Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens"

Transcription

1 Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1

2 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie entré le 4 mai déclare un syndrome occlusif et doit être opéré d une péritonite par perforation le 9 mai. Le liquide péritonéal rendu par le laboratoire de microbiologie le 14 mai conclut à un Enterococcus faecium vanco-r = cas n 1. Le patient est hospitalisé en postopératoire en réa poly. Alerte préliminaire le 14/04 à partir de la gastro pour l hémodialyse SHH Dr Trivier 2

3 Conduite à tenir : références réglementaires Avis du CTINILS du 6 octobre 2005 et fiche technique opérationnelle du 9 oct Courrier de la DHOS du 6 décembre ère cellule de crise (14/05/08): Organisation en 3 secteurs distincts géographiquement et pour le personnel: sain, ERV-contact*, ERV-positif (*contact: patient pris en charge par la même équipe) SHH Dr Trivier 3

4 L ERV au CHL: phase d émergence En réa poly: 1 secteur des cas (unité C), 1 secteur de contacts (unités A+B), et pas de secteur des indemnes. En pneumologie: 1 secteur des contacts au premier étage (cohortés), 1 secteur des indemnes au premier étage. la sortie du patient de réa poly est envisagée le 16 mai vers la pneumologie organisée en unité ERV+ car filière d origine du patient et impossibilité de bloquer la filière des patients de réa prévision de garder des cas contacts plus longtemps en pneumologie : concernée par le dispositif SHH Dr Trivier 4

5 L ERV au CHL: le cohorting des ERV+ 16 mai : ouverture de l unité ERV (rez de chaussée de pneumo) Soignants issus de tous services (heures supplémentaires) Médecins seniors volontaires venant sur appel puis affectés à la semaine sur la base du volontariat puis senior renforcé d une FFI 15 juillet- 30 septembre Puis départ de cette FFI et Médecin senior volontaire affecté à la semaine dysfonctionnements épuisement de cette stratégie fermeture de l unité ERV le 10 octobre (env. 5 mois de fonctionnement) SHH Dr Trivier 5

6 Incidence (phase 1) MS3 Importé enq prévalence cardio enq prévalence réa poly enq prévalence med po cas index en pneumo sorez hémodialyse ou chir inconnu chirurgie hémodialyse ou med po gastro med po pneumologie réa poly 0 sem 19 sem 20 sem 21 sem 22 sem 23 sem 24 sem 25 sem 26 sem 27 sem 28 sem 29 sem 30 sem 31 sem 32 sem 33 sem 34 sem 35 sem 36 sem 37 sem 38 sem 39 sem 40 sem 41 SHH Dr Trivier 6

7 L ERV au CHL: le cohorting des ERV+ (phase1) 5 mois de cohorting des ERV + dès leur identification: progression des cas de 1 à 52 patients ERV+ (env. 2,5 patients ERV+ / sem.) «production» de 950 contacts (45 contacts/sem.) Audit n 1 CCLIN (11/07/08) 6 zones contact + ERV Audit n 2 CCLIN (21/08/08) 1zone contact + ERV SHH Dr Trivier 7

8 Tendance (phase1) Nouveaux cas de patients ERV+ par semaine avant le 10 octobre sem 20 sem 22 sem 24 sem 26 sem 28 sem 30 sem 32 sem 34 sem 36 sem 38 sem 40 SHH Dr Trivier 8

9 ORGANISATION CHL PHASE 2: Disparition de l unité de cohorting (fermeture le 10/10/08): Cas: hospitalisés en isolement contact dans les services Contacts: en précautions standard Mise en ligne sur intranet du fichier partagé (cas + contacts) disponible dans tous les services (secrétariats) et au SAU 24/24 Audit n 3 CCLIN (12/09/08) Sensibilisation-formation des personnels (pneumo+med poly) SHH Dr Trivier 9

10 Incidence (phase 2) sem 42 sem 43 sem 44 sem 45 sem 46 sem 47 sem 48 sem 49 sem 50 ORL MS3 long séjour hémodialyse labo ext chirurgie cardio 1 gastro med po pneumologie réa poly SHH Dr Trivier 10

11 Tendance (phase 2) Nouveaux cas de patients ERV+ par semaine après le 10 octobre Stabilisation initiale S41-S42 sem 42 sem 44 sem 46 sem 48 sem 50 puis explosion sem 52 sem2 sem4 sem6 sem8 sem10 SHH Dr Trivier 11

12 L ERV au CHL: hospitalisation sans cohorting des ERV+ =ISOLEMENT CONTACT DANS LES SERVICES (phase 2) 10 octobre au 15 décembre : 9 semaines Progression des cas de 53 à 87 soit 34 nouveaux cas (env. 4 patients ERV+ / sem.) Progression de plus de 616 nouveaux contacts (88 contacts / sem.) : TURN OVER des services+++ Actuellement 2103 contacts vivants (dont 1345 de statut incomplètement connu) SHH Dr Trivier 12

13 Rebond Présentation de la situation au CONEX le 05/12/2008 Augmentation des cas acquis dans les services Nombre des patients ERV+ hospitalisés régulièrement (20 patients ERV+ présents le 03/12 dont 4 en SLD, 5 en SSR, 7 en pneumo, 2 en chir, 2 en méd Poly ) Décision de REOUVERTURE DE L UNITE ERV (effective le 15/12/2008): PHASE 3 SHH Dr Trivier 13

14 Incidence (phase 3) ORL MS3 long séjour hémodialyse labo ext chirurgie cardio 1 gastro med po pneumologie réa poly 0 sem 51 sem1 sem3 sem5 sem7 sem9 sem11 sem13 sem15 sem 17 sem 19 sem 21 SHH Dr Trivier 14

15 Evolution de l acquisition des ERV Phase 1 : avec unité ERV (16 mai-10 octobre) Phase 2 : sans unité ERV (10 oct-15 décembre) Phase 3 : avec unité ERV (15 déc-10 avril) 52 cas / 21 semaines (2,5 cas / sem.) 34 cas / 9 semaines (4 cas / sem.) 6 cas / 17 semaines 0,4 cas/sem.) 52 cas / entrées (taux d attaque: 0.34%) 34 cas / 7330 entrées 6 cas /12689 entrées (taux d attaque: 0.46%) (taux d attaque: 0.1%) Densité d incidence : /00 Densité d incidence /00 Densité d incidence /00 SHH Dr Trivier 15

16 Tendance (phase 3) nouveaux cas de patients ERV+ par semaine depuis le 15 décembre nouveaux cas entre le 15/12/08 et le 07/02/09 (cas 93) sem 51 sem 52 sem1 sem2 sem3 sem4 sem5 sem6 sem7 sem8 sem9 sem10 sem11 sem12 sem13 sem14 sem15 sem 16 sem 17 sem 18 sem 19 sem 20 sem 21 sem 22 SHH Dr Trivier 16

17 Plan d action: dispositif de crise Outre le cohorting Collaboration avec le CCLIN Paris Nord: Participation aux cellules de crise, 3 audits externes: 11 juillet 2008: 6 zones de contact, 1 zone ERV 21 aout 2008: 1 zone contact, 1 zone ERV 12 septembre: 1 zone contact, 1 zone ERV Expertise des souches: clone Van B SHH Dr Trivier 17

18 Audit CCLIN N 1 sem 28 (11/07/08) Unités contact Dysfonctionnement et recommandations Actions menées Gastro Entérologie Absence de lave bassin Inscrit au CLACT Pneumologie Manque de support poubelles Equipement réalisé Rappel des mesures complémentaires à l équipe médicale (internes) Mise en place d un stéthoscope par malade Sensibilisation 1 13,18,19,20 août Début «audit gants» 18 août A voir Cardiologie Balayage humide non réalisé Rappel fait aux Aides Soignante par l UOHH Soins Continus Chirurgie Réanimation Cohorting ERV SHH Dr Trivier 18

19 Audit CCLIN N 2 sem 28 (21/08/08) Unités contact Dysfonctionnement et recommandations Actions menées Pneumologie contact Cohorting ERV Manque de support poubelles Equipement réalisé Risques de contamination des consommables mis à disposition sur le poste d isolement Sensibilisation Pneumologie 25 août, 3,10 septembre Sensibilisation Médecine Polyvalente 3,4,10,15 septembre Sensibilisation Gériatrie 4 septembre SHH Dr Trivier 19

20 Audit CCLIN N 3 sem 37 (12/09/08) Unités contact Médecine Polyvalente Dysfonctionnement et recommandations Désinfection des stéthoscopes inadaptés (SHA) Actions menées Friction SHA non maîtrisée Sensibilisation Médecine Polyvalente (gestuelle et observance) dont 16, 17 septembre observation de médecins extérieurs au service Sensibilisation Pneumologie :4 décembre Port d alliance Sensibilisation Gériatrie Mauvaise utilisation des gants 15 septembre, 8,9,16 octobre Obtenir du matériel dédié (stéthoscope, tensiomètre) Sensibilisation cellule brancardage 3,10 octobre Sensibilisation Unité ERV 12/12, 28/01, 04/02, 05/03 SHH Dr Trivier 20

21 RECAPITULATIF DE LA SENSIBILISATION Services IDE ASD /ASH Médecins Internes Autres TOTAL Gériatrie Pneumologie Médecine Polyvalente Cohorting ERV Cellule brancardage TOTAL SHH Dr Trivier 21

22 L ERV au CHL : évolution du Nouveaux 16/05/08 cas d'erg découverts au 02/06/09 12 Ouverture cohorting Cas par semaine sem 19 sem 22 AUDITS CCLIN Fermeture cohorting Ré-ouverture cohorting sem 25 sem 28 sem 31 sem 34 sem 37 sem 40 sem 43 sem 46 sem 49 sem 52 sem3 sem6 sem9 sem12 sem15 sem18 sem21 SHH Dr Trivier 22

23 Conclusion Le cohorting: jusque quand? À ce jour 5-10 patients pris en charge pour actes divers Rarement un cas échappe au filtre et génère une bouffée de contact Un renfort de sensibilisation et audit répété (régulier?) des mesures d isolement est en cours (dossier patient: fait; pratiques prévu) Jusqu à extinction de l épidémie SHH Dr Trivier 23

24 Remerciements A l EOHH pour son investissement quotidien et la qualité de son travail (données épidémiologiques ) Bonnet Nathalie Fauqueur Anne Lefebvre Alain Mahy Arnaud Wargnies Marie-Evelyne SHH Dr Trivier 24

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

UTILISATION DES OUTILS D ANALYSE D AU DECOURS D UNE EPIDEMIE D D D.TRIVIER, D. THEVENIN. CONTEXTE général

UTILISATION DES OUTILS D ANALYSE D AU DECOURS D UNE EPIDEMIE D D D.TRIVIER, D. THEVENIN. CONTEXTE général UTILISATION DES OUTILS D ANALYSE D DES CAUSES AU DECOURS D UNE EPIDEMIE D D «ABRI» D.TRIVIER, D. THEVENIN Prévention de risques infectieux en réanimationr Lille- 15 décembre d 2011 CONTEXTE général A partir

Plus en détail

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV Beaujon Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV C. Martin, cadre, service de médecine interne C. Ciotti, technicienne biohygiéniste, équipe opérationnelle d hygiène Hôpital Beaujon, Clichy Le

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée XVI e Congrès s National de la Société Française aise d Hygid Hygiène Hospitalière Reims, les 02 et 03 juin 2005 Problèmes spécifiques d hygid hygiène en structures de soins de suite et de réadaptation

Plus en détail

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Dr Karine BLANCKAERT Médecin Coordonateur Antenne Régionale Nord-Pas de Calais de lutte contre les Infections Nosocomiales CHRU de

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe. Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS

Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe. Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS Organiser la mobilisation générale pour gérer une épidémie à BHRe Pôle 3R -Service de SSR polyvalent S. DIALLO, CSS Présentation du service / 154 lits HC Impact des organisations et de l architecture dans

Plus en détail

Epidémie de Gale au Centre Hospitalier d Abbeville

Epidémie de Gale au Centre Hospitalier d Abbeville Epidémie de Gale au Centre Hospitalier d Abbeville (Septembre-octobre 2004) Z. Kadi 1,6, S. Redecker 2, I. Cachera 3, C. Ammirati 4, D. Ilef 5, C. Bourgois 2, P. Blériot 2, S. Pégard 2 et P. Astagneau

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HOPITAL LOCAL 35, Rue Rogg Haas 68510 SIERENTZ Novembre 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

Cas groupés syndromes grippaux

Cas groupés syndromes grippaux Cas groupés syndromes grippaux PÔLE GÉRIATRIQUE PARIS VAL DE MARNE EOHH HÔPITAL CHARLES FOIX 1 SITE DE L AP-HP CHARLES FOIX VAL DE MARNE (94) REGROUPEMENT AVEC La PITIE SALPETRIERE en 2011 GH PS-CFX :

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE)

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) 72 esplanade Parmentier 62608 ERCK-SUR-MER CEDEX Novembre 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène B. Branger, H. Sénéchal, N. Garreau, S. Bataillon, MA. Ertzscheid, F. Coulomb, R. Baron, F. Borgey, N. Van der Mee-Marquet,

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

EVALUATION DE LA POSE DE CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES

EVALUATION DE LA POSE DE CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES XXIème Journée SFHH juin 2010-1 EVALUATION DE LA POSE DE CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES Daenen P, Baghdadi N, Cauchy L, Chevreuil F, D Halluin F, Erb M, Queverue M, Tronchon I, Grandbastien B, Loukili

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Optimisation de la prise en charge médicamenteuse en antibiothérapie : 3 novembre 2015 Dr Virginie Vitrat, infectiologue Franck Guérin, pharmacien

Optimisation de la prise en charge médicamenteuse en antibiothérapie : 3 novembre 2015 Dr Virginie Vitrat, infectiologue Franck Guérin, pharmacien Optimisation de la prise en charge médicamenteuse en antibiothérapie : exemple du CH Annecy Genevois 3 novembre 2015 Dr Virginie Vitrat, infectiologue Franck Guérin, pharmacien Présentation du CH Annecy

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+

RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ RETOUR D EXPERIENCE BHRE ERG+ Centre SSR Sainte Catherine Labouré LA BAUME D HOSTUN CESBRON C., Responsable Qualité et Gestion des Risques - GENSTY D., Praticien hygiéniste, Président du CLIN LANTHEAUME

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Résultats de l enquête

Résultats de l enquête 24 septembre 2015 11 ème journée d automne de l association des hygiéniste de Picardie Résultats de l enquête «Mise à disposition et utilisation des tabliers de protection à usage unique dans les établissements

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais

Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais Dr Karine BLANCKAERT LILLE-CCLIN PARIS NORD Odile ARIMANE clinique du bois LILLE Dr Bruno GRANBASTIEN CHRU LILLE

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 La prévention des AES au Centre Hospitalier Lyon Sud HCL, au travers de 2 expériences de terrain réalisées en 2005 1 Origine de la démarche : Prévention des

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau PARTENARIAT ESTHER en Hygiène Hospitalière Coopération entre le CHU de Rennes et 2 hôpitaux de Bujumbura, Burundi Hôpital Prince Régent Charles Centre Hospitalo-Universitaire Kamenge L. SAUNDERS, F. NIYONKURU

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Management d une équipe de bio nettoyage

Management d une équipe de bio nettoyage 9 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Jeudi 19 septembre 2013 - Noyon Management d une équipe de bio nettoyage Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé hygiéniste Le bio

Plus en détail

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Dr Christine CHANSIAUX-BUCALO, PH Equipe Mobile de Gériatrie, Hôpital Bretonneau, 7518 Paris Dr Christine

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR

Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR Champagne-Ardenne Évaluation de l information et de l isolement des patients porteurs de BMR Résultats 2008 de l ensemble des établissements participants en Champagne-Ardenne Janvier 2009 Sommaire Liste

Plus en détail

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale Comité de pilotage M Bordier, CHU Reims V Bussy-Malgrange, Resclin-Champagne-Ardenne G. Calmet, cabinet radiologie Saint Remi, Reims O Toubas, chef de pôle imagerie,

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP Bactéries multi-résistantes émergentes et importation Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP BMR émergente : définition? Bactérie dont le mécanisme de résistance est nouveau et qui possède une

Plus en détail

EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P.

EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P. EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P. Tasse GHAM : 3 sites hospitaliers Site concerné : 126 lits (médecine-

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives CAMUS Céline, TEQUI B., VANSTEENE D., LE GAL AL., BRETHE N., BARBAROT V. Institut de Cancérologie de l Ouest Site Nantes SF2H

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

Utilisation de la méthode ALARM dans la gestion de 3 cas groupés de transmission du virus de l hépatite C dans un service d hémodialyse

Utilisation de la méthode ALARM dans la gestion de 3 cas groupés de transmission du virus de l hépatite C dans un service d hémodialyse Utilisation de la méthode ALARM dans la gestion de 3 cas groupés de transmission du virus de l hépatite C dans un service d hémodialyse B R O C H A R T - M E R L I N J u l i e, H I R S C H M a r i e -

Plus en détail

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Dr Lelimouzin Médecin Hygiéniste 13-14 Octobre 2011 Journées d'hygiène de Brest - ARLIN Bretagne 1 Le CHBA VANNES 2010 AURAY Capacité

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques CHU_ Hôpitaux de Rouen - page

Plus en détail

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

GESTION DES IAS EN EHPAD MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE

GESTION DES IAS EN EHPAD MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE GESTION DES IAS EN EHPAD ROLE D UN D MEDECIN REFERENT D UNE EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE Docteur Pierre BERT Direction Médicale M AREPA (MALAKOFF) Hôpital BROCA (Paris) AREPA Association à but non lucratif

Plus en détail

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE EN BELGIQUE: RAPPORT de ma VISITE

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE EN BELGIQUE: RAPPORT de ma VISITE ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE EN BELGIQUE: RAPPORT de ma VISITE Ha Phuong HOANG Département de pharmacie clinique Université de pharmacie de Hanoi 29/03/2015 1 LA VISITE EN BELGIQUE 1. Duration: 2 semaines

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD F DELAMARRE DAMIER MD MBA PH CH Cholet,et Médecin coordonnateur d EHPAD EHPADS d Aigrefeuille sur Maine et de Boussay 44 1 PLAN 1. Evolution du métier

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

SSR ET TERRITOIRES :

SSR ET TERRITOIRES : SSR ET TERRITOIRES : OPTIMISER LES PARCOURS PATIENTS Dr Lawrence BORIES Gériatre Chef du pôle d activité clinique et médical 1 Projet médical de territoire et Soins de suite et réadaptation : Témoignage

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent Dr J.FARRET Onco gériatre Clinique St Vincent Groupe médical :100 praticiens Anesthésie réanimation

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR état des lieux Forum d'hygiène Hospitalière Septembre 213 Firmino Battistella Infirmier régional HPCI Est-vaudois Hygiène Prévention et

Plus en détail

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf.

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. L INFIRMIÈRE D HIER À. . AUJOURD HUI OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER 3, rue du Jeu de Paume 54210 SAINT NICOLAS DE PORT Juin 2008 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Plus de 15 ans d expérience d une équipe inter-établissements. Joseph HAJJAR Valence

Plus de 15 ans d expérience d une équipe inter-établissements. Joseph HAJJAR Valence Plus de 15 ans d expérience d une équipe inter-établissements Joseph HAJJAR Valence Décret du 6 mai 1988 Circulaire du 13 octobre 1988 Mise en place du CLIN dans les PH et PSPH Définition de l'infection

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Catherine PAYET BONNEFOND Cécile MOURLAN ARLIN Réunion/Mayotte Lyon SF2H 2011 1 Présentation La Réunion : DOM

Plus en détail

Prise en charge de cas d ERG en SSR Sandrine AUGUSTE CH Armentières

Prise en charge de cas d ERG en SSR Sandrine AUGUSTE CH Armentières + Prise en charge de cas d ERG en SSR Sandrine AUGUSTE CH Armentières Journée régionale de prévention du risque infectieux en SSR 7 octobre 2014 + Centre Hospitalier d Armentières 2 Hôpital référent de

Plus en détail

APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR

APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR Place de la méthode vapeur pour l entretien des locaux dans les EHPAD Corinne FILLON CH de Dieppe 17Novembre 2011 Méthode vapeur Principes - La vapeur est un gaz qui réunit

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

équipe mobile dédid à la prise en charge des cas

équipe mobile dédid à la prise en charge des cas Maîtrise d une d épidémie d EPC: d intérêt d une d équipe mobile dédid diée à la prise en charge des cas A.Lotthé, A.Blasco, M.Simon, M.Geoffroy, P.Chaize, V.Alarcon, MP.Paquis, L.Burgel, L.Mouti, S.Parer

Plus en détail

Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe

Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe Réunion régionale EOH Strasbourg 06 septembre 2013 A. BETTINGER T.LAVIGNE Animateurs Réseau BHRe Adopté en conseil excécutif le 10/07/13 Parution le 29/08/13 A. BETTINGER- T. LAVIGNE / réunion régionale

Plus en détail

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf Nouveau virus de grippe QUESTIONS / REPONSES 5 mai 2009 Fiche 5 Pour les réponses aux questions générales concernant la nature du virus ou les connaissances médicales et épidémiologiques disponibles, nous

Plus en détail