Entre Plaine et Terrefort

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entre Plaine et Terrefort"

Transcription

1 Le magazine intercommunal Entre Plaine et Terrefort 03 Juillet 2013 BIENVENUE aux communes de Lescousse et Saint-Jean-du-Falga Des acquisitions pour préparer l avenir Des aides financières adaptées à vos projets d habitat De nouveaux sentiers d interprétation

2 SOM MAIRE Juillet 2013 N 03 Actualités 3 & 4 La Communauté de communes s agrandit! Interview de Michel Stervinou Le SCoT Vallée de l Ariège En 2014, votons pour nos conseillers communautaires! De flash-codes en QR-codes Economie 5 à 7 Budget 2013 Zone d activité d intérêt régional de Gabriélat Le soutien au commerce de proximité Signalétique économique et touristique Foncier & Habitat 8 à 11 Contrôler le foncier : une nécessité! Les aides adaptées à vos projets Rencontre aux Pujols Petite Enfance 12 & 13 Le Pôle Petite Enfance Les Relais Assistantes Maternelles Fête du Pôle Petite Enfance Culture & Patrimoine 14 à 17 Sentier d interprétation à Pamiers Un retour attendu : la BB n 2 Un pilon à l entrée de Pamiers Lescousse : du presbytère à la mairie... L inventaire continu Découvrez le site internet du réseau de lecture! Environnement 18 & 19 Un territoire riche par nature Un inventaire en cours Des sentiers pour garder la forme sans délaisser le fond Les communes membres Arvigna Bastide-de-Lordat (La) Bénagues Bézac Bonnac Carlaret (Le) Escosse Esplas Gaudiès Issards (Les) Lescousse Ludiès Madière Pamiers Pujols (Les) Saint-Amadou Saint-Amans Saint-Jean-du-Falga Saint-Martin-d Oydes Saint-Michel Saint-Victor-Rouzaud Tour-du-Crieu (La) Unzent Vernet-d Ariège (Le) Villeneuve-du-Paréage Travaux 20 & 21 Les Canongeous s agrandissent On rénove le refuge! Voirie Recensement des ponts et aqueducs Le pont du Vernet : diagnostic Fonctionnement 22 Infos pratiques 23 Edito Votre dévoué, André Trigano, Président de la Communauté de communes du Pays de Pamiers Maire de Pamiers Président du Pays des Portes d Ariège- Pyrénées Je suis heureux d ouvrir cette publication en souhaitant la bienvenue aux communes de Lescousse et Saint-Jean-du-Falga qui ont rejoint la Communauté de communes du Pays de Pamiers le 1 er janvier Avec la plus importante Communauté de communes du département (25 communes et habitants), le territoire appaméen renforce son attractivité et réaffirme son dynamisme, tant au niveau économique que démographique. Aujourd hui notre Communauté poursuit ses projets dans les domaines de compétence qui sont les siens : logement, petite enfance, voirie communautaire, aménagement du territoire, environnement, tourisme, culture, patrimoine mais aussi dans le domaine économique avec une attention particulière portée à la santé de nos commerçants, artisans et entrepreneurs qui dans un contexte difficile sont parfois fragilisés. L aménagement de Gabriélat est aussi au cœur de nos préoccupations avec des projets d implantation à l étude ainsi que l extension de la zone et son raccordement au réseau ferré. Beaucoup de travail en perspective, mais la satisfaction de voir ce territoire se développer harmonieusement, grâce à une collaboration productive de l ensemble des élus concernés, unis et sereins, qui œuvrent avec toujours autant de passion pour le bien-être de ses habitants. Communauté de communes du Pays de Pamiers 5 rue de la maternité Pamiers Tél. : Fax : Directeur de Publication : André Trigano Rédaction : les services de la Communauté de communes du Pays de Pamiers Photos : Communauté de communes du Pays de Pamiers Conception graphique : Advisio Communication - Tirage : exemplaires Impression et publication : Techni Print - Encre végétale et papier recyclé Dépôt légal : à parution Merci à toutes les personnes ayant collaboré à ce numéro.

3 ACTUALITÉS La Communauté de communes s agrandit! Le Maire de Lescousse (Michel Rivière) La loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales vise à faciliter l intégration des communes isolées dans les intercommunalités. Toutes les communes doivent avant le 1er janvier 2014 être rattachées à un établissement public de coopération intercommunale. Les communes de Lescousse et Saint-Jean-du-Falga ont donc décidé, respectivement et sans attendre, de rejoindre dès le 1er janvier 2013 la Communauté de communes du Pays de Pamiers. Ainsi, le territoire compte aujourd hui 25 communes et habitants (source : INSEE Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2013 date de référence statistique : 1er janvier 2010). Plusieurs articles du magazine sont dédiés à ces deux communes. Interview de Michel Stervinou, 1 er adjoint de la commune de Saint-Jean-du-Falga Rencontrons Michel Stervinou, 1 er adjoint de la commune de Saint-Jean-du-Falga, devenu depuis le 14 janvier vice-président de la Communauté de communes du Pays de Pamiers et président de la commission «Développement Durable». Les élus communautaires de Saint-Jean-du-Falga (Pierre Bélard - Didier Rumeau - Patrick Azzola - Michel Stervinou) Dans quelles circonstances la commune de Saint-Jean-du-Falga a adhéré à la Communauté de communes du Pays de Pamiers? La loi du 16 décembre 2010 réformant les collectivités territoriales a dessiné une nouvelle carte de l intercommunalité avec un objectif simple : en 2014, toutes les communes doivent avoir intégré une intercommunalité. La commune de Saint-Jean-du-Falga a donc été obligée d adhérer à l une d entres elles. Le choix s est porté plus naturellement sur la Communauté de communes du Pays de Pamiers, ses compétences répondant aux attentes des habitants. De plus, ce partenariat avait commencé bien avant l adhésion dès 2011 avec une participation de la commune de Saint-Jean-du-Falga au réseau de lecture des bibliothèques communautaires. Avez-vous d ores et déjà commencé à travailler avec la Communauté de communes? Tout à fait, puisque depuis le 1er janvier 2013, l intercommunalité a repris la gestion du Relais Assistantes Maternelles et dès le 1er janvier 2014, elle assurera en totalité la gestion de la crèche. Comment envisagez-vous votre travail au sein des instances intercommunales et notamment dans la commission que vous présidez? Les commissions permettent de travailler les projets en amont, en petit comité, avant de les présenter aux membres du Bureau et du Conseil. Cette phase d étude et de validation est très intéressante car elle permet une véritable appropriation des projets par les élus qui en sont responsables. Présider une commission, c est également être le porte-parole de sa commission auprès des autres maires et des délégués. Finalement, le travail réalisé à la Communauté de communes n est pas très différent de celui du conseil municipal. Seuls les moyens humains diffèrent car ils sont beaucoup plus importants. En effet, les maires des communes adhérentes peuvent bénéficier de l organisation administrative et technique développée au sein des services intercommunaux. Les techniciens présents peuvent nous accompagner dans le montage juridique, technique et financier des projets complexes. Pour conclure je voudrais préciser que les délégués de Saint-Jean-du- Falga s engagent à travailler avec un esprit communautaire tout en restant attentifs pour défendre et représenter les intérêts de notre commune et de ses administrés. 3

4 ACTUALITÉS Le SCoT Vallée de l Ariège Un projet d Aménagement et de Développement Durable pour le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de la Vallée de l Ariège : quel devenir pour notre territoire? Clef de voûte du SCoT, le Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) est le fondement de la nouvelle politique territoriale voulue par vos élus ScoT pour les 20 années à venir. A partir de la photographie du territoire et de ses enjeux révélés dans un diagnostic, les élus ont pu réfléchir au PADD reposant sur une nouvelle organisation territoriale témoignant de la volonté des 5 intercommunalités de Saverdun-Pamiers-Varilhes-Foix-Tarascon de se fédérer autour d un projet novateur qui concilie l attractivité du territoire et la pérennisation de son patrimoine naturel et agricole riche. Le développement de notre territoire ne peut se faire en poursuivant les tendances actuelles : détérioration du cadre de vie par l étalement et le mitage urbain, gaspillage des ressources, hausse des déplacements automobiles Le projet SCoT prévoit un développement complémentaire entre nos villes, villages et campagnes visant à mieux répondre aux besoins de mixité, de proximité et fort d un cadre de vie rural préservé. Ainsi la stratégie d urbanisation projetée s appuie sur la polarisation de l accueil démographique, le renouvellement urbain, la revitalisation des centres urbains, l accès pour tous aux services, commerces et équipements tout en favorisant un développement équilibré du territoire par un réseau de transports doux et collectifs performant. Pour plus d informations, adressez-vous à ou exprimez-vous sur le registre de concertation mis à votre disposition au siège de la Communauté de communes. En 2014, votons pour nos conseillers communautaires! En 2014, lors des prochaines élections, vous allez élire directement vos représentants au sein des Communautés de communes. Concrètement, qu est-ce qui va changer? Les règles de composition actuelles Jusqu à aujourd hui, après l élection des conseils municipaux, les conseillers communaux élisaient en leur sein les futurs délégués communautaires. Les nouvelles règles à compter de mars 2014 En 2012, la loi Richard a fixé de nouvelles règles pour le calcul des sièges dans les intercommunalités. En 2013, la loi Vals a précisé les modalités d élection des conseillers et le seuil démographique du scrutin de liste. Ainsi, dans les Communautés de communes : 1 Le seuil démographique à partir duquel les communes seront soumises au scrutin de liste a été abaissé de à habitants. Hormis Pamiers, les communes concernées sont La Tour-du-Crieu et Saint- Jean-du-Falga. 2 Les délégués communautaires de ces communes seront élus au suffrage universel direct à travers l introduction d un «fléchage» (désignation) des candidats intercommunaux présentés sur une liste séparée lors des élections municipales. 3 Un accord sur la répartition des sièges devra être fixé au sein du conseil communautaire au plus tard au 31 août Cet accord entrera en vigueur à compter du prochain renouvellement général des conseils municipaux en Le nombre de représentants communaux sera plus important et permettra une meilleure représentation des communes au sein des intercommunalités. De flash-codes en QR-codes 4 Au fil de votre lecture, vous allez rencontrer des flash-codes ou QR-codes. Qu est-ce que c est? Ce sont des codes-barres qui permettent, lorsqu on les scanne avec un smartphone, d accéder à des pages internet donnant un complément d information. Ainsi, selon les articles, ce code vous renverra sur des pages thématiques du site internet de la Communauté de communes. Vous y trouverez tous les renseignements nécessaires ainsi que les contacts. Bonne lecture numérique!

5 ÉCONOMIE Budget 2013 La Communauté de communes s inscrit dans la continuité de son action notamment dans les politiques de l habitat, tout en maintenant les taux des contributions directes à leur niveau de Suite à l intégration de Saint-Jean-du-Falga et de Lescousse, le budget primitif 2013 prend en compte une nouvelle crèche et un Relais Assistantes Maternelles ainsi que les voiries d intérêt communautaire de ces deux communes. Concernant les investissements à consacrer au budget principal, l enveloppe globale est ramenée à en terme de programmes nouveaux sera également consacrée à la réalisation de programmes déjà financés au budget primitif 2012, comme les acquisitions foncières sur l îlot «Cœur de Ville de Pamiers», la première tranche du projet de développement de la navigabilité de la rivière Ariège, l extension de la crèche «Les Canongeous», la pose d un marteau-pilon à Gabriélat et les travaux au refuge pour animaux des Trois-Bornes «Julie Cerny». La réflexion est en cours pour l engagement des travaux d extension de la zone d activité de Gabriélat qui pourraient concerner la connexion de la zone au réseau ferré. Taux 2013 Taxe d habitation : 4,81 % Foncier Bâti : 4,72 % Foncier non Bâti : 19,99 % Cotisation foncière des entreprises : 8,89 % Administration générale : 5% Reversement Smectom de la taxe des ordures ménagères : 22% Charges personnel : 23% Service incendie & secours : 6% Emprunt (y compris frais financier) : 6% Economie : 1% Chenil : 2% Culture : 1% Reversement de l aide sociale : 6% Dépenses communautaires Aménagement urbain : 8% Crèche : 20% Recettes communautaires Subventions d investissement (région, département...) : 1,76% Remboursement TVA : 0,81% Autofinancement : 0,78% Remboursements divers, loyers perçus : 0,45% CAF + autres contributeurs crèche : 12,50% Familles crèches : 2,68% Emprunt : 7,51% Contributions directes (CVAE, TH, TFB, TFNB) : 36,60% Taxe enlèvement des ordures ménagères : 27,72% Allocations compensatrices / dotations (état, autres collectivités) : 9,19% 5

6 ÉCONOMIE Zone d activité d intérêt régional de Gabriélat 2013, une année charnière! La future mise en service de l Installation Terminale Embranchée (ITE) va faire de la zone d activité appaméenne la première dotée d un tel outil dans le grand sud-est toulousain. Ce nouvel équipement permettra de raccorder les entreprises au réseau ferré national, ce qui renforcera le secteur des transports et de la messagerie déjà bien marqué sur la zone avec la présence de l entreprise Subra (80 salariés). Des projets d envergure régionale voire nationale sont à l étude et pourraient aboutir à la création directe de nombreux emplois. En entrée de zone, une emprise de trois hectares est exclusivement dédiée aux activités de services. La Communauté de communes cible en premier lieu les activités tertiaires dédiées aux services aux entreprises (cabinets comptables, bureaux d études, centres d appels.). Une jachère en fleurs Gabriélat : des atouts indéniables! Depuis 2008, 13 ha de parcelles inoccupées sur la zone d activité de Gabriélat se couvrent de fleurs entre les mois de juillet et de novembre. En plus d un intérêt esthétique et paysager certain, les jachères fleuries présentent une valeur environnementale importante. En effet, leur présence permet le développement d une faune diversifiée constituée notamment d insectes pollinisateurs, essentiels pour l agriculture, et de nombreuses espèces d oiseaux trouvant refuge dans les parcelles non fauchées. Le coût de cette opération : Graines : TTC. Préparations du terrain, réalisation du semi et gyrobroyage en fin de floraison : TTC. A 35 minutes de Toulouse par accès direct à l A66, sur l axe européen E9 Toulouse-Barcelone. La zone d activité de Gabriélat accueille déjà sur 65 hectares, 11 entreprises créatrices de 323 emplois, soit un taux de commercialisation de la première tranche de 65%. Un foncier viabilisé à des prix attractifs. Un taux de subventionnement possible du projet immobilier allant de 15 à 35 % (projets industriels). Un très haut débit par fibre optique. Des projets en cours de dimension nationale.

7 ÉCONOMIE Le soutien au commerce de proximité Mise en place en 2008, l Opération Collective de Modernisation du Commerce, de l Artisanat et des Services en milieu rural, vise notamment à soutenir les commerces de proximité dans leurs investissements et leurs projets de développement. Objectifs : Maintenir une desserte commerciale de proximité ; Moderniser les équipements de production et les points de vente ; Entretenir la complémentarité économique entre les différents pôles ruraux du territoire. Soutenue par l État et le Conseil Régional Midi-Pyrénées, la Communauté de communes est intervenue pour subventionner quatorze commerçants sur le territoire, hors commune de Pamiers. Cela concerne plus de d investissements pour plus de de subventions accordées. Le taux de subvention est donc de 40%. le «GROIN GOURMAND» (Escosse) Groin Gourmand Spécialisé en boucherie et charcuterie, à Escosse, le «Groin gourmand» utilise des circuits de production courts en travaillant avec les produits de la ferme familiale et des agriculteurs locaux. La Communauté de communes est intervenue dans le cadre de la création de cette entreprise en finançant du matériel professionnel : équipements frigorifiques, chambre froide, balances, sertisseuse, point d eau... Le montant de la subvention versée est de pour un investissement de , soit 44% du total. «A CORPS PARFAIT» (La Tour-du-Crieu) A Corps Parfait Situé dans le pôle médical de La Tour-du-Crieu, «A Corps Parfait» est un espace dédié à l esthétisme et la beauté. La Communauté de communes est intervenue dans le cadre de la création de cette entreprise en finançant du matériel professionnel : bronzage, radiofréquence, cabine UV, onglerie, maquillage permanent, mobilier ainsi que l enseigne de la boutique. Le montant de la subvention versée est de pour un investissement de ,16, soit 45% du total. Signalétique économique et touristique L installation des panneaux de signalétique aux entrées de villes et bourgs du territoire a été réalisée fin début Fabriqués en bois, ces panneaux s intègrent parfaitement dans le paysage naturel environnant. Sur chaque panneau, une carte du territoire figure sur le recto, le verso étant consacré à la commune d implantation avec une représentation des différentes activités touristiques, commerciales et pratiques, disponibles sur le secteur. Panneau à Saint-Amans 7

8 FONCIER Panorama, rue Gabriel-Péri à Pamiers Contrôler le foncier : une nécessité! La Communauté de communes est aujourd hui engagée dans plusieurs projets d intérêt général pour lesquels elle constitue des réserves foncières. Ainsi, elle acquiert des propriétés bâties ou non dans l objectif de favoriser le développement économique de son territoire ou encore de rénover et d améliorer l image des centres historiques des villes et villages qui la composent. Il existe une multiplicité d outils à la disposition des collectivités pour agir directement sur le foncier. Ils permettent d interférer sur le fonctionnement du marché et de l orienter en faveur de l intérêt public. Jusqu à aujourd hui, l acquisition foncière a toujours été réalisée par la voie amiable. Concrètement, voyons deux projets qui illustrent cette politique. La zone d activité de Gabriélat Projet économique Elle est inscrite depuis de nombreuses années dans les objectifs de développement de la Communauté de communes. Elle a, au fil des dix dernières années, constitué une réserve foncière de plus de 83 hectares qui a permis d aménager deux tranches de la zone d activité, une troisième étant en cours. Ainsi, dès aujourd hui, des discussions sont engagées avec les partenaires institutionnels pour mettre en place les outils juridiques qui permettront d atteindre les objectifs de développement économique. La rénovation urbaine du centre de Pamiers Projet d habitat La Communauté de communes est engagée en partenariat avec les communes dans une opération de reconstruction de la ville sur ellemême pour produire des logements répondant aux normes actuelles. Cette dernière notion s inscrit dans la volonté de préserver les terres agricoles et naturelles en évitant de les «grignoter» au profit de l urbanisation «galopante». Néanmoins, il va de soi que constituer des réserves foncières dans un tissu bâti est complexe : multitude de propriétaires, coût élevé des acquisitions, frais de notaire importants, taxes foncières, locations d appartements, relogement de locataires, entretien du bâti acquis A l heure où les centres bourgs de notre territoire se dépeuplent au profit de leur périphérie, où il apparaît plus simple et moins cher de construire sur un terrain nu, les efforts publics sont portés sur l amélioration de l image et la redynamisation des centres. L objectif est double : reconstruire la ville sur la ville et préserver les terres agricoles et naturelles. Sur la commune de Pamiers, l îlot dans lequel se situe l école maternelle de Lestang, rue Sainte-Claire, vit une opération test. En effet, la Communauté de communes acquiert des immeubles dans le but de constituer une réserve foncière nécessaire à la réalisation d un projet visant l amélioration de l habitat et du cadre de vie (création d appartements avec tout confort : espaces extérieurs, double orientation, économe en énergie, création d espaces verts ) dans le but de ramener une population pérenne, toutes générations confondues. Depuis 2010, la Communauté de communes a acquis treize immeubles. La mairie de Pamiers, propriétaire de deux bâtiments (l école maternelle et le 77, rue Gabriel-Péri) a acheté deux immeubles supplémentaires. Il reste donc douze immeubles à acquérir sur les vingt-neuf composant l îlot. Les négociations autour de ces biens sont en cours et le projet de rénovation urbaine fait l objet d études approfondies. Rue Gabriel-Péri à Pamiers 8

9 HABITAT Les aides adaptées à vos projets Aux cotés des financements que les propriétaires peuvent mobiliser au niveau national (prêt à taux zéro, prêt locatif aidé d intégration, prêt social location accession,..), la Communauté de communes propose aux habitants du territoire des services et des subventions complémentaires qui visent à améliorer l habitat et le cadre de vie. La Communauté de communes vous propose des aides pour l entretien des façades, pour des travaux de remise en état de logements, pour financer les capteurs solaires et les récupérateurs d eau de pluie. En 2012, 63 logements ont été aidés. Attention à ne pas commencer les travaux avant d avoir rencontré un technicien du service Habitat! Aide aux propriétaires Etre propriétaire occupant ne signifie pas être dépourvu d aides publiques! La Communauté de communes vous aide pour vos travaux d amélioration sous condition de revenus. Nous avons recueilli les impressions d une dame de 93 ans propriétaire occupante à La Tour-du-Crieu : Comment avez-vous eu connaissance du dispositif «habiter mieux»? C est ma fille, qui a fait des recherches sur internet et qui a trouvé les coordonnées de la Communauté de communes. Vous avez isolé les combles et changé votre chaudière, comment avezvous financé les travaux? Plusieurs organismes peuvent financer ce type de travaux. (ndlr : l Agence Nationale de l Habitat, le Conseil Général, la Région Midi Pyrénées, la Communauté de communes, certaines caisses de retraite). Attention : pour pouvoir obtenir l éco-chèque de la Région, il faut faire appel à un artisan partenaire dont la liste se trouve sur le site internet de la Région. Comment se sont déroulés les travaux? Rapidement! Les deux entreprises ont travaillé ensemble, bien organisées! Le travail est bien fait, je n ai rien à dire! Et ils ont terminé juste avant l hiver. Ma maison est bien plus confortable, on sent bien qu elle est mieux isolée et je pense que je ferai de belles économies de fioul. Je crois que l on m a fait un beau cadeau!!! Bilan de l opération : Montant travaux : TTC Total aides publiques* : Caisse de retraite CARSAT : 357 Reste à charge : 587 * Subventions sous condition de ressources. 9

10 HABITAT Aide aux propriétaires Rénover des logements pour les louer en bénéficiant d aides publiques, c est possible avec la Communauté de communes. Rencontrons M. Imbert, propriétaire d une maison de maître située au lieu-dit Charly à Bénagues qui accueillera bientôt cinq logements à loyer modéré. Pouvez-vous me parler de l origine du projet? J ai découvert cette bâtisse en me promenant avec ma famille. En observant le cadre, l environnement, la quiétude des lieux, j ai décidé d acheter l ensemble, bâtisse et granges. Qu est-ce qui vous a amené vers un projet de logements locatifs à loyer modéré? Dans un premier temps, j avais envisagé de faire de cette maison ma résidence principale. Puis au regard de l investissement, je me suis dit qu il fallait penser à préparer l avenir et pourquoi pas, à faire différents logements locatifs. Comment avez-vous connu le dispositif des subventions? Je connaissais l Agence NAtionale de l Habitat (ANAH) qui est le principal financeur. Avant de finaliser mon achat, j ai évalué le coût de la remise en état et j ai vite compris qu il me fallait un cofinancement. Vous bénéficiez donc de financements de l ANAH, de la Communauté de communes, qu est-ce que cela amène comme contraintes? Assez peu, après travaux, les logements subventionnés devront être loués à loyer modéré à des familles ne dépassant pas les plafonds de ressources du logement social. Finalement, on s aperçoit que la grande majorité des familles y a droit. Est-ce que c est compliqué de monter ces dossiers? Oui et non. Tout seul ce serait extrêmement compliqué mais les services de la Communauté de communes sont là pour aider à élaborer le dossier, optimiser le projet. Est-ce que vous auriez des conseils à donner à un futur investisseur? Ce sont des démarches personnelles, je dirais qu il est important quand on a un début de projet de prendre conseil auprès des personnes en charge de ces aides, afin d orienter le projet dès le départ vers la bonne voie. Avant de commencer les travaux bien sûr mais l idéal est d être informé avant même l acquisition définitive! 10

11 HABITAT La Communauté de communes aide les communes qui souhaitent créer sur leur territoire des logements à loyer modéré. Aux Pujols, rencontre avec... M. Renzo Artuso, 1 er adjoint, et Mme Delphine Delrieu, secrétaire de mairie. La commune des Pujols a acheté et réhabilité deux maisons de village. Ces logements à loyer modéré ont été attribués récemment. Quel est le profil de ces nouveaux habitants? DD : Nous avons voulu donner un coup de pousse à des jeunes qui se lancent dans la vie. L une par exemple est apprentie boulangère, elle travaille à Rieucros et ses parents vivent à Lavelanet, elle devait faire les aller/retour tous les jours. Nous avions passé une annonce sur internet et nous avons eu beaucoup de demandes. Ces deux logements de type 3 sont des petites maisons de ville sur deux niveaux plutôt adaptées pour des jeunes à cause des étages et de l absence de jardin. RA : On les a louées sans aucun problème et si on en faisait d autres, elles seraient aussitôt louées. En effet, la plupart de nos administrés répondent aux critères d attribution (NDLR : plus de 70% des ménages ariégeois sont éligibles à un logement social). Comment gérez-vous les logements? DD : Nous avons choisi de les gérer nous-mêmes, sans passer par une agence immobilière. Nous nous occupons du bail, du paiement du loyer et un employé municipal peut réaliser des petites réparations. Le plus important c est de bien choisir ses locataires mais aussi d être un propriétaire disponible et réactif. Il y a d autres logements locatifs sur la commune? DD : Oui il y en a quelques uns dont des logements à loyer modéré privés. Ces dernières années, au moins sept logements privés ont été rénovés avec des subventions de l ANAH, de la Communauté de communes et du Conseil Général. Ils sont tous loués. Quel est l intérêt pour vous de créer des logements locatifs sociaux? RA : L intérêt c est avant tout de faire du logement social, pour loger ceux qui en ont besoin. Les gens de la commune bien sûr mais aussi des gens de l extérieur. Avec des loyers modérés, c est plus facile de démarrer dans la vie. Ce sont des jeunes qui travaillent mais qui ont des ressources qui correspondent aux critères. Une commune qui crée du logement social peut avoir des prêts bonifiés, des subventions de l Etat, du Conseil Général, de la Communauté de communes et parfois même de la Région. Cela aide pour boucler le plan de financement, cela amenuise les coûts. Vous avez d autres logements locatifs en projet? RA : Notre situation s y prête car la zone de commerce de proximité se développe et nos équipements scolaires le permettent. Cela dépendra des opportunités. Si un bâtiment à acquérir se présente, pourquoi pas. Mais il faudra aussi que le contexte des aides le permette. Cela peut aussi être un privé qui décide de faire du logement locatif. Mais il n y a pas beaucoup d immeubles vacants dans le centre-bourg. Un conseil à donner à vos confrères élus qui voudraient se lancer dans la démarche? RA : Que chacun en fasse un peu et ça ira bien! 11

12 PETITE ENFANCE Le Pôle Petite Enfance Depuis trois ans, le Pôle Petite Enfance accueille quotidiennement dans ses structures collectives ou familiales des enfants de moins de 4 ans. En janvier, une structure collective, les Mainatjous de Saint-Jean-du-Falga, est venue compléter l offre d accueil de 25 agréments. Soutenue financièrement par la Caisse d Allocations Familiales, la Mutualité Sociale et Agricole et le Conseil Général, la Communauté de communes fait évoluer les crèches en fonction des besoins de la population. Ainsi, en 2012, un espace pour les bébés a été créé aux Canongeous. Au Royaume d Apamée, les lieux de vie ont été entièrement repeints et la salle de restauration réaménagée selon les critères d hygiène en restauration collective. L année 2012 en chiffres 411 enfants (383 familles) 86 agents titulaires euros facturés Dépenses : euros Recettes : euros Pour répondre aux familles, le bureau d accueil et de prescription Ouvert toute l année De 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30 Tel : La ludothèque En complément de ses missions de prêt et d animation au sein du Pôle Petite Enfance, la ludothèque participe à des animations extra-muros : festival, soirée jeux, fête du Pôle. Pour la deuxième année, la ludothèque s est exportée lors du festival enfance jeunesse. Le samedi 6 octobre 2012, devant la poste de Pamiers, les ludothécaires ont proposé des animations en lien avec le thème du festival : les arts du cirque. Des jeux de société aux jeux d adresse, en passant par le parcours d équilibre, tous les joueurs se sont improvisés artistes d un jour. La disponibilité des animateurs, la grande variété des jeux proposés, la présence bienvenue du soleil, ont contribué au franc succès de cette manifestation. Les ludothécaires ont également organisé les animations de la fête du Pôle dans le cadre de la fête mondiale du jeu. Les crèches collectives (135 places) Ouvertures de 7h30 à 18h30 du lundi au vendredi Commune de Pamiers : Au Royaume d Apamée, Les Canongeous et Les Pitchouns Commune de La Tour-du-Crieu : Les Souleillous Commune de Saint-Jean-du-Falga : Les Mainatjous Un accueil familial Ouverture du lundi au samedi Pour les besoins d accueil en horaires décalés 60 places d accueil chez 20 nounous sur la commune de Pamiers Et 1 nounou sur la commune de La Tour-du-Crieu 12

13 PETITE ENFANCE Les Relais Assistantes Maternelles (RAM) Actuellement, 140 assistantes maternelles indépendantes exercent sur le territoire de la Communauté de communes, représentant une capacité d accueil de plus de 400 places pour nos jeunes enfants. Les Relais Assistantes Maternelles (RAM) de La Tour-du-Crieu, de Pamiers, et depuis le 1er janvier 2013 de Saint-Jeandu-Falga, proposent un service de proximité gratuit. Ils s adressent : aux parents qui ont recours à ce mode d accueil (recherche d une professionnelle disponible, accompagnement pour les démarches administratives ) ; aux assistantes maternelles : volet administratif de leur profession et accès aux ateliers et animations destinés aux enfants ; aux enfants accueillis grâce à la mise en place d ateliers d éveil et d animations collectives (fêtes, évènements ) ; aux gardes à domicile depuis Depuis septembre 2012, les RAM développent également de nouveaux projets : Le RAM de Pamiers propose en partenariat avec la Crèche Familiale, un atelier mensuel, spécifiquement dédié aux tout-petits qui n ont pas encore acquis la marche. Le RAM de La Tour-du-Crieu met en place en partenariat avec l EHPAD «Le Château» à Verniolle, une rencontre mensuelle avec les résidents de la Maison de Retraite, donnant l occasion d échanges intergénérationnels très riches autour d activités partagées. Fête du Pôle Petite enfance Un bon moment! Associée à la fête mondiale du jeu, la fête du Pôle Petite Enfance s est déroulée le vendredi 28 juin Cet après-midi destiné à l ensemble des familles, des professionnels, des partenaires et des élus, permet la rencontre de tous, autour de l enfant! Les équipes, mobilisées et investies afin que cette journée soit agréable pour petits et grands, ont créé et animé des ateliers de jeux d eau, de manipulations, de psychomotricité et même un espace «cocooning» pour les tout-petits. Les ateliers adaptés ont été visités et utilisés par environ 200 enfants. La journée s est achevée sur un concert animé par la compagnie «Chapeau Bleu». La fête 2013 fut réussie! 13

14 CULTURE & PATRIMOINE Le Moulin des Carmes Sentier d interprétation à Pamiers : une mise en image du patrimoine industriel Le projet du sentier d interprétation du patrimoine industriel de la ville de Pamiers entre dans sa dernière phase. Les mobiliers seront posés tout autour des canaux, d ici la fin de l année. Les visiteurs seront invités à suivre une signalétique en forme de locomotive qui fera office de fil conducteur pour découvrir le patrimoine industriel de la ville. Des petites bornes pédagogiques viendront ponctuellement proposer des jeux pour les petits et les grands. Les mobiliers, en acier oxydé, rappelleront les matériaux industriels modernes. Chaque lutrin portera un symbole illustrant le thème du panneau. Une mise en image Sur chaque panneau, un dessin plongera le visiteur dans le Pamiers industriel en interprétant des sites et des paysages aujourd hui disparus. Ainsi, de dessin en dessin, vous pourrez découvrir ou redécouvrir pourquoi la ville de Pamiers a été le siège d activités artisanales et industrielles de l époque médiévale à nos jours. Une visite numérique Difficile de donner suffisamment d informations sans noyer le visiteur! Le choix s est donc porté sur des panneaux simples avec des QR-codes apposés sur les socles de tous les lutrins. Ils permettront, au moyen d un smartphone, d accéder à un site mobile proposant un complément de contenu multimédia. Un moulin à farine 14

15 CULTURE & PATRIMOINE Un retour attendu : la BB N 2 Après cinq mois environ de restauration, la locomotive électrique, BB N 2, est revenue à Pamiers. Elle a été placée devant l usine métallurgique sur une portion de voie reconstituée. L inauguration a eu lieu le 14 décembre 2012 autour d une castagnade et de vin chaud, nombreux sont les Appaméens et les férus de patrimoine ferroviaire à avoir fait le déplacement. Une station du sentier d interprétation sera consacrée à cette locomotive pour évoquer son histoire, son trajet et les anecdotes la concernant. Vous découvrirez bientôt les dessins qui la mettent en scène afin de rappeler le rôle qu elle a joué dans la ville. Un peu d histoire La BB N 2 est une locomotive électrique fabriquée par les Ateliers des Chartreux de la Compagnie Générale Française de Tramway de Marseille en 1916 pour la Société Métallurgique de l Ariège, usine de Pamiers. En 1915, un embranchement ferroviaire est créé entre l usine et la gare avec deux types de voies ou en accotement de la route telle que vous pouvez la voir aujourd hui ou directement sur la chaussée des rues comme pour un tramway. C est pourquoi, dès 1916 l usine achète trois locomotives à la compagnie marseillaise afin de desservir cette voie. Elles transportaient les matières premières nécessaires au bon fonctionnement des forges et les pièces une fois usinées. Ces machines faisaient le trajet matin et soir au minimum et parfois plus selon les besoins. Les BB étaient surnommées «boîte à sel» car leur forme rappelait les anciennes salières. La ligne a été fermée en 1979 mais la BB n 2 a continué à fonctionner dans l usine pour desservir les ateliers pendant quelques années. La locomotive en 1917 Un pilon à l entrée de Pamiers! L usine Aubert et Duval a fait don à la Communauté de communes d un pilon 13 tonnes de marque EUMUCO. Mesurant 9m30 de haut et pesant 80 tonnes, il était placé dans l atelier Forge-Estampage de l usine. Il sera remonté à l entrée nord de Pamiers, à côté du rond-point de Gabriélat, pour rappeler le passé industriel de la ville. 15

16 CULTURE & PATRIMOINE Lescousse : du presbytère à la mairie En 2013, l inventaire du patrimoine de la commune de Lescousse a débuté. Découvrons l histoire de l ancien presbytère. La maison cossue construite à côté de l église accueille aujourd hui la mairie et des logements communaux. Elle a été construite en 1865 par l architecte diocésain Ferdinand de Coma pour servir de presbytère. Dès le départ, le financement de ce projet s avère difficile. Le conseil de fabrique de l église de Lescousse déclare rapidement ne pas être en mesure de payer les dépenses annoncées s élevant à ,94 francs. Le conseil municipal dans une délibération du 22 mai 1865 vote pour l octroi d une somme de 409,17 francs et donne le produit d une souscription en argent et en nature réalisée auprès des habitants soit 7482 francs. Le compte n y étant pas, il est donc décidé de faire appel à l Etat. Le 26 juin 1865, le Sous-Préfet de Pamiers accepte d octroyer «un secours de 4079,27 francs sur les fonds de l Etat pour compléter la dépense» car «la commune de Lescousse ne possède point de presbytère ; qu il est très difficile de loger convenablement le desservant et que la construction projetée est dès lors d une urgence réelle». Placée au sommet d un coteau, cette maison bénéficie d un beau panorama sur les Pyrénées et le Terrefort. Le décor développé en façade est simple, à noter au sud le rythme vertical de la travée centrale avec sa baie double, son fronton-pignon et son oculus dans l alignement. Le vocabulaire employé par l architecte est propre à l époque et sera également appliqué quelques années plus tard par Pierre Izac pour bâtir l école d Escosse (1882). Qui est donc Ferdinand de Coma ( )? Ferdinand de Coma est présent sur le territoire dès En tant qu architecte diocésain, il a participé à l entretien et la restauration de la plupart des églises paroissiales du territoire de la Communauté de communes. Il est également auteur du séminaire de Pamiers. Dans le cimetière d Escosse se trouve la chapelle funéraire de sa famille. Elle a été pensée, dessinée et construite par ses soins, les armoiries de sa famille figurant au fronton de cet édicule. De taille monumentale, elle domine le cimetière et est idéalement située au bout de l allée principale. Les contreforts, la corniche à modillons, les voûtes des chambres funéraires et de la nef, les vitraux, pentures et autres chapiteaux sont là pour rappeler l architecture gothique, perçue au 19e siècle comme une architecture idéale. L inventaire continu Un inventaire recense, étudie et fait connaître le patrimoine culturel sur la Communauté de communes depuis Ce recensement permet de dresser une carte d identité du territoire. Le champ chronologique traditionnel dans lequel s inscrit un inventaire va de 400 ans ap. J.-C. à 30 ans avant la réalisation de l enquête. Le déroulement d une enquête d inventaire a lieu en trois phases distinctes : 1 Une étude de terrain avec photographies et relevés ; 2 Des recherches historiques et documentaires aux archives ; 3 Écriture des notices et mises en forme des dossiers. Au-delà de l intérêt scientifique, l inventaire culturel est : un outil pour l aménagement du territoire ; un levier de développement culturel et touristique en identifiant les «points forts» du patrimoine local ; un outil pédagogique : sensibilisation du grand public au patrimoine. Toutes les notices réalisées à ce jour sont librement consultables sur le portail Patrimoine de la région Midi-Pyrénées à l adresse suivante : 16

17 CULTURE & PATRIMOINE Découvrez le site internet du réseau de lecture! La réinformatisation du réseau de lecture a été finalisée en septembre L installation d un nouveau logiciel a permis d améliorer la visibilité et le prêt des ouvrages pour les usagers. La gestion des documents et leur circulation sont aujourd hui plus aisées. Le réseau des médiathèques a ainsi pu bénéficier de la conception d un site internet entièrement dédié. Mis en ligne en décembre 2012, les abonnés y consultent désormais leur compte, explorent le catalogue (+ de documents), effectuent des réservations et prolongent le prêt de leurs documents. Ils peuvent prendre connaissance des nouveautés, des coups de coeur des bibliothécaires et de l actualité culturelle des médiathèques. Il est possible de donner son avis sur un ouvrage et de créer des listes de lecture. Les utilisateurs ont aussi la possibilité, via des plates-formes d abonnements numériques, de se former (langues, logiciels, code de la route ), de bénéficier de soutien scolaire et de visionner des films et documentaires (catalogue Arte vidéos et Univers Ciné) grâce au partenariat avec la Bibliothèque Départementale de Prêt de l Ariège. Les internautes peuvent même se préinscrire en bientôt et bonne visite du site. Modalités pratiques Pour accéder à votre compte : indiquez les initiales de votre prénom suivi de votre nom de famille et pour le mot de passe votre année de naissance (à changer dès votre première connexion!). Exemple : identifiant : cdupont pour Charles Dupont mot de passe : les quatre chiffres de l année de naissance (à changer dès votre première connexion!) 17

18 ENVIRONNEMENT Un territoire riche par nature Le territoire de la Communauté de communes est composé d une nature dite «ordinaire». En effet, il n y existe pas d espèce endémique (propre au territoire) ou d une très grande rareté. Cependant la nature est loin d y être sans intérêt écologique et il suffit de s y balader pour s apercevoir que partout la vie, végétale et animale, fourmille. Combinant à la fois une topographie intéressante (coteaux et plaine), une riche hydrographie (vallées de l Hers, de l Ariège, du Crieu, de l Estrique ), et un climat clément aux influences multiples (méditerranéenne, atlantique et montagnarde), notre territoire profite également du travail des agriculteurs qui depuis longtemps ont façonné nos paysages et l entretiennent encore aujourd hui, permettant le maintien de milieux ouverts. Cet ensemble de facteurs et leur interaction ont favorisé le développement d une grande variété de paysages répondant aux exigences vitales d espèces animales et végétales très diversifiées. Ainsi, coexistent six grands types de milieu, abritant chacun des espèces différentes mais aussi des espèces dont la présence s explique par l existence de cette mosaïque paysagère : Les zones humides, que l on trouve sur tout le territoire et notamment le long des cours d eau ; Les espaces agricoles ouverts, principalement présents dans la plaine ; Les landes, majoritairement situées dans le Terrefort ; Les espaces agricoles bocagers localisés plutôt dans le Terrefort ; Les espaces boisés, que l on trouve sur tout le territoire mais avec des surfaces plus importantes dans le Terrefort ; Les espaces urbanisés que l on trouve sur tout le territoire mais avec des surfaces plus importantes dans la plaine. Voici trois espèces emblématiques que l on peut trouver sur notre territoire : L Ophrys abeille (Ophrys apifera) C est l une des trente-deux espèces d orchidées recensées sur le territoire de la Communauté de communes. Sa fleur présente l aspect et l odeur de l abeille femelle pour attirer les mâles et permettre à l orchidée d être pollinisée par les insectes. Le Milan royal (Milvus milvus) Ce rapace est présent sur notre territoire toute l année, il est plus visible l hiver lorsque des populations migratrices du Nord viennent renforcer les effectifs déjà présents. Oiseau de proie majestueux s il en est, il est pourtant un charognard plus qu occasionnel. Le Guêpier d Europe (Merops apiaster) Cet oiseau aux couleurs éclatantes fréquente notre territoire à la belle saison. Il vit en colonies sur les bords de l Ariège et de l Hers où vous aurez peut être la chance de l observer en train de chasser les guêpes et autres insectes. Un inventaire en cours Depuis 2008, la Communauté de communes a entrepris de réaliser un inventaire de son patrimoine naturel (faune, flore, habitats) pour le protéger, le valoriser et le prendre en considération lors de futurs projets d aménagement du territoire. Il s agit également de sensibiliser les habitants à la richesse de leur environnement et à sa fragilité. C est dans ce cadre que la Communauté de communes met régulièrement en place des actions de médiation du patrimoine naturel : expositions photographiques, animations lors des journées nature, valorisation des topoguides de randonnée et des sentiers de randonnée... 18

19 ENVIRONNEMENT Des sentiers pour garder la forme sans délaisser le fond Dans le cadre du projet lancé par le Pays des Portes d Ariège Pyrénées visant à créer un réseau de huit sentiers d interprétation sur l ensemble du territoire du Pays, trois nouveaux sentiers seront ouverts prochainement sur la Communauté de communes. L étude pour la création de ces sentiers a été confiée à l entreprise Tipioka qui a fournit pour chacun d entre eux le schéma d interprétation et la conception graphique des supports d interprétation. Ces trois nouveaux sentiers se situent sur les communes d Arvigna, de Bonnac et de Saint-Jean-du- Falga. Ils viennent compléter l offre en sentiers de ce type sur notre territoire, jusque là composée du sentier de l eau à Saint-Amadou et aux Pujols et du sentier de découverte du Terrefort à Saint-Michel. A Arvigna, le sentier «La vie au grand air» vous fera découvrir le rôle de l air et du vent dans la nature mais aussi dans les activités humaines grâce à des panneaux et autres mobiliers originaux. Le sentier «Promenons-nous dans les bois», à Bonnac, vous permettra de redécouvrir la forêt de manière ludique et sensitive en suivant son livret d interprétation. Focus sur le sentier «L Ariège et l Ariégeois» à Saint-Jean-du-Falga Idéal pour sortir en famille, le sentier «L Ariège et l Ariégeois» vous accueillera au hameau de Luzent sur la commune de Saint-Jean-du-Falga. Très accessible (45 min et 1,4 km), ce sentier vous offre une ballade agréable en bord d Ariège. Tout au long du parcours, cinq panneaux d interprétation traiteront des relations qu ont entretenues et entretiennent aujourd hui les Ariégeois avec leur rivière. Ils vous aideront à mieux appréhender ces rapports tumultueux faits parfois de conflits, de collaborations mais toujours de passion et de respect. Un dialogue mis en scène entre ces deux protagonistes vous sensibilisera à l importance mutuelle de cette rivière et de ces riverains dans la formation des paysages de notre territoire au cours des siècles. Les panneaux d interprétation vous aideront à retrouver les traces de ces changements et de cette constante évolution. 19

20 TRAVAUX Les Canongeous s agrandissent! Depuis le mois de septembre 2012, le multi-accueil des Canongeous accueille les enfants dès l âge de deux mois. Il est donc nécessaire de créer un espace adapté aux tout-petits. Pour cela, le préau actuel va être divisé. Une partie sera dédiée aux bébés et l autre gardera sa fonction de préau couvert pour que les enfants puissent jouer à l extérieur par tous temps. Pour des raisons similaires, le bac à sable va être couvert d une pergola. Esquisse des travaux Les travaux devraient durer trois mois et le montant estimatif est de TTC. La maîtrise d œuvre a été confiée à un architecte, Olivier SANCHEZ et deux organismes, le bureau de contrôle APAVE de Foix et la Sécurité Prévention Santé CBIT de Mirepoix. On rénove le refuge! Projection bâtiment accueil Le refuge est en constante amélioration. Ayant reçu un legs, l Association Ariégeoise de Défense Animale (AADA) a décidé de verser une partie de cet héritage ( ) à la Communauté de communes afin de procéder à des travaux sur l ensemble du site. Un programme précis a été établi par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP), l AADA et la Communauté de communes : Les bâtiments existants vont être améliorés et mis en conformité en créant une salle de soins pour les vétérinaires, en équipant les fenêtres de moustiquaires, en posant du carrelage antidérapant et de la faïence dans la cuisine pour une meilleure hygiène et sécurité ; Des bâtiments neufs vont être construits en bois (résineux imputrescibles) pour disposer d un véritable accueil pour le public mais également d un espace dédié au personnel (salle de réunion, vestiaires, douche, toilettes) ; Une infirmerie pour les chats sera installée dans un bâtiment accolé et indépendant de la chatterie pour éviter les contaminations ; L accessibilité du site et des locaux pour les personnes à mobilité réduite sera facilitée par la création d une signalétique adaptée et d aménagements d accès aux bâtiments. La maîtrise d œuvre des travaux a été confiée à l architecte ARNAU-LEGER et à deux organismes, Sécurité et Prévention de la Santé et un bureau de contrôle APAVE. Le coût total de ces travaux est de TTC. Les travaux qui ont d ores et déjà débuté dureront approximativement trois mois. 20

21 TRAVAUX Voirie Recensement des ponts et aqueducs En 2012, cinquante-neuf opérations de travaux de voirie ont été réalisées représentant un montant d investissement de pour un investissement initial prévisionnel de L enveloppe 2013 sera de du fait de l intégration au 1er janvier des communes de Saint-Jean-du-Falga et de Lescousse. Depuis 2009, la Communauté de communes du Pays de Pamiers a décidé de créer une ligne intitulée «travaux d urgence» qui représente 10% du montant de l enveloppe voirie annuelle. Depuis 2012, un inventaire des ponts et aqueducs est en cours sur l ensemble des voiries communautaires du territoire (305 km). Actuellement, un peu plus de 610 ouvrages sont recensés. Pour chacun d entre eux, une fiche technique est établie comprenant sa situation géographique, ses caractéristiques, son état et les mesures à prendre si nécessaire. Rue Henri FABRE (ZI de Pic PAMIERS) Réalisation d une couche de roulement en enrobé à chaud et pose de caniveaux en béton. Montant des travaux : TTC. Av. du Plantaurel (VILLENEUVE-DU-PAREAGE) Réalisation d un ralentisseur type dos d âne et d un ralentisseur type trapézoïdal. Montant des travaux : TTC. Pont de Villeneuve-du-Paréage Le pont du Vernet : diagnostic Le pont métallique du Vernet-d Ariège, point névralgique de la communication entre les deux rives, construit entre la fin du 19e et le début du 20e siècle semblait présenter des désordres structurels au niveau des piles et du tablier. Afin de s en assurer et pour garantir la sécurité des usagers, un diagnostic des parties immergées et émergées a été commandé à deux entreprises. Le bureau d études SOCOTEC a étudié les parties émergées du pont pour établir un état des lieux, faire un diagnostic des pathologies, des désordres et proposer des solutions chiffrées de remise en état. Au total, la réhabilitation de la partie émergée du pont est évaluée à TTC. Dans un second temps, les parties immergées (piles et culées) devront également être contrôlées et cartographiées. Pour cela, il faut attendre la période d étiage, entre septembre et novembre 2013, pour que l entreprise C.T.S.M puisse intervenir. A l issue de son étude, elle devra réaliser un rapport détaillé et chiffré. Ces deux diagnostics permettront in fine de décider de l utilité ou pas des travaux à mener sur cet ouvrage. 21

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux

Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux Présentation du projet Réunion publique Jeudi 1er Octobre 2015 Historique - Bâtiment acheté en 2004, par la Municipalité,

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Commune de Plaisance. Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015

Commune de Plaisance. Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015 Commune de Plaisance Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015 Commune de Plaisance Page 1 / 13 Conseil municipal du 29 janvier 2015 L an DEUX MILLE QUINZE, le VINGT-NEUF du mois

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la réunion publique du 20 mai 2015 I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 Résidence Le Lavoir Lormont (33) Un acteur majeur du logement social pour le Sud-Ouest SOMMAIRE Mésolia, entreprise sociale pour l habitat...2 Un acteur majeur du logement social...2

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON 1 OPERATION DE RESTRUCTURATION DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE (ORAC) Depuis le 22 novembre 2010, une opération

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Questionnaire V2 : Le locatif privé dans le Grand Clermont

Questionnaire V2 : Le locatif privé dans le Grand Clermont Questionnaire V2 : Le locatif privé dans le Grand Clermont Bonjour, je m appelle Mme Intel du cabinet d études «Nouveaux Armateurs», je réalise une enquête sur les loyers privés à la demande du Grand Clermont

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de Pays

Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de Pays Page 1 sur 13 Communauté de Communes du Pays Thibérien Maison des Services 24800 THIVIERS Tél.: 05-53-622-822 Fax: 05-53-62-31-57 Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

amallia.fr Le guide logement du salarié louer, acheter, bouger, aider, Simple et rapide! Retrouvez plus d informations sur Chaque jour,

amallia.fr Le guide logement du salarié louer, acheter, bouger, aider, Simple et rapide! Retrouvez plus d informations sur Chaque jour, Simple et rapide! Retrouvez plus d informations sur amallia.fr O de formes Publicis Activ RCS Paris 337 934 483 - Marque déposée pour le compte d Action Logement. Impression sur papier recyclé Oxygen -

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers De l aménagement urbain au développement économique La SEMAEST, Société d économie mixte de la Ville de Paris, spécialisée dans La SEMAEST, Société d économie

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S.

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Petit rappel: qu est-ce qu un aménageur? Un aménageur est une société, publique ou privée,

Plus en détail

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants?

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS l accession aidee Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L ACCESSION AIDÉE L accession aidée L accession sociale ou aidée concerne des ménages

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 7 Action 17 Par une gestion raisonnée de l activité touristique Développement des activités de découverte hors-saison en lien avec les

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité»

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Objectifs : Le Conseil Régional de Lorraine, la DRAC de Lorraine et

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 19 octobre 2012 POLITIQUE A06 CONFORTER L'ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DURABLE DES YVELINES

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 19 octobre 2012 POLITIQUE A06 CONFORTER L'ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DURABLE DES YVELINES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DES YVELINES Direction Générale des Services Direction de l'economie et de l'emploi DEE-Mission Numérique 2012-CP-4337 Affaire suivie par : M. Truchy Poste: RAPPORT A LA

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92)

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92) à Bois-Colombes (92) Opération certifiée phase 1 à 4 du SMO Marie Catherine BARIGAULT : Directrice des Services Techniques, Ville de Bois Colombes Skander MEZGAR : Responsable Technique, Montage & Aménagement

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS 5 LE TERRITOIRE «MEDOC OCEAN» Les communes : Lacanau, Carcans-Maubuisson et Hourtin Population

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014 concernant l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne Au Conseil communal de Lutry Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

Dossier de demande de subvention de fonctionnement Tiers privé Année 2015 Volet 3 du contrat départemental de territoire

Dossier de demande de subvention de fonctionnement Tiers privé Année 2015 Volet 3 du contrat départemental de territoire Dossier de demande de subvention de fonctionnement Tiers privé Année 2015 Volet 3 du contrat départemental de territoire DOSSIER COMPLET A DEPOSER AVANT LE 30 AVRIL 2015 Le cachet d arrivée faisant foi,

Plus en détail

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement

Plus en détail

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU VAL D AY

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU VAL D AY DÉPARTEMENT DE L ARDÈCHE COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU VAL D AY Grande Rue - BP 06-07290 SATILLIEU Tél : 04 75 34 91 83 - Fax : 04 75 69 91 64 - E-mail : administration@val-d-ay.fr STATUTS modifiés par arrêtés

Plus en détail

www.ville-lepellerin.fr

www.ville-lepellerin.fr Pg n 1 / 10 Mairie de Le Pellerin, 44640 DOSSIER DE PRESSE Le Pellerin, le lundi 29 janvier 2007 lancement du site internet de la ville du Pellerin < mardi 6 février 2007 > sommaire Communiqué de presse

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Révision générale du plan local d urbanisme

Révision générale du plan local d urbanisme Révision générale du plan local d urbanisme Qu est ce qu un plan local d urbanisme? Le PLU est un outil d'aménagement et de gestion de l'espace qui permet de planifier, maîtriser et ordonner l'organisation

Plus en détail

Les travaux d aménagement des futurs bureaux de la CARSAT au sein du Parc Valmy démarrent

Les travaux d aménagement des futurs bureaux de la CARSAT au sein du Parc Valmy démarrent COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT 28.06.2014 12.11.2013 Les travaux d aménagement des futurs bureaux de la CARSAT au sein du Parc Valmy démarrent Dans le cadre de la signature d une Vente en l Etat Futur d

Plus en détail

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie Programme cofinancé par l Union européenne. Fonds européen de développement régional. «L Union européenne investit dans votre avenir.» PARTIE 2 Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains Etienne Timmermans

Plus en détail

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté DEMANDE DE SUBVENTION Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté Dossier de demande de subvention www.midipyrenees.fr n CRITERES D OBTENTION DE LA SUBVENTION Objectifs : n Permettre la réalisation

Plus en détail

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1-

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1- Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne Bureau d études Réalités 180 rue Clément Ader 42153 RIORGES Tél. 04 77 67 83 06 Fax 04 77 23 01 85 E-mail urbanisme@realites-be.fr -1- ROMAGNAT PREAMBULE

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

D P E L P AC A E C M E EN E T N ENTREPRISE

D P E L P AC A E C M E EN E T N ENTREPRISE PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE Récapitulatif de la démarche Cette démarche s inscrit dans le cadre de la Loi sur l Air et des mesures liées à la limitation de l usage de l automobile contenues dans la

Plus en détail

Conseil Municipal du 30 Juin 2015. Monsieur le Maire rappelle que la commune a adhéré à Ingénierie 70.

Conseil Municipal du 30 Juin 2015. Monsieur le Maire rappelle que la commune a adhéré à Ingénierie 70. Conseil Municipal du 30 Juin 2015 DCM N 2015/64 * Marché de travaux : renouvellement du réseau AEP rue de Verdun Monsieur le Maire rappelle que la commune a adhéré à Ingénierie 70. Monsieur le Maire rappelle

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

COMMUNE DE BEAUZAC. Projet 6. Mai 2013. Réf : 37051

COMMUNE DE BEAUZAC. Projet 6. Mai 2013. Réf : 37051 COMMUNE DE BEAUZAC PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES Projet 6 Mai 2013 Réf : 37051 Le Plan Local d Urbanisme est l expression du projet urbain de la commune de Beauzac et constitue ainsi

Plus en détail

l indépendance en toute sérénité

l indépendance en toute sérénité A P P A R T S E N I O R S N A N T E S S E N g h O R VIVRE à NANTES l indépendance en toute sérénité appart séniors une nouvelle solution d habitat Ici, j ai choisi un logement fonctionnel et sécurisant,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 «Le Perche souhaite accueillir de nouveaux arrivants et met en place une politique volontariste et des actions. La session d accueil s adresse à tous les porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre

Plus en détail

LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE

LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE ESSEC Business School Mastère Techniques Financières - 2011 COURS : GESTION DE PATRIMOINE LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE Samuel DRUGEON Charles MOATI Karim SOYAH Introduction La crise a incité la plupart

Plus en détail

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 Révision du SCoT du Pays Segréen Réunion publique lundi 30 novembre 2015 Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 SOMMAIRE Point d étape / avancement du SCoT Présentation du projet

Plus en détail

Ma médiathèque et moi :

Ma médiathèque et moi : Ma médiathèque et moi : Je clique sur les questions que je me pose... Venir à la médiathèque Est-ce que tout le monde peut venir à la Quels sont vos horaires? La médiathèque est-elle ouverte pendant les

Plus en détail

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux VILLE D ANZIN Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce PREALABLE : Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux Règlement d attribution des aides financières directes

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS. 1. Contexte et objectifs

CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS. 1. Contexte et objectifs CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS Délibération CPR N 12.10.24.35 du 16 novembre 2012 Abroge et remplace à partir du 1 er janvier

Plus en détail

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional 12 réunions d octobre à décembre 2013 Un PNR c est quoi? C est un label réservé aux territoires remarquables (paysages/nature/patrimoine culturel)

Plus en détail

Le Crédit Agricole. s engage pour un monde plus vert. Une relation durable, ça change la vie.

Le Crédit Agricole. s engage pour un monde plus vert. Une relation durable, ça change la vie. Le Crédit s engage pour un monde plus vert Une relation durable, ça change la vie. ÉÉdito L Engagement en faveur des Economies d Energie Eco-Prêt à taux zéro, Prêt Économies d Énergies, Éco-enerJ+ ou

Plus en détail

REF : 090415 VILLE : Nantes

REF : 090415 VILLE : Nantes REF : 090415 VILLE : Nantes T2 31 M 2 36 rue de Sainte Luce, 44 000 Nantes INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 4 830 CARACTÉRISTIQUES DU BIEN T2 31 M 2 REF 090315 Type de bien... T2 Neuf / Ancien...

Plus en détail

appart séniors une nouvelle solution d habitat

appart séniors une nouvelle solution d habitat appart séniors une nouvelle solution d habitat Ici, j ai choisi un logement fonctionnel et sécurisant. Et mon balcon offre des vues vers la Loire! Ici, je profite des commerces à 150 mètres mais aussi

Plus en détail

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 1/13 Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence effective)

Plus en détail

date. durable pour certains équipements dans les constructions

date. durable pour certains équipements dans les constructions Le crédit d impôt développement durable TVA à taux réduit Les particularités POUR LE NEUF Construire des logements très économes en énergie est l un des objectifs du Grenelle Environnement. Des aides sont

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 Présents : M. d ANGLADE / M. RABANIER / M. DION / M. BARATTINI / Mme PEREZ- ZIJLMANS /M. OUDENOT / Mme DUVAL / Mme DORET / M. ROUSSEAU / M.

Plus en détail

Horaires d ouverture. Le réseau de lecture

Horaires d ouverture. Le réseau de lecture Le réseau de lecture Horaires d ouverture http://www.pamiers.reseaubibli.fr MEDIATHEQUE DE PAMIERS 1 Place Eugène-Soula BP 90 104 09 103 PAMIERS CEDEX accueil@mediatheque.ville-pamiers.fr tél : 05 34 01

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

REF : 03082015 VILLE : Reims. T1 28 M 2 Avenue de Laon Reims 51100 INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 5 290

REF : 03082015 VILLE : Reims. T1 28 M 2 Avenue de Laon Reims 51100 INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 5 290 REF : 03082015 VILLE : Reims T1 28 M 2 Avenue de Laon Reims 51100 INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 5 290 CARACTÉRISTIQUES DU BIEN T2 28 M 2 REF 03082015 Type de bien... T2 Neuf / Ancien... Ancien

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME En vue de développer la capacité et la qualité de l hébergement touristique sur le territoire hautmarnais, et d aider à la mise aux normes sécurité et accessibilité des

Plus en détail

Etablir un compte transport fiche1

Etablir un compte transport fiche1 Mémento de la mobilité Etablir un compte transport fiche1 Méthode Le compte transport regroupe toutes les recettes et dépenses inscrites dans le budget annuel de l entreprise, au démarrage du PDE, et imputables

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON DELEGATION DE M. Jean Charles BRON 338 D -20080325 Soutien au développement du commerce, de l artisanat et des services de la Ville de Bordeaux. Action de promotion et de prospection d enseignes présentée

Plus en détail

LA MAISON DE LA BARTHE

LA MAISON DE LA BARTHE NOUVEL ESPACE MUNICIPAL LA MAISON DE LA BARTHE La nature en cœur de ville DOSSIER DE PRESSE Dossier de Ouverture presse décembre mars 2014 2013 www.dax.fr www.dax.fr SOMMAIRE Le poumon vert du cœur de

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE SOMMAIRE Présentation EIE et missions Chronologie générale Dispositifs collectifs

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail