TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE"

Transcription

1 TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE Les traumatismes ouverts (plaies) thoraco-abdominaux sont exceptionnels : leur gravité potentielle impose l hospitalisation pour bilan. D.U et Capacité de Biologie et Médecine du Sport.

2 Les traumatismes fermés (contusions) de l abdomen et du thorax sont eux-mêmes peu fréquents. Les contusions viscérales sont rares : leur gravité n est pas forcément proportionnelle à la violence du traumatisme. Les contusions pariétales sont beaucoup plus fréquentes et posent parfois des problèmes de diagnostic différentiel. En pratique : Un traumatisme thoraco-abdominal n est jamais banal Peut-être plus que l examen clinique, l anamnèse est très importante.

3 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. 3. LES CONTUSIONS DU THORAX. 4. LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. 6. CONCLUSION: LA PREVENTION.

4 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE.

5 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT.

6 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT.

7 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT.

8 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT.

9 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT.

10 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT.

11 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE.

12 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE.

13 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE.

14 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE.

15 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE.

16 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE.

17 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE. Peu différent des accidents de la circulation : Problèmes de ramassage, triage, transfert

18 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. L EQUITATION.

19 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. L EQUITATION. Contact bien involontaire avec le sol Coup de pied de l âne

20 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. Rare, mais difficile à estimer Peu de chose dans les manuels compétitions de judo, rassemblant compétiteurs, 4300 appels, Membre supérieur 1790 blessures, tous diagnostics confondus Membre inférieur 337 abandons, Tête 106 évacuations en milieu hospitalier Thorax-abdomen 0,6% des compétiteurs 5,9% des blessés 55% 25% 15% 5%

21 TRAUMATISMES DE L ABDOMEN Rapport présenté au 103è Congrès français de chirurgie Paris, 4-6 octobre 2001 J.-C. LE NEEL, X. BARTH, F. GUILLON Enquête d un an 19 centres 84 contusions 264 observations : - enfants 85 cas 1 plaie 149 contusions - adultes 179 cas 30 plaies 264 cas

22 TABLEAU I Circonstances des contusions et plaies chez l enfant (85 cas) Accidents de circulation : 53 (62%) Vélo Auto Piéton Moto Accidents de sport ou jeux : 26 (31%) Chutes Sport Manèges 13 (dont 3 de cheval) 7 6 Agressions : 6 (7%) dont 1 Silvermann Total : 10 (12%)

23 TABLEAU II Circonstances des contusions chez l adulte (149 cas) Accidents de circulation : 116 (78%) Auto Moto Piéton Vélo Autres : 33 (22%) Chutes* Agressions Accident du travail ou sportif * Une chute correspond aussi à un accident du travail Total : 5 (3%)

24 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES.

25 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les côtes : Les fractures sont très fréquentes, de sémeiologie polymorphe, 15% de l ensemble des fractures, présentes dans 80% des traumatismes thoraciques. Fractures par choc direct, de dehors en dedans, Fractures indirectes, à distance de l impact, de dedans en dehors. (Volet thoracique = urgence chirurgicale) Diagnostic souvent évident : Douleurs localisées, réveillées par la pression, la respiration, la toux. Ressaut costal à l examen Confirmé par la radiographie. Fracture simple consolide en jours

26 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les fractures costales de fatigue (aviron, golf, canöe/kayak) : Même tableau clinique sans traumatisme. Confirmé par la scintigraphie. Ligne axillaire antérieure des côtes 4 à 7. Traction inhomogène et forces rotationnelles (Gd dentelé, Oblique ext.) Les cartilages costaux, articulations chondro-sternales et chondro-costales : Le diagnostic est clinique car les cartilages sont invisibles radiologiquement. Traitement : anti-inflammatoires et repos. Tardivement, syndrome de Cyriax, syndrome de Tietze Confusion avec pathologie ulcéreuse et surtout un angor

27 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le sternum : Fractures rares, Diagnostic sur radiographie de profil, Traitement antalgique Consolidation en 45 à 60 jours Fracture de fatigue (haltérophilie)

28 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. L articulation sterno-claviculaire : Subluxation antérieure de la clavicule. Tennisman : coup droit violent de face, sans rotation du tronc. Le sein : En compétition de boxe française, de karaté, les protections mammaires, en plastique dur, sont obligatoires. Hématome cytostéatonécrose secondaire tardive. Problème de diagnostic différentiel avec processus tumoral

29 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le muscle grand pectoral :

30 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le muscle grand pectoral : Lanceur de poids,haltérophile, karaté, judo, football, boxe, basket-ball. Douleur brachiale, limitation de l adduction et de la rotation interne de l épaule, ecchymose et encoche palpable. Evolution longue (21 à 45 jours) Rééducation active précoce, parfois chirurgie

31 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS VISCERALES. Intéressent la plèvre, le poumon, souvent secondaires à une fracture de cote. Pneumothorax, hemothorax surveillance radiologique +/- drainage.

32 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les muscles du dos et de la paroi antero-latérale de l abdomen : Rôle sur la motricité (station érigée, mouvements de l épaule ) Rôle respiratoire Ruptures : haltérophiles, lanceurs, gymnastes, rameurs, lutteurs,. Inflammations, déclenchées par surmenage (entraînement de force, relèvement de la position assise, services et smash en tennis..)

33 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les hernies de Spiegel

34 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: Le problème des douleurs de l aine, après traumatisme direct ou indirect: Hernie évidente contre-indication à certains sports traitement chirurgical: 8 à 10 semaines d arrêt, douleurs séquellaires. Pointe de hernie ou absence de hernie pathologie coxo-fémorale pathologie des OGE (clinique, échographie) pathologie musculaire

35 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. Les régions de l aine ou inguino-fémorales:

36 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. Les régions de l aine ou inguino-fémorales:

37 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: Hernie inguino-fémorale et activité sportive. contre-indication à certains sports coïncidence ou filiation? «la hernie varoise!»

38 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le «point de côté» Douleur sous costale gauche,survenant précocément au cours d un exercice continu et aérobie. Etiologie inconnue: vasoconstriction splanchnique, congestion splénique distension gazeuse angle colique gauche

39 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le foie, la rate, les reins: Contusions «relativement» fréquentes mais «exceptionnellement» graves: risque hémorragique mono traumatisme Sports de combat, se méfier des coups de pied de pointes sous le rebord costal (anamnèse ou de visu). Examen médical d aptitude (boxe, karaté,.), contrôler les hypocondres: splénomégalie hépatomégalie (asymptomatique, cirrhose, hépatite, ) ptose hépatique posent le problème de l autorisation à la compétition

40 On ne refera pas la question mais: Interet de l échographie et du scanner pour le diagnostic et la surveillance de ces blessés Fréquence du traitement non opératoire (abstention chirurgicale Mars 2002, Garçon de 17 ans, frêle, rugby à l école, Traumatisme basi-thoracique gauche arrêt prolongé)

41 Pas de problème hémodynamique, pas de déglobulisation. Surveillance, sortie J10. Mai 2002, RAS

42 Le 16/11/2005, Traumatisme basi-thoracique gauche par coup de pied de cheval : Fracture fermée de la diaphyse ulnaire Douleurs abdominales Scanner

43 Le 19/11/2005, Recrudescence des douleurs abdominales, hémodynamique stable, déglobulisation de 12,7 à 9,6 g/l d Hb Scanner Transfusions, surveillance RAS

44 Le 22/12/2005, scanner de contrôle à 1 mois..

45 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le duodéno-pancréas et l intestin grêle: Contusions rares, traumatisme violent. Risque péritonéal

46 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Atteinte digestive et ischémie mésentérique du coureur de fond: Hemodilution Troubles digestifs divers Hémorragies digestives Lésions d ischémie intestinale Pancréatite «vasculaire» Déshydratation Hémolyse intravasculaire Pertes de fer Facteurs mécaniques BAS DEBIT SPLANCHNIQUE

47 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN.

48 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion

49 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique.

50 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique. DOULEURS ABDOMINALES

51 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique. DOULEURS ABDOMINALES HEMATURIE

52 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. Les équipements de protection : Quasiment «rien» concernant la région thoraco-abdominale. En sport, l homme reste un bipède à ventre mou. Protections des épaules, suspensoirs ou coquilles (combat, hockey, football,.)

53 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. L examen médical d aptitude. Les contre-indications à la pratique sportive : mutilations de la paroi thoracique, antécédent de pneumothorax spontané, syndromes obstructifs caractérisés. hernies, éventrations, hépatomégalies, splénomégalies. affection des reins, voies urinaires ou organes génitaux externes, antécédents chirurgicaux digestifs ou maladie chronique évolutive.

54

55 TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE Les traumatismes ouverts (plaies) thoraco-abdominaux sont exceptionnels : leur gravité potentielle impose l hospitalisation pour bilan. Les traumatismes fermés (contusions) de l abdomen et du thorax sont eux-mêmes peu fréquents. Les contusions viscérales sont rares : leur gravité n est pas forcément proportionnelle à la violence du traumatisme. Les contusions pariétales sont beaucoup plus fréquentes et posent parfois des problèmes de diagnostic différentiel. En pratique : Un traumatisme thoraco-abdominal n est jamais banal Peut-être plus que l examen clinique, l anamnèse est très importante.

56 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. 3. LES CONTUSIONS DU THORAX. 4. LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. 6. CONCLUSION: LA PREVENTION.

57 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. LES SPORTS DE VITESSE. Peu différent des accidents de la circulation : Problèmes de ramassage, triage, transfert L EQUITATION. Contact bien involontaire avec le sol Coup de pied de l âne

58 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. Rare, mais difficile à estimer Peu de chose dans les manuels compétitions de judo, rassemblant compétiteurs, 4300 appels, Membre supérieur 1790 blessures, tous diagnostics confondus Membre inférieur 337 abandons, Tête 106 évacuations en milieu hospitalier Thorax-abdomen 0,6% des compétiteurs 5,9% des blessés 55% 25% 15% 5%

59 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. TRAUMATISMES DE L ABDOMEN Rapport présenté au 103è Congrès français de chirurgie Paris, 4-6 octobre 2001 J.-C. LE NEEL, X. BARTH, F. GUILLON Enquête d un an 19 centres 84 contusions 264 observations : - enfants 85 cas 1 plaie 149 contusions - adultes 179 cas 30 plaies 264 cas

60 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. TABLEAU I Circonstances des contusions et plaies chez l enfant (85 cas) Accidents de circulation : 53 (62%) Vélo Auto Piéton Moto Accidents de sport ou jeux : 26 (31%) Chutes Sport Manèges 13 (dont 3 de cheval) 7 6 Agressions : 6 (7%) dont 1 Silvermann Total : 10 (12%)

61 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. TABLEAU II Circonstances des contusions chez l adulte (149 cas) Accidents de circulation : 116 (78%) Auto Moto Piéton Vélo Autres : 33 (22%) Chutes* Agressions Accident du travail ou sportif * Une chute correspond aussi à un accident du travail Total : 5 (3%)

62 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les côtes : Les fractures sont très fréquentes, de sémeiologie polymorphe, 15% de l ensemble des fractures, présentes dans 80% des traumatismes thoraciques. Fractures par choc direct, de dehors en dedans, Fractures indirectes, à distance de l impact, de dedans en dehors. (Volet thoracique = urgence chirurgicale) Diagnostic souvent évident : Douleurs localisées, réveillées par la pression, la respiration, la toux. Confirmé par la radiographie. Fracture simple consolide en jours

63 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. Les fractures costales de fatigue (aviron, golf, canöe/kayak) : Même tableau clinique sans traumatisme. Confirmé par la scintigraphie. Ligne axillaire antérieure des côtes 4 à 7. Traction inhomogène et forces rotationnelles (Gd dentelé, Oblique ext.) L articulation sterno-claviculaire : Subluxation antérieure de la clavicule. Tennisman : coup droit violent de face, sans rotation du tronc.

64 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. Les cartilages costaux, articulations chondro-sternales et chondro-costales : Le diagnostic est clinique car les cartilages sont invisibles radiologiquement. Traitement : anti-inflammatoires et repos. Tardivement, syndrome de Cyriax, syndrome de Tietze Le sein : En compétition de boxe française, de karaté, les protections mammaires, en plastique dur, sont obligatoires. Hématome cytostéatonécrose secondaire tardive. Problème de diagnostic différentiel avec processus tumoral Le sternum : Fractures rares, Diagnostic sur radiographie de profil, Traitement antalgique Consolidation en 45 à 60 jours

65 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. Le muscle grand pectoral : Lanceur de poids,haltérophile, karaté, football, boxe, basket-ball. Douleur brachiale, limitation de l adduction et de la rotation interne de l épaule Evolution longue (21 à 45 jours) Rééducation active précoce, parfois chirurgie LES CONTUSIONS VISCERALES. Intéressent la plèvre, le poumon, souvent secondaires à une fracture de cote. Pneumothorax, hemothorax surveillance radiologique +/- drainage.

66 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les muscles du dos et de la paroi antero-latérale de l abdomen : Rôle sur la motricité (station érigée, mouvements de l épaule ) Rôle respiratoire Ruptures : haltérophiles, lanceurs, gymnastes, rameurs, lutteurs,. Inflammations, déclenchées par surmenage (entraînement de force, relèvement de la position assise, services et smash en tennis..) Les hernies de Spiegel

67 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: Le problème des douleurs de l aine, après traumatisme direct ou indirect: Hernie évidente contre-indication à certains sports traitement chirurgical: 8 à 10 semaines d arrêt, douleurs séquellaires. Pointe de hernie ou absence de hernie pathologie coxo-fémorale pathologie des OGE (clinique, échographie) pathologie musculaire (adducteurs, droit antérieur.) Le «point de côté» Douleur sous costale gauche,survenant précocément au cours d un exercice continu et aérobie. Etiologie inconnue: vasoconstriction splanchnique, congestion splénique distension gazeuse angle colique gauche

68 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le foie, la rate, les reins: Contusions «relativement» fréquentes mais «exceptionnellement» graves: risque hémorragique mono traumatisme Sports de combat, se méfier des coups de pied de pointes sous le rebord costal (anamnèse ou de visu). Examen médical d aptitude (boxe, karaté,.), contrôler les hypocondres: splénomégalie hépatomégalie (asymptomatique, cirrhose, hépatite, ) ptose hépatique posent le problème de l autorisation à la compétition

69 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le duodéno-pancréas et l intestin grêle: Contusions rares, traumatisme violent. Risque péritonéal Atteinte digestive et ischémie mésentérique du coureur de fond: Troubles digestifs divers Hémorragies digestives Lésions d ischémie intestinale Pancréatite «vasculaire» Hemodilution Déshydratation Hémolyse intravasculaire Pertes de fer Facteurs mécaniques BAS DEBIT SPLANCHNIQUE

70 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique. DOULEURS ABDOMINALES HEMATURIE

71 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. Les équipements de protection : Quasiment «rien» concernant la région thoraco-abdominale. En sport, l homme reste un bipède à ventre mou. Protections des épaules, suspensoirs ou coquilles (combat, hockey, football,.)

72 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. L examen médical d aptitude. Les contre-indications à la pratique sportive : mutilations de la paroi thoracique, antécédent de pneumothorax spontané, syndromes obstructifs caractérisés. hernies, éventrations, hépatomégalies, splénomégalies. affection des reins, voies urinaires ou organes génitaux externes, antécédents chirurgicaux digestifs ou maladie chronique évolutive.

73

74 TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE Les traumatismes ouverts (plaies) thoraco-abdominaux sont exceptionnels : leur gravité potentielle impose l hospitalisation pour bilan. D.U et Capacité de Biologie et Médecine du Sport. 1

75 Les traumatismes fermés (contusions) de l abdomen et du thorax sont eux-mêmes peu fréquents. Les contusions viscérales sont rares : leur gravité n est pas forcément proportionnelle à la violence du traumatisme. Les contusions pariétales sont beaucoup plus fréquentes et posent parfois des problèmes de diagnostic différentiel. En pratique : Un traumatisme thoraco-abdominal n est jamais banal Peut-être plus que l examen clinique, l anamnèse est très importante. 2

76 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. 3. LES CONTUSIONS DU THORAX. 4. LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. 3

77 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. 4

78 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. 5

79 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. 6

80 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. 7

81 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. 8

82 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. 9

83 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. 10

84 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. 11

85 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE. 12

86 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE. 13

87 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE. 14

88 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE. 15

89 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE. 16

90 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE VITESSE. Peu différent des accidents de la circulation : Problèmes de ramassage, triage, transfert 17

91 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. L EQUITATION. 18

92 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. L EQUITATION. Contact bien involontaire avec le sol Coup de pied de l âne 19

93 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. Rare, mais difficile à estimer Peu de chose dans les manuels compétitions de judo, rassemblant compétiteurs, 4300 appels, Membre supérieur 1790 blessures, tous diagnostics confondus Membre inférieur 337 abandons, Tête 106 évacuations en milieu hospitalier Thorax-abdomen 0,6% des compétiteurs 5,9% des blessés 20 55% 25% 15% 5%

94 TRAUMATISMES DE L ABDOMEN Rapport présenté au 103è Congrès français de chirurgie Paris, 4-6 octobre 2001 J.-C. LE NEEL, X. BARTH, F. GUILLON Enquête d un an 19 centres 84 contusions 264 observations : - enfants 85 cas 1 plaie 149 contusions - adultes 179 cas 30 plaies 264 cas 21

95 TABLEAU I Circonstances des contusions et plaies chez l enfant (85 cas) Accidents de circulation : 53 (62%) Vélo Auto Piéton Moto Accidents de sport ou jeux : 26 (31%) Chutes Sport Manèges 13 (dont 3 de cheval) 7 6 Agressions : 6 (7%) dont 1 Silvermann Total : 10 (12%) 22

96 TABLEAU II Circonstances des contusions chez l adulte (149 cas) Accidents de circulation : 116 (78%) Auto Moto Piéton Vélo Autres : 33 (22%) Chutes* Agressions Accident du travail ou sportif * Une chute correspond aussi à un accident du travail Total : 5 (3%) 23

97 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. 24

98 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les côtes : Les fractures sont très fréquentes, de sémeiologie polymorphe, 15% de l ensemble des fractures, présentes dans 80% des traumatismes thoraciques. Fractures par choc direct, de dehors en dedans, Fractures indirectes, à distance de l impact, de dedans en dehors. (Volet thoracique = urgence chirurgicale) Diagnostic souvent évident : Douleurs localisées, réveillées par la pression, la respiration, la toux. Ressaut costal à l examen Confirmé par la radiographie. Fracture simple consolide en jours 25

99 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les fractures costales de fatigue (aviron, golf, canöe/kayak) : Même tableau clinique sans traumatisme. Confirmé par la scintigraphie. Ligne axillaire antérieure des côtes 4 à 7. Traction inhomogène et forces rotationnelles (Gd dentelé, Oblique ext.) Les cartilages costaux, articulations chondro-sternales et chondro-costales : Le diagnostic est clinique car les cartilages sont invisibles radiologiquement. Traitement : anti-inflammatoires et repos. Tardivement, syndrome de Cyriax, syndrome de Tietze Confusion avec pathologie ulcéreuse et surtout un angor 26

100 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le sternum : Fractures rares, Diagnostic sur radiographie de profil, Traitement antalgique Consolidation en 45 à 60 jours Fracture de fatigue (haltérophilie) 27

101 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. L articulation sterno-claviculaire : Subluxation antérieure de la clavicule. Tennisman : coup droit violent de face, sans rotation du tronc. Le sein : En compétition de boxe française, de karaté, les protections mammaires, en plastique dur, sont obligatoires. Hématome cytostéatonécrose secondaire tardive. Problème de diagnostic différentiel avec processus tumoral 28

102 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le muscle grand pectoral : 29

103 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le muscle grand pectoral : Lanceur de poids,haltérophile, karaté, judo, football, boxe, basket-ball. Douleur brachiale, limitation de l adduction et de la rotation interne de l épaule, ecchymose et encoche palpable. Evolution longue (21 à 45 jours) Rééducation active précoce, parfois chirurgie 30

104 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS VISCERALES. Intéressent la plèvre, le poumon, souvent secondaires à une fracture de cote. Pneumothorax, hemothorax surveillance radiologique +/- drainage. 31

105 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les muscles du dos et de la paroi antero-latérale de l abdomen : Rôle sur la motricité (station érigée, mouvements de l épaule ) Rôle respiratoire Ruptures : haltérophiles, lanceurs, gymnastes, rameurs, lutteurs,. Inflammations, déclenchées par surmenage (entraînement de force, relèvement de la position assise, services et smash en tennis..) 32

106 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les hernies de Spiegel 33

107 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: Le problème des douleurs de l aine, après traumatisme direct ou indirect: Hernie évidente contre-indication à certains sports traitement chirurgical: 8 à 10 semaines d arrêt, douleurs séquellaires. Pointe de hernie ou absence de hernie pathologie coxo-fémorale pathologie des OGE (clinique, échographie) pathologie musculaire 34

108 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: 35

109 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: 36

110 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: Hernie inguino-fémorale et activité sportive. contre-indication à certains sports coïncidence ou filiation? «la hernie varoise!» 37

111 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Le «point de côté» Douleur sous costale gauche,survenant précocément au cours d un exercice continu et aérobie. Etiologie inconnue: vasoconstriction splanchnique, congestion splénique distension gazeuse angle colique gauche 38

112 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le foie, la rate, les reins: Contusions «relativement» fréquentes mais «exceptionnellement» graves: risque hémorragique mono traumatisme Sports de combat, se méfier des coups de pied de pointes sous le rebord costal (anamnèse ou de visu). Examen médical d aptitude (boxe, karaté,.), contrôler les hypocondres: splénomégalie hépatomégalie (asymptomatique, cirrhose, hépatite, ) ptose hépatique posent le problème de l autorisation à la compétition 39

113 On ne refera pas la question mais: Interet de l échographie et du scanner pour le diagnostic et la surveillance de ces blessés Fréquence du traitement non opératoire (abstention chirurgicale Mars 2002, Garçon de 17 ans, frêle, rugby à l école, Traumatisme basi-thoracique gauche 40 arrêt prolongé)

114 Pas de problème hémodynamique, pas de déglobulisation. Surveillance, sortie J10. Mai 2002, RAS 41

115 Le 16/11/2005, Traumatisme basi-thoracique gauche par coup de pied de cheval : Fracture fermée de la diaphyse ulnaire Douleurs abdominales Scanner 42

116 Le 19/11/2005, Recrudescence des douleurs abdominales, hémodynamique stable, déglobulisation de 12,7 à 9,6 g/l d Hb Scanner Transfusions, surveillance RAS 43

117 Le 22/12/2005, scanner de contrôle à 1 mois.. 44

118 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le duodéno-pancréas et l intestin grêle: Contusions rares, traumatisme violent. Risque péritonéal 45

119 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Atteinte digestive et ischémie mésentérique du coureur de fond: Hemodilution Troubles digestifs divers Hémorragies digestives Lésions d ischémie intestinale Pancréatite «vasculaire» Déshydratation Hémolyse intravasculaire Pertes de fer Facteurs mécaniques BAS DEBIT SPLANCHNIQUE 46

120 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. 47

121 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion 48

122 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique. 49

123 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique. DOULEURS ABDOMINALES 50

124 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique. DOULEURS ABDOMINALES HEMATURIE 51

125 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. Les équipements de protection : Quasiment «rien» concernant la région thoraco-abdominale. En sport, l homme reste un bipède à ventre mou. Protections des épaules, suspensoirs ou coquilles (combat, hockey, football,.) 52

126 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. L examen médical d aptitude. Les contre-indications à la pratique sportive : mutilations de la paroi thoracique, antécédent de pneumothorax spontané, syndromes obstructifs caractérisés. hernies, éventrations, hépatomégalies, splénomégalies. affection des reins, voies urinaires ou organes génitaux externes, antécédents chirurgicaux digestifs ou maladie chronique évolutive. 53

127 54

128 TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE Les traumatismes ouverts (plaies) thoraco-abdominaux sont exceptionnels : leur gravité potentielle impose l hospitalisation pour bilan. Les traumatismes fermés (contusions) de l abdomen et du thorax sont eux-mêmes peu fréquents. Les contusions viscérales sont rares : leur gravité n est pas forcément proportionnelle à la violence du traumatisme. Les contusions pariétales sont beaucoup plus fréquentes et posent parfois des problèmes de diagnostic différentiel. En pratique : Un traumatisme thoraco-abdominal n est jamais banal Peut-être plus que l examen clinique, l anamnèse est très importante. 55

129 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. 3. LES CONTUSIONS DU THORAX. 4. LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. 56

130 1. LES ACTIVITES SPORTIVES EN CAUSE. LES SPORTS DE CONTACT. LES SPORTS DE VITESSE. Peu différent des accidents de la circulation : Problèmes de ramassage, triage, transfert L EQUITATION. Contact bien involontaire avec le sol Coup de pied de l âne 57

131 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. Rare, mais difficile à estimer Peu de chose dans les manuels compétitions de judo, rassemblant compétiteurs, 4300 appels, Membre supérieur 1790 blessures, tous diagnostics confondus Membre inférieur 337 abandons, Tête 106 évacuations en milieu hospitalier Thorax-abdomen 0,6% des compétiteurs 5,9% des blessés 58 55% 25% 15% 5%

132 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. TRAUMATISMES DE L ABDOMEN Rapport présenté au 103è Congrès français de chirurgie Paris, 4-6 octobre 2001 J.-C. LE NEEL, X. BARTH, F. GUILLON Enquête d un an 19 centres 84 contusions 264 observations : - enfants 85 cas 1 plaie 149 contusions - adultes 179 cas 30 plaies cas

133 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. TABLEAU I Circonstances des contusions et plaies chez l enfant (85 cas) Accidents de circulation : 53 (62%) Vélo Auto Piéton Moto Accidents de sport ou jeux : 26 (31%) Chutes Sport Manèges 13 (dont 3 de cheval) 7 6 Agressions : 6 (7%) dont 1 Silvermann Total : 10 (12%) 60

134 2. LA FREQUENCE DES TRAUMATISMES THORACO-ABDOMINAUX. TABLEAU II Circonstances des contusions chez l adulte (149 cas) Accidents de circulation : 116 (78%) Auto Moto Piéton Vélo Autres : 33 (22%) Chutes* Agressions Accident du travail ou sportif * Une chute correspond aussi à un accident du travail Total : 5 (3%) 61

135 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les côtes : Les fractures sont très fréquentes, de sémeiologie polymorphe, 15% de l ensemble des fractures, présentes dans 80% des traumatismes thoraciques. Fractures par choc direct, de dehors en dedans, Fractures indirectes, à distance de l impact, de dedans en dehors. (Volet thoracique = urgence chirurgicale) Diagnostic souvent évident : Douleurs localisées, réveillées par la pression, la respiration, la toux. Confirmé par la radiographie. Fracture simple consolide en jours 62

136 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. Les fractures costales de fatigue (aviron, golf, canöe/kayak) : Même tableau clinique sans traumatisme. Confirmé par la scintigraphie. Ligne axillaire antérieure des côtes 4 à 7. Traction inhomogène et forces rotationnelles (Gd dentelé, Oblique ext.) L articulation sterno-claviculaire : Subluxation antérieure de la clavicule. Tennisman : coup droit violent de face, sans rotation du tronc. 63

137 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. Les cartilages costaux, articulations chondro-sternales et chondro-costales : Le diagnostic est clinique car les cartilages sont invisibles radiologiquement. Traitement : anti-inflammatoires et repos. Tardivement, syndrome de Cyriax, syndrome de Tietze Le sein : En compétition de boxe française, de karaté, les protections mammaires, en plastique dur, sont obligatoires. Hématome cytostéatonécrose secondaire tardive. Problème de diagnostic différentiel avec processus tumoral Le sternum : Fractures rares, Diagnostic sur radiographie de profil, Traitement antalgique Consolidation en 45 à 60 jours 64

138 3.LES CONTUSIONS DU THORAX. Le muscle grand pectoral : Lanceur de poids,haltérophile, karaté, football, boxe, basket-ball. Douleur brachiale, limitation de l adduction et de la rotation interne de l épaule Evolution longue (21 à 45 jours) Rééducation active précoce, parfois chirurgie LES CONTUSIONS VISCERALES. Intéressent la plèvre, le poumon, souvent secondaires à une fracture de cote. Pneumothorax, hemothorax surveillance radiologique +/- drainage. 65

139 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les muscles du dos et de la paroi antero-latérale de l abdomen : Rôle sur la motricité (station érigée, mouvements de l épaule ) Rôle respiratoire Ruptures : haltérophiles, lanceurs, gymnastes, rameurs, lutteurs,. Inflammations, déclenchées par surmenage (entraînement de force, relèvement de la position assise, services et smash en tennis..) Les hernies de Spiegel 66

140 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS PARIETALES. Les régions de l aine ou inguino-fémorales: Le problème des douleurs de l aine, après traumatisme direct ou indirect: Hernie évidente contre-indication à certains sports traitement chirurgical: 8 à 10 semaines d arrêt, douleurs séquellaires. Pointe de hernie ou absence de hernie pathologie coxo-fémorale pathologie des OGE (clinique, échographie) pathologie musculaire (adducteurs, droit antérieur.) Le «point de côté» Douleur sous costale gauche,survenant précocément au cours d un exercice continu et aérobie. Etiologie inconnue: vasoconstriction splanchnique, congestion splénique 67 distension gazeuse angle colique gauche

141 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le foie, la rate, les reins: Contusions «relativement» fréquentes mais «exceptionnellement» graves: risque hémorragique mono traumatisme Sports de combat, se méfier des coups de pied de pointes sous le rebord costal (anamnèse ou de visu). Examen médical d aptitude (boxe, karaté,.), contrôler les hypocondres: splénomégalie hépatomégalie (asymptomatique, cirrhose, hépatite, ) ptose hépatique posent le problème de l autorisation à la compétition 68

142 4.LES CONTUSIONS DE L ABDOMEN. LES CONTUSIONS VISCERALES. Le duodéno-pancréas et l intestin grêle: Contusions rares, traumatisme violent. Risque péritonéal Atteinte digestive et ischémie mésentérique du coureur de fond: Troubles digestifs divers Hémorragies digestives Lésions d ischémie intestinale Pancréatite «vasculaire» Hemodilution Déshydratation Hémolyse intravasculaire Pertes de fer Facteurs mécaniques BAS DEBIT SPLANCHNIQUE 69

143 5. LES CAS OU LE SPORTIF BLESSE DOIT ETRE CONDUIT IMMEDIATEMENT CHEZ LE MEDECIN. FRACTURES, LUXATIONS ou leur suspicion TROUBLES RESPIRATOIRES après traumatisme crânien, cervical ou thoracique. DOULEURS ABDOMINALES HEMATURIE 70

144 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. Les équipements de protection : Quasiment «rien» concernant la région thoraco-abdominale. En sport, l homme reste un bipède à ventre mou. Protections des épaules, suspensoirs ou coquilles (combat, hockey, football,.) 71

145 6. CONCLUSION: LA PREVENTION. L examen médical d aptitude. Les contre-indications à la pratique sportive : mutilations de la paroi thoracique, antécédent de pneumothorax spontané, syndromes obstructifs caractérisés. hernies, éventrations, hépatomégalies, splénomégalies. affection des reins, voies urinaires ou organes génitaux externes, antécédents chirurgicaux digestifs ou maladie chronique évolutive. 72

146 73

Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie

Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie Parier j. Radier c Maussins Nollet Anatomie ligament sterno-claviculaire antérieur et postérieur Ligament costo-claviculaire ligament inter-claviculaire

Plus en détail

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif Prévention et traitement Presentation générale Les bienfaits du sport Blessures Facteurs favorisants Les accidents musculaires 7 catégories Dus à

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

CONTUSION LATERALE DE L EPAULE Abord diagnostic et thérapeutique par le médecin manuel

CONTUSION LATERALE DE L EPAULE Abord diagnostic et thérapeutique par le médecin manuel CONTUSION LATERALE DE L EPAULE Abord diagnostic et thérapeutique par le médecin manuel Dr Norbert TEISSEIRE- RHUMATOLOGUE- Diplômé de Médecine Manuelle Ostéopathie Introduction. De nombreuses contusions

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant

Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Les torticolis aigus et chroniques chez l enfant Pierre Mary Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau Plan Définition Torticolis aigus Torticolis

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

Le processus traumatique. 2012/2015 Sg

Le processus traumatique. 2012/2015 Sg Le processus traumatique 2012/2015 Sg 1 définitions Définitions processus Processus enchainement d étapes en lien les une avec les autres Peut être déclenché par des facteurs favorisants et / ou un contexte

Plus en détail

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence Hervé COLLADO Centre Phocéa Pôle de l appareil locomoteur St Marguerite Pôle de MPR et de Médecine du Sport AP-H Marseille DESC Médecine du Sport Diplômé

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

Les entorses de la cheville (257c) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les entorses de la cheville (257c) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les entorses de la cheville (257c) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de la cheville Résumé : L entorse de la cheville est probablement la lésion

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Réunion DESC-SCVO Tours P. de Wailly CHU POITIERS Professeur Carretier Généralités 20 % des hémorragies digestives Au-delà de l angle de Treitz 90%

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

NATURE DES LESIONS P.24

NATURE DES LESIONS P.24 SOMMAIRE GENERALITES topographie p.9 - Répartition des consultations en fonction de la topographie des lésions p.9 - Topographie de la lésion en fonction du sport p.10 - Topographie de la lésion en fonction

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

LE PIED TRAUMATIQUE DE L ADULTE. Dr Eric TOULLEC

LE PIED TRAUMATIQUE DE L ADULTE. Dr Eric TOULLEC LE PIED TRAUMATIQUE DE L ADULTE Dr Eric TOULLEC 4 questions préalables 1- les circonstances 2- le mécanisme 3- le pourquoi 4- les conséquences 1 - Circonstances du traumatisme - Sportif (niveau de compétition)

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE TABLE DES MATIÈRES APTITUDES... 2 COMPÉTENCES CLINIQUES... 2 DOULEUR AIGUË DE LA FOSSE ILIAQUE DROITE... 2 DOULEUR AIGÜE DE LA FOSSE ILIAQUE GAUCHE... 4 DOULEUR AIGÜE DE

Plus en détail

Prévention des blessures en cyclisme

Prévention des blessures en cyclisme Prévention des blessures en cyclisme 1 Contenu de la présentation 1. 1. Mise en en contexte 2. 2. Principales pathologies 3. Prévention des blessures 4. Quelques exercices 2 Mise en contexte 3 Quelques

Plus en détail

ATLAS TOMODENSITOMETRIQUE DES TRAUMATISMES THORACIQUES

ATLAS TOMODENSITOMETRIQUE DES TRAUMATISMES THORACIQUES ATLAS TOMODENSITOMETRIQUE DES TRAUMATISMES THORACIQUES S. Felah, A. Daghfous, M. Daiki, M. Maarouf, R. Ben Khélifa, L. Rezgui Marhoul Service d Imagerie Médicale Centre de Traumatologie et des Grands Brûlés

Plus en détail

Objectifs des stages obligatoires à l externat

Objectifs des stages obligatoires à l externat Faculté de médecine Vice-décanat aux études médicales de premier cycle Objectifs des stages obligatoires à l externat Utiliser la navigation par signets de votre lecteur Adobe pour repérer le stage désiré.

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Pathologie du pied Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Fracture du calcanéus Anatomie Thalamus Sustentaculum tali Tubérosité Corps

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX M. El Hajjam, P. Lacombe, C. Beigelman-Aubry Aubry, J. Desperramons,, S. Chagnon, S. Binsse Hôpital Ambroise Paré (APHP) Université de Versailles-St

Plus en détail

Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE

Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE Maizières - 19 mars 2005 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CONTEXTE EXAMEN CLINIQUE STANDARDISE RADIOGRAPHIES ANORMALES - Tendinopathie calcifiante - Omarthrose,

Plus en détail

Surveillance de la Maladie de Gaucher

Surveillance de la Maladie de Gaucher Surveillance de la Maladie de Gaucher CETG 24 mars 2006 Christian LAVIGNE CHU Angers 1 Maladie de Gaucher Maladie rare traitement efficace, coûteux, astreignant prototype de thésaurismose curable incertitude

Plus en détail

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités:

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités: I/ Généralités: 32 ou 34 vertèbres (7 VC+12VT+5VL+5VS+3 ou 5VCc) Fractures graves /AVP Stabilité de la fracture Pronostic neurologique II/ Fracture de l odontoïde: Axis (2ème VC après Atlas) + fréquente

Plus en détail

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs?

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est une déchirure des tendons au niveau de leur insertion sur l humérus. Il s agit le plus souvent

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE GENERALE

TRAUMATOLOGIE GENERALE Docteur Erik BOQUET Page 1 30/06/2008 TRAUMATOLOGIE GENERALE (Docteur Erik BOQUET) 1 TRAUMATISMES CRANIENS (TC) Devant un TC récent, il est important de reconnaître si le blessé doit être transporté rapidement

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Traumatismes Crâniens Recommandations générales

Traumatismes Crâniens Recommandations générales Traumatismes Crâniens Recommandations générales Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990). En Général 1 Tout traumatisme crânien doit être classé selon son risque évolutif d'après les groupes de Masters.

Plus en détail

Sémiologie de l épaule. Patrick Boyer Service d orthopédie, hôpital Bichat

Sémiologie de l épaule. Patrick Boyer Service d orthopédie, hôpital Bichat Sémiologie de l épaule Patrick Boyer Service d orthopédie, hôpital Bichat Articulation scapulo-humérale Enarthrose: segments de sphères articulées Rappel anatomique La glène est plate, sa concavité est

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Traitement de l Épaule douloureuse

Traitement de l Épaule douloureuse Traitement de l Épaule douloureuse Docteur Dominique F. GAZIELLY Membre de l Académie de Chirurgie Groupe de l Épaule de «l Institut de la Main» T. DUBERT, C. DUMONTIER, P. GAUDIN, DF. GAZIELLY, E. LENOBLE

Plus en détail

Différentes pathologies

Différentes pathologies PRATIQUES SPORTIVES PATHOLOGIES ET TRAUMATOLOGIES CESA Différentes pathologies Pathologies du rachis Lésions osseuses Lésions musculaires Lésions tendineuses Lésions ligamentaires Les lésions des articulations

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support 2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support Steve Greisch coordinateur national PHTLS Luxembourg Définition Concept

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

ASPECTS MEDICAUX DES SPORTS A RISQUES

ASPECTS MEDICAUX DES SPORTS A RISQUES ASPECTS MEDICAUX DES SPORTS A RISQUES Jean-François KAHN Laboratoire de Physiologie CHU Pitié-Salpêtrière INTRODUCTION Notion de risque FACTEURS DE RISQUE Fréquence de la pratique Intensité de la pratique

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

L ENTORSE DE CHEVILLE AU SERVICE D URGENCES 5ème Conférence de Consensus de la SFUM

L ENTORSE DE CHEVILLE AU SERVICE D URGENCES 5ème Conférence de Consensus de la SFUM L ENTORSE DE CHEVILLE AU SERVICE D URGENCES 5ème Conférence de Consensus de la SFUM V e conférence de consensus en médecine d urgence de la Société Francophone d Urgences Médicales Roanne, 28 avril 1995

Plus en détail

SUIVI MEDICAL DU POLE FRANCE DE LUTTE

SUIVI MEDICAL DU POLE FRANCE DE LUTTE SUIVI MEDICAL DU POLE FRANCE DE LUTTE Évaluation de la demande de soins et des conséquences médicales/sportives I. TAVERNIER COMPOSITION DU POLE METHODE D ENTRAÎNEMENT SUIVI MEDICAL - analyse des motifs

Plus en détail

Tendinites et ténosynovites du poignet et des doigts

Tendinites et ténosynovites du poignet et des doigts Tendinites et ténosynovites du poignet et des doigts En pratiques sportives (et autres) Dr Durand-Bailloud Rééducation Fonctionnelle Centre Albert Trillat Lyon 28 03 2014 Ce dont je ne vous parlerai pas

Plus en détail

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Sémiologie du genou Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Eléments passifs - Ligaments o Croisés : antérieur et postérieur = Stabilité antéro-postérieure o Latéraux : interne et externe

Plus en détail

Document réalisé par Sébastien MAITRE. www.preparation-physique.net

Document réalisé par Sébastien MAITRE. www.preparation-physique.net ANALYSE BIOMÉCANIQUE du DÉVELOPPÉ COUCHÉ Document réalisé par Sébastien MAITRE. www.preparation-physique.net PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le développé couché est un des 3 mouvements, avec la flexion de jambe

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT

RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT PRISE EN CHARGE SOINS D URGENCE EVACUATIONS SANITAIRES Dr EGBOHOU SAR CHU SO Lomé QUELQUES CHIFFRES URGENCES DU CHU SO de Lomé: 12 mois: 10/2014 10/ 2015: 6874 traumatisés

Plus en détail

Traumatologie en odontostomatologie du sport

Traumatologie en odontostomatologie du sport Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 95 Traumatologie en odontostomatologie du sport Alain GARUET * Au XX e siècle le sport a été àla fois un facteur de paix, de distraction et de divertissement.

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Pathologies de la coiffe du tennisman senior

Pathologies de la coiffe du tennisman senior Pathologies de la coiffe du tennisman senior Dr Patrick LE GOUX Médecin FFT et Consultant INSEP Attaché de Rhumatologie et de Chirurgie Orthopédique Hopital Ambroise Paré Boulogne Eléments anatomiques

Plus en détail

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012 - Les formations du CREF - - Préparation physique - PREVENTION DES MEMBRES SUPERIEURS (POIGNET, EPAULE) DANS LES ACTIVITES GYMNIQUES Vendredi 13 janvier 2012 - Gymnase de Mont Saint Aignan - La pratique

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique des

Plus en détail

Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule. Dr. Jean Aouston

Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule. Dr. Jean Aouston Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule Dr. Jean Aouston Les grands principes de la rééducation 0 Introduction 1 Pathologie et traitement 2 RRF de l épaule opérée 3 Cas clinique

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

A.F.S.E.D. Association. Française des. 34 Rue Léon JOULIN 37000 TOURS Tel: 0 825 00 11 33. Syndromes d EHLERS d. Association Loi 1 901

A.F.S.E.D. Association. Française des. 34 Rue Léon JOULIN 37000 TOURS Tel: 0 825 00 11 33. Syndromes d EHLERS d. Association Loi 1 901 A.F.S.E.D Association Association Loi 1 901 Française des Syndromes d EHLERS d -DANLOS- 34 Rue Léon JOULIN 37000 TOURS Tel: 0 825 00 11 33 LES SYNDROMES d EHLERS-DANLOS REEDUCATION & READAPTATION! Dr Marie-Hélène

Plus en détail

CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher *

CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher * CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher * *Clinique Universitaire de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport CHU de Grenoble, Hôpital Sud Avenue de Kimberley, BP 338,

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

L appareil locomoteur :

L appareil locomoteur : L appareil locomoteur : Constitué du squelette (les os), des muscles squelettiques permettant la locomotion et tous les mouvements La fonction locomotrice : - Intervient dans le maintien de la posture

Plus en détail

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante!

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante! CONDUITE A TENIR SUR LE TERRAIN DANS LES SITUATIONS LES PLUS URGENTES. Toutes les équipes n'ont pas un kinésithérapeute ou un médecin dans leur staff. Les dirigeants d'équipe amateur, mais surtout les

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Au programme Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Club La Foulée 5 août 2004 Dre Mireille Belzile La lombo-sciatalgie Inflammation du périoste au site d insertion des muscles du mollet Erreur

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Conduite à tenir devant une épaule douloureuse (306a) Professeur Philippe GAUDIN, Docteur Laurence PITTET-BARBIER Juillet 2003 (Mise à jour juillet 2005) Pré-Requis : Anatomie fonctionnelle de l épaule

Plus en détail

PROTECTION DU PLANCHER

PROTECTION DU PLANCHER «MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR» PROTECTION DU PLANCHER PELVIEN ET DU DOS PREVENTION DES INCONTINENCES URINAIRES CHEZ LES JEUNES FEMMES ET DES HERNIES INGUINALES CHEZ LES GARCONS. L analyse des statistiques

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative).

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative). TP 2 ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues.

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. YAKOUBI. M MEZIANI. N YAHIA CHERIF. M ZEMMOURI. A BENBAKOUCHE. R CHU BAB EL OUED FACULTE DE MEDECINE

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur. Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France

Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur. Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France Lésions traumatiques du rachis cervical supérieur Anatomie pathologique et traitement Pr Bernard Irthum CHU Clermont Ferrand France Les moyens d union cranio rachidienne Condyles, atlas, axis Les moyens

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail