Conférence De néphrologie. Lille Internat DCEM3 E. Faure

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence De néphrologie. Lille Internat DCEM3 E. Faure"

Transcription

1 Conférence De néphrologie Lille Internat DCEM3 E. Faure

2 219 : Anomalies du bilan de l eau et du sodium (DCEM3 conf 2) 219 : Anomalies du bilan du potassium (DCEM3 conf 1) 219 : Désordres de l équilibre acide- base (DCEM3 conf 1) 176 : Les diuréjques (DCEM3 conf 2) 319 : Hypercalcémie (DCEM3 conf 2) 315 : hématurie (DCEM3 conf 1) 328 : Syndrome NéphroJque et Protéinurie (DCEM3 conf 1) 323 : Syndrome oedemateux (DCEM3 conf 1) 264 : Néphropathie Glomérulaire (DCEM 3 conf 1 et 2) 233 : Néphropathie DiabéJque (DCEM3 conf 1 et 2) 134 : Lupus Érythémateux Disséminé (DCEM3 conf 1) 252 : Insuffisance Rénale Aiguë (DCEM3 conf 1 et 2) 253 : Insuffisance Rénale Chronique (DCEM3 conf 1 et 2) 166 : AYeinte du myelome (DCEM3 conf 2) 277 : Polykystose rénale (DCEM3 conf 2) 134 : Néphropathie Vasculaire (DCEM3 conf 1) 130 : HTA de l adulte (DCEM3 conf 1 et 2) 218 : ComplicaJons vasculo- Rénales de la grossesse (DCEM4) 259 : Lithiase Urinaire (vu en urologie) 83 : Infec<ons urinaires de l adulte et de l enfant (vu en maladies infec<euses et pédiatrie)

3 Dossier 1 : les points clefs Rappel les N. Vasculaires en 6 diapos

4 Thrombopénie + Anémie HémolyJque + ayeinte d organe = MAT Néphropathies Vasculaire Rapidement progressive EvoluJon Chronique

5 Néphropathie Vasculaire Rapidement progressive (1) : MAT PTT : ayeinte cérébrale +++ ayeinte de l adulte SHU : ayeinte de l enfant ayeinte Rénale +++ LESION ENDOTHELIALE SHU E<ologies : Toxine Shiga- like (enterobacterie) Deficit en ADAMTS- 13 (VWf) Eclampsie Enfant 1ere cause IRA de l enfant PAS DE PBR 90% post diarrhées infecjeuses EvoluJon favorable en 2 semaines E. Coli O157 H7 TTT symptomajque Adulte : Forme idiopathique récidivante PBR toujours PronosJc Vital engagé TTT spécifique

6 Néphropathie Vasculaire Rapidement progressive (2) Périartérite noueuse Anevrisme intra- rénaux donc Contre indicajon PBR Vascularite fibrinoide (ayeinte de tous les appareils) biospie : nerf/muscle/cut VHB récent ou aigu TTT immunosuppresseurs / CTCD +/- Yt VHB Occlusion aiguë de l artère rénale geste endovasculaire / sténose / DissecJon tableau clinique de colique néphréjque + poussée HTA TDM RevascularisaJon en Urgence (6h)

7

8 Néphropathie Vasculaire Rapidement progressive (2) Embols de cholestérol Geste endovasculaire IRA + purpura nécrojque + livedo Hypocomplément / HyperEo / CRP Biospie du Livedo FO : Cécité brutale +++ Néphrangiosclérose maligne = HTA maligne = PAD > ayeinte d organe ici le rein Contrôle de l HTA et des FDRCV NéphroprotecJon Pas PBR si TA pas controlée (bulbe d oignon) Toujours un FO AVC hémorragique / encéphélopathie HTA / HypoK+ Hypovolémie (natriurèse de pression) avec Hyperaldo et hyperéninisme = PAS DE DIURETIQUE

9 La crise aigüe Sclérodermique. = IRA + HTA maligne chez sclérodermique TTT = IEC

10 EvoluJon Chronique Néphrangiosclérose chronique = vieil Hypertendu Sténose des artères rénales Athéromateuse fibrodysplasie sexe Homme Femme âge Vieux jeune siège Proximal (osjale) Distale (collier) FDRCV polyvasculaire 0 thrombogène PalpaJon des pouls vasculaire / Souffle vasculaire OAP flash / HTA résistante Doppler artère rénale / AngioTDM HyperRéninisme + Hyperaldo secondaire è AggravaJon sous IEC RevascularisaJon Contrôle FDRCV / contrôle HTA

11 Dossier 2 : Néphropathie glomérulaire NEPHROPATHIE GLOMERULAIRE de L ADULTE = PBR sauf diabète (avec critère) NEPHROPATHIE GLOMERULAIRE de l ENFANT = JAMAIS PBR Sauf Néphrose lipoïdique (avec critère)

12 N. Glomérulaires : Le principe des paniers Syndrome NéphroJque Syndrome Syndrome NéphriJque Clinique Néphrologique GNRP HMR GNC DiagnosJc complet InfecJeuses Hématologiques EJologies ConnecJvites possibles Vascularites Cancers Iatrogénie GEM G ExtraCapillaire Résultats GNMP Anatomopathologiques HSF LGM

13 N. Glomérulaire à l ECN = associa\on typique GEM de l adulte - 1 cancer (colon +++) - 2 Lupus et Sarcoïdose - 3 Hémopathie Maligne - 4 InfecJon : VHC, syphilis Gextra capillaire (croissant) = TABLEAU GNRP donc type 1 : goodpasture type 2 : cryo type 3 : Wegener/MPA/C&S GNMP : intombable sinon LUPUS ou VHC HMR = maladie de berger ou néphropathie primi\ve à IgA faut éliminer secondaire les plus probable : - maladie coeliaque - VIH - Cirrhose hépajque

14 Dossier 3 : Néphropathies Tubulaires

15 La NTA + IRA organique + protéinurie non glomérulaire EvoluJon terjaire : Aigu Plateau RécupéraJon On récupère toujours à 4 semaines 1 excep<on : les sels de pla<ne = défini<f Si pas de récupérajon à 4 semaines = PBR 80% IRA organique

16 Dossier 4 : Néphropathie diabé\que

17 PBR et pronos\c Pas de PBR si : ÉvoluJon diabète > 5 ans RéJnopathie diabéjque au FO Pas d ayeinte extrarénal Absence d autre pathologie expliquant la sympto TYPE 1 : PRONOSTIC RENAL TYPE 2 : PRONOSTIC EST CARDIOVASCULAIRE protéinurie = marqueur du risque cardiovasculaire élevé d emblée

18 Traitement Contrôle des FDRCV +++ Contrôle TA Régime hyposodé et hypolipémiant Mesures de néphroprotecjon Régime Hypoprotéique (0,8 mg/kg/j) IEC (type 1) ou ARA2 (type 2) (new anj rénine) PréparaJon à l épurajon extrarénale VHB Accès vasculaire Capital veineux

19 Dossier 5 : LE LUPUS = ConnecJvite Autoimmune de la femme (9/10)

20 DiagnosJc = 4 critères présents

21 LES ANTICORPS A l ECN Immunofluorescence sur cellule Hep2 Nucléaire Centromère Nucléole Cytoplasmique Homogène Moucheté 1/320e DNA najf ENA WB/ELISA/FARR/CL/OUCH CREST SHARP Sclérodermie Polymyosite LUPUS SS- a SS- b Gougerot Sjögren Histone = lupus induit Sm RNP = LUPUS

22 Mots clés du traitement Traitement immunosuppresseur (CTCD) Mesures associées aux IS et aux CTCD Mesures de néphroprotecjon InformaJon, EducaJon AssociaJon de pajents SouJen Psychologique Surveillance LE PRONOSTIC EST RENAL ++++

23 Conférence numéro 2

24 Dossier 1

25 GNRP de l adulte Histologie = Extracapillaire Type 1 = GoodPasture Syndrome pneumorénal AnJ MBG Type 2 = Cryoglobulinémie Type 1 = monoclonal = VHC Type 2 = monoc+oligoc VHC Hémopathie Lupus/GS Type 3 = Polyclonal idem Type 3 = Pauci- immune Wegener canca Rhinite/nécrose ORL MPO panca Churg and strauss panca HyperEo/astme du vieux micropolyangéite

26

27 Les vascularites HORTON TAKAYASHU Périartérite Noueuse Kawasaki Vascularites à ANCA Behçet Purpura Rhumatoïde Cryoglobulinémie GoodPasture

28 Dossier 2 = RAS

29 Dossier 3 = K et PK

30 Hypokaliémie HTA PAS HTA Hyperpaldostéronisme Primaire - adénome de Conn Hyperaldostéronisme secondaire - Sténose artères rénales Pseudohyperaldostéronisme - CorJcosurrénalome EXTRARENALE Kaliurèse Adaptée <20 meq/l DEFICIT CHLORE Na u > Cl u RENALE Kaliurèse Inadaptée >20 meq/l Ca et Mg urinaires î ì Oui Non Gitelman Thiazidique Barter Anse Perte DigesJve Haute Perte DigesJve Basse Glycosurie Fanconi

31 La PKD fiche Flash Epidémiologie 1ere cause IRCt familiale PKD1 95% DiagnosJc ans Examen Clinique favorable Antécédents familiaux IRCt HTA Pas de protéinurie/ Pas d hématurie Pesanteur Lombaire / Douleur Lombaire InfecJon de Kyste Si hématurie = Hémorragie intrakysjque Enquête familiale Arbre généalogique Conseil géné\que Paraclinique Echographie Rénale et hépajque ARM Cérérable ARM Aorte (ThoracoAbdoPel) ETT : Prolapsus mitral Colo : DiverJculose Colique Prise en charge Contrôle TA Contrôle FDRCV Prise en charge IRC NéphroprotecJon PréparaJon Dialyse, Greffe Boisson abondante (lithiases) Patho chronique = ALD/souJen /associajon/psychothérapie

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

GLOMERULONEPHRITE AIGUE. Professeur Boucar DIOUF

GLOMERULONEPHRITE AIGUE. Professeur Boucar DIOUF GLOMERULONEPHRITE AIGUE Professeur Boucar DIOUF Introduction DEFINITION Le syndrome néphritique aigu: qualificatif clinique associant: œdèmes, HTA, protéinurie, hématurie et insuffisance rénale. Apparition

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant Faculté de Médecine Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7 Date Cours Enseignant Lundi 19/10/2015 Mardi 20/10/2015 15h00-16h30 Mercredi 21/10/2015 Hématurie Physiologie de

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Isabelle Brochériou Hôpital Tenon Lésions élémentaires évaluées sur une biopsie rénale Lésions glomérulaires Lésions tubulaires Lésions Interstitielles

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne LES AUTO-ANTICORPS Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne Maladie auto-immune : définition Auto-agressivité du système immunitaire vis à vis de ses

Plus en détail

Item 176 : Prescription et surveillance des diurétiques

Item 176 : Prescription et surveillance des diurétiques Item 176 : Prescription et surveillance des diurétiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Plan Qu est ce qu un anticorps anti-nucléaires (ACAN)? Comment rechercher les ACAN?

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS SESSION DE MAI 2013 MODULE MEDECINE INTERNE. Nombre de QROC : 13. Nombre de cas cliniques : 6. Nombre de pages : 10

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS SESSION DE MAI 2013 MODULE MEDECINE INTERNE. Nombre de QROC : 13. Nombre de cas cliniques : 6. Nombre de pages : 10 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS SESSION DE MAI 2013 5 ème ANNEE MEDECINE MODULE MEDECINE INTERNE Nombre de QROC : 13 Nombre de cas cliniques : 6 Nombre de pages : 10 Durée de l épreuve : 60 minutes Vous avez

Plus en détail

Maladie rénale chronique de l adulte

Maladie rénale chronique de l adulte POINTS CRITIQUES DU PARCOURS DE SOINS Maladie rénale chronique de l adulte Dépister la maladie rénale chronique (MRC) Identifier la population à risque de maladie rénale chronique diabète hypertension

Plus en détail

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 LUPUS et GROSSESSE Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 Lupus et grossesse : pathogénie Facteurs immunogénétiques Facteurs environnementaux Facteurs immunohormonaux Ovulations fluctuent avec les poussées

Plus en détail

MEDECINE INTERNE : AUTO AC et HLA

MEDECINE INTERNE : AUTO AC et HLA MEDECINE INTERNE : AUTO AC et HLA Note : ces maladies sont liées à un processus auto-immun, mais ne sont parfois pas liés à la production d autoanticorps (exemple de la Sclérose en plaque). Parfois une

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Prise en charge HTA 5 objectifs Faire le diagnostic Identifier les HTA secondaires Evaluer

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Électrophorèse des protides sérique... 1 1. 1 Définition...1 1. 2 Quand faut-il faire une EPS?... 1 1.

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

Insuffisance rénale. Définition. o Insuffisance rénale aiguë

Insuffisance rénale. Définition. o Insuffisance rénale aiguë Insuffisance rénale Définition o Insuffisance rénale aiguë Se traduit par un brusque arrêt de la filtration des déchets du sang et de la production d urine. Associée à un déséquilibre de l organisme en

Plus en détail

Périartérite Noueuse

Périartérite Noueuse PériartériteNoueuse Xavier Puéchal, MD, PhD Centre National de Référence des Maladies Systémiques Auto-immunes rares Vascularites Nécrosantes et Sclérodermies systémiques Hôpital Cochin Paris QCM -Périartérite

Plus en détail

HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant

HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant Tim Ulinski Service de Néphrologie Pédiatrique Armand -APHP & Université 6 Y1 Phénotype des anomalies de HNF1beta DIABETE - présentation clinique hétérogène - sécrétion

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Électrophorèse des

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 10 Scénario : Monsieur J., âgé de quarante-neuf ans, se présente aux urgences pour une

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 www.projetbecool.fr.nf D02 EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 DOSSIER N 2 ENONCE Un homme de 65 ans consulte pour une baisse brutale de la vision de l'œil droit lors d'une quinte de toux en relation avec

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS M-38 Journées Nationales d Infectiologie 2013 MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS L IORDACHE, P CACOUB, O LAUNAY, L GUILLEVIN, O BOUCHAUD, L WEISS, V JEANTILS, C GOUJARD,

Plus en détail

Les Néphropathies Glomérulaires

Les Néphropathies Glomérulaires Les Néphropathies Glomérulaires Les Néphropathies Glomérulaires PLAN I/Introduction II/Les lésions élémentaires III/La classification des NG. IV/Les différents syndromes glomérulaires V/Les Différentes

Plus en détail

Maladies auto-immunes (MAI) définition

Maladies auto-immunes (MAI) définition Maladies auto-immunes (MAI) définition C'est la rupture des mécanismes de tolérance du système immunitaire visà-vis de constituants de l'organisme (auto-antigènes) Plusieurs caractéristiques communes aux

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique

Prise en charge thérapeutique 7èmes Journées des Jeunes Hématologues Francophones 9-11 Septembre 2005, Avignon Microangiopathies thrombotiques Prise en charge thérapeutique Alexandre HERTIG Urgences néphrologiques & Transplantation

Plus en détail

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Formation Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Durée : 42 Heures Contexte : Ces 15 dernières années 47 personnes ont bénéficiées d une formation «dialyse» soit à peine 30 % de

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Les auto anticorps en pratique de ville. Dr Claire Lecomte Dr Emmanuel Forestier Médecine Interne CH Chambéry 23 mars 2010

Les auto anticorps en pratique de ville. Dr Claire Lecomte Dr Emmanuel Forestier Médecine Interne CH Chambéry 23 mars 2010 Les auto anticorps en pratique de ville Dr Claire Lecomte Dr Emmanuel Forestier Médecine Interne CH Chambéry 23 mars 2010 AAC : quand les demander? Signes cutanéo-muqueux Éruption malaire, photosensibilité,

Plus en détail

Maladies rénales. Informations et conseils

Maladies rénales. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Informations et conseils Maladies rénales Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.il contient des informations sur

Plus en détail

Syndrome de Goodpasture

Syndrome de Goodpasture Syndrome de Goodpasture et anticorps anti-membrane basale glomérulaire Alexandre HERTIG Urgences Néphrologiques et Transplantation Rénale Inserm U702 Hôpital Tenon, Paris 13è réunion annuelle du CJN, Aix

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Néphrologie NEPHROPATHIES GLOMERULAIRES

Néphrologie NEPHROPATHIES GLOMERULAIRES NEPHROPATHIES GLOMERULAIRES Objectifs Comprendre la physiopathologie des maladies glomérulaires. Connaître les signes et syndromes caractéristiques des pathologies concernées. Diagnostiquer une néphropathie

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

L hématurie macroscopique a une prévalence

L hématurie macroscopique a une prévalence La conduite à tenir envers une hématurie macroscopique Jean-Philippe Rioux, MD et François Madore, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : La journée annuelle, Université de Montréal, octobre

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Programme D3 quad 2 2012. Hôpital Saint Joseph

Programme D3 quad 2 2012. Hôpital Saint Joseph Programme D3 quad 2 2012 Hôpital Saint Joseph Endocrinologie Dr Castinetti Hépato gastroentérologie 1 : Dr Laquière Chir viscérale: Dr Duconseil Hépato gastroentérologie 2 : Dr Adhoute Ortho : Dr Glard

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 Le C4d en transplantation rénale Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 1 Anti-C4d Classification de Banff 1991 Normal Rejet hyperaigu Lésions frontières (borderline) Rejet aigu cellulaire (grade

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

Origine des cellules auto-réactives

Origine des cellules auto-réactives Origine des cellules auto-réactives Site de production = moelle osseuse Précurseurs des lymphocytes T ou des lymphocytes B Récepteur pour l'ag Production des récepteurs pour l'ag Phénomène aléatoire Récepteur

Plus en détail

Sémiologie rénale. Présentation Générale

Sémiologie rénale. Présentation Générale Sémiologie rénale Sémiologie rénale...1 I. Signes fonctionnels en Néphrologie...3 I.1. 1. Oedèmes :...3 I.2. 2. Soif :...3 I.3. 3. Nausées, vomissements...4 I.4. signes généraux...4 I.5. Anomalies de la

Plus en détail

Item 114. Eczéma contact

Item 114. Eczéma contact Item 114 Eczéma contact Item 183: eczéma de contact Hypersensibilité cellulaire retardée ; Haptène Diagnostic clinique: prurit; érythème, vésicules, suintement, croutes. Recherche par interrogatoire +++,

Plus en détail

Atteintes rénales au cours des gammapathies monoclonales

Atteintes rénales au cours des gammapathies monoclonales Atteintes rénales au cours des gammapathies monoclonales Guy Touchard, Frank Bridoux, Service de Néphrologie, CHU Poitiers Service d Hématologie et Immunologie Clinique, Hôpital Saint-Louis, Paris Centre

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

PROGRAMME. Qu est ce que la sélection? Médicale Non médicale. Tarification et compensation Mortalité, surmortalité Loi des grands nombres

PROGRAMME. Qu est ce que la sélection? Médicale Non médicale. Tarification et compensation Mortalité, surmortalité Loi des grands nombres COMPRENDRE LA SELECTION ET LA TARIFICATION DES RISQUES B1 Durée : 1 journée Niveau Retenir les principes et définitions de base Comprendre les raisons de la sélection et les principes de tarification Faciliter

Plus en détail

Glomérulopathies : Aspects physiopathologiques & thérapeutiques Séminaire national de Néphrologie Gressy, Juin 2010. Cryoglobuline

Glomérulopathies : Aspects physiopathologiques & thérapeutiques Séminaire national de Néphrologie Gressy, Juin 2010. Cryoglobuline Glomérulopathies : Aspects physiopathologiques & thérapeutiques Séminaire national de Néphrologie Gressy, Juin 2010 Cryoglobuline Dominique Chauveau Néphrologie & Immunologie clinique CHU Rangueil Toulouse

Plus en détail

ÉLÉVATION DE LA CRÉATININÉMIE

ÉLÉVATION DE LA CRÉATININÉMIE CHAPITRE 13 Item 255 ÉLÉVATION DE LA CRÉATININÉMIE UE 8. Circulation - Métabolismes N 255. Élévation de la créatininémie OBJECTIFS Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifi er les

Plus en détail

Un examen qui en dit long...

Un examen qui en dit long... Un examen qui en dit long... j ournée de néphrologie André Gougoux, MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence intitulée Journée de néphrologie de l Université de Montréal, octobre 2004 L analyse

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Objectifs : Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge de l hypertension

Plus en détail

Néphrologie SYNDROME NEPHROTIQUE DE L'ADULTE

Néphrologie SYNDROME NEPHROTIQUE DE L'ADULTE SYNDROME NEPHROTIQUE DE L'ADULTE Objectifs Comprendre la physiopathologie du syndrome néphrotique. Retenir la différence essentielle entre syndrome néphrotique et insuffisance rénale. Distinguer les différences

Plus en détail

Microangiopathies thrombotiques

Microangiopathies thrombotiques Microangiopathies thrombotiques Aspects physiopathologiques et thérapeutiques Alexandre HERTIG Urgences Néphrologiques & Transplantation Rénale Hôpital TENON, Paris Microcirculation Ischémie d aval 1 Diagnostic

Plus en détail

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012 Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Rappels sur le complément n Ensemble de protéines plasmatiques et membranaires

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI Le virus C est associé à des manifestations extra-hépatiques d origine immunologique. Certaines

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie Module 3.3: Immunopathologie Néphropathologie S. Rotman Pathologie Objectifs Illustrations pratiques des connaissances théoriques en immunopatholgie Pathologie fréquente de la transplantation rénale Maladie

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED)

Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED) Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED) Emmanuel Hermann 4ème année-ec Pharma Lille 2 Définition Syndrome clinico-biologique: Atteinte systémique polymorphe

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Avis 9 janvier 2013. Phosphate disodique de bétaméthasone

Avis 9 janvier 2013. Phosphate disodique de bétaméthasone COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 BETNESOL 0,50 mg, comprimé effervescent B/30 (CIP : 34009 301 097 3-1) BETNESOL 4 mg/ml, solution injectable B/3 (CIP : 34009 301 096 7-0) BETNESOL 5 mg/100

Plus en détail

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB Alexis Payette SQN le 9 mai 2014 Conflits d intérêt Aucuns 1 Glomérulopathie à C3 Caractérisée par la présence de dépôts prédominants de C3 en immunofluorescence

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Neuropathies optiques

Neuropathies optiques Neuropathies optiques Docteur Joëlle Deibener Kaminsky Médecine Interne - - Immunologie Clinique Allergologie Professeur Pierre Kaminsky Médecine Interne Maladies Orphelines et Systémiques Papille Papille

Plus en détail

Equilibre sodique et régulation du volume du liquide extracellulaire

Equilibre sodique et régulation du volume du liquide extracellulaire UE MPSfO - Équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique du milieu intérieur Chapitre 2 : Equilibre sodique et régulation du volume du liquide extracellulaire Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

14/03/2011. Rein du sujet âgé. 11 mars 2011

14/03/2011. Rein du sujet âgé. 11 mars 2011 Rein du sujet âgé 11 mars 2011 1 2 3 Rôles du rein Elimination des déchets(proteines ) Equilibre acide-base Equilibre hydroélectrolique Homéostasie phosphocalcique Régulation de l hématopoïèse Régulation

Plus en détail

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica,

Plus en détail

Quand le montrer au néphrologue?

Quand le montrer au néphrologue? Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence

Plus en détail

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale.

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale. Dossier 1 Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé en urgence pour confusion mentale. Ses antécédents sont marqués par un infarctus du myocarde antérieur étendu en avril 1998, un œdème aigu du poumon en mai

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

Complications de la stimulation ovarienne

Complications de la stimulation ovarienne Complications de la stimulation ovarienne Effets secondaires des médicaments Le syndromes d hyperstimulation Torsion d annexe Risque de cancer Ménopause précoce P.Piver, DES C2010 Effets secondaires des

Plus en détail

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Le myélome multiple Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Historique 1 er cas rapporté à Londres en 1844 chez une femme, Sarah Newbury, âgée de 39 ans, présentant des fractures multiples et des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail