PLATEFORME GENRE ET DEVELOPPEMENT COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 8 JUILLET 2014 MAEDI, PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLATEFORME GENRE ET DEVELOPPEMENT COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 8 JUILLET 2014 MAEDI, PARIS"

Transcription

1 PLATEFORME GENRE ET DEVELOPPEMENT COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 8 JUILLET 2014 MAEDI, PARIS Le 8 juillet 2014, la Plateforme Genre et Développement s est réunie afin de définir les modalités de son fonctionnement et d identifier des objectifs et des chantiers à mettre en œuvre. 83 personnes ont participé à la rencontre (voir liste en annexe 2). Ce compte- rendu a été élaboré par Genre en Action qui anime la plateforme. u Rappels historiques La Plateforme Genre et développement a été créée en 2006 à l initiative du ministère des Affaires étrangères (désormais ministère des Affaires étrangères et du Développement international) comme un cadre d échanges pour les acteur- trice- s français- es travaillant sur les questions de genre et développement : la Plateforme genre et développement rassemble des représentant- e- s des institutions, des organisations de solidarité internationale (OSI) et organisations de solidarité internationale issues des migrations (OSIM), des acteurs et actrices du monde de la recherche, des représentant- e- s des collectivités locales et des parlementaires. Lorsque la mission de relations avec les ONG a été transférée à l Agence Française de Développement et que la sous- commission genre de la Commission Coopération et Développement a été supprimée, la valeur ajoutée de la plateforme s en est trouvée renforcée, devenant le seul espace d échange entre le Ministère et les autres acteurs. A partir de 2009, la plateforme a été réunie à l initiative du Ministère principalement pour des échanges d informations, et moins comme un lieu de concertation et de travail conjoint des différents acteurs. C est pourquoi, lors de l évaluation du premier DOS ( ) les acteurs membres de la plateforme ont demandé que le rôle de la plateforme soit renforcé en tant qu espace de dialogue, de réflexion et de co- construction d initiatives de recherche, de formation, d outils et programmes, à même d impulser l opérationnalisation de la stratégie genre du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) et de l intégration concrète d une approche genre dans les pratiques et initiatives des différentes familles d acteurs. La nouvelle stratégie genre et développement a répondu à cette demande et remet aujourd hui la plateforme au sein du dispositif en faisant évoluer sa mission principale vers «l accompagnement et le suivi de la mise en œuvre» de cette stratégie, en lien avec le HCEfh. Aujourd hui encore, sa plus- value tient à sa dimension multi acteurs : la plateforme est aujourd hui le seul espace d information et de concertation entre le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et les partenaires du développement et/ou du genre : institutions, organisations de la société civile, recherche, collectivités locales, ministères, parlementaires, expert- e- s indépendant- e- s 1

2 OBJECTIFS DE LA RENCONTRE Cette première réunion de la Plateforme avait pour objectif de définir les bases et contours de la «nouvelle formule» de plateforme, autant sur le fonds que sur la forme. Dans la mâtinée, d organisation d un temps d échange avec la salle à l issue de la table- ronde (voir en annexe 3) a permis de faire le point sur les avancées et obstacles majeurs à l intégration du genre dans les différentes familles d acteurs. Cette table- ronde rassemblait des représentant- e- s des principales familles d acteur- trice- s français- es du développement, afin de faire le point sur l état des lieux des pratiques genre de chaque famille, les bonnes pratiques, leviers et obstacles pour une intégration effective de l approche «genre et développement» au sein et dans les collaborations entre ces familles. Ces premiers éléments de réflexion ont permis ensuite de nourrir les sessions plénières relatives aux objectifs, à la gouvernance et aux actions de la plateforme (cf. ci- dessous). Il est ressorti de l ensemble des présentations que bien que l approche «genre et développement» soit de plus en plus partagée et de mieux en mieux comprise par les différentes familles d acteur- trice- s français- e- s du développement, un obstacle majeur à son intégration effective reste celui du manque de moyens (humains, financiers), de compétences et d expertise et d outils opérationnels. On constate aussi le peu de croisements et de collaborations entre les différentes familles d acteurs, tandis que la valeur ajoutée de telles collaborations émerge : le potentiel du milieu de la recherche pour produire des données illustrant les inégalités, l expérience de terrain et l expertise thématique des OSC, les moyens techniques et financiers des ministères et agences de développement pour rendre possible l intégration de l approche genre, la connaissance du terrain des coopérations décentralisées, le pouvoir de sensibilisation et de changement des comportements des médias Ces différents atouts ont vocation à s additionner les uns aux autres pour permettre une intégration effective de l approche «genre et développement» par l ensemble des acteurs français. RELEVES DES ECHANGES ET PROPOSITIONS u Missions et objectifs de la plateforme La discussion plénière a confirmé les objectifs de la Plateforme, partant de propositions élaborées par la commission genre de Coordination Sud : 1) Le suivi de la mise en œuvre du DOS 2 en lien avec le Haut Conseil pour l Egalité Femmes- Hommes (HCEfh) et l association de la plateforme au travail d élaboration des indicateurs de suivi de la stratégie 2) Le suivi de la mise en œuvre du Cadre d Intervention Transversal genre de l AFD 3) L accompagnement et l appui à l opérationnalisation du DOS 2 et à l intégration d une approche genre dans les pratiques des différentes familles d acteurs (par des échanges de bonnes pratiques, une réflexion conjointe en vue de l émergence de programmes et outils de financement genrés, un travail collectif sur les outils et les indicateurs, l élaboration de programmes concertés de formation, l organisation de séminaires multiacteurs et/ou de recherche, l identification de thématiques de recherche et de thématiques prioritaires de travail, la concertation en amont des grands rendez- vous de plaidoyer international ) La plateforme doit contribuer à lever des obstacles et avancées persistant dans l action collective et à surmonter les obstacles persistants au sein et entre les familles d acteurs. 2

3 u Groupes de travail La stratégie du DOS genre et développement prévoit que la plateforme pourra «organiser des groupes de travail et des réunions d échanges d expériences et de bonnes pratiques tout au long de l année». La création de groupes de travail a fait consensus parmi les participant- e- s et semble aujourd hui être la meilleure façon d organiser les travaux de la plateforme pour permettre un travail collectif effectif et efficace tout en respectant les disponibilités des membres. Le choix de travailler en groupes répond à un besoin de rationaliser les activités et objectifs de la plateforme eu égard aux moyens disponibles pour son fonctionnement mais également et surtout aux moyens et capacités d engagement de ses membres en évitant une sur- sollicitation de ces dernier- e- s, tout en mettant en place une structure dynamique et efficace. Au sein des groupes, chaque membre serait libre de s investir en fonction de ses priorités stratégiques et de son expertise. 5 groupes de travail ont été identifiés : 1. Suivi et évaluation de la mise en œuvre du DOS 2 et du CIT genre Ce groupe aura vocation à être un espace de partage et d échange pour accompagner et évaluer collectivement les avancées réalisées au sein des différentes familles d acteurs. Sur le DOS 2, le groupe serait associé aux travaux du HCEfh et fera le lien entre la plateforme et le groupe de travail en place au sein du HCEfh. Sur le CIT, le groupe permettra à l AFD d informer les autres membres sur les activités et résultats réalisés mais également de bénéficier d un accompagnement du groupe pour atteindre les objectifs du CIT (suggestions, appui- conseil, identification d expertises ). Au- delà du DOS 2 et du CIT, le groupe permettra à ses membres d échanger sur d autres initiatives en place, toutes familles d acteurs confondues. 2. Outils d opérationnalisation du genre Plusieurs participant- e- s ont proposé la création de ce groupe, qui permettrait une réelle collaboration multiacteurs sur l adaptation et/ou l élaboration d outils, enrichie par la diversité des expertises au sein de la plateforme : indicateurs genrés (thématiques ou non), outils et programmes de formation et sensibilisation, outils de financement Le cas des Fonds de Solidarité Prioritaire fait l objet d une demande importante des membres de la plateforme, tirée de l expérience du FSP «genre et économie : les femmes actrices du développement». Cette expérience, lancée en 2009, a été une occasion de renforcer la collaboration de différents types d acteurs autour d un même programme, mettant l accent aussi sur la recherche- action et le partage d expertises. Les membres de la plateforme sont intéressé- e- s à réitérer l expérience, en permettant à la plateforme d être un lieu de réflexion et de concertation sur les nouveaux FSP visant à s assurer qu ils intègrent une approche genre et favorisant le pilotage de nouveaux outils et nouvelles méthodes d accompagnement et de travail collectif rassemblant ONG, chercheur- e- s, expert- e- s Le MAEDI a répondu favorablement à cette demande de renforcer la concertation en amont de l élaboration et du lancement des FSP, proposant par exemple des relectures de la présentation des projets FSP, de leurs indicateurs et termes de référence. 3. Priorités et enjeux internationaux Ce groupe serait dédié à la concertation multiacteurs en amont des grands évènements de plaidoyer / prise de décision internationaux : Le Caire +20, Pékin +20, agenda post et Objectifs du Développement Durable La création de ce groupe viendrait répondre à un besoin de davantage d information des différent- e- s acteur- trice- s sur ces processus et enjeux, pour leur permettre de nourrir et influencer les positionnements défendus par la France. 3

4 4. Genre et droits sexuels Cette thématique a été retenue en raison non seulement de l engagement de l Etat français en faveur des droits sexuels et notamment du droit à l avortement sûr et légal, mais également de l agenda et des enjeux internationaux (ICPD, agenda européen, intégration des droits sexuels dans l agenda du développement post ). Le terme «droits sexuels» a été retenu plutôt que celui de «droits sexuels et reproductifs» afin d éviter de limiter les femmes à leur rôle familial et maternel. 5. Définitions et langage Ce groupe travaillerait sur les définitions (ex. «genre», «genre et développement», «droits sexuels» ) afin de favoriser le dialogue entre les différentes familles d acteurs sur les outils de langage et à aboutir à des définitions consensuelles et partagées. Cet enjeu du langage est crucial en vue de l opérationnalisation de l approche genre dans les pratiques des différentes familles d acteurs mais également de favoriser la concertation et l émergence de positionnements forts de la France en lien avec l agenda international. Fonctionnement des groupes de travail : La commission genre de Coordination Sud a proposé qu une fois les groupes de travail et leurs objectifs définis, leurs modalités d animation et de fonctionnement pourraient être réfléchis de manière collective puis être inscrit- e- s dans les termes de référence sur lesquels se fonderait le MAEDI pour lancer des appels d offres pour le secrétariat et l animation de chaque groupe. Cela nécessite une précision par le MAEDI des moyens disponibles. Toutefois il a été souligné que sans moyens (financiers et humains), ces groupes ne pourront fonctionner, l ensemble des membres étant déjà sur- sollicité et impliqué de manière bénévole dans de nombreux travaux. u Communication et visibilité Les participant- e- s ont insisté sur l importance du rôle de la plateforme comme espace de visibilité et de communication, d échange de bonnes pratiques. L objectif est double : renforcer l information et la transparence sur les projets financés par les différents bailleurs et acteurs en rendant cette information plus visible sur leurs sites web et/ou un espace web dédié à la plateforme et centraliser les agendas des différents acteurs par la mise à disposition d un agenda mutualisé où chacun- e partagerait l information sur ses activités, séminaires, formations, rendez- vous de plaidoyer L ensemble de ces échanges a démontré une réelle convergence des membres de la plateforme présent- e- s vers la construction collective d un espace plus fort, dynamique et concerté. Les actions suivantes ont été proposées : 1. Création d une mailing list pour faciliter la communication au quotidien entre les membres, et création de mailing- list pour les différents groupes de travail une fois en place. Un risque toutefois lié à cette option est la surcharge des boîtes mail des membres. Une autre option, proposée par l OCDE, serait de créer un espace dédié à la plateforme sur le site Wikigender, mais se pose la question de la publicité de cet espace. 2. Réaliser un annuaire des membres de la plateforme permettant de faciliter leur identification par les autres membres. Genre en Action en tant que structure animatrice de la plateforme a proposé de faire circuler cet annuaire aux membres qui seront invité- e- s à l enrichir par une description synthétique de leurs activités / priorités. A noter : La MAE a déjà confié à Genre en 4

5 Action une mission de réalisation d un annuaire des expert- e- s francophones en genre et développement (à livrer en mars 2014). Les expert- e- s français seront invités à s y inscrire. 3. Mise en place d une page web dédiée à la plateforme permettant le partage de tous les contenus utiles (annuaire des membres, CR de réunions, espaces de discussion ). Le MAEDI a exprimé son souhait que cette page soit hébergée sur le site du réseau Genre en Action, afin de faciliter sa gestion en toute «liberté». Cette proposition a fait consensus. Toutefois se pose la question de la faisabilité, notamment financière, pour cette création qui implique une prestation de développement web. Mise en place des outils de communication : Ces différentes pistes d actions pour la communication ne pourront être concrétisées et pérennisées que sur la base de moyens solides. u Gouvernance et animation, composition et moyens de la plateforme Les participant- e- s sont reparti- e- s de propositions déjà élaborées par la Commission genre de Coordination Sud pour réfléchir aux meilleures solutions de gouvernance, fonctionnement et animation pour la plateforme. Les propositions suivantes ont été discutées : Animation et gouvernance Le MAEDI a fait le choix de confier (et financer) l animation de la plateforme à une structure extérieure : le réseau Genre en Action. La commission genre de Coordination Sud a proposé la mise en place d un secrétariat responsable de l animation directe de la plateforme, composé cette année du MAEDI et de Genre en Action, mais également d un bureau de coordination représentatif des membres de la plateforme, qui serait responsable d adopter les grandes orientations du travail de la plateforme et de son plan d action. Plusieurs participant- e- s ont souligné l importance de ne pas trop alourdir la structure de la plateforme, un point qui fait l objet d un consensus. En lien avec ce point d attention, il a été proposé de parler davantage d un «comité de pilotage» de la plateforme plutôt que d un bureau. Composition / profils des membres de la plateforme L ensemble des participant- e- s sont d accord pour que la plateforme reste un espace ouvert à tou- te- s les acteur- trice- s français- es qui souhaitent y participer, issu- e- s des différentes familles d acteurs du genre et/ou du développement. Moyens La mission d animation confiée à Genre en Action (juin 2014 mai 2015) comprend seulement l organisation de deux réunions plénières dans l année : en juillet 2014 et en janvier- février Cependant, il semble fondamental que d autres occasions permettent aux membres de la plateforme de se réunir, notamment eu égard aux échéances très proches de l agenda international. Il est donc souhaitable (et nécessaire) que d autres rencontres puissent être organisées, soit en plénière soit en groupes de travail, mais les moyens disponibles pour cela sont encore inconnus. Les échanges ont permis d avoir une première idée des perceptions et attentes des membres quant au fonctionnement de la plateforme, mais ne pourront aboutir à des pistes concrètes qu une fois que le MAEDI aura précisé les moyens à disposition pour rendre ce fonctionnement possible et pérenne. 5

6 Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international a annoncé qu après la réunion du 8 juillet, un budget dédié au fonctionnement de la plateforme serait élaboré. CONCLUSION ET PROCHAINES ETAPES A l issue de cette journée d échanges et de réflexion, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international a conclu la journée en se satisfaisant du dynamisme des échanges et de l intérêt marqué par les participant- e- s tout au long de la journée. Un point d attention a toutefois été porté sur le fait que la plateforme devra être animée dans une dynamique collective, et que les actions à mener devront l être de manière la plus opérationnelle possible, en priorisant les sujets et actions. Prochaines étapes : 1. Circulation du compte- rendu à la rentrée de septembre Sur la base du compte- rendu, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et Genre en Action proposeront des actions prioritaires à entamer pour lancer les travaux de la plateforme et garantir son bon fonctionnement. 3. Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international confirmera l état des moyens disponibles dans un premier temps afin de définir quelles actions sont réalisables et selon quel chronogramme. 4. Genre en Action reviendra vers les membres de la plateforme une fois ces premières discussions finalisées avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, afin de proposer l adoption d un schéma de gouvernance et fonctionnement et d un plan d action Prochaine rencontre de la plateforme en janvier 2015 (date à préciser) Quelques échéances et informations à garder en tête : En 2014, le MAEDI rédigera un Document d Orientation Stratégique sur la santé sexuelle et reproductive. S il est créé, le groupe «droits sexuels» pourrait y être associé. Le 16 décembre 2014, le MAEDI organise avec Genre en Action un colloque international faisant le bilan de Pékin+20 et du mainstreaming du genre (le programme en cours d élaboration et sera transmis à l ensemble des membres de la plateforme) Pékin+20 : Les 3, 4 et 5 novembre 2014 à Genève aura lieu le Forum des ONG pour la préparation de Pékin +20, les inscriptions sont déjà ouvertes sur le site. La CSW de mars (New York) portera aussi sur le bilan de Pékin+20. 6

7 Annexe 1. Programme de la journée 9h30 9h45 : Ouverture de la journée Ø Jean- Marc Chataigner, Directeur général adjoint DGM, MAEDI Ø Ouafae Sananès, Responsable Genre, Sous- direction de la santé, de la sécurité alimentaire et du développement humain MAEDI Ø Claudy Vouhé, Présidente de Genre en Action 9h45 12h : Table ronde : Depuis l adoption de la nouvelle stratégie genre et développement, quelles avancées et quels obstacles au sein des différentes familles d acteur- trice- s? o Valérie Loirat, Association Française du Conseil des Communes et Régions d Europe : Présentation des résultats du recensement de l intégration du genre dans les pratiques des coopérations décentralisées o Caroline Flepp, Magazine 50/50 : «Genre et développement» dans les médias français, quel rôle pour les médias? o Adeline Mazier, Coordination Sud : Point sur l intégration du genre dans les pratiques des associations et ONG françaises o Marie- Dominique de Suremain, AFED/Genre en Action : Etat des lieux de la place des enjeux «genre et développement» dans la recherche et la formation en France o Ouafae Sananès, Ministère des Affaires Etrangères : Présentation des actions réalisées depuis l adoption de la stratégie o Dimitri Kanounnikoff, Agence Française de Développement : Quelles avancées depuis l adoption du Cadre d intervention transversal «Genre et réduction des inégalités femmes- hommes o Fanny Benedetti, Direction Générale de la Cohésion Sociale : Point sur les principales échéances «droits des femmes» à l international et les priorités du Ministère des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Echanges en plénière sur les avancées et les lacunes à combler 12h 12h30 : Caroline Ressot, Romain Sabathier, Haut Conseil à l Egalité entre les femmes et les hommes : Mécanisme de suivi- évaluation de la stratégie genre et développement 12h30 14h : 14h 14h45 : Pause Déjeuner Session plénière : Les objectifs de la plateforme en 2014 et après Le rôle de la plateforme dans le suivi et l évaluation du DOS Les actions à mener en lien avec les différentes échéances internationales Thématiques de travail prioritaires 14h45-15h30 : Session plénière : Gouvernance, fonctionnement, animation de la plateforme Gouvernance et fonctionnement de la plateforme : quel schéma adopter? Animation de la plateforme et communication entre les membres 15h30 16h : Conclusion et prochaines étapes 7

8 Annexe 3. Relevé des contenus de la session du matin u Ouverture (MAEDI et Genre en Action) Ouafae Sananès, responsable genre de la Direction Générale de la Mondialisation (MAEDI), a ouvert la journée en rappelant l importance des défis auxquels font face les acteur- trice- s français- es du développement en termes d intégration du genre dans leurs pratiques, les enjeux majeurs de la mise en place d une approche genre dans ces pratiques, et l engagement fort du MAEDI et de ses opérateurs, notamment l Agence Française du Développement, pour avancer dans ce domaine. Jean- Marc Chataigner, Directeur général adjoint à la Direction Générale de la Mondialisation (MAEDI), a rappelé le rôle essentiel de la plateforme en tant qu espace de dialogue entre le MAEDI et les autres familles d acteurs du développement. Il a également souligné l importance de redynamiser la plateforme et de lui redonner son rôle de concertation en amont de la définition de l agenda post et des Objectifs du Développement Durable, en vue de rattraper le retard observé dans ces domaines au cours des quinze dernières années. En effet, tandis qu un consensus émerge pour défendre l intégration de l égalité des femmes et des hommes comme un objectif dédié et transversal de ce nouvel agenda (une position défendue par le Panel de Haut Niveau du Secrétaire Général des Nations Unies, et en discussion au sein du Groupe sur les objectifs du développement durable établi par l AGNU), la définition du contenu et des cibles de cet objectif reste en questionnement. Certaines cibles consensuelles telles que l élimination de toutes les formes de violence à l égard des femmes et des filles, la promotion de la participation et du leadership des femmes ou l accès à l éducation et aux ressources et opportunités économiques sont quasiment garanties, mais d autres relatives notamment aux droits sexuels et reproductifs sont encore sujettes à débat et représentent des enjeux de négociation très forts si l on souhaite défendre non seulement les acquis de la Conférence du Caire mais aussi aller plus loin dans la reconnaissance de ces droits et de l éducation à la sexualité. Emmanuel Lebrun- Damiens, Sous- directeur de la santé, de la sécurité alimentaire et du développement humain (MAEDI), a rappelé le rôle de la plateforme comme espace de concertation entre l ensemble des opérateurs et partenaires du développement. Il est aujourd hui important de s accorder sur le mode de fonctionnement de cette plateforme, de réviser son mode de travail thématique en définissant des thèmes ciblés et en faisant le lien avec l échéance de Pékin + 20, et d aboutir à un plan d action de la plateforme, ceci en vue de s assurer de la mise en œuvre du Document d Orientation Stratégique Genre et Développement adopté en CICID en août 2013, mais également de soutenir les négociations internationales auxquelles participe l Etat français. Dimitri Kanounnikoff, Directeur du département des appuis transversaux à la Direction des opérations de l AFD, qui a présenté les actions entreprises au sein de l Agence pour une meilleure intégration de l approche genre. Le Cadre d Intervention Transversal Genre de l AFD a effectivement été approuvé en mars 2014 et vise à faciliter l opérationnalisation du genre au sein de l Agence (lire ci- dessous). Claudy Vouhé, Présidente du réseau international francophone Genre en Action a présenté la manière dont Genre en Action souhaitait mettre à profit son expertise et son expérience de réseau multiacteurs au service de la plateforme. En effet, bien que de nature associative, Genre en Action est un réseau ayant vocation à rassemblé tous types d acteur- trice- s francophones du genre et / ou du développement (institutions, organisations internationales, organisations de la société civile, 11

9 mouvements de femmes et/ou féministes, chercheur- e- s, expert- e- s indépendant- e- s, collectivités, étudiant- e- s ). Mme Vouhé a exprimé l importance de faire de la plateforme un outil autonome et indépendant dans ses pratiques et dans sa pensée, mais toujours soutenu par les pouvoirs publics dont c est le rôle mais aussi l intérêt. Elle a insisté sur l importance d arriver, via la plateforme, à penser et faire du développement différemment, à transformer les actions et la manière dont interviennent les différents acteurs, en se fondant sur une approche genre intégrée. u Les avancées depuis l adoption du Cadre d Intervention Transversal «Genre et réduction des inégalités femmes-hommes» Par Dimitri Kanounnikoff, Directeur du département des appuis transversaux à la Direction des opérations de l Agence Française de Développement Dans le cadre de la validation de la nouvelle stratégie française genre et développement en juillet 2013, le groupe AFD a validé le nouveau CIT Genre et Réduction des inégalités F- H en CA le 27 mars La finalité du CIT Genre est de contribuer à un développement durable, inclusif et équitable entre femmes et hommes. Les deux objectifs stratégiques du CIT sont les suivants : - - favoriser l égalité des opportunités entre femmes et hommes améliorer l efficacité et la durabilité des opérations financées par le Groupe AFD Ces objectifs stratégiques se traduisent par trois objectifs opérationnels : prévenir les inégalités femmes- hommes dans les opérations de l AFD promouvoir le genre comme l un des objectifs de nos interventions accompagner l évolution des sociétés sur les enjeux de genre Trois indicateurs chiffrés principaux sont fixés par le CIT, alignés sur les cibles de la stratégie française genre et développement validée par le CICID : % des projets AFD marqués selon le marqueur CAD de l OCDE sur l égalité F- H % des projets AFD marqués 1 ou 2 selon le marqueur CAD de l OCDE sur l égalité F- H % de chefs de projets et de managers de l AFD ayant reçu une formation ou une sensibilisation sur le genre Six axes de travail ont été définis pour opérationnaliser le CIT genre: 1) Développer et mettre en œuvre des feuilles de route genre spécifiques aux secteurs & géographies d intervention de l AFD 2) Systématiser l intégration du genre tout au long du cycle de projet 3) Evaluer et capitaliser les expériences acquises 4) Renforcer les capacités internes sur les questions de genre 5) Sensibiliser les partenaires de l AFD sur le genre 6) Participer aux débats et à la réflexion sur le genre et le développement M. Kanounnikoff a également présenté les résultats d un état des lieux qualitatif de l intégration du genre dans les opérations. Il a mentionné l intégration progressive du genre dans les projets (soutien de la Division d Appui Environnemental et Social AES- aux équipes projets pour une meilleure intégration du genre dans les projets, nomination de référents genre dans les agences), le développement d outils (profils genre pays, 12

10 corpus méthodologiques, formations), l intégration du genre dans les Cadres d Intervention Sectoriels et les Cadres d Intervention Pays mais également les initiatives émergeant des agences et d autres départements du siège (projets Division Partenariat avec les ONGs (DPO)/coordination Sud, publications sur le genre par le département de la Recherche, organisation du Forum des Femmes Francophones à Kinshasa et création d un réseau de femmes à l issue de ce forum, participation de l agence AFD à Yaoundé au Café Genre sur l autonomisation des femmes rurales organisé par ONU- Femmes au Cameroun). Quant à l état des lieux quantitatif de l intégration du genre dans les opérations, l AFD estime qu aujourd hui, la cible de 50% de projets AFD «genrés» en 2014 est atteignable. En termes d intégration du genre, la structure modèle au sein de l AFD est la Division Partenariat avec les ONG (DPO). Depuis le début de l année 2014, 21/31 projets octroyés et portés par DPO sont «genrés» et 9/29 projets portés par la Direction des Opérations (DOE) le sont également. Par ailleurs, parmi les projets en identification : sur environ 100 projets DOE en identification revus par la division d Appui Environnemental et Social (AES), 66 projets sont notés 0 (dont 18 avec potentialité 1) et 29 projets sont notés 1. Enfin, M. Kanounnikoff a rappelé les défis majeurs auxquels fait face l AFD en vue d intégrer le genre dans ses pratiques. Il a ainsi rappelé la nécessaire implication des agences et des chefs de projets dès l identification, les enjeux d appropriation et participation aux phases d élaboration des méthodologies sectorielles, mais également le caractère essentiel des formations (participation, réseau, régularité ) et du temps disponible pour l appui (référents siège/agence, AES ), y compris au sein de la hiérarchie. u Résultats du recensement de l intégration du genre dans les pratiques des coopérations décentralisées Par Valérie Loirat, Direction Europe du Citoyen, Association Française du Conseil des Communes et Régions d Europe En 2006, le Conseil des Communes et Régions d Europe adoptait la Charte Européenne pour l Egalité des Femmes et des Hommes dans la vie locale, un document élaboré par des élu- e- s locales- aux et régionales- aux de toute l Europe, accompagné- e- s par des expert- e- s des questions de genre. L objectif de cette charte consiste à formaliser et valoriser l engagement des collectivités territoriales sur les questions d égalité dans l ensemble de leurs compétences. L article 30 de cette Charte porte sur la coopération internationale des territoires et encourage les collectivités à inclure la question de l égalité dans leurs politiques de coopération décentralisée. En France, l AFCCRE est chargée de promouvoir ce document auprès des territoires français, à travers un groupe de travail dédié à cette mission. En 2013, après la mise en place d un groupe de travail «coopération décentralisée et égalité», une initiative de recensement de l intégration du genre dans les pratiques de coopération décentralisée des collectivités françaises a été initiée par l AFCCRE. Le premier constat issu de cette initiative a été celui de la difficulté à identifier les bonnes pratiques, avec peu de retours de la part des collectivités. L AFCCRE a ainsi reçu quelques retours de territoires français (le Conseil Régional d Auvergne, la Ville de Rennes, le Conseil Régional de l Isère, Lille Métropole ), précisant également en quoi et pour quelles raisons ces pratiques ne sont pas encore vraiment en place. Plusieurs obstacles à l intégration du genre dans les coopérations décentralisées ont été identifiés par l AFCCRE à travers ce travail : 13

11 Ø Les enjeux transversaux sont difficiles à intégrer au sein des collectivités territoriales en raison du découpage des missions et compétences entre les élu- e- s Ø Les collectivités locales françaises manquent de moyens, d expertise et de compétence sur l approche genre en dépit d un intérêt croissant pour ces questions Ø Les approches «femmes» et «genre» sont encore souvent confondues par les collectivités Ø Les enjeux d efficacité liés à l intégration de l approche genre ne sont pas toujours bien perçus Toutefois, certains questionnements actuels au sujet des collectivités, liés au financement de ces dernières et à la réforme territoriale notamment, seront peut- être des opportunités de développer l intégration du genre dans leurs pratiques. Le contexte de restriction budgétaire peut être utilisé comme une opportunité de renforcer la qualité et l impact des politiques publiques, y compris à travers l intégration d une approche genre. u «Genre et développement» dans les médias français : quel rôle pour les médias? Par Caroline Flepp, fondatrice du magazine en ligne 50/50 50/50 (http://www.50-50magazine.fr/) est un média citoyen, participatif, ouvert, développé dans la continuité du site Egalité Infos (http://www.egalite- infos.fr/). Ce nouveau média vise à aborder l égalité sous un angle particulier : celui de l international, à travers une équipe constituée de chercheuses, de journalistes ou de membres d associations. La création de ce nouveau magazine est partie d un constat : les femmes sont invisibles dans les médias, et lorsqu elles sont visibles elles sont stéréotypées. Tous les cinq ans, une enquête internationale «Global Media Monitoring Project» est réalisée. En 2009, elle a démontré que les femmes n apparaissent que pour 27% dans les médias en France, 24% au niveau international. En 2013, elle indiquant que les femmes expertes n apparaissent qu à 18% dans l ensemble des médias. Sur les thématiques «genre et développement», le constat est celui d un grand silence des médias en général. Bien qu aucune donnée chiffrée n existe sur cette thématique, on ne peut que constater cette absence de traitement des enjeux genre et développement. Un article d Altermondes sur la façon dont les Etats et ONG avaient soutenu les victimes du tsunami, et démontrant en quoi ce soutien avait bénéficié majoritairement aux hommes et peu aux femmes, est considéré comme l un des rares articles sur ces questions. La fondatrice de 50/50 a manifesté son souhait de pouvoir relayer davantage les sujets genre et développement, en lien avec des groupes ou collectifs tels que la commission genre de Coordination Sud. u L intégration du genre dans les pratiques des associations et ONG françaises Par Adeline Mazier, Secrétaire générale du Bureau de Coordination Sud Coordination Sud a une mission d appui à la professionnalisation des ONG et à leurs positionnements. Elle soutient également financièrement certaines initiatives à travers le FRIO (Fonds de renforcement institutionnel et organisationnel des ONG). En 2004, les résultats d une enquête sur l égalité de genre dans les instances décisionnelles des ONG françaises ont démontré la sous- représentation des femmes élues dans les Conseils d Administration des ONG. En réponse à cette enquête, Coordination Sud a adopté une motion pour la parité au sein du Conseil d Administration du collectif. 14

12 Par ailleurs, le collectif a mis en place plusieurs groupes thématiques, dont la commission genre de Coordination Sud. Cette dernière travailler sur différentes dimensions du gere dans le développement, et a vocation à faciliter les échanges de pratiques et d expériences dans la mise en œuvre de l approche genre dans les projets, à sensibiliser les ONG françaises à l approche genre, et enfin à promouvoir l intégration du genre dans les politiques et programmes de développement de la coopération française. La commission genre de Coordination Sud regroupe aujourd hui 25 organisations membres. Elle a largement contribué à opérationnaliser la volonté politique de Coordination Sud d intégrer le genre, en proposant des outils pour améliorer les pratiques des OSI- M, en mettant en place des formations spécifiques, en travaillant sur un référentiel et des outils de formations ou encore en ayant organisé des séminaires dédiés aux échanges d expériences («Osons le genre» 2006, «Nous avons osé le genre» 2010). Une prochaine formation sur l intégration du genre sera organisée par Coordination Sud en septembre En parallèle de ce travail, Coordination Sud a très tôt été reconnue comme un acteur important en matière de dialogue avec les décideurs sur les enjeux de l intégration du genre. Cela s est traduit par des collaborations renforcées dans le cadre du Document d Orientation Stratégique Genre et Développement du MAEDI, du Cadre d Intervention Transversal Genre de l AFD, de la LOP Par ailleurs, Coordination Sud a récemment fait le choix de transversaliser le genre dans ses actions en en faisant une priorité du cadre triennal du collectif. Sur le niveau d intégration de l approche genre par les ONG et associations françaises, Coordination Sud observe plusieurs obstacles à surmonter : Ø Bien que la plupart des OSC ait entendu parler de cette approche, elles manquent encore d outils pour l opérationnaliser Ø Les acteurs ont besoin de formation, d accompagnement post- formation sur le moyen / long terme, d espaces d échange de pratiques, y compris avec des OSC du «Sud». u Etat des lieux de la place des enjeux «genre et développement» dans la recherche et la formation en France Par Marie- Dominique de Suremain, Association «Femmes et Développement» (AFED), Réseau Genre en Action Dans le domaine de la recherche, le premier constat est celui du faible nombre de chercheuse- r- s impliqué- e- s sur les sujets «genre et développement», et du manque de communication et coordination entre ces dernier- e- s. Dans les années , on a vu l émergence de fondatrices dans le domaine de la recherche sur «femmes et développement», mais lors du passage de l approche «femmes et développement» à «genre et développement» la recherche sur le sujet s est affaiblie. Ce n est que plus récemment que quelques chercheuses apparaissent sur ces sujets et que des liens commencent à se construire avec des ONG et d autres structures. Un second constat, essentiel, est celui du manque de moyens disponibles pour les chercheuse- r- s en genre et développement. Peu de bourses, d opportunités de soutien financier, s offrent à ces dernier- e- s. En termes de formation, la question «genre et développement» est aujourd hui totalement absente des formations universitaires. Le seul master explicitement dédié à ce sujet, à l université Paris 7, a récemment été transformé en master «genre et changement social et politique». Certaines universités ont toutefois mis en place des initiatives dans le domaine, comme c est le cas à Toulouse de Miral, ou à Lyon 2 (Master Egales). Ces universités souhaitent se mobiliser pour former aux enjeux genre et développement, mais ce croisement reste encore en grande partie à 15

13 construire. Pourtant, il faut noter que la recherche dans le domaine «genre et développement» a une réelle plus- value à apporter aux initiatives de développement. Ainsi, la recherche peut se mobiliser pour produire des données quantitatives et qualitatives d évaluation des projets de développement, en vue de produire ensuite du plaidoyer appuyer sur des chiffres et des «preuves» objectives. Un autre enjeu est celui de co- construire avec les ONG, les agences de développement des savoirs nouveaux. Plusieurs pistes sont ainsi à creuser : Ø Les universités sont intéressées à co- construire des thèmes de thèses pour outiller de façon approfondie les projets Ø Il est nécessaire de mettre en place des moyens, des bourses de thèses, pour permettre le développement de la recherche sur le sujet Ø Des alliances sont à construire et renforcer entre les institutions de recherche au Nord et au Sud, et la co- organisation de manifestations internationales pourrait être envisagée Ø Il semble essentiel de soutenir les publications pour rendre visibles les travaux réalisés et leurs résultats Ø La construction de projets de recherche avec les universités du Sud pour soutenir ces dernières est un axe de travail à renforcer Ø Les outils de projets peuvent permettre de dépasser le cloisonnement institutionnel et d articuler le monde de l action et de la recherche, à travers des outils innovants comme le Fonds de Solidarité Prioritaire du MAEDI. u L agenda international du «genre et développement» et des droits des femmes et les enjeux pour la France, Par Fanny Benedetti, Chargée de mission pour les affaires européennes et internationales relatives aux droits des femmes et à l égalité entre les femmes et les hommes, Direction Générale de la Cohésion sociale On observe au niveau des Nations Unies des échéances «genre et développement» qui se situent dans un contexte de convergence des agendas sur ce sujet. Ainsi en mai 2014 la France a rendu aux Nations Unies son rapport national de bilan de la mise en œuvre de la Plateforme de Pékin +20 1, en juillet 2014 se déroule la 13 ème session du groupe de travail ouvert sur les Objectifs du Développement Durable qui rendra son rapport à la fin du mois, et en septembre 2014 le FNUAP organisera une session spéciale de l AGNU sur le suivi du programme d action du Caire. En novembre 2014 se déroulera une réunion régionale pour l Europe à Genève sur Pékin +20, qui sera aussi au cœur de la 59 ème Commission sur le Statut des Femmes (CSW en anglais mars 2015). Enfin, l agenda post- 2015, intégrant les engagements du bilan de Pékin +20, sera finalement adopté en septembre Les sujets des droits des femmes et de l égalité des femmes et des hommes se retrouvent ainsi au cœur de l agenda des Nations Unies, mais leur compréhension et négociation se trouvent complexifiées par l existence de différents processus en parallèle. Au niveau international, ces différents processus de négociations et de préparation viennent poser plusieurs enjeux. Celui d abord de la reconduction du programme d action du Caire au- delà de 2014 : les sujets de la santé et des droits sexuels et reproductifs, y compris de 1 En savoir plus : nce_review_beijing20.pdf 16

14 l éducation sexuelle, sont encore particulièrement sensibles dans le cadre des négociations, et l un des enjeux consistera à donner une nouvelle impulsion politique à l agenda du Caire. Celui également de l adoption dans le cadre du processus ODD et post d un objectif dédié à l égalité femmes- hommes et l autonomisation des femmes et des filles (un principe aujourd hui quasiment acquis et ayant fait l objet d une proposition du Groupe Ouvert), tout en assurant l inclusion transversale du genre aux autres objectifs, un point qui pose encore question aujourd hui. Au niveau de la France, les enjeux spécifiques des négociations sont : 1. Mettre l égalité femmes- hommes au cœur de l agenda pour le développement post Objectif dédié couvrant : l élimination de la violence envers les femmes, l égalité d accès aux ressources et aux opportunités économiques, l égale participation à l ensemble des processus de décision, l accès universel aux droits et à la santé sexuelle et reproductive. Ces quatre cibles sont interdépendantes, et les efforts pour éliminer toutes les formes de violence à l encontre des filles et des femmes auront des répercussions sur les trois autres cibles. Inclusion transversale du genre aux autres objectifs : L'égalité femmes- hommes, les droits des femmes et l autonomisation des femmes doivent être au cœur de l agenda post La question de l égalité entre les femmes et les hommes doit être intégrée, non seulement en tant qu objectif dédié, mais également de manière transversale dans l ensemble des autres objectifs. 2. Promouvoir une approche par les droits : Les discriminations à l encontre des femmes violent les principes de l égalité des droits et du respect de la dignité humaine. Elles constituent une entrave à la participation des femmes, dans les mêmes conditions que les hommes, à la vie politique, sociale, économique et culturelle de leurs pays. La France estime qu une approche transformative et globale est nécessaire afin d agir contre les causes structurelles des inégalités et contre les discriminations. 3. Promouvoir une meilleure collecte de données ventilées par sexe, indispensables au suivi et à la compréhension des facteurs à l origine des inégalités entre les femmes et les hommes. La collecte de données sexo- spécifique ne suffit pas à elle seule à la prise en compte adéquate de la dimension de genre dans le post La France exige également une analyse genrée des politiques et des résultats obtenus, qui permettront de mieux orienter et prioriser les orientations financières des politiques nationales. Stéphanie Seydoux, nouvelle cheffe du service des droits des femmes et de l égalité des femmes et des hommes est également intervenue rapidement pour mettre l accent sur la volonté du Ministère de réactiver la recherche sur les enjeux «genre et développement» et de valoriser et mobiliser la recherche française sur ces sujets. u L intégration de l approche «genre et développement» au sein du MAEDI et la mise en œuvre du DOS Par Ouafae Sananès, responsable genre de la Direction Générale de la Mondialisation (MAEDI) Depuis quelques années, le MAEDI se mobilise sur les enjeux «genre et 17

15 développement» auprès de ses partenaires à travers sa participation à l organisation de plusieurs évènements : Forum Mondial des Femmes Francophones, Forum global des Femmes, colloque international du 16 décembre 2014 à venir Le MAEDI s inscrit ainsi dans une approche visant à dynamiser les différents acteurs pour une intégration effective du genre dans leurs pratiques. En parallèle, le MAEDI joint ses forces à celles du Ministère des Droits des Femmes pour assurer la mobilisation française au niveau international, dans les différents processus de négociation en cours. En interne, afin que l approche «gender mainstreaming» devienne aussi une réalité, le MAEDI tente de mettre en place une dynamique pour permettre l intégration du genre dans les actions quotidiennes de ses agent- e- s et diplomates, dans leur ensemble. Selon le MAEDI, le défi majeur qui se pose encore aujourd hui est le suivant : Comment traduire le principe de l égalité des femmes et des hommes, du genre et développement de manière pratique dans des outils opérationnels? Afin d y répondre, depuis novembre 2013 une série de formations et sensibilisations a été engagée, à tous les niveaux, mais le manque de moyens et le «temps administratif» restent des obstacles à surmonter. u Présentation du mécanismes de suivi de d évaluation de la stratégie genre et développement. Par Romain Sabathier, Secrétaire général du HCEfh et Caroline Ressot, en charge de la Commission «International» Selon le Document d Orientation Stratégique genre adopté par le CICID le 31 juillet 2013, la plateforme genre et développement a pour mission principale «d assurer l accompagnement et le suivi de la mise en œuvre de la nouvelle stratégie genre et développement , en complémentarité avec le Haut Conseil à l Egalité». Afin d envisager plus précisément la façon dont se réalisera cet accompagnement, le Haut Conseil à l Egalité des Femmes et des Hommes a présenté la démarche et la méthode pour l évaluation de la stratégie. Saisine du HCEfh pour l évaluation : Pour rappel, le HCEfh, l instance consultative indépendante en charge des droits des femmes et de l égalité entre les sexes, placée auprès du Premier ministre, a été chargée officiellement de l évaluation de ce DOS2. Cela fait suite à la première évaluation réalisée par l OPFH, en association avec la CNCDH, et remise à Pascal Canfin et Najat Vallaud- Belkacem, respectivement ministres de la coopération et des droits des femmes, en janvier Comme l a indiqué, plus tôt M. Lebrun- Damiens, cette évaluation ambitieuse et exigeante est confiée à une autorité extérieure, élément fort, crédibilisant la parole et l engagement de la France. Méthode de l évaluation définie par le HCEfh : Dans le cadre de la mission confiée au HCEfh d évaluer chaque année la mise en œuvre du DOS2, il a été décidé de : - décréter l année 2014, année zéro de cette évaluation ; - mener une démarche de co- construction d indicateurs, sur la base du cadre logique, pour faciliter tant la mise en œuvre du DOS que son évaluation : L élaboration de ces indicateurs puis l évaluation de cette nouvelle stratégie se font conjointement avec l ensemble des parties prenantes, à savoir : les ministères concernés (administrations centrales et déconcentrées), les opérateurs du MAE tels que l AFD, les ONG et associations, notamment via la plate- forme «Genre et développement» et la Commission «genre» de Coordination Sud, les expert- e- s et les instances consultatives ou encore les AAI, comme la CNCDH, qui travaillent sur ces questions. 18

16 Toutes ces structures, services, instances et personnes - au total 25 membres (11 membres du HCEfh et 14 membres associés), ont été présentes ou représentées lors des 5 séances du groupe de travail, «Coopération et protection internationale», créé spécifiquement à cet effet, entre février et juillet De nombreux échanges téléphoniques et réunions ont été organisés pour affiner le travail et s assurer de la compréhension et de la faisabilité des indicateurs afin de favoriser une bonne appropriation de la démarche. Eléments de calendrier : - Rentrée 2014 : cycle de présentations des indicateurs : MAE, AFD, Hauts fonctionnaires EFH, Assemblée nationale, etc. - Printemps 2015 : cycle d auditions à partir du rapport transmis par le MAE - Eté 2015 : cycle de rédaction de l avis - Rentrée 2015 : validation et publication du premier avis du HCEfh Ce processus d évaluation est particulièrement important pour engager avec cette deuxième stratégie un changement, comme l a indiqué Claudy Vouhé, structurel, profond, pour les organisations françaises (administrations, associations, etc.) impliquées dans cette stratégie et pour les femmes et les hommes dans les pays concernés par les projets. Il s agit de passer du quantitatif au qualitatif, de la communication à l action réelle et vérifiable. u Les indicateurs cadre d élaboration et cadre logique Le DOS2 prévoit lui- même que l évaluation soit réalisée à partir du cadre logique qui définit les activités, les acteurs et donne quelques éléments (indicateurs, résultats attendus et échéances) pour aider à sa mise en œuvre. C est pourquoi, les indicateurs du HCEfh respectent et s insèrent dans ce cadre. Compte- tenu de ce cadre très ambitieux, il a fallu composer avec les contraintes humaines et financières des services concernés tout en gardant à l esprit les résultats attendus. Les 54 indicateurs, ainsi déterminés, participent à l accompagnement, pour l ensemble des 6 objectifs et 27 sous- objectifs : - de la mise en œuvre du DOS (qui fait quoi?) ; - du suivi (quels résultats?) et ; - de l évaluation (quels résultats au regard des objectifs fixés? quelle progression?) Evaluation de la progression : - Chaque année : 31 indicateurs sont à renseigner chaque année à compter de 2014, en fonction des informations disponibles. Elles montreront les évolutions et permettront un suivi régulier. - A partir de 2017 : - 23 indicateurs seront analysés après 2017, à l issue de l évaluation. Ces informations pourront être traitées soit par les ministères, soit par des prestataires extérieurs, soit par le HCEfh directement. Ils laisseront le temps de l étude et de l analyse des pratiques, par exemple pour les bailleurs, tels que les collectivités locales. Ces indicateurs permettront de mesurer, tant la capacitation des agent- e- s en matière de genre que la redevabilité, pour s assurer de l effectivité et l efficacité de la mise en œuvre avec la possibilité d ajustement des procédures et pratiques tout au long de l exercice A cette fin, des échanges, des auditions, des rendez- vous et des présentations entre le HCEfh et les services concernés seront organisés. Une annexe, à la demande des membres du Groupe de travail, a d ailleurs été réalisée afin de rendre visibles les services compétents qui ont pu être identifiés lors de l élaboration des indicateurs. 19

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

EVALUATION DE LA POLITIQUE FRANÇAISE «GENRE ET DEVELOPPEMENT»

EVALUATION DE LA POLITIQUE FRANÇAISE «GENRE ET DEVELOPPEMENT» COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L HOMME OBSERVATOIRE DE LA PARITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES EVALUATION DE LA POLITIQUE FRANÇAISE «GENRE ET DEVELOPPEMENT» Rapport du Groupe de travail

Plus en détail

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial Note conceptuelle Forum Social Mondial 2015 - Tables rondes Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX ATELIER DE VALIDATION DU PROJET DE PLAN D ACTIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DE BASE A ACCES UNIVERSEL AU CAMEROUN YAOUNDE, HOTEL MONT FEBE 05-06 FEVRIER 2015 Yaoundé, Cameroun, 04-06

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH)

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) République d Haïti Primature Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) Les règles de prévention des conflits d intérêts dans la fonction publique Haïtienne Responsabilité Générale de l OMRH

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Note de service SG/SRH/SDDPRS/2015-206

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

Rapport des conclusions et recommandations du séminaire

Rapport des conclusions et recommandations du séminaire ÉCHANGES DE PRATIQUES SUR LE TRAVAIL ET LE TRAVAIL DÉCENT NOVEMBRE 2014 Rapport des conclusions et recommandations du séminaire Rapport Réalisé par le Programme Pavage Table des matières Introduction...

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Déclaration de Rennes :

Déclaration de Rennes : Déclaration de Rennes : Pour des systèmes alimentaires territorialisés Réunie à l invitation du Conseil régional de Bretagne à Rennes le 4 juillet 2014, l Association des Régions de France (ARF), en lien

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015

Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015 Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015 Introduction Le présent document d analyse met en exergue quelques éléments clés du suivi et de l

Plus en détail

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE ÉTAPE 1 Cerner le projet C est le premier temps du projet : il permet d identifier une situation-problème qui questionne et nécessite la mise en œuvre d une réponse. Le projet peut

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4)

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi Introduction : contexte et objectifs MEMENTO Ce mémento vise à formaliser et faire mieux connaître les pratiques qui se sont établies depuis l entrée en vigueur de la circulaire du Premier ministre du

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement

Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement DOCUMENT DE TRAVAIL Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement Le présent document propose la mise en

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France Panorama des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable en France Décembre 2009 TERRITOIRES AYANT DÉCLARÉ UN AGENDA 21 LOCAL - SEPTEMBRE 2009 En 2009, l Observatoire s est

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

Guide pour un processus de qualité en éducation au développement

Guide pour un processus de qualité en éducation au développement Guide pour un processus de qualité en éducation au développement www.acodev.be Introduction Ce guide est un outil au service des organisations impliquées dans le champ de l éducation au développement (ED)

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013 Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC Fonds monétaire international 18 avril 2013 Le suivi de Tokyo - Stratégie La stratégie proposée par la RDC à Tokyo pour renforcer la

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 Le séminaire pré-conférence à l intention des femmes leaders élues dans les collectivités locales

Plus en détail

Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentation pour la jeunesse

Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentation pour la jeunesse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentation pour la jeunesse Note d étape sur l expérimentation au 30 décembre 2010 DOSSIER

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

ASSOAL En partenariat avec

ASSOAL En partenariat avec ASSOAL En partenariat avec AC-BP-FL, le PNDP? et le FEICOM? JOURNEES NATIONALES DE LA TRANSPARENCE BUDGETAIRE Contexte PREMIERE EDITION YAOUNDE, OCTOBRE 2014 TERMES DE REFERENCE Au Cameroun, la loi constitutionnelle

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Coopération au développement pour les populations et la planète : Que faut-il faire?

Coopération au développement pour les populations et la planète : Que faut-il faire? Nations unies Département des Affaires économiques et sociales Préparation du Forum 2016 pour la coopération en matière de développement Coopération au développement pour les populations et la planète

Plus en détail

Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA)

Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA) Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA) Appel à compétence et projet d activités : Cahier des charges DLA Contexte et objectifs stratégiques... 2 Contexte d intervention du Dispositif Local d Accompagnement...

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 MARCHÉ DE SERVICES POUR LE PROGRAMME DES BOURSES HORS PROJET CRÉATION ET MISE EN ŒUVRE DE DEUX MODULES D UNE FORMATION POUR

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Cahier des charges «Veille Techno» 2015

Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Cahier des charges «Veille Techno» 2015 Novembre 2014 SOMMAIRE 1 Titre de niveau 1... Erreur! Signet non défini. 1.1 Titre de niveau 2... Erreur! Signet non défini. 1.1.1 Titre de niveau 3... Erreur! Signet

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 Conseil de l Europe Edition

Plus en détail

Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR)

Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR) p Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR) Evaluation à mi-parcours des Contrats de Projets Etat-Région Volet Enseignement Supérieur et Recherche

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

Forum du Conseil de l Europe pour l avenir de la démocratie. «Systèmes électoraux» Document d information à l attention des ONG intéressées

Forum du Conseil de l Europe pour l avenir de la démocratie. «Systèmes électoraux» Document d information à l attention des ONG intéressées Forum du Conseil de l Europe pour l avenir de la démocratie «Systèmes électoraux» Kiev, Ukraine, 21-23 octobre 2009 Document d information à l attention des ONG intéressées Le Forum pour l avenir de la

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles 57 e session de la Commission de la condition de la femme, 4 15 mars 2013 Plan d action francophone sur les violences

Plus en détail

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Le Conseiller pour les Affaires Sociales Travail/Emploi Formation professionnelle Santé/Protection sociale Action sociale/population Rabat, le 28 décembre 2011 L emploi : une

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS Plan Santé Municipal Population ENTREPRISES TRANSPORTS SECTEUR ÉCONOMIQUE SECTEUR SANTÉ ET SOCIAL ENVIRONNEMENT INDUSTRIE

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

La coopération décentralisée est inscrite dans la transversalité et se nourrit des échanges et pratiques confiés aux missions de l Agence.

La coopération décentralisée est inscrite dans la transversalité et se nourrit des échanges et pratiques confiés aux missions de l Agence. 1 Une mission «coopération décentralisée» existe depuis 8 ans à l ARENE Île-de-France. Résultat d une délibération sur l action internationale votée par la Région Île-de-France souhaitant que celle ci

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Elaborer le paquet minimum d'activités

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Cadre Stratégique Commun 2014-2020

Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Assemblée des Régions d Europe Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Contribution de l ARE au document de travail des services de la Commission Juillet 2012 Cadre Stratégique Commun 2014-2020 Assemblée des

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Compte- rendu des activités 2013 du Réseau Climat & Développement

Compte- rendu des activités 2013 du Réseau Climat & Développement Compte- rendu des activités 2013 du Réseau Climat & Développement Consolider le tissu associatif pour mieux influencer et accompagner l'intégration de la contrainte environnementale, énergétique et climatique

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 1. Finance et investissement Mettre en place des mesures fiscales et réglementaires qui tiennent compte du genre pour canaliser

Plus en détail

Méthodologie de retour d expérience

Méthodologie de retour d expérience N 1 RETOUR D EXPERIENCE Méthodologie de retour d expérience pour les événements sanitaires ou à impact sanitaire mars 2007-1 - Direction générale de la Santé Département des situations d urgence sanitaire

Plus en détail

des essources umaines

des essources umaines chéma irecteur des essources umaines 2013-2014 www.cramif.fr Le mot du Directeur Général Huit mots-clés pour ouvrir les portes du nouveau SDRH 2013-2014 qui s inscrit dans la continuité du précédent,

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail