès médical

DiagEBV, projet d innovation thérapeutique labellisé par le pôle Alsace BioValley, crée des emplois et participe au progrès médical DiagEBV, projet d innovation thérapeutique labellisé par le pôle Alsace BioValley, crée des emplois et participe au progrès médical Les partenariats unissant industriels pharmaceutiques et laboratoires

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection à VIH

Dépistage et diagnostic de l infection à VIH Notes Dépistage et diagnostic de l infection à VIH Module 3 Contexte Le dépistage et le diagnostic de l infection à VIH sont un enjeu majeur de la lutte contre la maladie, tant pour les individus que pour

Plus en détail

Mieux informé sur les boutons de fièvre

Mieux informé sur les boutons de fièvre Information destinée aux patients Mieux informé sur les boutons de fièvre Les médicaments à l arc-en-ciel Causes des boutons de fièvre Les boutons de fièvre (herpès labial) sont dus au virus Herpes simplex

Plus en détail

Module de Réa-Urgence Soin infirmier : les Gaz du sang 13/02/2013 1

Module de Réa-Urgence Soin infirmier : les Gaz du sang 13/02/2013 1 Module de Réa-Urgence Soin infirmier : les Gaz du sang 13/02/2013 1 PLAN 1.Définition 2.Aspect législatif 3.Gaz du sang par ponction: rôle IDE 3.1.Préparation matériel / personne 3.2.Réalisation du soin

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE PARIS DESCARTES

FACULTE DE MEDECINE PARIS DESCARTES FACULTE DE MEDECINE PARIS DESCARTES Tutorat 2008-2009 Sujet de Biologie n 2 Durée de l épreuve : 2 heures A LIRE AVANT DE COMMENCER L EPREUVE : Vérifiez que le sujet comporte 16 pages imprimées recto-verso,

Plus en détail

Suivi Médical : Recommandations

Suivi Médical : Recommandations Suivi Médical : Recommandations Dr MJ. PEREZ CHRU Montpellier Suivi médical Langage Vivre avec une microdélétion 22q11 Développement psycho-social cognitif Malformations : Suivi spécialisé Surveillance

Plus en détail

Hépatites virales Hépatites virales Hépatite A Hépatite A Hépatite E Hépatite G Hépatite D ou agent delta VHB Généralités - Virus de l hépatite B. Famille des Hepadnaviridae. Genre des Othohepadnavirus

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

Première partie (20 points)

Première partie (20 points) Première partie (20 points) 1.1. Etude de la germination du Haricot (10 points) 1.1.1 Trois stades de développement (to = réhydratation) sont proposés. Réactif fourni : solution iodo-iodurée (Lugol) -

Plus en détail

Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB

Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB Application de la médecine factuelle à la prévention Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB 1 Médecine factuelle? La médecine fondée sur les faits se définit comme l'utilisation

Plus en détail

7 conseils pour choisir une solution PTI

7 conseils pour choisir une solution PTI Réussir son projet PTI 7 conseils pour choisir une solution PTI www.ptitravailleurisole.fr 1 Dans ce guide gratuit, je vais vous indiquer les 7 points essentiels qui permettent d évaluer les dispositifs

Plus en détail

L imagerie médicale au service des thérapies innovantes

L imagerie médicale au service des thérapies innovantes L imagerie médicale au service des thérapies innovantes 02 DÉVELOPPER ET ÉVALUER DE NOUVELLES STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES : GÉNIQUE, CELLULAIRE, CHIRURGICALE, MÉDICAMENTEUSE Un ensemble de compétences MIRCen

Plus en détail

Marie-Christine MAZERON

Marie-Christine MAZERON Place des tests virologiques et immunologiques dans la surveillance des infections à CMV des receveurs de greffe d organe et de cellules souches hématopoïétiques Marie-Christine MAZERON Cytomégalovirus

Plus en détail

- Les marqueurs en TEP

- Les marqueurs en TEP TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS Remarque : ce cours est un complément du poly Introduction : La TEP est une technique de médecine nucléaire récente : technique de diagnostic, de lutte et de suivi

Plus en détail

Infections cutanées à Herpes simplex

Infections cutanées à Herpes simplex Infections cutanées à Herpes simplex Stephan Lautenschlager Dermatologisches Ambulatorium des Stadtspitals Triemli, Zürich Quintessence La séroprévalence du HSV-1 est d env. 2 3 et celle du HSV-2 de 1

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Physiologie n 4. Le tissu nerveux et son fonctionnement. {Par Rachid ZIANE} - 1 -

Physiologie n 4. Le tissu nerveux et son fonctionnement. {Par Rachid ZIANE} - 1 - Physiologie n 4 Le tissu nerveux et son fonctionnement. {Par Rachid ZIANE} - 1 - - 2 - Table des matières : Introduction... 4 1. Approche générale.... 5 1.1. Définition et nature du message nerveux :...

Plus en détail

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination Conflits d intérêt : Invitation à un congrès, missions d expertise (GSK) AT & IBV Invitation à un congrès, réunion scientifique (SPMSD)

Plus en détail

Partie 2 :La procréation.

Partie 2 :La procréation. Partie 2 :La procréation. Chap.1 : La fonction reproductrice chez la femme. Appareil génital féminin A l aide des documents 1 et 2 page 84 : Citer les principaux évènements du cycle féminin? Indiquer les

Plus en détail

LES PROTEINES : Les clivages comme les protéines excrétées dont le peptide signal est clivé ou la pro opi melano cortine (POMC).

LES PROTEINES : Les clivages comme les protéines excrétées dont le peptide signal est clivé ou la pro opi melano cortine (POMC). LES PROTEINES : I) Introduction : Les protéines peuvent être composées d'une ou de plusieurs chaînes d'acides aminés (qui ne sont pas ramifiées mais bien associées) et en général, elles comportent plus

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Tutorat Associatif Toulousain Année universitaire 2013-2014 PACES Rangueil

Tutorat Associatif Toulousain Année universitaire 2013-2014 PACES Rangueil Tutorat Associatif Toulousain Année universitaire 2013-2014 PACES Rangueil CONCOURS BLANC EPREUVE DE PHARMACIE 25 QCMs 45 Minutes Semaine du 07 Avril 2014 QCM 1 : A propos des endotoxines bactériennes

Plus en détail

R E C H E R C H E. Le programme Cartes. d Identité des Tumeurs

R E C H E R C H E. Le programme Cartes. d Identité des Tumeurs R E C H E R C H E Le programme Cartes d Identité des Tumeurs 1 Le programme Cartes d Identité des Tumeurs - CIT, est un programme pluriannuel coordonné, piloté et financé à hauteur de 10 M (soit 65 MF)

Plus en détail

Fiche de révision thème 3-A-2 : L immunité adaptative

Fiche de révision thème 3-A-2 : L immunité adaptative Fiche de révision thème 3-A-2 : L immunité adaptative L'immunité innée existe chez de nombreux êtres vivants : des défenses moléculaires et cellulaires permettent d'éliminer les agents infectieux (bactéries,

Plus en détail

La cartographiedu génome humain : Localisationdes gènes, médecineprédictive et thérapiegénique

La cartographiedu génome humain : Localisationdes gènes, médecineprédictive et thérapiegénique La cartographiedu génome humain : Localisationdes gènes, médecineprédictive et thérapiegénique Gil BELLIS Institut National d'études Démographiques, Paris, France La possibilité que l'on a aujourd'hui

Plus en détail

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur?

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? TPE ANNEE 2012-2013 L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? Rédacteur du rapport : THOMAS Antoine FENOT Bazil Professeurs : M. AUDRY M. POUSSEL Les réalisations techniques face aux

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077 PARIS, le 03/05/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077 OBJET : Frais professionnels décisions du Conseil d Etat du 29/12/2004 TEXTE A ANNOTER

Plus en détail

Prépara2on à l Agréga2on interne de SV STU Universités Paris Diderot et Paris Est Créteil. Eléments de génie génétique

Prépara2on à l Agréga2on interne de SV STU Universités Paris Diderot et Paris Est Créteil. Eléments de génie génétique Prépara2on à l Agréga2on interne de SV STU Universités Paris Diderot et Paris Est Créteil Eléments de génie génétique 2 octobre 2010 Hervé TOSTIVINT Muséum Na2onal d Histoire Naturelle htos2vi@mnhn.fr

Plus en détail

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance Pr Diane Descamps Laboratoire de Virologie Hôpital Bichat-Claude Bernard EA 4409 Université Paris 7 en virologie Plan Généralités Les

Plus en détail

L origine du Cancer. Docteur Jean-Philippe SPANO

L origine du Cancer. Docteur Jean-Philippe SPANO L origine du Cancer Docteur Jean-Philippe SPANO La Cancérogénèse Un tissu sain est le résultat de la juxtaposition d un grand nombre de cellules identiques A chaque instant, le nombre de cellules qui naissent

Plus en détail

Diagnostic Biologique de la Fièvre Typhoïde. Institut Pasteur de Côte d Ivoire d UFR des Sciences Médicales M

Diagnostic Biologique de la Fièvre Typhoïde. Institut Pasteur de Côte d Ivoire d UFR des Sciences Médicales M Diagnostic Biologique de la Fièvre Typhoïde Institut Pasteur de Côte d Ivoire d UFR des Sciences Médicales M Abidjan Introduction Salmonelloses = infection due à une bactérie du groupe des salmonelles

Plus en détail

Baccalauréat technologique annale zéro

Baccalauréat technologique annale zéro éduscol Baccalauréat technologique Enseignement de Chimie, Biochimie, Sciences du Vivant Baccalauréat technologique annale zéro Annale zéro : Sciences et technologies de laboratoire Durée de la sous-épreuve

Plus en détail

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique.

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Y. Hansmann, S. Sferrazza, N. Lefebvre, P. Zachary, S. De Martino, B. Jaulhac, D. Christmann Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Conduite à tenir devant ictère du nouveau né. Dr m.z. MEKIDECHE

Conduite à tenir devant ictère du nouveau né. Dr m.z. MEKIDECHE Conduite à tenir devant ictère du nouveau né Dr m.z. MEKIDECHE DÉFINITIONS Ictère: coloration jaune des téguments et des muqueuses du fait de la présence dans le sang, en quantité anormale, de produits

Plus en détail

Mutualisation Rationalisation des achats. Carrefour des collectivités territoriales Brive-La-Gaillarde 11 avril 2013

Mutualisation Rationalisation des achats. Carrefour des collectivités territoriales Brive-La-Gaillarde 11 avril 2013 Mutualisation Rationalisation des achats Carrefour des collectivités territoriales Brive-La-Gaillarde 11 avril 2013 Depuis 2005, l UGAP, qui propose aux grandes collectivités publiques des solutions d

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Hervé Lefebvre Service d Endocrinologie, INSERM U982, IRIB, CHU et Université de Rouen, France Situation du sujet Les

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION POUR LES SOCIETES D ASSURANCES

CHARTE DE LA MEDIATION POUR LES SOCIETES D ASSURANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS CHARTE DE LA MEDIATION

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

MUTATIONS ECONOMIQUES

MUTATIONS ECONOMIQUES MUTATIONS ECONOMIQUES LES ATTENDUS D'AGEFOS PME SUR LE PROJET : COMMERCE CE DOCUMENT EST A DESTINATION DES ORGANISMES DE FORMATION SOUHAITANT SE POSITIONNER SUR LE PROJET COMMERCE PORTE PAR AGEFOS PME

Plus en détail

Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé

Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé Communiqué de presse Bâle, le 25 février 2010 Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY) a annoncé aujourd

Plus en détail

Sciences Le corps humain

Sciences Le corps humain CE1 et CE2 Sciences Le corps humain Le sang Le sang est composé d'un liquide (le plasma) et de cellules sanguines (les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes). Les globules rouges transportent

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Référentiel d INTERMEDIATION LOCATIVE (sous-location/bail glissant) Version mise à jour du 24/12/2014.

Référentiel d INTERMEDIATION LOCATIVE (sous-location/bail glissant) Version mise à jour du 24/12/2014. Référentiel d INTERMEDIATION LOCATIVE (sous-location/bail glissant) Version mise à jour du 24/12/2014. 1 2 SOMMAIRE 1. Le cadre d intervention... 3 1. le cadre juridique... 3 2. le dispositif d intermédiation

Plus en détail

Les nouveaux enjeux du dépistage de l infection VIH

Les nouveaux enjeux du dépistage de l infection VIH Les nouveaux enjeux du dépistage de l infection VIH Table ronde animée par le Dr Michel AMIEL Vice-Président du Conseil général Maire des Pennes Mirabeau Le dépistage VIH : Dr Chantal Vernay-Vaïsse (CG

Plus en détail

Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. Déterminer la limite d une suite géométrique de raison strictement positive.

Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. Déterminer la limite d une suite géométrique de raison strictement positive. Chapitre 01 Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Suites géométriques. Reconnaître et exploiter une suite géométrique dans une situation donnée. Connaître la formule donnant 1 +

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2012 EPREUVE DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série Collège

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2012 EPREUVE DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série Collège REPÈRE 12DNBCOLSVTAN1 DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2012 Série Collège DUREE : 45 minutes COEFFICIENT : 1 2 points seront attribués à l orthographe et à la présentation de votre composition. L usage

Plus en détail

Infection à VIH: Aspects Virologiques et Histoire Naturelle

Infection à VIH: Aspects Virologiques et Histoire Naturelle Infection à VIH: Aspects Virologiques et Histoire Naturelle Dr. CHOUIKHA Anissa MA Universitaire à l Institut Pasteur de Tunis Laboratoire de Virologie Clinique Vendredi 19 Novembre 2010 HISTORIQUE 1 Découverte

Plus en détail

PROJET «NOUYGAL» : SUIVI DES FEMMES ENCEINTES INFECTÉES PAR LE VIH ET DE LEURS ENFANTS A L HÔPITAL GABRIEL TOURÉ DE BAMAKO. Hôpital Gabriel Touré

PROJET «NOUYGAL» : SUIVI DES FEMMES ENCEINTES INFECTÉES PAR LE VIH ET DE LEURS ENFANTS A L HÔPITAL GABRIEL TOURÉ DE BAMAKO. Hôpital Gabriel Touré PROJET «NOUYGAL» : SUIVI DES FEMMES ENCEINTES INFECTÉES PAR LE VIH ET DE LEURS ENFANTS A L HÔPITAL GABRIEL TOURÉ DE BAMAKO. Hôpital de la Pitié Salpêtrière Hôpital Gabriel Touré Les personnes ayant participé

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante Édition 2015 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE EXONÉRANTE Votre médecin traitant a établi pour vous une demande de prise

Plus en détail

Chapitre 1 : La photosynthèse

Chapitre 1 : La photosynthèse Chapitre 1 : La photosynthèse Introduction: Les végétaux sont des êtres vivants car ils sont composés d une ou plusieurs cellules. Une cellule végétale est composée d une membrane, d un cytoplasme, d un

Plus en détail

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012 Le Recensement de 2011 et l Enquête nationale auprès des ménages de Statistique Canada État actuel des connaissances à l intention des utilisateurs du Québec Institut de la statistique du Québec Direction

Plus en détail

DOSAGE DES CD4/CD8 PAR CMF DANS L INFECTION HIV. Y.Flici, S.Benabdellah, M.Ardjoun. ( Alger, CTSA )

DOSAGE DES CD4/CD8 PAR CMF DANS L INFECTION HIV. Y.Flici, S.Benabdellah, M.Ardjoun. ( Alger, CTSA ) DOSAGE DES CD4/CD8 PAR CMF DANS L INFECTION L HIV Y.Flici, S.Benabdellah, M.Ardjoun. ( Alger, CTSA ) GENERALITES L action du VIH sur le système immunitaire se manifeste d au moins deux façons : D une part,

Plus en détail

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES Tuberculose, VIH, autres immunodéprimés Dr Nathalie De Castro Maladies Infectieuses Cas 1 VIH, 40 CD4 : mise sous ARV au

Plus en détail

COURS IFSBM Programme 2013-2014

COURS IFSBM Programme 2013-2014 2013-2014 Renseignements/Inscriptions: Mme A. SCHMAUCH, IFBM, Institut G. Roussy Tél 01 42 11 48 30. Email annette.schmauch@gustaveroussy.fr Du 30 septembre au 4 octobre 2013 Nombre d'heures : 30 (du lundi

Plus en détail