CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)"

Transcription

1 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg OBJECTIFS Savoir explorer une anomalie des protéines Comprendre la signification d une gammapathie monoclonale Savoir surveiller une gammapathie monoclonale DÉFINITIONS Une gammapathie monoclonale(gm) est définie par la présence dans le sérum et/ou les urines d une immunoglobuline monoclonale (Ig) caractérisée par un seul type de chaîne lourde surtout IgG et IgM, plus rarement IgA voire IgD et IgE - et un seul type de chaîne légère (Kappa ou Lambda), parfois incomplète. La présence d une GM témoigne de la prolifération d un clone de plasmocytes producteur d une Ig monoclonale. Elle peut être révélatrice d une hémopathie maligne, mais le caractère monoclonal n est pas synonyme de malignité. DÉCOUVERTE ET CARACTÉRISATION La découverte d une GM se fait à l aide d une électrophorèse des protéines plasmatiques (EPP). Cet examen permet la détection des GM sous la forme d une bande étroite migrant habituellement dans la région des gammaglobulines (fig.1), parfois dans la région des béta-globulines, ou exceptionnellement dans celle des α2-globulines. L électrophorèse en gel d agarose est la technique de référence. Une quantification est possible sur l EPP. L immunofixation (fig 1) permet de confirmer l existence d une Ig monoclonale et de la caractériser en d affirmant le type de chaîne lourde (IgG, IgM IgE) et de chaîne légère (Kappa ou Lambda). 1

2 Figure 1 : électrophorèse des protéines Le dosage pondéral des immunoglobulines permet une quantification plus précise, mais n est pas indispensable en pratique de ville. La découverte d une GM urinaire est possible à travers une électrophorèse des protides urinaires (EPU). De façon globale, 70 % des Ig monoclonales sont des IgG, 15 % des IgA et 15 % des IgM. Une gammapathie bi- voire tri-clonale peut être exceptionnellement rapportée, sans que cela préjuge de son étiologie. La chaîne légère est de type Kappa chez 60 % des sujets et de type Lambda chez 40 %. PRÉVALENCE ET ÉTIOLOGIES La découverte systématique d une GM est une situation médicale fréquente : 1 % de la population générale. Sa prévalence est plus importante chez le sujet âgé, allant de 5% pour des patients âgés de plus de 70 ans à 15% chez les sujets de plus de 85 ans. Il convient d insister sur le fait qu il s agit d Ig monoclonale mise en évidence à l EPP et/ou l EPU, et non des «traces» de GM souvent détectées par immunofixation avec une EPP et/ou une EPU normales sans signification clinique ou, au mieux, indéterminée. Les étiologies des GM sont très variées mais peuvent être classées en 3 catégories : gammapathie monoclonale de signification indéterminée (GMSI), traduction de l acronyme anglais MGUS (monoclonal gammopathy of undetermined significance), hémopathies malignes, essentiellement myélome multiple et macroglobulinémie de Waldenström, gammapathies associées à diverses pathologies «non lymphoïdes» (sous-entendu non malignes). 2

3 GAMMAPATHIE MONOCLONALE DE SIGNIFICATION INDÉTERMINÉE Une GM de signification indéterminée (GMSI) est définie comme une GM sans aucun signe clinique ou biologique de myélome, de maladie de Waldenström ou d une autre hémopathie maligne. En fait en routine clinique, il s agit d un diagnostic d exclusion. Le tableau I présente les critères utilisés pour définir une GMSI. Tableau 1 : critères des GM de signification indéterminée Les GMSI correspondent à la majorité des GM détectées en pratique de ville et à plus de 50 % des cas de GM rapportées dans les séries hospitalières issues de services spécialisés. Le terme souvent employé de GM «bénigne» est inapproprié. En effet, les GMSI sont considérées comme des états pré-néoplasiques, une partie d entre-elles évoluant vers une hémopathie maligne. Le risque évolutif est «faible», estimé à 1% par année de suivi. Dans une grande série de GM suivies 20 ans, 25% des sujets porteurs d une GMSI développeront une hémopathie maligne. HÉMOPATHIES MALIGNES La présence d une Ig monoclonale est le témoin de la prolifération d un clone lymphoplasmocytaire (lignée lymphocytaire B). En cas de monoclonalité, ce dernier peut correspondre à une prolifération maligne à type de myélome multiple, macroglobulinémie de Waldenström, leucémie lymphoïde chroniqueou lymphome malin non hodgkinien. Pour les GM à IgG et IgA, la principale hémopathie responsable est le myélome multiple. Il doit être recherché de principe notamment en présence d une Ig monoclonale associée à une anémie, une insuffisance rénale, une hypercalcémie, une plasmocytose médullaire (>10%), un taux du composant monoclonal sérique ou urinaire élevé (par ex. IgG >70 g/l), et/ou des lésions osseuses (par ex. des lacunes). La distinction entre myélome multiple et GMSI est habituellement facile toutefois elle peut être délicate dans les situations intermédiaires correspondant à un myélome débutant. Pour les GM à IgM, le principal diagnostic est la maladie de Waldenström définie par l association d une GM Ig M >5 g/l et d une infiltration lympho-plasmocytaire. GM ASSOCIÉES À DIVERSES PATHOLOGIES "NON LYMPHOÏDES" Diverses affections «non lymphoïdes» ont été associées à l apparition de GM : infections, maladies auto-immunes, hépatopathies chroniques, déficits immunitaires. Elles sont le plus souvent à l origine d une augmentation polyclonale des Ig. 3

4 Toutes les infections virales (EBV, CMV, VIH), bactériennes (endocardite, ostéomyélite, tuberculose) ou parasitaires (leishmaniose, paludisme, toxoplasmose) peuvent être associées à une GM. Les infections aiguës sont habituellement responsables de GM transitoires ; les infections chroniques sont responsables de GM permanentes. Le virus de l hépatite C est fréquemment associé à l existence d une GM pouvant avoir une activité de type cryoglobulinémie. Toutes les maladies auto-immunes (polyathrite rhumatoïde, Sjögren, LEAD ) peuvent être responsables de GM. Dans le syndrome de Sjögren, étiologie auto-immune la plus souvent en cause, une augmentation importante du taux du pic monoclonal doit faire évoquer de principe un syndrome lympho-prolifératif malin. Toutes les hépatopathies chroniques, quelle qu en soit l étiologie (auto-immune, virale [VHB, VHC], toxique ), peuvent s accompagner d une GM. Un déficit immunitaire, le plus fréquent étant le déficit immunitaire commun variable (DCIV), peut être paradoxalement responsable de l apparition d une gammapathie monoclonale. COMPLICATIONS DES GM Les Ig monoclonales peuvent entraîner des complications, relativement rares mais qu il convient de connaître : l amylose : liée à des dépôts de fragments des protéines monoclonales dans différents organes (reins, cœur, nerfs, foie ) pouvant être à l origine d une défaillance potentielle de ces organes : atteinte glomérulaire, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque, mononévrite, syndrome du canal carpien. le syndrome d hyperviscosité plasmatique : lié le plus souvent à un taux élevé d IgM au cours de la macroglobulinémie de Waldenström, il est responsable de troubles de la vision, de signes neurologiques par bas débit (céphalées, vertiges, somnolence, troubles de la vigilance) et de signes hémorragiques (épistaxis et hémorragies aux points de ponction). les cryoglobulinémies : ce sont des Ig sériques formant un précipité au froid. Le plus souvent asymptomatiques, elles peuvent entraîner des manifestations cutanées (purpura, phénomène de Raynaud, voire nécrose des extrémités), des polyarthralgies, des mono ou multinévrites, des néphropathies glomérulaires. 4

5 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE La démarche consiste à éliminer en priorité une hémopathie maligne, en particulier un myélome multiple ou une autre hémopathie. Cependant, la monoclonalité n est pas synonyme de malignité. Le contexte clinique et la surveillance du taux de l Ig monoclonale à 3 et 6 mois puis par la suite au moins annuelle sur l EPP sont les principaux éléments de surveillance. Diverses manifestations cliniques, biologiques ou radiologiques doivent faire évoquer un myélome multiple : amaigrissement, douleurs osseuses inflammatoires, fractures pathologiques anémie, hypercalcémie, insuffisance rénale lacunes à l emporte-pièce, tassements ou d un aspect d ostéoporose D autres manifestations orientent d emblée vers une hémopathie : adénopathies, splénomégalie anomalies de la NFS : anémie, thrombopénie, lymphocytose excessive syndrome d hyperviscosité 5

6 En l absence d hémopathie il convient de rechercher de principe des signes et/ou anomalies biologiques orientant vers d autres affections : infections (fièvre, frissons, syndrome biologique inflammatoire ), maladies auto-immunes (arthralgies, syndrome sec, signes cutanés ), hépatopathies (ictère, cytolyse hépatique ) voire déficits immunitaires (infections atypiques ou récurrentes ). En l absence de symptômes une surveillance clinique régulière (douleurs osseuses, palpation des aires ganglionnaires, du foie et de la rate) et biologique (numération formule, urée, créatinine, calcémie, EPP) est nécessaire à vie, au moins une fois par an, avec l idée de ne pas passer à côté d une hémopathie. La répétition de l immunofixation n est pas nécessaire. Le taux de l Ig monoclonale (IgG > 15g/L par ex.) et la présence de symptômes et/ou de signes cliniques et biologiques, de signes radiologiques doivent alerter et renforcer la surveillance clinique et paraclinique. L évaluation du risque individuel des patients reste néanmoins difficile. 6

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Électrophorèse des

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Électrophorèse des protides sérique... 1 1. 1 Définition...1 1. 2 Quand faut-il faire une EPS?... 1 1.

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

GAMMAPATHIES MONOCLONALES

GAMMAPATHIES MONOCLONALES GAMMAPATHIES MONOCLONALES Karim E. Abou-Nassar, MD, FRCPC Hématologue CSSSG Professeur adjoint, Université d Ottawa Qu est-ce qu une gammopathie monoclonale? Prolifération de plasmocytes clonaux pouvant

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

La lettre d. Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du

La lettre d. Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du La lettre d L information biomédicale des laboratoires Oriade Noviale Novembre 2015 Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du même continuum

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques

ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques Interprétation, mise en évidence et typage d immunoglobulines monoclonales Jeudi 8 mars 2012 Présentée par Leïla BENTOUATI-RAHMOUN Prescription de l électrophorèse

Plus en détail

Dysglobulinémie monoclonale non myélomateuse du sujet âgé. Capacité de gériatrie 2008 Dr Hafsaoui (CCA med int)

Dysglobulinémie monoclonale non myélomateuse du sujet âgé. Capacité de gériatrie 2008 Dr Hafsaoui (CCA med int) Dysglobulinémie monoclonale non myélomateuse du sujet âgé Capacité de gériatrie 2008 Dr Hafsaoui (CCA med int) ÉPIDÉMIOLOGIE DES GAMMAPATHIES MONOCLONALES NOSOLOGIE DES GAMMAPATHIES MONOCLONALES ENQUÊTE

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques.

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. Dr Caroline THOMAS Mardi 15 décembre 2015 F.M.C Tourcoing Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? n L électrophorèse des protéines sériques

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple - juillet 2010 - Bilan au diagnostic A visée diagnostique Bilan clinique OMS. Douleurs osseuses, tuméfactions osseuses. Bilan biologique Hématologique

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

Gammapathie monoclonale

Gammapathie monoclonale Gammapathie monoclonale I. Définitions gammapathie = anomalie de la synthèse protéique comportant une _ production d'un ou plusieurs types d'ig gammapathie monoclonale (GPM) : - _ synthèse d'un seul type

Plus en détail

Immunoglobulines monoclonales. EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges

Immunoglobulines monoclonales. EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges Immunoglobulines monoclonales EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges Cas clinique n 1 : Femme de 65 ans Atc arthrose avec douleurs lombaires anciennes Majoration des douleurs

Plus en détail

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Principe et Historique Séparation des constituants d un mélange protéique sous l action d

Plus en détail

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN 9 gr/l Hb, VGM 71 Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Nature des lésions cutanées,

Plus en détail

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Présentation clinique... 3 3.1. Plasmocytome

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Myélome multiple. (maladie de Kahler)

Myélome multiple. (maladie de Kahler) Myélome multiple! (maladie de Kahler) Clone plasmocytaire malin Myélome multiple Plan - Définition - Physiopathologie - Diagnostic - Manifestations cliniques et biologiques - Pronostic et traitement Myélome

Plus en détail

Dysglobulinémie. Myélome multiple la maladie d kahler :

Dysglobulinémie. Myélome multiple la maladie d kahler : Dysglobulinémie Définition : Présence dans le sérum et/ou dans les urines d une immunoglobuline monoclonale en excès. Gammapathie monoclonales bénignes : 1- Gammapathies de signification indéterminée (MGUS)

Plus en détail

Quand prescrire une électrophorèse des protéines sériques, Comment l interpréter?

Quand prescrire une électrophorèse des protéines sériques, Comment l interpréter? Quand prescrire une électrophorèse des protéines sériques, Comment l interpréter? DOSSIER DOCUMENTAIRE Janvier 2017 Groupe de travail : document réalisé par le Dr Y.LEQUEUX coordonnateur GQ Pays de la

Plus en détail

Module 8 : 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE

Module 8 : 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE Module 8 : 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE Validé par le Pr Lamy de la chapelle Chapelle Éléctrophorèse des protides plasmatiques (EPP) - Indications : - Hyperprotidémie - VS inexpliquée - Infections bactériennes

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Myélome Multiple DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Lésions osseuses Sécrétion Ig monoclonale Cytopénies Hypercalcémie Syndromes au diagnostic Douleurs osseuses

Plus en détail

Comprendre. L électrophorèse des protéines

Comprendre. L électrophorèse des protéines Comprendre L électrophorèse des protéines Réalisé avec le support de la société SEBIA 2011, InternationaL Myeloma Foundation, North Hollywood, California, USA Table des Matières Introduction Pourquoi l

Plus en détail

Gammapathies monoclonales de signification indéterminée

Gammapathies monoclonales de signification indéterminée MONOGRAPHIE Gammapathies monoclonales de signification indéterminée Que faire en cas de découverte d une immunoglobuline monoclonale? Dans l immense majorité des cas, elle est bénigne, ou plusexactement

Plus en détail

Interest of serum free light chain assays. KEYWORDS Free light chains of immunoglobulins, monoclonal gammopathy, myeloma.

Interest of serum free light chain assays. KEYWORDS Free light chains of immunoglobulins, monoclonal gammopathy, myeloma. TECHNOLOGIE APPLIQUÉE Audrey BIDET 1, Gérald MARIT 2, Annie M. BÉRARD 1* Intérêt du dosage des chaînes légères libres des immunoglobulines RÉSUMÉ Les chaînes légères libres monoclonales sont retrouvées

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS

MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS Le myélome multiple ou maladie de Kahler est une hémopathie h maligne caractéris risée e par le développement d un d clone de plasmocytes tumoraux envahissant la moelle hématopoïétique

Plus en détail

MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE. CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon

MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE. CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon FORMES CLINIQUES PARTICULIERES EVOLUTION TRAITEMENT MYELOME Maladie liée

Plus en détail

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Le myélome multiple Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Historique 1 er cas rapporté à Londres en 1844 chez une femme, Sarah Newbury, âgée de 39 ans, présentant des fractures multiples et des

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

Comprendre le dosage des chaînes légères libres sériques

Comprendre le dosage des chaînes légères libres sériques Comprendre le dosage des chaînes légères libres sériques Richard LeBlanc Hématologue et oncologue Hôpital Maisonneuve-Rosemont 18 juin 2011 Montréal Plan Plasmocytes/cellules myélomateuses Anticorps ou

Plus en détail

Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris

Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris 19 sept.2012 Myélome au diagnostic Ig monoclonale? Clone plasmocytaire? CRAB? Myélome

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

Cas cliniques de déficits immunitaires. Docteur Joëlle Deibener-Kaminsky Service de Médecine Interne Allergologie et Immunologie Clinique

Cas cliniques de déficits immunitaires. Docteur Joëlle Deibener-Kaminsky Service de Médecine Interne Allergologie et Immunologie Clinique Cas cliniques de déficits immunitaires Docteur Joëlle Deibener-Kaminsky Service de Médecine Interne Allergologie et Immunologie Clinique Madame T., 27 ans adressée pour: Sinusites à répétition: 6 épisodes

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Aurélie Marion Domenech cours du 28/03 Module 3 cancéro LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Suite du cours III - BILAN DE LA MALADIE A - BILAN D'EXTENSION 1) recherche d'adp profondes - adénopathie symétrique,

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Adénopathies de l enfant Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Structure du ganglion lymphatique vaisseaux lymphatiques afférents 1-3 mm capsule

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

MALADIE DE WALDENSTRÖM

MALADIE DE WALDENSTRÖM MALADIE DE WALDENSTRÖM DEFINITION I - DIAGNOSTIC CLINIQUE A - Signes Hematologiques B - Syndrome d' Hyperviscosite Sanguine C - Autres II - DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE III- DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL IV - EVOLUTION

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

Diagnostic d'une splénomégalie

Diagnostic d'une splénomégalie Diagnostic d'une splénomégalie Les recommandations du CHUP concernant les connaissances minimales pour cette question sont : - Savoir reconnaître une splénomégalie à l examen clinique. - Énumérer les principales

Plus en détail

DOSAGE SÉRIQUE DES CHAÎNES LÉGÈRES LIBRES

DOSAGE SÉRIQUE DES CHAÎNES LÉGÈRES LIBRES DOSAGE SÉRIQUE DES CHAÎNES LÉGÈRES LIBRES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine

Plus en détail

MYELOMES. Sécrétion d une immunoglobuline monoclonale responsable de diverses manifestations : rénales, neurologiques, amylose

MYELOMES. Sécrétion d une immunoglobuline monoclonale responsable de diverses manifestations : rénales, neurologiques, amylose MYELOMES I - DEFINITION Prolifération plasmocytaire maligne (moelle osseuse) marquée par une ostéolyse, un déficit de l immunité humorale, parfois une insuffisance médullaire. Sécrétion d une immunoglobuline

Plus en détail

Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum

Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum Denis Rivier Médecin-consultant, Laboratoire Meditest SA, Vevey; anciennement maître d enseignement et de recherches

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LES MARQUEURS DE L INFLAMMATION UTILISÉS EN ROUTINE AU LABORATOIRE

MISE AU POINT SUR LES MARQUEURS DE L INFLAMMATION UTILISÉS EN ROUTINE AU LABORATOIRE MISE AU POINT SUR LES MARQUEURS DE L INFLAMMATION UTILISÉS EN ROUTINE AU LABORATOIRE INTRODUCTION L inflammation est une manifestation incontournable et très fréquente de nombreuses pathologies. D expression

Plus en détail

MALADIE DE WALDENSTROM (et autres situations avec pic IgM)

MALADIE DE WALDENSTROM (et autres situations avec pic IgM) Sommaire : MALADIE DE WALDENSTROM (et autres situations avec pic IgM) - Définition, étiologie, circonstances de découverte - Signes cliniques - Biologie - Diagnostic positif et diagnostic différentiel

Plus en détail

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI Le virus C est associé à des manifestations extra-hépatiques d origine immunologique. Certaines

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

GMSI et Myélome PHYSIOLOGIE. DIU Onco-gériatrie. Les anticorps

GMSI et Myélome PHYSIOLOGIE. DIU Onco-gériatrie. Les anticorps GMSI et Myélome DIU Onco-gériatrie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière DIU hématologie et cancérologie du sujet âgé mai 2010 PHYSIOLOGIE Les anticorps 1 Le plasmocyte Les anticorps 2 Structure variable

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

MYÉLOME & MGUS Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

MYÉLOME & MGUS Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 MYÉLOME & MGUS Sujet âgé Capacité de gérontologie 2014-2015 MYÉLOME MULTIPLE Prolifération monoclonale plasmocytaire dans la moelle osseuse synthèse d une Ig monoclonale complète ou incomplète lésions

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

Gammapathies monoclonales

Gammapathies monoclonales Gammapathies monoclonales Myélome multiple Gammapathie monoclonale de signification indéterminée (MGUS) Pole ABDOMEN-HEMATO-CANCERO 21 novembre 2005 Objectifs 1- interprétation électrophorèse des protéines

Plus en détail

Apport du laboratoire de Chimie Clinique au dépistage, d diagnostic et au suivi des gammapathies monoclonales

Apport du laboratoire de Chimie Clinique au dépistage, d diagnostic et au suivi des gammapathies monoclonales Apport du laboratoire de Chimie Clinique au dépistage, d au diagnostic et au suivi des gammapathies monoclonales Les Jeudis de Fleurus, le 20/5/2010 N. Gillain-Martin, Ph. Biologiste, CHR La Citadelle,

Plus en détail

C AHIER. Formation. Biologie médicale N 28 IMMUNOGLOBULINES MONOCLONALES

C AHIER. Formation. Biologie médicale N 28 IMMUNOGLOBULINES MONOCLONALES C AHIER DE Formation Biologie médicale N 28 2003 IMMUNOGLOBULINES MONOCLONALES Ceci est la VERSION NUMERIQUE des CAHIERS BIOFORMA déjà parus et distribués gratuitement* à l'ensemble des Laboratoires d

Plus en détail

L'électrophorèse des protéines sériques

L'électrophorèse des protéines sériques L'électrophorèse des protéines sériques Ce document a été rédigé dans le but de vous faire mieux comprendre un test de laboratoire appelé : "Electrophorèse des protéines sériques" (EPS). Après la lecture

Plus en détail

SEMIOLOGIE BIOCHIMIQUE

SEMIOLOGIE BIOCHIMIQUE D1 U2 Pass l aspironéo Cours du Mercredi 20 février SEMIOLOGIE BIOCHIMIQUE Dr Bérard Fournier Emmanuelle Kahraman Hilal 1 Il y aura un cours sur cette partie et un cours ( sous forme de cours et de cas

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie Module 3.3: Immunopathologie Néphropathologie S. Rotman Pathologie Objectifs Illustrations pratiques des connaissances théoriques en immunopatholgie Pathologie fréquente de la transplantation rénale Maladie

Plus en détail

Le myélome multiple. Violette DELARUELLE Gisèle HOARAU Nicole MOREL. Dr Madalina UZUNOV. Dr Sylvain CHOQUET. Membres du CA de l AFITCH-OR.

Le myélome multiple. Violette DELARUELLE Gisèle HOARAU Nicole MOREL. Dr Madalina UZUNOV. Dr Sylvain CHOQUET. Membres du CA de l AFITCH-OR. Le myélome multiple Violette DELARUELLE Gisèle HOARAU Nicole MOREL Membres du CA de l AFITCH-OR Dr Madalina UZUNOV Hématologue Dr Sylvain CHOQUET Hématologue Qu est-ce que le myélome multiple? (1) Une

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

ETUDE DES DYSGLOBULINEMIES. Mamy RALAZAMAHALEO Laboratoire d Immunologie-Immunogénétique CHU Pellegrin

ETUDE DES DYSGLOBULINEMIES. Mamy RALAZAMAHALEO Laboratoire d Immunologie-Immunogénétique CHU Pellegrin ETUDE DES DYSGLOBULINEMIES Mamy RALAZAMAHALEO Laboratoire d Immunologie-Immunogénétique CHU Pellegrin DYSGLOBULINEMIES o Apparition dans le sang et/ou les urines Anomalie monoclonale Immunoglobuline entière

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Les innombrables aspects des anticorps antinucléaires en IFI : quelle leçon en tirer au moment du dépistage Docteur Alain Chevailler

Les innombrables aspects des anticorps antinucléaires en IFI : quelle leçon en tirer au moment du dépistage Docteur Alain Chevailler Les innombrables aspects des anticorps antinucléaires en IFI : quelle leçon en tirer au moment du dépistage Docteur Alain Chevailler Laboratoire d immunologie et d allergologie CHU Angers -BIOFORMA "Les

Plus en détail

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/deficits.htm 1. Déficits de l immunité innée (10 % des déficits immunitaires héréditaires)

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Item 166 : Myélome multiple

Item 166 : Myélome multiple Item 166 : Myélome multiple COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Définition...4 II Circonstances

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

Dysglobulinémies. Myélome Multiple

Dysglobulinémies. Myélome Multiple 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Hématologie Introduction / Définition Dysglobulinémies Les dysglobulinémies ont une augmentation monoclonale d'une immunoglobuline. Elles se divisent

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Myélome multiple des os P r Philippe Moreau Hématologie clinique, centre hospitalier universitaire, Nantes Cedex

Myélome multiple des os P r Philippe Moreau Hématologie clinique, centre hospitalier universitaire, Nantes Cedex ref7_moreau 3/04/06 11:34 Page 763 I-10-Q166 I-00-Q000 P r Philippe Moreau Hématologie clinique, centre hospitalier universitaire, 44093 Nantes Cedex philippe.moreau@chu-nantes.fr Le myélome multiple est

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX HEMOPATHIES MALIGNES - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX Hôpital Avicenne - Université Paris 13 (items n 138 139) HEMOPATHIES MALIGNES

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Nouveaux critères de diagnostic du Myélome

Nouveaux critères de diagnostic du Myélome Nouveaux critères de diagnostic du Myélome Dr Nathalie SCHNEIDER CHU de Reims Pôle de Biologie Médicale Laboratoire Central de Biochimie 44 eme Colloque National des Biologistes des Hôpitaux 23 25 septembre

Plus en détail

Myélome multiple des os (166) A-M. Stoppa, M. Laffage, D. Blaise Septembre 2009 (Mise à jour 2010-2011)

Myélome multiple des os (166) A-M. Stoppa, M. Laffage, D. Blaise Septembre 2009 (Mise à jour 2010-2011) Myélome multiple des os (166) A-M. Stoppa, M. Laffage, D. Blaise Septembre 2009 (Mise à jour 2010-2011) Bibliographie Kyle:Multiple myeloma -Blood 2008-111(6) 2962-72 2-Huff et al:multiple myeloma cancer

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail