25/02/ /- Contrôle du mouvement. Voie finale commune

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "25/02/ /- Contrôle du mouvement. Voie finale commune"

Transcription

1 Contrôle du mouvement Deux types de motricité : - une motricité «manipulative», volontaire et fine : muscles distaux - une motricité liée à la posture et à la locomotion, largement involontaire : muscles du tronc et proximaux des membres Mouvements volontaires de précision Mouvements rythmiques respiration et mastication Posture et équilibration Mouvements rythmiques locomotion Réflexes Les mouvements volontaires de précision relèvent des structures supérieures Les mouvements involontaires (réflexes et automatiques) relèvent de la moelle épinière et du tronc cérébral Le système moteur est constitué de l ensemble des muscles striés de l organisme et des circuits de neurones qui les commandent. Parmi ces neurones, seuls les motoneurones commandent directement la contraction musculaire. Le motoneurone étant la voie finale commune de la motricité, étudier la motricité revient à étudier les afférences du motoneurone. Voie finale commune Schématiquement, on distingue 3 types d afférences : - des afférences sensitives directes excitatrices. Ce sont des fibres provenant de neurones des ganglions des racines dorsales véhiculant des info sensorielles concernant la longueur du muscle (ou plutôt les variations de longueur) en provenance des fuseaux neuromusculaires + + +/- Fibres sensitives Motoneurone - des afférences excitatrices provenant directement de centres supraspinaux et tout particulièrement du cortex moteur primaire - des afférences provenant de neurones intramédullaires, également appelés interneurones. Quantitativement ces afférences sont les plus importantes 1

2 2

3 1) Contrôle du mouvement : Contrôle spinal du mouvement Contrôle spinal du mouvement L activité motrice médullaire s exprime par l intermédiaire des réflexes Un réflexe est un mécanisme couplant une entrée sensorielle à une sortie motrice : il correspond à la production d une réponse motrice stéréotypée à une stimulation particulière. Chaque réflexe repose sur un circuit neuronal spécifique, parfois appelé arc réflexe, comportant un neurone sensoriel, un motoneurone et le + souvent un ou plusieurs interneurones (sauf pour le réflexe myotatique pour lequel le neurone sensoriel fait directement synapse avec le motoneurone). On peut classer les réflexes en fonction de la localisation des récepteurs sensoriels qui les déclenchent : - récepteurs musculaires, c est le réflexe myotatique. - récepteurs tendineux, c est le réflexe myotatique inverse. - récepteurs cutanés (ou muqueuse), c est le réflexe de flexion. Les réflexes ne doivent pas être envisagés comme des mécanismes indépendants mais plutôt comme des processus modifiant en permanence les ordres moteurs descendants (supraspinaux) à partir d informations proprioceptives ou tactiles. Dans des conditions normales, et à l exception de quelques réflexes de protection (réflexe de retrait à une stimulation nociceptive), les réflexes ne sont pas mis en jeu de manière isolée mais opèrent de manière intégrée pour assurer une exécution harmonieuse des mouvements. 3

4 (Récepteurs musculaires) Mise en évidence Chez un chien décérébré, une des extrémités du quadriceps est désinsérée et reliée à un dynanomètre. La force développée par le muscle en réponse à un étirement peut ainsi être mesurée Résultat muscle dénervé : seule la force élastique du muscle est mise en jeu Résultat muscle innervé : s y ajoute la force due à la contraction musculaire commandée par la moelle épinière. Cette contraction, de nature réflexe, est déclenchée par l activation d une structure intra-musculaire sensible à l étirement, le fuseau neuromusculaire. Le fuseau neuromusculaire Le fuseau neuromusculaire Chaque fuseau est constitué de fibres intrafusales dont la partie polaire (partie aux extrémités des fibres musculaires) est contractile et dont le centre (partie équatoriale) ne l'est pas. L'ensemble est enveloppé dans une capsule de tissu conjonctif. Ia II Les FNM sont des capsules du tissu conjonctif (long de 4 à 10 mm et d un diam de 100 µm) comportant en moy 7 fibres musculaires spécialisées appelées, fibres intrafusales. Les FNM sont placés en parallèle avec les fibres extrafusales, si bien qu ils en subissent les changements de longueur. Les extrémités des fibres intrafusales ont gardé des prop contractiles mais pas la partie centrale. Le FNM reçoit une innervation motrice par l'intermédiaire du motoneurone gamma, et une innervation sensitive par les fibres Ia et II. 4

5 Le fuseau neuromusculaire Le fuseau neuromusculaire En l absence d étirement musculaire, les fibres afférentes sont inactives. Lorsque le muscle est étiré, les FNM sont également étirés car placés en parallèle avec les fibres extrafusales. Cet étirement provoque leur activation. 5

6 Arc réflexe monosynaptique Arc réflexe monosynaptique : L activation des fibres afférentes Ia par l étirement d un muscle est directement transmise aux motoneurones du muscle étiré et des muscles antagonistes Le muscle se contracte donc ce qui tend à le raccourcir. On est devant un exemple de rétrocontrôle négatif : une stimulation (étirement d un muscle) provoque une réponse qui tend à s opposer aux conséquences de la stimulation. 6

7 7

8 Contraction d un muscle en réponse à son étirement involontaire Lorsqu on étire un muscle, celui-ci dév une tension; Cette tension s oppose a l étirement; vise à maintenir constante la longueur du muscle Même au repos, les positions articulaires sont telles, que la plupart des muscles ont un certain degré d étirement ; il existe donc une activité de fond permanente du réflexe myotatique responsable d une tension muscu permanente appelée tonus musculaire (tonus musculaire indispensable au maintien de la posture : la station debout n est possible que si les muscles extenseurs des jambes sont contractés tandis que leurs antagonistes, les muscles fléchisseurs sont relâchés. Rôle fondamental dans les processus antigravitaires 8

9 inverse (Récepteurs tendineux) Les organes tendineux de Golgi sont localisés dans les tendons en série avec les fibres musculaires. Récepteurs disposés en série avec les fibres musculaires. Fibres de type Ib : Projection sur des interneurones medullaires : - inhibiteurs qui inhibent les motoneurones α du muscle concerné - excitateurs qui excitent les motoneurones α des muscles antagonistes Ils sont innervés par des fibres Ib de gros diamètres inverse Fonctions du reflexe myotatique inverse Le réflexe myotatique inverse : une augmentation de tension provoque un relâchement musculaire, relâchement qui va diminuer la tension. Il s agit donc d une boucle de rétroaction négative. Le réflexe d'inhibition réciproque Comme nous l avons vu, le réflexe tendineux provoque le relâchement du muscle. Cette régulation est en fait plus complexe : Simultanément, ce réflexe entraîne aussi une contraction des antagonistes. Il s agit ici d un mécanisme d équilibre de tension entre agonistes et antagonistes. Diminuer une tension musculaire excessive lors d'une contraction active par réduction de l'activité des motoneurones α du muscle étiré (Ce réflexe intervient dans le cas d un étirement bref et intense, il protège ainsi le muscle et le tendon de protection contre toutes les lésions liées à un excès de tension : de la déchirure musculaire jusqu à la sidération (rupture du tendon) Renforcer la contraction des muscles antigravitaires et maintenir la posture Retenir : Les fuseaux neuro musculaires sont sensibles à la variation de la longueur des muscles Les organes tendineux de Golgi sont sensibles à la variation de la tension des muscles 9

10 Reflexe de flexion (Récepteurs cutanés) Reflexe de flexion (Récepteurs cutanés) Double innervation réciproque Réponse bilatérale 10

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

le réflexe myotatique le réflexe rotulien

le réflexe myotatique le réflexe rotulien UB2 UFR SdV UE Physiologie animale E. Roux plan Le contrôle de la contraction musculaire : introduction le réflexe rotulien caractéristique du réflexe myotatique le faisceau neuromusculaire mécanisme du

Plus en détail

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Il existe 3 types de motoneurones dans la corne ventrale antérieure de la moelle épinière

Plus en détail

* pour les muscles de la tête et du cou : localisation dans le tronc cérébral.

* pour les muscles de la tête et du cou : localisation dans le tronc cérébral. Les réflexes Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés dans la moelle épinière mais modulé par le SNC Il existe 3 types de motoneurones dans la corne ventrale antérieure de la moelle épinière

Plus en détail

Chapitre III Le contrôle réflexe de la motricité : les réflexes spinaux ou médullaires

Chapitre III Le contrôle réflexe de la motricité : les réflexes spinaux ou médullaires Chapitre III Le contrôle réflexe de la motricité : les réflexes spinaux ou médullaires I. La notion de réflexe Un réflexe est une réponse rapide, prévisible, automatique et involontaire à un stimulus Un

Plus en détail

Posture et activité posturale

Posture et activité posturale Posture et activité posturale 2 e volet cours Neurophysiologie Pauline Neveu, PhD 1 Plan «Posture et activité posturale» 1-Faisons le point 2-Notion de posture 3-Tonus musculaire 5-Structures nerveuses

Plus en détail

Comment le système nerveux permet-il une réponse rapide et coordonnée de l organisme à des stimuli externes?

Comment le système nerveux permet-il une réponse rapide et coordonnée de l organisme à des stimuli externes? Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Introduction : activité à faire https://www.education-et-numerique.fr/0.3/activity/embed.html?id=535a33fe3361eb112e6fa814 Système nerveux

Plus en détail

STRUCTURE ET CONTRACTION MUSCULAIRES. Sommaire

STRUCTURE ET CONTRACTION MUSCULAIRES. Sommaire STRUCTURE ET CONTRACTION MUSCULAIRES Sommaire A. La structure musculaire 1. Les fibres musculaires 2. La répartition des fibres 3. Les facteurs induisant leur transformation B. Les différents types de

Plus en détail

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique II. Les Réflexes Spinaux Les réflexes spinaux sont des mouvements consécutifs mis en oeuvre indépendamment de la volonté et qui constituent une réaction rapide, et pré-déterminée, à l apparition d un stimulus

Plus en détail

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle La posture, ou position de notre corps dans l espace, est

Plus en détail

Sur le plan histologique, le néocortex est formé de 6 couches.

Sur le plan histologique, le néocortex est formé de 6 couches. Sur le plan histologique, le néocortex est formé de 6 couches. Plusieurs types de neurones : neurones de projection (glutamatergiques) et interneurones (gabaergiques) Leur prédominance indique le role

Plus en détail

Corps humain et santé Communication nerveuse Chapitre 1

Corps humain et santé Communication nerveuse Chapitre 1 Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle. RAPPELS ET DEFINITIONS - encéphale : Il comprend le cerveau, le cervelet, le tronc cérébral et la moelle épinière. Ils constituent les centres

Plus en détail

La transmission synaptique

La transmission synaptique Partie 4 : système nerveux Chapitre 3 : La transmission synaptique Le circuit neuronique impliqué dans une voie réflexe ou une voie volontaire implique plusieurs neurones (au moins 2 : un neurone sensitif

Plus en détail

Chapitre IV Le contrôle nerveux des mouvements volontaires ou De l intention à l acte

Chapitre IV Le contrôle nerveux des mouvements volontaires ou De l intention à l acte Chapitre IV Le contrôle nerveux des mouvements volontaires ou De l intention à l acte Mouvement volontaire? Acte moteur conscient + ou dirigé vers un but. Ne nécessite pas obligatoirement un stimulus externe

Plus en détail

Les étirements. Dynamiques, statiques, actifs, passifs, PNF, balistiques? De quoi s y perdre!

Les étirements. Dynamiques, statiques, actifs, passifs, PNF, balistiques? De quoi s y perdre! Les étirements Dynamiques, statiques, actifs, passifs, PNF, balistiques? De quoi s y perdre! Les étirements sont reconnus pour leurs effets bénéfiques tant dans le domaine sportif que médical ou encore

Plus en détail

Physiologie n 4. Le tissu nerveux et son fonctionnement. {Par Rachid ZIANE} - 1 -

Physiologie n 4. Le tissu nerveux et son fonctionnement. {Par Rachid ZIANE} - 1 - Physiologie n 4 Le tissu nerveux et son fonctionnement. {Par Rachid ZIANE} - 1 - - 2 - Table des matières : Introduction... 4 1. Approche générale.... 5 1.1. Définition et nature du message nerveux :...

Plus en détail

5. NEUROANATOMIE DES FONCTIONS SENSORIELLES

5. NEUROANATOMIE DES FONCTIONS SENSORIELLES 5. NEUROANATOMIE DES FONCTIONS SENSORIELLES 5. NEUROANATOMIE DES FONCTIONS SENSORIELLES...1 5.1. Les fonctions sensorielles...1 5.1.1.Détection...1 5.1.2. Transmission...2 5.1.3. Perception...2 5.2. La

Plus en détail

LE RACCOURCISSEMENT MUSCULAIRE MAXIMUM

LE RACCOURCISSEMENT MUSCULAIRE MAXIMUM Arlette* et Gérard** HATESSE Janvier 2007 LE RACCOURCISSEMENT MUSCULAIRE MAXIMUM ou TECHNIQUE DE Lawrence H. JONES Hieronimus BOSCH, 1535. * Médecine générale, diététique, posture, ANTALGO (C.H. de Nemours)

Plus en détail

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr)

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Contrôle moteur et planification Organisation anatomophysiologique du contrôle moteur SÉANCE 2 Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Le muscle Muscle = ensemble de fibres musculaires Fibre musculaire

Plus en détail

La posture est un arrangement des segments corporels qui reflète la géométrie segmentaire à un temps donné. Chez l homme 60% de la musculature est

La posture est un arrangement des segments corporels qui reflète la géométrie segmentaire à un temps donné. Chez l homme 60% de la musculature est 1 La posture est un arrangement des segments corporels qui reflète la géométrie segmentaire à un temps donné. Chez l homme 60% de la musculature est dédiée à la résistance à la gravité. Tout mouvement

Plus en détail

mouvements intentionnels François POTDEVIN FSSEP Université Lille 2

mouvements intentionnels François POTDEVIN FSSEP Université Lille 2 Lesdifférentstypesde types de mouvements Réflexes, automatiques et intentionnels François POTDEVIN FSSEP Université Lille 2 Références utilisées Rappels Définition iti des muscles activés, ordre (coordination),

Plus en détail

Neurosciences I- Anatomie du système nerveux

Neurosciences I- Anatomie du système nerveux Université Paris 8 - Master Technologie et Handicap Neurosciences I- Anatomie du système nerveux Jérôme Dupire dupire@cnam.fr Neurosciences - Programme 1 Anatomie du système nerveux 2 Le neurone 3 Bases

Plus en détail

INTRODUCTION AUX CAUSES DU HANDICAP MOTEUR CHIII - NIVEAU MÉDULLAIRE -

INTRODUCTION AUX CAUSES DU HANDICAP MOTEUR CHIII - NIVEAU MÉDULLAIRE - INTRODUCTION AUX CAUSES DU HANDICAP MOTEUR CHIII - NIVEAU MÉDULLAIRE - Quelques chiffres 70 à 80 % des lésions médullaires graves sont dues à des accidents 1000 à 1500 accidents par an causent des lésions

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

SYSTEME SOMATIQUE SENSORIEL SOMESTHESIE

SYSTEME SOMATIQUE SENSORIEL SOMESTHESIE SYSTEME SOMATIQUE SENSORIEL SOMESTHESIE Somesthésie Définition: Sensibilité aux stimuli appliqués sur le corps, excluant les stimuli visuels, auditifs, olfactifs et gustatifs. Les sensations somatiques

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2014 - Pondichéry GÉOTHERMIE ET PROPRIÉTÉS THERMIQUES DE LA TERRE

Bac S - Sujet de SVT - Session 2014 - Pondichéry GÉOTHERMIE ET PROPRIÉTÉS THERMIQUES DE LA TERRE Bac S - Sujet de SVT - Session 2014 - Pondichéry 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). GÉOTHERMIE ET PROPRIÉTÉS THERMIQUES DE LA TERRE Bouillante est la première centrale géothermique

Plus en détail

Organisation de la motricité

Organisation de la motricité Organisation de la motricité Mars 2005 Repères Les muscles striés squelettiques assurent, sous le contrôle du système nerveux, la motricité (locomotion, posture, mimique ). Véritable tour de contrôle de

Plus en détail

Les 7 conseils pour réussir son entrainement.

Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Ces conseils s'attachent plus à l'organisation de vos entraînements qu'à leur contenu et se limitent à l'aspect technique et biomécanique du tir. Si l'on voulait

Plus en détail

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS DEFINITIONS DES MOUVEMENTS L ostéopathe, qui se veut être un spécialiste du mouvement en restituant la mobilité des structures qu il traite quotidiennement, se doit de posséder la terminologie adéquate.

Plus en détail

Douleurs oro-faciales Facteurs de passage à la chronicité. S. Donnadieu UETD HGGP 11/2005

Douleurs oro-faciales Facteurs de passage à la chronicité. S. Donnadieu UETD HGGP 11/2005 Douleurs oro-faciales Facteurs de passage à la chronicité S. Donnadieu UETD HGGP 11/2005 Nociception trigéminale Présence de fibres nociceptives dans le V Sensibles à stimulus physique, thermique, chimique.

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Une approche de l amélioration de la Mobilité, la souplesse par les étirements.

LES ETIREMENTS. Une approche de l amélioration de la Mobilité, la souplesse par les étirements. LES ETIREMENTS Une approche de l amélioration de la Mobilité, la souplesse par les étirements. Ph. MAQUAIRE Master 2 recherche STAPS Laboratoire Recherche Littoral en Activités Corporelles & Sportives,

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier 1 INTRODUCTION La motricité ou capacité de mouvement : Intègre la notion de contraction musculaire

Plus en détail

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 POLYPREPAS Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 1 POLYPREPAS Première partie les supports anatomiques du message nerveux 2 INTRODUCTION 3 Introduction Toute réaction de l organisme à

Plus en détail

Construction notions autour de la correction

Construction notions autour de la correction Fiche Professeur 2 nde / ACT Thème : scenarion complet sur le thème 3 > Contexte pédagogique L ensemble du thème est traité sous la forme d un «scénario» (4 ou 5 séances) autour d une activité sportive

Plus en détail

Chapitre 13 : le réflexe myotatique : un exemple de commande nerveuse du muscle

Chapitre 13 : le réflexe myotatique : un exemple de commande nerveuse du muscle Chapitre 13 : le réflexe myotatique : un exemple de commande nerveuse du muscle Les réactions comportementales, les représentations du monde que se construit un organisme grâce à son système nerveux, sont

Plus en détail

Récupérer après un objectif. Les techniques...

Récupérer après un objectif. Les techniques... Récupérer après un objectif Les techniques... Présentation Johan PELLETERET Profesionnel: Diplome d état de masseur kinésithérapeute 2009 Thérapie manuelle du sport 2011 Licence STAPS Entrainement Sportif

Plus en détail

LA RANDONNEE ET LA SANTE

LA RANDONNEE ET LA SANTE LA RANDONNEE ET LA SANTE La randonnée, pratiquée de façon équilibrée est une composante essentielle de la santé physique et mentale. Nous devrions tous en faire, toute notre vie. Individuelle ou collective,

Plus en détail

Chap9 : La communication nerveuse.

Chap9 : La communication nerveuse. Chap9 : La communication nerveuse. I) L organisation du système nerveux Cartable SVT, quatrième, relations au sein de l organisme, organisation du système nerveux. Passez la souris sur la grenouille et

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE I- Mises en évidences des fonctions motrices : 1- Enjeux de la motricité : Il existe globalement deux enjeux majeurs de la motricité : - lutter contre la pesanteur et en même

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

Contrôle de la respiration

Contrôle de la respiration UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 10 : Contrôle de la respiration Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

Chapitre 1 : Le système somesthésique

Chapitre 1 : Le système somesthésique Neurophysiologie Chapitre 1 : Le système somesthésique Docteur Colin DERANSART MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Le système somesthésique 1. Généralités

Plus en détail

ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE DU MUSCLE ET NEUROMUSCULAIRE DANS UNE OPTIQUE FONCTIONNELLE

ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE DU MUSCLE ET NEUROMUSCULAIRE DANS UNE OPTIQUE FONCTIONNELLE Pour comprendre de quelle manière il est possible d entretenir de façon correcte son corps en lui gardant une souplesse et donc un meilleur fonctionnement sur la durée de notre vie, il est nécessaire de

Plus en détail

Activités Tour du Monde

Activités Tour du Monde Intervention et Gestion en Activités physique et sportives Département des Sciences de la Motricité Allée des Sports, 4 Bât. B-21 B-4000 LIEGE Tél.: 04/366.38.80 Fax.: 04/366.29.01 Prof. Marc CLOES: Marc.Cloes@ulg.ac.be

Plus en détail

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie Les Systèmes Sensoriels La somesthésie PLAN 1. Généralités sur les systèmes sensoriels 2. La sensibilité tactile 3. La nociception 4. La proprioception 5. Les voies afférentes de la sensibilité 6. La représentation

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DU MUSCLE SQUELETTIQUE

PHYSIOLOGIE DU MUSCLE SQUELETTIQUE PHYSIOLOGIE DU MUSCLE SQUELETTIQUE Licence STAPS 1ère année Stéphane TANGUY Département STAPS Université d Avignon et des pays de Vaucluse CLASSIFICATION DES MUSCLES SQUELETTIQUE CARDIAQUE LISSE Mots-clés

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Les Ligamentoplasties du LCA en 2014 focus sur les greffes courtes type DT4. Dr Thomas Brosset Alpilles Luberon Orthopédie Cavaillon

Les Ligamentoplasties du LCA en 2014 focus sur les greffes courtes type DT4. Dr Thomas Brosset Alpilles Luberon Orthopédie Cavaillon Les Ligamentoplasties du LCA en 2014 focus sur les greffes courtes type DT4 Dr Thomas Brosset Alpilles Luberon Orthopédie Cavaillon Mécanismes de la rupture du LCA Rupture isolée (hyperextension) Lésions

Plus en détail

Le grafcet et les modes de marches

Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches... 1 Le gemma... 2 Exemple corrigé : Tri de caisse... 6 Exercice : Machine de conditionnement par lot de 3 paquets... 9 Les Modes de

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Les fibres. Les vaisseaux. Les parenchymes ligneux. Les trachéides. Fil du bois

Les fibres. Les vaisseaux. Les parenchymes ligneux. Les trachéides. Fil du bois Le bois est la matière ligneuse et compacte qui compose les branches, le tronc et les racines des arbres et des arbrisseaux. C'est un ensemble de tissus composés de fibres, de vaisseaux, de parenchymes

Plus en détail

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. III. IV. Système nerveux périphérique Réflexes médullaires Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs

Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs Guide de la mesure des résultats Le Service des Achats de l État s assure que les achats de l État et de ses établissements

Plus en détail

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson LE MUSCLE Références Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson Physiologie du sport et de l exercice, J.H.Wilmore et D.L.Costill, De Boeck Université Généralités Issu du mésoderme

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates.

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Vaccinations Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Diphtérie Tétanos Polio Fièvre jaune Hépatite A Fièvre

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

PROGRAMMATION de L ENTRAINEMENT

PROGRAMMATION de L ENTRAINEMENT PROGRAMMATION de L ENTRAINEMENT Nicolas DELPECH Moniteur régional 2005 2345AZERTYUIOPQSDFGHJKLM%WXCVBN? Moniteur régional 2006 - La programmation - Nicolas DELPECH - www.preparationphysique.net SOMMAIRE

Plus en détail

L appareil locomoteur :

L appareil locomoteur : L appareil locomoteur : Constitué du squelette (les os), des muscles squelettiques permettant la locomotion et tous les mouvements La fonction locomotrice : - Intervient dans le maintien de la posture

Plus en détail

Calcul de forces de réaction

Calcul de forces de réaction Calcul de forces de réaction Calculer la force musculaire, F M, du biceps brachii pour maintenir la charge et calculer la force de réaction articulaire, F C, au niveau du coude. L avant-bras et la main

Plus en détail

1 Le système nerveux Pages 202 à 212

1 Le système nerveux Pages 202 à 212 Verdict Chapitre 7 1 Le système nerveux Pages 202 à 212 1. L illustration suivante présente le système nerveux. Nommez chacune des structures pointées. A Encéphale. D Cerveau. B Moelle épinière. E Cervelet.

Plus en détail

Grille d auto-évaluation évolutive des compétences - Module TFH TFH 1. SAVOIRS - Connaissances théoriques et pratiques

Grille d auto-évaluation évolutive des compétences - Module TFH TFH 1. SAVOIRS - Connaissances théoriques et pratiques TFH 1 * Définir la santé par le touché - globalement * Définir la triade de la santé * Expliquer le principe du test musculaire * Localisation des NL : 14 du TFH 1 * Localisation NV : 14 du TFH 1 * Tracer

Plus en détail

ATTENTION AUX TRAITEMENTS! Plus de 60% DES ENFANTS EN AGE SCOLAIRE PRESENTENT DES FAIBLESSES ET UN DEFICIT DE L APPAREIL DE SOUTIEN (TRONC)

ATTENTION AUX TRAITEMENTS! Plus de 60% DES ENFANTS EN AGE SCOLAIRE PRESENTENT DES FAIBLESSES ET UN DEFICIT DE L APPAREIL DE SOUTIEN (TRONC) Les courbatures Les courbatures se traduisent par une douleur musculaire qui apparaît après l'exercice et peut durer de 24 à 48h. Elles sont principalement dues à 4 causes : - Des petits épanchements de

Plus en détail

Amiante. Ce qu il faut savoir. Il s'agit d'un document d'information qui ne peut en aucun cas ce substituer à la Réglementation dans le domaine

Amiante. Ce qu il faut savoir. Il s'agit d'un document d'information qui ne peut en aucun cas ce substituer à la Réglementation dans le domaine Amiante Ce qu il faut savoir Il s'agit d'un document d'information qui ne peut en aucun cas ce substituer à la Réglementation dans le domaine janvier 2014 1. Définition et rappel des risques Qu est-ce

Plus en détail

Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili

Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili Constitution tunisienne La loi constitutionnelle n 2002-51 du 1 er juin 2002 ajoute notamment à l article 5 de la Constitution

Plus en détail

Organisation du Système Nerveux. Volume Bear et al. Chapitre 7, pages 170-187 et pages 197-207.

Organisation du Système Nerveux. Volume Bear et al. Chapitre 7, pages 170-187 et pages 197-207. Organisation du Système Nerveux Volume Bear et al. Chapitre 7, pages 170-187 et pages 197-207. 1 2 Des structures situées du même côté de la ligne médiane sont dites IPSILATÉRALES ex: oreille droite œil

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

Voie de la sensibilité et de la douleur. Potentiels somesthésiques évoqués.

Voie de la sensibilité et de la douleur. Potentiels somesthésiques évoqués. 11-10-2013 AUPHAN Magali L3 Système Neurosensoriel et Psychiatrie Dr Gavaret 6 pages SNP Voie de la sensibilité et de la douleur. Potentiels somesthésiques évoqués. Voie de la sensibilité et de la douleur.

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Physiologie respiratoire

Physiologie respiratoire Physiologie respiratoire Structure et fonctions de l appareil respiratoire Mécanique ventilatoire Équilibre et mouvement du système thoraco-pulmonaire Propriétés statiques Propriétés dynamiques Travail

Plus en détail

Chap. 3 Savoir S5-2 TELEEC

Chap. 3 Savoir S5-2 TELEEC 1. Une défaillance La défaillance est définie par la norme comme une altération ou une cessation du fonctionnement d un équipement pour accomplir la fonction qu il doit remplir. La défaillance peut être

Plus en détail

Pour une optimisation de la posture par un appui plantaire intégral et stabilisé

Pour une optimisation de la posture par un appui plantaire intégral et stabilisé L ÉTRIER Pour une optimisation de la posture par un appui plantaire intégral et stabilisé Texte publié à l occasion du colloque de l ENE : Posture du cavalier et posture du cheval 14 juin 2008 Laurent

Plus en détail

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute)

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) L ensemble de cette séance d étirements doit se faire après une journée d entraînement dans un esprit

Plus en détail

Inégaux face au sommeil. Déroulement de la séquence.

Inégaux face au sommeil. Déroulement de la séquence. Inégaux face au sommeil. Déroulement de la séquence. Mise en route / Activité 1. - Anticiper le sujet du reportage, parler de ses habitudes de sommeil, découvrir quel type de dormeur on est. Durée : 15-25

Plus en détail

Le Disque Exigences techniques et Apprentissage

Le Disque Exigences techniques et Apprentissage T E C H N I Q U E A T H (( )) L É T I Q U E Le Disque Exigences techniques et Apprentissage Jacques Pelgas - Responsable Disque Elite Les possibilités humaines pour l acquisition et le développement de

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa LS1 - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Partie exercices exercice 1 : Le coefficient d absorption linéique du Plomb

Plus en détail

Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org. Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org

Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org. Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org Gabriel ANDRE gabriel.andre@administrateur-inet.org Adrien CADIER adrien.cadier@administrateur-inet.org Gaëlle GALAND gaelle.galand@administrateur-inet.org Alice KAMENKA alice.kamenka@administrateur-inet.org

Plus en détail

TD Musculation. Pas de physiologie à l examen.

TD Musculation. Pas de physiologie à l examen. Pas de physiologie à l examen. La musculation consiste à développer la force des différents groupes musculaires par la conception d un entrainement rationnel sur une période allant de quelques semaines

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC2-Bobine et condensateur

Cours d électrocinétique EC2-Bobine et condensateur Cours d électrocinétique EC2-Bobine et condensateur Table des matières 1 Introduction 2 2 Le condensateur 2 2.1 Constitution et symbole... 2 2.2 Relation tension-intensité... 2 2.3 Condensateur et régimes...

Plus en détail

Le fonctionnement du système nerveux. Chapitre 1 : Les circuits neuroniques qui interviennent dans le réflexe myotatique

Le fonctionnement du système nerveux. Chapitre 1 : Les circuits neuroniques qui interviennent dans le réflexe myotatique Le fonctionnement du système nerveux Chapitre 1 : Les circuits neuroniques qui interviennent dans le réflexe myotatique 1) Le réflexe myotatique Tout début de perte d'équilibre est aussitôt rétabli par

Plus en détail

Recommandations conjointes présentées dans le cadre de la consultation entourant le projet de loi 76

Recommandations conjointes présentées dans le cadre de la consultation entourant le projet de loi 76 Recommandations conjointes présentées dans le cadre de la consultation entourant le projet de loi 76 Loi modifiant l organisation et la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine

Plus en détail

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes.

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes. Le concept BOBATH Historique C est un concept qui a été développé par le docteur Bobath, neurologue, et son épouse, kinésithérapeute, lors de leur prise en charge d adultes hémiplégiques puis d enfants

Plus en détail

STABILISATION. Le tronc est l axe d appui et de transmission des forces périphériques

STABILISATION. Le tronc est l axe d appui et de transmission des forces périphériques STABILISATION POSTURALE Majda Scharl Entraîneur diplômée de sport d élite Swiss Olympic Le tronc est l axe d appui et de transmission des forces périphériques Sa performance est déterminante pour l expression

Plus en détail

N. Krantz Forum LEPAPE / INSEP 15 septembre 2012

N. Krantz Forum LEPAPE / INSEP 15 septembre 2012 N. Krantz Forum LEPAPE / INSEP 15 septembre 2012 «PARALLELES»: «COMPLEMENTAIRES», «SUPPLEMENTAIRES», «SUBSTITUTIVES» OU «ALTERNATIVES», «PALLIATIVES» N. Krantz Forum INSEP / 15.9.2012 2 La performance

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres L ARBRE EST UN ÊTRE VIVANT Arbres fiche n 03 Il respire, il transpire, il photosynthétise, il fait des réserves, il produit des défenses physiques et chimiques (antibiotiques) s il est agressé. Il grandit,

Plus en détail

Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique

Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique Mémoire de la FQM sur le projet de loi n o 83 Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique 23 février 2016 1 LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE

Plus en détail

Prévenir. des fiches de postes. les risques mécaniques : pour informer

Prévenir. des fiches de postes. les risques mécaniques : pour informer Prévenir les risques mécaniques : des fiches de postes pour informer Pour la sécurité de vos salariés, adoptez les fiches de postes! Dans le cadre de son obligation générale de sécurité, l employeur doit

Plus en détail

Sémiologie des syndromes moteurs et sensitifs. Dr L Guyant-Maréchal 11 mars 2011

Sémiologie des syndromes moteurs et sensitifs. Dr L Guyant-Maréchal 11 mars 2011 Sémiologie des syndromes moteurs et sensitifs Dr L Guyant-Maréchal 11 mars 2011 Examen de la motricité Marche (vitesse, amplitude, régularité du pas, sur les talons, sur les pointes) Station debout Force

Plus en détail

LES CRISTAUX LIQUIDES

LES CRISTAUX LIQUIDES Classes préparatoires à CPE Lyon Lyon, le 10 avril 2006 Institution des Chartreux Année scolaire 2005-2006 8 place Abbé Larue 69005 Lyon LES CRISTAUX LIQUIDES Professeur accompagnateur : Monsieur BAYET

Plus en détail

ELECTRICITE : PNEUMATIQUE : RESSOURCES MEI

ELECTRICITE : PNEUMATIQUE : RESSOURCES MEI Page : 1/6 Documents de références : Documentation LEGRAND Définitions : Aucunes Modifications : Ind.: Date : Nature de la modification : A 6/11/02 Création B 27/12/07 Ajout d un exemple d étiquette page

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Musculation et développement de la force

Plus en détail

- Les marqueurs en TEP

- Les marqueurs en TEP TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS Remarque : ce cours est un complément du poly Introduction : La TEP est une technique de médecine nucléaire récente : technique de diagnostic, de lutte et de suivi

Plus en détail

TECHNIQUE DU STRAIN COUNTERSTRAIN (TENSION CONTRE TENSION)

TECHNIQUE DU STRAIN COUNTERSTRAIN (TENSION CONTRE TENSION) TECHNIQUE DU STRAIN COUNTERSTRAIN (TENSION CONTRE TENSION) RANDALL S. KUSUNOSE En observant un praticien expérimenté en «strain/counterstrain» (tension contre tension), on est immédiatement impressionné

Plus en détail