La Suède zlatane-t-elle la pollution? CLUB ENTREPRENDRE L Analyse Sauvons l Artisanat!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Suède zlatane-t-elle la pollution? CLUB ENTREPRENDRE L Analyse Sauvons l Artisanat!"

Transcription

1 EcoRéseau EcoRéseau L information économique & stratégique, autrement DÉCEMBRE 2013 / JANVIER 2014 Bimestriel - 4,90 N 6 Comprendre, Entreprendre, Innover ecoreseau.fr Regard sur l Actualité DR DR Duval-Leroy DR L Entretien Le mental, le socle du succès Tony Estanguet, triple champion olympique et membre du CIO Interview croisée Terroir et réputation se défendent au quotidien Carol Duval-Leroy, présidente de la Maison de Champagne éponyme Nous ne vendons pas, nous donnons envie d acheter Walter Ronchetti, fondateur de Kronometry 1999 p. 4 La prochaine loi sur la famille, une nécessité Dominique Bertinotti, Ministre chargée de la Famille p. 6 p. 24 Belgique/Luxembourg : 5.50 Suisse : 8 CHF Canada : 8 $ CAD Maroc : 60 MAD A la Une Baby pousse, Papy krach Les disparités démographiques entre France et Allemagne vont redistribuer les cartes en Europe. International La Suède zlatane-t-elle la pollution? CLUB ENTREPRENDRE L Analyse Sauvons l Artisanat! RH & FORMATION Réseaux & Influences Rotary et Lions, halte aux fantasmes L Air du temps Business du vintage Le modèle de la «première entreprise de France» est-il tenable? Oui, à plusieurs conditions. ART DE VIVRE & PATRIMOINE p. 68 Produits d hier, profits d aujourd hui. PANORAMA p. 16 p. 26 p. 60 STRATÉGIE & INNOVATION NUMÉRIQUE Décryptage p. 18 Prospective, un oeil avisé sur la société d après-demain. p. 48

2 EDITORIAL La fin d année, pas une fin en soi Enfin une troisième voie! C ette année 2013 fut sans conteste acrobatique, tant et si bien que nous n étions même pas sûrs de participer à la Coupe du Monde au pays du ballon rond! Qu importe, retenons avant tout les motifs de satisfaction car oui, il y en a. C est à propos ce que le journal EcoRéseau s accorde à accomplir, en prenant le parti d exposer à la «Une» nos entrepreneurs et nos artisans, d associer les uns et les autres à la création de valeurs, de décrypter les enjeux de demain ; le tout en suggérant conseils pratiques et choix d orientation. En d autres termes : rassembler, fédérer et se projeter. Pour cette dernière édition de l année, nous avons d abord souhaité aborder les sujets liés à la famille et sommes allés à la rencontre de Madame Bertinotti, notre Ministre en question. Nous avons ensuite pénétré l univers des Ateliers du Grain d Or, entreprise adaptée qui mérite à être connue et reconnue tant sa vocation sociale et humaine est déterminante. Aussi nous nous sommes attachés à disséquer la société du futur, avec entre autres l analyse de notre démographie, impliquant une probable redistribution des cartes en Europe, un sujet sur l Artisanat dont la bonne réputation est indéniable mais la préservation menacée, ou encore le décodage d un nouveau monde émergent qui soulève la question de la cohabitation entre Internet et les énergies renouvelables. Enfin, nous avons rencontré trois personnalités hors du commun : Tony Estanguet, illustre champion et aujourd hui membre du CIO pour qui le mental a été déterminant ; Carol Duval-Leroy et Walter Ronchetti - respectivement présidente de la Maison éponyme et fondateur de Kronometry qui nous ouvrent les portes d un univers si souvent décrié en France quand nous autres aimons signifier que nous sommes LE pays du luxe. Un véritable paradoxe pour ces maisons qui font pourtant notre fierté. Dans la continuité de vos messages de soutien, et parce que les années se succèdent les unes aux autres plus qu elles ne se terminent réellement, nous sommes heureux de vous annoncer en avant-première, chers lecteurs, que votre journal EcoRéseau deviendra votre rendez-vous mensuel dès janvier prochain! En attendant, toute l équipe se joint à moi pour vous souhaiter d excellentes fêtes, et d ores et déjà une belle année Jean-Baptiste Leprince Fondateur & directeur de la publication L e mariage pour tous a fait des émules au Centre. Jean-Louis, 62 ans, né à Paris, président de l Union des démocrates indépendants (UDI) depuis 2012 a donc dit oui à François, d un mois son cadet, originaire des Pyrénées-Atlantiques et président du Mouvement démocrate (MoDem) depuis En couple moderne, ils ont décidé de garder chacun leur nom : le ménage s appellera donc UDI-MO- DEM L alternative. Et les deux amants feront pour l heure chambre à part. Pas de parti unique, mais deux forces politiques alliées. Sans doute pour ne pas froisser les vieux amis et compagnons de route. En couple moderne, toujours, et sans doute grisés par leur amour naissant, ils ont déclaré à la sortie de la mairie se considérer l un et l autre sur un pied d égalité. La répartition des tâches? Oh, ils verront ça le moment venu, il n y a pas le feu. Sérieux et prévenants, ils ont tout de même établi un contrat de mariage fixant la barre au centre droit. C est Jean-Louis qui était content! Mais pas d inquiétude pour François, les anciennes œillades vers sa gauche ont été immédiatement pardonnées par Jean- Louis. Dans les deux familles, la nouvelle a été plutôt bien accueillie. Selon un sondage BVA, 66% des sympathisants du MoDem se sont déclarés satisfaits, contre 76% à l UDI. Un vieux copain, François lui aussi, Premier ministre de 2007 à 2012, aurait même aimé être témoin. En tout cas, il a bien fait comprendre aux deux tourtereaux qu ils pouvaient compter sur lui pour tenir la chandelle. Un ménage à trois qui ne manquerait pas d allure, ont souri certains convives. Et quand le maire a prononcé la fameuse phrase «pour le meilleur et pour le pire», tout le monde a entendu la même chose. D un côté, que ça serait vraiment formidable que François et Jean-Louis s entendent jusqu aux présidentielles pour contrer le Front National et offrir une véritable troisième voie aux électeurs déboussolés. De l autre, qu un divorce à l approche de 2017 serait catastrophique. Enfin, sauf pour Marine, une très très lointaine cousine, et Nicolas, un cousin parti vivre à l étranger, qui riaient en bout de table. Olivier Faure LE CHAT by Philippe Geluck Dans chaque numéro, EcoRéseau vous propose de revenir sur un événement ou une institution qui fait l actualité, en les mettant en regard de ce qu ils étaient ou auraient pu être il y a un demi-siècle. Pas question de comparer l incomparable, de fustiger ou de glorifier le passé. Simplement de montrer que non, ça n était pas forcément mieux avant. P as de cravate, une barbe de six mois, un costume rouge ridicule et un véhicule de société tiré par des rennes. Pourtant, le Père Noël est aujourd hui le plus efficace des VRP. En 2012, selon la traditionnelle étude du cabinet Deloitte sur le sujet, il a fait dépenser en moyenne 378 euros à chaque Français pour les cadeaux, et près de 200 euros en Sauternes et foie gras. En période de crise, chapeau l artiste. Son secret? Une expérience de plus d un siècle en VPC, comprenez Vente Par la Cheminée. Car contrairement aux idées reçues, cela fait belle lurette que Noël est devenu une fête commerciale. «Dès la fin du XIX e siècle, des voix s élèvent pour critiquer cette dérive, d autres pour se plaindre de la traditionnelle corvée des cadeaux, affirme Martyne Perrot, sociologue et ethnologue, auteur en 2013 de Le cadeau de Noël, Histoire d une invention (éd. Autrement). Pour autant, au début du XX e siècle, le côté très mercantile de la fête est réservé aux familles bourgeoises. C est dans les années 1960 qu il se généralise à l ensemble de la population.» Les raisons de cette évolution? Les Français sont sortis de la guerre, connaissent avec les Trente Glorieuses une période N /203, rue de Vaugirard Paris Tél. : +33 (0) Courriel : Fondateur & directeur de la publication Jean-Baptiste Leprince Administration & gestion Jean-Eudes Sanson EcoRéseau est édité par RCS Paris Actionnaire principal : Jean-Baptiste Leprince Commission paritaire : CPPAP n 0318 K Dépôt légal : à parution Numéro ISSN : Noël Company Fête de famille, fête religieuse, fête commerciale? Noël est aujourd hui un mélange parfois indigeste de dinde aux marrons, de Jésus dans la crèche, de Père Noël dans la cheminée et d ours en peluche sous le sapin. Rassurons-nous, elle l a toujours été. de prospérité économique et de plein emploi. De plus, la décennie 1960 voit fleurir sur le territoire les grandes surfaces, leurs rayons de jouets, leurs étals de produits de bouche, et leurs promesses de prix bas. Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, et il serait cruel de ne pas offrir une jolie poupée à la petite et un nouveau camion de pompier à l aîné. Signe des temps, c est en 1962 qu est créé à Libourne le courrier du Père Noël, à l initiative de Françoise Dolto. Car l autre star des 25 décembre des années 60, c est l enfant. «On souhaite le gâter à tout prix, sans aucun sentiment de culpabilité, et sans faire entrer en ligne de compte la notion de sage-pas sage, sourit Martyne Perrot. Il n y a plus de Père Fouettard. L enfant est vraiment devenu le roi de la fête comme il l'est toujours aujourd'hui.» Et à travers lui, c est en réalité une grande célébration de la famille qui se joue, à l instar d aujourd hui. Une fête durant laquelle les liens se renforcent, et les rôles Rétrospective de chacun sont réaffirmés. Madame se voit offrir de l outillage ménager, du nécessaire à couture, du matériel pour l entretien de la maison, voire quelques produits de beauté. Monsieur, lui, reçoit la panoplie du parfait fumeur : briquet, porte-cigarette, cendrier magnétique à fixer au tableau de bord de la voiture. Le fiston a droit au garage, au déguisement En 1962, Noël est déjà une fête commerciale Rédaction Courriel : Imprimeur : Léonce Deprez imprimé en France de Zorro ou de Robin des Bois, et la fille à la dînette ou au petit aspirateur à piles. «Tout cela était terriblement conformiste. L homme était père de famille, la femme mère et ménagère. Le rituel de Noël était et est encore un véritable conservatoire des rôles sexués», note la sociologue. Quant aux grands-parents, ils offrent déjà plus qu ils ne reçoivent, et donnent le coup de pouce au couple de jeunes parents en cas de besoin. Enfin, contrairement à aujourd hui, la notion de cadeau responsable, éthique ou porteur de sens n a pas droit de cité. Le citoyen des sixties est un consommateur pur sucre assumé. Et Dieu dans tout ça? «La Direction de la rédaction Marie Bernard, Matthieu Camozzi, Olivier Faure, Aymeric Marolleau Éditorialistes Sophie de Menthon, Arthur de Soultrait, Marc Drillech, Pascal Junghans, Michel Kahn Ont collaboré à ce numéro : Geoffroy Framery, Julie-Chloé Mougeolle, Mathieu Neu, Yann Petiteaux, Thomas Pitrel, Catherine Quignon, Ariane Warlin Dessinateur : Philippe Geluck Cahier Stratégie & Innovation numérique Président comité éditorial : Jean-Marc Rietsch Chroniqueurs : Eric Barbry, Gwenaëlle Bernier, Arnaud Jules, Francis Kuhn, Jean-Louis Pascon, Isabelle Renard, Jean-Laurent Santoni Secrétaire de rédaction : Anne-Sophie Boulard Par Olivier Faure pratique religieuse étant alors moins affaiblie qu aujourd hui, la dimension spirituelle était naturellement plus importante, reconnaît Martyne Perrot. Mais de nombreux articles de presse se faisaient déjà l écho de voix dénonçant la disparition de l aspect religieux de la fête au profit de sa dimension marchande.» Si l on saute moins la messe de minuit, en revanche, on n a que faire des marchés de Noël et autre folklore de saison. Bien sûr, le sapin tradition en provenance d Allemagne, est devenu un achat obligé, et quelques grandes avenues se parent de guirlandes lumineuses. Mais l heure n est pas à la surenchère. Si la ville a succombé aux clochettes du Père Noël, le monde rural est quant à lui encore préservé de la déferlante mercantile. Et pour cause, les grands magasins n ont pas encore investi les campagnes, où la fête de Noël continue de revêtir un aspect plus authentique. Le 25 décembre au soir, le père offre au fils un jouet en bois qu il a fabriqué de ses mains, la famille se rend à la messe de minuit, et on s autorise un repas légèrement amélioré. Presque un soir comme un autre. Mais cela n aura qu un temps. Marketing, publicité & partenariats Courriel : Directeur du développement Associé : Damien Delachaux Diffusion, abonnements & vente au numéro LMedia / EcoRéseau 201/203, rue de Vaugirard Paris Tél. : +33 (0) Courriel : Abonnement 1 an : 35,50 TTC Abonnement 2 ans : 68,90 TTC Vente kiosque : Pagure Presse Distribution : Presstalis Production & Editing Courriel : Responsable : Frédéric Bergeron Crédits photos : Thinkstock, DR Toute reproduction, même partielle, des articles ou iconographies publiés dans EcoRéseau sans l accord écrit de la société éditrice est interdite, conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. La rédaction ne retourne pas les documents et n est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes et photos qui lui ont été adressés pour appréciation. PANORAMA Sommaire Edito 2 Rétrospective : Noël Company 3 PANORAMA 3-20 Regard sur l Actualité : Tony Estanguet 4 L Entretien : Dominique Bertinotti 6 Régions & Territoires : Strasbourg 12 Hexagone : La guerre des indignations 14 International : Suède 16 A la Une : - Démographie, ich liebe dich, moi non plus 18 CLUB ENTREPRENDRE Baromètre & Tendances 23 Interview croisée : - Un monde à part 24 L Analyse : Artisans : Handle with care 26 En immersion : Fenêtre sur Ateliers 28 Electron libre : Someo 30 Leçons de maux : Lejaby 32 Prospective : Money, Money e-money 33 Créer aujourd hui : - Les séniors entrepreneurs 34 Business guides : - Séminaires d entreprises 38 - Cadeaux d affaires 42 STRATÉGIE & INNOVATION NUMÉRIQUE Décryptage : La nouvelle société 48 Expertises 50 Haute résolution : - Insécur-IT 52 - Factures allégées 56 Business story : Criteo au Nasdaq 58 RH & FORMATION Réseaux & Influence : - Rotary club et Lions club 60 Observatoire 62 Carrières & Talents - La formation professionnelle en chantier 64 ART DE VIVRE & PATRIMOINE L Air du temps : - Un rétro-business fructueux 68 - Hôtellerie, la spécificité française 70 L Art du temps 72 Patrimoine : Atouts et pièges de la Toile 80 La Sélection culturelle 82 2 DÉCEMBRE 2013 / JANVIER DÉCEMBRE 2013 / JANVIER

3 PANORAMA PANORAMA 4 DÉCEMBRE 2013 / JANVIER Regard sur l Actualité «À un moment, il faut mettre de l humain dans le process pour progresser» Parcours d athlète d anthologie, rare membre français du CIO, Tony Estanguet fait partie de ces personnages dont le vécu et les réflexions sur le mental servent à tout le monde, dans tous les secteurs. Illustration. Comment êtes-vous devenu athlète? Le canoë monoplace est une histoire de famille. Mon père a participé à des compétitions internationales, ainsi que mes deux grands frères. Patrice a même été médaillé aux JO d Atlanta en Dès mes cinq ans j ai donc suivi le mouvement. Mon père, professeur de sport, nous a poussés vers l activité physique : le ski, le parapente, le surf, le basket, le rugby Mais arpenter les montagnes et découvrir des rivières n avait pas d équivalent. J ai vite progressé et me suis retrouvé en équipe de France à 17 ans. Cette activité prenait du temps, mais n a en aucun cas représenté des sacrifices. Le fait de voyager, de découvrir des rivières et de rencontrer de nouvelles personnes a été un apprentissage inestimable. Avez-vous suivi des études en parallèle? Après un Bac scientifique à Pau, je me suis dirigé vers des études en Staps. J ai passé le concours de professeur de sport Biographie Héros du sport moderne, gendre idéal A 35 ans, le Palois Tony Estanguet, ex-athlète pratiquant le canoë monoplace, a un des plus beaux palmarès du sport français. Triple champion du monde de slalom (2006, 2009, 2010), mais surtout triple champion olympique, à Sydney en 2000, à Athènes en 2004 et à Londres en Il est le seul tricolore à avoir gagné trois médailles d or dans trois Jeux différents, et a eu l honneur d être porte-drapeau de la délégation française à ceux de Pékin en Sont gravés dans les mémoires ses incessants duels avec le Slovaque Michal Martikán, les deux protagonistes ayant presque tout gagné entre 1996 et Humilité, simplicité, carrière haute en couleurs, auteur de scénarii à suspens Tony avait tout pour plaire. Il a ajouté à sa panoplie du parfait athlète un engagement hors des rivières, dans la Fondation du sport par exemple, tournant des clips d éducation nutritionnelle pour les enfants. Son engagement lors de la candidature olympique Paris 2012, à l Insep en Après les JO de Sydney j ai suivi un Mastère spécialisé part-time «Sport, Management et Stratégies d entreprise» à l Essec, que j ai obtenu après les JO d Athènes. Il a toujours fallu concilier cycles d études et cycles sportifs. Cette association m était nécessaire, pour me nourrir de nouvelles compétences mais aussi parce que je suis moins performant lorsque je suis uniquement concentré sur la préparation sportive. Il me faut avoir envie, être frustré pour me donner à 100% dans le canoë. Le mental est-il si important? Il est même crucial dans le sport de haut niveau, qui est loin d être seulement du physique et de la technique. Il est d abord un parcours avec soimême, un apprentissage de ses émotions et de ses limites. Il m arrive d ailleurs d être complètement perdu, parfois. Le mental était mon point faible au départ, d où les irrégularités de mon début de carrière. Travailler sur ce point est aussi le plus passionnant, et c est ce qui sera le mieux transféré dans l autre vie, extrasportive. Comment avez-vous agi sur ce point tout au long de votre carrière? J ai eu un entraîneur fédéral, mais j ai aussi travaillé avec des gens extérieurs. Les préparateurs mentaux m ont alerté sur quelques couacs dans mon fonctionnement. En début de carrière j étais trop centré sur le résultat, peu importait la manière. Or en me fixant des objectifs de moyens, j ai appris à prendre de la distance avec le résultat, qui apparaît de plus en plus comme une conséquence du travail accompli. Les objectifs ont besoin d être mis à jour constamment tout au long de la carrière. Les fixer trop haut équivaut à accroître la pression, à se surpasser et parfois à se blesser. Les fixer trop bas atténue la motivation. Durant tout le parcours du sportif, l état d esprit change. On devient père, on trouve un travail, on a des soucis, notre maturité évolue Le défi est de s adapter continuellement à ces nouvelles configurations pour se fixer les bons objectifs de moyens. Il importe souvent de repartir Travailler sur le mental est le plus passionnant ; c est ce qui sera le mieux transféré dans la vie extrasportive ou lors de la construction du stade d eaux vives de sa ville de Pau ont marqué les esprits. En décembre 2010, il rejoint la «Dream Team» RMC Sport et est chroniqueur chaque samedi matin dans «les Grandes Gueules du sport» sur RMC. En décembre 2012, il intègre une nouvelle cellule fondée par la ministre des Sports Valérie Fourneyron, chargée des relations internationales du sport français, dirigée par Bernard Lapasset. Le but? Promouvoir les candidatures françaises à l organisation des grandes compétitions. Celui qui met fin à sa carrière sportive en novembre 2012 devient membre du CIO pour une période de huit ans sur décision du Tribunal arbitral du sport prononcée en mai 2013, suite à une longue procédure suspensive en appel, consécutive à son élection à la commission des athlètes du CIO lors des Jeux de Londres. Il devient le troisième membre français actif du CIO, en compagnie de Jean-Claude Killy et de Guy Drut. «Il est faux de penser que les membres du CIO gagnent chacun des centaines de milliers d euros et sont déconnectés, sans culture du sport» DR d une feuille blanche. Les gens se rassurent en adoptant une approche technique des choses, mais l expérience montre qu il importe de mettre de l humain dans les process pour véritablement augmenter les performances. Comprendre comment chacun peut être bon signifie qu à un moment donné il faut aller au-delà de la technique pour progresser. Les JO de Pékin ont été un véritable échec sportif (ndlr : éliminé à la surprise générale en demifinale, 9 e au classement final). Mais ils m ont fait grandir. Être le seul athlète français qui gagne trois médailles d or à trois olympiades différentes change-t-il une vie? Ces évènements se sont accompagnés d un changement de statut, d une augmentation de revenus, et d une reconnaissance. Mais c est surtout le chemin qui a permis d arriver à ces victoires qui m a fait grandir. Les premières étaient plus simples, j étais jeune et ne me posais pas autant de questions. Je voulais seulement tout dévorer dans les compétitions. Plus j ai avancé, plus les choses se sont compliquées. La porte de passage s est réduite. Ma grande satisfaction a été de me régaler à Londres, j ai réussi à mettre du plaisir en plus de la conception technique, rationnelle, méticuleuse. En fait de l humain, ce qui est un aboutissement. Il était temps. La donne a-t-elle changé dans ce sport depuis le début de votre carrière? Pas vraiment en termes de concurrence. Il existe toujours une suprématie européenne. La montée en puissance de l Australie, ou le fait que la première médaille ait été obtenue à Londres par le continent africain sont des avancées, mais la discipline reste une petite dans la grande famille olympique, avec 100 pays représentés. L état d esprit reste familial. En revanche les technologies ont évolué. Le matériel, l utilisation du froid dans la récupération et la préparation physique sont le fait d innovations continues. J ai changé ma manière de respirer, je me suis aidé du yoga. Les logiciels vidéo les plus récents permettent de visualiser, décortiquer, superposer les passages des concurrents, les gestes d équilibre et les choix de trajectoires, alors que j ai débuté avec les cassettes VHS. Avez-vous des mentors? D abord la famille. J étais fasciné par mon père et mes frères. Patrice est d ailleurs devenu mon entraîneur en D autres m ont tout simplement inspiré à distance, comme John Lugbill, un Américain d une autre génération qui a tout dominé pendant 12 ans, et dont j ai appris les manches par cœur. De même l Anglais Richard Fox a apporté une gestuelle technique à la discipline. Mais dans l ensemble j ai un côté solitaire, autonome, qui peut être un enfer pour mes entraîneurs. J ai pratiqué l apprentissage par essai/erreur jusqu à mes 18 ans. C est seulement à la fin de ma carrière que j ai vraiment professionnalisé mon approche en me faisant accompagner par des experts de différents champs. A Londres ils étaient six. Quels sentiments avez-vous éprouvés en devenant portedrapeau de la délégation française? De la fierté car il s agissait avant tout d une reconnaissance de mon sport et de mon parcours. J ai été en quelque sorte «capitaine» de mon équipe. Nous n avons pas forcément beaucoup de contacts entre athlètes de disciplines différentes. Il subsiste toujours cette peur de griller du «jus», de l énergie en profitant de la fête. Cela a donc été très fort. Que manque-t-il aux athlètes français? Je ne crois pas au problème de mental français éternellement soulevé. Les journalistes qui stigmatisent les sportifs qui craquent en finale m agacent, surtout quand ils croient Regard sur l Actualité «L exemple de l impact des Jeux de Londres est intéressant à suivre dans la durée, car le pays et les structures sont comparables» y déceler un syndrome national. Il existe certes en France une difficulté à assumer et valoriser la réussite, dans le sport ou ailleurs. Mais les athlètes sont tout à fait capables de gagner et ne souffrent pas d un handicap dans la tête au départ. Nous avons en revanche une belle marge de progression dans la préparation, comme les autres pays. Comment avez-vous vécu votre élection mouvementée au CIO? Plutôt bien malgré les rebondissements, parce que j étais à Londres et venais de gagner mon titre olympique. J étais donc détendu durant le process de candidature et le recours présenté devant le tribunal arbitral du sport. Les Français n étant pas impliqués, nous avons eu peu d informations, il ne s est donc rien passé avant mars pour moi. J ai attendu le verdict. Il ne s agit pas d un job à plein temps, mais plutôt d une occupation avec quelques moments forts, et je rappelle qu elle est bénévole. Que pensez-vous de la mauvaise image de cette institution? Je suis fasciné par cette organisation, dont les membres sont prestigieux. J ai la ferme VINCENT CURUTCHET / KMSP / DPPI intention d optimiser mon mandat jusqu en La commission des athlètes a du pain sur la planche en matière de lutte contre le dopage, de reconversion des sportifs, de programme olympique. Il importe de favoriser les retombées médias. Je suis allé à Rio afin de constater les avancées des préparatifs pour la compétition de canoë. Je suis allé à Sotchi aussi. Nous attendons les premières décisions du nouveau président, l Allemand Thomas Bach, qui veut par exemple remettre à plat les processus de candidature aux JO. Il existe un vrai décalage entre l image du CIO et la vérité. Les gens m interrogent, imaginent que les membres gagnent chacun des centaines de milliers d euros et sont déconnectés, sans culture du sport. C est totalement faux, beaucoup sont d anciens sportifs et n auraient pas besoin d y siéger. Ils ne semblent pas affectés par ce ressentiment à leur égard, ou du moins ne le perçoivent pas. 95% des revenus sont redistribués aux mouvements sportifs, le travail réalisé est impressionnant. Que vous inspirent les dépenses faramineuses de Sotchi? Je ne suis pas favorable à ce que les JO deviennent inaccessibles pour la majorité des pays. Il est important que les Jeux soient très différents entre eux et ressemblent au pays d accueil. Le CIO est simplement ferme sur le côté opérationnel des Jeux, qui nécessitait deux milliards d euros à Londres. Mais il laisse la liberté d investissement pour les installations et infrastructures autour. Les Russes ont décidé d ajouter un aéroport, une gare, des routes, un centre de tri de déchets qui restera. Ils ont décidé de transformer la région. On ne peut certainement pas critiquer ceux qui veulent investir dans un territoire. Mais les Jeux en eux-mêmes doivent rester raisonnables. En me fixant des objectifs de moyens, j ai appris à prendre de la distance avec le résultat, qui apparaît comme une conséquence du travail accompli Les Jeux en valent-ils vraiment la chandelle? La France reste un grand pays de sport avec une influence, légitime pour prétendre à une candidature olympique. Le traumatisme de Paris 2012 reste dans les mémoires, mais il nous faut réessayer. L impact salutaire du sport pour la société et le bien-être est indéniable. Le sport de haut niveau influence l éducation sportive des gens. Les collectivités devraient encore plus investir dans ce domaine. Je ne sens pas encore cette passion, comme par exemple en Australie où le sport fait vraiment partie de la vie des gens, qui le pratiquent tôt le matin ou tard le soir. L état d esprit doit encore évoluer vers un véritable sport de masse, et les JO y contribueront. L impact financier à moyen et long terme n est pas non plus négligeable. L exemple de Londres est intéressant à suivre, car le pays et les structures sont comparables. Les Anglais vont-ils surfer sur la vague, comme ils l annoncent? C est un exemple parlant de ce que les JO peuvent apporter en termes d emploi, d économie, de tourisme, de dynamisme, d image, d exportation. Propos reccueillis par Matthieu Camozzi - DÉCEMBRE 2013 / JANVIER

4 PANORAMA Regard sur l Actualité «Il y aura de plus en plus un service public à la parentalité» Longtemps élue du Marais et soutien de Ségolène Royal, Dominique Bertinotti, la ministre déléguée à la Famille, est rompue au combat politique et au débat. Une fois le mariage pour tous entériné, elle se tourne vers la loi sur la famille, qui promet des changements dans le quotidien de beaucoup de monde. Eric Feferberg «Aujourd hui je ne dirais pas que les mariages homos se déroulent toujours sans heurts, mais la banalisation est en marche» Comment expliquez-vous que chacune de vos décisions, propositions et initiatives soient si vivement commentées? Un récent sondage montre que si les Français croient encore en une chose, c est bien en la famille. Les décisions prises dans ce domaine touchent souvent tout le monde, c est un sujet universel, et chacun a son avis sur la question, sur l enfance, l adolescence, la séparation. La famille ne laisse jamais indifférent. Elle a pu être considérée comme un sujet annexe dans d autres gouvernements, ce n est plus le cas aujourd hui. Je veux prouver qu on peut suivre une politique familiale de gauche, avec une véritable aide apportée aux parents et de vrais mécanismes de redistribution, et non une stigmatisation des familles comme cela a été le cas durant l ère Sarkozy. 6 DÉCEMBRE 2013 / JANVIER Mais les principales accusations portées à l encontre de la politique gouvernementale concernent le matraquage des classes moyennes (cf. «L Entretien» avec Laurent Wauquiez, EcoRéseau n 4 août/septembre 2013). Ne serait-ce pas aussi le cas en matière de politique familiale, avec la suppression de l avantage fiscal pour les parents de collégiens et lycéens, et l abaissement du plafond du quotient familial pour la deuxième année consécutive? Une étude poussée a montré que la politique familiale après impôts rapportait plus aux familles aisées. Un couple de deux enfants totalisant euros de revenus par mois percevait 350 euros par enfant, un couple gagnant entre 6 et euros en recevait 450 par enfant. Ce n était donc pas équitable, et on ne peut pas dire que ceux Les beaux-parents ont besoin d un statut, car ils participent à l éducation d enfants qui ne sont pas d eux et ont donc des droits et des devoirs qui s en sortaient le mieux faisaient partie des classes modestes. Quant à l abaissement du plafond du quotient familial, celui-ci touchera 12% des familles, et en plus le mécanisme sera progressif. L évolution n est donc pas excessive. Nous devons en passer par là car je le rappelle le déficit de la branche famille s est creusé. En outre nous avons la volonté de mettre en place une politique plus redistributive, des services plus fournis aux familles comme les places supplémentaires en 5 ans dans les structures d accueil des jeunes enfants ou le doublement du budget de soutien à la parentalité. La grande loi sur la famille est annoncée pour Quel en est l esprit? J ai pour habitude de dire qu il existe non pas une famille, mais des familles, tant les modèles se sont diversifiés. Il faut donc adapter les dispositifs juridiques à ces évolutions, pour mieux coller à la réalité et aux nouvelles configurations des familles. Nous allons soumettre le texte début 2014 en conseil des ministres, et celui-ci sera présenté au parlement après les municipales. J ai proposé à des experts et des professionnels spécialistes de constituer des groupes de réflexion en leur garantissant une totale liberté intellectuelle. Ils vont par exemple pouvoir réfléchir sur un statut du beau-parent qui élève les enfants de leur conjoint, et qui ont donc des droits et des devoirs. Ils vont aussi faire des propositions pour améliorer l accès de l enfant à son histoire originelle. Aujourd hui encore, alors que nous vivons dans une société où la transparence est un maître mot, ceux qui sont nés sous X passent par un véritable parcours du combattant pour connaître leurs origines, ceux qui sont nés d une PMA (procréation médicalement assistée) n y ont tout simplement pas droit. Il Î

5 PANORAMA PANORAMA Regard sur l Actualité Regard sur l Actualité faut donc harmoniser. Il leur faudra aussi réfléchir à la question de l adoption et notamment l adoption internationale, qui se raréfie, change de nature, concerne de plus en plus des enfants à critères spécifiques (malades, de familles nombreuses, d un âge élevé, ). Il y aura également deux autres groupes de réflexion portant respectivement sur la médiation familiale et les droits des enfants. Pourquoi ce statut de prémajorité des ans dont vous avez parlé? Un autre grand volet de la loi est le droit des «enfants» jusqu à l âge de 18 ans. D objets de droits ils doivent devenir sujets de droits, l idée n est pas forcément de leur permettre de voter aux élections locales il faudrait pour cela changer la Constitution, mais de cesser de «découper» les ados prémajoritaires en tranches. Aujourd hui, la majorité sexuelle est à 15 ans. Mais un mineur de moins de 18 ans ne peut acheter ni alcool ni tabac. Ceux qui ont 16 ans peuvent travailler, mais ne peuvent avoir le permis. Or de nombreux emplois exigent de se déplacer en voiture. Celui qui a 17 ans peut s engager dans l armée, mais il ne participe pas obligatoirement à son orientation scolaire ou professionnelle. Il existe de vraies incohérences à corriger. La justice pénale Biographie Des convictions assumées Séparée et mère d un fils trentenaire, cette socialiste de 59 ans, qui a arraché de haute lutte la mairie du 4e arrondissement de Paris en 2001 pour la conserver jusqu en 2012, a touché de près les problématiques des foyers monoparentaux notamment. Se définissant comme la ministre «des» familles, elle est aussi maître de conférences d histoire contemporaine à l université Paris VII Diderot depuis Née à Paris, elle a habité en Seine-Saint-Denis pendant 20 ans, avant de devenir agrégée d histoire en 1977 et de débuter sa carrière comme professeur dans un collège de l Oise, puis au collège Jean-Baptiste Clément à Dugny en Seine-Saint-Denis. Ses travaux de doctorat portent sur «la vision de la France chez François Mitterrand, de 1945 à 1981 (à travers ses œuvres et son action politiques)», ce qui l amène à réaliser des entretiens auprès du président en De 1992 à 1995 elle devient une de ses chargés de missions, pour le suivi des archives présidentielles et la rédaction de notes historiques pour ses écrits personnels quant à la politique étrangère et la défense. Membre de la section du PS du 4e arrondissement de Paris depuis 1988, Dominique Bertinotti se présente pour la première fois aux élections législatives de 1993 dans la première circonscription de Paris où elle obtient, dans un contexte défavorable à la gauche, un score de 45 % au second tour. Tête de liste socialiste («Paris s éveille» de Bertrand Delanoë ) dans le 4e lors des municipales de 1995, elle recueille 48 % des voix et devient Conseillère de Paris. De 1995 à 2001, elle joue un rôle d opposition actif dans l arrondissement. En 2001, la liste «Changeons d ère» qu elle conduit obtient 54 % des voix. En désaccord avec l appel au «non» de Laurent Fabius quant au référendum sur la Constitution européenne, elle quitte son courant en septembre Elle est à l initiative du groupe «Nouvelle Voix», créé au sein du parti socialiste en 2005 avec Gaëtan Gorce, Christophe Caresche et Jean-Louis Bianco. Elle travaille alors sur les sujets relatifs au modèle social français, à l exclusion et à la précarité, à la politique de proximité, à l enseignement supérieur et la recherche. Le groupe rejoint Ségolène Royal en août 2006 au moment de la campagne interne et elle devient un soutien indéfectible de la candidate durant la campagne présidentielle. Elle gagne à nouveau les élections municipales de mars 2008 avec 61% des voix. En 2011 elle est directrice de campagne de Ségolène Royal lors des primaires socialistes, puis en 2012 est nommée ministre déléguée à la Famille. 8 DÉCEMBRE 2013 / JANVIER s est déjà adaptée, dans des cas exceptionnels celui qui n est pas encore majeur peut être condamné à perpétuité. L harmonisation est de rigueur. L amendement du Sénat quant à une résidence alternée par défaut ne contrecarre-t-il pas ce que vous projetiez en la matière? Les pères, notamment à travers le mouvement des «pères perchés», ont exigé l égalité comme principe de base dans la garde alternée. Mais l amendement du sénat est une aberration. Qu on partage l autorité parentale est normal mais chaque histoire de séparation est singulière. Ce qui peut poser problème, c est qu un juge aux affaires familiales, de bonne volonté et souvent débordé, décide en l espace de dix-huit minutes que la garde va à la mère ou au père. Il faut au passage que certains cessent de colporter l idée que les femmes-juges favoriseront les femmes. C est indécent. Je pense que systématiser ce mode de garde est une fausse bonne idée car il ne résoudra pas les conflits s il en existe. Par ailleurs cela ne peut fonctionner que dans un cadre précis, quand les ex-conjoints vivent à proximité et ont le même niveau de revenus. Mon avis est qu il faut sortir de la culture du conflit pour aller vers celle de l apaisement ; je plaide donc pour le développement de la médiation. Je souhaite la rendre obligatoire, en amont d une audience devant le juge aux affaires familiales. Aujourd hui, en France, seules 4 % des divorces passent par la médiation.par ailleurs, il n y a que 600 médiateurs familiaux. et leur formation, notamment juridique, doit être renforcée. Le recours plus sytématique à la médiation désengorgerait la justice, puisque des contentieux seraient ainsi évités. Au Québec, où la culture de la médiation est forte, seules 10% des décisions concernant la garde des enfants posent problème. Et en Belgique, où la garde alternée est le principe par défaut, on s aperçoit que le taux effectif de résidence alternée n est pas supérieur à celui de la France. Où en est-on de la PMA (procréation médicalement assistée) qui risque de faire débat? Nous attendons l avis du comité consultatif national d éthique (CCNE) qui rendra son avis aux alentours de mars-avril 2014, et qui va organiser des états généraux de bioéthique. D aucuns ne voient que la question de la PMA pour les couples de lesbiennes, mais ils occultent le fait que 1500 enfants naissent chaque année de PMA au sein de couples hétérosexuels : comment fonctionnent les Cecos (ndlr : centres d étude et de conservation des œufs et du sperme), les procédures et demandes d accession à la PMA, le mécanisme d assistance à la procréation. Autant de problématiques à éclaircir Un commentaire sur l affaire des mini-miss? Il est gênant que de très jeunes enfants soient prédéterminés dans un certain rôle, de manière caricaturale. L amendement a été proposé par Chantal Jouanno et il ne me choque aucunement même si le principe de l interdiction pure et simple est compliqué en droit. Il est déjà possible de devenir mannequin à 16 ans, c est amplement suffisant. EcoRéseau affectionne la prospective. Quelles évolutions pressentez-vous pour la famille française dans le futur? La famille sera toujours un cercle auquel on restera attaché, mais ce cercle sera à géométrie variable selon les cas. Je sens chez la part des gens la volonté de pouvoir choisir comment vivre et constituer sa famille. Mais dans le même temps je sens un grand désir de protection, "La famille sera toujours un cercle auquel on restera attaché, mais ce cercle sera à géométrie variable selon les nouveaux repères" et c est là que nous avons un rôle à jouer en instituant de nouveaux repères. Le droit peut aider, en reconnaissant par exemple le beau parent Le statut de prémajorité des ans ne leur permettra pas forcément de voter aux élections locales il faudrait pour cela changer la Constitution qui se trouve sécurisé, ainsi que l enfant. Il y aura de plus en plus un service public à la parentalité. Les parents veulent être aidés, accompagnés, tous milieux sociaux confondus. Et je vais même aller plus loin. Dans 5-10 ans, l accueil des 0-3 ans relèvera du service public. Nous évoluerons vers un droit à l accueil des jeunes enfants. La vérité est que de nombreuses femmes arrêtent de travailler parce que le mode de garde est trop onéreux. Le «rappel à l ordre» de Jean-Marc Ayrault à l intention du gouvernement pour plus de solidarité entre les ministres sonne-t-il comme une rupture? Je dirais plutôt un rappel de principes comme la collégialité, la responsabilité et la solidarité. Nous sommes là pour travailler ensemble, et ne pas laisser parasiter la bonne marche gouvernementale par des débats mis sur la place publique. Vous avez récemment dit que la présence au gouvernement de Ségolène Royal serait une bonne nouvelle? La gauche a besoin de tous ses talents, et Ségolène Royal en est un. Sa capacité de compréhension et de proximité avec les classes modestes est un véritable atout, et permettrait de les détourner du FN,. Le «job» de ministre estil à la hauteur de vos attentes dans sa capacité à faire bouger les choses? Assurément. La fonction est enrichissante car de portée nationale. Je ne me sens pas éloignée de la base car mon sujet concerne le quotidien des gens. Les capacités de conviction et la détermination doivent être au rendez-vous. Mieux valait en avoir lors de la loi sur le mariage pour tous. Mais surtout il importe d assurer le «service aprèsvente» et de surveiller l application d une loi si on veut qu elle ait vraiment un impact, par exemple les décrets qu ils faut souvent prendre. Les solutions de garde pour la petite enfance annoncées pour 2017 nécessitent un suivi constant. Nous avons aussi été attentifs à ce qui a suivi la loi du mariage pour tous. Aujourd hui je ne dirais pas que les mariages homos se déroulent toujours sans heurts, mais la banalisation est en marche. Quel style de management de votre équipe avez-vous mis en place? Ici plus qu ailleurs un travail d équipe doit être facilité. Ce qui signifie que tout le monde doit disposer du même degré d information, quel que soit le secteur qu il a en charge. L intelligence collective, primordiale en politique, ne peut s activer si la communication n est pas totale. Même si les nouvelles technologies permettent de toujours rester en contact, je tiens aux réunions physiques toutes les semaines. Le degré de responsabilisation de chaque membre doit être maximum. Mais bien sûr au final je reste le leader, qui trace, aiguille, puis tranche. A quoi vous sert l utilisation de twitter? L usage de cet outil reste très professionnel, je ne mêlerais certainement pas ma vie privée à ce media. Le fait de synthétiser en 140 caractères mes actions et communications me convient parfaitement. Ce résumé vient en appui, en complément de mon travail quotidien, à destination de ceux qui me suivent. Il arrive que je sois insultée sur Twitter, certains propos ne sont pas acceptables, mais dans l ensemble c est un formidable media qui me permet aussi de donner mon avis sur des questions d actualités, auxquelles je répondrais en 2 minutes à la télévision ou à la radio. Vous affectionnez la littérature. Quels sont les récents ouvrages qui vous ont marqués? Je mêle le sérieux et le plus léger lorsque je lis, car je considère que cette occupation relève avant tout de l évasion. L écrivain français Grégoire Delacour, qui s est illustré avec son ouvrage «la liste de mes envies», ne me Systématiser la garde alternée des enfants après le divorce est une fausse bonne idée car elle ne résoudra pas les conflits s il en existe laisse pas indifférente. Son dernier livre, «la première chose qu on regarde», m a touchée par certains passages d apparence légers mais d une grande profondeur lorsqu on s y arrête. Ce garagiste qui trouve Scarlett Johansson derrière sa porte va se demander s il s agit bien d elle. Toutes sortes de questions sur l identité sont soulevées. Ce qui me ramène d une manière ou d une autre à mon travail et aux diverses identités. Propos reccueillis par Matthieu Camozzi - DÉCEMBRE 2013 / JANVIER

6

7 PANORAMA La ville attire de nombreux touristes, qui viennent pour découvrir ses traditions, sa gastronomie, son marché de Noël, mais aussi ses monuments. Une véritable industrie du tourisme s est développée ces dernières années. Par Ariane Warlin Depuis 1570, au moment de Noël, la ville se pare de lumière pour accueillir les traditionnels marchés. Couleurs, odeurs, saveurs les fêtes de fin d année sont l occasion de découvrir l artisanat et les spécialités gourmandes. Le marché de Noël attire des touristes venus des quatre coins d Europe. Un site internet est d ailleurs dédié à cet événement, qui aura lieu cette année du 29 novembre au 31 décembre La Croatie sera à l honneur. Il s agit de faire découvrir la richesse des traditions culturelles, culinaires et artisanales de ce nouveau membre de l Union européenne. «J ai crée l opération Strasbourg, Capitale de Noël en Depuis, le succès ne s est pas démenti. Elle est devenue une marque déposée», explique Jean-Jacques Gsell, adjoint au maire de Strasbourg et à la tête de l office de tourisme de la ville. Une marque qu il exporte volontiers, comme il l a fait à Tokyo en 2009 et 2010 : «des artisans alsaciens se sont déplacés, avec un retour sur investissement très important. L événement a été couvert par la NHK et depuis le nombre de touristes japonais en Alsace a augmenté de 58%». L opération est également dupliquée en Russie cette année, en respectant le calendrier orthodoxe : «nous partons avec des produits et des sapins alsaciens. 150 chalets sont actuellement fabriqués pour Moscou par des équipes qui travaillent jour et nuit pour finir leurs réalisations à temps. Avec les conséquences économiques très positives que cela induit». Cette année, il a fait venir un sapin de 31 mètres, installé sur la place Kléber, lequel constituera l un des principaux pôles d attraction. «Strasbourg est la ville la plus illuminée d Europe au moment des fêtes. En parallèle de ces décorations, nous déployons aussi de nombreuses actions de solidarité. Entre le 29 novembre et le 31 décembre, une quinzaine de chalets permettront de découvrir le visage de plusieurs associations», ajoute-t-il. Et de poursuivre : «la ville investit 2,5 millions d euros dans l opération Strasbourg, capitale de Noël. Le retour sur investissement est 500 fois plus important pour l économie, grâce notamment à la création d emplois temporaires. Avant la création de cet événement, le mois de décembre était le pire mois de l année en termes de fréquentation. C est désormais la période où le tourisme est le plus important, avec un flot de visiteurs estimé à 2,2 millions de personnes». De plus en plus d hôtels sont d ailleurs en construction, sans parler des projets d agrandissements du Palais des Congrès et de la refonte totale du parc des expositions. 12 DÉCEMBRE 2013 / JANVIER TOURISME M ême indépendamment des fêtes, la ville attire régulièrement des flots de touristes. C est la 4 ème ville après Paris, Nice et Avignon dans le classement pour la part des nuitées hôtelières des résidents étrangers dans les villes françaises. Chaque évènement du calendrier donne lieu à des réjouissances. Pour la Saint Valentin, par exemple, l opération «Strasbourg, mon amour» a été lancée l an dernier. Face au succès, en 2014, elle passera de quatre à dix jours. «L an dernier, certaines personnes ont été frustrées de ne pouvoir accéder à certains événements. D où notre souhait d allonger l opération l an prochain. Sans compter que c est une bonne affaire pour les restaurateurs», raconte Jean- Jacques Gsell. Il a récemment lancé l assaut contre les fermetures des commerces le dimanche. Le fait est que le tourisme est l une des principales sources de développement économique. L arrivée récente du TGV a encore accentué l attractivité de cette ville. A partir de l été 2016, le TGV Est circulera entièrement sur voie nouvelle entre Paris et Vendenheim. PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ L e dynamisme d Alsace Biovalley n y est pas étranger. Labellisé à dimension mondiale, ce pôle, dédié aux innovations thérapeutiques, concentre son activité sur le développement de nouveaux médicaments (du gène et de la chimie aux médicaments) et sur l imagerie et la robotique tant médicale et chirurgicale. Quatre autres pôles représentent aussi de véritables leviers pour rendre l'économie plus compétitive, créer des emplois et rapprocher la recherche publique et les entreprises. Véhicule du Futur positionne son activité sur le véhicule urbain ou périurbain, mais aussi sur l'organisation des mobilités dans une perspective de développement durable. Le pôle Fibres d'éco-materiaux est axé sur les ressources d'origine fibreuse pour la production d'éco-matériaux. Alsace Énergivie a vocation à renforcer l'efficacité énergétique par la recherche de solutions innovantes à énergie positive dans le bâtiment. L objectif, à terme, est de diviser par 4 la consommation des bâtiments d'ici 2025 dans la région. Enfin, Hydreos a développé des produits et services novateurs autour de la qualité de l'eau et des écosystèmes. L Alsace est la 1ère région pour les emplois créés par les investissements étrangers. C est aussi la 1ère région en termes d'investissements étrangers directs au cours des 25 dernières années et 4ème sur les 15 dernières années. On estime que 35% des entreprises alsaciennes ont des capitaux étrangers (contre 23% en France). Plus de sociétés ont des capitaux étrangers (suisses, allemands et américains principalement). Un dynamisme économique qui contribue au rayonnement de ce territoire! L Régions & Territoires Strasbourg, paradis du tourisme Une capitale européenne Le dynamisme de Strasbourg est encore accentué, du fait que la ville accueille de nombreuses organisations européennes. es villes qui accueillent des institutions internationales sont généralement des capitales d Etat. Strasbourg fait exception à la règle. Y siègent le Parlement Européen, le Conseil de l'europe, la Cour Européenne des Droits de l'homme, le Médiateur Européen, la Pharmacopée (DEQM), l'eurocorps, le Centre Européen de la Jeunesse ou encore le système d'information Schenghen. De ce fait, c est la seconde ville diplomatique de France avec 75 ambassades et représentations diplomatiques, une centaine d'ong à caractère international et une communauté internationale de plus de personnes. Du fait de sa localisation sur l'axe rhénan, la ville bénéficie d'une position géographique stratégique. «Vu d ici, on a un peu le sentiment que c est Paris qui est en province tant l ouverture sur monde et le dynamisme culturel font partie du quotidien», ironise Jean Weber, Président du Pôle Européen Strasbourg d'administration Publique. Il explique que, compte tenu de l environnement, la conscience européenne y est plus développée qu ailleurs. Et d ajouter : «c est un lieu de rendez-vous où sont organisés plusieurs évènements, si bien que le tourisme d affaires s est beaucoup développé». Strasbourg est au troisième rang français des villes de congrès et parmi les grandes villes de congrès internationales. L'Aéroport de Strasbourg Entzheim, situé à 10mn du centre ville, représente un atout majeur en la matière, de même que la proximité des aéroports de Francfort et de Zurich, et de l'euroairport de Bâle-Mulhouse. Cette activité européenne a bien évidemment des répercussions positives sur l économie. «La ville accueille des populations avec des revenus élevés. L activité du marché immobilier y est donc importante avec des transactions de biens de valeur», conclut Jean Weber. LA RECHERCHE, MOTEUR DE CROISSANCE L université de Strasbourg jouit d une grande renommée, du fait de la qualité de son enseignement. Elle a été primée 29 fois dans le cadre du Programme Investissement d Avenir, ce qui représente plus de 930 millions d euros pour la recherche. Du fait de ce niveau d'excellence, elle accueille plus de étudiants dont 20% d'étrangers. Les chercheurs viennent, eux aussi, du monde entier, et participent à des publications scientifiques. La région est ainsi devenue le 3ème pôle de recherche publique et 4ème rang national pour le nombre de chercheurs par habitant. Elle se classe au 3ème rang national en termes de dépôts de brevets européen dans le secteur de la pharmacie et de la biotechnologie. AU CŒUR DU RÉSEAU FLUVIAL ET ROUTIER EUROPÉEN L e Port Autonome de Strasbourg est le deuxième port fluvial de France. Première plate-forme industrielle et multimodale, l'espace portuaire, d'une superficie de 1057ha, accueille 320 entreprises et emplois. C est un atout majeur de la métropole dans le développement du transport de marchandises par voie d'eau. Ce Port permet d'ouvrir Strasbourg et l'alsace aux marchés internationaux et investit des moyens considérables pour développer le trafic par conteneurs, et faire de la ville une plate-forme d'échanges multimodaux. En effet, la ville est aussi au croisement des axes autoroutiers Paris-Munich et Hambourg-Milan. PATRIMOINE B PANORAMA aptisée «la magnifique», Strasbourg porte bien son nom. Sa cathédrale ciselée, la richesse de son patrimoine, son centre-ville (la grande Île) classé patrimoine mondial de l Unesco, son art de vivre et sa gastronomie font de cette ville un véritable bijou, prisé des touristes du monde entier. La Maison Kammerzell, la Petite France, le quartier sur l eau ou encore l Eglise Saint-Thomas sont des incontournables. Il flotte sur la ville un parfum de melting-pot. Outre les nombreuses nationalités représentées dans la population, les monuments eux mêmes sont le signe d une grande ouverture. L Eglise protestante Saint-Pierre-le-Jeune, la maison «égyptienne» et la synagogue de la Paix sont des lieux passionnants et chargés d histoire. Façades médiévales à colombages, hôtels particuliers du 18ème siècle, multiples musées et espaces verts valent le déplacement. Sans parler de la richesse de la culture gastronomique, qui se traduit par l'une des plus importantes concentrations de restaurants étoilés au guide Michelin en France. Lonely Planet, éditeur de guide de voyage australien fait d ailleurs figurer l'alsace en première place du Top 10 des dix régions mondiales à visiter. Best in Travel a consacré plusieurs pages à Strasbourg, à la cuisine alsacienne, à son authenticité, son caractère et son vignoble. Le tourisme a encore de beaux jours devant lui - DÉCEMBRE 2013 / JANVIER

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Comment ai-je géré mon suivi médical pendant ma carrière?

Comment ai-je géré mon suivi médical pendant ma carrière? Comment ai-je géré mon suivi médical pendant ma carrière? Tony ESTANGUET Triple champion olympique de Canoë-kayak, co-président de la Commission nationale des athlètes de haut niveau du CNOSF Tony Estanguet

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

FONDATION DE LA MARQUE LE DIPLOMATE

FONDATION DE LA MARQUE LE DIPLOMATE Le Diplomate France est une marque de vin valorisant une image emblématique de la France, le savoir-faire et l art de vivre. LE DIPLOMATE Le cercle de papier du diplomate se veut être un champ d expression

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Emmanuel Cohen DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT DE VOYAGEURS DU MONDE. Bruno Billière DIRECTEUR GÉNÉRAL D EVENTEAM INTERVIEW CROISÉE.

Emmanuel Cohen DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT DE VOYAGEURS DU MONDE. Bruno Billière DIRECTEUR GÉNÉRAL D EVENTEAM INTERVIEW CROISÉE. POUR SE POSITIONNER SUR CE TYPE D ÉVÉNEMENTS DE CETTE AMPLEUR, IL FAUT ÊTRE CAPABLE D INVESTIR PRÈS DE 10 MILLIONS D EUROS, NOTAMMENT POUR L ACHAT DE LA BILLETTERIE ET DES STOCKS. LA PRESSION FINANCIÈRE

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE 29 SEPTEMBRE 2015 RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... i PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC (UMQ)... 1 INTRODUCTION... 2 1

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

EXPOSITION DU 25 AU 27 SEPTEMBRE 2015

EXPOSITION DU 25 AU 27 SEPTEMBRE 2015 Voyage au pays de l art et de la manière. Photographies de gastronomie de Jean-François Mallet, mises en scène par Anne-Sophie Pic. EXPOSITION DU 25 AU 27 SEPTEMBRE 2015 Place du Palais Royal, Paris 1

Plus en détail

école nationale d administration

école nationale d administration école nationale d administration une école de service public et d application Créée par le Général de Gaulle en octobre 1945, l École nationale d administration a pour principes fondateurs de démocratiser

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite Sommaire Tchip, un concept unique p 04 4 forfaits, un succès! Gaieté et visibilité Ambiance actuelle Des produits professionnels n 1 Une communication nationale et locale pour une identité forte Le Groupe

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Pascal GAUTHERON Candidat à la Présidence du MEDEF Côte-d Or 2006-2008

Pascal GAUTHERON Candidat à la Présidence du MEDEF Côte-d Or 2006-2008 Pascal GAUTHERON Candidat à la Présidence du MEDEF Côte-d Or 2006-2008 Chers collègues, Candidat à la Présidence du MEDEF Côte-d Or, j entends faire de ce mandat le vôtre, celui de toutes les femmes et

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES STRATEGIE DE COMMUNICATION REVUE DE PRESSE ET ALERTES AUDIOVISUELLES SUR LA CANDIDATURE DE PARIS

CAHIER DES CHARGES STRATEGIE DE COMMUNICATION REVUE DE PRESSE ET ALERTES AUDIOVISUELLES SUR LA CANDIDATURE DE PARIS CAHIER DES CHARGES STRATEGIE DE COMMUNICATION REVUE DE PRESSE ET ALERTES AUDIOVISUELLES SUR LA CANDIDATURE DE PARIS POUR LES JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES D ETE 2024 ASSOCIATION AMBITION OLYMPIQUE ET

Plus en détail

L APPRENTISSAGE À SCIENCES PO

L APPRENTISSAGE À SCIENCES PO L APPRENTISSAGE À SCIENCES PO 130 C est le nombre d apprentis à Sciences Po en 2014. Sciences Po souhaite atteindre le nombre de 150 apprentis par an, soit 10 % d une promotion. l apprentissage à Sciences

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Dossier de Presse. 1ère plateforme internationale de troc de nuits entre particuliers.

Dossier de Presse. 1ère plateforme internationale de troc de nuits entre particuliers. Dossier de Presse 1ère plateforme internationale de troc de nuits entre particuliers. Qu est-ce que le NightSwapping? Le NightSwapping Traduisez «troc de nuits» en français, est une nouvelle façon de voyager

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Exclusive Restaurant se lance en franchise

Exclusive Restaurant se lance en franchise Dossier de Presse / Décembre 2012 Exclusive Restaurant se lance en franchise Parce qu un bon moment peut faire toute la différence. Ex c l usi ve R esta u ran ts - SAS au capital de 44 560 - RCS Par i

Plus en détail

Après le bac, trouver sa voie

Après le bac, trouver sa voie novembre 2014 Après le bac, trouver sa voie Vous êtes au lycée et l on vous demande de faire des choix. Choix de bac, choix de filière Pas de panique. Avec un peu de méthode, on y arrive! S orienter c

Plus en détail

ANNEXE 2 COMMISSIONS NATIONALES

ANNEXE 2 COMMISSIONS NATIONALES ANNEXE 2 COMMISSIONS NATIONALES 1- LA COMMISSION SPORTIVE Article 1.1 Rôle La Commission Sportive veille à la bonne mise en œuvre de la politique sportive du projet fédéral. A ce titre, elle est chargée

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN LES FONDAMENTAUX PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER SOMMAIRE UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER 03 UNE FAÇON DE FAIRE 04 UNE CULTURE UNIQUE 06

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Guide. «Pourquoi Définir. Votre Client Idéal?»

Guide. «Pourquoi Définir. Votre Client Idéal?» Guide «Pourquoi Définir Votre Client Idéal?» Comme Coach Vie Professionnelle, beaucoup de mes clients sont Entrepreneur(e)s, ont une activité en tant qu indépendant ; d autres travaillent sur un projet

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines.

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines. Préface «On m a parfois défini comme un entrepreneur ou un leader culturel. Il est vrai que j aime entreprendre, convaincre, entraîner et diriger. Pour ce qui est du qualificatif culturel, je l assume

Plus en détail

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009 Allocution de M. Eric BESSON Ministre de l Immigration, de l Intégration, de l Identité nationale et du développement solidaire Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine

Plus en détail

Evasion gourmande : Une promenade gourmande dans Wavre. 12 ème. évasion gourmande. jeudi 2 mai 2013. Spécial "Saint-Printemps"

Evasion gourmande : Une promenade gourmande dans Wavre. 12 ème. évasion gourmande. jeudi 2 mai 2013. Spécial Saint-Printemps Une promenade gourmande dans Wavre 12 ème évasion gourmande jeudi 2 mai 2013 Spécial "Saint-Printemps" Une promenade gourmande dans Wavre Avis aux amateurs de découvertes culinaires: un menu saveur sous

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale Table des matières Au service de la créativité entrepreneuriale Documenter les pratiques de la Génération Co Objectifs 2013 Raconter

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.vu-du-web.com

DOSSIER DE PRESSE. www.vu-du-web.com DOSSIER DE PRESSE www.vu-du-web.com 1 SOMMAIRE PRESENTATION DE VU DU WEB LES METIERS VU DU WEB Stratégie Web Référencement naturel Autres solutions de référencement Référencement payant Référencement social

Plus en détail

Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses

Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses Hôtel de Matignon, mercredi 5

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Votre Contact presse Marie Charlotte MAUGAIN 02 96 75 11 54 // marie charlotte.maugain@cotesdarmor.cci.fr

Votre Contact presse Marie Charlotte MAUGAIN 02 96 75 11 54 // marie charlotte.maugain@cotesdarmor.cci.fr L événement web de l année! Attirer, séduire, fidéliser Ce vieux concept marketing, s il reste toujours d actualité, est bouleversé par les nouveaux usages web de vos clients. Pendant longtemps, le e commerce

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Pour un travail mobile, à distance, collaboratif. ClubMelchior

Pour un travail mobile, à distance, collaboratif. ClubMelchior Pour un travail mobile, à distance, collaboratif ClubMelchior Il était une fois...... aux portes des Monts et Coteaux du Lyonnais, Charly a le charme d un village et le potentiel d une ville, situé à 14

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Qu est ce que le programme Athlètes et carrières?

Qu est ce que le programme Athlètes et carrières? Qu est ce que le programme Athlètes et carrières? C est un programme de recrutement adapté aux athlètes ayant vécu une activité sportive à haut niveau, quelle que soit la discipline pratiquée et s intéressant

Plus en détail

Dossier de presse. Réseau social professionnel. www.amplement.fr

Dossier de presse. Réseau social professionnel. www.amplement.fr Dossier de presse Réseau social professionnel www.amplement.fr Sommaire 1 2 3 4 Le réseau social professionnel Made in France Tout ce qu il faut pour booster son réseau Quelques chiffres et citations pour

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

I ORGANISATEUR I I PANORAMA DES ESPACES I

I ORGANISATEUR I I PANORAMA DES ESPACES I I ORGANISATEUR I La (association Loi 1901) est l organisation régionale représentante des entreprises, des fédérations et des syndicats d employeurs de l Économie Sociale et Solidaire (ESS) en Rhône-Alpes.

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR DU 02 AU 04 JUIN 2015 LYON EUREXPO FRANCE www.capurba.com AU CŒUR DES VILLES INTELLIGENTES & INNOVANTES Parce que la ville a laissé place à la Smart City, le salon CapUrba propose une réflexion globale

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA, Mercredi 15 avril 2015 Messieurs les Présidents,

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION - 1 - LA LETTRE DE MOTIVATION Il s agit de convaincre l employeur que votre candidature est pertinente et qu elle mérite une attention particulière. Le but est de décrocher un entretien LETTRE TYPE EN

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail