FRAISES EN JARDINS SUSPENDUS 2015 Suivi des bassins de traitement des effluents

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FRAISES EN JARDINS SUSPENDUS 2015 Suivi des bassins de traitement des effluents"

Transcription

1 FRAISES EN JARDINS SUSPENDUS 2015 Suivi des bassins de traitement des effluents Responsable de l essai : Annie Gény I CONTEXTE Les cultures hors sol (fraises, framboises, tomates ) sont drainées avec des solutions nutritives. Ces solutions nutritives ne sont pas utilisées à 100% par les plantes. Des effluents issus du drainage sont alors produits. Le plus communément, le taux de drainage est d environ 20 %, c'est-à-dire que pour un volume irrigué de m 3, 200 m 3 seront récupérés en sortie. Divers essais menés depuis 2010, à LCA à Tour en Sologne, ont montré qu il est tout à fait possible de réduire ce taux de drainage à 10% des volumes apportés que ce soit sur culture de printemps ou remontants (été-automne) sans nuire au rendement ou à la qualité des fruits. Au niveau de l Organisation Professionnelle locale «Cadran de Sologne», les équilibres des solutions d apport sont basés sur 8 à 10 meq/l de NO3 voire 7 meq sur production remontante. Le travail mis en place à LCA durant 4 années consécutives, sur la réduction de la charge en éléments des solutions trouve donc une application directe chez les producteurs. Par ailleurs depuis 2009, à la Station, l eau de pluie sert de base d arrosage dans la limite de sa disponibilité. Un bassin de récupération d une capacité de m 3 est en place. Ce stockage permet de couvrir nos besoins de printemps-automne et en partie ceux d été selon la climatologie. L utilisation de l eau de forage se limite donc aux périodes d assèchement du bassin. Sur notre site, l économie d eau, bien que directement dépendante de la pluviométrie, peut être évaluée à % des besoins pour un cycle complet de culture (mars-octobre). A ce jour, un producteur spécialisé dans la culture hors sol pratique la récupération et l utilisation d eau de pluie. D autres producteurs y réfléchissent. L eau de pluie grâce à sa pureté et à l absence de silicium, permet de réduire significativement le phénomène d albinisme (pointes blanches). Des variétés, notamment Cléry très présente dans le sud ouest, sont fortement sujettes sous nos climats et donc exclues de notre panel variétal. En aval de tout ce travail, et indépendamment de la qualité et composition des solutions fertilisantes, reste cependant encore posée une question majeure. Que faire des solutions de drainage des serres hors sol? La Station, en collaboration avec la Chambre d Agriculture de Loir-et-Cher a réfléchi, puis proposé diverses pistes aux producteurs, l épandage des effluents; les taillis de saule à très courte rotation (TTCR). Suite à une réflexion menée avec les producteurs, deux propositions ont été retenues: les bassins filtrants végétalisés et le recyclage d une culture de fraises sur une autre, première année de mise en place à la Station Pour ce faire, LCA a d ailleurs dû réinvestir dans une station de fertilisation plus performante et plus adaptée à ses recherches. «Bassins de traitements des effluents- Suivi 2015» Page 1 sur 1

2 SUIVI DES BASSINS DE TRAITEMENT DES EFFLUENTS I OBJECTIFS Grâce à la mise en place de deux bassins filtrants, réduire le taux de nitrates et de phosphate rejetés dans les eaux pluviales. Evaluer et optimiser le rendement épuratoire des deux bassins d épuration. II MATERIEL ET METHODE Bassins de dénitrification : Le premier bassin est un filtre horizontal planté de scirpes. Les mécanismes épuratoires sont à la fois physiques et biologiques avec les micro-organismes fixés sur le matériau et le rhizome des plantes. Le milieu est saturé en eau et l alimentation est continue. Le milieu présente donc des zones anaérobies (anoxique) favorables au traitement de l eau par dénitrification grâce à une source carbonée. Les nitrates sont transformés sous l action des bactéries, en azote gazeux. L apport en carbone est effectué par une pompe doseuse, envoyant de l acide acétique diluée à 10%. Filtre avec Déphorite R La Déphorite R est le nom commercial pour désigner un matériau réactif à base de laitier produit dans les fours électriques des aciéries au cours de la fusion des ferrailles. Le matériau est saturé en eau, privilégiant les temps de contacts longs favorables à l adsorption et à la précipitation du phosphore. Les différentes étapes/suivi: - Terrassement et mise en place des bassins, décembre Plantation des scirpes, mise en service des bassins, avril De mai à octobre. Evaluation mensuelle du rendement épuratoire de chaque bassin par analyse chimique des solutions à l entrée et la sortie des bassins. Prélèvement d 1.5 litres d effluents. Mesure - du ph, de la conductivité (Ec en ms), - des différents éléments fertilisants : azote nitrique (en mg/l), phosphate, sulfates, azote ammoniacal, potassium, magnésium et calcium, - de la DCO (mg 0 2 /l) Réglage du taux d injection d acide acétique en fonction des mesures et du niveau d implantation des végétaux selon les consignes de la Société Jean Voisin SAS. Objectifs témoignant d un fonctionnement optimal du système: ph>6 à la sortie de bassin DCO (Demande Chimique en Oxygène) comprise entre 30 et 150 mg/l. Teneurs en NO3 < à celle mesurée en sortie de serre. Entretien régulier du filtre planté par désherbage notamment au niveau des scirpes. Faucardage des scirpes en décembre «Bassins de traitements des effluents- Suivi 2015» Page 2 sur 2

3 III RESULTATS/DISCUSSION 1- Suivi de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) et ph. Dates Juillet 13 Août 13 Depuis Septembre 13 Quantité d acide acétique injectée à chaque alimentation des bassins en effluents. 490 ml 490 ml 800 ml La DCO reste en dessous de 150 mg d O² /l (valeur maximale tolérée). Il n y a pas d augmentation de la DCO en sortie sauf en août Des réglages de l apport d acide doivent être réguliers. Le ph mesuré en sortie de bassin est supérieur à 6 tout au long du suivi et correspond donc au ph souhaité. Ces deux graphiques témoignent donc d un bon fonctionnement des bassins à partir du mois de septembre A cette date, les scirpes présentaient un bon développement végétatif. «Bassins de traitements des effluents- Suivi 2015» Page 3 sur 3

4 2- Suivi de la conductivité La conductivité des effluents, est inférieure en sortie de bassins qu à l entrée. Des éléments sont donc dégradés. 3- Suivi des nitrates Depuis 3 ans, la teneur en nitrates dans les effluents diminue après passage dans les bassins. Le processus de dénitrification est bien enclenché. Le taux de N-NO3 est proche de 0 mg/litre en sortie de bassins depuis octobre Après une année de fonctionnement, le rendement épuratoire du bassin végétalisé a été maximal sur toute l année 2014 et à partir de l automne 2015 suite à de nouveaux réglages dans l injection d acide acétique. Rendement épuratoire moyen En N NO % 100 % 68 % «Bassins de traitements des effluents- Suivi 2015» Page 4 sur 4

5 4- Suivi des phosphates Concernant le phosphore, dès la mise en œuvre des bassins à Déphorite, on signale un très bon rendement épuratoire (supérieur à 96%) Le phénomène d adsortion de cet élément est donc immédiat. Il semble que ce bassin ait perdu en efficience en Le rendement épuratoire est passé de 100 % dès juillet 2014 à 57 % en septembre Ce taux d épuration s est stabilisé durant l année Rendement épuratoire moyen En H2PO % 72 % 62 % 5- Suivi des autres éléments nutritifs. Les teneurs en N-NH4 et potasse semblent peu différentes à l entrée et à la sortie de bassins. Aucune dégradation du N-NH4 et de la potasse n est constatée. «Bassins de traitements des effluents- Suivi 2015» Page 5 sur 5

6 Les graphiques ci-dessus témoignent d une baisse de la teneur entre l entrée et la sortie des bassins pour les sulfates. Les teneurs en magnésium et calcium restent stables en l entrée et la sortie des bassins en En 2014 et 2015, les taux de magnésium et de calcium dans les effluents baissent après passage dans les bassins. IV CONCLUSION A l issue de ces trois années de fonctionnement, le bassin végétalisé dénitrifiant apporte entière satisfaction. Le traitement des nitrates est maximal, la dénitrification est totale. Il aura donc fallu une année pour que ce système soit fonctionnel. Un suivi régulier du taux d épuration est indispensable, un ajustement de l injection d acide a été nécessaire en août Le bassin à base de Déphorit a eu dès sa mise en place, une efficacité remarquable. En 2013, la totalité des phosphates H 2 PO 4 est adsorbée par la Déphorite. Il semblerait que les matériaux se chargent et que l efficience de ce bassin se stabilise depuis «Bassins de traitements des effluents- Suivi 2015» Page 6 sur 6

TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES. STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21

TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES. STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21 TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21 Par «Eaux Blanches» il faut entendre les eaux usées issues des salles de traite et de stockage du lait. Ne pas confondre avec les eaux issues

Plus en détail

Préparation d une solution nutritive

Préparation d une solution nutritive Préparation d une solution nutritive 1. Le calcul de la solution, (partie théorique) 2. La préparation de la solution, (partie pratique) Dans quels cas utilise-t-on une solution nutritive? o Lors d irrigation

Plus en détail

Quiz séquence sur le sol - CORRECTION

Quiz séquence sur le sol - CORRECTION Quiz séquence sur le sol - CORRECTION 1- Citez 2 avantages et 2 inconvénients d un sol sableux: a- perméable eau et air, facile à travailler, etc. b- sensible à la sécheresse, sensible érosion, usent le

Plus en détail

FRAISIERS EN JARDINS SUSPENDUS. Optimisation de variétés jours courts

FRAISIERS EN JARDINS SUSPENDUS. Optimisation de variétés jours courts FRAISIERS EN JARDINS SUSPENDUS Optimisation de variétés jours courts 211 Annie Gény (LCA)- Jean-Marie Guichardon (CA41)- Grégory Roy (CTIFL) I - But de l essai Deux objectifs pour cet essai : - Trouver

Plus en détail

Production de camerises: améliorez vos pratiques pour optimiser vos rendements

Production de camerises: améliorez vos pratiques pour optimiser vos rendements Production de camerises: améliorez vos pratiques pour optimiser vos rendements Par : Pierre-Olivier Martel, agronome, conseiller en horticulture Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean 13 mars 2014

Plus en détail

Bien nourrir les plantes pour mieux nourrir les hommes

Bien nourrir les plantes pour mieux nourrir les hommes Les éléments nutritifs indispensables Pour se développer, les plantes prélèvent dans le milieu qui les entoure air, eau, sol les éléments nécessaires à leur vie. Les éléments plastiques : Carbone, Oxygène,

Plus en détail

FERTILISATION DE L ASPERGE

FERTILISATION DE L ASPERGE Pour tout renseignement complémentaire, contacter votre conseiller FERTILISATION DE L ASPERGE Mise à jour : mars 2010 Elaboration : CEHM, Chambres d Agriculture 34, 30, 84, 11, Organisations de producteurs

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

Que nous apporte l azote des engrais minéraux?

Que nous apporte l azote des engrais minéraux? Azote : premier facteur de production mais aussi première variable d ajustement FEVRIER 02 L azote est toujours le premier facteur de production des grandes cultures en permettant d augmenter le rendement

Plus en détail

Introduction: problème des rejets de culture hydroponique

Introduction: problème des rejets de culture hydroponique Traitement de rejets de culture hydroponique par marais filtrants: influence des plantes, de la saison et de l'ajout de carbone organique Vincent Gagnon, Gabriel Maltais-Landry, Jaume Puigagut, Florent

Plus en détail

INFLUENCE DU TYPE DE FERTILISANT SUR LE RENDEMENT ET LA QUALITE DES CLEMENTINES

INFLUENCE DU TYPE DE FERTILISANT SUR LE RENDEMENT ET LA QUALITE DES CLEMENTINES 0/ 11 INFLUENCE DU TYPE DE FERTILISANT SUR LE RENDEMENT ET LA QUALITE DES CLEMENTINES Compte-Rendu 2010 Code de l essai : EFE.CLE.01.10 Rédacteur : Gilles Tison, Marine Blouin Partenaires 0/ 11 Table

Plus en détail

Synthèse des résultats pluriannuels sur la fertilisation de la tomate RADHORT

Synthèse des résultats pluriannuels sur la fertilisation de la tomate RADHORT Synthèse des résultats pluriannuels sur la fertilisation de la tomate RADHORT RADHORT- Documents Synthèse des résultats pluriannuels sur la fertilisation de la tomate Daouda DEMBELE, Docteur-Ingénieur,

Plus en détail

Recyclage de l eau Applications pratiques aux cultures ornementales. Jean Marc DELACOUR Conseiller Horticole et Pépinière CDHRCentre Val de Loire

Recyclage de l eau Applications pratiques aux cultures ornementales. Jean Marc DELACOUR Conseiller Horticole et Pépinière CDHRCentre Val de Loire Recyclage de l eau Applications pratiques aux cultures ornementales Jean Marc DELACOUR Conseiller Horticole et Pépinière CDHRCentre Val de Loire Evaluation du contexte Préalable au développement de techniques

Plus en détail

Traitement des effluents de fromagerie fermière par le système OXYVOR

Traitement des effluents de fromagerie fermière par le système OXYVOR Traitement des effluents de fromagerie fermière par le système OXYVOR Auteur : CA74 AGRO-ENVIRONNEMENT Date de parution : 15/12/2004 Ce document est la propriété exclusive de la Chambres d'agriculture

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

La méthanisation. Lycée Theophile Roussel ST CHELY 07 mai 2015

La méthanisation. Lycée Theophile Roussel ST CHELY 07 mai 2015 La méthanisation Lycée Theophile Roussel ST CHELY 07 mai 2015 La méthanisation Un contexte favorable : La France s est fixée pour objectif de multiplier par 4 la puissance électrique installée et par 6

Plus en détail

Tomate hors sol. Acquisition de références pour la conduite de la fertirrigation

Tomate hors sol. Acquisition de références pour la conduite de la fertirrigation Tomate hors sol Fiche APREL 15-081 Acquisition de références pour la conduite de la fertirrigation 2015 Benjamin Gard, Ctifl / APREL Anne Terrentroy, CA13 Marianne De Conninck, CETA de Berre l Etang Claire

Plus en détail

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB Le processus de compostage est une décomposition aérobie de matières organiques d origine végétale et/ou animale hors matières relevant des déchets animaux au

Plus en détail

PRINCIPES et THEORIE DE L EPURATION BIOLOGIQUE DES EAUX USÉES. Application aux milieux granulaires fins J. LESAVRE

PRINCIPES et THEORIE DE L EPURATION BIOLOGIQUE DES EAUX USÉES. Application aux milieux granulaires fins J. LESAVRE PRINCIPES et THEORIE DE L EPURATION BIOLOGIQUE DES EAUX USÉES Application aux milieux granulaires fins 1 EPURATION DES EAUX RESIDUAIRES le Problème Matière Organique CHONSP Azote Phosphore Mais aussi Et

Plus en détail

I. Le cycle du carbone

I. Le cycle du carbone Connaissances En échangeant matière et énergie avec l atmosphère, l hydrosphère et la lithosphère, la biosphère participe aux cycles de divers éléments. Capacités Exploiter des ressources documentaires

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DE PROCÉDÉS DE PHYTOÉPURATION POUR LES EFFLUENTS INDUSTRIELS

DÉVELOPPEMENT DE PROCÉDÉS DE PHYTOÉPURATION POUR LES EFFLUENTS INDUSTRIELS PROJET PHYTORIA DÉVELOPPEMENT DE PROCÉDÉS DE PHYTOÉPURATION POUR LES EFFLUENTS INDUSTRIELS PROJET PHYTORIA CONTEXTE - SUCCÈS ACTUEL DE L ÉPURATION VÉGÉTALISÉE (Filtres Plantés de Roseaux) pour les collectivités

Plus en détail

Tomate sol. Suivi de la fertilisation et de l irrigation

Tomate sol. Suivi de la fertilisation et de l irrigation Tomate sol Fiche APREL 15-056 Suivi de la fertilisation et de l irrigation 2015 Frédéric DELCASSOU, CETA des maraîchers d Eyragues Claire GOILLON, APREL Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Gestion

Plus en détail

échantillon à la CRE Capacité de rétention en air Masse volumique apparente sèche Masse volumique réelle Porosité Analyse Chimique

échantillon à la CRE Capacité de rétention en air Masse volumique apparente sèche Masse volumique réelle Porosité Analyse Chimique Spécial SUBSTRATS SCORIES DE CHARBON Fiche technique scorie de charbon Produits commerciaux et fournisseurs Scorie de charbon A l heure actuelle, l unique fournisseur de scories de charbon sur l île est

Plus en détail

La Production Des Engrais. :Définitions

La Production Des Engrais. :Définitions :Définitions.1 Les engrais, sont des substances organiques ou minérales, souvent utilisées en mélanges, destinées à apporter aux plantes des compléments d'éléments nutritifs, de façon à améliorer leur

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX USÉES

CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX USÉES FACULTE DES SCIENCES Département des Sciences et Gestion de l Environnement Unité Assainissement et Environnement RESTITUTION SCIENTIFIQUE CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX

Plus en détail

Tomate sol. Suivi de la fertilisation et de l irrigation

Tomate sol. Suivi de la fertilisation et de l irrigation Tomate sol Fiche APREL 15-057 Suivi de la fertilisation et de l irrigation 2015 Emeline FEUVRIER, CETA de Saint Martin de Crau Claire GOILLON, APREL Essai rattaché à l action n 04.2015.07:Gestion durable

Plus en détail

Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau?

Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau? Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau? L'eau devrait pouvoir couvrir les besoins des 6 milliards d'êtres humains sur terre. Mais bien que l'eau soit une ressource abondante, sa disponibilité varie

Plus en détail

EXAMEN. Epreuve de : Pollutions et nuisances SECTIONS : LFSNA3-LFSV3(SVE)

EXAMEN. Epreuve de : Pollutions et nuisances SECTIONS : LFSNA3-LFSV3(SVE) A.U. : 2015-2016 SECTIONS : LFSNA3-LFSV3(SVE) Date de l épreuve : 13/06/2015 Calculatrice : autorisée non autorisée Question 1 : (8 points) 1/ Quels sont les principaux effets des pluies acides sur : (a)

Plus en détail

Définition et interprétation de la DBO

Définition et interprétation de la DBO D après le site : http://pedagogie.ac-montpellier.fr/disciplines/svt/dbo/index.htm Évaluation de la qualité d'une eau par mesure de sa DBO La DBO, demande biologique en dioxygène, définit la charge polluante

Plus en détail

présente : La découverte révolutionnaire à l usage des stations d épuration à boues activées

présente : La découverte révolutionnaire à l usage des stations d épuration à boues activées présente : le La découverte révolutionnaire à l usage des stations d épuration à boues activées Optimisez votre station d épuration! SPEED-O-CLAR : ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE SUPPRESSION DES COAGULANTS (CHLORURE

Plus en détail

Caractéristiques des boues épandues dans le département de la Loire : valeurs agronomiques, micro-polluants organiques et minéraux

Caractéristiques des boues épandues dans le département de la Loire : valeurs agronomiques, micro-polluants organiques et minéraux MESE - Fiche technique N 5 Caractéristiques des boues épandues dans le département de la Loire : valeurs agronomiques, micro-polluants organiques et minéraux L épandage agricole des boues est une filière

Plus en détail

Fiche technique fibres de coco

Fiche technique fibres de coco Fiche technique fibres de coco Les fibres de coco utilisées en agriculture proviennent du Sri Lanka, Indes, Côtes d Ivoire, Mexique... 2 types de produits sont disponibles : des fibres brutes, des résidus

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * * SESSION 2005 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE Durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées * * * NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Recensement des filières agréées : Initiatives de 5 conseils généraux visant à un suivi in situ partagé

Recensement des filières agréées : Initiatives de 5 conseils généraux visant à un suivi in situ partagé Recensement des filières agréées : Initiatives de 5 conseils généraux visant à un suivi in situ partagé Réseau ANC Bassin Rhin Meuse 31 janvier 2013 04/02/2013 1 SOMMAIRE Introduction Le protocole de l

Plus en détail

La Fraise Hors-Sol. Cergy le 2 mars Formation

La Fraise Hors-Sol. Cergy le 2 mars Formation La Fraise Hors-Sol Cergy le 2 mars 2015 Formation O2 H2O CO2 T Glucides Lipides Protéines Vitamines Eau Minéraux Gestion de l irrigation et de la fertilisation Module 1 Produire en Hors-sol, c est fonctionner

Plus en détail

FERTI-pratiques. Engrais azotés. Réduire les pertes Augmenter leur efficacité FICHE N 32

FERTI-pratiques. Engrais azotés. Réduire les pertes Augmenter leur efficacité FICHE N 32 FERTI-pratiques Engrais azotés Réduire les pertes Augmenter leur efficacité FICHE N 32 L azote, promoteur de la croissance L azote est un élément nutritif qui entre dans la composition des protéines. Il

Plus en détail

Votre engrais soluble de référence

Votre engrais soluble de référence Nouvelle gamme 2006 Votre engrais soluble de référence pour la pépinière et l horticulture Universol : la qualité, la facilité d utilisation, des solution limpides! Grande disponibilité des éléments minéraux

Plus en détail

MSEI MultiSciences Expertises Inc.

MSEI MultiSciences Expertises Inc. MultiSciences Expertises Inc. Experts légistes Forensic Experts RAPPORT D EXPERTISE Évaluation du banc d essai BNQ Géogrille - Système Enviro-Septic - ICR Expérimentation réalisée du 22 novembre 2013 au

Plus en détail

Procédés de recyclage du phosphore à partir d effluents domestiques. Samuel Martin

Procédés de recyclage du phosphore à partir d effluents domestiques. Samuel Martin Procédés de recyclage du phosphore à partir d effluents domestiques Samuel Martin Impact des nouvelles réglementations sur le traitement du phosphore Augmentation du nombre de zones sensibles Nouvelles

Plus en détail

Bio-augmentation à la STEP La Saunerie à Colombier (NE) : bilan après 6 ans de traitement

Bio-augmentation à la STEP La Saunerie à Colombier (NE) : bilan après 6 ans de traitement Bio-augmentation à la STEP La Saunerie à Colombier (NE) : bilan après 6 ans de traitement Microbiologie des STEP L épuration des eaux usées, quel que soit le système utilisé (boues activées, biofiltration,

Plus en détail

Spécialité désinfection. Spécialité désinfection

Spécialité désinfection. Spécialité désinfection Spécialité désinfection Spécialité désinfection Partenaire pour la France de Agrozone - l organisation Spécialiste de la désinfection de l eau avec de l ozone depuis 20 ans Prémices d application en agriculture

Plus en détail

LES EAUX DE REJET INDUSTRIEL

LES EAUX DE REJET INDUSTRIEL LES EAUX DE REJET INDUSTRIEL Travaux des Actions Académiques Mutualisées Niveau Première STL Biotehnologies. Thème du progrmme Les grandeurs et unités de la biochimie analytique Principes de calculs de

Plus en détail

Epandage des boues et fertilisation raisonnée

Epandage des boues et fertilisation raisonnée Epandage des boues et fertilisation raisonnée 4èmes rencontres nationales de l organique Calais Mai 2011 Antoine Tricaud antoine.tricaud@terralys.fr SYPREA (SYndicat des Professionnels du Recyclage En

Plus en détail

Chapitre II Les conditions de respiration et la répartition des êtres vivants dans le milieu aquatique.

Chapitre II Les conditions de respiration et la répartition des êtres vivants dans le milieu aquatique. Chapitre II Les conditions de respiration et la répartition des êtres vivants dans le milieu aquatique. La diversité des appareils et des comportements respiratoires permet aux êtres vivants d occuper

Plus en détail

FERTILISATION DE LA TOMATE D INDUSTRIE EN ALGERIE

FERTILISATION DE LA TOMATE D INDUSTRIE EN ALGERIE FERTILISATION DE LA TOMATE D INDUSTRIE EN ALGERIE Campagne 2013-2014 La fertilisation de la tomate d industrie Trois règles primordiales à observer 1. Tenir compte des exigences nutritives particulières

Plus en détail

AUTOSURVEILLANCE STEP

AUTOSURVEILLANCE STEP DOSSIER 13-153 Novembre 2013 AUTOSURVEILLANCE STEP Commune de SAINT-GERMAIN-LE-CHÂTELET (90) Campagne d Octobre 2013 Code station : 060990091001 Ce dossier a été réalisé par : Sciences Environnement Agence

Plus en détail

La fertilisation biologique des légumes de serre. Gilles Turcotte, agr., M. Sc.

La fertilisation biologique des légumes de serre. Gilles Turcotte, agr., M. Sc. La fertilisation biologique des légumes de serre Gilles Turcotte, agr., M. Sc. Photo : Gingerbugjones Plan de la présentation 1. Présentation basée e sur la tomate 2. Quelques bases théoriques 3. Préparation

Plus en détail

Bio Réacteur à Membranes Céramiques pour le traitement des effluents industriels

Bio Réacteur à Membranes Céramiques pour le traitement des effluents industriels Bio Réacteur à Membranes Céramiques pour le traitement des effluents industriels Basé sur la technologie Membralox Sylvia Paranthoen Alain Balaire PALL EXEKIA Sommaire 1. Description du procédé bio réacteur

Plus en détail

Vers le développement de l Intelligence Artificielle au SIAAP

Vers le développement de l Intelligence Artificielle au SIAAP Vers le développement de l Intelligence Artificielle au SIAAP Programme MOCOPÉE Olivier ROUSSELOT - SIAAP Directeur Développement et Prospective Aquacity 15 juin 2016 Smart Water Network Intelligence Artificielle

Plus en détail

exploitant de la station d épuration - SAUR exploitant du système d irrigation (stockage et arrosage) - commune de La Couarde sur Mer

exploitant de la station d épuration - SAUR exploitant du système d irrigation (stockage et arrosage) - commune de La Couarde sur Mer PROJET D IRRIGATION DU TERRAIN DE FOOT DE LA COUARDE SUR MER AVEC DES EAUX USEES TRAITEES PAR LA STATION D EPURATION DU SYNDICAT D ASSAINISSEMENT DU GOISIL (LA COUARDE SUR MER) DEMANDE D AUTORISATION D

Plus en détail

Réglementation française ANC

Réglementation française ANC Réglementation française ANC Arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d assainissement non collectif recevant une charge brute de pollution organique

Plus en détail

La potasse Plus! K+S KALI France. + d éléments fertilisants + de solubilité + de rendement et de qualité pour vos cultures

La potasse Plus! K+S KALI France. + d éléments fertilisants + de solubilité + de rendement et de qualité pour vos cultures La potasse Plus! + d éléments fertilisants + de solubilité + de rendement et de qualité pour vos cultures Korn-Kali 40% K 2 O 6% MgO 12% SO 3 4% Na 2 O Groupe K+S ENGRAIS CE Chlorure de potassium contenant

Plus en détail

La station d épuration: nouvelle source de matières premières de proximité. Ludovic LINOSSIER Castraise de l eau

La station d épuration: nouvelle source de matières premières de proximité. Ludovic LINOSSIER Castraise de l eau La station d épuration: nouvelle source de matières premières de proximité Ludovic LINOSSIER Castraise de l eau La station d épuration: nouvelle source de matières premières de proximité Ou comment rendre

Plus en détail

S-IV-6V1 METHODE OXITOP : DETERMINATION DE LA STABILITÉ D UN COMPOST AU MOYEN D UN RESPIROMÈTRE FERMÉ

S-IV-6V1 METHODE OXITOP : DETERMINATION DE LA STABILITÉ D UN COMPOST AU MOYEN D UN RESPIROMÈTRE FERMÉ METHODE OXITOP : DETERMINATION DE LA STABILITÉ D UN COMPOST AU MOYEN D UN RESPIROMÈTRE FERMÉ 1. Objet Cette procédure décrit une méthode pour déterminer la stabilité des composts et des digestats par la

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2007 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE À CARACTÈRE TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Option : Viticulture - Œnologie

Plus en détail

FERTI-pratiques FICHE N

FERTI-pratiques FICHE N FERTI-pratiques FICHE N Une fertilisation raisonnée améliore la flore des prairies naturelles et soutient la production d une quantité d herbe suffisante sur toute la saison. Les prairies se différencient

Plus en détail

La Méthanisation et les gaz à effet de serre (GES)

La Méthanisation et les gaz à effet de serre (GES) La Méthanisation et les gaz à effet de serre (GES) Les méthaniseurs à la ferme en fonctionnement en Région Centre - Une quinzaine de méthaniseurs en Région Centre - Puissance moyenne installée = 280 kw

Plus en détail

ENGRAIS AVEC INHIBITEUR D UREASE

ENGRAIS AVEC INHIBITEUR D UREASE ENGRAIS AVEC INHIBITEUR D UREASE ENTEC UTEC Nitrophoska S Nitrophos / Nitrophoska Engrais azotés soufrés Engrais azotés phosphatés Engrais azotés simples UTEC = INNOVER POUR UNE MEILLEURE EFFICACITE DE

Plus en détail

«L épuration des eaux usées par filtres plantés de roseaux à écoulement vertical: Base de dimensionnement, intérêt et application d un système à

«L épuration des eaux usées par filtres plantés de roseaux à écoulement vertical: Base de dimensionnement, intérêt et application d un système à «L épuration des eaux usées par filtres plantés de roseaux à écoulement vertical: Base de dimensionnement, intérêt et application d un système à double étages superposés» I- Filière classique I.1 Présentation

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 5 stations dans les MRC de Rimouski-Neigette

Analyse de qualité de l eau Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 5 stations dans les MRC de Rimouski-Neigette Analyse de qualité de l eau 12 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 5 stations dans les MRC de Rimouski-Neigette Entre mai et juillet 12, l OBVNEBSL a procédé a des échantillonnages

Plus en détail

Effet de quatre substrats combinés à deux systèmes d irrigation sur la qualité des plants d Arganier produits en conteneurs

Effet de quatre substrats combinés à deux systèmes d irrigation sur la qualité des plants d Arganier produits en conteneurs 337 Effet de quatre substrats combinés à deux systèmes d irrigation sur la qualité des plants d Arganier produits en conteneurs Mimoun MOKHTARI et Abdellah BERCHIL Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan

Plus en détail

Partie 6 : Fertilisation organique

Partie 6 : Fertilisation organique Partie 6 : Fertilisation organique I. Composition des engrais organiques A. Généralités et définitions On regroupe sous l appellation engrais organiques : - Les engrais de ferme : fumiers, lisiers, purins

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon E-II-2.2.V2 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE FLUORESCENCE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE 1. Objet Description du dosage du mercure par spectrométrie de fluorescence atomique de vapeur

Plus en détail

DES STATIONS D EPURATION

DES STATIONS D EPURATION REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Équipement et l Aménagement du territoire et du Développement Durable Office National de l Assainissement (ONAS) LA GESTION DES BOUES DES STATIONS D EPURATION Madame

Plus en détail

Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières

Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières Marc Boucher SATESE Limeuil le L assainissement collectif en Dordogne 273 STEP communales en Dordogne (20 nouvelles STEP prévues

Plus en détail

Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010

Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010 Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010 Paramètre Méthode Unités Limite de quantification COFRAC D R Acide isocyanurique en labo : Mélamine mg/l 10 mg/l Acide isocyanurique in situ : Mélamine mg/l

Plus en détail

L écotoxicologie du bassin versant de la rivière Montmorency

L écotoxicologie du bassin versant de la rivière Montmorency L écotoxicologie du bassin versant de la rivière Montmorency L écotoxicologie est l étude des conséquences écologiques de la pollution de l environnement par les substances et les radiations qu on y rejette.

Plus en détail

L écotoxicologie du bassin versant de la rivière Montmorency

L écotoxicologie du bassin versant de la rivière Montmorency L écotoxicologie du bassin versant de la rivière Montmorency L écotoxicologie est l étude des conséquences écologiques de la pollution de l environnement par les substances et les radiations qu on y rejette.

Plus en détail

CONCEPTION ET RÉALISATION DE PROCÉDÉS D ÉPURATION ÉCOLOGIQUE PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE JEAN VOISIN

CONCEPTION ET RÉALISATION DE PROCÉDÉS D ÉPURATION ÉCOLOGIQUE PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE JEAN VOISIN CONCEPTION ET RÉALISATION DE PROCÉDÉS D ÉPURATION ÉCOLOGIQUE PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE JEAN VOISIN www.jean-voisin.fr Conception et réalisation de procédés d épuration écologique 2 HISTORIQUE JEAN VOISIN

Plus en détail

Cultures Légumières et Nitrates

Cultures Légumières et Nitrates Résultats d expérimentations effectuées sur : Cultures Légumières et Nitrates 009 01 SOBAC CL 2 Rendements, Qualité (nitrates, poids commercialisables, déchets, calibres, conservation), Fertilité des sols

Plus en détail

Le traitement des boues des stations d épuration

Le traitement des boues des stations d épuration Le traitement des boues des stations d épuration R. Moletta «Moletta Méthanisation» rene.moletta@yahoo.fr (Rédaction 2003) Document d information générale -Diffusion référencée libre Les stations d épuration

Plus en détail

CIBIOM : premiers résultats Valorisation de cultures intermédiaires Sylvain MARSAC - 5/12/13

CIBIOM : premiers résultats Valorisation de cultures intermédiaires Sylvain MARSAC - 5/12/13 CIBIOM : premiers résultats Valorisation de cultures intermédiaires Sylvain MARSAC - 5/12/13 Contexte Origine du projet Besoins en Energie renouvelable Biomasse= 60% objectifs en 2020 Disponibilité? Compétition

Plus en détail

Trousses chimiques d analyse

Trousses chimiques d analyse Table des matières Introduction Tableau comparatif Trousses chimiques monoparamètres Trousses chimiques multiparamètres Page A2 A4 A6 A20 A1 monoparamètres Analyses simples et économiques Les trousses

Plus en détail

Activité de transformation de produits d origine animale et végétale (produits asiatiques, panés de volaille, plat cuisinés)

Activité de transformation de produits d origine animale et végétale (produits asiatiques, panés de volaille, plat cuisinés) Activité de transformation de produits d origine animale et végétale (produits asiatiques, panés de volaille, plat cuisinés) Projet : Augmentation du tonnage travaillé Modification du système de traitement

Plus en détail

- LE VIGNES à RUAGES Descriptif général du cours d eau étudié

- LE VIGNES à RUAGES Descriptif général du cours d eau étudié RESEAU DEPARTEMENTAL 2012 Mesure de la qualité des eaux superficielles - LE VIGNES à RUAGES Descriptif général du cours d eau étudié N E W CLAMECY COSNE SUR LOIRE S LA LOIRE CHATEAU CHINON NEVERS Linéaire

Plus en détail

Affaire n Version Date Rédigé par Vérifié par A.PICARD M. LE BERTHE 1 30/03/2015 F. LE MARREC

Affaire n Version Date Rédigé par Vérifié par A.PICARD M. LE BERTHE 1 30/03/2015 F. LE MARREC REALISATION D UN ZONAGE D ASSAINISSEMENT EAUX PLUVIALES SUR LE TERRITOIRE DU SYNDICAT Phase 4 : Zonage EP NOTICE A DESTINATION DES AMENAGEURS POUR L UTILISATION DE L OUTIL DE CALCUL Affaire n 12-013-03

Plus en détail

Gamme ANITA Traiter les retours azotés durablement et au meilleur coût

Gamme ANITA Traiter les retours azotés durablement et au meilleur coût Gamme ANITA Traiter les retours azotés durablement et au meilleur coût Enjeux financiers et environnementaux La déshydratation des boues traitées par digestion anaérobie produit des retours liquides à

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES. Nouvelle liste des PPNU disponible sur notre site internet Résultat de l enquête sur les adventices

INFORMATIONS GENERALES. Nouvelle liste des PPNU disponible sur notre site internet Résultat de l enquête sur les adventices INFORMATIONS GENERALES Nouvelle liste des PPNU disponible sur notre site internet Résultat de l enquête sur les adventices METEO DE LA SEMAINE A VENIR Jeudi 7 février 2013 : Temps instable avec des giboulées

Plus en détail

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154 SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement pour installations de plus de 20 Équivalents Habitants 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154 Les caractéristiques du SEPTODIFFUSEUR ( 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154

Plus en détail

Date du début de la thèse: février 2014 Soutenance prévu: février 2017

Date du début de la thèse: février 2014 Soutenance prévu: février 2017 CARACTÉRISATION DU COLMATAGE CHIMIQUE ET BIOLOGIQUE ET LEURS INTERACTIONS AU SEIN D'UN DISPOSITIF DE MICRO-IRRIGATION DANS LE CONTEXTE DE LA RÉUTILISATION DES EAUX USÉES ÉPURÉES EN IRRIGATION Date du début

Plus en détail

Partie 2 : Principes de la fertilisation

Partie 2 : Principes de la fertilisation Partie 2 : Principes de la fertilisation BP REA Agronomie Janvier 2016 Tiphaine Audic 1 Quelques questions Pourquoi fertilise-t-on? Lorsqu un sol est correctement pourvu en éléments minéraux, est-il nécessaire

Plus en détail

Un réseau d essais pluriannuels pour évaluer l effet d un apport raisonné de P et de K sur grandes cultures

Un réseau d essais pluriannuels pour évaluer l effet d un apport raisonné de P et de K sur grandes cultures Un réseau d essais pluriannuels pour évaluer l effet d un apport raisonné de P et de K sur grandes cultures Claire Aumond (invivoagrosolutions), Philippe Gérard (Vivescia), Philippe Eveillard (UNIFA) I)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 7 juillet 2005 relatif aux écarts admissibles en ce qui concerne les matières fertilisantes

Plus en détail

Une Eau Trop Salée DE PLUIE OU LA FILTRATION MEMBRANAIRE? Conductivité électrique. Jean-Fran. François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux Inc.

Une Eau Trop Salée DE PLUIE OU LA FILTRATION MEMBRANAIRE? Conductivité électrique. Jean-Fran. François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux Inc. Journées Horticoles Régionales de St-Rémi- Décembre 2002 Une Eau Trop Salée RÉCUPÉRER L EAU L DE PLUIE OU LA FILTRATION MEMBRANAIRE? Jean-Fran François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux Inc. Ste-Hélène

Plus en détail

Sainte Marie d'alloix Village

Sainte Marie d'alloix Village Bilan 24H Assistance technique du Département du : 02 mai 2012 à 12h00 Nathalie JOURDAN Sainte Marie d'alloix Village INFORMATIONS ADMINISTRATIVES Maître d'ouvrage : Commune de Sainte-Marie-d'Alloix Type

Plus en détail

Le digestat de méthanisation : un carburant pour la tomate bio?

Le digestat de méthanisation : un carburant pour la tomate bio? Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR groscope Le digestat de méthanisation : un carburant pour la tomate bio? Y. Fleury, G. Mottier et C. Gilli 24 août 2016 www.agroscope.ch

Plus en détail

FERTI-pratiques FICHE N

FERTI-pratiques FICHE N FERTI-pratiques FICHE N Les engrais azotés sont fabriqués à partir d azote, principal constituant de l air (78% de notre atmosphère. Le gaz naturel fournit à la fois l hydrogène et l énergie nécessaire

Plus en détail

Les produits de la terre

Les produits de la terre Les produits de la terre Terreau Prestige A base d argile Terreau professionnel utilisable en culture biologique élaboré pour un résultat optimal avec des produits de première qualité et 100% d origine

Plus en détail

ANALYSES DES EAUX DOUCES TECHNIQUES

ANALYSES DES EAUX DOUCES TECHNIQUES 1 Les Fiches Données Sécurité : dans l armoire matériel. SECURITE : LE PORT DES EPI EST OBLIGATOIRE,GANTS ET LUNETTES INCLUS S6 MSP ANALYSES DES EAUX DOUCES TECHNIQUES 2 A. GENERALITES 1. Choix de l eau

Plus en détail

Aquariophilie : la chimie de l eau et le cycle de l azote

Aquariophilie : la chimie de l eau et le cycle de l azote Aquarium en phase de démarrage : Aquariophilie : la chimie de l eau et le cycle de l azote Le cycle de l azote Il ne faut pas introduire de poissons avant 3 à 4 semaines dans le bac, ou avant la fin du

Plus en détail

QUE SE PASSE-T-IL DANS LE

QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; ± 5% de matière organique; 25% d air;

Plus en détail

Engrais enrobés Fertilisation des gazons sportifs

Engrais enrobés Fertilisation des gazons sportifs Engrais enrobés Fertilisation des gazons sportifs Une fertilisation des gazons sportifs doit permettre d'obtenir un tapis végétal dense, homogène et vert, tout au long de l'année. Dans ce cadre, il est

Plus en détail

Fiche Technique Issue de centrifugation du lisier de porc

Fiche Technique Issue de centrifugation du lisier de porc Fiche Technique Issue de centrifugation du lisier de porc Engrais organique NP issu de lisier de porc NFU 42 001* 1 Mode d obtention : Ce produit est issu directement de la centrifugation du lisier de

Plus en détail

Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire

Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire PAILLE Microorganismes EFFLUENTS FUMIER AERATION Action de l humidité et de l air (O2) Un produit affiné et homogène, épandable en toutes

Plus en détail

Station d épuration du Lude

Station d épuration du Lude ( Station d épuration du Lude ORGANICA ( Traiter l eau au naturel ORGANICA AU LUDE Edito La nouvelle station d épuration communale : LA CONCRETISATION DE NOTRE ENGAGEMENT EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de centres d enfouissement technique de déchets ménagers.

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de centres d enfouissement technique de déchets ménagers. EAU PRO Notre métier : gestion, traitement et réutilisation de vos effluents Expertise - Conception - Réalisation Environnement Agro-alimentaire Industries Traitement des lixiviats de centres d enfouissement

Plus en détail

Gestion et traitement des effluents vinicoles par des méthodes écologiques

Gestion et traitement des effluents vinicoles par des méthodes écologiques Conférence Gestion et traitement des effluents vinicoles par des méthodes écologiques Organisé par Le Village du génie Écologique, les acteurs de la biodiversité. L Union Professionnelle du Génie Ecologique

Plus en détail

SYNTHÈSE ÉTUDES LENTILLES D EAU janvier 2013 Myriam BOU et Nicolas PIPET

SYNTHÈSE ÉTUDES LENTILLES D EAU janvier 2013 Myriam BOU et Nicolas PIPET SYNTHÈSE ÉTUDES LENTILLES D EAU 2007-2011 9 janvier 2013 Myriam BOU et Nicolas PIPET Synthèse études lentilles d eau 2007-2011 Objectifs : - identification et répartition géographique des espèces; - relation

Plus en détail

Pouvoir dépolluant des structures drainantes : Résultats et perspectives

Pouvoir dépolluant des structures drainantes : Résultats et perspectives Pouvoir dépolluant des structures drainantes : Résultats et perspectives Polygone de l Eau 29.01.2015 Lic. Sylvie Smets Chercheur-Conseiller Technologique s.smets@brrc.be Routes en Béton et pavages Pavages

Plus en détail

Régulation du ph Régulation de l'ammoniac Arrêt momentané U.S.A.

Régulation du ph Régulation de l'ammoniac Arrêt momentané U.S.A. JUILLET 2012 INDEX : Régulation du ph Régulation de l'ammoniac Arrêt momentané U.S.A. R.C.A Régulation du ph Quelques jours partiellement ensoleillés ont suffit pour faire bondir à 11 le ph de mes petits

Plus en détail